Version classiqueVersion mobile

La Négation

 | 
Jan Goes
, 
Mariana Pitar

Un brouhaha de négations. Étude de l’unité lexicale négation

Nelly Flaux et Véronique Lagae

Texte intégral

1Il n’existe à notre connaissance aucune étude lexicale (sémantico-syntaxique) du mot négation en français en tant que lexème appartenant à la catégorie des noms. Ainsi la bibliographie en ligne Lexicales (Dendale, dir.) ne mentionne aucune référence à une étude de ce type. Les ouvrages consacrés à la négation se limitent, pour ce qui est du lexique, généralement aux phénomènes de préfixation (la négation dite préfixale), cf. par exemple Gaatone (1971 : 13-20), Muller (1991 : 60-61), Larrivée (2001 : 30-33). Notre projet est donc de tenter de combler cette lacune.

2Nous commencerons par exposer brièvement quelques principes de méthode relatifs au recueil des données et au choix des propriétés syntaxiques prises en compte, ainsi que l’hypothèse théorique qui préside à la typologie des noms (section 1). Puis nous présenterons l’étude lexicale elle-même, dans une perspective strictement synchronique, qui aboutira à une tentative de description unifiée des diverses sous-acceptions (section 2). Enfin nous procèderons à une comparaison avec le terme souvent présenté comme antonyme de négation, à savoir affirmation, en essayant de dégager leurs principales ressemblances et différences et les conséquences qui en découlent (section 3). Notons que nous n’avons pas trouvé non plus d’étude consacrée au lexème affirmation.

1. Aperçu méthodologique

3Commençons par une rapide présentation des données sur lesquelles nous avons travaillé (1.1.), ainsi que des choix théoriques (1.2.) et des critères d’analyse (1.3.) qui sous-tendent leur traitement.

1.1. Données

  • 1 Le dictionnaire de sémantique en ligne Sémanticlopédie ne comporte pas d’entrée négation quoiqu’il (...)

4Ont été utilisées les données fournies par certains dictionnaires, complétées par le recours à l’intuition et à deux types de corpus. Pour ce qui est des dictionnaires de langue, nous nous en sommes tenues au Robert Historique. Dictionnaire historique de la langue française (DHLF) et au Trésor de la langue française informatisé (TLFi). S’agissant des dictionnaires de spécialité, nous avons retenu le Vocabulaire technique et critique de la philosophie de Lalande (édition de 1980)1.

  • 2 Selon le DHLF, le nom est emprunté (1174, negatiun) au latin negatio, -onis « négation, dénégation  (...)

5Dans le DHLF, négation2 apparaît sous l’entrée négatif. Il est défini comme « action de nier ». Le lexicographe ajoute qu’« il est à la fois employé couramment et dans les domaines de la philosophie, de la théologie, et de la logique (1907), de la psychiatrie (1912). En grammaire, précise-t-il, (1370- 1372) il désigne le mot ou le groupe de mots qui sert à nier et la manière de nier. Après avoir eu le sens de « reniement » (1501) au XVIe siècle, négation exprime l’idée d’un état de contradiction avec l’existence d’une chose ou d’un être (1694) ».

6Le TLFi subdivise les acceptions de négation de la manière suivante :

  • I « Action de nier ; résultat de cette action ».

  • II LING. « Ensemble des mécanismes linguistiques qui servent à nier ».

  • III THEOL. « Raisonnement qui consiste à nier que l’on puisse concevoir Dieu en termes de qualités ou de notions tirées de l’expérience humaine et qui aboutit à affirmer que l’existence de Dieu ne peut être prouvée qu’à l’aide de preuves négatives ».

7L’acception I en subsume deux, à savoir :

  • A [le compl en de désigne qqc d’abstrait ou de concret]

  1. « Action de nier l’existence de quelqu’un ou de quelque chose, ou de remettre en cause ; résultat de cette action ».

  2. « Fait d’entrer en contradiction avec l’existence de quelqu’un ou de quelque chose ».

  • B. [le compl. en de désigne une proposition, un jugement, un propos]

8Sous A-2 est mentionnée l’acception, en LOG. CLASSIQUE, « Opération par laquelle une proposition devient fausse si elle était vraie, ou vraie si elle était fausse ». Cette acception est récente puisque la première occurrence relevée par le TLFi (de Bergson) date de 1907 et que le Littré n’en fait pas mention.

9Il est précisé, sous cette même rubrique, que négation peut signifier « Refus de quelque chose, réponse négative » et « Fait de ne pas reconnaître le bien-fondé de quelque chose, de le nier, ou, p. méton., ce qui nie ».

10Le dictionnaire de philosophie de Lalande (1981 : 629) fait état de trois acceptions, dans l’ordre suivant :

    • 3 Nous entendrons par là une proposition.

    A. « Acte de l’esprit consistant à déclarer qu’une lexis3 proposée est fausse ».

  • B. « Signe grammatical qui représente cette attitude de l’esprit ».

  • C. « Symbole logique représentant l’univers du discours, diminué de l’extension du terme dont ce symbole est appelé la négation ».

11L’article comporte un long développement critique sur la question de savoir « si la négation [peut] être considérée comme une forme primitive au même titre que l’affirmation » (ibidem). Nous ne prendrons pas ici en compte ce genre de considération, du moins dans l’immédiat, mais y reviendrons en 3.1. Retenons que négation peut signifier un acte de l’esprit, un signe grammatical, et un symbole logique (certains parlent d’« opérateur » et c’est le terme que nous emploierons désormais).

12Cette description est celle qui correspond le plus à l’intuition que nous avons des différentes acceptions de négation, mais elle ne s’accompagne d’aucune indication concernant les conditions d’emploi qui y correspondent. C’est pourquoi nous nous sommes tournées vers des corpus afin de recueillir des exemples attestés.

13Notre choix s’est porté sur Frantext (après 1950) et sur Wortschatz (journaux francophones : plus de 19 millions de phrases). Ces deux corpus, que nous utiliserons aussi à propos du terme affirmation, nous ont fourni quantité de données pertinentes. Précisons que l’étude de ces corpus ne donnera lieu à aucune étude statistique d’une part, et que, d’autre part, nous ne tirerons aucune conclusion de l’absence de telle ou telle construction s’il nous semble qu’elle est autorisée par la langue.

1.2. Hypothèse théorique : les noms d’idéalité (NId)

  • 4 Voir les références en bibliographie.
  • 5 Voir à ce sujet Flaux, Lagae & Stosic (soumis).

