Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

Voir et l’opération de négation : parcours interprétatif et équivalents en roumain

Mirela-Cristina Pop

Texte intégral

Introduction

1Le langage de la perception possède une sémantique complexe permettant de rendre compte de la polysémie des différents marqueurs, dont les verbes voir, entendre et sentir connaissent le plus grand nombre d’emplois, que les spécialistes ont analysés dans différentes perspectives : sémantico-syntaxique ou polyphonique.

2La présente étude porte sur l’analyse du sémantisme du verbe voir en structure négative à partir d’énoncés extraits d’articles de la presse économique, politique et sportive française d’information générale. Les calculs interprétatifs permettront d’ouvrir une piste de réflexion sur le comportement linguistique de l’opérateur voir négatif dans diverses configurations syntaxiques et d’engager la discussion autour des équivalences contextuelles possibles en roumain des énoncés examinés.

3L’étude est précédée par un bref aperçu des approches linguistiques d’expression française et roumaine, relatives aux verbes de perception, et fixe le cadre théorique et méthodologique du travail. Les exemples sélectionnés sont censés illustrer un mode de raisonnement possible lors de l’interprétation et traduction en roumain d’énoncés comportant le verbe voir en structure négative.

1. Les verbes de perception en français et en roumain

4Les spécialistes intègrent les verbes de perception dans la catégorie des verbes de procès mental et distinguent entre verbes de perception extérieure ou sensorielle (du type voir, apercevoir, entendre, écouter, sentir, etc.) et verbes de perception intérieure (du type penser, rêver, imaginer, se figurer, se représenter, concevoir, voir en pensée).

5Brentano (cité par Smith, 1999 : 355), distingue la perception extérieure de la perception intérieure, en référence à leurs objets : les actes de perception extérieure ont des phénomènes physiques pour objets (« une couleur, une forme, un paysage que je vois, un accord que j’entends, la chaleur, le froid, une odeur que je sens, ainsi que des formations similaires apparaissant dans l’imaginaire »), alors que les actes de perception intérieure ont des phénomènes psychiques ou mentaux pour objets.

6Piron (2004) parle de « verbes de perception sensorielle » qu’elle regroupe autour de 5 catégories (correspondant aux 5 sens) : 1. verbes de perception visuelle (voir, entrevoir, apercevoir, observer, découvrir, discerner...) ; 2. verbes de perception auditive (entendre, écouter...) ; 3. verbes de perception olfactive (sentir, humer, renifler, flairer...) ; 4. verbes de perception tactile (sentir, palper, toucher, tâter, effleurer...) ; 5. verbes de perception gustative (goûter, déguster, savourer, se délecter...).

  • 1 Ch. Bally (cité par Sorensen, 2002 : 532) avait remarqué le trait spécifique des verbes de percepti (...)

7Les verbes de perception extérieure permettent d’exprimer la perception « au moyen d’un des cinq sens dont l’être humain dispose pour appréhender le monde extérieur : la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goûter » (Piron, 2004 : 886). Les verbes de perception intérieure ou verbes d’imagination, de vue mentale, indiquent le fait que l’information révélée doit être conçue non comme un fait réel, mais comme un fait hypothétique, éventuel, une pure représentation de l’esprit1.

8Parmi les verbes de perception, que les spécialistes intègrent dans la catégorie des « verbes de procès mental », voir est l’opérateur le plus fréquent. Tout comme les verbes de sa classe, voir connaît deux types d’emplois : un emploi perceptif, visuel, et un emploi épistémique (cf. Tuţescu, 2001 : 158), servant à lexémiser le contact du sujet avec l’objet du savoir.

9Benzakour (citée par Rabatel, 2004) distingue entre la perception expérientielle (« Je vois Pierre qui arrive / arriver »), la perception intentionnelle ou inférentielle (« Je vois que son état empire ») et la perception représentationnelle, imaginative (« Je vois mal Pierre réussir ce concours »). Picoche (cité par Ozouf, 2004 : 4) admet uniquement deux emplois : voir concret signifiant « prendre conscience d’un objet spatial au moyen des yeux » et voir abstrait « prendre conscience d’un objet de pensée ».

10Vbgeleer (1994) étudie le sémantisme de l’expression On voit arriver un homme par opposition avec l’énoncé Un homme arrive et signale l’existence de deux points de vue qui interviennent dans les deux cas : le point de l’émetteur qui énonce ce qu’il sait (« Un homme arrive »), impliquant une relation sémantique, respectivement, le point de vue d’un observateur (sujet percevant) qui décrit ce qu’il voit (« On voit arriver l’homme »).

