Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

La négation du quantificateur dans les proverbes roumains et français

Adina Tihu

Texte intégral

1Nous nous proposons d’analyser, dans ce qui suit, le fonctionnement de la négation du quantificateur dans un type spécial de proverbes, inclus par Kleiber (2012) parmi les « proverbes à généricité partitive » :

(1) Toutes les fleurs n’ont pas d’odeur.

  • 1 Nous avons établi notre corpus à partir de deux excellents ouvrages d’Elena Gorunescu, l’un de 1978 (...)

2Notre analyse, qui a une visée comparative et contrastive, part des proverbes roumains1 et s’applique notamment (mais non seulement) aux groupes nominaux sujets. Si, en règle générale, en roumain la négation du quantificateur précède directement celui-ci :

  • 2 Dorénavant, la traduction littérale figurera entre paranthèses, sans autre indication.

(2) Nu tôt ce zboară se mănăncă.
(litt2. Pas tout ce qui vole se mange). / Tout ce qui brille n’est pas or,

avec une différence notable par rapport au français, nous avons constaté avec surprise que certains proverbes roumains (témoignages d’un ancien état de langue ou d’un autre registre de langue – populaire) utilisent des modalités similaires ou apparentées aux constructions négatives spécifiques du français. Mettre en parallèle ces structures, avec leurs variations, nous semble intéressant et enrichissant pour l’étude des deux langues.

1. Les quantificateurs et leur négation en roumain et en français

1.1. Quantificateurs universels et existentiels

  • 3 Dorénavant GALR, suivi de l’indication du tome et de la page. Les citations figurent dans le texte (...)

3La Gramatica limbii române (2005) éditée par l’Académie roumaine3 classifie les quantificateurs en définis/numériques (classe qui inclut les numéraux et certains noms comme duzina/douzaine, cuplu/couplé) et indéfinis (« qui ne donnent pas d’informations quantitatives précises, mais des indications liées au rapport partie-tout »). Les derniers se répartissent, à leur tour, en quantificateurs universels (« la propriété exprimée par la prédication s’étend à tous les membres d’une classe »– toţi/tous, fiecare/chacun) et existentiels (lorsque cette propriété se retrouve seulement chez certains des membres de la classe – cineva/quelqu ’un, câţiva/quelques-uns, mulţi/beaucoup). Enfin, on parle de quantificateur nul dans le cas nimeni/personne, nimic/rien, niciunul/ aucun, zero/zéro, lorsque « le quantificateur nie l’existence de quelque référent que ce soit dans le domaine donné » (GALR : I, 253).

  • 4 V. plus haut la distinction entre quantificateurs universels et existentiels, selon que la propriét (...)
  • 5 « ... par la quantification [-Séparatif/-Distributif] les entités sont envisagées globalement, dans (...)
  • 6 « ... les éléments du domaine quantifié peuvent être présentés comme faisant l’objet d’un choix lib (...)

4Dans la « zone sémantique de la quantification indéfinie », les auteurs de la GALR (1 : 254-255) mentionnent plusieurs oppositions de quantification, parmi lesquelles nous avons retenu : Tout/Partie4 ; +Séparatif/-Séparatif5 ; + Choix libre/ – Choix libre6.

5Quant aux quantificateurs universels, dont la liste est plus longue en roumain qu’en français, parce qu’elle comporte plusieurs formations dans le registre populaire, nous avons retenu, dans la même grammaire, des distinctions très importantes que nous tenons à évoquer dans ce qui suit, parce qu’elles vont nous servir dans notre analyse.

6Il s’agit tout d’abord du quantificateur tot/tout, qui « désigne l’ensemble globalement, de manière non-séparative » ou bien « en introduisant une appréciation quantitative de type indénombrable / dénombrable », et qui peut être utilisé, au singulier, avec un massif ou un collectif (de manière métonymique) (GARL I : 256). Nous voulons mentionner un emploi de tout dans les proverbes qui n’est pas évoqué dans la grammaire citée, emploi où il est synonyme de chaque ou de n ’importe quel :

  • 7 De nombreux représentants de cette ethnie travaillaient comme forgerons ; la nécessité de la rime e (...)

(3) Tôt olarul laudà oala sa.
Tout pottier vante son pot. (EG, 112) (4) Tot (ţiganul7 îşi laudă ciocanul (Tout tzigane vante son marteau),

et qui frappe, par rapport à la construction française équivalente, par l’emploi de l’article défini enclitique. Cette occurence, plutôt vieillie en roumain, peut être encore rencontrée dans des situations d’intertextualité, comme la suivante :

(5) Vbrba ceea : « Tot românul s-a născut poet ».
Comme on dit : « Tout Roumain est né poète ». (TV Digi 24 Timișoara, 17/03/2014)

  • 8 Il s’agit du poète Vasile Alecsandri (XIXe siècle).

où un critique analysait, non sans ironie, les revues littéraires parues en Roumanie. L’assertion initiale, célèbre, mais dont l’auteur est presque oublié8, prenait pour terme générique le Roumain, mais elle a été adaptée et tend à devenir proverbe.

7On a ensuite une série de formations commençant par ori- (oricare/ n ’importe quel, oricine/n ’importe qui, orice/n ’importe quoi, oricât (n’importe combien), série qui « désigne le tout de manière séparative, en introduisant la perspective d’un choix entre les entités composantes de l’ensemble » (GARL I : 256).

(6) Orice nucă în găoacea sa
(Toute noix dans sa coque). / Chacun chez soi, c’est le meilleur.
(EG, 112)
(7) Orice lucru est bun la timpul său. Toute chose veut [‘est bonne en’] son temps. (EG, 112)

8Orice, adjectif pronominal indéfini, a un emploi quasi-général en tant que quantificateur universel distributif dans les énoncés génériques à caractère scientifique (Stan, 2009 : 395).

9La série de vocables composés à partir de fie- (fiecare/chacun, chaque ; fiecine/chacun ; fiece/chaque), « désigne l’ensemble de manière séparative, individualisée, sans introduire la perspective de quelque choix que ce soit » (GARL I : 256).

(8) Fiecare pasăre îşi iubeşte cuibul.
Chaque oiseau trouve son nid beau (‘aime son nid’). (EG, 62) (9) Fiecare lucru la timpul său.
Chaque chose en son temps. (EG, 61)

Seul fiecare est resté dans la langue courante, les autres formations, populaires, ne s’emploient plus. Comme le montre Stan (2009 : 397), ce quantificateur universel distributif est préféré dans « les énoncés scientifiques à signification non-générique », mais il peut exprimer aussi la quantification générique, tant dans les langages spécialisés que dans la langue commune :

(10) Fiecare (om) are o mamă.
Chacun (chaque homme) a une mère, (apud Stan)

On peut facilement constater que l’exemple (9), est une variante du proverbe (7), mais utilisant un autre quantificateur. En général, pour les structures évoquées plus haut, il s’agit d’une triade (tot, orice, fiecare) dont les éléments se concurrencent, fonctionnant comme des synonymes. La preuve en sont aussi les diverses permutations que nous constatons, si nous analysons les équivalents dans l’autre langue : orice, de même que fiecare, peut avoir pour correspondant, dans les proverbes français, chacun ou tout, mais non pas n ’importe quel.

10Nous retrouvons la même triade dans la grammaire française. En analysant la totalité distributive exhaustive, Riegel et al. (2011 : 300) énumèrent chaque, tout et n ’importe quel, parfois commutables, surtout les deux premiers, mais pas toujours. Chaque et tout(e) (toujours au singulier), « font référence à la totalité des êtres dénotés par le nom et son expansion, mais en passant en revue séparément les individus constituant cette totalité (comme le fait parfois tous les) ».

