Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

Pas, mie, point et autres riens : de la négation verbale en picard1

Anne Dagnac

Texte intégral

  • 1 Ce travail bénéficie du financement de l’Agence Nationale de la Recherche, dans le cadre du projet (...)

1La négation en français standard se singularise par son association de deux particularités, à l’origine de nombreuses analyses contradictoires : une négation phrastique discontinue et un marqueur négatif (ne... pas) inapte à participer à une chaîne de concordance négative pourtant possible entre deux mots-N (personne, jamais...), dans la terminologie de Corblin et Tovena (2003). Peu d’études replacent pourtant ces particularités dans le contexte plus large des variétés d’oïl, à l’exception notable des travaux sur le québécois (cf. par exemple Déprez, 1997). Ainsi, on ne dispose d’aucune description de la négation en picard, dialecte primaire d’oïl à la fois proche et distinct du français. Celle-ci ne fait l’objet que de courts paragraphes dans des monographies sur des parlers localisés (Vasseur, 1996 pour le Vimeu ; Ledieu, 1912 pour Demuin), et de quelques mots dans des glossaires.

2Cet article a donc pour but de dresser un premier tableau général de la négation picarde et de sa variation. Il défendra l’hypothèse que, si le picard dispose de plusieurs marqueurs négatifs (pas, point, mie, pon, nin), ces formes ne sont pas en variation libre. La première section établira que les locuteurs picards disposent tous d’un marqueur négatif principal, et que sa forme est géographiquement conditionnée, contrairement à celle des marqueurs secondaires. La deuxième section montrera que la distribution du marqueur principal et celle des marqueurs secondaires diffèrent. Enfin, dans la dernière section, je montrerai que les marqueurs négatifs participent de manière variable à la concordance négative, et je proposerai que cette variabilité découle de leurs propriétés sémantiques.

1. La négation phrastique et les marqueurs de négation en picard

  • 2 Pour la clarté de la lecture, elles sont ici lemmatisées autant que possible sous la forme français (...)

3Le picard, dialecte d’oïl primaire, s’est depuis le latin développé parallèlement au français mais sans intervention normative, pour former une langue régionale en contact avec la langue haute que constitue pour lui le français standard. Pour ce qui est de la négation, ce qui frappe de prime abord c’est la diversité de ses marqueurs postverbaux : il a gardé, de manière productive, plusieurs formes issues des minimiseurs nominaux médiévaux, pas, point, mie, marginalement goutte, ainsi que, dans une partie du domaine, la forme nin issue de néant. Cette diversité se double de celle de leurs réalisations phonétiques : pas peut se réaliser [pa], [pa], [pɔ], [po], etc., point peut prendre les formes [pwε̃], [pɔ̃], [pã], [pwε], etc. En l’absence de norme orthographique, une même réalisation phonétique peut, à son tour, correspondre à diverses graphies : [pwε̃] s’écrit ainsi point, poin, pouin, pouint, pwoin, poen, pwen...2

4Dans cette section, je montrerai que cette variabilité masque en fait deux types de régularités : l’une de type dialectal, l’autre de type fonctionnel. Cette conclusion découle du croisement de deux sources de données pour une période allant d’environ 1880 à nos jours : l’Atlas Linguistique de la France (ALF, Edmont et Gilliéron, 1902-1910) et l’Atlas Linguistique et ethnographique Picard (ALPic, Carton et Lebègue, 1998), qui ont pour avantage de fournir des données sérielles pour l’ensemble du domaine, et la base textuelle Picartext, développée par le Lesclap à Amiens, qui regroupe un échantillon de textes littéraires picards. Les atlas font apparaître que les locuteurs disposent d’un marqueur dont la forme est géographiquement conditionnée. Les données de Picartext confirment ce fait, tout en montrant que tous les locuteurs disposent de plusieurs marqueurs, de statuts différents.

1.1. Les marqueurs de négation dans les atlas

  • 3 Il s’agit des cartes 12, 89, 101, 806, 817, 896, 897, 898, 1082, 1083, 1352 et 1409.

5L’Atlas linguistique de la France fournit une quinzaine de cartes3 impliquant le marqueur postverbal dans divers contextes (déclaratifs, interrogatifs, avec verbe modal, etc.), et permet de dresser un tableau à grands traits de la négation dominante dans les diverses variétés romanes de France autour de 1900.

6Il illustre deux propriétés du picard. D’une part, la non-réalisation du ne préverbal (cf. Auger et Villeneuve, 2008), quoique représentée, n’y est pas systématique. Ne est même plutôt moins fréquemment omis que dans d’autres zones d’oïl (cf. Illustration 1, en annexe). D’autre part, le picard semble participer à une zone nord-est du domaine d’oïl caractérisée par le recours stable à d’autres marqueurs postverbaux que pas (cf. Illustration 2). La forme du marqueur négatif apparaît géographiquement conditionnée : si, dans l’Est, c’est mie qui domine, le picard affiche point, en gros, dans la Picardie administrative, sa variante pon dans le Nord-Pas-de-Calais, nin au contact avec la zone wallo-picarde, et mie sporadiquement comme variante autour de Lille. Pas n’est présent que dans les zones de contact entre dialectes picards, ou entre picard et autres langues d’oïl.

  • 4 Oudin (1640 : 257) note : ’Mie est picard’.

7L’ALPic confirme cette répartition des formes par grandes aires, tout en la nuançant. Il cartographie des enquêtes effectuées dans les années 1960 sur un réseau de points plus dense, mais il ne contient malheureusement qu’une seule structure négative (je n’en ai pas). On retrouve néanmoins les trois grandes zones dessinées par l’ALF : point dans la région Picardie, sa variante pon dans l’Artois et la majeure partie du Pas-de-Calais, nin dans une partie du Département du Nord. Il indique juste, dans les zones de contact entre ces dialectes, une plus forte présence de la forme de type français pas/po, peut-être en raison de la pression croissante du standard français dans ces zones de transition. Seule vraie différence : il fait également apparaître mie dans la partie Sud-Ouest de la Somme et à la frontière Somme/Oise – zones où, malgré son plus grand nombre de cartes pertinentes, l’ALF ne le renseigne pas (cf. Illustration 3). On pourrait donc penser, à s’en tenir aux atlas, que l’emploi de mie est une innovation dans ces zones, bien que l’on voie mal quel scénario diachronique pourrait y expliquer une (ré) apparition4 de formes jusque-là cantonnées à l’Est. De fait, les données de Picartext infirment totalement un tel scénario, et montrent que mie est présent partout, mais avec un statut différent.

