Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Gaulle, Vendroux, la Résistance dans le Nord de la France

 | 
Stéphane Curveiller

Le Gaullisme dans le Nord

Les visites officielles du général de Gaulle à Calais (1945-1966)

Magali Domain

Texte intégral

1Le général de Gaulle fut un homme politique qui voyagea énormément, en France comme à l’étranger, et qui, on le sait, aimait aller au-devant des Français, lors de ces fameux bains de foule qui ont contribué à forger à la fois son image et ce lien si puissant entre lui et le « peuple de France », lien dont les échos résonnent toujours si fort dans notre imaginaire collectif. Lors des divers voyages officiels qu’il effectua dans le Nord de la France, de Gaulle n’oublia pas Calais, ville qu’il découvrit pour la première fois lorsqu’il escorta les cercueils des vingt-deux victimes du naufrage du sous-marin Pluviôse le 22 juin 1910 – il était alors incorporé dans le 33² régiment d’Infanterie d’Arras. Surtout, onze ans plus tard, le 6 avril 1921, Charles de Gaulle à Calais épousa la Calaisienne Yvonne Vendroux – le mariage religieux étant célébré le 7 sous les voûtes de l’église Notre-Dame – d’où l’existence d’un rapport particulier entre le général et la cité des Six Bourgeois, rapport qualifié de manière récurrente dans la presse de l’époque de « sentimental ».

2Laissons de côté les voyages privés du général de Gaulle à Calais et sur la côte d’Opale, qui ont toujours revêtu un caractère intime et qui n’ont fait l’objet d’aucune publicité. Intéressons-nous uniquement aux déplacements publics qu’il y effectua, ce qui nous donne l’occasion de nous replonger dans une époque où le chef de l’état ainsi que son épouse refusaient tout étalage de leur vie personnelle, lors de leurs visites officielles ou, d’une manière générale, en ce qui concernait leur quotidien à l’Élysée. C’est pourtant à Calais, lieu emblématique de la formation de ce couple, que la presse a essayé plus qu’ailleurs de saisir l’image fugitive ou le petit mot trahissant l’affection que Charles et Yvonne se vouaient l’un pour l’autre.

3Le président de Gaulle, lorsqu’il se rendait officiellement en visite dans une commune française ou dans un pays étranger, faisait bien entendu de la communication. Le Général était en réalité, ce n’est plus à démontrer, un très grand homme de communication : pour preuve l’appel du 18 juin sur les ondes de la BBC, que peu de gens ont à l’époque écouté, mais dont tout le monde avait entendu parler ! Lors de ses déplacements, très médiatisés, il sait bien sûr que toutes les paroles qu’il pourra prononcer, tous les faits et gestes qu’il pourra accomplir, seront scrutés, commentés, disséqués car susceptibles de revêtir non seulement une portée politique, mais aussi un sens symbolique.

4En ce qui concerne ses visites officielles sur le territoire national, de Gaulle s’attacha à mettre en scène le lien l’unissant aux Français, à la fois pour en donner le spectacle et renforcer par là sa propre légitimité, mais aussi pour accroître le caractère quasi-fusionnel qu’il voulait lui donner. Force est de reconnaître que, sans négliger toute autopromotion mais loin de toute autoglorification, le général de Gaulle n’aspirait en communiquant qu’à une chose : transformer ses interventions publiques en « offices à la gloire de la France », dont il se vivait comme l’intercesseur, et imprimer profondément du même coup dans l’esprit des Français l’orientation de sa pensée politique en attendant d’eux une totale adhésion.

5Les trois visites officielles du général de Gaulle à Calais, en date de 1945, 1959 et 1966, nous permettent de saisir, un peu sous la forme d’instantanés, trois moments de la démarche politique d’un chef de l’état dont le destin fut si fortement lié à celui de la France. En 1945 il s’agit pour de Gaulle de redonner confiance dans le pays afin qu’il se relève fièrement de ses ruines ; en 1959 il s’agit de le rassurer face aux défis qui se présentent sur son chemin ; en 1966 il s’agit de célébrer son développement et sa modernité, en un mot cette fameuse grandeur que le général voulait tant lui rendre !

La visite du dimanche 12 août 1945

  • 1 Nord Littoral, numéro 197 du lundi 13 août 1945. Voir aussi La Voix du Nord du 13 août 1945.