11Chaque, « qui opère une saisie distributive interne à l’ensemble qu’il quantifie, présuppose que les éléments visés ont été préalablement caractérisés (et donc que l’ensemble qu’ils constituent présente une structure partitive interne) et en envisage les individus séparément les uns des autres » (Riegel et al., 2011 : 300). Selon les mêmes auteurs, tout « implique une indifférenciation entre les individus envisagés (« tous quels qu’ils soient »), mais il peut être employé avec des massifs concrets ou abstraits (s’ils sont l’objet d’un transfert catégoriel [...]), et surtout il ne peut concerner que des entités virtuelles » (Riegel et al., 2011 : 300).

12Le troisème élément de la triade est n ’importe quel (le), commutable, selon les auteurs cités, « dans certains contextes, avec tout (plus rarement avec chaque) » :

(11) N’importe quel citoyen/chaque citoyen / tout citoyen est censé connaître la loi.

Déterminant dont la distributivité est aléatoire, il exprime une « exhaustivité de parcours » et non pas « cumulative ». Puisque c’est une création relativement récente dans la langue, en tant que syntagme déterminant (Riegel et al., 2011 : 301), il est normal qu’on ne le retrouve pas dans les proverbes, qui témoignent d’un état de langue ancien.

13Kleiber (2011) analyse un autre trio de la quantification universelle, à savoir tous les, chaque et tout, les trois déterminants exprimant la totalité et présentant le trait ‘comptable’, car la notion de totalité exige « un domaine de quantification borné » et « une structuration partitive interne de ce domaine » (Kleiber, 2011 : 141 -142). Le premier quantificateur se distingue des deux autres du point de vue de la saisie de la totalité : celle-ci est externe, respectivement interne, selon le trait pluriel ou singulier qui détermine la distributivité.

1.2. La négation du quantificateur en français et en roumain

14La négation du quantificateur dans un groupe nominal sujet se fait différemment dans les deux langues :

(12) Tout le monde a une seule vie qui passe, Mais tout le monde ne s’en souvient pas. (Carla Bruni)

15Cette structure est déconcertante pour les Roumains, qui utilisent une construction niant le quantificateur par un morphème négatif le précédant directement :

(12’) Toată lumea are o singură viată care trece,
Dar nu toată lumea își amintește de asta.

Voir aussi :

(13) Nu toţi îndrăgostiţii sunt fericiţi.
Tous les amoureux ne sont pas heureux.
(14) Nu toată lumea poate înţelege un asemenea lucru.
Tout le monde ne peut pas comprendre une telle chose.
(15) Nu tot cepretinde el e adevărat.
Tout ce qu’il prétend n’est pas vrai.

Nous avons souvent trouvé dans les épreuves écrites des étudiants des constructions fautives calquiées sur le roumain, utilisant diverses formules négatives en tête de phrase précédant le quantificateur : Non/Ne/Pas tous/Ne pas N sont + attribut :

  • Non tous les amoureux sont heureux.

  • Ne tous les amoureux sont heureux.

  • Pas tous les amoureux sont heureux.

  • Ne pas tous les amoureux sont heureux.

ou bien des énoncés gardant l’ordre des mots de la phrase canonique, avec le sujet en début de phrase et les adverbes de négation embrassant le verbe copule (N ne sont pas tous + attribut) :

(16) Les amoureux ne sont pas tous heureux.

Les équivalents français corrects des exemples (13), (14), (15) sont interprétés couramment par les apprenants roumains comme des négations absolues, à savoir :

(13’) Aucun amoureux n’est heureux (=Tous les amoureux sont malheureux).
(14’) Personne ne peut comprendre une telle chose.
(15’) Rien de ce qu’il prétend n’est vrai.

L’interprétation remplace donc la négation du quantificateur de la totalité par un quantificateur nul, elle invoque un ensemble vide.

16D’ailleurs, lorsque la structure française est utilisée en roumain, dans le langage courant, il résulte un énoncé fautif, inacceptable du point de vue syntaxique, car le quantificateur de la totalité ne peut pas se combiner avec un verbe à la forme négative. Voilà un exemple tiré d’un reportage TV où un avocat [sic !] avait déclaré :

(17) Am dispus ca toţi inculpaţii să nu pârâseascâ [ara.
(J’ai donné la disposition que tous les inculpés ne quittent pas le pays). (RTV, 29/10/2012)

Le message à transmettre était évidemment qu’aucun inculpé (du groupe précis concerné) n’avait le droit de quitter le pays.

17La linguistique française est unanime à reconnaître que la négation du quantificateur universel tout « fait émerger préférentiellement une interprétation de quantification partitive » (Kleiber, 2010 : 164). Riegel et alii (2011 : 301) remarquent le fait que « tout a de fortes affinités avec les phrases génériques ou habituelles : Toute eau n ’est pas bonne à boire. / *Chaque eau n ’est pas bonne à boire. Toute erreur n ’est pas faute. / *Chaque erreur n ’est pas faute. », tandis que « chaque, comme déterminant du GN sujet, se trouve difficilement en phrase négative ».

18En étudiant l’énoncé Tous les Français ne boivent pas du vin (qui donne le titre de son article), Nølke (1993) propose l’analyse suivante : « Par suite de sa valeur logique, tous entrave fortement – au point de la rendre obligatoire – la lecture descriptive de la négation. Il s’ensuit que la négation ne... pas est toujours polémique si elle cohabite avec tous. Or, la portée de la négation polémique est à la perspective ‘énoncé’ alors que celle de tous est à la perspective ‘contenu propositionnel’ ». Il en découle, montre le linguiste danois, que la lecture par défaut « est celle dans laquelle ne... pas porte sur tous [...] ». Dans un autre article (2014 : 5), il montre que « Ce phénomène s’explique sans doute par le fait que la langue dispose de morphèmes spécialisés pour exprimer que le quantificateur universel se trouve dans la portée de la négation », à savoir une semi-négation, et il donne l’exemple : « Aucun Français ne boit de vin ».

2. Structures négatives employées par les proverbes français

19Nous avons rencontré, dans les proverbes français constituant notre corpus, des structures utilisant le quantificateur tout, déterminant (au singulier ou au pluriel, selon que le nom est dépouvu d’article ou non) ou pronom suivi d’une relative déterminative. Kleiber (2011 : 144) caractérise la quantification de totalité « comme une quantification qui exclut les exceptions ». L’emploi des constructions de la totalité tous les N et tout N + SV n’est approprié, souligne-t-il, que si pas tous les N et pas tout N + SV- les exceptions – sont envisageables. C’est de là que découle, selon le linguiste français, « la difficulté, bien connue, d’avoir avec un quantificateur universel une négation portant sur le prédicat » et la correspondance entre Tous les N + nég + SV et ‘pas tous les’, tout N + nég + SV et ‘pas tout’, donc lecture préférentielle en termes de négation du quantificateur (Kleiber, 2011 : 144).

2.1. Tout + N (sg, -art) + vb (nég)

20En français, la structure la plus courante utilise le quantificateur tout à côté d’un nom singulier sans article (syntagme synonyme de chaque) + un verbe à la forme négative :

(18) Tout bois n’est pas bon à faire flèche.
(Nu orice lemn e bun să faci [din el] săgeată). (GE, 137)
(19) Toute chair n’est pas venaison.
(Nu orice carne e vânat). / Nu toată carnea-i vânat. (GE, 137)
(20) Toute fleur ne donne pas de fruit.
Nu orice floare dà rod. (GE, 137)
(21) Toute huître ne contient pas une perle.
(Nu orice scoică are în ea o perlă), (apud Kleiber 2010)
(22) Tout nuage ne donne pas de la pluie.
(Nu orice nor aduce ploaie). (apud Kleiber 2010)
(23) Toute vérité n’est pas bonne à dire.
(Nu orice adevăr e bun de spus). (GE, 137)

