Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

Le choix de la négation dans la question alternative polaire

Françoise Mignon

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’un article visible sur le site de l’Académie française, à la rubrique « dire, ne pas di (...)

1Dans son souci de veiller à la norme grammaticale, l’Académie Française relève une « habitude fâcheuse » qui se répand et qui consiste à « employer pas au lieu de non dans des phrases interrogatives où l’on met en balance une négation et une affirmation » : Dire « Viendra-t-il ou pas ? » est fautif et la formulation correcte « Viendra-t-il ou non ? » est déclarée « construction elliptique qui perme[t] d’éviter une répétition »1.

2L’Académie rappelle à ce propos une autre déviance courante concernant l’usage de la négation, celle qui consiste à ne conserver de la forme disjointe bien spécifique du français que le pas, en omettant la partie préverbale ne : « Il (ne) vient pas ». Or, comme l’a notamment montré Morel (1994), l’alternance entre pas et ne... pas à l’oral, loin d’être le seul fait d’une expression relâchée, est investie par les locuteurs contemporains pour exhausser les nuances dialogiques contenues dans la phrase négative. Malgré l’expansion des emplois de pas, terme de quantité qui ne jouait d’abord qu’un rôle de renforcement de la négation proprement dite ne/non (Englebert, 1984), non est encore suffisamment vivace pour conserver ses propres aires d’emploi dans l’expression des différentes nuances de la négation, avec des constructions spécifiques, comme mot-phrase de réponse mais aussi comme négation interne à la phrase.

  • 2 Les occurences ont été principalement relevées dans Frantext.

3Les segments ou non et ou pas paraissent également elliptiques dans le sens où les deux marqueurs de négation sont coordonnés à une proposition sans expliciter eux-mêmes de contenu propositionnel. Mais au delà de la question de la norme, il convient d’expliquer l’alternance de l’expression négative en examinant les propriétés distributionnelles qui contraignent l’emploi de non et de pas à la suite de ou. Pour ce faire, nous envisageons l’emploi de chacun des marqueurs de négation dans la structure interrogative, cas particulier mais fréquent de leurs contextes d’apparition. L’étude menée à partir d’un corpus de littérature contemporaine2 fait apparaître que la commutation n’est pas toujours possible. Nous montrerons que les contraintes qui régissent le choix de non ou de pas sont significatives d’un fonctionnement syntaxique distinct. Aussi, la structure sous-jacente à l’occurrence de non suscite-t-elle des effets de sens différents de celle que manifeste l’occurrence de pas dans les questions coordonnées par ou.

1. La disjonction négative en contexte interrogatif

4Parce que la conjonction disjonctive ou peut coordonner autant des éléments internes à la phrase que des phrases distinctes, les questions de forme disjonctive se prêtent à diverses lectures syntaxiques.

1.1. Ou et la coordination négative

5Ou permet de relier à un premier segment, et avec des contraintes qui lui sont propres, un deuxième segment négatif. À la différence de ni, conjonction négative qui requiert la présence d’un opérateur de négation, la conjonction positive ou n’impose de contexte négatif ni à gauche ni à droite. Si la position seconde du membre négatif est plus fréquente, ce qui est par ailleurs cohérent avec l’intuition que la négation est cognitivement seconde par rapport à l’affirmation, elle n’est pas obligatoire, contrairement à l’idée que défend Chiang (2006). Joulin (1988) observe toutefois que la position du membre négatif est contrainte lorsque la disjonction s’accompagne de la reprise de matériel lexical. Comparons en effet :

(1) a) Tu viens ou tu restes ? vs Tu restes ou tu viens ?
b) Tu viens ou tu ne viens pas ? vs *Tu ne viens pas ou tu viens ? (Joulin, 1988 : 13)

6Nous nous en tenons pour cette étude aux questions où la conjonction de coordination ou introduit un second terme négatif, dans la mesure où c’est dans cette configuration que les deux marqueurs de négation entrent en concurrence :

(2) Toute la science médicale du monde ne suffira pas à décider si la
tumeur est fibreuse ou non, si l’opération doit être faite ou pas. (Proust, 1922)

7L’apparente identité fonctionnelle serait due au recul de non, pas se colorant des traits qui l’en distinguaient naguère. À cela, s’ajoutent les critères du style et des niveaux de langue, dans le sillage de la norme académique. Ainsi Muller (1991 : 170) considère-t-il que là où la distribution le permet, pas est préféré à l’oral. De même, Gaatone commente l’exemple suivant en ces termes :

(3) Je ne veux pas savoir s’il est difficile ou non, Madame
Desbaresdes, dit la dame. Difficile ou pas, il faut qu’il obéisse [...]. (Duras, cité par Gaatone, 1971 : 45)

8Ce dernier exemple illustre bien l’alternance possible de pas et de non : l’emploi de l’un ou l’autre mot est dicté par des facteurs individuels et stylistiques. Mais comme pour les autres emplois communs de pas et non, il existe aussi une différence de niveau de langue, pas ayant une plus grande fréquence en français parlé (Gaatone, 1971 : 45).

9Selon nous, cet exemple indique au contraire que ni le critère idiolectal ni celui du niveau de langue ne suffisent à expliquer le choix du morphème, quand la variation est le fait du même locuteur dans une seule unité discursive. Et, loin de se réduire à un tic langagier passager, l’emploi de ou pas est fréquent, enregistré à l’écrit depuis plus d’un siècle, et pas seulement dans les phrases interrogatives :

(4) Soyez franc, mon garçon. Ai-je raison ou pas ? (Claudel, 1906)
(5) Voilà vingt ans que je garde mon pucelage. Le public l’aura tout entier et d’un seul coup, ou pas. D’ici là, je le soigne. (Flaubert, 1857)

1.2. Questions totales et questions alternatives polaires

10Un contexte très fréquent, dans lequel ou coordonne deux propositions dont la seconde est négative, est désigné par l’étiquette de question alternative (désormais QA).

11D’après Riegel e.a. (1994 : 399), lorsqu’elle propose une substitution lexicale, la question alternative est dite « simple » :

(6) Est-ce une vipère ou (est-ce) une couleuvre ?

12En revanche, lorsqu’elle inclut une négation, la question propose deux termes antithétiques dans une alternative et elle est alors dite « polaire », les termes uniques non et pas étant conçus indifféremment comme des formes abrégées de la proposition négative :

(7) Est-ce une vipère ou n’est-ce pas une vipère ? ou non ? ou pas ?

