Version classiqueVersion mobile

Europe et traduction

 | 
Michel Ballard

Le modèle de la traduction en Europe : réalités et potentialités

Colette Touitou-Benitah

Texte intégral

Nous remercions Paola Jouine du Service de Traduction de la Commission européenne à Bruxelles, Wolfgang Jenniges du Bureau européen pour les langues moins répandues à Bruxelles et Alexandra Meir de la Délégation de la Commission européenne à Tel-Aviv pour l’aide apportée.

« Il est difficile de percevoir l’Europe depuis l’Europe »
Edgar Morin

1La construction européenne a adopté le principe du multilinguisme et de la traduction au détriment d’une langue commune qui serait considérée comme réductrice.

  • 1 La distinction entre multilinguisme et plurilinguisme demande à être éclaircie. Dans son discours d (...)

2La traduction sert donc l’unité d’une Europe pacifiée et démocratique qui préserve la diversité des nations qui la composent. Dans cette optique, la communication linguistique doit se fonder sur le plurilinguisme des européens et sur le multilinguisme des institutions européennes1.

3Ce principe, une fois énoncé, demande à être discuté.

4C’est ce que nous nous proposons de faire en suivant, en aval des traités de Rome, l’application de ce principe et les questions qu’elle soulève. Dans un second temps, le cas des langues minoritaires retiendra notre attention. Enfin, lançant un regard non-européen sur la construction européenne, nous tenterons d’analyser le rôle de la traduction dans les relations entre l’Europe et les pays non-européens de la Méditerranée.

I. L’application d’un principe

5L’application du multilinguisme était simple en 1958 avec quatre langues officielles qui étaient toutes quatre, langues de travail. Le noyau des six Etats fondateurs qui, en dépit du passé tragique, présentait une unité profonde tant culturelle que politique, n’eut pas de mal à adopter le principe de l’égalité des langues et de la traduction des actes de la C.E.E. d’autant que le français était la langue parlée commune lors des débats, aux dires de Jean-Louis Bourlanges.

6A ces quinze premières années de multilinguisme sans problème devait succéder une période moins marquée par le sceau de l’unité. En 1973, avec l’élargissement au Danemark, à l’Irlande et au Royaume-Uni, la Communauté a désormais sept langues officielles, mais six langues de travail. Il est décidé que seuls les traités seraient traduits en irlandais. Une première brèche apparaît dans l’édifice de la construction mais il faudra attendre le début des années 80 et la deuxième vague d’élargissement de la communauté pour assister à un débat sur la pertinence du principe du multilinguisme et donc de la traduction.

7Patterson (1981) expose la situation linguistique de la CEE et déplore le manque de précision et le style relâché des traductions. Il propose entre autres solutions, l’emploi de l’esperanto qui présenterait à son avis l’avantage de ne pas instituer d’impérialisme linguistique.

8Quant à Habsburg (1982), plus nuancé, il relève aussi bien le danger d’extinction des langues mineures que celui de l’internationalisation de langues majeures. L’adoption d’une « lingua franca » européenne, limitée à certains domaines, lui semble mériter un réexamen.

9En 1989, Reeves rejette de façon catégorique la solution de la langue unique. Pour lui, l’expérience de la CEE a montré que, contrairement à l’opinion répandue, l’anglais ne serait pas la langue unique de la communication en Europe. La connaissance des goûts particuliers des clients dans les divers pays de la CEE passe par la connaissance de leur culture et de leur langue. Seul le multilinguisme et donc la traduction permettront l’avènement du marché unique de 1992. Dans son argumentation les considérations culturelles et identitaires servent les intérêts économiques.

10Deux élargissements de la Communauté en deux décennies ont mis le principe du multilinguisme en question.

11La reconfirmation du principe lors du traité de Maastricht permet-elle de dire que l’ère du multilinguisme triomphant est arrivée ?

