Version classiqueVersion mobile

Europe et traduction

 | 
Michel Ballard

Sous l’invocation de William Tyndale : les Bibles de langues anglaise et écossaise

Jean-Marc Gachelin

Texte intégral

‘ I defie the pope and all his lawes, and if God spare my life, ere manye yeares I wyl cause a boy that dryveth the plough shall know more of the Scripture then thou doest.’ (Réponse de Tyndale à un adversaire. cf Taillé 1985 : 548, et Weigle 1969 : 33)

1. Quelques remarques liminaires

  • 1 Abréviations utilisées : (outre AT. Ancien Testament, et NT. Nouveau Testament) AV. Authorized Vers (...)

1Il n’est pas rare que traduction et tradition s’opposent. Juifs et Musulmans préfèrent s’en tenir à la langue d’origine, l’hébreu et l’arabe étant ainsi considérés comme des langues sacrées. Jusqu’à la Bible de Jérusalem (1966), l’Eglise Catholique a de semblable façon « sacralisé » la Vulgate (Ve siècle) de Jérôme, révérant ainsi le texte de la langue-cible, le latin, comme s’il s’était agi de celui des langues-sources, l’hébreu et le grec. La traduction diachronique interne, c’est-à-dire d’un stade X au stade Y d’une même langue, n’est pas toujours appréciée non plus. Même si les émeutes provoquées à Athènes en 1901 par la publication du NT1 en grec démotique constituent un cas exceptionnel, on sait que dans le monde anglican actuel certains pasteurs donnent toujours leur préférence à l’AV de 1611.

2La Réforme est l’âge d’or de la traduction biblique en langues dites vulgaires. Remarquable rencontre de deux courants complémentaires, un respect nouveau à travers l’Europe pour les langues modernes, et une connaissance sérieuse de l’hébreu et du grec. Néanmoins, ce qui est vrai de la presque totalité des Bibles anglaises depuis Tyndale ne l’est pas du point de départ, la traduction allemande de Luther ayant été faite à partir de la Vulgate. Par ailleurs, c’est aux Bibles protestantes que l’on doit la standardisation du gallois et du finnois modernes. Les pays dont la langue ne fut pas ainsi enrichie, consacrée, par une traduction biblique, allaient se trouver dans une situation d’infériorité culturelle : il existe un parfait parallélisme entre l’anglicisation de l’Ecosse et la danification de la Norvège, chacun de ces pays s’étant vu imposer une Bible rédigée dans une langue génétiquement proche mais étrangère, l’anglais et le danois.

3Aux XIXe et XXe siècles, la Bible est traduite en divers dialectes et langues minoritaires. La motivation est encore évangélique (on pense au rôle de la British and Foreign Bible Society et à l’intérêt de Nida pour les langues amérindiennes), mais elle n’est parfois que strictement linguistique, comme chez Louis-Lucien Bonaparte (au XIXe siècle), l’un des fondateurs de la dialectologie en Europe occidentale, qui fit traduire des parties de la Bible en divers dialectes anglais, écossais, français et italiens. Il est également typique que le NTS (1985) soit l’œuvre d’un agnostique, dont seul l’amour de l’écossais le poussa à faire cette traduction.

2. Du vieil-anglais à l’anglo-américain et à l’écossais

4Dès le vieil-anglais, divers psaumes furent traduits, et les Evangiles le furent au début du XIe siècle. Taillé (1985 : 134) voit là ce qui sera plus tard « l’une des occasions du schisme protestant ». Si cette étude est mise « sous l’invocation de W. Tyndale », c’est parce que celui-ci devrait être considéré comme le patron des traducteurs (vers ou à partir de l’anglais), de la même façon que, selon Larbaud, Jérôme serait le patron des traducteurs en général, toutes langues confondues. Cela dit, il est erroné d’affirmer que « la Bible anglaise elle-même, en dépit de tous les remaniements et de toutes les approximations au texte hébreu, rejoint, à travers Wiclef, la Vulgate » (Larbaud 1986 : 54). Il convient de « rendre à César ce qui est à César » (Mat 22 : 21), car le NT de Tyndale (1525) et son AT non terminé (1530) ne sont en rien des « remaniements » de la Bible de Wycliffe (1382) révisée par John Purvey (1388). Tyndale alla droit aux sources hébraïques et grecques, comme l’avait fait Jérôme au Ve siècle, alors que Wycliffe s’était contenté de traduire lourdement (Ballard 1992 : 134) le latin de la Vulgate. Tandis que la Bible de Wycliffe, dont la seule possession pouvait conduire au bûcher (Smyth 1898 : 70-71), n’intéresse plus vraiment que les historiens de la langue, le monde anglophone doit à Tyndale la paternité de toute une lignée de Bibles dont la plus célèbre reste l’AV (1611). C’est à juste titre que Steiner (1977 : 348) l’appelle « the greatest of English Bible translators ». « Comme Luther, Tyndale fait œuvre de fondateur » (Ballard 1992 : 145). Daniell (1989 : 30) ne dit pas autrement : « It is commonly said that Luther’s 1522 NT gave Germany a language : it ought to be said more clearly that Tyndale’s 1534 NT gave to English its fïrst classic prose ».