13Tout comme la question totale, la QA peut être directe ou indirecte (introduite alors par si, généralement non répété dans le deuxième membre négatif) :

(8) Je savais pas si c’était bon ou pas bon. (Djian, 1985)
(9) On ne pouvait jamais savoir si elle plaisantait ou non. (Benoziglio, 1980)

14La question totale, appelée yes-or-no question en anglais, a été décrite comme le résultat d’une réduction à partir d’une structure [P ou neg-P ?] (Borillo, 1978). D’après cette analyse, la QA expliciterait la symétrie, dans un redéploiement de la structure sous-jacente, afin de mieux contraindre la réponse de l’interlocuteur :

(10) Est-ce qu’il pleut (ou est-ce qu’il ne pleut pas) ?

15Cette conception symétrique de la question, acte de langage qui soumet à l’interlocuteur le choix entre les deux pôles de validation pour un même contenu propositionnel, est cependant problématique pour les questions qui contiennent une négation. Elle fait aussi l’objet de discussions (Borillo, 1979 ; Anscombre et Ducrot, 1983) à propos des questions manifestement orientées, phénomène qui s’accentue dans les questions rhétoriques.

  • 3 Comulier fait par cet exemple allusion à une réponse d’oracle mentionnée par Origène. Ce type de ré (...)

16Comulier (1985) défend pour sa part l’idée que les QA correspondent à une structure asymétrique qui suppose un décrochage énonciatif, en distinguant les QA proprement dites des questions à contenu disjonctif. À la question totale « Est-ce ((ou) un garçon ou une fille) ? », on pourrait en théorie répondre « oui »3. La QA en revanche n’accepte pas le redoublement de la conjonction :

(11) a) *Ou est-ce un garçon, ou est-ce une fille ? b) *Ou est-ce un garçon, ou non / ou pas ?

17Cette contrainte est pour Cornulier l’indice que la QA n’est pas une question incluant une alternative mais bien une suite de questions qui requiert une analyse sérielle : l’énonciation de la deuxième question anticipe une réponse négative à la première. En ce qui concerne la QA simple (qui ne présente pas de négation dans le second membre), la disjonction n’offre pas un choix entre deux questions. La première question est autonome, puisqu’elle ne peut pas être introduite par un ou corrélatif, et l’énonciation de la seconde donnée en alternative a pour condition une réponse négative à la première :

P ou Q ? signifie P ? Sinon, (Q ?), ou si on veut, P ? Si non-X, (Q ?), où la question disjointe Q ? est conditionnée par non-X. (Comulier, 1985 : 164)

18Cornulier précise que X se détermine en fonction du contexte, mais qu’il représente le plus souvent la proposition P. La manière dont Cornulier décompose le sens des QA simples s’observe aussi dans des exemples attestés :

(12) A ceux qu’ils arrêtaient ils demandaient s’ils fabriquaient des bombes ; ou s’ils connaissaient des gens qui fabriquaient des bombes ; ou sinon s’ils connaissaient des gens qui en connaissaient ; et ainsi de suite. (Jenni, 2011)

19Envisager la QA simple comme une chaîne de questions anticipant sur d’éventuelles réponses négatives paraît donc tout à fait pertinent. Toutefois, il paraît difficile d’étendre telle quelle cette analyse aux QA polaires où Q = neg-P : la formule [P ou Q ? implique P ? Si neg-P, neg-P ?] manifesterait une redondance a priori guère justifiable. Aussi les différentes formes que prend la QA polaire appellent-elles une investigation supplémentaire.

2. Questions alternatives en non

20L’emploi le plus fréquent de non est celui où il entre en distribution complémentaire avec oui et si comme mot-phrase de réponse. Et en effet, à une question totale, on attend les réponses oui ou non, ce qui soutient l’hypothèse que la question totale est une question alternative tronquée, symétrie explicitée par Borillo (1978) dans la formule [Oui-P ou non-P ?]. D’ailleurs, il n’est pas rare que ces mots-phrases soient pris en mention dans le discours pour signifier les réponses claires que l’on attend d’une interrogation, la valeur autonymique étant éventuellement signalée par des déterminants :

(13) Il ne peut jamais répondre d’une manière nette, oui ou non. (Schreiber, 1996)
(14) Vous voyez par cet exemple s’il est facile d’extirper un non ou un oui à ce monde-là ! (Huysmans, 1903)

2.1. P, oui ou non ? comme anticipation des réponses possibles

21L’alternative entre les deux réponses attendues à une question peut être formulée par anticipation, en accompagnement d’une question totale et avec des positions variables, la plus fréquente étant en fin d’énoncé, à la manière d’une question de contrôle :

(15) L’obélisque est-il un monolithe, oui ou non ? (Brassens, 1981)
(16) Oui ou non, dans les films, les armes sont-elles le plus souvent dissimulées sous plusieurs couches de choux-fleurs et de navets ? (Benoziglio, 1980)
(17) Jamais je ne serai Lou Salomé, qui ne se souvenait plus si elle avait, oui ou non, embrassé Nietzsche. (Matzneff, 1981)

22Refuser de trancher par un oui ou un non à la suite d’une question totale revient à refuser de répondre, comme l’illustre l’exemple suivant où les coordinations s’accumulent en se contredisant, ce qui suspend toute possibilité d’assertion :

(18) J’ai eu, cette fois, un geste vague qui disait ni oui ni non, ou bien oui, ou bien non. Je lui laissais le choix. (Page, 1982)

23Dans cet exemple, la symétrie de la formule oui ou non est altérée par un processus de défigement. La répétition du coordonnant ou bien devant oui et non ne peut s’entendre comme une mise en corrélation, laquelle forcerait une lecture exclusive : la ponctuation souligne clairement le fait que les deux segments sont des ajouts successifs à la première coordination négative.

24On peut donc expliquer l’impression de symétrie dans la formule oui ou non ? comme un effet de sens, à la suite de Cornulier qui parle alors de « QA bloquée », désignant par là le caractère formulaire de la question :

La QA « oui ou non ? » ne semble être polaire que parce qu’elle enferme l’interlocuteur dans un choix de réponses dont les valeurs sont contradictoires entre elles. Elle constitue une forme de questionnement encore plus contraignante qu’une QA polaire, puisqu’elle contraint non seulement le sens, mais la forme des réponses, limitées à deux monosyllabes, et écarte ainsi d’avance toute formulation peu claire ou ambiguë. (Comulier, 1985 : 179)

25Remarquons toutefois que le caractère contraignant simulé dans la formule alternative perd de sa force dès que le contenu propositionnel auquel elle s’adjoint est lui-même négatif, oui ou non s’interprétant alors plutôt comme une demande pressante d’interlocution à choix ouvert, ou du moins comme l’expression d’un dialogisme ostentatoire :

(19) Pourquoi monter ? Nous étions fâchés. Oui ou non, n’étions-nous pas fâchés ? Boris et moi commençant à faire les cent pas devant l’immeuble. (Schreiber, 1996)

  • 4 L’éventail des valeurs dont se charge non dans le dialogue est exposé dans Mignon (2011).

