Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

Nu că  – marqueur de la négation polyphonique en roumain

Daciana Vlad

Texte intégral

Introduction

1Notre travail a pour objet la description de la négation opérée par la locution conjonctive nu că du roumain. Il s’agit d’un connecteur qui introduit un énoncé négatif polyphonique, appartenant à une structure syntaxique du type p, nu că q, (dar r) ‘p, non que q, (mais r)’.

2Le correspondant français de nu că est non que, connecteur que nous avons d’ailleurs étudié dans un autre article (Vlad, 2012). En nous servant de la grille d’analyse proposée pour l’étude de non que, nous ferons dans un premier temps une description syntactico-pragmatique du relateur nu că, pour présenter ensuite la configuration polyphonique des énoncés qu’il introduit, dans leurs emplois causaux, ainsi que dans leurs emplois non causaux, que l’examen de notre corpus nous a permis d’isoler.

3Vu l’oralité des énoncés en nu că, nous avons établi notre corpus en lançant une recherche sur Google, de sorte que nos exemples sont tirés de blogs, de forums ainsi que de pages web consacrées à l’actualité politique, socio-économique ou culturelle, y compris des commentaires des internautes.

1. Description syntactico-pragmatique du connecteur nu că

4Le relateur nu că est une locution conjonctive formée de l’adverbe négatif nu ‘non’ et de la conjonction polyvalente ‘que’, qui peut avoir une valeur causale. Il introduit une proposition qui apparaît dans une structure du type p, nu că q, (dar / doar că / însă/ ci (pentru că /fiindcă) r), où le segment en nu că exprime la cause ou bien une autre valeur (voir infra). D’autres structures syntaxiques sont également possibles : nu că q, ci că r, p ; nu că q, da’ r ; nu că q, nici că q’ ; p, nu că q, nu că q’, nu că q”, r ; p, nu că q, că q’ dont nous fournissons ci-dessous deux illustrations :

(1) Nu că vreau ca să mă laud, nici că vreau sa vă-nspăimânt. (http://boghi.ro, consulté le 30/04/2013)
Non que je veuille me vanter, ni que je veuille vous effrayer.
(2) El nu ma iubea destul încât să mă ceară în căsătorie. Nu că nu era pregătit ; nu că se temea de pierderea independenţei ; nu că nu dorea în general să se căsătorească. Pur şi simplu, nu dorea sa se căsătorească cu mine, (http://lovegeek.ro, consulté le 22/04/2014)
Il ne m’aimait pas assez pour me demander en mariage. Non qu’il ne fût pas préparé ; non qu’il craignît la perte de son indépendance ; non qu’il ne voulût pas se marier, en général. Tout simplement il ne voulait pas se marier avec moi.

5Les grammaires du roumain, celles que nous avons consultées du moins (GBLR et GLR I & II), ne traitent pas de la locution nu că. Les dictionnaires que nous avons consultés (DEXI et dexonline.ro) signalent l’emploi restrictif de nu că, dans des exemples du type Nu că e copilul meu, dar e isteţ ‘Non que ce soit mon enfant, mais il est malin’. Les grammaires parlent uniquement de la conjonction , en montrant qu’elle peut introduire une subordonnée de cause, sans rien dire de la possibilité qu’elle se combine avec l’adverbe nu pour former une locution.

6Dans les énoncés qui nous intéressent, la conjonction et l’adverbe se combinent pour former une seule unité, homophone de la structure nu, că constituée de deux unités distinctes, que nous retrouvons dans l’exemple ci-dessous :

(3) Hai la plimbare. – Nu, că-i târziu.
Allons nous promener. – Non, parce qu’il est tard.

7Ici l’adverbe pro-phrase nu remplace la phrase négative Nu merg să mă plimb ‘Je ne vais pas me promener’, qui exprime un refus, et la conjonction introduit la justification du refus. L’accent frappe les deux unités, tandis que dans les exemples (1), (2) et (4) il frappe seulement le premier constituant de nu că.

8Dans l’exemple (4) la locution nu că introduit une justification potentielle du refus (‘il est tard’), que le locuteur rejette, pour en fournir ensuite la justification réelle (‘j’ai faim’) :

(4) Nu merg la plimbare, nu că-i târziu, dar mi-e foame.
Je ne vais pas me promener, non qu’il soit tard, mais parce que
j’ai faim.

