Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

Du surcomposé au sporadique : la négation impossible

Thierry Raeber, Louis de Saussure et Bertrand Sthioul

Texte intégral

Introduction : deux énigmes

  • 1 C’est Myriam Bras qui a attiré notre attention sur cette impossibilité lors du colloque de Belgrade (...)

1Cet article parcourt deux énigmes apparemment sans lien : l’incompatibilité de la négation avec les emplois dits « régionaux » du passé surcomposé1, d’une part, et la même incompatibilité avec les emplois dits sporadiques du verbe pouvoir (deux observations inédites à notre connaissance). Nous proposerons et documenterons l’hypothèse selon laquelle ces deux énigmes se résolvent par une seule et même explication.

2Le passé surcomposé régional a fait l’objet d’études récentes approfondies (Apothéloz, 2009 ; Wilmet, 2009 ; Saussure & Sthioul, 2012 et 2013). Il apparaît en indépendante sans complément temporel, et comporte une valeur particulière de présent parfait (de procès actuellement passé mais dont des conséquences ont encore une forme de pertinence dans le présent). Cette forme est productive et naturelle au moins dans les variétés francoprovençale (notamment suisse romande), provençale et languedocienne, mais, inconnue du français « standard », elle est rejetée par les locuteurs d’autres variétés, qui ne peuvent généralement même pas l’interpréter :

(1) J’ai eu dormi dans cet hôtel

signifie à peu près (mais seulement à peu près) : « j’ai dormi, autrefois, dans cet hôtel ». Il se trouve qu’une forme comme (1) ne peut entrer sous la portée d’une négation :

(1 ’) *Je n’ai pas eu dormi dans cet hôtel.

3Ce fait constitue en quelque sorte notre première énigme. La deuxième concerne l’aspect dit sporadique. La sporadicité est l’expression d’une récurrence temporelle, ou d’une quantification référentielle dans un ensemble, qui est occasionnelle ; elle est exprimée typiquement par le verbe pouvoir dans des structures telles que (2) ou (3), et correspondent respectivement à des structures en parfois (pour 2) ou en certains x (pour 3) :

(2) Luc peut être odieux. (Kleiber, 1983)
(3) Les Alsaciens peuvent être obèses. (Kleiber, 1983)

Nous observons que ces structures non plus ne peuvent pas être niées sans perdre leur valeur sporadique ; la négation les convertit en énoncés exprimant la simple impossibilité :

(2’) Luc ne peut pas être odieux. (*sporadique)
(3 ’) Les Alsaciens ne peuvent pas être obèses. (*sporadique)

4Il y a, de manière très générale, de quoi s’étonner du simple fait qu’un énoncé ne puisse pas être transformé du positif au négatif à cause d’une marque temporelle (ici le passé surcomposé) ou modale (ici la notion de possibilité encodée par pouvoir). L’incompatibilité de ce type d’indicateurs linguistiques avec la négation est en soi une source de surprise, puisque l’intuition, et l’hypothèse la plus naturelle qui vient à l’esprit, dotée d’un grand effet d’évidence, est que tout ou presque doit pouvoir être nié, quitte, éventuellement, à ce que la négation induise quelque effet sémantique ou pragmatique, comme la conversion d’événements en états, ou qu’elle modifie les restrictions sélectionnelles (par exemple en donnant la possibilité du subjonctif avec ne pas penser que vis-à-vis de penser que P).

  • 2 Peut-être introduit une modalité « épistémique subjective » (Lyons, 1977), non-véridicible (Kronnin (...)
  • 3 Barbet (2013 : 46) rappelle que c’est lors d’une discussion qui suivit l’intervention de J.-P. Sueu (...)
  • 4 Il y a bien évidemment toutes sortes de contraintes bien connues sur la négation au niveau syntaxiq (...)

5Certes, la transformation négative « polémique » de certaines structures épistémiques subjectives (l’adverbe peut-être, typiquement, qui n’accepte pas *pas peut-être2) a pu faire débat (pourtant il y a des énoncés négatifs épistémiques très naturels aussi simples que II ne peut pas avoir dit cela3) ; dans l’ensemble le blocage de la négation est un fait qui reste en principe confiné à des cas extrêmement spécifiques, tant il est vrai que, par principe, une variation d’un pôle vers l’autre dans le domaine des forces illocutoires est un type de transformation qui est indépendant du contenu lui-même4.

6Or dans les cas que nous observons, les énoncés mis au négatif soit changent radicalement de sens (pour les énoncés sporadiques en pouvoir) soit deviennent agrammaticaux (pour le surcomposé régional). Nous avons donc affaire à des contraintes très fortes, qui bloquent complètement la transformation à la négative.

7Dans ce qui suit, nous étudierons successivement ces deux énigmes avant d’observer en quoi elles ont toutes deux à voir avec un problème fondamental de quantification.

1. Le blocage de la négation par le passé surcomposé « régional »

8Dans Saussure & Sthioul (2012) et (2013), nous proposons une analyse unifiée du passé surcomposé (ci-après PSC) dans ses emplois « standard » et dans ses emplois régionaux, analyse sur laquelle nous revenons brièvement ci-dessous, mais qui ne nous permettait pas d’aborder la structure interne des représentations induites par le PSC, en particulier régional. C’est curieusement la négation qui se montre révélatrice. Nous commençons par quelques rappels sur ce temps verbal en général avant d’en venir plus précisément à la question de la négation avec le PSC.

