Version classiqueVersion mobile

Portraits de traducteurs

 | 
Jean Delisle

Chapitre 5. Étienne Dumont, ou l’esprit cartésien au service du jurisconsulte Jeremy Bentham1

Hannelore Lee-Jahnke

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier Cyprian Blamires, du University College de Londres, pour les renseignements (...)
  • 2 Dans « l’étroite rue Étienne Dumont, dite autrefois 1rue des Belles Filles1 [...] fleurissaient de (...)

1Dans la Vieille-Ville de Genève, débouchant sur la jolie place du Bourg-de-Four, une rue portait autrefois le nom de « rue des Belles-Filles ». Beaucoup de messieurs y passaient, par les appas des demoiselles alléchés... C’était avant l’austère Calvin... Beaucoup plus tard, le 11 avril 1871 précisément, les conseillers d’État décidèrent, par voie d’arrêté, de rebaptiser cette artère « rue Étienne-Dumont2 ». Au-dessus de la nouvelle plaque bleue et blanche, ils firent graver dans le marbre l’inscription suivante :

ÉTIENNE DUMONT
Publiciste, Collaborateur de Mirabeau et de Bentham Auteur du Réglement [sic] du Conseil représentatif et du Code de Police pénale du Canton de Genève

Les édiles souhaitaient ainsi perpétuer la mémoire du célèbre juriste, traducteur et grand patriote genevois qui inspira à ses contemporains une vive admiration.

  • 3 On désigne à l’époque du nom de « publiciste » un journaliste, sens aujourd’hui vieilli, et égaleme (...)
  • 4 Il y a une trentaine d’années, l’Université de Londres entreprit l’édition complète des œuvres de B (...)

2La carrière d’Étienne Dumont est ponctuée de nombreuses péripéties. D’abord théologien et pasteur, cet homme de réflexion et d’action, doué d’une personnalité attachante et d’une vive intelligence, fut, entre autres, précepteur, secrétaire d’un lord anglais, mémorialiste de la Révolution française, publiciste3 au service de Mirabeau, éducateur d’un chancelier de l’Échiquier, écrivain, économiste, philosophe, interprète et traducteur du juriste anglais Jeremy Bentham, pénaliste, diplomate, parlementaire et homme d’État. « [...] Rompu à l’escrime spirituelle, [ce] gros homme, de puissante carrure, aux sourcils en broussaille, joyeux convive et délicieux causeur recherché dans les salons, aimait à s’entourer de jeunes gens. Il fut un des ferments les plus actifs de ce mouvement des idées qui rendit à ce moment-là Genève si brillante » (Fazy 1914 : 165). C’était aussi un voyageur dans l’âme : un esprit curieux pousse à voyager. À plusieurs reprises, il quitta sa petite république de Genève pour aller vivre tantôt à Saint-Pétersbourg, tantôt à Paris, tantôt à Londres, sans parler des nombreux séjours plus ou moins longs qu’il fit dans d’autres villes (Berlin, Leipzig, Bruxelles, Anvers, Versailles, etc.) et dans des pays comme la Suède, la Hollande et l’Italie (Martin 1942a : 7-8 ; 93-98). Nous laissons le soin à ses biographes de suivre pas à pas la carrière de cet homme aux multiples professions et de fixer sa place dans l’histoire. Nous nous bornerons, quant à nous, à présenter ici son œuvre de traducteur et à rappeler les circonstances historiques qui en constituent la toile de fond. Les nombreuses traductions qu’Étienne Dumont réalisa dans le domaine juridique connurent un retentissement et un rayonnement exceptionnels. Grâce au Genevois, les œuvres de Bentham, dont plusieurs étaient encore inédites en version originale anglaise lorsque parurent les traductions françaises, furent disséminées à travers le monde entier et exercèrent une influence considérable sur l’évolution des pratiques parlementaires et pénales4.

Portrait d’Étienne Dumont par Kiprensky.

Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Salle Ami-Lullin. Reproduit de l’ouvrage de Jean Martin, Étienne Dumont 1759-1829, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1942.

La découverte de Bentham

3L’amitié qui unit Étienne Dumont et Jeremy Bentham ne dura pas moins d’une quarantaine d’années. La rencontre des deux hommes remonte à 1788. Elle eut lieu dans des circonstances assez particulières, comme le relate Dumont lui-même dans une lettre de 1790 :

Ma liaison avec Bentham date d’une circonstance qui lui fait honneur. Il avoit écrit, il y a trois ans, un ouvrage en français qu’il vouloit publier, et pour lequel un de ses amis [sir Samuel Romilly] lui persuada de me le communiquer sans me dire quel en étoit l’auteur. On me demanda simplement quelle étoit mon opinion sur le style. Je répondis très-naïvement que le français étoit plein de fautes, de barbarismes, et défiguroit un ouvrage d’ailleurs très-bon. Peu de jours après, mon homme vient à moi au milieu d’une nombreuse compagnie, me prend la main et me remercie en riant de bon cœur. Depuis ce temps nous avons été bons amis (cité par Candolle 1829 : 9).

Cette appréciation franche d’un texte mal écrit (Bentham n’avait aucun talent pour la rédaction, comme nous le verrons) a été déterminante pour la carrière littéraire d’Étienne Dumont et l’a entraîné dans un travail de titan : la mise en forme, la traduction et la diffusion des écrits du prolifique jurisconsulte anglais. Il a voué sa vie entière à faire valoir les idées de son ami d’outre-Manche. Mais comment expliquer que le Genevois se trouvait à Londres en 1788 ?

4Il faut savoir que Pierre-Étienne-Louis Dumont, né à Genève le 18 juillet 1759, se destinait d’abord à la carrière ecclésiastique. Il a 24 ans lorsque, en 1783, il est ordonné ministre de l’Église calviniste. C’est un républicain de cœur, un libéral modéré, favorable aux opinions démocratiques qui cherchent alors à s’imposer. Doué d’un grand talent pour la prédication, Dumont prononce un sermon sur l’ambition et ses méfaits, et critique subtilement les autorités en place à Genève, trop inféodées, selon lui, à l’élite et à la culture françaises. L’agitation s’empare aussitôt des magistrats venus l’écouter : tous se sentent personnellement visés et ne tardent pas à faire connaître leur mécontentement au jeune et fougueux pasteur. Homme probe et intègre, Dumont se montre peu enclin à plier l’échine devant ceux qui l’incitent à demi-mot à pratiquer l’autocensure. Son caractère pacifique lui fait aussi fuir les affrontements, même verbaux. En juillet 1784, le pasteur muselé quitte Genève. Il se rend avec sa mère à Saint-Pétersbourg, où sont déjà établies ses trois sœurs. Dans la capitale russe, il est nommé pasteur de l’Église française réformée et se fait de nouveau remarquer par ses dons oratoires.

5Il vivait en Russie depuis dix-huit mois à peine lorsqu’il accepta une offre alléchante transmise par son compatriote Francis d’Ivernois. Celui-ci lui propose de se rendre en Angleterre afin d’y entreprendre l’éducation du fils cadet de lord Shelburne, marquis de Lansdowne : John Henry Petty (1765-1809), futur chancelier de l’Échiquier. Dumont accepte d’autant plus facilement qu’il vient de vivre une déconvenue amoureuse qui lui causa un profond chagrin (Martin 1942a : 15). L’amoureux éconduit arrive à Londres le 12 janvier 1786. L’Angleterre sera pour lui une seconde patrie, au point où il deviendra plus Anglais que les Anglais.

6Mais qui était donc ce Jeremy Bentham dont il fait la connaissance deux ans plus tard, dans les circonstances que nous avons décrites ? Et pourquoi ce dernier souhaitait-il publier ses écrits en français ?

7Fils d’un homme de loi, Jeremy Bentham (1748-1832) est un être exceptionnellement doué. À quatre ans, il est déjà un lecteur boulimique et se met à apprendre le latin. Il obtient son baccalauréat à quinze ans et est reçu avocat à dix-neuf. Son père le destine au barreau. Mais le jeune Londonien éprouve une répulsion invincible pour l’esprit de chicane et la cupidité de ses confrères. En outre, la nature ne l’a pas gratifié d’une voix assez forte pour qu’il pût espérer briller au prétoire. Homme d’un caractère doux et gai, mais un tantinet excentrique, il n’a d’autre passion que celle des livres, et peut-être celle de la musique : il aurait été un excellent organiste. Bentham profite donc de son indépendance de fortune pour se consacrer entièrement à l’étude théorique du droit. Il s’attache avec ardeur à repenser de fond en comble la législation de son pays, ce qui l’amène à se familiariser avec les systèmes en vigueur dans les autres pays. Ses recherches le conduisent jusqu’en Crimée. Il noue des relations au plus haut niveau dans les pays où il se rend. On cite plusieurs têtes couronnées parmi ses correspondants, dont l’impératrice Catherine II. Il a l’oreille de nombreux chefs d’État en Europe comme en Amérique. Le Premier ministre lord Shelburne (1737-1805) et le grand philosophe et économiste John Stuart Mill (1806-1873) comptent parmi ses amis.

8Après s’être bien documenté, Bentham se met à écrire et à publier. En quinze ans, soit de 1776 à 1791, il produit cinq ouvrages importants. Plusieurs autres suivront. D’abord, À Fragment on Government (1776), puis Defence of Usury (1787). Ce deuxième ouvrage paraît en version française sous les titres Apologie de l’usure (1790) et Défense de l’usure, quelques années plus tard. En 1789, Bentham publie son Introduction to the Principles of Morals and Legislation. Cette œuvre majeure avait été imprimée à compte d’auteur dès 1780, mais elle n’avait circulé que dans le cercle restreint de ses amis (Blamires 1996 : 1). Deux autres ouvrages datant de cette époque sont achevés en 1791 : un projet de réforme pénitentiaire, Panopticon, qui est imprimé mais non publié, et Essay on Political Tactics. Une version française du Panopticon réalisée par Dumont est diffusée à Paris en 1791 sous le titre Le Panoptique. Mémoire sur un nouveau principe pour construire des maisons d’inspection. L’opuscule fait 56 pages. Ces ouvrages ne passent pas inaperçus, mais ils n’obtiennent pas tout le succès qu’ils méritent. Nous verrons pourquoi.

  • 5 Le principe matérialiste d’utilité subit évidemment de vives attaques. Jean Charles Léonard Simonde (...)

9Les théories de Jeremy Bentham, regardé comme le père de l’utilitarisme, reposent sur le « principe d’utilité ». Selon le juriste, le bonheur public doit être l’objet du législateur, et l’utilité générale le principe du raisonnement en législation. À ses yeux, « le bonheur est l’unique but, l’unique objet d’une valeur intrinsèque, et […] la liberté politique n’est qu’un bien relatif, un des moyens pour arriver à ce but » (Dumont dans Bentham 1802 : xvi). Concrètement, l’être humain serait soumis au gouvernement de deux mobiles souverains : le plaisir et la peine. C’est en fonction de ces deux mobiles qu’il faut, selon lui, repenser l’ensemble du droit. Bentham croyait pouvoir obtenir des individus le respect de l’intérêt social en les persuadant que cet intérêt coïncide avec leur intérêt personnel. Il fera de l’utilitarisme, « the greatest happiness of the greatest number » (« la recherche du plus grand bien du plus grand nombre »), son cheval de bataille, l’œuvre de sa vie. Cette vision idéaliste de la société humaine, qui fait abstraction des ambitions personnelles et des conflits d’intérêts, est une des faiblesses de sa doctrine5.

10Ce serait une erreur, toutefois, de restreindre l’œuvre de Bentham à la seule théorie de l’utilitarisme. Ce juriste fut, en réalité, un esprit universel à qui rien ne demeurait étranger. De son cerveau jaillissait un torrent d’idées qu’il jetait pêle-mêle sur le papier. On a dit de lui qu’il était un « réservoir d’idées et de suggestions » (M. Everett, cité par Martin 1949). Qui plus est, ces idées novatrices, ces intuitions étaient en perpétuel mouvement. Les écrits de Bentham sont un véritable feu roulant d’idées nouvelles. Ses projets, innombrables, touchent des domaines aussi variés que le droit, la criminologie, l’économie, l’éducation, les mathématiques, la morale et les relations internationales. Véritable visionnaire, Bentham eut notamment l’idée d’un Congrès permanent pour la paix, organe préfigurant la Société des Nations et l’Organisation des Nations unies. Génie éminemment inventif, il dédaigne cependant les formes et les grâces du style. Il se révèle incapable d’exposer ses pensées avec logique et clarté. Heureusement, le destin a mis sur son chemin un esprit cartésien particulièrement doué pour la composition, Étienne Dumont.

11À la suite de fréquentes conversations avec Bentham et de l’examen attentif de ses manuscrits, le Genevois s’enthousiasme pour les idées du génial mais brouillon jurisconsulte. L’esprit de Bentham s’est insinué pour ainsi dire dans l’âme de Dumont. Acquis aux théories de son ami, il dira parfois de ce qu’il admire le plus chez les autres philosophes : « C’est convaincant, c’est la vérité même, c’est presque benthamique » (cité par Sismondi 1829 : 261). En 1789, Bentham avait envoyé à son ami, alors à Paris, son Introduction to the Principles of Morals and Legislation. Dumont tenta bien d’y intéresser des traducteurs habitués à franciser des ouvrages de philosophie, mais sans succès. Les personnes pressenties jugèrent l’ouvrage illisible, intraduisible et trop aride pour le lectorat français. C’est alors que Dumont, qui n’avait jamais pratiqué la traduction, décida de produire lui-même une version française de l’œuvre de Bentham (Blamires 1996 : 4).

