Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

Catégorisation « en direct », avec négation

Liana Pop

Texte intégral

1Notre article s’inscrit dans une perspective de pragmatique cognitive et prend comme objet d’observation le discours spontané. Plus particulièrement, nous observerons quelques opérations spécifiques au travail de catégorisation – entendu comme « activité de classer dans une catégorie » (cf. Larousse) – opérations qui s’effectuent pendant la production en direct du discours, celles, notamment, qui agissent par négation.

2Si des recherches similaires existent en psychologie cognitive, nous considérons que notre apport dans le domaine serait celui de considérer les catégories non dans un contexte expérimental, mais dans un contexte naturel, de discours oraux spontanés. Ce type de corpus peut, à notre avis, enrichir les descriptions données en psychologie des opérations & identification et d’attribution de sens, ainsi que de celles d’accès au lexique mental – en temps réel, et non seulement en termes d’organisation de ce lexique (cf. Marquer 2005 : 16-20).

  • 1 Voir corpus après la Bibliographie.

3Méthodologiquement, nous analysons des faits de discours impliquant la négation, plus exactement, l’incidence de la négation sur la mise en forme du discours, lors du travail de formulation. Ce niveau implique une pluralité d’opérations, d’habitude implicites à l’écrit, dont la recherche des mots et les faux départs – la première étant une recherche de type conceptuel, la seconde, conceptuelle et relationnelle en même temps. Les corpus oraux observés seront ici : C-ORAL-ROM, CFJ, POLITEXT1, etc.

4Par la nature de notre approche – méta-cognitive, méta-pragmatique et méta-discursive – nous nous proposons d’identifier des traces – explicites et implicites – de la catégorisation, entre lesquelles, les opérations réfutant de possibles catégorisations non intentionnées.

1. « La recherche des mots »

5Si on veut définir de façon plus discrète la « recherche des mots », il faut prendre en compte le fait qu’elle est en réalité non seulement une recherche d’expression, mais une opération complexe – cognitive et métalinguistique à la fois – une succession du type :

  1. recherche catégorielle correspondant à une expression ;

  2. mises en relation catégorie – expression – effet de sens, et

  3. ajustement de cette relation.

6Les opérations b. supposent que le locuteur effectue des hypothèses sur l’interprétation des énoncés par les destinataires (auditeurs, interlocuteurs, etc.), ce qui exige qu’on ajoute à ce complexe opérationnel d’autres opérations – implicites ou explicites – d’ appel à l’autre.

7Il est évident que, au moment où un premier choix lexical (activation) semble au locuteur ne pas correspondre à un effet voulu, ce choix se voit invalidé en faveur d’une sélection considérée meilleure. Or, c’est justement l’invalidation de l’expression censée correspondre au sens que nous visons dans cette recherche, invalidation qui, à l’oral, se réalise de façon plus ou moins explicite, revêtant souvent des expressions négatives. On constatera que les opérations complexes de a. à c. peuvent s’effectuer en succession, mais la plupart du temps elles se présentent comme une composition complexe, où il est difficile de détacher une opération des autres.

8Dans un premier temps, nous avons dénombré dans notre corpus comme activités de formulation :

  • le choix de l’expression (3.1.) ;

  • le choix sémantique (3.2.) ;

  • le travail complexe de mise en discours de nouvelles catégories ou de catégories approximatives – avec, entre autres, les opérations énonciatives sur les prototypes (3.3.) ;

9Nous avons ensuite observé la mise en discours de ces opérations à trois niveaux de textualisation distincts (3.4.) : choix lexical (3.4.1.), construction de l’énoncé définitionnel (3.4.2.) et construction textuelle (3.4.3.).

10Nous présentons dans ce qui suit ces différents cas de figure, à

commencer par les activités de formulation que nous avons observées sur

le corpus.

1.1. Choix des expressions : formes possibles, avec invalidation

  • 2 « Dictionnaire mental », « lexique interne » ou « lexique subjectif », entendus comme « notre savoi (...)

11On constate sans difficulté que certaines opérations de sélection lexicale ou morphosyntaxique s’ancrent, dans le lexique mental2 des locuteurs, de façon alternative ou successive, comme traces d’une analyse implicite ou explicite sur les effets de sens possibles. Cette analyse, le locuteur l’effectue par des hypothèses sur les représentations possibles que les expressions verbales déclencheraient chez l’interlocuteur – hypothèses qui sembleraient concerner les implicatures conventionnelles déclenchées par les expressions linguistiques.

  • 3 « Admettre l’existence d’un lexique mental, c’est assurément faire l’hypothèse de “représentations” (...)