9Nu că représente toujours deux unités distinctes dans des exemples du type Vei regreta că... nu că...‘Tu regretteras que... et non pas que...’, Problema e că... nu că...‘Le problème, c’est que... et non pas que...’, Fericit că... nu că...‘Heureux que... et non pas que...’, Frica nu că... ci (că)...‘Non pas la peur que... mais que...’, etc. :

(5) De cele mai multe ori în viaţă vei regreta că nu ai încercat ceva, nu | nu (i-a reuşit (din prima), (http://www.stumbleupon.com, consulté le 25/04/2014)
Le plus souvent dans la vie on regrette de n’avoir pas tenté de faire quelque chose, non pas de n’avoir pas réussi à le faire (du premier coup).

où l’adverbe négatif nu sert à nier un COD, un attribut, un complément de l’adjectif ou un complément du nom, introduit par la conjonction că.

10Une autre structure homophone de la locution conjonctive nu că est le nu că provenu par ellipse de Nu-i așa că ‘N’est-il pas vrai que’, qui introduit une demande de confirmation :

(6) Nu că-i minunat ? (http://www.harrdelos.com, consulté le 22/04/2014)
N’est-ce pas magnifique ?

11La locution nu că est également homophone du nom nucă ‘noix’.

12Tout comme la conjonction , elle est employée surtout à l’oral, en roumain familier, tandis que son correspondant français, non que, est employé de nos jours uniquement en français soutenu et écrit.

13En ce qui concerne les formes verbales employées après la locution nu că, si son correspondant français exige l’emploi du subjonctif, dans l’énoncé en nu că on peut avoir l’indicatif (ex. 1, 2 et 4) ou le conditionnel (ex. 7) :

(7) Nu-ţi spun, nu că n-aş avea încredere în tine, cifiindcă nu vreau.
Je ne te le dis pas, non que je ne te fasse pas confiance, mais parce que je ne veux pas.

14Le connecteur nu că peut opérer tant au niveau de la phrase (ex. 7) qu’au niveau transphrastique, auquel cas il se comporte comme un articulateur textuel (ex. 8) :

(8) Despre ţările din jurul nostru [...] ştim mai ales din ce citim în presa occidentală. Nu că ar fi rău cà citim presa occidentală ; doar că perspectiva occidentală domina informale și politica internationale... (www.criticatac.ro, consulté le 30/04/2013)
On apprend des choses sur les pays voisins surtout en lisant la presse occidentale. Ce n’est pas que lire la presse occidentale soit une mauvaise chose ; c’est que la perspective occidentale domine l’information et la politique internationales...

15Si l’on compare les exemples (7) et (8) on se rend compte que nu că n’y a pas la même valeur : dans (7) il introduit une cause potentielle d’un fait exprimé avant dans le cotexte, que le locuteur rejette, tandis que dans (8) il n’a pas une valeur causale. La preuve en est le fait que, si dans (7) le segment en nu că est paraphrasable par nupentru că n-aş avea încredere în tine ‘non parce que je ne te ferais pas confiance’, dans (8) la paraphrase par nu pentru că est bloquée : Despre ţările din jurul nostru [...] ştim mai aies din ce citim în presa occidentală. *Nu pentru că ar fi rău că citim presa occidentală. Ce constat nous a permis de distinguer deux catégories d’emplois de nu că : emplois causaux et non causaux.

1.1. Énoncés en nu că à valeur causale

16Au sein de la catégorie des emplois causaux nous avons isolé deux sous-catégories d’emplois :

  • nu că opérateur sémantique de causalité ;

  • nu că connecteur pragmatique, marquant un acte de justification énonciative ou illocutoire.

1.1.1. Nu că opérateur sémantique

17Employé comme opérateur sémantique, dans une structure du type p, nu că q, ci r, le connecteur nu că relie deux contenus p et q, pour former un contenu nouveau, qui pose q comme cause virtuelle de p (ai plecat ‘tu es parti’), tout en l’écartant au profit de sa cause réelle r (îmi amintesc cu nostalgie de acele momente...‘je me souviens avec nostalgie de ces moments...’) :

(9) Sufãr dar nu că ai plecat, sufărfiindcă îmi amintesc cu nostalgie de acele momente pe care de fiecare dată piam să le facem speciale și acum... nu mai sunt. (http://mariandronachescu.wordpress.com, consulté le 22/04/2014)
Je ne souffre pas parce que tu es parti, je souffre parce que je me souviens avec nostalgie de ces moments qu’on savait à chaque fois rendre singuliers et qui maintenant... ne reviendront plus.