12On peut s’étonner qu’un esprit aussi supérieur, aussi curieux et aussi indépendant que celui d’Étienne Dumont se place dans un tel état de soumission à un autre esprit, si brillant soit-il. Cette abnégation de la part de Dumont s’explique sans doute par le fait qu’il avait la conviction profonde, d’une part, de trouver la vérité chez Bentham et, d’autre part, de faire œuvre d’utilité publique. Par son dévouement à Bentham, Dumont mettait en pratique, en quelque sorte, la théorie de l’utilitarisme. L’ancien pasteur prêchait par l’exemple. Chez Dumont, les qualités du cœur ont toujours disputé le premier rang aux qualités de l’esprit. Aussi la philosophie prônée par Bentham lui est-elle apparue comme un système reposant sur des valeurs éminemment humaines, les plaisirs et les peines que toute personne éprouve, indépendamment de son âge, de son sexe, de son éducation, de son rang, de sa fortune, de sa religion, etc. Ce qui a plu à l’humaniste Dumont, c’est que les théories de son émule sont fondées sur l’étude du cœur humain, que Bentham cherche « les vérités morales dans les sentiments de l’homme », comme il le dit lui-même (Dumont dans Bentham 1802 : xxix). S’étant pénétré des idées de son maître, le disciple se met résolument à son service et se charge, à la demande de ce dernier, de publier ses écrits en français. Et il n’a jamais démérité de sa confiance.

  • 6 C. Blamires (1990 : 57) illustre cette attraction du français sur les esprits cultivés en citant un (...)

13On peut se demander, par ailleurs, pourquoi Jeremy Bentham tenait tant à voir diffuser ses idées en français plutôt qu’en anglais. Il aurait pu faire appel à un bon rédacteur de langue anglaise. Qu’il ait été aussi francophile que Dumont était anglophile n’est pas une explication suffisante. Qu’il ait reçu la citoyenneté française en 1792, non plus. Un spécialiste de Bentham, Cyprian Blamires (1990 : 55), y voit deux raisons principales. La première, valable également pour tout autre auteur de cette époque, est d’ordre linguistique. Jusqu’au milieu du xixe siècle, le français est la langue de la culture en Europe. Il est vrai que les auteurs français de la première moitié du Siècle des lumières ont voué une grande admiration à Bacon, Locke et Newton. Mais, malgré ce courant d’anglomanie, « the chief literary culture of Europe at the time was unquestionably the French, and the principal men of letters with an international reputation were French » (Blamires 1990 : 56). De nombreux manuscrits de Bentham antérieurs à 1789 ont d’ailleurs été rédigés en partie en français, en raison sans doute du prestige culturel dont jouissait cette langue aux yeux des intellectuels étrangers6.

  • 7 « Le français, par un privilège unique, est seul resté fidèle à l’ordre direct, comme s’il était to (...)
  • 8 Cette explication, C. Blamires l’emprunte au traducteur américain John Neal, grand admirateur, lui (...)

14La seconde raison qui aurait poussé Bentham à utiliser le français pour la diffusion de sa pensée est d’ordre plutôt psychologique. Bentham aurait eu, selon son propre aveu, de la difficulté à trouver des termes anglais pour formuler ses concepts. L’anglais de tous les jours ne lui convenait pas, semble-t-il. Aussi, pour contourner cette difficulté, décida-t-il de recourir à une langue étrangère, en l’occurrence le français, langue qu’il maîtrisait assez bien, par ailleurs. Étrange solution, à vrai dire. Rappelons toutefois que la langue de Molière s’auréolait à l’époque des qualités supérieures de logique et de clarté, qualités que les autres langues, croyait-on, possédaient à un moindre degré. Rivarol ne venait-il pas de proclamer dans son fameux Discours sur l’universalité de la langue française, qui a remporté en 1784 le prix de l’Académie de Berlin : « Ce qui n’est pas clair n’est pas français7 » ? Porté à l’autocritique, toujours insatisfait de ce qu’il écrivait en anglais, Bentham voulait à tout prix éviter de freiner l’élan de sa créativité. En s’exprimant dans une autre langue, il était moins sensible aux imperfections de la formulation et pouvait ainsi laisser courir son imagination8.

15Cela dit, Jeremy Bentham usa surtout de la langue anglaise pour coucher ses idées sur papier et ne s’est pas privé d’introduire dans cette langue de nombreux néologismes. On lui doit, entre autres, les mots codification, minimization, minimize, maximization et maximize. Ces créations lexicales, et d’autres encore, ont mis à rude épreuve le talent de Dumont. Mais, pas plus en français qu’en anglais, Bentham n’avait le don de la composition. Exprimer une pensée d’une manière claire et structurée lui était difficile. Il avait du mal à discipliner son style, à éviter les obscurités et les truismes, à s’abstenir de faire de longues énumérations prétendument exhaustives... Esprit analytique, il multipliait les classifications et les subdivisions au point où il était difficile de faire la synthèse de sa pensée. « Il faut bien avouer que le soin d’arranger et de polir, a peu d’attraits pour le génie de l’Auteur. Tant qu’il est poussé par une force créatrice, il ne sent que le plaisir de la composition. S’agit-il de donner des formes, de rédiger, de finir ? il n’en sent plus que la fatigue » (Dumont dans Bentham 1802 : xii). Les idées que Bentham fournit à l’état brut étaient impubliables sous leur forme originale. Étienne Dumont procéda à leur mise en ordre en même temps qu’à leur traduction. Avant de présenter en détail la méthode de traduction assez particulière qu’il dut appliquer pour s’acquitter de sa tâche, voyons quelles sont les œuvres qui ont résulté de la fusion de ces deux grands esprits complémentaires.

Les traductions-compilations de Dumont

  • 9 Bibliothèque Britannique, 1797, t. 5, p. 155-164 et p. 277-285 ; t. 6, p. 3-25 et 287- 306 ; 1798, (...)
  • 10 Pour la description sommaire de l’apport d’Étienne Dumont à chacune de ces œuvres, nous nous inspir (...)

16Le Genevois a extrait des papiers de son illustre ami cinq ouvrages majeurs totalisant une dizaine de volumes. Certains de ces manuscrits sommeillaient depuis plus de trente ans dans le cabinet de Bentham (Dumont dans Bentham 1811 : vi). Avant même la parution du premier de ces volumes, le traducteur a pris soin de préparer les esprits à recevoir l’œuvre du juriste. Dès 1797, il publie dans la Bibliothèque Britannique une série de lettres9 destinées à faire connaître l’ensemble des idées du père de l’utilitarisme ; il expose la manière dont il compte présenter cette œuvre et donne même un aperçu des titres à venir (Blamires 1996). Le succès de ces ouvrages, qui seront publiés sur une période de vingt-six ans, soit de 1802 à 1828, est attesté par de nombreuses éditions10.

171° En tête de liste viennent les trois volumes des Traités de législation civile et pénale (1802), ouvrage fondamental renfermant, entre autres, les principes généraux de législation, ceux du code civil, ceux du code pénal et une vue générale d’un corps complet de droit. « Trois mille exemplaires, écrit le traducteur, se sont écoulés plus rapidement que je n’aurois osé l’espérer pour un premier ouvrage d’un auteur étranger et très-peu connu sur le continent » (Dumont dans Bentham 1811 : v). Pour sa peine, le traducteur n’eut droit qu’à 300 exemplaires de l’ouvrage et il devait se charger de les vendre lui-même. Sa générosité lui en fit donner une bonne centaine à des amis. Talleyrand lui conseilla de négocier avec son éditeur un contrat plus avantageux pour les ouvrages à venir et, surtout, il lui suggéra de garder ses droits en prévision d’éventuelles rééditions (Ogden dans Bentham 1987 : xlii).

182° En 1811 paraît la Théorie des peines et des récompenses, en deux volumes. Les manuscrits dont Dumont a extrait la Théorie des peines datent de 1775. Ceux qui lui ont fourni la Théorie des récompenses leur étaient un peu postérieurs. Bentham n’avait pas mis ces œuvres au rebut, mais elles étaient « à l’écart, comme des pierres d’attente, pour entrer un jour dans le système général de législation, ou comme des études que l’auteur avoit faites pour lui-même » (Dumont dans Bentham 1811 : vi-vii). Dumont explique plus loin tout le travail de collation qu’a exigé la production de ces deux volumes :

  • 11 « Qui permet de voir sans être vu. Prison panoptique, aménagée de telle sorte que le surveillant pu (...)

Je n’avois, pour me diriger dans quelques chapitres, que des notes marginales. Pour le quatrième livre de la Théorie des Peines, j’ai été réduit à rassembler et mettre en œuvre des fragmens. La discussion sur la peine de mort n’étoit point finie. [...] Il n’y avoit rien sur la déportation, rien sur la maison de Pénitence. L’idée du Panoptique11 étoit encore dans les espaces imaginaires. J’ai trouvé le fonds de ces deux chapitres importants dans un ouvrage publié par M. Bentham, il y a huit ou neuf ans. J’en ai pris tout ce qui convenoit à ma manière générale d’envisager le sujet, en le dégageant de toute controverse (Dumont dans Bentham 1811 : vii-viii).

Il faudra attendre 1825 pour que paraisse une version anglaise du premier volume (Rationale of Reward) et 1830 pour le second, The Rationale of Punishment. L’« original », remanié et clarifié par Dumont, fut donc publié après la traduction, ce qui n’est pas fréquent dans les annales de la traduction.

193° La première édition de la Tactique des Assemblées législatives, suivie d’un Traité des sophismes politiques date de 1816. Cet ouvrage comporte deux volumes. Le premier traite de la marche à suivre dans les assemblées délibérantes, le second, de la façon de reconnaître et de réfuter les sophismes par lesquels on cherche à égarer le raisonnement en politique. Dumont écrit :

[...] j’ai changé la forme du premier et la distribution du second. J’ai traité chaque partie avec la même liberté dans le détail que si le fonds m’eût appartenu. Ce n’est pas par un sentiment d’amour-propre, mais par nécessité que je me suis attaché à ce mode de rédaction. Je n’aurois pas besoin d’apologie à cet égard auprès de ceux qui auroient vu les originaux qui ont servi à mon travail ; je n’en aurai pas même besoin auprès de ceux qui ont lu les ouvrages que l’auteur a publiés. Ils ont la preuve toute acquise que, pour les rendre accessibles à un grand nombre de lecteurs, il falloit leur donner des formes moins austères, moins didactiques, et les traduire dans un langage plus familier que le sien (Dumont dans Bentham 1816, II : xix).

De tous les ouvrages publiés sous son nom, c’est celui où Dumont a eu la plus grande part. Il semble que leur mise en forme n’ait pas été facile. À propos du Traité des sophismes politiques, le traducteur écrit : « Après avoir gardé cet ouvrage par devers moi près de deux ans, après l’avoir refait en grande partie, j’ai été tenté de l’abandonner comme l’auteur avoit abandonné l’original » (Dumont dans Bentham 1816, II : v). Quant à la Tactique des Assemblées législatives, c’est un ouvrage important, car il est à l’origine d’une nouvelle science : la procédure parlementaire (Blamires 1994 : 27-28). Et Dumont est parfaitement conscient de l’originalité de son apport, car il écrit :

Le Règlement interne d’une Assemblée politique est une branche de la législation, et même une branche essentielle. Jusqu’à présent, aucun écrivain politique ne s’en est expressément occupé. Ainsi, ce sujet est tout à-la-fois très-ancien et très-nouveau ; très-ancien pour la pratique, très-nouveau pour la théorie : si nouveau même à cet égard, qu’elle n’a point encore reçu de dénomination spéciale, et qu’il a fallu créer une expression pour la désigner (Dumont dans Bentham 1816, I : 7-8).

204° Le Traité des preuves judiciaires (1823) forme aussi deux volumes. Le traducteur a tenté de lui donner une portée plus universelle. « Bentham avoit sans cesse en vue, dans ses manuscrits, les vices de la procédure anglaise, et Dumont a cherché au contraire à faire perdre à cet ouvrage son caractère local, et à lui donner une forme qui pût le rendre utile dans tous les pays » (Candolle 1829 : 13-14). La version anglaise parut deux ans plus tard (1825) et, en 1827, John Stuart Mill en publia une nouvelle édition en cinq volumes sous le titre Rationale of Judicial Evidence.

215° Enfin, Étienne Dumont a donné en 1828, un an avant sa mort, un dernier volume sur l’Organisation judiciaire et la codification, ouvrage extrait, non des manuscrits, mais de quelques écrits imprimés de Bentham. Ces écrits avaient pour la plupart un caractère polémique ou de circonstance et ils durent subir une vraie métamorphose pour revêtir l’allure d’un traité de droit.

