Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

Les non-événements sont-ils l’œuvre d’anti-héros ? Esquisse d’un rapprochement des préfixes non- et anti- en français

Edwige Dugas

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les exemples tirés de la Toile sont signalés par l’abréviation (www) ; les exemples sont donnés tel (...)

1Cet article vise à décrire un aspect du fonctionnement du préfixe non- sur base nominale en français (dorénavant (non-N]N), à savoir lorsqu’il a une interprétation que j’appelle « contraire » (1), interprétation que j’ai distinguée de l’interprétation « ontologique » (2) et de l’interprétation « contradictoire » (3). Les exemples ci-dessous, tirés de la Toile1, illustrent ces trois interprétations :

(1) Sujet : Le journal de 13h de Jean-Pierre Pernod sur Tf1 un non journal ?... Poser la question c’est y répondre, effectivement Jean-Pierre Pernod est un non journaliste, dans un non journal, où le degré zéro de l’information est fait pour les plus de 85 ans plus très frais psychiquement. (www)
(2) Une non-qualification serait un cataclysme pour l’équipe de France, qui a disputé tous les Mondiaux depuis 1997. (www)
(3) La cuisine italienne est l’une des cuisines les plus intéressantes et simples dans le monde, et est appréciée par à peu près tout le monde, jeunes et vieux, les Italiens et les non-Italiens, (www)

2En (2), où non-qualification a une lecture ontologique, la quantification porte sur le nom base (Nb) et le dérivé dénote l’absence de l’événement ‘qualification’ – autrement dit, une qualification qui n’a pas eu lieu. En (3), où non-Italien a une lecture complémentaire, le référent du Nb et celui du dérivé sont vus comme deux ensembles complémentaires, tous deux inclus dans un ensemble plus grand. Pour reprendre la définition donnée par Cruse (1986), « la nature d’une paire de complémentaires est qu’entre eux ils divisent de façon exhaustive un domaine conceptuel en deux compartiments mutuellement exclusifs, de telle sorte que ce qui n’appartient pas à l’un des compartiments appartient nécessairement à l’autre » (Cruse, 1986 : 198). Dans l’exemple (3), l’ensemble des individus appréciant la cuisine italienne est constitué de l’ensemble des Italiens et de l’ensemble des non-Italiens, et chaque individu appartient nécessairement à l’un ou l’autre de ces deux ensembles. Enfin, en (1), non-journal et non-journaliste sont employés dans une lecture contraire. Pour commencer, je me contenterai dans cette introduction de dire qu’intuitivement, un non-journal est un mauvais journal (télévisé, en l’occurrence) parce qu’il ne remplit pas correctement son rôle, à savoir, fournir une information de qualité (pertinente, intéressante, non triviale) ; un non-joumaliste est quant à lui un mauvais journaliste, par exemple parce qu’il diffuse des reportages inintéressants. En d’autres termes, dans son interprétation contraire, un [non-N]N désignerait un nom dont le référent ne possède pas toutes les propriétés du référent du Nb.

  • 2 Cette interprétation des [anti-N]N prend le nom d’« emplois antipodaux » chez Fradin (1997a, 1977b) (...)

3Je cherche dans cet article à rapprocher la préfixation en non- sur base nominale avec une lecture contraire, telle qu’illustrée par (1), de la préfixation en anti- sur base nominale avec une interprétation qui a notamment été qualifiée d’« antonymique » dans la littérature (Rey, 1968 ; Corbin, 1980 ; Heyna, 2008)2 ; c’est également le terme que je retiendrai pour référer à cette lecture des lexèmes nominaux construits par préfixation de anti- sur base nominale (dorénavant [anti-N]N). En (4) et (5), anti-robin des bois et anti-voiture sont des cas de lecture antonymique d’[anti-N]N :

(4) Margaret Thatcher est l’anti-Robin des Bois, a remarqué Gordon Brown, député travailliste, elle prend aux pauvres pour donner aux riches, (www)
(5) Pour lutter contre la pollution, la Twike, une anti-voiture suisse à énergie électrique et à pédales. (Heyna, 2013)

4Le parallèle entre la lecture contraire des [non-N]N et l’interprétation antonymique des [anti-N]N se justifie dans la mesure où, comme dans l’interprétation contraire des [non-N]N, le référent désigné par le dérivé, dans l’interprétation antonymique des [anti-N]N, est un référent qui a certes des traits communs avec le référent du nom base, mais qui n’en possède pas toutes les caractéristiques – ou qui en possède d’autres. Ainsi, non-héros (6) et anti-héros (7) témoignent d’une interprétation très proche, à base identique et à contexte similaire, de la préfixation en non- et de la préfixation en anti- :

(6) Thomas Covenant est loin d’être un héros classique, mais plutôt un non-héros qui amène le malheur sur tous les personnages qui croisent son chemin. Il refuse avec obstination le rôle de sauveur qu’on veut lui voir jouer. (www)
(7) Le Cid, par exemple, voué à la reconquête, progresse à chaque page alors que l’anti-héros de Cervantès est contraint à la répétition du même. Aucune aventure ne le fait avancer. Le seul événement qui transforme vraiment sa destinée, c’est sa mort. (www)

5Comme non-, anti- est généralement classé parmi les « préfixes de négation ». Une comparaison de non- et de anti- paraît donc tout à fait légitime. M’appuyant sur un corpus de formes attestées, je m’efforcerai de montrer dans ce travail ce qui peut rapprocher ces deux préfixations mais aussi de pointer du doigt ce qui les différencie.

6L’article est organisé comme suit. Je procède tout d’abord à un état de l’art de l’interprétation contraire des [non-N]N et de l’interprétation antonymique des [anti-N]N. Ensuite, la troisième partie est consacrée à la méthodologie du travail sur corpus adoptée pour cette étude et à la présentation des résultats. Dans la dernière partie, je propose une analyse comparée de la lecture contraire des [non-N]N et de l’interprétation antonymique des [anti-N]N.

1. État de l’art

1.1. L’interprétation contraire des [non-N]N

7La littérature est pratiquement muette sur l’interprétation des dérivés nominaux en non- en français, et ce pour plusieurs raisons. Quand non- est employé de façon liée (et non pas comme adverbe de phrase, en syntaxe), son statut est problématique et différentes propositions ont été faites à son sujet (entre autres, Zimmer, 1964 ; Gaatone, 1971 ; Di Sciullo et Tremblay, 1993 ; Huot, 2007). Je considère toutefois que lorsqu’il s’adjoint à un nom, non- est un préfixe (Dugas, 2012). D’autre part, l’essentiel des travaux touchant à non- dans son emploi lié portent sur les cas où il s’adjoint à un adjectif. De fait, les arguments et exemples proposés dans la littérature concernant les [non-N]N dans l’interprétation que j’ai appelée « contraire » sont inexistants. Heureusement, les travaux sur le préfixe non- et le préfixe un- en anglais sont susceptibles de fournir des pistes intéressantes.