11L’ouvrage Gramatica Limbii Române. Enunţul, publié par l’Académie Roumaine (2005), cite les verbes a vedea (voir), a auzi (entendre), a simţi (sentir) qui indiquent, à la manière d’autres marqueurs tels que les présentatifs iată, uite (voici, voilà), les déictiques acum (maintenant), aici (ici, là), etc., l’accès non médiat à une information, auquel l’on ajoute l’idée de surprise : Văd că afară plouă (Je vois qu’il pleut dehors) ; Uite, acum afară plouă (Regarde, il pleut dehors !).

12En ce qui concerne les analyses portant sur les verbes de perception, citons, à titre d’exemples, les analyses sémantico-syntaxiques de Labelle (1996) sur le verbe voir et les travaux syntaxiques de Piron (2004) sur le verbe entendre et l’approche polyphonique de Rabatel (2003) relative à l’analyse des « verbes de perception en contexte d’effacement énonciatif ».

13Pour le domaine français-roumain et roumain-français, il convient de mentionner les travaux de linguistique contrastive dans une perspective énonciative menés par Cristea (1994), sur les verbes perceptifs de factitivité réflexive en français et en roumain, l’étude de la structure sémantique des verbes de perception en roumain et en français (Arjoca leremia, 1999), les analyses des verbes modaux (Tuţescu, 2005), dont aussi les verbes de perception, l’étude des verbes d’expérience subjective dans la perspective de leur traduction du roumain vers le français enchea (1999). Une étude détaillée du verbe voir, examiné dans des constructions syntaxiques diverses, est fournie par l’ouvrage Repérage et traduction. Pour une approche énonciative des modalités : le cas des épistémiques (domaine français-roumain) (Pop, 2012).

2. Cadre théorique et méthodologique

14Le cadre théorique servant à l’analyse et la traduction du verbe voir en structure négative est emprunté au linguiste Antoine Culioli (1990). Rappelons brièvement sa théorie de la négation.

15Selon Culioli (1990 : 112), l’opération de négation est double : elle est constituée d’une opération primitive (« valuation subjective » du type bon / mauvais, d’où rejet, refus) et d’une opération construite, en tant que mise en relation de deux termes x et y (appelée relation de repérage), permettant d’assigner une valeur à un terme de la relation choisi comme repère.

16L’opération de négation consiste à situer une occurrence dans le domaine de validation (appelé domaine notionnel). La construction d’une relation suppose que l’on parcourt toutes les valeurs possibles de x ; si l’on considère p les valeurs à attribuer à x, on passe graduellement de « p vraiment p » à « pas du tout p », en passant par « autre que p », aboutissant à « vide de p » (« en aucune manière p n’est le cas »). La négation induit une représentation complexe par le fait que le sujet interprétant construit une relation d’altérité ; là où l’on travaille sur le présent, l’immédiat, le voisin, on opère sur l’identification (au je origine) ou sur la différenciation (autre source que je, il ou non) (cf. Culioli, 1990 : 113).

17Le modèle du repérage énonciatif conçu par Culioli permet le calcul des valeurs référentielles d’un énoncé. Par calcul, on comprend le fait d’« établir des relations entre des termes » de manière à engendrer un « produit » que l’on jugera en termes d’« acceptabilité » (en raison du principe de « bonne forme » des énoncés) et qu’on pourra valider en appliquant des « procédures réglées » (Culioli, 1985 : 15).

18La démarche culiolienne permet de montrer comment on peut manipuler une structure textuelle de façon à « extraire des jugements d’acceptabilité stables pour un groupe donné » (Culioli, 1990 : 17) et à rendre compte de l’acceptabilité ou de l’inacceptabilité des énoncés.

19En ce qui concerne le jugement d’équivalence en roumain, lors de la mise en équivalence d’énoncés source et cible, nous considérons que les procédures appliquées lors du calcul des valeurs référentielles des énoncés négatifs examinés en contexte – calculs interprétatifs, paraphrases – permettent de valider les parcours interprétatifs sur les occurrences et de postuler des choix traductifs possibles, appropriés en contexte.

20Lors de la traduction, nous ferons également état de la conception énonciative de la traduction ainsi que de l’approche énonciative de la reformulation paraphrastique due à Catherine Fuchs (1982) à la suite de ses travaux sur la paraphrase intralinguale, appliqués notamment dans le cas des marqueurs modaux.

