Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Gaulle, Vendroux, la Résistance dans le Nord de la France

 | 
Stéphane Curveiller

Le Gaullisme dans le Nord

Le Gaullisme dans le Calaisis (1944-1973)

Jean-Marc Guislin

Texte intégral

  • 1 Propos tenus par le général de Gaulle à son beau-frère Jacques Vendroux un peu avant les élections (...)
  • 2 22 mars 1959, Message au général de Gaulle, président de la République. Archives municipales de Ca (...)

Dites-moi, Jacques, j’ai l’impression que les Calaisiens vous aiment bien… Vous devriez vous présenter aux prochaines élections législatives [1945].1
Le conseil municipal de Calais, au moment où il entre en fonctions, vous prie d’accepter l’hommage de sa déférence et de son dévouement, et de bien vouloir transmettre à Madame de Gaulle, l’expression des sentiments de respectueuse affection de sa ville natale [1959].2

  • 3 Les archives consultées pour cette étude se trouvent, à la Fondation Charles-De-Gaulle [FCG] : les (...)

1Ces deux citations illustrent les relations particulières qui existent entre de Gaulle et le gaullisme d’une part, Calais et le Calaisis d’autre part, via Yvonne et Jacques Vendroux. En effet, il s’agit en premier lieu de liens affectifs qui remontent à 1920, même bien avant encore, se développent jusqu’en 1969/1970, voire au-delà, qu’il convient de rappeler. Mais, outre les attaches familiales, le pays de Calais, c’est-à-dire les deux cantons de Calais (Nord Ouest et Sud Est) ainsi que ceux d’Ardres, Audruicq et Guînes, constitue sous la IVe République, qui sera privilégiée ici, et sous la République gaullienne une zone de force de la mouvance gaulliste qui peut y compter sur quelques notables influents, plus que sur de véritables structures partisanes, et y réalise des scores électoraux remarquables qui seront envisagés tour à tour3.

Des liens affectifs avec le Nord - Pas-de-Calais et Calais

L’enfance et la jeunesse

  • 4 Lacouture Jean, Le rebelle, op. cit., p. 17 ; selon cet auteur, de Gaulle est un « homme du Nord » (...)
  • 5 La Gorce Paul-Marie de, de Gaulle entre deux mondes, Paris, Fayard, 1964, p. 40, cité par Lacoutur (...)

2De Gaulle est d’abord un parisien qui n’a passé à Lille que quelques semaines après sa naissance. Toutefois, à bien des égards, il est un « homme du Nord ». Il revient dans la capitale des Flandres pour Pâques et séjourne l’été à Wimille et Wimereux, près de Boulogne-sur-Mer. Il passe l’année scolaire 1907-1908 dans un établissement religieux en Belgique à Antoing, près de Tournai. Admis à Saint-Cyr, il décide, en 1909, de faire son service militaire au 33e RI d’Arras, dans cette « région dont la frontière menacée fut, toute sa vie, son obsession »4. Il choisit de nouveau, en 1912, d’y être affecté à sa sortie de la célèbre école militaire. Selon Paul-Marie de La Gorce, quand de Gaulle « évoque le peuple français, c’est surtout la population du Nord qu’il imagine »5 et c’est parmi elle qu’il a trouvé son épouse, Yvonne Vendroux.

3Elle est née à Calais, dans une famille venue des Pays-Bas (Van Droog) au temps de Louis XIV. Armateurs puis industriels de la biscuiterie, les Vendroux sont des bourgeois et des notables qui possèdent une demeure à Paris, la capitale où ont lieu en 1920 la rencontre puis les fiançailles (le 11 novembre). Le consentement des époux est reçu, le 6 avril 1921, par le maire de Calais Duquenoy-Martel sur la liste duquel a accepté de figurer le père de la mariée pour faire obstacle à la liste socialiste ; le mariage religieux est célébré le 7 en l’église Notre-Dame, par un prêtre ami.

  • 6 Vendroux Jacques, Cette chance que j’ai eue, op. cit., p. 54.

4En effet, les de Gaulle et les Vendroux sont très croyants et, conformément aux préceptes de la religion catholique, Charles de Gaulle est « attentif à ce que les circonstances de l’existence ne distendent pas trop les liens familiaux »6. C’est ainsi que Charles, Yvonne et leurs enfants passent souvent les vacances d’été à Wissant ou dans le domaine des Vendroux, à Sept-Fontaines, dans les Ardennes où il apprécie particulièrement la compagnie de son beau-frère Jacques.

La proximité avec Jacques Vendroux

  • 7 Libéré de son Stalag en 1941, il s’engage dans la Résistance et juge plus prudent de gagner le Sud (...)

5C’est l’ami le plus proche du couple, un gaulliste de cœur qui a une très haute opinion de son beau-frère qui, parfois, lui fait des confidences et lui demande son avis. Se voulant le plus fidèle des compagnons7, il suit les invitations du Général à s’engager mais il est aussi, tout simplement, un excellent beau-frère.

Le beau-frère et le confident

  • 8 Faits évoqués ici (paragraphes B 1 et 2) trouvés le plus souvent chez Lacouture Jean, op. cit., p. (...)

6Quelques faits, choisis environ tous les dix ans, le prouvent8 :

7Le 7 avril 1946, il assiste à Marly, aux noces d’argent de Charles et Yvonne ; en mai 1946, il les accueille quelques jours à Sept-fontaines avant qu’ils ne s’installent à La Boisserie qui a été restaurée. Le 11 avril 47, il dîne avec celui qui, quatre jours plus tôt, a lancé le RPF et se réjouit de le trouver en pleine forme.

8Au printemps 1958, le Général le charge avec son gendre, Alain de Boissieu, de lui organiser ses vacances d’été.

9En mai 68, avant le départ du président de la République pour Baden-Baden, qui aurait pu être définitif, il est passé prendre la femme de chambre de l’Élysée pour la ramener chez elle dans le Nord.

10Après la mort du Général, il fait partie des quelques rares intimes autorisés à voir sa dépouille, le 10 novembre 1970, privilège qui n’est accordé qu’à un seul homme public, Michel Debré, ministre des Armées, dont le fils, Jean-Louis, essaiera, en vain, de succéder au frère d’Yvonne de Gaulle dans la 7e circonscription du Pas-de-Calais en 1973.

11De Gaulle estime que cet homme discret, dont les valeurs sont si proches des siennes, est digne de confiance et peut être consulté. Là encore quelques exemples illustrent la qualité de cette relation :

12En juillet 1937 à Brides-les-Bains, de Gaulle lui fait part de sa crainte d’une guerre et d’une nouvelle invasion ; il envisage une lutte difficile et longue depuis la Bretagne voire l’Algérie mais à l’issue favorable.

13Entre le 5 et le 13 janvier 1946, il accompagne le président du Conseil démissionnaire pendant sa retraite sur la côte d’Azur qui, le 13 au soir, avant de regagner Paris, lui demande, ainsi qu’à son frère Pierre, son avis sur la conduite à tenir. Jacques Vendroux lui conseille de partir, espérant qu’après une brève parenthèse le peuple le rappellera.

14En février 1946, c’est auprès de lui qu’Edmond Michelet (résistant dès le 17 juin 1940, député MRP de Corrèze, ministre des Armées depuis le 21 novembre 1945, lié d’amitié avec de Gaulle) s’enquiert, en vain, des problèmes bureaucratiques et matériels que pourrait rencontrer le Général.

15C’est lui que son beau-frère envoie auprès de René Pleven (un des premiers à Londres en juin 1940, ancien ministre du Général, député UDSR des Côtes-du-Nord) pour lui demander son ralliement au RPF en gestation.

16Dès janvier 1951, le député du Pas-de-Calais avertit de Gaulle qu’un « stratagème » qui prendrait le nom d’« apparentement » se mijote à l’Assemblée.

17Pendant l’été 53, il fait partie des fidèles consultés à La Boisserie sur le devenir du mouvement gaulliste et sur lesquels sont testées Les Mémoires de guerre en cours d’élaboration.

18Dès le lendemain du ballotage du 5 décembre 1965 à l’élection présidentielle, le maire de Calais encourage vivement le président de la République à poursuivre la lutte.

