Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

De Gaulle, Vendroux, la Résistance dans le Nord de la France

 | 
Stéphane Curveiller

La résistance

De Gaulle et la Résistance dans les manuels scolaires

Jean-Pierre Dournel

Texte intégral

1Un programme scolaire se présente sous la forme d’une liste de sujets d’étude proposés à une classe, accompagnée d’instructions officielles relatives à sa mise en œuvre, le tout faisant l’objet d’un décret signé par le Ministre de l’Éducation nationale. Un programme scolaire est donc un acte politique qui répond à une demande sociale et à des objectifs éducatifs. Les programmes d’Histoire – surtout en histoire contemporaine – se situent au carrefour de trois exigences :

  • un contenu scientifique produit par les universitaires qui fournissent aux professeurs la matière à enseigner,
  • les demandes exprimées par les associations patriotiques et mémorielles qui ont leur propre mémoire de la période et voudraient la retrouver dans les manuels d’histoire,
  • les politiques mémorielles définies par les gouvernements qui doivent s’efforcer d’intégrer ces différentes mémoires, et parfois arbitrer entre mémoires antagonistes.
  • 1 Les illustrations qui suivent ont été reproduites avec l’aimable autorisation des éditeurs.

2Les manuels d’Histoire1 sont la traduction des programmes officiels. Ils sont écrits par des professeurs qui ont la double tâche de transmettre une mémoire, et en même temps un récit documenté, rationnel, critique, lequel peut conduire à démythifier tel ou tel aspect de la mémoire officielle ou des mémoires particulières.

3La Seconde Guerre mondiale a été au programme de l’école élémentaire dès 1945. Elle a été introduite plus tardivement dans l’enseignement secondaire : dans les classes terminales des lycées à partir de 1962, et en classe de troisième en 1971. Mais il faut attendre la fin des années 70 et le début des années 80 pour qu’un chapitre spécifique soit consacré à la France.

  • 2 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie, Paris, éd. du Seuil, 2010.

4Dans un ouvrage paru récemment2, Olivier Wieviorka a montré l’impossibilité de construire une mémoire unanime après la Seconde Guerre mondiale, à la différence des années 1920 où toute la communauté nationale avait été conviée à communier dans le culte des poilus. Après 1945 plusieurs mémoires se sont juxtaposées et parfois combattues : mémoire gaulliste, mémoire communiste, mémoire pétainiste, mémoire juive, avec des expériences aussi diverses que celles des déportés, des prisonniers de guerre de 1940, des requis du STO, voire des « malgré nous » alsaciens…

5Mon propos est de tenter de confronter les contenus des manuels scolaires avec les mémoires successives et diverses de la période 1940-1944, telles qu’elles se sont constituées dans le demi siècle qui a suivi. Les manuels scolaires ont évolué, bien entendu avec les programmes, mais aussi en fonction des fluctuations de la mémoire de la période et des acquis scientifiques. Ils ont aussi évolué au plan pédagogique, en accordant une place croissante aux documents qui couvrent aujourd’hui les 2/3 de leur surface.

6Notre analyse se fait au travers d’une grille de lecture centrée sur trois aspects :

  • Les personnages : de Gaulle, bien sûr, mais aussi les figures de résistants et de ses martyrs évoquées dans les manuels.
  • Les représentations et les formes de résistance : la résistance intérieure et la résistance extérieure ; la résistance militaire et la résistance civile ; la clandestinité ; le programme politique de la Résistance.
  • Les enjeux de la Résistance et de la Libération : son unité malgré ses divisions, sa reconnaissance par les alliés, la reconquête de la souveraineté nationale et rétablissement de l’ordre républicain.

7Dans cette histoire de l’enseignement de l’Histoire de la Résistance et de la France Libre trois périodes se distinguent.

