Version classiqueVersion mobile

Portraits de traducteurs

 | 
Jean Delisle

Chapitre 8. Abraham Elmaleh, l’attrait de l’Orient, le leurre de l’Occident1

Colette Touitou-Benitah

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier ici Daniel Touitou qui a attiré mon attention sur Abraham Elmaleh et m’a aidé (...)

1Abraham Elmaleh, cet « homme petit, légèrement bronzé, aux cheveux argentés et aux yeux vifs et brillants », fit figure de provocateur en 1935, à Londres, lors du premier congrès mondial des communautés sépharadites. Ce congrès marquait le 800e anniversaire de la naissance de Maimonide. C’était pourtant un homme qui rêvait de recréer la symbiose entre l’Orient et l’Occident typique de l’âge d’or espagnol.

2Né à Jérusalem en 1885 – dans cette ville qui était depuis une génération à peine majoritairement juive, mais où chaque communauté fortement structurée avait sa propre langue (judéo-espagnol, judéo-arabe, yiddish) –, Abraham Elmaleh appartient à la communauté des Maaravim, des « Occidentaux », c’est-à-dire des juifs originaires du Maroc. Il est issu d’une famille de rabbins espagnols qui s’installe en Turquie au xve siècle, puis qui, une génération plus tard, fait souche à Rabat-Salé. C’est du Maroc que ses ancêtres viennent s’installer à Jérusalem, au xixe siècle (Toledano 1959).

3Son père, Joseph Elmaleh est juge au tribunal rabbinique de Jérusalem et veille aux destinées de sa communauté. Il donne à son fils une éducation traditionnelle : au héder Doresh Tsion et à la yeshiva Tifereth Yerushalayim. Ses langues sont le judéo-arabe, le judéo-espagnol, l’hébreu biblique et talmudique. Son ardeur à l’étude, sa curiosité, sa soif d’apprendre le pousseront à élargir ses connaissances en dehors de la sphère traditionnelle de sa famille et de son milieu. Il apprend le français à l’École de l’Alliance israélite universelle de Jérusalem et l’arabe dans une institution juive de la vieille ville. Plus tard, il étudiera l’archéologie au séminaire Saint-Étienne.

Abraham Elmaleh.
Reproduit d’un ouvrage anonyme publié en l’honneur d’Elmaleh à l’occasion de son 70e anniversaire. Titre translittéré : Minha le-Avraham – Sefer Yovel lichvod Avraham Elmaleh, Jérusalem, s. éd., 1959.

  • 2 Ben Yehuda (1858-1922), écrivain et lexicographe d’origine lithuanienne, est considéré comme le pèr (...)

4La Jérusalem dans laquelle le jeune Abraham Elmaleh grandit au tournant du siècle n’est plus la cité fermée, blottie à l’intérieur de ses remparts. Elle s’ouvre aux idées nouvelles, accueille en son sein des personnages qui feront d’elle un lieu de rencontres, de création, d’effervescence. L’idéologie nouvelle greffée sur la tradition ancestrale sera le sionisme. La langue ancienne-nouvelle sera l’hébreu moderne, l’hébreu désacralisé, laïcisé, qui deviendra un outil de communication apte à tout exprimer. Un personnage cristallise en lui ces deux apports essentiels : Eliezer Ben Yehuda, le rénovateur de la langue hébraïque. Fasciné par Ben Yehuda, Elmaleh se lie d’amitié avec son fils Itamar Ben Avi, qui deviendra le premier journaliste à écrire en hébreu moderne. Enthousiasmé par la renaissance de l’hébreu, Elmaleh fonde en 1904 la Fédération des jeunes de Jérusalem qui se fixe comme but de faire de l’hébreu une langue vernaculaire. La même année, Ben Yehuda fait appel à lui pour traduire de l’arabe des articles de presse pour sa revue Hashkafa2.

  • 3 Le volume de mélanges publié en 1959 à l’occasion du soixante-dixième anniversaire d’Abraham Elmale (...)

5La carrière de traducteur d’Abraham Elmaleh commence donc à l’âge de dix-neuf ans. Il traduira de l’arabe et du français en hébreu sa vie durant des articles de presse, des articles scientifiques, des ouvrages historiques et des œuvres littéraires3 (Chouraqui 1959).

6En 1913 paraît sa traduction du Comte de Monte-Cristo, suivie en 1919 par celle de Cinquante Ans d’histoire (1860-1910), de Narcisse Leven, président de l’Alliance israélite universelle. En 1926, il publie la traduction de Gil Blas de Santillane, de Lesage et, en 1927, celle des contes persans Kalila et Dimna. Sa traduction de Silbermann, de Jacques de Lacretelle est publiée en feuilleton dans la revue Doar Hayom en 1929. Le Sanctuaire inconnu d’Aimé Pallière paraît en hébreu en 1945. La traduction hébraïque des Légendes d’Iraste est rééditée par ses soins en 1948. La dernière grande traduction d’Abraham Elmaleh paraît en 1963. Il s’agit de l’ouvrage de Michel Anski : Les Juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération.

7Pionnier de la traduction de l’arabe vers l’hébreu et du français vers l’hébreu, Elmaleh produira les outils indispensables pour tout utilisateur de ces langues. En 1923, il publie un dictionnaire hébreu-français qui sera réédité en 1925 et en 1947, ainsi qu’un dictionnaire français-hébreu en 1933.

8En 1929 paraît son dictionnaire hébreu-arabe, qu’on rééditera cinquante ans plus tard, augmenté d’un dictionnaire arabe-hébreu. Entre 1950 et 1957, il publie un dictionnaire encyclopédique hébreu-français, français-hébreu en cinq volumes. Elmaleh devient alors un nom commun, consécration ultime pour un lexicographe. Le « Elmaleh » sera pendant quelques décennies l’outil indispensable avant d’être détrôné par une nouvelle génération de dictionnaires.

9Parallèlement à son travail de traducteur et de lexicographe, Elmaleh a été un journaliste très fécond. Il a collaboré à des quotidiens, à des hebdomadaires, à des mensuels hébraïques qui paraissaient non seulement à Jérusalem ou à Tel-Aviv, mais également à Istanbul et au Caire, à Varsovie, à Vilnius, à Odessa, à New York, à Buenos Aires, à Cologne, à Londres. Il a aussi publié de nombreux articles dans d’autres langues : en arabe à Damas, au Caire, à Beyrouth ; en français à Paris, à Rabat, à Alger, à Tunis, à Alexandrie, au Caire, à Istanbul, à Tel-Aviv. Dans les langues diasporiques, comme le judéo-espagnol, à Istanbul, à Salonique, à Tanger, à New York, à Jérusalem, à Tel-Aviv ; en judéo-arabe à Tripoli. Il prendra une part active dans les comités de rédaction de plusieurs revues sur le pourtour méditerranéen et sera à Jérusalem le rédacteur en chef du quotidien Ha-Herut (« La liberté ») en 1909-1910 et de deux revues culturelles : l’une mensuelle, puis bimensuelle : Mizrah Ou-Maarav (« Orient et Occident ») entre 1912 et 1932 avec une interruption entre 1921 et 1927 ; l’autre, Mahbereth (« cahier »), revue trimestrielle, organe de l’Alliance israélite universelle qu’il dirigea de 1952 jusqu’à sa mort. Le tableau de la carrière professionnelle d’Abraham Elmaleh serait incomplet si l’on omettait les autres aspects de ses activités.