  • 9 Mauriac Jean, La mort du général de Gaulle, Paris, Grasset, 1972, p. 41-42, cité par Lacouture Jea (...)

19Le 28 avril 1969, dans l’après-midi, après l’échec du référendum, Jacques Vendroux, est « le seul visiteur admis à La Boisserie ». De Gaulle lui fait alors deux confidences : premièrement, sa décision de rester à Colombey, de n’y recevoir personne et d’y rédiger ses mémoires ; deuxièmement son intention de voyager en Irlande pendant la campagne et l’élection présidentielle. Il lui aurait aussi déclaré : « Je n’ai plus rien à faire avec eux, ils me sont étrangers »9. L’UDR et les milieux gouvernementaux le sont également à l’ancien maire de Calais ainsi qu’il le confie à certains en décembre 1969.

Le plus fidèle des compagnons

20Vendroux suit les invitations de son beau-frère à s’engager. Ainsi, il est invité à être candidat à la députation à l’automne 1945, à faire campagne contre le projet de constitution en avril 1946, à reconquérir la mairie de Calais à l’automne 1959.

21En février 1949, aux assises nationales du RPF à Lille, comme son président, il évoque, malgré les réserves de l’auditoire, la réconciliation franco-allemande à laquelle il s’activera en tant que député et député européen.

22Au lendemain de l’échec du referendum du 27 avril 1969 de Gaulle dissuade celui qui a démissionné de la présidence de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale d’abandonner son mandat de député.

23Il est présent aux grandes heures du mouvement et en suit strictement les principes. Jacques Vendroux participe à la cérémonie du 18 juin 1946 au Mont-Valérien. Il est également présent lorsque Pierre-Henri Teitgen (député MRP d’Ille-et-Vilaine, Ministre d’état, vice-président du Conseil) se rend à Colombey pour obtenir le ralliement de de Gaulle au deuxième projet constitutionnel. Cette visite échoue et quelques jours plus tard, devant le groupe MRP, le député du Pas-de-Calais confirme la formelle opposition du Général alors que Teitgen parlait d’une « semi approbation ». Lui-même démissionne du MRP.

  • 10 Jacques Soustelle, ancien commissaire à l’Information de la France libre, ancien ministre du GPRF, (...)

24Le 4 mars 1947, avec Soustelle et le colonel Rémy10, il assiste, au baptême, c’est-à-dire au choix du nom, du RPF dont il relate avec enthousiasme le lancement à Strasbourg.

  • 11 De Gaulle et le RPF, 1947-1955, Paris, Fondation Charles de Gaulle, Université Bordeaux III (CARHC (...)
  • 12 Ibid., p. 606
  • 13 Raymond Triboulet, Un gaulliste de la IVe, Paris, Plon, 1993, p. 190.
  • 14 Comme dans la deuxième circonscription du Nord où se trouve la ville natale du Général.

25Une fois créé le RPF, Jacques Vendroux s’apparente à l’UDSR et crée l’Intergroupe. Comme beaucoup de gaullistes authentiques, il ne retient pas l’appellation « union gaulliste » à ses yeux trop galvaudée11. Une des raisons qui l’incitent à créer l’Action démocratique et sociale (ADS), groupe dissident de l’UDSR, est sans doute à rechercher dans la comparaison faite par François Mitterrand, le 19 novembre 1948, entre le général de Gaulle et Louis-Napoléon Bonaparte12, mais aussi dans son désir de rassembler les gaullistes orthodoxes, ce que lui reprochera d’ailleurs un autre gaulliste, Raymond Triboulet, qui regrette cette scission visant à former « un petit noyau de fidèles qui aurait au sein du RPF une place privilégiée »13. En 1951, comme son chef, il refuse tout compromis (sauf exception) avec les partis, dans le cadre de la loi des apparentements. Il lui demande tout de même son avis quant aux offres attrayantes faites par les Indépendants dans le Pas-de-Calais que de Gaulle lui conseille de repousser. Il en va de même en 195614.

  • 15 Vendroux Jacques, Ces grandes années que j’ai vécues, op. cit., p. 316.

26Bien plus tard, en mai 1968, il constate avec chagrin que de nombreux élus gaullistes sur lesquels souffle « le vent du défaitisme » souhaitent le départ du président de la République alors que Waldeck Rochet, le leader du PCF lui aurait dit qu’il ne fallait surtout pas qu’il s’en aille15.

  • 16 Tous les deux se sont engagés dans les FFL et ont participé, notamment, à la bataille de BirHakeim (...)
  • 17 Journal officiel, mai 1970, p. 1886-1887, cité par Galland I., op. cit., p. 62.

27Étranger à la majorité pompidolienne, bientôt inquiet de la politique européenne initiée par le successeur du Général, il est l’un des principaux initiateurs de Présence et Action du Gaullisme, association apparue en juillet 1969. Il est vite déçu dans cette entreprise visant à assurer la continuité des valeurs ayant animé l’action de de Gaulle dont plusieurs éminents compagnons rejoignent le gouvernement (Hubert Germain, Pierre Messmer16…). Enfin, le 22 mai 1970, il prend la parole à l’Assemblée nationale pour réfuter les propos de Valéry Giscard d’Estaing, ministre de l’Économie et des Finances, qui a déclaré qu’« il y a deux ans… la France apparaissait comme une tache sombre sur la carte du monde »17 que le Général avait parcouru lors de ses nombreux voyages, sans oublier la France et ses différentes régions.

Les visites du chef de l’État et les messages du conseil municipal de Calais

  • 18 Archives municipales de Calais, I 421 I 14.

28On relève environ 8 voyages du général de Gaulle dans le Pas-de-Calais entre 1945 et 1966, dont 6 à Calais : les 11-12 août 1945, le 22 avril 1949 (privé), les 5-6 février 1950, les 1er et 2 septembre 1951, le 24 septembre 1959, les 23-26 avril 1966. En 1959, la rigidité du programme est bousculée, Yvonne de Gaulle fait exception à sa discrétion coutumière. En 1966, le couple présidentiel visite l’église Notre-Dame où il s’est marié, prend un déjeuner intime et familial ; mais le chef de l’état se fait aussi présenter les nouvelles installations sportives et de loisirs18.

29Sensible à cet intérêt, la municipalité, pour sa part, adresse plusieurs messages de sympathie, déférence, reconnaissance au Général et à son épouse comme celui du 22 mars 1959, au moment d’entrer en fonction, cité supra.

30Le 11 septembre 1961 après l’attentat perpétré le 8 septembre à Pont-sur-Seine, « La municipalité de Calais prie Monsieur le général de Gaulle, président de la République, et Madame de Gaulle de croire à son émotion indignée ainsi qu’à l’expression de son entier dévouement et de sa très déférente affection ». Le 31 août 1962, après l’attentat du Petit-Clamart, elle exprime des sentiments semblables.

  • 19 Archives municipales de Calais, D. Le PCF profite de l’occasion pour critiquer la politique du mai (...)

31Ses messages ont parfois une tonalité plus politique : le 19 mars 1962, après les Accords d’Évian et le cessez-le-feu en Algérie, elle témoigne de sa satisfaction et de sa reconnaissance ; en octobre 1962, elle « se réjouit » du succès du référendum19 pour lequel les comités et les militants gaullistes, qui existent depuis longtemps, se sont mobilisés.

Des hommes, des femmes et des structures

Au niveau national

  • 20 Lacouture Jean, Le politique, op. cit., p. 314-315.
  • 21 Ancien membre du CNR, ancien ministre du GPRF, député du Bas-Rhin puis de la Seine.

32En novembre 1946, Jacques Vendroux est à l’origine du groupe parlementaire gaulliste Action démocratique et sociale puis, semble-t-il, de l’« Intergroupe » (Intergroupe d’action pour une vraie démocratie), fin août 1947. Cette structure tend à rassembler les députés élus sous une autre étiquette (MRP, Radicaux, Indépendants, modérés) mais favorables aux grandes idées du Général et permet au RPF d’exister au parlement. Cette initiative est approuvée par de Gaulle20. Il en est le fondateur avec René Capitant21 qui avait créé l’Union gaulliste en octobre 1946 et a rejoint l’UDSR. Edmond Michelet (MRP) et Robert Nisse (Indépendant, député du Nord) y entrent rapidement. Le député de Calais est membre du comité chargé des relations entre l’Intergroupe-et la direction du RPF.

