Version classiqueVersion mobile

Europe et traduction

 | 
Michel Ballard

Après l’Edit de Fontainebleau : le rôle culturel des Huguenots en Grande Bretagne au XVIIIe siecle

Alain Lautel

Texte intégral

1« La persécution religieuse chassa de France pasteurs, professeurs, écrivains (et) les obligea de se réfugier à Londres [...]. Un des effets les moins attendus de la Révocation de l’Edit de Nantes fut de pourvoir l’Angleterre de toute une tribu d’intermédiaires, qui hâtèrent singulièrement la diffusion de ses œuvres et l’extension de son pouvoir : à la veille de son renouveau, elle eut à sa disposition des hérauts qui allaient annoncer sa gloire au monde civilisé.

2Que furent-ils ? Non pas des génies ; mais des esprits curieux, des esprits actifs ; des caractères vigoureux, qui acceptèrent virilement la grande aventure de l’exil, et ne se contentèrent pas du pain qui nourrit le corps. Des amis de la nouveauté [...]. Abel Boyer, qui commence ses études à l’Académie protestante de Puylaurens, a dix-neuf ans lorsque Louis XIV révoque l’Edit de Nantes ; il passe en Hollande, arrive en Angleterre en 1689, et se fait précepteur pour vivre. Il publie des traductions du français, des ouvrages scolaires, et, en 1702, ce Dictionnaire royal que des générations entières consulteront, et qui, utile aux Anglais, chez les Français deviendra classique. Il traduira le Caton d’Addison, qui représentera sur le continent le chef-d’œuvre de la tragédie britannique ; il deviendra l’annaliste presque officiel de l’Angleterre ; il sera mêlé aux querelles littéraires du temps, et mourra paisiblement, après mille traverses, dans une maison que, comme un bon bourgeois de Londres, il s’est fait bâtir à Chelsea.

3 Fils de pasteur, Pierre Des Maizeaux passe en Suisse au moment de la persécution contre les protestants, étudie [...] à Berne (et) à Genève Il cherche fortune en Hollande, où il fait la connaissance de Pierre Bayle [...]. Il passe en Angleterre : La Suisse, la Hollande, l’Angleterre, que de réfugiés ont suivi cette route ! Parce qu’entre autres travaux, il a édité Saint-Evremond et Bayle, qu’il a été l’ami de Shaftesbury, de Toland, de Collins, qu’il a publié des pièces détachées de Locke, de Toland, étudié Chillingworth, qu’il a réuni les textes d’un débat essentiel entre Leibniz, Clarke, Newton, sur la philosophie, sur la religion, sur la science, et qu’enfin siégeant dans les cafés, collaborant aux gazettes, écrivant nombre de lettres, fournissant des places aux quémandeurs, trouvant des ressources pour les désemparés, il fut au carrefour de tous les chemins où passaient non seulement les idées, mais les hommes. Pour toutes ces raisons, il représente l’échange, avec ce qu’il a de fébrile, d’aventureux, d’inquiétant, et aussi d’utile et d’infiniment fécond dans la vie de l’esprit.

4Avec Pierre Coste, nous arrivons sans doute au sommet de la hiérarchie de ces bons ouvriers. Pierre Coste, né à Uzès en 1668 [...] est envoyé à l’Académie de Genève [...]. La Révocation de l’Edit de Nantes l’empêche de rentrer en France ; il devient errant. On le voit aux universités de Lausanne, de Zurich, de Leyde [...]. En 1697, il passe en Angleterre ; et sa place dans l’histoire des idées est désormais fixée. Il sera précepteur dans d’illustres familles, et parcourra l’Europe avec les élèves choisis qu’il dirigera dans leur grand tour. Il sera membre de la Société Royale de Londres ; il publiera des discours philosophiques, des traités d’histoire ; il éditera La Bruyère, Montaigne, La Fontaine. Il traduira du grec, Xénophon ; de l’italien, Gregorio Leti, Redi ; mais surtout il traduira de l’anglais : l’ Essai sur l’usage de la raillerie de Shaftesbury ; le Traité d’optique de Newton. [...] (De façon primordiale, toutefois) il est l’interprète de Locke. Attentif, passionné, il met en français l’ Essai philosophique concernant l’entendement humain et ouvre à l’Europe l’accès de la philosophie anglaise [...].