12Aujourd’hui, l’Europe des Quinze a douze langues officielles, onze langues de travail pour vingt-sept langues parlées dans les pays de l’Union. Dans les institutions, la traduction entre onze langues entraîne cent dix combinaisons de langues. Une simple directive connaît une quinzaine de stades intermédiaires jusqu’à son application. Au Parlement européen, le nombre des amendements peut atteindre le chiffre de cinquante. La traduction est vécue au jour le jour comme un frein qui ralentit le rythme de travail et n’a d’autre intérêt que celui de ménager les susceptibilités d’une identité européenne qui fait encore défaut.

13Il n’y aura cependant pas de langue unique, mais des solutions ad hoc sont élaborées comme celle-ci :

14Pour répondre au besoin croissant dans les domaines techniques, certaines langues deviennent des langues de spécialité. Des projets communautaires sont l’occasion d’élaborer des outils pour la traduction. Humeniuk et Raddatz dans un article (1994) consacré à la construction du Tunnel sous la Manche, prennent appui sur les documents émis par l’ Union européenne pour la réalisation de ce projet et montrent comment l’anglais et le français sont en fait, dans la communauté, des langues de spécialité en génie civil.

15Ou cette autre adoptée par la Commission européenne :

16A la distinction entre langue officielle et langue de travail s’ajoute à l’intérieur des langues de travail celle entre langue de diffusion externe et langue véhiculaire interne. Trois langues sources (anglais, français, allemand) permettent un fonctionnement plus rapide des institutions. Mais ce qui est bon pour la Commission européenne ne l’est pas pour le Parlement européen car si on peut exiger de fonctionnaires et de diplomates européens d’être plurilingues, on ne peut avoir la même exigence envers des politiciens élus. Ils doivent pouvoir travailler et s’exprimer dans leur langue d’autant que les décisions prises au Parlement européen ont immédiatement force de loi dans leurs pays respectifs.

17Les années 90 voient le même débat se poursuivre.

18Avant même tout élargissement éventuel de la Communauté le danger de la langue unique est évoqué.

19Le russe Domashnev (1994), inquiet de l’avenir du principe de l’égalité des langues dans l’ Union européenne avec l’élargissement aux pays d’Europe de l’Est, ne manque pas de rappeler les épisodes de domination linguistique comme la germanisation et la russification.

20Faut-il conclure avec Evelyne Pisier (1992) que l’Europe communautaire est une entreprise sans précédent « en ce sens... qu’il n’a jamais été sérieusement envisagé de la doter d’une langue commune » ou faut-il au contraire laisser le débat ouvert puisque des voix s’élèvent comme celle d’ Edgar Morin pour le dédramatiser ? Voici ce qu’il en dit dans Penser l’Europe :

« L’Europe ne court aucun risque culturel à ce que l’anglais y devienne langue principale de communication. N’a-t-il pas constitué la langue de communication entre les diverses cultures et ethnies indiennes sans les corrompre, sans dévaluer les langues régionales, sans surimposer l’identité anglaise sur l’identité indienne ? » (p. 232)

21La comparaison qu’Edgar Morin établit ici ne nous semble pas pertinente car l’anglais est la langue d’un des Etats membre de la communauté européenne alors que l’Inde indépendante a adopté la langue de l’ex-colonisateur dans une optique exclusivement pragmatique. Une langue principale de communication en Europe risquerait de devenir langue culturelle unique.

22Le multilinguisme européen doit évoluer pour éviter que l’application du principe sur lequel il repose ne devienne problématique au point de le remettre en question. C’est ce qui ressort de la plaquette de présentation du service de traduction de la Commission européenne (édition de juillet 1994). Il y est question du passage d’une conception passive d’une politique du multilinguisme à une conception plus active :

« pour parvenir à la maîtrise du multilinguisme et suivre sa vocation, qui est de rayonner dans la diversité et non de dominer, l’Europe doit s’en donner les moyens et développer son infrastructure linguistique ».