21À partir de la définition de la paraphrase comme relation entre des séquences qui reposent sur une identité de fond et sur une altérité de forme, on peut considérer que la relation entre un énoncé-source et un énoncé-cible n’est pas une relation d’identité sémantique totale, de synonymie absolue, mais une « relation d’équivalence sémantique », fondée sur l’existence d’un « noyau sémantique commun sur lequel se greffent des différences sémantiques secondaires » (Fuchs, 1982 : 53). Cette approche de la paraphrase (intralinguale) permet d’orienter la réflexion sur les transformations quantitatives, formelles, ou qualitatives, affectant, à divers degrés, le contenu des énoncés lors du passage du français vers le roumain, et de postuler des équivalences de traduction.

3. Voir en structure négative : calculs interprétatifs et équivalents roumains

22Du point de vue formel, le verbe voir peut se combiner avec des marqueurs négatifs divers et entrer dans des constructions syntaxiques des plus variées. Afin d’illustrer ces divers emplois, nous avons opté pour des exemples comportant le verbe voir en structure négative suivi d’un complément d’objet direct et le verbe voir négatif en relation avec un coverbe à l’infinitif.

3.1. Voir négatif + COD

23Considérons une première série d’exemples, énoncés titre dans les textes sélectionnés, renfermant l’opérateur voir en structure négative suivi d’un complément d’objet direct :

(1) Le patron de PSA ne voit pas le bout du tunnel pour le marché européen (Libération, 02/05/2013)
(2) France : l’Insee ne voit pas le bout du tunnel (Le Monde, 21/03/2013)
(3) Accor ne voit pas le bout du tunnel en Europe (Les Échos, 17/04/2013)

24Les énoncés cités, créés à partir d’une expression lexicalisée de type cliché dans le discours économique journalistique, marquent la méfiance du sujet à l’égard du contenu propositionnel : X ne voit pas le bout du tunnel. Du point de vue formel, l’expression équivaut à la configuration X ne voit pas + substantif articulé, avec un sujet animé (1) ou inanimé (2-3).

25L’opérateur ne... pas joue le rôle d’inverseur, renvoyant à une opération qui inverse l’orientation du procès dénoté par le verbe. L’énoncé laisse entendre que le patron de PSA Peugeot Citroën, l’Instimt National de Statistique de France, le groupe hôtelier Accor ne voient pas l’amélioration de la situation économique dans un certain laps de temps.

26En empruntant à Culioli son mode de raisonnement sur les énoncés négatifs, on pose que la relation prédicative : X voir le bout du tunnel > n’est pas validée, sa validation étant visée par l’énonciateur. On en tire « : X voir le bout du tunnel > n’est pas le cas », d’où : X ne pas voir le bout du tunnel > validé. Pour reprendre la formulation de Culioli (1999 : 54), on se situe à l’extérieur du domaine de la relation. L’extérieur nous donne vraiment pas p, pas p du tout.

27On a affaire, dans ce cas, à un exemple de négation catégorique, tranchée. L’énoncé admet la paraphrase « X n’imagine vraiment pas le bout du tunnel ». Le contexte est censé livrer la clé de l’interprétation : « X n’imagine vraiment pas l’amélioration de la situation économique ».

28Le sémantisme du verbe voir est proche de celui du verbe imaginer : « former mentalement sa propre image sur une situation » (TLFi), « une perception imaginaire envisagée par rapport à son actualisation » (Guillemin-Flescher, 1981 : 268).

29De retour aux énoncés de base, les valeurs se stabilisent et on peut formuler les paraphrases (intralinguales) suivantes :

(1) « Le patron de PSA Peugeot Citroën n’imagine vraiment pas l’amélioration du marché automobile européen »
(2) « L’Insee de France n’imagine vraiment pas l’amélioration de la situation économique du pays »
(3) « Accor n’imagine vraiment pas l’amélioration de la situation dans le domaine de l’hôtellerie européenne »

  • 2 Le terme a été créé en 1969 par Jerry Morgan (cité par Tuţescu, 1979 : 240). Dans le cas des « verb (...)

30Voir (en pensée) est un verbe « créateur de mondes possibles »2. La même valeur est lexémisée par des verbes d’opinion évaluatifs (trouver, considérer, estimer, juger, soupçonner, etc.), par des verbes d’expérience subjective, tels que les verbes de perception intérieure ou de vue mentale (s’imaginer, se figurer, concevoir, penser, rêver, imaginer, se rappeler, se figurer, se représenter, au même titre que trouver, avoir l’impression, s ’imaginer, prétendre, rêver (cf. Tuţescu, 2005 : 173), que les spécialistes incluent dans la classe des « assertifs épistémiques faibles », opposés aux « assertifs forts » du type savoir (cf. Borillo citée par Tuţescu, idem : 182).