10Il fut avant tout un pédagogue. Il enseigna le français et l’arabe à l’école de l’Alliance israélite universelle, à Jérusalem, mais aussi à Jaffa, à Istanbul et à Damas. L’Orient devait s’ouvrir à l’Occident par le biais de la France, de sa langue et de sa culture.

11Abraham Elmaleh a été également un homme public et un homme politique puisqu’il a occupé le poste d’adjoint au maire de Jérusalem et a été élu comme député à la première Knesset, le Parlement israélien.

12Cette vie si pleine, qui commence et se termine à Jérusalem (1885- 1967), est également riche de rencontres, de voyages, d’événements. En 1910, il sert de guide-interprète à une importante délégation venue de Turquie, comprenant le grand rabbin Hayim Nahum, Elias Pacha, le médecin personnel du sultan Abdul Hamid, des notables, dont Jacob Modiano. Il repartira avec eux, via Damas, Beyrouth et Izmir et, pendant un an, il sera le secrétaire personnel du grand rabbin et le directeur de l’école juive, où il réussira à faire adopter l’hébreu comme langue parlée. Il en profite pour apprendre le turc et pour prendre des contacts avec les milieux culturels et politiques de la capitale turque. L’année suivante, il quitte Istanbul pour Damas où son beau-père vient d’être nommé grand rabbin. Durant trois années, il dirigera l’école de la communauté, dont l’effectif atteindra mille cinq cents élèves. Pour mieux diffuser la langue hébraïque, il fera venir, de Jérusalem, une quinzaine d’instituteurs et de jardinières d’enfants. Revenu chez lui au début de l’année 1914, il occupe un poste d’enseignant à Gaza, puis à Jaffa. Mais, en 1916, suspecté par les autorités turques, comme beaucoup d’autres personnalités à l’époque, il est déporté et emprisonné à Damas. La conquête britannique du général Allenby met fin à sa détention.

13À la fin de la guerre, Elmaleh comparaît devant la commission d’enquête américaine King Crane en tant que représentant sépharade. Immédiatement après, il est envoyé en mission en Syrie par le mouvement sioniste pour s’assurer de la sympathie des communautés juives qui devaient exprimer leurs vœux devant cette même commission (Tauber 1993). Suite au succès de sa mission, il entreprend, au début des années vingt, une série de voyages qui le mènent à Londres, à Vienne et dans les pays d’Afrique du Nord pour une durée d’un an. C’est pendant cette période qu’il commence sa carrière politique au sein des institutions sionistes. Membre de la délégation auprès de la commission d’enquête Peal, il obtient le droit de parole au nom des seuls Séfarades.

14Au cours des années trente, il dirige le bureau de presse sioniste à Jérusalem et à Tel-Aviv, puis entre à la mairie de Jérusalem. Pendant cette décennie et la suivante, il s’adonne à ses travaux dans une Jérusalem déchirée par la violence. Il accumule les manuscrits : une histoire des Juifs en Afrique du Nord, une histoire de la presse juive en Orient et en Afrique du Nord, plusieurs monographies sur des personnalités connues, une étude sur Saadia Gaon dans la littérature arabe et, surtout, un dictionnaire encyclopédique illustré français-hébreu, hébreu-français en dix volumes. Tout ce trésor et beaucoup d’autres manuscrits encore – dont urne histoire des tremblements de terre en Palestine et en Syrie – sont anéantis par les flammes le 3 février 1948 lors d’un attentat perpétré dans un immeuble du centre de Jérusalem où se trouvait son bureau. Les événements se précipitent. Quelques mois après cette perte, la création de l’État d’Israël le ramène dans l’arène politique. Il est élu au Parlement sur une liste séfarade. Mais à la fin de cette première législature, il décide de ne plus se représenter afin de consacrer tout son temps à réécrire les ouvrages détruits par le feu.

15De 1952 à 1967, Abraham Elmaleh, figure bien connue des milieux francophones de Jérusalem – il a reçu les palmes académiques et a été fait chevalier de la Légion d’honneur en 1946 –, a travaillé sans relâche jusqu’à ce que la maladie et la mort viennent mettre un terme à ses activités, dont il convient à présent d’évaluer l’aspect qui nous intéresse ici.

16La carrière de traducteur d’Elmaleh s’étale sur un demi-siècle. Elle commence en 1913 par la traduction du roman d’Alexandre Dumas et prend fin en 1963 par celle du livre de Michel Anski. La préface de ce dernier ouvrage se termine ainsi :

Il ne m’a pas été facile de rendre en hébreu le style de cet auteur. Les nombreux termes juridiques qui se trouvent dans les documents, particulièrement dans les instructions vagues des gouverneurs et dans les rapports des législateurs qui sont parfois impossibles à traduire ont rendu le travail du traducteur en hébreu encore plus difficile.

J’ai fait tout mon possible pour surmonter toutes ces difficultés afin de produire un texte parfait en donnant à ma traduction l’aspect d’un texte hébraïque véritable tout en restant fidèle à l’original français.

Ai-je réussi ? Au lecteur d’en juger (Anski 1963 : xxviii).

17Dans ce dernier texte, Elmaleh, alors âgé de 78 ans, nous confie ses angoisses de traducteur. Malgré sa longue expérience, il avoue que traduire n’est pas un art facile et il ne cache pas sa frustration d’avoir sans cesse à repousser les limites de l’intraduisible. La tournure impersonnelle derrière laquelle il se cache en parlant « du traducteur qui travaille vers l’hébreu » témoigne de son malaise. Il se ressaisit vite, cependant, et nous rassure en nous révélant l’idéal qu’il cherche à atteindre en tant que traducteur : être fidèle au texte de départ et produire un texte d’arrivée absolument transparent. Tiraillé entre ces deux fidélités, Abraham Elmaleh réussit-il ce tour de force ? Il nous invite à en juger par nous-mêmes. Nous le ferons sur pièces en analysant ses préfaces et en tentant une critique de trois traductions produites à trois moments différents de sa carrière.

L’attrait de l’Occident

18Umberto Eco raconte dans un de ses livres qu’à la demande d’un éditeur il avait accepté de traduire en italien Le Comte de Monte-Cristo, mais qu’au bout d’une centaine de pages il y avait renoncé, rebuté par la longueur et aussi parce qu’il avait tenté de restituer la structure narrative dans un style « plus rapide, nerveux, sans (bien entendu) ʺréécrireʺ, sans couper, en respectant Dumas, mais en faisant si possible économiser (à l’éditeur et au lecteur) quelques centaines de pages » (Eco 1993 : 90).

19Après avoir exposé ses principes de traduction « économique » fondés sur des considérations aussi bien d’ordre sociologique que linguistique, et les avoir appliqués à un passage, Eco fait brillamment la démonstration d’une économie de plus de 25 p. 100, mais avoue avoir été en proie au doute : « [...] je me suis demandé si les formes ampoulées, la platitude et les redondances ne faisaient pas partie de la machine narrative » (ibid. : 94).

  • 4 Dans les traductions ultérieures, celle de Joseph Krost en 1960 et celle de Mikha Franckel et Avi K (...)
  • 5 Morrel a désormais un prénom hébraïque, son nom de famille est affublé d’un suffixe courant dans le (...)