9Le PSC existe en français standard :

a) après une conjonction de subordination temporelle exprimant l’antériorité ou la simultanéité :

(4) Après qu’ils ont eu causé un instant en tête-à-tête, la duchesse lui a dit [...] (Dumas, cité par Damourette & Pichon 1911-1936, V : 294)
(5) Quand la France a eu réalisé son programme révolutionnaire, elle a découvert à la Révolution toute espèce de défauts. (Renan, cité par Grevisse 1988 : 1228)

b) dans une proposition indépendante avec un adverbe exprimant le délai d’accomplissement du procès (en x minutes, vite...) :

(6) Ce petit vin nouveau [...] a eu vite grisé tous ces buveurs de bière. (Daudet, cité par Grevisse 1988 : 1228)

10Le PSC existe aussi en corrélative, habituellement rattaché au type a) (Imbs 1960 : 133) soit au type b) (Damourette & Pichon, 1911-1936, V : 227) :

(7) À peine avons-nous eu dîné que mon mari a proposé une promenade (S. Cottin, citée par Imbs, 1960 : 133).

11Le cas de (8) et (9), en proposition indépendante au sein d’une séquence narrative, est rarement relevé, et est assimilable à b) :

(8) Il a fallu la relever [l’automobile]. À une heure du matin, nous avons eu fini. (Damourette & Pichon, 1911-1936, V : 298)
(9) Il a eu tout bouffé sa galette ; alors il est revenu. (Damourette & Pichon, 1911-1936, V : 300)

12Enfin, et c’est ce qui nous intéresse ici, le PSC se rencontre aussi :

c) Dans une proposition indépendante sans complément de temps ni séquence narrative, comme dans les exemples suivants (10) à (16). Ils sont généralement considérés comme des régionalismes des domaines francoprovençal (comprenant donc la variété parlée en Suisse romande), provençal et languedocien (peut-être avec quelques nuances subtiles entre les différentes variétés, que nous laisserons ici de côté). Globalement, les locuteurs des autres variétés du français les jugent mal formés et même ininterprétables :

(10) Il a eu coupé, ce couteau. (Wagner & Pinchon, 1962 : 334)
(11) Il a eu essayé d’en vendre [des tableaux], (Saussure & Sthioul, 2012)
(12) J’en ai eu commandé [des barres chocolatées], (ibid.)
(13) J’ai eu aimé aller au cinéma.
(14) Pierre a eu été odieux.
(15) J’ai eu repeint la cuisine.
(16) J’ai eu passé la frontière sans passeport.

  • 5 Sur le plan théorique, l’existence d’inférences commandées par une forme comme le PSC uniquement da (...)

13Dans Saussure & Sthioul (2012) et (2013), ce PSC « régional » est analysé comme relevant de la même valeur sémantique que les PSC standard, mais déplaçant la pertinence pragmatique de l’énoncé au présent de l’énonciation, tandis que le PSC standard a toujours sa pertinence dans le passé. En utilisant les coordonnées de Reichenbach (1947), on dira que le PSC en usage « régional » a une pertinence à « S », S renvoyant à la coordonnée du présent de l’énonciation dans ce standard notationnel classique. Le procès E (E signale le procès ou event) y est alors décrit comme « un état ou une habitude » dans le passé, suivi temporellement par une phase également passée où il n’a pas lieu ; ceci conduit le destinataire à inférer un potentiel de réoccurrence de la situation stative ou habituelle (Saussure & Sthioul, 2013 : 89). Ainsi, le locuteur de (12), par exemple, exhibe non seulement la vérité du fait dans un passé révolu, mais aussi l’expérience du fait et donc la possibilité, au moins symbolique, de réaliser l’action à nouveau. Par cet énoncé, une buraliste genevoise répondait par la négative à un client qui demandait certaines barres chocolatées, et le PSC régional sert alors à introduire un effet subtil de politesse qui montre indirectement le caractère raisonnable de la demande du client malgré l’absence des barres en question dans l’échoppe5. De nombreux exemples élaborent explicitement cette pertinence au présent, comme la série (17) à (20) ci-dessous. Pour le détail des analyses et des arguments, nous renvoyons à Saussure & Sthioul (2012) et (2013) :

(17) Oui, j’ai des attaques de panique, non, je ne suis pas dépressive (je l’ai eu été, par contre... l’un pouvant entraîner l’autre). (Google)
(18) Il a l’habitude de jouer au plus haut niveau, puisqu’il a eu été 63e mondial. (Google)
(19) J’ ai eu aimé Murat, mais j’ai l’impression qu’il tombe dans la facilité. (Google)
(20) Elle ne veut plus prendre que du lait. Pourtant, elle a eu mangé. Mais depuis le mois de septembre, elle ne mange plus. (Damourette & Pichon, 1911-1936, V : 301)

14Comme nous l’avons signalé en introduction, les analyses de Saussure & Sthioul (2012) et (2013) ne portent pas sur la structure interne du procès représenté par un PSC « régional ». Une clé décisive à cet égard est justement l’incompatibilité de la négation avec cet emploi du PSC.

