Version classiqueVersion mobile

Europe et traduction

 | 
Michel Ballard

Mouvances euro-linguistiques. Cas de la Finlande

Yves Gambier

Texte intégral

1L’intégration européenne est une expérience grandeur nature du contact des langues. Passée il y a plus d’un an de 12 à 15 membres et de 9 à Il langues, l’Union Européenne (U.E.) ne cesse d’avoir un effet de loupe sur le changement linguistique, sur les transferts linguistiques. Pour nombre de pays, depuis longtemps adhérents du Marché Commun puis de la CEE et à la langue souvent d’assez large diffusion (français, allemand, anglais, espagnol, etc.), cet effet peut ne pas apparaitre, ou sembler très secondaire. Je me propose d’esquisser les enjeux et les facteurs linguistiques liés à l’adhésion de la Finlande à l’ U.E. depuis le 1er janvier 1995 – sans oublier que la conférence intergouvemementale qui débute le 29 mars (1996) à Turin sera amenée certainement à s’interroger sur la politique linguistique des institutions européennes et que les futurs partenaires (Pologne, Hongrie, République Tchèque, Républiques Baltes, etc.) seront comme la Finlande confrontés au rapport des forces linguistiques actuellement à l’œuvre sur le marché de l’Europe.

1. Profil linguistique de la Finlande

2Quelques rappels sont nécessaires pour mieux comprendre la situation et les débats présents. L’identité finlandaise s’est constituée, affirmée en même temps que la langue finnoise émergeait puis se stabilisait à partir des différents « dialectes » c’est-à-dire entre 1820 et 1880. En même temps aussi que le droit précisait les limites du bilinguisme institutionnel (tantôt suédois-finnois, tantôt suédois-russe), entre 1860 et 1919. Le finnois a survécu à six siècles d’hégémonie suédoise et à plus d’un siècle de rattachement à la Couronne des Tsars russes (1809-1917). Jamais interdit, il n’a pas dû faire face à des efforts de suédisation ou de russification sauf pour des périodes très limitées de tensions (mi-XVIIe, fin XIXe siècle). Ainsi, pendant des siècles, la culture finnoise a été le fait de la société et non de l’Etat. L’arrière-plan historique permet encore d’expliquer en grande partie les positions sociolinguistiques actuelles. La Finlande est aujourd’hui officiellement bilingue (droit linguistique défini par la Constitution de 1919 et deux lois de 1922), le finnois et le suédois étant deux langues non-apparentées structurellement, appartenant à deux familles distinctes. Ce bilinguisme institutionnel ne dépend pas des personnes ; il relève de la politique linguistique d’un Etat. Il est le fruit de luttes et de compromis qui ont pris fin en gros vers 1935. On a donc eu un cas paradoxal où la majorité (numérique) a dû chercher à obtenir et des Russes et des Suédophones (14 % des deux millions d’habitants à la fin du XIXe siècle ; moins de 6 % des 5 M. maintenant) la reconnaissance de ses droits linguistiques. A noter qu’aucun texte officiel ne parle de minorité : on parle de deux langues dites « nationales » et de deux « populations ».

3Mon propos ici n’est pas de décrire plus avant les mécanismes et les transformations contemporaines du bilinguisme ni de répondre à la question de savoir si le système est un modèle d’intégration ou pas. Il faut ajouter que le bilinguisme individuel reste difficilement mesurable et qu’on ignore encore largement le poids réel d’un bilinguisme « inactif » (finnois ou suédois et anglais, langue courante pour suivre la télévision, lire des ouvrages scientifiques, regarder des films, etc.). Cet acquis historique ainsi que la conscience d’avoir été longtemps au carrefour de l’ Ouest et de l’ Est subissent présentement des remises en cause douloureuses.

2. L’Europe : quel truchement linguistique ?

4L’Europe est un mot piégé. Vue de Finlande, elle n’est pas nécessairement cet héritage gréco-latin ni une mémoire littéraire. Elle apparait plutôt comme un avenir économique, peut-être politique, qui bouscule déjà les fragiles repères identitaires finlandais, laborieusement mis en place ces cent dernières armées.