6Voici comment le quotidien local Nord Littoral1 relatait la première visite officielle du président du GPRF à Calais, visite qui s’inscrivait dans une série de voyages en province qui avait débuté un an plus tôt :

Le matin en se réveillant, les Calaisiens et beaucoup d’autres braves gens eurent le sourire. Messire Soleil, pas sa présence radieuse, dissipait les craintes éprouvées quant au temps qui régnerait en cette journée dominicale destinée à compter pour des dizaines et des dizaines d’années dans le cœur de tous ceux qui vont y assister. Le Général de Gaulle parmi nous ! Nous allons mieux connaître l’homme qui, le 18 juin 1940, éleva la voix, alors que le Maréchal Pétain avait annoncé la capitulation française. à un moment où nous nous sentions personnellement abandonnée cette voix providentielle d’un seul coup recréa l’espérance dans des milliers de cœurs bouleversés.

7Mieux connaître l’homme du 18 juin, qui au départ n’était qu’une « voix providentielle »…

  • 2 Numéro paru le 23 décembre 1944, quelques semaines après la libération de Calais.

8En réalité, les lecteurs du Nord Littoral avaient découvert pour la première fois le visage de l’homme du 18 juin dans le tout premier numéro de leur quotidien2 Les Calaisiens, comme tous les Français, sont impatients de voir en chair et en os cet homme « providentiel » donc, et ce détail du ciel ensoleillé relevé par le journaliste semble être le signe annonciateur d’une visite qui se déroulera sous les meilleurs auspices. De fait, c’est un accueil triomphal qui est réservé au général de Gaulle à Calais. La foule est estimée par la presse à 35 000 personnes. Pour l’occasion, les habitants ont paré leurs fenêtres de centaines de drapeaux tricolores. Il a fallu remettre en état le grand Salon de l’Hôtel de Ville, dont certaines fenêtres ont été dévastées par le souffle de plusieurs obus ; des cantonniers ont posé des pavés à l’endroit où une bombe avait troué la chaussée dans l’avenue débouchant sur la place du Soldat Inconnu, venant de Calais Nord. Douze arcs de triomphe ont été érigés tout au long du boulevard Jacquard, chaque commune du Calaisis ayant son nom inscrit sur un panneau décorant l’arceau, Calais s’arrogeant l’arc le plus haut et le plus proche de l’hôtel de ville.

9Ce déplacement de de Gaulle à Calais s’inscrit dans une tournée de deux jours dans le Nord de la France ; deux jours pendant lesquels le président du GPRF visite tour à tour Saint-Pol, Bruay-en-Artois, Béthune, Bergues, Dunkerque, Calais, Boulogne et le Portel. La voiture présidentielle précédée d’une escorte motorisée débouche sur la place du Soldat Inconnu à 13h20. La foule est énorme et le service d’ordre à fort à faire. Jacques Vendroux, le frère d’Yvonne et donc beau-frère du général, est à l’époque maire provisoire de Calais. Il relate ainsi dans ses souvenirs la venue du général :

  • 3 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue, 1920-1957, Paris, Plon, 1974, p. 126-127.

J’entends d’abord un bruit sourd comme celui de la mer. La multitude qui me fait face se tait soudainement, l’oreille tendue vers le boulevard Jacquard. Là-bas, le bruit de la marée humaine grandit de seconde en seconde, on distingue maintenant les vagues d’acclamations qui déferlent, de plus en plus fortes. Quand l’auto du Général, encadrée de motards, débouche au coin des jardins, une immense clameur éclate comme un roulement de tonnerre. […] le Général traverse à pied la place, une suite nombreuse derrière lui. Sa haute silhouette domine ce qui l’entoure. Il avance lentement, remercie du geste, l’air heureux. Il passe en revue le détachement du 51° RI, salue le drapeau, écoute la Marseillaise dans le silence qui s’est fait ; puis la dernière note tombée, dans l’explosion des vivats qui monte à nouveau dans le soleil d’été, et se prolonge à perdre haleine, il se dirige vers le perron, dont je descends les marches à sa rencontre, beaucoup plus ému que je voudrais le paraître.3

10Le cortège pénètre à l’intérieur du bâtiment et, par l’escalier d’honneur, accède directement à la Salle des Mariages où se trouvent rangés les membres du Conseil Municipal de la ville et où le général signe le Livre d’Or. Il serre la main des personnalités calaisiennes, rangées par ordre protocolaire : membres des Comités de Résistance, Déportés politiques, représentants de la Chambre de Commerce… Jacques Vendroux prononce un discours introductif diffusé sur la place et le boulevard Jacquard par des haut-parleurs avant de céder la place au Général qui s’exprime en ces termes :

  • 4 Ibid., p. 129.