5La comparaison avec Luther est d’autant plus pertinente que la 1ere édition du NT de Tyndale parut à Cologne et à Worms en 1525. L’année précédente, ne se sentant plus en sécurité en Angleterre, Tyndale était parti pour l’Allemagne, où il rencontra Luther à Wittenberg. Bien que reposant essentiellement sur le texte grec établi par Erasme, le NT de Tyndale s’inspire également de la Vulgate et de la traduction faite par Luther. En 1530 parut une traduction partielle de l’AT à partir du texte massorétique hébreu, de la Vulgate et de la traduction de Luther (qui ne devait pas paraître avant 1534). Comme, par ailleurs, Tyndale vécut 8 à 10 ans à Anvers (avant sa captivité) des recherches sont en cours à Louvain pour savoir s’il fut influencé ou non par les premières tentatives de traduction en néerlandais (Latré 1995 : 47). En tout cas, c’est en 1525 (même année que le NT de Tyndale) que fut publié à Anvers Het Nieuw Testament naar de Vertaling van Luther (Taillé 1985 : 299).

6La nature européenne de la traduction biblique anglaise ne cessa pas avec la mort de Tyndale. Coverdale poursuivit son œuvre, et la première version intégrale de la Bible au XVIe siècle parut à Zürich en 1535. Coverdale aurait rencontré Tyndale à Hambourg, mais, plus souple et habile que son prédécesseur, il dédia son ouvrage à Henri VIII. L’édition originale précisait que cette Bible avait été « translated out of Douche and Latyn in to Englishe » (Price 1937 : 248, Smyth 1898 : 97). Douche (=Dutch) désigne ici l’allemand (High Dutch s’employait jadis pour High Germari). N’ayant pas l’érudition de Tyndale, Coverdale se contenta de reproduire les textes déjà traduits par le premier, tout en s’inspirant ici et là de la Vulgate et des Bibles allemandes de Luther et de Zwingli (1529). Un amalgame des Bibles de Tyndale et de Coverdale, voilà ce qu’est la « Matthew Bible » (1537), rédigée en fait par John Rogers, qui, en tant qu’aumônier de l’English House à Anvers, avait été l’ami de Tyndale. C’est par prudence que Rogers utilisa le pseudonyme de Thomas Matthew. Selon une autre version (Whitley 1938 : 71), Matthew serait bien le traducteur, Rogers n’ayant fait que relire le texte avant de le publier en Flandre. Henri VIII, qui avait interdit le NT de Tyndale en 1525, et qui n’avait rien fait pour empêcher son supplice en 1536, autorisa la publication de cette Bible, qui contenait l’essentiel de l’œuvre de Tyndale.

7Réfugié cette fois à Paris, Coverdale se remit à la tâche, aidé par des hébraïsants et des hellénistes. Menacé par l’inquisition, il revint en Angleterre, et la « Great Bible » fut publiée en 1539, avec l’accord de Henri VIII. Cette Bible, qui repose largement sur la « Matthew Bible », fut utilisée dans chaque église du royaume.

8Le Catholicisme ayant été brutalement rétabli par Marie Tudor en 1553, Coverdale s’enfuit à nouveau vers le continent. En Suisse, la « Great Bible » fut révisée à son tour par plusieurs Protestants, dont Whittingham, beau-frère de Calvin, et probablement encore l’infatigable Coverdale. Le NT fut publié en 1557, avec une introduction rédigée par Calvin, et l’ensemble de la Bible (1560) fut dédié à Elisabeth, qui venait de monter sur le trône. Cette « Bible de Genève » connut un grand succès, en particulier en Ecosse, et l’un des ses mérites fut d’avoir été la Bible de Shakespeare. A cause d’une traduction fantaisiste, on l’appelle la « Breeches Bible » ; il était spécifié que, pour couvrir leur nudité, Adam et Eve, après avoir cousu des feuilles de figuier, s’en firent des... breeches (Gen 3 : 7). Aprons (AV et RSV) peut de nos jours faire sourire également, et on ne peut que préférer le choix de la NEB et de la NRSV (loincloths). A noter que Jérôme avait emprunté le terme de la Septante, perizomata, « ceintures » ou « tabliers » (de forgeron/cuisinier), et que breeches avait auparavant été la traduction de Wycliffe (Smyth 1898 : 102, note 2). Mais cela ne vaut pas la « Wicked Bible », édition de l’AV parue en 1631, où le typographe avait omis la négation dans « Thou shalt not commit adultery » ! (Taillé 1985 : 332).