14L’hypothèse théorique fondamentale se rapporte à la classification des noms en français et principalement à la distinction que nous faisons, à la suite de Husserl4, entre les noms qui servent à désigner des objets concrets physiques (ancrés a priori dans l’espace et dans le temps) et les noms qui dénotent des objets concrets non physiques (dont l’ancrage spatial et/ou temporel n’est pas d’emblée instancié). Sous le nom d’« objet concret idéal » (ou « idéalité »), Husserl entend des entités comme une sonate, un poème, une gravure, un mot, un discours (les noms qui les dénotent seront désormais appelés Nid). À quoi s’opposent une table, un enfant, une fleur, un chien. Les objets « idéaux » ont pour caractéristique fondamentale d’être porteurs d’un « contenu spirituel », comme dit Husserl, destiné à être appréhendé, compris, interprété par autrui. C’est dire que le créateur d’une « idéalité » est nécessairement un être humain, même si celui-ci n’est pas toujours connaissable ou identifiable5.

  • 6 Contra Godard & Jayez (1993, 1996).

15Cette distinction ne remet pas en cause l’opposition concret/abstrait (ou prédicatif) puisqu’elle concerne la classe des noms concrets. Une sonate n’est pas une abstraction, comme l’est un concert, qui est un événement6. Contrairement aux objets concrets physiques, les objets idéaux ne peuvent donner lieu à une représentation graphique (dessine-moi un mouton/*une sonate), pas plus que les abstractions d’ailleurs.

16Dans un certain nombre de travaux récents cités en bibliographie, D. Stosic et N. Flaux ont montré que la classe des NId était très vaste et très diversifiée. Ce point ne sera pas développé ici. Nous rappellerons seulement que, au sein des Nid, il y a lieu de distinguer, parmi bien d’autres :

  • les NId sémiotiques, dénotant tous les signes des langues naturelles et des divers codes sémiotiques dépendant des langues naturelles, c’est-à-dire tous les mots du français et des autres langues et tous les signes (logiques etc.) construits à partir des mots des langues naturelles ;

  • les NId métalinguistiques, dénotant les mots utilisés par les grammairiens pour désigner certains types de signes linguistiques en fonction de leur rôle dans la langue ; on peut parler aussi de « méta-signes », au nombre desquels figurent les noms nom, adjectif, proposition ;

  • les Nid illocutoires, dénotant le résultat d’actes de parole tels promesse, engagement, refus, serment, rejet.

17Ces types de NId se distinguent fortement des NId comme sonate, gravure, roman, chanson, film, opéra...

18Nous examinerons dans quelle mesure le nom négation partage les propriétés des NId en général, et plus particulièrement celles de certaines sous-classes d’entre eux.

1.3. Choix des propriétés syntactico-sémantiques

19Les indications fournies par les dictionnaires de langue – et plus encore les exemples disponibles dans les corpus retenus – nous ont conduites à sélectionner un certain nombre de propriétés syntaxiques et sémantiques qui permettent de fonder les intuitions relatives aux différentes acceptions de négation et de affirmation, et aux liens qui les unissent.

20En premier lieu, nous avons jugé bon de nous intéresser à la variation en nombre. A priori négation peut s’employer au singulier et au pluriel. Or, on observe une disproportion flagrante entre le nombre d’occurrences de négation au singulier et au pluriel dans Wortschatz, et une répartition plus équilibrée pour affirmation (cf. le tableau ci-dessous), ce qui suggère que l’alternance de nombre peut être révélatrice de certaines propriétés et de différences importantes entre négation et affirmation :

Tableau : Occurrences de négation et affirmation dans Wortschatz réparties selon le nombre

Tableau : Occurrences de négation et affirmation dans Wortschatz réparties selon le nombre
  • 7 Nous serons amenées à parler de « structure argumentale ». Il est bien clair qu’il s’agit ici d’un (...)

21Le choix du déterminant peut jouer un rôle crucial dans l’interprétation du nom négation. En particulier, la présence d’un possessif peut être mise en relation avec le rôle thématique7 (au sens large) de son antécédent : celui-ci peut fonctionner comme l’« agent » ou le « thème ». Les autres déterminants anaphoriques ont été pris en compte, qu’il s’agisse de l’article défini ou du démonstratif, entre autres du point de vue des conditions dans lesquelles peut s’effectuer le repérage de l’antécédent. L’absence de déterminant n’a pas non plus été négligée.

22Enfin, les expansions, qui peuvent être variées, présentent un intérêt majeur pour le sujet de cette étude. Ainsi les compléments de nom sont-ils particulièrement intéressants, à la fois du point de vue du choix du N2 et de la relation sémantique qu’il entretient avec le nom tête négation. Les séquences propositionnelles compléments ont fait également l’objet d’une attention particulière car leur distribution est très différente avec négation et avec affirmation.

2. Étude sémantico-syntaxique

23Nous commencerons par présenter notre hypothèse relative aux différentes acceptions du nom négation (2.1.), puis nous détaillerons chacune d’entre elles (2.2.-2.3.) et essaierons enfin d’en présenter une description unifiée (2.4.).

2.1. Hypothèse : les trois acceptions de négation

24Après l’examen des indications lexicographiques et des données des corpus, nous en sommes arrivées à la conclusion que négation possède trois acceptions que nous présentons délibérément comme indépendantes les unes des autres dans un premier temps.

25Reprenant les distinctions de Lalande, nous distinguons :

– le sens A : négation est un nom métalinguistique qui désigne les mots d’une langue naturelle (non, ne... pas, personne, rien etc., en français) destinés à marquer une phrase ou un segment de phrase comme négatif. En tant que signe de la langue, négation est un Nid.

26Ajoutons que négation peut servir à désigner l’ensemble des mots et des règles qui permettent d’exprimer le sens négatif d’une phrase ou d’un segment de phrase dans une langue. C’est ainsi que C. Muller a intitulé l’un de ses ouvrages La négation en français.

– le sens B recouvre deux sous-acceptions :

a) négation désigne l’opérateur logique unaire (symbolisé par -P, -P ou -P par les logiciens et les mathématiciens, mais qu’on peut aussi abréger en NEG ou NON), qui permet de transformer une proposition positive en une proposition négative (ou un nombre positif en un nombre négatif). Négation n’est pas alors un NId et apparaît toujours au singulier :

(1) Si vous appliquez la négation au nombre a vous obtenez -a.

b) négation désigne le résultat de l’application de l’opérateur logique à une proposition : ce résultat est lui-même une proposition, donc un « objet idéal ». Quand il est employé dans ce sens, le NId négation doit être accompagné d’une manière ou d’une autre de la proposition à laquelle a été appliqué l’opérateur :

(2) La négation d’une proposition vraie n’est jamais une proposition vraie.