Je n’ai pas besoin de dire quelle émotion est la mienne de me trouver ici devant vous toutes et vous tous. […] Il y avait, bien sûr, quelques raisons personnelles, mais il y avait aussi des raisons nationales. Calais, dans cette guerre, a joué son rôle par sa souffrance, par la façon dont elle l’a supportée, par son courage et la manière dont elle l’a témoigné par ses morts, par ses déportés, par ses prisonniers aussi, qui n’ont jamais cessé de confesser à la France, et puis, par cette immense volonté d’un peuple tout entier, le Peuple que vous êtes ici, qui, jamais, n’a renoncé à l’avenir ni de Calais, ni de la Patrie (applaudissements). Tous et toutes vous avez profondément conscience de la tâche immense qui reste à accomplir. Où pourrait-on le savoir mieux qu’à Calais, une grande partie de la ville détruite, le port très abîmé mais l’espérance intacte et la volonté de refaire cette ville et ce port, et cette activité magnifique qui était la votre et que vous saurez reprendre et retrouver. Ce programme est celui de la France entière, et c’est pourquoi – puisque nous voyons que les Calaisiens sont résolus à mener leur tâche à bien – je vous dis que la France les y aidera (applaudissements). […] S’il m’est donné aujourd’hui de saluer Calais dans sa souffrance et dans ses ruines – mais aussi dans son espérance – je salue en même temps Calais dans son avenir, dans sa grandeur de demain, dans sa force, dans sa puissance, dans sa prospérité retrouvée, dans le bonheur de vous toutes et de vous tous qui êtes ses enfants (applaudissements). Et maintenant, faisons un référendum : Voulez-vous que nous chantions tous ensemble La Marseillaise.4

11La foule crie : « Oui, oui » ! Le Général entonne : la Marseillaise qui est reprise en chœur par une foule vibrante d’émotion.

12Remontant dans son automobile, il se rend ensuite au port qu’il inspecte en compagnie de René Mayer, ministre des Travaux Publics et des Transports. L’étendue des destructions est immense. En revenant vers la place de l’Hôtel de Ville par le pont Georges V, le général peut également constater que Calais-Nord n’est plus qu’un champ de ruines. On comprend mieux l’émotion qu’a suscité son discours : Calais est une ville qui a énormément souffert de la guerre et qui doit rapidement se relever de ses ruines, à l’image de la France toute entière. Le général fait une halte au pied du monument du Souvenir Français pour y déposer une gerbe et rendre ainsi hommage solennel aux morts de toutes les guerres. De nombreux détachements officiels sont massés autour du monument.

Le général de Gaulle arpente le boulevard Jacquard pour se rendre au théâtre municipal le 12 août 1945. (Photographie. Coll. privée. M. Domain)

13Cette cérémonie terminée, commence la traversée pédestre du boulevard Jacquard pour se rendre vers le Théâtre municipal, traversée attendue par la foule depuis des premières heures de la matinée. L’ovation des Calaisiens est délirante. Ce ne sont que des cris : « Vive de Gaulle », auxquels le libérateur de la France répond d’un geste d’ample salut, qui deviendra par la suite si familier à tous les Français. Si l’on regarde les photos de l’époque, on constate que le général descend l’artère calaisienne de la même façon qu’il a descendu les Champs-Élysées le 25 août 1944, dans une sorte de réitération symbolique. Ici, l’Arc de Triomphe a été remplacé par ces arcs dits de triomphe évoqués ci-dessus, consistant uniquement en un assez frêle panneau orné des armoiries de chaque commune et encadré par des piliers ornés de fleurs, de croix de Lorraine... Revêtu de son uniforme, De Gaulle apparaît ainsi à nouveau comme le Libérateur : sa silhouette, sa gestuelle s’inscrivent de manière indélébile dans la rétine des Calaisiens qui ne connaissaient jusqu’alors que sa voix et son visage à travers une photo. Il joue de manière magistrale de son charisme.