  • 22 De Gaulle et le RPF, op. cit., p. 606.
  • 23 Au Conseil de la République, un groupe semblable l’Action démocratique et républicaine (ADR) est f (...)

33Deux ans plus tard, toujours avec René Capitant, il crée un groupe parlementaire dissident de l’UDSR, l’Action démocratique et sociale qui dans son texte constitutif entend « faire passer l’intérêt du pays avant celui des partis » et « renforcer l’autorité de l’état par la révision de la Constitution »22. Il en est le secrétaire général23.

  • 24 Lacouture Jean, Le politique, op. cit., p. 418.

34Les élections législatives de 1951 constituent, pour beaucoup de gaullistes, une déception que Jacques Vendroux, fort de bons résultats dans le Pas-de-Calais, s’efforce de tempérer. En 1952, il devient délégué national à l’action des cadres du mouvement mais il ne prend pas part aux grandes décisions et après la disparition du RPF, il ne fréquente guère « le déjeuner des barons », tous les mercredis à la Maison de l’Amérique latine24. À l’Assemblée nationale, il rejoint alors le groupe des Républicains sociaux (URAS puis CNRS) mais n’y a pas de responsabilités particulières ; en revanche, sous la Ve République, il est membre du comité central de l’UNR mais semble moins s’investir au niveau local

Dans le département du Pas-de-Calais, la 1re circonscription et l’arrondissement de Boulogne

  • 25 Voir les travaux et la communication de Thomas Jean-Paul.

35Pour les élections législatives de novembre 1946, Jacques Vendroux compose une liste ADS qui n’est pas spécifiquement gaulliste et s’appuie sur des notables non-marxistes : Gabriel Tellier, député MRP en 1945, agriculteur, maire de Pittefaux (canton de Boulogne Nord) depuis 1927, président de la société d’agriculture et du syndicat des sinistrés agricoles de l’arrondissement de Boulogne-sur-Mer ; Marcel Merlin, quincailler à Saint-Omer, René Quandalle, cultivateur à Bréxent-Enoch (canton d’Étaples) ; Jean Foustin, artisan mécanicien à Hesdin. Il n’entretient pas de bonnes relations avec l’Union gaulliste qui n’obtient aucun succès dans le Calaisis mais s’implante à Boulogne avec Deconninck et d’anciens PSF dont certains membres (Monsieur Noël) se retrouveront au Rassemblement du Peuple français25.

  • 26 Roger Philippe, « Les enjeux des élections au Conseil de la République dans le Pas-de-Calais », La (...)
  • 27 Roger Philippe, « Une entrée en guerre froide : les élections cantonales de 1949 dans le Pas-de-Ca (...)

36Comme partout, ou presque, la mise en route du RPF est chaotique et concerne d’abord les pôles urbains. Jacques Vendroux ne semble pas y avoir pris une part très active ; en outre, son éloignement de la mairie de Calais depuis octobre 1945 n’encourage guère les adhésions. Le mouvement connaît son apogée en 1947-1948 quant au nombre d’adhérents (3480 au 15 décembre 1947) et aux résultats électoraux (municipales, sénatoriales26) ; en revanche, ces derniers sont encore flatteurs en 1949 (cantonales27) et 1951 (législatives), mais très rapidement la formation gaulliste est affaiblie par des tensions entre la périphérie et le sommet, le littoral et l’intérieur ainsi que par des querelles internes.

37Le RPF ne veut pas apparaître comme un parti de droite mais comme un véritable rassemblement qui s’ouvre notamment aux Radicaux sur le littoral avec Henri Alquier (Montreuil), Jules Pouget (Étaples), ou Francis Guilmant (Boulogne) mais aussi aux Indépendants comme Jean Febvay et Albert Gournay (Boulogne) ou André Villers (Audruicq).

Organisation du RPF

  • 28 Les informations de ce paragraphe et des deux suivants ont été recueillies à la FCG, (boîte 54 1 [ (...)

38Au départ, le RPF28 est sous le contrôle d’un délégué régional, Léon Delbecque, et d’un chargé de mission, Cournot. En septembre 1947, tous les cantons ont un responsable, mais le maillage des cantons côtiers est moins avancé dans les zones rurales et il n’y aurait aucun comité local dans le Pasde-Calais, sauf à Montreuil.

39Toutefois, au 1er mars 1948, 32 cantons sur 46 sont organisés avec des comités comme à Boulogne Nord avec Madame Denquin ou à Marquise avec Agré, parfumeur à Réty. En outre, toutes les communes de l’arrondissement de Boulogne sont en contact avec le comité RPF qui dispose d’une permanence. Le RPF pourrait y compter sur 48 maires, 15 sur 21 dans le canton de Marquise, sur celui d’Escalles (Lucien Grenier) sur l’adjoint au maire de Sangatte (Bourgy)…

  • 29 Béthouart Bruno, « Le poids de la Résistance… », op. cit., p. 81.

40Le bureau départemental constitué le 22 juillet 1947 compte 20 membres dont un seul du littoral. Un an plus tard, il a pour président d’honneur Jacques Vendroux mais il n’y a aucun membre actif représentant du littoral. Le comité départemental, très arrageois, recrute surtout parmi les classes moyennes et « la résistance ne semble pas être un facteur déterminant d’intronisation au sein du RPF »29. Certes, Geneviève Jaillette-Aubrun à Boulogne, Jacques Vendroux, Marcel Béraud à Berck sont d’anciens résistants mais il existe d’autres filières, celles des prisonniers de guerre (Jean Febvay), des anciens combattants (Gabriel Tellier), des notables (Antoine Limousin à Fauquembergues). Mais très vite, le parti est affecté par de multiples tensions.

Des querelles

41En juillet 1948, les arrondissements de Boulogne, Montreuil et Saint-Omer proclament leur autonomie et Paris y nomme un délégué, Aubert. Le comité directeur de la zone côtière, où ne siège pas Jacques Vendroux, dans une motion du 6 octobre, proteste contre l’absence de représentant du Pasde-Calais au conseil national, contre les directives du centre qui s’oppose aux contacts qu’il souhaite développer avec les radicaux et les indépendants.

42Paris envoie un délégué venu du Nord, Leclercq, qui a l’autorité sur l’ensemble du département et supprime l’autonomie de la zone littorale le 21 janvier 1949 et qui, selon le secrétaire régional J. Gailhat « a les moyens et l’autorité nécessaires pour faire du bon travail et s’imposer aux indigènes qui en ont manifestement besoin ».

  • 30 Les informations des lignes suivantes proviennent de la FCG, boîte 54 1 bis [RPF 463].

43En 194930, le rassemblement qui enregistre 3228 cotisations, soit une stabilisation, est donc repris en main, mais les dissensions ne cessent pas pour autant et en avril, le Nord et le Pas-de-Calais sont directement rattachés au secrétariat général, avec un responsable pour le Nord Delbecque et un pour le Pas-de-Calais Raybois. En juin, est créé un conseil politique réunissant les parlementaires, conseillers généraux et maires de grandes cités afin de mieux coordonner l’action des élus du rassemblement parmi lesquels Jacques Vendroux tient une permanence parlementaire à Arras.

44En 1949 encore se font jour des tensions entre des RPF orthodoxes (derrière le beau-frère du Général) et les ralliés (notamment les indépendants Febvay [membre des jeunesses de la FR] et Gournay) qui annoncent celles de 1952-1953 qui verront beaucoup de ralliés, indépendants ou radicaux, retourner à leur famille d’origine.

45En outre, une lettre en date du 1er novembre, signée Raybois, évoque « la situation catastrophique » de la section de Boulogne ainsi que le rôle néfaste de sa secrétaire, Mme Denquin.

Un affaiblissement

46En 1950 les adhérents ne sont plus que 2329, même si leur relevé est incomplet et en 1951 le ralentissement des rentrées de cotisations est déploré. En outre, les réunions publiques comme celles d’Ardres ou de Wimereux, ne remportent qu’un « succès moyen ».