8Algeo (1971), notamment repris par Bauer (1983) et par Plag (2003), distingue trois préfixes non- : le non- « privatif » (8), le non- « péjoratif » (9), et le non- « dissimulatif » (10) :

  • 3 Nous acceptons la guerre avec la même non-pensée que notre tasse de café du matin. (Toutes les trad (...)
  • 4 « Non-candidat » : personne déclarée candidate mais dont l’élection est si improbable qu’elle ne pe (...)
  • 5 En général, l’herbe est plus verte dans une maison hippie. Sans Souci Temple, près de Los Angeles, (...)

(8) We accept war news with the same nonthought as the morning cup of coffee3 (Algeo, 1971 : 90)
(9) “Noncandidate” : one who is declared candidate but whose élection is so unlikely that he can be set aside as a possible contender4. (Algeo, 1971 : 94 sq.)
(10) The grass is usually greener in a hippie house. Sans Souci Temple, near downtown Los Angeles, accommodates a happy non-family of 24 people, including these adults and child – none of them related to one another5. (Algeo, 1971 : 94 sq.)

  • 6 La chose qu’il décrit possède les accidents, mais pas la substance.
  • 7 « La chose possède la substance mais pas les accidents ».

9Non- « péjoratif » (9) et non- « dissimulatif » (10) semblent a priori très proches de l’interprétation contraire de non- des [non-N]N en français, dans la mesure où il est question de propriétés manquantes. La différence que fait Algeo entre non- « péjoratif » et non- « dissimulatif » est que, dans le premier cas, « the thing it describespossesses (...) the accidents, but not the substance named »6 et dans le second cas, « the thingpossesses the substance though not the accidents »7 (Algeo, 1971 : 95).

  • 8 « ne satisfont pas les critères structurels pour la catégorie X mais partagent sa fonction, évoquan (...)

10D’autre part, Horn (2002) propose une analyse du préfixe anglais un- sur bases nominales, que je mentionne ici, étant donné que l’interprétation de ces dérivés est très similaire à l’interprétation contraire des [non-N]N en français. Horn identifie deux interprétations différentes pour les un-N, qu’il appelle « classe A » (pour almost, ‘presque’) et « classe B » (pour barely, ‘à peine’) : – Les un-N de la classe A « do not satisfy the structural criteria for the category X but share its function, evoking a superset category encompassing both X and un-X »8 (Horn, 2002 : 65). Le référent d’un wn-N est donc presque un membre de la catégorie N, comme l’illustre l’exemple de unturkey (11) :

  • 9 ‘Non-dinde’ : employé pour désigner des imitations de blanc de dinde au soja vendus dans les magasi (...)

(11) Unturkey : used for mock turkey breasts made from soy sold at natural foods store9.

  • 10 « [le référent] est un membre de la catégorie (...) mais un membre périphérique ou non prototypique (...)

– Dans le cas des wn-N de la classe B, « [the referent] is a member of the category (...), but a peripheral or non-prototype member (...), one lacking a functionally significant (but not criterial) property associated with the category in question »10 (Horn, 2002 : 66). Le référent dénoté par le « n-N est à peine un membre de la catégorie N, comme l’illustre unwoman en (12) :

  • 11 ‘Non-femmes’ : dans The Handmaid’s Tale de Margaret Atwood, nom donné aux femmes qui, en raison de (...)

(12) Unwomen : label for women in Margaret Atwood’s The Handmaid’s Tale (1985) who, because they are not fertile, are shipped to the colonies as slave labor11.

  • 12 « un ensemble minimum de données socialement déterminées concernant l’extension de la catégorie ».

11Une précision théorique s’impose ici. Horn fait appel à la notion de prototype, qui désigne le meilleur représentant d’une catégorie (Rosch, 1978) ; il s ’ agit avant tout d’une notion psychologique qui rend compte de l’organisation cognitive de la connaissance et de la signification. Quant au stéréotype, dont il sera fait mention plus loin, c’est une notion sociolinguistique qui correspond, selon Geeraerts, à « a socially determined minimum set of data with regard to the extension of the category »12 (Geeraerts, 2008 : 26) (cf. § 4.1.1).

12Pour résumer, les analyses d’Algeo (1971) et de Horn (2002) ont en commun de faire appel aux notions de catégorie et de propriété : la préfixation par non- et par un- aurait pour résultat de nier certaines propriétés du référent du nom base et de remettre plus ou moins en question l’appartenance du référent du nom construit à la catégorie du nom base.

1.2. L’interprétation antonymique des [anti-N]N

  • 13 Je reprends ce qualificatif à Heyna (2008, 2009, 2013) et Hathout (2009) ; les autres auteurs parle (...)
  • 14 « Les différentes interprétations des dérivés en anti- ne s’organisent pas en une hiérarchie ou une (...)

13L’interprétation antonymique des [anti-N]N a été assez largement décrite, bien que moins en détail que l’interprétation adversative13, c’est-à-dire celle concernant les dérivés adjectivaux ou nominaux (à base adjectivale ou nominale) qui ont le sens de « qui est opposé, hostile, qui cherche à lutter contre le Nb » (p. ex. antigrippala/n, antilimacesa/n, antiridesa/n). Une revue de la littérature concernant l’interprétation antonymique des [anti-N]N permet de faire ressortir trois grandes caractéristiques propres à ces dérivés et à cette interprétation : (i) l’inversion de propriétés attachées au référent du Nb, (ii) une relation sémantique nom dérivé/Nb faite à la fois d’ antonymie et d’hypo/ hyperonymie, (iii) une « unité de famille » (Hathout, 2009)14 du préfixe anti-, dont le sémantisme est fondamentalement oppositionnnel.

1.2.1. Inversion de(s) propriétés

14Les auteurs s’accordent à dire que la préfixation en anti- entraîne une annulation (ou inversion, renversement) des propriétés attachées au référent du Nb. Ils diffèrent toutefois quant au nombre et à la nature des propriétés ainsi affectées par la préfixation.

15Ainsi, pour Rey, « la totalité des traits du contenu de la base est affectée par le préfixe » (Rey, 1968 : 53). L’auteur propose la représentation suivante, basée sur une décomposition sémantique en termes de traits :

(13) X = S1, S2, S3... Sn (traits pertinents positifs)
Anti-X = -SI, -S2, -S3...-Sn (mêmes traits négativisés)

16De la même façon, chez Corbin (1980), « le sens du dérivé est l’opposé de celui du radical ; dérivé et radical forment un couple antithétique » (Corbin, 1980 : 196). Par exemple, un antiroman est un roman dont les caractéristiques sont opposées à celles du roman traditionnel.

