Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Gaulle, Vendroux, la Résistance dans le Nord de la France

 | 
Stéphane Curveiller

Lieux de mémoire

Pourquoi un musée de la Résistance à Bondues ?

Hélène Priego

Texte intégral

1Le Musée de la Résistance de Bondues a vu le jour en septembre 1997 dans un lieu chargé d’histoire. Projet porté de longue date par l’« Association Souvenir de la Résistance et des Fusillés de Bondues », il a été mené à bien grâce au soutien de la municipalité.

2Le fort, abandonné depuis la guerre, fut déblayé et réhabilité pour sortir d’une longue période de sommeil et témoigner enfin des évènements de 1940-1945. Ces lieux ont, en effet, été le théâtre d’un pan d’histoire paradoxal et tragique. Construit avec six autres forts à la fin du XIXe siècle dans le but de protéger Lille, le fort de Bondues s’est rapidement révélé obsolète face aux progrès de l’artillerie. Il fut occupé par les troupes allemandes tout d’abord lors de la Grande Guerre puis entre 1940 et 1944. C’est durant cette période, en 1943 et 1944, que le fort fut utilisé comme lieu d’exécution pour 68 résidents du Nord-Pas-de-Calais, des résistants pour la plupart. Le départ des Allemands en septembre 1944 laisse place à un champ de ruines, le fort ayant fait l’objet d’un dynamitage volontaire de leur part.

3Propriété de l’armée, le site est racheté par la commune dans les années 1960. L’inauguration d’un monument commémoratif (1965) et celle d’un lieu de mémoire dédié aux 68 fusillés (la cour sacrée, en 1986) précèdent l’ouverture du Musée de la Résistance, inauguré en présence du secrétaire d’État aux anciens combattants et de Maurice Schumann.

Projet culturel du musée

Un travail d’histoire

4Dédié à la résistance régionale, le musée a pour ambition de transmettre l’héritage intellectuel et moral des résistants du Nord, et de démontrer la portée universelle de leur combat.

5L’exposition permanente, conçue par une équipe d’anciens résistants et d’enseignants, se veut le plus pédagogique possible. Le parcours proposé traverse 5 salles organisées autour des valeurs de la résistance : le souvenir, le refus, le courage, l’engagement, et le sacrifice. Le visiteur découvre ainsi les motifs, les méthodes et l’organisation de la résistance régionale en 1940-1944.

6Les animations ponctuelles et expositions temporaires tendent, elles, de plus en plus à explorer d’autres aspects de la résistance et de l’occupation (Résistance allemande au nazisme, photomontages politiques de l’artiste John Heartfield, Résistance pendant la Grande guerre, caricatures, exposition virtuelle sur les persécutions raciales).

Un devoir de vigilance

7Préserver et respecter l’esprit de ces résistants, c’est aussi pour l’équipe du musée en percevoir les résonances dans le monde contemporain. En 2004-2005 par exemple, le Musée présentait une exposition temporaire sur les génocides, de la Seconde Guerre mondiale au Rwanda. Ce devoir de vigilance paraît d’autant plus important que depuis sa création, le Musée de la Résistance travaille en lien avec le Rectorat de Lille et assure une mission pédagogique auprès des élèves de la région. Le Musée accueille ainsi chaque année plus de 3 000 scolaires parmi lesquelles 70 % de collégiens.

Un souci de rigueur scientifique

8Le partenariat avec l’Éducation Nationale s’est concrétisé en 1998 avec la création d’un service éducatif dirigé par un professeur agrégé d’histoire, chargé d’aider collégiens et lycéens dans leur préparation du Concours National de la Résistance et de la Déportation. Le musée travaille aussi régulièrement avec l’IRHiS (Institut de Recherches Historiques du Septentrion, Lille III) en organisant des colloques bisannuels portant sur un thème défini en commun : la Résistance en Zone interdite et en Belgique (2001), Résistance et services publics (2004), les femmes dans la Résistance (2006), Vivre et agir dans la clandestinité (2008), La Résistance en 1914-1918 (2010).

Les collections du musée

9Constituées principalement de dons, de quelques mises en dépôt et d’acquisitions, elles se répartissent en deux catégories.

Les archives papier

10Elles regroupent affiches (propagande de Vichy et ordres des autorités régionales, avis d’exécution et d’interdiction émis par les autorités allemandes), magazines et fascicules pronazis, cartes d’état-major allemandes, tracts et journaux clandestins, papiers d’identité, photos de famille et documents personnels de résistants, cartes et certificats d’appartenance à la résistance.

Les objets

11Parmi les objets conservés, figurent armes allemandes, anglaises, américaines et françaises des deux guerres mondiales, uniformes allemands, postes TSF, matériel d’impression de journaux clandestins, brassards de groupes de résistance, objets usuels de déportés, médailles et drapeaux.

12Le fonds d’archives est ouvert aux étudiants, aux chercheurs et à tous les visiteurs individuels qui en font la demande.

13Le musée est également doté d’un fonds documentaire constitué de témoignages vidéo et de mémoires d’acteurs de l’époque, d’ouvrages et d’études historiques publiés après la guerre. Il s’enrichit chaque année de nouveaux achats.

Source : Fort de Bondues (photographie Laurent Warin)

Table des illustrations

Légende Source : Fort de Bondues (photographie Laurent Warin)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 427k

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540