Version classiqueVersion mobile

Europe et traduction

 | 
Michel Ballard

Ernst Jünger, Sur les falaises de marbre – Quelques refléxions sur la traduction française d’un chef-d’œuvre de la littérature allemande

John Desmond Gallagher

Texte intégral

0. Introduction

1En 1939, juste avant le début de la seconde guerre mondiale, l’écrivain allemand Ernst Jünger fit paraître un roman allégorique intitulé Auf den Marmorklippen. Ce récit hautement original, qui marque un sommet dans l’art de Jünger, fut interprété aussitôt comme une critique acerbe de l’hitlérisme. L’action se déroule dans un pays mythique où s’affrontent le Bien et le Mal, le Mal étant représenté en l’occurrence sous les traits du sombre et sinistre grand Forestier.

2Auf den Marmorklippen connut d’emblée une diffusion considérable non seulement en Allemagne, mais aussi à l’étranger. En 1942 parut aux Editions Gallimard une traduction française intitulée Sur les falaises de marbre. Cette traduction, due à la plume de l’écrivain français Henri Thomas (1912-1993), reçut l’approbation de Jünger, qui la qualifia de « vorzüglich » (Jünger 1992 : 141). Visant à la perfection formelle, elle fait encore autorité de nos jours.

3Cela étant, il y a lieu d’attendre qu’une analyse approfondie de la traduction française du roman de Jünger apporte des éclaircissements utiles pour la pratique de la traduction allemand-français. Dans l’exposé qui va suivre, je me propose donc de fournir quelques précisions sur les stratégies de traduction mises en œuvre par Henri Thomas.

1. Le niveau lexical

4Pour entrer dans le vif de mon sujet, je commencerai par aborder les problèmes lexicaux que Thomas a dû affronter au cours de son travail.

5Il faut savoir que Jünger est un immense artiste qui manie le langage avec une maîtrise technique exemplaire. Son vocabulaire est très riche, et il émaillé volontiers son style de mots pittoresques qui frappent l’imagination et émeuvent la sensibilité. Soucieux de rester fidèle à ce style chatoyant, Thomas traduit en règle générale avec toute la méticulosité d’un horloger et tout le raffinement d’un artiste. Cependant, un examen attentif du texte français permet de constater que Thomas a parfois quelques difficultés à rendre correctement les très nombreux termes de botanique et de zoologie utilisés par Jünger. Prenons rapidement quelques exemples :

6– Le mot Judenkirsche (Jünger 1992 : 11) a été rendu par arbre de Judée (Jünger 1993 : 18). Or, le terme arbre de Judée (synonyme de gainier) se traduit par Judasbaum et désigne un arbre d’ornement dont les fleurs roses apparaissent par bouquets sur le tronc et les branches. Thomas aurait dû traduire Judenkirsche par physalis, alkékenge ou coqueret, car la plante ornementale décrite par Jünger est une solanacée qui ne ressemble guère à l’arbre de Judée.

7– Siegwurzrispe (Jünger 1992 : 60) a été traduit par gladiole (Jünger 1993 : 84). A l’évidence, Thomas a bien compris le mot Siegwurz, qui est synonyme de Gladiole, mais il a cru bon de forger un mot nouveau au lieu d’employer le terme usuel (glaïeul). Le terme Rispe, par contre, n’a pas été traduit. Sans doute Thomas ignorait-il que le vocable en question désigne une panicule (des fleurs en grappe ou en épi).

8– Au chapitre 13 de la traduction française, on lit :

(la) Il connaissait aussi l’endroit où poussent les rares orchidées, celle qui fleurit dans les buissons avec l’odeur d’un bouc, celle dont la lèvre est formée comme un corps humain, celle dont la fleur est semblable à l’ œil d’une panthère. (Jünger 1993 : 78)

9Cette phrase est d’une belle venue, mais elle ne correspond pas tout à fait à la phrase de départ. En effet, le texte allemand porte :

(1 b) Auch kannte er Standorte rarer Arten – wie der Riemenzunge, die in den Büschen mit Bocksgeruch erblüht, des Ohnhorns, dessen Lippe in Form des Menschenleibes gebildet ist, und einer Ragwurz, deren Blüte dem Pantherauge gleicht. (Jünger 1992 : 56)

10La confrontation de la traduction française avec le texte d’origine permet de constater deux différences notables. Primo, le traducteur a substitué l’hyponyme orchidée à l’hyperonyme Art (espèce). Secundo, il a remplacé les trois termes de botanique (Riemenzunge, Ohnhorn et Ragwurz) par le pronom démonstratif celle. Nul doute qu’il ait eu du mal à trouver les équivalents français des trois mots en question.

