Version classiqueVersion mobile

Europe et traduction

 | 
Michel Ballard

Mario Wandruszka ou la stylistique comparée dans une perspective européenne

André Dussart

Texte intégral

« Il faut, dans nos temps modernes, avoir l’esprit européen »
(Madame de Staël, [1810] 1968 : 50)

1S’ il est vrai que l’Europe est une grande Babel, l’amateur de littérature semble gâté en cette fin de vingtième siècle dans nos pays. Il peut goûter à de très nombreuses œuvres appartenant à des domaines linguistiques variés, dans des éditions unilingues ou bilingues. La plupart des chefs-d’œuvre sont traduits, parfois même en plusieurs versions. Pourtant la situation n’est pas aussi idyllique qu’il y paraît. Madame de Staël disait déjà à propos de Tristram Shandy : mais Tristram Shandy de Sterne perd en français presque toute sa grâce (1968 : 49). Arno Schmidt, écrivain et traducteur de Cooper, considère que Tristram Shandy fait partie des dix plus grands livres écrits en langue anglaise (1966 : 231). Après avoir lu les traductions de Bode et de Schmitz, il énumère une série de fautes dans celle de Schmitz, pour conclure : Kurzum : das Ganze taugt nichts... wie schön es wâre, wenn der < Tristram Shandy > endlich einmal ins Deutsche übersetzt würde (1966 : 242).

2Dès lors que le lecteur s’interroge sur la qualité du texte traduit, il se cherche des procédures d’évaluation. Celles de Nida-Taber ont un fondement psycho-linguistique. Ils envisagent l’efficacité de la communication, définie comme une réception maximale du texte exigeant un effort minimal de décodage. La deuxième caractéristique d’une traduction parfaite est sa précision, c’est-à-dire le respect des intentions de l’auteur. Enfin, l’équivalence de réaction au texte observée chez les récepteurs en langue de départ et en langue d’arrivée importe également à leurs yeux. Au cours d’une de ses conférences, Nida expliquait que les traducteurs de la bible interrogeaient régulièrement les récepteurs du texte, afin d’en évaluer la qualité. Austin et Searle nommeraient ce dernier aspect la performativité du texte ou l’analyse de ses aspects illocutoire et perlocutoire. Mais ce type d’analyse est bien difficile à mettre en œuvre.

3Katharina Reiß (1971) se fonde sur une typologie dérivée de Bühler : elle distingue des inhaltsbetonte Texte, des formbetonte Texte et appellbetonte Texte. Les premiers ont une fonction représentative-descriptive, les seconds privilégient l’expression (ce sont les textes à vocation esthétique) et les derniers sont un appel au récepteur (elle vise ainsi la publicité et la propagande). Mais les fondements de cette critique, pour intéressants qu’ils soient, demeurent trop minces pour permettre une étude de fond.

4Encore faut-il s’entendre sur le but d’une évaluation de traduction. Le jugement du critique de presse, rédigé lors de la publication, découlera d’une simple lecture, parfois même d’un survol de l’œuvre. La critique universitaire représentera l’autre extrême : elle ne sera jamais assez fouillée et n’envisagera jamais toutes les dimensions du texte traduit. Une étude exhaustive peut donc durer des années. Entre ces extrêmes, il existe bien des niveaux de profondeur dans l’analyse. Il est également possible de limiter l’étude à un seul aspect syntaxique, lexical ou stylistique du texte. Contentons-nous de citer encore un cas, celui de l’éditeur consultant un expert avant de publier le travail d’un traducteur peu connu.

5Mais alors, comment évaluer la qualité d’une traduction : suffit-il qu’elle soit juste, même si elle est ennuyeuse à lire ? Et comment définir l’équivalence en matière de traduction et l’adéquation du texte à la situation de communication ?

1. L’ANALYSE D’UNE SEULE TRADUCTION

6La première méthode est la lecture du texte traduit sans référence à l’original, seule ressource de ceux qui ne maîtrisent pas ou pas suffisamment la langue de départ. Si des anomalies peuvent apparaître, s’il est possible de juger ainsi la cohérence du texte, sa cohésion et sa qualité stylistique, l’examen restera de toute évidence incomplet. Voici une phrase difficile à comprendre (La montagne magique de Thomas Mann) :

murmura... quelques mots d’ où l’on pouvait déduire d’ où venaient ces vers-là (483)

L’original est nettement plus clair et plus explicite :

murmelte... etwas vor sich hin, woraus man entnehmen konnte, was das für Verse seien (343)

7La concision extrême du texte allemand fondée sur le discours indirect est difficile à rendre. Le lecteur français a de la peine à déchiffrer l’énoncé (le traducteur anglais dira muttered somtehing to himself... ; he seemed to be asking what sort of verses were these [324])

8Des erreurs ou des maladresses, des lacunes ou des ajouts ne sont pas perceptibles à la lecture de la seule traduction. Or combien de critiques littéraires lisent et comparent assidûment les deux textes ?