De la Libération à la fin des années 60, les manuels ont écrit un nouveau chapitre du roman national autour d’une mémoire univoque centrée sur la lutte contre l’occupant

8L’enseignement élémentaire était en première ligne. Les enfants apprenaient l’histoire de France dès le cours élémentaire avec un programme centré sur les grands personnages et quelques grands événements, du siège d’Alésia à la libération de Paris. Au cours moyen le programme consacré à « la vie des Français aux principales périodes de notre histoire », se terminait par l’occupation et la Libération. L’année de Fin d’Études, qui menait au diplôme du certificat d’études, se terminait par « les relations franco-allemandes aux 19e et 20e siècles »… Les enfants avaient donc vu la question à trois reprises au cours de leur scolarité.

  • 3 Ozouf et Leterrier, Histoire de France cours élémentaire, Paris, éditions Belin, 1963.

9Dans ces manuels, la seconde Guerre mondiale était présentée comme le dernier épisode de la « guerre de trente ans » franco-allemande. « La France, en moins d’un siècle, est envahie pour la troisième fois par les Allemands » est une phrase qui revenait souvent3 ; l’Allemagne avait supplanté l’Angleterre dans le rôle de l’ennemi héréditaire. Les enjeux idéologiques de la Seconde Guerre mondiale n’étaient guère évoqués, même de manière sommaire.

  • 4 Martial Chaulanges, Histoire cours élémentaire, Paris, Delagrave, 1963.
  • 5 Cf. document 1.

10Le Général de Gaulle, parfois désigné comme « ministre de la guerre »4 apparaissait comme l’organisateur de la Résistance, associé à la célèbre formule « la France a perdu une bataille, mais elle n’a pas perdu la guerre ». Pétain était désigné comme le signataire de l’armistice, qui devait mener à l’occupation et à la servitude ; mais le régime de Vichy n’était pas étudié en tant que tel5.

11Surtout, les Français étaient présentés comme presque unanimement résistants, la collaboration n’étant le fait que d’une poignée de traîtres. Dans un manuel écrit par Martial Chaulanges, édité chez Delagrave en 1968, on pouvait encore lire :

Cependant, la plupart des Français résistent. Peu suivent les conseils du gouvernement de Vichy : s’entendre avec les Allemands… Ils écoutent le Général de Gaulle qui a organisé à Londres un gouvernement de la France Libre ; ils passent en Angleterre ou en Afrique pour rejoindre les troupes françaises libres. D’autres se cachent dans les forêts, attaquent les convois allemands, font sauter les voies ferrées, recueillent les Français menacés d’être déportés, se préparent pour l’insurrection finale contre l’occupant.

  • 6 Cf. document 2.
  • 7 Éliane Personne, Marc Ballot, Georges Marc, Histoire de France cours élémentaire, Paris, éd. Arman (...)

12La France libérée, on voyait de Gaulle la conduire à la victoire en Allemagne, aux côtés des Russes et des anglo-américains6, ce qui permettait à notre pays de figurer dans le camp des vainqueurs. Un dernier chapitre du programme décrivait la France d’après guerre : un pays en paix en train de se moderniser, et qui retrouvait la prospérité7. La « fin de l’Histoire », en quelque sorte.

Document 1 : la vision unanimiste de la résistance
Martial Chaulanges, Histoire de France cours élémentaire, Paris, éditions Delagrave, 1963

13Dans le secondaire, les programmes du cours complémentaire, qui prolongeait l’enseignement primaire dans une filière courte, s’arrêtaient à 1939, mais certains manuels proposaient dès 1947 un « appendice » sommaire sur la Seconde Guerre mondiale.

