Version classiqueVersion mobile

Europe et traduction

 | 
Michel Ballard

Présentation

Michel Ballard

Texte intégral

Les gens désintéressés qui protestent contre les traductions d’ouvrages étrangers sont vraiment incompréhensibles. De la part des libraires, des éditeurs, des fournisseurs du gros public, cela va de soi. Mais les autres ? Ceux qui disent que « nous avons aussi bien en France », quelle idée se font-ils des lettres ? Ceux à qui les traductions d’ Ibsen, de Dostoïevski, de Tolstoï, de Thomas Hardy, paraissent « un danger pour la culture française », ne nous feraient-ils pas croire que la culture française consiste dans l’ignorance superbe de toute autre culture ?
Valéry Larbaud (De la traduction, 1913)

On voit qu’ il ne s’ agit pas seulement d’expurger les manuels d’histoire et d’en faire disparaître « tout ce qui éveille la haine de l’étranger », mais qu’il convient aussi d’y introduire des précisions à présent jugées inutiles, et des faits que l’on a passés sous silence. Et cela revient à dire que l’enseignement, dans tous les pays européens, devrait s’attacher à donner aux enfants et aux jeunes étudiants des tableaux aussi complets que possible de la vérité historique.
Valéry Larbaud (Sous l’invocation de saint Jérôme, 1946)

1Ce volume réunit les Actes du colloque « Europe et traduction » qui s’est tenu à l’Université d’Artois les 21, 22 et 23 mars 1996 dans le cadre des activités du C.E.R.A.C.I. (Centre d’ Etudes et de Recherches de l’Artois sur les Cultures et Intertextualités).

2Par ce thème on choisissait de s’intéresser à une activité appelée à jouer un rôle de plus en plus important dans une Europe multilingue et dont le rôle passé comme ferment culturel et linguistique n’est pas toujours suffisamment connu. L’ensemble, on le voit, tend à s’organiser, de façon naturelle, en deux volets. Le premier est constitué par l’évocation d’un passé de commerce culturel, d’une série de pratiques axées sur la traduction, marquées du sceau de la curiosité et ayant toujours pour résultat l’échange et souvent aussi l’influence et la transformation. Le second volet, sans rompre avec les préoccupations antérieures esquisse davantage un état des lieux actuels avec l’évocation de problèmes liés tant à la mise en place de nouvelles institutions, qu’à la formation des traducteurs et à l’évolution de la recherche.

3Ce colloque fera sans doute percevoir à quel point la traduction exprime l’âme de l’Europe : une diversité culturelle et linguistique, faite d’échanges dans le respect des identités. Souhaitons que la conscience de ce rôle mène à une reconnaissance officielle de son existence comme matière d’étude.

4Au moment de livrer ces Actes à un public qui dépassera sans doute celui des spécialistes, j’éprouve un sentiment analogue à celui de Gaspard de Tende lorsqu’il achevait son traité par un hommage aux auteurs dont il avait utilisé les textes : j’exprime toute ma satisfaction que tant de spécialistes (et parmi les meilleurs) aient si volontiers répondu à mon invitation pour nous permettre d’entendre et puis de lire ce bouquet de témoignages, d’études et de réflexions.

Auteur

Professeur à l’Université d’Artois où il enseigne la traduction et la traductologie. Agrégé d’anglais, Docteur d’Etat de l’Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle, sa thèse s’intitule « Eléments pour une didactique de la traduction ». Ses centres d’intérêt en recherche sont : l’histoire de la traduction et de ses théories, la didactique de la traduction et la linguistique contrastive. Il a publié des ouvrages dans ces divers domaines : l’histoire avec De Cicéron à Benjamin (2e édition : 1995) qui est une version remaniée de la première partie de sa thèse de doctorat d’état ; une édition critique du Discours sur la traduction de Bachet de Méziriac à l’A.P.U. (1998) ; des manuels de traduction : La traduction de l’anglais au français (2e édition : 1994) et Le commentaire de traduction anglaise (1992) chez Nathan ; des ouvrages de recherche collective dont il a été le coordonnateur : La traduction à l’Université (P.U.L. 1993), Relations discursives et traduction (P.U.L. 1995) et en collaboration avec Lieven D’ hulst : La traduction en France à l’Age classique (1996). Il anime le C.E.R.T.A., Centre de Recherche en Traductologie de l’Artois.

© Artois Presses Université, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search