  • 5 Ibid., p. 132.

14Un déjeuner simple et rapide a lieu dans le foyer du théâtre municipal. Les nappes sont évidemment en dentelles de Calais. Avant de partir pour Boulogne-sur-Mer, le général fait une halte dans la résidence personnelle de Jacques Vendroux, et serre la main du personnel de son usine. Même si elle n’est sans doute pas absente des esprits voire des cœurs, Yvonne n’a pas fait partie de ce voyage officiel si marquant pour Calais. Le lien qui se tisse entre Calais et le général est donc un lien direct. L’attachement porté par les Calaisiens à la famille Vendroux se cristallise plutôt alors autour de la figure de Jacques, le frère d’Yvonne, qui raconte dans ses mémoires que c’est le général qui lui aurait glissé à l’oreille, ce 12 août 1945, l’idée de se présenter aux législatives d’octobre car il avait l’impression que « les Calaisiens l’aimaient bien »5. Jacques Vendroux sera effectivement élu député en 1945 et le restera jusqu’en 1955 – pour le redevenir, après une interruption, de 1958 à 1973.

  • 6 Nord-Matin du 13 août 1945.

15À l’occasion de cette visite, Calais fit tout pour se mettre en valeur. Citons cette déclaration à la presse de Maurice Schumann au journal Nord-Matin6 : « J’ai assisté à de nombreux déplacements du général de Gaulle. Jamais je n’ai vu de réception plus somptueuse et plus frénétique. J’ai été, de plus, frappé par l’association étroite des cantons de Calais. Cela confirme notre opinion que Calais doit être à la tête d’un arrondissement ». En effet, rappelons que Calais, contrairement à Boulogne-sur-mer, n’est alors pas encore sous-préfecture – mais seulement chef-lieu de canton. Calais sera érigée au rang de sous-préfecture en janvier 1962, grâce notamment aux efforts de Jacques Vendroux.

La visite du jeudi 24 septembre 1959

  • 7 Nord-Littoral du 25 septembre 1959 et La Voix du Nord du 25 septembre 1959.

16La deuxième visite officielle effectuée par le général de Gaulle à Calais, en date du jeudi 24 septembre 1959, prend place dans ce qu’on a appelé le « circuit présidentiel des routes du Nord ». Il est 11h577 lorsque, avec presque une heure de retard sur l’horaire fixé, la voiture présidentielle débouche sur le boulevard Jacquard où la foule est énorme. En effet, environ 60 000 Calaisiens attendent impatiemment de revoir le « grand homme » qui, suite aux troubles provoqués par la crise algérienne, est devenu le premier président de la Ve République – régime en vigueur depuis le 4 octobre 1958 et dont la constitution avait été approuvée le 28 septembre 1958 par 82,60 % des Français.

17Le président, habillé cette fois en civil, est accompagné de son épouse. Ils descendent en même temps de la voiture et sont accueillis par M. et Mme Jacques Vendroux, elle en deux-pièces de dentelle noire, lui en jaquette et écharpe tricolore : à cette date, Jacques Vendroux est à la fois député et maire de Calais. Le général se dirige rapidement vers les trottoirs et serre les mains innombrables qui se tendent vers lui cependant qu’une salve de bravos, d’applaudissements, de « vive de Gaulle ! » se fait entendre. Les cloches des différentes paroisses de la ville tintent à toute volée. Puis c’est la lente progression du cortège présidentiel – dans lequel on compte le ministre de l’intérieur Chatenet, et du ministre des Travaux Publics et des Transports Robert Buron ; on remarque aussi la présence d’Olivier Guichard – vers l’Hôtel de Ville dans un déploiement de drapeaux tricolores claquant au vent.