14Pour les lycées, il fallut attendre la réforme de 1957, appliquée en classe Terminale en 1962. Conçu en partie sous la direction de l’historien Fernand Braudel, le programme comprenait deux parties : la période 1914-1945, traitée en principe au premier trimestre, et une étude des grandes civilisations s’étalant sur le reste de l’année. La place accordée à l’étude de la résistance française s’en trouvait donc forcément restreinte. On était ici clairement dans une perspective d’histoire universelle, destinée à un public scolaire qui était loin de concerner la totalité d’une classe d’âge. Il n’y avait pas de chapitre spécifique sur la France de 1940 à 1945 ; la Résistance française était brièvement traitée, parfois avec les autres résistances (Polonaise, Yougoslave etc.), ou à titre d’exemple. On insistait cependant sur la figure du Général de Gaulle et sur l’appel du 18 juin.

15Il faut dire que les manuels n’étaient pas nécessairement le reflet des pratiques dans les classes : très vite les professeurs, qui avaient connu la période, devaient accorder davantage de place à la période 1914-1945, sacrifiant les civilisations, ce qui leur permettaient finalement d’évoquer davantage le cas Français !

16À partir de 1971, la Seconde Guerre mondiale fut mise au programme des classes de troisième des Collèges d’Enseignement Secondaire (CES), créés par la réforme Fouchet. Mais les élèves devaient étudier en une seule année toute l’histoire contemporaine, de 1789 à nos jours ! Malgré les Instructions officielles qui recommandaient de privilégier le XXe siècle, les professeurs eurent tendance à passer beaucoup de temps sur la Révolution, étudiée en début d’année ; puis, après une cavalcade à travers le XIXe siècle, ils n’atteignaient le XXe siècle qu’au troisième trimestre : il restait peu de temps pour aborder de Gaulle et la Résistance.

Document 2 : De la résistance à la défaite allemande
Martial Chaulanges, Histoire de France cours élémentaire, Paris, éditions Delagrave, 1963

Les années 1970 ont vu la fin de cette période « résistancialiste » marquée par cette mémoire « gaullo-communiste » qui exaltait une France unanimement résistante dès 1940

  • 8 Robert Paxton, La France de Vichy. 1940-1944, Paris, Seuil, 1973.

17Plusieurs événements y ont contribué : le réveil de la mémoire juive, suite au procès Eichmann (1961), la guerre des six jours (1967), le film de Marcel Ophuls, « le chagrin et la pitié » (1971), la parution de l’ouvrage de R. O. Paxton, La France de Vichy (1973)8.

18Il y eut aussi la politique mémorielle suivie par les successeurs du Général de Gaulle : la grâce de Touvier, accordée en 1971 par Georges Pompidou, soucieux de « jeter un voile, d’oublier ces temps où les Français ne s’aimaient pas », et à qui il fut parfois reproché de n’avoir pas été résistant ; la décision prise en 1975 par Valéry Giscard d’Estaing de ne plus fêter le 8 mai, en gage de réconciliation franco-allemande.

19On a pu aussi observer un processus de « déshéroïsation » de la Résistance à travers diverses polémiques : sur le passé de Georges Marchais, secrétaire général du PCF ; sur la date d’entrée des communistes dans la Résistance, qui s’attaquait à l’image du parti des 75 000 fusillés ; sur Jean Moulin, accusé – à tort – en 1977 d’avoir été crypto communiste ; plus tard, au début des années 1990 sur les circonstances de son arrestation à Caluire et l’hypothèse d’une possible trahison ; enfin, il y eut les révélations sur le passé vichyste de François Mitterrand.

20Dans quelle mesure l’histoire enseignée a-t-elle pris en compte ces grands débats ? Il n’y a pas eu d’écho à l’école élémentaire, d’autant qu’à partir de 1977 l’Histoire s’est trouvée intégrée dans les activités d’éveil, en compagnie de l’éducation physique, des sciences de la nature et de l’éducation artistique et musicale, tandis que le récit chronologique était abandonné, suscitant d’autres polémiques. Cependant, à partir de 1984 et à la suite de la querelle sur l’enseignement de l’Histoire lancée par Alain Decaux et le Figaro Magazine, un programme d’histoire chronologique a été réintroduit en CM1 et CM2, avec une question portant sur « les effets de la Seconde Guerre mondiale en France ».