  • 2 L’illustration de cette politique est la mise en place par l’Europe des Quinze d’une base de donnée (...)

23Ou en d’autres termes, l’ Union Européenne, tout en réaffirmant le principe du multilinguisme et de la traduction opte pour une application qui, à court terme, tend à limiter le volume des traductions. A long terme, elle mise sur le plurilinguisme des européens2 .

II. Le cas des « autres » langues de l’Europe

  • 3 La dénomination « autres » langues de l’Europe est empruntée à la brochure du Centre d’information (...)

24C’est en 1981 que les institutions européennes commencent à se préoccuper des « autres » langues de l’Europe3. Elles seront dénommées langues « à faible diffusion » ou « régionales » ou « mineures » ou « minoritaires » ou même « minorisées ».

  • 4 Cette question qui dépasse notre propos a été débattue par Hartmut Haberland dans son article « Ref (...)

25Les hésitations dans la nomenclature officielle seront contournées avec la création en 1982 d’un Bureau européen pour les langues moins répandues4 qui regroupe cinq catégories de langues représentant au total une cinquantaine de langues :

« – les langues nationales de deux petits Etats membres de l’ Union Européenne qui ne sont pas des langues officielles, de travail de l’UE : l’irlandais et le luxembourgeois ;
« – les langues de communautés situées dans un seul Etat membre, telles que le breton en France, le frioulan et le sarde en Italie, le gallois au Royaume-Uni ;
« – les langues de communautés résidant dans deux ou plusieurs Etats, telles que le basque en France et en Espagne, l’occitan en France, Italie et Espagne, le lapon en Finlande et en Suède ;
« – les langues de communautés qui constituent une minorité dans l’Etat où ils vivent, mais qui sont majoritaires dans d’autres pays, telles que l’allemand en Belgique, le danois en Allemagne, le français et le grec en Italie, le finnois en Suède et le suédois en Finlande ;
« – les langues non territoriales, parlées traditionnellement dans un ou plusieurs Etats ne pouvant pas être identifiées à une zone particulière, telles que la langue des Tsiganes ou des Juifs (comme le romani, le yiddish, le judéo-espagnol).

26L’introduction de la première catégorie de langues dans cette nouvelle structure devait pallier les faiblesses de l’application du principe ci-dessus énoncé et discuté.

27L’analyse comparative des publications du Bureau, à savoir :

  • le rapport pour les années 1983-1989 publié après 1991

  • le rapport pour les années 1989-1993 publié en 1994

  • le rapport annuel 1993

  • le rapport annuel 1994

28montre une évolution dans les orientations du Bureau. Dans les années 80 le rapport est un relevé d’actions et d’activités linguistiques et culturelles dont l’initiative est régionale et qui ont bénéficié de l’aide financière du Bureau. Ce dernier se définit d’ailleurs comme « un organisme qui peut représenter les langues moins répandues et agir en leur nom au niveau de la CE ».

29A partir de 1984 les objectifs changent. Il s’agit désormais de défendre et de promouvoir ces langues et à cet effet, des efforts incessants seront faits par le Bureau afin de les ancrer dans la législation européenne.

  • 5 Série des traités européens n° 148. Strasbourg, 5. XI. 1992.

30En 1992, le Conseil de l’Europe adoptera une Charte européenne des langues régionales ou minoritaires qui définira la liberté linguistique et l’établira en filiation directe avec la démocratie et les droits de l’homme5.

31Dans cette charte le recours à la traduction et à l’interprétation est présent à l’article 9 concernant la justice pour les trois types de procédure, à l’article 10 concernant les services publics et administratifs et surtout à l’article 12 concernant les activités et équipements culturels (paragraphes 1, b, c, h) où il est spécifié outre « les activités de traduction, de doublage, de post-synchronisation et de sous-titrage », la promotion et le financement « des services de traduction et de recherche terminologique ».