15Il faut d’abord remarquer que la négation est parfaitement compatible avec les emplois standard du PSC. Ainsi, tous les cas répertoriés dans la typologie ci-dessus en a) et b) se comportent de manière parfaitement normale vis-à-vis de la négation. Ainsi de (21) et (22) en subordonnée (cas a) :

(21) Ma cousine n’a pas voulu me rendre mon carnet tant qu’elle n ’a pas eu fini de lire (F. Rondelet, citée in blog internet de C. Brunet).
(22) Là je mange des guimauves en me disant que je ne devrais pas parce que c’est vraiment pas bon pour moi sauf que je ne peux pas m’arrêter, c’est devenu comme une dépendance. Hier, je n’avais pas mangé de guimauves de la journée alors je n’ai pas réussi à m’endormir tant que je n ’ai pas eu mangé mes guimauves, (forum internet)

Et de (23) où le PSC apparaît dans une séquence narrative (cas b) :

(23) Et faut pas t’en faire, les enfants ne vont pas se laisser mourir de faim. La mienne n ’a pas eu mangé 2-3 jours (mais toujours le biberon) et d’un coup, au souper du 2e jour, et bien, elle mangeait bonnement, (forum internet)

16La négation est en revanche incompatible avec l’emploi régional du PSC. De tels cas, dont voici un échantillon, sont jugés impossibles par les locuteurs des variétés où la version positive apparaît naturelle (25 reprend 1’) :

(24) *Je n’ai pas eu aimé aller au cinéma.
(25) *Je n’ai pas eu dormi dans cet hôtel.
(26) *Je n’ai pas eu repeint la cuisine.
(27) *Je n’ai pas eu passé la frontière sans passeport.

Apothéloz (2009) voit le PSC régional comme un équivalent du passé composé à valeur d’expérience : la forme régionale en serait un substitut. Cette proposition recèle à n’en pas douter une vérité : le PSC, nous l’avons dit, évoque un effet d’expérience. Toutefois, outre le fait que le PSC régional induit des inférences qui ne sont pas imposées par le passé composé (le potentiel de réoccurrence), il faut convenir que le PSC régional ne représente pas le procès selon la même structure que le passé composé, puisque ce dernier admet sans problème la négation, même avec une interprétation niant l’« expérience » révolue (prenant alors le sens de jamais) :

(24’) Je n’ai pas aimé aller au cinéma.
(25’) Je n’ai pas dormi dans cet hôtel.
(26’) Je n’ai pas repeint la cuisine.
(27’) Je n’ai pas passé la frontière sans passeport.

  • 6 Cf. Wilmet (2009) et la discussion qui en est faite dans Saussure & Sthioul (2013).

C’est donc qu’il y a un paramètre dans la représentation donnée par le PSC qui est absent du passé composé, et qui a comme conséquence observable le blocage de la négation. Le PSC donne par conséquent à voir le procès selon une structure aspectuelle spécifique, distincte de celle fournie par le passé composé non seulement en ce qui concerne la perfection du procès (la double composition suggère en effet une forme de double perfection6) mais aussi dans une dimension qui reste à déterminer et qui interagit de manière inattendue avec la négation.

2. Négation et aspect sporadique

  • 7 Pour rappel : les prédicats téliques sont ceux qui impliquent leur propre fin (ils doivent être ter (...)

17La négation est connue pour imposer normalement une situation non télique7 : si le procès est télique, la négation le rend non télique (sauf dans les cas particuliers que nous allons regarder ci-dessous). Elle introduit typiquement un état où rien ne se passe (de tel que la situation décrite par le prédicat). Au niveau sémantique, la négation n’introduit donc normalement pas d’événement (elle empêche toute « culmination ») et donc bloque tout changement. Cette conversion s’opère à la fois bien sûr d’abord au plan de l’aspect « lexical » : ne pas trouver ses clés n’est pas un événement, au contraire de trouver ses clés qui est un achèvement. Les choses sont cependant très complexes dès qu’on y regarde de près, et la négation est connue pour répondre assez mal aux tests classiques de la télicité, introduisant des lectures à différentes portées, des lectures polémiques, etc., qui perturbent l’observation de ses propriétés aspectuelles. Pour l’instant, notons déjà les points suivants :

a) La négation, tout naturellement, s’accorde parfaitement avec les prédicats non téliques, quel que soit l’aspect grammatical (et donc le temps verbal) :

(28) Je ne connais pas Paul / Je ne connaissais pas Paul / Je n’ai pas connu Paul...
(29) Il ne pleut pas / Il ne pleuvait pas / Il n’a pas plu...

b) Un prédicat événementiel reçoit une lecture aspectuellement stative même avec un temps perfectif (qui ne fait que borner la situation) :

(30) Pierre n’est pas venu à la soirée.

Une lecture typique de (30) est que le prédicat est déclaré vrai sur la durée complète de la soirée. Ainsi, ce n’est pas un événement ponctuel qui est introduit, malgré le perfectif, mais bien un état.

18Cependant, la négation introduit parfois des « événements négatifs », situations très particulières dans lesquelles le temps du procès reste bel et bien défini. Ces cas ont été discutés depuis Partee (1973) (mais la littérature sur cette question n’est malgré tout pas très abondante). Partee (1973) évoque le cas d’une personne disant Je n ’ai pas éteint la cuisinière au troisième virage du départ en vacances : ici, quelque chose a eu lieu qui est la non-extinction de la cuisinière. L’explication de ces cas fait encore débat ; on parle, en tout cas depuis Horn (1989), d’événements négatifs (negative events) :

(31) Je n’ai pas payé mes impôts.
(32) Pierre n’est pas allé à la messe.
(33) Ce qui s’est passé ensuite, c’est que le consulat ne nous a pas délivré nos visas. (Horn 1989, notre trad.)

De tels énoncés sont événementiels, comme le montre leur compatibilité avec l’ordre temporel (déjà observable en (33)) :

(34) Ensuite, je n’ai pas payé mes impôts.
(35) Pierre a rencontré Max en sortant de chez lui dimanche matin, et ils sont allés boire un verre au bistrot. Ensuite il n’est pas allé à la messe.