22Cette présentation sommaire des ouvrages « refaçonnés » par la plume d’E. Dumont nous amène à examiner d’un peu plus près la façon dont le traducteur a travaillé. Selon l’état d’achèvement (d’inachèvement, serait plus juste) des écrits dont il disposait, Étienne Dumont a tantôt traduit, tantôt commenté, tantôt abrégé, tantôt suppléé aux lacunes par des additions de son cru. Les pages titres des œuvres publiées nous renseignent sur la nature du travail effectué par le traducteur-compilateur. Au lieu du conventionnel et laconique « traduit de l’anglais par », nous avons : « Publiés en François par ÉT. DUMONT, de Genève, d’après les Manuscrits confiés par l’Auteur » (Traités de législation civile et pénale) ; « Ouvrage extrait des Manuscrits de M. JÉRÉMIE BENTHAM, Jurisconsulte anglois, Par ÉT. DUMONT » (Tactique des Assemblées législatives) ; ou encore « extraits de divers ouvrages de Jérémie Bentham » (De l’organisation judiciaire, et de la codification). Les mentions « d’après les Manuscrits », « extrait des Manuscrits », « extraits de divers ouvrages » laissent clairement entendre que la méthode appliquée par Dumont diffère de celle d’un simple traducteur et qu’elle s’apparente plutôt à celle d’un compilateur. Voyons donc de plus près quelle est cette méthode.

La méthode Dumont

23Faut-il croire Dumont lorsqu’il affirme dans le « Discours préliminaire » des Traités de législation civile et pénale : « Mon travail, d’un genre subalterne, n’a porté que sur des détails » ? Ou encore lorsqu’il prétend que son rôle fut celui d’un simple « intendant » d’une grande fortune ? D’un « économe » à qui l’on confie une profusion de richesses (Dumont dans Bentham 1802 : vii) ? Faut-il encore le croire lorsqu’on 1811 il écrit de nouveau dans sa préface de la Théorie des peines et des récompenses : « [...] cette coopération de ma part, n’ayant pour objet que des détails, ne doit pas trop diminuer la confiance des lecteurs. Ce n’est point mon ouvrage que je leur présente, c’est aussi fidèlement que la nature de la chose le permet, celui de M. Bentham » (Dumont dans Bentham 1811 : viii-ix).

24Cette modestie lui fait honneur, certes, mais ce que dit le traducteur ne concorde pas avec la réalité. En effet, le travail effectué sur la masse de manuscrits et de notes issus de l’imagination débridée de Bentham est beaucoup plus considérable que le traducteur veut bien le laisser croire aux lecteurs. Il nous dit d’ailleurs lui-même qu’il n’a pas pu se contenter de faire une simple traduction : « J’entrepris non une traduction de cet ouvrage, mais une interprétation qui fut [sic], à certains égards, un abrégé, et à d’autres un commentaire. Il me parut que la méthode rigoureusement philosophique, propre à un petit nombre d’esprits exercés, n’étoit pas nécessaire pour le public ; que tous les raisonnemens pouvoient se traduire en langue vulgaire [...] » (Dumont 1797 : 158). Cinq ans plus tard, il reprend cette même idée dans le « Discours préliminaire » des Traités de législation civile et pénale : « Si en travaillant sur ces manuscrits, j’avois pu me renfermer dans une simple traduction, je serois plus tranquille sur le succès » (Dumont dans Bentham 1802 : v). L’interprète-collaborateur expose de façon très explicite sa méthode de travail. En raison de son caractère plutôt inusité, la description de cette méthode mérite d’être citée presque in extenso, car elle est révélatrice de l’ampleur des remaniements opérés par le traducteur sur les matériaux bruts qui lui tenaient lieu d’original. Cédons la parole à Dumont :

Il falloit faire un choix parmi un grand nombre de variantes, supprimer les répétitions, éclaircir des parties obscures, rapprocher tout ce qui appartenoit au même sujet, et remplir les lacunes que l’Auteur avoit laissées pour ne pas ralentir sa composition. J’ai eu plus à retrancher qu’à ajouter, plus à abréger qu’à étendre. La masse de manuscrits qui ont passé entre mes mains, et que j’ai eu à déchiffrer et à comparer, est considérable. J’ai eu beaucoup à faire pour l’uniformité du style et la correction, rien ou très-peu de chose pour le fonds des idées [...] (p. vii).

Les changemens que j’ai eus à faire ont varié selon la nature des manuscrits. Lorsque j’en ai trouvé plusieurs relatifs au même sujet, mais composés à différentes époques et avec des vues différentes, il a fallu les concilier, et les incorporer de manière à n’en faire qu’un tout. L’Auteur avoit-il mis au rebut quelque Ouvrage de circonstance, qui ne seroit aujourd’hui ni intéressant, ni même intelligible ? Je n’ai pas voulu qu’il fût perdu en entier, mais j’ai, pour ainsi dire, déménagé comme d’une maison abandonnée, tout ce qui étoit susceptible d’être conservé. S’étoit-il livré à des abstractions trop profondes, à une métaphysique, je ne dirai pas trop subtile, mais trop aride ? J’ai essayé de donner plus de développement aux idées, de les rendre sensibles par des applications et des exemples, et je me suis permis de semer avec discrétion quelques ornemens. J’ai eu même des chapitres à faire en entier, mais toujours sur les indications et les notes de l’Auteur [...] (p. vii-viii).

En employant plusieurs chapitres de cet Ouvrage [Introduction to the Principles of Morals and Legislation] pour en former les Principes généraux de Législation, j’ai dû éviter ce qui avoit nui à son succès, les formes trop scientifiques, les subdivisions trop multipliées et les analyses trop abstraites. Je n’ai pas traduit les mots, j’ai traduit les idées : j’ai fait à quelques égards un abrégé, et à d’autres un commentaire [...] (p. ix).

25Ce texte date de 1802 et vaut pour les trois premiers volumes de la première œuvre publiée par Dumont. Neuf ans plus tard, dans la préface qu’il place en tête de son deuxième ouvrage, Théorie des peines et des récompenses, il explique pourquoi il lui a été impossible de distinguer les modifications ou les ajouts apportés aux « textes » de Bentham :

Ces additions, ces changemens, m’a-t-on dit, auroient dû porter quelque marque distinctive : mais ce genre de fidélité, quoique désirable, étoit impossible. Il ne faut qu’imaginer ce qu’est un travail sur un premier jet, sur des manuscrits non achevés, non revus, quelquefois sur des fragmens ou de simples notes, pour comprendre qu’il exige une liberté continuelle, une espèce d’infusion imperceptible, si je puis parler ainsi, dont il n’est pas même possible au rédacteur de se souvenir (Dumont dans Bentham 1811 : ix).

26À la lecture de ces deux extraits, on mesure l’ampleur du travail de « remodelage » réalisé par Dumont. S’il a pu faire preuve d’une si grande persévérance, confia-t-il, c’est précisément parce qu’il a été davantage coauteur que simple traducteur : « Si je n’avois eu qu’à traduire, une tâche uniforme et pénible m’eût bientôt lassé : au lieu qu’un travail libre sur les manuscrits flatte par une espèce d’illusion qui dure tant qu’elle est utile [...] » (Dumont dans Bentham 1802 : xiii). En exposant la méthode qu’il comptait suivre pour faire connaître les œuvres de Bentham, dans le tout premier article qu’il publia en 1797 dans la Bibliothèque Britannique, Dumont avait écrit : « Cette petite opération de choisir parmi les variantes, de débrouiller des parties obscures, d’en rapprocher de séparées, d’abréger ou de développer, de remplir quelques lacunes, de répandre avec discrétion quelques ornemens, de fondre et d’incorporer quelques catalogues d’idées ; cette opération [...] toute subalterne qu’elle est, suffit pour entretenir l’émulation de l’interprète » (cité par Blamires 1996 : 9-10). Le sentiment d’être utile et une sorte d’illustration vivante des thèses de son maître lui ont procuré la force de poursuivre le travail jusqu’au bout. À la part de créativité associée à tout travail de traduction (créativité de seconde main) s’ajoutait une part de créativité de première main, celle que l’on reconnaît habituellement aux véritables auteurs.

27Pour effectuer son travail de mise en forme et de traduction, Étienne Dumont n’a pas pu compter sur l’aide du jurisconsulte, comme il nous en informe lui-même, mais sans aigreur. Bentham lui a refusé tout secours, car il n’avait ni le temps ni le courage de se livrer au travail ingrat d’une révision générale de ses écrits. Le traducteur écrit : « [...] je n’ai pu obtenir que rarement les éclaircissemens et les secours dont j’avois besoin : il lui en coûtoit trop de suspendre le cours actuel de ses idées pour revenir sur d’anciennes traces » (Dumont dans Bentham 1802 : xiii). Nous en avons la confirmation de Bentham lui-même : « The plan was that Dumont should take my half-finished manuscripts as he found them – half English, half English-French – and make what he could of them in Genevan French, without giving me any further trouble about the matter. Instead of that, the lazy rogue comes to me with everything that he writes, and teases me to fill up every gap he has observed » (cité par Ogden dans Bentham 1987 : xxxii).

28Non seulement Bentham refusa son aide à Dumont, mais il déclina toute responsabilité concernant le travail de son dévoué collaborateur, non pas qu’il n’ait pas eu confiance en ce dernier (sinon il ne lui aurait pas confié ses papiers), mais parce qu’il doutait tout simplement du mérite de son propre travail. Un document d’archives l’atteste. Dans une longue lettre conservée à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Bentham communique ses observations à son traducteur et se permet même, ce qui est exceptionnel de sa part, de lui proposer quelques solutions de rechange. Au début de sa lettre, il adresse à Dumont la double requête suivante :

I hope you have not omitted to say in your Preface, what is necessary to say, in order to exonorate me to responsibility attached to opinions which are not mine.
[...]
I hope and expect to find that in your Preface you have left room for temperaments; by stating as what may have naturally happened in some instances. 1. That my ideas had not been formed. 2. or not fully developped. 3. or that this or that paper had not come to your hands. 4. you had misconceived my meaning. 5. my ideas may have undergone alteration in the time (Lettre de J. Bentham [Londres, 17 mai 1802] à É. Dumont [Paris], fonds Étienne-Dumont, ms. 33, f. 1).

Étienne Dumont écrit en 1816 que l’auteur a eu la même exigence lors de la publication de la Théorie des peines et des récompenses (1811) : « [...] M. Bentham exigea de moi de déclarer dans la Préface qu’il ne vouloit, en aucune manière, être responsable de ces ouvrages, extraits de manuscrits qu’il n’avoit ni achevés ni revus » (Bentham 1816, II : xviii).

29En même temps qu’il assume l’entière responsabilité de la version française des ouvrages de Bentham, profondément remaniée par ses soins, il ne veut pas se voir attribuer un mérite qui ne lui revient pas. « Je déclare que je n’ai aucune part, aucun titre d’association dans la composition de ces divers Ouvrages : ils appartiennent tout entiers à l’Auteur, et n’appartiennent qu’à lui. Plus je les estime, plus je m’empresse à désavouer un honneur qui ne seroit qu’une usurpation aussi contraire à la foi de l’amitié, qu’à mon caractère personnel » (Dumont dans Bentham 1802 : vi). C’est dire à quel point le traducteur s’efface, par modestie, devant l’auteur.

  • 12 Son souci de classification et de rationalisation transparaît clairement dans cet extrait de son «  (...)

30En somme, ayant assimilé parfaitement les idées maîtresses de Bentham, Dumont les remanie, les recompose, en change non seulement le style, mais aussi l’argumentation, la distribution12, parfois même les résultats. Il supprime les répétitions ou ce qui est trop particulier à l’Angleterre, ajoute des précisions, éclaire par des exemples concrets des concepts abstraits, choisit entre plusieurs variantes, complète des parties à peine ébauchées ; bref, il rend intelligible, satisfaisant ainsi au tout premier devoir d’un traducteur. Le travail de Dumont comportait cette particularité qu’il lui fallait, à partir d’un véritable grimoire, « composer », pour ainsi dire, une bonne part de l’original en même temps qu’il en produisait une version française. Comme l’a dit avec beaucoup d’à-propos Pyrame de Candolle (1829 : 10) dans sa notice nécrologique : « [...] si la part de l’invention appartient à Bentham, celle de l’exposition est en entier l’ouvrage de Dumont. »« Partout, écrit encore Candolle (1829 : 14), on retrouve le génie dominant d’un homme supérieur, puissamment secondé par un homme de goût, de capacité. » La relation Bentham-Dumont se caractérise en fait par la collaboration de deux auteurs. En ce sens, elle revêt une valeur emblématique de toute traduction réalisée, comme il se doit, dans une liberté créatrice. L’œuvre de Dumont dans le domaine de la traduction juridique nous rappelle, en outre, que cette liberté créatrice n’existe pas qu’en traduction littéraire.

Dumont, rédacteur de talent

31Bien qu’Étienne Dumont se mît au service de la « cause » Bentham, il fit également profiter le grand tribun Mirabeau de son don pour la rédaction, de même que les autorités de sa chère république de Genève. Mirabeau est une des figures les plus fascinantes de la Révolution. Victime de l’arbitraire et embastillé, il est l’apôtre de la liberté et des droits individuels. Scandalisé par les privilèges abusifs des aristocrates, il se fait l’adversaire acharné de la monarchie absolue et le plus ardent défenseur du régime constitutionnel et du parlementarisme, remparts, à ses yeux, contre le despotisme et l’anarchie. Dumont et Mirabeau étaient faits pour s’entendre.

