Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Gaulle, Vendroux, la Résistance dans le Nord de la France

 | 
Stéphane Curveiller

Le Gaullisme dans le Nord

Jacques Vendroux : itinéraire d’un parlementaire gaulliste sous la ive et la ve République

Jérôme Pozzi

Texte intégral

  • 1 Frédérique Néau-Dufour, Yvonne de Gaulle, Paris, Fayard, 2010.
  • 2 Nous nous permettons sur ce point de renvoyer à notre thèse : Les mouvements gaullistes de 1958 à 1 (...)

1Beau du général de Gaulle, Jacques Vendroux est un homme-frère politique local et national, maire de Calais (1959-1969) et député du Pas-de-Calais (1945-1955 ; 1958-1973). Issu d’une famille d’industriels du Calaisis – son grand-père avait fondé une biscuiterie en 1872 – rien ne le prédisposait pourtant à s’engager en politique. Le fait que sa sœur, Yvonne Vendroux épouse Charles de Gaulle en 19211 allait changer la donne, puisque cette union le faisait entrer dans le cercle des proches de celui qui serait quelques années plus tard, l’homme du 18 juin. Familier de Charles de Gaulle, au sens strict du terme, Jacques Vendroux est également le confident du Général. Dans ces conditions, la question de l’influence de Charles de Gaulle sur Jacques Vendroux mérite d’être posée, tout comme sa réciproque d’ailleurs. La carrière du maire de Calais a-t-elle bénéficié des conseils et de la bienveillance gaullienne ? Son activité parlementaire sert-elle de relais à son beau-frère lorsque celui-ci est enfermé dans un gaullisme d’opposition à la IVe République ? Quel a été l’itinéraire de Jacques Vendroux dans la famille gaulliste et son degré d’engagement dans les différents mouvements qui se sont succédé de 1947 à 19762 ?

Un opposant radical à la IVe République

  • 3 Jacques Vendroux, Cette chance que j’aie eue 1920-1957. Souvenirs de famille et journal politique, (...)
  • 4 Éric Duhamel, L’UDSR ou la genèse de François Mitterrand, Paris, éd. CNRS, 2007, p. 104.
  • 5 J. Vendroux, op. cit., t. 1, p. 198-199.
  • 6 Op. cit., t. 1, p. 205-206.
  • 7 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition 1946-1958, Paris, Fayard, 1983, p. 98-99.
  • 8 Raymond Triboulet, Un gaulliste de la IVe, Paris, Plon, 1985, p. 160.
  • 9 Il s’agissait de l’étiquette de la liste de J. Vendroux aux élections législatives du 10 novembre 1 (...)
  • 10 J. Vendroux, op. cit., t. 1, p. 260.

2En avril 1945, Jacques Vendroux est élu maire de Calais à la tête d’une liste « d’union patriotique » qui rassemble quelques MRP, des personnes apolitiques, d’anciens résistants et des communistes3. Attaché au renouvellement du personnel politique et souhaitant en finir avec les pratiques partisanes d’avant-guerre, il entend rassembler les bonnes volontés au-delà des clivages traditionnels. Élu député sous les couleurs du MRP à la première Assemblée nationale constituante (octobre 1945), il est réélu à la seconde (juin 1946), avant de rompre avec le parti démocrate-chrétien car il refuse de voter la Constitution de la IVe République, en droite ligne de sa fidélité au message gaullien. Le 10 novembre 1946, il est élu député avec une étiquette qu’il crée pour l’occasion (Action démocratique et sociale) et rejoint le groupe parlementaire de l’UDSR, où il siège aux côtés de compagnons comme René Capitant et Pierre Clostermann4. Dans ses Mémoires, Jacques Vendroux se montre très critique sur la vie politique et dénonce « la poussière des partis [qui] engendre l’impuissance »5. Ce constat désabusé sur la IVe République est très proche de celui que dresse le général de Gaulle et il n’est donc pas surprenant que celui-ci confie à son beau-frère son intention de lancer un vaste rassemblement6, environ deux semaines avant le discours de Bruneval (30 mars 1947). Suite à la création du RPF, Jacques Vendroux joue le rôle de poisson-pilote du mouvement gaulliste au Palais-Bourbon, afin de rassembler les députés qui lui sont favorables. À l’été 1947, c’est d’ailleurs lui qui propose au Général de créer un intergroupe à l’Assemblée nationale et celui-ci donne son « feu vert » à l’opération. L’un des objectifs de l’Intergroupe qui est créé le 20 août 1947 est de « faire passer l’intérêt du pays avant celui des partis » et de « renforcer l’autorité de l’état par la révision [de la constitution] »7. Cependant, l’Intergroupe se heurte rapidement à l’intransigeance du MRP qui interdit à ses parlementaires d’y appartenir (27 août 1947), ce qui provoque la rupture entre le parti de Maurice Schumann et le RPF. Celle-ci conduit Jacques Vendroux en décembre 1948 à rassembler, après en avoir parlé au Général, un « petit noyau de fidèles »8 au sein d’un groupe parlementaire baptisé « Action démocratique et sociale »9 (ADS), dont la présidence échoit à René Capitant10.