5Les traducteurs [...] se haussent en dignité ; leur tâche n’est plus celle d’un simple manœuvre qui vise à la fidélité servile ; ils deviennent des créateurs, en second ; à tout le moins des plénipotentiaires. ‘Toutes les fois que je n’ai pas bien compris une pensée en anglais, parce qu’elle renfermait quelque rapport douteux (car les Anglais ne sont pas si scrupuleux que nous sur cet article), j’ai tâché, après l’avoir comprise, de la déterminer si nettement en français, qu’on ne pût éviter de l’entendre. C’est principalement par la netteté que la langue française emporte le prix sur toutes les autres langues... Sur quoi il me vient dans l’esprit qu’on pourrait comparer un traducteur avec un plénipotentiaire. La comparaison est magnifique, et je crains bien qu’on me reproche de faire un peu trop valoir un métier qui n’est pas en grand crédit dans le monde. Quoi qu’il en soit, il me semble que le traducteur et le plénipotentiaire ne sauraient bien profiter de tous leurs avantages, si leurs pouvoirs sont trop limités...’ (Réflexions de Pierre Coste dans l’avertissement de la traduction de l’Essai philosophique concernant l’entendement humain, publié à Amsterdam en 1700). » (Hazard 1935 : 91- 96)

6Tout ce qui précède provient de l’excellente étude de Paul Hazard, La Crise de la conscience européenne, publiée en 1935 – que beaucoup d’entre nous connaissent à coup sûr – et dans laquelle l’auteur se donne pour but de montrer que l’esprit du dix-huitième siècle est issu de la période allant approximativement de 1680 à 1715. De ce même esprit, il écrit : « Nous avons voulu montrer, précisément, que ses caractères essentiels se sont manifestés beaucoup plus tôt qu’on ne croit d’ordinaire [...] ; qu’à peu près toutes les idées qui ont paru révolutionnaires vers 1760, ou même vers 1789, s’étaient exprimées déjà vers 1680. Alors une crise s’est opérée dans la conscience européenne ; entre la Renaissance, dont elle procède directement, et la Révolution française, qu’elle prépare, il n’y en a pas de plus importante dans l’histoire des idées ». S’ il en est ainsi, il paraît indiqué de voir ce que ce moment essentiel avait à révéler en matière de traduction et de traducteurs, et puisque l’Edit de Fontainebleau, qui mérite certainement l’appellation plus négative de Révocation de l’ Edit de Nantes, s’y inscrit à l’évidence, nous allons traiter de huguenots émigrés outre-Manche et de leur rôle culturel, considéré sous l’angle de l’objet principal de ce colloque.

7Le texte cité pose notamment le problème du statut aussi bien de la traduction que du traducteur : il est certain que ce statut n’est pas des plus aisés à définir, et on a pu remarquer que dans ce passage le traducteur huguenot est désigné d’abord comme étant un « bon ouvrier » ce qui laisse entendre qu’il n’est pas placé au premier rang des citoyens de la république des lettres – puis qu’il est élevé à la dignité de « Créateur, en second, à tout le moins de plénipotentiaire », ce qui constitue un remarquable progrès. Qu’en était-il exactement ? Nous aimerions approcher cette question en nous intéressant de plus près aux cas des personnages cités, Pierre Coste, Abel Boyer et Pierre Des Maizeaux, et en montrant ce que chacun d’eux a, selon nous, fait de plus significatif, de plus durable, et qui peut être, mais n’est pas nécessairement, ou uniquement, ce qui a été évoqué. Après quoi il nous semblera souhaitable de ne pas nous en tenir aux trois représentants qui ont été choisis, et d’en proposer un quatrième, Pierre Cornand de la Crose, moins connu sans doute – en fait, à notre connaissance, n’ayant jamais fait l’objet d’une étude particulière – dont l’apport, assurément contestable, est néanmoins très caractéristique des pratiques de l’époque, et a été à l’origine de phénomènes regrettables, longuement continués, et dont il existe certainement d’autres exemples. Le style lyrique de Paul Hazard et la sélection exercée, dans ce qui pour lui n’était naturellement qu’un secteur dans une vaste fresque, tendent à occulter des aspects de l’activité qui nous intéresse ici singulièrement et qui, dans son approche spéculaire, montre, ne montre pas, montre autre chose, mais toujours se montre.

8Avant d’aborder les points annoncés, il paraît utile de parler, à titre d’introduction, de la manière dont les Huguenots émigrés étaient considérés en Grande-Bretagne. Cette manière était meilleure qu’en France, puisqu’au moins, malgré leur affluence, on ne les rejetait pas. François-Maximilien Misson, auteur de Mémoires et observations d’un voyageur en Angleterre (1698), rapporte (p. 362) :

Les Français protestants qui se sont réfugiés en Angleterre s’y sont tellement répandus, qu’il est impossible d’en marquer, ni même d’en conjecturer le nombre. Outre les onze régiments qui en sont entièrement composés, il y en a dans toutes les autres troupes. Une grande quantité de l’un et l’autre sexe se sont mis en diverses sortes de conditions dans les familles anglaises... Plusieurs ont établi des manufactures à la campagne et, en même temps, des églises. Présentement, il y a vingt-deux églises françaises dans Londres, et environ cent ministres qui sont à la pension de l’Etat, sans compter ceux qui sont parvenus à d’autres moyens de subsistance. La bénéficence royale et la compassion des peuples a été très grande à leur égard. (Misson 1698 : 362)