Comme on peut le constater, les versions roumaines utiliseraient, en traduction littérale, mais aussi dans la variante proverbialisée (v. ex. 20), la structure Nu + quantificateur distributif orice + verbe affirmatif : Nu orice [‘pas n’importe quel’] + nom (sans article) + verbe affirmatif. On remarque dans l’exemple (19) une équivalence proverbiale utilisant, nié, le même quantificateur de la totalité que le français (nu tot). Pour le dernier proverbe, l’auteure du recueil propose un équivalent un peu discutable, qui nous semble plutôt un calque sur le français, ou bien l’adaptation d’une ancienne structure populaire à un proverbe plus récent, emprunté au français :

(23’) Orice adevăr nu e bun de spus. (GE, 137)

2.2. Tous les + N (pl)/Tout le + N (collectif) + vb (nég)

21Enfin, d’autres proverbes de cette classe utilisent la structure tous/toutes les + nom pluriel + verbe à la forme négative :

(24) Tous les doigts de la main ne se ressemblent pas.
(Nu toate degetele de la mânà se aseamănă). / Cinci degete sunt
la o mână, și nu seamănă unul eu altul. (GE, 137)
(25) Toutes les fleurs n’ont pas d’odeur.
(Nu toate florile miros).
(26) Tous les fous ne sont pas aux petites maisons.
Nu toţi nebunii sunt la ospiciu. (GE, 137)
(27) Tous les jours de chasse ne sont pas des jours de prise.
(Nu toate zilele de vânătoare sunt zile de prins). / Nu întotdeauna
îţi merg toate din plin. (GE, 137)
(28) Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire.
(29) Toutes les écuelles ne sont pas pour la soupe.
Nu toate străchinile sunt pentru ciorbă. (GE, 137)

On pourrait y inclure aussi tout précédant un nom collectif avec article défini toujours :

  • 9 Notons, pour la bonne bouche, l’équivalent roumain de ce proverbe : Eu mare, tu mare, cine să tragă (...)

(30) Tout le monde ne peut pas commander.
(Nu toată lumea poate sa comande)9.

Comme de règle, les traductions littérales roumaines, mais aussi la plupart des expressions proverbiales attestées, utilisent respectivement Nu toţi/nu toate (pas tous) + nom pluriel (article défini) et Nu tot/toată (pas tout, e) + nom collectif (article défini) + verbe affirmatif. Les exemples (23) et (28) représentent des variantes du même proverbe.

22Le quantificateur peut concerner non pas le groupe nominal sujet, mais un circonstanciel ; voir les exemples ci-dessous dont la structure est, évidemment, différente :

(31) Il n’est pas tous les jours fête.
(Nu e în toate zilele sărbătoare). (apud Kleiber 2010)
A goupil (renard) n’advient pas tous les jours géline blanche.
(EG, 103)

Pareillement à l’énoncé français, où l’accent d’insistance tombe sur pas, l’équivalent roumain utilise le morphème négatif en tête de phrase, niant le verbe sans plus insister sur le quantificateur, qu’il s’agisse d’un groupe prépositionnel visé :

(32) Nu se mănâncă în toate zilele plăcintă.
(On ne mange pas tous les jours de la galette). Nu e sărbătoare în fiecare zi (GE, 56),

ou bien d’un simple adverbe de temps, comme dans l’exemple (27) : nu întotdeauna (‘pas toujours’). Remarquons encore une fois, dans les équivalences roumaines, la concurrence entre les structures distributives en fiecare (chaque) + nom singulier et les structures totalisantes en toţi, toate + nom pluriel (tous les).

23Avant de terminer l’énumération des structures négatives rencontrées dans les proverbes français « partitifs », mentionnons un exemple atypique, qui commence par la négation du verbe et focalise sur le quantificateur :

(33) Ne sont pas tous chasseurs qui sonnent du cor. (Nu sunt toţi vănători câţi sună din corn).
Nu toate femeile eu cheile în brâu sunt gospodine. (EG, 104)

24Pour ce qui est de la diférence entre tout et tous les – quantificateurs universels, nous allons recourir à l’analyse de Kleiber (2011). Si tout, comme tous les (et chaque, mais auquel nous ne nous intéressons pas pour le moment) « opèrent sur un ensemble borné dont ils donnent tous les éléments » (2011 : 143), ils se différencient du point de vue de la distributivité exhaustive. Dans le cas de tout (comme dans celui de chaque), « la lecture distributive découle directement de leur trait ‘singulier’ et leur est donc inhérente » ; celui-ci « oblige à prendre comme point de départ l’occurrence individuelle et ne permet donc d’arriver à la totalité que par une application distributive sur les individus de l’ensemble ». Il s’agit donc d’une « saisie interne » de la totalité, réalisée de l’intérieur (Kleiber, 2011 : 151). En revanche, dans le cas de Tous les, l’auteur distingue « une sorte de saisie externe », « une vision externe de la totalité », qui est « acquise ou exprimée directement : elle ne passe pas par une focalisation sur l’occurrence individuelle, mais porte au contraire d’emblée sur le domaine de quantification ». (Kleiber, 2011 : 151)

2.3. Tout + relative (en ce qui) + vb (nég)

25Un autre type de construction fait intervenir une relative déterminative dont l’antécédent est le pronom indéfini tout ; la phrase débute par Tout ce qui et nie le verbe principal :

(34) Tout ce qui reluit n’est pas or.
Nu tôt ce lucește e aur.
(35) Tout ce qui blanchit n’est pas farine.
(Nu tot ce albește e făină). (GE, 137)
(36) Tout ce qui branle ne tombe pas.
Nu tôt ce se clatină cade. (GE, 137)

Selon la règle générale, l’énoncé roumain commence par la négation focalisante : Nu tôt ce..., qui porte un fort accent d’insistance, suite à son fonctionnement polémique. L’ordre des mots du roumain a lui aussi le rôle de focaliser le constituant en question, à savoir le quantificateur (cf. infra).

3. Structures utilisées dans les proverbes roumains bâtis sur la négation du quantificateur

26Comme nous avons pu voir, la structure roumaine actuelle est Nu totil toate + nom + verbe affirmatif, la particule négative précédant directement le quantificateur. Mais on rencontre dans les proverbes d’autres constructions frappantes, sans doute plus anciennes, où l’on retrouve non seulement un autre ordre des mots, la marque de la négation ne se trouvant plus dans la position initiale, mais aussi d’autres quantificateurs de la totalité distributive exhaustive. Il aparaît ainsi un parallélisme inattendu avec la structure française, déconcertante à un premier abord pour les Roumains.

3.1. Négation précédant le quantificateur

3.1.1. NU + quantificateur de la totalité tôt (‘tout’) + N

  • 10 L’article défini est toujours enclitique en roumain, il est soudé au nom (V. GALR, I : 53).

27Qu’il s’agisse d’un pluriel ou d’un singulier, le nom est toujours accompagné d’un article défini10 ; la phrase, emphatisée, débute par le marqueur négatif fortement accentué.

28Avant d’analyser effectivement cette construction, il faut faire quelques précisions sur le statut de la négation dans ces proverbes. C’est une négation polémique, focalisante, portant un accent phrastique très fort. La particule nu fonctionne comme une marque négative tant dans le cas de la négation « totale » (ou « propositionnelle »), que dans celui de la négation « partielle » (ou « de constituant » ou « focalisante »), non-verbale. Dans ce dernier cas, elle se réalise à l’aide de nu fonctionnant comme un « semi-adverbe focalisant » (GALR, II : 709). La grammaire citée insiste sur le statut grammatical différent de la particule dans les deux cas ; nu1 de la négation verbale, est un « morphème grammatical », tandis que nu2, de la négation de constituant, « est un semi-adverbe, moyen lexico-grammatical à caractéristiques propres » (GALR, II : 719). Cette forme ne se réduit jamais phonétiquement à n-, notamment parce que « le nu focalisant est normalement le porteur de l’accent phrastique (tandis que nu verbal porte un accent lexical » (GALR, II : 719).

  • 11 « Le focus représente l’élément rhématique central d’une phrase, l’information nouvelle révélatrice (...)