20Tout comme Umberto Eco, Abraham Elmaleh n’est pas arrivé au bout du Comte de Monte-Cristo. Il n’a traduit que les vingt premiers chapitres, soit deux cent cinquante pages et il ne nous a laissé aucune explication sur les motifs qui l’ont forcé à « capituler » à deux reprises. Mais la traduction d’Elmaleh est en soi un morceau de bravoure. Tout d’abord, la page de garde annonce qu’il s’agit d’une traduction libre. Non, le traducteur ne s’est pas permis d’opérer des coupes, il n’a pas cherché l’économie. Bien que l’hébreu écrit soit uniquement consonantique, ce qui entraîne toujours une réduction de texte dans les traductions vers cette langue, la traduction d’Elmaleh est même plus longue que l’original. La liberté du traducteur se situe à un tout autre niveau. Elmaleh a judaïsé Dumas. Ainsi, le titre du roman aux connotations chrétiennes n’a pas été traduit, mais a été remplacé par un autre titre, qui, retraduit en français, donne ceci : Les Aventures extraordinaires du Prince4. La judaïsation et l’hébraïsation du texte passent par les noms des personnages qui sont rebaptisés : Policar Morrel devient Joseph Morreli, Mercedès devient Pnina, Dantès est Yedidia, Danglars est Zimri5.

21Les noms des monuments ou des lieux géographiques sont banalisés : Notre-Dame-de-la-Garde se transforme en un simple fort ; l’île de Monte-Cristo devient l’île de l’ange. Par contre, Naples n’est pas translittérée à partir de l’italien mais à partir de l’anglais.

  • 6 La judaïsation comme norme de traduction était encore vivace à une époque ultérieure, étudiée par G (...)

22Les chiffres, qu’il s’agisse de date ou d’âge sont hébraïsés, c’est-à-dire remplacés par leur équivalents consonantiques, chaque lettre de l’alphabet hébraïque ayant une valeur numérique. Cet excès de purisme hébraïque était tout à fait normal au début du siècle, où l’hébreu moderne, alors en gestation, devait se constituer sur la base de l’hébreu biblique6.

23Les influences bibliques sont sensibles au niveau linguistique, tant grammatical que syntaxique. La temporalité organisée autour du présent, du passé et du futur est coulée dans le système biblique de l’accompli et de l’inaccompli avec passage de l’un à l’autre par utilisation du vav conversif. La subordination du français est systématiquement remplacée par la parataxe en hébreu. Dans des phrases où la juxtaposition crée un effet dramatique, comme celle-ci : « Au bout de vingt-quatre heures, la fièvre le prit ; trois jours après, il était mort... », Elmaleh, fidèle à la syntaxe biblique par coordination, remplace la ponctuation par des conjonctions de coordination, ce qui transpose le drame dans un autre temps.

  • 7 Aujourd’hui, en hébreu, le mot « esplanade » est effectivement formé à partir de cette même racine (...)

24Ce temps est le temps biblique évoqué principalement par les choix lexicaux. En réalité, pour le traducteur en 1913, sur le plan lexical, le problème principal était l’absence de choix et parfois même l’absence de mots. La périphrase reste alors la seule solution possible : le « quai » est en retraduction de l’hébreu le « trottoir qui est au bord de la mer » ; l’« esplanade » est la « rue », mais il est vrai que le mot hébraïque pour « rue » est étymologiquement dérivé de la racine qui a le sens de « large », ce qui expliquerait la solution adoptée par Elmaleh7.

25Quand la carence lexicale ne concerne pas des notions concrètes, la périphrase peut donner des résultats pour le moins inesthétiques : « d’un air visiblement soulagé » devient « comme si la charge de sable qu’il avait sur le cœur était tombée et qu’il en avait été soulagé ». Aussi le traducteur en arrive-t-il à effacer adjectifs et adverbes : « demander vivement » ne sera en hébreu que « demander » ; « la vague inquiétude » devient « l’inquiétude ».

26L’hébreu biblique étant le réservoir lexical de prédilection, des détails comme celui-ci : « avec un boulet de trente-six pieds aux pieds et un à la tête » seront effacés, car le défi est impossible à relever. Comment traduire dans un hébreu renaissant à la veille de la Première Guerre mondiale « un boulet de trente-six pieds » ? L’empreinte biblique sur la traduction d’Elmaleh aura pour conséquence inévitable le changement de niveau de langue, particulièrement sensible dans les dialogues où le français populaire deviendra un hébreu soutenu. Mais ce qui est à la limite du ridicule pour un lecteur actuel l’était-il en 1913 ? Certainement pas. Et ceci pour plusieurs raisons : tout d’abord, les locuteurs à l’époque n’avaient pas le choix entre plusieurs niveaux de langue ; de plus ils étaient proches de l’hébreu biblique et ils attendaient avec impatience la parution, en hébreu, de traductions des chefs-d’œuvre de la littérature européenne.

27On peut se demander pour quelles raisons Abraham Elmaleh a traduit Le Comte de Monte-Cristo. Pourquoi Dumas et non pas un auteur plus classique ? Pourquoi ce roman dont Umberto Eco fait l’éloge en disant que c’est à la fois un roman mal écrit et un roman bien écrit ? Pourquoi avoir commencé une carrière de traducteur par un texte si difficile ? Faut-il tout mettre sur le compte de l’inexpérience et du hasard ? Il est difficile de donner des réponses nettes et définitives à ces questions, mais notre connaissance d’Elmaleh nous permet d’avancer que le choix de cette première œuvre à traduire n’est pas fortuit. Il faut supposer que, dans la Jérusalem sous domination turque, où les juifs originaires d’Afrique du Nord constituent une communauté importante, ils importent leurs goûts littéraires. Or, Le Comte de Monte-Cristo, publié en 1846, a été traduit en judéo-arabe à Tunis, en 1889. Il est fort probable qu’à partir d’un texte connu et apprécié, le pédagogue Elmaleh ait mis le traducteur Elmaleh au service de l’effort d’hébraïsation qui lui tenait tant à cœur. Cette première traduction sera la seule qui paraîtra sans introduction. Le texte hébraïque s’achève sur la mention « fin de la première partie ». Envisageait-il de continuer cette traduction ? La Première Guerre mondiale devait l’entraîner sur des voies moins paisibles que celle du travail minutieux et patient de la mise en mots. Il ne s’est par la suite jamais expliqué sur cette première traduction. On peut facilement le comprendre. Les erreurs, les ajouts et les imprécisions abondent dans sa traduction. Le traducteur se laisse entraîner au point de transformer un passage ironique en passage moralisateur. Il a visiblement outrepassé la liberté qu’il affichait.

L’attrait de l’Orient

28Les contes persans de Kalila et Dimna – traduits et retraduits maintes et maintes fois et qui constituent un classique de la littérature orientale – se devaient d’être traduits en hébreu. Abraham Elmaleh ne choisit pas la solution de facilité d’une traduction pour le grand public : il produit une traduction scientifique. Il se livre à un véritable travail d’érudit pour arrêter son choix sur le meilleur texte de départ. Dans une introduction importante datant de 1922, il fait un relevé historique minutieux de toutes les traductions en sanscrit, en arabe et dans les langues européennes. Puis, il se livre à une critique systématique de deux traductions hébraïques antérieures. Il fixe finalement son choix sur la traduction arabe de Abdallah El Moukafa, imprimée à Beyrouth.