9Abel Boyer confirme cette dernière remarque dans ses annales intitulées History of King William III (1702, vol. I, p. 102) :

At the time that King James advanc’d Popery, it cannot be denied but that his generosity extended, in a particular manner, to the distress’d Protestants who had lately fled from France upon account of religion for he not only granted them briefs but gave them also large sums out of his privy purse, to excite the charity of his subjects by his royal example. (Boyer 1702-3, vol. 1 : 102)

10Les évaluations du nombre total des émigrés varient de 70 000 à 120 000, et leur histoire a fait l’objet de toute une série de livres bien documentés. Ceux qui avaient reçu une bonne éducation dans les très sérieuses académies protestantes, et ne disposaient de rien d’autre, devinrent souvent précepteurs, journalistes, compilateurs, hommes de lettres, et bien sûr traducteurs. La réception qu’ils reçurent de la part de la communauté autochtone engagée dans les mêmes activités ne fut pas forcément aussi bienveillante que celle qui vient d’être illustrée, il semble même qu’il s’en fallut de beaucoup. Matthieu Maty fut traité de ‘French dog’ par Samuel Johnson en 1756. Boyer fut la cible de Swift et de Pope. Swift reprit à son égard les mêmes termes que Johnson pour Maty dans une lettre qu’il écrivit à Stella le 9 octobre 1711 (Journal to Stella édition d’Oxford, 1963, vol. 2, p. 384) :

One Boyer, a French dog, has abused me in a pamphlet and I have got him up in a messenger’s hand. The secretary – Saint John – promises to swinge him. I must make of that rogue a warning to others [...] a little whiffling Frenchman... (Swift 1711/1963, vol. 2 : 384)

11Pope épingla l’infortuné dans un distique de la Dunciad. D’un point de vue plus général, Addison, dans le numéro 62 de Spectator, cite un passage où les amateurs de mauvaise poésie sont comparés à « a sort of French Huguenots, or Dutch Boors, brought over in herds, but not naturalized ; who have not lands of two pounds per annum in Parnassus, and therefore are not privileged to poil ». Il y avait cependant une compensation dans le fait qu’un bon traducteur, particulièrement actif, pouvait gagner modérément sa vie en exerçant son métier, car le travail ne manquait pas. L’enseignement des langues vivantes n’avait pratiquement pas d’importance, ni dans les écoles, ni dans les universités. Cette situation a été décrite par Sir Charles Firth, dans son livre intitulé Modem Languages at Oxford, 1724-1919 (1919) : en dépit du fait que le français était la langue diplomatique, il n’était l’objet d’aucun enseignement à Oxford, pas plus qu’à Cambridge d’ailleurs. Il y eut une tentative à la suite d’une lettre de Lord Townshend, du 16 mai 1724, dans laquelle il apparaissait clairement que l’initiative était destinée à favoriser la formation des futurs hauts fonctionnaires. L’entreprise échoua, parce qu’il n’existait pas encore de véritable corps administratif, et il fallut attendre 1840 pour que l’enseignement des langues vivantes fût véritablement instauré dans les universités britanniques. Les écoles, quant à elles, accordaient beaucoup d’importance à l’apprentissage du latin, mais n’avaient pas inscrit les langues vivantes à leurs programmes, à l’exception de quelques ‘non-conformist academies’. Dans certaines de celles-ci les professeurs, qui ne savaient pas la prononciation, procédaient comme pour les langues mortes. On trouve ces données, notamment, dans The Teaching and Cultivation of the French Language in England during Tudor and Stuart Times (1920). L’attitude « raisonnable » vis-à-vis de l’apprentissage du français est exposée dans un ouvrage d’ Isaac Watts, dont les traités pédagogiques et religieux connurent une grande vogue pendant tout le dix-huitième siècle. Il s’agit du Discourse on the Education of Children and Youth (1751), où l’on peut lire (p. 372) :

The French is now-a-days esteemed also an accomplishment to both sexes. If they have time enough, which they know not how to employ better and a good memory, I would not forbid it. There are several good books written in that language, which are not unworthy of our perusal : and there are many words now introduced in the English language borrowed and derived from thence, as well as from the Latin and Greek ; so that it may not be improper for an English Gentleman to learn these tongues, that he may understand his own the better. I add also, that if persons have much acquaintance with the French nation, or have occasion to converse with foreigners, at court or in the city, or if they design to travel abroad, the French is a necessary tongue because it is so much spoken in Europe and especially in courts. But otherwise, there are so many of the valuable writings of French authors perpetually translated into English, that it is a needless thing to go through much difficulty, or take much pains in attaining it. I am inclined to believe that, except in the cases above mentioned few have found the profit answer the labour. (Watts 1751 : 372)