11– Enfin, au chapitre 3, il met en œuvre une stratégie analogue en rendant le mot Segelfalter (Jünger 1992 : 12) par un groupe périphrastique constitué d’un terme générique précédé d’une épithète :

(2) De vastes papillons entraient dans le jardin, assaillant les fleurs ouvertes (...). (Jünger 1993 : 19)

12Thomas emploie un certain nombre d’archaïsmes susceptibles d’entretenir l’atmosphère moyenâgeuse du récit. Une glane rapide nous permet de récolter : choir (Jünger 1993 : 41), muscadin (Ibid. : 67), veneur (Ibid. : 69), argousin (Ibid. : 70), nécromant (Ibid. : IG), faire ribote (Ibid. : 72), ardre (Ibid. : 162), ouïr (Ibid. : 171), courir sus à qn (Ibid. : 150, 183). Cependant, force est de constater que la langue de Thomas est souvent nettement moins archaïque que celle de Jünger, qui affectionne des mots désuets ou obsolescents tels que Sommet (Jünger 1992 : 14), Morselle (Ibid. : 21), ridikül (Ibid. : 25), Meintat (Ibid. : 38), Konsulent (Ibid. : 39), Tannicht (Ibid. : 50), Genist (Ibid. : 50), Profos (Ibid. : 50), Büttel (Ibid. : 50), Neidlingswerk (Ibid. : 51) et Eidam (Ibid. : 128). Au chapitre 19, il utilise même le mot Kraspeln (Jünger 1992 : 84), qui appartient au fonds lexical du moyen-haut-allemand.

13Les régionalismes, quant à eux, sont invariablement traduits par des mots appartenant au français standard. Ainsi, Torkel (Jünger 1992 : 6) est rendu par pressoir (Jünger 1993 : 11), vespern (Jünger 1992 : 47) par manger (Jünger 1993 : 66) et Scheuer (Jünger 1992 : 82) par hangar (Jünger 1993 : 116).

14Pour être complet, il convient d’ajouter que Thomas achoppe parfois sur des mots et des expressions appartenant au stock disponible de l’Allemand moyennement cultivé. Quelques exemples :

15– L’expression idiomatique wie es im Buche steht (typique) a été rendue presque mot à mot :

(3a) das Waldgelichter, wie es im Bûche steht (Jünger 1992 : 47)
(3b) la gent des forêts, telle que les livres la dépeignent (Jünger 1993 : 66)

16– Même remarque pour la locution bei Nacht und Nebel, qui se traduit ordinairement par secrètement, clandestinement ou à la faveur de la nuit (mais non à la faveur de la nuit et du brouillard) :

(4a) die Bewohner wurden bei Nacht und Nebel abgefuhrt. (Jünger 1992 : 48)
(4b) les habitants étaient enlevés à la faveur de la nuit et du brouillard. (Jünger 1993 : 67)

17– Même erreur de la part de Thomas dans la phrase suivante où l’on sent le texte d’origine sous la traduction :

(5) Son cœur s’ouvrait seulement quand sur la ruine des villes les mousses et le lierre verdissaient (...). (Jünger 1993 : 68)

18Ici, le traducteur a calqué l’expression allemande Ihm ging das Herz (...) auf (Jünger 1992 : 49). Il serait sans doute plus idiomatique de dire Son cœur se réjouissait ou bien tout simplement Il se réjouissait.

19– Au chapitre 12, Thomas a fait un contresens sur Vogelfreiheit. Voici le texte allemand :

(6a) Dort hauste wie in Albenhöhlen in Vogelfreiheit eine dunkle Brut. (Jünger 1992 : 50)

20Le traducteur français, qui de toute évidence ignorait que vogelfrei signifie « hors la loi », a cédé à la tentation de broder :

(6b) Là vivait, comme au fond des cavernes, une sombre engeance aussi libre que l’oiseau, aussi menacée également. (Jünger 1993 : 70).