29Comme le montre cette grammaire, « ... la négation de constituant isole clairement le focus, laissant le verbe prédicat à la forme affirmative » (GALR, II : 710)11. Dans le cas des proverbes analysés, c’est le quantificateur qui est focalisé par le marqueur négatif qui le précède, le verbe restant à la forme affirmative. Enfin, une autre remarque importante, liée à ce qui précède : « La construction à négation focalisante manifeste certaines préférences concernant l’ordre des mots : le constituant nié tend à occuper la position initiale [...] » (GALR, II : 720). Toutes les particularités mentionnées plus haut par rapport à la négation focalisante de constituant sont autant de particularités des proverbes roumains où intervient la négation du quantificateur, qui les distinguent nettement des proverbes français.

30Analysons maintenant la construction mentionnée avec ses variantes structurales.

3.1.1.1. NU tot/toată (=pas tout, e) + N sg (art) + vb affirm

31Les proverbes peuvent utiliser le quantificateur de la totalité au singulier, avec un pouvoir d’abstraction plus grand, et ayant pour synonyme orice ou fiecare (n’importe quel, chaque) :

(37) Nu toată nuca are miez bun și sănătos.
(Pas toute noix a le noyau bon et sain). / Nul bois sans écorce.
(EG, 104)
(38) Nu tot omul e om. (Pas tout homme est homme). / Il y a fagot et fagot. (EG, 105)

Le dernier proverbe, qui semble vraiment paradoxal, joue sur la polysémie du nom, dans la fonction d’attribut celui-ci fonctionnant plutôt à la place d’un adjectif avec le sens de ‘humain’, ou ‘brave’ (« un brave homme »).

3.1.1.2. NU toti/toate (=pas tous les) + N pl (art) + vb affirm

32La structure est encore courante en roumain, elle n’est donc pas du tout surprenante ; sur ce modèle on pourrait encore créer d’autres énoncés proverbiaux :

(39) Nu toate muștele fac miere.
Toutes les mouches ne sont pas mouches à miel (ne font pas du miel). (EG, 104) ; Toute fleur ne donne pas de fruit. (EG, 99).
(40) Nu toate femeile eu cheile în brâu sunt gospodine. (Pas toutes les femmes portant des clés à la ceinture sont de bonnes ménagères). / Ne sont pas tous chasseurs qui sonnent du cor. (EG, 104)
(41) Nu toţi cu urechile mari sunt din viţă de măgar
(Pas tous avec [ceux qui ont] de grandes oreilles sont de la famille des ânes). / Toute chair n’est pas venaison. (EG, 105)

Tous ces proverbes représentent des variantes – et elles ne sont pas les seules, comme on le verra – pour exprimer le même enseignement : les apparences sont trompeuses.

3.1.1.3. NU tot + (relative en ce) + vb affirm (=pas tout ce qui)

33Une série de proverbes utilise le quantificateur de la totalité, tout, pronom indéfini, précédé du semi-adverbe nu et suivi d’une relative introduite par le pronom ce (=ce qui). Le proverbe le plus connu, que nous allons analyser plus en détail infra, est :

(42) Nu tôt ce zboară se mănăncă.
(Pas tout ce qui vole se mange). / Tout ce qui reluit n’est pas or.
(EG, 104)

avec la variante similaire à celle du français :

(43) Nu tôt ce lucefte (străluce, sclipeşte) e aur.
Tout ce qui reluit (luit, brille) n’est pas or. ; Tout n’est pas or dans ce qui brille. (GG, 286)

Gheorghe (1986 : 286) en évoque encore une, pour le même sens proverbial et ayant le même équivalent français :

(44) Nu tot ce-i dulce e miere.
(Tout ce qui est sucré n’est pas miel). (GG, 286)

Si, en général, le syntagme tot ce/tout ce qui renvoie à des non-humains, on rencontre aussi un référent animé dans le proverbe :

(45) Nu tôt ce poartă rasă şi camilafcă e călugăr.
(Pas tout ce qui porte le froc et la toque est moine). / Ce n’est pas à la barbe qu’on connaît le philosophe. (EG, 104) ; L’habit (la robe) ne fait pas le moine ; La robe ne fait pas le médecin. (GG, 218)

On remarque facilement que la principale contient, dans la plupart des cas, un prédicat nominal servant à l’identification de l’élément et à l’introduire dans une catégorie existentielle.

3.1.1.4. NU + vb + toţi (pron) + relative (=ne vb pas tous ceux qui)

34Notons enfin un exemple intéressant de proverbe où l’ordre de la séquence n’est pas respecté, la négation précédant le verbe, et non pas directement le quantificateur, sans que sa portée se modifie pour autant :

(46) Nu dorm toţi câţi au ochii închişi.
(Ne dorment pas tous combien [=ceux qui] ont les yeux fermés). / Tel a les yeux fermés qui ne dort pas. (EG, 97)

35D’ailleurs, on rencontre le même phénomène si le quantificateur nié ne figure pas dans un GN à fonction Sujet, mais dans un groupe prépositionnel, dans notre cas, à fonction de circonstanciel de temps : Nu + vb + SP (prép + tot + nom). En voilà quelques exemples, en fait des proverbes synonymes, proposés par Gheorghe (1986 ; voir aussi l’exemple 32) :

  • 12 Certains samedis précis sont destinés, dans la tradition orthodoxe, à la commémoration des morts ; (...)

(47) Nu e în toate zilele (totdeauna) Paşte.
Ce n’est pas tous les jours Pâques. (GG, 282)
(48) Nu-i (în) toată ziua duminecă.
(Il n’est pas chaque jour dimanche).
(49) Nu e pomană în toate sâmbetele12.
(Il n’est pas repas funéraire tous les samedis).

3.1.2. NU + quantificateur distributionnel orice

(=pas n’importe quel, =pas tout) + N sg

36Nous avons trouvé un seul exemple de ce type, proposé par Gorunescu (1975) comme équivalent d’un proverbe français :

(50) Nu orice floare dă rod.
Toute fleur ne donne pas de fruit. (GE, 137)

Le fait que les proverbes utilisent rarement cette structure, pourtant courante en roumain actuel, montre leur ancienneté.

3.1.3. NU + quantificateur distributionnelfiecare (=pas chaque) + N sg

37Nous avons trouvé un seul exemple où figure le quantificateur distributionnel fiecare (=chaque), ce qui n’annule pas la possibilité qu’il y ait d’autres exemples similaires :

  • 13 Le bois de tilleul, utilisé aussi dans la construction des autels sculptés et des iconostases des é (...)

(51) Nu fiecare bordei are splină de tei13.
(Pas chaque chaumière a un étai de bois de tilleul). / Il ne faut pas juger l’arbre à l’écorce. (EG, 99)

3.2. Quantificateur + nom + NU verbe (verbe à la forme négative)

38Mentionnons enfin les constructions similaires à celles qui sont utilisées par le français, l’existence desquelles nous a fortement surprise initialement, au point de croire qu’il s’agissait de calques sur cette langue :

3.2.1. Tot (=tout) + N + NU vb (vb nég)

39Les exemples recueillis ne sont pas nombreux, mais leur existence est frappante :

3.2.1.1. Tot (=tout) + N sg (art) + NU vb (vb nég)

(52) Toată musca nu face miere. (EG, 139)
Toutes les mouches ne sont pas mouches à miel ; Toute fleur ne donne pas de fruit. (EG, 137)

3.2.1.2. Tot (=tout) + N pl (art) + NU vb (vb nég)

(53) Toate strdchinile nu sunt pentru ciorbă.
Toutes les écuelles ne sont pas pour la soupe. (EG, 140)

3.2.2. Orice (=n’importe quel, tout) + N + NU vb (vb nég)

40Le distributeur aléatoire orice correspond à n ’importe quel, qui n’apparaît pas dans les proverbes français, mais aussi à tout, déterminant utilisé à côté d’un nom singulier. Si en roumain la structure courante utilise ce quantificateur, mais nié (nu orice), son apparition en tête de phrase suivi d’une négation verbale, de prédicat est choquante et témoigne sans doute de la syntaxe du roumain populaire et d’un état de langue ancien :