9« Méfiant vis-à-vis de la Bible de Genève » (Ballard 1992 : 146), trop calviniste à son goût, l’archevêque Parker ordonna une autre révision de la « Great Bible ». Neuf des traducteurs étant des évêques, on la baptisa la « Bishops’ Bible » (1568).

10Toutes ces Bibles sont protestantes, mais, à la longue, les Catholiques furent pris à leur tour par la fièvre de la traduction biblique, sans pour cela s’écarter de la sacro-sainte Vulgate. Leur traduction s’intitulait « The Holie Bible, Faithfully Translated into English out of the authenticall Latin » (Price 1937 : 269). Il s’agissait toujours de défendre l’« authenticité » du texte de Jérôme, oubliant que la Vulgate n’est qu’« une eau déjà puisée et traitée, plutôt qu’une eau de la fontaine » (Taillé 1985 : 384). Il faudra attendre 1943 pour que l’encyclique Divino Afflante Spiritu autorise la traduction des Ecritures à partir de l’hébreu et du grec (Weigle 1969 : 139). Entreprise européenne par contre, puisque la Bible catholique est la « Douai Bible » (1610), traduite à Douai, où le « Collegium Anglorum » était un centre important du catholicisme en exil, et en partie à Reims. Ce n’est pas avant 1944 que Mgr Knox fit une nouvelle traduction de la Bible, la « Knox Version », mais encore à partir de la Vulgate, par ordre de la hiérarchie (Dayras, 1988 : 19), et ce malgré l’encyclique récente de Pie XII.

11En 1611 parut en Angleterre, sous le règne de Jacques 1er, la plus célèbre des Bibles anglaises, l’AV, connue en Amérique sous le nom de « King James Version ». Bien que le sous-titre fût « newly translated out of the original longues », l’AV est surtout une révision de la « Bishops’ Bible », laquelle, par l’intermédiaire de la « Great Bible », nous fait remonter à Tyndale.

12Ce n’est pas avant la fin du XIXe siècle qu’on ressentit le besoin d’une révision de l’AV, d’où la RV publiée en 1885. D’une part, la langue de l’AV était devenue plus archaïque, et de l’autre, la découverte de manuscrits grecs, dont celle du « Codex Sinaiticus » (IVe siècle) faite par Tischendorf au monastère orthodoxe de Sainte Catherine, mettait en valeur quelques imprécisions dans le texte grec du NT établi par Erasme et Bèze. Fut donc pris comme modèle The NT in the Original Greek, publié en 1881 par Westcott et Hort, deux membres du comité de révision. Quelques exemples de modernisation de l’anglais sont le remplacement des archaïsmes les plus marqués, comme celui de to ear/leasing/Holy Ghost/outlandish (devenu péjoratif) par to plough/falsehood/Holy Spirit/strange respectivement. Trop souvent associés à des jurons, damnation et hell furent remplacés par condemnation et Hades (grec) ou Sheol (hébreu) (Price 1937 : 295).

13Pour la première fois, des Américains avaient participé à une traduction biblique, mais, non satisfaits de la langue de la RV qu’ils trouvaient encore trop archaïque, ils en firent une révision, l’ASV (1901), caractérisée par des modernisations grammaticales (sith, part, passé holpen, which dans le Notre Père, remplacés Par since/helped/who) et lexicales (to strow, fat, « cuve », chapiter, « chapiteau de colonne », remplacés par to strew/vat/capital) (Price 1937 : 300).