21– Au chapitre 13, le substantif Matte, qui signifie « alpage », a été incorrectement traduit par nappe :

(7a) Von der Terrasse sahen wir ganz in der Ferne die Bodenalp als eine blaue Matte, die tief im Meer der Gletscherzacken verborgen war (...). (Jünger 1992 : 54).
(7b) De notre terrasse, nous apercevions au fond de l’horizon les Chaumes de Bodan, nappe bleuâtre enfouie dans la mer des pics neigeux (...). (Jünger 1993 : 76)

22– Au chapitre 19, le traducteur a commis un gros contresens sur l’expression sich an etwas nicht kehren, qui signifie « ne pas se soucier de qch » ou « ne pas faire attention à qch » :

(8a) Wir pürschten also, ohne uns an den Kuckucksruf zu kehren, wieder bis an den kleinen Hügel vor (...). (Jünger 1992 : 85)
(8b) Une fois encore, sans nous tourner à l’appel du coucou, nous nous frayâmes un chemin jusqu’à la colline basse (...). (Jünger 1993 : 118).

2. Le niveau syntaxique

23Venons-en maintenant aux délicats problèmes posés par la syntaxe du texte d’origine. Jünger a porté à un très haut degré l’art de la prose poétique, et la principale puissance de sa langue, la force qui transmet et amplifie l’effet de son vocabulaire et de ses images, c’est son rythme. Ceci impose une première obligation au traducteur : soigner avant tout sa phrase dans le sens rythmique.

24Prenons un exemple caractéristique :

(9a) Erinnerungen herrlicher Morgenstunden stiegen in mir auf, in denen wir bei der Vorhut vor unseren Zügen ritten und hinter uns in kühler Frühe der Chor der jungen Reiter klang. (Jünger 1992 : 106)

25Cette phrase, habilement agencée, chante à l’oreille, la deuxième proposition relative étant constituée de deux octosyllabes.

26Voici la traduction de Thomas :

(9b) En moi s’éveillaient les souvenirs de magnifiques heures matinales, où nous chevauchions à l’avant-garde de nos colonnes, tandis que derrière nous, dans la fraîcheur de l’aube, s’élevait le chant des jeunes cavaliers. (Jünger 1993 : 145-146)

27Bien que le moule syntaxique dans lequel sont coulées les idées traduites ne soit pas identique à celui de la phrase de départ, cette traduction produit le même effet que l’original. Faute d’avoir pu restituer intégralement la qualité prosodique de l’allemand, Thomas a disposé les trois derniers groupes de mots par masses croissantes, de façon à assurer à la phrase une chute suffisamment étoffée.

28Considérons maintenant un deuxième exemple tiré du même passage :

(10a) Wir zogen in die Lemurenwälder ohne Menschenrecht und – Satzung, in denen kein Ruhm zu ernten war. Und ich empfand die Nichtigkeit von Glanz und Ehre und große Bitterkeit. (Jünger 1992 : 106)

29Ici, comme dans l’exemple précédent, c’est la recherche d’une certaine qualité rythmique qui dicte les choix syntaxiques. On notera l’octosyllabe (ohne Menschenrecht und -satzung), l’hexamètre (Und ich empfand die Nichtigkeit von Glanz und Ehre) et surtout le trimètre final (und grofte Bitterkeit). Ce trimètre brise le rythme dominant, créant un effet de cadence mineure, évocateur de l’amertume ressentie par le narrateur.

30Voici la traduction française de ce passage :

(10b) Nous nous enfoncions dans les forêts des Lémures qui sont sans droit et sans ordre humains, et chez qui nulle gloire ne se pouvait cueillir. Et j’éprouvais la vanité de tout éclat, de tout honneur, et une grande amertume m’emplissait. (Jünger 1993 : 146)

31Dans le souci de préserver, autant que faire se peut, le rythme de l’allemand, Thomas emploie plusieurs artifices ingénieux :

  • La répétition de la préposition sans (sans droit et sans ordre humains) rehausse le ton solennel de la première phrase.