(54) Orice ham nu încape pe orice cal.
(N’importe quel/tout harnais ne convient pas à n’importe quel/
tout cheval). / Il faut savoir trouver chaussure à son pied. (EG,
112)
(55) Orice lemn nu face tăpuş la bute.
(N’importe quel/tout bois ne fait pas canelle au tonneau). / Tout bois n’est pas bon à faire flèche. (EG, 112)

41Ajoutons un proverbe qui figure dans le recueil de Gheorghe (1986), mais qui constitue, selon nous, un calque sur le proverbe français bien connu :

(56) Orice adevăr nu e bun de spus.
Toute vérité n’est pas bonne à dire. (GG, 298)

42La même structure concerne la négation d’un quantificateur dans un groupe prépositionnel, construction moins frappante que la précédente :

(57) Din orice lemn nu se face bucium.
(De tout /n’importe quel bois on ne peut faire buccin). / Tout bois n’est pas bon à faire fleche. (EG, p. 52)
(58) Din orişice lemn îţi place, fluier nu se poate face.
(De tout/n’importe quel bois on aime on ne peut pas faire [une] flûte). (EG, 52)

3.3. Étude de cas : un proverbe et ses variantes. Permutations

  • 14 L’édition de 2003 a réédité le Ier volume paru en 1895. L’ouvrage, monumental, comprenait plus de 7 (...)

43Le recueil de Zanne (2003 : 115)14, nous offre une vraie richesse : le même proverbe dans un évantail de variantes avec toutes les permutations possibles :

(59) Orice lucește nu se înţelege aur.
(N’importe quoi [=tout ce qui] luit ne se comprend pas [n’est pas] or).
(60) Nu e aur tot ce străluce.
(N’est pas or tout ce qui luit).
(61) Nu tot ce lucește este aur.
(Pas tout ce qui luit est or).
(62) Tot ce lucefte nu e aur.
(Tout ce qui luit n’est pas or).
(63) Nu tot ce sclipește e aur, fi nu tot ce zboară se mănăncă.
(Pas tout ce qui luit est or et pas tout ce qui vole se mange).

  • 15 Bizarrement, GG a inséré la variante telle quelle dans son recueil, or il s’agit, de manière éviden (...)

Comme on peut observer, trois des variantes utilisent la structure avec la marque négative en tête de phrase, la négation focalisant tantôt le quantificateur, tantôt l’attribut du sujet ; deux autres débutent par le quantificateur distributif pronominal, orice/n’importe quoi ou tot/tout [ce qui] et c’est le verbe qui se trouve à la forme négative. La dernière variante, qui réunit deux proverbes synonymes, représentait à son tour une formule d’auteur, la citation étant extraite d’un article de journal publié en 189515.

44Le commentaire de l’auteur du recueil nous fournit encore d’autres structures comportant la négation du quantificateur. L’une utilise le distributeur orice en tête de phrase : « Adică orice faţă nu e fi frumoasă, fi orice zmerit nu e și sfânt. » (C’est-à-dire n’importe quel/tout visage n’est pas beau [aussi] et n’importe quel/tout [homme] pieux n’est pas saint [aussi]). Deux autres aparaissent dans la traduction (figurant dans des notes) des proverbes italien Ogni luccioli non e fuoco / Tot licuriciu nu e foc et espagnol Non es oro todo le que reluce / Nu e aur tot ce lucește, la première avec le quantificateur de la totalité tot en tête de phrase et la seconde avec un changement de focalisation et de l’ordre des mots. La variante française évoquée est Tout ce qui reluit n ’est pas or. Ces trois structures différentes, utilisées par l’auteur dans ses propres phrases, nous montrent qu à l’époque (la fin du XIXe siècle) l’usage était encore fluctuant et la langue ne s’était pas encore stabilisée à une structure précise.

45Nous devons retenir l’explication du proverbe (« Nous ne devons pas juger selon les apparences qui souvent peuvent nous tromper »), mais surtout un commentaire qui annulerait en quelque sorte sa valeur de sagesse populaire : « Ce proverbe n’est pas populaire et il n’est utilisé que par les hommes de lettres, et cela très rarement » (Zanne, 2003 : 115). Comme l’auteur l’avait reconnu lui-même dans la préface, il avait introduit dans son ouvrage quelques maximes et expressions livresques aussi. Chose très importante, Zanne avait non seulement indiqué la source, mais il avait soigneusement marqué par des signes graphiques l’origine des proverbes, selon qu’ils étaient connus ou reccueillis personnellement par l’auteur (*), des proverbes paysans (Δ) ou utilisés seulement par des littéraires (□), et même des proverbes douteux ou traduits d’autres langues (•). Nous allons reproduire ces symboles pour les proverbes cités.

  • 16 Le symbole A suivant le numéro de l’exemple signifie « de l’Annexe ».

46Rappelons-le, le recueil de Zanne était paru en 1895. Mais aujourd’hui encore, l’équivalent roumain populaire du proverbe évoqué plus haut est Nu tot ce zboară se mănăncă (Pas tout ce qui vole se mange). Pour ce dernier, le même ouvrage nous offre vingt variantes, dans des stades de proverbialisation différents – un vrai trésor (v. l’annexe). On retrouve ainsi le stade précédant la généricité, avec l’indication de la personne concernée : Il lui/leur/te semble que... (v. les exemples 4A, 5A, 7A, 8A16) ou Il/Qui est jeune/croit que... (v. les exemples 14A et 17A), et absence de la négation :

(64) îi pare că câte zbor se mănăncă.
(Il lui semble que combien [d’oiseaux] volent se mangent).
(65) (*) Crede că tot ce zboară se mănăncă.
(Il croit que tout ce qui vole se mange).

Notons aussi, dans les énoncés non encore proverbialisés, l’emploi du futur à la place du présent gnomique (ex. 6A) :

(66) Orice zboară li se pare că il vor putea mânca.
(N’importe quoi/tout ce qui vole il leur semble qu’ils pourront [le] manger).

De même, avant d’avoir la classe définie abstraitement, par la relative au singulier (tout ce qui vole), les diverses variantes utilisent le nom hypéronyme, au pluriel (les oiseaux qui volent) (ex. 8A, 15A) ou au singulier (l’oiseau volant, ex. 2A) et même le hyponyme (les corneilles, ex. 17A) :

(67) I se pare că toate paserile ce zboară, se mănăncă.
(Il lui semble que tous les oiseaux qui volent se mangent).
(68) (ᐃ) Cel tânăr crede că câte ciori zboară toate se mànâncâ. (Le jeune croit que [parmi] toutes les corneilles qui volent toutes se mangent).

Certaines variantes utilisent la relative périphrastique (avec pronom relatif au pluriel (Câte zboară, ex. 4A, 5A), parfois en début de phrase, et la négation du verbe principal (ex. IA) :

(69) Câte zboară nu se mănăncă.
(Combien [d’oiseaux] volent ne se mangent pas).

47Une autre structure répétée dans les variantes analysées utilise le quantificateur distributif pronominal orice/n ’importe quoi, tout + verbe, avec la négation du verbe de la principale (ex. 3A, 6A) :

(70) Orice zboară nu se mănăncă
(N’importe quoi/tout ce qui vole ne se mange pas).

D’autres constructions utilisent, comme en français, le quantificateur tot en tête de phrase, soit comme déterminant + nom pluriel (tous les) (ex. 18A), soit comme pronom singulier suivi de la relative déterminative (ex. 10A) :

(71) Toate păsările care zboară nu se mănăncă.
(Tous les oiseaux qui volent ne se mangent pas).
(72 (*) Tot ce zboară nu se mănăncă.
(Tout ce qui vole ne se mange pas).