9L’analyse demeure superficielle, car le lecteur ne peut se référer qu’à son expérience du monde, à sa culture et à une seule langue pour mettre en doute des syntagmes, des énoncés, des métaphores. Mais il s’étonnera de lire dans la Montagne magique (Der Zauberberg) de Thomas Mann :

Quand dans ma jeunesse j’avais l’angine, j’aboyais comme un loup (23)

10Le lecteur français sera surpris qu’une angine provoque un « aboiement de loup ». En réalité Thomas Mann écrit :

Als ich in meiner Jugend... Bräune hatte, da bellte ich wie ein Wolf (17)

11Il est vrai que Bräune est un mot rare et vieilli ; en composition, Rachenbräune est la diphtérie (Nöhring 1995, 554). Le traducteur anglais a donc raison sur le plan médical : When I had croup, in myyouth... l bayed like a wolf (12). Croup [laryngial diphtheria] désignait jadis toute laryngite suffocante (Garnier 1989 : 207). Cette maladie provoque des quintes de toux : l’expression toux croupale est attestée. La toux aboyante est un symptôme de la laryngite striduleuse selon Garnier (1989 : 500).

Un autre cas d’étonnement :

il s’ écria à voix haute (30)
[rief er mit lauter Stimme (21)]

12L’expression allemande lautes Rufen/laut rufen est tout à fait normale, tandis que la traduction française est redondante. L’anglais a choisi un adverbe d’un sens un peu différent pour renforcer le verbe : cried briskly (16).

13En revanche, le lecteur du texte poétique ou de romans fantastiques sera plus désarmé, car il ne pourra mesurer le sens à l’aune de son expérience sociale ou de sa culture. Il devra s’attendre à davantage de surprises et d’étrangetés. Dans les cas difficiles, seule la récurrence plus ou moins régulière de certains aspects de l’écriture poétique confirmera qu’il s’agit bien d’un caractère typique de l’œuvre et non d’un accident de traduction.

14Les adeptes de cette première méthode d’analyse ont pour avantage de ne pas se laisser influencer ou subjuguer par le texte de départ ; l’évaluation se réalise par rapport à l’expérience acquise dans une seule langue. Cette analyse à base unilingue tend à susciter ou à rallumer le débat relatif à la nécessité de naturaliser l’œuvre étrangère, pour rapprocher la littérature en langue étrangère de ses nouveaux lecteurs. Un autre corollaire de cette méthode est d’alimenter l’étemelle discussion à propos de l’intraduisibilité (encore appelée objection préjudicielle). Sans point de comparaison, le lecteur peut se prendre à douter de la traduction en général, qui lui apparaît comme l’art de paraphraser bien maladroitement un auteur.

15Il n’en reste pas moins vrai que cette démarche peut se combiner avec celles qui seront décrites par la suite, ainsi que les premiers exemples l’ont montré.

2. LA MÉTHODE COMPARATIVE

16Il est donc préférable de comparer l’original et la traduction, mais le jugement risque d’être partial, car l’auteur est totalement libre dans sa stratégie d’écriture, tandis que le traducteur est lié à l’original. Il se sent parfois tellement coincé qu’il renonce à traduire :

fühlte sich scherzhaft verpflichtet, eine Replik auf den Zettel zu schreiben (343)
se crut tenu à une réponse (483)
he feit it incumbent on him to cap the quotation (325)

17De plus, de la critique d’un texte à celle des soit-disant faiblesses ou lacunes d’une langue, le pas est vite franchi. Les profanes ou les débutants en traduction s’imaginent volontiers que la langue « étrangère » est plus riche, offre plus de nuances intraduisibles. Déjà les humanistes admiraient le latin face à la langue française vulgaire ; Du Bellay se plaignait que la langue française n’ est pas si riche que la grecque et la latine (Ballard 1992 : 120).

18La contrastive a ses limites, car jusqu’ici elle a surtout étudié les aspects lexico-grammaticaux du texte. De plus, il est difficile de démêler l’idiolecte de la langue. Où se situe la démarcation entre la liberté du traducteur et la norme linguistique ? Une telle comparaison risque donc de présenter comme typiques d’une langue des usages personnels, des hapax, voire des erreurs. Il faut se garder d’assimiler les limites du traducteur à celles de la langue. Enfin, le but initial des études de stylistiques comparées était de nature psychologique : il s’agissait de dévoiler l’âme d’un peuple ou tout au moins d’une communauté linguistique. Vaste programme !

19Bally a inspiré les analyses contrastives de Malblanc ou de Vinay-Darbelnet. Certaines de ses affirmations paraissent étonnantes, par exemple celle-ci (1965 : 70) : On a souvent remarqué que le français est, beaucoup plus que l’allemand, une langue ‘sociable’, orientée vers l’entendeur, soucieuse de lui épargner l’effort. Il vise ainsi particulièrement le rejet en fin de phrase des particules séparables ou des verbes de subordonnée. Les plaisanteries les plus diverses n’ont certes pas manqué de souligner cette nécessité d’anticiper la fin d’une phrase, particulièrement en interprétation : « Der General fiel auf dem Schlachtfeld... Le général est tombé au champ d’honneur... durch seine Tapferkeit auf... mais il s’est relevé et a surpris tout le monde par son courage ». Il oppose également les langues synthétiques et analytiques ; de même, il compare le rythme baryton en allemand au rythme oxyton du français (1965 : 171). Toutefois, il se montre finalement prudent, en ajoutant : Mais notre tâche n’est pas d’établir des différences ethniques (1965 : 345).