47Toutefois, en cette même année, les élections législatives sont satisfaisantes. La liste RPF, emmenée par Jacques Vendroux, refuse les apparentements mais s’ouvre à différentes tendances et courtise les paysans. On y trouve l’indépendant Jean Febvay, maire de Boulogne, le républicain de gauche Marcel Harduin, agriculteur, président de la chambre d’agriculture du Pas-de-Calais, Marcel Merlin, commerçant, maire de Saint-Omer, Yves Merlin, agriculteur, père de 7 enfants, conseiller municipal de Bourthes (canton d’Hucqueliers). Ce rassemblement de notables (2 maires de grandes villes) bénéficie du soutien de La Voix du Nord ainsi que du Journal du Pas-de-Calais et de la Somme. Au cours de la campagne électorale, Pierre de Gaulle attire 1200 auditeurs à Calais où la lutte est difficile avec, Gaston Berthe, le populaire maire socialiste.

  • 31 Béthouart Bruno, « Le poids de la Résistance… », op. cit., p. 86.
  • 32 Bonningues, demeurant à Saint-Léonard (canton de Samer,) a assisté à la rencontre nationale des je (...)

48En juin 1952, le Nord et le Pas-de-Calais sont à nouveau dans le découpage régional normal, avec 2 zones pour le second : l’intérieur, sous la responsabilité de Michaux et le littoral sous celle de Robert de Meaux, un boulonnais, agent d’assurances, ancien FN FTP, proche de Jacques Vendroux. Ce dernier a joué un certain rôle dans cette autonomisation dans la mesure où « il incarne un véritable ancrage du gaullisme sur le littoral » et où « il n’a guère contribué à la bonne marche de la fédération départementale »31. Les turbulences qui affectent alors gravement le RPF sont également ressenties au niveau local : en 1953, la section RPF de Boulogne est dissoute ; en 1954, Bonningues, délégué à la jeunesse de la zone littorale32, manifeste son découragement dans une lettre du 28 janvier 1954 : « Tout est à faire ou à refaire dans ce département ». De nombreux élus, un moment RPF, reviennent à leur famille politique d’origine [les Indépendants Cucheval (Desvres), Febvay, Gournay, Villers ; les Radicaux Alquier, Pouget] ce qui contribue aux très mauvais résultats aux municipales de 1953, aux cantonales de 1955, aux législatives de 1956 où les gaullistes orthodoxes vont seuls à la bataille.

  • 33 Cf. Galland I., op. cit.
  • 34 Archives municipales de Calais, 17 W 9.

49Jacques Vendroux a eu des difficultés pour composer sa liste (Républicains sociaux) sur laquelle il est le seul ancien. Il l’ouvre à des représentants du Parti des Républicains paysans, dans l’espoir de mordre sur l’électorat rural des Indépendants, Antoine Limousin (maire de Fléchin, canton de Fauquembergues) et René Bracquart, agriculteur à Aix-en-Issart (Montreuil). Pour les RS, il y a encore Marcel Béraud, chirurgien-dentiste à Berck et Geneviève Jaillette-Aubrun, docteur en médecine à Boulogne. Cette dernière est la première femme à être candidate à des législatives dans la circonscription sur des listes autres que communistes33. Dans leur profession de foi, les candidats, qui n’évoquent pas le général de Gaulle, souhaitent : redonner autorité et prestige à l’état ; réviser la Constitution afin de donner à l’Exécutif, sous le contrôle des assemblées, les moyens qu’exige le gouvernement d’un État moderne ; établir un plan de cinq ans ; encourager la participation équitable aux revenus de l’entreprise ; défendre la liberté de l’enseignement ; sauvegarder la communauté française en Afrique ; harmoniser l’Europe sans hégémonie allemande et avec le maintien des intérêts français en Sarre ; réviser le Pacte atlantique afin que la France soit à égalité avec ses partenaires34… La campagne électorale révèle la perte d’audience des gaullistes qui n’attirent que 300 personnes à Calais et doivent annuler des réunions à Wimereux, à Aire-sur-la Lys… Elle est confirmée par leur lourde défaite du 2 janvier – ils n’ont aucun élu – qui s’explique en partie par la concurrence du centre droit et des poujadistes.

Le renouveau en 1958

  • 35 Archives départementales du Pas-de-Calais 1 W 24 976. Guislin Jean-Marc, « D’une représentation pa (...)

50Le relèvement à partir de 1958 est remarquable. Après le retour au pouvoir du Général, les gaullistes s’organisent. Jacques Vendroux et Robert de Meaux créent à Boulogne et pour l’ensemble du littoral une association pour le soutien à l’action du général de Gaulle. Présidée par le premier, elle s’efforce de rallier des personnalités influentes et fait campagne pour le oui au référendum sur la nouvelle constitution dont les résultats en Boulonnais septentrional et à Calais sont supérieurs à la moyenne départementale (66,5 %), elle-même très légèrement supérieure à la moyenne nationale. Dans le même but, sont organisés des comités à Calais et à Saint-Omer qui, après le triomphe du oui, se transforment en comités électoraux en vue des législatives prévues pour les 23 et 30 novembre 195835 et selon un nouveau mode de scrutin, le scrutin majoritaire, uninominal d’arrondissement à 2 tours. Le Pas-de-Calais a droit à 14 circonscriptions, dont 4 sur le littoral (4e Montreuil, 5e Boulogne Sud, 6e Boulogne Nord et 7e Calais). Les gaullistes enlèvent les deux dernières citées ainsi qu’Arras II, mais ils s’implantent moins bien que dans le Nord. Tous les candidats, sauf les communistes et les poujadistes, se sont dits favorables à de Gaulle et c’est ainsi qu’au 2nd tour, à Arras I, les gaullistes artésiens réticents ont dû, sur ordre de Paris, soutenir Guy Mollet.

51Malgré les tensions liées à la politique algérienne de de Gaulle, le référendum d’octobre 1962 (49,3 % pour le oui, plus que la moyenne nationale 46,3 %) et les législatives des 18 et 25 novembre sont un nouveau succès (6 élus dont 3 sur le littoral). L’UNR, qui profite de la bipolarisation et recueille l’héritage des Indépendants et du MRP, progresse encore, mais un aussi bon résultat ne se reproduit, aux législatives, qu’en 1968 (7 élus).

Dans le Calaisis et à Calais

52Ce territoire est, avec l’Arrageois, une des 2 zones de force du gaullisme dans le Pas-de-Calais. Au départ, il peut compter sur quelques militants et quelques notables, comme Jacques Vendroux, figure dominante, mais un peu lointaine. Il est le premier maire élu de Calais, après la guerre en mars 1945, à la tête d’une liste d’« Union patriotique » rassemblant des gaullistes, des démocrates-chrétiens et des communistes qui l’emporte largement sur la liste SFIO (2/3 des voix). Pris à partie par les communistes après son adhésion au MRP, il démissionne en octobre 1945 au moment où il devient député, pour dix ans, alors sous l’étiquette MRP.

  • 36 10,9 % des voix en novembre. 1946, 72 cotisations en 1947, d’après Béthouart Bruno, Le MRP dans le (...)

53La section MRP de Calais, formée autour de lui, compte 309 militants en 1946 et remporte 46,4 % des voix aux législatives d’octobre 1945, 34, 6 % des voix à Calais ville. La section exploite la carte gaulliste, le MRP se voulant le parti de la fidélité. Mais il connaît une sérieuse chute avec départ de Jacques Vendroux qui devient le leader local du RPF36.

  • 37 FCG, boîte 54 1 [RPF 571].

54Il s’occupe d’obtenir le ralliement au RPF de municipalités rurales dont les maires lui sont acquis. Sont organisés un comité de canton à Guînes où l’on trouve un charcutier, un buraliste, un vétérinaire ; un autre à Calais Nord-Ouest animé par l’industrie Leonel de Pinho, qui tient des réunions d’information et peut compter, pour sa propagande, sur Jésus Prêt, tenancier d’un bistro37.

  • 38 Archives municipales de Calais, 17 W 7.