  • 8 H.N. Bialik (1873-1934), « le poète national ». D’origine russe, il traduisit lui-même en hébreu Do (...)

29Elmaleh inclut dans sa propre préface celle d’El Moukafa qu’il traduit en hébreu. Cet emboîtement des préfaces de deux traducteurs n’est pas chose courante et mérite d’être signalée. La traduction d’Elmaleh publiée en 1926 dans une édition de luxe a été revue par H.N. Bialik, le poète hébraïque qui travaillait à l’époque aux éditions Dvir, à Tel-Aviv8. Dans un article de 1936 consacré à cette traduction, Elmaleh publie deux lettres inédites de Bialik qu’il accompagne de souvenirs et de réflexions.

30Les lettres de Bialik présentent un intérêt particulier pour la traduction. Bialik lui-même avait pensé traduire Kalila et Dimna à partir de la traduction allemande, mais il y avait renoncé, car, écrit-il, « je savais qu’il n’était pas bon de transposer dans un troisième récipient ; la traduction n’aurait pas été suffisamment exacte ». Une traduction de traduction n’est pas à recommander, mais quand deux textes traduits s’interposent entre le texte de départ et le texte d’arrivée, il y lieu de douter de l’exactitude de la traduction. Le poète qui était employé par la maison d’édition Dvir était à la recherche d’un bon traducteur qu’il définit ainsi : « un écrivain qui [a] une connaissance parfaite des deux langues, l’arabe et l’hébreu ». Le bilinguisme ne suffit pas pour traduire une œuvre littéraire : il faut aussi être écrivain. D’ailleurs, dans ses deux lettres, Bialik s’adresse à Elmaleh en l’appelant « cher écrivain ».

31Avant la parution de sa traduction, Elmaleh avait relevé dans la presse l’annonce des parutions prochaines de son éditeur et son nom ne figurait pas comme traducteur de Kalila et Dimna. Il adressa alors une lettre à Bialik qui le rassura en lui disant que les éditions Dvir publiait deux traductions différentes de ce livre de légendes, l’une destinée à la jeunesse (« des petites miettes, quelques fables et légendes récoltées dans diverses traductions et adaptées aux enfants ») et une version « intégrale », celle d’Elmaleh. La diligence avec laquelle Elmaleh, conscient de ses droits de traducteur, les réclame est digne de notre attention. La traduction est un métier qui doit être reconnu et il incombe au traducteur de défendre son statut.

32L’article d’Elmaleh a un caractère anecdotique. Il nous raconte qu’en 1916, en pleine guerre mondiale, il fut arrêté, emprisonné à Jaffa, puis exilé à Damas où, tenu au secret avec cent cinquante autres prisonniers politiques, il pourrissait dans les geôles du « Khan el-Pacha ». Pour sa chance, il était le gendre du grand rabbin de Damas. C’est ainsi qu’il eut droit à un régime de faveur et put obtenir une bible, un dictionnaire unilingue arabe et une version de Kalila et Dimna. Il fait remarquer, entre parenthèses, qu’il ne demanda pas de dictionnaire arabe-français, le français étant la langue de l’ennemi. Pendant plusieurs mois, sa seule activité fut la traduction : « Le travail de la traduction me rendit la vie plus agréable. J’en vins à oublier tout ce qui se passait autour de moi... le monde entier était à feu et à sang, mais cela me laissait indifférent. Toutes mes énergies, toutes mes pensées étaient centrées sur la traduction de ce joyau oriental que je m’efforçais d’adapter, de polir et d’améliorer. » La succession des trois verbes n’est certainement pas à intégrer à une théorie de la traduction, elle donne cependant une indication sur la méthode de travail qui opère des va-et-vient incessants entre l’adaptation de la traduction aux destinataires, le travail sur le texte et la révision générale.

33Le récit de la rédaction en prison du premier jet de la traduction se termine par la citation en français dans le texte hébreu du proverbe : À quelque chose malheur est bon. Après la guerre, Elmaleh reprend sa traduction :

J’ai continué à la travailler, j’ai cherché et j’ai trouvé de nouvelles sources, j’ai fouillé dans d’anciens documents que je n’avais pas sous les yeux quand j’étais prisonnier à Damas, je suis allé à Beyrouth et je me suis plongé dans l’étude de tous les documents que m’a procurés le célèbre orientaliste, le prêtre Chicaud ; dans la riche bibliothèque de l’Université Saint-Joseph, j’ai recopié les manuscrits inestimables de Kalila et Dimna, tout ce qui manquait dans la version que j’avais sous les yeux à Khan el-Pacha, j’ai comparé toutes les sources et toutes les versions de Kalila et Dimna, j’ai révisé et adapté ma traduction, j’ai préparé tout le matériel qui m’a servi à la rédaction de l’importante introduction à ma traduction hébraïque que j’ai publiée par la suite.

Le traducteur, en amont de sa traduction, et dans son souci de produire un texte complet et exact, n’hésite pas à se transformer en chercheur véritable, à consulter les spécialistes, à étudier, à comparer, à corriger, à remettre en question et en chantier sa traduction.

La rencontre Occident-Orient

34Qu’est-ce qui pousse Elmaleh à traduire en hébreu, presque vingt ans après sa parution en France et trois ans avant le décès de son auteur, Le Sanctuaire inconnu, ma conversion au judaïsme, d’Aimé Pallière ? Ce catholique fervent, cet esprit libre, qui se rapprocha du judaïsme par amour de l’hébreu, confie dans son ouvrage :

L’hébreu exerçait sur moi une sorte de fascination et ce fut lui qui décida tout... Sous les syllabes hébraïques à la cadence sonore quelque chose de l’âme d’Israël arrivait jusqu’à moi. Un passage biblique, un lambeau de prière du rituel que je parvenais à traduire me parlaient du judaïsme d’une manière bien plus pénétrante et plus dangereuse pour ma foi native que tous les propos savants qu’aurait pu me tenir, avec les meilleures intentions du monde, un Israélite instruit et convaincu (Pallière 1926 : 63).

  • 9 Mais le passage suivant se réfère à celui qui pendant trois ans enseigna par correspondance l’hébre (...)
  • 10 La faute d’impression qui, à la page 141 de l’original, désigne le Talmud comme « Ce monument de la (...)

35C’est certainement cet amour pour la langue hébraïque qui a rapproché l’auteur et son traducteur. Elmaleh, comparant Pallière à Herzl qui ne croyait pas à la renaissance de l’hébreu, vante la clairvoyance de l’auteur du Sanctuaire inconnu, qui a compris, lui, que l’âme d’un peuple réside dans sa langue9. Si le texte français est truffé de fautes d’impression, celui d’Elmaleh est au contraire parfait10.

36Le texte hébreu (138 pages) est précédé d’une préface du traducteur de 24 pages et suivi de 58 notes pour expliquer au lecteur hébraïque les nombreuses notions chrétiennes qui émaillent le texte de Pallière. La préface est constituée de plusieurs parties : un commentaire suivi du texte avec références dans le texte traduit, un commentaire personnel, un passage sur la réception du livre et ses traductions en allemand et en anglais et, enfin, un récit de la vie et de l’œuvre d’Aimé Pallière.