20En revanche, Malblanc émet de nombreux jugements de valeur sur les langues : le français se satisfait d’un rapport logique, l’allemand garde davantage le contact avec le réel (1968 : 74). Il met également en évidence le subjectivisme du français, sa préférence pour l’animisme (1968 : 237). Il croit que l’allemand a une conception plus sensible du temps, le français une conception plus intellectuelle (1968 : 83). Comparant le verbe allemand bespülen à l’image caresser de ses flots (La Seine caresse de ses flots), il conclut à propos de l’allemand : son arsenal de métaphores n’ est pas aussi riche que le nôtre (1968 : 79). Pour être équitable, il souligne ailleurs (1968 : 59) la défaillance du français. Aux observations très pertinentes se mêlent ainsi des appréciations difficilement justifiables sur les langues et, par corollaire, sur les groupes sociaux dont elles sont le moyen d’expression. Les contre-exemples ne seraient d’ailleurs pas difficiles à trouver dans la plupart des cas.

21Ce genre de comparaison nourrit également la discussion sur l’intraduisibilité, car le lecteur en retirera volontiers l’impression que la langue de départ est plus subtile et plus nuancée que la langue d’arrivée, même si Malblanc prend pour texte de départ des écrits allemands aussi bien que français.

22Toutefois, cette analyse contrastive permet la première approche méthodologique intéressante ; en effet, la comparaison doit s’inspirer de critères valables, avant de relever les fautes, les contresens, les faux sens, voire les étoffements, les compensations, les gains et les pertes, les changements ou les absences de liaisons du discours voire les falsifications. L’analyse évolue donc d’une perspective purement empirique, de l’observation directe à une classification des faits. Cette dernière postule une théorie de la communication et du texte.

23Les travaux de stylistique comparée introduisaient donc des fondements théoriques, même si ces derniers étaient parfois rudimentaires et critiquables.

24Toute analyse doit définir ses objectifs et sa méthode. Les correcteurs des épreuves de certains grands concours sont tenus d’appliquer une grille telle que celle-ci (ISO 9002) :

(a) interprétation incorrecte de la langue source, utilisation incorrecte de la terminologie, texte de la langue source non traduit, usage non idiomatique de la langue ; (b) logique : incohérence du texte, liaisons illogiques ; (c) vocabulaire inadéquat ou contresens ; (d) style inadéquat, inconsistant, germanisme, gallicisme, anglicisme, longueurs, structures peu claires ;(e) Grammaire : erreurs de grammaire, d’orthographe, de ponctuation ; (f) Soin et présentation (modification de la mise en page, texte manquant, erreurs typographiques).
Outre qu’on pourrait émettre certaines objections à l’égard de ces subdivisions, il reste à pondérer les divers critères de manière adéquate, toutes les erreurs ou maladresses n’ayant pas la même gravité.

25L’utilisation d’une telle grille permet d’harmoniser quelque peu les points de vue des correcteurs. Elle n’est donc pas directement applicable dans notre cas. Il convient de structurer et d’affiner les paramètres.

26La question des fautes ou erreurs de traduction est relativement peu discutée. J.R. Ladmiral (1979 : 62) oppose les éléments de la triade contresens-faux sens et non-sens : D’une façon plus systématique, on pourra distinguer deux grands types de fautes : d’une part la triade non-sens/contresens/faux sens, où les fautes sont des erreurs d’interprétation portant sur la signification même du texte, et d’ autre part un nuage de fautes plus minimes qui sont des fautes de français, portant sur la structuration terminale du signifiant-cible. (...) Le faux sens ressortit à un problème d’expression en français langue-cible maternelle (L1) ; le contresens à la compréhension du texte-source, donc à un problème de compétence en langue étrangère (L2), mais avec des composantes civilisationnelles ou périlinguistiques et dans une perspective interlinguistique ; le non-sens marque que l’intelligence (avec ses composantes socio-culturelles) de l’ élève s’est trouvée en défaut. C’est la faute la plus grave... Il ajoute qu’il faut relativiser cette classification.

27Cette nomenclature n’est pas clairement définie ; de plus, elle se fonde sur le lexique français, au lieu de trouver son origine dans l’observation de la réalité langagière. Ce sont des catégories a priori. Tout comme la dichotomie langage correct/incorrect est simplificatrice, les erreurs de traduction se répartissent sur une échelle de gravité. J.R. Ladmiral considère le faux sens comme une faute moins grave, mais pourquoi le limite-t-il à un problème d’expression en langue d’arrivée ? Le faux sens est une restitution inadéquate ou incomplète du sens. Si le sens n’est pas restitué de manière optimale mais qu’il n’existe pas d’opposition sémantique franche entre la langue de départ et la langue d’arrivée, l’énoncé aura un faux sens. Il présentera un glissement, une déviation de sens :

flüsterte er mit übertriebener Leidenschaftlichkeit (82) chuchota-t-il avec une violence exagérée (117)
he whispered with with exaggerated earnestness (76) (=d’ un ton exagérément passionné ?)

28Auroux (1990 : 1-13), se référant à Husserl, estime que le non-sens ne respecte pas les formes de signification possible, c ’est-à-dire une grammaire générale ou a priori (ex. : rond un où). Le Grand Larousse Universel (1994, IV, 2582) définit le contresens comme une interprétation opposée à la véritable signification ; sens erroné ; il ajoute que, selon Husserl, c’ est la propriété d’une expression qui contient une contradiction interne (par oppos. au non-sens). Il vaudrait donc sans doute mieux éviter ce terme (contresens) plurivoque.

29J. House (1981 : 56-57) a tenté avec un certain succès de proposer une classification des erreurs de traduction : any mismatch along the situational dimensions constitutes an error (covertly erroneous error), en fait il s’agit d’erreurs sur le plan socio-culturel. Elle poursuit : overtly erroneous errors... resuit either from a mismatch of the denotative meanings of ST and TT elements, or from a breach of the target language sytem. Elle ajoute qu’elle subdivisera les erreurs de dénotation en (a) omissions, (b) additions, (c) substitutions constituées soit de mauvais choix, soit de mauvaises combinaisons d’élements (1981 : 57). Les breaches sont (a) des cas d’agrammaticalité et (b) cas d’acceptabilité douteuse.