12Ce qui nous intéresse ici pourrait peut-être répondre en partie à la question posée en psychologie cognitive – celle de « préciser les caractéristiques de ces représentations »3. L’analyse linguistique que nous proposons s’appuie sur des exemples tirés de discours réels, pour la plupart spontanés, montrant plusieurs mécanismes de notre accès au lexique mental.

13Observons les exemples de (1) à (10), tous repris au corpus Coralrom (avec leur transcription d’origine) ; nous avons souligné les séquences de sélection lexicale, mis en petites majuscules les termes négociés, et en gras les expressions négatives et les marqueurs (mais, enfin, le plus souvent) introduisant des reformulations :

(1) je pense que ce vin / il déçoit un petit peu en bouche // il a des tanins / & euh qui [/] qui sont assez [/] pas violents / mais assez forts /
(2) *ALE : ils [/] ils dominaient pas mais ils avaient peut-être les meilleures occasions //
(3) là e croirait chez un photographe / mh [/] mh qui a fait poser & euh le bébé de l’année / alors & euh légèrement retourné / & euh sur & euh tourné sur la droite / pas retourné tourné sur la droite
(4) toute façon la photo est prise // et c’est bien dommage qu’elle / & euh [/] qu’elle soit entachée pas entachée mais qu’elle soit rayée
(5) on va voir comment / & euh # évolue la couleur // du moins / on va pas voir comment il [/] & z il évolue // mais plutôt& euh on va s’apercevoir / & euh de la couleur / & euh de ce vin //c’est un Pinot Noir
(6) c’est pour vous / que je voudrais tenter de faire l’inventaire de ces paroles / qui ne sont pas les injonctions d’un être dur et sévère / mais qui sont [/] & euh les recommandations d’un dieu oui veut notre bonheur
(7) on se rend compte qu’il y a un certain nombre de pathologies / qui sont en train # non pas d’apparaître / puisqu’ elles existaient autrefois / mais de s’accentuer / de devenir beaucoup plus importantes
(8) c’est quand même plus facile pour toi de discuter enfin de parler de [/] de la musique avec des gens qui s’y connaissent par exemple ?
(9) ils aiment pas la chanson française en fait // & euh /
*MAR : d’accord //
*CAT : enfin / ils ont pas de ils ont pas & d... d’attirance pour la chanson française / # sous toutes ses formes //
(10) la Corse / quels sont ton sentiment hhh %exp : sic (hhh) sur le [/] ton opinion sur ce que doit être la Corse toute %mul: tout indépendante / tout Chevènement ?

Dans les exemples (1) et (2), l’analyse effectuée par le locuteur semble anticiper son choix lexical, et déclencher l’invalidation de ce possible choix (1) pas violents, (2) ils dominaient pas). Si, par contre, l’analyse se fait après ce choix (comme en (3) : pas retourné tourné ; en (4) : qu ’elle soit entachée pas entachée mais qu ’elle soit rayée ; etc.), le locuteur peut avoir recours à des corrections ou / et des commentaires métalinguistiques, comme dans les exemples de (11) à (13) ci-dessous, où le locuteur invalide de possibles effets de sens :

(11) donc je fonçais assez / enfin foncer au liban / on fonce pas à trois cents à l’heure / mais on [/] on [/] quatre-vingt-dix c’est quand même on va vite quoi / pour le Liban (Coralrom)
(12) [...] les clandestins [...] doivent donc s’attendre à être rapatriés ou dirigés sur un pays de leur choix. Mais ne croyez pas que nous ayons affaire à une marée humaine (PoliText)
(13) que je sois sûre de vouloir aller avec==> tournure à éviter si possible... faut toujours préciser de qui on parle “avec lui” avec le garçon” [...] ; sinon ca fais [sic] un peu “objet ^^’ (CFJ)

En (11), une catégorie (celle de ‘foncer’) est jugée floue et le locuteur apporte des corrections qui vont en restreindre le sens jugé prototypique pour un Français (celui de ‘rouler à 300 à l’heure’). En (12), un effet de sens possible est invalidé pour la catégorie de ‘clandestins rapatriés’, alors qu’en (13), un internaute corrige l’expression vouloir aller avec dont il juge l’effet indésirable, ce qu’il explicite. Les trois opérations sont des négations portant sur des interprétations possibles.

14Notons que, en dehors de mots négatifs à proprement parler (ne, pas, non, sinon) qui peuvent s’accompagner ou non d’un mais, l’invalidation des choix lexicaux peut s’effectuer à l’aide d’autres marqueurs comme enfin (en (8) et (9)) ou peut rester implicite (sans marqueur, en (10)).

  • 4 Entendues comme inférences non désirées et, le plus souvent, écartées explicitement (cf. Pop, 2008)
  • 5 Négations descriptives, polémiques, méta-discursives, externes ouprésuppositionnelles, performative (...)

