Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

Vers une pragmatique de la négation implicite : l’adverbe chiar du roumain et ses correspondants français

Eugenia Arjoca

Texte intégral

Introduction. Remarques préliminaires sur l’adverbe roumain. Notre objectif

1Le titre de notre article suggère la complexité du sujet que nous nous sommes proposé de traiter : la possibilité que le lexème chiar du roumain, appelé « semiadverb » (z.e. semi-adverbe) introduise dans le discours un sens négatif, bien qu’il ne fasse pas partie normalement des marques de la négation.

2Muller (1991 : 1) observait à juste raison, qu’étudier la négation

(1) [...] c’est s’exposer à la nécessité d’aborder tous les domaines de la linguistique. La négation n’est pas uniquement affaire de syntaxe : elle est aussi sémantique, logique, pragmatique. Elle oblige à tenir compte des liens interphrastiques dans le discours. Plus que d’autres sujets, celui-ci exige une vision globale de l’activité linguistique.

  • 1 Dorénavant désignée par le sigle GALR.
  • 2 Dorénavant désignée par le sigle GBLR.
  • 3 Le titre du livre est significatif pour la caractérisation de la classe des adverbes : Eterogenitat (...)

3Tout en suivant la tradition, les grammaires les plus récentes du roumain ou encore d’autres ouvrages spécialisés (Irimia, 1997 ; Gramatica limbii române, I, 20051 ; Gramatica de bază a limbii române, 20102 ; Mîrzea Vasile, 20123) définissent l’adverbe comme une classe très hétérogène d’éléments invariables avec des traits syntactico-sémantiques bien divers. En règle générale, on peut les considérer comme des mots autonomes, ayant un contenu sémantique conceptuel, codé, particularité qui leur permet d’être des déterminants et de construire des syntagmes. Ils déterminent principalement un verbe, un adjectif, un adverbe, mais aussi un nom, un numéral ou un pronom. Du point de vue sémantique, l’interprétation des adverbes varie selon leur type et leurs emplois : « L’hétérogénéité syntaxique est corrélée à l’hétérogénéité sémantique » (n.t.) (GALR, I : 586).

  • 4 Le terme roumain de semi-adverbe, qui s’est imposé dans la bibliographie de spécialité, a été intro (...)
  • 5 Cf. Arjoca Ieremia (2007) et (2010).

4Mais, à la différence du français, le roumain connaît encore une classe d’éléments admis dans le contexte général des adverbes, contexte représenté par le verbe. Ces éléments se distinguent des adverbes proprement dits par leurs particularités syntaxiques et sémantiques. On les appelle semi-adverbes ou adverbes particules4. C’est une classe à nombre limité d’unités, très actives au niveau discursif : chiar – même, juste, fi – aussi, tot – toujours, prea – trop, doar – seulement, măcar – au (du) moins, iar – à (de) nouveau, encore, mai – plus, encore, nici – ni, etc. Les semi-adverbes ont un corps phonétique réduit et, du point de vue distributionnel, des possibilités combinatoires très larges, pouvant former des groupes syntaxiques avec les principales parties du discours. Du point de vue sémantique, ils ont un sens vague, relativement abstrait, exprimant diverses nuances de la modalité. Ils fonctionnent dans le discours seulement comme incidents à un groupe syntaxique, ne connaissent jamais des degrés de comparaison et n’ont pas de fonction syntaxique propre. Les semi-adverbes sont placés dans le voisinage de l’élément régissant, en général en antéposition, étant, du point de vue sémantico-pragmatique, de véritables marques de focalisation et des déclencheurs de présuppositions. En l’absence d’une référence propre, ils produisent des inférences sémantiques propositionnelles5, parmi lesquelles la négation implicite exprimée, dans certains contextes, par chiar : Chiar Ion a lipsit. – Même Jean a été absent.

5Chiar précède un nom propre à fonction de sujet ; il introduit le sens ‘En ce qui concerne Jean, nous nous serions attendus à ce qu’il ne soit pas absent’.

(2) Singura ameninţare la care creierul operafiumi, Charlie Crocker, nu s-a gândit a fost că va fi trădat chiar de către un membru al bandei sale (web) –
La seule menace pour le cerveau de l’opération, Ch. Crocker, a été qu’il n’avait pas pensé qu’il serait trahi par un membre même1 / même2 par un membre de sa bande de gangsters.

  • 6 Il est intéressant à remarquer qu’au semi-adverbe chiar correspondent en français deux solutions tr (...)

Dans (2), chiar, précédant un GPrép. à fonction de complément d’agent, introduit le sens négatif implicite : ‘On n’aurait pas pensé qu’un membre de la bande de gangsters pourrait trahir son chef ’. Ce contenu négatif est enrichi par un sentiment de surprise du locuteur et de sa volonté de rejeter l’idée de trahison ; c’est à l’adjectif pronominal d’identité, même1, placé après le nom-centre du groupe, d’introduire dans l’interprétation de l’énoncé un contenu négatif implicite, tandis que de l’interprétation enrichie par l’expression de surprise et d’étonnement éprouvés par Ch. C. est responsable l’adverbe même2, lequel précède le complément d’agent6.

(3) Chiar aici am întâlnit-o –
C’est ici même que je l’ai rencontrée.

  • 7 Pour les combinaisons syntaxiques de chiar, voir plus loin le § 3.

Chiar, du GAdv. chiar aici situé en position focalisante, précède un adverbe de lieu déictique et remplit la fonction discursive d’identification du complément de lieu, impliquant l’idée que d’autres endroits de la rencontre sont exclus7 : ‘C’est ici et pas ailleurs que je l’ai rencontrée’.

  • 8 Manoliu-Manea (1993) proposait une analyse comparative des adverbes fr. même et roum. chiar, mots c (...)

6Nous nous proposons de voir quels sont les facteurs syntaxiques et sémantico-discursifs qui favorisent l’apparition d’un sens négatif implicite, faisant partie des aspects non vériconditionnels de l’interprétation des énoncés et accompagnant le sens exprimé explicitement par le groupe formé du semi-adverbe chiar et du mot auprès duquel il apparaît. Pour ce faire, il faudra recourir d’une part à la théorie qui fait « des présuppositions un ensemble de croyances d’arrière-plan aux énonciations du locuteur » et à la notion d’« implicature conventionnelle » de l’autre (Moeschler, 1993)8.

  • 9 Le corpus d’exemples représentatifs pour les emplois de chiar est fourni par la presse écrite, Inte (...)

7Dans ce qui suit, nous allons voir l’origine du semi-adverbe chiar, puis nous allons établir une première liaison entre négation explicite vériconditionnelle et négation implicite (§ 1), sa distribution ainsi que les différentes interprétations sémantico-pragmatiques de chiar et des adverbes qui lui correspondent en français, tout en appliquant les concepts pragmatiques à.’implicature conventionnelle et A’implicature discursive (§ 2 et § 3). Le § 4 sera consacré à quelques observations finales. Il sera suivi par la Conclusion générale, la Bibliographie et les Sources des exemples9.

1. Le semi-adverbe chiar du roumain, un intrus dans le domaine de la négation ?

8Pour mieux distinguer le sens négatif non vériconditionnel, introduit par chiar, du sens négatif vériconditionnel, nous allons jeter d’abord un coup d’œil sur la négation vériconditionnelle en roumain.

1.1. Coup d’œil sur la négation vériconditionnelle en roumain

9En roumain, comme en français, la négation est conçue en étroite liaison avec l’affirmation, la dernière étant considérée comme le terme non marqué du rapport polaire affirmatif (positif) vs négatif, caractérisant les énoncés. Un énoncé affirmatif (ou positif) décrit un état de choses, une action ou un objet comme existant :

(4) Cartea a apărut.
Le livre a paru.

L’énoncé négatif correspondant exprime sa fausseté, son inexistence, la non réalisation de l’état décrit dans l’énoncé positif :

(4’) Cartea nu a apârut.
Le livre n’a pas paru.