– le sens C : deux sous-acceptions sont à distinguer :

a) négation exprime encore le résultat de l’application de l’opérateur logique à une proposition positive, mais comporte aussi une idée d’action. C’est un Nid, accompagné, si l’on peut dire, d’une force illocutoire, plus ou moins intense selon les éléments du co-texte phrastique et du contexte situationnel. Cette force illocutoire confère à négation le statut de NId « actionnel ». Négation s’accompagne alors d’une sorte de « structure argumentale », mettant en cause deux « rôles thématiques », un agent (facultatif) et un thème (obligatoire) :

  • 8 Sauf mention contraire, les exemples attestés sont empruntés à Frantext.

(3) Il faut se rappeler la violence des propos que tenait alors Jean-Marie Le Pen, ses attaques constantes de la démocratie, sa négation arrogante de la Shoah. (S. Veil, Une vie, 2007)8

b) négation signifie une sorte d’état, de faculté, d’attitude ou de comportement qui émane d’un agent, agit sur lui comme une force, et ne porte sur rien qui soit explicité. Négation fonctionne sans complément :

(4) Personne ne reconnut dans son discours la puissance de négation
et de refus qui l’avait dicté. (J. Guéhenno, Jean-Jacques, 1952)

2.2. Étude des sens A et B

27Négation, en tant que signe linguistique de type métalinguistique (sens A), est en relation étroite avec négation dénotant l’opérateur logique unaire (sens B). D’un point de vue strictement synchronique, il est impossible de décider quel est le sens « premier » : est-ce que le sens A découle du sens B ou l’inverse ? En revanche, on peut penser que le sens Bb est dérivé du sens Ba, si l’on considère que l’application d’un opérateur à une proposition est nécessairement préalable à l’existence d’une proposition négative.

28En tant que signe métalinguistique (sens A), négation est un Nid, nous l’avons dit. En voici quelques exemples, le dernier illustrant la possibilité pour ce nom de désigner le préfixe privatif in- :

(5) Il y a encore des tas de choses marrantes, par exemple le ‘mica ’ italien, qui veut dire ’pas’ et qui redouble la négation, exactement comme ‘pas’ en français. (Cavanna, Les Ritals, 1978).
(6) Mais le texte avait été d’abord : ‘Ma volonté formelle est de n’être pas enterré religieusement’. Il a barré la négation après coup, de surcharges nombreuses. (A. Malraux, Antimémoires, 1976)
(7) La syntaxe est juste et même les négations et les adverbes y tombent au bon endroit. (P. Forest, L’enfant éternel, 1997)
(8) Mais il suffit d’un examen verbal pour montrer inétendu est un simple mot qui cache en ses flancs une négation honteuse. (J.-P. Sartre, Carnets de la drôle de guerre, 1983)

29Dans ce type d’emplois négation présente les propriétés suivantes :

Il dénote soit une expression linguistique (un terme négatif ou une occurrence d’un tel terme), soit un ensemble organisé de termes négatifs. Dans le premier cas, il est variable en nombre, cf. (7) ; dans le second, il s’utilise exclusivement au singulier.

Il peut être précédé de n’importe quel déterminant à l’exception du possessif :

(9) *Max étudie le français, sa négation est complexe.

30Parallèlement, on observe que les possibilités de complémentation sont limitées aux deux cas suivants :

(i) un type de relation partie/tout indiquant le rapport d’appartenance d’un élément ou d’un ensemble d’éléments à une langue, marqué par les prépositions en ou de, comme dans l’exemple (10). Remarquons que ce type de complément n’est pas pronominalisable au moyen de en (11) :

(10) Du fait de son poids interlocutif, la négation, qui doit absolument, sous peine de contresens, être comprise, donc bien perçue par l’oreille, a souvent un certain poids phonique, soit par reprise après l’élément nié (négation discontinue du français (ne... pas), du mooré (Haute-Volta-Burkina), de l’afrikaans, du guarani (Paraguay), du birman, etc., en tout 17 % des langues), soit par adjonction d’éléments renforçants. (C. Hagège, L’Homme de paroles, 1985)
(11) *Max étudie le français, la négation en est complexe.

31Ajoutons que lorsqu’il s’agit d’exprimer la relation entre l’ensemble des occurrences des formes négatives et une ou plusieurs œuvres d’un auteur, celle-ci est marquée métaphoriquement par les prépositions spatiales dans ou chez :

(12) La négation dans les Poésies de Lautréamont. (R. Queneau, Journaux 1914-1965)
(13) La négation chez Hugo.

(ii) une structure dénominative, comme dans :

(14) Dans le I would prefer, il y a bien de l’affirmation, mais aussitôt accolée à la négation du not pour s’achever, s’inachever, dans le suspens du not to. (J.-B. Pontalis, Traversée des ombres, 2003)

32L’entité désignée est dénuée de toute attache avec l’idée de procès et le complément du nom négation est donc sans rapport avec l’idée d’agent ou de thème, ce qui suggère que le nom tête est dénué de toute structure argumentale (au sens large).

  • 9 La disjonction, la conjonction et l’implication sont des opérateurs binaires donc relationnels. Res (...)

33En tant qu’opérateur logique, négation (sens Ba) n’est pas un Nid. Nous avouons ne pas savoir à quelle classe de noms du français rattacher ce terme, qui semble dénoter des entités d’un type très particulier9. Comme l’illustrent les deux exemples ci-dessous, le sens Ba se caractérise par les propriétés suivantes : négation s’utilise uniquement au singulier, avec l’article défini et il n’a pas de complément :

(15) Il cherche à traduire dans ce système les règles usuelles du syllogisme, mais se heurte à des complications considérables causées par la négation, qu’il essaie, assez naturellement, de représenter par le changement de signe, et abandonne rapidement cette voie. (N. Bourbaki, Éléments d’histoire des mathématiques, 1960)
(16) La fonction [...] que nous avons notée [...] est donc la contradictoire de F, et l’opération Io n’est autre que la négation. (L. Couffignal, Les machines à penser, 1964)

34En tant que signifiant le résultat de l’application de l’opérateur à une proposition ou à un nombre (sens Bb), négation est un NId et il présente des caractéristiques différentes. Il a un complément, qui peut être réalisé non seulement sous la forme d’un complément de nom introduit par de (17), mais également sous la forme du pronom relatif dont (18) ou du déterminant possessif (19). Il peut s’utiliser au pluriel (19) :

