Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

La négation à longue portée en français et en allemand. Essai de comparaison

Georges Kleiber et Marcel Vuillaume

Texte intégral

Introduction

1Notre propos sera de comparer deux phénomènes de « négation à longue portée » en français et en allemand, en montrant que les différences qu’on constate sont liées aux propriétés syntaxiques du syntagme verbal dans l’une et l’autre langue.

2Dans Comulier, Kleiber et Vuillaume (2011), nous avons étudié un phénomène méconnu de négation à longue portée en français qu’on peut illustrer par l’exemple (1) ci-dessous :

(1) Aujourd’hui, on commence pas à travailler à dix-sept ans et on fait toute sa carrière dans la même entreprise.

Cet énoncé a été produit pendant un débat télévisé par un chef d’entreprise qui voulait signifier, non pas qu’on ne peut pas commencer à travailler à dix-sept ans et qu’on fait toute sa carrière dans la même entreprise, mais que les personnes qui entrent jeunes dans la vie active doivent se préparer à changer plusieurs fois d’employeur au cours de leur carrière. Autrement dit, en exprimant grammaticalement la négation dans la première proposition, il voulait en fait exprimer l’incompatibilité des deux propositions, donc nier la conjonction de P (= on commence à travailler à 17 ans) et de Q (= on fait toute sa carrière dans la même entreprise). Précisons tout de suite que la structure logique de (1) ne correspond cependant pas à la négation de la conjonction de P et de Q, comme il ressort de la table de vérité ci-dessous :

P

Q

¬(P & Q)

1

V

V

F

2

V

F

V

3

F

V

V

4

F

F

V

Le locuteur de (1) se plaçait en effet dans l’hypothèse où on commencerait à travailler à dix-sept ans et voulait dire que, dans ce cas, on ne pouvait faire toute sa carrière dans la même entreprise. Il n’envisageait donc que la ligne 2 de la table ci-dessus. Il n’en reste pas moins que la négation a ici une portée plus vaste que la seule proposition grammaticale dans laquelle elle apparaît.

Mais, comme nous le montrerons tout à l’heure, la négation à longue portée n’est possible qu’en discours. Elle ne se conçoit en effet que moyennant un traitement préalable des informations véhiculées par les propositions conjointes.

3On rencontre en allemand des exemples qui, à première vue, ressemblent beaucoup au phénomène observé en français et dont voici une illustration – (2) – suivie de sa traduction mot à mot – (2a) – et d’une traduction plus élaborée – (2b) :

(2) [...] eine solche Frau verzichtet nicht einfach auf ihr Vaterland
und bittet um Asyl in Frankreich ! (Konsalik, H.G., Natascha, 12)

(2a)

(2b) Une femme comme elle ne va pas renoncer purement et simplement à sa nationalité pour demander asile en France.

Comme on le voit, la négation nicht n’apparaît que dans la première proposition, mais porte manifestement sur les deux. Cependant, comme on le verra, la ressemblance entre l’exemple (1) et l’exemple (2) est purement superficielle. Si, en français, la structure sémantique ne coïncide pas avec la structure syntaxique, ces deux structures, en allemand, sont isomorphes, et c’est pourquoi un exemple tel que (2) ne requiert aucun contexte discursif préalable.

1. La négation à longue portée en français ou la négation anaphorique

4Avant d’aborder l’analyse de la négation à longue portée en français, on donnera quelques exemples supplémentaires :

– Exemple 1

Deux jeunes filles – appelons-les Marie et Jeanne – ont choisi un jour pour aller ensemble à la plage. Mais la mère de Jeanne demande à sa fille de rester ce jour-là à la maison. Jeanne, désolée, fait part de ce contretemps à son amie, tout en l’encourageant à aller quand même à la plage, mais celle-ci s’y refuse en déclarant :

(3) Je vais pas aller à la plage, et toi tu restes à la maison.