  • 11 En l’occurrence, celui qui se réunit au Vel’d’Hiv le 11 février 1950.
  • 12 J. Vendroux, op. cit., t. 1, p. 281.
  • 13 Jérôme Pozzi, « Les entourages et les initiatives gaullistes au début de 1958 », Jean-Paul Thomas, (...)

3À l’Assemblée nationale, Jacques Vendroux s’intéresse aux Affaires étrangères, en particulier à la politique de la France à l’égard de la Sarre et de l’Allemagne. Ce champ d’intérêt lui vaut de présenter lors d’un Conseil national du RPF11 un rapport sur « les possibilités d’une coopération économique franco-allemande »12, rapport qui s’oppose au plan que propose alors Robert Schuman et qui va devenir la future CECA. Suite à sa réélection de 1951, il s’investit davantage dans la vie du RPF. Il s’occupe notamment du secrétariat général du groupe ADS et en décembre 1952, il est nommé « délégué national à l’action des cadres » du mouvement gaulliste. En outre, il se spécialise dans les affaires européennes et devient le rapporteur attitré de celles-ci dans les conseils nationaux du RPF. Progressivement, il incarne avec d’autres, à l’instar de Michel Debré, l’aile orthodoxe du Rassemblement et rejette tout soutien ou participation aux gouvernements de la IVe République. Par conséquent, le 6 mars 1952, il refuse l’investiture d’Antoine Pinay, à la différence de 27 députés gaullistes. Cette posture d’opposant radical vaut à l’intéressé la perte de son siège de député en 1956, puisqu’il refuse de s’apparenter, alors que tout laisse penser qu’un apparentement lui aurait permis d’être réélu. Le retour au pouvoir du général en mai 1958 va relancer sa carrière politique13.

Au temps de la République gaullienne (1958-1969)

  • 14 Jérôme Pozzi, « L’Union pour la Nouvelle République (UNR) et les dissidents à la conquête du Palais (...)
  • 15 J. Vendroux, Ces grandes années que j’ai vécues 1958-1970. Souvenirs de famille et journal politiqu (...)
  • 16 Sous la IVe République, Jacques Vendroux avait été l’un des représentants de la France à l’Assemblé (...)
  • 17 J. Vendroux, op. cit., t. 2, p. 89-90.
  • 18 Le « Comité pour l’Europe » est présidé par Louis Terrenoire et le poste de secrétaire général est (...)
  • 19 J. Vendroux, op. cit., t. 2, p. 158-159.
  • 20 Op. cit., t. 2, p. 50.
  • 21 Jacques Foccart, Journal de l’élysée, Paris, Fayard/Jeune Afrique, 1997, t. 1, p. 274

4Investi par l’Union pour la nouvelle République (UNR) – le mouvement gaulliste créé en octobre 1958 – comme candidat dans la 7e circonscription du Pas-de-Calais pour les élections législatives des 23 et 30 novembre 195814, Jacques Vendroux refuse cependant de faire figurer le sigle UNR sur ses affiches, à la demande du Général qui ne souhaite pas qu’un membre de sa famille soit directement lié à un parti politique15. Élu au second tour de scrutin avec 61,45 % des suffrages exprimés, il conserve son siège jusqu’en 1973, date à laquelle il choisit de ne pas se représenter. Inscrit au groupe de l’UNR, il siège à la Commission des Affaires étrangères pendant ces quatre législatures. Il est rapporteur permanent pour les affaires de l’Europe et se montre dans l’exercice de ses fonctions un ardent défenseur de la souveraineté nationale, tout comme à l’Assemblée européenne de Strasbourg où il siège de 1959 à 1967 et dont il devient même le vice-président (19601967)16. Sur les questions relatives à la construction européenne, Jacques Vendroux défend des positions très gaulliennes, puisqu’il se montre un ardent promoteur de l’Europe des États et se définit comme un « anti-intégrationniste »17. D’ailleurs, il réunit les députés partisans de la politique européenne du chef de l’État au sein du « Comité pour l’Europe »18 qu’il crée en janvier 1963 et dont il occupe l’une des vice-présidences19. En dehors des affaires européennes, il s’intéresse à l’Afrique noire et le Général l’invite à établir des relations entre les députés français et leurs homologues des jeunes états africains qui accèdent à l’indépendance20, ce qui est fait dès janvier 1963, grâce à la prise en main de l’association parlementaire Europe-Afrique, dont Jacques Vendroux devient le Président. Ainsi, jusqu’en 1969, il effectue plusieurs voyages par an en Afrique, seul ou en compagnie de Jacques Foccart, secrétaire général pour les affaires africaines et malgaches21.