(17) Engels aggrava encore son cas en avançant, pour justifier le principe hégélien selon lequel la négation de la négation est une affirmation supérieure, que la négation d’un nombre réel positif a est -a, et que la négation de la négation de -a est (-a) x (-a) = a2 plus grand que a ! C’est abracadabrant. Il confond l’opposé de a dans (...) avec la négation d’une proposition en logique. Si l’on voulait absolument faire cette confusion, la négation de la négation de a serait – (-a) = a, et non a2. (L. Schwartz, Un mathématicien aux prises avec son siècle, 1997)
(18) Il propose de considérer les propositions vraies de l’arithmétique formalisée comme des assemblages de signes sans signification, et de prouver qu’en utilisant les règles gouvernant la formation et l’enchaînement de ces assemblages, on ne peut jamais obtenir un assemblage qui soit une proposition vraie et dont la négation soit aussi une proposition vraie. (N. Bourbaki, Éléments d’histoire des mathématiques, 1960)
(19) Il s’agit essentiellement de relations que nous traduirions à l’heure actuelle sous la forme ACB ou A ꓵ B 0 en langage de théorie des ensembles, et de la manière d’enchaîner ces relations ou leurs négations, au moyen du schéma : (ACB et BCC) => (ACC). (N. Bourbaki, Éléments d’histoire des mathématiques, 1960)

2.3. Étude du sens C

35Le sens C est celui qui correspond à l’emploi de la langue courante (ni métalinguistique, ni logique) et qui met en cause la notion d’action. Deux sous-acceptions sont à distinguer, que nous appelons Ca et Cb.

36Les exemples rassemblés dans les dictionnaires et dans les corpus relevant de l’acception Ca sont très variés. Nous faisons l’hypothèse, avons-nous dit, que ce qui fait leur unité est qu’ils mettent tous en jeu à la fois la notion de proposition au sens logique, mais aussi une idée d’action qui tient à la force illocutoire impliquée par la dimension langagière de l’énoncé d’une proposition en tant qu’acte de parole. Composante logique et composante actionnelle interviennent dans des proportions très variables et tout semble se passer comme si les exemples se situaient sur un continuum qui s’étale entre un pôle « propositionnel » et un pôle « actionnel », où négation se rapproche de noms tels que rejet, refus, opposition.

37Selon l’importance prise par la force illocutoire, la proposition niée est plus ou moins facile à identifier. Dans l’exemple (20), l’emploi de négation se situe assez près du pôle propositionnel et la proposition niée est identifiable :

(20) Dans cette matière, je suis hostile aux amalgames hâtifs et aux interprétations simplificatrices. Pour moi, par exemple, l’égalité entre les sexes n’est pas la négation de leurs différences, qui ne sont pas seulement physiques, n’en déplaise à quelques sociologues intégristes. (S. Veil, Une vie, 2007)

38Cet énoncé peut se paraphraser par « la proposition “Les sexes sont égaux” n’est pas identique à la proposition négative “Il n’y a pas de différences entre les sexes”, proposition qui elle-même résulte de l’application de l’opérateur logique à la proposition “Il y a des différences entre les sexes” ». Le co-texte exprime toutefois de manière éloquente que l’énoncé est muni d’une dimension « actionnelle », à la différence des exemples (17-19).

39Mais si l’emploi de négation est plus proche du pôle actionnel, la proposition niée n’est pas forcément identifiable en tant que telle :

(21) Le président de l’Université ne s’est pas opposé à l’accueil, au sein de son établissement, de théoriciens de la négation du génocide. (E. Levé, Journal, 2004)

40Par ailleurs, le mot négation peut avoir dans certains exemples le sens de ‘réponse négative’, preuve que la force illocutoire est bien à l’œuvre dans ce type d’emploi :

(22) – Vzavez votre carte grise ? Trouscaillon fit semblant de l’examiner. – Pas de passeport diplomatique ? – (négation écœurée). – ça ira comme ça, dit la Trouscaille, vous pouvez vous tirer. (R. Queneau, Zazie dans le métro, 1959)
(23) Avant même de s’asseoir, elle demanda à la cantonade : « Personne n’a vu notre Pascal aujourd’hui ! ». Un brouhaha de négations répondit, sur lequel trancha une voix gouailleuse : « Le capitaine Nemo n’est pas encore sorti de son nautiluxe ! » (J.-P. Chabrol, Je t’aimerai sans vergogne, 1967)

41Les constructions des différents exemples relevés – à l’exception du cas particulier mentionné ci-dessus sous (22-23) – évoquent les caractéristiques d’une structure argumentale mettant en cause un thème (la proposition niée ou ce sur quoi porte le rejet) et un agent (celui qui nie ou qui rejette). Leurs propriétés sont les suivantes :

(i) Le thème est introduit par un complément en de, comme dans les deux exemples ci-dessus (20-21) ; ce complément peut également être exprimé sous la forme du pronom relatif dont ou du clitique en :

(24) Que d’utopies nous avons affirmées dont nous voyons aujourd’hui la négation ! (D. Bardet, Cahiers de jeunesse de Denise Bardet, institutrice à Oradour-sur-Glane, 2002)
(25) Aussi bien, faut-il se garder de confondre la souveraineté avec l’exercice du pouvoir qui en est la négation. (L.-R. Des Forêts, Ostinato, 1997)

42Le déterminant possessif peut également marquer le thème :

(26) Il est des lieux où meurt l’esprit pour que naisse une vérité qui est sa négation même. (A. Camus, Noces, 1959)

  • 10 Il s’agit de subordonnées relatives introduites par les prépositions selon et suivant et par les lo (...)

43Par contre, quel que soit le pôle (propositionnel ou actionnel), dont se rapproche le plus l’emploi de négation, le thème n’est jamais exprimé par une complétive, une séquence à infinitif, ou d’une « pseudo relative »10, contrairement, nous le verrons, à affirmation :

(27) La négation de l’existence de Dieu / *la négation que Dieu existe / *la négation de croire en l’existence de Dieu / *la négation selon laquelle Dieu a créé l’homme à son image.

44Intéressons-nous maintenant aux noms figurant dans le complément en de. Il est remarquable que, dans leur écrasante majorité, ils appartiennent à la classe des noms abstraits (ou prédicatifs) ou à celle des Nid, ce qui va à l’encontre de l’affirmation du TLFi (voir 1.1.). Citons parmi ceux relevés dans les deux corpus : génocide, mort, idolâtrie, vie, pouvoir, éloquence, liberté, tradition, loi, espace, temps, géométrie, but, plaisir, promotion, évolution, pulsion, finalité, norme, contrainte, dégradation, ordre, individualisme, raison, engagement, hiérarchie, spécificité, dignité, etc.