17L’analyse de Fradin (1997a, 1997b) est différente. Selon lui, le N dérivé « dénote un objet caractérisé par le fait qu’il se définit par la négation des propriétés stéréotypiquement attachées à N » (Fradin, 1997a : 90). Ainsi, anti- « n’opère pas sur la représentation sémantique du N prise en bloc mais au contraire sur chaque propriété qu’encode cette dernière » (Fradin, 1997a : 11). Fradin fait une distinction entre les propriétés constitutives et les propriétés stéréotypiques : anti- opère seulement sur les propriétés stéréotypiques. Par exemple, dans anti-Madonna, employé dans l’énoncé Céline Dion, l’anti-Madonna, anti- annule les propriétés stéréotypiques ‘provocatrice’, ‘femme – fatale’, tout en maintenant les propriétés constitutives ‘femme’ et ‘chanteuse’ du Nb (Fradin, 1997b : 340). Toutefois, ceci suppose que l’on se soit accordé, au préalable, sur les propriétés stéréotypiques attachées au référent du Nb. C’est ce que souligne notamment Zribi-Hertz, pour qui les [anti-N]N antonymiques sont paraphrasables par « (tout) le contraire de » (Zribi-Hertz, 1973 : 48) et qui considère que dans cette interprétation, le rôle sémantique du préfixe anti-est d’exprimer non pas le contraire « objectif » du Nb, mais son « contraire subjectif » ; de plus, les propriétés attachées au Nb peuvent varier « à l’infini selon les locuteurs » (Zribi-Hertz, 1973 : 49).

18Heyna (2008, 2009, 2013) et Hathout (2009) adoptent une position proche de celle de Fradin (1997a, 1997b) et considèrent que le préfixe anti-est un opérateur qui agit sur l’intension du Nb en annulant ou en renversant certains des traits sémantiques considérés comme (proto) typiques. Le référent appartient à la catégorie des Nb, parce que « suffisamment de traits pertinents sont maintenus ». Par exemple, « un antihéros reste malgré tout une sorte de héros » (Heyna, 2008 : 13 sq.) :

(14) Scandaleux Mercutio, conteur de balivernes, antihéros que n’anime nul esprit de sacrifice non plus qu’aucune dévotion à quelque cause juste ou injuste, mais qui se risque par jeu ! (Heyna, 2008 : 13 sq.)

19Les auteurs soulignent toutefois que les traits négativisés ne sont pas toujours identifiables, et que la glose accompagnant l’[anti-N]N permet d’identifier les propriétés annulées.

  • 15 Heyna donne également pour exemple une fausse clé [faux = illicite] ; j’ai versé le vin dans le fau (...)

20Enfin, Heyna (2013) propose une analyse dans laquelle le préfixe antirestreint l’extension du concept nominal dénoté par le Nb, en signifiant la « non-conformité au type » : anti- opère sur le trait [+vrai], et son fonctionnement est alors très similaire de l’adjectif faux, comme dans un faux col15.

1.2.2. Relation sémantique entre le dérivé et sa base

21Il ressort de la littérature le constat d’une double relation entre le dérivé et sa base : le nom dérivé est à la fois dans une relation sémantique d’antonymie et d’hypo/hyperonymie avec son nom base. Ainsi, Rey (1968) considère que même si les traits sont renversés, la « structure sémique » reste identique : par exemple, les Antimémoires de Malraux se présentent comme une sous-espèce de Mémoires : tous deux sont des objets, plus précisément, des livres, mais les traits propres au référent mémoires sont inversés (Rey, 1968 : 54 sq.). Pour Heyna (2008, 2009, 2013) et Hathout (2009), les [unti-N]N appartiennent à la classe du Nb et en forment une sous-classe, donc il y a rapport d’inclusion logique de type hyponyme/hyperonyme ; mais ils expriment également un écart par rapport au prototype exprimé par le Nb, d’où un rapport d’antonymie. Hathout et al. (2004) prennent l’exemple du lexème affiche tel qu’illustré en (15) et analysent anti-affiche comme un co-hyponyme, avec affiche normale, de affiche :

(15) Cette affiche de saison est presque une anti-affiche, sombre, sourde, discrète mais une image qui a du sens. (Hathout et al., 2004 : 9)

22Heyna (2013), qui propose de dire qu’anti- opère sur le trait ‘vrai’, considère que « le lexème N devient polysémique et fonctionne tantôt comme hyperonyme (...), tantôt comme hyponyme (...) » (Heyna, 2013 : 66). Appliqué à l’exemple (15), cela signifie que le lexème affiche est polysémique, puisqu’il peut désigner l’hyperonyme (affiche, , c’est-à-dire n’importe quel type d’affiche), ou l’hyponyme non marqué (affiche, , correspondant à une « vraie » affiche) ; anti-affiche est l’hyponyme marqué, où anti- porte sur le trait ‘vrai’ de affiche2. Pour rappel, il y a polysémie lorsqu’à un mot sont associés plusieurs sens, et que ceux-ci sont liés : par exemple, verre est polysémique, mais avocat ne l’est pas (il est homonymique).

1.2.3. Unité de famille du préfixe anti-

23Comme mentionné plus haut, anti- sert également à former des dérivés à valeur adversative (antilimacesa/N). Certains auteurs (Zribi-Hertz, 1973 ; Hathout, 2009) soulignent qu’au-delà des différences sémantiques entre les [anti-N]N adversatifs et les [anti-N]N antonymiques, le préfixe anti- réfère toujours à une opposition. Plusieurs arguments viennent étayer ce point de vue.

  • 16 Anti possède d’ailleurs une entrée « Nom commun » dans le dictionnaire collaboratif en ligne Wiktio (...)

24Comme le souligne Zribi-Hertz (1973), les deux valeurs distinctes (c’est-à-dire l’interprétation adversative et l’interprétation antonymique) des dérivés en anti- « ont en commun la notion d’opposition » (Zribi-Hertz, 1973 : 20), qui se traduit soit par l’idée d’antagonisme, c’est-à-dire d’affrontement (pour les dérivés adversatifs), soit par l’idée de contraire, c’est-à-dire de différence (pour les dérivés antonymiques). Comme tous les auteurs à sa suite, Zribi-Hertz fait le constat que la valeur adversative est la plus fréquemment présente dans les dérivés en anti-. On notera également que le poids sémantique d’anti-est tel qu’il est possible de lui attribuer un sens hors contexte, puisqu’on le rencontre facilement en emploi autonome dans le discours, tout comme son antonyme pro- (ce qui n’est pas possible pour le préfixe non-)16 :

(16) a. Sur le non-cumul, pro et anti jouent la surenchère. (Wiktionary, s.v. anti)
b. Mariage gay : la mobilisation des antis ne faiblit pas. (Wiktionary, s.v. anti)

25D’autre part, Hathout (2009), entre autres auteurs, souligne l’existence de dérivés polysémiques qui peuvent avoir les interprétations adversative et antonymique (selon le contexte). Et certains dérivés peuvent avoir les deux interprétations en même temps, par exemple antipédagogie désigne à la fois « une pédagogie basée sur des principes différents de ceux de la pédagogie traditionnelle », mais aussi qui « considère (...) cette dernière comme une nuisance, la combat et cherche à s’imposer à sa place » (Hathout, 2009 : 105). Dans le même ordre d’idées, Zribi-Hertz (1973 : 52) remarque que « les deux valeurs en question [adversative et antonymique] ne se distinguent pas toujours de manière très tranchée, et peuvent même se mêler dans l’interprétation ».

  • 17 Trésor de la Langue Française informatisé, http://atilf.atilf.fr/.