18Le locuteur qui produit un tel énoncé réalise un acte d’assertion qui instaure une relation causale de type factuel, qui annule le lien causal qui pourrait s’établir entre q et le fait exprimé dans la proposition p.

19Le rejet de la cause possible q s’accompagne d’habitude d’un acte de rectification marqué par l’élément coordonnant ci, non réalisé dans (9), et qui correspond à une causale de polarité positive, qui exprime la cause réelle de p. Le rapport de subordination causale qui s’établit entre p et r peut être explicite (ci pentru că /fiindcă r), comme dans (9), ou implicite (ci r).

20La causale attendue après ci peut manquer, ce qui crée, comme le remarque A. Nazarenko (2000), un effet d’attente chez le destinataire, qui interprète la phrase comme inachevée et attend qu’on lui fournisse la contrepartie positive de l’énoncé en nu că :

(10) Justiţia e pe drumul cel bun. şi asta nu că aţi contribuit voi cu ceva la asta, din contră... (http://blogponta.wordpress.com, consulté le 22/04/2014)
La justice est dans la bonne voie. Et ce n’est pas que vous y ayez apporté la moindre contribution, tout au contraire...

1.1.2. Nu că connecteur pragmatique

21Nu că peut enchaîner non seulement sur un contenu propositionnel, mais aussi sur un dire, en faisant coexister deux actes : une justification possible de ce dire et son invalidation.

22Il s’agit d’invalider une justification virtuelle de l’acte d’énonciation même ou d ’un acte illocutoire, pour en proposer une justification réelle :

(11) Am păstrat legătura cu majoritatea colegilor mei care au terminat facultatea [...] şi, nu că vreau să mă încurajez, dar deocamdată balanţa se înclină în favoarea mea. (= nu o spun pentru că...‘je ne le dis pas parce que...’) (www.succesdublu.ro, consulté le 30/04/2013)
Je suis resté en contact avec la plupart de mes collègues qui ont fait des études universitaires et, ce n’est pas pour me vanter, pour l’instant la balance penche de mon côté.
(12) Caraghios sau dubios ? Nu că ar conta prea mult... (= nu întreb pentru că...‘je ne le demande pas parce que...’) (http://prinpreajma.wordpress.com, consulté le 22/04/2014) Marrant ou douteux ? Non que ça compte trop...
(13) Bun, o să vă explic de ce nu reușesc eu să găsesc un loc de muncă, dar nu că aș avea de dat explicafii, ci doar să vă faceţi idee de cum merg treburile aici... (= nu vă explic pentru că...‘je ne vous explique pas parce que...’) (http://freeamelove.over-blog.com, consulté le 22/04/2014)
Bon, je vais vous expliquer pourquoi je n’arrive pas à trouver un emploi, non que je doive vous donner des explications, mais juste pour que vous puissiez vous faire une idée sur la façon dont les choses fonctionnent ici.

23Dans ces trois exemples nu că introduit un commentaire métadiscursif à valeur causale, par lequel le locuteur rejette une justification possible du dire sur lequel il enchaîne. Si dans (11) ce rejet concerne une justification de l’acte d’énonciation, dans (12) et (13) il invalide respectivement les actes : demander> et : expliquer>.

24Le relateur se comporte ici comme un connecteur pragmatique, du fait qu’il relie un acte de dire et l’acte de réfutation d’une justification possible du dire en question, marquant une relation causale de type énonciatif.

25En tant que connecteur pragmatique, nu că peut figurer dans une structure du type Nu că q, dar r, où le segment en nu că, placé en tête de phrase, précède l’assertion r, tout en l’adoucissant :

(14) Nu că ar interesa pe cineva... dar mă aflu adesea în conflict cu mine, (http://epinephrine.ro, consulté le 09/04/2012) Non que cela puisse intéresser qui que ce soit, mais je me trouve souvent en conflit avec moi-même.
(15) Nu că vreau să mă laud, dar... (http://www.mircea-badea.ro/​blog, consulté le 29/03/2012)
Non que je veuille me vanter mais...
(16) Nu că aţi avea nevoie de sfaturi, dar cine ştie. ( https://ro-ro. facebook.com, consulté le 22/04/2014)
Non que vous ayez besoin de conseils, mais on ne sait jamais.