5Comment l’ U.E. s’est-elle linguistiquement immiscée en Finlande ? En 1990, il y avait sept personnes au Ministère de la justice qui révisaient (surtout) les traductions de divers autres Ministères. Leur tâche étant trop lourde, on a créé une unité de traduction ad hoc. Jusqu’à la fin de 1992, cette unité a travaillé sur des textes, à partir de l’anglais, en vue de l’Espace Economique Européen (E.E.E./E.T.A. en finnois). Vers octobre 1992 : double changement assez radical – l’adhésion à l’ U.E. devient un horizon assez rapproché et les textes en anglais (souvent traduits du français), posant de plus en plus de problèmes de fiabilité, d’interprétation, le Ministère de la justice décide d’opérer désormais à partir du français, alors même que le nombre de traducteurs disponibles dans cette langue n’a jamais été élevé. Un tel choix est un défi. La Suède, sans lieu de formation systématique à la traduction, en restait à l’anglais, dans le même processus d’européanisation. L’unité de traduction (E.T.A.-yksikkö) aura (été 1994) jusqu’à 70 traducteurs professionnels, soit une quarantaine de salariés permanents et une trentaine d’indépendants, payés à l’heure et souvent obligés de travailler le soir et les week-ends au Ministère. Fin 1992, une dizaine de personnes rendaient du français vers le finnois trois types de texte : des documents de droit primaire (traités, relations extérieures, etc.), des documents touchant l’agriculture, la pêche et des documents traitant de la concurrence, des douanes.

6En six ans (1990-février 1996), près de 60 000 pages imprimées serrées (dont pour l’E.E.E. 10 000 p.) soit environ 150 000 p. normales, ont été traduites, plus de la moitié concernant l’agriculture.

7Déjà fin 1992, les deux juristes à temps plein, devenus terminologues et réviseurs, ont tenté d’harmoniser les terminologies utilisées par les traducteurs, de multiplier les vocabulaires français/anglais-fïnnois. Ce n’est qu’à la fin de 1993 que l’outil informatique est venu renforcer les capacités de travail de l’unité de traduction. On a alors informatisé en français, en anglais puis en finnois, la législation communautaire (programme E.S.A. mis sur pied localement et incluant par exemple la base de données européenne CELEX regroupant les textes à valeur juridique de l’U.E.). Dès lors les travaux terminologiques ont été plus systématiques, les autres Ministères coopérant aussi au niveau documentaire. Aujourd’hui, l’accès à la banque de termes EURODICAUTOM est régulier tandis que le Centre de terminologie technique (Tekniikka Sanasto Keskus-T.S.K.) s’efforce d’y accroitre le nombre d’entrées en finnois. Pour accélérer les traductions français-finnois, notamment la phase de compréhension des directives et autres textes similaires, on s’est appuyé aussi sur les versions en anglais, en allemand et parfois en danois.

8Aux cadences (deux équipes par jour, six ou sept jours par semaine), il faut ajouter également une contrainte formelle forte : tous les textes européens doivent se ressembler paragraphe par paragraphe, phrase par phrase, quand bien même l’ordre des mots, la complexité syntaxique, etc. ne sont pas identiques d’une langue à l’autre ! L’interdiction de recomposer autrement les phrases, de les diviser pour les rendre par exemple plus lisibles, le droit tout au plus de déplacer un point-virgule s’expliquent aisément : il est ainsi plus facile de repérer (ex. 3e phrase de l’article 2) là où il y a des modifications dans une nouvelle directive, par rapport à une ancienne et par conséquent d’accélérer la mise à jour des textes. Ce double stress n’est pas bien sûr sans effet sur le style, sur la langue d’arrivée.

9Depuis le 1er janvier 1995, c’est-à-dire l’entrée officielle de la Finlande dans l’ U.E., la responsabilité des traductions a été transférée aux autorités européennes. D’ailleurs en novembre 1995, la Commission des C.E. a créé sa propre antenne de traduction à Helsinki (Euroopan komission Suomen edustusto), avec d’anciens traducteurs de l’ Unité qui ont donc changé d’employeur. L’Unité du Ministère de la justice, devenue en 1995 Integratio- (puis Euroopaa-) oikeuden yksikkö, sous-traite désormais les traductions européennes et envoie ses textes pour révision aux représentants de la Commission. D’ici la fin de cette année 1996 et sans doute avant sa dissolution, elle doit encore achever, grâce à une dizaine de personnes, les 10 000 pages d’arrêts et de jurisprudence issues de la Cour de Justice de Luxembourg. Tout ce descriptif peut paraître anecdotique. Il ne l’est pas : d’une part parce qu’il souligne le rôle des institutions sinon leur ingérence dans la décision de traduire, dans la division des tâches et d’autre part parce qu’il donne l’arrière-plan pour comprendre les mouvances linguistiques en cours.