26Cette unité de famille est aussi à rechercher dans l’étymologie du préfixe anti-. Le préfixe anti- des [anti’-N]N antonymiques vient du grec άντί « qui est en face » et, par extension, « qui est contraire, opposé » (TLFi17, s.v. anti-). Ce préfixe est homographe du préfixe anti- issu du préfixe latin ante-, que l’on retrouve notamment dans les dérivés antichambre, antidater. Hathout (2009) rassemble d’ailleurs ces deux préfixes autour du sens originel « en face » du préfixe grec άντί. Au contraire, je considère que ces deux préfixes doivent être considérés séparément ; par ailleurs, je me rallie à la position de Zribi-Hertz (1973) selon laquelle le sens le plus saillant du préfixe anti- est un sens oppositionnel adversatif, et que le sens d’antonymie est secondaire.

2. Les résultats de l’annotation des noms bases

2.1. Corpus et annotation : méthodologie

  • 18 http://www.frantext.fr/.
  • 19 http://glossa.fltr.ucl.ac.be/.
  • 20 http://hpsg.fu-berlin.de/cow/colibri/.

27Afin de disposer de données issues de divers domaines et registres de langue, mon corpus est issu de trois sources : (i) la nomenclature du TLFi, (ii) les textes de 1900 à 2012 contenus dans Frantext18, (iii) la Toile, via l’outil de veille GlossaNet19 et le corpus COLiBrl20. Au total, 127 types (pour 215 tokens) de [non-N]N à lecture contraire et 166 types (pour 382 tokens) d’ [anti-N]N à lecture antonymique ont été récoltés. Le tri des occurrences s’est nécessairement fait manuellement et en contexte. Mes données ont été annotées selon deux critères : (i) morphologie du nom base, (ii) sémantique du nom base.

28Premièrement, j’ai annoté chaque [non-N]N contraire et chaque [anti-N]N antonymique en fonction de la morphologie de leur nom base, en m’aidant de leur suffixe et, pour les cas difficiles, des indications fournies par le TLFi à la rubrique étymologique de l’entrée du nom en question. J’ai ainsi distingué les noms déverbaux (-ade, -age, -ance/-ence, -ée, -ment, -ion, -ure), les noms désadjectivaux (-ité, -eur, -esse, -ise, -ice, -ion, -erie, -itude, -ance/ence), les noms dénominaux (-ade, -âge, -ance, -aille, -at, -ier, -ure), les lexèmes apparentés à des participes passés ou présents, les lexèmes formés par composition et les unités polylexicales, les noms propres, et les lexèmes simples ou non construits en synchronie. J’ai fait le choix de ne pas attribuer de catégorie morphologique aux lexèmes portant les suffixes -isme ou -iste, étant donné la difficulté qu’il y a, dans ces cas, à décider du sens de la dérivation.

29Deuxièmement, chaque nom base a été classé selon son type sémantique. J’ai distingué les six classes sémantiques suivantes :

    • 21 Ce que j’appelle artefacts non intellectuels sont des objets fabriqués physiques non iconiques dans (...)

    Les artefacts, regroupant les artefacts non intellectuels (chaussure, maison), les artefacts informationnels (journal, article) et les artefacts artistiques (film, roman)21 ;

  • Les entités naturelles, c’est-à-dire les objets naturels, animaux, végétaux, minéraux (oiseau, betterave, montagne) ;

  • Les êtres humains, qu’il s’agisse des êtres humains vus sous l’angle de leur activité professionnelle, de leur rôle social, de leur activité non professionnelle, ou encore de leur appartenance ethnique/nationale ou politique, religieuse ou intellectuelle (journaliste, héros, colombophile, Italien, communiste) ;

  • Les événements, quelle que soit leur étendue temporelle (guerre, apparition) ;

    • 22 Ces noms qui dénotent des entités sans aucune extension temporelle, caractérisées par une indistinc (...)

    Les abstractions, regroupant les objets abstraits (profit, valeur), les concepts propres à un domaine scientifique (l’être en philosophie), les qualités, sentiments et états (intelligence, tristesse, amour)22, et les comportements, qui désignent des qualités, sentiments ou facultés considérés sous un aspect attitudinal (générosité) ;

  • Les noms propres (dorénavant Npr), qu’ ils désignent des êtres humains (Freud, de Gaulle), des événements (guerre d’Algérie), des institutions (Sorbonne), ainsi que les toponymes (Japon) ont été classés dans un groupe à part, étant donné qu’ils réfèrent d’une manière qui diffère de celle des noms communs.

2.2. Mode de construction morphologique des noms bases

30On trouve dans le corpus de travail une majorité de bases simples à la fois parmi les [non-N]N contraires et les [anti-N]N antonymiques. Cette préférence est toutefois plus marquée dans le cas des [non-N]Nque dans celui des [anti-N]N (70 % contre 49 %) :

(17) peut-être le pigeon des villes bénéficie-t-il d’un régime spécial, étant considéré comme non sauvage et même dégénéré par nos chers ornithologues ? Un non oiseau, un OVNI : Oiseau Volant Nouvellement Interdit, (www)
(18) Bordeaux, Toulouse et Rennes sont, dans cet ordre, les équipes que vous jugez les plus décevantes dans ce trio d’outsiders en panne de résultats. Vos réactions à notre sondage. (...) Dans l’immédiat, vous placez les Girondins sur la première marche de notre anti-podium (42 %), suivis de Toulouse (36 %) et de Rennes (22 %) que vous êtes assez nombreux à « sauver ». (www)

31Les [non-N]N contraires et les [anti-N]N antonymiques diffèrent sur trois autres points. Tout d’abord, les bases déverbales sont en plus grande proportion parmi les [non-N]N contraires que parmi les [anti-N]N antonymiques (13 % contre moins de 4 %) :

(19) Vraiment pénible cette non-argumentation qui consiste a trouver pire pour justifier l’injustifiable. (www)
(20) Son aveu si caractéristique à Lady Melbourne, qu’il n’avance jamais que lorsque la femme a fait spontanément plus de la moitié du chemin, pourrait être la devise de cet anti-séducteur qui ne fait qu’un avec le séducteur malgré lui. (F)

32Deuxièmement, les bases dénominales se recontrent plus fréquemment parmi les [anti-N]N antonymiques (10 %) que parmi les [non-N]N contraires (moins de 4 %) :

(21) Je crois que je suis un guerrier, et toi, que tu le veuilles ou non, tu es un anti-guerrier. (F)
(22) Le bulldozer dessine un non-paysage. Entre les colonies, le long des autoroutes de contournement, autour des check points, rien ne doit subsister qui puisse empêcher la visibilité. (F)

33Enfin, les [anti-N]N antonymiques fonctionnent très bien avec les noms propres, qui constituent un quart des bases (25 %), ce qui n’est pas le cas des [nozz-N]Ncontraires (1,6 % seulement) (cf. § 3.3.).

34Le tableau 1 récapitule la distribution des types morphologiques des Nb des [non-N]N contraires et des [anti-N]N antonymiques.

Tableau 1 : Répartition des bases selon leur mode de construction morphologique.