1.2. Les marqueurs de négation d’après Picartext

8La base Picartext est un outil précieux pour la recherche sur le picard. Il s’agit d’une base textuelle sur le modèle de Frantext, adaptée aux contraintes propres au picard : elle contient en particulier un outil de correspondance dialectale, permettant lors de la recherche de neutraliser partiellement la variation des graphies et des prononciations. Mais elle est en cours de constitution : elle ne contient qu’un échantillon de textes, et certaines régions sont sous-représentées, notamment le département du Nord (cf. Illustration 4). Pour cette raison, j’exclurai de cette étude les emplois de nin, circonscrits au Nord, et je me concentrerai essentiellement sur les départements de la Somme, du Pas-de-Calais et de l’Oise, les mieux représentés, et sur des auteurs nés après 1850. Par ailleurs, l’outil de correspondance dialectale, s’il est extrêmement précieux, n’est pas totalement fiable, et la base inclut parfois des préfaces ou des traductions en français, dont les occurrences ont dû être éliminées manuellement. Les résultats chiffrés doivent donc être pris avec précaution : j’ai pu oublier des occurrences dont la graphie n’a été repérée comme variante ni par moi ni par le moteur de recherche. Les données de Picartext, synthétisées dans le tableau 1, ne contredisent cependant en rien les résultats des enquêtes, mais apportent un certain nombre de précisions.

Tableau 1 : Répartition des marqueurs postverbaux (en gras : négation principale)

Tableau 1 : Répartition des marqueurs postverbaux (en gras : négation principale)

9Le premier enseignement que l’on peut en tirer, c’est que, contrairement à ce que suggèrent les atlas, tous les auteurs disposent d’au moins deux formes, parfois plus, dans toutes les zones du domaine picard. La plupart utilisent la forme point ou pon, et la forme mie. C’est le cas dans le Vimeu (Depoilly, Chivot, Leclercq), dans l’Amiénois (Voisselle), le Santerre (Souverain) ou encore l’Artois (Flour). Parfois, s’ajoute la forme pas, là encore pour la plupart des régions : Vitneu (Dumont, Vasseur), Amiénois (Duquet, Calais), Artois (Accart). Beaucoup plus marginalement, le répertoire se limite à pas et point, chez Lacroix (Ponthieu) et Ambre (Arras), auteurs pour lesquels nous disposons de peu d’occurrences de négation ; enfin, seuls trois auteurs contemporains (Beauvy, Coudert, Varlet) disposent des deux variantes de point (point et pon) que les atlas font apparaître comme strictement dépendantes de l’aire dialectale.

10Cependant, chez chaque auteur une forme domine clairement (elle est gras dans le tableau). Or, cette forme est celle qui apparaît dans les enquêtes pour la région dont ils sont issus. Tous les auteurs du Vimeu, du Ponthieu, de l’Amiénois et du Santerre (et dans une moindre mesure de l’Oise) utilisent ainsi point comme négation principale. Les auteurs artésiens ont recours à sa variante pon. Pour le Vermandois, Devraine, dont la forme majoritaire est pas/ po est de Péronne, qui se trouve dans la zone intermédiaire entre l’aire point et l’aire pon, dont l’ALF et plus encore l’ALPic montrent qu’elle favorise le pas. La seule réelle exception est donc José Ambre, auteur contemporain, qui, quoique d’Arras (donc de l’aire pon), utilise quasi-exclusivement point. Textes et atlas concordent donc dans leur cartographie du marqueur principal de négation.

11En revanche, comme on vient de le voir, divers auteurs utilisent aussi, à titre de négation secondaire, la négation mie, que l’ALF documente uniquement vers Lille et l’ALPic uniquement, en sus, dans le Sud-Ouest de la Somme et l’extrême Sud-Est de l’Oise (cf. Illustration 5). Dans le corpus de textes en revanche, elle apparaît chez des auteurs n’appartenant pas à ces zones, par exemple chez l’arrageois René Coudert, cf. Tableau 2.

Tableau 2 : Proportion de mie par rapport au total des occurrences de négations verbales dans Picartext pour chaque auteur (en pourcentage)

Tableau 2 : Proportion de mie par rapport au total des occurrences de négations verbales dans Picartext pour chaque auteur (en pourcentage)

12De fait, mie apparaît dans toutes les aires dialectales, mais à des degrés divers. Si l’on regarde cette fois les taux d’utilisation de mie selon les auteurs, on s’aperçoit que ce que capturent les atlas pas n’est pas sa présence ou son absence dans le répertoire dialectal (mie appartient à tous les dialectes du picard) mais ses pics de disponibilité : en d’autres termes les atlas la signalent dans les zones d’où sont issus les auteurs qui l’emploient le plus fréquemment.

13En s’appuyant sur ces résultats, on peut donc dresser le tableau suivant : les locuteurs picards disposent tous de plusieurs négations, une négation principale, point, pont, ou pas, et une ou plusieurs formes concurrentes, mie, et pas lorsqu’elle n’est pas la négation dominante (donc partout en dehors des zones de transition), goutte restant marginal. De plus, l’identité du marqueur principal est géographiquement déterminée, tandis que les négations secondaires apparaissent dans tout le domaine, ne variant que par leur fréquence. La question qui se pose alors est double : ces divers marqueurs sont-ils en variation libre ? Sont-ils assimilables au marqueur pas du français ?

2. Distributions contrastées

14Lorsqu’on étudie la distribution des divers marqueurs chez chaque auteur, on s’aperçoit que si sa négation dominante peut occuper les mêmes contextes que le marqueur pas du français standard, il n’en va pas de même pour ses négations secondaires.