12On voit que, de toutes façons, et même si on traduisait beaucoup, les traducteurs compétents n’étaient pas à la veille de chômer outre-Manche, et surtout que leur tâche culturelle, du fait de la carence linguistique, était primordiale. Nous allons donc, après ces préliminaires, nous intéresser à Pierre Coste pour montrer qu’à coup sûr il permet de démontrer qu’un traducteur de son envergure était beaucoup plus qu’un bon ouvrier, qu’il faisait effectivement partie du monde des lettres en Angleterre, comme dans d’autres pays, et ce malgré les circonstances contraires et les handicaps qu’il avait dû affronter ou assumer. L’examen de son cas permet également d’élargir le point de vue, et d’avancer qu’à son niveau l’exercice de la traduction est étroitement complémentaire de celui de la production d’œuvres originales, voire comparable à ce dernier, dans la mesure où seules des capacités hors du commun ont pu permettre la bonne diffusion d’idées complexes que de beaux esprits avaient grand-peine à appréhender. Une partie des données qui vont suivre provient du livre de Margaret E. Rumbold, Traducteur huguenot : Pierre Coste (1991).

13Pendant la période considérée, la république des lettres était un petit monde, et les auteurs européens, qui s’étaient parfois rencontrés en Hollande à l’occasion de quelque exil occasionné par leurs écrits, correspondaient volontiers en latin ou en français : Gilbert Bumet, l’historien et homme d’ Eglise qui eut la tâche épuisante de convertir Rochester sur son lit de mort rédigeait ainsi un courrier abondant et échangeait en particulier des nouvelles avec Leibniz. Pope faisait parvenir des lettres à Racine, et quiconque souhaitait traduire les œuvres de ces personnages importants et exigeants devait être introduit dans leur cercle et s’y être adapté. Ces grands hommes étaient soucieux de leur réputation et surveillaient leurs interprètes, dialoguant souvent avec eux et exprimant leurs approbations comme leurs réserves dans des préfaces. Qu’on en juge d’après cet extrait d’une lettre de Gilbert Burnet à son traducteur M. de Rosemond (« The Author’s Letter to the Translater », in Histoire de la réformation de l’Eglise d’Angleterre, éd. 1683)

Sir,
I have read over your translation of the first volume of my history of our Reformation, with an application equal almost to the interest I have in that work. I do not pretend to be Frenchman enough, to give you my opinion of your style ; I am glad to hear those, who are proper judges, commend it for that as much, as I am obliged to do for the fidelity and exactness you have used in rendering my style so truly and clearly, that where you have departed from my words, it was only to make my meaning plainer. You know with what severity I censured every page, and that 1 have let nothing pass, in which your sense differed from mine. For though a translator may often think better than the author, yet as long as he is a translator, he must consider himself as under a servitude to the sense of another. [...] This made me in several places oblige you to change some things, not because your thoughts were not better than mine had been, but only because they were not mine (Burnet 1683 : preface)

14Pierre Coste, qui avait traduit les Thoughts on Education de Locke en 1695, s’établit chez les Masham en 1697. Lady Masham, née Damaris Cudworth, était la fille du philosophe platonicien de Cambridge Ralph Cudworth, et l’épouse de Sir Francis Masham, troisième baronnet d’Oates, dans le comté d’Essex. C’est en ce lieu que le traducteur passa beaucoup de temps dans la compagnie du philosophe, qui s’était retiré au même endroit, et devait y rester jusqu’à sa mort en 1704. Ainsi, grâce à un long dialogue, au cours duquel il ne cessa d’exercer la pénétration de son esprit en questionnant son interlocuteur et en refusant d’accepter aveuglément ses idées, Coste réussit sa traduction de l ’Essay Conceming Human Understanding, qui fut publiée en 1700.

15 Locke loua la clarté de l’esprit de Coste et la souplesse de sa plume. Il exprima son approbation dans une lettre du 12 août 1701 à Van Limborch, allant jusqu’à ajouter que si par endroits la traduction française ne concordait pas avec la latine, il fallait prendre la version de Coste pour guide. C’est toujours celle-ci qui est réimprimée aujourd’hui, et il semble qu’à bien des égards elle ait éclairci l’original. C’est elle, en tout cas, qui a fait connaître la pensée de Locke à Leibniz, qui avait lu le texte anglais mais ne l’avait pas compris, et qui ensuite, éclairé par le travail de Coste, publia une nouvelle analyse dans un périodique allemand. Des Italiens, tel Muratori, connurent le philosophe anglais de la même façon, des Allemands aussi, comme Schiller. L’abbé Du Bos introduisit la traduction à la cour de France et fit usage de son contenu dans ses Réflexions critiques sur la poésie et la peinture. L’influence de cette version sur de très nombreux auteurs, qui dans certains cas connaissaient l’anglais, est clairement attestée, qu’il s’agisse de Montesquieu, Voltaire, Diderot, D’Alembert, Condillac, Vauvenargues, Condorcet, Bouhier, Fontenelle, Buffon, Maupertuis, et bien d’autres.