26Ce dernier exemple, où la formule alternative s’ajoute à une question négative, montre bien que le mot-phrase non n’est pas le strict équivalent d’une proposition négative. Comme mot-phrase en effet, non marque une réaction à un énoncé précédent et établit un lien anaphorique extrêmement lâche ; de sorte que selon le contexte, il peut couvrir tout l’espace entre la contradiction la plus polémique et une confirmation toute consensuelle4 :

20) UNE VOIX. – Il a des complices.
UNE VOIX. – Non ; c’est parce qu’il n’a pas de complice qu’il parvient toujours à s’échapper. (Koltès, 1990)
21) GEORGES. On va pas recommencer BERETA. Non. On va pas recommencer. (Gabily, 1995)

27Pas plus que oui n’équivaut à une phrase de forme positive, non n’équivaut strictement à une phrase de forme négative ; et quand il vient en réponse, il s’accompagne le plus souvent d’un énoncé dont le contenu propositionnel est marqué ou non de la négation verbale, sans qu’il y ait pure redondance.

28En ce sens, il apparaît que les QA qui explicitent l’alternative entre les deux pôles de validation sur un même contenu propositionnel répété, sont à la fois plus rares et beaucoup plus contraignantes que celles qui convoquent un oui ou non :

(22) Réponds. Tu les veux ou tu ne les veux pas ? (Beckett, 1952)

29Enfin, on remarque que l’alternative opposant les mots-phrases de réponse ne permet pas la variante corrélative de la coordination (*ou oui ou non ?). La dissymétrie énonciative, en revanche, se manifeste dans les exemples où une rupture rythmique est marquée par la répétition du point d’interrogation :

(23) Paradis que taraudait toujours une petite inquiétude, ça s’est bien passé sans moi ?
– Tu parles, répondit Paradis en mâchant de la saucisse.
– Oui ? Ou non ?
– Attends. Je vais te raconter ça. (Queneau, 1942)

2.2. La contrainte de position dans l’alternance ou non ? / ou pas ?

30Faut-il voir dans les questions de la forme [P(, ) ou non ?] une réduction de la structure [P, oui ou non ?] :

(24) M’aimais-tu, oui ou non ? (Benjamin, 1983)
(25) Dis-le, papa, tu m’aimes ou non ? (Sarraute, 1983)

  • 5 En atteste l’équivalence, dans un autre registre, de la formule « oui ou merde ? ».

31Dans ce cas, l’adjonction de « ou non ? » conserverait seulement le terme négatif (et second) de la réponse possible à la question totale. Ne pas expliciter le choix de l’affirmation pour la proposition soumise à évaluation, cela implique que le locuteur s’attend d’abord à une réponse à contenu positif5. Et effectivement, contrairement aux QA de forme [P, oui ou non ?], ou non s’enchaîne toujours à une proposition sans négation syntaxique :

(26) *Tu ne m’aimes pas ou non ?

  • 6 Cette remarque vaut pour le cas où le segment ou non ? vient en fin d’énoncé, et non pour les cas o (...)

32D’après Borillo (1979), les variantes formelles de l’interrogation directe manifestent des différences dans l’orientation de la réponse attendue : les formes inversées de l’interrogation sont toujours des demandes de confirmation positive, alors que les intonatives reçoivent une lecture neutre ou de demande de confirmation négative, les questions introduites par « Est-ce que... » présentant quant à elles une orientation moins stable. On pourrait donc s’attendre à ce que l’économie du oui soit liée à une question orientée dans un premier temps positivement, à laquelle viendrait s’adjoindre dans un second temps l’évocation de l’orientation négative. Or, les questions à inversion syntaxique (ex. 27) ainsi que celles de forme [Est-ce que P ou non ?] (ex. 28) présentent peu d’occurrences, les intonatives étant les plus fréquentes (ex. 29)6 :

(27) Mais le christianisme va-t-il se dissoudre finalement dans le judaïsme, ou non ? (Sollers, 1993)
(28) Ai-je été heureux ? Malheureux ? Aujourd’hui, est-ce que je
l’aime ou non ? Proust ou Sartre ? Impossible de répondre. (Doubrovsky, 1989)
(29) – Je vous la réserve cette place, ou non ?
– Naturellement. Pourquoi croyez-vous que je me suis déplacé jusqu’ici ? (Benoziglio, 1980)

33Ces variations polyphoniques, qui apparaissent aussi bien dans les dialogues que dans les discours manifestant des dimensions dialogiques, mettent en cause l’analyse de la coordination en ou non ? comme évocation anticipée de la réponse. Mais à cela s’ajoutent des problèmes d’ordre syntaxique. Non en effet est un terme polyvalent, qui traverse les catégories grammaticales selon qu’il se trouve en position de réponse négative (entrant alors dans le paradigme des mots-phrases oui/si/non dotés de modalité illocutoire et parfois rapprochés des interjections) ou qu’il s’interprète comme proforme négative rappelant sous forme réduite un contenu propositionnel dans une phrase complexe, ou encore qu’il joue un rôle adverbial avec une portée réduite à un syntagme ou à un mot interne à la proposition, si bien qu’il se prête à diverses configurations syntaxiques. Malgré la similitude formelle des exemples (24) et (25), l’assimilation de leurs structures peut être discutée, et cela en considération de deux faits au moins, liés à l’ambiguïté syntaxique du morphème non : l’alternance possible de non avec pas d’une part (ex. 30), et la possibilité de l’insertion intrapropositionnelle de ou non d’autre part (ex. 31) :

(30) * ? M’aimais-tu, oui ou pas ? vs Tu m’aimes ou pas ?
(31) Avait-on ou non retiré certaines pièces du dossier ? (Del Castillo, 1981)

  • 7 Comulier précise d’ailleurs dans une note (1985 : 177-178) qu’il se rallie à la thèse de Plantin (1 (...)