14Avant-dernier avatar de la série de Bibles remontant à Tyndale, la RSV. En 1937 fut décidée aux USA la révision de l’ ASV. Si le NT fut publié en 1946, la Bible entière ne put l’être, à cause de la guerre, qu’en 1952. Existe une édition catholique (1967) de la RSV, qui comprend quelques retouches et ajoute les Apocryphes : cette « ouverture œcuménique » est soulignée par Marc’hadour (1993 : 9). Le NT de la RSV bénéficia de l’étude de nombreux manuscrits grecs du NT découverts depuis le XIXe siècle, et de divers papyrus trouvés en Egypte. On se rendit enfin compte que la langue éminemment simple du NT, la koinè, nécessitait la traduction en une langue moderne également simple. Furent donc supprimés les mots de l’AV devenus des faux-amis pour les anglophones du XXe siècle : to let, « empêcher », to prevent, « précéder », wealth, « bien-être », etc (préface de la RSV, p. 6). A propos de la vie sexuelle du couple, l’AV était devenue obscure (« Defraud ye not one the other », 1. Cor 7 : 5), alors que la RSV dit clairement : « Do not refuse one another » (Weigle 1969 : 138). La RSV prolonge l’ ASV dans son rejet typiquement américain de corn. Silos, « blé », est rendu dans le NT 12 fois par wheat et 2 fois par grain (Morrison 1979 : 744).

15Mais « of making many books there is no end » (Eccles 12 : 12), et la RSV a été révisée à son tour aux USA par une équipe de traducteurs à dominante protestante mais comprenant aussi cinq Catholiques, un Grec Orthodoxe et un Israélite. Il s’agit de la NRSV (1990). Cette Bible prend soin de distinguer le style noble de l’AT (hébreu classique) de celui, populaire, du NT (koinè), par exemple dans l’expression du futur, en conservant la distinction « traditionnelle » shall/will dans l’ AT, mais en n’utilisant que will dans le NT.

16En GB le besoin s’était déjà fait sentir d’une Bible dont la langue fût plus simple, et qui de surcroît sortît de la tradition tyndalienne, si noble soit-elle. C’est à l’ Eglise Presbytérienne que l’on doit l’idée d’une traduction radicalement nouvelle, et les autres Eglises de GB (sauf la Catholique) offrirent leur participation. L’ensemble de la NEB parut en 1970. Cet ouvrage bénéficie d’une meilleure compréhension du texte hébreu, et l’écart avec le sens littéral est parfois nécessaire. Ainsi, ce qui est connu comme « the valley of the shadow of death » (AV. Ps 23 : 4) est rendu par « a valley dark as death ». Selon Mellor (1972 : 165) on aurait pu aller jusqu’à traduire « valley of the darkest shadow », car cet emploi de mort » en hébreu aurait une valeur intensive (cf « un ennui mortel »/ « a deadly pain »). Quelle ne fut pas la stupéfaction de Julien Green de découvrir que « the valley of the shadow of death »/ « la vallée de /’ombre de la mort » ne se retrouvent exactement ni dans la Vulgate (« in medio umbrae mords » : absence de la vallée) ni dans la Bible allemande (« im finstern Tal » : absence de la mort) ! (Green 1985 : 194).

17Alors que la NEB est une initiative britannique, la NIV (1978) est une entreprise américaine, mais le besoin de se distinguer de la tradition tyndalienne est semblable. Même appel aussi à la linguistique comparée des langues sémitiques. La découverte de textes en ougaritique à Ras Shamra en 1929 donne accès à une autre langue sémitique, qui éclaire à l’occasion des hapax de l’ AT. Ainsi shekiyyoth (Isaïe 2 : 16), curieusement traduit par pictures dans l’AV, désigne en réalité un type de navire, d’où « every stately vessel ». La découverte profita aussi à la NEB (« dhows of Arabia ») et à la RSV (« craft ») ; (Walker 1984 : 130). On remarque la prudence des traducteurs devant le substantif shalmaweth (Ps 23 : 4) (racine sémitique shlm, « noirceur, obscurité ») traduit par skia thanatou dans la Septante, d’où umbra(e) mortis dans la Vulgate. La traduction traditionnelle shadow of death a été retenue pour le psaume 23, ce qui devrait réjouir Green, mais deepest gloom a été préféré ailleurs (Ps 107 : 10,14). Walker (1984 : 131) ajoute qu’en 1924 la Bible de Moffat avait proposé glen of gloom.

18Depuis Tyndale, la traduction biblique en langue anglaise est éminemment internationale, impliquant des Britanniques et depuis la RSV des Américains. Elle fut surtout européenne à l’époque de la Réforme, les traducteurs aussi bien protestants que catholiques se réfugiant tour à tour, en fonction du pouvoir à Londres, dans les Pays-Bas espagnols (régions de langues néerlandaise et française), dans les états allemands, en Suisse (germanophone et francophone), et même à Paris. Ce sont des Juifs allemands qui initièrent Tyndale à l’hébreu (Whitley 1938 : 36, 46), et c’est un imprimeur parisien qui améliora la présentation du NT grec établi par Erasme (Whitley 1938 : 97). Le modèle de la Bible de Luther fut indiscutable, tout comme il fut la source des traductions dans les autres langues germaniques.