3. Traditions et mouvances dans le domaine jurilinguistique

10Le contact des langues est substantiel à leur développement. Les influences interlinguistiques constituent une des bases de l’histoire de chaque langue, via des enchaînements ou des détours plus ou moins longs. Par exemple du latin vers le finnois par l’intermédiaire du bas-allemand, du suédois : ancora-ankkuri (ancre), apotheca-apteekki (pharmacie), caulis-kaali (chou), cellarium-kellari (cave), speculum-peili (miroir), episcopus-piispa (évêque), etc. Par ex. du français vers le finnois : orangerie-ansari, atelier-ateljee, caseme-kasarmi, million-miljoona, capitaine-kapteeni, parquet-parketti, mode-muoti, etc. Le vocabulaire culturel de l’Europe s’est ainsi enrichi de mots empruntés, calqués, adaptés. La Finlande, au bout des terres d’échanges, et le finnois, à la périphérie des contacts linguistiques, ont été souvent parties prenantes, réceptrices, préservant les systèmes phonologique et morphologique de transformations rapides, radicales. Les temps composés du finnois sont nés assez tardivement, sous l’influence des langues germaniques, du suédois en particulier. En outre, en raison de ses caractéristiques typologiques qui l’éloignent de ses voisins indo-européens, le finnois s’est tenu à distance des emprunts (directs). Ainsi la pauvreté de son système consonantique rend difficiles certaines adaptations (ex. germanique strand – > finnois ranta (berge). Quand au XIXe siècle il a fallu dénommer de nouvelles réalités techniques, culturelles, politiques, la langue a eu recours à ses propres moyens (dérivation et composition surtout) : le purisme lexical est une de ses permanences, même si des calques peu à peu se sont imposés, soit par la préfixation qui s’est répandue en finnois moderne (ex. suédois fôrebild – > finnois esikuva (photo) ; suédois huvudsak-finnois paaasia (point principal), soit par le glissement sémantique (ex. suédois skjuta (tirer une arme, pousser un objet) – > finnois lykätä (différer, dans son sens juridique). Les calques ont contribué à « européaniser » la langue ; c’est vrai encore aujourd’hui.

11Quant au langage juridique et administratif en finnois, il a des racines lointaines, jusqu’au Moyen Age. La première traduction importante, le Code du roi Christophe, remonte à environ 1580. La traduction de la Loi fondamentale de 1734 a gardé son importance jusque vers le milieu du XIXe siècle. Il n’empêche, ce finnois spécialisé est resté fortement sous l’influence sémantique et formelle du suédois et de l’allemand (ex. propositions conditionnelles sans conjonction d’après le modèle suédois, dans la Loi de 1734). Mais la vemacularisation dans les textes juridiques a été marquée dès le XVIIe siècle, faisant suite à une tendance commencée au 16e s., dans le finnois écrit lié aux textes religieux. De nouveau, le penchant puriste est à l’œuvre, renforcée au XIXe siècle avec le mouvement nationaliste des fennomanes. Lönnrot, qui a fixé l’épopée nationale du Kalevala, a aussi traduit un manuel de droit (1863), a fennicisé les terminologies de la botanique (Flora Fennica, 1860), de la grammaire, de l’histoire... motivant ses efforts sur les différences structurales entre le finnois et les autres langues et à partir de sa conviction que la culture doit être comprise des masses. Si en suédois, on a idé, aktuell, initiativ, rekryt, lotteri, document, pension, majoritet..., en finnois on a, pour les mêmes concepts : aate, ajankohtainen, aloite, alokas, arpajaiset, asiakirja, eläke, enemmistö...

12Ce rapide aperçu historique de la langue est pertinent pour la période actuelle. Depuis les années 1970, on a beaucoup cherché à améliorer l’univocité et la simplicité des textes légaux, un Comité rédigeant un rapport en ce sens dans les années 1979-1981. Très longues phrases, subordonnées, propositions enchâssées, nominalisations, jargon juridique, ambiguités ont eu tendance à être réduits dans le souci de démocratiser l’accès aux textes officiels.

4. Impacts de la traduction des textes européens sur le finnois

13Les textes de l’ U.E. sont publiés avec le même contenu juridique et le même effet légal dans les onze langues officielles ; ils sont contraignants pour tous les citoyens des Etats membres. D’où l’importance déjà signalée qu’une même charge sémantique et une même disposition scripto-visuelle soient véhiculées entre toutes les versions.