48On arrive enfin à la variante fixée, actuelle du proverbe, avec négation focalisante du quantificateur pronominal de la totalité, exprimé par un singulier à valeur neutre (tot ce/tout ce qui) en tête de phrase et le verbe principal à la forme affirmative (ex. 11 A, 13A), avec un passage par la forme pronominale de neutre pluriel toate (ex. 12A) :

(73) (*∆) Nu tot ce zboară se mănâncă (se măncă).
(Pas tout ce qui vole se mange).
(74) Nu toate câte zboară se mâncă.
(Pas tous ceux qui/combien volent se mangent).

Dans une autre variante commençant par la négation (ex. 16A), celle-ci précède le verbe, non le quantificateur, l’accent d’insistance est donc moins fort, parce qu’il ne s’agit plus d’une négation focalisante.

(75) Nu se mănâncă tot ceea ce zboară.
(Ne se [on ne] mange pas tout ce qui vole).
(76) Nu tot ce sclipește e aur și nu tot ce zboară se mănăncă.
(Pas tout ce qui luit est or et pas tout ce qui vole se mange).

Pour l’exemple 19A (76), qui réunit deux proverbes (dont un circulant dans les milieux littéraires et l’autre d’origine populaire), voir notre commentaire supra.

49Le proverbe est interprété par Zanne comme le précédent (« il ne faut pas juger les choses et les gens selon les apparences »), tout en évoquant une autre interprétation, celle de Golescu, « on ne peut tout avoir ». Il mentionne aussi deux proverbes étrangers similaires, un latin Non quidvis contiget quod optaris et un autre turc : Her Kușun eti jenmez (traduit dans la note par Nu se mănăncă carnea fiecărei păsări (Zanne, 2003 : 645).

50Enfin, un dernier exemple du même recueil (Zanne, 2003 : 558), ayant pour équivalent le proverbe français Toutes les mouches ne sont pas mouches à miel :

(77) (*) Nu fac toate muștele miere.
(Ne font pas toutes les mouches du miel).
(78) (*∆) Toată musca nu face miere.
(Toute mouche ne fait pas du miel).
(79) Toate muștele nu fac miere.
(Toutes les mouches ne font pas du miel).
(80) (*∆) Nu toate muștele fac miere.
(Pas toutes les mouches font du miel).

Une autre variante paysanne citée par Zanne (2003 : 558), remplace le verbe fac/font par strâng/amassent (N’amassent pas toutes les mouches du miel). L’interprétation du proverbe indiquée par l’auteur du reccueil est : « Tous ne sont pas capables de produire, d’avoir un travail fructueux et utile ».

51Nous croyons que les permutations visibles dans les variantes plus haut, dont deux (la deuxième et notamment la troisième) copient le modèle français, témoignent aussi d’une instabilité du système, la langue ne s’étant pas encore décidée pour la structure figée du proverbe. Il existe des degrés différents de proverbialisation, comme le montrent les études de Kleiber (1999) et de Shapira (2000) : « Le degré de proverbialisation d’un énoncé se mesure à la plus ou moins grande conformité aux exigences mentionnées plus haut : notoriété, perte de la référence, métaphoricité, forme prototypique » (Shapira, 2000 : 89).

4. L’interprétation sémantique Proverbes « à généricité partitive »

52Kleiber (2010) et (2012) réalise une classification sémantique des proverbes « selon deux critères fondés l’un sur le type d’occurences pour lequel s’emploie le proverbe, l’autre sur la quantification » (2010 : 156). D’après le premier critère, il distingue deux catégories de proverbes, « selon qu’ils sont prédestinés à s’employer pour une situation qui répond directement à ce qu’ils expriment ou pour une situation qui représente ou active une occurence contraire » (2010 : 158), c’est-à-dire selon « l’application à des occurrences-exemples ou des occurrences contre-exemples » (2012 : 161). D’après le critère de la quantification, l’auteur oppose « sur le plan générique les proverbes à quantification universelle et quasi universelle » (2010 : 162) ou « à validité universelle ou quasi universelle » (2012 : 156), tels que II n’y a pas de roses sans épines, aux « proverbes à quantification “partitive” » (2010 : 162) ou « à généricité “partitive” » (2012 : 157), tels que Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire ou Tout ce qui brille n ’est pas de l ’or. L’auteur arrive à ces deux critères de classification suite à une démarche critique par rapport à un autre classement, celui de Palma.

  • 17 Nous reproduisons les propos de Palma tels qu’ils ont été cités par Kleiber, n’ayant pas eu directe (...)

53Dans l’article de 2012, Kleiber entreprend une analyse critique de la distinction faite par Palma (2004 et 2007) entre un « schéma doxal » et un « schéma paradoxal » dans la réalisation des proverbes, selon que ceux-ci, qui évoquent toujours une loi générale (la doxa) pour la valider, focalisent sur la vérité générale ou sur les cas s’écartant de la règle. On aurait donc, de ce point de vue, selon Palma, des proverbes doxaux et des proverbes paradoxaux, ceux auxquels nous nous intéressons entrant sans doute dans la deuxième catégorie. Par le schéma doxal, montre la linguiste citée par Kleiber, on a « la validation directe, lorsque le proverbe met en avant les cas dans lesquels la règle se vérifie, en faisant ainsi glisser la vérité générale vers une vérité nécessaire ». Par le schéma paradoxal, on a « la validation indirecte, lorsque le proverbe focalise, au contraire, sur la présence d’un (de) contre-exemple(s) prévu(s) par la règle générale. Ce cas introduit ainsi une règle générale complémentaire à Les X sont Y, pouvant prendre la forme Il y a des X qui sont Y ou II y a des X qui sont Z » (Palma 2007 : 134, citée par Kleiber 2012 : 14417).

  • 18 Il souligne que « ... la règle générale complémentaire mise sur le devant par les proverbes paradox (...)

54Kleiber explicite davantage l’analyse de Palma à propos des proverbes du type Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire18 en insistant sur le mécanisme par lequel ils focalisent sur les exceptions, tout en mettant en avant une autre règle que la loi générale. Il remarque le fait que « la règle complémentaire que font émerger les proverbes paradoxaux a pour correspondant générique une généricité de type partitive et non plus extensive ou généralement vraie. Et elle se manifeste dans des phrases génériques partitives a priori, c’est-à-dire des phrases qui, tout en étant génériques, du point de vue quantificationnel interprétatif ne correspondent plus à une quantification quasi universelle (du type généralement vrai), mais basculent du côté de parfois vrai. (Kleiber, 2012 : 146). L’auteur cité dégage tout d’abord de la description de Palma une opposition entre les phrases génériques « donnant lieu à une interprétation de quantification universelle ou quasi universelle » et celles qui « ne donnent lieu qu’à une quantification “partitive” » (Kleiber, 2012 : 156). Cette sous-classe de proverbes « partitifs » doit plutôt être considérée comme un cas spécial des proverbes universels ou quasi universels, montre le linguiste français.

55Une autre remarque importante de Kleiber concerne « un affaiblissement du pouvoir inférentiel » dans le cas de ce type de proverbes. « Avec les “partitifs”, l’inférence par défaut n’est plus que de l’ordre du possible et non plus du probable », comme pour les proverbes « quasi universels ». Ainsi, « À partir du proverbe : Tout ce qui brille n ’est pas de l ’or on ne peut plus inférer que si quelque chose brille, ce n ’est probablement pas de l’or, mais uniquement que si quelque chose brille, ce n ’est peut-être pas de l ’or » (Kleiber, 2012 : 159).