55La désignation des délégués et de leurs suppléants pour les élections au Conseil de la République et au Sénat38 montre que le mouvement gaulliste recrute dans les classes moyennes, selon un large spectre, supérieures, moyennes et inférieures, indépendantes et salariées :

  • en 1948 : un industriel, un médecin, un pharmacien, un clerc d’huissier, un agent d’assurances, un agent des PTT, un dessinateur, un contrôleur de fabrication, un aide-chimiste…
  • en 1952 : trois industriels, un courtier, un commerçant, un syndicaliste…
  • en 1955 : les mêmes plus deux commerçants, deux employés, un agent SNCF…
  • en 1959 : trois retraités, deux commerçants, un représentant, un surveillant, un pharmacien, un artisan taxi, un contrôleur de l’enregistrement, un agent EDF, un agent PTT, un chauffeur, un employé, un garçon de bureau, un tulliste, un ouvrier-menuisier…
  • 39 Jean Lacouture, Le politique, op. cit., p. 375.

56Le RPF est bien « un amalgame des classes moyennes, des cadres de l’État et d’un monde du travail déçu par SFIO et rebuté par le sectarisme stalinien »39 qui recrute dans la masse des Français non engagés, avec de nombreux anciens combattants de la Première Guerre mondiale.

57Après des débuts prometteurs, sauf pour la mairie de Calais, le mouvement gaulliste connaît un véritable effondrement à partir de 1953 : échec aux municipales, échec aux cantonales de 1955 (sauf à Audruicq) auxquelles Jacques Vendroux, conseiller sortant de Calais Nord Ouest, ne se représente même pas, échec total aux législatives de 1956.

  • 40 Cf. Giblin-Delvallet [La région, territoires politiques. Le Nord - Pas-de-Calais, Au bout du tunne (...)

58Mais en 1958, la renaissance, à laquelle s’active l’ancien député (voir supra), est spectaculaire. Elle s’explique, en bonne partie, par l’espoir que nourrissent les Calaisiens de pouvoir profiter de la manne présidentielle en raison de la proximité entre leur député et le chef de l’état40 dont pas moins de 18 ministres, parmi lesquels Georges Pompidou, leur rendent visite entre 1959 et 1968.

  • 41 Archives départementales du Pas-de-Calais, 1 W 24 976.
  • 42 Galland I, op. cit.

59Dans le cadre du scrutin majoritaire, les cantons du Calaisis sont répartis entre 2 circonscriptions : Ardres et Guînes dans la 6e (Boulogne Nord), Calais Nord Ouest, Calais Sud Est et Audruicq dans la 7e (Calais). Dans la 6e le candidat est Henri Colette, notaire, maire de Licques, conseiller général de Guînes, son suppléant est Robert de Meaux. Jacques Vendroux se présente en compagnie de Charles Empisse, 1er adjoint au maire d’Audruicq, dans la 7e41. Au-delà du soutien au Général et aux nouvelles institutions, les deux candidats, qui sont élus, ont mis l’accent sur la défense de la liberté de l’enseignement (Colette) la promotion du Calaisis (Vendroux). En 1958, mais aussi pour les municipales de 1959, ce dernier fonde une partie de sa campagne sur l’engagement de faire de Calais une sous-préfecture. Dès 1958, il en parle au Général qui en accepte le principe pourvu que ce ne soit pas un cas isolé, afin d’échapper à la critique du favoritisme. Le 3 juillet 1959, le conseil municipal émet un vœu en ce sens qui est exaucé le 11 janvier 1962, la ville de Lens bénéficiant, alors, de la même promotion42. Jacques Vendroux, qui est élu dès le 1er tour en 1962 tient sa circonscription jusqu’en 1973 où il réalise ses meilleurs résultats (sauf en 1958) dans le canton d’Audruicq, comme sous la IVe République. Il occupe également la mairie pendant 10 ans.

  • 43 Tract du 13 mars 1959, reproduit dans Nord Littoral, cité par Galland I, op. cit., p. 128.

60C’est une liste de large union, d’ailleurs intitulée « Union pour la prospérité de Calais » qu’il conduit pour les municipales de 1959, en menant une campagne résolument anticommuniste : « Livrer la mairie aux agents de Moscou serait ruiner pour 6 ans la ville de Calais… Ce serait signer notre condamnation à la médiocrité et à la misère »43. Après sa brillante victoire et bien que conscient des inconvénients du cumul des mandats et hostile à son principe, il est élu maire le 22 mars. Une des premières décisions de la nouvelle équipe est d’envoyer un message au président de la République (cité supra). Le MRP qui a réalisé 15,6 % des voix manifeste son opposition sur le budget, sur la création de la sous-préfecture, et à partir de 1962 d’autres éléments modérés développent leurs critiques.

  • 44 Béthouart Bruno, Le MRP dans le Nord - Pas-de-Calais 1944-1967, op. cit., p. 111.
  • 45 Archives municipales de Calais, I 4 I 421.

61Toutefois, en 1965 les démocrates-chrétiens calaisiens font liste commune avec les gaullistes et obtiennent le poste de 1er adjoint44. Pendant la campagne, l’opposition aborde la situation tant nationale que locale, ce qui n’est pas étonnant en raison de la position particulière du maire sortant. Elle présente cette consultation comme un test pour le gouvernement, en critiquant le plan de stabilisation, la gestion de Pompidou « mal éclairé des problèmes de la nation », les visites ministérielles coûteuses et inefficaces, l’utilité de la sous-préfecture, l’échec de la gestion Vendroux45. Cependant les élections municipales sont un véritable triomphe pour ce dernier dont la liste passe dès le 1er tour.

  • 46 Nord Littoral, le 26 février 1969, cité par Galland I, op. cit., p. 134.

62Mais rapidement, la gouvernance du maire est vivement critiquée, lui-même semble un peu lassé, d’autant qu’il avance en âge (72 ans) et que son épouse n’est pas en bonne santé. Bientôt des rumeurs de sa démission circulent et le 30 janvier 1969, il l’annonce officiellement. Le commentaire fait par les socialistes sur cette décision semble pouvoir s’appliquer autant au député-maire qu’à son beau-frère qui se lance alors dans l’entreprise risquée d’un nouveau référendum : « Il faut de temps en temps épousseter les bibelots, aérer les locaux et remplacer les vieux tableaux. à l’encan tous les vieux machins »46.

63Les élections partielles de mars sont une déconvenue pour les amis politiques du maire qui sont largement distancés par le PCF. Ce résultat annonce leur conquête de la mairie en mars 1971 sous la direction de Jean-Jacques Barthe, puis celle de la circonscription en mars 1973 toujours au profit du maire de Calais qui l’emporte sur Jean-Louis Debré, parachuté pour tenter de sauvegarder ce bastion gaulliste.

Des résultats remarquables47

  • 47 Voir les tableaux et les courbes infra.
  • 48 Les informations ont été recueillies dans les dossiers M 190, M 191, I W 7640, 7642, 14666, 16772 (...)

64Les résultats du gaullisme48 sont étroitement liés aux vicissitudes de la carrière politique du général de Gaulle : succès initial, crise après 1951, renouveau en 1958 et maintien à un niveau élevé pendant une dizaine d’années avant le déclin en 1969. Ils sont moins bons à Calais Ville où l’audience des socialistes puis surtout des communistes est importante tandis que les campagnes, notamment autour de Guînes et Audruicq, sont plus favorables.

65Les scrutins municipaux et législatifs suivent une évolution parallèle. Pour les municipales, les gaullistes tournent autour de 24 % par rapport aux votants en 1947 et 1950, puis ils connaissent leur étiage en 1953 à 12,3 %. En 1959, ils bondissent à 35,1 %, soit presque un triplement, puis ils gagnent encore 18 points en 1965 ce qui permet à la liste Vendroux de passer dès le 1er tour, puis c’est la chute avec, en 1969, un retour aux chiffres de 1950. Pour les législatives, ils tournent autour de 23 % par rapport aux inscrits en 1946 et 1951, puis s’effondrent à 11,30 % en 1956. En 1958, le réveil est spectaculaire avec là aussi un triplement (35,84 %) puis une progression constante, même en 1967, jusqu’à 42,71 % en 1968.