18Un dispositif similaire à celui de 1945 a été mis en place tout au long du boulevard Jacquard jusqu’aux alentours de l’Hôtel de Ville : douze arcs de triomphe décorés par les communes du canton de Calais ont été érigés. Au pied de chaque arc se tient le maire de la commune dont le nom est inscrit sur le panonceau. De Gaulle a un mot pour chacun. Arrivé à l’angle du parc Saint-Pierre, le général remonte en voiture et s’y tient debout. Accompagné de Jacques Vendroux et de leurs épouses respectives qui ont pris place dans une DS, il fait route vers Calais-Nord. Une première halte mène le cortège vers l’église Notre-Dame, toujours en ruines. Le port, en revanche, qui constitue le second point d’arrêt, a repris vie. À cette occasion, il salue des représentantes de l’association les Dames de la Halle qui perpétue les traditions courguinoises, ne serait-ce que dans le port du costume traditionnel. On repasse devant la place d’Armes qui elle, a été totalement reconstruite dans un style très moderne, en total contraste avec ce qu’elle était avant la guerre, pour retourner vers l’Hôtel de Ville. Mais auparavant, le Général, comme en 1945, tient à se recueillir devant le Monument du Souvenir devant lequel il dépose une croix de Lorraine fleurie pendant que la musique municipale joue la Marseillaise.

19C’est à travers une foule compacte et envahissante que le général doit se frayer un chemin pour pénétrer à l’intérieur de l’Hôtel de Ville qui fait face au Monument du Souvenir. Dans l’enceinte de la mairie, le général de Gaulle signe le Livre d’Or, et se voit présenter les différentes personnalités locales dans le grand salon. Jacques Vendroux note dans ses Mémoires :

  • 8 Jacques Vendroux, Ces grandes années que j’ai vécues (1958-1970), Paris, Plon, 1975, p. 67.

Je ne puis m’empêcher de sourire intérieurement à constater la duplicité de certains invités ès qualités dont l’activité passée a été orientée dans le sens d’un antigaullisme viscéral, et qui, aujourd’hui, prodiguent au général l’assurance de leur total dévouement. Leur hypocrisie durera sans doute encore quelques temps, mais pas leur dévouement.8

Le général de Gaulle s’adresse aux Calaisiens depuis le perron de l’Hôtel de Ville. Derrière lui, on reconnaît Yvonne de Gaulle. En bas, à gauche, Jacques Vendroux. (Photographie coll. Les Amis du Vieux Calais)

  • 9 Ce discours du général de Gaulle est visible sur le site de l’INA : http://www.ina.fr/video.

20Puis c’est le moment du grand discours adressé à la population dans son ensemble ; le Général se tient devant une tribune dressée sur le perron de l’Hôtel de Ville, il domine une foule immense, il est filmé et photographié par une horde de journalistes9. De Gaulle prend la parole pour une dizaine de minutes, d’abord pour rendre hommage à Calais, ville qui donne la preuve « de l’unité française. Voyez – dit de Gaulle – dès lors que nous sommes ensemble, il s’établit entre nous tous, une sorte d’accord, qui dépasse infiniment tout ce qu’il peut y avoir de divergences, de petites histoires entre Français, et qui nous rejoint tous sur une volonté commune. Une volonté commune, celle de faire de notre France une France plus prospère, plus forte et plus fraternelle ».

21Ces paroles en forme d’hommage à la ville de la Calais permettent de véhiculer un message très politique : la France a tourné la page des querelles partisanes de la IVe République, De Gaulle tend un miroir au peuple de Calais et de la France en général, et lui montre qu’il a le visage de l’unanimité ; dès lors, ce même peuple ne peut qu’acquiescer à cet appel à un élan collectif pour développer le pays. Puis de Gaulle en vient aux difficultés présentes, en particulier au « problème algérien ». Quelques jours auparavant, le Général s’était s’engagé à organiser le référendum sur l’autodétermination du peuple algérien. Il se justifie ainsi à Calais :

J’ai parlé l’autre jour du problème algérien, vous savez ce que j’en ai dit, je suis sûr d’avoir trouvé en disant ce que j’ai dit, l’accord profond de toute la France. Il faut que le problème algérien soit résolu comme la France doit savoir le faire et par le libre choix des habitants de l’Algérie. Je suis sûr d’ailleurs que c’est la meilleure voix pour eux et pour la France.

22Il n’en dit pas plus, sans doute pour ne pas rompre le bel unanimisme que sa venue semble susciter, pour embrayer directement sur un discours tourné vers un avenir économique et social plein de promesses :

Sur la base que nous avons établie, la base de stabilité politique, économique, financière, monétaire, nous avons des progrès à faire. Avant tout nous avons à faire avancer notre progrès social, il nous intéresse tous, en réalité au même titre, car un pays divisé, c’est un pays blessé, et un pays blessé c’est un pays malheureux et menacé. Au fur et à mesure que notre expansion nouvelle va se développer, il faut que tout le monde en profite, il faut que le progrès de tous soit lié au progrès de la France.