56Les deux classifications de Kleiber, qui ne couvrent pas l ’ opposition doxaux/ paradoxaux de Palma, éclaircissent le mécanisme par lequel des proverbes que nous étudions construisent leur sens. Ceux-ci représentent, croyons-nous, des énoncés « à focalisation contrastive » ; ce type d’énoncé « identifie la variable en question, en substituant la variante d’identification “correcte” à une autre/à d’autres variantes concurrentes, actualisées ou actualisables dans le discours, qu’il rectifie » (GARL II : 890). Cette rectification a évidemment un caractère polémique, la présupposition de l’énoncé focalisé étant dans notre cas « l’expérience extra-communicationnelle antérieure commune des interlocuteurs (connaissances partagées, de type encyclopédique ou de type factuel particulier) » (GARL II : 888). La composante métadiscursive intervient elle aussi, parce qu’on évoque implicitement, pour le corriger, l’énoncé où le quantificateur de la totalité (sans exception) est affirmé et son énonciateur : Unii cred că tot ce zboară se mănâncă./Certains pensent que tout ce qui luit est or.

57« Le proverbe s’avère être avant tout un tueur d’illusions et il paraît que c’est ici que réside sa fonction primordiale de nature didactique » (n.t.). L’assertion précédente de Bîrlea (1983 : 321) pourrait très bien nous servir de conclusion, par rapport au type de proverbes que nous avons analysé : la négation polémique du quantificateur y vient arracher le voile des naïfs se fiant à l’apparence qui paraît instaurer des règles absolues, là où les exceptions... constituent une nouvelle règle.

Conclusions

58L’analyse contrastive des proverbes français et roumains nous a permis de constater, tout d’abord, une différence majeure entre les deux langues dans la négation du quantificateur : si, en français, malgré l’interprétation préférentielle, la phrase débute par l’expression de la totalité qui est suivie par la négation accompagnant le verbe Tout + nom (sg)/Tous les + nom (pl) + vb nég, en roumain la négation focalisante, exprimée par le semi-adverbe nu portant un fort accent d’insistance, ouvre la phrase et précède directement le quantificateur, le verbe restant affirmatif : Nu tot/Nu toţi + nom + vb. La phrase est emphatisée et l’ordre des mots s’explique par la tendance du constituant nié à occuper la position initiale. Le nom est toujours accompagné de l’article défini, dans ce cas, mais il peut ne pas l’être, si le quantificateur est un autre, par exemple orice/n ’importe quel. C’est la structure standard en roumain, que nous retrouvons dans les proverbes aussi et qui distingue nettement ceux-ci des proverbes « partitifs » français.

59Le corpus d’exemples a fourni d’autres structures négatives aussi, similaires au français, structures qui utilisent le même ordre des mots : quantificateur distributif + nom (singulier ou pluriel) + verbe à la forme négative : Tot/Toţi + nom + vb. nég, et même, plus rarement, Fiecare/chaque ou Orice/N’importe quel + nom + vb. nég. Ces structures, souvent concurrentes, comme le montrent les variantes proverbiales dont certaines représentaient des calques sur d’autres langues, témoignent, croyons-nous, non seulement d’un autre registre de langue (populaire) que la langue standard, mais aussi d’une période où le roumain ne s’était pas encore stabilisé à une structure précise dans la négation du quantificateur. Cela prouve que, comme l’affirme Nicolae Constantinescu dans la préface à l’ouvrage réédité de Zanne (2003 : 12), le proverbe fait partie « de ces “fossiles vivants” mis en lumière par Mircea Eliade, porteurs d’une mémoire culturelle venant de temps immémoriaux, mais s’actualisant dans des circonstances particulières, dans des cadres situationnels ou locutionnaires en permanent changement » (n.t.).

Bibliographie

Bibliographie

ACADEMIA ROMÀN, Institutul de lingvistică„ Iorgu Iordan – Al. Rosetti”, Gramatica Limbii Române, 2005, vol. I. Cuvântul, vol. II, Enunţul., București, Editura Academiei Române [GALR\.

BÎRLEA Ovidiu, 1983, Folclorul românesc. vol. II, Bucureşti, Ed. Minerva.

DOMINTE Constantin, 2003, Negaţia în limba română, Bucureşti, Ed. Fundatiei România de mâine.

GHEORGHE Gabriel, 1986, Proverbele româneşti şi proverbele lumii romanice, București, Ed. Albatros. [GG]

GORUNESCU Elena, 1975, Dicţonar de proverbe francez-român, Bucureşti, Ed. Ştiinţifică şi Enciclopedică. [GE]

– , 1978, Dicfionar de proverbe român-francez, Bucureşti, Ed. Ştiinţifică şi Enciclopedică. [EG]

KLEIBER Georges, 1999, « Les proverbes ; des dénominations d’un type “très très spécial” », in Langue française n° 123, p. 52-69.

– , 2010, « Proverbes et classification » in Takuya Nakumara, Éric Laporte, Anne Dister, et Cédric Fairon (éds), La grammaire du français par le menu. Mélanges en hommage à Christian Leclère, Les cahiers du Cental n° 6, Louvain-la-Neuve, Presses Universitaires de Louvain, p. 155-168.

– , 2011, « La quantification universelle en trio : tous les, chaque et tout », in Daciana Vlad, Estelle Moline, Studii de lingvistică n° 1, Hommages à Maria fenchea, Editura Universitâtii din Oradea, 2011, p. 139-157, URL : http://studiidelingvistica.uoradea.ro/docs/1-2011/pdf_uri/Kleiber.pdf.

– , 2012, « Sur le chemin des proverbes : questions de classification », in Jean-Claude Anscombre, Amalia Rodriguez Somolinos & Sonia Gomez-Jordana (éds), Voix et marqueurs du discours : des connecteurs à l’argument d’autorité, Lyon, ENS Éditions.

MULLER Claude, 1991, La négation en français, syntaxe, sémantique et éléments de comparaison avec les autres langues romanes, Genève, Librairie Droz.

NØLKE Henning, 1993, « Tous les Français ne boivent pas du vin. Réflexions sur le rapport entre la négation et ne quantifieur tous », in Neophilologica no. 10/1993, p. 48-65.

– , 1994, « Les lectures de ne... pas : éléments d’une explication modulaire », Linx [En ligne], 5 | 1994, mis en ligne le 18 juillet 2012, consulté le 23 février 2014. URL : http://linx.revues.org/1212 ; DOI : 10.4000/linx. 1212

RIEGEL Martin, Jean-Christophe PELLAT, René RIOUL, 2011, Grammaire méthodique du français, 4e édition revue et augmentée, Paris, PUF.

POP Mihai & Pavel RUXNDOIU, 1978, Folclor literar românesc, Bucureşti, Editura Didacticâ çi Pedagogicâ.

SHAPIRA Charlotte, 2000, Proverbe, proverbialisation et déproverbialisation. In : Langages n° 139, p. 81-97, http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lgge_045 8-726X_2000_num_34_ 139_23 82

STAN Camelia, 2009, « Cuantificarea grupurilor sintactice – fenomene actuale », in G. Pană-Dindelegan (coord.), Dinamica limbii române actuale. Aspecte gramaticale fi discursive, Bucureşti, Ed. Academiei Române.

ZANNE A. luliu, 2003, Proverbele românilor din România, Basarabia, Bucovina, Ungaria, Istria şi Macedonia, vol. I, ed. îngr. de Mugur Vasiliu, Bucureşti, Scara : Asociaţia Română pentru Cultură şi Ortodoxie.

http://musique.ados.fr/Carla-Bruni/Tout-Le-Monde-t4569.html

Annexes

Annexe

(1) Câte zbor nu se mànâncâ. (Combien [d’oiseaux] volent ne se mangent pas.)

(2) Nu toată pasărea zburătoare se mănâncă, nici tot marele pe cel mai mic stăpâneşte, nici toată pofta din părère născută se împlinește. (Pas tout oiseau volant se mange, ni tout grand le petit domine, ni toute envie d’illusion née s’accomplit.)

(3) Orice zboară nu se mănăncă. (N’importe qui/tout ce qui vole ne se mange pas.)

(4) Câte zbor i se pare că toate se mănăncă. (Combien [d’oiseaux] volent il lui semble que tous se mangent.)

(5) Ii pare că câte zbor se mănăncă. (Il lui semble que combien [d’oiseaux] volent se mangent.)