Selon la GALR (Il : 707), « Au niveau discursif, la négation réalise une contre-assertion qui présuppose l’existence ou la possibilité d’une affirmation antérieure (par laquelle on asserte l’existence d’un certain état de choses) » (n.t.).

10Pour réaliser une typologie de la négation en roumain, on tient compte du critère fonctionnel selon lequel on distingue une négation totale ou propositionnelle (celle du verbe à fonction prédicative), exprimée à l’aide de l’adverbe nut, qui a un comportement semblable à un élément clitique :

(5) Dan nu doarme.
Dan ne dort pas.

et une négation de constituant (partielle, focalisante) qui utilise la même marque de négation, nu2, considérée comme semi-adverbe :

(6) Nu Dan doarme.
Ce n ’est pas Dan qui dort.

11La prophrase adverbiale nu – homonyme de la marque nu – remplace une proposition négative, reprenant, intégralement ou partiellement, le contenu propositionnel de l’antécédent positif :

(7) – Afară plouă ? – Nu, e soare. (Nu = ’afară nu plouă ’)
– Dehors, il pleut ? – Non, il y a du soleil. (Non = ‘dehors, il ne pleut pas’).

12Maintenant, nous devrions nous demander s’il est légitime, du point de vue linguistique, d’étudier le semi-adverbe chiar en relation avec la négation. Si nous considérons que l’on peut expliquer ainsi le fonctionnement discursif de ce semi-adverbe, qui n’est pas une marque explicite de la négation (comme l’adverbe prototypique nu), alors nous devons suivre deux voies interdépendantes : une voie doit partir de l’origine des mots pour mieux comprendre leur fonctionnement actuel ; une autre voie nous invite à aborder la négation ayant une vision globale de l’activité linguistique, vision qui puisse intégrer des interprétations d’ordre pragmatique.

1.2. L’origine de chiar

13Chiar vient de l’adjectif latin clarus, -a, -um signifiant ‘brillant, lumineux, clair’ : stellae clarissimae (Cicero), « les étoiles les plus lumineuses » ; sidӗre clarior (Horatius), « plus brillant qu’une étoile » ; clare adv. = de manière claire : clare oculis video « Je vois clair (avec mes yeux) ». En roumain ancien, moyen et moderne, on avait l’adjectif chiar, -ă, avec le pluriel chiari, – e, adjectif signifiant ‘propre, limpide, clair’ ; aujourd’hui, il est vieilli : vin chiar, apă chiară, (fig.) inimă chiară : vin clair, eau limpide (claire), cœur innocent. Mais on a aussi l’adverbe de manière chiar ou chear, qui signifiait ‘clairement’ :

(8) Şi arată Hristosü chiarü eu această pildă că... (Coresi, Carte de
învăţătură, 1580-1581, C2, 14 : 30 ; cf. şi C2,363/9, mai chearŭ), apud Ciompec, 1985 : 50)
Et Jésus Christ montre clairement par cette parabole que (...) ; cf. aussi plus clairement que...

Chiarŭ remplit, dans cet exemple, la fonction de complément de manière auprès du verbe arată/montre.

(9) la dară aminte, atîta vac ce au trăit lăcuitori romani pen
Maramorășǔ și pe la Oit, megiiasi eu alte limbi, au n-au putut să
să schimbe şi graiul celû chiar românescû ? (Costin, De neamul moldovenilor, 173, XVIIe siècle)
Eh bien, pense à cela : combien de temps ont vécu les habitants
roumains dans le pays du Maramureș et près de l’Olt, étant
voisins avec ceux qui parlaient d’autres langues, et (alors) leur parler clairement (purement) roumain n’a-t-il pas pu s’altérer/ se modifier ?

Dans (9), l’adverbe chiar détermine l’adjectif românescü/roumain.

  • 10 On peut dire que les deux adjectifs et adverbes chiar et clar forment un doublet étymologique. Chia (...)

14En roumain ancien, l’adverbe chiar était donc un lexème à sens conceptuel (plein), signifiant ‘clairement’ ou ‘de manière claire’10. Petit à petit, c’est l’adverbe néologique clar qui se charge d’exprimer la signification modale pleine, tandis que chiar acquiert la fonction discursive de renforcer la signification exprimée par le mot centre du groupe syntaxique auprès duquel il est employé. Son sens conceptuel s’amincit considérablement, processus qui favorise l’interprétation du semi-adverbe en relation avec une implicitation négative discursive.

1.3. Le semi-adverbe chiar et la négation implicite. Première approche

15Dans son étude sur chiar, Mîrzea Vasile (2007) entreprend une analyse complète de ce mot, reprise, d’ailleurs, dans sa thèse de doctorat (2012). Elle se propose de « décrire les occurrences de l’adverbe chiar du point de vue syntactico-distributionnel et d’identifier les différents types de fonctionnement pragmatique » (n.t.) (2007 : 143). Dans le résumé de sa thèse, elle distingue six types ayant les valeurs suivantes : de modalité épistémique de certitude, référentielle, préciser la coïncidence inattendue, de focalisateur additif, concessive et métadiscursive.

  • 11 Mîrzea Vasile (2007 : 151) tirait la conclusion que « l’adverbe chiar n’est ni clitique, ni mot de (...)

16Nous sommes convaincue que notre propre étude sur chiar viendra compléter l’étude précédente, parce que nous avions posé comme hypothèse de travail que le sens même (tout à fait ‘positif’, mais vague11) de chiar implique, de par son emploi, l’idée de quelque chose qui est nié, ce qui ne fait que mettre en relief le sens du mot ou du groupe sur lequel il porte. C’est pourquoi chiar a pour équivalents en français, selon le contexte, les adverbes même, juste, justement, vraiment, effectivement ; la locution adverbiale en effet ; parfois, c’est l’adjectif pronominal même qui lui correspond.

  • 12 Forăscu avait clairement saisi dans son DGLR [en ligne] la liaison entre le sens « positif », mais (...)

17Pour pouvoir rattacher au domaine de la négation un semi-adverbe comme chiar, il faudrait étendre le domaine de la négation, en la faisant pénétrer dans le territoire de l’implicite de toute communication. On verra justement, dans les paragraphes suivants, qu’au semi-adverbe chiar on peut attacher de manière indissociable, mais pertinente, un contenu implicite négatif12. « La place de la négation dans la grammaire n’est donc à chercher ni du côté de la syntaxe, ni du côté de la sémantique : il faut la trouver dans son utilisation », écrivait Muller (1991 : 17). Hamm (1991, en ligne, p. 1) allait plus loin encore en affirmant que « la négation apparaît comme un opérateur syntactico-sémantique complexe » qui « fonctionne également comme un opérateur de mise en relation entre explicite et implicite ».

18Analysons le texte suivant :

(10) Suntem sus, la câteva ore de vârf (Elbrus). Zăpadă fi ceaţă peste tot. Doar eu şi eu tata în albul acesta infinit fi ameţitor. Ştiu că în jurul nostru e plin de crevase acoperite de zâpadă, știu că ieri un polonezs-a rătăcit chiar1 în zona asta (...) Ştiu că rata mortalităţii pe Elbrus e mai mare chiar2 decât cea de pe Everest. (AS)
Nous sommes arrivés là-haut, à quelques heures du sommet d’Elbrous (dans le Caucase, n.n.). De la neige et du brouillard, partout. Seuls nous, mon père et moi, entourés par cette blancheur qui vous donne le vertige. Je sais qu’autour de nous, il y a plein de crevasses couvertes de neige, je sais qu’hier un Polonais s’est égaré juste à cet endroit. Je sais que le taux de mortalité sur l’Elbrous est plus élevé que même celui sur l’Everest.

  • 13 Nous nous rappelons qu’à l’origine chiar, ă, adj, exprimait la qualité d’être brillant, très lumine (...)