23Toujours en prise avec l’actualité, de Gaulle évoque un « monde dangereux », celui de la guerre froide. Il rappelle que la France a pour particularité de n’avoir « ni vis-à-vis de l’Est, ni vis-à-vis de l’Ouest, aucune revendication, aucune prétention, aucune ambition territoriale ». Il ajoute que la France « ne croit pas que les régimes soient ce qu’ils sont pour toujours, qu’elle en a vu elle-même passer tant et tant, qu’avant tout, elle pense que le monde est fait de peuples, que ces peuples sont immortels, qu’on ne les enterre jamais, et que c’est entre ces peuples que doivent s’établir l’entente et la coopération ». Le Général termine en proclamant que la France « a un rôle éminent à jouer dans la grande confrontation des peuples qui va se produire tôt ou tard, dont pourrait sortir la guerre, c’est-à-dire la mort pour tous, mais d’où, je le crois, sortira la paix ». Ainsi, le chef d’état esquisse ce que sera l’un des axes de sa politique internationale consistant à défendre farouchement l’indépendance de la France dans un monde déchiré entre deux blocs.

24Son allocution se termine par la reprise en chœur avec la foule de la Marseillaise, mais avant de disparaître du regard des spectateurs, il ramène à ses côtés, pour une dernière salve d’applaudissements, la « première Dame de France » apparemment un peu gênée, qui était restée discrètement derrière son mari tout au long de son discours. Faut-il rappeler qu’Yvonne Vendroux était surnommée par la presse « l’Effacée de l’Élysée » en raison de son retrait volontaire de la vie publique ?

25Après avoir dégusté un filet de turbot à la gelée au champagne et aux crevettes de Calais à l’hôtel Meurice, le général se rend à l’usine de textiles artificiels des « Filés de Calais » où il inspecte les ateliers et salue les 2 500 ouvriers avant de repartir pour Arras vers 15 heures. Yvonne de Gaulle ne rejoindra son mari que dans la soirée. Elle se recueille au cimetière de Coulogne sur la tombe familiale puis, en marge du protocole, visite en compagnie de l’épouse de Jacques Vendroux la Maternité de la rue Verte (qui avait été inaugurée en 1952) et l’Asile des Petites Sœurs des Pauvres situé quai de l’Yser. En cette occasion, sa présence sort donc, et c’est exceptionnel, quelque peu de son caractère officieux. À la maternité, l’épouse du Général remet des layettes à trois jeunes mamans et visite le local réservé aux prématurés, dont elle loue l’agencement. Elle est ensuite accueillie avec émotion par les personnes âgées vivant sous le toit de l’Asile des Petites Sœurs des Pauvres. Par ces deux visites, la discrète Yvonne de Gaulle laisse clairement transparaître ses convictions chrétiennes, mais s’abstient de toute déclaration aux journalistes ; seuls quelques clichés nous restent de ces moments assez rares, où l’épouse du général se trouve au centre de l’événement.

La dernière visite à Calais (25 avril 1966)

  • 10 Cette visite a été relatée par Nord-Matin, La Voix du Nord, Nord-Littoral dans leur édition du 26 (...)

26La troisième et dernière visite du général de Gaulle à Calais date du 25 avril 196610. Il est au début de son second septennat. À nouveau une journée ensoleillée pour un très bref séjour – on pourrait dire même une visite-éclair – qui prend place dans le cadre d’une tournée de quatre jours dans le Nord de la France. En effet, précédé de quatre hélicoptères, le général de Gaulle qui arrive de Dunkerque se pose à Calais, vers 11heures du matin, avec quelques minutes de retard sur le programme officiel. Un peu plus de trois heures plus tard, il reprenait place dans son Alouette III et repartait en direction de Lille. Sur ces trois heures, il en passa une et demie chez le couple Vendroux où, avec quelques jours de retard, il célébra dans l’intimité ses noces de vermeil. Le laps de temps restant est consacré par le général de Gaulle et sa suite à une véritable « course contre la montre » puisque, pendant cette heure et demie, le chef de l’état se rend au stade du Souvenir où les personnalités calaisiennes et du Calaisis lui sont présentées, à la piscine municipale, à l’église Notre-Dame. Ceci, avant de gagner le domicile des Vendroux. À l’issue du déjeuner il a encore le temps de se rendre au collège d’enseignement technique de l’avenue Blériot puis jusqu’à la plage où se place le moment le plus spectaculaire de la visite : une courte et rapide sortie en mer à bord d’un aéroglisseur.