34En ce qui concerne l’alternance possible de non avec pas, elle serait l’indice que non n’est pas convoqué dans son rôle de mot-phrase de réponse négative quand il entre dans une structure disjonctive dont le premier terme est une phrase interrogative. Cela semble être le point de vue de Cornulier lorsqu’il évoque un argument pour défendre l’idée d’une anticipation dans la formule oui ou non ?7 :

S’il est possible de dire aussi bien « Tu viens ou non ? » que, sous forme familière « Tu viens ou pas ? », on ne trouve pas « Tu viens, oui ou pas ? », de même qu’à la question « Tu viens ? », on répondra « Non ! » plutôt que « Pas ! ». Cela invite à considérer que la formule « oui ou non ? » est un écho anticipé aux réponses éventuelles. (Cornulier, 1985 : 178)

  • 8 Wunderli étend ainsi le trait anaphorique à tous les emplois de non, à l’exception toutefois des ca (...)

35Cette remarque suggère que lorsque pas peut commuter avec non, ce dernier ne présente pas les mêmes propriétés que dans ses emplois de mot-phrase. Mais le fait que ou non ? comme ou pas ? se trouvent coordonnés à un premier terme à contenu propositionnel montre toutefois qu’ils sont l’un comme l’autre au moins équivalents d’une proposition. La règle selon laquelle on ne coordonne que « des choses semblables » est en effet convoquée par Wunderli (1974) qui, dans sa « syntaxe transphrastique », cherche à unifier les emplois dialogaux de non et ses emplois en coordination, en maintenant dans les deux cas la définition de non comme prophrase négative ou « négation hétéronexe » : en tant que tel, ce marqueur de négation représente le dictum de la phrase antécédente, dont il conserve le « patron syntaxique » et le « complexe sémantique »8. Et en réalité, une ponctuation forte peut même souligner l’autonomie énonciative de l’expression négative coordonnée :

(32) La cloche de l’église Saint-Biaise a retenti, plus insistante que d’habitude peut-être ? Ou non ? En tout cas, cette vérité : maman, à notre âge, avait connu prison et hôpitaux. (Schreiber, 1996)
(33) SECOND CONSOMMATEUR. – Doit-il boire son absinthe ? TROISIÈME CONSOMMATEUR. – Ou pas ? Mais je ne vois pas pourquoi cette fille... (Queneau, 1968)

36Le second fait qui met en cause l’analyse selon laquelle la question [P ou non ?] correspond au reflet anticipé d’une réponse négative éventuelle est la position variable de la coordination. Loin d’apparaître toujours à la suite d’une interrogation achevée, ou non s’insère fréquemment au cœur de la relation prédicative, quitte à désolidariser les éléments du syntagme verbal, impliquant des ruptures rythmiques éventuellement marquées par la double virgule. Ainsi, cette forme de disjonction négative se trouve insérée aussi bien entre un verbe transitif et son objet (ex. 34) ou entre un verbe attributif et l’adjectif dans une construction impersonnelle (ex. 35), qu’entre un auxiliaire modal et l’infinitif du verbe (ex. 36) ou entre un auxiliaire aspecto-temporel et le participe (ex. 37 et 38) :

(34) Espuig parut hésiter, comme s’il se demandait si cette proposition renfermait ou non un piège. (Del Castillo, 1981)
(35) Ce soir, elle jouait Phèdre de Racine, et j’assistai avec inquiétude à un débat autour de la question de savoir s’il était, ou non, convenable d’emmener au théâtre une jeune fille de mon âge. (Grèce, 1982)
(36) Sa réponse à ceux qui lui demandent s’il faut ou non appliquer la Loi, son persiflage cruel, ce dédain dont il fait preuve, cela constitue la condamnation de toute police. (Del Castillo, 1981)
(37) Quoi qu’il en soit, le médecin constate qu’une seule chevrotine a blessé l’œil et ne peut dire si elle est ou non restée dans le cerveau. (Benoziglio, 1980)
(38) Le pompiste lui avait-il ou non fait une fleur ? (Page, 1982)

37En tant que conjonction de coordination « pure », ou est susceptible de relier autant des phrases que des syntagmes ou des termes. On peut donc établir un parallèle entre les exemples ci-dessus et les énoncés forgés suivants :

(34b) il se demandait si cette proposition renfermait ou évitait un piège
(35b) la question de savoir s’il était, ou serait, convenable...
(36b) on lui demande s’il faut ou si l’on peut appliquer la Loi
(37b) le médecin ne peut dire si elle est ou va rester dans le cerveau

  • 9 Position qui distingue cette conjonction de et, ni ou mais : *il se demandait si cette proposition (...)

38Par ces manipulations, on voit que la disjonction peut concerner des éléments appartenant à des paradigmes lexicaux comme le prédicat verbal mais qu’elle peut aussi bien opposer des morphèmes grammaticaux comme les auxiliaires aspectuels ou modaux, ou même la flexion verbale. Dès lors, on peut envisager de rallier l’analyse selon laquelle, lorsque la coordination ou non s’insère dans une question, le paradigme en jeu se réduit aux deux pôles de validation de la proposition. Alors que le pôle positif ne se réalise dans aucun morphème, le pôle négatif est régulièrement marqué par le morphème disjoint ne... pas qui encadre l’élément fléchi du prédicat qu’il modifie. Dans la position que peut occuper la coordination négative avec ou9, le premier segment ouvre la proposition qui s’interrompt après que le terme sur lequel s’appuierait la négation clitique ne a été énoncé ; le second segment n’explicite que l’expression de la négation sous la forme non clitique non, avant que l’énoncé ne reprenne son cours, la suite étant commune aux deux segments coordonnés.

  • 10 Aucun exemple de ce type n’a été trouvé dans notre corpus.

39Dans ce type d’énoncés disjonctifs, le marqueur de négation non prend donc la place d’un prédicat ou d’un support verbal dans une position qui semble pourtant peu compatible avec la négation proprement verbale pas10 :

(34c) ? il se demandait si cette proposition renfermait ou pas un piège
(35c) ? la question de savoir s’il était, ou pas, convenable...
(36c) ? on lui demande s’il faut ou pas appliquer la Loi
(37c) ? le médecin ne peut dire si elle est ou pas restée dans le cerveau

40Or, non se distingue justement de pas par le fait qu’il ne porte jamais sur un verbe. Cette propriété ajoutée à l’absence de commutation entre les deux marqueurs de négation dans ce contexte écarte l’idée d’une construction elliptique, qui éviterait une répétition par l’effacement de l’élément verbal commun.