  • 11 Bien que Pallière ait publié en 1936 une version allégée de son livre sous le titre Le Voile soulev (...)

37C’est à la suite de la lecture d’articles critiques dans la presse juive française qu’Elmaleh découvre le livre d’Aimé Pallière et décide de faire la connaissance de son auteur. En 1935, de retour de Londres, il passe par Paris, le rencontre et lui propose de traduire son livre en hébreu. Mais la traduction ne se fera que pendant la guerre11. « Le travail de la traduction et le transvasement d’un vase à un autre n’a pas du tout été facile » (Elmaleh dans Pallière 1945 : 24).

  • 12 Le lexique de Rudy a été publié à Tel-Aviv en 1939. Nous nous sommes basée sur cela pour affirmer q (...)

38Elmaleh évoque les difficultés de compréhension de l’original, le caractère ardu du livre dont le sujet est essentiellement théologico-philosophique, la pauvreté de l’hébreu moderne dans ce domaine, les citations des Évangiles sans références qui lui ont demandé un travail de recherche important. Il s’est aidé du lexique de philosophie de H. Rudy et de la traduction des Évangiles en hébreu de Franz Delitzsch, achevée en 190112.

39À la fin de sa préface, Elmaleh exprime l’espoir d’avoir permis au lecteur hébraïque de s’instruire sur l’histoire des relations entre le judaïsme et le christianisme, et précise qu’il ne partage pas tout à fait les idées de l’auteur. On voit bien que, pour Elmaleh, le traducteur n’a pas à être ce personnage transparent qui se laisse oublier. Il est le médiateur qui facilite au maximum le passage d’une œuvre d’une langue et d’une civilisation à une autre langue et à une autre civilisation. Mais il ne s’efface pas pour autant.

  • 13 L’article de Monica Doherty (1992), qui traite de la longueur des phrases en anglais et en allemand (...)

40Sa traduction est d’une qualité et d’une précision qui permettent de mesurer le chemin parcouru depuis Le Comte de Monte-Cristo. Les écueils lexicaux sont surmontés et ne donnent plus lieu à des lourdeurs paraphrastiques. Le ton grave de Pallière est préservé dans une langue soutenue qui n’est pas nécessairement biblique. La syntaxe française n’est pas reproduite, mais « transvasée » dans la syntaxe hébraïque, qu’il s’agisse du découpage des phrases, différent d’une langue à l’autre, ou des relations logiques du français qui s’effacent devant des constructions paratactiques, plus naturelles en hébreu13.

L’ineffable attrait de l’Orient

  • 14 Les fables d’Iraste sont une version très semblable, mais expurgée, des fables de Sendabar.

41Dans la longue introduction qui précède sa réédition des fables d’Iraste14, Elmaleh rapporte avec émotion sa première rencontre avec ce recueil de fables découvert par hasard dans la bibliothèque du rabbin Abraham Abikhzer, membre du Haut Conseil rabbinique de Jérusalem. Le manuscrit qu’il a entre les mains est une traduction hébraïque de ces fables faite entre 1602 et 1606 par le rabbin d’Amsterdam, Isaac Oziel. Le mauvais état du manuscrit en rend la lecture difficile : des lettres sont effacées, le papier a été mangé aux vers. Le nom de l’auteur est particulièrement difficile à déchiffrer. De plus, l’écriture consonantique de l’hébreu ne permet pas à Elmaleh de savoir avec exactitude comment prononcer le nom de l’auteur : Aresto, Aristo, Arioto, Irasto. S’agirait-il d’Aristote ?

42Une multitude de questions se posent à lui avant même qu’il commence la lecture du manuscrit : Qui est au juste ce Isaac Oziel ? Cette traduction a-t-elle été publiée ? Quelle est la langue de départ de ces fables ? Le manuscrit est-il celui du traducteur ou est-ce une copie plus tardive ? Y a-t-il d’autres traductions de ces fables ?

43Elmaleh apporte une réponse à chacune de ces questions. Il ne peut s’agir du célèbre philosophe grec. S’il avait été l’auteur de ces fables, l’œuvre aurait sûrement été connue. En réalité, le recueil porte comme titre le nom du personnage principal. La traduction est d’une telle qualité que l’auteur importe peu. Ce qu’il faut, c’est intégrer ce texte à la littérature hébraïque. L’introduction du traducteur est « remarquable par son style hébraïque pur qui rappelle celui des philosophes juifs du Moyen Âge. Il maîtrise les finesses de la langue hébraïque, la philosophie et la métrique n’ont aucun secret pour lui tout comme la Bible et le Talmud. Et qui plus est, c’est un véritable poète. »

  • 15 Israel Davidson (1870-1939) était professeur de littérature médiévale au Jewish Theological Seminar (...)
  • 16 Jacob Reifmann (1818-1895) était un érudit juif polonais, critique biblique et talmudique qui trava (...)
  • 17 Hamaguid, Hamelits et Hashahar sont les noms des premiers périodiques hébraïques qui parurent dans (...)
  • 18 Les quatre générations de traducteurs de l’arabe en hébreu, en Espagne et en Provence, aux xiie et (...)

44Elmaleh se lance alors dans une véritable enquête pour découvrir l’identité de son prédécesseur. Une lettre du 14 avril 1929 du professeur Israel Davidson confirme son hypothèse : le traducteur est bien le fils du rabbin Abraham Oziel, exilé de Castille à Fès15. Son fils était connu en tant que poète, grammairien, pédagogue et orateur. Il avait appris le latin à Amsterdam, et on peut donc supposer que sa traduction a été faite à partir du latin. Dans une note, Elmaleh apporte des détails sur la vie du traducteur, sur le lieu de sa sépulture et même sur son épitaphe. Il précise également que des extraits de ces légendes avaient été publiés par Jacob Reifman16 en mars 1862 dans les revues Hamelits et Hashahar et, en 1866, dans Hamaguid17. D’après Reifmann, ces fables sont d’origine perse, Isaac Oziel les a vraisemblablement traduites du latin18. L’hypothèse d’Elmaleh est donc confirmée par Reifmann. Le manuscrit découvert par Elmaleh est une copie qui remonte à une centaine d’années. Le recueil a été traduit en 1836, à Tübingen, par A. Keller.

45Abraham Elmaleh procède à une critique détaillée de la traduction d’Isaac Oziel. Il relève des passages flous, d’autres inintelligibles. Si certains néologismes sont bien frappés, d’autres, en revanche, manquent de transparence. Sa syntaxe laisse aussi à désirer, sujet et prédicat apparaissant dans un ordre indifférent. Les fautes d’orthographe et d’accord de genre, Elmaleh les attribue au copiste. Il conclut sa critique ainsi : « Malgré tous ces défauts, c’est une belle traduction qui nous rappelle le style d’Ibn Tibbon. »

Le leurre de l’Occident

46Dans sa dernière grande traduction, Les Juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, Elmaleh ne rédige pas une préface, mais fait précéder le texte d’arrivée par ce qu’il appelle « un aperçu général de l’histoire des Juifs d’Algérie des origines jusqu’à leur exode de ce pays ».