Dans cet exemple significatif, on emploie deux fois le semi-adverbe chiar. Dans les deux situations il peut être éliminé sans que la grammaticalité des énoncés en soit affectée. L’occurrence de chiar n’est donc pas obligatoire du point de vue syntaxique. Chiar1 est antéposé à un GPrép, în zona asta, formé de la préposition în + GN (zona, nom avec article défini + asta, déterminant démonstratif). Chiar2, antéposé à l’adverbe comparatif decât, entre avec ce dernier dans une structure comparative (concernant le taux de mortalité sur deux sommets réputés dangereux : l’Elbrous et l’Everest). Dans les deux cas, le semi-adverbe chiar apporte un supplément d’information grâce à son contenu positif qui est comme renforcé (par contraste) par une négation implicite. Chiar1 identifie avec précision un certain endroit, communiquant au lecteur l’information que d’autres endroits où aurait pu s’égarer l’alpiniste polonais seraient exclus (‘n ’existent pas’, ‘ ne sont pas possibles’). Chiar2 introduit l’idée que, en dépit de (contrairement à) ce que l’on croit d’habitude, la mortalité sur l’Elbrous est plus élevée que sur l’Everest. En employant chiar2, le locuteur infirme – ’dit non à’ – une croyance ancienne sur la mortalité des alpinistes sur deux sommets célèbres dans le monde entier. Par conséquent, le semi-adverbe chiar a le rôle de confirmer à 100 % une information existant dans le contexte. Si le destinataire du message éprouvait encore quelque doute, chiar est là pour dissiper son indécision, pour éclaircir le sens avec précision13. La stratégie adoptée par le locuteur consiste à employer chiar qui renforce ses dires par opposition à un contenu négatif implicite.

19Chiar opère donc sur des sens connus par le locuteur et acceptés d’emblée par le (les) interlocuteur(s). Cette connaissance commune, parfois antérieure à l’énoncé contenant chiar (v. chiar2) implique toujours la négation d’un doute de l’interlocuteur ou d’une croyance plus ancienne, considérée comme erronée (donc niée) au moment de l’énonciation.

1.3.1. Chiar – enchérissant et négation implicite

20Prenons encore un exemple :

(11) S-a purtat atunci într-un mod inacceptabil, chiar i-a sfătuit pe diverși publiciști ce să scrie împotriva mea (Adev)
Il (Nicolae Manolescu, n.n.) s’est très mal conduit envers moi, (Al. Ștefănescu, n.n.) ; il a même suggéré (littéralement : il a même conseillé à divers journalistes de...) à divers journalistes ce qu’ils devaient écrire contre moi.

21Dans cet exemple, le semi-adverbe précède un verbe à une forme finie. L’énoncé antérieur à celui où se trouve chiar a le posé : ‘la conduite de N.M. était mauvaise’ et fournit le présupposé : ‘Le critique littéraire N.M. a eu une attitude condamnable envers moi’. Le contexte situationnel (supposé connu par les lecteurs de l’article) était le suivant : Al. Ştefănescu avait publié une Histoire de la littérature roumaine contemporaine, que la critique littéraire avait élogiée, sauf N.M. qui l’avait attaquée, par jalousie. Dans ces conditions, chiar introduit une conséquence qui enrichit l’implicite négatif initial : ’de plus’, ’qui plus est, il est allé jusqu ’à donner des conseils aux journalistes sur ce qu ’ils devaient écrire pour m’attaquer, alors qu ’il n ’aurait pas dû faire encore un geste inacceptable’. Chiar, qui n’est pas obligatoire du point de vue syntaxique, introduit un contenu implicite d’ordre pragmatique : ‘mon opposition (en tant que locuteur) à la conduite de N.M. et le rejet de son geste ultérieur, lui aussi inacceptable’. Donc l’implicite est le suivant : ‘il y a non seulement opposition par rapport à l’attitude de quelqu’un, il y a en plus : le rejet de la part de l’énonciateur d’un geste ultérieur fait par celui dont il parle’, chiar et même sont donc « enchérissants ».

22Explication générale

23L’emploi (facultatif) du semi-adverbe chiar et son interprétation sont basés sur la relation entre le Locuteur (énonciateur), noté L et son Interlocuteur, noté I (énonciataire), relation dans laquelle le L informe l’I sur quelque chose (l’information est transmise par le verbe à fonction de prédicat) et il ajoute chiar auprès du verbe pour convaincre son I de la vérité de ce qu’il affirme tout en supposant (sans le dire) que l’ I pourrait nier, mettre en doute, annuler le contenu affirmé ou qu’il pourrait le réfuter. Le groupe syntaxique chiar + Verbe (prédicat) introduit un implicite discursif qui peut être dévoilé par une expression propositionnelle virtuelle de forme négative, du genre « X n ’aurait pas dû faire cela / X n ’aurait pas dû agir de cette manière là ».

24Si on applique ce raisonnement au cas de figure précédent, on pourrait imaginer le dialogue suivant entre le L, le critique littéraire A.Ş. et son I, le reporter du journal Adevărul : – Quoi ? Qu’est-ce qu’il (N.M.) a fait ? /– Il a même conseillé divers journalistes en leur disant ce qu’ils devaient écrire contre moi, alors qu’il n ’aurait pas dû le faire, sachant que mon Histoire de la littérature roumaine contemporaine est très bonne. Voilà pourquoi je disais au début que son attitude était inacceptable. Et qui plus est, il a donné plus d’ampleur à son attitude en allant jusqu’à vouloir imposer à d’autres son opinion, ‘ce qu’il n’aurait pas dû faire non plus’.

1.3.2. Chiar – négation implicite et expression d’un acte illocutionnaire

(12) în insula Sri Lanka chiar şi elefanfii devin agitaţi când simt mirosul urșilor buzaţi (Animal Planet channel)
Dans l’île de Sri Lanka même les éléphants commencent à s’agiter quand ils sentent l’odeur des ours aux grosses babines.

25Le semi-adverbe chiar est renforcé, à son tour, par un autre semi-adverbe şf, les deux étant facultatifs du point de vue syntaxique. Ils précèdent un GN formé d’un nom commun avec article défini, masculin, pluriel et communiquent une information importante : alors que de grands animaux comme les éléphants ne devraient craindre rien, ni personne, donc, alors qu’on s’attendrait à ce qu ’ils ne soient pas agités (implicature conventionnelle), ils le deviennent quand ils sentent la présence des ours aux grosses babines. Conclusion (nouvelle présupposition pragmatique ou implicature conventionnelle et nouveau contenu implicité) : ‘cette espèce d’ours est vraiment dangereuse’.

26Un énoncé simplement constatif peut inclure ainsi un acte illocutionnaire d’avertissement par l’emploi des deux semi-adverbes.

1.3.3. Chiar – marqueur de force argumentative

27Dans :

(13) Mâncarea este destulă, si chiar foarte bună (...) Cu tot respectul şi toată consideraţia, domnule C. Dinu, noi, bătrânii de la Schitul Darvari, vă mulfumim. (AS)
La nourriture est suffisante, et elle est même très bonne. (...) C’est avec tout notre respect et toute notre considération, cher Monsieur. C. Dinu, que nous, les personnes âgées de l’Ermitage Darvari, nous vous remercions,

le semi-adverbe chiar « enchérissant » ne se comprend que dans une stratégie énonciative où il est utilisé à des fins d’argumentation. L’exemple est tiré d’une lettre de remerciement écrite par une personne très âgée, hébergée dans une maison de retraite. Elle évoque, les larmes aux yeux, les efforts du personnel et du directeur pour que les personnes « assistées » ne se sentent pas abandonnées et pour qu’elles bénéficient des meilleures conditions possibles ; de plus, contrairement à la situation d’autres maisons de retraite, la nourriture suffit et même elle est très bonne. Le raisonnement discursif occasionné par l’emploi de chiar implique une négation : ‘Généralement, si on se trouve dans une maison de retraite, les conditions de vie ne sont pas bonnes’, alors il faut affirmer le contraire, en niant par là-même la négation comprise par l’implicature conventionnelle accompagnant le semi-adverbe chiar, et cette affirmation est présentée comme un argument fort, comme une preuve pour le geste final d’expression de la gratitude de la part du scripteur.