66De Gaulle aux élections présidentielles de 1965 fait encore mieux (44,11 %) alors que Pompidou retombe au niveau de 1958. Mais le scrutin de juin arrive après le mauvais résultat des municipales partielles de mars et l’échec du référendum en avril. En outre, la légitimité de l’héritier est sans doute un peu contestée dans cette terre où gaullisme, attachement sentimental à une personne et stricte fidélité aux principes du fondateur de la Cinquième République sont étroitement liés.

La Libération

Référendum du 20 octobre 1945

67France : 1re question, OUI 96,37 % ; 2de question, OUI 66,48 %

68Cantons de Calais : 98,22 % ; 67,96 %

69Calais ville : 98,35 % ; 66,17 %

Législatives d’octobre 1945

70Liste MRP : 45,9 % dans le Calaisis ; 51,7 % à Calais Nord Ouest (1er partout sauf à Sangatte), 46,74 % pour Calais Sud Est ; 34,6 % à Calais ville. 2 élus : Vendroux et Tellier + Henneguelle et Poulain (SFIO), Dassonville (PCF).

Législatives de juin 1946

71Liste MRP : 36,39 % pour le Calaisis ; 6 communes sur 8 à Calais Nord Ouest (Bonningues, Coquelles) ; 15 bureaux sur 26 à Calais ville. 2 élus Vendroux et Caron qui remplace Tellier + les mêmes.

La IVe République

72Pour les élections législatives de novembre 1946, les gaullistes sont représentés par la liste ADS. C’est dans le Calaisis qu’elle réalise ses meilleurs scores (23,43 %) avec 21 410 voix, soit 57 % du total (37 443) ; 29,73 % à Calais Ville, en tête dans 11 bureaux sur 26 alors que le PCF à 34,59 % l’emporte dans 15 bureaux. Elle fait également un bon score à Saint-Omer Nord et à Aire-sur-la-Lys où elle bénéficie du soutien de L’écho de la Lys.

73Les élections municipales d’octobre 1947 sont un succès pour le RPF, en France mais aussi sur le littoral boulonnais, sauf à Calais où s’affrontent 5 listes. Celle du RPF, emmenée par Jacques Vendroux, arrive 3e (23,39 %, 9 élus) derrière la SFIO (29,43 %) et le PCF (25,98 %) ; elle est en tête dans 3 bureaux sur 26, fait le plus de voix dans les quartiers bourgeois et commerçants, tandis que dans les quartiers modestes, elle est au coude à coude avec le PCF (quartiers périphériques Est et Ouest). Mais les gaullistes remportent Boulogne-sur-Mer (Jean Febvay), Pittefaux, Pernes, Conteville (Boulogne Nord), Tardinghem (Marquise), Bellebrune et Colembert (Desvres), Fléchin (Faucquembergues), Alembon et Hames-Boucres (Guînes), Audruicq (André Villers), Le Touquet (Montreuil, avec Jules Pouget).

74Ils peuvent ainsi former un réseau efficace en vue des élections au Conseil de la République en 1948 qui intéressent d’autant plus de Gaulle et ses partisans que le projet constitutionnel exposé à Bayeux est bicamériste. Malgré seulement 194 délégués déclarés gaullistes, 2 RPF du littoral sont élus : Gabriel Tellier (Centre républicain d’action rurale et sociale, CRARS), avec près de 799 voix et Jules Pouget (Rassemblement des Gauches républicaines, RGR), conseiller général d’étaples. Seul Tellier est réélu en 1952.

75En 1949 les élections cantonales sourient également au parti gaulliste qui, en France, au Ier tour remporte 1/3 des voix et déclare 495 élus. En fait, ils sont beaucoup moins. Dans le Pas-de-Calais, de nombreux modérés ou radicaux se présentent sous l’étiquette RPF qui a une quinzaine d’élus, notamment Jules Pouget à étaples (RPF-RGR, sortant), le docteur Henri Alquier à Montreuil (RPF-Radical, il bat le MRP), André Villers à Audruicq (RPF-Indépendant, sortant), Limousin à Fauquembergues (RPF), Albert Gournay à Boulogne Nord, Francis Guilmant à Boulogne Sud (RPF-Radical, il bat le SFIO), Cucheval (RPF-Indépendant, maire de Colembert) à Desvres. à Calais Nord Ouest, Jacques Vendroux bat le candidat SFIO, remporte 7 communes sur 8, Sangatte faisant exception, mais Wintrebert est battu à Calais Sud Est.

76Lors des élections municipales de février 1950, il y a 4 listes à Calais ; la liste RPF est encore 3e (24, 36 %, en tête dans 6 bureaux sur 27, 9 élus) derrière la SFIO (33,62 %) et le PCF (30,32 %).

77Les élections législatives de juin 1951 sont, pour le RPF, la première véritable compétition nationale au suffrage universel direct. Dans la première circonscription du Pas-de-Calais, la liste RPF qui associe des tendances différentes arrive première avec 57 453 voix et obtient deux élus. Le canton d’Audruicq est très favorable. La liste Vendroux est 2e à Calais Ville (25, 68 %) derrière la SFIO (32,48 %). Globalement, les résultats sont meilleurs en Boulonnais.

78Lors des élections municipales de 1953, les gaullistes – qui se divisent à Boulogne entre Indépendants, menés par le maire sortant, Jean Febvay, et RPF menés par Robert de Meaux – perdent la mairie au profit des socialistes. Le résultat de la liste de Meaux est désastreux (6,5 %) et à Calais, c’est aussi un effondrement pour Jacques Vendroux qui n’a pas réussi à s’entendre avec les Indépendants et est en compétition avec 5 listes. Sa liste (ARS) arrive 3e mais avec seulement 12,3 % des voix et 5 élus, elle n’est en tête dans aucun bureau et fait son meilleur score rue Van Grutten (25,23 % des voix).

79Les élections législatives de janvier 1956 sont une terrible défaite pour les gaullistes qui passent de 30,8 % à 10 %. Ils s’effondrent en Boulonnais, alors qu’ils résistent en Calaisis où se trouvent, les seuls cantons, avec celui de Fauquembergues, où ils dépassent les 10 % (Calais ville : 13,7 %) et totalisent 39 % de leurs voix avec 28 % des votants.

La Ve République

80En novembre 1958, Colette et Vendroux (UNR) sont facilement élus députés. Le beau-frère du Général a triplé son pourcentage de voix au premier tour (43 %) par rapport à 1956. Colette qui bénéficie du soutien du conseiller général de Boulogne Nord, Albert Gournay, obtient, dès le 1er tour, la majorité absolue dans les cantons d’Ardres et Guînes. Ils l’emportent tous les deux à la majorité absolue au second tour [Colette : 58,4 % ; Vendroux : 62,6 %, (58 % à Calais ville)] où ils progressent partout, au détriment de la gauche qui perd, respectivement 4 000 et 10 000 voix.

81Pour les élections municipales de mars 1959, Jacques Vendroux emmène une liste de large union, d’ailleurs intitulée « union pour la prospérité de Calais », emmenée qui arrive en tête au soir du 1er tour avec 35,65 % des voix, devant le PCF (32,36 %) et la SFIO (13,24 %). Il est en tête dans 21 bureaux ; au 2e tour, 47,05 % des voix, en tête dans 28 bureaux sur 37 et réalise ses meilleurs scores dans les quartiers aisés et commerçants.

82Aux élections législatives de 1962, Vendroux est élu dès le 1er tour, Colette repasse au second. En outre 3 nouvelles circonscriptions sont remportées par l’UNR, dont la 4e (Montreuil), par Marcel Béraud, adjoint au maire de Berck.

83Lors des élections municipales de mars 1965, la liste UNR arrive largement en tête avec 53,27 % des voix, soit un progrès de 6,22 % par rapport à 1959, surtout dans les quartiers « moyens » et les plus démunis, 3 bureaux seulement lui échappent. [PCF 25,81 %, SFIO 13,81 %].