Hors contexte, (3) pourrait exprimer la conjonction d’une proposition négative et d’une proposition affirmative. Mais, dans la situation décrite, Marie veut signifier à Jeanne que, si cette dernière reste à la maison, elle-même n’ira pas à la plage (ligne 3 de la table de vérité ci-dessus), ou peut-être qu’elle ira à la plage si Jeanne désobéit à sa mère et se décide à accompagner Marie (ligne 2 de la table).

– Exemple 2

M. Dupont a subi une opération chirurgicale, et on lui a prescrit de faire effectuer six semaines plus tard, au cabinet du chirurgien qui l’a opéré, une radio de contrôle. La femme de M. Dupont se demande si, après la radio de contrôle, son mari sera examiné par le chirurgien – à quoi M. Dupont réplique :

(4) Je pense que je le verrai. Je vais pas faire une radio de contrôle, puis c’est les infirmières qui jugent.

Ce que veut dire M. Dupont, c’est qu’il est exclu qu’on lui fasse une radio de contrôle et que celle-ci soit ensuite interprétée par les infirmières, alors que c’est de la compétence du chirurgien.

Comme il est entendu que la radio de contrôle sera effectuée, l’interprétation pertinente ne peut correspondre qu’à la ligne 2 de la table (la radio de contrôle sera faite, mais elle ne sera pas interprétée par les infirmières).

– Exemple 3

(5) Nous, on s’met pas à chanter, et puis on s’arrête à la première strophe. Nous, on va jusqu’au bout.

Propos adressé aux pompiers par les chantres de la chorale de Sainte Cécile au jour de la Sainte Barbe.

Ce que veulent dire les chantres de la chorale de Sainte Cécile, c’est que, lorsqu’ils se mettent à chanter, ils ne s’arrêtent pas à la première strophe. Et, comme on ne peut s’arrêter (ou ne pas s’arrêter) à la première strophe que si on s’est préalablement mis à chanter, l’interprétation pertinente correspond à la ligne 2 de la table.

1.1. Propriétés des phrases à négation à longue portée

5Tous ces exemples de négation à longue portée présentent les caractéristiques suivantes.

1.1.1. Le lien entre les deux propositions ne peut être exprimé par une simple asyndète

6La suppression du coordonnant limite la portée de la négation à la première proposition, ce qui peut donner des énoncés bizarres ou inacceptables :

(la) Aujourd’hui, on commence pas à travailler à 17 ans, on fait toute sa carrière dans la même entreprise.
(3a) Je vais pas aller à la plage, toi tu restes à la maison.
(4a) Je vais pas faire une radio de contrôle, c’est les infirmières qui jugent.
(5a) Nous on s’met pas à chanter, on s’arrête à la première strophe.

1.1.2. Les deux propositions coordonnées ne peuvent être séparées par une pause

7Si l’on intercale une pause entre les deux propositions coordonnées, la portée de la négation se limite à la première proposition, ce qui peut conduire à un résultat logiquement inacceptable (cf. par exemple 5b) :

(1b) Aujourd’hui, on commence pas à travailler à 17 ans... et on fait toute sa carrière dans la même entreprise.
(3b) Je vais pas aller à la plage... et toi tu restes à la maison.
(4b) Je vais pas faire une radio de contrôle... puis c’est les infirmières qui jugent.
(5b) Nous on s’met pas à chanter... et puis on s’arrête à la première strophe.

8En revanche, lorsque l’interprétation appropriée de la structure pnég et q correspond à ¬p & Q, l’interpolation d’une pause n’altère pas le sens :

(6) Benoît est un mari modèle : il ne bat pas sa femme et il fait régulièrement la lessive.
(7) Benoît est un mari modèle : il ne bat pas sa femme... et il fait régulièrement la lessive.