2. Chiar – négation implicite, implicature conventionnelle et implicature discursive

28Pour bien comprendre le fonctionnement discursif du semi-adverbe chiar, il faudra évoquer d’abord le concept benvenistien à.’individu faisant partie de l’appareil formel de l’énonciation, cette entité qui ne prend vie que dans le processus complexe d’utilisation de la langue par le locuteur (cf. Benveniste, L’appareil formel de l’énonciation, [en ligne]).

  • 14 Levinson dans Pragmatics (1983) considère que l’implicature (conversationnelle) permet d’expliquer (...)

29Et pour expliquer comment le semi-adverbe chiar, possible équivalent des adverbes et locutions adverbiales : même, juste, justement, vraiment, exactement, en effet, peut fonctionner comme marqueur de négation implicite, nous allons recourir au concept d’implicature, évoqué par Moeschler (1993 : 10) : « Je rappellerai ici que par implicature, on entend, dans la tradition gricéenne, les aspects non vériconditionnels du sens de l’énoncé ». Or la notion à.’implicature (v. Grice, 1975 : 24) est fondée sur la distinction entre ce qui est exprimé et ce qui est implicité (contenu seulement pensé, mais transmis) dans l’énoncé. Ce qui est dit (posé) dans l’énoncé correspond au contenu logique de l’énoncé, c’est-à-dire, à ses aspects vériconditionnels. En échange, ce qui est implicité est défini de manière négative ainsi : « ce qui est communiqué moins ce qui est dit ». Les implicatures concernent les aspects non vériconditionnels de l’interprétation des énoncés ; elles sont fondées sur une relation logique de type nouveau entre propositions. Gochet (1980, en ligne) donne la définition suivante du concept d’implicature : « relation que l’on pourrait appeler “invitation à inférer, suggestion d’une conclusion, insinuation” [...] l’implicature ne fait pas partie de la signification des expressions utilisées »14.

30Enfin, dans son Dictionnaire de Pragmatique, Moeschler donne une définition claire pour l’implicature conventionnelle (dans l’article Pragmatique) : « Une information qui n’est pas communiquée littéralement, mais recouvrée via une maxime de conversation est appelée implicature conversationnelle. [...] Enfin une implicature qui est attachée à un mot particulier et qui n’est déclenchée par aucune maxime est dite conventionnelle. Les implicatures conventionnelles ne sont ni calculées, ni annulables, alors que les implicatures conversationnelles sont calculées et annulables. Ainsi, les implicatures déclenchées par même dans ‘Même Paul est venu’ sont conventionnelles (‘d’autres personnes sont venues’ et ‘Paul était la personne la moins susceptible de venir’). Et c’est toujours Moeschler (1993) qui écrivait : « [...] un grand nombre de cas de présuppositions sont en fait des implicatures conventionnelles. Parmi les exemples les plus significatifs, il y a les opérateurs seulement, même, aussi [...] même ne joue aucun rôle dans la détermination des conditions de vérité de l’énoncé [...]. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’apporte aucune contribution au sens de l’énoncé ».

31Pareillement, le semi-adverbe chiar, dont le sens dénotationnel est assez flou, est une procédure pragmatique par laquelle l’énonciateur introduit, dans ses dires, un sens négatif non vériconditionnel qui prend la forme d’une implicature conventionnelle. Chiar est un véritable « individu » du processus d’énonciation. Ainsi, en revenant à nos quatre derniers exemples, nous sommes à même de donner les explications suivantes : dans (10), en disant « chiartîn zona asta », moi, L, je ne dis pas seulement et simplement « à cet endroit même », je communique aussi, en ajoutant chiar, l’idée « pas ailleurs ». En disant « chiar2 decât cea de pe Everest », je communique aussi l’idée impliquée dans le semi-adverbe : « contrairement à l’opinion commune, c’est sur le sommet d’Elbrous et pas sur l’Everest que la mortalité est plus élevée ». Dans (11), en disant « chiar i-a sfãtuit », je communique mon indignation à l’idée que lui (N. M.), il est allé trop loin en indiquant aux journalistes ce qu’ils devaient écrire pour me critiquer, « alors qu ’il n ’aurait pas dû le faire ». En disant dans (12) « chiar și elefanţii », je transmets deux idées implicites, la première, envisagée de manière négative, est ‘selon l’opinion commune, les éléphants ne craignent pas d’autres animaux’ et la seconde : ‘ il faut faire grande attention aux ours, en visitant l’île de Sri Lanka, ce sont des animaux bien dangereux’. La seconde idée contient aussi un acte indirect d’avertissement. En disant dans (13) que « La nourriture est... même très bonne », moi, locuteur-scripteur, je transmets deux idées : (i) ’Contrairement à l’opinion commune, la nourriture est bonne, alors qu’elle ne l’est pas généralement dans une maison de retraite’ ; (ii) ‘Qui plus est, elle est excellente’.

32À l’origine, chiar, adjectif à quatre terminaisons et adverbe, hérités du latin, avait un sens conceptuel bien défini, qui lui donnait une autonomie sémantique remarquable. Au fur et à mesure que ce sens conceptuel s’amincit, chiar (à la suite d’une érosion sémantique, due à l’usage et à la concurrence de l’adverbe et de l’adjectif néologiques clar) acquiert un rôle discursif important. Il est récupéré par le discours qui lui assigne le rôle de procédure nécessaire pour renforcer, pour appuyer l’idée exprimée par le mot-centre du groupe sur lequel il porte. La stratégie qui lui est propre est de véhiculer un contenu négatif implicite, lequel lui est indissociable, du fait même de son emploi dans le discours. C’est le locuteur qui l’introduit dans ses affirmations et c’est à l’interlocuteur de décoder correctement les intentions du locuteur, en faisant des inférences pour découvrir tout ce qui n’est pas dit, mais qui peut être très bien compris, si on prend en considération ce que l’on apprend en interprétant correctement les données contextuelles.

33En faisant la distinction entre encodage conceptuel et encodage procédural, Moeschler (1995, en ligne) écrivait : « Les expressions linguistiques pertinentes du point de vue pragmatique ont la propriété (...) de ne pas encoder des concepts, mais des procédures ».

34Gochet (1980, v. implicature, en ligne) précise que, si l’implicature conventionnelle est véhiculée par la langue, l’implicature discursive est véhiculée par le discours et ne fait pas partie de la signification de l’expression utilisée ; elle dépend du contexte, est annulable, mais pas détachable : « Elle peut être fausse sans que la proposition porteuse de l’insinuation devienne fausse ».

3. Observations sur la distribution du semi-adverbe chiar. Ses correspondants en français

35Nous nous proposons de voir, dans ce qui suit, les principaux emplois de chiar, pour découvrir la relation entre sa « distribution » dans la chaîne discursive, sa fonction d’élément renforçant un mot ou un groupe de mots, ainsi que la possibilité qu’il introduise, dans le discours, un contenu négatif implicite. Comme n’importe quel semi-adverbe, chiar peut accompagner toute partie du discours autonome : verbe, nom/pronom (intégrés à un groupe nominal ou prépositionnel), adjectif, adverbe. Il n’a pas d’autonomie syntaxique, occupe (dans la plupart des cas) une position à gauche par rapport au mot régissant et apparaît souvent dans une position de focalisation.

3.1. Chiar incident à une proposition

36Il peut même se rapporter à toute une proposition :

(14) Mi-am dorit sa devin profesoară de sport. Între timp mi-am schimbat decizia, aşa că voi merge la Facultatea de Filologie », spune tânăra. Anca [élève à un lycée sportif, elle avait eu un enfant, à l’âge de 17 ans, n.n.] se gândeçte chiar să urmeze facultatea la zi, la Cluj. « Sper să intru la buget. Soţul meu va veni si va sta cu mine, iar de Andrei vor avea grijà socrii mei. (Adev)
« Je voulais devenir professeure de sport. Entre temps j’ai changé de décision, donc j’irai à la Faculté de Philologie de Cluj », dit la jeune femme. Anca pense même suivre les cours réguliers du jour.
« J’espère pouvoir occuper une place non-payante. Mon mari viendra chez moi, tandis que mes beaux-parents s’occuperont du petit ».

