Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Gaulle, Vendroux, la Résistance dans le Nord de la France

 | 
Stéphane Curveiller

Lieux de mémoire

De Gaulle-Vendroux et Coulogne

Jean-Henri Gardy

Texte intégral

1Un thème tel « de Gaulle-Vendroux à Coulogne ». Je me suis aperçu que ce sujet ne peut être abordé qu’en regard des rapports personnels qui unissaient ces deux hommes. Cela permet de dégager, ou au moins de confirmer, des caractères propres à chacune de ces deux personnes. Inconvénient majeur, je ne peux aborder ici que des aspects parcellaires de cette histoire locale.

  • 1 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue, 1920-1957, Paris, Librairie Plon, 1974.
  • 2 Jacques Vendroux, Ces grandes années que j’ai vécues, 1958-1970, Paris, Librairie Plon, 1975.

2En tout premier lieu il me faut remercier Madame Claude Legrand-Vendroux fille de Jacques Vendroux donc nièce d’Yvonne Vendroux et de son époux le Général. Elle m’a reçu très aimablement et m’a apporté bien des précisions qui me permettent de vous présenter aujourd’hui une communication plus complète que je ne l’escomptais et cela sur le plan local et familial. J’ai puisé bien des faits dans deux ouvrages de Jacques Vendroux : Cette chance que j’ai eue1 et Les grandes années que j’ai vécues2.

  • 3 Robert Chaussois, Calais au cours de la Seconde Guerre mondiale, 6 tomes, à compte d’auteur, 1974- (...)

3J’ai naturellement beaucoup consulté la presse et, pour la période de la guerre, les livres de Robert Chaussois3. D’autres sources ont été exploitées. Comme par exemple les reproductions des actes de naissances civils et religieux de Charles de Gaulle et Yvonne Vendroux. Ces reproductions figurent au Musée de la Guerre à Calais maintenant dénommé Musée du souvenir 39-45. Vous remarquerez l’importance primordiale que les prêtres donnent aux actes religieux cela reflète d’ailleurs les sentiments de l’époque et plus précisément ceux qui président à ces cérémonies. Issus tous deux de famille à l’esprit bourgeois, ces jeunes gens se sont plu très sincèrement si bien que, pour arrangé qu’ait été leur premier contact, ils feront ce qu’on peut qualifier de mariage d’amour.

Un lien régional familial

Le mariage et ses préparatifs

4On peut déplorer, pour cette époque, la rareté des clichés privés. Pour la cérémonie du mariage on se contente de deux photos reprises partout. Mais j’avance un peu vite pour des relations qui ne peuvent prendre de l’ampleur qu’au cours de lentes approches. Les fiançailles officieuses ont lieu le 11 novembre 1920 mais ce n’est qu’en décembre que le capitaine de Gaulle vient à Calais afin de prendre un contact plus direct avec sa future belle famille. Naturellement la bienséance lui interdit de loger là où demeure sa fiancée. Il réside au « Grand Hôtel » où il prend possession d’une chambre retenue par Jacques Vendroux. Ce dernier vient l’y chercher et lui fait effectuer une brève visite à caractère historique, géographique et économique de Calais Nord. De Gaulle aurait préféré une longue promenade vers le Blanc-Nez. On gagne la demeure familiale rue Leveux, à quelques centaines de mètres, pour un grand repas. Après un bref séjour à Calais De Gaulle rejoint son unité en Pologne. Il est de retour quatre mois plus tard pour le mariage civil le 6 avril 1921 dans la nouvelle mairie. Les contacts sont excellents mais naturellement sans démonstration excessive ; dans ces familles qu’on qualifiait alors de bien pensantes la cérémonie religieuse a valeur prépondérante ; elle a lieu à Notre-Dame de Calais dans des circonstances souvent narrées.

Une attache familiale : l’entre-deux guerres

5Immédiatement après le mariage de Gaulle s’intègre à sa belle famille en venant fréquemment à Calais. Si le berceau régional des Vendroux est Coulogne ils ont été obligés de quitter cette commune après la destruction accidentelle de leur demeure. Ce domaine avait été acquis par Jacques Philippe Vendroux époux de Caroline Giovanelli. Leur fils, lui aussi prénommé Jacques Philippe, marié à Suzanne Charles y réside et après eux leur fils Jacques époux de Marguerite Forêt. Cette dernière apporte dans la famille une vaste propriété près de Mézières : le domaine de Sept-Fontaines. Les quatre enfants de ce couple, Jacques, Yvonne, Suzanne et Jean héritent des terres de Coulogne. La sépulture familiale des Vendroux se trouve toujours à Coulogne ce qui prouve un attachement certain pour cette commune. Notons que Jacques Philippe Vendroux Gamblin avait été maire de Coulogne en 1840.