21Dans le secondaire, au collège, la réforme « Haby » (1977) a réduit le programme de troisième à l’histoire du XXe siècle, ce qui a permis d’accorder une place plus importante à la période 1940-44. En Terminale, la révolution s’est produite à la rentrée 1983 avec un programme couvrant désormais la période de 1939 à nos jours, à la grande satisfaction des associations de résistants qui y ont vu la certitude que la question serait largement traitée puisque figurant en début de programme.

22Je retiendrai ici deux manuels de Terminale caractéristiques de cette période :

  • Le premier, édité chez Bordas en 1983 et dirigé par Jacques Bouillon et Dominique Borne, s’interroge sur l’évolution de l’opinion publique, « de l’attentisme à l’engagement », sans occulter la popularité de Pétain. Les responsabilités de Vichy dans la collaboration sont dénoncées ; la diversité politique de la Résistance largement abordée, avec en corollaire sa nécessaire unification sous l’autorité du général de Gaulle. Sont analysées également la position du parti communiste et l’atmosphère de guerre civile larvée à la Libération. Ce manuel est aussi l’un des rares à évoquer la grève des mineurs dans le Nord - Pas-de-Calais au début du mois de juin 1941.
  • Le second, écrit la même année sous la direction de Jacques Grell et Jean-Pierre Wytteman, évoque la naissance en France d’une résistance en dehors du général de Gaulle (général Cochet, Edmond Michelet…), et s’attache surtout au rôle politique du chef de la France Libre qui, avec l’aide de Jean Moulin, a rassemblé la Résistance sous son autorité, unité « exceptionnelle en Europe », et qui a permis la reconquête de la souveraineté nationale, y compris contre les Alliés, et la restauration de l’autorité de l’État. On y trouve aussi un développement documenté sur l’attitude des communistes entre 1939 et 1941 : approbation du pacte germano-soviétique et dénonciation de la « guerre impérialiste » renvoyant dos à dos l’Empire britannique et l’Allemagne nazie, Pétain et de Gaulle ; mais aussi évocation de l’appel au peuple de France à la lutte contre Vichy dès l’été 1940, et des engagements individuels dans la résistance dès 1940, avec en conclusion : « Rien ne serait plus faux que de parler d’une absence des communistes dans la résistance jusqu’en juin 1941 ». C’est à ma connaissance le seul exemple d’analyse à la fois argumentée et équilibrée de la position des communistes au début de l’occupation dans un manuel scolaire.

Depuis le milieu des années 90, les manuels se sont enrichis des travaux des historiens, qui se fondent désormais sur les archives et non seulement sur les témoignages oraux des acteurs qui disparaissent peu à peu

23À l’école élémentaire, la chronologie a retrouvé une certaine consistance : le programme de 1995 pour le cycle 3 (CE2, CM1 et CM2) est axé sur « les grandes périodes de l’histoire de France, située dans l’évolution européenne et mondiale ». Parmi les repères que doivent acquérir les enfants, on trouve le 18 juin 1940, de Gaulle, Vichy, Auschwitz, Jean Moulin, le 6 juin 1944, la libération de Paris, le 8 mai 1945 et le droit de vote des femmes.

24Au collège, on retrouve de Gaulle et la Résistance dans la première partie du programme de troisième, intitulée « guerres, démocratie, totalitarismes » (depuis 1999). Au lycée, l’étude de la Seconde Guerre mondiale a été transférée depuis 2002 en fin du programme de Première (du milieu du XIXe siècle à 1945). Cela avait déjà été le cas de 1987 à 1995, malgré les protestations des associations de résistants qui craignaient que cette question ne soit pas traitée faute de temps.

25Cependant, en classe Terminale, le chapitre consacré à la France de 1945 à nos jours commence par l’étude du bilan et des mémoires de la Seconde Guerre mondiale : il s’agit là d’une question novatrice qui invite à une réflexion sur la Mémoire et ses rapports à l’Histoire, à la lumière des travaux récents d’Henry Rousso, de Robert Frank ou d’Olivier Wieviorka, entre autres.