5J. Vendroux exerce également des responsabilités dans les instances de l’UNR. Outre la présidence de la fédération départementale du Pas-de-Calais, il fait partie des trois parlementaires élus par le comité central en novembre 1959 pour siéger au sein de la commission politique du mouvement gaulliste. Lors des Assises de Strasbourg (mars 1961), il est réélu au comité central et à la commission politique, ce qui témoigne d’une certaine confiance des militants à son égard. En mars 1961, certains parlementaires songent même à lui pour remplacer Jacques Richard au poste de secrétaire général, ce que l’intéressé ne souhaite pas, tout comme le chef de l’État d’ailleurs. Peu à l’aise dans les fonctions purement partisanes, il ne peut pas être considéré comme un homme d’appareil et manifeste plus d’intérêt pour les grandes questions de politique nationale.

Un repli sur l’Aventin face à Georges Pompidou

  • 22 J. Vendroux, op. cit., t. 2, p. 342.
  • 23 Jean Mauriac, L’après de Gaulle, notes confidentielles 1969-1989, Paris, Fayard, 2006, p. 22-23.
  • 24 Ibid.
  • 25 Ibid.
  • 26 J. Foccart, op. cit., t. 3, p. 16-18.
  • 27 J. Vendroux, op. cit., t. 2, p. 353.
  • 28 Op. cit., t. 2, p. 352.

6L’échec du référendum du 27 avril 1969 est ressenti par Jacques Vendroux comme une profonde blessure et provoque une certaine amertume, comme au sein du petit monde des compagnons. Le lendemain, alors que le chef de l’État cesse d’exercer ses fonctions, il démissionne de la présidence de la Commission des Affaires étrangères afin de « conserver toute sa liberté »22. En fait, il considère que l’ancien Premier ministre est en partie responsable de cet échec et lui reproche de ne pas avoir déclaré qu’il ne serait pas candidat à l’élection présidentielle si le « non » l’emportait23 et n’hésite pas à le qualifier en aparté de « Judas, traître, renégat »24. En mai 1969, il dit à son sujet : « C’est au lendemain de son élection que les difficultés vont commencer. Pompidou a un tempérament qui le poussera aux concessions. Il y aura un nouveau Grenelle tous les ans. Pompidou va tout céder… Il faut que nous pesions sur lui comme un remords, une conscience »25. Ainsi, il fait partie avec Christian Fouchet de la fronde qui réunit quelques gaullistes pour pousser René Capitant à se présenter à l’élection présidentielle contre Georges Pompidou26, opération qui est finalement désamorcée grâce à l’intervention des barons et à la pression insistante de Jacques Foccart. Même si cette opération tourne court, il est le seul parlementaire gaulliste avec Louis Vallon à refuser de signer la déclaration de soutien à Georges Pompidou. Par ailleurs, il prend l’initiative de réunir les parlementaires fidèles à la pensée du Général dans une amicale, baptisée « Présence et action du gaullisme » (PAG), dont le but est de « poursuivre les objectifs fondamentaux du gaullisme »27. Il reçoit l’accord du Général à condition toutefois qu’il ne préside pas cette amicale28 – qui se transforme ensuite en association – fonction qui est occupée par le député de Paris Hubert Germain, un proche de Pierre Messmer.

  • 29 J. Mauriac, op. cit., p. 86.
  • 30 Maire de Calais de 1971 à 2000, Jean-Jacques Barthe a été député du Pas-de-Calais (1973-1988).

7Les prises de position de Jacques Vendroux contre une UDR qui serait en train de perdre son âme, en se rapprochant des centristes dans le cadre de la préparation des élections municipales de 1971, l’amènent à démissionner du mouvement en février 1971. Il concentre alors ses attaques sur deux décisions présidentielles. Tout d’abord, le référendum sur l’élargissement européen (23 avril 1972) et la question de l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun. Ensuite, le projet de loi constitutionnelle portant révision de la Constitution et souhaitant instaurer un quinquennat. Jacques Vendroux reproche au projet d’élargissement de ne pas poser la question de l’unité politique de l’Europe et de ses futures institutions29. Quant au quinquennat, il considère que c’est une remise en cause inacceptable des « masses de granit » de la République gaullienne auxquelles il est viscéralement attaché. âgé de 76 ans en 1973, il décide de ne pas se représenter à la députation et c’est alors Jean-Louis Debré qui tente de conserver cette circonscription dans le giron de la majorité, mais il est battu par le maire communiste de Calais Jean-Jacques Barthe30.

