Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

De Gaulle, Vendroux, la Résistance dans le Nord de la France

 | 
Stéphane Curveiller

Le Gaullisme dans le Nord

L’itinéraire de Jacques Vendroux

Bruno Béthouart

Testo integrale

1Dans cette relation particulière que le chef de la France Libre entretient avec les résistants du Nord Pas-de-Calais et particulièrement ceux du littoral ainsi qu’avec la famille de son épouse, Jacques Vendroux occupe une position stratégique tant par une réelle proximité avec sa sœur Yvonne que par sa capacité à répondre aux sollicitations politiques de son beau-frère tant sur le plan local et régional que national voire internationale. Sans sa sœur, Jacques Vendroux n’aurait pu connaître un tel destin, celui d’intercesseur auprès d’un des grands personnages de la France contemporaine. La légitimité résistante qu’il a acquise auprès de ses compagnons dans la tourmente à Calais, sur le littoral et dans la région vient renforcer l’estime du général dont il partage non seulement les positions politiques mais également les convictions religieuses.

Jacques, le frère d’Yvonne Vendroux

  • 1 Isabelle Galland, Jacques Vendroux, de Gaulle et Calais, mémoire de maîtrise, Université du Littor (...)

2L’itinéraire hors du commun de Jacques Vendroux trouve sa clé d’entrée, son point de départ dans la personne d’Yvonne, sa sœur. Née à Calais le 25 mai 1900, celle-ci reçoit lors de son baptême le voile en point d’Angleterre de Marie Stuart offert à un aïeul Leveux, mayeur de la ville qui a hébergé la jeune mère du prince de Galles. Vouée à la Vierge lors de la cérémonie, elle ne porte que du bleu et du blanc pendant sept ans. Après avoir été instruite par une institutrice à domicile, elle entre dans une école primaire de la ville puis au Pensionnat Notre-Dame de Calais. Volontaire, calme et réservée, elle aime la lecture, la nature, les animaux. En contact épistolaire avec son frère aîné pendant la Grande Guerre, elle part en Angleterre au pensionnat de la Sainte Union puis à Paris jusqu’à la fin du conflit. En octobre 1920, la jeune fille fait la connaissance du capitaine de Gaulle chez Mme Daquin Ferrand, amie des deux familles. Sûrs de leurs sentiments réciproques, les deux jeunes gens, fiancés le 11 novembre suivant se marient religieusement le 7 avril 1921 à l’église Notre-Dame de Calais. Elle met au monde trois enfants, Élisabeth qui va se marier avec le commandant Alain de Boissieu, Philippe et Anne, leur fille mongolienne qui vit de 1928 à 1948. Chaque année à deux ou trois reprises, le couple rejoint la famille Vendroux aux Sept-Fontaines dans les Ardennes près de Mézières durant l’Entre-deux-guerres puis à la Boisserie à Colombey-lesdeux-églises. En dehors de séjours privés en 1948, 1951, 1954, 1957 et 1958, le couple de Gaulle est reçu officiellement à trois reprises, le 12 août 1945, le 25 septembre 1959 et le 27 avril 1966. à la suite du décès de son mari, Yvonne de Gaulle revient à plusieurs reprises à Calais. Attachée à la cité portuaire, elle choisit la plupart de ses dames de compagnie dans le Calaisis et obtient grâce à ses démarches la réfection de l’église Notre-Dame en 19621.