47Si l’auteur traite de l’histoire de cette communauté de 1870 à 1945 et, pour mieux cerner son sujet, consacre les deux premiers chapitres aux origines de cette communauté depuis l’Antiquité et à la première période de la colonisation française de 1830 à 1870, le traducteur estime utile pour ses lecteurs de compléter leurs connaissances et d’approfondir ce qui lui semble n’avoir pas été suffisamment traité par l’auteur.

48Dans un premier texte, Elmaleh, fidèle à l’esprit de ses préfaces antérieures, explique au lecteur ce qui fait la particularité de ce livre édité par le Centre de documentation juive contemporaine. Puis il brosse un portrait de l’auteur Michel Anski, en rappelant l’enquête que celui-ci a faite en Afrique du Nord au lendemain de la guerre, sa méthode de travail, sa maladie et son décès en octobre 1948. Il n’oublie pas de signaler que l’auteur avait de son vivant exprimé le désir que son livre soit traduit en hébreu. Notre traducteur – dont l’empathie avec l’auteur est totale – fait plus encore. Il affirme que, si l’auteur n’avait pas été gravement malade au moment de la rédaction de son livre, il aurait développé certains aspects qui, à son avis, le méritaient. C’est ainsi que, dans la période traitée par Anski, Elmaleh consacre de longs paragraphes à des points d’histoire qui lui paraissent essentiels comme les émeutes anti-juives au moment de l’affaire Dreyfus, celles de Constantine en 1934, la résistance juive d’Alger qui prépara le débarquement américain du 8 novembre 1942 et d’autres événements du genre.

49Le traducteur outrepasse manifestement ses droits ici. S’il était légitime dans une préface de traducteur de donner un aperçu historique pour la période postérieure au décès de l’auteur (1948 à 1962), il est moins acceptable qu’un traducteur se permette de « réviser » et de « compléter » l’œuvre qu’il est chargé de traduire. L’écrivain ou l’historien Elmaleh n’a pas permis au traducteur d’occuper seul la scène.

50Si la traduction d’Elmaleh est de la même qualité que celle du Sanctuaire inconnu, traduit dix-sept ans plus tôt, la fatigue du traducteur se fait néanmoins sentir dans cette dernière œuvre. Il ne traduit pas les 33 pages d’annexes qui sont pourtant des documents de première importance pour le sujet traité. Elles sont remplacées dans l’édition hébraïque par cinq pages de notes et remarques rédigées par le rabbin d’Oran, David Ashkenazi. Le traducteur est vraisemblablement épuisé. Épuisement moral plus que physique : mot après mot, ligne après ligne, il lui fait revivre le sort qu’ont connu les juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Traduction et traducteur

51Elmaleh n’a pas laissé de textes théoriques sur la traduction. Nous avons vu que sa conception de l’art de traduire émane essentiellement de sa critique de traductions. Son article sur la traduction des Psaumes d’André Chouraqui est éloquent à ce propos. Dans la première partie, il brosse un tableau de l’état des études juives en Allemagne et en France. Il fait remarquer la richesse des travaux dans ce domaine en Allemagne et souligne que les érudits allemands ont contribué à faire connaître les traducteurs hébraïques du Moyen Âge. En revanche, il déplore la pauvreté des études juives en France, mais il relève néanmoins l’« excellente traduction française » du Guide des égarés de Maïmonide réalisée par Salomon Munk à partir de l’original arabe, original publié également par les soins du traducteur, ce qu’Elmaleh apprécie particulièrement. La traduction de la Bible par les membres du rabbinat français ne suscite aucun commentaire, ce qui est à interpréter de la part d’Elmaleh comme une critique négative, à n’en pas douter. Par contre, la traduction par Julien Weil des Antiquités juives de Flavius Josèphe a droit à tous les éloges.

52La deuxième partie de l’article consacré à Chouraqui détaille les publications antérieures du traducteur qualifié de « penseur », « écrivain » et « auteur fécond ». Toutefois, les deux premières traductions de Chouraqui, Le Cantique des cantiques et La Couronne du royaume de Salomon Ibn Gabirol, ne trouvent pas grâce à ses yeux puisqu’il n’en dit mot. Il en est tout autrement pour la traduction des Psaumes qui, selon Elmaleh, fait de Chouraqui rien de moins que le meilleur des deux mille traducteurs des Psaumes en français depuis le xie siècle... Sur quoi se fonde Elmaleh pour affirmer cela ? En nous révélant son appréciation de la traduction de Chouraqui, Elmaleh nous indique ses critères d’une bonne traduction :

1. Sa traduction des Psaumes est « une création poétique religieuse et une poésie d’une grande élévation à laquelle ne pouvait parvenir qu’un poète d’envergure ».
2. Le traducteur a « une connaissance profonde de toutes les sources hébraïques, il a utilisé tous les commentaires des Psaumes ». Elmaleh en cite neuf parmi les plus importants.
3. Il a parfaitement compris de nombreux versets difficiles que d’autres traducteurs n’ont pas réussi à comprendre par méconnaissance de l’hébreu et des commentateurs des Psaumes « dont ils n’ont sans doute jamais entendu le nom ».
4. Le traducteur « s’arrête à chaque mot difficile, en fait une analyse linguistique et grammaticale, cite les avis des commentateurs, en tire les conclusions qui s’imposent logiquement pour en éclaircir le sens et le traduit de la façon la plus juste, la plus exacte, la plus sensée ».
5. Enfin, le traducteur a rédigé une introduction de 31 pages « qui est en soi un travail de recherche sur le livre des Psaumes, sa valeur morale et poétique, son histoire, ses commentaires, ses nombreuses traductions dans toutes les langues ».

53Dans une postface de 64 pages, le traducteur apporte des éclaircissements sur chacun des psaumes et s’explique sur ses choix de traduction. En guise de conclusion à son article, Elmaleh s’adresse au lecteur français, lui conseille de lire le livre des Psaumes dans la traduction de Chouraqui : « son cœur s’emplira de gratitude pour le savant traducteur qui a introduit ce trésor précieux dans la littérature française. » Et pour lui donner un avant-goût et lui permettre de fonder son propre jugement, il choisit six versets du psaume 45 et met en parallèle sur cinq colonnes l’original hébraïque et quatre traductions : celles d’Ostwald, de Segond, du rabbinat et de Chouraqui.

54On peut donc résumer ainsi les grands principes à la base de la méthode de traduction pratiquée par Elmaleh :

1. Toujours traduire vers sa langue maternelle. Bien qu’Elmaleh n’ait jamais énoncé ce principe, on remarquera que, bien qu’ayant pratiqué de nombreuses langues (français, arabe, anglais, allemand, turc, espagnol, etc.), il a toujours traduit vers l’hébreu. Pour la plupart de ses contemporains, traducteurs vers l’hébreu, cette langue n’était pas leur langue maternelle.
2. Avoir une connaissance aussi parfaite que possible de la langue de départ. Ce principe non plus n’est pas énoncé par Elmaleh. Mais, comme disent les talmudistes en araméen : pshita, ça tombe sous le sens. (Elmaleh était rompu au raisonnement argumentatif des yechivoth, les académies talmudiques.)
3. Comprendre parfaitement le texte de départ. C’est une condition sine qua non, sur laquelle Elmaleh insiste beaucoup. S’aider de commentaires, d’explications pour éclaircir le sens de mots, de notions ou de passages problématiques. En dernier recours, faire confiance à son sens de la logique pour trancher et, comme il l’écrit, « fixer le sens ».
4. Avoir des connaissances approfondies dans le domaine dont traite la traduction. Le traducteur ne doit pas ménager ses efforts et consulter les spécialistes, rechercher les sources les plus fiables, se documenter même à l’étranger si nécessaire, tout cela dans un souci de rigueur qu’il définit souvent de « scientifique ».