19En (34), l’énoncé représente un événement de ne pas payer ses impôts, événement qui a lieu à un certain moment fourni par le passé composé et le connecteur temporel. En (35), de même, on comprend qu’il s’est bien produit quelque chose, à savoir ne pas aller à la messe (Pierre). Dans Saussure (1998) et (2000), l’explication pragmatique suivante est proposée : dans certains contextes, les énoncés négatifs prennent leur pertinence seulement quand la portée de la négation est restreinte au prédicat seul et non à la temporalité indiquée par le temps verbal, laquelle reste assertée et pertinente. Cette temporalité assertée demandant saturation, on infère alors que quelque chose s’est produit, un événement, mais qui est incompatible avec le procès nié. En (33) par exemple, le locuteur asserte qu’un procès a bien eu lieu mais qu’il est incompatible avec la délivrance des visas, ce qui est une manière économique de communiquer pragmatiquement le refus, la déception qui suit, et toutes sortes d’inférences qui seraient complexes à dérouler plus explicitement.

20Le temps verbal n’est pas anodin dans l’invitation à tirer une inférence de type « événementielle » à partir d’un énoncé négatif, même s’il n’est pas déterminant. Notamment, le passé simple du français peut favoriser une interprétation événementielle à cause de sa perfectivité, tout en conduisant à une accommodation pragmatique du procès. Ainsi, quelque chose comme Pierre ne paya pas ses impôts, s’il ne s’agit pas de communiquer que Pierre a été longtemps dans l’état de ne pas payer ses impôts, pourra se lire facilement comme Pierre oublia / refusa de / omit de payer ses impôts au moment où il aurait dû le faire, l’accommodation pragmatique étant facile à réaliser par inférence, tout en restant relativement indéterminée. Selon les contextes, une lecture similaire pourrait surgir également pour (30) (Pierre n ’est pas venu à la soirée).

21Mais le cas du PSC « régional » s’avère encore différent, car il est insensible à cet effet de « négation d’événement ». Il continue, même avec des prédicats qu’on donne pour typiques de la négation d’événements, de refuser la négation purement et simplement. (36) et (37) sont si étranges qu’ils prêtent à rire pour les locuteurs des variétés où leurs versions positives sont en même temps très naturelles :

(36) * J’ai pas eu payé mes impôts.
(37) *Le consulat ne nous a pas eu délivré notre visa.

22Le PSC régional impose une structure aspectuelle qui est, pour des raisons qu’il conviendra alors de découvrir, non seulement incompatible avec la négation « normale », mais même avec la négation d’événements. C’est a priori fort étrange puisque la négation d’événements introduit justement par inférence un événement parfaitement positif.

23Nous suggérons que c’est l’aspect dit sporadique, relativement peu documenté, qui présente précisément cette particularité de blocage de la négation.

  • 8 La littérature les nomme sporadiques (« sporadic ») depuis Boyd & Thorne (1969 : 72). C’est Kleiber (...)

24L’aspect sporadique est typiquement marqué en français par le verbe pouvoir. Cet emploi existe aussi avec can en anglais et des constructions comparables sont présentes dans de nombreuses langues. Les emplois dits « sporadiques » de pouvoir ont été remarqués d’abord par Palmer (1965)8 et correspondent à des exemples comme (38) ou (39), qui s’interprètent comme (40) et (41), à savoir comme vrais en certains moments irréguliers et imprévisibles :

(38) Luc peut être odieux. (Kleiber 1983)
(39) Les discours peuvent être révélateurs. (D’après Palmer 1988)
(40) Luc est parfois odieux.
(41) Les discours sont parfois révélateurs.

25Des adverbes comme quelquefois ou parfois introduisent également une quantification temporelle sporadique (au contraire de régulièrement ou souvent qui impliquent respectivement une forme de régularité ou de prévisibilité). L’aspect sporadique se distingue ainsi de l’aspect itératif ou habituel.

  • 9 Bien entendu, la valeur sporadique du verbe pouvoir n’est pas sans lien avec les valeurs modales de (...)

26Le fait remarquable est qu’avec la négation, le caractère acceptable de l’énoncé ne se maintient que s’il cesse d’avoir un sens sporadique. Sous l’effet de la négation, le sens sporadique disparaît en effet au profit d’une autre valeur du verbe pouvoir, une valeur modale (épistémique ou radicale selon les contextes). De la sorte, ne pas pouvoir P s’interprète dans un sens d’impossibilité quelconque (matérielle ou épistémique selon le contexte). Autrement dit, la négation ne peut pas porter sur la sporadicité ; l’énoncé ne se maintient qu’au profit d’un changement de sens du verbe pouvoir9. Ainsi de (42) (repris de (2)) et de (43) :

(42) Luc ne peut pas être odieux. (*sporadique)
(43) Les discours ne peuvent pas être révélateurs. (*sporadique)

(42) ne peut pas s’interpréter comme un « non sporadique », c’est-à-dire quelque chose qui signifierait approximativement Jean est non-occasionnellement odieux. Au contraire, (42) ne peut signifier que II est impossible que Jean soit odieux ou II est impossible à Jean d’être odieux. Là où nous aurions théoriquement pu attendre une propriété (odieux) non sporadique, nous obtenons son impossibilité (et donc son absence d’occurrence). Toute idée d’événement irrégulier et imprévisible a disparu avec la négation. De même pour (43) qui ne communique aucunement que les discours sont non-occasionnellement révélateurs, mais plutôt qu’il est impossible à tout discours d’être révélateur. Ce qui était une quantification partielle (des moments extraits sur un espace temporel), devient une quantification universelle négative. Ce qui est surprenant, ce n’est pas la transformation modale elle-même, c’est le caractère obligatoire d’une telle conversion : rien ne devrait empêcher, en théorie du moins, l’expression de quelque chose comme non-sporadique (P), à savoir le caractère « autre que sporadique » d’un procès. Pourtant, c’est bien ce que nous serons amenés à conclure.