3De trois ans son aîné, Jacques est le fils de Jacques-Philippe qui prend la succession de huit générations d’armateurs, dirige l’entreprise familiale, est vice-président de la chambre de commerce, conseiller municipal. Sa mère, Marguerite Forest est issue d’une famille de notaires et d’industriels ardennais : elle met au monde quatre enfants, Jacques l’aîné, Yvonne, Jean et Suzanne. Le jeune Vendroux fait ses études au collège de la rue Leveux du nom d’un de ses ancêtres, maire de Calais de 1790 à 1797. Après l’obtention de son baccalauréat, il suit les cours du King’s College de Canterbury en Angleterre et passe ses vacances en Allemagne se préparant ainsi à des études préparatoires à une carrière diplomatique. En janvier 1916, il est mobilisé au titre de la classe 17. Envoyé à Verdun au début de l’année 1917, il part pour la Belgique puis revient à Verdun le 1er juin 1918 lors de la grande offensive allemande. Blessé à deux reprises, il est fait prisonnier et en octobre 1918 s’évade du camp de Armstadt, se cache dans une famille strasbourgeoise et revient en France au moment de l’armistice. Il reçoit en même temps que sa mère, infirmière major bénévole de la Croix-Rouge, la croix de guerre en septembre 1919 sur la place d’Armes des mains du général Ditte, gouverneur de Calais. Durant l’Entre-deux guerres, Jacques Vendroux se soucie essentiellement de la prospérité de son entreprise en tant que président directeur général des Biscuits Vendroux. En mai 1940, devenu l’adjoint du commandant de la Place de Calais en tant que capitaine de réserve, il s’installe au bureau militaire de l’hôtel de ville. Dès l’appel du 18 juin 1940, connu par les Allemands pour ses liens de parenté avec de Gaulle, d’abord étroitement surveillé, il est arrêté et déporté dans un Oflag en Silésie d’où il sort en 1941 comme tous les combattants de la Grande Guerre. Informé par Madeleine, la sœur du Général, de l’existence d’un réseau clandestin « Résistance », il met son usine à disposition pour ravitailler des résistants belges, aide des familles qui cachent des réfractaires et surtout, pour déjouer la surveillance de la Gestapo, change souvent de domicile familial avant de tenter en vain par le réseau de Gaston Berthe de traverser la Manche. En février 1944, pris en charge par le réseau Éleuthère, la famille se disperse. Le 7 septembre, sur ordre du Général, il revient de Toulouse à Paris et se voit confier le commandement de la Place de Calais dès sa libération : le 14 septembre, il prend contact avec le commissaire de la République, Francis-Louis Closon, réussit dans les jours suivants à regrouper sous son autorité les forces résistantes et fait son entrée dans la ville libérée le 1er octobre et devient trois jours plus tard maire à titre provisoire. Le 25 avril 1945 la liste d’union rassemblant notamment communistes, républicains populaires est élue avec 70,08 % des suffrages face aux socialistes. Élu démocratiquement comme premier magistrat deux jours plus tard, il démissionne le 30 novembre 1945 devant l’émotion suscitée chez les communistes notamment par son ralliement officiel au MRP. Il est élu député dans la 1re circonscription du Pas-de-Calais en octobre 1945 avec 46,4 % et en juin 1946 avec 36,1 % des suffrages sous l’étiquette MRP. Proche du général de Gaulle, il est présent à La Boisserie en 1946, lors de l’entrevue avec Pierre-Henri Teitgen. Ayant refusé de voter la seconde constitution, il rompt avec le Mouvement en septembre 1946 et se fait élire en novembre 1946 où il recueille 20,37 % en tant que membre fondateur de l’ADS (Action Démocratique et Sociale), puis comme RPF en juin 1951 avec 30,75 % des voix. En 1956, inscrit sur la liste des républicains sociaux qui ne recueille que 17,10 %, il doit céder son siège à un socialiste, A. Parmentier. Membre du conseil de direction du RPF à partir de 1952, il est élu conseiller général en mars 1949 dans le canton nord-ouest de la ville.

  • 2 Yves-Marie Hilaire et alii, Atlas électoral Nord - Pas-de-Calais, 1946-1972, Lille, PUL, 1972, p.  (...)

4Le retour du général de Gaulle le remet en selle : il est réélu député UNR dans la 7e circonscription du Pas-de-Calais en novembre 1958 avec 62,69 % des voix au second tour face à Danel le candidat communiste, puis avec 55,04 % dès le premier tour en novembre 1962. Il doit attendre à nouveau le second tour avec 55,5 % des voix pour être réélu en mars 1967 et profite de la poussée gaulliste en juin 1968 pour rassembler 59,74 % des voix au second tour toujours face au candidat du Parti communiste. Dans le même temps, il retrouve le siège de premier magistrat en mars 1959 et va diriger la cité jusqu’en 1969 grâce à une liste d’union avec les républicains populaires au second tour puis dès le premier en mars 1965. Soucieux d’obtenir les dommages de guerre revendiqués par les habitants de sa commune à la Libération, Jacques Vendroux souhaite faire de sa ville une sous-préfecture et réalise son vœu le 11 janvier 1962. Durant cette même année, il obtient l’ouverture d’une antenne universitaire scientifique reliée à l’Université de Lille I dans sa ville. Il maintient l’activité dentellière sans réussir à diversifier les implantations industrielles malgré la venue d’une dizaine de ministres durant ses différents mandats. La croissance démographique de la ville l’oblige à construire une ZUP où se concentre une population démunie. Il participe à l’élaboration de deux projets importants pour l’avenir de la cité : la construction de l’autoroute A 26 reliant Calais à Reims et la construction d’un tunnel sous la Manche. Il s’investit également dans les missions internationales qu’il affectionne, devient président de l’Association France Allemagne et de l’Association parlementaire France-Afrique. Il défend une position de fermeté dans la question du statut de la Sarre, œuvre pour le rapprochement franco-allemand et se montre favorable à l’établissement d’un équilibre européen dans les relations économiques mais combat l’idée d’une Europe politique supranationale au sein de la Commission des Affaires étrangères qu’il préside en 1967 et dans le Conseil de l’Europe au profit d’une éventuelle confédération2.