1.1.3. L’interpolation, dans la seconde proposition, d’une expression présentant celle-ci comme un ajout limite la portée de la négation à la première

(1c) Aujourd’hui, on commence pas à travailler à 17 ans et, en outre / en plus / de surcroît / par-dessus le marché..., on fait toute sa carrière dans la même entreprise.
(3c) Je vais pas aller à la plage et, en outre / en plus / de surcroît / par-dessus le marché..., toi tu restes à la maison.
(4c) Je vais pas faire une radio de contrôle, puis, en outre / en plus / de surcroît / par-dessus le marché..., c’est les infirmières qui jugent.
(5c) Nous on s’met pas à chanter et puis, en outre / en plus / de surcroît / par-dessus le marché..., on s’arrête à la première strophe.

Des tests ci-dessus il ressort que :

  1. le lien entre les deux propositions doit être explicite (exprimé par et, puis, et puis)

  2. l’existence de ce lien doit préexister à la production de l’énoncé, puisque la seconde proposition ne peut en aucun cas apparaître comme ajoutée après-coup à la première :

  • une pause après la première proposition est le symptôme d’une hésitation du locuteur à énoncer la seconde, ce qui implique que – au moins en ce qui concerne la négation – les deux propositions peuvent être interprétées indépendamment l’une de l’autre et que la lecture appropriée correspond à -P & Q.

  • les expressions en outre, en plus, de surcroît, par-dessus le marché présentent explicitement la seconde proposition comme un simple ajout facultatif, ce qui implique évidemment que la première peut être interprétée indépendamment de la seconde.

1.2. Une négation anaphorique ?

1.2.1. Des énoncés à valeur réfutative

9Ce qui fonde la solidarité de P et de Q dans ces énoncés, c’est qu’ils sont produits pour récuser une phrase effectivement énoncée ou, à tout le moins, suggérée par un propos antérieur ou par la situation, ce qui confère univoquement à la négation le statut de négation polémique (Ducrot, 1973), engendrant un effet de polyphonie :

  • le locuteur de (1) s’en prenait clairement à une opinion implicite – et fausse à ses yeux – selon laquelle on pourrait, aujourd’hui encore, commencer à travailler à 17 ans et faire ensuite toute sa carrière dans la même entreprise.

  • La jeune fille qui énonce (3) :

(3) Je vais pas aller à la plage, et toi tu restes à la maison.

entend rejeter la proposition de son amie qui veut l’inciter à aller la plage (P), tandis qu’elle-même resterait à la maison (Q).

– En énonçant (4) :

(4) Je pense que je le verrai. Je vais pas faire une radio de contrôle, puis c’est les infirmières qui jugent.

M. Dupont veut réfuter l’hypothèse indirectement suggérée par la question de sa femme, à savoir qu’il pourrait subir une radio de contrôle (P) qui serait ensuite interprétée par les infirmières (Q).

10– Les chantres qui déclaraient :

(5) Nous, on s’met pas à chanter, et puis on s’arrête à la première strophe. Nous, on va jusqu’au bout.

faisaient directement allusion aux pompiers qui s’étaient mis à chanter (P), mais s’étaient arrêtés à la première strophe (Q).

1.2.2. Un phénomène de coalescence

La table de vérité :

P

Q

¬(P & Q)

1

V

V

F

2

V

F

V

3

F

V

V

4

F

F

V

ne rend que partiellement compte du sens des phrases (1), (3)– (5). Certes, elle permet de prévoir les différentes lectures possibles, puisque celles qui correspondent aux lignes 2, 3 et 4 sont effectivement réalisées, mais, dans chaque cas, une seule ligne s’avère pertinente.

11Considérons l’exemple (5) :

(5) Nous, on se met pas à chanter et puis on s’arrête à la première strophe.

12Il ne dénote pas un événement singulier, mais une disposition, un procès qui se produit sous réserve qu’une condition préalable soit remplie. Et cette condition préalable se confond ici avec P. Or, Q présuppose P : qu’on s’arrête ou non à la première strophe, il faut au préalable se mettre à chanter, et c’est pourquoi la permutation de P et de Q n’est pas possible :

(5d) *Nous, on s’arrête pas à la première strophe, et on se met à chanter.

13Qu’on affirme ou qu’on nie la proposition Q, on admet la vérité de P, de sorte que seule la ligne 2 de la table est envisagée.