15Nous considérons ces opérations des négations méta-discursives, associées à ce que nous avons appelé ailleurs des « inférences évitées »4 (cf. Pop, 2008). En consensus avec les catégories de négations invoquées dans la littérature linguistique (v. pour une synthèse Moeschler, 19975), nous dirions qu’il s’agit là de négations d’implicatures conventionnelles, vu que le locuteur invalide les effets conventionnels de telle ou telle expression utilisée, tels ‘aller à 300 à l’heure’, pour foncer ; ‘marée humaine’ pour clandestins rapatriés ; ou ‘ça fait objet’ pour vouloir aller avec.

16D’autres exemples attestent de la part des locuteurs des jugements plus radicaux sur l’emploi d’un mot (comme en (14)), et / ou sur un stéréotype (en (15)) ou la catégorie complexe (mettre la musique dans la rue (16)) :

(14) *EMA : gêner / c’est pas le mot // # c’est à dire qu’ il y a des périodes où c’est très difficile // # surtout quand & euh on doit s’occuper d’obsèques je dirais & d [/] d’enfant / de jeune // # où là / ça devient très très pénible // # mais sinon / gêner / c’est pas le mot non // # non // (Coralrom)
(15) *JUL : d’accord // # et est ce que vous [/] vous considérez comme & euh une commerçante ordinaire ou...? *EMA : oh non // du tout // # du tout // # & euh en fait / dans ce métier là / si on veut bien / & euh je dirais que c’est davantage un côté social // # bon effectivement / il y a le côté commercial / où malheureusement on a également des produits à vendre // # on est comme tout le monde hein / à la base // # mais & euh c’est plus sur le fait pour aider les gens // # et c’est vraiment ce côté social en fait que recherchent # les familles qui arrivent chez nous // # hein c’est pas forcément le côté commerçant // (id.)
(16) il y a des gens qui disent / c’est il a [/] il a mis la poésie dans la rue / il dit non j’ai pas mis la poésie dans la rue / j’ai été la chercher dans la rue //
*JOS : très bien oui belle formule // (id.)

On voit dans ce dernier exemple l’interlocuteur approuver explicitement la « formule » alternative.

1.2. Choix sémantique : invalidation de sens possibles

17Comme les mots de la langue sont presque tous polysémiques, le choix lexical s’accompagne souvent de précisions de sens : le locuteur « fixe le sens » par des gloses (cf. Julia, 2001), dirigeant ainsi l’interprétation par la suppression de sens ou d’hypothèses indésirables. Là encore, la stratégie discursive peut faire appel à la négation – une négation métalinguistique –, comme dans les exemples de (17) à (22) ci-dessous :

(17) Il est bien entendu que la croyance dont il s’agit ici est la croyance au sens rigoureux du terme et nOIl paS la croyance au sens vague qui n’est que l’approximation de la certitude. (G. Marcel, Journal philosophique, 1923, p. 75) (repris à Julia 2001 : 109)
(18) Ils en font le médiateur entre le ciel et le peuple, le « fils du ciel ». Ce nom désigne l’empereur et sa fonction. Cela veut dire qu’il ne s’agit pas d’une descendance directe et réelle, mais très logiquement d’une descendance au sens figuré. Le ciel, qui est le vrai législateur, est par là le père de l’empereur, le créateur de sa dignité impériale. (A. Doeblin, Les Pages immortelles de Confucius, 1947, p. 35) (ibid. : 180)
(19) elle [/] elle a pas retrouvé sa mère // non // elle l’a retrouvée // mais sa mère veut pas : la voir > // (Coralrom)
(20) *STE : et un de mes meilleurs amis à la campagne était instituteur primaire : & euh / >
*JOS : : d’accord > //
*STE : laïque et : socialiste / >
*JOS : : oui > //
*STE : tu : vois ? >
*JOS : : mh [/] mh >
*STE : bon / # laïque mais dans le bon sens du terme /
*JOS : oui il y en a //
*STE : parce que j’ai [/] je [/] #je lis régulièrement dans le journal
les [/] le courrier // # or depuis quelque temps il y a une espèce de
je sais pas de [/] de mouvement anticlérical / (id.)
(21) l’opéra c’est de la musique avant toute chose bien sûr // # pas n’importe quelle musique / # et surtout pas n’importe quel support musical //# je n’ai pas vraiment le goût # des concerts / # des concerts instrumentaux (id.)
(22) elle dévore facilement ses congénères / # et pas que des yeux... elle a un appétit & euh important // (id.)