  • 19 Cette métaphore se trouve dans la prophétie de Jérémie (48,11) où il est dit à propos de Moab qu’il (...)

Si toutes ces conditions sont remplies, alors la traduction ne sera plus qu’une opération de « transvasement » pour reprendre la métaphore biblique que Bialik utilise et que l’on trouve à plusieurs reprises sous la plume d’Elmaleh19. Les nombreuses préfaces rédigées par Elmaleh sont-elles de véritables « préfaces de traducteur » ? Il est bien évident qu’elles sont destinées au lecteur de la traduction auquel elles fournissent des informations contextuelles sur l’auteur, son époque ou la genèse et la fortune de son livre. Elles remplissent par ailleurs d’autres fonctions : celles de décrire les difficultés rencontrées par le traducteur et les solutions apportées pour les surmonter. Elles expriment toujours l’insatisfaction du traducteur pleinement conscient des imperfections de sa traduction.

55Les préfaces, notes et remarques d’Elmaleh constituent un métatexte précieux pour le lecteur autant que pour le chercheur. Mais, comme nous l’avons vu, Elmaleh est allé, dans sa dernière traduction, jusqu’à se substituer à l’auteur. C’est un cas certain de déviance, même si notre traducteur prend la précaution de ne pas appeler préface son texte introductif.

Conclusion

56À la fin de l’éditorial du premier numéro de la revue Mizrah Ou-Maarav (« Orient et Occident »), dont il est le rédacteur, Abraham Elmaleh se définit comme un « écrivain sépharade hébraïque vivant parmi ses frères ». Pourquoi, malgré son activité de traducteur, ne se considérait-il pas comme tel ?

57La traduction pour Elmaleh est bien un transvasement, et les vases qu’il faut faire communiquer sont l’Orient et l’Occident. Ses racines familiales dans l’âge d’or espagnol, sa naissance et sa formation dans une Jérusalem qui commençait à s’ouvrir le préparaient à être ce médiateur qui aurait pu faire découvrir l’attrait de l’Occident aux Orientaux.

58La Deuxième Guerre mondiale a transformé l’attrait de l’Occident en un leurre. Quand il publie, en 1945, le livre d’Aimé Pallière qu’il a traduit pendant la guerre et pour lequel il s’enthousiasma en 1935, il ajoute pudiquement qu’il ne partage pas vraiment les idées de l’auteur, la réconciliation entre la chrétienté et le judaïsme lui semble alors bien utopique.

59La traduction du livre de Michel Anski qui le plonge dans le cynisme de Vichy envers les juifs d’Afrique du Nord, sa communauté d’origine pour laquelle il a écrit, traduit et œuvré sa vie durant, ne pouvait que lui laisser le goût amer du leurre.

Bibliographie

Références

1. Sources

ANSKI, Michel (1950), Les Juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération, Paris, Éditions du Centre.

ANSKI, Mikhael (1963), Yehudei Algiria mi-tsav Cremieux ‘ad ha-shihrur (« Les Juifs d’Algérie du décret Crémieux à la Libération »), traduit en hébreu par Abraham Elmaleh, Jérusalem, Kiryat Sepher.

DUMAS, Alexandre (1962), Le Comte de Monte-Cristo (1846), Paris, Garnier.

DUMAS, Alexandre (1913), Ha-Aluf ba’al ha-plaoth (« Les aventures extraordinaires du Prince »), traduction libre d’Abraham Elmaleh, Jérusalem, Haherut.

MISHELEIIRASTO (1945), Mavo He’aroth we-haaroth (« Fables d’Iraste »), introduction, remarques et éclaircissements par Abraham Elmaleh, Jérusalem, Mosad Harav Kook.

PALLIÈRE, Aimé (1926), Le Sanctuaire inconnu, ma conversion au judaïsme, Paris, Éditions Rieder.

PALLIÈRE, Aimé (1945), Ha-mikdash ha-ne’elam, parashat hitgayrouti, traduction hébraïque, introduction sur la vie et les œuvres de l’Auteur, notes et commentaires, Jérusalem, Éditions d’Eretz-Israel.

SIPUREI KALILA WE-DIMNA (1926), me-et Baydapa ha-pilosof ha-hodi (« Les contes de Kalila et Dimna du philosophe hindou Baydapa »), Tel-Aviv, Dvir.

2. Études

BALLARD, Michel (1993), « Le nom propre en traduction », dans Babel, vol. 39, n° 4, p. 194-213.

CASSIN, René (1959) « Le traducteur des œuvres du génie français en Israel », dans Minha le-Abraham, p. 61.

CHOURAQUI, André (1956), Les Psaumes, traduits et présentés par André Chouraqui, Paris, PUF.

CHOURAQUI, André (1959), « Traducteur, philologue, journaliste et lexicographe, dans Minha le-Abraham, p. 62.

DOHERTY, Monica (1992), « Relativity of sentence boundary », dans Babel, vol. 38, n° 2, p. 194-213.

ECO, Umberto (1993), De Superman au Superhomme, Paris, Grasset.

ELMALEH, Abraham (1936), « H.N. Byalik we-ha-tirgum ha-’ivri shel Kalila we-Dimna » (« H.N. Byalik et la traduction hébraïque de Kalila et Dimna »), dans Haolam, 30 juillet.

ELMALEH, Abraham (1957), « Yetsirath mofeth leshonith-mehkarith, sefer ha-Tehilim be-tirgum tsarfati hadash shel André Chouraqui » (« Un chef-d’œuvre linguistique et scientifique, la nouvelle traduction du livre des Psaumes d’André Chouraqui »), dans Mahbereth, Siwan 5717.

MALACHI, A. R. (1959) « Bi-sde ha-yetsira, pirsumei ba’al ha-yovel, bibliografia » (« Dans le domaine de la création ; bibliographie des publications et ouvrages d’Abraham Elmaleh »), dans Minha le-Abraham, p. xi-xliv.

MINHA LE-ABRAHAM (1959), Sefer Yovel li-khvod Avraham Elmaleah ben Yerushalaym, ha-sofer we-ish ha-sefer bi-mloth lo shiv’im shana (« Hommage à Abraham. Recueil littéraire en l’honneur d’Abraham Elmaleh, citoyen de Jérusalem. Écrivain et homme de lettres, à l’occasion de son 70e anniversaire, 1885-1955. Offert par ses amis et admirateurs »). Édité par le Comité du Jubilé, Jérusalem.

TAUBER, Eliezer (1993), « Wa’adath King-Crane be-erets israel, tazkir suri » (« La commission King-Crane en Erets-Israël, rapport syrien »), dans Katedra, n° 69, p. 122-133.

TOLEDANO, Jacob Moché (1959), « La famille Elmaleh dans la littérature hébraïque », dans Minha le-Abraham, p. 22-26.

TOUITOU-BENITAH, Colette (1989), Répertoire des ouvrages traduits, français-hébreu/hébreu-français (1924-1988), Tel-Aviv, édité par le bureau d’action linguistique de l’Ambassade de France.