32Quelle a été la fortune de cette Charte ? En émettant les plus grandes réserves sur le bien-fondé de toute législation dans les domaines linguistique et culturel, on peut s’étonner qu’elle contredise l’esprit du traité de Maastricht qui la précède de quelques mois.

33Elle ne semble pas non plus avoir été suivi d’effet.

  • 6 Rapport d’activité de la commission des communautés européennes COM 94 602 final.

34Les programmes linguistiques européens qui ont succédé à LINGUA (1989) – programme ne concernant que les langues à statut officiel – ERASMUS et SOCRATES prévoient un élargissement « concernant les langues minoritaires dans les cas appropriés »6. Le vague de la formulation ne laisse rien deviner.

  • 7 Signalons la constitution d’une banque de données informatisée de la langue corse, la publication d (...)

35Pour ce qui est de la recherche terminologique, il faut noter qu’à partir de 1985 des travaux lexicographiques et terminologiques ont été engagés au niveau régional7. La création d’un réseau lexicographique européen est à l’étude depuis 1995.

36Quant à l’aide à la traduction elle est rappelée dans le rapport publié en 1994 : « notamment les traductions effectuées à partir de langues européennes d’usage moins courant ». Ce qui a valeur de vœu pieux quand on sait que cette Charte proposée à la signature en 1992 a été à ce jour signée par sept Etats membres et ratifiée uniquement par deux pays.

  • 8 Le catalogue des publications du Bureau Européen pour les Langues Moins Répandues propose aussi bie (...)

37Bien que dans son préambule la Charte confirme que « la protection et la promotion des langues régionales ou minoritaires... représentent une contribution importante à la construction d’une Europe fondée sur les principes de la démocratie et de la diversité culturelle, dans le cadre de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale » on comprend que certains gouvernements ne voient d’un bon œil des langues régionales sortir du cadre de la famille et accéder au statut de langue administrative, de langue médiatique, de langue de communication. Gageons que les Etats ne seront pas enclins à assurer une aide à la traduction au su du budget communautaire qui lui est consacré8.

38Aussi bien pour ses langues officielles que pour ses autres langues l’ Union Européenne n’a de politique satisfaisante. Elle est prisonnière d’un principe qui lui semble être le garant de son unité et de sa diversité.

III. Europe, traduction, pays non-européens de la Méditerranée

39Les liens que la traduction a servi à établir entre l’Europe et les pays non-européens de la Méditerranée se situent à un triple niveau : économique, politique et culturel.

40L’Ecole des langues orientales à Paris offre l’exemple d’une institution culturelle prestigieuse, véritable pépinière de traducteurs, qui a été créée pour répondre à des besoins économiques, puis qui a servi des intérêts politiques tout en se consacrant à ses activités pédagogiques et scientifiques.

  • 9 L’interférence entre monnaie et langue est sensible dans le nom de la future monnaie unique arrêté (...)

41C’est le développement des relations commerciales de la France avec les pays des rives orientales de la Méditerranée au XIIIe siècle qui a nécessité le recrutement de « drogmans » dans les Echelles du Levant. L’Ecole des langues orientales fondée en 1795 qui est l’héritière de l’Ecole des « jeunes de langues » créée en 1723 avait pour but la formation de traducteurs destinés à remplacer les drogmans « trop engagés dans les milieux locaux marchands dont ils étaient le plus souvent issus ». (Baillou, p. 162, 350). La traduction a donc partie liée avec le commerce9.

42Au XIXe siècle, la conquête de l’Algérie entraînera la constitution d’un corps d’interprètes militaires qui dépendra du ministère de la Guerre. C’est parmi les professeurs de l’Ecole des langues orientales que le gouvernement français recrutera ces « intermédiaires obligés du colonialisme » qui seront tenus de quitter leurs chères études pour se mettre en campagne.

43Certains, rapporteront de leur épisode guerrier des œuvres à traduire comme le baron de Slane qui publiera une traduction des Prolégomènes d’Ibn Khaldun (Touitou-Benitah).