1.3. Nouvelles catégories

18En dehors des catégories connues / partagées, les locuteurs sont souvent à la recherche d’une catégorie moins présente à l’esprit, imprécise, ou de catégories nouvelles. C’est ce qu’il semble se produire dans les exemples qui suivent. Il faut noter, dans ces situations discursives, des stratégies de recherche moins claires, qui utilisent comme marques des séquences inachevées (ou faux départs), des périphrases, des marqueurs de difficulté illocutoire (comme enfin (23), je (ne) sais pas (20), (23), genre chez plus quoi là (24), comment dirais-je ?, comment vous dire ça ? (27), des enclosures (une espèce de (20), genre (24), cet espèce de (25)), etc.

1.3.1. Recherche d’une catégorie nouvelle / d’une catégorie indécise

19Des catégories imprécises semblent être : en (23), un CD, en (24), un minibus, mais pour les trouver, l’élaboration discursive s’avère assez difficile :

(23) lors de vos concerts / & euh # vous avez fait / & euh / # des & s / enfin je [/] vous [/] vous êtes enregistrés en même temps ? & euh /
*CAT : ah oui / oui //
*MAR : vous êtes passés... & euh / je sais pas / vous avez un
CD ? (id.)
(24) on a pris une petite voiture / genre & euh chez plus quoi là / une
[/] # tu sais / une petite voiture de touristes là / où c’est qu’on était huit ou dix là dedans //
*PRE : un petit bus quoi ?
*GRA : ouais // un minibus // et on est parti à # à Salli / # à quatre-vingt kilomètres au # au nord de Dakar / # je crois bien // ou au sud de Dakar // enfin bref : je sais plus > // (id.)

En (25), l’interlocuteur apporte lui-même un mot recherché par le locuteur (festive), et le valide tout de suite par un ouais – un cas typique de négociation de l’expression et du sens :

(25) est-ce que tu as envie de faire & euh de la musique & euh : je sais pas de la ? >
*CAT : : festive // ouais // festive // >
*MAR : de la pop ou [/] ou plus française // parce que toi tu aimes
bien / je sais que tu aimes bien les cuivres et tout / l’accordéon // (id.)

En (26), le non prend comme domaine d’incidence tout un énoncé, fonctionnant comme une demande une confirmation pour la catégorie esprit de coopération.

(26) je garde que des contacts avec des Libanais // je # je leur écris encore en ce moment // mais ils ont un tempérament très raciste // et c’est ce qui me gêne un petit peu // # mais bon : en tous cas % mul : xxx >
*CAT : : c’est l’esprit > de la coopération ça : non ? >
*PER : : c’est > l’esprit de la coopération // et les blancs restent entre eux // les # Libanais restent entre eux // (id.)

En (27)– (29), de nouvelles catégories, inconnues (la maison pour tous, l’art de mourir, enregistrer le monde), sont définies par des mécanismes discursifs négatifs : une inférence écartée en (27), une catégorie entière réfutée en (28), une relativisation/approximation en (29).

(27) dans les objectifs de / de la maison pour tous et des maisons pour tous en général / c’est quand même d’être un [/] un équipement à vocation # & euh d’animation globale // c’est à dire ne pas trop s’enfermer dans une spécialisation / dans un [/] dans un [/] dans [/] dans un [/] & euh dans un ghetto culturel (id.)
(28) *JUL : selon vous / est ce qu’il existe un art de mourir comme il existe un art de vivre ?
*EMA : xxx – très bonne question // # mais non je [/] je ne pense pas non // non // il se peut que la mort [/] & euh non là à ce niveau là / je crois pas H # non // # mais & euh comment vous dire ça // là / par contre c’est pas évident // # & euh je dirais que sa vie / on la choisit // sa mort / on la choisit pas // # elle arrive aussi bien par maladie / par accident / et & euh par suicide / parce que il y en a (id.)
(29) *EST : ben pour le théâtre / elle a besoin [/] elle avait besoin d’ENREGISTRER le monde // je sais pas trop quoi // donc il lui fallait des bruits de fond de gens qui partaient en voyage (id.)

1.3.2. Entre prototype et approximation

20Il est intéressant de voir la façon dont certaines catégories sont approximées ou relativisées ; observons plusieurs moyens : catégorisation moins prototypique (c’est pas forcément... mais, c’est pas vraiment... mais disons, en (30)), sous-catégorisation (échange – contact – contact marchand, en (31)), similitude (impression, en (32)), approximation (rouge – rouge tuile – un rouge pas franc..., en (33)), comparaisons non conventionnelles (34) :