32C’est à Paris, en 1788, que Dumont rencontre Mirabeau pour la première fois (Bénétruy 1962 : 152). Les circonstances l’ont forcé à prolonger un séjour qu’il voulait bref. L’artisan de cette rencontre « historique » et déterminante pour les deux républicains est Samuel Romilly (1757-1818), brillant orateur et ami intime de Jeremy Bentham (Blount 1952 : 157). Hommes d’esprit, Dumont et Mirabeau éprouvèrent aussitôt une profonde attirance mutuelle. Ils partageaient les mêmes vues sur les changements à opérer dans la société française. Quelques mois plus tard, soit au début de 1789, s’est constitué, autour de Mirabeau, un groupe de travail formé de quatre Genevois : Dumont, Du Roveray, Clavière et Reybaz. Ce groupe allait être connu sous le nom d’« Atelier de Mirabeau ».

33Le talent de rédacteur de Dumont fascina Mirabeau qui admirait particulièrement chez lui la clarté des démonstrations, la logique des déductions et la pertinence des enchaînements. Ayant toujours plus d’un fer au feu, Mirabeau était à court de temps pour réaliser tout ce qu’il entreprenait, mais savait habilement mettre à profit – à son profit – les talents de ses amis et de ses collaborateurs. Il se contentait bien souvent de communiquer ses idées à des rédacteurs qui se chargeaient ensuite de les mettre en forme. Dumont fut l’un de ces ouvriers de l’ombre qui ne répugnaient pas à travailler dans la coulisse. La nature de la collaboration qui s’établit entre Dumont et Mirabeau n’est pas sans rappeler celle qui existait entre Dumont et Bentham. Quand il travaillait pour Bentham, le Genevois remaniait un texte étranger tout en le transposant dans une autre langue ; quand il se mettait au service de Mirabeau, il exploitait à fond sa profonde connaissance de la langue française, en particulier, les ressources de l’éloquence.

  • 13 Initialement appelé États Généraux pour les deux premiers numéros, publiés les 5 et 6 mai 1789, ens (...)

34Au service de Mirabeau, Dumont avait principalement pour tâche de rédiger des articles pour Le Courrier de Provence13. Ce journal, instrument de propagation des nouvelles idées, est un véritable modèle de chroniques parlementaires, où discours et manifestations tumultueuses du public sont rapportés avec verve. Dumont, mais aussi Du Roveray, Clavière et Reybaz, devaient s’efforcer de relater le plus fidèlement possible la teneur des débats de l’Assemblée nationale, sans rien omettre de leur vivacité. Ces assemblées délibérantes donnaient lieu à de vives discussions au cours desquelles Dumont se permettait de critiquer parfois Mirabeau. Cet extrait de lettre en fait foi :

Et quel joli récit d’une conversation avec Mirabeau... Nous nous sommes communiqué toutes nos observations sur les assemblées populaires, et sur le caractère qu’il fallait y porter. Il [Mirabeau] a une si prodigieuse ambition de réussir que cette grande passion subjuguera les petites et domptera son despotisme même, car c’est l’écueil où se brisent tous les talents. Je l’ai pris par son ambition et, m’accommodant à son style, je lui ai observé qu’il y avait 300 amours-propres dans les convulsions sous la masse de son éloquence, et que s’il n’adoucissait sa supériorité par tous les moyens qui peuvent inspirer de la confiance et calmer les inquiétudes de tous ceux qui ont des prétentions égales aux siennes, on l’écouterait comme un acteur, mais on ne le suivrait jamais comme un chef (Martin 1942a : 24).

Le Courrier de Provence paraît trois fois par semaine. Ses articles sont autant de grondements précurseurs de la grande tempête révolutionnaire. Entre le 23 mars et le 22 mai 1790 (Blount 1952 : 164), Dumont y fait paraître six articles de Jeremy Bentham qui lui en fournit la matière en lui communiquant des notes en français.

35En règle générale, les textes de Dumont sont peu remaniés par Mirabeau. C’est le cas, par exemple, de l’importante Motion pour l’inscription civique. Ce texte rédigé de la main de Dumont correspond mot pour mot au discours que Mirabeau prononça à l’Assemblée :

Texte corrigé
Première rédaction par Mirabeau et Dumont
Je propose donc 1° qu’après l’or- Je propose donc simplement
ganisation des municipalités, les qu’après l’organisation des muni-
Assemblées primaires soient char- cipalités, les Assemblées primai-
gées d’inscrire sur le tableau des res soient chargées de former un
citoyens tous ceux qui auront tableau des citoyens et d’inscrire
atteint l’âge de vingt et un ans, chaque année dans un jour mar-
après leur avoir fait prêter ser- qué, tous ceux qui auront atteints
ment de fidélité au Roi et aux lois [sic] l’âge de vingt et un ans, après
de l’État. 2° que les assemblées leur avoir fait prêter un serment
primaires aient le droit de retar de fidélité aux lois de l’État et au
der depuis 21 jusqu’à 25 ans l’ins- Roi (Bénétruy 1962 : 211-212. Les
cription de ceux qui auroient attiré mots en italiques sont de l’écri-
sur eux l’animadversion des lois ture de Mirabeau).
ou de leurs supérieurs dans le
service militaire. 3° que les Pères
puissent retarder depuis 21 jusqu’à
25 ans l’inscription de leurs fils
sur le tableau civique, sans être
tenus d’exposer leurs motifs.

La concision, tant prisée par notre rédacteur, est particulièrement remarquable dans ce passage. Les activités de Mirabeau ne lui permirent bientôt plus de participer à la rédaction du Courrier de Provence. La tâche d’en assurer la publication incombera entièrement aux Genevois, qui s’efforçaient de demeurer fidèles à l’esprit du comte.

36Étienne Dumont est aussi l’auteur de nombreux discours de Mirabeau. Les historiens, toutefois, ne s’entendent pas lorsqu’il s’agit de départager ce qui est de la plume de Mirabeau et ce qui est de Dumont. Mais des billets autographes que Mirabeau a adressés au rédacteur du Courrier de Provence attestent sans l’ombre d’un doute que le tribun a prononcé devant l’Assemblée plus d’un discours entièrement rédigé par Dumont (Martin 1942a : 29). Certains auteurs attribuent même la plus grande part du travail de rédaction des discours de Mirabeau à Étienne Dumont : « On sait bien qu’à l’imitation des acteurs du théâtre romain, qui étaient toujours deux pour un rôle, l’un pour la déclamation, l’autre pour le geste, Monsieur de Mirabeau ne s’est jamais réservé que le geste et s’est toujours reposé sur une personne cachée derrière la toile » (Bénétruy 1962 : 1). Cette personne derrière la toile était le plus souvent Dumont. Pyrame de Candolle est aussi de cet avis : « [...] Dumont a été souvent appelé à rédiger plusieurs des discours qui, prononcés par Mirabeau, lui ont acquis le plus de célébrité oratoire » (Candolle 1829 : 8). Au début de juillet 1789, Dumont rédige, coup sur coup, un discours destiné aux États généraux et une adresse au Roi. Certaines études récentes montrent que bon nombre d’idées prônées par Jeremy Bentham se retrouvent dans les discours de Mirabeau. Cela s’explique évidemment par le fait que Dumont avait déjà pris connaissance des travaux de Bentham et qu’il avait eu de longues conversations avec lui. Il avait déjà assimilé une bonne partie de la doctrine du juriste anglais. Mais Mirabeau aussi connaissait les grands thèmes et les ouvrages de Bentham. Une lettre de ce dernier à Mirabeau, datée de 1789, nous le confirme : « Sir, I am proud, as becomes me, of your intentions in my favour. I look out with impatience for the period of their accomplishment. Meantime in addition to the honour of calling the Comte de Mirabeau my Translator and Preserver permit me that of styling myself his correspondent. As a sincere well-wisher and passionate admirer of the great nation in the affairs of which y ou are bearing so distinguished and honourable a part, can you allow me a place in your Journal for a few leading ideas relative to the business of finance ? » (cité par Blount 1952 : 163).

37Dumont semble avoir été plus conscient que Mirabeau de la distinction qu’il convient de respecter entre l’oral et l’écrit. Il estimait, à juste titre, que c’est une erreur de publier la transcription d’un discours tel qu’il a été prononcé. L’oral n’obéit pas aux mêmes règles que l’écrit. Ce fut d’ailleurs un point de désaccord entre les deux hommes. « Dumont en bon journaliste renâcle devant l’exigence de l’orateur qui réclame (tant d’autres après lui ont commis la même erreur !) la publication intégrale de l’un de ses discours, dont les accents pathétiques pouvaient enthousiasmer une assemblée émotive, mais devaient rebuter le bon sens de lecteurs de sang-froid » (Martin 1942a : 30).

38Malgré certaines divergences de vues sur des aspects somme toute secondaires, les liens d’amitié et de collaboration qui se sont noués entre Mirabeau et Dumont étaient très étroits. En fait foi une lettre de Mirabeau adressée au protecteur de Dumont, le marquis de Lansdowne, au moment où le Genevois doit quitter Paris pour retourner en Angleterre : « Vous m’appauvrissez beaucoup si vous m’ôtez, ou plutôt si vous ne me donnez pas pour quelque temps encore Monsieur Dumont » (cité par Mützenberg 1979).

39Lorsque la Révolution se met à déraper et à sombrer dans la violence, Dumont quitte Paris et repasse en Angleterre avant même que la maladie n’emporte Mirabeau, le 2 avril 1791. Quand les nouvelles des atrocités du régime de la terreur parviennent en Angleterre, Étienne Dumont en est profondément affligé. Il a l’impression de voir salir la cause pour laquelle il a combattu avec tant d’ardeur.

40Quelques années plus tard, lorsque Genève recouvre son indépendance (1814), il ne tarde pas à s’y rendre. Il entretenait l’espoir de voir Genève devenir une république modèle. Une déception l’attendait : le Conseil fit adopter une constitution qui avait été rédigée sans que soient consultés les spécialistes en sciences sociales. Il s’empressa de mettre en garde le gouvernement provisoire en dénonçant cette façon de faire et en en faisant voir les dangers. Cette intervention eut pour effet de faire naître une animosité à l’égard de la classe aristocratique et de créer à Genève un climat que Dumont, ennemi de la controverse, avait du mal à supporter. Pour peu, il serait retourné en Angleterre. Mais ses concitoyens, qui le tenaient en haute estime, lui demandèrent de siéger au Conseil représentatif et souverain et l’investirent de la tâche de lutter pour la sauvegarde des libertés civiques.

41Dans la République de Genève, on appliquait le code pénal français, mais les magistrats en étaient insatisfaits, car ils le trouvaient trop rigoureux. En tant que membre du Conseil représentatif, Dumont fut chargé de rédiger un nouveau règlement de procédure judiciaire en remplacement du code français. Ce règlement fut accepté presque intégralement dans ses principes comme dans ses formes le 16 novembre 1814. Il inclut un code de procédure des débats qui demeure un modèle du genre et fait partie, depuis lors, des mœurs genevoises (Martin 1942a : 107). Pour sa rédaction, Dumont s’est largement inspiré de la Tactique des Assemblées législatives de Bentham. Il a donné aux mandataires de la nation un texte rédigé avec intelligence, clarté et concision, et qui couvre toutes les affaires dont un Grand Conseil national peut être saisi. « Dumont voulait toujours protéger la minorité pour qu’elle puisse faire entendre tous ses arguments jusqu’au bout, maintenir l’unité dans l’objet du débat, conserver l’ordre chronologique dans la discussion pour que l’assemblée ne se trouve jamais liée par surprise ou par induction à ce qu’elle n’aurait pas voulu, ainsi qu’exprimer la vraie volonté de la majorité sur l’ensemble de la loi dont la votation avait ainsi réalisé un de ses vœux les plus chers » (Candolle 1829 : 17).

42Les discours d’Étienne Dumont devant les membres du Conseil représentatif déterminèrent le gouvernement à former une commission pour l’établissement d’une prison. C’est l’humaniste qui, le 1er mars 1822, lui fait dire dans une allocution : « Rendez au physique l’air sain et pur, vous écartez les maladies contagieuses, placez les hommes vicieux dans un système où les vertus deviennent pour eux un moyen de bonheur, vous produirez nécessairement des vertus [...] » (cité par Sismondi 1829 : 267). Son projet de loi concernant le régime intérieur de la prison modèle fut présenté en 1824 et il visait à réhabiliter les détenus et à faciliter leur réinsertion sociale. S’inspirant une fois de plus des travaux de Bentham, il préconisait la rééducation des délinquants par le travail collectif dans des prisons panoptiques. Ce mode de construction était une idée novatrice à l’époque.

43En 1817, Dumont offrait aux magistrats de Genève un code pénal presque achevé, accompagné d’un système raisonné pour en justifier toutes les dispositions. Cet ouvrage suivait, pour l’essentiel, le contenu des manuscrits de Bentham (Candolle 1829 : 19). Mais la forte influence de la tradition législative britannique transparaissait beaucoup dans ce code, ce qui ne plaisait guère aux édiles de Genève. Il fallut donc l’adapter aux réalités de la République. C’est ainsi que, le 28 mai 1817, on demanda à Dumont de siéger, à titre de conseiller, à une commission chargée de rédiger un nouveau code pénal (Sismondi 1829 : 266). Cette commission adopta le plan de Dumont dès ses premières séances, mais le projet donna lieu à d’innombrables réunions et à d’interminables discussions. Au bout de quatre ans, Dumont reprit l’initiative et décida de publier le projet tel qu’il l’avait proposé initialement. Les débats se prolongèrent encore pendant plusieurs années. Quand les conseillers de la République se décidèrent finalement à l’adopter, son auteur avait quitté ce monde.