Un résistant gaulliste parmi d’autres

5Dans l’hexagone, il convient de rappeler la situation particulière de la région Nord - Pas-de-Calais dès le début de la présence nazie. Celle-ci, servant en quelque sorte de moyen de pression pour l’occupant, est pour l’essentiel séparée du reste de la France occupée et demeure « zone interdite » jusqu’en fin 1941. Elle est soumise à un véritable contrôle des autorités d’occupation et relève de l’Oberfeldkommandantur 670 de Lille rattachée au Militärbefehlsaber (commandement militaire) de Bruxelles. La bordure littorale fait l’objet d’une attention particulière. Le pressentiment d’un futur débarquement allié sur ces côtes justifie aux yeux de l’occupant le qualificatif de « zone rouge » et conduit dans le cadre de l’organisation Todt, en 1942-1943, à l’édification du « mur de l’Atlantique ». Une surveillance de tous les instants est instaurée et se renforce à partir de janvier-février 1944 à la suite des visites du maréchal Rommel. Pour entrer et sortir de cette zone, il faut disposer d’un ausweis : tout acte de résistance exige courage et détermination dans un tel contexte. Sur la totalité des FL de la région, la marine domine avec 511 représentants soit 32,7 % issus notamment de Boulogne et son secteur proche, Étaples, Berck et Calais. Juste après viennent les hommes engagés dans la Résistance au nombre de 487 représentants surtout masculins. Malgré les difficultés dues à la présence massive de l’occupant, une réelle variété d’activités se manifeste. Parmi les réseaux « Action », celui intitulé « Action Vengeance », dans les réseaux « Renseignements », Centurie issu de la Confrérie Notre Dame Castille, compte notamment Mme Boetzle qui a donné son témoignage lors du colloque. Dans les FL de l’extérieur, se détachent les forces du général Diego Brosset, chef de la 1re Division française libre, et les engagés dans la 2e DB du général Leclerc dont fait parti un autre témoin, M. Warnault.

6Dans la mesure où le gaullisme est d’abord un attachement à une personne, Jacques Vendroux, parent par alliance et résistant est investi d’une légitimité dès la Libération. Les dirigeants sont, dans la zone côtière, issus pour la plupart du moule de la résistance. à côté du beau-frère du Général, apparaissent les figures de Geneviève Jaillette née Aubrun, médecin, résistante qui a failli devenir maire de Boulogne en 1945, Marcel Béraud, ancien des Forces françaises libres, candidat RPF en 1956. Jules Pouget, héros de la Grande Guerre, arrêté par la Gestapo dans l’exercice de ses fonctions de maire du Touquet se fait élire sénateur gaulliste en 1948. Le mouvement gaulliste entame une renaissance nettement perceptible en 1958 avec les succès de Jacques Vendroux, d’Henri Collette notaire à Licques en tant que candidats UNR.

Un témoin des convictions intimes de son beau-frère

7Pour mesurer la part du religieux dans l’engagement du général de Gaulle et dans sa relation familiale, Jacques Vendroux apporte une contribution ponctuelle mais précieuse.