16On sait que Coste fréquenta et traduisit aussi Shaftesbury (L’Usage de la raillerie) et Isaac Newton {Traité d’optique), dans ce dernier cas provoquant une diffusion dans les milieux scientifiques qui fut proche de celle de l’ Essai sur l’entendement. La place, et le temps, manquent pour faire part des autres productions, dans des domaines et genres divers, de cet esprit scrupuleux et très doué, qui ne saurait être assimilé à nombre d’autres assurément moins éclairés et moins honnêtes. Il a puissamment contribué au développement de la conscience européenne, et à l’élévation du statut de la traduction, devenue grâce à lui un art ayant franchi les frontières du simple auxiliariat pour devenir un « medium » susceptible, en certains points, de constituer le « message » en le clarifiant.

17Abel Boyer, comme l’a signalé Paul Hazard, a traduit le Caton d’Addison, mais sa version n’a rien d’inoubliable, et malheureusement ce n’est pas là qu’il faut rechercher son plus grand mérite. Il pourrait cependant être beaucoup plus connu qu’il ne l’est actuellement si une étude particulière lui avait été consacrée. Il existe, il est vrai, une thèse de doctorat de troisième cycle de l’université de Nancy II, datant de 1974, rédigée par Bernadette Grandcolas, dirigée par le Professeur Pierre Danchin, et intitulée Abel Boyer, grammairien et pédagogue. C’est un travail encore partiel, mais très intéressant, et qui n’a jamais été publié – cas fréquent, qui devrait inciter les traductologues à rechercher dans les bibliothèques universitaires ce genre de travaux pour renforcer les fondations de la discipline qu’ils s’efforcent de construire. The Compleat French-Master for Ladies and Gentlemen, Being a New Method, to Learn with Ease and Delight the French Tongue, as it is Now Spoken in the Court of France, est décrit dans l’étude mentionnée. Cet ouvrage est davantage un manuel d’apprentissage du français qu’une grammaire, et passa par de nombreuses éditions tout au long du dix-huitième siècle, sans être modifié après la seconde ; il établit la réputation de son auteur. Il fut relativement peu utilisé dans les écoles, puisqu’on n’y enseignait guère les langues modernes ; il se vendit surtout à des précepteurs, et à des particuliers à des fins d’auto-formation, car il comportait une prononciation figurée. Boyer, inspiré par ce succès, conçut le plan d’un dictionnaire bilingue qui est certainement son grand apport au domaine de la traduction :

The Royal Dictionary in Two Parts, First French and English, Secondly, English and French. The French Taken out of the Dictionaries of Richelet, Furetiere, Tachart, the Great Dictionary of the French Academy, and the Remarks of Vaugelas, Menage, Bouhours ; and the English Collected Chiefly out of the Best Dictionaries, and the Works of the Greatest Masters of the English Tongue, such as Archbishop Tillotson, Bishop Sprat, Sir Roger L ’Estrange, Mr Dryden, Sir William Temple, etc.

18 Le Dictionnaire royal, donc, in-quarto, parut la même année, 1699, que son petit frère The Royal Dictionary Abridged, in-octavo, évidemment moins onéreux, et qui fut très répandu. Il s’agit là de véritables outils de travail, efficaces, lisibles, et encore utiles non pas seulement malgré, mais aussi à cause de l’évolution de la langue. Ils avaient été précédés par d’autres, qui étaient considérablement moins bien faits et moins complets.

19L’édition in-quarto contient des exemples tirés des auteurs, qui permettent de situer le sens de façon plus précise qu’une simple équivalence ou même explication, et ceci était une nouveauté, qui sera reprise par Samuel Johnson un demi-siècle plus tard. L’édition in-octavo, où les entrées sont présentées en trois colonnes et en petits caractères fort nets, ne propose pas ces exemples, faute de place, mais offre aussi « les différentes acceptions des termes, expliquées séparément, et près de cinq mille mots qu’on ne trouvera point dans aucun autre dictionnaire anglois ou françois ». Si nous prenons, au hasard, dans le sens anglais français, le mot « blade ». nous lisons : « (of a sword, etc.) – la lame d’une épée, etc. / # (of an oar) : la palme ou le plat d’une rame / # (of an herb) la tige, le tuyau (sic) ou la feuille d’une herbe / # the shoulder-blade le paleron, ou l’os de l’épaule / # the breast-blade le sternum / *+a notable young blade : un éveillé, +un espiègle, +un gaillard, +un égrillard / *+an old blade : un vieux routier, un vieux renard / *+a fine blade : un homme du monde, un jeune homme qui le porte beau, qui fait belle figure / *+a stout blade : un brave, une bonne épée /*+a lusty blade : un rouillaut / *+a cunning blade : *+une bonne, ou une ftne lame, un fin renard, un dératé #a pair of blades (or yam-windles) : un dévidoir / +to blade it : V. N. (= verbe neutre) : faire le brave, +piaffer ». Les mots ou expressions familiers, voire bas, sont précédés d’une croix ; les mots ou expressions archaïques sont précédés d’une double croix ; les sens figurés sont précédés d’un astérisque ; les diverses significations d’un mot sont indiquées par une main à l’index tendu, que nous représentons ici par un dièse ; il existe également tout un système d’abréviations utiles.