30Quoi qu’il en soit, ces réflexions tirées de la comparaison enrichissent le modèle d’analyse qui sera suggéré dans la suite.

3. LA COMPARAISON BILINGUE DE TRADUCTIONS MULTIPLES

31Les historiens de la traduction ou les traductologues préfèrent comparer l’original et plusieurs traductions dans la même langue d’arrivée, afin de limiter au maximum le risque de jugements hâtifs. Ces comparaisons multiples sont toujours révélatrices. Il suffirait de lire la traduction de Faust par Gérard de Nerval et Jean Malaplate, toutes deux disponibles à bon marché « en format de poche », pour mesurer les divergences parfois très nettes entre les deux textes. Qui ne dispose pas de l’original se demande à certains moments s’il lit bien un texte aux origines communes. La confrontation tourne d’ailleurs assez nettement à l’avantage du texte en vers de Jean Malaplate, même si les commentateurs aiment de rappeler que Gœthe avait apprécié la transposition de Gérard de Nerval, qui avait moins de recul par rapport à l’œuvre et disposait de moins d’informations.

4. LA COMPARAISON PLURILINGUE

32L’analyste pourra enfin opposer l’original à plusieurs traductions dans différentes langues, de façon à multiplier les perspectives ; c’est la méthode présentée par Mario Wandruszka (1979 : 298) avec le poème Hälfte des Lebens de Hölderlin, dont il compare notamment les versions de Walter Kaufmann en anglais, de Geneviève Bianquis en français et de G. Orelli en italien. Mario Wandruszka ajoute qu’il ne trouve aucune version française convaincante, parce que l’écart est trop grand entre la poésie française et l’accent gréco-allemand du souffle de Hölderlin.

33Ces comparaisons plurilingues continuent donc l’œuvre entreprise par Mario Wandruszka, dont les livres les plus connus réfutent les thèses de Sapir-Whorf, reprises et développées en Allemagne par Weisgerber et Brinkmann. Il est heureux que des linguistes aient combattu ces idées fausses et dangereuses. Elles sont erronées, parce qu’elles postulent une sorte de « Zwischenwelt », de monde intermédiaire ou de langue pivot indispensable à toute médiation linguistique. Il est à noter que ce concept de langue pivot est toujours à la base de certains systèmes de traduction automatique. Ces affirmations sont de surcroît dangereuses, parce qu’elles véhiculent des préjugés à propos des cultures européennes : Der Germane besafi kein Zeitgefühl. Das Gestern yvard nicht als Voraussetzung des Heute, das Heute nicht als Folge und Fortwirkung des Gestern erlebt, noch weniger aber ein Vorgestern als Voraussetzung des Gestern ou bien Nicht als Betrachter, sondern als wollendes, wünschendes, hoffendes, beteiligtes Wesen stellte sich der Germane dem Künftigen gegenüber (Brinkmann 1965 : 54-55). Et voilà le Latin décrit comme un penseur, un stoïcien reliant les événements passés au présent et au futur, face au Germain pragmatique, décidé, volontaire...

34Ces comparaisons entre langues propageaient plutôt un idéal nationaliste jusqu’à la deuxième guerre mondiale, ainsi que le souligne Michael Nerlich (Le Monde, 5/1/1996) : La romanistique devait servir de machine de guerre contre la France. Son invention répondait au désir de voir disparaître l’hégémonie culturelle française, encore réelle, au début du XIXe siècle, dans l’aristocratie et dans la haute bourgeoisie. (...) C’est sur cet arrière-fond que s’explique la haine des idéologues allemands pour le classicisme français, le rationalisme cartésien, les Lumières ou les idées républicaines de la Révolution française. (...) La romanistique opposait à ces valeurs la prétendue unité des langues et littératures romanes. Simple élément de cet ensemble, la langue et la littérature françaises n’avaient pas un statut « scientifique » différent du sarde ou du catalan.

35Pourtant, encore une fois, Bally se montrait prudent : ...[l’ordre des termes de l’énoncé par détermination croissante en français, par détermination décroissante en allemand est une] excellente occasion pour prétendre que l’une des constructions est plus ’logique ’ que l’autre ; seulement, pour les uns c’ est celle de l’allemand, pour les autres du français (1965 : 16).

36Cette méthode n’est pas pour autant la plus facile ou la plus rapide. Elle exige même la connaissance assez approfondie de plusieurs langues. C’est pourquoi sans doute la littérature comparée est surtout une thématique comparée, qui traite du mythe de Prométhée, des multiples Amphitryon (la pièce Giraudoux porte le titre Amphitryon 38), des romans picaresques...

37Par ailleurs, lorsqu’on lit plusieurs versions différentes d’un original dans une même langue d’arrivée, on peut supposer que les traducteurs connaissent les traductions précédentes, voire s’en inspirent. La comparaison plurilingue est donc plus enrichissante. En effet, si les traducteurs peuvent consulter les transpositions réalisées dans d’autres langues, ils n’y trouveront que des indications relatives à l’interprétation, puisque le style n’est guère transférable d’une langue à l’autre.