44La traduction comme champ de forces et de relations se trouve donc au carrefour de l’économie et de la politique. L’économie et la politique sont liées dans l’histoire de l’Europe aux guerres qui ont opposées pendant des siècles les nations les unes aux autres. Et dans l’histoire des relations entre l’Europe et les autres nations, l’économie et la politique sont associées à son passé impérial et colonial. La langue de la nation conquérante, victorieuse, colonisatrice devenait la langue de domination (Calvet).

45Même quand la relation de domination politique prend fin, elle laisse des souvenirs traumatiques qui se répercutent sur la langue. C’est ainsi qu’au début des années 60 les pays d’Afrique du Nord ont été très réticents à coopérer à la création d’institutions francophones qu’ils considéraient comme une entreprise de colonisation linguistique et culturelle. C’est au moment où le français a été considéré comme langue de communication, utile et efficace dans une francophonie, non dominée par la France, qu’une école de traduction à Tanger a été créée pour répondre aux besoins en traducteurs et interprètes des pays arabo-musulmans de la Méditerranée et du Proche-Orient.

46Il n’est pas indifférent que ce mot de Jacques Delors : « L’Europe doit rayonner, non dominer » soit si souvent cité dans les publications de l’ Union européenne sur la traduction.

47La traduction est avant tout l’outil de la communication économique. Mais comme l’a souligné Reeves et comme l’a montré Alain Peyrefitte, le moteur principal du développement économique est immatériel : c’est la culture.

48Nous voici revenus à la culture après un détour par l’économie, la politique, la langue.

49Quelles relations culturelles l’Europe a-t-elle tissée avec les pays non-européens de la Méditerranée par le biais de la traduction ?

50Le philosophe marocain Allai Sinaceur fait remarquer qu’« avant de traduire l’Europe pour les Européens, l’Europe a traduit le monde ». La connaissance de l’Orient par l’Europe s’est faite depuis le Moyen Âge par le truchement de la traduction. « Les cultures européennes sont devenues depuis, et grâce à ces traductions, les « métalangages » à partir desquels on aborde les autres cultures. »

51On ne peut que s’associer à Allai Sinaceur quand il dit qu’il est temps que l’Europe encourage la traduction de l’Europe pour les autres, en premier lieu pour les pays des rives orientales de la Méditerranée, ce berceau de la civilisation occidentale.

  • 10 Résolution 21 II de la Conférence de New Dehli (1968), conventions de Yaoundé I (1963), II (1969) e (...)

52S’inspirant du modèle communautaire de coopération au développement des pays du Tiers monde10 qui résulte lui aussi de la conjonction de facteurs historiques, économiques et politiques, il faudrait mettre en place un système généralisé de préférences non réciproques pour les traductions qui soit équitable et qui ne profite pas seulement aux pays déjà largement ouverts sur l’Europe.

  • 11 Une analyse minutieuse et précise des flux de traduction entre l’Europe et chacun des pays du Sud d (...)

53Mais lorsque Allai Sinaceur affirme que la raison pour laquelle les pays du Sud de la Méditerranée ont peu traduit l’Europe durant ce siècle est uniquement économique, on se doit d’y regarder de plus près et de s’interroger si de profonds barrages culturels ont fait obstacle au flux de la traduction11.

  • 12 Pedrag Matvejevic a déploré lors de la VIIe assemblée générale de la CUM (Communauté des Université (...)

54Malheureusement, nous n’en sommes pas encore là. Le climat de confiance nécessaire au progrès des relations culturelles de l’ Union Européenne avec les pays de la Méditerranée est encore du domaine de la potentialité. Dans la réalité, ces relations sont à ce jour empreintes de cynisme sur la rive nord, de pessimisme et de défiance sur les rives sud et est12.