Un traité sur l’art d’écrire ?

  • 14 Dans ce manuscrit, nous lisons : « Nous ne croyons pouvoir mieux terminer cet essai [...]. » Et enc (...)

44Étienne Dumont a-t-il eu l’intention, vers la fin de sa vie, de regrouper dans un traité sur l’art d’écrire ses réflexions sur la langue, la grammaire, la traduction, la rhétorique ? Nous sommes encline à le croire. Nous avons trouvé, en effet, dans ses papiers (Dumont ms. 18, 33, 67, 70) plusieurs fragments de manuscrits correspondant à des « chapitres » non numérotés, mais dont les titres sont : « Observations sur la langue françoise et sur la prononciation du françois », « Langues, langage, grammaire14 », « Sur l’art d’écrire, le stile [sic] », « Sur l’art de parler et de penser ». Le traducteur a consigné dans ces écrits des observations tantôt générales, tantôt très pointues sur la langue française, ses qualités, ses défauts, son bon usage, etc. Cette langue fut, pendant toute sa vie, son instrument de travail, instrument qu’il a su adapter aux exigences de rigueur de la langue juridique et législative, de même qu’à l’art des grands tribuns et des administrateurs genevois, comme nous l’avons vu.

45Pour Dumont, l’« analogie », le « génie » et l’« harmonie » constituent le caractère d’une langue. « L’analogie ne s’étend qu’aux mots, on la connaît par le dictionnaire. » Elle concerne les radicaux, les ressemblances des désinences, les suffixes, les préfixes, etc. « Le génie d’une langue dépend de sa syntaxe : c’est à dire de la manière dont elle procède dans l’arrangement des phrases. » La troisième chose à observer, c’est « l’harmonie ou la beauté des sons ; ceci tient à la longueur des mots, à la variété des désinences, au choix et au nombre des voyelles, aux élisions et à la facilité de la prononciation gutturale, dentale ou labiale ». Estimant que le mérite d’une langue est de tirer le plus de mots possible d’une même racine, le traducteur se fait à l’occasion comparatiste : « La perfection à cet égard se trouve dans la langue grecque. L’anglois admet aisément la création de nouveaux mots d’après les radicaux, le françois ne s’y prête que difficilement. En anglois, on a une abondance de termes abstraits qui manquent à la langue françoise » (Dumont, ms. 70 : 1-2). De nos jours, on a tendance à croire le contraire…

  • 15 « Ce qui distingue notre langue des langues anciennes et modernes, c’est l’ordre et la construction (...)
  • 16 « Un étranger l’apprend mieux en dix mois que le latin en trois ans. » Plus loin, il écrit encore : (...)

46Dans le chapitre « Langues, langage, grammaire », l’artisan du maniement des langues qu’est Dumont n’adhère pas tout à fait au credo de ses contemporains, dont Rivarol15, qui sont persuadés que la langue française suit l’ordre naturel à un plus haut degré que la langue anglaise, et que la langue latine permet les inversions à un plus haut degré que ces dernières. Pour lui, le cartésien, « l’ordre naturel c’est l’ordre intelligible » (Dumont, ms. 67 : 88), celui de la compréhension immédiate. Il est bien de son temps, toutefois, en croyant que la langue française est plus facile à apprendre16, qu’elle contribuera donc plus que toute autre au progrès des Lumières et qu’elle est la plus propre à servir de moyen universel de communication. Néanmoins, il hésite à attribuer à la seule langue française les qualités, essentielles à ses yeux, de clarté, de justesse et de précision. Il laisse entendre, avec beaucoup de bon sens, que ces qualités ne sont pas intrinsèques aux langues, mais tiennent davantage à l’usage qu’on en fait. Il prône l’emploi de phrases courtes et simples et se montre ennemi des longues parenthèses et des phrases complexes. Le style incisif a sa préférence. Une pensée se saisit plus facilement si elle est enfermée en peu de mots, « l’esprit ayant moins d’espace à parcourir » (Dumont, ms. 67 : 89). L’argumentation n’en est alors que plus efficace.

47Étienne Dumont aborde la langue en logicien. À ses yeux, « pureté de la langue » est synonyme de « clarté de la langue ». Un langage pur est celui qui représente nettement les idées d’un auteur. Et il va même jusqu’à ajouter : « Les mêmes termes doivent toujours être employés dans le même sens. Sans cela point de clarté. Mais c’est une règle dont les rhétoriques ne parlent point » (Dumont, ms. 67 : 91-92). Le traducteur s’en prend aux mauvais puristes qui jouent les policiers de la langue en lui imposant arbitrairement des limites fixes qu’ils ne faut pas franchir. « Ils font la police non contre ceux qui l’appauvrissent, mais contre ceux qui veulent l’enrichir » (ibid. : 92) par la création de mots nouveaux, notamment. « Les vrais puristes sont les logiciens qui soumettent la langue, autant qu’il est possible à des règles d’analogies et qui pour éviter l’obscurité et l’équivoque, inventent des mots distinctifs et caractéristiques » (ibid.).

  • 17 Décédé en 1829, Dumont disposait vraisemblablement de la cinquième édition du dictionnaire (1778) o (...)

48C’est ce besoin de logique et de clarté qui pousse Dumont à donner des leçons de précision aux Académiciens en critiquant plusieurs définitions de leur dictionnaire. « Je trouve rarement dans le Dictionnaire de l’académie une définition qui me satisfasse » (Dumont, ms. 67 : 90), écrit-il17.

OBÉISSANCE. – Action de celui qui obéit. Est-ce là définir ? Non, et cependant la définition est facile. Un acte d’obéissance est tout acte fait pour exécuter l’ordre d’un supérieur (Dumont, ms. 67 : 90-91 ; souligné dans le texte).

À plusieurs reprises, le traducteur juge sévèrement et corrige les Immortels.

  • 18 Le Petit Robert (1993) lui donne raison : « Ensemble d’idées, de concepts abstraits, plus ou moins (...)

THÉORIE. – Connaissance qui s’arrête à la simple spéculation sans passer par la pratique : telle est la définition de l’académie. Défectueuse jusqu’à l’absurdité. […] La théorie est l’ensemble des connaissances que nous possédons sur un sujet donné présenté dans un ordre tel qu’on puisse en déduire de bonnes règles de pratique18.

S’ÉGARER. – L’Académie définit [ce mot] ainsi : sortir de son chemin. Cela est trop vague parce qu’on peut sortir de son chemin sans s’égarer. C’est s’écarter sans le savoir du but où l’on tend (ibid. : 93 ; souligné dans le texte).

  • 19 « Nicolas Beauzée (1717-1789) est l’un des grammairiens français qui se sont donné pour tâche de ré (...)
  • 20 Historien, auteur et homme politique, François Guizot (1787-1874) fit paraître en 1809 un Dictionna (...)

49Esprit logique et rigoureux, Dumont révèle encore son souci du mot juste lorsqu’il se fait lexicographe et procède à l’analyse d’une vingtaine de séries synonymiques. Il précise les fines nuances sémantiques qui distinguent, par exemple, les mots suivants, fréquents dans le langage juridique : dispute, altercation, chicane, différend, démêlé, contestation, contention, dissension, controverse, débat, querelle, grabuge, brouillerie et discorde. « Ces mots, note-t-il, expriment une différence d’opinion ou une opposition d’intérêts ou une antipathie d’humeur entre deux ou plusieurs personnes. Les uns impliquent toujours le blâme, les autres sont pris dans un sens neutre » (ibid.). Là encore, celui qui connaît les arcanes de la langue pour avoir beaucoup traduit, celui qui a cherché à nuancer fidèlement la pensée des autres, se plaint de l’imprécision des dictionnaires. Au sujet de la série conversation, entretien, conférence, colloque et dialogue, il écrit : « Voyez ces mots dans Beauzée19 et dans l’encyclopédie : que de choses superflues et l’essentiel ne s’y trouve pas » (ibid.). Le traducteur déplore aussi les lacunes du dictionnaire de Guizot20 qui a omis d’inclure « persiflage » (mot assez nouveau à l’époque), « moquerie », « ironie », « dérision » et « raillerie ». Tous ces exemples témoignent des exigences de précision lexicale que réclamait Dumont par conscience professionnelle.

50Sur l’art d’écrire et l’art de parler et de penser, le traducteur nous a laissé une quinzaine de feuillets. C’est dans ces « chapitres » qu’il nous renseigne, bien que très succinctement, il faut le dire, sur sa conception du style et les qualités d’une bonne traduction (v. annexe – Glanures). On y constate que son idéal est, encore une fois, la limpidité d’écriture au moyen d’une économie de mots. « Un écrivain diffus me donne l’idée d’un grand parleur qui abuse de la fécondité de son langage et qui croit multiplier les idées en multipliant les mots » (Dumont, ms. 67 : 104).

  • 21 Le manuscrit « Sur l’art de parler et de penser », dont la graphie est soignée, semble avoir été so (...)

51Pour être publiables, tous les chapitres ébauchés auraient nécessité d’être retravaillés et ordonnés. Le traducteur n’a pas eu le temps de se consacrer à ce travail21. Étienne Dumont envisageait-il d’inclure dans l’ouvrage en préparation des anecdotes et des mots d’esprit glanés au cours de sa carrière dans les nombreux salons qu’il fréquenta et les banquets où il fut convié ? Trois autres chapitres retranscrits au propre eux aussi et représentant 45 feuillets en tout sont consacrés à des anecdotes, souvent amusantes. Plusieurs se rapportent à la table, la gourmandise étant le péché mignon de notre homme… Ces traits d’esprit, ces pensées et ces réflexions, empreintes d’un grand humanisme, nous révèlent un Dumont observateur amusé de ses contemporains, à la manière de La Bruyère ou du duc de La Rochefoucauld. En voici quelques exemples :

Les ultras, disoit un homme d’esprit, ne peuvent pas mettre la lumière sous le boisseau mais ils s’y mettent eux-mêmes, et quand ils n’y voyent plus, ils pensent que rien ne luit dans le monde (Dumont, « Anecdotes diverses », ms. 67 : 79).

Un avare, disoit Mr. Simond, est un homme qui se sert d’un autre pour dépenser son argent (ibid.).

Une femme sensée et spirituelle me disoit en parlant des manières et de l’esprit du tems : je n’ai pas peur de l’hypocrisie des autres, j’ai peur de la mienne (ibid. : 81).

  • 22 Famille noble de Russie, les Narychkine ont donné au tsar Alexis Ier sa seconde épouse, Nathalie. D (...)

Monsieur de… étant à Petersbourg s’étonnait de tout comme s’il se fut attendu à n’y manger que de l’herbe : admirant à la table de Narischkin22 un superbe dindon, il demanda s’il étoit du pays. Oh ! lui répondit le maître de la maison, il nous en vient quelquefois de l’étranger (ibid. : 79).

Étienne Dumont excellait lui-même dans l’épigramme, bien qu’il n’en ait jamais publié aucune. Mais nous aurons une idée de sa manière par le bref poème satirique ci-dessous que lui inspira la lecture d’un livre d’histoire publié par un romancier (cité par Candolle 1929 : 21) :

Habile historien quand il fait un roman,
Mais foible narrateur quand il écrit l’histoire,
Invente-t-il ? on peut le croire :
S’il raconte, gardez-vous en !

Les traducteurs de Dumont

52Les œuvres de Bentham allaient faire le tour du monde grâce à la version française d’Étienne Dumont, qui a fait fonction de relais, tout comme les traductions de Jean-François Ducis (1733-1816) ont servi de relais à la diffusion du théâtre de Shakespeare dans plusieurs pays d’Europe (Delisle et Woodsworth 1995 : 86). Les œuvres de Dumont ont acquis le statut d’œuvres originales et ont été traduites comme telles. À titre d’exemple, on peut citer le travail de Toribio Nuñez, auteur de la première recension de Bentham en espagnol. Nuñez a pris connaissance des idées de Bentham, notamment des Traités de législation, par les publications françaises diffusées au Portugal. De la péninsule ibérique, les doctrines du juriste se répandirent ensuite dans le monde latino-américain. Le travail de Dumont a également servi de base aux versions russe et allemande de l’œuvre de Bentham et à des traductions dans de nombreuses autres langues. Plus étonnant encore, il existe un certain nombre de traductions vers l’anglais, qui est pourtant la langue de l’auteur principal.

53La première en date est celle de John Neal (1793-1876). Il s’agit de Principles of Legislation from the Manuscripts of Jeremy Bentham, by M. Dumont (translated and edited by John Neal). Cette version date de 1830 et suit d’une année à peine la mort de Dumont. Neal était un admirateur de Bentham autant que de Dumont :

[…] of what he [Bentham] has written, hardly a fourth part in bulk, and perhaps not a fiftieth part in value, has ever appeared in the native language of the authoruntil, within a very few years, the most valuable of his works were not only unknown to the great body of English every where, but actually unheard ofAnd this, while they were to be found in every public library of Europe, out of the author’s own country – and upon the table of every statesman, jurist or philosopher of the continent; this after nearly ten thousand copies of one work in three large octavo volumes and nearly as many more of several other works by the same author, had been rescued by a foreigner from a heap of neglected manuscripts – a treasury of wisdom – […] worked over into French, published at Paris – retranslated, and republished in four or five other languages, and circulated in chapters throughout every corner of the globe […] (cité par Blamires 1990: 59).