(30) *SOP : ça existe encore les skins ?
*MAR : c’est pas forcément des skins // mais c’est des mecs /
bon / ils sont...
*ANT : il y en a pas mal à Aix / je trouve //
*SOP : ah ouais //
*ANT : ouais // j’habite [/] j’habite dans le centre / et dans ma
rue / il y en a énormément quoi //
*SOP : c’est pas possible II je savais pas / que ça existait encore ça //
*MAR : c’est pas vraiment des skins // mais disons qu’ils ont
des croix gammées / tatouées / ou & euh...
*SOP : oui // ben c’est des skins quand même // hhh % exp : rires (hhh) (id.)
(31) je comprends que il n’y ait pas trop de d’ÉCHANGE(s) entre les adultes / # et il y avait pas de contact avec les [/] # les indigènes quoi / en tous cas les : les Gambais ? >
*PER : : non > // # non pas vraiment ben le contact qu’on avait avec eux en fait c’était uniquement & euh / # c’était uniquement MARCHAND (id.)
(32) *JUL : alors évidemment / ça ne bouge pas devant nos yeux // mais on a quand même cette impression // (id.)
(33) la couleur de ce vin est rouge / & euh & r rouge tuilé / rouge & euh / un rouge / & euh pas franc / parce que on s’aperçoit qu’il y a des [/] # il est trouble un peu // il a une limpidité qui est / # moyenne // # & euh la couleur / & euh peut laisser supposer que ce vin est [/] doit être bon (zd.)
(34) le théâtre / c’est toujours quelque chose qui est dans le simulacre de la mort // il y a pas de vraie mort // il y a pas de danger de mort // mais on joue toujours avec & euh les sentiments / les grands sentiments / avec les grandes idées / avec les grands mythes // et on mime la mort // (zd.)

Ces expressions sont des définitions spontanées et subjectives (perceptions communes ou individuelles), qui mettent en avant des propriétés réelles ou possibles. Et ce sont les propriétés possibles qui sont souvent niées, comme dans (35) ci-dessous.

(35) vraiment mon meilleur ami quoi // il y a pas [/] il y a pas une personne sur laquelle je puisse plus compter que lui sur vraiment toute la planète (id.)

1.4. Stratégies négatives et niveaux de textualisation

21Plusieurs exemples de notre corpus attestent la mise en place de stratégies discursives diverses, utilisant des négations à incidence variable : micro, méso, macro. Ainsi, certaines stratégies se limitent au niveau du choix lexical ou de l’élaboration d’énoncés-définitions, d’autres vont se déployer à un niveau global, textuel, afin de valider certaines acceptions (souvent à fonction de thèses). Nous avons retenu plusieurs cas de figure sous 3.4.1. et 3.4.2.

1.4.1. Stratégies lexicales (niveau micro)

22Des stratégies au niveau micro-textuel semblent être à l’œuvre dans les exemples (36) et (37), qui sont des cas d’ associations paradigmatiques, à contraste minimal (cf. Marquer, 2005 : 23), utilisant des négations métalinguistiques (introduites par je veux pas dire, sinon... du moins) :

(36) elles venaient d’avoir une [/] une [/] institutrice qui était une # mh d’après ce que je savais ( & d’) un peu de partout quoi [/] une vieille fille assez & euh assez acariâtre / assez & euh [/] & euh [/] je veux pas dire rétrograde / mais enfin elle devait l’être un peu / (id.)
(37) combien de croyants sincères devant des textes comme celui là / # ont été sinon terrorisés / du moins angoissés / inquiets (id.)

Les exemples (38) et (39) sont des litotes, et (39) se rapproche d’une négation polémique « déguisée », pour utiliser les termes de Attal (1994 : 8) :

(38) la misère qu’on a pu voir dans Dakar / et autour de Dakar / # & euh c’était pas trop jojo quoi hé // c’est vraiment [/] c’est [/] # c’est triste (id.)
(39) Je ne dis pas que c’était très drôle. Ce n’était drôle pour personne et en particulier pas pour celui qui vous parle, mais c’était vraiment une nécessité. (PoliText, Ch. de Gaulle 10 novembre 1959)

1.4.2. Définitions et descriptions négatives (niveau méso)

23Qu’il s’agisse de catégories nouvelles ou connues (et, donc, partagées), les locuteurs formulent souvent dans leurs discours des définitions ou des descriptions ad-hoc, empreintes de leurs expériences personnelles.

Ces définitions intratextuelles sont évidemment moins complètes qu’une définition lexicographique traditionnelle. La glose définitionnelle en discours ne donne qu’un des équivalents possibles du mot, celui qui est pertinent pour le locuteur. (Niklas-Salminen 2010, s.p.)