2.1. Une négation principale non contrainte

15Dans cette section, nous considérons uniquement la négation majoritaire chez chaque auteur, à savoir pas/po chez Gustave Devraine, pon chez les auteurs artésiens hors José Ambre, point chez les autres. Sans surprise, la négation principale remplit toutes les fonctions assumées par son homologue français pas. En particulier, elle est compatible aussi bien avec le verbe tensé, processif (1) ou attributif (2), qu’avec l’infinitif (3).

(1) a. I cache du travail, conme tin fiu. Pi i n’in treuve point. (Jean-Pierre Calais)
Il cherche du travail, comme ton fils. Et il n’en trouve pas.
b. Malgré toutes ches allées et vnues i n’broncheutent pont. (André Accart)
Malgré toutes ces allées et venues, ils ne bronchent pas.
c. Je n’monte po ddin, mais ch’est mi qui les fot chirculer su l’route. (G. Devraine)
Je ne monte pas dedans, mais c’est moi qui les fait circuler sur la route.

(2) a. Es viye a n’est poè aisiu dpui qu’i n’m’o pus. (F. Beauvy)
Sa vie elle n’est pas facile depuis qu’il ne m’a plus.
b. eq Mathilde al n’êteut pont lo, ou bien qu’ai n’éteut pont core élvée (A. Accart)
que Mathilde n’était pas là, ou bien qu’elle n’était pas encore levée
c. Quand il étot sérieux, i n>étot po bieu, mais quand i riot, ch’étot bien pire. (G. Devraine)
Quand il était sérieux, il n’était pas beau, mais quand il riait, c’était bien pire.

  • 5 Ici, nin est l’équivalent du en partitif du français standard.

(3) a. Feut m’prométte d’én point nin tchitteu un d’ vivant, ... (E. Chivot)5
Il faut me promettre de ne point en laisser un de vivant...
b. À ch’t’heure, faut faire attintion ed’ pont picher pa-d’zeur. (A. Accart)
Maintenant, il faut faire attention de pas pisser dessus.
c. Tache d’m’écrire ène longue lettre, j’m’énuie de n’ po t’intindre cryi. (G. Devraine)
Tache de m’écrire une longue lettre, je m’ennuie de ne pas t’entendre crier.

16Elle permet également la négation de constituants adjectivaux (4), adverbiaux (5) ou nominaux (6) :

(4) a. Os con.naissez Jacques, bieu gars, point causant. (J.-P. Calais) Vous connaissez Jacques, beau gars, pas causant.
b. In avot quate caramels [...], pon pus gros qu’eune pièche deux francs. (R. Coudert)
On avait quatre caramels [...], pas plus gros qu’une pièce de deux francs.
c. Ène bonne tchote femme, bien aimable, po méchante pour un sou. (G. Devraine)
Une bonne petite femme, bien aimable, pas méchante pour un sou.

(5) a. Tchéche qu’i voét arriveu [...], point pu tèrd qu’él lin-nmain matin ? (E. Chivot)
Qui est-ce qu’il voit arriver [...], pas plus tard que le lendemain matin ?
b. In est passé aveuc Monsieur Béra, pont pour longtimps. (A. Accart)
On est passé avec Monsieur Béra, pas pour longtemps.
c. Po pus tard qu’hier, al a acaté à un marchand qui passot un bieu savon (G. Devraine)
Pas plus tard qu’hier, elle a acheté à un marchand qui passait un beau savon.

(6) a. Point un n’ermuoait inne patte dvaint Mossieu chl’Inspecteur. (A. Voisselle)
Pas un ne remuait une patte devant Monsieur l’inspecteur.
b. Tout cha pour pont grand monne. (A. Accart)
Tout ça pour pas grand monde.
c. Il o un blazer sombe, un patalon nuèr, pos d’brossard. (F. Beauvy)
Il a un blazer sombre, un pantalon noir, pas de brassard.

17On rencontre également les trois formes dans des constructions averbales (7), et comme négation contrastive ou corrective, cf. (8) :

(7) a. Ah ! Non, point d’dangeu ! (E. Chivot)
Ah ! Non, point de danger !
b. Al vient jusse d’accoucher. Pont trop d’misères, y-a bin passé. (R. Coudert)
Elle vient juste d’accoucher. Pas trop de misères, ça c’est bien passé.
c. Logomme, i rbéye outour d’li : po d’abe, po d’muraille... (G. Devraine)
Logomme regarde autour de lui : pas d’arbre, pas de muraille...

(8) a. Hyacinthe ch’est un ivrone, ... point un fégnant... (J. Varlet) Hyacinthe c’est un ivrogne, ... pas un faignant...
b. pont eune mason d’curé, mais d’curisses (R. Coudert) pas une maison de curé, mais de curistes
c. A n’ouvert qu’à huit heures, po dvant. (G. Devraine)
Ça n’ouvre qu’à huit heures, pas avant.

Elle peut en outre s’associer avec la particule interro-exclamative -ti :

(9) a. J’avos-ti pon révé q’j’étos mort !
Avais-je pas rêvé que j’étais mort ! (R. Coudert)
b. Vlo-ti point qu’un bieu jour, al m’annonche qu’ai alloét v’nir. (J. Varlet)
Ne voilà-t’il pas qu’un beau jour, elle m’annonce qu’elle allait venir.
c. J’Tes voés ti po déjà foére les grimaches. (G. Devraine)
Ne voilà-t-il pas que je les vois déjà faire les grimaces.

Enfin, toutes les négations dominantes peuvent également être renforcées par du tout(e) :

(10) a. J’én sus point du tout au calme. (E. Chivot)
Je ne suis pas du tout au calme.
b. Ma nan, pont al paroisse, o n’y êtes pont du toute. (R. Coudert) Mais non, pas à la paroisse, vous n’y êtes pas du tout.
d. A n’m’étonne po du tout. (G. Devraine)
Ça ne m’étonne pas du tout.

18Que leur forme soit pas, pon ou point, les négations principales ne semblent donc pas se distinguer fondamentalement du marqueur français. On va voir qu’il n’en va pas de même pour les négations secondaires.

2.2. Les négations secondaires pas et mie

19En dehors de Devraine qui l’utilise comme négation principale, la négation pas a deux emplois selon les auteurs, l’un contraint, l’autre libre.