31Lors de la traduction en roumain, on peut opter pour des équivalents qui correspondent aux emplois contextuels du verbe voir négatif : a nu întrevedea (ne pas envisager), a nu estima (ne pas estimer).

(1 ’) Patronul grupului Peugeot Citroën nu întrevede o îmbunătăţire a situaţiei pe piaţa europeană de automobile
(2’) Institutul Naţional de Statistică din Franţa nu estimează o îmbunătăţire a situafiei economice a ţării
(3’) Accor nu estimează o îmbunătăţire a situaţiei din industria hotelierà europeanâ

32Le transcodage direct par le verbe a nu vedea (ne pas voir) n’est pas toutefois exclu dans l’exemple (1), construit avec un sujet animé : (1”) Patronul grupului Peugeot-Citroën nu vede o îmbunătăţire a situaţiei pe piaţa europeană de automobile. Dans ce cas, une formulation plus libre est également acceptable, bien qu’accompagnée d’une modulation, avec un équivalent contextuel en roumain (a nu se aștepta / ne pas s’attendre à) : (1’”) Patronul grupului Peugeot-Citroën nu se așteaptă la o îmbunătăţire a situaţiei pe piaţa europeană de automobile.

33Dans les exemples (2) et (3), l’option pour des variantes qui s’écartent des formulations littérales, mais qui répondent en même temps aux exigences journalistiques et aux conditions d’emploi des énoncés en contexte économique, s’inscrit dans la recherche des formules les plus pertinentes en contexte.

34Le même schème d’interprétation peut être appliqué dans des structures construites avec un sujet animé :

(4) Abidal ne voit pas la prolongation

35L’exemple cité sous (4) est un énoncé titre elliptique qui doit être interprété par référence au contexte :

En fin de contrat avec le FC Barcelone, Éric Abidal s’est fait une raison : les Catalans ne devraient pas prolonger son contrat. Radio Cadena Cope affirme que le défenseur de 33 ans, qui a récemment indiqué vouloir jouer encore une ou deux saisons, a compris que son avenir ne se situait plus à Barcelone. L’ancien international a renoué avec la compétition le 6 avril dernier en championnat après avoir été tenu à l’écart des terrains pendant un an suite à une greffe du foie.

36Sous l’effet du contexte (Éric Abidal s’est fait une raison : les Catalans ne devraient pas prolonger son contrat), le sémantisme de base du verbe voir s’enrichit d’un effet de sens particulier qui se surajoute à la valeur fondamentale (a nu se aștepta / ne pas s’attendre à) : « Abidal ne s’attend vraiment pas à la prolongation du contrat avec FC Barcelone ».

37La traduction de l’énoncé en roumain tient compte de ces calculs interprétatifs :

(4’) Abidal nu se așteaptă la o prelungire a contractului eu FC Barcelona

38D’un autre emploi est le verbe voir négatif dans les énoncés cités ci-dessous qui comportent les marques typographiques du discours citant et restituent les propos attribués à une source autre que celle d’origine :

(5) Mbokani : « On ne voit pas tous les coups que je ramasse » (www.dhnet.be, 06/03/2013)
(6) Magic Johnson : « On ne voit pas assez LeBron James dans des publicités » (www.basketusa.com, 06/05/2013)

39Le verbe voir négatif des énoncés (5) et (6) a une valeur perceptive, visuelle, rendue en roumain par le verbe correspondant a nu vedea (ne pas voir) :

(5’) Mbokani : „ Nu vede nimeni loviturile pe care leprimesc”
(6’) Magic Johnson : „ Pe LeBron James nu-l vedem prea des în reclame”

40La traduction de l’énoncé (6) s’accompagne en roumain d’une topicalisation, par la mise en relief du complément d’objet direct (LeBron James), sous l’influence du contexte, reproduit ci-dessous, qui introduit une comparaison entre LeBron James, d’une part, et Chris Paul et Blake Griffin, d’autre part, relative à la présence dans des publicités :

(7) « C’est incompréhensible ! » s’est exprimé Magic dimanche sur le plateau de ESPN. « Chris Paul et Blake Griffin sont davantage présents dans des publicités que LeBron. À chaque fois que j’allume la télévision, je ne vois aucune pub avec LeBron ».