(6) Orice zboară H se pare că îl vor putea mânca. (N’importe qui/ tout ce qui vole il leur semble qu’ils pourront le manger.)

(7) Toate ţi se par că se mănăncă. (Tous te semblent qu’ils se mangent.)

(8) I se pare cà toate paserile ce zboară, se mănăncă. (Il lui semble que tous les oiseaux qui volent se mangent.)

(9) Nu se mănâncă tot ce zboară. (Il ne se mange pas/on ne mange pas tout ce qui vole.)

(10) *Tot ce zboară nu se mănăncă. (Tout ce qui vole ne se mange pas.)

(11) * (∆) Nu tot ce zboară se mănâncă (se măncă). (Pas tout ce qui vole se mange.)

(12) Nu toate câte zboară se mâncă. (Pas tous ceux qui/combien volent se mangent)

(13) Nu tot ce zboară se mănâncă (se mâncă). (Pas tout ce qui vole se mange.)

(14) *Crede că tot ce zboară se mànâncâ. (Il croit que tout ce qui vole se mange.)

(15) Nu toate păsările câte zboară sunt bune de mâncare. (Pas tous les oiseaux qui volent sont bonnes à manger.)

(16) Nu se mănâncă tot ceea ce zboară. (Ne se mange pas/on ne mange pas tout ce qui vole)

(17) (ᐃ) Ce/ tânăr crede că câte ciori zboară toate se mănăncă. (Le jeune croit que [parmi] toutes les corneilles qui volent toutes se mangent.)

(18) Toate păsările care zboară nu se mănăncă. (Tous les oiseaux qui volent ne se mangent pas.)

(19) Nu tot ce sclipește e aur și nu tot ce zboară se mănăncă. (Pas tout ce qui luit est or et pas tout ce qui vole se mange.)

(20) Ce umblă tot nu se mănăncă. (Qui marche tout ne se mange pas.)

(apud Zanne, 2013 (1895), p. 643-644)19

(*) proverbes connus ou reccueillis personnellement par l’auteur ;

(Δ) proverbes paysans ;

(□) proverbes utilisés seulement par des littéraires ;

(•) proverbes douteux ou traduits d’autres langues.

(apud Zanne, 2013 (1895), p. VVII)

L’auteur indique aussi les auteurs (notamment de la 2e moitié du XIXe siècle, mais d’autres plus anciens encore) représentant la source des proverbes, à savoir : lord. Golescu, D. Cantemir, A Pann, C. Negruzzi, Laurian & Maxim, P. Ispirescu, etc.

Notes

1 Nous avons établi notre corpus à partir de deux excellents ouvrages d’Elena Gorunescu, l’un de 1978, recueillant des proverbes roumains et leurs équivalents français (dorénavant EG) et l’autre, des proverbes français et leurs équivalents roumains (publié en 1975, dorénavant GE), ce qui a beaucoup facilité notre tâche. Mais nous avons utilisé aussi d’autres sources, parmi lesquels le recueil de Gabriel Gheorghe (1986, dorénavant GG) comprenant des proverbes de plusieurs langues romanes, de même que le premier volume (paru en 1895 et republié en 2003) de l’ouvrage monumental de Zanne, réunissant les proverbes de toutes les provinces historiques et régions où vivaient des Roumains. Dans le texte, nous avons indiqué l’auteur qui nous a fourni chaque proverbe ou équivalence, mais aussi la traduction littérale, afin de donner une meilleure perspective sur les structures apparaissant dans les proverbes roumains.

2 Dorénavant, la traduction littérale figurera entre paranthèses, sans autre indication.

3 Dorénavant GALR, suivi de l’indication du tome et de la page. Les citations figurent dans le texte directement dans leur version française (la traduction nous appartient), sans l’indication « (n.t.) ».

4 V. plus haut la distinction entre quantificateurs universels et existentiels, selon que la propriété se retrouve chez tous les membres/certains membres de la classe.

5 « ... par la quantification [-Séparatif/-Distributif] les entités sont envisagées globalement, dans leur ensemble (toţi/tous, cineva/quelqu’un), tandis que par la quantification [+Séparatif/+Distributif] on réfère aux entités du domaine quantifié envisagées tour à tour, dans leur individualité (oricare/n ’importe quel, tout ; fiecare/ chaque, chacun) ». (GALR I : 255).

6 « ... les éléments du domaine quantifié peuvent être présentés comme faisant l’objet d’un choix libre (oricare/n ’importe quel, tout = un/plusieurs membres d’un groupe, n’importe le(s) quel(s) parmi eux), ou, au contraire, comme ne faisant pas l’objet d’un choix (fiecare/chaque, chacun = tous les membres d’un groupe, sans exception, envisagés non pas globalement, mais dans leur individualité) » (GALR 1 : 255).

7 De nombreux représentants de cette ethnie travaillaient comme forgerons ; la nécessité de la rime est sans doute intervenue dans le choix du nom, carfăurarul/le forgeron ne rime pas avec ciocanul/le marteau.

8 Il s’agit du poète Vasile Alecsandri (XIXe siècle).

9 Notons, pour la bonne bouche, l’équivalent roumain de ce proverbe : Eu mare, tu mare, cine să tragă cizmele ? (Moi [je suis]grand, toi [tu es] grand, qui va tirer les bottes ?) ou, dans une autre variante, Eu domn, tu domn, cine să ducă sacul ? (Moi [je suis] seigneur, toi [tu es] seigneur, qui va porter le sac ?) (v. Bîrlea, II, 1983 : 333). L’emploi générique de la Ile pers. sg, les interrogations fictives, les impératifs et les mots en apostrophe sont des particularités manifestées souvent dans les proverbes roumains, qui font preuve d’une oralité plus marquée.

10 L’article défini est toujours enclitique en roumain, il est soudé au nom (V. GALR, I : 53).

11 « Le focus représente l’élément rhématique central d’une phrase, l’information nouvelle révélatrice, qui complète un vide [...] et la négation agit toujours sur le rhème [...] » (GALR, Il : 710).

12 Certains samedis précis sont destinés, dans la tradition orthodoxe, à la commémoration des morts ; ces jours-là, on fait l’aumône par des repas qui leur sont spécialement destinés et qui sont offerts surtout aux pauvres.

13 Le bois de tilleul, utilisé aussi dans la construction des autels sculptés et des iconostases des églises, était probablement considéré comme un bois saint, d’essence noble ; il marque ici l’opposition par rapport à la pauvreté d’une chaumière.

14 L’édition de 2003 a réédité le Ier volume paru en 1895. L’ouvrage, monumental, comprenait plus de 7000 pages en 10 volumes, publiés entre 1895 – 1903. Nous avons adapté la forme des mots, de même que leur graphie, à l’usage actuel.

15 Bizarrement, GG a inséré la variante telle quelle dans son recueil, or il s’agit, de manière évidente, de deux proverbes différents.

16 Le symbole A suivant le numéro de l’exemple signifie « de l’Annexe ».

17 Nous reproduisons les propos de Palma tels qu’ils ont été cités par Kleiber, n’ayant pas eu directement accès aux ouvrages de l’auteure.

18 Il souligne que « ... la règle générale complémentaire mise sur le devant par les proverbes paradoxaux a pour expression générique soit des phrases comportant un déterminant partitif comme certains (certaines vérités ne sont pas bonnes à dire) ou des (des vérités ne sont pas bonnes à dire), soit une universelle niée (toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire) ou une existentielle du type Il y a des vérités qui ne sont pas bonnes à dire, soit encore une phrase avec un adverbe de quantification existentiel (Les vérités ne sont parfois pas bonnes à dire) ou le modal pouvoir (Les vérités peuvent ne pas être bonnes à dire) ». (Kleiber, 2012 : 147)

19 La numérotation nous appartient ; nous n’avons pas indiqué les auteurs – sources des exemples et nous avons adapté la forme des mots et leur graphie au roumain actuel.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search