26Il nous semble que dans ces exemples l’énoncé en nu că, paraphrasable par N-o spun pentru că ‘Je ne le dis pas parce que’, fonctionne comme une sorte de désarmeur, par lequel le locuteur, en anticipant une réaction négative que le destinataire pourrait avoir par rapport à l’assertion r (du genre nu măà interesează ‘ça ne m’intéresse pas’, te lauzi ‘tu te vantes’, n-am nevoie de sfaturi ‘je n’ai pas besoin de conseils’), tente de la désamorcer. C’est un type de comportement discursif de nu că que nous n’avons pas identifié pour son correspondant français non que.

27Nous avons également isolé des titres du type Nu că q, qui représentent un commentaire métadiscursif apportant une justification de type énonciatif au discours qu’ils chapeautent par le rejet d’une justification possible de ce même discours :

(17) Nu că te-as iubi (http://mazgalica.ro, consulté le 22/04/2014)
Ce n’est pas que je t’aime
(18) Nu cà as avea ceva eu adventiştii (http://www.makavelis.com, consulté le 22/04/2014)
Ce n’est pas que j’en aie aux adventistes

28C’est un autre type d’occurrence de nu că que le connecteur roumain ne partage pas avec le connecteur français non que.

1.2. Énoncés en nu că non causaux

29Dans notre corpus, plus de la moitié des occurrences du connecteur nu că ne semblent pas avoir une valeur causale (81 exemples sur un total de 131, ce qui représente 61,83 %). En voici un exemple :

(19) DIANA. Sunt fotomodel şi fac o şcoală de manechine.
OVIDIU. Evident. Pentru cineva ca dumneata, ăsta-i viitorul... Zic„ ca dumneata”, în sensul de... fizic... Nu că n-aţi putea face fi o meserie serioasă... (Nae Caranfil, Filantropica, Editura LiterNet.ro, 2005)
DIANA. Je suis photo-modèle et je suis dans une école de mannequins.
OVIDIU. Evidemment. Pour quelqu’un comme vous, c’est ça l’avenir... Je dis « comme vous » dans le sens... physique... Ce n’est pas que vous ne puissiez pas faire un métier sérieux...

30On a affaire là à une structure du type P. Nu că q, où l’énoncé en nu că ne fournit pas une explication causale du genre nu pentru că n-aţi putea face şi o meserie serioasă, (dar...) ‘ce n’est pas parce que vous ne pourriez pas faire un métier sérieux, (mais...)’ ni une justification énonciative du type n-o spunpentru că.. ‘je ne le dis pas parce que...’. Le connecteur n’est pas ici la marque d’une relation de causalité, fût-elle factuelle ou énonciative.

31Il nous semble que dans ce cas nu că introduit un commentaire que le locuteur fait sur son propre discours P, qui annule une glose possible de ce discours (P = n-aţi putea face şi o meserie serioasă ‘vous ne pourriez pas faire un métier sérieux’). L’énoncé en nu că annule en même temps le dire qui véhiculerait la glose en question, en montrant que le locuteur n’est pas à l’origine de ce dire : je ne dis pas q (nu spun că n-aţi putea face fi o meserie serioasă ‘je ne dis pas que vous ne pourriez pas faire un métier sérieux’). Nous qualifierons cet emploi du connecteur d’emploi métadiscursif non causal.

32Cet emploi de nu că permet donc au locuteur de représenter son propre dire comme un non-dire : je dis que je ne dis pas q. Il ne s’agit pas d’expliquer une réalité donnée ni de justifier un dire mais d’expliquer son propre discours. Dans cet emploi nu că opère un enchaînement transphrastique, se comportant comme un connecteur textuel.