Conclusion

55La place de la traduction dans l’ Union Européenne met à jour la précarité d’un modèle fondé sur un principe qui, posé comme un axiome, est appliqué soit à la lettre par les soins du législateur, soit, sous le poids de la réalité, est laissé de côté pour des solutions ad hoc qui permettent plus de flexibilité.

56On voit mal comment, face au flou notionnel, à l’avalanche des initiatives et des publications et compte tenu de la rigidité d’un principe qu’il est de plus en plus difficile d’appliquer, l’Europe peut fournir un modèle exportable à d’autres parties du monde, même celle qui lui est le plus proche, culturellement parlant et avec laquelle elle n’a pas encore réussi à créer des liens de confiance.

57Sans une réflexion courageuse qui reprenne la question des langues et de la traduction à la base, la seule solution sera celle proposée par Zamenhof (1859-1917) dans les années 80 du siècle dernier, à l’époque où un de ses coreligionnaires Eliezer Ben Yehuda (1858-1922) s’attelait à faire de l’hébreu « langue non territoriale » d’après la nomenclature européenne une langue moderne de communication.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Baillou Jean (sous la direction de), Les affaires étrangères et le corps diplomatique français, Paris, Editions du CNRS, 1984.

Barret-Ducrocq Françoise (dir.), Traduire l’Europe, Paris, Editons Payot, 1992.

Bourlanges Jean-Louis, « L’Europe à trente : un objet virtuel. Propositions pour la négociation de 1996 », Commentaire, 70, 1995, p. 229-242.

Brackeniers Eduard, « Europäische Integration und Probleme der Sprachkommunikation », TEXTconTEXT, 6, 1991, p. 1-8.

Calvet L.J., Langue et Colonialisme. Petit traité de glottophagie, Paris, Payot, 1979.

Coulmas Florian, European Intégration and the Idea of National Language, Berlin, Walter de Gruyter, 1991.

Coulmas Florian, Language and Economy, Oxford UK & Cambridge USA, Blackwell, 1992.

Domashnev A.I., « K problème yazyka obshcheniya v ob’edinennoy evrope » A propos du problème des langues de communication dans l’Europe unie, Voprosy yazykoznaniya, 43, 5, p 3-18, 1994.

Duhamel Alain, Les peurs françaises, Paris, Gallimard, 1993.

Habsburg Otto, « Vielsprachigkeit und Fortschritt » (Plurilinguisme et Progrès), Multilingua, 1-2, 1982, pp. 71-76.

Neher André, De l’hébreu au français. Manuel de l’hébraïsant : La Traduction, Paris, Editions Klincksieck, 1969.

Patterson G.B., « The Problems Arising frotn the Multilinguism of the European Community », Lebende Sprachen, 26, 1, 1981, p. 7-11.

Peyrefitte Alain, La société de confiance, Paris, Ed. Odile Jacob, 1995.

Reeves Nigel, « Presidential Address ATG », Modem Languages, 70, 3, 1989, p. 131-139.

Touitou-Benitah Colette, « Les intermédiaires obligés du colonialisme ». META, XL, 1, 1995, p. 15-23.

Notes

1 La distinction entre multilinguisme et plurilinguisme demande à être éclaircie. Dans son discours du 2 juin 1992 à Lisbonne Eduard Brackeniers, directeur général du service de traduction de la Commission des Communautés Européennes évoque le coût élevé du multilinguisme et de la traduction, coût qui devrait être progressivement réduit par le développement du plurilinguisme des Européens qui, dans quelques décennies devraient maîtriser, outre leur langue, deux autres langues européennes. Dans le discours du 10 novembre 1993 à Copenhague, E. Brackeniers parle du plurilinguisme des débuts lorsque les représentants avaient tous une connaissance active ou passive des quatre langues de travail. Le plurilinguisme suppose donc la maîtrise de trois ou quatre langues et permet de réduire les besoins en traduction tandis qu’il faut entendre par multilinguisme, présence d’au moins cinq langues et recours obligatoire à la traduction.