14Ce qui est exprimé par ¬(P & Q) pourrait l’être simplement par la négation de Q :

(5e) Nous, on s’arrête pas à la première strophe.

15Comme (5), (1) :

(1) Aujourd’hui, on commence pas à travailler à 17 ans et on fait toute sa carrière dans la même entreprise.

ne décrit pas un événement singulier, mais une régularité qui se dégage de l’observation des faits. On a vu plus haut que les interprétations correspondant aux lignes 3 et 4 ne sont pas exclues en principe, mais qu’on ne les prend pas en considération, parce que les cas de figure auxquels elles correspondent n’illustrent pas le changement du marché du travail. Ce que veut dire l’énonciateur de (1), c’est que, aujourd’hui, si on commence à travailler jeune (« à 17 ans » n’est pas à prendre au pied de la lettre), on ne peut pas faire toute sa carrière dans la même entreprise. Il aurait pu dire aussi bien :

(1d) Aujourd’hui, quelqu’un qui commence à travailler jeune ne peut faire toute sa carrière dans la même entreprise.

16Dans l’exemple (4) :

(4) Je vais pas faire une radio de contrôle, puis c’est les infirmières qui jugent.

le lien entre P et Q est semblable à celui observé en (5), même si leur formulation le laisse voir moins nettement. C’est les infirmières qui jugent s’entend comme signifiant c ’est les infirmières qui jugent la radio de contrôle que je vais faire : non seulement Q présuppose P (et leur permutation est exclue), mais il est préalablement entendu que P (ligne 2 de la table). Comme dans l’exemple (5), on pourrait exprimer le même contenu au moyen d’une proposition simple :

(4d) C’est pas les infirmières qui vont juger la radio de contrôle.

17Ajoutons enfin que, si l’ordre des propositions logique est indifférent, c’est-à-dire sans effet sur la valeur de vérité de la conjonction et de la négation de celle-ci ¬(P & Q) et ¬(Q & P) ont la même valeur de vérité), il n’en va pas de même des propositions grammaticales dans nos exemples. Ainsi, dans (3) la permutation des deux propositions est tout à fait concevable :

(3d) (Ah, non !) Tu vas pas rester à la maison et moi je vais à la plage.

mais altèrerait le sens. En effet, (3) est la réplique appropriée à :

(8) Moi, il faut que je reste à la maison, mais toi, vas-y à la plage !

alors que (3d) serait la réponse à :

(9) Vas-y, toi, à la plage, moi, il faut que je reste à la maison.

18De ce qui précède, il ressort que la négation à longue portée n ’est possible qu ’en discours. Elle ne se conçoit que moyennant un traitement préalable des informations véhiculées par les propositions conjointes, traitement dont le résultat est de combiner ces informations de telle sorte qu’elles pourraient être exprimées par une proposition simple. La conjonction apparaît donc comme une unité déjà constituée que l’on peut, précisément à cause de cette existence préalable, nier en bloc. Discursivement, ce n’est pas ¬(P & Q), mais ¬W, où W correspond à l’opinion émise ou récupérable à partir de (P & Q). Dès lors, pour tenir compte du caractère obligatoire du traitement préalable qui la rend possible, on pourrait qualifier cette négation de négation anaphorique.

2. La négation à longue portée en allemand

19Les linguistes ont depuis longtemps (cf. notamment Behaghel 1904/1905 : 366-369) remarqué l’existence en allemand de structures constituées de deux propositions coordonnées par und et présentant trois particularités remarquables :

  • l’absence de sujet dans la proposition qui suit la conjonction de coordination,

  • le fait que, en cas de négation, nicht n’apparaît que dans la proposition qui précède und,

  • et que, très fréquemment, elles sont sémantiquement équivalentes à des structures paratactiques dont la subordonnée exprime le contenu du second conjoint, c’est-à-dire de la proposition qui suit und.