37Pour mieux expliquer le fonctionnement de chiar, qui introduit dans l’interprétation une idée de concession, nous avons eu besoin d’un texte plus long. Le locuteur, Anca, nous informe sur sa situation difficile : devenue mère très tôt, elle avait dû abandonner ses projets d’avenir liés à l’athlétisme (alors qu’elle aurait pu être une excellente sportive). Dans une interview qu’elle accorde au journal Adevărul, elle s’explique et nous fait part de sa décision ferme de devenir étudiante en philologie et de suivre les cours du jour, sans payer sa place.

38Le semi-adverbe chiar, pas du tout obligatoire du point de vue syntaxique, est suivi par une proposition complétive dont le verbe (a urma) est au subjonctif. Si on éliminait chiar, le sens de l’énoncé serait ‘ Anca souhaite tout simplement se faire inscrire à la faculté de philologie de Cluj, loin de la ville où elle habite’. L’adjonction du semi-adverbe introduit une implicature conventionnelle ‘elle souhaite vraiment être étudiante en philologie, elle le souhaite à n’en pas douter’ et une implicature discursive ‘et cela, malgré certaines difficultés, le coût des études, son mari obligé probablement de changer de poste pour venir habiter avec elle, ses beaux parents qui eux, se chargeront d’élever leur enfant’. C’est l’implicature discursive qui véhicule le sens concessif. L’implication discursive dépend du contexte de situation, verbalisé, en partie, par le locuteur.

39Si, dans (14), chiar introduit une subordonnée complétive directe, dans l’exemple suivant (15), il introduit une subordonnée temporelle :

(15) Cu mult timp înainte ca publicul fi casele de pariuri s-o considere favorită – de fapt chiar imediat ce a câștigat finala din Danemarca – Emmelie de Forest era foarte încrezătoare în çansele ei (la finala Eurovision, n.n.) (Adev).
Bien avant que le public et les maisons de paris l’aient considérée comme favorite – en fait juste après /tout de suite après qu’elle avait gagné la finale au Danemark – Emmelie de Forest était très confiante dans ses chances de réussite à l’Eurovision.

Le semi-adverbe chiar véhicule une implicature conventionnelle qui comporte la négation implicite : ‘la jeune chanteuse danoise est donnée pour favorite à un moment précis, c’est quand elle avait gagné la finale, ‘pas à un autre moment’. La négation implicite est le résultat d’une inférence que l’on fait au moment même de l’emploi du semi-adverbe chiar. En français, on a pour correspondants à chiar + imediat ce (locution conjonctive), juste/tout de suite + après que (loc. conj.). On renforce ainsi l’idée de postériorité immédiate.

3.2. Chiar, incident à un GV

40D’abord, nous allons renvoyer à l’exemple (11) et à la discussion qui l’accompagne (au § 1.3.1.) et nous allons y ajouter encore un exemple :

(16) Am luat aur la Olimpiada internafională de matematică ! (...) La aeroport nimeni nu-i bagă în seaă. (...) Feţe de tocilari. Au şi benoacle (sic !) Uite, au si-un steag. Un tricolor ! Când îl afişează, o fac eu mândrie. Aştia chiar1 cred în reprezentarea cu cinste a ţării... Cine sînt ? Da, chiar2 aşa, cine sînt de nu-i bagă nimeni în seamă ? (web)
Nous avons gagné la médaille d’or à l’Olympiade internationale de mathématiques ! À l’aéroport personne n’accorde attention à un groupe de jeunes élèves. (Suit un dialogue entre deux reporters) :
– Les voilà... Visages de bosseurs. Ce sont des binoclards. Mais ils ont un drapeau. Un tricolore ! Ils le portent avec fierté. Quoi ? Ceux-là, ils croient vraiment à ces choses-là : représenter avec honneur son pays... Mais qui sont-ils ? Justement : Qui sont-ils ? Personne ne leur accorde attention !

Dans ce cas de figure, chiar1 est suivi par le verbe cred (indicatif présent, 3e personne du pluriel) et, un peu plus loin, par l’adverbe aşa utilisé, entre autres, comme un modal démonstratif faisant référence à une situation de communication précise, le cas échéant, un reporter essaye d’identifier un groupe de jeunes gens, aux maillots jaunes, qui portent des médailles d’or à leur cou et qui déploient avec dignité, chose étrange pour le locuteur, le drapeau national tricolore. Le locuteur-reporter (qui se demandait qui étaient ces gens-là) arrive à une première conclusion : ce ne sont pas de sportifs, car personne ne les observe et, de plus, ils ont des lunettes.

Le groupe « chiar1 cred »– « ils croient vraiment » doit être interprété en fonction strictement de la situation de communication donnée : chiar renforce le contenu posé du verbe (‘ceux qui portent des médailles éprouvent effectivement un sentiment de fierté patriotique’, ils sont convaincus qu’ils ont représenté dignement notre pays au concours international’) et déclenche un sens implicite discursif que l’on pourrait appeler implicature discursive, laquelle caractérise l’univers de croyance du reporter-locuteur et son attitude envers notre pays ; ce contenu implicite discursif peut être formulé de manière négative : ‘moi (reporter), je n’y crois pas, car j’appartiens à une génération de jeunes gens désabusés indifférents à toute attitude « patriotique »’. Donc le contenu posé du verbe cred, i.e. ‘croire au fait qu’on peut représenter dignement son pays et en être fier’, contenu confirmé et renforcé par chiar, qui porte en lui l’implicature conventionnelle ‘à n ’en pas douter’, entre en conflit avec le contenu implicite (‘je ne crois plus à la fierté nationale’) exprimé par la surprise du reporter à la vue du groupe des jeunes Roumains qui déploient le drapeau national tricolore. On a affaire ici à une implicature discursive qui selon Gochet (v. supra, op. cit.) est « véhiculée par le discours » ; elle est liée justement au sentiment d’étonnement du locuteur-reporter.

41Le groupe « chiar2 așa », formé par le semi-adverbe chiar suivi de l’adverbe modal aşa (que nous avons traduit par justement), véhicule le contenu posé ‘exactement de cette manière’, et le contenu implicité ’pas autrement’. Dans ce cas, on peut se rendre compte clairement comment le semi-adverbe chiar renforce le contenu posé de l’élément déterminé. Syntaxiquement parlant, chiar așa est une phrase elliptique dans laquelle on pourrait introduire la copule être : Așa e/ar fi chiar (en trad. littérale « Comme ça c’est/ce serait clair »). Or, l’antéposition du semi-adverbe lui assure une position focalisante, qui attire l’accent phrastique. Tenant compte du sens étymologique de chiar on pourrait reformuler la phrase en variante moderne : Așa ar fi clar : sa știm cine sunt ei (en trad. litt érale accommodée : Pour parler clairement : Qui sont-ils ?).

3.3. Chiar – incident à un GAdv.

42Les combinaisons syntaxiques entre chiar et d’autres adverbes ou semi-adverbes sont nombreuses et occasionnent des interprétations très variées à travers lesquelles on va retrouver constamment l’implicature de sens négatif. D’ailleurs, nous avons déjà analysés les GAdverbiaux : chiar aici – ici même (3), chiar2 decât (en structure comparative) – même (10) ; chiar2 așa – justement (16).

(17) Totul se schimbă însà când sistemul nostru educaţional este évaluat la nivel international. Evaluarea PISA plasează România la coada unui top în care sunt incluse 60 de ţări. La nivel european stâm chiar cel mai prost. (Adev)
Tout change quand notre système d’éducation nationale est évalué au niveau international. L’évaluation PISA va placer la Roumanie à la queue d’une classification qui inclut 60 pays. Au niveau européen, nous occupons effectivement /en effet la dernière place. (En trad. littérale, on aurait : « Au niveau européen, nous * sommes effectivement au pis »).

  • 15 L’auteure de l’article critique d’aileurs cette croyance d’arrière-plan des habitants de la Roumani (...)