45Quelques exemples seulement comportent des noms concrets physiques, ce qui entraîne un changement d’interprétation de négation, qui devient alors quasi-synonyme de contraire :

(28)... comme un sac de sous de bronze est l’équivalent et la négation en même temps de la pièce d’or dilapidée. (M. Tournier, Les Météores, 1975)
(29)... dans ce costume qui était comme une négation de costume, c’est-à-dire une simple robe, c’est-à-dire une simple chemise, et à demi transparente. (C. Simon, La route des Flandres, 1960)

46Il arrive que le thème introduit par la préposition de soit un pronom disjoint : la négation de (soi-même, toi-même, moi-même). Négation peut aussi être précédé de sa propre (négation), ce qui revient à dire la négation de soi-même :

(30) Il y en a qui noircissaient le carnet, numérotaient. Émulation dans la négation de soi. (A. Ernaux, La Femme gelée, 1981)
(31) Dans la réalité, on ne pouvait rien refaire, je le savais. Ma façon de l’ignorer peinait mon interlocuteur tandis que son refus semblait traduire une négation de moi-même. (G. Bienne, Le Silence de la ferme, 1986)
(32) Chacun côtoie de trop près sa propre négation. (R. Vaneigem, Traité de savoir-vivre à l’usage des jeunes générations, 1972)

47Cela ne laisse pas de surprendre, car ces expressions dénotent des entités humaines, éminemment concrètes. Mais précisément, il ne faut pas oublier que les êtres humains ne sont pas toujours présentés par la langue comme munis d’une extension spatiale (sinon comment expliquer qu’il soit impossible de dire *tout le garçon est propre ?). Utilisées avec négation, ces expressions renvoyant à des humains signifient quelque chose comme ‘de ce que je suis’, ‘de ce que tu es’.

(ii) L’agent peut être marqué, lui aussi, par un SN précédé de de, ou par un possessif :

(33) On ne saurait assurément élever le moindre doute quant à la volonté belge de résister à toute agression. En dépit des négations de quelques fractions partisanes il est certain que ce peuple, qui a si souvent et si héroïquement prouvé son amour de l’indépendance, s’opposerait à l’envahisseur dans toute la mesure du possible. (Ch. de Gaulle, Articles et écrits, 1975)
(34) Si au deuxième tour, les coalitions des oppositions diverses, parce qu’elles étaient, dans leurs négations, plus systématiques et mieux aménagées encore que naguère, ont abouti dans les ballottages au déplacement d’un nombre non négligeable de sièges, le fait est que la nouvelle Assemblée Nationale semble comporter une majorité positive. (Ch. de Gaulle, Discours et messages 5, 1970)

48Dans un exemple comme (35), le possessif sa renvoie au thème l’immortalité, c’est-à-dire à la proposition ‘L’homme est immortel’ ; quant à l’agent énonciateur de la proposition négative, il est exprimé par une sorte de métonymie qui consiste à employer chez au sens de ‘dans les œuvres de’, c’est-à-dire par (Epicure). La préposition par se rencontre également, cf. (36), où le possessif sa permet d’accéder au thème le respect révérentiel du créé :

(35) La croyance à l’immortalité chez Cicéron fait ainsi disparaître la crainte de la mort aussi bien que sa négation chez Épicure. (J. Vuillemin, Essai sur la signification de la mort, 1949)
(36) Le respect révérentiel du créé consiste en son accomplissement humain, c’est-à-dire en sa négation partielle par l’homme. (J. Lacroix, Marxisme, Existentialisme, Personnalisme, 1949)

49L’agent peut enfin être exprimé par un adjectif de type relationnel. Ainsi dans les exemples suivants :

(37) La négation épicurienne de l’immortalité de l’âme a fait des adeptes.
(38) Marie adhère à la négation spinozienne de toute transcendance.

50Lorsque négation est employé sans complément, il signifie généralement une idée de comportement, d’attitude, de la part d’une instance (être humain), qui est présentée alors comme animée par une sorte de force. C’est le cas dans les exemples suivants, dans lesquels négation se comporte comme un nom abstrait : il n’a plus du tout le sens d’un Nid, mais revêt un sens actionnel « pur » que nous avons appelé Cb ci-dessus, cf. aussi (4) :

(39) Depuis ? je n’étais qu’un bloc de négation. (A. Dupérey, Le voile noir, 1992)
(40) Mais ce n’est pas en tant que mathématicien que ce père importe à ce petit, c’est en tant que porteur d’une dynamique de vie ou d’une dynamique de négation qu’il va lui transmettre. (F. Dolto, La cause des enfants, 1985)
(41) Tu n’as d’autre pouvoir que celui de la pulsion de mort et de négation qui t’habite. (P. Labro, Des bateaux dans la nuit, 1982)

  • 11 Cf. Flaux et Van de Velde (2000 : 26-28).

51On note enfin que négation fonctionne parfois comme une sorte de spécificateur ayant le sens de ‘contraire’, rappelant certains emplois de genre, espèce, sorte11. C’est ce qui semble être le cas dans l’exemple suivant, dans lequel négation n’est pas la tête du syntagme complément du verbe assister :

(42) On assisterait à la négation d’un miracle : la multiplication des pierres. (P. Mertens, Les Éblouissements, 1987)

2.4. Vers une description unifiée

52Résumons :

Sens A : négation est un NId employé de manière métalinguistique.

Sens Ba : négation désigne un opérateur logique unaire, dont le statut comme nom de la langue, reste indéterminé. Ce n’est pas un Nid, mais pas non plus un N d’objet concret physique, ni un N abstrait (ou prédicatif). Il est toujours employé au singulier.

Sens Bb : négation sert à dénoter une proposition à laquelle s’est appliqué l’opérateur logique (de négation). C’est un NId accompagné d’un complément qui correspond à la proposition niée.

Sens Ca : négation signifie une proposition négative accompagnée d’une force illocutoire puisqu’elle émane d’un agent qui veut agir grâce à cette proposition. C’est un NId « illocutoire » ou « actionnel ». Il en découle que négation possède une sorte de structure argumentale (thème, agent). Cependant, selon le co-texte et le contexte, la force illocutoire pousse en quelque sorte négation plus près du pôle propositionnel ou plus près du pôle actionnel.

Sens Cb : négation est un N abstrait (ou prédicatif). Le contexte souligne en général que l’instance qui manifeste un comportement d’opposition, de rejet (quand elle est repérable) est mue par une sorte de « force qui va ». Il est toujours employé au singulier.

53Nous avons souligné que les sens A (métalinguistique) et B (logique) sont très liés et linguistiquement difficiles à hiérarchiser l’un par rapport à l’autre. Le premier est un Nid, le second est soit un opérateur logique Ba, soit un NId Bb.

54Le sens Ca est à rapprocher du sens Bb (proposition résultant de l’application de l’opérateur logique). Tous les deux sont des NId ; mais Ca est muni d’une dimension illocutoire/actionnelle que n’a pas Bb : l’auteur d’une proposition logique se situe dans un monde qui est comme dépourvu de toute dimension actionnelle/illocutoire, hors du temps et de l’espace.

55Enfin, pris dans son sens Cb, négation n’est pas un NId mais un nom abstrait. De toutes les autres sous-acceptions, c’est du pôle actionnel de Ca qu’il se rapproche le plus, mais sans la dimension illocutoire.