Type de base

non-

Ratio/total

anti-

Ratio/total

simple

89

70,08 %

82

49,40 %

nom déverbal

17

13,39 %

6

3,61 %

nom désadjectival

3

2,36 %

10

6,02 %

nom dénominal

5

3,94 %

17

10,24 %

participe (passé, présent)

3

2,36 %

Ø

0,00 %

dérivé en -iste ou -isme

0

0,00 %

3

1,81 %

unité polylexicale

8

6,29 %

6

3,61 %

nom propre

2

1,57 %

42

25,30 %

TOTAL

127

100,00 %

166

100,00 %

2.3. Sémantique des noms bases

35Les [non-N]n contraires ont une préférence pour les bases dénotant des artefacts (37 %) :

(23) J’ai été tenté de taper sur les marinières, mais j’ai trouvé pire avec les tennis en toile, style Victoria ou Bensimon. La non-chaussure par excellence, qui m’évoque irrémédiablement les mamies condamnées par leurs cors au port de chaussures confortables, (www)

36Les [non-N]N contraires sélectionnent également un grand nombre de bases dénotant des événements (28 %) :

(24) C’est le grand paradoxe de cette élection à la présidence du Medef. Jamais la situation de la France n’a été aussi critique (...) et personne, dans cette non-campagne, ne parle des entreprises, des entrepreneurs. Non, on ne parle que des statuts de l’organisation patronale, de la tentative de sa présidente sortante de faire un 3e mandat (...) (www)

37La différence avec les [anti-N]N antonymiques est ici flagrante : seuls 4 % d’entre eux sont construits sur des bases dénotant des événements :

(25) Il va jusqu’à la chaise où sont posés ses vêtements, il commence à se rhabiller. (...) premier acte : le caleçon, acte deux : la liquette, acte trois : les chaussettes avant le pantalon, enfin acte quatre : la cravate et le geste rond qu’elle implique – cet anti strip-tease qui ne cesse d’être ridicule que s’il s’accomplit dans la bonne humeur, Laurent, parce qu’il est sombre, en fait une espèce de drame.

  • 23 Le terme de métaphore est ici repris à Kleiber (1981), mais tous les auteurs ne s’accordent pas sur (...)

38L’autre grande différence concerne les bases dénotant des noms propres, dans leur emploi métaphorique23 : elles constituent 25 % des [anti-N] antonymiques contre seulement 1,6 % des [non-N]N contraires. Dans le cas des [anti-N]N, il s’agit principalement de noms propres d’êtres humains (28 sur un total de 38 Npr) :

(26) François Hollande est l’anti-de Gaulle par excellence. Dans les crises, il ne renverse pas la table. Il gagne du temps. Toute sa vie, il s’est méfié du lyrisme, des grands mots, des grands hommes et des révolutions, (www)

39Enfin, les bases dénotant des êtres humains sont plus nombreuses dans le cas des [anti-N]N antonymiques (23 %) que dans celui des [non-N]N contraires (15 %). En (27), une relation métonymique relie blouson noir, artefact, à un être humain :

(27) L’accusé, tel que vous me le décrivez, est une sorte d’anti-blouson noir, le brave type que rien ne prédisposait au meurtre et qui y a été conduit malgré lui. (F)
(28) Jean-Pierre Pernod est un non journaliste, dans un non journal, ou le degré zéro de l’information fait pour les plus de 85 ans plus très frais psychiquement, (www)

40Enfin, on rencontre parmi les [anti-N]N antonymiques une proportion égale (23 %) de bases dénotant des abstractions (29) et des artefacts (30) :

(29) La Chine venait donc prendre la place d’une anti-origine : la plus profonde, la plus ancestrale, la race des ancêtres aux yeux bridés, mais aussi la plus invraisemblable, donc la plus indolore, impersonnelle, sans couleurs enfantines, juste un puzzle de mirages. (F)
(30) Moi qui souffre, comme déjà dit, d’hyperacousie, je regrette de très mal supporter cette sorte d’anti-sonotone, qui ajoute au bruit du dehors un bourdonnement intérieur bien incapable de le couvrir. (F)

41Comme dans le cas des [non-N]N contraires, les artefacts sont surtout des objets fabriqués informationnels ou artistiques :

(31) Nous sommes donc face à une dérive du roman policier, et nous entrons dans le monde du roman d’un justicier. Pour autant, très vite les circonstances vont faire qu’il s’agit en fait d’un antiroman policier, (www)

42Le tableau 2 récapitule la distribution des types sémantiques des Nb des [non-N]n contraires et des [anti-N]N antonymiques.

Tableau 2 : Répartition des bases selon leur classe sémantique.

Type de base

non-

Ratio/total

anti-

Ratio/total

artefact

47

37,01 %

38

22,89 %

entité naturelle

9

7,09 %

3

1,81 %

être humain

19

14,96 %

38

22.89 %

événement

33

27,98 %

7

4,22 %

abstraction

17

13,39 %

38

22,89 %

nom propre

2

1,57 %

42

25,30 %

TOTAL

127

100,00 %

166

100,00 %

3. Analyse des résultats

43On peut dégager des caractéristiques communes aux [non-N]N contraires et aux [anti-N]N antonymiques (§ 3.1.), mais ces deux types de dérivés et d’interprétations ne se confondent pas (§ 3.2.).

3.1. Les points communs entre les [non-N]N contraires et les [anti-N]N antonymiques

3.1.1. Mise enjeu des propriétés stéréotypiques

44Dans les approches structuralistes du sens et des catégories, les catégories ont des frontières délimitées. Pour appartenir à une catégorie, un objet doit posséder les attributs définitoires de cette catégorie : cela signifie entre autres que les membres d’une même catégorie ont un statut catégoriel égal (cf. entre autres Kleiber, 1990 : 22). Avec les cognitivistes et les tenants de l’approche en termes de prototypie, je défends dans ce travail l’idée qu’au sein d’une catégorie, certains individus (au sens large du terme) sont de meilleurs exemplaires de la catégorie que d’autres et qu’il existe des individus dont l’appartenance à la catégorie est incertaine : les catégories ont des frontières floues. D’autre part, l’examen des données de mon corpus suggère une analyse non pas en termes de propriétés prototypiques, mais de propriétés stéréotypiques. Certes, comme le rappelle Geeraerts (1989), stéréotypes et prototypes mettent en jeu les informations sémantiques qui sont saillantes dans une catégorie mais non suffisantes pour définir la catégorie dans son entier. Mais tandis que le prototype est avant tout une notion psychologique et cognitive, qui semble postuler l’homogénéité de la communauté linguistique (cf. entre autres Putnam, 1975 ; Geeraerts, 2008), le stéréotype est attaché à un contexte et à un groupe socio-culturel donné (une « communauté linguistique » dans le sens de Putnam, 1975). Je conçois donc le stéréotype comme un ensemble non fermé de propriétés associées à un nom ; ces propriétés ne correspondent pas nécessairement à la réalité (elles peuvent être fausses ou contradictoires). Enfin, je reprends la distinction faite par Anscombre (2001) entre stéréotypes primaires et stéréotypes secondaires. Les premiers sont attachés de façon stable à un terme dans une communauté linguistique donnée ; les seconds sont attachés localement à l’occurrence d’un terme, et dépendent plus fortement du contexte. Avec les stéréotypiques secondaires, « le locuteur émet une opinion qui lui est propre, sans cependant nécessairement se démarquer de la communauté linguistique à laquelle il se présente comme appartenant » (Anscombre, 2001 : 64). Étant donné le rôle du contexte dans l’interprétation des [non-N]N contraires et des [awti-N]N antonymiques, i.e. dans l’identification des propriétés niées, il semble que ces dérivés mettent principalement en jeu des stéréotypes secondaires.