John Neal a donc été le premier à faire connaître en anglais les idées de Bentham en Amérique du Nord. Sa traduction, pour une raison qui nous est inconnue, ne semble pourtant pas avoir eu beaucoup d’écho.

54La deuxième traduction vers l’anglais est celle de Robert Hildreth (1807-1865). Avocat américain, nommé consul général des États-Unis à Trieste en 1861, il participa activement au mouvement contre l’esclavage. Ses connaissances juridiques et son engagement antiesclavagiste en font la personne toute désignée pour traduire Dumont.

55C’est la traduction de Hildreth qui a véritablement fait connaître l’œuvre de Bentham aux hommes de loi américains. Elle est datée de 1864. Bentham était mort depuis trente-deux ans déjà. Cette traduction comporte une longue préface analytique du traducteur, dont voici un extrait pertinent pour notre propos :

[…] but his [Bentham] works, in any compact and collected form, exist only in French. [] he was not skilful in the art of composition. Though endowed with a great genius for investigation, he lacked of the talent of communicating his ideas. [] he produced an immense mass of manuscripts, containing a fund of most valuable ideas, but unshaped, unarranged, and in a state quite unfit for publication. Fortunately for the cause of science, these materials were not left to perish; an interpreter, a compiler, a spokesman was found, every way worthy of the task he assumed (Hildreth, dans Bentham 1876 : iii-iv).

56Du côté français, le traducteur Benjamin Laroche fait paraître, à Bruxelles, en 1834, une réédition des œuvres d’Étienne Dumont en quatre volumes et ajoute, dans le quatrième, sa propre traduction d’une œuvre inédite de Bentham, Déontologie ou science de la morale (Bentham 1834). Dans son avant-propos, le traducteur, suivant l’exemple de son prédécesseur, fait état de la difficulté que pose à un traducteur français la traduction d’une œuvre de Bentham :

La traduction de cet ouvrage présentait des difficultés d’une nature toute spéciale, et que je ne me flatte pas d’avoir complètement surmontées : il s’agissait de faire passer, dans notre langue philosophique, la phraséologie nerveuse, originale, parfois étrange, toujours profondément juste et vraie, de l’écrivain le plus concis, le plus elliptique, le plus économe des mots [...]. Ici la circonlocution était interdite ; la périphrase n’était pas de mise ; le système des équivalents n’était pas admissible. Il fallait, de toute nécessité, prendre le mot pour avoir la chose ; car, sous la plume du philosophe anglais, le mot est tellement soudé à la chose, qu’il en est devenu inséparable. De là, la nécessité de créer quelques locutions nouvelles, auxquelles nous ne pouvons refuser d’accorder droit de bourgeoisie, si nous voulons que l’expression soit l’exacte représentation de la chose exprimée (Laroche dans Bentham 1834 : i-ii).

Dans la suite de son avant-propos, le traducteur tente de cerner précisément la signification des mots benevolence et beneficience [sic] qu’emploie Bentham, tout comme l’avait fait avant lui Étienne Dumont (ms. 33 : 167-168). Bien d’autres mots encore font l’objet de l’étude de Laroche : « convenance » et « inconvenance », par exemple, qui demandent des acceptions plus larges que celles que la langue courante de l’époque leur attribuait. Quant aux innovations de langage nécessaires pour la Déontologie ou science de la morale, Laroche s’est fié beaucoup à son bon sens, tout comme Dumont.

57L’année 1875 voit paraître la traduction d’un autre texte de Bentham : La Religion naturelle, son influence sur le bonheur du genre humain. Cette traduction, œuvre de M.E. Cazelles, fut produite d’après les papiers de Bentham édités par George Grote. Elle représente une particularité dans le sens que Grote semble avoir eu une position semblable à celle de Dumont par rapport à Bentham. Entre 1820 et 1830, Grote « consacra beaucoup de temps à des manuscrits de Jeremy Bentham, que le vénérable penseur avait confiés à son jeune disciple, pour qu’il leur donnât une forme lisible. Après avoir digéré et arrangé cette masse de matériaux, Grote publia, en 1822, un petit volume in-8° sous le titre Analysis of the Influence of the Natural Religion on the Temporal Happiness of Mankind, by Philip Beauchamp » (Cazelles dans Bentham 1875 : vi).

58L’œuvre de Grote n’est pas passée inaperçue, car nous en trouvons une trace élogieuse dans les Mémoires de John Stuart Mill, auteur, entre autres, des Three Essays on Religion. « Parmi les livres que [j’ai] lus dans le courant de cette année [1822], et qui contribuèrent beaucoup à mon développement, je dois mentionner un ouvrage écrit d’après certains manuscrits de Bentham, publié sous le nom de Philip Beauchamp et le titre d’Analyse de l’influence de la religion naturelle sur le bonheur temporel du genre humain » (Mill dans Bentham 1875 : v). Grote et Cazelles ont donc fait à deux ce que Dumont effectuait seul de main de maître : Grote s’est chargé du travail de défrichement (1822), tandis que Cazelles a produit la traduction cinquante-trois ans plus tard (1875).

Conclusion

59Étienne Dumont eut une existence heureuse de célibataire, embellie par les charmes de l’étude, les joies de l’amitié, les discussions de salon où il brillait, les plaisirs de la table et les voyages. C’est d’ailleurs au cours d’un voyage de délassement dans le nord de l’Italie qu’il est mort. En août 1829, en se rendant de Venise à Milan, il tomba dans un état de somnolence, état qui s’aggrava et devint alarmant. Tout traitement se révéla sans effet. La paralysie du cerveau et la gangrène des intestins l’emportèrent, sans qu’il eut, toutefois, à trop souffrir. Étienne Dumont s’éteignit à l’âge de 70 ans, un 30 septembre, date de la fête du patron des traducteurs, saint Jérôme. Ses restes furent transportés à Genève, sa patrie bien aimée, comme il l’avait souhaité.

60Jeremy Bentham mourut, quant à lui, à Londres, trois ans après Dumont, à l’âge de 85 ans. Selon ses dernières volontés, son corps fut disséqué en présence de ses amis. Son squelette fut ensuite reconstitué, et sa tête, momifiée, remplacée par un moulage en cire. Cette « momie » se dresse depuis lors dans une vitrine du University College, à Londres. Excentrique Bentham ? C’est peu dire.

61Les noms de Jeremy Bentham et d’Étienne Dumont sont à jamais inséparables. Ils ont été réciproquement nécessaires à leur gloire. On rapporte même qu’un père de famille, fervent adepte de l’utilitarisme, prénomma un de ses fils « Dumont-Bentham »... Le jurisconsulte anglais chercha à donner une base nouvelle à la politique et à la législation. S’il y réussit en partie, c’est grâce aux dons particuliers de son traducteur-compilateur qui put suppléer à ses déficiences et qui le suivait presque les yeux fermés. « Dumont avait tous les talents, mais il lui manquait l’étincelle du génie. Bentham était dépourvu de la grâce, de la chaleur, de la clarté d’esprit et d’écriture de Dumont, mais il avait l’étincelle du génie qui embrasa son disciple, son interprète, son ami » (Martin 1942a : 77). Certaines personnes dépourvues de génie personnel sont quelquefois douées du pouvoir de le stimuler ou de le mettre en valeur chez les autres. Ce fut incontestablement le cas de Dumont. Celui-ci fut moins un vulgarisateur, si l’on entend par « vulgarisation » une simplification excessive et réductrice, qu’un remarquable clarificateur et diffuseur des thèses du « vieux fou de Bentham », comme l’appelait Goethe. Son mérite n’est pas mince. « J’ignore pour quelle planète l’auteur a écrit ! », s’exclama un jour Dumont (cité par Martin 1949). Et pourtant, il réussit le tour de force de dégager la pensée en constante ébullition de l’homme de loi britannique. Avec le recul du temps, il faut reconnaître que c’est grâce à l’œuvre d’Étienne Dumont et aux traducteurs qui ont retraduit ses ouvrages en anglais (N. Neal et R. Hildreth, notamment) que l’œuvre de Bentham a pu jouir d’un rayonnement universel. « Dumont turned chaotic unfinished and unpolished manuscript material, a mixture of French and English, into complete and well-written books, and his attractive French recensions brought the English thinker a wide international audience in the first decades of the nineteenth century » (Blamires 1990 : 59).

  • 23 Selon C. Blamires (1994 : 27), Bentham attribue à Dumont lui-même la perte de son manuscrit. C’est (...)
  • 24 Pour des exemples d’œuvres grecques conservées grâce à des traductions arabes, voir A.R. Badawî (19 (...)

62La plupart des manuscrits de Bentham sont conservés au University College. Mais il en manque un certain nombre, que seuls les travaux de traduction-compilation d’Étienne Dumont permettent de reconstituer. C’est notamment le cas de Essay on Political Tactics (1791), dont il ne reste que la version de Dumont, Tactique des Assemblées législatives23 (1816). Ce fait n’est pas unique dans l’histoire des traductions. C’est même une des fonctions de la traduction que de permettre la conservation d’œuvres dont les originaux sont perdus24. Quant aux manuscrits personnels de Dumont, ils sont conservés à la Bibliothèque publique et universitaire de Genève. On peut souhaiter qu’ils soient un jour exploités dans leur totalité et qu’ils nous fassent connaître davantage ce traducteur talentueux. Lui qui a toujours su si bien mettre en valeur les écrits inachevés des autres, notamment ceux de Bentham et de Mirabeau, mériterait, certes, que l’on fasse de même pour ses propres manuscrits. Sa ville natale lui doit bien cela.

  • 25 Diderot (1875 : 236) exprima une opinion semblable à celle de Montaigne : « Il n’y a qu’un moyen de (...)

63Le mot traduction, enfin, acquiert chez Étienne Dumont un sens considérablement élargi en raison du caractère inachevé des matériaux originaux sur lesquels il a dû travailler. Mais le cas particulier de la collaboration Bentham-Dumont rappelle, par son côté extrême, que tout traducteur est fondamentalement « coauteur » de l’œuvre recréée avec les ressources expressives d’une autre langue. Dans le cas qui nous occupe, ce modèle original, si tant est que l’on puisse parler de modèle, était réduit à sa plus simple expression. Il était pour le moins fragmentaire, éclaté... Il n’existait bien souvent que virtuellement à travers un amas de notes, de gribouillis et de réflexions transcrites à la hâte. Et pourtant, la traduction était encore possible. On peut dire de Dumont, interprète de Bentham, ce que Montaigne a dit de Jacques Amyot, traducteur de Plutarque : « [...] je vois un sens si beau, si bien joint et entendu partout en sa traduction, que, ou il a certainement entendu l’imagination vraie de l’auteur, ou, ayant par longue conversation planté vivement dans son âme une générale idée de celle de Plutarque, il ne lui a au moins rien prêté qui le démente ou qui le dédie » (Montaigne 1965, I : 434). Dumont a véritablement planté dans son âme celle de Bentham25. La traduction dans le vrai sens du terme se réalise pleinement lorsqu’il y a communion d’âmes, c’est-à-dire intime et féconde complicité d’intelligence et de sensibilité.

64Étienne Dumont s’était imprégné des pensées de l’auteur, certes, mais il s’était surtout pénétré de son projet d’écriture, de l’orientation de son effort créateur. C’est très précisément à cette impulsion créatrice qu’il s’est montré fidèle, la preuve étant qu’il n’a jamais été désavoué par son maître et que ses traductions-compilations ont toujours été bien reçues. « [...] L’auteur n’a pas trouvé ses idées défigurées ou falsifiées, puisqu’il a continué à me confier ses papiers », écrit-il dans sa préface de la Théorie des peines et des récompenses (Bentham 1811 : ix). Dans un tel contexte, la fidélité aux mots, aux phrases, aux paragraphes n’a plus beaucoup de sens. Cette fidélité formelle, certes souhaitable dans le cas des œuvres achevées, a dû faire place à une fidélité d’un autre ordre : la fidélité au génie créateur.

Bibliographie

Références

1. Sources

a) Sources manuscrites

Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Fonds Étienne Dumont :

Ms. 18, Grammaire, f. 74-80

Ms. 33, Correspondance, f. 91-98,161-162,167-168.

Ms. 55, Manuscrits, mai 1804, f. 1-16.

Ms. 67, Anecdotes anglaises, f. 61-72 ; Anecdotes en Angleterre, f. 73-76 ; Anecdotes diverses, f. 77-85 ; Langues, langage, grammaire, f. 87-99 ; Sur l’art d’écrire, f. 101-106 ; Sur l’art de parler et de penser, f. 111-114.

Ms. 70, Note sur Bentham, f. 11 ; Observations sur la langue française / Observations sur la prononciation du français, f. 15.

Lettres de Cyprian Blamires (Londres) à Hannelore Lee-Jahnke (Genève), 22 mai 1997, 16 septembre 1997.

b) Sources imprimées

BENTHAM, Jeremy (1776), A Fragment on Government [...], Londres, T. Payne, 208 p.

BENTHAM, Jeremy (1787), Defence of Usury [...], Londres, T. Payne, 206 p.

BENTHAM, Jeremy (1789), An Introduction to the Principles of Morals and Legislation, Londres, T. Payne, 435 p. (Imprimé en 1780.)

BENTHAM, Jeremy (1790), Apologie de l’usure, rédigée en forme de lettre adressée à un ami, trad. de l’Anglois, Paris, Chez Lejay fils, 122 p.