41Une autre solution syntaxique est envisageable si l’on accepte de voir dans la coordination de non intraphrastique des propriétés semblables à celles qu’il présente comme mot-phrase ; c’est-à-dire, outre le trait de négation, un élément vide qui engage avec le contexte un lien anaphorique (voir Mignon, 2011). En effet, Moignet, au terme de son étude consacrée à l’opposition entre non et ne en ancien français conclut sur l’état actuel de la langue en ces termes :

Il en résulte une certaine difficulté à ramener les emplois de non à un principe unique, car on pourrait considérer comme étrange que le même vocable puisse faire phrase, et donc impliquer, en quelque sorte, un verbe, et ne puisse négativer que ce qui n’est pas verbal. La contradiction apparente se résout si l’on considère que, là où non fait phrase, il négative un élément linguistique zéro, une absence de prédicat, donc tout le contraire d’un verbe ; non est alors une phrase nominale. (Moignet, 1965 : 64)

42Pas plus que la coordination n’implique l’ellipse (Bilger, 2003), l’expression ou non n’absorbe ni ne représente un élément verbal contextuel, qu’il soit amorcé, comme dans les exemples (34) à (38), ou qu’il soit achevé, comme dans les exemples (27) à (29). Comme le mot-phrase de réponse négative, non en coordination marque une réaction de rejet liée à son contexte d’insertion, et sa dimension prédicative (quoique non verbale) lui confère une certaine autonomie. Conformément à l’analyse que propose Cornulier pour les QA, la coordination concerne deux questions autonomes, et si l’insertion de ou non ? est possible, c’est qu’elle engage un décalage énonciatif avec la question à contenu propositionnel, comme on l’observe avec les énoncés modalisants :

(37d) le médecin ne peut dire si elle est ou non restée dans le cerveau (37e) elle est, je pense / ou me trompé-je, restée dans le cerveau

43Le segment ou non ?, défini comme une question décrochée d’un premier énoncé interrogatif à contenu propositionnel, peut ainsi occuper les mêmes positions que les énoncés modalisants, en incise ou détachés à droite.

44Ainsi, lorsque non est coordonné par ou à une question à contenu propositionnel, il présente des propriétés analogues à celles qu’il observe comme mot-phrase de réponse : à la fois lié à son contexte d’insertion par un lien anaphorique et syntaxiquement complet, il peut faire l’objet d’une énonciation autonome.

3. Emplois spécifiques de ou pas dans les questions alternatives

  • 11 Telles que les définit Abeillé (2005).

45La concurrence entre les segments négatifs ou non ? et ou pas ? est toute relative dans la mesure où, comme on vient de le montrer, ils ne manifestent pas la même mobilité : ou pas ? est parmi les différentes configurations possibles des constructions coordonnées11, restreint à la contruction différée, alors que ou non ? peut aussi apparaître comme construction incise.

46A cette différence concernant la position des marqueurs de négation coordonnés par ou, s’ajoute l’adjonction d’un syntagme à la suite de la négation, possible pour pas et impossible pour non :

(39) a) La vérité, c’est que tu ne peux pas savoir si un garçon est joli ou pas joli, tu ne peux rien savoir sur un garçon. (Koltès, 1985)
b) * tu peux pas savoir si un garçon est joli ou non joli

47Cette restriction d’emploi pour le marqueur non est spécifique de la coordination disjonctive, puisqu’à la suite de et ou mais, non est au contraire obligatoirement accompagné d’un syntagme, qu’il apparaisse dans le premier ou le second terme de la coordination, dans des configurations où il entre en concurrence avec pas :

(40) a) Choisissez non le succès mais l’honneur. vs Ne choisissez pas le succès mais l’honneur.
b) Choisissez l’honneur et non le succès. vs Choisissez l’honneur et pas le succès

48La comparaison de ces formes de coordination négative avec la disjonction permet d’expliquer non seulement l’impossibilité d’adjoindre un syntagme lorsque la négation est réalisée par non, mais aussi le fonctionnement spécifique de pas dans les QA.

3.1. La coordination d’un membre négatif dans les structures d’opposition

49L’alternance apparemment libre des deux marqueurs de négation dans les phrases coordonnées a pu être invoquée pour assimiler non dans les emplois intraphrastiques à un adverbe, à l’instar de pas, impliquant dans les deux cas une mise en facteur commun du prédicat. Mais pour Wunderli (1974), les phrases coordonnées où non est suivi d’un syntagme ne diffèrent pas structurellement de celles où il apparaît seul dans le second membre :

(41) Pour elle, qu’elle l’avouât ou non, les maîtres étaient les maîtres et les domestiques étaient les gens qui mangeaient à la cuisine. (Proust, cité par Wunderli, 1974 : 479)
(42) Il s’agit d’un règlement de comptes particulier, d’une contestation sur le bien, et non d’une lutte universelle entre le mal et le bien. (Camus, cité par Wunderli, 1974 : 484)

50Lorsque non est suivi d’un syntagme, ce dernier est caractérisé comme une expansion de la « prophrase », occupant une position syntaxique analogue à celle du syntagme de la phrase antécédente qui est exclu de la reprise par non. Dans cette perspective, l’exemple (41) où non équivaudrait à « qu’elle ne l’avouât pas » est comparable à (42) où non serait équivalent de « il ne s’agissait pas », la coordination écartant la caractérisation de non comme adverbe et imposant celle de prophrase. Mais lorsque non est suivi d’un syntagme, ce qui est le cas avec la conjonction et,

il faut ajouter que la faculté de reprise de la négation n’est plus intégrale par rapport à la proposition substituée : l’une des positions du stimulus en est exclue parce qu’elle a été réintroduite après non comme expansion de la prophrase. (Wunderli, 1974 : 484)

51Or, cette réintroduction conserve à l’expansion la forme qu’elle aurait avec le prédicat verbal antécédent, dans une symétrie fonctionnelle soutenue, dans l’exemple (42), par la répétition de la préposition de qui marque la construction indirecte du verbe « il s’agit » de la phrase de référence. Toutefois une telle analyse des emplois de non associé à un syntagme reste fragile parce qu’elle s’appuie uniquement sur les cas où le membre négatif apparaît comme second terme de l’opposition. Wunderli considère en effet comme rares les emplois en incise, dont il mentionne en note l’exemple suivant :

(40a) Choisissez non le succès, mais l’honneur. (Grevisse, cité par Wunderli, 1974 : 485)

52Loin d’être rare, c’est précisément cet ordre qui est privilégié dans les enchaînements de type contrastif, plaçant le membre nié par non avant le membre positif. De ce fait, il n’est pas possible d’en faire abstraction pour rendre compte de la syntaxe des segments coordonnés de la forme [non X], Le cadre conçu par Wunderli soulève alors des difficultés : la phrase que non est censé représenter est interrompue par le marqueur de négation lui-même sans marque de coordination, et l’expansion de cette phrase positive, à laquelle non est lié par anaphore, n’est explicitée qu’après l’expression de l’élément rejeté par non. De plus, par sa position, le terme coordonnant mais relie les deux expansions et non plus des phrases ou propositions, ce qui rend insolite la position de non défini comme prophrase.