84En décembre 1965, le général de Gaulle obtient au 1er tour un nombre de suffrages supérieur à la moyenne nationale (39,1 % contre 36,8 %) dans le département et encore plus dans le Calaisis où son score oscille entre 40 (Calais Sud Est) et 50 % (Guînes). C’est l’apogée du gaullisme.

85En effet, lors des législatives de 1967, l’UNR ne conserve que 2 sièges, ceux de Montreuil et de Calais où Jacques Vendroux progresse par rapport à 1962 mais dans l’ensemble, les gaullistes, victimes de la discipline républicaine et du relèvement du centre, reculent à l’exemple de Colette battu par le socialiste Le Sénéchal.

  • 49 Atlas électoral Nord - Pas-de-Calais, 1973-1992, Bernard Ménager, Christian-Marie Wallon-Leducq Éd (...)

86Les élections législatives de juin 1968 se déroulent dans un climat particulier. L’unité de candidature dans la majorité, la division de la gauche, la présence de « champions confirmés » (Vendroux)49 permettent aux gaullistes (UDR) et à leurs alliés (RI) de progresser de 8 points et d’avoir 7 élus (un record), dont 3 sur le littoral : Béraud, Vendroux qui ne progresse pas et Colette qui récupère son siège, avec un résultat exceptionnel à Guînes (61,2 % des inscrits).

  • 50 Atlas électoral Nord - Pas-de-Calais, 1973-1992, Bernard Ménager, Christian-Marie Wallon-Leducq Éd (...)

87Après le référendum perdu du 27 avril 1969, en France, comme dans le Pas-de-Calais, mais pas en Calaisis, arrivent les élections présidentielles de juin où le candidat gaulliste, Georges Pompidou, perd, au 1er tour, 3 points par rapport à 1968 et même par rapport au oui d’avril 1969. Il recule dans les villes industrielles, comme Calais (- 10 points). En revanche, il enregistre de bons résultats dans les zones rurales comme les cantons de Guînes, Desvres ou Hucqueliers. Le second tour révèle que le gaullisme demeure puissant dans les centres urbains. Toutefois, il est sur une pente descendante et perd en 1971 la mairie de Calais et 4 sièges lors des élections législatives de 1973 parmi lesquels Boulogne Nord et Calais, malgré la visite de plusieurs ministres, dont Pierre Messmer, venus soutenir Jean-Louis Debré50. Ses victoires, large dans le canton d’Audruicq et courte à Calais centre ne lui suffisent pas pour l’emporter (48 %/52 %) sur le maire communiste de Calais, Jean-Jacques Barthe, porté par les banlieues industrielles.

88Les relations singulières entre le gaullisme et le Calaisis ne sont-elles plus qu’une histoire ancienne ? Oui car le gaullisme, après avoir mis KO la SFIO, avait pour principal adversaire le PCF qui lui a succédé à la mairie (1971), à la députation (1973) et au conseil général, tandis que les environs étaient reconquis par le PS. Toutefois, en 2008, la municipalité du grand port a été reprise par une coalition anticommuniste, d’« ouverture populaire et sociale », emmenée par l’UMP et les néo-gaullistes. Mais ces derniers se sont grandement éloignés sur certains points des principes du Général, même si le pragmatisme c’est-à-dire le réalisme et l’adaptation aux circonstances, est aussi une des caractéristiques du gaullisme…

Résultats gaullistes en Calaisis

Résultats gaullistes en Calaisis

Résultats gaullistes à Calais Ville

Résultats gaullistes à Calais Ville

89Les résultats en italiques sont ceux d’élections municipales, en mars 1969, il s’agit d’élections partielles ; les autres résultats correspondent à des élections législatives.

Résultats gaullistes en Calaisis (Cantons de Calais Nord Ouest, Calais Sud Est, Ardres, Audruicq, Guînes) Pourcentage de voix par rapport aux inscrits aux élections législatives et présidentielles (en italiques)

Résultats gaullistes en Calaisis (Cantons de Calais Nord Ouest, Calais Sud Est, Ardres, Audruicq, Guînes) Pourcentage de voix par rapport aux inscrits aux élections législatives et présidentielles (en italiques)

Résultats gaullistes en Calaisis (Cantons de Calais Nord Ouest, Calais Sud Est, Ardres, Audruicq, Guînes) Pourcentage de voix par rapport aux inscrits aux élections législatives et présidentielles (en italiques)

Résultats gaullistes en Calaisis (Cantons de Calais Nord Ouest, Calais Sud Est, Ardres, Audruicq, Guînes) Pourcentage de voix par rapport aux inscrits aux élections législatives et présidentielles (en italiques)

90Tous les résultats indiqués sont ceux du 1er tour (unique sous la IVe République).

Résultats gaullistes à Calais Ville
Pourcentage de voix par rapport aux votants aux élections législatives et municipales (en italiques)

91En mars 1969, il s’agit d’élections municipales partielles.

Notes

1 Propos tenus par le général de Gaulle à son beau-frère Jacques Vendroux un peu avant les élections législatives du 21 octobre 1945. Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue, Paris, Plon, 1974, p. 132.

2 22 mars 1959, Message au général de Gaulle, président de la République. Archives municipales de Calais, 17W8 D.

3 Les archives consultées pour cette étude se trouvent, à la Fondation Charles-De-Gaulle [FCG] : les boîtes 54 (RPF 571) et 54 bis (RPF 463) ; aux Archives départementales du Pas-de-Calais : des dossiers des séries M et I W ; aux archives municipales de Calais : des dossiers des séries D, I et 17 W. Outre les Mémoires du général de Gaulle [Mémoires de guerre (t. III Le Salut, 1944-1946, Paris, Plon, 1954) et Mémoires d’espoir (t. I Le Renouveau, 1958-1962, t. II L’Effort, 1962…, Paris, Plon, 1970 et 1971], deux livres de souvenirs de Jacques Vendroux ont été également une source précieuse : Cette chance que j’ai eue, Paris, Plon, 1974 ; Ces grandes années que j’ai vécues, Paris, Plon, 1975. Quelques ouvrages ont fourni de nombreuses informations : Berstein Serge, Histoire du gaullisme, Paris, Armand Colin, 2002 ; Charlot Jean, Le Gaullisme d’opposition (1946-1958), Paris, Fayard, 1983, Le Phénomène gaulliste, Paris, Seuil, 1970 ; Lacouture Jean, de Gaulle, 3 tomes, Paris, Seuil, t. 1 Le rebelle 1890-1944 (1984), t. 2 Le politique (1985), t. 3 Le souverain (1986) ; Touchard Jean, Le Gaullisme, 1940-1969, Paris, Seuil, 1978 ; de Gaulle et le RPF 1947-1955, Paris, Fondation Charles-De-Gaulle / Université de Bordeaux III (CARHC), Armand Colin, 1998 ; Alain Derville dir., Histoire de Calais, Dunkerque, Westhoek-éditions, Les Éditions des Beffrois, 1985. Plusieurs mémoires de maîtrise ou de master soutenus à l’ULCO (Boulogne) et dirigés par Bruno Béthouart ont été consultés : Deboffle B., Étude socio-électorale du canton d’Audruicq de 1945 à nos jours (2005) ; Galland Isabelle, Jacques Vendroux, de Gaulle et Calais (1995) ; Honvault Richard, Droite et centre droit dans le Pas-de-Calais à travers les élections législatives de novembre 1948 à novembre 1958 (1995).
Les Atlas électoraux Nord - Pas-de-Calais1946-1972 (Henri Adam, Yves-Marie Hilaire, André Legrand, Bernard Ménager, Robert Vandenbussche ; Université de Lille, 1972), et 1973-1992 (Bernard Ménager, Christian-Marie Wallon-Leducq éditeurs, PUL, 1993) ont été d’utiles instruments de travail.

4 Lacouture Jean, Le rebelle, op. cit., p. 17 ; selon cet auteur, de Gaulle est un « homme du Nord », un « homme de gros temps, celui qu’il a connu sur la plage de Wimereux », ibid., p. 18-19.