6Avant la Première Guerre mondiale la propriété Vendroux de Coulogne était d’une superficie bien plus importante qu’actuellement mais les Britanniques avaient besoin de terrains considérables pour l’édification de leurs installations militaires. En effet de gigantesques camps sont nécessaires pour servir de relais aux troupes et à leurs approvisionnements venant d’Angleterre et se dirigeant vers le front. Ainsi les terres Vendroux se voient amputées d’une zone assez marécageuse comprise au sud du canal de Calais et à l’est du canal de Guînes. Après un sérieux remblayage les Anglais y installent une quantité de baraquements destinés à abriter leurs troupes en transit ainsi que des hangars pour les marchandises et armements. Les Coulonnois appelleront ces terrains le « Camp Vendroux ». La propriété ainsi amputée d’une grande surface ne pouvait plus correspondre au désir d’espace de la famille Vendroux et par la suite à ceux de de Gaulle.

7De par le métier des armes de Gaulle apprécie les grands espaces, il se trouve très à l’aise aux Sept-Fontaines, ancienne abbaye de Prémontrés, il s’y promène beaucoup. Au cours de ces longs cheminements il réfléchit aux ouvrages qu’il prépare et en discute avec Jacques Vendroux avec lequel il partage une amitié et une confidentialité qui ne se démentiront jamais. Du côté des Vendroux on aime la chasse et on pratique différents sports ; ce n’est pas le cas pour De Gaulle qui n’a pour la chasse que peu de goût. Issu d’une famille purement citadine il se sent pourtant très attiré par la campagne assortie d’une solitude certaine. Il montre un attachement à la terre et sûrement même à sa possession.

8Durant toute cette période de l’entre-deux guerres les relations s’affirment et se resserrent entre de Gaulle et sa belle famille. Les visites sont fréquentes, les relations épistolaires sont d’une densité peu commune, même pour cette époque. On s’écrit à toute occasion, le moindre événement amène un courrier, a fortiori les anniversaires, les fêtes : Toutefois le vouvoiement est de rigueur entre tous les membres de cette communauté familiale pourtant, je le souligne, très unie et chaleureuse. Dans ces milieux de la bourgeoisie ce comportement est habituel à l’époque, de nos jours ces attitudes sont en cours de disparition. Dans la conversation Vendroux et de Gaulle s’appellent par leurs prénoms mais lorsqu’on s’écrit c’est mon cher Charles, mon cher Jacques.

Le temps de la guerre et de la politique

La guerre et la Résistance

9La guerre survient, c’est le départ du général pour Londres, son Appel du 18 juin. Vendroux est fait prisonnier mais libéré en tant qu’ancien combattant de 14-18. Son inclinaison le conduit vers la Résistance il en est de même pour son épouse, ses enfants sont anti-pétainistes mais il leur faut à tous garder leurs sentiments secrets. Dés lors la situation de la famille Vendroux est difficile, les Allemands se montrant très observateurs et sourcilleux quant à l’attitude de Jacques Vendroux par rapport à la politique, il s’en tient donc ostensiblement éloigné. Il organise des matchs de football et s’investit avec toute sa famille dans les activités de la Croix-Rouge. Madame Claude Legrand-Vendroux m’a d’ailleurs signalé qu’elle avait, en tant qu’infirmière, fait partie d’une équipe d’accompagnement d’un train de réfugiés en 1944.

10Fin mars 1944 Jacques Vendroux se sent de moins en moins en sécurité à Calais, les Allemands mettant la main sur les parents de De Gaulle. Pourtant Vendroux s’est efforcé de se tenir officiellement éloigné de la politique, comme les autres membres de sa famille. Des fuites annoncent une prochaine arrestation ; abandonnant leur demeure et la biscuiterie de Calais les Vendroux partent en Gironde en s’efforçant d’emprunter des itinéraires déroutants afin de dépister les Allemands et collaborateurs.

11Le 8 septembre 44 Jacques Vendroux retrouve de Gaulle à Paris. Ils ne sont pas vus depuis 4 ans. Ces retrouvailles sont chaleureuses ; les deux hommes ont des idées et des espoirs communs. Jacques se voit pourvu d’un ordre de mission lui ordonnant de gagner Calais. Les autorités civiles et militaires doivent s’efforcer de faciliter ce difficile voyage dans des régions récemment libérées où toutes les infrastructures sont quasiment détruites. Quelles sont ces missions ? Je ne peux mieux faire que citer quelques lignes tirées de Cette chance que j’ai eue :

  • 4 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue, 1920-1957, Paris, Librairie Plon, 1974.