38Comme l’application d’une méthode statistique serait longue et fastidieuse, mais idéale, cette comparaison permet d’évaluer avec plus de précision la qualité de la restitution et de cerner les difficultés réelles de l’original :

daß tiefe Klüfte ihre Existenz von der seinen trennten, und daß er vor keiner Kritik, die er anerkannte, mit ihr bestehen würde (152).
de profonds abîmes séparaient son existence à elle, de la sienne à lui, et qu ’il n ’aurait pu affronter avec elle aucune des critiques qu’ il avouait justifiées (216).
he felt, he knew, that he was not up to defending her in the face of any recognized social authority (144).

39Cette phrase se compose de mots faciles à comprendre, mais dont la combinaison est une épreuve redoutable pour le traducteur : le traducteur anglais recourt à la glose.

40Voici donc un cadre d’analyse (cf. schéma 1 à la fin de l’article), que l’on pourrait développer, mais qui permettra déjà de relever quelques problèmes de traduction dans l’œuvre de Thomas Mann :

4.4.1. Niveau dénotatif

a) Omissions

was sie einsilbig kauend beantwortete (80)
elle répondit par monosyllabes (114)
she answered in a monosyllable without ceasing to chew (75)

41Voici une omission bénigne, qui supprime toutefois une nuance :

Wir setzen fünfzig Millionen als sofortige einmalige Ausgabe dafür ins Budget (19)
Nous y consacrons cinquante millions comme mise de fonds immédiate inscrite au budget (26)
We’ve budgetedfifty millions for immediate expenditure (14)

Einmalig n’est pas traduit (exceptionnel)

42Certaines suppressions sont surprenantes. Résultent-elles de la distraction ou sont-elles délibérées :

Die hübsche Marusja stopfte ihr Taschentüchlein, das ein Apfelsinenparfüm ausströmte, in den Mund (80)
La jolie Maroussia pressa son mouchoir sur sa bouche pour étouffer son rire (114)
Pretty Marusja giggled, then stuffed her dainty handkerchief in her mouth -it gave out a scent of oranges (74)

43Il est vraisemblable que l’omission est un simple oubli, à moins que l’enchâssement de la relative n’ait embarrassé le traducteur.

b) additions, sous forme de gloses, de paraphrases, de compensations etc.

und Hans Castorp konnte lediglich darauf hinweisen, daß er ja nicht krank, dafür aber im höchsten Grade schläfrig sei (80)
et Hans Castorp ne peut que lui faire remarquer que s ’il n’était pas malade, par contre il tombait de sommeil (114) and Hans Castorp could only say that he was not ill at all, but only utterly and entirely sleepy (74)

44s’il n’était pas aurait suffi à marquer l’opposition, de même que par contre. La phrase française devient lourde à force d’insistance. La phrase anglaise utilise only à deux reprises.

denn bei jeder Untersuchung sähe er ja beliebig viel von Frau Salomon (80)
puisque, à l’occasion de chaque visite médicale, il voyait tout ce qu’ il voulait de la peau de Mme Salomon (115)
since he could see all he wanted of Frau Salomon at every examination (75)

45Dans ce cas, le traducteur français ajoute une précision. Sans doute voulait-il éviter une tournure trop abstraite ou vague, que l’anglais emploie pourtant : ail he wanted.

c) substitutions inadaptées, mauvais choix, glissements de sens

Die erste Auffrischung von Hans Castorps Zeitsinn war längst vorbei (150)
La reviviscence de son sens de la durée s’était affaiblie (213)
The refreshment of his sense of time was long since a thing of the past (141)

46La traduction française affaiblit notoirement l’expression ; elle est un euphémisme.

47Ce type d’erreur est plus fréquent qu’on ne le supposerait, même chez des traducteurs chevronnés, qui peuvent être distraits ou pressés d’achever un chapitre :

und führte sie durch die wohlbeleuchtete Halle, an deren linker Seite Gesellschaftsräume lagen (14)
and led them through the well-lighted halls, on the left of which lay the reception-rooms (10)
Il les conduisit à travers le hall bien éclairé, à droite duquel se trouvaient les salons (19)
Meine erste ist mir nicht sonderlich bekommen (150)
My first excursion was no great success (141)
Ma dernière expédition ne m’a pas précisément réussi (212)

d) mauvaises combinaisons d’éléments (collocations etc) : les dernières commotions de sa rate (27)

4.4.2. Niveau connotatif – passage de la dénotation à la connotation ou l’inverse

Natürlich, ein Frauenzimmer ! (79)
Une femme naturellement ! (113)
Of Course, a Female ! (14)

Frauenzimmer a une connotation de mépris pour la femme – ou bien est vieilli et régional. Le traducteur anglais l’a rendu par Female.

(sagte er) mit schmerzendem Gesicht und zuweilen von den Erschütterungen seines Zwerchfelles unterbrochen (19)
(dit-il) avec un visage douloureux, encore interrompu par les dernières commotions de sa rate (27)
his words interrupted by the heaving ofhis diaphragm (15)

48Est-ce que le traducteur français a pensé à « dilater sa rate » pour traduire Zwerchfell, le personnage ayant beaucoup ri ? Cette traduction connotative est un cas d’appréciation : d’autres estimeront peut-être que l’équivalent est une trouvaille.