24Nous donnons ci-dessous quelques exemples de telles formulations, par la négative, qui contiennent des restrictions, des réserves, des mises en garde pour l’interlocuteur, censées lui éviter certaines interprétations. Il s’agit, le plus souvent, de définitions négatives :

  • par la négation ou la modalisation d’énoncé équationnels (on n ’est pas des machines, en (41) ; est pas simplement..., en (43) ; n ’est pas..., en (44) ; nous ne sommes pas toujours..., en (46) ; est presque..., en tout cas qui essaie, en (47) ; ou

  • par des expressions à comparaisons implicites, à forme négative (ça n ’a rien à voir avec, en (40) ; on fait pas, en (42) ; non pas à l’état..., mais..., en (45) :

(40) je le dirai honnêtement : et puis + >
*JOS : : ouais [/] ouais xxx >
*STE : je dirai pas à côté de la question / le [/] # les Dragonnades c’est très particulier / ça n’a rien à voir avec l’église c’était comme en politique hein ? (id.)
(41) le sujet de la psychanalvse bon / hein grosso modo / permettez-moi de rappeler comme ça / des # choses un peu banales / hein # eh bien c’est [/] c’est d’abord # un sujet parlant // hein # on (n’) est pas des machines (id.)
(42) *ANO : ben je sais pas // non // je pense que c’est [/] ben il y a un cours anglais euro / comme & euh au collège ou [/] je pense //
*LIS : mais moi je comprends pas ce que c’est/ parce que c’était différent / moi quand je le faisais //
*ANO : ouais //
*LIS : c’est [/] & euh je comprends pas ce que vous faites en anglais euro //
*ANO : ben nous en anglais euro / ben en fait & euh / # on fait pas anglais normal // on fait que anglais européen (id.)
(43) le comité de soutien actuel est pas simplement un comité de circonstance / qui va aider à l’élection de Félix // c’est un comité / qui ensuite jouera le rôle de relais / # entre les électeurs et l’élu // (id.)
(44) cette Histoire Du Dictionnaire / # qui va [/] # qui n’est pas une histoire exhaustive / mais qui va # de quinze cent [/] quinze cent quarante / quinze cent trente / à dix huit cent soixante-trois # / c’est-à-dire au début du Littré (zd.)
(45) la monogamie de fait se rencontre chez plusieurs espèces animales / et dans certaines sociétés inférieures / # non pas à l’état sporadique mais avec la même généralité que si elle était imposée par la loi (id.)
(46) et qui sommes-Nous ? # ben je sais pas trop hein // # nous ne sommes pas toujours ce que nous croyons // et # nous ne savons pas toujours très bien qui nous sommes (id.)
(47) *Mar : La Turquie / qui est presque
*PAT : oui II
*MAR : : / dans l’Europe >
*PAT : voilà // oui // en tout cas / qui essaie [/] & qu [/] qui : est presque à la porte / > (id.)

1.4.3. Stratégies discursives complexes (niveau macro)

  • 6 « Si vous entendez le lexème ben, cherchez un contenu P lié au contexte immédiat et supprimez les i (...)
  • 7 Indique un enchaînement dans les conversations à caractère polémique, (cf. Auchlin, 1981 : 156)
  • 8 V. les valeurs correctives confirmées dans la synthèse d’analyse de enfin chez Bertrand & Chenet (2 (...)
  • 9 Sa fonction restrictive est mentionnée, par ex., dans Grevisse, 12e éd. (1991 : 1651).

25Dans l’exemple (48) ci-dessous – une définition de la paranoïa – les interlocuteurs multiplient les rejets de certaines propriétés de la catégorie ; la fonction de rejet, pragmatique par excellence, est ici indiquée par les marqueurs ben6, ouais mais7, enfin8, sauf que9, mais aussi explicitée par un énoncé définitionnel à forme négative (ça fait pas de lui un paranoïaque) – une négation polémique :

(48) *DAV : ouais II est-ce que la [/] la paranoïa & euh ça peut & euh [/] ça peut être & euh une maladie & euh ? enfin est-ce que ça peut être psychologique ou psychiatrique ? tu vois un type qui & euh [/] qui est toujours sur les nerfs et qui [/] qui q[/]ui est paranoïaque carrément //
*BET : ben ça [/] ça [/] déjà ça dépend ce que tu entends par paranoïa quoi / parce que tu as des gens qui ont des traits paranoïaques / tu vois / qui sont vachement & euh + qui sont vachement suspicieux / qui font attention à ce qu’ils disent / qui ont l’impression que les autres quand ils sont [/] quand il est pas là / ils parlent d’eux / tu vois / c’est ce que nous on dit / il fait de la parano // bon ben / ça c’est surtout quelqu’un qui a besoin d’être aimé / je veux dire qui supporte pas de [/] de pas être au centre des conversations [/] de pas être au centre des trucs / ça fait pas de lui un paranoïaque // c’est qu’un trait / : & euh après la paranoïa / en tant que pathologie / ça existe >
*DAV : : et la vraie paranoïa c’est quoi [/] >
*BET : oui / c’est la persécution // c’est & euh tu [/] tu te fixes sur [/] sur quelqu’un / sur un objet / enfin un objet c’est quelqu’un / et tu te dis lui il me veut du mal / il en veut à ma vie // & euh gnagni gnagna / et si tu veux c’est & euh
*VAL : c’est proche de l’obsession quoi //
*BET : ouais / mais c’est beaucoup plus & euh / l’obsession c’est [/] c’est pareil sauf que l’obsession tu te rends compte que c’est une obsession // c’est à dire que même si ça se pose à toi comme une obsession / que tu peux pas t’en défaire / tu rationalises / tu te dis mais quand même je suis con de penser ça / : tu le sais / >
*DAV : : je suis obsédé ouais // >
*BET : la paranoïa tu le sais pas quoi // (Coralrom)