41En (6), on peut opter pour des solutions qui explicitent le point de vue de l’observateur : (6”) Magic Johnson„ LeBron James nu apare prea des în reclame (6’”) Magic Johnson : „ LeBron James apare prea puţin în reclame”. En (6’”), on observe également la présence d’une modulation phrastique basée sur une inversion du point de vue de l’énonciateur. Du point de vue formel, l’opérateur négatif roumain a nu vedea (ne pas voir) est remplacé par le verbe positif a apărea (apparaître) accompagné d’une expression quantitative prea puţin (fr. Trop peu).

42L’exemple (7) « À chaque fois que j’allume la télévision, je ne vois aucune pub avec LeBron. » renfermant l’opérateur voir négatif en usage direct, d’emploi visuel, admet le transcodage direct par le verbe roumain correspondant a nu vedea (ne pas voir) :

(7’) De fiecare data când deschid televizorul, nu văd nicio reclamă „ cu LeBron”.

43Dans d’autres cas, le verbe voir négatif a un emploi inférentiel, évidentiel :

(8) Farouk Slimani, militant des droits de l’Homme : « On ne voit pas l’utilité d’un débat à huis clos ». (Liberation, 15/05/2013)

44Le roumain enregistre cet emploi lexémisé par le verbe a nu vedea (ne pas voir), la formulation littérale étant appropriée dans le contexte examiné :

(8’) Farouk Slimani, militant al drepturilor omului : „ Nu vedem rostul unei dezbateri cu uşile închise

45Les énoncés qui suivent comportent le schéma X ne voit pas de + substantif, construit avec un sujet inanimé (Nissan, Natixis). Les exemples sont des intitulés d’articles de la presse économique française et sont formulés suivant le même modèle configuratif : X ne voit pas de reprise / d’embellie :

(9) Nissan ne voit pas de reprise en Europe avant 2015-2016 (Les Échos, 10/05/2013)
(10) Natixis ne voit pas d’embellie en Europe (Les Échos, 06/05/2013)

46Les exemples peuvent continuer, dans des configurations telles que : X ne voit pas de remontée / d’avenir / d’alternative / d’amélioration, etc.

47Dans les contextes mentionnés, le verbe voir a un emploi représentationnel, imaginatif, la perception n’ayant d’existence que représentationnelle ; le contenu asserté est vrai dans l’hétéro-univers des sujets impliqués dans l’énonciation, mais faux dans l’univers du locuteur. Le verbe voir, dans les contextes mentionnés, acquiert une valeur surdéterminée lexémisée par les verbes d’opinion évaluatifs (trouver, considérer, estimer, juger) dont les sémantismes se recouvrent dans la zone des « mondes possibles ».

48L’analyse des énoncés repose sur les mêmes calculs interprétatifs appliqués lors des énoncés précédents. Les énoncés traduits en roumain restituent les valeurs construites en contexte, avec une prise en compte du sujet inanimé et du contexte économique journalistique :

(9’) Nissan nu estimează (că se va inregistra) creştere economică în Europa înainte de 2015-2016
(10’) Natixis nu estimează o îmbunătăţire a situa (iei economice în Europa

49Dans d’autres exemples du corpus, toujours des énoncés titre, la configuration X ne voit pas de + substantif se retrouve également dans des contextes construits avec des sujets animés :

(11) Le CEO de BlackBerry ne voit pas d’avenir aux tablettes (www.minimachines.net, 03/05/2013)
(12) John Kerry ne voit pas d’avenir pour Bachar al-Assad en Syrie (fr.euronews.com, 09/05/2013)
(13) Christine Lagarde ne voit pas « d’alternative » à l’austérité (L’Expansion.com avec AFP, 02/052013)

50Dans ces cas, le roumain admet l’emploi du verbe roumain correspondant d’emploi perceptif a nu vedea (ne pas voir) :

(11’) Directorul general de la BlackBerry nu vede un viitor tabletei
(12’) Secretarul de stat american John Kerry nu vede un viitor în Siria pentru Bachar al-Assad
(13’) Christine Lagarde nu vede alternativà pentru austeritate

51D’autres solutions sont également envisageables avec des verbes ou expressions appartenant à la catégorie des « créateurs des mondes possibles ».

3.2. Voir négatif + COD + infinitif

52Tout comme précédemment, nous analyserons le comportement linguistique du verbe voir négatif, construit avec un complément inanimé et animé, en relation avec un verbe à l’infinitif.