  • 12 D’après Muller, « non est à analyser comme l’expression du rejet de l’énoncé positif, alors que la (...)
  • 13 L’analyse syntaxique et énonciative de ces structures d’opposition est développée dans Mignon (2008 (...)

53Ces incohérences sont cependant résolues si l’on considère que l’anaphore induite par l’occurrence de non joue non comme représentant d’un dictum contextuel, mais par le trait prédicatif vide tel qu’il a été défini supra. Dans les structures de coordination où il apparaît devant un syntagme, non n’accomplit pas le rejet d’une phrase P comme dans l’emploi dialogal, mais d’une de ses variables x qui doit être saturée pour permettre l’assertion de P ; et parce que non marque un acte de rejet sans assertion, conformément à la propriété qui distingue non des phrases négatives contenant pas12, le segment sur lequel il porte n’est pas posé, ce qui explique d’une part la nécessité d’introduire le pendant positif, et d’autre part le manque d’autonomie que manifeste [non X] malgré sa structure prédicative sous-jacente13 :

(40c) *Choisissez non le succès.

54L’étude du fonctionnement syntaxique et énonciatif de non dans les structures coordonnées où le marqueur de négation est obligatoirement accompagné d’un syntagme montre que la différence de construction avec la conjonction ou n’est pas liée à un fonctionnement structurel différent. Qu’il soit introduit par et, mais ou le disjonctif ou, non conserve ses propriétés de prédicat jouant par anaphore, affectant soit l’énoncé contextuel auquel il est coordonné, soit le contenu d’un syntagme dans une relation prédicative englobante.

55Les différences dans la construction coordonnée négative sont en réalité imposées par des raisons sémantiques : le marqueur de négation non est obligatoirement accompagné d’un syntagme quand la coordination est réalisée par et ou mais, parce que ces conjonctions confrontent en les ajoutant ou en les opposant deux éléments d’un paradigme susceptibles de venir saturer une relation prédicative ; la négation ajoute à cette relation le rejet d’un terme, ce qui renforce l’affirmation de l’autre. Les conjonctions et aussi bien que mais lèvent l’incomplétude de la forme non X parce qu’elles signifient toutes deux un choix effectué entre deux éléments. Quant à ou, il signale au contraire une alternative possible et maintient le choix ouvert entre les deux termes qu’il relie : son occurrence est donc incompatible avec le segment [non X] dont on a montré qu’il ne pouvait pas faire l’objet d’une énonciation autonome.

3.2. La disjonction ou pas X ?

56À la différence de non, négation prédicative, pas, en tant que marqueur spécifique de la négation propositionnelle, modifie normalement un prédicat. Cette propriété qu’il manifeste typiquement en contexte verbal lui permet aussi d’instaurer un segment averbal comme prédicat. Lefeuvre (2001) en effet classe pas parmi les « marqueurs de prédication » qui permettent au locuteur d’investir d’une valeur prédicative nette des syntagmes nominaux, alors susceptibles de faire phrase :

(43) À cinq lieues autour de Tarascon, les terriers sont vides, les nids abandonnés. Pas un merle, pas une caille, pas le moindre lapereau, pas le plus petit cul-blanc. (Daudet, cité par Lefeuvre, 2001)

57Antéposé à l’élément qu’il focalise, pas lui confère le statut de prédicat et permet l’autonomie syntaxique et énonciative du segment où il s’intègre.

(44) a) Ici, il faut boire, soif ou pas soif. (Koltès, 1983) b)*Ici, il faut boire, soif ou satiété

58En (44a), soif est signalé comme prédicat par la position de pas, valeur qui se reporte rétroactivement sur le premier terme de la coordination, si bien que la structure coordonnée peut s’adjoindre à un énoncé sans dépendre syntaxiquement d’un prédicat verbal. En (44b) au contraire, aucun marqueur de prédication ne confère à la structure coordonnée l’autonomie nécessaire à son adjonction. De même, dans la QA suivante, ou instaure une symétrie entre les deux noms dont le statut prédicatif est marqué par l’occurrence de pas :

(45) Alors, prince, accident ou pas accident, à votre avis ? (Poirot-Delpech, 1984)

59Avec [ou pas X], c’est bien deux phrases (averbales) qui sont confrontées, puisqu’à la différence de non, le rejet que marque pas est susceptible de conduire à une assertion négative.

60Ce rôle de marqueur de prédication dont se charge pas en l’absence de verbe explique non seulement sa faculté d’introduire en alternative un contenu déjà proposé sous forme affirmative mais aussi la restriction d’emploi concernant sa position quand il apparaît seul à la suite de ou.

61Quand elle constitue à elle seule le membre négatif coordonné, l’occurrence de pas suppose une ellipse : le prédicat du premier membre, qu’il soit verbal ou averbal, est nié sans être répété, et la coordination offre au choix les deux pôles de validation pour un même contenu propositionnel :

(46) Est-ce qu’il crie, la nuit, ou pas ? (Bayon, 1987)
(47) Ils soumettaient maintenant à Flesch le douloureux problème : publier ou pas ? (Vergne, 1984)
(48) Il tâte la croûte qui se forme. Chancre ou pas ? Élection ou pas ? Diary, submergé de questions, incisé de questions. (Schreiber, 1996)

62La QA alternative, on l’a vu, enchaîne deux questions, et dans le cas des QA polaires en ou pas ?, c’est une même proposition qui est soumise à validation, d’abord sous forme positive puis sous la forme négative que représente pas. L’alternative concerne donc toujours des énoncés, qu’ils soient verbaux ou averbaux. Ainsi, le prédicat sur lequel porte pas est facilement récupérable et la disjonction peut être développée par « ou est-ce qu’il ne crie pas » en (46), par « ou ne pas publier » en (47) ou encore par « ou pas chancre » en (48), gloses qui sans trahir la configuration syntaxique, ne sont toutefois pas strictement équivalentes du point de vue sémantique à la formulation elliptique.

  • 14 Rappelons que c’est la dimension prédicative intrinsèque de non qui lui permet une plus grande libe (...)

63En tant que coordonnant, ou établit une frontière entre deux membres syntaxiquement équivalents ; et pas, en tant que négation propositionnelle, dépend d’un prédicat, non répété quand ce marqueur de négation constitue à lui seul le deuxième terme de la coordination. Dès lors, on comprend qu’insérer ou pas au cœur de la première question revient à soumettre en alternative le pôle de validation inverse pour une relation prédicative qui n’est pas encore saturée, suscitant un déséquilibre syntaxique14 et une incongruité sémantique qui s’observerait aussi dans la formulation pleine :

(49) a) Dans la vie, on l’a tué ou pas ? (Makine, 1995)
b) ? On l’a ou pas tué ? /? On l’a ou on l’a pas tué ?