  • 6 Dans sa grammaire des parlers du Vimeu, Vasseur (1996 : 88) écrit :
    « les négations ne... pωε̃ et ne (...)
  • 7 On peut trouver mal et coère précédés d’autres négations, cf. (i) : la distribution de pas est limi (...)

20Chez presque tous les auteurs, pas ne se rencontre que dans deux contextes, illustrés en (11) et (12) : soit, comme chez Calais et Duquet, devant mal (l’expression pas mal pouvant être, comme en français, paraphrasée par ‘bien’ ou par ‘beaucoup’) soit devant coère ‘encore’. Certes, il pourrait s’agir d’un hasard, dû à l’aspect trop restreint du corpus. Néanmoins, sur les 267 occurrences de pas relevées chez Vasseur, absolument toutes sont en collocation avec coère6. Je considère donc que pour tous ces auteurs, l’usage de pas est figé7.

(11) a. in.ne tchaisse d’or, ch’étoait pas mal (J.-P. Calais)
une caisse d’or, c’était pas mal
b. Ny o pas mal ed braconniers qu’i cach’té su ses terres. (P. Duquet)
Il y a pas mal de braconniers qui chassent sur ses terres.

(12) a. Au momint qu’éj t’écris, i n’a po coére un d’éclos. (G. Vasseur)
Au moment où je t’écris, il n’y en a pas encore un d’éclos.
b. J’él sai bien monsieur qui n’est pos couère l’heure éd tchitteu. (R. Devismes)
Je le sais bien monsieur qu’il n’est pas encore l’heure de partir.
c. O n’o pas coére tout vu. (A. Lacroix)
On n’a pas encore tout vu.

21De fait, cette collocation de pas avec coère transparaît dans la carte 899 de l’ALF (‘elle n’est pas encore mûre’), comme le montre l’illustration 6 : on y voit l’aire dialectale de pon et celle de point très largement rognées au profit de pas.

22Pour trois auteurs contemporains en revanche, Varlet, Coudert et Beauvy, pas semble être en variation libre avec point : il se retrouve dans les contextes listés dans la section 2.1. Rappelons que chez ces trois auteurs (cf. section 1.2.), les deux variantes dialectales du marqueur principal, point et pon alternent également : chez eux, les diverses formes de marqueurs tendent donc à devenir interchangeables, que leur réalisation soit ailleurs conditionnée géographiquement ou réponde à des emplois grammaticaux distincts. On peut faire l’hypothèse que leur usage reflète la koïnéisation accrue du picard depuis la deuxième moitié du XXe siècle.

23Les emplois de mie, eux, ne sont pas figés : mie se retrouve dans un certain nombre des contextes passés en revue dans la section 2.1. :

(13) a. Jé n’ dis mie o pacequé j’ su contre.
Je ne dis pas ça parce que je suis contre. (G. Vasseur)
b. La forêt a n’est mie à inné énémonne blanque preu. (Jean-Luc Vigneux)
La forêt elle n’est pas à une anémone blanche près.

  • 8 Beauvy fait encore exception, cf. (i-ii). Il se démarque par le non-figement de pas, la coexistence (...)

24Néanmoins, on constate des lacunes dans sa distribution. Ainsi, on ne trouve jamais mie associé à la particule interro-exclamative -ti. Surtout, mie ne sert jamais à nier une structure infinitive, et n’apparaît ni comme négation de constituant ni dans les phrases averbales8. Sauf lacune du corpus, mie est donc grammaticalement contraint : il est exclu là où il ne dépend pas d’un verbe tensé explicite.

25Les marqueurs secondaires, outre que leur répartition ne se fait pas sur une base géographique, se distinguent donc des marqueurs principaux par leur distribution syntaxique. Comme on va le voir, mie diffère également des négations principales par sa participation à la concordance négative.

3. Marqueurs de négation et concordance négative

26Le français standard est une langue à concordance négative restreinte (cf. Corblin et Tovena, 2003 pour une présentation générale). Comme d’autres langues romanes, il connait le phénomène de la concordance négative (CN) : les mots-N comme personne, rien, plus, jamais, nulle part, expriment la négation (en association avec la particule préverbale ne dans le domaine d’un verbe tensé), mais ils peuvent se combiner dans une phrase sans que, dans une lecture non marquée, les négations logiques s’annulent entre elles, cf. (14a) : la phrase est interprétée comme contenant sémantiquement une seule négation. Mais dans des contextes plus marqués, leur combinaison peut donner lieu à une lecture dite de double négation (DN), où l’une des négations sert à réfuter un énoncé négatif, cf. (14b) :

(14) a. Il n’a jamais répondu à personne.
CN : « ça n’a jamais été le cas qu’il réponde à quelqu’un »
b. Ce n’est pas vrai : il n’a jamais répondu à personne !
DN : « cela n’est jamais arrivé qu’il ne réponde à personne »
Logiquement équivalent à « il a toujours répondu à quelqu’un »

27Mais le français standard a cette particularité que le marqueur pas est exclu de la concordance négative : sa combinaison avec un autre mot négatif, comme en (15), produit toujours une lecture de double négation :

(15) Il n’a pas répondu à personne
DN : « Ce n’est pas vrai qu’il n’a répondu à personne ».
*CN : « # Il n’a pas répondu à quelqu’un ».

28Comme on va le voir, en picard, le tableau s’avère plus complexe, et dépend du marqueur négatif impliqué.

3.1. La concordance négative en picard

  • 9 Nous n’examinons ici que les mots-N qui fournissent le plus de données dans Picartext : personne, r (...)

29En picard, la concordance négative semble à première vue possible aussi bien entre mots-N9 qu’entre marqueur négatif et mots-N, cf. respectivement (16) et (17) :

(16) a. An’l’a janmoais dit à parsonne.
Elle ne l’a jamais dit à personne. (E. Chivot)
b. J’m’in vos tchitter la terre, person.ne i m’voéro pu ! (J.-P. Calais)
Je vais quitter la terre, personne ne me verra plus !
c. Mais conme i n’sé rapplouot purièn [...] (A. Depoilly)
Mais comme il ne se rappelait plus de rien [...]
d. des plantes qu’o n’avouot jamoais vues neune pèrt (G. Vasseur)
des plantes qu’on n’avait jamais vues nulle part

  • 10 Comme le montre cet exemple, la concordance entre le marqueur négatif et le mot-N n’est pas stricte (...)