20Si, toujours au hasard, dans le sens français-anglais, nous prenons le mot « gorge », nous lisons : S.F. (= substantif féminin) (partie du col au-dessus du menton) – neck, or throat / # (gosier) : throat, gorge, or gullet / (le col & le sein d’une femme) : a womans neck, or breast #gorge de montagnes, straights, or narrow passages between hills #gorge de bassin à barbe : the neck of a barber ’s bason / #gorge de pot : the mouth and neck of a pot #gorge de bastion : the gorge, or breast of a bastion / #gorge de colonne gorge, gule, or neck, the narrowest part of the dorick capital / * cette affaire m’a coupé la gorge : that business broke my neck, or has been the ruin of me / *il coupe la gorge à bien des gens qui ne lui ont point fait de mal : he does a world of injury to a great many people, that never did him any / coupe gorge : v. coupe / *il lui tient le pied sur la gorge, he has the upper-hand of him *il nous met le pied sur la gorge : he tramples upon us, he uses us as his slaves / *son ris ne passe pas le nœud de la gorge : he laughs but from the teeth outward / #rendre gorge (vomir) : to cast up, to spue, or vomit ! * (rendre ce qu’on a pris injustement) : to refund ! #rire à gorge déployée : to laugh out, to break out into laughter / *+il a dit des paroles offensantes, mais on les lui fera rentrer dans la gorge : he has been abusive, but we shall make him eat his words. ’

21Il ne nous semble pas erroné de dire que c’est en tant que lexicographe que Boyer a le plus apporté à la traduction. Pierre Des Maizeaux, ami de Coste, et qui rencontrait fréquemment Boyer à l’Arc-en-ciel, The Rainbow, le pub des littérateurs huguenots de Londres, a été décrit comme un homme chez qui l’emportaient sans doute la promotion de l’échange et de la communication : il est vrai qu’il a fréquenté de grandes figures et rendu mille services, et que ses abondantes archives conservées à la British Library en rendent encore aux chercheurs, mais la comparaison exhaustive et juxtalinéaire de sa version du livre qui s’est le plus vendu en Europe après la Bible au dix-huitième siècle – le Télémaque de Fénelon – avec les versions de Boyer (assisté de Littlebury et Oldes), de John Ozell, de John Hawkesworth, et de Smollett, choisies parmi bien d’autres, a montré qu’il était un remarquable traducteur, sec, concis, précis, élégant, très moderne, à tous égards de fort loin supérieur à ses nombreux concurrents.

22 En effet, le travail dirigé par Boyer peu de temps après la parution de l’écrit réputé scandaleux de l’archevêque, qui fit tant plaisir à l’Europe du fait de la satire subodorée du roi de France, avait été hâtif, littéral et partagé pour tirer un prompt bénéfice de la conjoncture : ses défauts évidents appelaient une retraduction. Celle d’Ozell, le mauvais traducteur de Molière et de Racine, loin d’améliorer les choses, est un plagiat éhonté du piètre précédent. Celle de Hawkesworth est une belle doublement infidèle, en ce qu’elle métamorphose la prose classique, aérienne du prélat, le faisant s’exprimer non pas comme John Hawkesworth, qui n’avait pas de style propre, mais comme Samuel Johnson, qui en avait trop. Celle qui porte le nom de Smollett, enfin, a le désavantage de ne pas être de lui, mais de tous les précédents, mis à contribution par des hacks indélicats quoique méthodiques. Une fois encore, la place et le temps manquent ici pour illustrer de spécimens ce qui vient d’être dit : il faudra en croire ceux qui ont étudié cette question ou se référer aux textes-sources cités. Des Maizeaux, en tous cas, a donné avec cette production une magistrale leçon de traduction fidèle et racée, présentée sous forme bilingue avec le français et l’anglais en regard sur pages opposées : il est possible qu’il s’agisse là du premier ‘bilingue’ à but pédagogique clairement annoncé. Comme cela se passait en 1742, on remarque également qu’il fut un des tout premiers à supprimer les majuscules des noms communs dans la prose anglaise imprimée, ce qui confirme sa dimension de novateur. En tant que traducteur, Des Maizeaux mériterait une étude complète et détaillée fondée sur l’examen attentif de l’ensemble de ses versions.