64Bien plus, parce qu’il est marqueur de prédication en contexte averbal, pas énoncé à la suite de ou tend à instaurer le segment qu’il modifie comme prédicat :

(50) Mange ta soupe ou pas de dessert !

  • 15 On pourrait aussi voir dans cet énoncé une disjonction interne, affectant le constituant dans la dé (...)

65Dans l’exemple (50), ou coordonne bien une phrase averbale à une phrase verbale : la disjonction concerne deux injonctions, l’une dont le prédicat verbal est à l’impératif, et la seconde dont le prédicat nominal est affecté de la négation15. On comprend alors pourquoi le sens de la phrase dans l’exemple suivant est bien altéré si on remplace non par pas :

(51) a) Mais à cette première incertitude si je les verrais ou non le jour même, venait s’en ajouter une plus grave, si je les reverrais jamais, car j’ignorais en somme si elles ne devaient pas partir pour l’Amérique. (Proust, 1918)
b) Mais à cette première incertitude si je les verrais ou pas le jour même, ...

66Alors que la disjonction par non met en cause la proposition entière « je les verrais le jour même », l’occurrence de pas confère au syntagme qu’il précède le rôle de prédicat et crée une alternative entre deux propositions dont la première est verbale (« je les verrais ») et la seconde est averbale (« pas le jour même »).

4. Choix de la négation et effets de sens

67Les QA polaires, sous toutes leurs formes, engagent un enchaînement de deux actes, dont le deuxième présente toutefois une autonomie moindre dans la mesure où il s’appuie sur l’énonciation de la première question. Cette subordination énonciative est d’ailleurs manifeste dans la construction ancienne qui fait suivre une question indirecte à une question directe :

(52) Vous ayme-je donc ou si je ne vous ayme point ? Jugez-en vous mesme, bergere. (d’Urfé, 1612)

68Ainsi, le statut illocutoire du deuxième membre de l’alternative est rendu possible par les marqueurs de négation, mais dans des configurations différentes selon la forme qu’il prend.

4.1. Ou pas : un choix ouvert à la contradiction

69Quand il entre dans une structure disjonctive, le marqueur pas, en tant que négation d’un prédicat, se prête à deux configurations syntaxiques : soit il précède un segment auquel il confère une valeur prédicative, soit il apparaît seul et évoque par sa dimension adverbiale un prédicat non répété. Dans les deux cas, il marque le pôle de validation négatif de la proposition, qui est lui-même confronté à la formulation positive énoncée en premier lieu. Dès lors, la disjonction qui articule les deux propositions soumises à l’interrogation laisse le choix ouvert entre les deux pôles de validation, si bien que les deux perspectives évoquées peuvent paraître équivalentes. Ou pas se lit comme la possibilité de faire basculer indifféremment une proposition en son contraire, en raison de la symétrie syntaxique que pas marque entre les termes disjoints :

(53) Mari cocu ou pas, il nous invite quand même. (Schreiber, 1996)

  • 16 Une chronique du journal Le Monde (04/03/2013) voit dans la diffusion de ce récent tic verbal le re (...)

70L’oscillation entre les extrêmes de la modalité énonciative peut même souligner un blocage de l’acte de jugement, l’alternative se figeant dans l’irrésolution. C’est sans doute ce processus qui explique l’engouement récent pour la formule ou pas, enregistrée par le Wiktionnaire (http://fr.wiktionary.org/​wiki/​ou_pas) comme locution adverbiale16. Définie comme le quasi-synonyme de l’expression “je dis ça, je dis rien”, elle y est illustrée par l’exemple suivant :

(54) L’allocution spéciale crise de Sarkozy a convaincu. Ou pas. – (rue89.com, février 2009)

71On voit donc que le caractère contraignant de l’alternative est dérouté par l’usage, qui dans la forme réduite ou pas, investit en réalité tout l’espace de validation d’un même contenu propositionnel, au point d’annuler la binarité des membres coordonnés.

5. Ou non : un choix ouvert à tous les possibles

72Avec non au contraire, qui est intrinsèquement prédicatif, le rejet s’effectue par relation anaphorique, sans que la négation n’évoque le même contenu propositionnel sous forme contradictoire. En réalité, son occurrence, qui marque un rejet sans assertion possible, met en cause la pertinence de la question énoncée dans un premier temps et évoque la possibilité de disqualifier son contenu même. La disjonction négative ou non, loin d’enfermer le discours dans l’espace d’un contenu propositionnel à valider dans un sens ou un autre, l’ouvre à toute autre proposition. En ce sens, ou non est plus proche de ou quoi que de ou pas, comme l’illustre l’exemple suivant :

(55) UN HOMME. Là, elle t’a dit qu’elle voulait pas. T’entends bien
ou quoi ? T’es sourde ou non ? Tu la veux dans la gueule ta machine à questions ? (Gabily, 1995)

73Comme le montre Lefeuvre (2006), la disjonction ou quoi ? introduit le doute sur la validité de l’assertion précédente et évoque sans les spécifier d’autres possibilités assertives. C’est sans doute un processus comparable qui entre en jeu dans la formulation du grec ancien τι άλλο ή (mot à mot : quoi d’autre ou) qui anticipe en l’introduisant la mise en suspens possible du contenu propositionnel soumis à interrogation. Et de même qu’en contexte assertif, ou non peut offrir le choix de disqualifier un terme (ex. 56) ou une séquence plus longue (ex. 57), de même ou quoi évoque la possibilité de déployer librement des termes à la suite d’une première expression (ex. 58) :

(56) C’est un dormeur, ou plutôt non, un veilleur endormi. (Havet, 2005)
(57) Larmes des parents, déjà une fille qui n’est plus là, maintenant le fils qui veut s’en aller, ne restera avec eux que la plus jeune fille, Mara, ou bien non, ses parents sont contents, la vie à Sarzane est trop dure, Matteo a bien raison d’aller en France. (Storti, 2008)
(58) [...] ou plutôt plissé : vieille peau de ce vieux monde ce vieux monstre Plissé pliscénien ou quoi Plioscène Sans doute rien à voir mots qui simplement se ressemblent plésiosaure et plus loin [...] (Claude Simon, 1967)

74En tant que conjonction de coordination, ou est susceptible de relier deux membres au statut syntaxique variable pour marquer une disjonction. L’étude de son fonctionnement en contexte interrogatif a montré que lorsqu’il introduit un membre négatif, que la négation soit marquée par non ou par pas, la coordination concerne toujours deux contenus prédicatifs qui présentent chacun une certaine autonomie énonciative. Cette caractéristique explique les faits d’alternance entre les deux marqueurs de négation.