20Ces tournures, dont beaucoup sont stéréotypées, se rencontrent souvent à l’impératif :

(10) Sei so nett und schlieβ die Tür !

soit littéralement :

(10a)

c’est-à-dire, en français plus idiomatique :

(10b) Aie la gentillesse de fermer la porte !

21Comme on vient de l’indiquer, en cas de négation, nicht n’apparaît que dans le premier conjoint (celui qui précède und) :

(11) Sei nicht so dumm und lass dich ausbeuten !

(11a)

C’est-à-dire :

(11b) N’aie pas la sottise de te laisser exploiter.

Et, très fréquemment, on observe l’équivalence avec une structure paratactique, comme dans (12) :

(12) Und wenn er auf die Idee kommt und die Polizei ruft ?
Et s’il lui vient à l’idée d’appeler la police ?

qui équivaut à :

(12a) Und wenn er auf die Idee kommt, die Polizei zu rufen ?

ou (13) :

(13) Er ist imstande und ruft die Polizei.
Il est fichu d’appeler la police.

qui équivaut à :

(13a) Er ist imstande, die Polizei zu rufen.

22On notera au passage que le contenu de notre exemple de départ :

(2) [...] eine solche Frau verzichtet nicht einfach auf ihr Vaterland und bittet um Asyl in Frankreich ! (Konsalik, H.G., Natascha, 12)

pourrait également être exprimé par une structure paratactique :

(2a) eine solche Frau verzichtet nicht einfach auf ihr Vaterland, um um Asyl in Frankreich zu bitten.
elle n’est pas femme à renoncer à sa nationalité pour demander asile en France.

23Bien que les particularités de ces constructions aient été très soigneusement étudiées – notamment par Behaghel (1904-1905), Matzel & Ulverstad (1978) et Donhauser (1982) –, il semble qu’on n’ait pas tiré tout le parti possible des observations qui ont été faites.

24D’abord, force est de reconnaître, même en définissant de façon aussi laxiste que possible le terme de proposition (Satz en allemand), que le premier conjoint est souvent si incomplet sémantiquement qu’il ne correspond pas à une proposition, en ce sens que, en l’absence du second conjoint, il ne peut fournir la matière d’un énoncé :

(14) *Und wenn er auf die Idee kommt ? (Et s’il lui vient à l’idée ?)
(15) *Er ist imstande. (Il est fichu [de])
(16) *Sei nicht so dumm. (évidemment acceptable si le contexte situationnel permet de se faire une idée du degré de sottise du destinataire) (N’aie pas la sottise)

25Ensuite, on ne s’est pas suffisamment intéressé :

  • à la différence de sens induite par la répétition du sujet dans le deuxième conjoint (lorsqu’elle est possible),

  • et aux raisons qui peuvent s’opposer à cette répétition.

26Voyons d’abord ce qui se passe lorsqu’on répète le sujet dans le deuxième conjoint, en comparant (17) et (17a) :

(17) Dann gehen Sie eben hinunter und sagen es dem Inspektor ! (Lerch, cité par Matzel & Ulvetsad, 1978 : 168) §Eh bien, justement, descendez le dire à l’inspecteur.
(17a) Dann gehen Sie eben hinunter und sagen Sie es dem Inspektor ! Eh bien, justement descendez et dites-le à l’inspecteur.

27Même si la nuance est relativement ténue, elle est évidente : dans le premier cas, les deux actions sont présentées comme intimement liées (il s’agit de descendre pour donner l’information à l’inspecteur), alors que, dans le second, rien ne suggère l’existence d’un lien entre les deux actions.

28La différence est nettement plus spectaculaire, lorsque le premier conjoint contient une négation. Voici un premier exemple :

(18) Un policier se prépare à interpeler un chanteur d’opéra. Le directeur redoute un esclandre pendant la représentation, mais le policier le rassure :
« Na, sicher », sagte ich. « Also, ich gehe nicht auf die Bühne und singe : Folge mit, Wotan [...] » (Martin, Hj., Wotan weint und weiβ von nichts, p. 53)
« Mais non, bien sûr » répliquai-je. « Je ne vais pas monter sur la scène et chanter : Suis-moi Wotan... »

29Ici la répétition du sujet dans le second conjoint impose la répétition de la négation (pour des raisons sur lesquelles on reviendra tout à l’heure), ce qui donne :

(18a) Ich gehe nicht auf die Bühne und ich singe nicht : Wotan...
Je ne vais pas monter sur la scène, et je ne vais pas chanter : Wotan...