Dans l’esprit du Général, la conduite des opérations de guerre est, certes, confiée à l’état-major interallié, mais l’administration civile et militaire du territoire national, au fur et à mesure de sa libération, doit relever des seules autorités françaises nommées ou agréées par le Président du Gouvernement provisoire, quelles que puissent être en ce domaine les prétentions et les manœuvres des Alliés.4

12On se souviendra le souci de de Gaulle, dès le débarquement du 6 juin et les premières communes libérées, de prendre en main l’administration de la France. Par là il s’oppose aux Alliés qui aimeraient mettre en place chez nous un régime semblable à celui d’Italie un AMGOT (Allied Military Goverment of Occupied Territories) ; Jacques Vendroux possède cette même sensibilité à fleur de peau. Dès que Calais est libéré il doit faire preuve de fermeté et d’intransigeance, parfois mêlée d’insolence, pour assurer sa prééminence face au major Canadien Alker qui prétend avoir toute autorité sur Calais et va jusqu’à lui accorder des permis de circuler. Vendroux prend très mal le fait qu’on exige qu’il présente un laissez-passer pour se rendre à Calais Nord.

L’après-guerre : des visites plus espacées dans la région

13Par contre il se montre très fédérateur dans la composition du premier conseil municipal dans lequel on trouve représentés tous les partis et mouvements de Résistance. Le fait qu’il soit le beau-frère du général a crée pour lui une situation curieuse qui selon les personnes et les situations le servira ou le desservira dans sa vie en général et bien plus encore en politique.

14La première mention de « Vendroux beau-frère » figure sur une affiche calaisienne, je pense qu’étant donné les circonstances il était superflu de mentionner cette parenté. Vendroux est amusé par ce qualificatif mais parfois il l’agace ou le fâche carrément quand on associe cette parenté à un favoritisme du pouvoir. Il est vexé lorsque ses adversaires attribuent ses succès uniquement au fait qu’il soit le « beauf » car il fut maire désigné, puis élu, ensuite député et député européen. Entre de Gaulle et lui règne, je l’ai déjà signalé, une grande identité de vues sauf peut être au sujet de l’Allemagne. Jacques Vendroux combattant des deux guerres, prisonnier deux fois, manifeste à l’égard de ce pays une certaine réserve, voire de la méfiance. Ainsi il est partisan et poursuivra obstinément l’idée d’une Sarre autonome et même indépendante et ce jusqu’à la création de la République fédérale allemande.

15Je ne m’étendrai pas sur cette longue période durant laquelle Jacques Vendroux mènera une vie politique. Je souligne cependant une nouvelle fois la familiarité qui règne entre les deux hommes. Rappelons aussi les multiples rencontres qui unissent ces deux familles aussi bien dans leurs domiciles respectifs que sur leurs lieux de vacances. Cependant, les deux hommes préfèrent éviter les sujets politiques devant leurs épouses.

16Et pourtant avec : le MRP (Mouvement Républicain Populaire), l’UDSR (Union Démocratique et Socialiste de la Résistance), le RPF (Rassemblement du Peuple Français), l’ADS (Action Démocratique et Sociale), l’UNR (Union Nouvelle République), les sujets de conversation politique n’ont pas manqué même durant « la traversée du désert ».

17Pour le Général, son beau-frère est une antenne en province, sûrement la plus crédible étant donné l’esprit d’observation et le dévouement total qu’il trouve chez lui en toute occasion ceci assorti d’une parfaite sincérité. Jacques voue à Charles une grande admiration pour le militaire, l’écrivain, l’homme cultivé, il retrouve chez lui toutes les qualités qu’il apprécie chez l’homme du monde. Il s’y mêle une grande affection qui l’a conduit à entrer en politique mais avec un caractère entier qui mène souvent à des ruptures.

18Les relations familiales sont toujours aussi denses. Lors de ses voyages officiels à Calais et la région. Les de Gaulle consacrent toujours un séjour plus ou moins prolongé chez les Vendroux mais la célébrité oblige à beaucoup de précautions pour éviter la presse toujours à l’affût de clichés et d’articles. Malgré cet inconvénient les visites à caractère uniquement privé sont fréquentes à Calais avec des excursions qui nécessitent beaucoup de ruses et de complicités pour déjouer les curieux.

19Les de Gaulle se rendent également au domaine de Sept-Fontaines le général participant rarement à la chasse. Ces voyages ont surtout pour but de se retrouver en famille. Les liens Charles-Jacques se resserrent encore. Les visites des Vendroux aux de Gaulle sont extrêmement fréquentes à Paris dans leurs résidences successives y compris l’Élysée.