27Nous avons indiqué plus haut que l’incompatibilité de la négation avec une proposition pour des raisons modales ou temporelles est tout à fait surprenante. Il y a donc fort à croire que les deux énigmes que nous avons observées jusqu’ici ont une seule et même source. Puisque l’aspect sporadique indique la vérité occasionnelle d’un fait, et qu’il est lui aussi problématique avec la négation, l’hypothèse la plus évidente est que l’impossibilité de nier un énoncé au PSC régional provient d’une valeur sporadique du PSC lui-même dans ses emplois du type régional.

28La question à résoudre est donc celle-ci : pourquoi la négation est-elle impossible avec l’aspect sporadique ? Notre hypothèse est que cette impossibilité a encore une cause plus profonde, qui concerne les relations entre l’opérateur négatif et les quantifieurs partiels indéterminés.

3. Sporadicité et quantification partielle indéterminée

29Il est important de remarquer que l’aspect sporadique n’est qu’une des multiples manifestations de la sporadicité. En effet, les constructions sporadiques en pouvoir, lorsqu’elles sont au pluriel, peuvent recevoir différentes interprétations. Dans certains cas, l’interprétation reste aspectuelle, concernant la structure d’un procès et sa temporalité propre ; mais dans d’autres cas, elle est ambiguë, semblant impliquer à la fois l’aspect et la quantification existentielle (la « sporadicité référentielle » chez Kleiber, 1983). Enfin, elle signale également parfois une quantification existentielle qui n’a plus rien de temporel-aspectuel.

30Ainsi, (44) est ambigu entre une interprétation qui signifie que certains lions sont dangereux de nature et une autre interprétation qui veut que les lions en général soient occasionnellement dangereux :

(44) Les lions peuvent être dangereux, (d’après Leech, 1969)

En (45), la colocation d’un sujet pluriel et d’une propriété permanente empêche toute interprétation aspectuelle de pouvoir mais lui maintient un caractère « sporadique » sur le plan de la quantification existentielle :

(45) Les Alsaciens peuvent être obèses. (Kleiber, 1983 d’après Boyd & Thorne, 1969)

Le fait notable est bien entendu que même dans le cas de la quantification existentielle, la négation est exclue. Reprenons (45). Si cet énoncé positif signale le fait que certains Alsaciens sont obèses, sa négation (46) ne parvient pas à communiquer que pas certains Alsaciens sont obèses :

(46) Les Alsaciens ne peuvent pas être obèses.

Au contraire, (46) signifie tout simplement qu’il est impossible aux Alsaciens d’être obèses, ce qui implique qu’aucun Alsacien n’est obèse. Or pas certains n’implique pas aucun. Nous sommes donc ici dans une situation identique à celle de la sporadicité aspectuelle (ou « temporelle » dans les termes de Kleiber, 1983).

31La sporadicité, qu’elle soit aspectuelle ou référentielle, repose donc sur un type particulier de quantification, qu’on peut appeler quantification partielle indéterminée, et c’est ce type de quantification qui est imposé par le PSC régional. Par quantification partielle indéterminée (ci-après QPI), nous entendons une quantification qui n’est pas universelle mais qui n’est pas non plus spécifiée ; c’est par exemple la quantification introduite par quelques, certains, quelquefois, parfois (au contraire de la plupart de ou souvent, par exemple, qui donnent bien une quantification partielle, mais qui n’est cependant pas indéterminée). C’est donc la QPI, plus que la sporadicité en elle-même, qui est incompatible avec la négation.

32Ce qui reste à introduire dans notre discussion concerne donc les raisons fondamentales pour lesquelles négation et QPI ne font pas bon ménage. Tout tient, suggérons-nous, à un fait éminemment pragmatique : nier un quantifieur partiel indéterminé ne peut pas être pertinent. C’est à détailler ce point qu’est consacré ce qui suit.

4. Négation et quantification partielle indéterminée

33La plupart des quantifieurs peuvent être niés de manière parfaitement pertinente : de pas tous, on peut inférer pragmatiquement une certaine quantification orientée vers moins que tous. De pas la plupart, on peut tirer par inférence moins que la plupart, ou dans une lecture métalinguistique (échoïque) ou polémique, tous. De pas beaucoup, on peut tirer moins que beaucoup. De pas souvent, on peut tirer moins souvent que souvent. Certains contextes autorisent aussi une négation « majorante » ou litotique, comme dans Ce n ’est pas peu dire.

34Les quantifieurs introduisant une QPI, cependant, résistent : tenter de faire porter une négation sur un quantifieur indiquant la QPI pose problème. En (47) ou (48), par exemple, il est intuitivement impossible de déterminer une quelconque quantification :

(47) *Je n’arrive pas parfois en retard en cours.
(48) *Pas certains Alsaciens sont obèses.
(49) *Il n’arrive pas occasionnellement que le train soit en retard. (hors lecture échoïque)

La raison de l’incompatibilité de la négation avec la QPI est selon nous pragmatique.