5 La Gorce Paul-Marie de, de Gaulle entre deux mondes, Paris, Fayard, 1964, p. 40, cité par Lacouture Jean, op. cit., p. 18

6 Vendroux Jacques, Cette chance que j’ai eue, op. cit., p. 54.

7 Libéré de son Stalag en 1941, il s’engage dans la Résistance et juge plus prudent de gagner le Sud Ouest, mais à l’été 1945, à la tête des FFI, il participe à la libération de Calais. Il est fait compagnon de la Libération, comme son voisin Maurice Schumann, avec lequel il est une véritable « incarnation » de la Résistance dans la région du Nord (Béthouart Bruno, « Le poids de la Résistance dans le gaullisme d’opposition (1947-1958) : le cas du Nord - Pas-de-Calais », Résistance et politique sous la IVe République, sous la direction de Lachaise Bernard, Pessac, PUB, Coll. Politique XXe siècle, 2004).

8 Faits évoqués ici (paragraphes B 1 et 2) trouvés le plus souvent chez Lacouture Jean, op. cit., p. 262 (Le rebelle), 257, 266, 302, 451 ; 232-234, 258, 291, 364, 412 ; 257, 362 ; 274, 278, 293, 367 (Le politique) ; p. 703, 717, 790 ; 636, 758 ; 682 (Le souverain) ou chez Vendroux Jacques, Cette chance…, op. cit., p. 207, 319 ; 57-58, 160-161, 302, 357-358 ; 168, 43 ; 175, 186, 207, 316.

9 Mauriac Jean, La mort du général de Gaulle, Paris, Grasset, 1972, p. 41-42, cité par Lacouture Jean, Le souverain, op. cit., p. 758.

10 Jacques Soustelle, ancien commissaire à l’Information de la France libre, ancien ministre du GPRF, premier secrétaire général du RPF ; Gilbert Renault, dit Colonel Rémy, fondateur de la Confrérie Notre-Dame (réseau de Résistance), artisan du rapprochement entre la France libre et le PCF.

11 De Gaulle et le RPF, 1947-1955, Paris, Fondation Charles de Gaulle, Université Bordeaux III (CARHC), Armand Colin, 1998, p. 299.

12 Ibid., p. 606

13 Raymond Triboulet, Un gaulliste de la IVe, Paris, Plon, 1993, p. 190.

14 Comme dans la deuxième circonscription du Nord où se trouve la ville natale du Général.

15 Vendroux Jacques, Ces grandes années que j’ai vécues, op. cit., p. 316.

16 Tous les deux se sont engagés dans les FFL et ont participé, notamment, à la bataille de BirHakeim, le premier est député de Paris, le second, ancien ministre des Armées (1960-1969) est député de la Moselle.

17 Journal officiel, mai 1970, p. 1886-1887, cité par Galland I., op. cit., p. 62.

18 Archives municipales de Calais, I 421 I 14.

19 Archives municipales de Calais, D. Le PCF profite de l’occasion pour critiquer la politique du maire et organiser une manifestation de protestation place Crèvecoeur le 23 avril.

20 Lacouture Jean, Le politique, op. cit., p. 314-315.

21 Ancien membre du CNR, ancien ministre du GPRF, député du Bas-Rhin puis de la Seine.

22 De Gaulle et le RPF, op. cit., p. 606.

23 Au Conseil de la République, un groupe semblable l’Action démocratique et républicaine (ADR) est formé.

24 Lacouture Jean, Le politique, op. cit., p. 418.

25 Voir les travaux et la communication de Thomas Jean-Paul.

26 Roger Philippe, « Les enjeux des élections au Conseil de la République dans le Pas-de-Calais », La Chambre haute en Europe, Actes de la journée d’études du 20 novembre 2009 [Guislin Jean-Marc, Charles-De-Gaulle - Lille 3, IRHiS] (à paraître).

27 Roger Philippe, « Une entrée en guerre froide : les élections cantonales de 1949 dans le Pas-de-Calais », Revue du Nord, 344/2002.

28 Les informations de ce paragraphe et des deux suivants ont été recueillies à la FCG, (boîte 54 1 [RPF 571]), aux Archives départementales du Pas-de-Calais (dossier I W23 399/11).

29 Béthouart Bruno, « Le poids de la Résistance… », op. cit., p. 81.

30 Les informations des lignes suivantes proviennent de la FCG, boîte 54 1 bis [RPF 463].

31 Béthouart Bruno, « Le poids de la Résistance… », op. cit., p. 86.

32 Bonningues, demeurant à Saint-Léonard (canton de Samer,) a assisté à la rencontre nationale des jeunes RPF à Toulon en 1952 et il écrit souvent à Pierre Lefranc, secrétaire national aux Jeunes et aux étudiants. FCG boîte 54 1 bis [RPF 358].

33 Cf. Galland I., op. cit.

34 Archives municipales de Calais, 17 W 9.

35 Archives départementales du Pas-de-Calais 1 W 24 976. Guislin Jean-Marc, « D’une représentation parlementaire à l’autre : les députés du Nord et du Pas-de-Calais en 1956 et 1958 », Le Nord - Pas-de-Calais en 1958, Philippe Roger Éditeur, Villeneuve-d’Ascq, IRHiS - Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 – CEGES, 2009.

36 10,9 % des voix en novembre. 1946, 72 cotisations en 1947, d’après Béthouart Bruno, Le MRP dans le Nord - Pas-de-Calais 1944-1967, Dunkerque, éditions des Beffrois, Collection « Documents », 1984, p. 110-111.

37 FCG, boîte 54 1 [RPF 571].

38 Archives municipales de Calais, 17 W 7.

39 Jean Lacouture, Le politique, op. cit., p. 375.

40 Cf. Giblin-Delvallet [La région, territoires politiques. Le Nord - Pas-de-Calais, Au bout du tunnel, Paris, Fayard, 1990, p. 82-83] qui estime que les attentes des Calaisiens furent en grande partie déçues.

41 Archives départementales du Pas-de-Calais, 1 W 24 976.

42 Galland I, op. cit.

43 Tract du 13 mars 1959, reproduit dans Nord Littoral, cité par Galland I, op. cit., p. 128.

44 Béthouart Bruno, Le MRP dans le Nord - Pas-de-Calais 1944-1967, op. cit., p. 111.

45 Archives municipales de Calais, I 4 I 421.

46 Nord Littoral, le 26 février 1969, cité par Galland I, op. cit., p. 134.

47 Voir les tableaux et les courbes infra.

48 Les informations ont été recueillies dans les dossiers M 190, M 191, I W 7640, 7642, 14666, 16772 des Archives départementales du Pas-de-Calais, dans les Atlas électoraux Nord - Pas-de-Calais, op. cit., dans le mémoire de Honvault Richard, op. cit., p. 66, 91, 165, 200 et suivantes.

49 Atlas électoral Nord - Pas-de-Calais, 1973-1992, Bernard Ménager, Christian-Marie Wallon-Leducq Éditeurs, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 1993, p. 119.

50 Atlas électoral Nord - Pas-de-Calais, 1973-1992, Bernard Ménager, Christian-Marie Wallon-Leducq Éditeurs, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires de Lille, 1993, pages 18 et 25. Guislin Jean-Marc, « D’Alphonse de Lamartine à Jack Lang : les parachutages politiques sur le littoral du Nord et du Pas-de-Calais aux XIXe et XXe siècles », Se déplacer du Moyen âge à nos jours, Actes du 6e colloque européen de Calais, 2006-2007, Calais, Amis du Vieux Calais, 2008, p. 221-222.

Table des illustrations

Titre Résultats gaullistes en Calaisis
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/655/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Résultats gaullistes à Calais Ville
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/655/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Résultats gaullistes en Calaisis (Cantons de Calais Nord Ouest, Calais Sud Est, Ardres, Audruicq, Guînes) Pourcentage de voix par rapport aux inscrits aux élections législatives et présidentielles (en italiques)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/655/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Résultats gaullistes en Calaisis (Cantons de Calais Nord Ouest, Calais Sud Est, Ardres, Audruicq, Guînes) Pourcentage de voix par rapport aux inscrits aux élections législatives et présidentielles (en italiques)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/655/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Résultats gaullistes à Calais VillePourcentage de voix par rapport aux votants aux élections législatives et municipales (en italiques)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/655/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/655/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/655/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540