30Autant la réponse du policier est pertinente dans (17), car le directeur ne redoute qu’une seule chose, une arrestation en pleine représentation, autant la réponse (17a) est inappropriée, car elle suppose que le directeur a deux appréhensions : que le policier ne monte sur la scène ET qu’il ne chante : « Wotan... », la seconde action ne supposant pas nécessairement la première.

31Passons maintenant aux facteurs qui s’opposent à la répétition du sujet dans le deuxième conjoint. Il y en a essentiellement deux :

  1. l’incomplétude sémantique du premier conjoint,

  2. la présence de la négation dans le premier. Considérons le premier facteur :

(19) Er kam auf die Idee und rief die Polizei.

32Ici, la répétition du sujet après und rend l’énoncé très bizarre, sinon inacceptable :

(19a) ?? Er kam auf die Idee und er rief die Polizei.

Mais la répétition du sujet dans le second conjoint, lorsque le premier contient une négation, a des effets plus nets. Comparons :

(20) Seien Sie nicht so dumm und lassen sich ausbeuten ! (N’ayez pas la sottise de vous laisser exploiter)
(20a) ? Seien Sie nicht so dumm und lassen Sie sich ausbeuten ! (Ne soyez pas si sot, et laissez-vous exploiter)

33La répétition de Sie après und a pour effet de limiter la portée de la négation au premier conjoint – et de produire un énoncé bizarre, d’une part, en raison de l’incomplétude sémantique du premier conjoint (cf. exemple (16)) et, d’autre part, parce que, de toute façon, on voit mal comment on pourrait faire preuve d’intelligence en se laissant exploiter.

34Ajoutons qu’il ne s’agit pas là d’une spécificité des constructions stéréotypées, puisque l’effet de la répétition du sujet est le même dans :

(21) Steh nicht do und pinkl’ auf’n Grabstein ! (cité par Matzel & Ulvetsad 1978 : 172, note 55)
Ne reste pas là à pisser sur la tombe.

35(21a)

36En effet, si on utilise la forme de politesse, qui requiert le sujet Sie, la répétition de ce dernier après und :

(22) Stehen Sie nicht da und pinkeln Sie auf den Grabstein ! Ne restez pas là et pissez sur la tombe.

se traduit par un double effet :

  • d’une part, les deux actions cessent d’apparaître comme solidaires,

  • et, d’autre part, la négation ne porte plus que sur le premier conjoint.

37La conclusion s’impose d’elle-même : en répétant le sujet après le deuxième conjoint, on passe d’une structure mono-propositionnelle à une structure bi-propositionnelle. Dans les exemples que nous avons examinés, il n’y a en effet qu’un seul prédicat, un prédicat complexe qui décrit chaque fois deux aspects (ou deux étapes) d’une seule et même action. Ainsi, dans (21), le prédicat complexe est :

(21b) da stehen und auf den Grabstein pinkeln

et dans (20) :

(20b) so dumm sein und sich ausbeuten lassen

et la négation porte chaque fois sur ce prédicat complexe :

(21 c) NICHT (da stehen und auf den Grabstein pinkeln)
(20c) NICHT (so dumm sein und sich ausbeuten lassen)

38Pour que l’explication soit complète, il faut expliquer pourquoi, dans (21b) et (21c), (20b) et (20c), les lexèmes verbaux stehen, pinkeln, sein et lassen ont quitté la place qu’ils occupent dans les exemples originaux. Pour cela, il convient d’évoquer succinctement les principes qui, en allemand, règlent la place des éléments verbaux. Les deux principes essentiels sont les suivants (cf. Vuillaume, 2012) :

  • la place canonique du lexème verbal est après tous les éléments verbaux du syntagme verbal

  • la place du verbe fini dépend du statut du syntagme verbal : si celui-ci est dépendant, le verbe fini prend place à la fin du syntagme verbal, si le syntagme verbal est indépendant, le verbe fini figure en première ou deuxième position (en première position dans les phrases injonctives et les interrogatives globales, en seconde position dans les phrases assertives).