3.1.2. Rôle du contexte discursif

45Le contexte discursif joue un rôle crucial dans l’interprétation contraire des [non-N]N et l’interprétation antonymique des [anti-N]N. Il est très fréquent que les propriétés stéréotypiques du nom sur lequel portent non- et anti- soient mentionnées dans le contexte immédiat au moyen de gloses, par exemple dans le cas de non-femme en (32) et d’anti-western en (33) :

(32) a. Bon, mon problème, c’est que je n’ai pas envie de devenir ce modèle de féminité exacerbée. Je suis petite, menue, je ne me maquille pas, ne porte pas de jupe ni de talons, j’ai les cheveux et les ongles courts. Ah oui ! Et je n’ai pas de poitrine ! (...) Mais est-ce que ça fait de moi une non-femme ?? (www)
b. Je suis dingue de plantations. Les fleurs, par contre, bof, je m’en fiche ! Serais-je une non-femme ? (www)
(33) a. Un roman sur le mal et un regard sans concession, qui exhibe la face cachée de l’histoire américaine, scandée par les massacres, les exactions, les larcins etc. En somme un anti western. Les décors sont les mêmes que dans les westerns hollywoodiens, mais la conquête n’aboutit à rien, sinon au vide, à la vacuité de l’immensité désertique où la violence se déploie en pure perte, (www)
b. Je conseille Blessés (Actes Sud), un roman contemporain de l’Américain Percival Everett, paru en France il y a quinze jours. Il s’agit d’un anti-western où le héros est un cow-boy noir. Le livre aborde des thèmes comme le racisme et l’exclusion dans les États-Unis d’aujourd’hui. Il y est aussi question d’homosexualité. C’est un roman très touchant, où l’on retrouve un peu l’atmosphère des grands espaces américains des livres de Jim Harrison. (www)

46Ces exemples illustrent donc le fait qu’il n’y a pas nécessairement d’accord entre les scripteurs sur les traits considérés comme stéréotypiques ; ils montrent aussi le rôle déterminant du contexte dans l’identification des propriétés affectées par la préfixation en non- et en anti-.

3.1.3. Les [non-N]N contraires et les [anti-N]N antonymiques ne sont pas de véritables dénominations

47Étant donné ce qui vient d’être dit sur le rôle du contexte, je considère que les [non-N]N contraires et les [anti-N]N antonymiques sont davantage une manifestation de la créativité lexicale des locuteurs que l’expression d’un réel besoin lexical. Ces dérivés n’ont pas pour fonction d’attribuer une dénomination à une réalité extralinguistique, mais de permettre au locuteur de porter une évaluation sur le [non-N]N ou sur l’[anti-N]N en question. Par conséquent, ni les [non-N]N contraires (contrairement à ce qui est suggéré par Algeo, 1971 et par Horn, 2002), ni les [anti-N]N antonymiques (contra Heyna, 2008 et Hathout, 2009) ne se caractérisent par une relation d’hypo/hyperonymie : ces dérivés ne sont pas classifiants, mais qualifiants. Reste à déterminer le type de relation sémantique qui unit un [no-N]N / [anti-N]N à son nom base. La piste que je suggère ici, et qui devra être investiguée dans des travaux ultérieurs, est celle d’un rapprochement avec les troponymes tels que théorisés par Fellbaum (1990, 1999) pour le domaine verbal. Une relation troponymique est une relation d’implication lexicale entre deux verbes qui peut être exprimée par la formule « faire V1, c’est faire V2 d’une façon particulière ». Appliquée aux [non-N]N contraires et aux [anti-N]N antonymiques, cette approche permettrait peut-être de rendre compte du lien sémantique particulier qui unit le dérivé à son Nb.

3.2. Les différences entre les [non-N]N contraires et les [anti-N]N antonymiques

3.2.1. Les contraintes sur le nom base

  • 24 La préférence de non- pour les bases dénotant des événements est peut-être aussi à mettre en lien a (...)
  • 25 Le corpus contient 66 [anti-N]N antonymiques avec une base dénotant un humain, dont 28 noms propres (...)

48Les résultats présentés dans la section précédente, même s’ils restent à confirmer par l’examen d’un corpus plus important, montrent que les [non-N]N contraires et les [anti-N]N antonymiques font porter des contraintes différentes sur leur base. Ma proposition pour expliquer cet état de fait est la suivante : premièrement, les Nb renvoient à des propriétés stéréotypiques différentes selon leur type sémantique ; deuxièmement, non- et anti- ne sont pas sensibles aux mêmes propriétés stéréotypiques. Comme je l’ai évoqué, non- et antis’opposent notamment concernant les bases dénotant des événements (grève, mariage, scandale), que l’on trouve à 28 % dans les [non-N]N contraires et à 4 % seulement dans les [anti-N]N antonymiques24. Un événement peut par exemple être vu comme un script (Schank & Abelson, 1977), c’est-à-dire une séquence stéréotypique d’actions qui définit une situation particulière. Par exemple, l’événement « mariage » implique stéréotypiquement un couple, une cérémonie, un vin d’honneur, un repas etc. Non- et anti- s’opposent également quant aux bases dénotant des êtres humains (héros, blouson noir, de Gaulle), qu’on trouve à 40 % dans les [awtz-N]N antonymiques et à 15 % dans les [non-N]N contraires. Cette disproportion semble due au fait que les [anti-N]N antonymiques fonctionnent très bien avec tous les types de bases dénotant des humains, dont les noms propres, alors que non- fonctionne très mal avec les noms propres, mais assez bien avec les autres types de bases dénotant des humains25.

49D’autre part, si l’on examine les dérivés du TLFi et ceux de Frantext, seuls 12 d’entre eux se retrouvent à la fois dans un [non-N]N contraire et dans un [anti-N]N antonymique : il s’agit de art, artiste, chose, communication, héros, histoire, langage, livre, maison, monde, musique, poésie. Par conséquent, il est évident que, dans ce type de dérivés, les préfixations en non- et en anti- ne sont pas équivalentes, même si des points communs existent (cf. supra).