19C’est grâce à la « Bible de Genève » et ensuite à l’AV que l’anglais s’imposa en Ecosse. On en veut pour preuve le poème de R. Burns intitulé « The Cotter’s Saturday Night ». La première moitié du poème est en écossais, mais après le repas le père ouvre la Bible familiale et déclare « And let us worship God ! », et jusqu’à la fin du poème seul l’anglais sera utilisé ! Il y a intrusion de l’anglais dans le cercle familial. « In the history of the art very probably the most successful domestication is the King James Bible » (Steiner 1975 : 347) : le terme domestication prend toute sa force dans le contexte écossais. A cause des préférences linguistiques de John Knox, la Bible anglaise joua le triste rôle de Cheval de Troie conduisant à l’anglicisation de l’Ecosse. Certes, vers 1520, Mordoch Nisbet avait adapté en écossais le texte de Wycliffe, mais cette tentative ne fut publiée qu’en 1903...

20A la demande de L-L Bonaparte, Henry Scott Riddell traduisit Matthieu (1856), les Psaumes (1857) et le Cantique des Cantiques (1858), George Henderson fit de même pour Matthieu (1862) et le Cantique des Cantiques (1862), lequel fut également traduit par une troisième personne, Joseph Philip Robson (en 1860). Tandis que Riddell conserve trop de mots anglais de l’AV, comme child/evening/great, Henderson préfère un lexique plus écossais (bairn/gloamin’/meikle) (Tulloch 1989 : 27), souhaitant présenter l’écossais comme une « branch of the Anglo-Saxon family » (cf Tulloch 1989 : 26, 29) ayant sa propre originalité. De ces trois auteurs, seul Robson fait appel à l’écossais familier (Tulloch 1989 : 32).

21Trois entreprises que l’on ne doit pas à L-L Bonaparte, les Psaumes (1871) et l’Esaïe (1879) de P. Hately Waddell, et le Ruth (1873) de James A.H. Murray, l’un des pères de l’Oxford English Dictionary – Ces traducteurs ont un point commun, une préférence marquée pour le fond germanique du lexique écossais (Tulloch 1989 : 42, 50). Ce purisme est même poussé très loin par Waddell, qui crée des composés pour remplacer les termes latins et romans de l’AV (ex : kith-gettin/truthtryst au lieu de generation/testimony, cf Tulloch 1989 : 41) et calque l’allemand de Luther (« the warld he sal right-recht », d’après « er wird den Erdboden recht richten », cf Tulloch 1989 : 43).

22Il faut attendre le XXe siècle pour que le NT soit traduit et publié en Ecosse, mais il existe une grande différence entre The NT in Braid Scots (1901) de William Smith, qui, malgré le titre, reste trop proche de la RV, et le NTS (1985) de R.L.C. Lorimer, beaucoup plus original, tout en ayant nettement pour modèle la NEB. L’humour n’étant pas une caractéristique ordinaire de la traduction biblique, il convient de signaler que Lorimer s’amusa à laisser le diable s’exprimer en anglais (Mat 4 : 1-11). Ce passage, qui n’avait été au départ qu’un divertissement à usage familial (introd, p. 21) a été imprimé en appendice (p. 455) par le fils de Lorimer.

23Contrairement à l’écossais de Murray, qui est celui de son dialecte (variété méridionale), celui de Lorimer fait appel à divers dialectes (Tulloch 1989 : 76), comme si, dans un effort de standardisation, il voulait élaborer un diasystème pouvant servir de koinê écossaise. La distanciation maximale vis-à-vis de l’anglais, que recherchent certains traducteurs, n’est pas que d’ordre lexical. Chez Murray et Lorimer, elle est aussi d’ordre grammatical, car il s’agit de montrer que l’écossais n’est en rien de l’anglais corrompu. Le meilleur test est celui du pronom relatif : tandis que Waddell et Smith font appel à wha (= who), Murray et Lorimer emploient systématiquement at d’origine norroise (Tulloch 1989 : 44, 50, 58).