33Dans la plupart des occurrences de ce genre, nu că enchaîne sur un implicite contenu dans le discours P pour l’invalider, tout en le présentant comme non énonçable. Ainsi dans (20) l’énoncé en nu că explicite le présupposé existentiel véhiculé par l’expression définie printzipiile ‘les principes’ (ai principii ‘tu as des principes’) pour l’annuler :

(20) Unde îţi sunt printzipiile ? Nu că ai fi avut, dar ești de toată jena. (Commentaire sur http://www.ziare.com, consulté le 05/03/2014)
Où sont tes principes ? Ce n’est pas que tu en aies jamais eu mais tu es vraiment ridicule.

34Dans (21) l’énoncé en nu că actualise et annule un sous-entendu du type faptul că vest-europenii vor spune că românii sunt oile negre ale Uniunii ar trebui să-i intereseze pe cei din Guverrn sau Parlament ‘le fait que les Occidentaux diront que les Roumains sont les bêtes noires de l’Union devrait intéresser les membres du Gouvernement ou du Parlement’ :

(21) Așadar, cine va prelua povara fi, mai ales, ce va face cu ea ? Măcar acum să nu fie portofoliul disponibil doar pentru o îmbogăţire de cv, altfel iar vor arâta vest-europenii spre români ca și cum ar fi oile negre ale Uniunii. Nu că ar interesa în mod deosebit pe careva din Guvern sau Parlament acest aspect [...]. (www.obiectivbr.ro, consulté le 30/04/2013)
Qui va donc assumer le fardeau et surtout qu’est-ce qu’on va faire avec ? Il faudrait que pour une fois ce portefeuille ne soit pas disponible uniquement pour enrichir le CV de quelqu’un, autrement les Occidentaux vont à nouveau montrer du doigt les Roumains comme s’ils étaient les bêtes noires de l’Union. Ce n’est pas que cet aspect intéresse particulièrement les membres du Gouvernement ou du Parlement [...].

35Nous avons également isolé des exemples où l’énoncé en nu că explicite la valeur illocutoire du discours P et l’annule, permettant ainsi au locuteur d’accomplir une négation illocutoire. Dans l’exemple ci-dessous, l’acte nié est l’acte : obliger> :

(22) Postu-i post. Nu că v-aş obliga. ( http://www.adihadean.ro, consulté le 22/04/2014)
Le jeûn, c’est le jeûn. Mais je ne vous y oblige pas.

36Si dans cet exemple la négation illocutoire vient après coup, dans (23) elle précède la réalisation de l’acte qu’elle invalide (l’acte : inciter>, réalisé de façon indirecte, sous la forme d’une proposition), étant placé dans un titre de presse :

(23) Nu că am instiga la miting... dar ne-am bucura
Dacă bugetul Alexandriei nu va fi deblocat mâine (24/08/2011, a.c.), nu vă faceţi probleme, zilele oraşului le puteţi organiza chiar dumneavoastră. Putem să ne întâlnim în faţa Prefecturii Teleorman pentru a sărbători în voie blocarea bugetului local, pentru că banii alocafi pentru organizare sunt proveniţi intégral din sponsorizări. (http://www.alexandriaonline.ro)
Ce n’est pas que nous incitions au meeting... mais nous nous en réjouirions
Si le budget de la ville d’Alexandria n’est pas débloqué demain (24/08/2011, a.c.), ne vous inquiétez pas, vous pouvez organiser vous-mêmes les fêtes de la ville. On peut se donner rendez-vous devant la Préfecture de Teleorman pour fêter à loisir le blocage du budget local, car l’argent alloué pour l’organisation provient intégralement des sponsors.

37Le ton du locuteur étant ici ironique, il nous semble que le titre en nu că fonctionne comme une antiphrase, de sorte que la négation illocutoire cache en vérité une incitation à la manifestation.

38Nous avons enfin identifié deux autres types d’occurrences du relateur nu că non causal, où l’énoncé qu’il introduit n’est pas paraphrasable par nu spun că...‘je ne dis pas que...’. Dans trois des exemples que nous avons analysés on a affaire à un nu că métalinguistique, introduisant un énoncé qui rejette un terme employé dans un discours antérieur pour en imposer un autre, plus adéquat :

  • 1 Partidul Social Democrat ‘Le parti Social Démocrate’.
  • 2 Partidul National Liberal ‘Le Parti National Libéral’.
  • 3 Titre de presse.
  • 4 Nom de formation onomatopéique, difficile à traduire, formé de l’onomatopée hăà hă, qui imite le ri (...)