23Notre intention n’est pas, toutefois, de prononcer des Eloges, comme ce fut tant la mode au moment des Lumières, mais de mettre en relief des traits importants d’une activité essentielle. Les conceptions de la traduction varient, et celle de Des Maizeaux n’était pas la seule. Pierre Cornand de la Crose n’atteint pas la magnitude des figures précédentes, mais il est très représentatif de la catégorie à laquelle il appartient. Fils de bonne famille protestante, il naquit vers 1660, fit des études de théologie à l’académie de Genève, gagna l’Angleterre au moment de la Révocation, et y mena l’existence harassante, frustrante, et riche en expédients de ceux qui n’étaient pas suffisamment introduits dans les cercles du savoir et du pouvoir. Il fut donc tour à tour ou tout à la fois journaliste, coéditeur de périodiques, compilateur-annotateur, et traducteur. Sa conception de la traduction n’était pas des plus scrupuleuses : il ne demandait pas souvent la permission de l’auteur pour traduire, et lorsqu’il reproduisait le discours de son original, il introduisait des indications supplémentaires, des remarques, et des pensées personnelles. Il s’imaginait peut-être rendre service au lecteur, comme l’ont prétendu beaucoup d’autres qui procédaient de la même façon, mais il ne mesurait pas les conséquences de cette pratique peu recommandable, à moins que dans certains cas il les ait mesurées trop bien.

24En 1688 il choisit de son propre chef de rendre en français les Three Letters on the Présent State of Italy de Gilbert Burnet. Ayant fini la première, il décida de l’inclure dans un curieux petit livre qu’il assemblait, intitulé Recueil de diverses pièces concernant le quiétisme et les quiétistes, ou Molinos, ses sentiments et ses disciples. Un parfum d’hérésie émanait de ces pages, ce qui était de nature à rendre l’entreprise lucrative. En cours d’exécution, il avait notamment inclus une petite phrase de son cru : « Les quiétistes avaient en horreur les superstitions romaines et ils voulaient les ensevelir dans l’oubli en ne les enseignant et en ne les pratiquant point, aussi bien que l’abbé de Fénelon ». Et il avait ajouté en marge « Educ. Filles, p. 144 ». Dans ce traité, dont La Crose avait fait la recension en août 1687 pour la Bibliothèque universelle et historique, Fénelon n’avait évoqué que « certaines dévotions, qu’un zèle indiscret introduit, sans attendre que l’ Eglise les approuve » (Education des filles, 1687, effectivement p. 144). Les conséquences de cette insertion ne furent pas anodines. Bossuet s’en empara dix ans plus tard lorsqu’éclata la grande querelle du quiétisme, qui devait écarter Fénelon de Versailles et l’exiler dans son archevêché de Cambrai. Le neveu de Bossuet écrivit à son oncle le 10 décembre 1697 : « Il serait bon d’avoir ici en main l’écrit des protestants anglais, du temps de l’affaire de Molinos [...] : cela a frappé tous les cardinaux ; et je ne puis le trouver, quoique ce soit condamné par le Saint Office ».

25Le livre « où M. de Cambrai est rangé parmi les partisans de Molinos » fut retrouvé et il en fut fait usage avec beaucoup d’efficacité. Autre conséquence, l’année 1688 devint la date retenue pour marquer le début de la considérable notoriété de Fénelon dans les pays anglo-saxons (c’est le cas dans la thèse d’Albert Cherel, Fénelon au dix-huitième siècle en France, 1917, p. 39), alors que la première mention du nom de l’auteur du Télémaque outre-Manche est en réalité postérieure de plusieurs années.

26On mesure à la lumière de ce dernier exemple moins glorieux, les responsabilités pouvant concerner tout traducteur et qui soulignent encore l’importance de sa tâche. Dans leur rôle culturel, les huguenots émigrés en Grande-Bretagne à la fin du dix-septième siècle sont de bons représentants de la corporation traduisante toute entière à toutes les époques : ils permettent d’apprécier le tort causé par ceux qui, pour des raisons diverses, ne s’acquittent pas consciencieusement de leur tâche, mais ils montrent avant tout, comme Pierre Coste, le haut statut et l’extraordinaire retentissement des interprétations réussies ; comme Abel Boyer, la nécessité, grâce à un travail soutenu et minutieux, de forger des outils efficaces ; comme Pierre Des Maizeaux, enfin, la volonté d’être de son temps, d’innover et d’explorer de nouvelles directions.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

A. Ouvrages d’intérêt général :

Cherel Albert, Fénelon au XVIlIe siècle en France : 1715-1820. Son prestige, son influence, Thèse Sorbonne. Paris : Hachette, 1917.