BENTHAM, Jeremy (1791), Essay on Political Tactics [...], Londres, T. Payne, 64p.

BENTHAM, Jeremy (1791), Panopticon ; or, The Inspection House [...], a series of letters, written in the year 1787, Londres, T. Payne, 3 vol. (Réimpression de l’édition de Dublin.)

BENTHAM, Jeremy (1791), Le Panoptique. Mémoire sur un nouveau principe pour construire des maisons d’inspection [...], Paris, Imprimerie nationale, 56 p.

BENTHAM, Jeremy (1802), Traités de législation civile et pénale, publiés en François par Ét. Dumont, de Genève, d’après les Manuscrits confiés par l’Auteur, Paris, Bossange, Masson et Besson, 3 vol.

BENTHAM, Jeremy (1811), Théorie des peines et des récompenses, ouvrage extrait des manuscrits de M. Jérémie Bentham, jurisconsulte anglois, par Ét. Dumont, Londres, Dulau, 2 vol.

BENTHAM, Jeremy (1816), Tactique des Assemblées législatives, suivie d’un Traité des sophismes politiques, ouvrage extrait des Manuscrits de M. Jérémie Bentham, Jurisconsulte anglois, par Ét. Dumont, Paris/Genève, J.J. Paschoud, Imprimeur-Libraire, 2 vol.

BENTHAM, Jeremy (1817), Plan of Parliamentary Reform [...], Londres, R. Hunter, 337 p.

BENTHAM, Jeremy (1818), Théorie des peines et des récompenses, ouvrage extrait des manuscrits de M. Jérémie Bentham, jurisconsulte anglois, par Ét. Dumont, 2e éd., Paris/Londres, Bossange et Masson, 2 vol.

BENTHAM, Jeremy (1823), Traité des preuves judiciaires, ouvrage extrait des Manuscrits de Jérémie Bentham par Ét. Dumont, Paris, Bossange frères, 2 vol.

BENTHAM, Jeremy (1828), De l’organisation judiciaire, et de la codification, extraits de divers ouvrages de Jérémie Bentham par Ét. Dumont, Paris, Bossange frères, xl-483 p.

BENTHAM, Jeremy (1834), Déontologie ou science de la morale, traduit par B. Laroche, dans J. Bentham, Œuvres, t. 4, Bruxelles, Société belge de librairie.

BENTHAM, Jeremy (1840), Théorie des peines et des récompenses, extrait des manuscrits de Jérémie Bentham par Ét. Dumont, Bruxelles, Société belge de librairie, 3 vol.

BENTHAM, Jérémie (1875), La Religion naturelle. Son influence sur le bonheur du genre humain, d’après les papiers de Jérémie Bentham, par George Grote, traduit de l’anglais par M.E. Gazelles, Paris, Librairie Germer Baillière, xxvii-162 p.

BENTHAM, Jeremy (1876), Theory of Legislation by Jeremy Bentham, translated from the French of Étienne Dumont by R. Hildreth, Londres, Trübner & Co., 472 p.

BENTHAM, Jeremy (1970), An Introduction to the Principles of Morals and Legislation, publié sous la direction de J.H. Burns et H.L.A. Hart, Londres, Université de Londres/The Athlone Press, xliii-343 p.

BENTHAM, Jeremy (1977), Le Panoptique (1re éd. 1791), précédé de « L’œil du pouvoir », entretien avec Michel Foucault, postface de Michelle Perrot, réimpression de l’édition de 1791 publiée par l’Imprimerie nationale, Paris, P. Belfond, 223 p.

BENTHAM, Jeremy (1987), The Theory of Legislation by Jeremy Bentham (1re éd. 1931), publié sous la direction de C.K. Ogden, Littleton (Colorado), Fred B. Rothman, li-555 p.

DUMONT, Étienne (1797), « Législation. Lettre aux Rédacteurs de la Bibliothèque Britannique sur les ouvrages de Bentham », dans Bibliothèque Britannique, t. 5, « Littérature », p. 155-164.

2. Études

BADAWÎ, A. R. (1968), La Transmission de la philosophie grecque au monde arabe, Paris, Vrin, coll. « Études de philosophie médiévale », n° 56.

BÉNÉTRUY, J. (1962), L’Atelier de Mirabeau, dans Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéologie de Genève, t. 41, Genève, Alex. Jullien, Libraire, 493 p.

BLAMIRES, Cyprian (1990), « Étienne Dumont : Genevan apostle of utility », dans Utilitas (Oxford), vol. 2, n° 1, p. 55-70.

BLAMIRES, Cyprian (1993), « Bentham et Dumont », dans K. Mulligan et R. Roth (dir.), Regards sur Bentham et l’utilitarisme, actes du colloque organisé à Genève les 23 et 24 novembre 1990, publiés dans la revue Recherches et rencontres, n° 4, Genève, Librairie Droz, p. 11-25.

BLAMIRES, Cyprian (1994), « Influence de Bentham et influence anglaise dans la pensée d’Étienne Dumont », dans A. Dufour, R. Roth et F. Walter (dir.), Le Libéralisme genevois, du code civil aux constitutions (1804-1842), actes du colloque organisé les 19, 20 et 21 novembre 1992 par les Facultés de droit et des lettres, Bâle/Francfort, Helbing & Lichtenhahn, p. 25-38.

BLAMIRES, Cyprian (1996), « The Bibliothèque Britannique and the birth of utilitarianism », communication présentée au colloque organisé à l’Université de Plymouth en septembre 1996 pour marquer le bicentenaire de la fondation de la Bibliothèque Britannique, 18 p. Inédit.

BLOUNT, Charles (1952), « Bentham, Dumont and Mirabeau. An historical revision », dans University of Birmingham Historical Journal, vol. 3, n° 2, p. 153-167.

BURNS, J. H. (1966), « Bentham and the French Revolution », dans Transactions of the Royal Historical Society, 5e série, vol. 16, p. 95-114.

CANDOLLE, Pyrame de (1829), « Notice sur la vie et les écrits de M. Dumont », dans Bibliothèque Universelle. Reproduite dans Biographies genevoises, vol. 4 (1828-1841), Bibliothèque de Genève, Rec. Le Fort, 24 p.

CENDRE, Anne (1991), « Des têtes se penchent sur Dumont », dans La Tribune de Genève, 6-7 avril.

CHAUSSINAND-NOGARET, Guy (1982), Mirabeau, Paris, Seuil, 283 p.

C[ORDEY], P[ierre] (1948), « À la Société genevoise de droit et de législation », dans La Tribune de Genève, 14 octobre.

DELISLE, Jean et Judith WOODSWORTH (dir.) (1995), Les Traducteurs dans l’histoire, Ottawa/Paris, Les Presses de l’Université d’Ottawa/Éditions UNESCO, 348 p.

D’HULST, Lieven (1990), Cent Ans de théorie française de la traduction : de Batteux à Littré (1748-1847), Lille, Presses Universitaires de Lille, 256 p., coll. « Histoire de la linguistique ».

DIDEROT, Denis (1875), Réflexions sur Térence, dans Œuvres complètes, t. 5, Paris, Garnier Frères.

DUFOUR, Alfred (1997), Histoire de Genève, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 3210, 128 p.

Encyclopédie du dix-neuvième siècle. Répertoire universel des sciences, des lettres et des arts, avec la biographie de tous les hommes célèbres, Paris, Bureau de l’Encyclopédie du xixe siècle, t. 5, article « Jérémie Bentham », p. 216-219.

[FAZY, Henri] (1914), 1814-1914. Genève-Suisse. Le Livre du Centenaire, Genève, A. Jullien, 519 p.

GRENUS, Théodore de (1830), « Notices sur la famille Dumont », dans Glanures, n° 4, p. 99-100. Reproduit dans Biographies genevoises, vol. 4 (1828- 1841), Bibliothèque de Genève, Rec. Le Fort.

HALDAS, Georges (1996), La Légende de Genève, Lausanne, L’Âge d’Homme, 132 p.

HARRISON, Ross (1983), Bentham, Londres/Boston, Routledge & Kegan Paul, coll. « The Arguments of the Philosophers », xxv-286 p.

HUME, L. J. (1981), Bentham and Bureaucracy, Cambridge/New York, Cambridge University Press, xii-320 p.

LUTTRELL, Barbara (1990), Mirabeau, Carbondale, Southern Illinois University Press, ix-307 p.

M[ARTIN], J[ean] (1923), « La Restauration. Impressions inédites d’Étienne Dumont », dans Le Journal de Genève, 31 décembre.

M[ARTIN], J[ean] (1924), « Étienne Dumont et sir Samuel Romilly », dans Le Journal de Genève, 23 juin.

MARTIN, Jean (1927), « Madame de Staël et Étienne Dumont, avec lettres inédites », Lausanne, Imprimerie la Concorde, 16 p. Tiré à part de la Semaine littéraire des 9 et 16 avril 1927.

M[ARTIN], J[ean] (1929), « Étienne Dumont, 18 juillet 1759 – 29 septembre 1829 », dans Le Journal de Genève, 28 avril.

M[ARTIN], J[ean] (1938), « Étienne Dumont à Holland House », dans Le Journal de Genève, 20 avril.

MARTIN, Jean (1942a), Étienne Dumont, 1759-1829. L’ami de Mirabeau, le voyageur, le patriote genevois, Neuchâtel, La Baconnière, 155 p.

M[ARTIN], J[ean] (1942b), « Les promotions civiques », dans Le Journal de Genève, 24 octobre.

MARTIN, Jean (1949), « Bentham et Dumont », dans Le Journal de Genève, 19 juin.

MARTIN, Jean (1951), « Les ʺSouvenirsʺ d’Étienne Dumont », dans Le Journal de Genève, n° 86, 12 avril.

MONTAIGNE, Michel de (1965), Les Essais, présentés par Albert Thibaudet, Paris, Éditions Gallimard et Librairie Générale Française, coll. « Le Livre de Poche », nos 1393-1398.

MONTET, Albert de (1995), Dictionnaire biographique des Genevois (1re éd. 1877), Lausanne, Georges Bridel, éditeur, à l’article « Du Mont (Pierre-Étienne-Louis) », p. 246-247.

MÜTZENBERG, Gabriel (1979), « Étienne Dumont a milité inlassablement pour le progrès des institutions à Genève », dans La Tribune de Genève, 29 août.

RIGAUD, Jean-Jaques (1829), « Discours prononcé par M. le premier syndic Rigaud à la première séance de la session de décembre du Conseil représentatif de la république et canton de Genève, le 7 décembre 1829 », Genève, Imprimerie de Lador, 7 p.

RIVAROL (1966), Discours sur l’universalité de la langue française, suivi des pensées, maximes, réflexions, anecdotes et bons mots (1re éd. 1784), édition présentée par Hubert Juin, avant-propos de Marc Blancpain, Paris, Pierre Belfond, 265 p.

SCHATZMANN, Paul-Émile (1959), « Étienne Dumont a souvent écrit les grands discours de Mirabeau », dans La Tribune de Genève, 26 août.

SCUDDER, E. Seelye (1935), Mirabeau, Londres, Barker, viii-279 p.

SISMONDI, J[ean] C[harles] L[éonard] de (1829), « Étienne Dumont », notice nécrologique, dans Revue encyclopédique, t. XLIV, p. 258-268.

VAUCHER, Pierre (1889), « Les Souvenirs d’Étienne Dumont », dans Mélanges d’histoire nationale, Lausanne, Mignot, p. 111-118.

Annexes

Annexe. Glanures

Le mérite d’une traduction

Le plus grand mérite d’une traduction seroit de vous laisser par rapport au stile la même impression qu’a fait l’original. Rien de plus difficile que de conserver l’attitude, si je puis parler ainsi, et la physionomie d’un mode d’expression. Les mots déplacés font un autre tableau : l’ordonnance est changée : ce qui étoit le premier objet en vue se trouve comme éclipsé par un autre : l’intérêt ne porte plus sur le même point. On sent que les langues à inversion ont un grand avantage sur la nôtre, mais nos bons écrivains savent bien construire leur phrase de manière à placer les termes dominans dans le lieu où ils produisent le meilleur effet. Essayez de changer Bossuet ou Rousseau, ils y perdent toujours (Dumont, « Sur l’art d’écrire », ms. 67 : 102).

Traducteur dédaigné

Un bon traducteur est dans l’origine assez mal récompensé de ses peines ; de médiocres auteurs et de petits poètes s’avisent du haut de leur invention de le regarder avec dédain : mais il est vengé par le tems ; car ses travaux lui survivent, il s’est rendu nécessaire. Amiot, d’Olivet etc dureront peut-être autant que la langue françoise. Voilà une consolation pour cette laborieuse classe d’écrivains. Je ne voudrais pas traduire, disoit un quidam dans son orgueil d’auteur au dessous du médiocre. Il ne connaissoit pas le prix d’un bon original (Dumont, « Sur l’art d’écrire », ms. 67 : 102-103).

Une belle expression

Une belle expression fait sur une pensée ce qu’un rayon de soleil opère sur les objets, tout devient plus sensible et plus fort. Ces sortes d’expressions sont pour l’esprit ce que le télescope est pour l’œil ; elles abrègent les distances (Dumont, « Sur l’art d’écrire », ms. 67 : 102).

L’art d’écrire

Ne point prodiguer son esprit, mûrir ses travaux sans en parler, c’est comprimer la poudre dans un tube. Se répandre, évaporer ses idées, c’est y mettre le feu grain à grain.