Soit (50) :

(50) *Pas quelques étudiants sont venus.

La négation d’une QPI, par exemple (50) – mais la même chose vaut pour la série (47)– (49) – mène à deux inférences théoriques qui sont à la fois opposées, incompatibles et équiprobables donc indécidables. En (50), les deux inférences possibles sont soit que aucun étudiant n’est venu, soit que tous les étudiants sont venus. Ceci, alors même que les quantifieurs universels seraient directement pertinents.

35Autrement dit, rien ne vient justifier le choix d’une forme de type neg-QPI : par son ambiguïté, elle met deux interprétations en concurrence, et il se trouve qu’elles correspondent à des quantifications universelles opposées, qui sont elles-mêmes par ailleurs disponibles avec d’autres quantifieurs explicites et non ambigus.

36C’est également pour cette raison qu’en (47), (48) et (49), on ne peut se livrer qu’à des conjectures sans pouvoir se résoudre à opter pour une des deux quantifications aucun et tous / jamais et toujours, par ailleurs impossibles à justifier. En d’autres termes, cette ambiguïté ne se résout pas en contexte car elle n’est pas pragmatiquement productive : il est impossible de justifier par une inférence le choix du locuteur de n’avoir pas opté pour le quantificateur non ambigu.

37Cette ambiguïté fondamentale pragmatique explique, au bout du compte, le caractère non naturel des énoncés négatifs sporadiques, au nombre desquels nous comptons les énoncés au PSC dans leurs usages « régionaux ».

38Bien entendu, il suffit que la négation ne porte pragmatiquement plus sur la quantification mais seulement sur le prédicat et l’énoncé redevient parfaitement naturel, qu’il s’agisse d’une lecture échoïque ou non. Dans les exemples suivants, la portée de la négation s’adapte contextuellement pour maintenir une présupposition existentielle pertinente :

(51) ITunes ne lit pas quelques musiques. (Google)
(52) Je ne comprends pas quelques paroles de cette chanson. (Google)

(51) et (52) (qui ne sont par ailleurs pas très heureux) se lisent respectivement comme II existe des musiques, au nombre de « quelques », que ITunes ne lit pas et II existe des paroles de cette chanson au nombre de « quelques » que je ne comprends pas. Ainsi, dans de tels cas, bien entendu, la quantification est non pas niée mais bel et bien assertée.

39C’est une lecture argumentative qui s’impose dans d’autres contre-exemples apparents, où la négation ne porte en fait pas sur le quantifieur mais sur le prédicat, qui intervient dans une question à orientation positive :

(53) T’as pas quelques pièces pour acheter une bière ?
(54) Vous n’auriez pas quelques références à me donner ?

40On peut d’ailleurs parfaitement imaginer une question orientée argumentativement au PSC, du type de (55) :

(55) Est-ce que tu n’as pas eu dormi dans cet hôtel ?

41Ce genre de cas de figure est globalement semblable à des négations d’événements avec pouvoir sporadique. Le placement de la négation induit alors cette interprétation en cessant de porter sur l’aspect sporadique (et donc, comme on l’a indiqué, sur la quantification) :

(56) Luc peut ne pas être odieux,

signifie bien évidemment qu’il arrive occasionnellement que Luc soit autre chose qu’odieux. La même chose vaut avec la sporadicité référentielle, par exemple avec Les Alsaciens peuvent ne pas être obèses.

42C’est exactement ce qui se produit avec le PSC : le placement du forclusif devant le prédicat (qui d’ailleurs entraîne la disparition de la particule ne) déplace la portée de la négation sur ce prédicat seul et non plus sur la donnée aspecto-temporelle qui est donc assertée et doit être pragmatiquement saturée par un événement « positif ». Le prédicat est alors linguistiquement représenté par la structure pas-V, et l’énoncé asserte que, occasionnellement, un procès a bien eu lieu, celui de « ne pas payer ses impôts », par exemple, ou de « ne pas manger pendant trois jours » :

(57) J’ai eu pas payé mes impôts.
(58) J’ai eu pas mangé pendant trois jours.

En revanche, le placement du forclusif à l’intérieur des auxiliaires, c’est-à-dire à l’intérieur même de la forme verbale, fait porter la négation sur la valeur aspectuelle et donc sur la quantification sporadique. L’énoncé cesse alors d’être interprétable ; nous sommes dans le cas de figure alors énigmatique par lequel nous commencions cet article :

(59) *Je n’ai pas eu payé mes impôts.
(60) *J’ai pas eu mangé pendant trois jours.

Dans un tel cas, donc, l’accommodation pragmatique de la portée de la négation est bloquée par la structure linguistique (ce point est intéressant sur le plan théorique, puisqu’il permet, en passant, de remarquer une nouvelle fois la valeur pragmatique de certains morphèmes grammaticaux, ici un temps verbal).

Remarques conclusives

43Notre analyse soulève deux problèmes apparents qu’il convient encore de résoudre.

44Premièrement, si le PSC « régional » implique un aspect sporadique, il pourrait sembler inattendu qu’il se combine sans peine avec des états. En effet, les états impliquent une permanence homogène sur la durée de leur occurrence, alors que l’aspect sporadique suppose des procès qui se « produisent » de manière occasionnelle. Ainsi de (61) :

(61) J’ai eu été enfant moi aussi.