Firth Charles, Modem Languages at Oxford, 1724-1919, London : Oxford U.P., 1919.

Hazard Paul, La Crise de la conscience européenne, vol. 1, Paris, Boivin, 1935.

Lambley Kathleen, The Teaching and Cultivation of the French Language in England during Tudor and Stuart Times, Manchester : Manchester U.P., 1920.

Misson François-Maximilien, Mémoires et observations d’un voyageur en Angleterre, La Haye : Henri van Bulderen, 1698.

Watts Isaac, Discourse on the Education of Children and Youth, London : Milner, 1751.

B. Ouvrages d’intérêt particulier :

Addison Joseph et Richard Steele, The Spectator, 1711-12. 7 vol. London : Payne et al., s. d.

Burnet Gilbert, Histoire de la réformation de l’ Eglise d’Angleterre, Trad. M. de Rosemond, Amsterdam : Abraham Wolfgang, 1683.

Fenelon François de Salignac de la Mothe, De l’éducation des filles, Paris : Pierre Aubouin, Pierre Emery, Charles Clouzier, 1687.

Lautel Alain, « La Fortune des Aventures de Télémaque de Fénelon en Grande-Bretagne au XVIIIe siècle », 3 vol. Thèse de doctorat d’Etat de l’Université de Nancy II, 1987. (Sur les traducteurs du Télémaque et sur La Crose, cf. vol. 2, annexes 15, 45, 47, 49, 51, 55).

Swift Jonathan, Journal to Stella, 2 vol. Ed. Harold Williams, Oxford : Clarendon Press, 1963.

C. Ouvrages concernant Boyer, Coste, et La Crose :

Boyer Abel, The Compleat French-Master for Ladies and Gentlemen, etc. Londres, T. Salusbury, 1694.

Boyer Abel, The Royal Dictionary in Two Parts, First French and English, Secondly English and French, etc. Londres, R. Clavel et al., 1699.

Boyer Abel, The Royal Dictionary Abridgd, in Two Parts etc., Londres, R. Clavel et al., 1699.

Boyer Abel, The History of King William III, Including the History of King James II, 3 vol., Londres, 1702-3.

Coste Pierre, trad. Essai philosophique concernant l’entendement humain. Par John Locke, Amsterdam, H. Schelte, 1700.

Grandcolas Bernadette, « Abel Boyer, grammairien et pédagogue. La description et l’enseignement du français en Angleterre de 1690 à 1750 ». Thèse de doctorat de 3e cycle de l’Université de Nancy II, 1974.

La Crose Jean Cornand de (éd.), Recueil de diverses pièces concernant le quiétisme et les quiétistes, ou Molinos, ses sentiments et ses disciples, Amsterdam, Wolfgang et Savouret, 1688.

Rumbold Margaret E, Traducteur huguenot : Pierre Coste. New York : Peter Lang, 1991.

D. Traductions du Télémaque :

Boyer Abel, Littlebury, Abraham et M. Oldes, trad. The Adventures of Telemachus, the Son of Ulysses. Par François de Salignac de la Mothe Fénelon. 2 vol., Londres, Awnsham et John Churchill, 1699-1700.

Des Maizeaux Pierre, trad. The Adventures of Telemachus, the Son of Ulysses. Par François de Salignac de la Mothe Fénelon. 2 vol., Londres, John Gray, 1742.

Hawkesworth John, trad. The Adventures of Telemachus, the Son of Ulysses. Par François de Salignac de la Mothe Fénelon. London : N. et W. Strahan, 1768.

Ozell John, trad. The Adventures of Telemachus, the Son of Ulysses. Par François de Salignac de la Mothe Fénelon, Londres, E. Curll, J. Pemberton et W. Taylor, 1715.

Smollett Tobias, trad. The Adventures of Telemachus, the Son of Ulysses. Par François de Salignac de la Mothe Fénelon. 2 vol., Londres, S. Crowder et al., 1776.

Auteur

Université d’Artois
Professeur de langue et littérature anglo-saxonnes à l’Université d’Artois. Agrégé d’anglais, docteur d’Etat, sa thèse s’intitule La Fortune des « Aventures de Télémaque » de Fénelon en Grande-Bretagne au dix-huitième siècle. Son champ de recherche porte sur la littérature anglaise du dix-huitième siècle et sur les apports de l’informatique et du multimédia à la traduction considérée dans son contexte littéraire. Ses publications concernent la littérature anglaise du dix-huitième siècle, la littérature comparée, la recherche assistée par ordinateur et la traduction de la poésie. Il collabore au CERACI de l’Université d’Artois et au Centre d’ Etudes Anglaises du XVIIIe siècle de Paris III.

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search