14L’obligation d’inclure nombre d’informations dans une seule phrase, qui devient ainsi complexe, rend difficile à la fois l’interprétation du passage et sa traduction. L’uniformité de présentation, l’équivalence quasi formelle entraînent des problèmes d’intelligibilité et de lisibilité en finnois qui viennent contredire les efforts d’accessibilité aux textes officiels, administratifs, déployés depuis une vingtaine d’années. Lire par exemple les règlements touchant la protection du consommateur, la sécurité sociale, la libre circulation des personnes..., c’est retrouver des phrases longues, quantité de subordonnées, nombre de propositions enchâssées... qui entravent la lecture. Autre problème syntaxique : le manque ou l’usage déséquilibré des marqueurs de cohésion. Les références constantes à d’autres directives soulignent assez que plus les spécialistes du droit que les citoyens ordinaires sont visés par l’emploi de ces textes. D’une manière, d’un point de vue finlandais, il y a régression dans la composition et le style des textes européens en finnois. Il ne faut donc pas s’étonner des plaintes qui se sont exprimées ici et là, dans la presse, de la part de juristes comme de profanes. A noter que le Traité de Maastricht, déjà traduit fin 1992, a deux versions officielles qui ont été révisées plusieurs fois.

5. Effets terminologiques

15Quand on pense à une langue de spécialité comme celle du droit, on pense immédiatement aux difficultés de terminologie. Dans le processus de rapprochement avec l’Europe, la Finlande a connu deux phénomènes particuliers : la nécessité de traduire des concepts jusqu’alors inexistants chez elle et le contact direct, étroit avec le français juridique, plus abstrait et aux termes plus ou moins motivés.

16Exemple : subsidiarité. En français, le mot appartient à une famille ancienne (subside, subsidiaire ; en droit : conclusions subsidiaires, subsidiairement). Le néologisme communautaire se comprend grâce à sa motivation étymologique. En finnois, on l’a d’abord emprunté (subsidiariteetti), bien qu’il soit difficile à prononcer et qu’il reste isolé dans le lexique et donc opaque. On a alors vemacularisé, avec un calque sémantique (toissijaisuus). Puis on a proposé « läheisyysperiaate »– terme qui donne une idée correcte du principe et qui se rattache à une famille de mots dérivés de « lähi » (lähellä, läheinen). Son adoption a été renforcée aussi par son voisinage sémantique avec le correspondant suédois « närhetsprincip ».

17Quels sont les moyens pour rendre les nouveaux concepts en finnois ? Il y en a trois essentiellement :

  1. l’emprunt direct au français. Exemples : integraatio, kohesio, harmonisaatio, Euroopan Unioni, konvergenssi, verifiointi, autentifiointi, etc. De ce jargon francisant, un exemple demeuré sans équivalent proprement finnois est « direktiivi » (directive). Certes des équivalents lui ont été proposés, sans succès (eurolaki, ohje, säädösohje, ohjesäädös).
  2. Le calque. Dès qu’on sort des cercles de spécialistes, on a tendance à donner une couleur plus fennicisante aux termes. Cela n’implique pas qu’ils soient toujours compris par tous ! Exemple : yhteisön saannöstö (vague approximation d’« acquis communautaire » et toujours suivi du terme français entre parenthèses). Autres exemples : integratio – > yhdentyminen ; kohesio – > yhteenkuuluvuus, terme en concurrence avec d’autres plus courants comme « kiinteys », « koossapysyvyys », « sidosteisuus », mais on a toujours « koheesiorahasto » (fonds de cohésion) ; konvergenssi – > lahentyminen ; transparenssi – > avoimmuus. Le calque peut être phraséologique : par ex. fait à Bruxelles – > tehty Brysselissä, tournure inexistante dans les actes juridiques nationaux. On retrouve ce littéralisme dans les autres langues (done at Brussels, etc.).
  3. Le néologisme sémantique. Des mots courants comme laajentaminen (élargissement- éventuel de l’U.E.), mukauttaminen (ajustement, harmonisation – des législations nationales) acquièrent un sens particulier, figuré, parfois encore instable (syventaminen/approfondissement – des compétences de l’ U.E., reste concurrencé par tiivistâminen).