24Ces divers moyens de souligner la spécificité de l’écossais sont la marque d’une véritable politique linguistique, dont la Bible n’est qu’un prétexte, mais de taille. Il s’agit en effet de lutter contre la Bible anglaise sur son propre terrain, celui de la traduction biblique. On ne peut qu’ être sensible au désir qu’avait Lorimer de rendre à l’écossais son statut de langue littéraire perdu à la Réforme, mais son NTS pèche parfois par excès d’originalité. Ainsi, la traduction de thalassa . (le sens de « lac » étant un sémitisme : Margot 1979 : 62-3, 175, 181) par loch, et celle d’erêmos par muirs (Marc 1 : 12, pour éviter wilderness) font qu’on imagine presque Jésus en train de chasser le coq de bruyère sur les rives du Loch Ness, qui en a vu d’autres !

3. Culte de l’AV et prolifération de Bibles contemporaines

25Dressant le bilan du colloque international qui s’est tenu à Oxford en septembre 1994 sur le thème de « W. Tyndale, the Bible and the Tudor World », David Norton constate que « In a sense, a new discipline was created, English Biblical Studies. This may sound strange, given that (to take one aspect of the subject) people hâve been writing historiés of the English Bible since the 1730’s » (Norton 1995 : 10).

26Il est évident que notre titre « Sous l’invocation de Tyndale » semble ne convenir pleinement qu’à la remarquable lignée de Bibles s’étendant de celle de Tyndale (1530) à la NRSV (1990) sur quatre siècles et demi. Néanmoins, Tyndale marqua à ce point les études bibliques en langue anglaise que sa place reste centrale, même si la NEB, la NIV et le NTS sont autant de réactions à la plus prestigieuse (historiquement, culturellement et linguistiquement) de ces Bibles, à savoir l’ AV. Sans verser dans ce que Norton (1995 : 10) appelle plaisamment l’« A Volatry », l’AV a marqué la langue et la littérature anglaises jusqu’à nos jours. C’est aussi elle dont le modèle linguistique servit à John Smith, le fondateur du Mormonisme, à la plagier habilement. Tout comme l’Ossian de Macpherson, The Book of Mormon (Another Testament of Jesus Christ) (1830) est censé être la traduction d’un texte disparu après coup. Deux cas intéressants de prétendues « traductions » dont les textes-sources sont imaginaires. Peu importe, car le résultat est, de la part de Smith, une magistrale imitation de la langue et du style de l’AV, comme ce passage peut en témoigner : « And it came to pass that he brake bread again and blessed it, and gave to the disciples to eat » (3 Nephi 20 : 3). La Bible juive publiée en 1917 est fortement influencée par l’AV, laquelle a aussi servi de modèle linguistique dans la traduction du Kitab-i-Akdas, livre fondamental du Bahaïsme (McArthur 1992 : 122, 124).

27Il est facile de dénigrer l’AV sous prétexte que c’est une vieille dame dont on ne comprend plus bien la langue désuète : « Do not give them a loaf of bread, covered with an inedible, impenetrable crust, fossilized by three and a half centuries. » (Palmer 1984 : 213). Mais c’est une affaire de goût ! Et « so that we can have sex with them » (NIV)/ « so that we can hâve intercourse with them » (NEB) sont-ils réellement préférables à « (so) that we may know them » (AV, RSV et NRSV) (Gen 19 : 5) ? Où est donc passé le charme de « Isaac was sporting with his wife » (AV, Gen 26 : 8) ? Certes mis au goût du jour dans ‘Isaac fondling Rebekah his wife » (RSV)/ « fondling his wife Rebekah » (NRSV) et « Isaac caressing his wife » (NIV), mais franchement édulcoré dans « Isaac and his wife Rebecca laughing together » (NEB) ! Pruderie risible en vérité, même s’il y a en hébreu un jeu de mots étymologique, Isaac étant celui qui « rit » (Yitzhâq).

28Pendant plus de trois siècles, « the unifying force of the Scriptures », c’est-à-dire l’AV, fut un « common bond » (Wiseman 1984 : 190) entre les deux côtés de l’Atlantique, tandis que de nos jours il s’avère difficile d’avoir une Bible anglaise vraiment commune, d’où le titre de l’étude de Wiseman, « Anglicizing the NIV », suite à la décision prise en 1978 de publier une « British and Commonwealth édition » de la NIV. Juste retour des choses, si l’AV tint longtemps le haut du pavé, ce sont désormais des éditions américaines (RSV, NIV, NRSV) qui font la loi, la seule exception étant la NEB.