(17) a. Mais jé nn’ai mie janmoais yeu peur él moins du monne. (E. Chivot)
Mais je n’ai (pas) jamais eu peur le moins du monde.
b. Un piot molet d’alcool a n’a mie jamoais foait d’ mau à parsonne. (G. Vasseur)
Un petit peu d’alcool, ça n’a (pas) jamais fait de mal à personne.
c. Ch’est qu’i n’feut point s’fier à rien ! (P. Duquet)10
C’est qu’il ne faut (pas) se fier à rien.

30Contrairement à ce qui a été noté pour le français du Québec (cf. Déprez et Martineau, 2006 : 225), la présence du marqueur postverbal est aussi possible avec un mot-N en position sujet même si le marqueur de négation ne c-commande pas un autre mot-N :

(18) a. Pèrson-ne i n’voreu mie d’élle pour és mèrieu. (A. Depoilly) Personne ne voudra (pas) d’elle pour se marier.
b. Parsonne n’a poé foait attention à li. (Gaston Vasseur)
Personne n’a (pas) fait attention à lui.

31Quoique bien représentée, la cooccurrence d’un marqueur négatif avec un mot-N reste cependant facultative : dans notre corpus, seuls 5 à 15 % des énoncés comportant un mot-N comportent en sus un marqueur de négation (MN).

Tableau 3 : Proportion de concordance négative avec un marqueur de négation

(ne) jamais

(ne) rien

(ne) personne

(ne) plus

total mots-N

1530

2085

451

2861

avec MN

107

130

72

158

%

6,99 %

6,24 %

15,96 %

5,52 %

32Cette faible proportion explique que ce type de concordance optionnel échappe aux enquêtes de l’ALF, malgré la présence de plusieurs contextes pertinents (cartes 900 ‘elle n’est plus (entière) /il ne (bougeait) plus’, 1154 ‘nous ne le revîmes plus’, 673 ‘nous n’en aurons (guère)’) : il est connu que dans une enquête reposant sur la traduction en dialecte d’une phrase donnée dans la langue standard (sur le principe une question-une réponse), on obtient la structure la plus disponible, et, généralement, la plus proche de la structure standard.

33Le picard se distingue donc à la fois du français standard, par la participation du marqueur négatif à la concordance, et des langues romanes à concordance généralisée, par la présence facultative de ce dernier, et par l’indifférence de la position du mot-N. Dans la section suivante, nous montrons par ailleurs que les possibilités de concordance négative sont contraintes par le statut des marqueurs négatifs, et ce de manière variable selon les locuteurs.

3.2. Affinités électives : quel marqueur négatif avec quel mot négatif ?

34De fait, l’examen attentif des données révèle l’existence de trois profils distincts de locuteurs.

35Un premier groupe d’auteurs semble ne jamais employer la concordance négative avec un marqueur négatif : il s’agit d’Ambre (Artois) et de Lacroix (Ponthieu), qui utilisent tous deux point comme négation dominante ou exclusive. Ce sont également les deux auteurs de notre corpus qui n’utilisent jamais mie, contrairement à d’autres auteurs contemporains des mêmes zones dialectales. Pour ces deux auteurs, il pourrait donc s’agir d’un signe d’attrition du dialecte, sous la pression du français – le pas français étant juste remplacé superficiellement par la forme locale point. Mais ce sont aussi les auteurs pour lesquels nous avons, globalement, le moins d’occurrences de phrases incluant un mot-N, donc il n’est pas sûr que ces résultats soient significatifs.

  • 11 Dans les tableaux, le S indique le total d’occurrences.

Tableau 4 : Auteurs sans concordance négative avec un marqueur postverbal11

Tableau 4 : Auteurs sans concordance négative avec un marqueur postverbal11

36Un deuxième groupe d’auteurs n’utilise la concordance négative qu’avec mie : Chivot et Devismes (Vimeu), Beauvy (Oise), Coudert et Flour (Artois) et Devraine (Vermandois). Ce comportement n’est pas corrélé à la forme de leur négation principale, puisqu’on la retrouve dans ce groupe sous ses trois formes : pas pour Devraine, point pour Chivot, Devismes et Beauvy, pon pour Coudert et Flour. La diachronie ne semble pas non plus directement pertinente, puisque ces auteurs appartiennent à toutes les générations représentées.

Tableau 5 : Auteurs effectuant la concordance négative uniquement avec mie

Tableau 5 : Auteurs effectuant la concordance négative uniquement avec mie

37Sous réserve que ces résultats soient représentatifs, on peut donc supposer que, pour ces locuteurs, quelles que soient les propriétés qui empêchent le marqueur pas de participer à la concordance négative en français standard, leur marqueur principal les partage, tandis que mie constitue un marqueur de type distinct. Une hypothèse possible est que mie, dans leur répertoire, quantifie sur des éventualités, et n’est pas un pur opérateur logique comme pas ou point.

38Enfin, un troisième profil de locuteurs se dégage du corpus. C’est le groupe le plus fourni, puisqu’il comprend Dumont, Depoilly, Leclercq et Vasseur (Vimeu), Vigneux (Ponthieu), Accart (Artois), ainsi que tous les auteurs de l’Amiénois et du Santerre (Voisselle, Duquet, Varlet, Calais et Souverain). Toutes les aires, et toutes les générations, sont concernées, et leur négation principale peut prendre les formes point ou pon. Le détail des chiffres est donné dans le tableau 6.

Tableau 6 : Auteurs avec spécialisation de la concordance négative

Tableau 6 : Auteurs avec spécialisation de la concordance négative
  • 12 Cette unique occurrence, citée en (i), est en fait un point coère. Nous l’excluons des décomptes, a (...)

Note 12

39Ces chiffres montrent que ce groupe se caractérise par une spécialisation partielle du marqueur négatif selon le mot-N. Mie peut participer à une chaîne de concordance avec tous les mots-N, qu’ils soient à valeur nominale, comme personne ou rien, ou temporelle, comme jamais ou plus ; point/ pon, en revanche, ne participe à une chaîne de concordance qu’avec les mots-N à valeur nominale – jamais avec les adverbiaux temporels, bien que le nombre d’occurrences de ces derniers en concordance négative soit équivalent voire supérieur.