  • Un alexandrin donne à la deuxième phrase une musicalité particulière (Et j’éprouvais la vanité de tout éclat). Effet renforcé par l’effacement de la conjonction de coordination et par la répétition de l’adjectif tout (de tout honneur).

  • Enfin, le rythme anapestique de la dernière proposition traduit bien le sentiment d’amertume éprouvé par le narrateur (et une grande amertume m’emplissait).

32Cela dit, force est de convenir que, dans l’ensemble, la prose de Thomas est nettement moins cadencée que celle de Jünger. Il suffit pour s’en convaincre de lire à haute voix le passage où le narrateur décrit la destruction des temples :

(11a) Ich sah die Giebelfirste der Säulentempel in roten Strahlen leuchten, und von den hohen Sockeln neigten sich mit Schild und Speer die Götterbilder nieder und sanken lautlos in die Glut. (Jünger 1992 : 126)

33Voici la traduction française :

(11b) Et je vis aussi le fronton des temples s’éclairer de rouges lueurs, et du haut de leur socle les statues des dieux s’inclinaient avec le bouclier et la lance et le brasier les recevait sans bruit. (Jünger 1993 : 172)

34Cependant, si Thomas ne parvient pas toujours à rythmer sa prose selon les meilleures règles de l’art, il ne fait pas de doute qu’il ne soit rompu à tous les procédés habituellement mis en œuvre en vue de résoudre les problèmes posés par les décalages syntaxiques entre l’allemand et le français. Ainsi, l’adjectif épithète allemand est souvent transposé en nom abstrait français.

35Exemples :

Syntagme nominal allemand

Traduction française

die lüstemen Vôgel (6)

la convoitise des oiseaux (11)

die silbergrünen Rautenbüsche (11)

la verdure argentée des buissons de ces plantes qu’on nomme rues (18)

im grünen Wiesengrund (41)

dans la verdure des prairies (57)

die trunkenen Gäste (44)

l’ivresse des convives (62)

im tiefen Tannicht (50)

dans la profondeur des bois (70)

in kühler Frühe (106)

dans la fraîcheur de l’aube (146)

Les chiffres renvoient aux éditions citées en bibliographie.

36Ce genre de transposition permet de donner au texte français une coloration impressionniste, la qualité des personnes et des objets étant conçue avec tant d’intensité qu’elle renvoie au second plan les porteurs des qualités (cf. Godin 1948 : 12-14 ; Wartburg 1958 : 242).

37On notera également la façon dont Thomas a résolu les problèmes posés par les syntagmes prépositionnels en position initiale. Prenons deux exemples typiques :

(12a) Aus solchen Zeichen ließ sich erraten, was von dem Alten, der tief in seinen Wäldern lauerte, noch zu erwarten war. (Jünger 1992 : 49)
(12b) Le spectacle de tels temps laissait prévoir ce qu’on était en droit d’attendre encore de la part du vieux, aux aguets dans ses profondes forêts. (Jünger 1993 : 68)
(13a) Aus Spuren, die sowohl den Boden um die Feuerstätten als auch das Innere der üblen Höhle zeichneten und die ich nicht schildern will, war zu erraten, daß die Lemuren hier eines ihrer schauerlichen Feste abgehalten hatten, dessen Nachglanz noch auf dem Orte lag. (Jünger 1992 : 118-119)
(13b) Des traces qui parsemaient aussi bien le sol autour des feux que l’intérieur de l’antre abject, et que je ne veux point décrire, donnaient à penser que les Lémures avaient célébré l’une de leurs fêtes effroyables, dont les lieux portaient encore le reflet. (Jünger 1993 : 162)

38Dans un cas comme dans l’autre, le traducteur, désireux de préserver dans la mesure du possible la structure informationnelle de l’énoncé, a transformé en sujet le nom introduit par la préposition :

Aus solchen Zeichen -> Le spectacle de tels temps

Aus Spuren -> Des traces

39Nous avons affaire ici à un genre de réagencement syntaxique qui a déjà été étudié par divers spécialistes de la traduction allemand-français (voir p.ex. Truffant 1983 : 279-282 ; Blumenthal 1987 : 11-12).