27À sa descente d’hélicoptère, sur le terre-plein du bassin Ouest, le général de Gaulle retrouve Yvonne de Gaulle qui a préféré gagner Calais par la route. À ses côtés, son frère, Jacques Vendroux qui est toujours le député-maire de Calais accompagné de son épouse, et qui sont là pour accueillir leur illustre parent. Avant de monter dans la voiture présidentielle, le général de Gaulle se rend immédiatement dans la foule pour y serrer des mains et y recueillir les premiers « Vive de Gaulle » !

28Cinq minutes plus tard, il arrive au stade du Souvenir où l’on accède par un pont très étroit permettant le passage d’une seule voiture. Il félicite l’architecte à qui l’on doit ce stade, tout juste achevé, admire les fortifications qui enserrent les installations sportives. Toutes les personnalités calaisiennes sont là, conseil municipal en tête. Il donne une centaine de poignées de main, avant de remonter en voiture pour aller jusqu’à la piscine municipale, autre ensemble moderne qui contient certainement l’un des plus beaux bassins couverts de tout le département. À la piscine Ranson donc, qui avait été inaugurée en 1963 par le Secrétaire d’État à la Jeunesse et aux Sports Maurice Herzog, le chef de l’État ne fait pas une halte plus prolongée. Après avoir assisté à quelques évolutions de nageurs calaisiens, il ressort du bâtiment, acclamé par la foule. Le cortège reprend sa course dans Calais-Nord, partie entièrement reconstruite de la ville.

  • 11 J. Vendroux, op. cit.

29Stade et piscine modernes, un Calais-Nord totalement rebâti… ces étapes symbolisent le renouveau de la France : de Gaulle souhaite à l’évidence mettre en lumière le développement du pays. Las ! Quand le cortège arrive à hauteur de l’église Notre-Dame, aux alentours de treize heures, ce sont encore des ruines qui s’offrent au regard du couple présidentiel. Les travaux de reconstruction traînent lamentablement : seuls le toit et le clocher de l’édifice ont été restaurés. Le couple de Gaulle ne laisse percer aucune émotion. À ses côtés se trouve Mgr Evrard, ancien archiprêtre de Calais, qui fut aussi compagnon d’armes du chef de l’État. Le groupe parcourt la nef encore encombrée de gravats, où gît une grosse cloche de bronze. Le président de la République écoute les explications de l’architecte chargé de la reconstruction. Il mesure l’ampleur de cette œuvre et s’exclame : « Elle revient de loin ! ». Jacques Vendroux raconte dans ses Mémoires qu’il fit remarquer à son beau-frère qu’André Malraux, ministre responsable du patrimoine, ne se montrait pas très généreux pour l’église de Calais11 ! On sait que la reconstruction de Notre-Dame de Calais, en 2011, n’est pas terminée… Ce petit pèlerinage qualifié de « sentimental » par la presse apporte donc une touche quelque peu assombrie au tableau rutilant d’une France moderne, résolument tournée vers l’avenir en révélant que les traces douloureuses du passé n’ont pas été complètement effacées.

Le couple de Gaulle visite l’église Notre-Dame toujours en ruines le 25 avril 1966. (Coll. Les Amis du Vieux Calais)

30Devant l’église, deux à trois cents personnes font une belle ovation à de Gaulle mais aussi à « tante Yvonne » ! Nouveau bain de foule puis parcours en voiture jusqu’au domicile de M. et Mme Vendroux boulevard Lafayette, le général se levant ici et là dans sa voiture pour adresser son célèbre salut des deux mains à la foule massée en quelques points. Après un déjeuner dans l’intimité – tandis que les ministres Frey et Marcellin, le préfet et les autres personnalités prennent leur repas à l’hôtel Meurice – le chef de l’État accomplit une brève visite au collège d’enseignement technique de l’avenue Louis Blériot.