53Examinons l’énoncé suivant :

(14) Elle aura lieu, la guerre de Bagdad (...). Elle n’aura pas lieu parce qu’il paraît impossible que les États-Unis se passent de l’aval de l’ONU après avoir officiellement accepté de se soumettre. Et que, dans l’état actuel des choses, on ne voit pas l’ONU donner son feu vert. (Le Nouvel Observateur, 16-22/01/2003)

54Dans l’énoncé cité, l’opérateur ne... pas joue le rôle d’inverseur, renvoyant à une opération qui inverse l’orientation du procès dénoté par le verbe. Posant que la relation prédicative : on voir ONU donner son feu vert> n’est pas validée, sa validation est visée par l’énonciateur. On en tirera « : on voir ONU donner son feu vert> n’est pas le cas », « n’existe pas », d’où : on ne pas voir ONU donner son feu vert> validé. Pour reprendre la formulation de Culioli (1999b : 54), on se situe à l’extérieur du domaine de la relation. L’extérieur nous donne vraiment pas p, pas p du tout.

55On a affaire, dans ce cas, à un exemple de négation catégorique, tranchée. L’énoncé admet la paraphrase : « [...] dans l’état actuel des choses, on n’imagine vraiment pas l’ONU donner son feu vert ».

56Lors de la traduction, les variantes littérales seront rejetées pour des raisons de « mauvaise forme » :

(14’*)... nu vedem ONU acordând undă verde ;... nu vedem ca ONU să acorde undă verde... ;... nu-l vedem pe ONU acordând undă verde...

57Les formulations littérales sont inacceptables avec un complément nominal inanimé (ONU), bien que tout à fait acceptables avec un complément animé : Nu-l văd pe X făcând aşa ceva (Je ne vois pas X faire cela), Nu mi-l închipui pe X făcând aşa ceva (Je n’imagine pas X faire cela), Nu-mi închipui că X ar putea face așa ceva (Je n’imagine pas que X pourrait faire cela).

58Enrevanche, on peut accepter des variantes périphrastiques impersonnelles, suivies du conditionnel roumain (este de neînchipuit că.../ il est inimaginable que / il n’est pas à imaginer que...).

59La négation catégorique tire l’interprétation du modal voir d’emploi négatif vers la zone de l’exclu (este exclus ca.../ il est exclu que...), entraînant également la réorganisation formelle de l’énoncé source :

(14’) Războiul din Bagdad va avea loc. (...). Războiul din Bagdad nu va avea loc, deoarece pare imposibil ca Statele Unité ale Americii sa nesocotească dispoziţille ONU după ce au acceptat oficial să le respecte. Mai mult, având în vedere situaţia actuală, este exclus ca Nafiunile Unité sa le acorde americanilor undă verde în problema irakiană.

60Une autre solution peut reposer sur la substitution du modal voir négatif en emploi représentationnel par le marqueur évidentiel a crede (croire) négatif :

(14”) [...] Mai mult, având în vedere situaţia actuală, nu credem că Nafiunile Unite le-ar putea acorda americanilor undă verde în problema irakiană.

61Les valeurs correspondant aux deux marqueurs se recouvrent dans une zone sémantique commune « ne pas imaginer, vraiment pas ». L’emploi du conditionnel sert à renforcer la perception représentationnelle et à placer le contenu propositionnel dans la sphère de l’hypothétique.

62La valeur catégorique de la négation dans la structure ne pas voir + infinitif ressort mieux si l’on compare le verbe voir négatif en structure infinitive et le verbe voir positif, toujours en structure infinitive, combiné avec un marqueur adverbial négatif (voir mal + infinitif), comme dans l’exemple :

(15) Je vois mal aujourd’hui la Slovaquie, la Pologne, la Lettonie s’aligner sur les 35 heures, le smic au niveau français, la couverture maladie universelle ou le statut des intermittents du spectacle. (Le Nouvel Observateur, 01-07/07/2004).

63Dans cet exemple, la configuration voir mal + infinitif oriente la lecture de l’énoncé vers une négation atténuée.

64A la différence de l’exemple précédent, où l’opérateur ne... pas situait l’occurrence de voir à l’extérieur du domaine, l’adverbe mal, contrairement à bien, dans le sens d’« effectivement » (identifiable à l’intérieur, au centre attracteur) ou à vraiment, entraîne en direction de la zone de la frontière. La frontière donne pas vraiment p.

65On obtiendra : Je vois difficilement aujourd’hui la Slovaquie, la Pologne, la Lettonie s’aligner sur les 35 heures / J’ai de la peine à imaginer aujourd’hui.../ J’ai du mal à imaginer aujourd’hui...