18Que faut-il tirer de ces contacts, interférences qui influencent le système de la langue, sous la pression des traductions ? Que la politique linguistique officielle demeure axée sur le purisme, surtout dans la législation, contrôlée par l’Etat. Que le purisme semble recevoir l’appui de l’opinion, sinon des médias. Que des termes peuvent être synonymiques, tout en constituant un eurojargon impénétrable à la majorité. Que la francisation du finnois est très réduite : le rejet est tout à la fois terminologique et politique, la réticence pour certains devant certaines nouvelles dénominations reflétant un refus de l’intégration.

6. Demandes et offres de traduction

19Hors des règlements et directives européens, peut-on évaluer les transformations en cours dans le volume des traductions ou même prévoir les besoins liés à l’adhésion finlandaise à l’ U.E.?

20Dès le début de 1995, une enquête a été faite auprès de 82 usagers de services de traduction (grandes compagnies, ministères, autorités régionales et municipales) et de 384 prestataires de ces services (traducteurs indépendants, bureaux de traduction). Respectivement 50 et 151 questionnaires ont été retournés.

21Grosso modo, pour 2/3 des clients, l’adhésion est reconnue avoir influencé ou devant influencer leurs besoins. Parmi les changements constatés ou prévisibles, on note le nombre des langues de traduction, la part du budget réservée à la traduction, l’augmentation des traductions pour une langue donnée, la nécessité de coordonner les offres de traduction (services internes à l’entreprise ou à l’administration et recours à des sous-traitants) et les types de texte à traiter. Malgré ces transformations annoncées, plus de 70 % des répondants ont reconnu n’avoir rien fait pour la formation de ces langagiers internes ou externes – que ce soit pour diversifier les compétences en langues, développer les connaissances touchant les affaires de l’ U.E., ou améliorer les capacités pour les communications internationales.

22Pour les prestataires (78 bureaux, 73 traducteurs indépendants), la plupart spécialisés dans un ou plusieurs genres de traduction, dans divers types de texte et dans plusieurs paires de langues, l’adhésion européenne n’a pas encore apporté de changements notables dans leurs activités et surtout on considère qu’il n’y aura pas de changements profonds. Il n’empêche, on s’attend à une plus grande diversification de langues demandées et à un accroissement de la demande venant de l’étranger. Surtout on s’apprête à collaborer comme sous-contractant dans les projets de traduction soumis par les institutions européennes.

23Une telle enquête, certes précoce par rapport à la date officielle d’adhésion, apporte donc une réponse contradictoire : pour les usagers, il faut s’attendre à une évolution de leurs besoins, parallèle à l’ouverture de leur marché ; pour les prestataires, déjà préparés depuis le début des années 90 aux transformations actuelles, les affaires suivent leur cours assez normalement. Pour les deux groupes néanmoins, l’offre de formation devra s’adapter, être plus visible.

7. Au niveau de la formation

24Outre la traduction, il faut mentionner encore l’interprétation de conférences. A partir de l’adhésion, on aurait dû fournir une trentaine d’interprètes au Parlement européen, une vingtaine au Service commun interprétation-conférences (S.C.I.C.) de la Commission et deux à la Cour de Justice. Or le marché de l’interprétation en Finlande n’a jamais permis de multiplier les professionnels (travaillant au moins une centaine d’heures par an). Toutefois dès le milieu de 1993, on avait planifié en accord avec le Ministère de l’Education une formation intensive... qui n’a jamais eu le feu vert du Ministère des finances avant les résultats du référendum (novembre 1994, soit moins de deux mois avant le 1er janvier 1995 !). Cette inconséquence des autorités se paye encore aujourd’hui : la formation spécifique intensive (huit mois) n’a donné ses premiers résultats qu’en décembre 1995, alors que déjà les institutions européennes avaient embauché d’urgence des free lances, peu qualifiés. Fonctionnaires et députés de Finlande ont eu des raisons de se plaindre, d’autant plus que la même loterie a pris place pour les traducteurs sélectionnés à Bruxelles, Luxembourg et Strasbourg. A l’heure actuelle, pour recruter en vue d’un second cours de formation intensive en interprétation, on manque de candidats compétents ! Il faut noter aussi la pression étonnante exercée par certains chasseurs de tête européens : la Suède n’ayant pas d’école de traducteurs et la Finlande ayant une minorité suédophone, on a misé un certain temps sur la recherche de spécialistes bilingues – ces personnes bilingues, mal préparées ou sans formation langagière aucune, n’ont pas donné les résultats escomptés.