40Enfin, on ne saurait passer sous silence la façon dont Thomas utilise des tournures appositives pour rendre avec simplicité et élégance les propositions relatives où le pronom relatif deren est précédé par une préposition (p.ex. um ou in). Deux exemples suffiront pour clore cette section :

(14a) Dann wieder Burgen, auf hohen Felsenspitzen eingenistet, und Klöster, um deren dunkle Mauerringe das Licht in Karpfenteichen wie in Spiegeln funkelte. (Jünger 1992 : 34)
(14b) Puis c’étaient de nouveau des châteaux, nichés sur de hautes pointes rocheuses, et des cloîtres, sombres anneaux de murailles autour desquels dans les étangs à carpes la lumière scintillait comme sur des miroirs. (Jünger 1993 : 48)
(15a) So taten wir wohl recht, den Händeln auszuweichen, bei denen Ruhm nicht zu gewinnen war, und friedlich an die Marina zurückzukehren, um an den leuchtenden Gestaden uns den Blumen zuzuwenden, in deren flüchtig bunten Zeichen das Unveränderliche ruht wie in geheimer Bilderschrift und die den Uhren gleichen, auf denen stets die rechte Stunde zu lesen ist. (Jünger 1992 : 55)
(15b) Sans doute avions-nous bien raison de nous éloigner des querelles dont aucune gloire ne pouvait sortir, et de revenir à la paix de la Marina, pour donner sur ces rives lumineuses toute notre attention aux fleurs, signes éphémères, aux mille couleurs, qui recèlent l’immuable comme en de secrets caractères et ressemblent aux cadrans où toujours on peut lire l’heure exacte. (Jünger 1993 : 77)

3. Le niveau transphrastique

41Passons maintenant au niveau transphrastique.

42Dans l’ensemble, la traduction française se lit très agréablement puisque Thomas s’efforce toujours de donner à son texte le plus de cohérence possible en enchaînant logiquement ses phrases conformément à la norme linguistique française.

43Lorsqu’il estime qu’un agencement différent est plus conforme à la fluidité de la langue d’arrivée, il n’hésite pas à relier deux énoncés séparés par un point dans le texte d’origine, ainsi qu’en fait foi l’exemple suivant, où l’élément de liaison So kommt es, daß donne lieu à une traduction par tant il est vrai que :

(16a) Da sieht man die Schwachen schon weichen, wenn kaum die ersten Nebel brauen, doch selbst die Kriegerkaste beginnt zu zagen, wenn sie das Larvengelichter aus den Niederungen auf die Bastionen emporgestiegen sieht. So kommt es, daß Kriegsmut auf dieser Welt im zweiten Treffen steht ; und nur die Höchsten, die mit uns leben, dringen bis in den Sitz des Schreckens ein. (Jünger 1992 : 85)
(16b) On voit les faibles déjà céder, quand les premiers brouillards à peine s’élèvent, mais la caste des guerriers elle-même est prise d’hésitation, lorsqu’elle voit le peuple des larves monter des profondeurs à l’assaut de ses bastions, tant il est vrai qu’en ce monde le courage guerrier n’est guère que de second rang et les plus grands seulement d’entre nous pénètrent jusqu’au foyer même de l’épouvante. (Jünger 1993 : 117)

44Une tendance à augmenter la cohésion discursive se manifeste ici ou là, comme dans l’exemple suivant :

(17a) Die beiden Meuten waren des Alten Stolz (...). (Jünger 1992 : 104)
(17b) Ces deux meutes étaient l’orgueil du vieillard (...). (Jünger 1993 : 143)

45Dans ce cas précis, c’est l’élément de reprise qui nous intéresse, car le traducteur a rendu l’article défini allemand (die) par un adjectif démonstratif français (ces) afin d’établir un enchaînement de pensée plus étroit avec l’alinéa précédent, qui comporte une description des deux meutes en question.