Dans ce cas, chiar détermine l’adverbe prost employé au superlatif relatif. L’implicature conventionnelle introduite par chiar peut être explicitée par une expression négative : ‘Nous occupons la dernière place là n’en pas douter’, c’est-à-dire : ‘Notre position aurait dû être meilleure, alors qu ’elle ne l’est pas, étant donné le fait (constat ironique) qu’en Roumanie il y a 251 personnes (sur 1 000 000) possédant le titre académique de docteur’15.

43Chiar forme de nombreux groupes avec les adverbes ; généralement il est antéposé, mais il se trouve postposé à l’adverbe renforçant ba. Bien souvent il est suivi par le semi-adverbe şi, comme dans (12) et comme dans l’exemple suivant (intéressant du point de vue du correspondant français) :

(18) De câte ori simte vreo apăsare, Alexandra vine în locul ăsta chiar şi atunci când nu-i nimeni şi bisericuţa e încuiată (AS) Chaque fois qu’elle a le cœur lourd, Alexandra vient à cet endroit-là, même quand il n’y a personne et que la petite église est fermée.

  • 16 C’est un exemple tiré du même article que l’ex. (18), dans lequel Alexandra est présentée comme une (...)
  • 17 En français il serait impossible d’avoir la combinaison de trois adverbes *même aussi alors ; en ro (...)

Chiar + și + atunci : c’est un groupe formé par deux semi-adverbes consécutifs suivis d’un adverbe de temps (implicature conventionnelle : ‘Alexandra ne manque jamais d’y venir’16. Ni le semi-adverbe chiar, ni le semi-adverbe şz ne sont obligatoires du point de vue syntaxique, mais leur emploi apporte des informations supplémentaires, de nature implicite. Si on posait la question : « – Când vine Alexandra în acel loc ? – Quand Alexandra vient-elle à cet endroit-là ? » On pourrait répondre de manière simplement informative, sur un ton neutre : « – Alexandra vine atunci când nu-i nimeni...– Alexandra y vient quand il n’y a personne et que la petite église est fermée ». Mais on pourrait dire aussi, en ajoutant şz : « Alexandra vine şi atunci când nu-i nimeni şi bisericuţa-i goală ». Şi est un additif qui introduit le présupposé : ‘Elle y vient d’autres fois aussi, quand l’église est pleine de monde’. En disant chiar și atunci când..., chiar renforce le groupe adverbial și atunci17 et il introduit l’implicature conventionnelle : ‘Elle ne manque jamais d’y venir’ ; de plus, on lui attache comme implicature discursive, une idée d’opposition : ‘Malgré le fait que l’endroit peut être désert et la petite église fermée, Alexandra y vient toujours’.

Remarque. Le groupe chiar fi peut précéder non seulement un adverbe, mais aussi un groupe nominal, comme dans (12). Pour l’interprétation du groupe chiar fi + elefanţii de l’exemple (12), il faut d’abord revoir les explications du § 1.3.2., puis on peut y ajouter le même raisonnement que ci-dessus, en trois étapes :

1) În insula Sri Lanka elefanţii devin agitaţi... L’énonciateur nous donne une simple information.

2) În insula Sri Lanka şi elefanfi devin agitati..., on implique l’idée (qui est la présupposition de şi) que les éléphants s’ajoutent aussi à d’autres animaux qui craignent les ours.

3) Enfin, en disant : în insula Sri Lanka chiar şi elefanfi... on introduit l’implicature conventionnelle attachée à chiar et une implicature discursive comportant un avertissement : ‘Faites attention ! Les ours aux grosses babines sont bien dangereux’, du moment que même les éléphants deviennent agités en leur présence, alors qu ’ils ne devraient pas l’être’.

3.4. Chiar – incident à un GN, à un GPrépos. et à un GAdj.

44Dans le GN où chiar peut être incident, il peut porter sur un nom propre (1), sur un nom commun (19) ou sur un pronom.

(19) Că jurnaliștii sunt de vină pentru uriafele porcării ale oamenilor politici ne-a spus-o, ca să nu avem nici un dubiu, chiar preşedintele (Mîrzea Vasile, 2007 : 147)
Que ce soient les journalistes qui seraient coupables des immenses cochonneries faites par les politiciens, c’est le président même1 / c’est même2, le président qui nous l’a dit, pour que l’on n’ait plus aucun doute là-dessus.

45Dans ce cas de figure, le GN, chiar președintele, est placé en position focalisante, parce qu’il se trouve à la fin de la phrase, sous l’accent phonique et logique ; le nom est renforcé par le semi-adverbe. Ce dernier introduit deux implicatures :

  1. l’implicature conventionnelle ’pas quelqu’un d’autre’ ;

  2. en conjonction avec l’ordre syntaxique spécial, proposition complétive + proposition principale + anaphorique pronominal neutre ’o’, l’implicature discursive : ‘les journalistes sont coupables, non les politiciens qui eux, en réalité, ont fait des cochonneries’.

Du moment que c’est le président [de la république] qui l’affirme, ’pas n ’importe qui’, ses dires prennent du poids et devraient être crédibles (ce qui n’est pas le cas). L’implicature discursive, étant donc fausse (d’ailleurs, le locuteur-scripteur, indigné par la situation, la présente comme telle), peut être rejetée. En français, il y a deux unités lexicales : même1, adjectif postposé, « exprime un rapport d’ipséité et marque que l’être évoqué est spécifiquement en cause, à l’exclusion de tout autre » (TLFi) et même2, adverbe antéposé qui « porte sur un terme opposé à un ou plusieurs autres termes de même nature » (TLFi). Même2 apporte un enchérissement appréciatif, décodé ainsi par l’interlocuteur : ‘Si c’est bien le Président du pays qui affirme cela, alors, pourquoi ne pas le croire ?’, inférence qui, malheureusement, s’avère fausse, car, justement il ne faut pas le croire !

46Pour illustrer l’emploi de chiar dans un GPrépos., il suffit de revoir les exemples (2) et (10) avec leurs commentaires. Enfin, le cas de figure (13) porte sur l’emploi de chiar devant un GAdj. (v. le commentaire au § 1.3.3.)

4. Quelques observations finales sur la distribution de chiar et sur les différents aspects de l’implicature conventionnelle qui lui est attachée

47Si l’on tient compte du critère distributionnel, on peut affirmer que le semi-adverbe chiar peut se rapporter à beaucoup de groupes syntaxiques, tels que le GV (11) : chiar i-a sfătuit ; le GN (1) et (19), le GAdj (13) et le GAdv. (3), (10), (12), (16), (18) et le GPrép. (2) et (10). En d’autres termes, chiar peut être comparé à l’adverbe nu, prototypique pour l’expression de la négation explicite. Nous avons vu, au § 1, qu’il y a, en roumain, une négation propositionnelle marquée par nu (adverbe) et une négation de constituant (partielle, focalisante), marquée toujours par nu (semi-adverbe) accompagné, éventuellement, par des termes négatifs (phénomène appelé concordance négative). Pareillement, le semi-adverbe chiar (introduisant un constituant d’énoncé ou bien précédant toute une proposition) véhicule un contenu négatif implicite qui porte sur un énoncé ou sur un constituant d’énoncé et qui peut être formulé à un certain niveau métalinguistique sous forme négative précise :

48Si chiar est incident à un verbe ou à toute une proposition, c.-à.-d. à un contenu propositionnel complet, alors l’interprétation sémantico-pragmatique aura la forme (virtuelle) suivante : (‘Xsujet fait/croit/pense, etc. Yobjet, à n ’en pas douter’). Par exemple : (16) Ăștia chiar cred (= Ceux-ci croient ‘à n’en pas douter’) în reprezentarea eu cinste a ţării ; (14) Anca chiar se gândește să urmeze cursurile... Anca pense suivre les cours... (‘Anca y pense à n’en pas douter’) ; Si chiar est incident à un groupe syntaxique constituant d’énoncé, l’interprétation sémantico-pragmatique aura la forme générale suivante : ‘PAS + complément de manière / de lieu / de temps (suivant la fonction syntaxique de l’adverbe ou du complément renforcé par chiar). Par exemple : (16) chiar așa, (17) chiar cel mai prost (‘pas autrement’) ; (18) chiar (și) atunci (‘pas à un autre moment’) ; (3) chiar aici ; (10) chiar în zona asta, (‘juste à cet endroit’, ‘pas à un autre endroit’, ‘pas ailleurs’), Les formulations, mises entre guillemets simples et en italique, rendent explicites les inférences faites par l’interlocuteur, grâce aux implicatures introduites par chiar (en roumain) et respectivement, par ses correspondants français : même, juste, justement, vraiment, en effet, non seulement... mais, de plus, qui apparaissent dans les textes que nous avons traduits en français.