25Autre fait à remarquer : nos apprenants traducteurs, formés selon une perspective fonctionnelle et dans une perspective de collaboration entre commanditaires et traducteurs, ont déchanté quand il a fallu traduire de façon juxtalinéaire assez mécaniquement, selon des directives formelles. Certains aiment affirmer que si la formation n’est pas adéquate pour les besoins du marché, il faut la modifier. Est-ce à dire qu’à la traduction-communication il faudrait revenir à des classes de traduction mot à mot ?

Conclusion

26Europe et traduction ? La fièvre européenne est éteinte dans la plupart des Etats membres, d’où sans doute ce regard plus tourné vers le passé que vers l’avenir durant ces trois jours. Pour les adhérents de fraiche date, la fièvre s’estompe mais demeure ici et là, notamment chez les formateurs.

27On a vu que ces dernières années, le finnois s’est mis à l’épreuve d’autres langues, que la Finlande s’interroge sur son identité. On a vu que la tourmente U.E. a suscité un regain de purisme auquel parallèlement on peut rapprocher l’apparition de rejets racistes dans le pays.

28La politique des transferts linguistiques de l’ U.E. n’est pas un modèle : elle est un choix idéologique ; sa raison d’être est plus juridique qu’économique. Il serait dommage que nous nous en tenions à un silence poli sur son devenir, sous le pseudo-prétexte des coûts, de l’inutilité immédiate d’un certain nombre de textes traduits, sous prétexte que nous lisons d’autres langues, etc. La grosse majorité des traductions aujourd’hui en Europe est réalisée par des non-professionnels : faut-il faire la fine bouche devant ces réalités alors que les mouvances euro-linguistiques transforment nos langues, nos types de communication, alors que l’informatisation des langues, des communications s’accélère et que si celle-ci ne se fait pas ou est rendue difficile pour les « petites » langues, on risque d’être de plus en plus marginalisé.

29L’européanisation et l’internationalisation en cours appellent à une réflexion et à des prises de position de nature socio-traductionnelle, plutôt qu’à des discours frileux.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Gambier Yves, La Finlande bilingue. Histoire, droit et réalités, Québec, Editeur officiel, 1986, 500 pages.

Gambier Yves, « Le bilinguisme institutionnel en Finlande : droits et réalités », Etudes de linguistique appliquée 65 (Politique linguistique. Etudes de cas), n° coordonné par H. Boyer & P. Dumont, 1987, p. 58-65.

Gambier Yves (éd.), « Le bilinguisme en Finlande. Pratiques et évaluations », Cahiers de linguistique sociale, Rouen, n° 15, 1989, 122 pages.

Hakulinen Lauri, Suomen kielen rakenn ja kehitys, Helsinki, 1979 (4e édition revue et corrigée).

Kallio Jussi, « Neljän vapauden kielellinen liikkuvuus », Kielikello 4, 1993, p. 10-16.

Karker A., Dansk i Ef – en situationsrapport om sproget, Oslo, Nordisk Sprasekretariat (Conseil nordique des langues), 1993.

Keskeista EY. Sanastoa ja fraseologia HE : n valmistelua varten, Helsinki, Oikeusministeriô (Ministère de la Justice), E.T.A.-Yksikkö, 1994.

Pajula Paavo, Suomalaisen lakikielen historia pääpiirteittäin, Porvoo, Wsoy, 1960.

Auteur

Docteur en linguistique, est professeur adjoint et directeur du Centre de traduction et d’interprétation de l’Université de Turku (Finlande). Depuis 1990, il consacre une grande partie de ses activités à la traduction audiovisuelle (Communication audiovisuelle et transferts linguistiques numéro spécial de Translatio 1995 ; Transferts linguistiques dans les médias audiovisuels, Lille : PUS 1996 ; Language Transfer and Audiovisual Communication. A Bibliography, Turku : 2ème éd. 1997 ; Language and the Media, Turku : 1998 ; Multimedia & Translation (à par. 1998)). Néanmoins ses travaux et publications portent aussi sur d’autres domaines (socio-terminologie, bilinguisme précoce, bilinguisme institutionnel, analyse du discours – en particulier de spécialité) et n’excluent pas un engagement pour promouvoir la recherche et la formation (il est vice président de l’European Society for Translation Studies, président du Comité FIT pour les médias, vice président de l’European Association for Studies in Screen Translation, représentant dans le Réseau thématique Socrates sur la formation des formateurs en traduction, il a été professeur CETRA en 1997). Depuis l’adhésion de la Finlande à l’UE (1.1. 1995), le Centre de Turku coordonne la formation nationale en interprétation de conférence.

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search