TOURY, Gideon (1977), Normoth shel tirgum we-ha-tirgum ha-sifruti le-’ivrit bashanim 1930-1945 (« Les normes de traduction et la traduction littéraire en hébreu dans les années 1930-1945 »), Tel-Aviv, Les Presses de l’Université de Tel-Aviv.

WALDINGER, Albert (1993), « Frontiers of cohesion : Shakespeare in modem Hebrew », dans Babel, vol. 39, n° 2, p. 98-110.

ZAKHOR LE-ABRAHAM (1972), (« Mélanges Abraham Elmaleh à l’occasion du cinquième anniversaire de sa mort »), édités par H.Z. Hirshberg, Jérusalem, Comité de la Communauté marocaine.

Notes

1 Je tiens à remercier ici Daniel Touitou qui a attiré mon attention sur Abraham Elmaleh et m’a aidé dans mes recherches bibliographiques.

2 Ben Yehuda (1858-1922), écrivain et lexicographe d’origine lithuanienne, est considéré comme le père de l’hébreu moderne. À partir de 1897, son hebdomadaire Hashkafa devint l’organe de lutte pour l’hébreu parlé.

3 Le volume de mélanges publié en 1959 à l’occasion du soixante-dixième anniversaire d’Abraham Elmaleh renfermait quelque sept cents publications de cet auteur. En dépit de ses qualités scientifiques, cette bibliographie, préparée par l’éminent bibliographe A.R. Malachi, était lacunaire. Il y manquait, en effet, des centaines d’articles publiés sous de nombreux pseudonymes, outre les quinze pseudonymes répertoriés par Malachi et des dizaines d’articles parus dans diverses revues littéraires et scientifiques comme Mizrah Ou-Maarav et Sinaï.

4 Dans les traductions ultérieures, celle de Joseph Krost en 1960 et celle de Mikha Franckel et Avi Kats en 1987, le titre original est exactement traduit.

5 Morrel a désormais un prénom hébraïque, son nom de famille est affublé d’un suffixe courant dans les noms des tribus bibliques. Pnina veut dire « perle » en hébreu. C’est par ailleurs un prénom biblique (Samuel I, 1, 1-2). Yedidia a pour signification « l’aimé de Dieu ». Quant à Zimri, c’est le nom d’un personnage biblique (Nombres, 25, 14). Fils de la tribu de Siméon, il défia Moïse en public en se prostituant avec une Médianite et en s’adonnant au culte de Baal-Peor. On voit clairement comment s’opèrent les choix du traducteur. L’article de Michel Ballard (1993), « Le nom propre en traduction », fait le point sur la question. Dans sa dernière traduction, Elmaleh traduit le prénom de l’auteur Michel Anski par Mikhael. On ne se départit pas facilement de normes anciennes.

6 La judaïsation comme norme de traduction était encore vivace à une époque ultérieure, étudiée par Gideon Toury (1977). On peut aussi consulter Albert Waldinger (1993).

7 Aujourd’hui, en hébreu, le mot « esplanade » est effectivement formé à partir de cette même racine suffixée.

8 H.N. Bialik (1873-1934), « le poète national ». D’origine russe, il traduisit lui-même en hébreu Don Quichotte (1912) et Guillaume Tell (1923).

9 Mais le passage suivant se réfère à celui qui pendant trois ans enseigna par correspondance l’hébreu moderne à Pallière, Nahman Arieh Shilloni : « Vers la même époque, un ami de Palestine, avec lequel je correspondais depuis plusieurs armées pour l’étude de l’hébreu moderne […] » (Pallière 1926 : 206). Elmaleh entrera en contact avec Shilloni pour mieux connaître son auteur et le faire connaître à ses lecteurs hébraïsants.

10 La faute d’impression qui, à la page 141 de l’original, désigne le Talmud comme « Ce monument de la Traduction » au lieu de « Ce monument de la Tradition » est soigneusement évitée par notre traducteur…

11 Bien que Pallière ait publié en 1936 une version allégée de son livre sous le titre Le Voile soulevé, Elmaleh préfère traduire la version originale.

12 Le lexique de Rudy a été publié à Tel-Aviv en 1939. Nous nous sommes basée sur cela pour affirmer que la traduction d’Elmaleh a été faite pendant la Deuxième Guerre mondiale.

13 L’article de Monica Doherty (1992), qui traite de la longueur des phrases en anglais et en allemand et des conséquences pour la traduction, devrait faire naître des études semblables dans d’autres couples de langues. Elmaleh résout ce problème avec bonheur dans sa pratique de la traduction du français à l’hébreu.

14 Les fables d’Iraste sont une version très semblable, mais expurgée, des fables de Sendabar.

15 Israel Davidson (1870-1939) était professeur de littérature médiévale au Jewish Theological Seminary de New York. Il est l’auteur, entre autres, d’un trésor de fables et maximes, publié à titre posthume. Elmaleh s’adresse bien au spécialiste en la matière.

16 Jacob Reifmann (1818-1895) était un érudit juif polonais, critique biblique et talmudique qui travailla également sur les traductions araméennes de la Bible.

17 Hamaguid, Hamelits et Hashahar sont les noms des premiers périodiques hébraïques qui parurent dans la seconde moitié du xixe siècle respectivement en Prusse orientale, en Russie et à Vienne.

18 Les quatre générations de traducteurs de l’arabe en hébreu, en Espagne et en Provence, aux xiie et xiiie siècles se distinguaient par un style hébraïque propre malgré la diversité des œuvres traduites : philosophie, médecine, grammaire, astronomie, mathématiques.

19 Cette métaphore se trouve dans la prophétie de Jérémie (48,11) où il est dit à propos de Moab qu’il n’a pas été transvasé d’un récipient dans un autre, car il n’a pas connu le chemin de l’exil (contrairement à Israël). Ainsi son goût a persisté et son parfum ne s’est pas altéré. Le lien entre l’exil et le transvasement est repris dans le traité talmudique Meguilla 12 B. L’utilisation de cette image et sa métaphorisation pour la traduction est d’une origine que nous n’avons pas réussie à retracer. Le Thesaurus de Ben Yehuda ne la mentionne pas. Le dictionnaire de Even Shoshan indique que le terme « transvasement » est un emploi figuré de traduction et cite en exemple une citation de Bialik.

Table des illustrations

Légende Abraham Elmaleh.Reproduit d’un ouvrage anonyme publié en l’honneur d’Elmaleh à l’occasion de son 70e anniversaire. Titre translittéré : Minha le-Avraham – Sefer Yovel lichvod Avraham Elmaleh, Jérusalem, s. éd., 1959.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6281/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k

Auteur

Université Bar-Ilan, Ramat-Gan (Israël)
Colette Touitou-Benitah est maître de conférences à l’École de traduction et au Département de français de l’Université Bar-Ilan (Israël). Sa double formation en lettres modernes et en langue hébraïque a tracé sa voie vers la traduction. Ses domaines de recherche comprennent aussi bien la pédagogie et l’histoire de la traduction et la linguistique appliquée que la littérature judéo-maghrébine de langue française à laquelle elle se consacre particulièrement ces dernières années. Elle a publié de nombreux articles en Israël, en France, en Belgique et au Canada.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search