29Certes, d’une époque à l’autre, des retouches sont nécessaires. Ainsi « if any widow have children or nephews » (1 Tim 5 : 4), texte de Tyndale repris dans l’AV, a dû être modernisé en « if a widow has children or grandchildren » (RSV, NRSV, NEB NIV)/ « gin a widow hes baims or oes » (NTS). Typique des XVIe et XVIIe siècles était la polysémie de nephew/neveu, « petit-fils » (latin classique nepos) ou « neveu » (latin tardif), laquelle se maintient en italien (nipote) et en roumain (nepot).

30De l’étude comparée des textes, et de l’opération de traduction elle-même peut naître le doute ou l’incroyance, ce que l’ Eglise Catholique a redouté pendant des siècles. Ainsi la « virginité » de Marie ne s’explique que par une traduction erronée des Septante (hébreu halmâ, « jeune femme », réduit dans Esaïe 7 : 14 àparthenos, « vierge », cf. Margot 1979 : 136 note 28 ; Harl 1988 : 288), d’où l’opposition Virgin (AV et NIV) vs young woman (RSV, NRSV, NEB) et l’on peut se demander si, linguistiquement parlant, Jésus a bien marché « sur les eaux » : le même syntagme prépositionnel « epi tês thalassês » signifie « on the sea » (Jean 6 : 19) ou « at the sea » (Jean 21 : 1) (cf Taillé 1985 : 418). Les traductions sont marquées par leur époque : au besoin de merveilleux à l’origine et au Moyen Age ont succédé au XXe siècle de nouvelles préoccupations. L’antiracisme corrige un verset du Cantique des Cantiques (« I am comely and bumt brown by the sun » dans la version sud-africaine, au lieu de « I am black but comely » dans l’AV, erreur remontant à Jérôme, « Nigra sum sed formosa » contrastant avec l’hébreu « ... ve-navah » et le grec « ... kai kalê » de la Septante, cf. Taillé 1985 : 456 note 1), le féminisme transforme exousia, « autorité » (« For this cause ought the woman to have power on her head », 1 Cor 11 : 10, Tyndale et AV) en... « voile » (« That is why a woman ought to have a veil on her head » (RSV), car le mari ne saurait plus exercer son autorité sur son épouse, et ce même féminisme impose humankind/human à la place de men/man : « There is also one mediator between God and humankind, Christ Jesus himself human » (1 Tim 2 : 5, NRSV). Comment de savants traducteurs peuvent-ils ainsi fermer les yeux sur la polysémie – innocente – de man (espèce ou sexe), préférant redouter « the danger of linguistic sexism » (introd, p. 12) ? Même la théorie scientifique du Big Bang est mise à contribution, mais il n’y avait réellement pas lieu de changer « In the beginnin was the Word » (Jean 1 : 1) en « When ail things began, the Word already was » (NEB, cf Caravel 1994 : 97), ni d’oser ajouter of création au traditionnel « In the beginning de la Genèse (1 : 1), les textes originaux se contentant de Bereshit (AT) et En archê (NT).

31Chacune de ces Bibles a ses mérites. Même si les traductions les plus récentes sont plus fidèles aux textes hébreu et grec, elles ne détrôneront pas de si tôt l’AV, qui, avec la patine de l’âge, est devenue à son tour une « hagio-langue », pour employer le terme cher à Sephiha, au même titre que la Septante et la version originale du NT dans l’ Eglise grecque orthodoxe, et la Vulgate, qui fut jusqu’à la Réforme la Bible de l’Europe catholique, de Malte à l’Islande, et du Portugal aux Pays Baltes. Mais, alors que Jérôme utilisait une langue postclassique, simple et populaire, parfois contre son gré, Tyndale, Coverdale, etc donnèrent au contraire à l’anglais une langue classique, et Lorimer a tenté de rendre à l’écossais son statut de langue standard.

32La Bible est le palimpseste par excellence, le parchemin usé jusqu’à la trame mais toujours retouché, parfois rajeuni et enrichi par quelque découverte archéologique ou philologique. De toute façon, chaque entreprise est fascinante, car « Scripture remains ever young, ever fresh, with a perpetual challenge to the art of translating » (Green 1985 : 210).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Ballard Michel, De Cicéron à Benjamin. Traducteurs, traductions, réflexions, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1992.

Barker Kenneth (ed.), The Making of a Contemporary Translation (the NIV). London, Hodder & Stoughton, 1973, 1984.

Caravel Monique, « ’Liens, liages et déliages’ – des termes clés pour une problématique de la traduction des Evangiles » in : Idéologies dans le monde anglo-saxon, n° 7, Grenoble, Université Stendhal, 1994, p. 83-115.