40On a ainsi chez un même auteur, avec mie, les diverses combinaisons en (19), alors que point n’apparait que dans des phrases comme (20) :

(19) a. Tout l’monne raisonne ! O n’est mie pu si béte. (Vasseur)
Tout le monde raisonne ! On n’est plus aussi bête.
b. D’abord, o n’a mie jamoais vu un calémichon invaleu un hérichon ! (Vasseur)
D’abord, on n’a jamais vu une limace avaler un hérisson !
c. I n’avouot mie bzoin d’ parsonne pour li montreu chu cmin. (Vasseur)
Il n’avait besoin de personne pour lui montrer le chemin.
d. Ch’est mie leuz ongnons ; i n’y connoait’té mie rien ! (Vasseur)
C’est pas leurs oignons ; ils n’y connaissent rien !

(20) a. O, bien intindu, i n’ l’a point dit à parsonne. (Vasseur)
‘Oh, bien entendu, il ne l’a dit à personne.’
b. Ch’étouot des préqueutions, mais qu’a n’ servirouot point à rien. (Vasseur)
‘C’était des précautions, mais qui ne serviraient à rien.’

3.3. Synthèse et pistes d’analyse

41Une synthèse globale des résultats donne donc le tableau suivant :

  • Pas, en dehors de ses emplois figés (pas coère, pas mal), peut être marqueur principal dans les zones de contact entre aires dialectales, mais il n’entre dans le système de la concordance négative ni chez Devraine, pour qui il constitue la négation principale, ni chez Beauvy qui en fait un emploi atypique comme négation secondaire non contrainte : tous deux recourent exclusivement à mie dans ce cas. Pas/po, quand il est disponible de manière productive chez un auteur, semble être l’équivalent du pas du français standard, soit par interférence avec le système standard, soit par évolution diachronique parallèle.

  • Mie est présent dans les diverses aires, mais toujours au titre de négation secondaire. Il permet toujours la concordance négative, avec tous les mot-N. En revanche, il n’est présent que dans des propositions à verbe tensé.

  • Point/Pon est le marqueur principal à l’intérieur des deux grandes aires dialectales qui déterminent sa forme, sans restriction de distribution, mais ses propriétés varient selon les locuteurs. Pour certains (groupe 1 et 2), à l’instar de pas, il est exclu du système de la concordance négative, que ces locuteurs autorisent celle-ci (groupe 2) ou pas (groupe 1) avec mie : il apparaît donc comme un équivalent fonctionnel du pas français. Pour d’autres en revanche (groupe 3), il peut entrer dans le système de la concordance, mais de façon restreinte : uniquement en corrélation avec un quantifieur de type nominal.

42Intégrer ces données dans les débats sur l’analyse de la concordance négative (cf., parmi d’autres, Déprez, 1997 ; Rowlett, 1998 ; Giannakidou, 2000 ; Herburger, 2001 ; de Swart et Sag, 2002 ; Corblin et Tovena, 2003 ; Zjeilstra, 2009), dépasse largement le cadre de cet article, d’autant que certaines données cruciales n’ont pas encore pu être établies, comme la possibilité ou non d’obtenir une lecture de double négation ou la disponibilité des divers mots-N (voire de mie ou point) dans des contextes non négatifs légitimant habituellement des termes à polarité négative (interrogatives, protases des conditionnelles, par exemple).

43Néanmoins, les données picardes fournissent une configuration typologique à notre connaissance inédite, et donc susceptible d’alimenter ces débats. Tout d’abord les mots-N impliqués dans la concordance négative peuvent avoir une interprétation négative sans la présence d’un marqueur négatif ; mie et, partiellement, point, peuvent participer, mais facultativement, à la CN avec ces mots-N pré- ou postverbaux – ils sont à la fois possibles mais non indispensables : les mots-N en picard sont donc bien des expressions négatives, ce qui invalide une analyse des mots-N comme quantifieurs non négatifs (cf. par exemple Giannakidou, 2000). Par ailleurs, les possibilités contrastées de mie et de point rendent difficile une analyse de la CN par un procédé de quantification résomptive, sous une forme ou une autre (cf. par exemple Zanuttini, 1997 ; de Swart & Sag, 2002) : en l’état, ces analyses ne prédisent pas que la CN puisse être sensible aux propriétés lexicales (entités, plages temporelles) des divers mots-N, ni pourquoi seuls certains marqueurs négatifs la permettent.

  • 13 Sans qu’on puisse à ce stade évaluer sa possible ressemblance avec le mica italien (Cinque, 1976). (...)
  • 14 Sous réserve qu’il permette, au moins dans les contextes de réfutation, une lecture de double négat (...)

44Il semble nécessaire d’envisager que la contribution sémantique des marqueurs négatifs à la négation phrastique puisse être plus complexe qu’on ne le suppose généralement, et que, par exemple, la contribution négative exacte de mie se distingue de celle de pas et de point/pon13. Mie, qui n’apparaît que dans des propositions tensées, pourrait par exemple être une négation associée à des éventualités par l’intermédiaire aussi bien du temps verbal que de l’adverbe temporel. Point/pon apparaît, lui, comme une forme ambiguë. Lorsqu’il est marqueur principal, il se comporte comme le pas français (standard)14. Les locuteurs du groupe 3 pourraient en outre disposer d’une forme homophone entrant en concordance uniquement avec personne et rien, parce que, du fait de sa possible origine partitive (Price, 1997), elle garderait un statut de négation d’entités.

45Les pistes d’analyse esquissées ici feront l’objet de nos recherches ultérieures. Celles-ci, outre la recherche en corpus de contextes non étudiés à ce stade, comme les contextes de polarité négative, bénéficieront des nouvelles enquêtes de terrain menées dans le cadre du projet Symila. S’appuyant sur les résultats de travaux préliminaires comme celui-ci, elles permettront par exemple de vérifier que mie est réellement exclu des contextes non tensés, et de tester la possibilité d’obtenir une lecture de double négation avec les divers marqueurs. Même si plus d’un siècle séparent les enquêtes de l’ALF et les futures enquêtes de Symila, le système parait en effet relativement stable quant au comportement de mie. Sa présence dans le répertoire des auteurs, si elle peut connaitre des variations dans sa proportion selon les régions, n’est corrélée à aucune variable diachronique ni diatopique, pas plus que son affinité élective avec la concordance négative : le statut particulier de mie semble donc être un trait de fond du système linguistique picard dans son ensemble.