4.4.3. Niveau du texte

4.4.3.1. Il est nécessaire d’observer une cohérence à un triple niveau

49a) la cohérence du texte ou consistance, non-contradiction avec la suite

50immédiate du texte :

(beim Essen...) er war gerade nicht auf dem Posten (150)
il n’était pas au garde à vous (213)
he was not at his post (142)
Hans Castorp war auf detn Posten gewesen (151)
Hans Castorp s ’était trouvé à son poste (214) Hans Castorp was on guard (142)

b) la cohérence par rapport à la situation ou à la communication en général. Il s’ agit de faits socio-culturels propres à une communauté linguistique :

hinunter zum Gestade des Schwäbischen Meeres (7)
to the shore of Lake Constance (3)
jusqu ’au bord de la mer souabe (9)

51Rares sont les lecteurs français qui connaissent l’expression « mer souabe » pour désigner le lac de Constance.

Er sagte « Selbstverständlich » mit dem getrennten st (16)
He spoke with more of a Hamburg accent than his cousin (11)
Naturellement, une propreté rigoureuse est une condition primordiale. Il articula ce mot avec une certaine affectation (22)

52Le lecteur français pourrait croire que la remarque métalinguistique porte sur « primordiale », car « ce mot » est vraiment une anaphore très vague. Deux erreurs se combinent donc ici ; le lecteur n’apprend rien à propos de la prononciation du groupe st – dans le nord de l’Allemagne : der stolze S-tudent saß auf den S-teinen au lieu du « cht » et la cohésion du texte n’est pas bien marquée par le renvoi.

(in einem... Fall), auf den das abgeschmackte Liedchen « Wie berührt mich wundersam » anwendbar gewesen wäre (150)
auquel eût pu s’appliquer la petite chanson insipide : « Combien me touche étrangement » (213)
such as to make applicable the silly song on which he had pronounced his severe aesthetic judgment (142)

53La traduction littérale est maladroite en français, l’anglais glose.

eine Mehlspeise, die jener von gestern abend an Schmackhaftigkeit nicht nachstand (81)
un entremets qui ne cédait en rien, quant à la saveur, à celui de la veille (116)
a pudding, not inferior to yesterday evening’s (76)

54Les deux traducteurs s’en sortent plutôt bien pour rendre ce terme collectif chargé d’histoire, provenant de l’ancienne monarchie austro-hongroise. En effet, la Mehlspeise désigne des desserts, à l’origine non sucrés : Apfelstrudel (chausson aux pommes), Krapfen (boule de pâte remplie de marmelade d’abricots), Kipferl (croissant), Palatschinken (crêpe)... (Gassner 1987 : 61)

c) la cohérence sémantique ou thématique : la combinaison harmonieuse des thèmes et des sous-thèmes est difficile à commenter dans ce court exposé. De plus le traducteur risque moins de la briser que d’autres types de cohérence textuelle.

4.4.3.2. Cohésion

55a) Logique et équivalence des liens : l’asyndèse, qui marque une nette rupture en allemand, correspond à une conjonction en français et en anglais :

So überaus gesund war er doch eben auch nicht, -total anämisch, wie Hofrat Behrens gesagt hatte (109)
Il n’était quand même pas si bien portant, se dit-il, mais complètement anémique, comme l’avait dit le docteur Behrens (156)
So very fit he certainly was not-and totally anaemic, as Hofrat Behrens had said (103)

56Jacqueline Guillemin-Flescher note à ce propos : « Dans notre corpus on trouve fréquemment une série de propositions juxtaposées, séparées par des virgules, des points virgules ou par des points. Il est rare, qu’en anglais, on puisse maintenir ainsi une série de juxtapositions. Il faudra généralement marquer la relation, tout au moins entre deux propositions. » (Guillemin-Flescher 1988 : 141)

b) Récurrences – certaines substitutions affaiblissent la cohésion du texte :

Ein österreichischer Aristokrat, weißt du, eleganter Mann und ganz wie zum Herrenreiter geboren... sprach Hans Castorp angelegentlich über den Husten des Herrenreiters (16-17)
Un noble autrichien, tu sais, un homme élégant, comme né pour la haute école... Hans Castorpparla longuement de la toux du cavalier-né (23)
An Austrian aristocrat, you know, very elegant. He’s a born horseman-a gentleman rider... Hans Castorp discoursed earnestly upon the gentleman rider’s cough (12)

57Le traducteur français aurait dû conserver la répétition Herrenreiter au lieu d’opposer la haute école, peut-être une trouvaille intéressante, au cavalier-né. A noter également, la différence de traduction de angelegentlich : longuement/eamestly.

sorgenvoller als sonst blickte er auf einen Punkt/... stumm und mit sorgenvoll verschlossener Miene (83)
il considéra fixement un point précis/... avec une expression soucieuse et fermée (119)
he looked with sadder fixity into space/... with the same melancholy, preoccupied air (78)

58Les deux occurrences du mot sorgenvoll figurent dans le même paragraphe à quinze lignes d’intervalle dans l’original. Les deux traducteurs découpent ce long paragraphe et rendent sorgenvoll par deux mots différents, ce qui affaiblit la cohésion. Il est vrai que les traités de stylistique condamnent souvent la répétition comme une faiblesse en français.

schon im Begriffe war, im ungegliederten Einerlei der Lebensführung sich zu verwöhnen, zu erschlaffen und abzustumpfen. Worauf beruht dann aber diese Erschlaffung und Abstumpfung... (110)
qui était déjà en train de se gâter, dans le train-train inarticulé de l’existence, de s’y fatiguer et de s’y énerver. Mais à quoi tiennent cette lassitude physique et cet émoussement... (157)
which was in danger, almost in process, of being vitiated, slowed down, relaxed, by the bald, unjointed monotony of its daily course. But what then is the course of this relaxation, this slowing-down... (104)

59Certaines suppressions nuisent également à la cohésion :

Aber mich friert ! Mich friert abscheulich, nämlich am Körper, denn im Gesicht bin ich auffallend echauffiert (16)
mais je suis gelé, je suis atrocement gelé, au corps tout au moins, car ma figure est échauffée (22)
But 1 am cold, abominably cold ; I mean in my body, for my face burns shockingly (12)

60Le parallélisme des adverbes est maintenu en anglais (abscheulichabominably et aujfallend-shockingly) tandis qu’auffallend n’a pas d’équivalent en français.