Daniell David (ed.), Tyndale’s New Testament, New Haven & London, Yale University Press, 1989.

Dayras Solange, « La Knox Version : une traduction controversée » in : Gibaud, 1988, p. 19-32.

Gibaud Henri (éd.), Les problèmes d’expression dans la traduction biblique, Angers, Université Catholique de l’Ouest, 1988.

Green Julien, Le langage et son double, Paris, Editions de la différence, 1985.

Harl Marguerite, Dorival Gilles, Munnich Olivier, La Bible grecque des Septante, Paris, Editions du CERF et du CNRS, 1988.

Larbaud Valery, Sous l’invocation de saint Jérôme. Paris, Gallimard, 1946, 1986.

Latré Guido, « Tyndale the Translator meets Plantin the Printer » in : The Tyndale Society Journal, n° 1, Oxford, 1995, p. 45-51.

Lorimer William Laughton, The New Testament in Scots, Harmondsworth, Penguin Books Ltd, 1985.

Marc’hadour Germain (éd.) Le lexique chrétien (vol. 2), Angers, Université Catholique de l’Ouest, 1993.

Marc’hadour Germain, « Introduction » in : Marc’hadour 1993, p. 1-22.

Margot Jean-Claude, Traduire sans trahir (La théorie de la traduction et son application aux textes bibliques). Lausanne : Editions l’Age d’Homme, 1979.

McArthur Tom (ed.), The Oxford Companion to the English Language. Oxford : O.U.P. (entrées Bible/Biblical English/Tyndale/ Coverdale/ Wycliffe), 1992.

Mellor B, The Making of the Old Testament, Cambridge : C.U. P, 1972.

Merk Augustinus, Novum Testamentum Graece et Latine. Rome : Scripta Pontificii Instituti Biblici, 1964.

Morrison Clinton, An Analytical Concordance to the Revised Standard Version of the New Testament. Philadelphia : The Westminster Press, 1979.

Norton David, « The Oxford International Tyndale Conférence » in : The Tyndale Society Journal, n’1. Oxford, 1995, p. 10-11.

Palmer Edwin, « Isn’t the King James Version good enough ? (the KJV and the NIV compared) » in : Barker, 1973, 1984, p. 196-214.

Price Ira Maurice, The Ancestry of our English Bible. New York : Harper & Brothers, 1906, 1937.

Sephiha Haïm Vidal, « Le ladino ou l’emprunt à tous les niveaux » in : L’emprunt linguistique (Le Bourdellès, Buridant & Lilly éds.). Université de Louvain-la- Neuve, 1980.

Smyth Paterson J, How we got our Bible. London : Samuel Bagster & Sons, 1886, 1898.

Steiner George, After Babel, Oxford : O.U. P, 1975, 1977.

Taille Michel, Les problèmes du polyglottisme dans les Eglises chrétiennes d’Europe Occidentale (3 vol.) Thèse d’Etat dactylographiée, 1985.

Tulloch Graham, A History of the Scots Bible. Aberdeen University Press, 1989.

Walker Larry, « How the NIV made use of new light on the Hebrew text » in : Barker, 1973, 1984, p. 127-142.

Weigle Luther, The English New Testament tfrom Tyndale to the RSV). New York : Greenwood Press, 1949, 1969.

Whitley W. T, The English Bible under the Tudor Sovereigns Paulton (Somerset) : Purnell & Sons, 1938.

Wiseman Donald, « Anglicizing the NIV » in : Barker, 1973, 1984, p. 190-5.

Notes

1 Abréviations utilisées : (outre AT. Ancien Testament, et NT. Nouveau Testament) AV. Authorized Version. 1611 – RV. Revised Version. 1885 – ASV. American Standard Version. 1901 – RSV. Revised Standard Version- 1952 – NEB. New English Bible. 1970 – NIV. New International Version- 1978 – NTS. New Testament in Scots. 1985 – NRSV. New Revised Standard Version. 1990

Auteur

Professeur de linguistique anglaise à l’Université du Littoral. Sa thèse d’Etat (1981) a pour sujet William Barnes, linguiste et poète, et sa recherche porte sur la dialectologie, les variétés d’anglais à travers le monde, les contacts de langues, la diachronie, et les diverses traductions du Nouveau Testament en anglais (standard et dialectal) comme en écossais, la traduction biblique étant l’auxiliaire de la variation linguistique (dans le temps comme dans l’espace).

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search