31Puis direction la plage où, sur le sable, sont posés deux aéroglisseurs ou hovercrafts appartenant à une compagnie anglo-suédoise… mais le général avait auparavant consenti à expérimenter ce nouveau mode de transport si les drapeaux étrangers restaient discrets. Un plancher a été disposé jusqu’au Sure dont Yvonne Vendroux est la marraine depuis quelques jours. Le général de Gaulle doit se baisser un peu pour y pénétrer. Il est suivi de quelques personnalités dont son épouse. « L’autobus des mers » dont l’hélice aérienne de propulsion tournait depuis déjà un quart d’heure, se lève sur son coussin d’air, glisse sur le sable et file vers la mer, bientôt rejoint par un second hovercraft qui a fait le plein de journalistes. Au large croise une vedette de l’Inscription Maritime. Cette sortie en mer ne dure pas plus de six minutes sur un plan d’eau parfaitement calme. À sa descente, le général de Gaulle confie, en anglais, au représentant de la compagnie qui en assure l’exploitation : « je vous félicite, c’est intéressant, merci, bonne chance ».

32La visite-éclair du chef de l’État à Calais est arrivée à son terme. En bordure de la digue, l’hélicoptère présidentiel est là. Après d’ultimes saluts aux personnalités, le général de Gaulle prend son envol pour Saint-Omer à 15h30. Il ne se s’est pas adressé à la foule calaisienne comme les deux fois précédentes ; si sa présence a déclenché un enthousiasme indéniable, on est toutefois loin de l’accueil délirant de 1945 et des ovations frénétiques qui lui ont été réservées en 1959. Faut-il y voir l’indice d’une « fin de règne » ?

33Yvonne ne l’accompagne pas immédiatement à Saint-Omer car elle consacre une partie de son après-midi à la visite de la crèche municipale de la rue de Chantilly où une cinquantaine de nourrissons sont choyés ; le bâtiment a fait l’objet d’une rénovation. Une nouvelle fois, en marge du protocole, l’épouse du général montre son intérêt pour les valeurs de la famille mais de manière non ostentatoire.

Stèle en l’honneur du couple de Gaulle, élevée près de l’église Notre-Dame de Calais. (cliché M. Domain. Coll. privée)

34Ce déplacement officiel du couple de Gaulle fut le dernier avant le référendum du 27 avril 1969 marquant le départ définitif du pouvoir du Général. Aujourd’hui, le souvenir du couple de Gaulle à Calais reste vivant, notamment à proximité de l’église Notre-Dame, où une stèle inaugurée le 10 septembre 1995 par l’amiral Philippe de Gaulle et Elisabeth de Boissieu (née de Gaulle), rappelle leur union, scellée en ces lieux.

Notes

1 Nord Littoral, numéro 197 du lundi 13 août 1945. Voir aussi La Voix du Nord du 13 août 1945.

2 Numéro paru le 23 décembre 1944, quelques semaines après la libération de Calais.

3 Jacques Vendroux, Cette chance que j’ai eue, 1920-1957, Paris, Plon, 1974, p. 126-127.

4 Ibid., p. 129.

5 Ibid., p. 132.

6 Nord-Matin du 13 août 1945.

7 Nord-Littoral du 25 septembre 1959 et La Voix du Nord du 25 septembre 1959.

8 Jacques Vendroux, Ces grandes années que j’ai vécues (1958-1970), Paris, Plon, 1975, p. 67.

9 Ce discours du général de Gaulle est visible sur le site de l’INA : http://www.ina.fr/video.

10 Cette visite a été relatée par Nord-Matin, La Voix du Nord, Nord-Littoral dans leur édition du 26 avril 1966.

11 J. Vendroux, op. cit.

Table des illustrations

Légende Le général de Gaulle arpente le boulevard Jacquard pour se rendre au théâtre municipal le 12 août 1945. (Photographie. Coll. privée. M. Domain)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/652/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Le général de Gaulle s’adresse aux Calaisiens depuis le perron de l’Hôtel de Ville. Derrière lui, on reconnaît Yvonne de Gaulle. En bas, à gauche, Jacques Vendroux. (Photographie coll. Les Amis du Vieux Calais)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/652/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Le couple de Gaulle visite l’église Notre-Dame toujours en ruines le 25 avril 1966. (Coll. Les Amis du Vieux Calais)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/652/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Légende Stèle en l’honneur du couple de Gaulle, élevée près de l’église Notre-Dame de Calais. (cliché M. Domain. Coll. privée)
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/652/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 165k

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540