3.2.2. L’interprétation des lexèmes construits

50L’examen de l’interprétation contraire des [non-N]N et de l’interprétation antonymique des [anti-N]N renforce l’idée que ces deux lectures ne sont pas équivalentes. Les [non-N]N contraires retenus pour ce travail peuvent être divisés en deux groupes. D’un côté ceux pour lesquels la lecture contraire ne fait pas de doute, puisque le référent du dérivé appartient à la catégorie du référent du nom base : en (34), une non-chaussure est une chaussure :

(34) J’ai été tenté de taper sur les marinières, mais j’ai trouvé pire avec les tennis en toile, style Victoria ou Bensimon. La non-chaussure par excellence, qui m’évoque irrémédiablement les mamies condamnées par leurs cors au port de chaussures confortables. (www)

51De l’autre, ceux qui se trouvent à la frontière de l’interprétation contraire et de l’interprétation ontologique (cf. (2)), parce qu’il est difficile de décider s’il y a inclusion sémantique entre le dérivé et le Nb : en (35), la non-pluie n’est pas de la pluie, mais elle a tout de même quelque chose qui est en rapport étroit avec la pluie :

(35) Ce que j’ai éprouvé, savouré, dont je me suis imbibé, que j’ai emmagasiné pour m’en ressouvenir (...) était un silence de non-pluie, c’est-à-dire un silence qui conservait en arrière-plan le bruit de pluie ; et un silence de brume ; et un silence de petites averses (...) (F)

52Les [anti-N]N antonymiques, quant à eux, sont de trois types. Ils peuvent avoir leur sens antonymique « classique » ; mais cette lecture antonymique peut également pencher vers un sens d’inversion totale, si bien que le dérivé ne dénote pas un référent de même catégorie que la base : en (36), une cocotte minute n’est pas une montagne :

(36) La cocotte minute, ou cocotte pression, est une anti-montagne : en altitude, l’air se raréfie, la pression est inférieure à la pression au niveau de la mer, de sorte que les molécules d’eau (...) quittent plus facilement la masse du liquide où elles se trouvaient (...). Au contraire, dans une cocotte, l’eau qui s’évapore en début de cuisson augmente progressivement la pression dans la cocotte, de sorte que les molécules d’eau sortent plus difficilement du liquide (...). (www)

53Enfin, la lecture antonymique des [anti-N]N est très souvent teintée d’adversativité (cf. les dérivés du type antilimacesA/N) : 35 % des [anti-N]N antonymiques du corpus sont à la frontière entre une interprétation antonymique et une interprétation adversative, par exemple :

(37) le fondateur de la cybernétique, Norbert Wiener, (...) fournit lui-même aux croisés de l’anti-technique des arguments qui ne sont pas négligeables, lorsqu’il se risque à prophétiser : « La révolution industrielle moderne est fatalement conduite à dévaloriser le cerveau humain à tout le moindre dans ses décisions les plus simples et les plus routinières ». (F)

54Si les [anti-N]N du type anti-montagne (36) peuvent être éventuellement rapprochés de l’interprétation ontologique des [non-N]N, l’adversativité dénotée par les [anti-N]N du type anti-technique (37) est propre aux [anti-N]N.

Conclusions et perspectives

55J’ai montré dans ce travail dans quelle mesure il était possible de rapprocher la lecture contraire des [non-N]N et la lecture antonymique des [anti-N]N : ils sélectionnent les propriétés stéréotypiques que le locuteur attache au référent du nom base, mais la sémantique du nom base ne donne qu’une partie de l’information nécessaire au calcul de l’interprétation du dérivé et cette information doit être complétée par le contexte – c’est pourquoi il semble qu’ils ne puissent pas être considérés comme des dénominations. Ce comportement rapproche sans doute non- et anti- des préfixes évaluatifs (p.ex. super-, pseudo-, mini – ), question qui pourrait faire l’objet d’une étude ultérieure. D’autre part, l’examen des données permet également de conclure que, malgré un sens « négatif » évident, ces deux lectures ne recouvrent pas des réalités identiques, anti- étant porteur d’un sens oppositionnel, adversatif, que non- ne possède pas.

Bibliographie

Bibliographie

ALGEO John, 1971, « The voguish uses of Non [Les usages à la mode de Non] », American Speech, vol. 46, n° 1/2, p. 87-105.

ANSCOMBRE Jean-Claude, 2001, « Dénomination, sens et référence dans une théorie des stéréotypes nominaux », Cahiers de praxématique n° 36, p. 43-72

BAUER Laurie, 1983, English word-formation [La formation des mots en anglais], Cambridge, Cambridge University Press.

CORBIN Danièle, 1980, « Contradictions et inadéquations de l’analyse parasynthétique en morphologie dérivationnelle », in Anne-Marie Dessaux-Berthonneau, (éd.), Théories linguistiques et traditions grammaticales, Lille, Presses universitaires de Lille, p. 181-224.

DI SCIULLO Anne-Marie & Mireille TREMBLAY, 1993, « Négation et interfaces », Toronto Working Papers in Linguistics, vol. 12 n° 1, p. 75-89.

DUGAS Edwige, 2012, La négation en morphologie : le cas des formes nominales en non- en français, mémoire de Master 2 (non publié), Université de Lille 3.

FELLBAUM Christiane, 1990, « English verbs as a semantic net [Les verbes anglais comme réseau sémantique] », International Journal of Lexicography 3, n° 4, p. 278-301.

– , 1999, « La représentation des verbes dans le réseau sémantique WordNet », Langages n° 136, p. 27-40.

FLAUX Nelly, 1991, « L’antonomase du nom propre ou la mémoire du référent », Langue française n° 92, p. 26-45.

FLAUX Nelly & Danièle VAN DE VELDE, 2000, Les noms en français : esquisse de classement, Paris, Ophrys.

FRADIN Bernard, 1997a, « Esquisse d’une sémantique de la préfixation en anti- », Recherches linguistiques de Vincennes n° 26, p. 87-112.

– , 1997b, « Une préfixation complexe : le cas de anti- », Neuphilologische Mitteilungen, vol. 98 n° 4, p. 333-349.

GAATONE David, 1971, Étude descriptive du système de la négation en français contemporain, Genève, Librairie Droz.

GEERAERTS Dirk, 1989, « Introduction : Prospects and problems of prototype theory [Introduction : perspectives et problèmes de la théorie des prototypes] », Linguistics, 1989, vol. 27 n° 4, p. 587-612.

– , 2008, « Prototypes, stereotypes, and semantic norms [Prototypes, stéréotypes et normes sémantiques] », in Gitte Kristiansen, René Dirven (eds), Cognitive sociolinguistics : language variation, cultural models, social Systems [Sociolinguistique cognitive : variation linguistique, modèles culturels, systèmes sociaux], Berlin/New York, Mouton de Gruyter, p. 21-44.

HATHOUT Nabil, 2009, Contributions à la description de la structure morphologique du lexique et à l’approche extensive en morphologie, Habilitation à diriger des recherches. Universités de Toulouse II-Le Mirail.

HATHOUT Nabil, Olena LEVKOVYCH & Marc PLENAT, 2004, « Morphologie et recyclage : le cas de anti- », Communication aux 3e Décembrettes, Toulouse (non publié).

HEYNA Franziska, 2008, « Sémantisme et potentiel argumentatif des dérivés dénominaux en anti- », Discours, vol. 2, URL : http://discours.revues.org/2022.

– , 2009, « The Use of Anti- in Contemporary French : A Case of Degrammaticalization ? [L’emploi d’Anti- en français contemporain : un cas de dégrammaticalisation ? », in Corinne Rossari, Claudia Ricci et Adriana Spiridon (eds.), Grammaticalization andpragmatics : facts, approaches, theoretical issues [Grammaticalisation et pragmatique : faits, approches, problèmes théoriques] n° 5,p. 193-219.