(24) PSD1 şi PNL2 ar putea să nu participe la discursul președintelui.
Antonescu : Băsescu e un președinte ilegitim3
Comentariu :
Nico • 11 martie 2013 • 18 : 56
Nu că “ar putea”, ci trebuie sa nu participe la hăhăiala4 guvernatorului.
(www.antena3.ro, consulté le 11/03/2013)
PSD et PNL pourraient ne pas participer au discours du président.
Antonescu : Băsescu est un président illégitime
Commentaire :
Nico • 11 mars 2013 • 18 : 56
Non pas « pourraient » mais doivent ne pas participer au discours
présidentiel.

39Le commentaire de l’internaute dénonce la pertinence de l’emploi dans le titre de presse du verbe a putea ‘pouvoir’ qui place la non participation des deux partis au discours du président sous le signe du possible, et le remplace par a trebui ‘devoir’, situant ainsi cette action (ou plutôt non action) dans un autre registre modal, celui de la modalité déontique. Le passage d’une sphère modale à l’autre se fait également moyennant les formes verbales employées : au conditionnel ar putea ‘pourraient’ on substitue l’indicatif présent trebuie ‘doivent’. Le sens de l’énoncé en nu că équivaut ici à II ne faut pas dire X mais Y. Par cet emploi, le locuteur fait un commentaire qui concerne non pas son propre discours mais le discours d’autrui dont il dénonce la pertinence quant à l’usage de tel ou tel terme.

40Nous illustrons par l’exemple (25) l’autre type d’occurrence de nu că non causal qui n’admet pas la paraphrase en nu spun că ; cet exemple nous semble très intéressant du fait que nu că se trouve là dans une séquence à valeur nominale (un fel de “nu că aș fi în campanie” ‘une sorte de « non que je sois en campagne »’), par laquelle le journaliste de România Liberă explicite le discours du président Băsescu en le détournant à son gré :

(25) Prezent la o megafestivitate a partidului care nu-fi înjură preçedintele [...], dl Băsescu ne-a îndemnat la solidaritate pentru trecerea mai ușoară a crizei. [...] Fără să emită vreo idee europeană, de la solidaritate a sărit imediat la o temă pe care dorea eu tot dinadinsul să ne-o comunice : “O să umblu mult în ţară și voi fi în locurile în care vă sărbătoriţi localităţile” (un fel de “nu că aș fi în campante"), (http://m.romanialibera.ro, consulté le 05/03/2014)
Présent à une méga-fête du parti qui ne fait pas injure à son président [...], M. Băsescu nous a incités à être solidaires pour dépasser plus facilement la crise. [...] Sans émettre aucune idée européenne, il est passé tout à coup de la solidarité à un sujet qu’il voulait à tout prix aborder : « Je vais me déplacer beaucoup dans les territoires et je serai aux endroits où vous fêterez vos localités » (une sorte de « non que je sois en campagne »).

41Comme dans l’exemple (23), la paraphrase en nu că du discours du président fonctionne ici comme une antiphrase, le journaliste interprétant ce discours comme un discours de campagne et nous invitant à l’interpréter ainsi. Un fel de “nu că aș fi în campanie” peut donc se lire un fel de discurs de campanie.

2. Description de la configuration polyphonique des énoncés en nu că

42Avant de montrer comment se manifeste la dimension polyphonique des énoncés en nu că, nous voudrions apporter quelques précisions terminologiques. L’étude du phénomène de la démultiplication des voix au sein d’une même unité discursive a conduit à la mise en place d’une terminologie duelle, les chercheurs parlant pour en rendre compte soit de polyphonie soit de dialogisme, le plus souvent de façon exclusive. Nous considérons qu’au lieu d’exclure l’un ou l’autre des deux concepts de la terminologie linguistique, il vaudrait mieux exploiter leur complémentarité, que l’on peut expliquer en prenant en compte les mécanismes qui engendrent la pluralité des discours : mise en scène de voix par le locuteur, dans le cas de la polyphonie, « dialogue » interne avec un discours autre, pour le dialogisme (cf. Bres, 2005).

43Nous définissons la polyphonie en tant que phénomène de co-présence de plusieurs voix ou points de vue au sein du discours d’un même locuteur. C’est une définition de la polyphonie au sens large, qui pose un discours pluriel sans prendre en compte les processus ayant généré cette pluralité. La prise en compte de ces mécanismes permet de distinguer la polyphonie au sens strict du dialogisme.