8Les racines familiales de la foi du Général proviennent d’abord du côté de sa mère. Les Maillot sont des industriels de la dentelle et du tabac dans le Nord, alliés à des familles irlandaise et badoise. Son grand-père Julien-Philippe de Gaulle publie une chaleureuse Vie de Saint Louis, sa grand-mère, Joséphine-Marie-Anne Maillot, écrit des poèmes Chants à Marie, une Vie de Chateaubriand, et un récit romantique Le libérateur de l’Irlande, ou Vie de Daniel O’Connell qui devient pour lui un exemple de résistance contre la persécution religieuse et nationale. Son père, Henri de Gaulle, ancien combattant de la guerre franco-allemande, blessé dans son corps et dans son âme, lègue à ses fils sa déchirure et son angoisse, sa foi et sa ferveur. La maturation de sa foi est liée à des contacts avec la doctrine sociale de l’Église par l’intermédiaire d’un oncle, ami d’Eugène Duthoit, président des Semaines Sociales. Il est également proche de la Jeune République dont il apprécie le fondateur, Marc Sangnier.

  • 3 Roussel Éric, Charles de Gaulle, Paris, Gallimard, 2002, p. 963, note 42, 544.

9L’évolution spirituelle du général est marquée par une épreuve liée à sa fille Anne, enfant trisomique née en 1928 et décédée en 1948. Elle a, selon Malraux, « joué un rôle profond dans sa vie ». Jacques Vendroux évoque « les trésors d’affection que, dans le secret de leur peine, ils lui avaient prodigués ». Lors de son décès, le 6 février 1948, le général confie : « maintenant, elle est comme les autres »3.

  • 4 Ibidem, p. 36, 38.
  • 5 Larcan Alain, Charles de Gaulle, Itinéraires intellectuels et spirituels, Nancy, Conseil internati (...)

10Élevé dans un milieu catholique, le général appartient à cette catégorie répandue de catholiques pratiquants que ne tourmente point l’inquiétude religieuse. Il aurait été « désencombré de Dieu » selon Lacouture. Il semble bien que les deux systèmes de références, patriotiques et catholiques, coexistent dans les Mémoires : « Que Dieu juge toutes les âmes ! Que la France enterre tous les corps ! »4. Le 2 avril 1941, il donne au Journal d’Égypte une déclaration sous forme de profession de foi : « Je suis un Français libre. Je crois en Dieu et en l’avenir de ma patrie ». Cette confession ne lui interdit pas d’être un catholique critique ou adulte. Jacques Maritain offre une clé d’explication5 : lors de la parution de l’ouvrage de Mauriac De Gaulle, il confie à l’auteur : « Vous avez donné le mot-clé en nous parlant de l’humilité cachée de cet homme dédié à la grandeur. [...] Ne peut-on penser qu’en raison de cette humilité, il a fait refluer dans sa vie privée, infiniment loin des conférences de presse et des mass-média, ce à quoi son âme est le plus attachée, choses de l’intelligence créatrice et choses de la divine vérité ». Sa foi ne procède pas d’une démarche christocentrique comme celle des romantiques : elle se tourne davantage vers le Dieu père, le tout-puissant. Il est porté, en matière spirituelle comme dans le domaine politique, vers ce qui touche à la grandeur. Outre les signes évidents d’attachement à une foi familiale où sa mère joue un rôle décisif, outre la fidélité à la pratique religieuse et sa grande culture religieuse, l’arrivée d’Anne, sa fille trisomique, aboutit à un renforcement de l’abandon en la Providence, en un Dieu transcendant et miséricordieux. L’influence familiale dans ce qui relève de la conviction intime du personnage permet donc également d’éclairer une part de la personnalité de cet homme attaché à ses racines tout autant qu’à la grandeur de son pays.

11Il est rare de mesurer à ce point que des opportunités familiales conjuguées à une conjoncture exceptionnelle puissent ouvrir un chemin aussi particulier que celui suivi par Jacques Vendroux. Très proche de sa sœur, engagé avec conviction dans le combat pour l’honneur de son pays aux heures sombres, il assume les succès et les échecs de son engagement politique auprès du général de Gaulle, son beau-frère avec qui il partage les joies et les souffrances les plus intimes.

Note

1 Isabelle Galland, Jacques Vendroux, de Gaulle et Calais, mémoire de maîtrise, Université du Littoral Côte d’Opale, 1995.

2 Yves-Marie Hilaire et alii, Atlas électoral Nord - Pas-de-Calais, 1946-1972, Lille, PUL, 1972, p. 33.

3 Roussel Éric, Charles de Gaulle, Paris, Gallimard, 2002, p. 963, note 42, 544.

4 Ibidem, p. 36, 38.

5 Larcan Alain, Charles de Gaulle, Itinéraires intellectuels et spirituels, Nancy, Conseil international de la langue française, P.U.N., 1993, p. 503.

© Artois Presses Université, 2013

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540