46Il est à remarquer que Thomas ne se borne pas à modifier, de façon ou d’autre, les éléments de liaison figurant déjà dans le texte allemand. En effet, il est parfois amené à ajouter des connecteurs inter-énoncés pour expliciter des relations qui restent implicites dans le texte d’origine. Exemple :

(18a) Und in der Tat schien es in großer Übermacht, denn wir vernahmen die frechen Lieder der Schelmenzünfte nah und fern. Dicht vor uns lärmten die von La Picousière. (Jünger 1992 : 108)
(18b) Et le fait est qu’elle semblait nous être bien supérieure car nous entendions les refrains impudents des corporations de gredins, tantôt près de nous tantôt plus loin. C’est ainsi qu’à deux pas de nous, la bande de la Picousière menait son vacarme. (Jünger 1993 : 149)

47On a ici un cas révélateur de la nécessité de donner plus de liant au texte en y adjoignant des éléments de continuité (voir à ce sujet Loffler-Laurian 1995). Dans le cas présent, l’auteur allemand se contente de juxtaposer deux énoncés, tandis que le traducteur français, lui, juge utile de commencer la deuxième phrase par la locution c’ est ainsi que. Ce connecteur illustratif introduit un fait venant à l’appui de l’affirmation précédente (cf. Zenone 1983 : 190).

48Cela dit, il convient de signaler un passage où le traducteur a altéré le sens du texte d’origine :

(19a) In dieser Hinsicht war er ein Schüler vom Alten Pulverkopf und forderte wie dieser die neue Sonderung. Auch lebte er, wie jeder grobe Theoretiker, vom Zeitgemäßen in der Wissenschaft und trieb besonders die Archäologie. (Jünger 1992 : 90)
(19b) Il se montrait à cet égard disciple du vieux Boutefeu et exigeait à son exemple la nouvelle séparation. A l’exemple aussi de ce grossier théoricien, il se nourrissait de ce que la science offre de moins intemporel, et pratiquait en particulier l’archéologie. (Jünger 1993 : 124)

49Ici, le déterminant indéfini jeder (tout, chaque) a été incorrectement traduit par le déterminant démonstratif ce.

50Quelques remarques, enfin, sur le découpage des paragraphes. La confrontation du texte de départ avec le texte d’arrivée permet de constater que les paragraphes français ne tombent pas toujours au même endroit que les paragraphes allemands. Ce décalage n’a rien d’anormal, étant donné que l’on peut fort bien concevoir que les deux langues en présence ne considèrent pas sous un même angle la subdivision des textes en paragraphes. Ce qui est anormal en l’espèce, c’est le fait qu’il est souvent difficile, voire quasi impossible de dégager les principes ayant présidé au découpage du texte d’arrivée. En effet, deux tendances concurrentes semblent se manifester chez Thomas. D’une part, il coupe les paragraphes qui lui paraissent trop longs ; d’autre part, il groupe ensemble ceux qui lui paraissent trop courts. Ainsi, il coupe le quatrième paragraphe du premier chapitre, tandis qu’il groupe ensemble les trois premiers paragraphes du chapitre 23. Inutile de multiplier les exemples.

4. Les omissions injustifiées

51Il nous reste à parler d’un certain nombre d’omissions injustifiées que nous avons constatées dans la traduction française.

52La plupart de ces omissions sont insignifiantes. Citons, à titre d’exemple, un extrait du chapitre 23 :

(20a) Dann wurde ihnen Lauf gegeben, und freudig winselnd schossen sie wie bleiche Pfeile durch das nächtliche Gestrüpp. (Jünger 1992 : 110)
(20b) Puis on les lâcha, et gémissant de joie, ils filèrent comme de pâles flèches à travers les sous-bois. (Jünger 1993 : 150)

53Ici, Thomas a omis de traduire l’adjectif nächtlich, mais personne ne saurait lui en tenir rigueur. En effet, le lecteur peut fort bien se passer de ce détail puisque le narrateur a déjà planté le décor au début du chapitre.

54La fin du chapitre 6 soulève des questions autrement difficiles.