44Nous parlons de polyphonie pour rendre compte des cas de plurivocité où il y a mise en scène par le locuteur d’une subjectivité autre, comme dans l’exemple de la négation, où le locuteur avance un point de vue de polarité positive, attribuable à une autre instance subjective, qu’il fait coexister avec son propre point de vue, qui rejette le premier.

45Nous parlons de dialogisme lorsque la démultiplication des positions énonciatives au sein d’un même discours est due à une interaction interne avec un discours autre, comme dans le cas des diverses formes de rapport ou d’anticipation du discours d’autrui, qui permettent au locuteur citant d’intégrer dans son discours un discours appartenant à un ex-locuteur ou attribuable à un locuteur potentiel dont il représente les propos.

46Un énoncé en nu că fait coexister deux instances subjectives tout en faisant s’opposer les points de vue dont elles sont responsables. Sa plurivocité peut être due à la mise en scène par le locuteur d’un point de vue autre, auquel cas le connecteur marque la polyphonie, ou bien elle peut résulter d’une interaction interne avec un autre discours, cas de figure qui relève du dialogisme.

47Dans le cas d’une causale en nu că, qu’il s’agisse d’une mise en scène de points de vue ou d’un « dialogue » avec le discours d’autrui, la plurivocité repose sur la co-présence de deux points de vue qui fournissent deux lectures causales opposées de la même réalité. Le locuteur met en scène ou reprend à un autre discours une interprétation causale d’un fait, tout en rejetant, moyennant le connecteur nu că, cette cause possible, pour en proposer une autre, qu’il assume.

48Ainsi, dans l’exemple ci-dessous, le locuteur met en scène un point de vue du type q est la cause de p, où q = judeţele nu sunt bune ‘les départements ne sont pas bons’ et p = Băsescu vrea să desfiinfeze judefele ‘Băsescu veut supprimer les départements’, qui est attribuable à un autre être discursif et que le locuteur invalide en lui opposant le point de vue q n ’est pas la cause de p, qu’il prend à sa charge :

  • 5 Partidul Democrat Liberal ‘Le Parti Démocrate Libéral’.

(26) Ponta : Băsescu vrea să desfiinfeze judeţele nu că nu sunt bune, ci pentru că nu le mai câşigă PDL5. (http://www.romanialibera.ro, 11 oct. 2011, consulté le 14/11/2012)
Ponta : Băsescu veut supprimer les départements, non qu’ils ne soient pas bons, mais parce que le PDL n’y gagne plus [les élections].

49S’agissant de mise en scène par le locuteur d’un point de vue autre, on a affaire là à un cas de polyphonie. Tout en invalidant le point de vue qui pose q comme cause de p, le locuteur avance un troisième point de vue, qu’il assume et qui coexiste avec les deux autres au sein de la subordonnée en nu că tout en niant q (judefele sunt bune ‘les départements sont bons’).

50Plusieurs lectures causales d’un même fait peuvent être proposées. C’est le cas dans les structures du type nu că q, nici că q ’ (ex. 1 et 2), où le locuteur avance deux ou même trois explications possibles du fait p, qu’il invalide l’une après l’autre au profit de sa cause réelle r.

51Pour ce qui est de la nature des liens énonciatifs qui s’établissent entre le locuteur et les points de vue qu’il véhicule à travers un énoncé du type p, nu că q, dar r, il y a d’abord non prise en charge par le locuteur du lien causal qui pourrait relier les faits p et q, qu’il impute à un tiers. Il annule ce lien causal au profit d’un autre, qui pose r comme cause de p et avec lequel il établit un lien énonciatif de prise de charge. Ce qu’on rejette ou qu’on prend en charge, ce sont des points de vue complexes, plus précisément des points de vue relationnels (cf. Nølke et al., 2004), du type ‘q n’est pas la cause de p’, ‘r est la cause de p’.