  • 18 Bien sûr, nous n’allons pas reprendre les commentaires de l’emploi de chiar ; ici, nous ne faisons (...)

49La négation implicite, attachée au semi-adverbe chiar connaît, pour ainsi dire, différents degrés d’intensité, comme autant d’ effets de sens voulus par le locuteur, en liaison avec des contextes situationnels précis, effets découverts par l’interlocuteur par les inférences qu’il fait. Ainsi, la négation implicitée par chiar18 connaît :

  1. un degré zéro, par exemple, dans (10) chiar1 în zona asta – juste à cet endroit (‘pas ailleurs’) ; (17) chiar [imediat ce a câștigat]...– juste après/tout de suite après qu’elle a gagné (‘pas à un autre moment’) ; (10) Rata mortalităţii pe Elbrus e mai mare chiar2 decât cea de pe Everest – Le taux de mortalité sur l’Elbrous est plus élevé que même celui sur l’Everest (contrairement à l’opinion commune, le locuteur ‘dit non à l’opinion commune’ / ‘la nie’ et produit un effet de surprise sur l’interlocuteur) ; (16) chiar2 așa – justement / juste comme ça (‘pas autrement’) ; (19) chiar președintele – le président mêmeadjectif pronominal (‘pas quelqu’un d’autre’) ;

  2. Il peut y avoir un chiar enchérissant, comme dans (11) glosé ainsi : ‘non seulement il y a déjà un implicite négatif, mais, qui plus est / de plus un autre implicite négatif s’ajoute au premier’, c.-à.-d., ‘X a fait Y alors qu’il n’aurait pas dû le faire, mais, de plus, il a fait encore quelque chose d’inacceptable’. Chiar correspond à même, adverbe ;

  3. Il y a un chiar enchérissant, qui possède une force argumentative extraordinaire, comme dans (13), chiar = même, adverbe ;

  4. Chiar porte en lui non seulement un sens négatif (c’est l’implicature conventionnelle qui lui est attachée), mais il impose aussi une interprétation concessive, par exemple, (14)... chiar să urmeze facultatea la zi, la Cluj, chiar = même, adverbe ;

  5. Chiar și, les deux semi-adverbes implicitent un sens négatif, une idée de concession et un acte illocutionnaire d’avertissement, dans l’exemple (12) ; la même idée de concession / opposition (mais sans avertissement), dans (16) ; chiar (și) = même, adverbe ;

  6. Enfin, chiar a pour correspondants les adverbes vraiment, effectivement, réellement ou la locution adverbiale en effet, dans les exemples (16) et (17). Il est une marque de la modalité épistémique de certitude qui « représente, en diachronie, la base à partir de laquelle se sont développés tous les autres types de fonctionnement de l’adverbe chiar » (Mîrzea Vasile, 2007 : 148).

Conclusion générale

50Chiar appartient, par ses traits caractéristiques syntactico-distributionnels et par son sémantisme spécifique, à la catégorie des semi-adverbes du roumain contemporain. Il n’est jamais obligatoire du point de vue syntaxique, étant considéré, à l’heure actuelle, comme un moyen linguistique servant à renforcer et à souligner le sens du mot auquel il est incident.

51Notre but était de découvrir et d’expliquer sa stratégie discursive : celle de véhiculer un contenu négatif implicite qui lui est indissociable. De plus, ce contenu négatif implicite connaît des variables, des échelles d’intensité, des enchérissements, des combinaisons avec certains actes de langage. L’analyse pragmatique du semi-adverbe a révélé de nombreux correspondants en français : même (adverbe ou adjectif pronominal), juste, justement, vraiment, effectivement, en effet, ce qui appuie notre constat sur les variables sémantiques de la négation implicite. Tous ces mots de sens conceptuel plein se comportent comme des entités appartenant à l’énonciation, dont le contenu négatif implicite est le résultat de leur emploi discursif.

52Pour décrire la nature de la négation implicitée par le semi-adverbe chiar et ses contextes, nous avons utilisé les concepts d’implicature conventionnelle (dans la plupart des cas) et à.’implicature discursive. Cet individu de l’énonciation qu’est l’adverbe chiar du roumain contemporain a le rôle de signaler, de marquer au niveau cognitif le fait qu’un processus de négation discursive se produit et s’impose comme évidence de discours.

Bibliographie

Bibliographie

ACADEMIA ROMÂNĂ, Institutul de lingvistică « lorgu lordan – Al. Rosetti », Gramatica Limbii Române (2005), vol. I. Cuvântul, vol. Il, Enunţul, București, Editura Academiei Române [GALR],

ARJOCA IEREMIA Eugenia, 2007, « Le rôle de la présupposition dans l’interprétation sémantique des adverbes : le cas de l’adverbe roumain mai et des adverbes correspondants français », in Actes du XXIVe Congrès international de Linguistique et de Philologie romanes, tome IV. Tübingen, Max Niemayer Verlag, p. 509-519.

– , 2010, « Les semi-adverbes du roumain. Regard spécial sur măcar », in Actes du XXVe Congrès international de Linguistique et de Philologies romanes, tome VI, Berlin/New York, Walter de Gruyter, p. 399-407.

BENVENISTE Émile, 1970, « L’appareil formel de l’énonciation », in Langages, y année, n° 17, p. 12-18. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lgge_0458-726X_1970_num_5_17_2572

CIOMPEC Georgeta, 1985, Morfosintaxa adverbului românesc : sincronie fi diacronie. Bucureşti, Editura Ştiinţifică şi enciclopedică.

DAVIS Wayne, « Implicature », The Stanford Encyclopédie of Philosophy (Spring 2013 Edition), Edward N. Zalta (ed), URL = http://plato.stanford.edu/archives/spr2013/entries/implicature

DOMINTE Constantin, 2003, Negaţia în limba română, Bucureşti, Editura fimdaţiei « România de mâine ».

DUCROT Oswald, 1972, Dire et ne pas dire. Principes de sémantique linguistique, Paris, Hermann.

– , 1977, « Présupposés et sous-entendus », in Stratégies discursives, Lyon, PUL, p. 33-43.

GOCHET Paul, 1980, Théorie des modèles et compétence pragmatique, in Herman Parret et al., Le langage en contexte, Lingvisticae Investigationes Supplémenta 3, John Benjamins Publishing Company. http://wiktionary.org/w/index.php?title=implicature&oldid=16544472

GRICE Herbert P., 1975, « Logic and conversation », in Peter Cole & Jerry L. Morgan (eds), Syntax and Semantics n° 3 : Speech Acts, p. 41-58, New York : Academic Press. Réimprimé in H.P. Grice (ed.), Studies in the Way of Words, p. 22-40, Cambridge, M. A, Harvard University Press, 1989.

HAMM Albert, 1994, « Aspects du comportement pragmatique de la négation », Linx [En ligne] n° 5/1994, mis en ligne 2012, URL : http://linx.revues.org/1203.

HOARŢĂ LĂZĂRESCU Luminiţa, 1999, Lingvistica pragmatică, Iaşi, Editura Cermi.

KARTTUNEN Lauri & Peters STANLEY, 1979, « Conventional implicature », in C.K. Oh & D.A. Dinneen, Syntax and Semantics 11 / Pressupposition, New York, Academic Press, p. 1-56.

KLEIBER Georges, 2005, « Les noms propres modifiés par même », in Langue française n° 146, p. 114-126.