45Il faut préciser ici que la sporadicité en soi n’exclut pas du tout les procès atéliques ni même statifs. Il peut faire froid la nuit dans les plaines ou Je suis parfois fatigué n’ont rien d’étranges : des activités ou des états peuvent naturellement exister de manière occasionnelle. Ce sont des états dotés d’un caractère permanent et/ou unique qui posent problème : on ne peut pas être enfant à plusieurs reprises, par exemple, car cela suppose de cesser de l’être puis de le redevenir à nouveau, choses impossibles selon nos connaissances encyclopédiques. Avec (61), c’est cependant une autre lecture qui émerge, qui correspond à peu près à A plusieurs reprises, j ’ai éprouvé le fait d’être enfant. Ce n’est là rien d’autre que la valeur d’expérience identifiée par Apothéloz (2009) ; cette valeur d’expérience est, pensons-nous, directement liée à l’aspect sporadique. D’autres cas le montrent de manière plus immédiate, comme (62), dont l’interprétation évidente est II m’est arrivé d’apprécier aller au cinéma ou quelque chose de ce genre :

(62) J’ai eu aimé aller au cinéma.

46Deuxièmement, le PSC n’est pas complètement incompatible avec une lecture singulière. Par exemple, (1), que nous répétons ici :

(1) J’ai eu dormi dans cet hôtel,

est, dans les faits, compatible avec une seule expérience de nuit passée dans l’hôtel ; cependant, utilisé de la sorte, cet énoncé se chargera d’autres inférences. Il s’agit d’un type de cas limite ; toutefois, de tels énoncés s’expliquent par un effet d’expérience familière, caractéristique d’une période ou identifiant une propriété de l’individu : l’événement est vu comme reproductible et marquant. L’effet est ici sensiblement similaire à celui que produit la locution verbale arriver de P comme II m’est arrivé de dormir dans cet hôtel, qui privilégie certes une lecture plurielle, mais dont le caractère occasionnel n’est pas pour autant annulé par une lecture singulière, si l’on saisit que le PSC manifeste une expérience particulière dotée d’un potentiel de réoccurrence. De telles propriétés sont complètement absentes de l’équivalent standard au PC J’ai dormi dans cet hôtel qui semble sémantiquement beaucoup plus factuel.

47On peut encore remarquer, dans cette même perspective, que le PSC se distingue également de l’imparfait lorsqu’il s’agit de désigner des propriétés générales ; ainsi, (63) et (64) sont différents, respectivement, de (63’) et (64’) en ce sens que les énoncés à l’imparfait sont compatibles avec des mondes où le couteau n’a, de fait, jamais rien coupé et où aucun chien n’a, de fait, jamais été accepté dans l’hôtel, ce qui est totalement exclu par le PSC (comme par la locution arriver que P) :

(63) Il a eu coupé, ce couteau.
(63’) Il coupait, ce couteau.
(64) Cet hôtel a eu accepté les chiens.
(64’) Cet hôtel acceptait les chiens.

48La sporadicité portée par le PSC dans sa variante régionale est peut-être directement liée à son effet pragmatique plus général, posé par Saussure & Sthioul (2012 et 2013) en termes de pertinence au moment de l’énonciation. En effet, cette pertinence est elle-même en lien avec une notion d’expérience vécue dans le passé (selon l’intuition d’Apothéloz, 2009), dont il convient de tirer des conséquences dans le présent, notamment l’idée d’un potentiel de réoccurrence. Des expériences portant ce potentiel sont typiquement (bien que pas strictement obligatoirement) répétées.

Bibliographie

Bibliographie

APOTHÉLOZ Denis, 2009, « La quasi-synonymie du passé composé et du passé surcomposé dit ‘régional’ », Pratiques n° 141-142, p. 98-120.

BARBET Cécile, 2013, Sémantique et pragmatique des verbes modaux du français, thèse de doctorat, Université de Neuchâtel, ms., 582 p.

BARBET Cécile & Luis de SAUSSURE, 2012, « Sporadic aspect as a pragmatic enrichment of root modality », in Cinzia Russi C. & Chiyo Nishida C. (eds), Building a bridge between communities of the Old and New Worlds : Current research in tense, aspect, mood and modality, New York, Rodopi, p. 25-43.

BOYD Julian, & James P. THORNE, 1969, « The deep grammar of modal verbs », Journal of linguistics n° 5, p. 57-74.

DAMOURETTE Jacques & Edouard PICHON, 1911-1936, Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, tome V, Paris, D’Artey.

DAVID Jean & Georges KLEIBER, 1983, La notion sémantico-logique de modalité : Actes du colloque de Metz, Paris, Klincksieck.

GREVISSE Maurice, 1988, Le bon usage, Bruxelles, Duculot.

HORN Laurence R., 1989, A Natural history of négation. Chicago, University of Chicago Press.

IMBS Paul, 1960, L’emploi des temps verbaux en français moderne. Essai de grammaire descriptive, Paris, Klincksieck.

KLEIBER Georges, 1983, « L’emploi sporadique du verbe « pouvoir » en français », in Jacques David, Georges Kleiber (éds), La notion sémantico-logique de modalité, Paris, Klincksieck, p. 183-203.

KRONNING, Hans, 1996, Modalité, cognition et polysémie : sémantique du verbe modal « devoir », Uppsala – Stockholm, Almqvist & Wiksell International.

LEECH Geoffroy N., 1969, Towards a Semantic Description of English, London, Longman.

LYONS John, 1977, Semantics, Cambridge, Cambridge University Press.