Dans les essais des jeunes gens, le stile divague. Ils n’ont pas une intention dominante ; ils ne pressent pas, il n’accumulent pas leurs efforts sur un point unique ; ils écrivent comme les enfants marchent, par petites excursions, par petits sauts ; ils oublient le but et ne font pas une route, mais une promenade.

Un musicien disoit à Rousseau : autrefois j’aimois à faire du bruit, à présent je tâche de faire de la musique. Il y a de même parmi les écrivains, ceux qui ne font que du bruit, qui prodiguent sans cesse le fortissimo du stile, qui ont une énergie affectée, qui étonnent quelquefois, mais qui ne vont point au cœur (Dumont, « Sur l’art d’écrire », ms. 67 : 101).

L’économie dans la distribution

Qu’une image soit juste, claire, conforme au ton du sujet, ce n’est pas assez. La règle la plus délicate c’est l’économie dans la distribution des images, surtout en prose. Si l’expression naturelle est assez claire, l’image n’est plus qu’un ornement. Les belles images sont celles qui peignent avec force, avec éclat, qui concentrent plusieurs idées comme en un seul point et soulagent l’esprit en aidant la mémoire ; mais ce n’est pas assez que l’idée ait besoin d’être embellie, il faut encore qu’elle mérite de l’être (Dumont, « Sur l’art d’écrire », ms. 67 : 105).

Un pays sans indigènes

Il y a des hommes d’esprit qui n’ont point de généalogie dans leurs idées. Leur tête est pour ainsi dire un pays peuplé d’étrangers où l’on chercheroit en vain les indigènes (Dumont, « Sur l’art de parler et de penser », ms. 67 : 112).

Les faubourgs de bas de page

En parlant d’un ouvrage où le fond étoit peu de chose, mais avec des notes énormes, on disoit que les fauxbourgs [sic] étoient trois fois plus grands que la ville (Dumont, « Anecdotes diverses », ms. 67 : 80).

Notes

1 Nous tenons à remercier Cyprian Blamires, du University College de Londres, pour les renseignements et les documents qu’il nous a aimablement communiqués. Nous aimerions aussi exprimer notre gratitude à Dominique Zumkeller, archiviste adjoint des Archives d’État de Genève, au personnel du Service des manuscrits et au conservateur de la Bibliothèque publique et universitaire de la Ville de Genève, Étienne Burgy. Merci, enfin, à Jean Delisle et à Paul A. Horguelin pour avoir relu notre texte.

2 Dans « l’étroite rue Étienne Dumont, dite autrefois 1rue des Belles Filles1 [...] fleurissaient de joyeuses maisons closes (d’où le nom de 1Belles Filles1) – attirant paysans et autres de la région avoisinante. [De cette rue] se détache une ruelle plus étroite encore portant le nom de 1Chausse-Coq1, [m]ais qui, dans la Genève d’avant Calvin [...], tout bonnement alors était nommée ʺrue Chausse-Culʺ » (Haldas 1996 : 95).

3 On désigne à l’époque du nom de « publiciste » un journaliste, sens aujourd’hui vieilli, et également un « juriste spécialiste du droit public » (Petit Robert). Ces deux acceptions s’appliquent à Étienne Dumont.

4 Il y a une trentaine d’années, l’Université de Londres entreprit l’édition complète des œuvres de Bentham en 70 volumes. Seize volumes étaient parus en 1991 (Cendre 1991).

5 Le principe matérialiste d’utilité subit évidemment de vives attaques. Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi (1829 : 264) en relève une faille importante : « Si le système de Bentham peut s’exprimer par ces mots, 1cha- cun recherche avant tout le plus grand bien du plus grand nombre1, il est contraire à l’observation universelle ; s’il s’exprime par ceux-ci : 1Chacun doit rechercher avant tout le plus grand bien du plus grand nombre1, ce seul mot doit admet l’existence d’un autre principe supérieur à celui de l’utilité, le devoir, la moralité, dont il faut donc chercher l’origine et la force dirigeante ailleurs que dans la philosophie utilitaire, ailleurs que dans l’intérêt. »

6 C. Blamires (1990 : 57) illustre cette attraction du français sur les esprits cultivés en citant un extrait d’une lettre de Bentham. Le chancelier prussien Von Carmer avait invité « tous les hommes de bonne volonté » à lui communiquer leur avis sur un projet de réforme législative, sujet qui intéressait au plus haut point le jurisconsulte anglais. Cet appel avait été lancé en allemand, langue que celui-ci ne connaissait pas. Dans une lettre qu’il adresse au successeur de S. von Cocceji, Bentham écrit : « Translate your German into French : first because y ou must : second because it deserves to be : third because if y ou don’t you’re even more backward than Cocceji : fourth because you cannot fail to do so without incurring a charge of inconsistency : fifth because if you don’t, someone else will […]. »

7 « Le français, par un privilège unique, est seul resté fidèle à l’ordre direct, comme s’il était tout raison ; [cet ordre, ] il faut toujours qu’il existe. [...] la syntaxe française est incorruptible. C’est de là que résulte cette admirable clarté, base étemelle de notre langue. Ce qui n’est pas clair n’est pas français ; ce qui n’est pas clair est encore anglais, italien, grec ou latin » (Rivarol 1784, 1966 : 112-113 ; souligné dans le texte).

8 Cette explication, C. Blamires l’emprunte au traducteur américain John Neal, grand admirateur, lui aussi, de Jeremy Bentham, chez qui il vécut en 1825. Nous reparlerons plus loin de ce traducteur.

9 Bibliothèque Britannique, 1797, t. 5, p. 155-164 et p. 277-285 ; t. 6, p. 3-25 et 287- 306 ; 1798, t. 7, p. 105-133 et 369-389. La Bibliothèque Britannique a été fondée le 1er janvier 1796 par trois Genevois : Marc-Auguste Pictet, Charles Pictet de Rochemont et Frédéric-Guillaume Maurice. Le journal se donnait comme vocation de répandre sur le continent les idées progressistes de l’Angleterre, sa littérature et sa culture. Il a joué un rôle important dans la diffusion de la pensée de Jeremy Bentham. Un extrait d’une lettre d’Étienne Dumont (Paris, 22 novembre 1801) à Bentham (Londres) confirme l’influence de la Bibliothèque Britannique dans les cercles cultivés : « Everyone I’ve met here knows the Bibliothèque Britannique : it’s known here by anyone who could be called a reader, and they’ve all been talking to me about the extracts of you I put in there » (cité par Blamires 1990 : 64). En 1816, cette revue prit le nom de Bibliothèque universelle. Par la suite, son siège est passé de Genève à Lausanne. La plupart des écrivains de la Suisse romande y ont collaboré.

10 Pour la description sommaire de l’apport d’Étienne Dumont à chacune de ces œuvres, nous nous inspirons de la « Notice sur la vie et les écrits de M. Dumont », publiée par Pyrame de Candolle (1829 : 13-14).

11 « Qui permet de voir sans être vu. Prison panoptique, aménagée de telle sorte que le surveillant puisse voir chaque détenu dans sa cellule sans être vu lui-même » (Petit Robert).

12 Son souci de classification et de rationalisation transparaît clairement dans cet extrait de son « Discours préliminaire » déjà cité : « C’est ainsi qu’ayant subordonné toutes ses matières à un plan général, chaque branche de législation occupe une place qui lui est propre, et aucune ne se trouve répétée dans deux divisions » (Dumont dans Bentham 1802 : xi).

13 Initialement appelé États Généraux pour les deux premiers numéros, publiés les 5 et 6 mai 1789, ensuite Lettre du Comte de Mirabeau à ses Commettans [sic] pour les numéros 3 à 19 (10 au 24 juillet 1789), le journal prit ensuite le nom de Courrier de Provence. Des numéros 11 à 105 (juin 1789 à mars 1790), les rédacteurs en chef étaient Du Roveray et Dumont. Ce dernier mit fin à sa collaboration au Courrier en mars 1790. Un article sur l’esprit monastique fut le dernier qu’il y publia (Mützenberg 1979).

14 Dans ce manuscrit, nous lisons : « Nous ne croyons pouvoir mieux terminer cet essai [...]. » Et encore : « On ne s’astreindra pas à l’ordre alphabétique car il n’est nullement question ici de donner un traité complet » (Dumont, ms. 67 : 90 ; souligné dans le texte). En outre, le ms. 18 : 74-80, intitulé « Grammaire », est manifestement une version antérieure à la section « Grammaire » du ms. 67, car le contenu de ces deux sources est presque identique. Tous ces indices nous portent à croire que Dumont comptait réunir dans un traité un essai ou un art d’écrire certaines considérations sur la langue. Voir aussi la note 20.

15 « Ce qui distingue notre langue des langues anciennes et modernes, c’est l’ordre et la construction de la phrase. Cet ordre doit toujours être direct et nécessairement clair. Le français nomme d’abord le sujet du discours, ensuite le verbe qui est l’action, et enfin l’objet de cette action : voilà la logique naturelle à tous les hommes ; voilà ce qui constitue le sens commun. Or cet ordre, si favorable, si nécessaire au raisonnement, est presque toujours contraire aux sensations, qui nomment le premier l’objet qui frappe le premier » (Rivarol 1784, 1966 : 112). De tels propos, tenus de nos jours, feraient sourire les ethnolinguistes...

16 « Un étranger l’apprend mieux en dix mois que le latin en trois ans. » Plus loin, il écrit encore : « Il ne faut guère à un homme un peu exercé que cinq ou six mois d’une application médiocre pour se mettre en état de lire très facilement les langues modernes ; je l’ai déjà observé relativement au Français [sic] ; l’allemand fait peut-être exception » (Dumont, ms. 67 : 88).

17 Décédé en 1829, Dumont disposait vraisemblablement de la cinquième édition du dictionnaire (1778) ou d’une édition antérieure (1694, 1718, 1740, 1762), car la sixième édition parut en 1835.

18 Le Petit Robert (1993) lui donne raison : « Ensemble d’idées, de concepts abstraits, plus ou moins organisés, appliqué à un domaine particulier. »

19 « Nicolas Beauzée (1717-1789) est l’un des grammairiens français qui se sont donné pour tâche de réaliser la jonction entre la pensée encyclopédique, le langage et les langues. Nommé professeur à l’École Royale Militaire en 1753, il fut sollicité, à la mort de Du Marsais en 1756, de rédiger pour L’Encyclopédie des articles de grammaire, qui forment la base de sa célèbre Grammaire générale, ou Exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage, pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues (1767) » (D’hulst 1990 : 41).

20 Historien, auteur et homme politique, François Guizot (1787-1874) fit paraître en 1809 un Dictionnaire des synonymes français, en deux volumes. Une troisième édition « revue et corrigée avec soin » parut en 1833, quatre ans après la mort de Dumont.

21 Le manuscrit « Sur l’art de parler et de penser », dont la graphie est soignée, semble avoir été soumis à un éditeur, car au bas d’un feuillet (p. 112), nous pouvons lire la note suivante : « L’éditeur croit devoir rappeler que les pensées sont éparses dans les manuscrits originaux ; celle-ci ne faisoit point suite à la précédente. » Une main étrangère a-t-elle tenté de faire avec les papiers de Dumont ce que celui-ci avait fait avec ceux de Bentham ? A-t-on travaillé à préparer une édition posthume des écrits du traducteur ?

22 Famille noble de Russie, les Narychkine ont donné au tsar Alexis Ier sa seconde épouse, Nathalie. De cette union naquit le futur Pierre le Grand.

23 Selon C. Blamires (1994 : 27), Bentham attribue à Dumont lui-même la perte de son manuscrit. C’est ce qui ressort d’une lettre adressée au neveu du traducteur Jacob-Louis Duval, datée du 20 octobre 1829 (Bibliothèque publique et universitaire de Genève, ms. fr. 3787).

24 Pour des exemples d’œuvres grecques conservées grâce à des traductions arabes, voir A.R. Badawî (1968), La Transmission de la philosophie grecque au monde arabe.

25 Diderot (1875 : 236) exprima une opinion semblable à celle de Montaigne : « Il n’y a qu’un moyen de rendre fidèlement un auteur d’une langue étrangère dans la nôtre : c’est d’avoir l’âme pénétrée des impressions qu’on a reçues et de n’être satisfait de sa traduction que quand elle réveillera les mêmes impressions dans l’âme du lecteur. »

Table des illustrations

Légende Portrait d’Étienne Dumont par Kiprensky.
Crédits Bibliothèque publique et universitaire de Genève, Salle Ami-Lullin. Reproduit de l’ouvrage de Jean Martin, Étienne Dumont 1759-1829, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1942.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Auteur

École de traduction et d’interprétation, Université de Genève (Suisse)
Est titulaire d’un doctorat ès lettres de l’Université Paul-Valéry (Montpellier) et détient un diplôme de traducteur de l’École de traduction et d’interprétation de l’Université de Genève, où elle enseigne depuis 1979. Ses champs d’intérêt comprennent la pédagogie de la traduction, la psycholinguistique appliquée à l’enseignement de la traduction et l’histoire de la traduction. Au nombre de ses publications figurent David Herbert Lawrence et la psychanalyse (1983), et Die Übersetzung in der Schweiz : eine Bibliographie (1999). Elle est aussi codirectrice de Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement (1998).

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search