3. Négation et affirmation

56Aucun article de dictionnaire de langue ne tente de définir négation sans faire appel directement ou indirectement au nom affirmation. Dans les corpus consultés, les deux noms apparaissent très souvent dans la même phrase, fréquemment coordonnés ou mis en relation d’opposition. D’où l’idée, couramment exprimée, qu’ils constituent une paire d’antonymes. Nous allons montrer que si ces deux noms entretiennent des relations sémantiques non triviales, ils ne fonctionnent cependant pas de manière symétrique.

3.1. Affirmation n’est ni un terme métalinguistique, ni un opérateur logique

57Le TLFi définit affirmation comme signifiant « l’action d’afifirmer, de s’affirmer ; résultat de cette action ». Cette définition se subdivise en deux grandes sous-acceptions :

  1. « [Gén. avec un compl. introduit par la prép. de], Action de rendre ferme, de mettre en évidence ou en relief ».

  2. « Action d’énoncer un jugement de valeur ou d’existence, d’authenticité ; le jugement énoncé qui en résulte ».

58C’est sous B qu’apparaît, enfoui dans une hiérarchie complexe, la mention LOG et GRAMM. En tant que terme métalinguistique, affirmation n’est pas réellement défini. Le lexicographe signale simplement qu’on parle A’adverbes d’affirmation (il cite notamment assurément, certes, volontiers) et de verbes d’affirmation, avec, comme exemples, dire, croire, savoir.

  • 12 Le TLFi consacre plus d’une page au sens de affirmation dans la langue de la procédure judiciaire e (...)

59Le DHLF nous apprend que « affirmation, réfection (av. 1275, -acion) de affermatio (v. 1190) est un emprunt au dérivé latin affirmatio, tenue de rhétorique. C’est d’abord un terme didactique, employé aussi en procédure (1680)12. Comme s’affirmer (mil. XX), le mot signifie « renforcement (d’un sentiment, d’une personnalité) ».

60Le dictionnaire de Lalande ne signale, lui, que deux acceptions :

  1. « Dans la langue courante, acte par lequel on pense ou on énonce un jugement comme vrai (que ce jugement soit dans sa forme affirmatif ou négatif). S’oppose à question ou à doute. En ce sens, toute négation ferme est encore une affirmation ».

  2. « LOG. Par opposition à négation, désigne le caractère d’une proposition dans laquelle la copule (au sens général, c’est-à-dire la relation considérée entre les termes) est simplement posée comme existante ; la négation consistant à affirmer (au sens A) l’absence de cette relation (par privation ou par exclusion) ».

61De ces définitions, on retiendra que affirmation n’est pas un véritable terme métalinguistique, contrairement à négation (sens A). Pour preuve supplémentaire, on peut ajouter que nous n’en avons trouvé aucun exemple attesté et que des exemples inventés comme (43-45) sonnent étrangement :

(43) Dans cette phrase, soulignez les affirmations.
(44) Marie fait sa thèse sur l’affirmation en français.
(45) Étudiez l’affirmation chez George Sand.

62Ajoutons enfin que le français ne dispose pas de marques formelles ou de morphèmes d’affirmation comparables à ne... pas, sauf quelques adverbes comme oui ou assurément.

  • 13 Le déséquilibre entre les deux entités du point de vue logique est bien connu : il n’existe pas pou (...)

63D’un point de vue strictement logique, il est clair que affirmation n’est pas non plus un opérateur. Et c’est là la source, pour ainsi dire, du déséquilibre entre les deux « antonymes »13. Négation peut dénoter un opérateur (même si reste indéterminée, en raison des relations obscures qu’entretiennent langage et pensée, la priorité du logique sur le métalinguistique, cf. supra). Rien dans le sémantisme de affirmation ne correspond à ce que nous avons appelé l’acception B à propos de négation.

3.2. Affirmation est un nom hybride

64Affirmation est fondamentalement un Nid illocutoire (cf. 1.2.), mais il a d’autres emplois qui le rapprochent d’un nom d’action.

3.2.1. Affirmation NId

65En tant que Nid, il signifie un propos, résultant d’un acte illocutoire qui peut s’inscrire dans le cadre d’un échange. Ses caractéristiques sont les suivantes :

(i) L’agent est introduit par de (46-47), parfois aussi par de la part de (48), et non par par, ou est exprimé par un déterminant possessif (49) :

(46) Dix personnes parlent d’un homme à l’imparfait, sans citer son nom. En une heure, elles abordent différents thèmes le concernant. Le montage alterne les affirmations des uns et des autres, parfois contradictoires. (E. Levé, Œuvres, 2002)
(47) L’affirmation de Clara me permettait, me semble-t-il, de la dévisager sans impolitesse. (F. Nourissier, À défaut de génie, 2000)
(48) Dans les couloirs, le jeune avocat travaille deux des témoins. Il met en doute la validité de témoignages visuels, insiste sur l’impossibilité d’une affirmation catégorique de leur part. (D. Perrut, Patria o muerte, 2009)
(49) Je le dis à voix haute et riante. En une seconde on parle parfois trop : une gifle de mon père vint répondre à mon affirmation. (C. Bobin, Prisonnier au berceau, 2005)

66L’agent peut également être exprimé par un adjectif relationnel, comme dans ces exemples inventés :

(50) Les péremptoires affirmations universitaires exaspèrent Marie.
(51) Plus personne ne peut prendre au sérieux les affirmations gouvernementales en matière de croissance.

(ii) À la différence de négation, affirmation peut être accompagné d’un complément précisant le domaine concerné par le propos, et ce, au moyen de prépositions ou locutions prépositionnelles telles que sur, concernant, en ce qui concerne, en matière de :

(52) J’opposerai l’affirmation célèbre de Mallarmé sur la nécessité d’un « sens, même indifférent », à condition d’y remplacer « un » par « du ». (J. Roubaud, La Dissolution, 2008)
(53) Est-ce que tu n’as jamais réalisé à quel point tu me gavais avec tes critiques tranchantes et tes affirmations catégoriques sur tel ou tel acteur ou sur l’authenticité de je ne sais pas quoi alors que moi, j’étais complètement groggy. (A. Gavalda, Ceux qui savent comprendront, 2000)
(54) J’ai beaucoup appris des affirmations de Kant concernant ses idées sur l’Espace et le Temps. (J. Roubaud, Nous, les Moins-que-Rien, Fils aînés de Personne, 2006)
(55) (...) Sartre qui, y allant comme toujours carrément, disait à peu près : « C’est simple, on aime une femme parce qu’elle est aimable ». Même affirmation en ce qui concerne le jazz ou les bananes qu’il est préférable (formule célèbre) de « consommer sur place ». (J.-B. Pontalis, En marge des jours, 2002)