8Tout au long de sa carrière politique, Jacques Vendroux s’est montré un défenseur opiniâtre et scrupuleux des grands principes du gaullisme. Le refus de les voir évoluer et s’adapter aux années soixante-dix explique en grande partie son repli sur l’Aventin. Trop attaché sentimentalement au général de Gaulle, dont il avait partagé l’intimité, il a mal vécu l’arrivée à l’Élysée de Georges Pompidou, alors que la politique conduite par le nouveau chef de l’État n’avait rien de révolutionnaire. Sorte de vigie du gaullisme sous la République pompidolienne, à l’instar d’un Pierre Lefranc, il a en outre essayé de transmettre un héritage à son fils, à défaut d’un fief électoral. Jacques-Philippe Vendroux fut ainsi parachuté à Saint-Pierre-et-Miquelon en 1967 où il fut élu député, mandat qu’il conserva jusqu’en 1973, date à laquelle il choisit, comme son père, de ne pas se représenter.

Notes

1 Frédérique Néau-Dufour, Yvonne de Gaulle, Paris, Fayard, 2010.

2 Nous nous permettons sur ce point de renvoyer à notre thèse : Les mouvements gaullistes de 1958 à 1976 : la diversité d’une famille politique, réseaux, cultures et conflits, doctorat d’histoire sous la direction de Jean El Gammal, Université Nancy 2, 2008, 4 vol., 1473 p. Une version remaniée a été publiée aux Presses universitaires de Rennes (PUR) en 2011 sous le titre : Les mouvements gaullistes, partis, associations et réseaux (1958-1976).

3 Jacques Vendroux, Cette chance que j’aie eue 1920-1957. Souvenirs de famille et journal politique, t. 1, Paris, Plon, 1974, p. 120.

4 Éric Duhamel, L’UDSR ou la genèse de François Mitterrand, Paris, éd. CNRS, 2007, p. 104.

5 J. Vendroux, op. cit., t. 1, p. 198-199.

6 Op. cit., t. 1, p. 205-206.

7 Jean Charlot, Le gaullisme d’opposition 1946-1958, Paris, Fayard, 1983, p. 98-99.

8 Raymond Triboulet, Un gaulliste de la IVe, Paris, Plon, 1985, p. 160.

9 Il s’agissait de l’étiquette de la liste de J. Vendroux aux élections législatives du 10 novembre 1946.

10 J. Vendroux, op. cit., t. 1, p. 260.

11 En l’occurrence, celui qui se réunit au Vel’d’Hiv le 11 février 1950.

12 J. Vendroux, op. cit., t. 1, p. 281.

13 Jérôme Pozzi, « Les entourages et les initiatives gaullistes au début de 1958 », Jean-Paul Thomas, Gilles Le Beguec et Bernard Lachaise (dir.), Mai 1958, le retour du général de Gaulle, Rennes, PUR, 2010, p. 101-112.

14 Jérôme Pozzi, « L’Union pour la Nouvelle République (UNR) et les dissidents à la conquête du Palais-Bourbon : victoires et déboires des différents étendards gaullistes », Bernard Lachaise, Gilles Le Béguec et Frédéric Turpin (dir.), Les élections législatives de novembre 1958 : une rupture ?, Pessac, PUB, 2011, p. 51-63.

15 J. Vendroux, Ces grandes années que j’ai vécues 1958-1970. Souvenirs de famille et journal politique, t. 2, Paris, Plon, 1975, p. 31.

16 Sous la IVe République, Jacques Vendroux avait été l’un des représentants de la France à l’Assemblée commune de la CECA (1953-1956).

17 J. Vendroux, op. cit., t. 2, p. 89-90.

18 Le « Comité pour l’Europe » est présidé par Louis Terrenoire et le poste de secrétaire général est occupé par Christian de La Malène.

19 J. Vendroux, op. cit., t. 2, p. 158-159.

20 Op. cit., t. 2, p. 50.

21 Jacques Foccart, Journal de l’élysée, Paris, Fayard/Jeune Afrique, 1997, t. 1, p. 274

22 J. Vendroux, op. cit., t. 2, p. 342.

23 Jean Mauriac, L’après de Gaulle, notes confidentielles 1969-1989, Paris, Fayard, 2006, p. 22-23.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 J. Foccart, op. cit., t. 3, p. 16-18.

27 J. Vendroux, op. cit., t. 2, p. 353.

28 Op. cit., t. 2, p. 352.

29 J. Mauriac, op. cit., p. 86.

30 Maire de Calais de 1971 à 2000, Jean-Jacques Barthe a été député du Pas-de-Calais (1973-1988).

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540