Mais il faut ajouter une précision capitale : la seconde règle l’emporte sur la première. Il s’ensuit naturellement que, si le lexème verbal est porteur des marques de temps, de mode et de personne, c’est-à-dire s’il est en même temps le verbe fini, il peut ne pas figurer à sa place canonique. Mais ceci ne modifie pas la structure syntaxique du syntagme verbal, qui est interprété exactement comme dans les cas où le lexème verbal occupe sa position de prédilection.

Conclusion

39La portée... de notre analyse dépasse le cadre de la seule négation, puisqu’elle montre qu’un même phénomène, comme celui de la négation à longue portée observé dans deux langues différentes, peut avoir des origines qui ne sont absolument pas les mêmes. En français, le fonctionnement de la négation à longue portée ou négation anaphorique repose sur des préalables contextuels qui favorisent la coalescence de deux propositions, alors qu’en allemand, c’est la construction elle-même qui provoque la fusion de deux prédicats en un prédicat complexe. Dans un cas, c’est le discours qui projette la négation au-delà de la première proposition ; dans l’autre, c’est le cadre constructionnel bi-propositionnel qui la promeut. Avec, à la clé, comme nous l’avons vu, des contraintes et des interprétations également différentes.

Bibliographie

Bibliographie

ATTAL Pierre, 1971, « Négation de phrase et négation de constituant », Langue française n° 12, p. 98-111.

BEHAGHEL Otto, 1904-1905, « Zum Gebrauch von UND », Zeitschrift für deutsche Wortforschung n° 6, p. 366-368.

CORNULIER Benoît de, Georges KLEIBER & Marcel VUILLAUME, 2011, « La négation à longue portée ou négation anaphorique », in Jacqueline Bacha, Ammar Azouzi et Khaled Saddem, (éds), La négation en discours, Sousse, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Sousse, p. 35-51.

DONHAUSER Karin, 1982, « Ein Typ mit und koordinierter Impérative im Deutschen », Sprachwissenschaft Band 7, p. 220-252.

DUCROT Oswald, 1973, La preuve et le dire, Paris, Mame.

HELDNER Christina, 1981, La portée de la négation. Examen de quelques facteurs sémantiques et textuels pertinents à sa détermination dans des énoncés authentiques, Stockholm, Norstedts Tryckeri AB.

LARRIVÉE Pierre, 2001, L’interprétation des séquences négatives. Portée et foyer des négations en français, Bruxelles, Editions Duculot.

MATZEL K. & B. Ulvestad, 1978, « Zum Adhortativ und Sie-Imperativ », Sprachwissenschaft Band 3, p. 146-183.

MULLER Claude, 1991, La négation en français. Syntaxe, sémantique et éléments de comparaison avec les autres langues romanes, Genève, Droz.

QUINE Willard van Ormand, 1972, Logique élémentaire, Paris, Armand Colin.

TOURATIER Christian, 2002, « La négation (essai de définition et portée) », accessible en ligne (URL de référence : http://sites.univ-provence.fr/wclaix/res02-03.htm#touratier)

VUILLAUME Marcel, 2000, « La négation à longue portée en français », Scolia n° 13 (11e rencontres linguistiques en pays rhénan), Publications de l’Université Marc Bloch, Strasbourg, p. 219-233.

– , 2012, « La place des éléments verbaux dans le groupe verbal (la proposition) en allemand. Comment en parler ? », Nouveaux Cahiers d’allemand, 2012/3, p. 265- 268.

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search