66En ce qui concerne la traduction en roumain de la structure je vois mal X + infinitif, deux constructions sont possibles :

a) expressions verbales personnelles + participe présent :

– îmi vine greu să-mi închipui X + participe présent ;

b) expressions verbales personnelles en structure complétive (că) + conditionnel :

– îmi vine greu să-mi închipui (să-mi imaginez /să cred) că X + conditionnel.

67La deuxième construction est plus appropriée dans le cas d’énoncés construits avec des compléments inanimés :

(15’) Imi vine greu să cred că ţări ca Slovacia, Polonia sau Letonia s-ar putea adapta programului de lucru săptămânal de 35 de ore, venitului minim pe economie, sistemului de asigurări medicale sau statutului personalului din industria spectacolului.

68La dernière partie de l’étude porte sur l’analyse de voir négatif suivi d’un complément animé, en relation avec un coverbe à l’infinitif. Ces cas sont moins fréquents dans le corpus examiné :

(16) En cas de remaniement, Pulvar ne voit pas Montebourg rester au gouvernement
(17) Raiola ne voit pas Ibra quitter PSG

69Dans les énoncés titre cités, on a affaire également à des exemples de négation catégorique, tranchée « vraiment pas p ». Le verbe voir a un emploi représentationnel qui peut être rendu soit par des correspondants directs (a vedea / voir), soit par des verbes d’opinion évaluatifs en structure négative (a nu crede / ne pas croire, a nu considera / ne pas juger / ne pas trouver).

70On peut identifier deux constructions possibles en roumain :

a) le verbe roumain a vedea négatif + participe présent :

– a nu-l vedea pe X (ne pas voir X) + participe présent ;

b) verbes d’opinion négatifs en structure complétive (că) + conditionnel :

– a nu crede / a nu considéra că X (ne pas croire / ne pas considérer que X) + conditionnel.

71À partir de ces deux constructions, on peut dériver des familles paraphrastiques en roumain :

(16’) Pulvar nu-l vede pe Montebourg rămânând la guvernare în cazul unei remanieri
(17’) Raiola nu-l vede pe Ibra plecând de la Paris Saint Germain
(\6”) Pulvar nu crede că Montebourg ar rămâne la guvernare în cazul unei remanieri
(17”) Raiola nu crede că Ibra ar putea pleca de la Paris Saint Germain

Conclusion

72Les analyses effectuées rendent compte d’un mode possible de raisonnement lors de l’interprétation et de la traduction d’énoncés comportant le verbe voir en structure négative, examinés en contexte. Les calculs interprétatifs et les paraphrases intralinguales formulées permettent à la fois de valider les valeurs référentielles construites en contexte et de préparer la postulation d’équivalences de traduction en roumain, jugées comme étant possibles.

73Les analyses effectuées démontrent également que les solutions de traduction basées sur le transcodage direct, par le verbe roumain correspondant a vedea négatif sont plus appropriés dans des énoncés construits avec des sujets ou des compléments d’objet animés. Dans le cas d’énoncés construits avec des sujets ou des compléments inanimés, le verbe voir négatif a été pour la plupart rendu en roumain par des verbes d’opinion évaluatifs en structure négative.

74L’inacceptabilité des transcodages dans certains cas réside dans les différences structurales entre le français et le roumain, relatives à l’emploi du verbe voir, d’ailleurs très bien mises en évidence par enchea (1999 : 27) : « En roumain (...), on peut identifier le point de vue du narrateur qui sait ; la traduction française introduit l’observateur qui décrit ce qu’il voit ». Les constructions roumaines explicitant la perception, par le verbe a vedea (voir), signalent la présence d’un observateur (sujet percevant) dans la situation concrète évoquée (l’invariant sémantique des reformulations est, en roumain, „ a fi de faţă” / « être présent », cf. Evseev, 1974 : 149).

75Le recours à ce moyen linguistique compte parmi les stratégies indirectes permettant aux journalistes d’exprimer leurs opinions tout en se situant dans la légitimité de la parole journalistique.

Bibliographie

Bibliographie

ARJOCA-IEREMIA Eugenia, 1999, Structura semantică a verbelor de gândire în limbile română şi franceză [La structure sémantique des verbes de perception en roumain et en français], Timiçoara, Orizonturi Universitare.

CRISTEA Teodora, 1994, « Verbes perceptifs de factitivité réflexive en français et en roumain », in Études contrastives, Bucureşti, SAECULUM I.O., p. 27-42.