Conclusion

46Cette étude a permis de dresser un premier tableau général de la négation en picard, et de sa variation. Le picard se distingue du français par la persistance, chez tous les locuteurs, d’au moins deux marqueurs postverbaux productifs, la forme du marqueur principal étant géographiquement conditionnée, tandis que la similarité de certaines formes peut occulter leurs propriétés contrastées. Ainsi, selon les locuteurs, pas peut constituer une négation productive, principale ou secondaire, qui se comporte comme son équivalent en français standard, alors que chez la plupart d’entre eux, elle n’apparait qu’en collocation avec coère ou mal. Mie en revanche constitue toujours une négation secondaire, qui nécessite la présence d’un verbe tensé, et est compatible avec la concordance négative quel que soit le mot-N avec lequel il est en cooccurrence : mais pour certains locuteurs, elle est le seul marqueur négatif à détenir cette dernière propriété, tandis que pour d’autres, elle la partage avec point/pon en cooccurrence avec les indéfinis négatifs personne et rien. En dehors de ce groupe (conséquent) de locuteurs, point/pon en revanche, s’aligne sur le fonctionnement de pas.

47Ce premier panorama de la négation en picard reste bien sûr à confirmer, par l’étude d’un corpus plus large, et par des enquêtes incluant les jugements de locuteurs, afin de vérifier si les lacunes dans la distribution de certaines formes sont un hasard dû au corpus, ou correspondent à de réelles exclusions. Il reste également à étudier le comportement tant des divers marqueurs que des mots-N dans les contextes pouvant favoriser les lectures de double négation et dans les contextes à polarité négative. Mais si ce tableau se confirme, il pourrait apporter une contribution inédite à l’étude de la négation verbale et de ses rapports avec la concordance négative, et, par sa proximité avec le français, à l’étude de la micro-variation. En particulier, il peut apporter un éclairage nouveau aux débats sur le mécanisme même de la concordance négative, et au fait qu’elle prenne sa source dans les traits lexicaux du marqueur négatif, comme semblent le suggérer les présentes données, et/ou dans ceux des mots-N.

Bibliographie

Bibliographie

AUGER Julie et Anne-José VILLENEUVE, 2008, « Ne deletion in Picard and in régional French : Evidence for distinct grammars », in Miriam Meyerhoff & Naomi Nagy (éds), Social Lives in Language – Sociolinguistics and multilingual speech communitie. Amsterdam, Benjamins, p. 223-247.

CINQUE Guglielmo, 1976. « Mica ». Annali délia Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Unversità di Padova n° 1,p. 101-112.

COCHET E., 1933, Le patois de Gondecourt (Nord), Paris, Droz.

CORBLIN Francis, Viviane DÉPREZ, Henriëtte DE SWART & Lucia TOVENA, 2004, « Negative Concord », in Francis Corblin & Henriëtte de Swart (éds), Handbook of French Semantics. Stanford, CSLI Publications, p. 417-452.

CORBLIN Francis & Lucia TOVENA, 2003, « L’expression de la négation dans les langues romanes », in Danièle GODARD (éd.), Les langues romanes : Problèmes de la phrase simple. Paris, CNRS Éditions, p. 281-343.

DÉPREZ Viviane, 1997, « Two Types of Negative Concord », Probus n° 9, p. 103-142.

DÉPREZ Viviane & France MARTINEAU, 2006, « Pour une approche Micro-paramétrique de la Concordance Négative Francophone », in Francis Corblin, Sylvie Ferrando & Lucien Kupferman, Indéfini et Prédication, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, p. 217-233.

DE SWART Henriëtte & Ivan SAG, 2002, « Négative Concord in Romance », Linguistics and Philosophy n° 25, p. 373-417.

GIANNAKIDOU Anastasia, 2000, « Négative... Concord », Natural Language and Linguistic Theory n° 18, p. 457-523.

GODARD Danièle, 2004, « French Négative Dependency », in Francis Corblin & Henriette de Swart (éds), Handbook of French Semantics, Stanford, CSLI Publications, p. 351-389.

HERBURGER Elena, 2001, « The négative concord puzzle revisited », Natural Language Semantics n° 9 (3), p. 289-333.

LARRIVÉE Pierre, 2007, Du tout au rien : libre-choix et polarité négative, Paris, Champion.

LEDIEU Alcius, 1912, Petite grammaire du patois de Démuin. Paris, A. Picard.

OUDIN Antoine, 1640, Grammaire françoise rapportée à l’usage du temps, Paris, 2e éd.

PRICE Glanville, 1997, « Negative particles in French », in Gregory Stewart & David A. Trotter (éds), De mot en mot : Aspects of médiéval linguistics. Essays in honor of William Rothwell, Cardiff, University of Wales Press, p. 173-190.

ROWLETT Paul, 1998, Sentential Negation in French, Oxford, Oxford University Press.

VASSEUR Gaston, 1996, Grammaire des parlers picards du Vimeu (Somme). Avec considération spéciale du dialecte de Nibas, Abbeville, Paillart.

ZANUTTINI Raffaella, 1997, Négation and Clausal Structure : A Comparative Study of Romance Languages. New York, Oxford University Press.

ZEIJLSTRA Hedde, 2009, « On French Negation », à paraître dans Proceedings of BLS 35. http://ling.auf.net/lingbuzz/000885.

Sources des données

Picartext : http://www.u-picardie.fr/LESCLaP/PICARTEXT/Public/index.php

Edmont, Edmond & Jules Gilliéron, 1902-1910, Atlas linguistique de la France. Paris, Champion.

Carton, Fernand & Maurice Lebègue, 1998, Atlas linguistique et ethnographique picard, Vol. 2. Paris, Éd. CNRS.

Annexes

Annexe 1 : Illustrations

Illustration 1 : Chute du ne préverbal dans quatre cartes de l’ALF (moitié nord).