4.5. Style

614.5.1. En général, les traducteurs s’efforcent de conserver le rythme et la mélodie de la phrase et de restituer les figures de style, sans toutefois y parvenir toujours :

Aber es rief noch nicht unmittelbar zur Mahlzeit, es mahnte nur, sich bereitzumachen, wie Hans Castorp wußte, und so blieb er noch liegen, bis das metallische Dröhnen zum zweitenmal anschwoll und sich entfernte (79)
Mais il ne conviait pas immédiatement au repas. Il rappelait seulement de se tenir prêt. Hans Castorp ne l’ignorait pas, et il resta donc étendu jusqu’ à ce que la vibration métallique grandît pour la seconde fois et s’éloignât (113)
But it was not the gong for the meal, it was only the dressing-bell, as Hans Castorp knew, and so he still lay, until the metallic drone rose and died away a second time (74)

62La phrase allemande se déroule au fil du temps, le texte français adopte un rythme plus staccato.

4.5.2. Litote introduite dans la traduction

Ich brenne gar nicht auf Unternehmungen (150)
Je n ’aspire guère aux entreprises (212)
I am not so anxious to undertake anything for the moment (141)

63Il est intéressant de remarquer que les deux traducteurs recourent à la litote.

4.5.3. Allitération

die in den Pausen den Kopf in die Hände stützten und starrten (81)
appuyaient leur tête dans leurs mains et regardaient fixement devant eux (116)
leaned their heads on their hands and stared before them (76)
Indes sie einander ansahen – die Kranke unbestimmt spähend und spöttisch (151)
Tandis qu’ ils se regardent – la malade d’un air moqueur qui vaguement le guettait (214)
she peering at him with a vaguely mocking look on her face (142)
Un air... qui le guettait est une formulation assez maladroite. Wird es nötig sein, jene verschwiegenen Erlebnisse, die Hans Castorps Tage zugleich beschwerten und beschwingten, näher zu kennzeichnen ? (150)
Serait-il nécessaire de désigner de plus près les sensations secrètes qui ralentissaient et accéléraient à la fois le cours des journées de Hans Castorp ? (213)
Must we put plainer name to those inward experiences which at once both weighted and gave wings to Hans Castorps’s days ?

64Pourquoi ne pas oser traduire ralentissaient et rythmaient, au lieu de privilégier la banale antinomie ralentir-accélérer ? De plus, désigner de plus près a toutes les apparences d’un calque, au lieu de mieux caractériser, mieux décrire...

4.5.4. Métaphore

Das Wetter war spottschlecht (149)
Le mauvais temps était exorbitant (212)
The weather was vile (141)

65N’y avait-il pas moyen d’utiliser dérision, dérisoire, ou dérisoirement pour traduire spott- (Le temps était dérisoirement mauvais) ?

5. Conclusion

66La comparaison est forcément restée partielle : bien d’autres problèmes pourraient être soulevés. Mais elle suggère la complexité de l’opération traduisante et, par corollaire, la difficulté de porter un jugement sur une traduction. Il serait dommage de s’en tenir à des remarques générales relatives aux contresens et à la lourdeur d’un style.

67Valéry Larbaud évoquait les balances du traducteur. En cours de travail, notre cerveau agit en comparateur cybernétique : il doit confronter un original à un texte destiné à un autre monde culturel. S’ il est (quasi) toujours possible de traduire, le traducteur doit soupeser, choisir et arbitrer, parfois au prix de renoncements ou de déchirements.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ballard M., De Cicéron à Benjamin, Traducteurs, Traductions, Réflexions, Presses Universitaires de Lille, 1992.

Bally C., Linguistique générale et linguistique française, Berne,41965.

Baüsch K.R., Interlinguistica – Sprachvergleich und Übersetzung, Festschrift zum 60. Geburtstag von Mario JVandruszka, Tübingen, Niemeyer, 1971.

Burger H., Idiomatik des Deutschen, Tübingen, Niemeyer (Germanististische Arbeitshefte 16), 1973.

De Beaugrande R., Factors in a Theory of Poetic Translating, Assen, Van Gorcum (Approaches to Translation Studies n° 5), 1978.

Garnier M. et Delamare J., Dictionnaire des termes de médecine, Paris, Maloine, 221989.

GAssner S. et Simonltsch W., Kleines Österreich-Lexikon, München, Beck, 1987.

Gœthe J.W., Faust, kommentiert von Erich Trunz, München, Beck, 151993.

Gœthe J.W., Faust I et II, Traduction de Jean Malaplate, Paris, Garnier-Flammarion, 1992.

Gœthe J.W., Faust, Traduction de Gérard de Nerval, Paris, Garnier-Flammarion, 1993.

Guillemin-Flescher J., Syntaxe comparée du français et de l’anglais, problèmes de traduction, Gap, Editions Ophrys, 41988.

Hatim B. et Mason I., Discourse and the Translator, London/N. Y, Longman, 1990.