LEVINSON Stephen C., 1983, Pragmatics, Cambridge, Cambridge University Press.

MANOLIU-MANEA Maria, 1993, « Implicaţia convenfionalâ şi psihomecanica guillaumiană în analiza cuvintelor insinuante fr. méme/rom. Chiar », in Gramatică, pragmasemantică şi discurs, Bucureşti, Editura Litera, 1993, p. 126-136.

MARTIN Robert, 1976, Inférence, antonymie et paraphrase. Éléments pour une théorie sémantique, Paris, Klincksieck.

MÎRZEA VASILE Carmen, 2007, « Adverbul chiar în limba română actuală », in Gabriela Pană Dindelegan (coord.), Limba română – Stadiul actual al cercetării, Bucureşti, Editura Universităţii din Bucureşti, p. 143-154.

– , 2010, Eterogenitatea adverbului românesc. Teză de doctorat. Rezumat : http://www.unibuc.ro/studies/Doctorate2010Mai/Vasile%20Carmen%20–%20Eterogenitatea%20Adverbului%20Romanesc.%20Tipologie%20si%20Descriere/Carmen%20Vasile%20rezumat%20ETEROGENITATEA%20ADVERBULUI%20ROMANESC%20teza%20de%20doctorat%202009.pdf

– , 2012, Eterogenitatea adverbului românesc : Tipologie fi descriere, București, Editura Universităţii Bucureşti.

MOESCHLER Jacques, 1993, « Négation : présupposition, implicature et inférence invitée », http://www.unige.ch/lettres/linguistique/moeschler/publication_pdf/negation.pdf.

– , 1995, « La pragmatique après Grice : contexte et pertinence », www.unige.ch/lettres/linguistique/moeschler/publication_pdf/grice.pdf.

– , « Pragmatique : état de l’art et perspectives », http://www.unige.ch/lettres/linguistique/moeschler/publication_pdf/pragmatique.pdf

– , 1996, Théorie pragmatique et pragmatique conversatinnelle, Paris, Armand Colin.

MOESCHLER Jacques & Anne REBOUL, 1994, Dictionnaire encyclopédique de pragmatique, Paris, Seuil.

MULLER Claude, 1991, La négation en français. Syntaxe, sémantique et éléments de comparaison avec les autres langues romanes, Genève, Droz.

NICA Dumitru, 1988, Teoria părţilor de vorbire eu aplicaţii la adverb, Iași, Junimea.

PANĂ DINDELEGAN Gabriela (coord.), 2010, Gramatica de bază a limbii române, Bucureşti, Editura Univers Enciclopedic Gold (GBLR).

RIEGEL Martin, Jean-Christophe PELLAT & René RIOUL, 2009 (2e tirage 2011), Grammaire méthodique du français, Paris, Quadrige / PUF.

Van Dijk, Teun A., 2000, Cognitive discours analysis. An introduction. URL : http://www.discursos.org/unpublished%20articles/cogn-dis-anal.htm

Sources des exemples. Sigles

L’hebdomadaire Formula AS (2013-2014) [AS].

Le quotidien Adevărul (2013-2014) [Adev],

Trésor de la langue française informatisé URL = http://www.atilf.atilf.fr/tlf.htm \TLFi\. Academia română, Institutul de lingvisticà “Iorgu Iordan” (1998), Dicfionarul explicativ al limbii române, ed. a II-a, Bucureşti, Univers enciclopedic [DEX].

DEX on line http://www.dexonline.ro/

Forăscu Narcisa & Mihai Popescu, 2001, Dificultăţi gramaticale ale limbii române (DGLR) [En ligne : http://www.ebooks.unibuc.ro/filologie/NForascu-DGLR/maina/htm

Notes

1 Dorénavant désignée par le sigle GALR.

2 Dorénavant désignée par le sigle GBLR.

3 Le titre du livre est significatif pour la caractérisation de la classe des adverbes : Eterogenitatea adverbului românesc : Tipologie fi descriere.

4 Le terme roumain de semi-adverbe, qui s’est imposé dans la bibliographie de spécialité, a été introduit par Ciompec (1985) tandis que son synonyme – « particulă adverbială » (adverbe particule) – est introduit par Nica (1988).

5 Cf. Arjoca Ieremia (2007) et (2010).

6 Il est intéressant à remarquer qu’au semi-adverbe chiar correspondent en français deux solutions traductives, les deux introduisant des contenus négatifs implicites, avec des nuances différentes (négation implicite de type zéro et négation implicite de type renchérissant, v. les §§ 1.3. et 4).

7 Pour les combinaisons syntaxiques de chiar, voir plus loin le § 3.

8 Manoliu-Manea (1993) proposait une analyse comparative des adverbes fr. même et roum. chiar, mots considérés comme « insinuants ».

9 Le corpus d’exemples représentatifs pour les emplois de chiar est fourni par la presse écrite, Internet, les dictionnaires explicatifs.

10 On peut dire que les deux adjectifs et adverbes chiar et clar forment un doublet étymologique. Chiar est hérité du latin, clar est emprunté au latin, au XIXe siècle. Dans l’exemple qui suit, l’adverbe néologique clar est employé comme l’adverbe chiarŭ autrefois : Dacă nu rămâneam însărcinată [élève à 17 ans, n.n.], clar că făceam sport clar că făceam performanţă (Adev) – Si je n’avais pas été enceinte, j’aurais fait du sport, ça c ’est clair, surtout du sport de performance, ça c ’est clair aussi !

11 Mîrzea Vasile (2007 : 151) tirait la conclusion que « l’adverbe chiar n’est ni clitique, ni mot de sens plein (...) il n’est pas auto-sémantique, mais synsémantique, car il précise son sens en contexte » (n.t.).

12 Forăscu avait clairement saisi dans son DGLR [en ligne] la liaison entre le sens « positif », mais tout à fait vague de chiar et le sens négatif enfermé dans le semi-adverbe ; cette liaison, elle va l’expliciter en donnant deux exemples : « A venit chiar el la întrunire (= a venit el însufi, nu altcineva) ; S-a afezat chiar lângă uşă (= s-a aşezat exact lângă ușă, nu în altă parte) »– Il est venu lui-même à la réunion (= pas quelqu’un d’autre) ; Il s’est assis juste à côté de la porte, pas à un autre endroit).

13 Nous nous rappelons qu’à l’origine chiar, ă, adj, exprimait la qualité d’être brillant, très lumineux (‘brillance’ et ‘luminosité’ sont des sèmes distinctifs). Mais la qualité ‘brillance’ devient plus évidente encore si l’on peut exprimer contextuellement l’idée contraire, comme dans les vers suivants où l’adj. fr. clair s’oppose à sombre, adjectif suggéré par le contexte : « Le temps a laissé son manteau / De vent, de froidure et de pluie / Et s’est vêtu de broderie / Et de soleil luyant, clair et beau » (Charles d’Orléans).

14 Levinson dans Pragmatics (1983) considère que l’implicature (conversationnelle) permet d’expliquer comment il est possible (en général) de penser plus que l’on ne dit vraiment.

15 L’auteure de l’article critique d’aileurs cette croyance d’arrière-plan des habitants de la Roumanie. Le titre de son article est ironique : Românii : cel mai deștept popor din lume. – Les Roumains : le peuple le plus intelligent du monde.

16 C’est un exemple tiré du même article que l’ex. (18), dans lequel Alexandra est présentée comme une jeune fille courageuse, que rien n’empêche de mener à bien ses projets, elle est d’ailleurs alpiniste chevronnée à 15 ans déjà et accompagne son père dans la plupart de ses expéditions.

17 En français il serait impossible d’avoir la combinaison de trois adverbes *même aussi alors ; en roumain la combinaison est possible, parce que chiar et p sont des semi-adverbes précédant l’adverbe temporel atunci.

18 Bien sûr, nous n’allons pas reprendre les commentaires de l’emploi de chiar ; ici, nous ne faisons qu’une synthèse de ses emplois pour montrer que la négation implicite qu’il contient a de multiples facettes.

Auteur

Universitatea de Vest, Timișoara

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search