Illustration 1 : Chute du ne préverbal dans quatre cartes de l’ALF (moitié nord).

Illustration 2 : Répartition des marqueurs dans l’ALF (moitié nord).

Illustration 2 : Répartition des marqueurs dans l’ALF (moitié nord).

Illustration 3 : Répartition des marqueurs postverbaux dans l’ALPic et dans l’ALF.

Illustration 3 : Répartition des marqueurs postverbaux dans l’ALPic et dans l’ALF.

Illustration 4 : Auteurs dans Picartext

Illustration 4 : Auteurs dans Picartext

Illustration 5 : Disponibilité de mie chez les auteurs de Picartext.

Illustration 5 : Disponibilité de mie chez les auteurs de Picartext.

Illustration 6 : Extension du domaine de pas dans pas encore.

Illustration 6 : Extension du domaine de pas dans pas encore.

Annexe 2 : Tableau complet de la répartition des marqueurs négatifs selon les expressions négatives

* : en collocation avec coère.

Notes

1 Ce travail bénéficie du financement de l’Agence Nationale de la Recherche, dans le cadre du projet Symila (Syntactic Microvariation of the Romance Languages of France, ANR-12-CORP-0014-01, http://blogs.univ-tlse2.fr/symila/les-partenaires/). Je remercie Jean-Luc Vigneux, Alain Dawson et Fernand Carton pour leurs encouragements et leur soutien à ʿl’estrangère’ que je reste dans l’exploration du picard, ainsi que mes relecteurs.

2 Pour la clarté de la lecture, elles sont ici lemmatisées autant que possible sous la forme française correspondante.

3 Il s’agit des cartes 12, 89, 101, 806, 817, 896, 897, 898, 1082, 1083, 1352 et 1409.

4 Oudin (1640 : 257) note : ’Mie est picard’.

5 Ici, nin est l’équivalent du en partitif du français standard.

6 Dans sa grammaire des parlers du Vimeu, Vasseur (1996 : 88) écrit :
« les négations ne... pωε̃ et ne... mi (ne... pas et ne... mie) sont les plus courantes. Cependant, lorsqu’il veut renforcer encore la négation, le Vimeusien n’hésite pas à utiliser le pas français, en fin de phrase :
i n laʃrɑ pɑ ! (il ne lâchera pas !)
ɑ n irɑ pɑ ! (cela n’ira pas) » [je souligne, et je translitère en API, A. D.]
Mais nous n’avons pas trouvé trace de cet usage, y compris dans ses propres écrits.

7 On peut trouver mal et coère précédés d’autres négations, cf. (i) : la distribution de pas est limitée aux collocations avec coère ou mal, celle de mal ou coère n’est pas limitée aux collocations avec pas.
(i) O n’aveu seulemeint point coère ertoné eine palée d’terre ! On n’avait pas même encore retourné une pelletée de terre ! (Ernest Dumont).

8 Beauvy fait encore exception, cf. (i-ii). Il se démarque par le non-figement de pas, la coexistence des formes point et pon, un recours important et non contraint à mie : l’indifférenciation des marqueurs semble affecter maximalement l’auteur du corpus issu de la zone sud du domaine, réputée la plus fragile face à la pression du français.
(i) I cache apré ch’bâtimint d’Aïcha, mie rasseurè. (Il cherche le bâtiment d’Aïcha, pas rassuré.)
(ii) J’on neuf moès, mie plus. (J’ai neuf mois, pas plus.)

9 Nous n’examinons ici que les mots-N qui fournissent le plus de données dans Picartext : personne, rien, jamais, plus. Comme en français, toutes ces expressions sont susceptibles d’apparaître avec une interprétation négative en réponse elliptique, comme en (i) :
(i) À quoè qu’a leuz a servi ? À rien, Polyte ! À quoi est-ce que cela leur a servi ? À rien, Polyte ! (G. Vasseur).

10 Comme le montre cet exemple, la concordance entre le marqueur négatif et le mot-N n’est pas strictement locale, pas plus qu’entre deux mots-N en français standard (voir par exemple Godard 2004 : 363) : elle peut se faire avec un mot-N enchâssé dans une construction infinitive complément.

11 Dans les tableaux, le S indique le total d’occurrences.

12 Cette unique occurrence, citée en (i), est en fait un point coère. Nous l’excluons des décomptes, au même titre que les pas coère, cf. (ii) : ils méritent une étude spécifique.
(i) I feut no servir dins des tasses lo qu’o n’o point coére jamoais bu. (G. Vasseur) Il faut nous servir dans des tasses où on n’a encore jamais bu.
(i) Parsonne n’os- sait po coére ! Personne ne le sait encore ! (G. Vasseur)

13 Sans qu’on puisse à ce stade évaluer sa possible ressemblance avec le mica italien (Cinque, 1976). Cochet (1933 : 230) note cependant à l’entrée mie de son glossaire, pour parler de Gondecourt (Nord), qui est dans l’aire nin non étudiée ici : « ne pas (surtout avec une idée de contradiction) ».

14 Sous réserve qu’il permette, au moins dans les contextes de réfutation, une lecture de double négation.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Répartition des marqueurs postverbaux (en gras : négation principale)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 2 : Proportion de mie par rapport au total des occurrences de négations verbales dans Picartext pour chaque auteur (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Tableau 4 : Auteurs sans concordance négative avec un marqueur postverbal11
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Titre Tableau 5 : Auteurs effectuant la concordance négative uniquement avec mie
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Titre Tableau 6 : Auteurs avec spécialisation de la concordance négative
Légende Note 12
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Illustration 1 : Chute du ne préverbal dans quatre cartes de l’ALF (moitié nord).
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Illustration 2 : Répartition des marqueurs dans l’ALF (moitié nord).
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Illustration 3 : Répartition des marqueurs postverbaux dans l’ALPic et dans l’ALF.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Illustration 4 : Auteurs dans Picartext
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Titre Illustration 5 : Disponibilité de mie chez les auteurs de Picartext.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Illustration 6 : Extension du domaine de pas dans pas encore.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6786/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteur

Université de Toulouse 2 – CLLE-ERSS (UMR 5263)

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search