75Cependant, dans les emplois de non, c’est le marqueur de négation qui tient lieu de prédicat ; quant à pas, il confère un statut prédicatif au syntagme qu’il précède ou rappelle un prédicat qui fait l’objet d’une ellipse. Dans les énoncés interrogatifs, ces deux formes d’alternatives qui intègrent la négation présentent donc des fonctionnements syntaxiques distincts, qui se reflètent dans les nuances sémantiques accompagnant le choix du locuteur.

Bibliographie

Bibliographie

ABEILLÉ Anne, 2005, « Les syntagmes conjoints et leurs fonctions syntaxiques », Langages n° 160, p. 42-66.

ANSCOMBRE Jean-Claude & Oswald DUCROT, 1983, L’argumentation dans la langue, Bruxelles, Madarga.

BILGER Mireille, 2003, Corpus et description grammaticale. La coordination comme illustration de cette mise en relation, HDR, Paris X-Nanterre.

BORILLO Andrée, 1978, Structure et valeur énonciative de l’interrogation totale en français, Thèse d’État, Université de Provence.

– , 1979, « La négation et l’orientation de la demande de confirmation », Langue française n° 44, p. 27-41.

CHIANG Chih-Ying, 2006, « Le ou asymétrique, introducteur d’un contexte négatif », Langages n° 162, p. 32-45.

CORNULIER Benoît de, 1985, Effets de sens, Paris, Les Éditions de Minuit.

ENGLEBERT Anne, 1984, « Esquisse d’une histoire de la négation en français », Travaux de linguistique n° 11, p. 7-25.

GAATONE David, 1971, Étude descriptive du système de la négation en français contemporain, Genève, Droz.

JOULIN Jacqueline, 1988, « Notion d’ordre dans la coordination alternative », L’information grammaticale n° 36, p. 11-16.

LEFEUVRE Florence, 2001, « Le groupe nominal : une valeur prédicative problématique », in Le syntagme nominal : syntaxe et sémantique, Arras, Artois Presses Université, p. 233-252.

– , 2006, Quoi de neuf sur quoi ?, Étude morphosyntaxique du mot quoi, Presses Universitaires de Rennes.

MIGNON Françoise, 2008, « Le choix du marqueur de négation dans l’expression du contraste », Revue Romane n° 43-1, p. 63-85.

– , 2011, « Le statut prédicatif du marqueur de négation non en discours », in Imtraud Behr et Florence Lefeuvre (éds), « Les énoncés averbaux autonomes entre grammaire et discours », Paris, Ophrys, p. 151-164.

MOIGNET Gérard, 1965, « L’opposition NON / NE en ancien français », Travaux de linguistique et de littérature n° 3/1, p. 41-65.

MOREL Marie-Annick, 1994, « PAS et NE... PAS en français oral », Cahiers de praxématique n° 23, p. 97-116.

MULLER Claude, 1991, La négation en français, Genève, Droz.

PLANTIN Christian, 1982, « Oui et non sont-ils des “prophrases” », Le français moderne n° 50/3, p. 252-265.

RIEGEL Martin, Jean-Christophe Pellat & René Rioul, 1994, Grammaire méthodique du français, Paris, PUF.

WUNDERLI Peter, 1974, « Syntaxe transphrastique : fr. “non” », Studii si cercetari linguistice n° 5, p. 461-487.

Notes

1 Il s’agit d’un article visible sur le site de l’Académie française, à la rubrique « dire, ne pas dire », consigné le 6 septembre 2012 (http://www.academie-française.fr/ou-pas).

2 Les occurences ont été principalement relevées dans Frantext.

3 Comulier fait par cet exemple allusion à une réponse d’oracle mentionnée par Origène. Ce type de réponse qui exploite typiquement l’ambiguïté de la langue suppose que l’oracle ait déjoué la demande en ne retenant de la question que l’interprétation équivalente à « Est-ce vrai que ce sera un garçon ou une fille ? » (Comulier, 1985 : 132).

4 L’éventail des valeurs dont se charge non dans le dialogue est exposé dans Mignon (2011).

5 En atteste l’équivalence, dans un autre registre, de la formule « oui ou merde ? ».

6 Cette remarque vaut pour le cas où le segment ou non ? vient en fin d’énoncé, et non pour les cas où il s’insère dans la proposition qui fait l’objet de l’interrogation (voir infra).

7 Comulier précise d’ailleurs dans une note (1985 : 177-178) qu’il se rallie à la thèse de Plantin (1982) quand celui-ci critique l’analyse de non comme « pro-propositionnel » en ce qui concerne son emploi comme réponse, mais qu’il s’en désolidarise pour ce qui est de ses emplois intra-phrastiques.

8 Wunderli étend ainsi le trait anaphorique à tous les emplois de non, à l’exception toutefois des cas où celui-ci remplit la fonction de « préfixe » (non pertinent, non-adaptation) et de ses emplois adverbiaux figés (non seulement, non plus) distingués par l’étiquette « non2 ».

9 Position qui distingue cette conjonction de et, ni ou mais : *il se demandait si cette proposition renfermait (et / ni / mais) non un piège.

10 Aucun exemple de ce type n’a été trouvé dans notre corpus.

11 Telles que les définit Abeillé (2005).

12 D’après Muller, « non est à analyser comme l’expression du rejet de l’énoncé positif, alors que la phrase négative est aussi une assertion négative » (1991 : 162).

13 L’analyse syntaxique et énonciative de ces structures d’opposition est développée dans Mignon (2008).

14 Rappelons que c’est la dimension prédicative intrinsèque de non qui lui permet une plus grande liberté d’insertion dans la question dont elle propose le rejet.

15 On pourrait aussi voir dans cet énoncé une disjonction interne, affectant le constituant dans la dépendance du même verbe non répété : « Mange ta soupe ou (ne mange) pas de dessert » ; mais cette lecture est loin d’être la plus probable.

16 Une chronique du journal Le Monde (04/03/2013) voit dans la diffusion de ce récent tic verbal le reflet d’un phénomène de société « où nous décidons de nos actions comme dans un jeu vidéo ».

Auteur

Université de Perpignan Via Domitia,
VECT-Mare Nostrum, EA 2983

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search