(iii) Le contenu du propos, quant à lui, peut être mentionné dans le contexte antérieur ou postérieur sous la forme d’un discours direct et repris anaphoriquement, par exemple par un déterminant démonstratif comme en (56), ou construit par cataphore comme en (57) :

(56) « Mes personnages m’échappent » : la seigneuriale niaiserie de cette affirmation me fait rire. (F. Nourissier, A défaut de génie, 2000)
(57) Rappelons-nous l’affirmation décisive : « Le rêve n’est pas un dessin mais un rébus ». (J.-B. Pontalis, Traversée des ombres, 2003)

67Il peut également être explicité à l’intérieur du syntagme nominal par une proposition complétive de type que P (58) ou du fait que P (59), soit par un groupe infinitif en de (60) ou une pseudo-relative introduite notamment par selon lequel (61, 62) :

(58) Je salue au passage cette dernière phrase qui m’a offert deux luxes précieux : un pied de nez aux détracteurs de par contre et l’affirmation que la volonté obtient assez facilement ce qu ’elle convoite. (F. Nourissier, A défaut de génie, 2000)
(59) Cette affirmation du fait qu ’on doit mourir m’a semblé une très belle chose. (C. Boltanski, C. Grenier, La vie possible de Christian Boltanski, 2007)
(60) Donc j’ai été pris entre l’affirmation d’être juif et un certain attrait pour les non-juifs. (C. Boltanski, C. Grenier, La vie possible de C. Boltanski, 2007)
(61) Auparavant, j’ai savouré l’affirmation selon laquelle je dormais sans le savoir. (E. Pierrat, Troublé de l’éveil, 2008)
(62) Et nous avons avalé tout cru les affirmations de Bourdieu et Passeron selon lesquelles 5 % à peine des enfants d’ouvriers peuplaient les universités et les grandes écoles. (C. Brière-Blanchet, Voyage au bout de la révolution : de Pékin à Sochaux, 2009)

  • 14 Voir Schmid (2000) et Legallois (2006, 2008).

68Dans cette acception, affirmation se distingue nettement de négation qui, on l’a dit, ignore la complémentation propositionnelle. Cette différence considérable rapproche affirmation, mais non négation, des noms « sous-spécifiés »14 comme proposition, qui acceptent ces constructions. Comparez :

(63) La proposition/ l’affirmation (que/selon laquelle) Dieu existe est indémontrable.
(64) *La négation (que/selon laquelle) Dieu n’existe pas est indémontrable.

69Ajoutons que, face à (57), on n’a pas non plus :

(65) *Rappelons-nous la négation décisive : « Le rêve n’est pas un dessin mais un rébus ».

70Les exemples (46-49) sans complémentation propositionnelle ne sont pas sans rappeler ceux de négation dans l’acception ‘réponse négative’, cf. (22,23) ci-dessus. La grande différence est toutefois qu’il s’agit d’un emploi marginal pour négation et d’un emploi courant pour affirmation. En effet, la plupart des exemples de affirmation relevés par Wortschatz sont de ce type, comme le montrent les verbes cooccurrents les plus fréquents : démentir, contredire, réfuter, contester vs confirmer, vérifier, corroborer, étayer. De plus, cet emploi de affirmation permettant très facilement le pluriel, cela explique sans doute la grande proportion d’occurrences plurielles relevée dans le tableau en 1.3.

3.2.2. Affirmation nom d’action

71Enfin, affirmation peut être employé avec un sens clairement actionnel et donc abstrait : il signifie une prise de position qui ne passe pas forcément par la parole et qui cherche à modifier un rapport de forces. Dans ce cas également, c ’ est le singulier qui semble prévaloir. L’agent, quand il est exprimé, est introduit par le possessif (66-67), par de (68), jamais, semble-t-il par la préposition par :

(66) Avant l’époque de votre affirmation féministe, avez-vous eu des difficultés à vous entendre avec les femmes ? (B. Groult, Mon évasion, 2008)
(67) (...) un seul poème, une seule canso, toujours la même, et on s’est déclaré incapable de comprendre autrement que comme une rhétorique vide, une vantardise, un gab, leurs affirmations répétées de l’originalité, de la singularité de leur chant. (J. Roubaud, Poésie : récit, 2000)
(68) Chacun disait « je suis » ou « j’ai » quelque chose, ce qui est la première affirmation de l’humain, le sentiment. (C. Boltanski, C. Grenier, La vie possible de Christian Boltanski, 2007)

72Et le thème est exprimé par un syntagme en de, cf. (67, 69-70) :

(69) Agrippé au ciel de ses mille griffes, le hêtre lui faisait du bien et du mal ; il était le jaillissement même de la vie et l’obscure affirmation des menaces. (A.-M. Garat, Dans la main du diable, 2006)
(70) On peut résister à la loi par sa seule existence, par la seule affirmation de sa présence sur un lieu, même mobile. (P. Guyotat, Formation, 2007)

73Les noms correspondant au thème sont toujours des noms abstraits (menaces, présence, liberté, vie, conflictualité sociale).

74L’expression l’affirmation de soi se rencontre fréquemment. On peut penser que c’est elle qui a influencé l’apparition de l’expression de sens contraire la négation de soi :

(71) Mon frère prend un malin plaisir à effacer toute possibilité d’identification. Comme si la seule affirmation honnête de soi consistait à se dire « personne ». (C. Arnaud, Qu ’as-tu fait de tes frères ?, 2010)

75On voit, au terme de cette étude des propriétés caractéristiques de affirmation, que ce nom n’est que très approximativement l’antonyme de négation.

4. Perspectives

76De l’étude sémantico-syntaxique menée dans la section 2, il résulte que les différentes acceptions de négation sont en bonne partie unifiées. En bonne partie seulement. Reste en particulier à expliquer comment rattacher les emplois marginaux de négation, notamment dans le domaine de la psychologie (délire de négation) ; ou comment négation peut prendre le sens de le contraire tout en s’en distinguant (la vie est le contraire de la mort est proche de sans être strictement équivalent à la vie est la négation de la mort).

77Les dissymétries constatées dans la relation d’antonymie avec affirmation (section 3) tiennent essentiellement au fait que négation est un opérateur logique, pas affirmation. Mais cette explication est-elle suffisante ? La comparaison pourrait peut-être être affinée en étudiant les deux familles morphosémantiques de ces noms et les liens respectifs qui les unissent avec les verbes nier et affirmer.

Bibliographie

Bibliographie

DENDALE Patrick (dir.), 2013, Lexicales (édition 11.0). Bibliographie en ligne d études linguistiques portant sur des unités lexicales et grammaticales du français, http://webh01.ua.ac.be/lexico/index.html.