20Le 4 septembre 1951 les de Gaulle viennent en visite privée. Ils se rendent comme à l’accoutumée sur la tombe familiale à Coulogne. Ensuite ils vont visiter la ferme De Grave car ils viennent de racheter les parts des autres héritiers. Les voilà donc seuls possesseurs de cette propriété familiale. Charles se montre intéressé par les questions agricoles n’hésitant pas à se faire expliquer les problèmes qui peuvent se poser dans la culture. Les De Gaulle renouvelleront cette visite le 12 juin 1954 en compagnie de Jacques Vendroux qui leur apporte des précisions sur la disposition des lieux et les améliorations à y apporter.

21Une nouvelle fois de Gaulle passe à la ferme de Coulogne le 21 octobre 1957. À chaque fois il se montre aimable, n’hésitant pas à trinquer à l’occasion. Naturellement ces visites doivent se dérouler en toute discrétion pour éviter les journalistes et les curieux. Cependant le général en homme de bonne éducation ne se présentera jamais sans avoir prévenu. En contrepartie il demande toute discrétion aux personnes qu’il est susceptible de rencontrer. Malgré ces précautions sa présence et parfois signalée lorsque le hasard fait qu’il soit aperçu.

22Lorsque le Général décède, sa veuve Yvonne cède la ferme en 1972 aux fermiers qui l’occupent : les De Grave. De nos jours cependant quelques hectares appartiennent encore à la fille du Général, Elisabeth épouse de Boissieu, peut-être est-ce là une attache sentimentale qu’on veut garder.

23Toujours le propriétaire adresse un bref courrier au locataire pour accuser réception du loyer. De Gaulle va même jusqu’à joindre un mot de politesse à son percepteur lorsqu’il acquitte les impôts relatifs à sa propriété de Coulogne. Onze brèves lettres au percepteur furent d’ailleurs mises aux enchères en novembre 1985.

24La propriété de Coulogne trop proche de la ville, trop petite et morcelée ne comprenant pas de logement possible ne pouvait convenir au Général plus attiré par des vastes espaces isolés. Par contre, il se sentait toujours à l’aise dans le domaine de Sept-Fontaines et ses abords. Ce sont ces goûts qui, à n’en pas douter, amèneront Yvonne et Charles à choisir la Boisserie à Colombey-les-deux-Églises. Toutes les fois que Cada (surnom de l’épouse de Jacques) et Jacques leur rendront visite, et ce sera fréquent, le Général ne manquera pas de faire la démonstration toujours renouvelée de son goût pour les grandes randonnées solitaires.

Jacques Vendroux et la politique

25Jacques Vendroux occupera longtemps des fonctions en rapport avec la diplomatie et principalement en tant que Président de la Commission des Affaires Étrangères. De par son éducation, sa culture, ses qualités d’homme de monde, Vendroux est plus fait pour la diplomatie que pour la politique. Au cours de multiples voyages, principalement dans les ex-colonies d’Afrique noire, ses qualités de tact et de savoir-vivre lui permettent de s’adapter à toutes les situations et à tous les milieux humains.

26Ses qualités de sportif pratiquant font qu’il supporte des voyages fréquents parfois sous des climats extrêmes. De Gaulle est conscient de ces qualités et profitera pleinement des activités de Vendroux en tant que Président de la Commission des Affaires étrangères.

27Vendroux s’est lancé dans la politique plus pour participer à l’œuvre de son beau-frère que par goût personnel. La politique est, pour son esprit de rigueur, difficile à pratiquer. Il n’aime ni les compromis ni les arrangements a fortiori les combines ou les grenouillages, il déteste les tergiversations purement stratégiques. Il observe chez bien des responsables des preuves d’attentisme et des voltes-faces dans les circonstances difficiles ce qui lui répugne.

28Il prouve souvent son intransigeance par des démissions spectaculaires. Lorsqu’il ne se sent plus à l’aise dans les situations qui ne lui semblent ni franches ni claires il préfère renoncer. Il ne fait jamais appel au favoritisme pour lui, sa famille et ses amis. Il ne s’est pas enrichi. Ce rigorisme plait aussi au Général. D’ailleurs je me dois de signaler que sur le plan local son attitude était semblable ce qui lui valait bien des sympathies même chez ses adversaires politiques. J’en ai eu maintes fois la preuve.

Notes

1 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue, 1920-1957, Paris, Librairie Plon, 1974.

2 Jacques Vendroux, Ces grandes années que j’ai vécues, 1958-1970, Paris, Librairie Plon, 1975.

3 Robert Chaussois, Calais au cours de la Seconde Guerre mondiale, 6 tomes, à compte d’auteur, 1974-1978.

4 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue, 1920-1957, Paris, Librairie Plon, 1974.

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540