House J., A Model for Translation Quality Assessment, Tübingen, Gunter Narr, 21981.

Hurtado Albir A., La notion de fidélité en traduction, Paris, Didier (coll. « Traductologie », n° 5), 1990.

Krings H.P., Was in den Köpfen von Übersetzern vorgeht, eine empirische Untersuchung zur Struktur des Übersetzungsprozesses an fortge-schrittenen Französischlernern, Tübingen, G. Narr (Tübinger Beiträge zur Linguistik), 1986.

Ladmiral J.R., Théorèmes pour la traduction, Paris, Payot, 1979.

Lefebvre J.P., Anthologie bilingue de la poésie allemande, Paris, Gallimard (coll. Pléiade), 1993.

Malblanc A., Stylistique comparée du français et de l’allemand, Paris, Didier, 1968.

Mann T., Der Zauberberg, Frankfurt a. M, Fischer Taschenbücher (2 vol.), 1975.

Mann T., La montagne magique, traduction de M. Betz, Paris, Le livre de Poche, 1989.

Mann T., The Magic Mountain, traduction de H.T. Lowe-Porter, London, Penguin, 1960.

Mounin G., Les belles infidèles, Presses Universitaires de Lille, 1994.

Nerlich M., « Ambiguïtés allemandes », in Le Monde des Livres, supplément du Monde, vendredi 5 janvier 1996.

Nida E., Tosvard a Science of Translating with Special Reference to Principles and Procedures involved in Bible Translation, Leiden, 1964.

Newmark P., A Textbook of Translation, N. Y/London, Prentice Hall, 1988.

Nöhring F.J., Wörterbuch der Medizin, Frz.-Dt, Wiesbaden, Brandstetter, 1995.

Pôckl w., Europäische Mehrsprachigkeit, Festschrift zum 70. Geburtstag von Mario Wandruszka, Tübingen, Niemeyer, 1981.

Reiß K. et Vermeer H.J., Grundlegung einer allgemeinen Translationstheorie, Tübingen, Niemeyer, 1984.

Reiß, K., Möglichkeiten und Grenzen der Übersetzungskritik, München, Hueber, 1971.

Schmidt A., Trommler beim Zaren, Karlsruhe, Stahlberg, 1966.

Staël Madame de, De l’Allemagne, Paris, GF-Flammarion (vol. 2), 1968.

Vinay J.P. et Darbelnet J., Stylistique comparée du français et de l’anglais, Paris, Didier, 1958-1977.

Wandruszka M., Interlinguistik, Umrisse einer neuen Sprachwissenschaft, München, Piper & Co, 1971.

Wandruszka M., Sprachen vergleichbar und unvergleichliclich, München, Piper & Co, 1969.

Wandruszka M., Die Mehrsprachigkeit des Menschen, München, Piper & Co Verlag, 1979.

Annexes

SCHEMA (1) : MODELE D’ANALYSE

1. Niveau dénotatif

1.1. Omissions

1.2. Additions, sous forme de gloses, de paraphrases, de compensations etc.

1.3. Substitutions

1.3.1. Mauvais choix, glissements de sens, déviations

1.3.2. Mauvaises combinaisons d’éléments (collocations etc.)

2. Niveau connotatif

2.1. Equivalence connotative

2.2. Passage de la dénotation à la connotation ou l’inverse

3. Niveau du texte

3.1. Cohérence à un triple niveau :

3.1.1. Cohérence ou consistance, non-contradiction avec la suite

3.1.2. Cohérence par rapport à la situation (pragmatique)

3.1.3. Cohérence thématique (sémantique) : combinaison et imbrication harmonieuse des thèmes et des sous-thèmes

3.2. Cohésion

3.2.1. Logique et équivalence des liens du discours

3.2.2. Récurrences : anaphore et cataphore

3.2.2.1. Répétitions de lexèmes ou de syntagmes

3.2.2.2. Utilisation de synonymes – contiguïté lexicale

3.2.2.3. Translation (ex. : verbe – substantif : venir/arrivée)

3.2.2.4. Parallélismes de constructions (structures présentant des répétitions avec variantes : « You ask what is our policy... You ask what is our aim”-Churchill en mai 1940)

3.2.2.5. Utilisation de proéléments : proverbes (« faire »), proadjectifs (« tel »), proadverbes (« ici »), prosyntagmes (« dans les deux cas »), prophrases (« y »)...

3.2.3. Sécution temporelle

3.2.4. Métaphores, analogies, symboles utilisés comme trame du discours

3.3. Registre

Sociolectes, technolectes, niveaux de langue etc.

3.4. Style

3.4.1. Rythme de la phrase, mélodie

3.4.2. Figures et de style et procédés

3.4.2.1. Litote

3.4.2.2. Allitération

3.4.2.3. Métaphore

3.4.2.4. Etc...

4. Fautes dans la langue d’arrivée

4.1. agrammaticalité

4.2. acceptabilité douteuse

4.3. calques, germanismes, anglicismes...

Auteur

Soutenu une thèse de doctorat sur la langue de l’écrivain Fritz Reuter à l’U.L.B. (1970), puis il s’est consacré à la linguistique, à l’analyse linguistique contrastive, à la théorie de la traduction (Cf. Meta, vol. 39, n° 1, mars 1994, 107-115) et à la terminologie informatisée. Il prépare la 5e édition du vol. IV, allemand-français du Wörterbuch der industriellen Technik du Dr. Ernst, pour les éditions Brandstetter de Wiesbaden.

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search