26Pour les textes suivants – définitions de la haute montagne en (49) et de la France unie en (50) –, des procédés similaires (rejets, restrictions) sont utilisés :

(49) La Haute Montagne / c’ est non seulement / un lieu / # mais c’ est aussi / je dirais / une sorte de culture // # une culture / pourquoi / parce que la haute montagne / est un lieu / # où on ne peut pas s’aventurer / # sans réfléchir // # avant de # monter / # au # & t [/] tour / de trois mille mètres / trois mille cinq / voire au delà / # il faut se poser / un certain nombre de questions / et ne pas s’aventurer / tête baissée // # d’abord / # on ne part pas / en haute montage / # seul // # on ne devrait pas partir / en haute montage / seul H # la montagne / # c’ est un petit yyy % pho : pti peu / comme à la mer // # je (n’) parle pas de la plage...# je parle de la mer / # c’est-à-dire la mer / # au delà de plusieurs centaines de mètres / voire kilomètres / lorsqu’on est seul / sur l’eau / sur une embarcation // # la montagne / et la mer / # sont les deux principales / # représentations / # de la puissance / de la nature [...] la haute montagne / se mérite // # oh non / elle n’est pas réservée / à une élite / # & euh on ne peut pas conclure / que ceux # qui / # parviennent / # à [/] # ceux qui parviennent / & euh # à vivre / un petit yyy % pho : pti peu quelques temps / avec elle / font partie d’une élite / non je veux dire / par là / qu’ elle se mérite / et qu’il faut / # apprendre / à la respecter / # pas la dominer / # mais à la respecter / # il faut savoir / que la haute montagne / # peut être / # une merveilleuse amie (id.)
(50) La France Unie, cela n’a jamais voulu dire la france confuse. Cela n’a jamais voulu dire la France monotone, cela n’a jamais voulu dire la France sans groupes politiques ou sans partis qui ont pour charge, au fond, de s’affirmer eux-mêmes en critiquant les autres. Ne retombons pas dans des naïvetés ou dans des slogans. Est-ce que cela veut dire tout simplement, cette campagne, qu’il n’y aura de véritable ouverture que le jour où les socialistes auront fait un pacte de gouvernement avec les centristes en rejetant les autres, en changeant d’alliance ? Si c’est ce que cela veut dire – et j’ai bien l’impression que c’est ce que cela veut dire – alors non. Est-ce clair ? Cela ne veut pas dire cela. Cela veut dire que nous ne trahirons pas ce pourquoi nous avons été choisis par le peuple, puisque, après tout, nous avons la majorité. (PoliText, Mitterrand 12 février 1989)

27Les énoncés contiennent des négations polémiques ou méta-discursives, qui se relayent, pour arriver à un consensus sémantico-expressif :

  • négations polémiques : on ne peut pas s’aventurer, on ne part pas, on ne devrait pas partir, on ne peut pas conclure... ; la haute montagne / se mérite // # oh non / elle n ’est pas réservée / à une élite (en 49) ;

  • négations méta-discursives : je ne parle pas de la plage, cela ne veut pas dire (cela) ; qu ’il faut / # apprendre / à la respecter / # pas la dominer / # mais à la respecter (en 49) ; est-ce que cela veut dire tout simplement, cette campagne, qu ’il n ’y aura de véritable ouverture que le jour où les socialistes auront fait un pacte de gouvernement avec les centristes en rejetant les autres, en changeant d’alliance ? (en 50)

Conclusions

28On conclut, au bout de ces quelques analyses, que la catégorisation par la négation suppose des opérations complexes – référentielles, classificatoires / cognitives, para et méta- discursives, polémiques – traces d’un travail d’ajustement discursif continuel des (interlocuteurs. C’est ce travail qui, en tant que linguiste, nous a d’abord intéressée.

29Nous avons aussi pu signaler quelques points de rencontre, d’une part, avec ce qu’on appelle en linguistique pragmatique négation méta-discursive, négation polémique ou inférences « évitées », et, d’autre part, avec ce que sont, en psychologie cognitive, le travail de catégorisation et d’accès au lexique mental.