52La plurivocité des énoncés en nu că à valeur non causale est due à une interaction avec un discours autre et, de ce fait, ils relèvent du dialogisme. Dans les exemples (19) à (23) le locuteur interagit avec son propre discours, ce qui en fait des cas d’autodialogisme. Dans son emploi métalinguistique (ex. 24), l’énoncé en nu că permet au locuteur d’interagir avec le discours d’un tiers pour dénoncer la pertinence d’un de ses termes. On a affaire dans ce cas à du dialogisme interdiscursif. C’est le cas également dans (25).

Conclusion

53Nous avons montré que le connecteur nu că est un marqueur de plurivocité qui articule dans son fonctionnement discursif les concepts de polyphonie et de dialogisme. Ainsi, les énoncés en nu că font coexister deux points de vue de polarité opposée, leur co-présence au sein de ces énoncés étant due à leur mise en scène par le locuteur ou à une interaction interne avec un autre discours. Nous avons identifié et décrit plusieurs types d’emplois de nu că, que nous avons regroupés dans deux grandes catégories : emplois causaux et emplois non causaux.

54En comparant les emplois de nu că avec ceux de non que, nous avons vu que nu că connaît une diversité d’emplois plus grande. Dans son emploi causal, il peut fonctionner comme un désarmeur ou, lorsqu’il apparaît dans un titre, il peut introduire un commentaire métadiscursif qui justifie le discours que le titre chapeaute. Les emplois non causaux de nu că sont également plus variés que ceux de non que, qui ne connaît pas d’emploi métalinguistique.

55Nous n’avons pas étudié ici les équivalents français de nu că. Cela pourrait constituer le sujet d’un autre travail. Mais on peut déjà constater, en analysant les traductions en français de nos exemples, que, selon le contexte, nu că peut se traduire par non que, ce n’est pas que ou non pas (parce que). Parmi les contextes qui imposent le choix d’un équivalent de nu că autre que non que, par exemple ce n ’est pas que, nous pouvons mentionner les cas où nu că apparaît en tête de phrase ou dans des titres, contexte où en français on ne recourt pas au connecteur non que.

Bibliographie

Bibliographie

BRES Jacques, 2005, « Savoir de quoi on parle : dialogue, dialogal, dialogique ; dialogisme, polyphonie... », in Jacques Bres et al. (éds.), Dialogisme et polyphonie : approches linguistiques, Bruxelles, Éditions Duculot, p. 47-61.

BRES Jacques & Aleksandra NOWAKOWSKA, 2008, « J’exagère ?... Du dialogisme interlocutif », in Merete Birkelund, Maj-Britt Mosegaard Hansen et Coco Norén (éds.), L’énonciation dans tous ses états, Peter Lang, p. 1-27.

CHARAUDEAU Patrick & Dominique MAINGUENEAU (dir.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Editions du Seuil, 2002.

Dicfionar explicativ ilustrat al limbii române, Arc & Gunivas, 2007. (DEXI)

DUCROT Oswald, 1984, Le dire et le dit, Paris, Les Éditions de Minuit.

Gramatica limbii române. L Cuvântul, 2005, Bucureşti, Editura Academiei Române. (GLR I)

Gramatica limbii române. II. Enunjul, 2005, Bucureşti, Editura Academiei Române. (GLR II)

NAZARENKO Adeline, 2000, La cause et son expression en français, Ophrys.

NØLKE Henning, Kjersti FLØTTUM & Coco NORÉN, 2004, ScaPoLine. La théorie Scandinave de la polyphonie linguistique, Paris, Kimé.

PAN-DINDELEGAN Gabriela, (coord.), 2010, Gramatica de bază a limbii române, București, Univers Enciclopedic Gold. (GBLR)

VLAD Daciana, 2012, « Non que – marqueur de plurivocité », in Jacques Bres e.a., Dialogisme : langue, discours, Bruxelles, Peter Lang, p. 37-46.

Notes

1 Partidul Social Democrat ‘Le parti Social Démocrate’.

2 Partidul National Liberal ‘Le Parti National Libéral’.

3 Titre de presse.

4 Nom de formation onomatopéique, difficile à traduire, formé de l’onomatopée hăà hă, qui imite le rire du président, et du suffixe -ială. Le discours du président étant émaillé de ce rire qui connaît plein de nuances (méchanceté, ironie, moquerie), le nom hăhăială est un néologisme référant à ce discours ; c’est pourquoi nous l’avons traduit par discours.

5 Partidul Democrat Liberal ‘Le Parti Démocrate Libéral’.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search