(21a) Vor allem aber verloren wir ein wenig von jener Furcht, die uns beängstigt und wie Nebel, die aus den Sümpfen steigen, den Sinn verwirrt. Wie kam es, daß wir die Arbeit nicht im Stiche ließen, als der Oberfërster in unserem Gebiet an Macht gewann und als der Schrecken sich verbreitete ? Wir hatten eine Ahnung der Heiterkeit gewonnen, vor deren Glanze die Truggestalten sich verflüchtigen. (Jünger 1992 : 25)
(21b) Mais avant tout nous échappions un peu à cette frayeur qui nous oppresse, et semblable au brouillard montant des marécages, trouble l’esprit. Ainsi s’explique que nous n’abandonnâmes pas le travail, quand le grand Forestier fit sentir sa puissance sur nos terres, et quand l’épouvante s’y répandit. (Jünger 1993 : 36)

55Thomas a supprimé la dernière phrase et restructuré l’avant-dernière phrase de façon à ce que le lecteur français ne s’aperçoive pas de cette omission. A l’évidence, Thomas estimait que la dernière phrase fait double emploi avec la phrase d’ouverture. En d’autres termes, il ne s’est pas borné à traduire le texte d’origine. Il l’a corrigé gratuitement, hors de toute nécessité.

56La même constatation s’impose pour le début du deuxième paragraphe du chapitre 20 :

(22a) Am nächsten Tage ordneten wir lange Skripturen im Herbarium und in der Bibliothek und legten vieles schon brandgerecht. Wir hatten nun die Nähe der Gefahr erkannt. Dann saß ich noch ein wenig bei Beginn der Dunkelheit im Garten auf der Terrassenbrüstung, um mich am Duft der Blumen zu erfreuen. (Jünger 1992 : 87-88)
(22b) Le jour qui suivit, nous rangeâmes longuement nos feuillets manuscrits dans l’herbier et dans la bibliothèque. Puis, comme l’obscurité montait, je m’assis un instant encore dans le jardin sur le rebord de la terrasse pour goûter le parfum des fleurs. (Jünger 1993 : 121)

57Ici, Thomas a supprimé la deuxième phrase ainsi que la deuxième partie de la phrase d’ouverture. Sans doute voulait-il donner plus de liant au texte en établissant un enchaînement de pensée plus étroit entre deux énoncés reliés par un adverbe de temps (puis).

5. Conclusion

58En conclusion, on peut dire que le positif l’emporte largement sur le négatif. Dans la plupart des cas, en effet, Henri Thomas est parvenu à trouver un équilibre entre la fidélité au texte de départ et les modifications nécessaires à l’obtention d’un effet équivalent dans la langue d’arrivée. Cela étant, sa traduction mérite d’être étudiée par quiconque s’intéresse à la traduction allemand-français.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

1. BIBLIOGRAPHIE DE RÉFÉRENCES

Blumenthal Peter, Sprachvergleich Deutsch-Französisch, Tübingen, Niemeyer, (collection « Romanistische Arbeitshefte »), 1987.

Godin Henri Jean Gustave, Les ressources stylistiques du français contemporain, Oxford, Blackwell, 1948.

Loffler-Laurian Anne-Marie, « Quelques indicateurs de continuité dans le discours de vulgarisation scientifique », in : M. Ballard (éd.), Relations discursives et traduction, Lille, P.U.L., 1995, p. 55-72.

Truffaut Louis, Problèmes linguistiques de traduction, Munich, Hueber, 1983.

Wartburg Walther von, Evolution et structure de la langue française, Berne, Francke, 1958.

Zenone Anna, « La consécution sans contradiction : donc, par conséquent, alors, ainsi, aussi (deuxième partie) », Cahiers de linguistique française, Vol. 5, octobre 1983, p. 189-214.

2. CORPUS

Jünger Ernst, Auf den Marmorklippen (1939), Francfort s/M., Ullstein, 1992.
Sur les falaises de marbre, traduit de l’allemand par Henri Thomas, Paris, Gallimard, (1942), 1993.

Auteur

Chargé d’enseignement à l’Université de Münster (Allemagne), est l’auteur de deux manuels de traduction : Cours de traduction allemand-français : textes politiques et économiques, Munich/Vienne, Oldenbourg, 1981 ; German-English Translation : Texts on Politics and Economies, Munich/Vienne, Oldenbourg, 1982. On lui doit en outre quatre ouvrages sur la littérature policière française ainsi que de très nombreuses études concernant la traductologie, la lexicologie, la linguistique contrastive et l’évolution de l’anglais contemporain (plus de 500 articles et comptes rendus en allemand, en français et en anglais).

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search