– , 2013, « Antirides et antihéros : valeurs adversative et antonymique des dérivés en anti- », in Pierre Larrivée (ed) La linguistique de la contradiction, Bruxelles, Peter Lang, p. 53-72.

HORN Lawrence R., 2002, « Assertoric inertia and NPI licensing [Inertie assertive et licenciement des items à polarité negative] », Chicago Linguistic Society, vol. 38 n° 3, p. 55-82.

HUOT Hélène, 2007, « La préfixation négative en français moderne », in Franck Floricic (éd.), La négation dans les langues romanes. Amsterdam, Benjamins, p. 177-204.

KLEIBER Georges, 1990, La sémantique du prototype, Paris, Presses universitaires de France.

PLAG Ingo, 2003, Word-formation in English [La formation des mots en anglais], Cambridge, Cambridge University Press.

PUTNAM Hillary, 1975, Philosophical Papers : Volum 2, Mind, Language and Reality [Articles philosophiques, Volume 2, Esprit, langue et réalité], Cambridge, Cambridge University Press.

REY Alain, 1968, « Un champ préfixal : les mots français en anti- », Cahiers de lexicologie, vol. 12 n° 1, p. 37-57.

ROSCH Eleanor, 1978, « Principles of categorization [Principes de catégorisation] », in Eleanor Rosch et Barbara Llyod (eds), Cognition and Categorization [Cognition et catégorisation], Hillsdale, Laurence Erlbaum Ass., p. 27-48.

SCHANK Roger & ABELSON Robert, 1977, Scripts, goals, plans, and understanding [Scripts, buts, plans et compréhension], Hillsdale, Laurence Erlbaum Ass.

WITTGENSTEIN Ludwig, 1953, Philosophical investigations [Investigations philosophiques], New York, The McMillan Co.

ZIMMER Karl E., 1964, « Affixal negation in English and other languages : an investigation of restricted productivity [Négation affixale en anglais et dans d’autres langues : une enquête sur la productivité restreinte] », Supplement to Word, vol. 20 n° 2, Monograph n° 5.

ZRIBI-HERTZ Anne, 1973, Recherches sur la préfixation productive en français moderne, Thèse de doctorat de 3e cycle, Université Paris 8, Vincennes.

Notes

1 Les exemples tirés de la Toile sont signalés par l’abréviation (www) ; les exemples sont donnés tels quels et les éventuelles coquilles commises par les scripteurs n’ont pas été corrigées. Les exemples issus de Frantext sont signalés par l’abréviation (F).

2 Cette interprétation des [anti-N]N prend le nom d’« emplois antipodaux » chez Fradin (1997a, 1977b) et d’« interprétation logique » chez Hathout (2009).

3 Nous acceptons la guerre avec la même non-pensée que notre tasse de café du matin. (Toutes les traductions sont les miennes)

4 « Non-candidat » : personne déclarée candidate mais dont l’élection est si improbable qu’elle ne peut pas être considérée comme un possible concurrent.

5 En général, l’herbe est plus verte dans une maison hippie. Sans Souci Temple, près de Los Angeles, est le lieu de résidence d’une heureuse non-famille de 24 personnes, incluant des adultes et des enfants qui n’ont aucun lien de parenté.

6 La chose qu’il décrit possède les accidents, mais pas la substance.

7 « La chose possède la substance mais pas les accidents ».

8 « ne satisfont pas les critères structurels pour la catégorie X mais partagent sa fonction, évoquant une catégorie plus grande englobant à la fois X et un-X ».

9 ‘Non-dinde’ : employé pour désigner des imitations de blanc de dinde au soja vendus dans les magasins de produits biologiques.

10 « [le référent] est un membre de la catégorie (...) mais un membre périphérique ou non prototypique (...), un membre auquel il manque une propriété fonctionnellement significative (mais pas nécessaire) de la catégorie en question ».

11 ‘Non-femmes’ : dans The Handmaid’s Tale de Margaret Atwood, nom donné aux femmes qui, en raison de leur infertilité, sont envoyées comme esclaves dans les colonies.

12 « un ensemble minimum de données socialement déterminées concernant l’extension de la catégorie ».

13 Je reprends ce qualificatif à Heyna (2008, 2009, 2013) et Hathout (2009) ; les autres auteurs parlent d’opposition pour ce type d’emplois (Rey, 1968 ; Corbin, 1980 ; Fradin, 1997a, 1997b), ou parfois d’antagonisme (Corbin, 1980 : 196).

14 « Les différentes interprétations des dérivés en anti- ne s’organisent pas en une hiérarchie ou une arborescence, avec un sens abstrait général permettant de dériver tous les autres, mais comme un groupe de sous-sens connexes permettant de passer de proche en proche de l’un à l’autre, par ressemblance de famille » (Hathout, 2009 : 104). La notion de ressemblance de famille est empruntée à Wittgenstein (1953).

15 Heyna donne également pour exemple une fausse clé [faux = illicite] ; j’ai versé le vin dans le faux verre [faux verre = le verre à eau] (Heyna, 2013 : 64).

16 Anti possède d’ailleurs une entrée « Nom commun » dans le dictionnaire collaboratif en ligne Wiktionary, avec le sens de « personne opposée ou hostile à un projet » (http://fr.wiktionary.org/wiki/anti), ce qui correspond à l’interprétation adversative du type antilimacesa/n, pas à l’interprétation antonymique.

17 Trésor de la Langue Française informatisé, http://atilf.atilf.fr/.

18 http://www.frantext.fr/.

19 http://glossa.fltr.ucl.ac.be/.

20 http://hpsg.fu-berlin.de/cow/colibri/.

21 Ce que j’appelle artefacts non intellectuels sont des objets fabriqués physiques non iconiques dans la classification de Flaux & Van de Velde (2000) ; quant à la distinction entre artefacts informationnels et artefacts artistiques, elle ne recoupe que partiellement celle faite par ces auteurs entre idéalités et objets fabriqués physiques iconiques (ibid.)

22 Ces noms qui dénotent des entités sans aucune extension temporelle, caractérisées par une indistinction entre qualité et quantité, et qui « n’existent pas en elles-mêmes, mais seulement par rapport à un sujet » sont des noms abstraits intensifs chez Flaux & Van de Velde (2000 : 76).

23 Le terme de métaphore est ici repris à Kleiber (1981), mais tous les auteurs ne s’accordent pas sur ce point. Par exemple, Flaux (1991) propose une analyse différente de celle de Kleiber (1981) et parle d’antonomase pour cet emploi des Npr.

24 La préférence de non- pour les bases dénotant des événements est peut-être aussi à mettre en lien avec son homographe syntaxique d’adverbe de phrase, p. ex. Non, je n ’ai pas aimé ce film.

25 Le corpus contient 66 [anti-N]N antonymiques avec une base dénotant un humain, dont 28 noms propres, contre 19 [non-N]N contraires dénotant un humain, et aucun nom propre.

Auteur

Université Charles de Gaulle – Lille 3 – STL UMR 8163

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search