Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Gaulle, Vendroux, la Résistance dans le Nord de la France

 | 
Stéphane Curveiller

Lieux de mémoire

La Coupole : un site exceptionnel

Laurent Seillier

Texte intégral

1Le Centre d’Histoire et de mémoire du Nord - Pas-de-Calais est implanté dans un ancien bunker construit par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, à Helfaut, près de Saint-Omer. Ce blockhaus, édifié par l’organisation Todt était destiné au stockage, à la préparation et au lancement de la fusée V2.

2À partir de 1943 et en seulement 10 mois, 7 kilomètres de galeries sont percées. Pour protéger le chantier et surtout la future salle de préparation au tir, un immense dôme de béton de 71 mètres de diamètre, de 5,5 mètres d’épaisseur et de 55 000 tonnes de béton armé est érigé.

3De ce site devaient être lancées chaque jour, une cinquantaine de fusées V2 afin de détruire la ville de Londres. Informés par la Résistance, les anglosaxons bombardent régulièrement le site. Plus de 3 000 tonnes de bombes sont ainsi lâchés régulièrement sur l’ouvrage sans lui causer de réels dégâts. Finalement, le site est abandonné le 28 juillet 1944, quelques semaines avant d’être opérationnel.

4C’est en 1987, que le département du Pas-de-Calais décide de transformer le bunker en centre d’histoire. Après dix années de recherches menées par Yves Le Maner, La Coupole est inaugurée le 9 mai 1997. Depuis cette date, 1,6 million de personnes l’ont déjà visitée.

Une nouvelle scénographie

5En 2010, le centre d’histoire a totalement renouvelé sa scénographie. La visite débute par la découverte des galeries souterraines. L’immensité du lieu, le froid, les bruits du chantier, le son des bombardements plonge le visiteur en 1943-1944. Ce parcours lui fait comprendre toute la démesure du projet et réaliser les conditions de travail difficiles des 1 300 ouvriers et prisonniers qui travaillaient sur le site.

6Le long de la galerie principale, dans une alvéole, a été installée une exposition portant sur la Grande Guerre en Flandre et en Artois. La région a, en effet, été une zone majeure du conflit, les destructions y furent considérables. D’autre-part, une partie du Nord - Pas-de-Calais subit entre 1914 et 1918, une première occupation allemande, particulièrement brutale pour les civils.

7Le parcours dans les galeries débouche ensuite vers un ascenseur qui amène le visiteur 42 mètres plus haut sous l’immense dôme de béton. Le regard du visiteur est alors attiré par la fusée V2, unique exemplaire original exposé en France. Le visiteur est ensuite invité à suivre l’un des deux parcours des expositions permanentes, chacun débutant par un film d’une vingtaine de minutes.

Le premier parcours porte sur les armes secrètes d’Hitler

8Werner Von Braun est le fil conducteur de cette première exposition. Des laboratoires secrets au centre de recherches de Peenemünde au rêve accompli d’aller marcher sur la Lune, le visiteur parcourt ce chapitre du XXe siècle en découvrant tour à tour la fusée V2, la bombe volante V1, ou bien encore la reproduction à l’échelle 1/20e des fusées de la conquête spatiale. Sont abordées les notions de guerre totale, de bombardement stratégique, de guerre froide… Afin d’en faciliter la compréhension, La Coupole a fait le choix de se servir des nouvelles technologies. Le fonctionnement du réacteur de la fusée V2 est ainsi abordé à l’aide d’un film en 3D.

9Ce parcours s’achève par la « faille Dora » qui décrit les conditions dans lesquelles a commencé l’histoire des fusées. Une série de grands panneaux évoque le sort tragique des déportés amenés au camp de Dora pour assembler le premier missile de l’histoire. Deux regards se croisent :

  • Celui de Walter Frentz, photographe officiel d’Hitler, venu effectuer au printemps 1944 un reportage sur l’assemblage des fusées à l’intérieur des tunnels de Dora,
  • Celui des déportés, qui comme Léon Delarbre, évoquent les conditions épouvantables de vie et de mort des hommes affectés à ce travail.

Le deuxième parcours est intitulé le Nord - Pas-de-Calais dans la main allemande

10Quatre grands thèmes sont développés :

  • L’invasion : y sont analysés la violence des combats, l’exode des populations civiles, les destructions dues aux bombardements massifs, l’opération dynamo, les massacres du printemps 1940.
  • L’occupation : de 1940 à 1944, les habitants subissent une présence massive des troupes allemandes. Les conséquences sur la vie quotidienne des habitants sont multiples : réquisitions, pénuries, rationnement…
  • La résistance et la répression ; la collaboration et les persécutions. Les formes spécifiques que prend la résistance au Nord de la France sont analysées de manière approfondie : sa précocité, les réseaux de contre propagande, de sabotage, mais surtout les réseaux de renseignements ainsi que les filières d’évasion pour les pilotes alliés abattus dans la région ou à proximité. La répression de ces activités par les polices allemandes et vichystes est également traitée. Des lettres de fusillés, particulièrement émouvantes, telle celle de Félicien Joly, un jeune instituteur fusillé à l’âge de 20 ans sont ainsi présentées. L’analyse de la collaboration et de la persécution fait également l’objet d’un nouveau traitement. Le rôle de l’administration française dans la persécution des Juifs vivant sur le sol français est ainsi étudié.
  • La Libération de la région. Les différents visages de la libération sont évoqués : celui de la joie, mais aussi celui de la vengeance avec le triste épisode des femmes tondues, celui de l’horreur avec la découverte des charniers laissés par les nazis, et un peu plus tard celle des camps de concentration.

11Cet espace se conclut par une faille consacrée à la déportation et au génocide. D’immenses clichés rappellent les camps de concentration découverts par les alliés lors de leur progression en Allemagne au printemps 1945. Après le temps de la stupéfaction et de la condamnation vint celui de la compréhension historique du phénomène concentrationnaire, c’est ce que la scénographie cherche à retracer. Un nouveau film retrace l’histoire des camps de leur naissance en 1933 à leur découverte en 1945. L’espace se conclut par le mémorial régional des déportés et des fusillés de la région Nord - Pas-de-Calais. Celui-ci est la concrétisation d’un long travail en archives réalisé par Laurent Thierry, docteur en histoire. Ce projet initié et porté par les conseils généraux du Nord et du Pas-de-Calais, et par les associations d’anciens résistants et déportés, rend hommage à près de 8 000 personnes, fusillés ou déportés sous l’occupation nazie. Au cœur de ce nouvel espace où sont apposées plus de 750 photographies, des bornes interactives sont mises à la disposition des visiteurs et leur permettent de consulter la liste des victimes (555 fusillés ; 6 504 déportés ; 688 juifs et 166 tsiganes envoyés dans les centres de mise à mort ; 64 résistants tués au combat ou abattus).

12La visite s’achève enfin par la découverte de la salle de préparation au tir des fusées V2, la partie du site qui restait à achever pour le rendre opérationnel. Une animation visuelle et sonore, la diffusion d’un film en relief en expliquent le fonctionnement tel qu’il était prévu.

13Lorsque le visiteur retrouve enfin la lumière du jour, il aura, on l’espère, mieux compris les drames et les violences du XXe siècle et appréciera la chance qu’il a de vivre dans une Europe en paix.

Source : Vue de La Coupole (photographie © La Coupole)

Table des illustrations

Légende Source : Vue de La Coupole (photographie © La Coupole)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 568k

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540