FLAUX Nelly, 2002, « Les noms d’idéalités et le temps », Cahiers Chronos n° 10, p. 65-78.

– , 2011, « À propos du verbe traduire et du nom traduction », Studii di Lingvistica n° 1,p. 85-104.

– , 2012a, « Noms d’idéalités libres et noms d’idéalités liés », in Louis de Saussure, Andrée Borillo & Marcel Vuillaume, (éds), Grammaire, lexique, référence. Regards sur le sens. Mélanges offerts à Georges Kleiber pour ses quarante ans de carrière, Bern, Peter Lang, p. 59-75.

– , 2012b, « Traduire/traduction : ni mouvement ni changement d’état ? », Revue de philologie n° 39-1, Belgrade, Faculté de Philologie, p. 19-36.

– , soumis, « Proposition : constructions syntaxiques et polysémie », Colloque de Constaţa septembre 2012.

FLAUX Nelly, Véronique LAGAE & Dejan STOSIC, soumis, « Des noms d’idéalités aux noms d’humains », in Catherine Schnedecker & Wiltrud Mihatsch (éds), Les noms d’humains : une catégorie à part ?, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

FLAUX Nelly & Stosic DEJAN, 2011, « Noms d’idéalités, prépositions et temporalité », in Eugenia Arjoca, Cécile Avezard-Roger, Jan Goes & Adina Tihu (éds), Temps, aspect et classes de mots : études théoriques et didactiques, Arras, Artois Presses Université, p. 155-178.

– , 2014a, « Les noms d’idéalités et la modalité : marquage d’une opposition », Langages n° 193, « Syntaxe et sémantique des marqueurs modaux ».

– , 2014b, « Le nom traduction et sa complémentation », in Antoine Gautier, Laura Pino Serrano, Carlos Valcarcel & Dan Van Raemdonck (éds), Complémentations, Bruxelles, Peter Lang.

– , 2014c, « Les noms d’idéalités et la nominalisation », in Jan Goes, Caroline Lachet & Angélique Masset (éds), NominalisationS, Arras, Artois Presses Université, p. 19-38.

FLAUX Nelly & Danièle VAN DE VELDE, 2000, Les noms en français : esquisse de classement, Gap-Paris, Ophrys.

GAATONE David, 1971, Étude descriptive du système de la négation en français contemporain, Genève, Droz.

GODARD Danièle & Jacques JAYEZ, 1993, « Le traitement lexical de la coercion », Cahiers de linguistique française n° 14, p. 123-149.

– , 1996, « Types nominaux et anaphore : le cas des objets et des événements », Cahiers Chronos n° 1, p. 41-58.

HUSSERL Edmund, [1954] 1962, L’origine de la géométrie, Paris, PUF.

– , [1957] 1996, Logique formelle et logique transcendantale, Paris, PUF.

– , [1939] 1970, Expérience et jugement, Paris, PUF.

LARRIVÉE Pierre, 2001, L’interprétation des phrases négatives : portée et foyer des négations en français, Bruxelles-Paris, Duculot.

LEGALLOIS Dominique, 2006, « Quand le texte signale sa structure : la fonction textuelle des noms sous-spécifiés », Corela (en ligne).

– , 2008, « Sur quelques caractéristiques des noms sous-spécifiés », Scolia n° 23, p. 109-127.

MULLER Claude, 1991, La négation en français. Syntaxe, sémantique et éléments de comparaison avec les autres langues romanes, Genève, Droz.

SCHMID Hans-Jorg, 2000, English Abstract Nouns as Conceptual Shells, Berlin-New York, Mouton-Degruyter.

STOSIC Dejan & Nelly FLAUX, 2012, « Les noms d’idéalités sont-ils polysémiques ? », in Louis de Saussure & Alain Rihs, (éds), Etudes de sémantique et pragmatique françaises, Bem, Peter Lang, p. 167-190.

Dictionnaires

Dictionnaire historique de la langue française (tomes I et II), 1992/1995, Paris, Dictionnaires Le Robert.

GODARD Danièle, Laurent ROUSSARIE & Francis CORBLIN, (dir.), Sémanticlopédie. Dictionnaire de sémantique, http://www.semantique-gdr.net/dico/index.php/Accueil.

LALANDE André, 1926 [1980], Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF.

Trésor de la langue française informatisé, http://atilf.atilf.fr/.

Corpus

Base textuelle Frantext, www.frantext.fr

Wortschatz, Corpus français, Université de Leipzig, http://wortschatz.uni-leipzig.de/ws_fra/.

Notes

1 Le dictionnaire de sémantique en ligne Sémanticlopédie ne comporte pas d’entrée négation quoiqu’il contienne de nombreux renvois au terme.

2 Selon le DHLF, le nom est emprunté (1174, negatiun) au latin negatio, -onis « négation, dénégation » et « particule négative », dérivé de negatum.

3 Nous entendrons par là une proposition.

4 Voir les références en bibliographie.

5 Voir à ce sujet Flaux, Lagae & Stosic (soumis).

6 Contra Godard & Jayez (1993, 1996).

7 Nous serons amenées à parler de « structure argumentale ». Il est bien clair qu’il s’agit ici d’un emploi très approximatif de ce terme.

8 Sauf mention contraire, les exemples attestés sont empruntés à Frantext.

9 La disjonction, la conjonction et l’implication sont des opérateurs binaires donc relationnels. Reste à savoir ce qu’est un opérateur logique (unaire ou binaire) en tant qu’entité.

10 Il s’agit de subordonnées relatives introduites par les prépositions selon et suivant et par les locutions en vertu de et d’après très particulières, dont le rôle est d’expliciter le contenu du nom-tête à l’instar des complétives : Je refuse l’idée selon laquelle les astres déterminent notre destin. La particularité de ces subordonnées est que le SPrép avec le relatif ne remplit pas une fonction intrapropositionnelle au sein de la relative pseudo-relative, cf. Flaux & Stosic (2014a).

11 Cf. Flaux et Van de Velde (2000 : 26-28).

12 Le TLFi consacre plus d’une page au sens de affirmation dans la langue de la procédure judiciaire et du droit.

13 Le déséquilibre entre les deux entités du point de vue logique est bien connu : il n’existe pas pour les logiciens d’opérateur d’affirmation ; l’affirmation est reconnue comme munie d’une sorte d’antériorité logique. Et c’est toujours une proposition positive (ou affirmative) que la négation transforme, quitte à s’appliquer une deuxième fois à la proposition obtenue et à retomber sur la proposition affirmative de départ.

14 Voir Schmid (2000) et Legallois (2006, 2008).

Table des illustrations

Titre Tableau : Occurrences de négation et affirmation dans Wortschatz réparties selon le nombre
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

© Artois Presses Université, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search