2 L’illustration de cette politique est la mise en place par l’Europe des Quinze d’une base de données sur l’enseignement supérieur Ortelius, conçue en 1994 et lancée en 1996 qui utilise les neuf langues de l’ex-Europe des Douze. Les institutions européennes sont, comme on peut le constater, toujours en retard d’un élargissement de la communauté.

3 La dénomination « autres » langues de l’Europe est empruntée à la brochure du Centre d’information de Bruxelles du Bureau Européen pour les Langues Moins Répandues, édition de février 1996.

4 Cette question qui dépasse notre propos a été débattue par Hartmut Haberland dans son article « Reflections about minority languages in the European Community » in : Coulmas 1992 : 179-193.

5 Série des traités européens n° 148. Strasbourg, 5. XI. 1992.

6 Rapport d’activité de la commission des communautés européennes COM 94 602 final.

7 Signalons la constitution d’une banque de données informatisée de la langue corse, la publication du premier dictionnaire irlandais-breton en 1987, un dictionnaire unilingue de langue bretonne etc.

8 Le catalogue des publications du Bureau Européen pour les Langues Moins Répandues propose aussi bien une brochure intitulée : « Du droit individuel au droit collectif. L’utilisation des langues moins répandues dans les services publics » que celle-ci : « La langue, une histoire de famille ». Les textes de présentation de ces brochures tirent leur argumentation autant des registres politique que psychologique, tous genres confondus. Ce n’est pas de trop pour ce qui se présente comme « un mini-guide stratégique de reconquête linguistique ». On est encore loin de la rhétorique du rayonnement.

9 L’interférence entre monnaie et langue est sensible dans le nom de la future monnaie unique arrêté en décembre 1995 à Madrid au sommet des dirigeants européens. L’euro a été préféré à l’ E.C.U aux connotations trop françaises et/ou anglaises.

10 Résolution 21 II de la Conférence de New Dehli (1968), conventions de Yaoundé I (1963), II (1969) et conventions de Lomé I (1975), II (1979), III (1984), IV (1989).

11 Une analyse minutieuse et précise des flux de traduction entre l’Europe et chacun des pays du Sud de la Méditerranée et du Moyen-Orient serait riche d’enseignements pour notre sujet. Les données à ce jour disponibles, celles de l’Unesco (Index Translationum) sont limitées pour permettre l’établissement d’un bilan fiable.

12 Pedrag Matvejevic a déploré lors de la VIIe assemblée générale de la CUM (Communauté des Universités Méditerranéennes) au Caire les 22 et 23 mars 1996 que les décisions concernant le sort de la Méditerranée soient souvent prises en dehors d’elle. (Claude Oliviéri « Coopération universitaire euroméditerranéen », Le français dans le monde, n° 281, mai-juin 1996, p. 34-35). Nous avons nous-même participé à une initiative de la CUM pour l’élaboration d’un projet de coopération linguistique en 1994. Après une première rencontre qui réunissait outre la France et l’Italie, Israël, le Liban et le Maroc, ce projet est resté sans lendemain sans que les autorités de la CUM aient jugé nécessaire d’accuser réception des rapports adressés et d’avertir de l’abandon du projet.

Auteur

Maître de conférences à l’Ecole de Traducteurs et d’interprètes de l’Université Bar-Ilan, a publié en France, en Belgique et au Canada des articles sur la pédagogie de la traduction, sur la traduction de textes bibliques comme le livre de Ruth, de textes liturgiques comme la Haggada, et en histoire de la traduction sur l’apport des traducteurs juifs nord-africains dans le processus de la colonisation.
Ses recherches actuelles portent sur la conception de la traduction et sur l’application des principes traductologiques de deux groupes de traducteurs d’hébreu en français : les rabbins consistoriaux français de la fin du XIXe siècle et les écrivains sionistes des premières décennies de ce siècle.

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search