CULIOLI Antoine, 1985, Notes du séminaire de D.E.A., Poitiers, Université de Paris VII.

– , 1990, Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, Paris, Ophrys, tome 1.

– , 1999, Pour une linguistique de l’énonciation. Domaine notionnel, Paris, Ophrys, tome 3.

DOMINTE Constantin, 2003, Negafia în limba română, Bucureçti, Editura Fundaţiei « România de Mâine ».

EVSEEV Ivan, 1974, Semantica verbului [Sémantique du verbe], Timiçoara, Editura Facla.

FUCHS Catherine, 1982, La paraphrase, Paris, PUF.

GUILLEMIN-FLESCHER Jacqueline, 1981, Syntaxe comparée du français et de l’anglais, 3e édition, Paris, Ophrys.

LABELLE Marie, 1996, « Remarques sur les verbes de perception et la sous-catégorisation », Recherches linguistiques de Vincennes n° 25, Structure et interprétation, p. 83-106.

OZOUF Corinne, « Caractère différentiel et relation d’équivalence entre voir et regarder », Cahiers du CRISCO n° 16, mars 2004.

URL : http://www.crisco.unicaen.fr/IMG/pdf/cahier16.pdf (consulté le 9 mars 2013).

PIRON Sophie, 2004, « Contraintes syntaxiques et préférences sélectionnelles du verbe entendre », Actes des JADT 2004 : 7es Journées internationales d Analyse statistique des Données Textuelles, p. 885-896.

POP Mirela, 2012, Repérage et traduction. Pour une approche énonciative des modalités : le cas des épistémiques, Timiçoara, Universitaria, Coll. Études françaises.

– , 2009, « Reformulation et traduction », in Rodica Superceanu, Daniel Dejica, (eds), Proceedings of the 6th International Conference on Professional Communication and Translation Studies, Volume 2 (1/2), Timiçoara, Editura Politehnica, p. 97- 106.

RABATEL Alain, 2003, « Les verbes de perception en contexte d’effacement énonciatif : du point de vue représenté aux discours représentés », Travaux de linguistique n° 46, p. 49-88.

– , 2004, « Quand voir c’est (faire) penser. Motivation des chaînes anaphoriques et point de vue », in Cahiers de narratologie n° 11 / 2004, Figures de la lecture et du lecteur. URL : http://narratologie.revues.org/21 (consulté le 9 mars 2013).

SMITH Barry, « Kafka et Brentano », 1999, Philosophiques, vol. 26, n° 2, p. 349-371.

SØRENSEN RAVN JØRGENSEN Kathrine, 2002, « Les verbes de perception, de pensée et de parole, le DIL embryonnaire et le DIL », Romansk Forum XV Skandinaviske romanistkongress n° 16, Oslo, Upsala Universitet, p. 529-542.

TUESCU Mariana, 1979, Précis de sémantique française, Bucureçti, Editura Didactică și Pedagogică.

– , 2005, L’auxiliation de modalité. Dix auxi-verbes modaux, Bucureçti, Editura Universităţii din Bucureşti.

TENCHEA Maria, 1999, Études contrastives (français-roumain), Timiçoara, Hestia.

VOGEELER Svetlana, 1994, « L’accès perceptuel à l’information : à propos des expressions un homme arrive – on voit arriver un homme », Langue française n° 102, Paris, Larousse, p. 69-83.

*** Gramatica Limbii Române. Cuvântul (I), 2005, [Grammaire de la Langue Roumaine. Le Mot], Bucureşti, Editura Academiei Române.

*** Gramatica Limbii Române. Enunţul (II), 2005, [Grammaire de la Langue Roumaine. L’Enoncé], Bucureçti, Editura Academiei Române.

*** Trésor de la langue française informatisé (TLFi). URL : http://atilf.atilf.fr/(consulté le 15 avril).

Notes

1 Ch. Bally (cité par Sorensen, 2002 : 532) avait remarqué le trait spécifique des verbes de perception intérieure ou d’imagination : « il s’agit de verbes et autres expressions qui marquent qu’un phénomène est conçu non comme une réalité, mais comme une pure représentation de l’esprit ».

2 Le terme a été créé en 1969 par Jerry Morgan (cité par Tuţescu, 1979 : 240). Dans le cas des « verbes créateurs de mondes possibles », les compléments sont supposés être vrais, non dans le monde réel, mais dans un monde possible, celui de l’énonciateur.

Auteur

Université Politehnica Timișoara
Faculté des Sciences de la Communication Département de Communication et Langues étrangères

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search