NUYTS Jan, 1992, « Subjective and Objective Modality : What is the Différence ? », in Micheal Fortescue, Peter Harder & Lars Kristoffersen (eds), Layered Structure and Reference in a Functional Perspective, Amsterdam, John Benjamins, p. 73- 97.

PALMER Frank Robert, 1965, A linguistic study of the English verb, London, Longman.

– , 1988, The English Verb, London, Longman, deuxième édition révisée. 1re éd : 1974.

PAPAFRAGOU Anna, 2006, « Epistemic modality and truth conditions », Lingua n° 116, p. 1688-1702.

PARTEE Barbara Hall, 1973, « Some structural analogies between tenses and pronouns in English », Journal of Philosophy n° 70, p. 601-609.

REICHENBACH, Hans, 1947, Eléments of symbolic logic, New York, Free Press.

SAUSSURE, Louis de, 1998, « La temporalité dans la négation d’événements : problèmes d’ordre et d’encapsulation », in Svetlana Vogeleer, Andrée Borillo, Carl Vetters & Marcel Vuillaume (éds.) : Temps et discours, Louvain-la-Neuve, Peeters, p. 95-11.

– , 2000, Pragmatique temporelle des énoncés négatifs, Université de Genève (Thèse).

– , 2003, Temps et pertinence, Bruxelles, De Boeck.

– , 2011, « On some methodological issues in the conceptual / procédural distinction », in : V. Escandell-Vidal, M. Leonetti & A. Ahem (eds), Procédural Meaning. Problems and Perspectives, Bingley, Emerald, p. 55-79.

– , 2012, « Commentaires sporadiques sur le pouvoir de Kleiber », in Andrée Borillo, Luis de Saussure & Marcel Vuillaume (eds), Grammaire, lexique, référence. Regards sur le sens, Berne, Lang, p. 231-250.

– , à paraître, « Verbes modaux et enrichissement pragmatique », Langages.

SAUSSURE Louis de & Bertrand STHIOUL, 2012, « The surcomposé tenses », in Robert BINNICK (ed) : The Oxford handbook of Tense and Aspect, Oxford University Press, p. 586-610.

– , 2013, « Formes et interprétations du passé surcomposé : unité sémantique d’une variation diatopique », Langages n° 188, 75-94.

WAGNER Robert-Léon & Jacqueline PINCHON, 1962, Grammaire du français classique et moderne, Paris, Hachette.

WILMET Marc, 2009, « Le passé surcomposé sous la loupe », Journal of French Language Studies n° 19, p. 381-399.

Notes

1 C’est Myriam Bras qui a attiré notre attention sur cette impossibilité lors du colloque de Belgrade L’expression de l’espace et du temps, mars 2011.

2 Peut-être introduit une modalité « épistémique subjective » (Lyons, 1977), non-véridicible (Kronning, 1996) ou « inscrutable » (Papafragou, 2006). Cf. aussi Nuyts (1992).

3 Barbet (2013 : 46) rappelle que c’est lors d’une discussion qui suivit l’intervention de J.-P. Sueur au colloque de Metz de 1981 qu’Andrée Borillo a signalé la possibilité d’interpréter II ne peut pas avoir dit cela comme signifiant il ne se peut pas qu ’il ait dit cela (cf. David & Kleiber, 1983 : 181-182).

4 Il y a bien évidemment toutes sortes de contraintes bien connues sur la négation au niveau syntaxique, ainsi qu’en ce qui concerne la force illocutoire ; ainsi la négation est mal compatible avec les exclamatives, par exemple (*Qu ’est ce que tu n ’es pas intelligent !), mais il s’agit-là de problèmes qui n’ont rien à voir avec le temps, l’aspect ou la modalité.

5 Sur le plan théorique, l’existence d’inférences commandées par une forme comme le PSC uniquement dans certaines variétés du français est un fait qui s’explique bien par le caractère procédural des temps verbaux, items grammaticaux dévolus à des fonctions pragmatiques. Voir notamment à cet égard Saussure (2003) et (2011).

6 Cf. Wilmet (2009) et la discussion qui en est faite dans Saussure & Sthioul (2013).

7 Pour rappel : les prédicats téliques sont ceux qui impliquent leur propre fin (ils doivent être terminés pour avoir eu lieu et sont donc orientés vers un but), comme ranger sa chambre. Les prédicats non téliques n’ont pas besoin d’être terminés pour avoir eu lieu ; ainsi de courir qui est vrai dès lors que l’on court, indépendamment de toute idée de terminaison ou de finalité.

8 La littérature les nomme sporadiques (« sporadic ») depuis Boyd & Thorne (1969 : 72). C’est Kleiber (1983) qui analyse le premier les emplois sporadiques de pouvoir en français. Voir Barbet & Saussure (2013) et Saussure (2012) pour une revue de la littérature et une analyse détaillée de ces emplois.

9 Bien entendu, la valeur sporadique du verbe pouvoir n’est pas sans lien avec les valeurs modales de ce verbe, et de plus la possibilité s’analyse parfois comme un type de quantification existentielle ; ce n’est donc bien évidemment pas d’un changement de signification du verbe qu’il s’agit. Dans Barbet & Saussure (2013), il est suggéré que pouvoir sporadique est un enrichissement pragmatique de la modalité radicale dynamique (la capacité) ; il est théoriquement possible aussi que pouvoir sporadique relève en fait de la possibilité la plus abstraite qui soit, mais cette option pose d’autres problèmes d’analyse (cf. Saussure à paraître).

Auteurs

Université de Neuchâtel

Université de Neuchâtel

Université de Genève

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search