30Ces constatations sur le français pourraient très bien se confirmer sur d’autres langues, mais cette tâche dépasse les intentions de cet article.

Bibliographie

Bibliographie

ATTAL Pierre, 1994, « Ce n’est pas que, non que », Linx [En ligne], 5 | 1994, mis en ligne le 17 juillet 2012, consulté le 11 avril 2014. URL : http://linx.revues.org/1214.

AUCHLIN Antoine, 1981, « Mais heu, pis bon, ben alors voilà, quoi ! Marqueurs de structuration de la conversation et complétude », Cahiers de Linguistique Française n° 42, p. 94-102.

BERTRAND Roxane & Catherine CHANET, 2005, « Fonctions pragmatiques et prosodie de ‘enfin’ en français spontané », Revue de Sématique et de Pragmatique n° 17, p. 41-68 (ms auteur).

GREVISSE Maurice, André GOOSSE, 1991, Le bon usage, 12e éd., Paris – Louvain-la-Neuve, Duculot.

HANSEN Mosegaard Britt M., 1995, « Marqueurs métadiscursifs en français parlé : l’exemple de bon et de ben », Le Français moderne n° 1, p. 20-41.

JULIA Catherine, 2001, Fixer le sens ? La sémantique spontanée des gloses de spécification du sens, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

*** Dictionnaire de français Larousse en ligne,
http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/cat%C3%A9gorisation/13782

MARQUER Paul, 2005, L Organisation du lexique mental. Des ‘contraintes ’ aux expressions idiomatiques, Paris, L’Harmattan.

MOESCHLER Jacques, 1997, « La négation comme expression procédurale », in Forget & al., eds., Current Issues in Linguistic Theory n° 155, ‘Négation and Polarity’. Syntax and Semantics, John Benjamins Publishing Company, p. 231- 249.

NIKLAS-SALMINEN Aïno, 2010, « La définition dans le cadre de la glose spontanée », Autour de la définition, Publifarum n° 11, consulté le 02/09/2010, url : http://publifarum.farum.it/ezine_articles.php?id=125

POP Liana, 2000, Espaces discursifs. Pour une représentation des hétérogénéités discursives, Louvain-Paris, Éd. Peeters.

– , 2008, « Inférences évitées », in iada.online.series, Dialogue Analysis XI, vol. 2/08, Dialogue and Rhetoric (éd. Edda Weigand) : http://iada.uni-muenster.de

SEGUI, Juan, 1992, « Le lexique mental et l’identification des mots écrits : code d’accès et rôle du contexte », Langue française n° 95, p. 69-79.

Corpus

Coralrom – Cresti, E. & M. Moneglia (eds) Integrated Reference Corpora for Spoken Romance Languages, John Benjamins Publishing Company, 2005.

CFJ – Corpus Forums jeunes dans Pop, L. (éd.) La langue virtuelle. Recherches sur les forums des jeunes, Cluj, Éd. Echinox, 2008.

POLITEXT, Base de données de discours politiques français (1789-2002), CNRS – ILF, UMR 6039/7320 Bases, Corpus et Langage ; http://bcl.unice.fr/politext/

Notes

1 Voir corpus après la Bibliographie.

2 « Dictionnaire mental », « lexique interne » ou « lexique subjectif », entendus comme « notre savoir à propos des mots de notre langue » (Segui 1992 : 71).

3 « Admettre l’existence d’un lexique mental, c’est assurément faire l’hypothèse de “représentations”, mais ce n’est pas pour autant préciser les caractéristiques de ces “représentations” (par ex., leur format) » (Marquer, 2005 : 8-9).

4 Entendues comme inférences non désirées et, le plus souvent, écartées explicitement (cf. Pop, 2008).

5 Négations descriptives, polémiques, méta-discursives, externes ouprésuppositionnelles, performatives et portant sur une implicature conversationnelle (apud Moeschler, 1997).

6 « Si vous entendez le lexème ben, cherchez un contenu P lié au contexte immédiat et supprimez les implications contextuelles de ce contenu dans votre modèle mental, avec la garantie de la part du locuteur qu’elles s’avéreront non pertinentes ». (Hansen, 1995 : 34)

7 Indique un enchaînement dans les conversations à caractère polémique, (cf. Auchlin, 1981 : 156)

8 V. les valeurs correctives confirmées dans la synthèse d’analyse de enfin chez Bertrand & Chenet (2005 : 44-45).

9 Sa fonction restrictive est mentionnée, par ex., dans Grevisse, 12e éd. (1991 : 1651).

Auteur

Université « Babeș-Bolyai » de Cluj

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search