26Si l’on regarde l’ensemble de la production actuelle de manuels, tous niveaux confondus, quelques traits essentiels se dégagent.

27La légitimité du Général de Gaulle, et les enjeux de la Libération sont un premier point remarquable. L’appel du 18 juin reste l’acte fondateur de la Résistance, même s’il fut peu entendu sur le moment ; quelques manuels font cependant état d’actes de résistance « spontanés » dès juin juillet 1940. Résistance intérieure et France libre sont indissolublement liées comme le proclament les affiches de propagande. De Gaulle a su rassembler l’ensemble des résistants autour de lui, à la différence de ce qui s’est passé ailleurs, ce qui a permis d’éviter une guerre civile à la Libération.

  • 9 Cf. document 3.

28De Gaulle a dû aussi s’imposer aux alliés qui ne l’ont pas reconnu comme un chef d’État, voulant longtemps ménager Vichy : les manuels de Première évoquent l’entrevue d’Anfa et opposent un de Gaulle fidèle aux valeurs républicaines face à un général Giraud, certes patriote authentique, mais resté proche de Vichy. C’est donc bien d’une reconquête de la souveraineté nationale qu’il s’agit ; après le « sacre des champs Elysées » du 25 août 1944, la cause est entendue. Il reste pour la France à retrouver son rang, en compagnie des trois autres « Grands »9.

29Un autre enjeu est le rétablissement de l’ordre républicain, bien qu’aux yeux du Général la République n’ait pas cessé d’exister, comme il le rétorqua à Georges Bidault sur le balcon de l’Hôtel de ville de Paris. Mais la France est dans une situation particulière : Pétain a obtenu les pleins pouvoirs légalement, d’un vote du Parlement. Il n’est donc pas question de revenir à la IIIe République. De Gaulle incarne une autre légitimité, d’essence historique, qui se prolonge au-delà de la guerre, transcende les Républiques et ressurgit en 1958 ; la magie continue d’opérer jusqu’au 27 avril 1969, puis de Gaulle part méditer en Irlande sur l’ingratitude des Français : telle est la trame des notices biographiques ou des dossiers consacrés au Général.

Document 3 : La France combattante aux côtés des alliés
Vincent Adoumié dir., Manuel de Troisième, Hachette, 2007

30Les représentations de la Résistance sont un deuxième point remarquable. Sur l’aspect militaire de la résistance, ce sont toujours les mêmes images qui reviennent : un sabotage ferroviaire ; une scène d’instruction dans un maquis, qui permet au passage d’identifier l’appartenance sociale des résistants : « des combattants venus du tréfonds de notre peuple », comme l’écrit de Gaulle, rejoignant en cela la mémoire communiste. La plupart des exemples viennent de la zone sud où les maquis étaient plus nombreux, et qui a été aussi davantage étudiée par les historiens.

31Le combat politique des résistants n’est pas oublié à travers la presse : Combat et Libération sont, de loin, les journaux clandestins les plus cités. Le programme du CNR est toujours présenté comme fondateur d’un nouveau contrat social. Une place importante est faite aux martyrs de la Résistance : exécutions, déportation, lettres de condamnés. La figure de Jean Moulin l’emporte largement, éclipsant d’autres personnages comme Pierre Brossolette, qui a pourtant fait en zone nord un travail équivalent à celui de Jean Moulin en zone sud, mais ce dernier est plus consensuel du point de vue de la mémoire.

32L’attitude des Français sous l’occupation et la mémoire de la période sont un dernier point remarquable. Tous les manuels s’interrogent sur le comportement de la population : sa confiance en Pétain, son attentisme, ses accommodements, une collaboration « ordinaire » à distinguer de la collaboration militante. La Résistance n’a été le fait que d’une minorité dont les effectifs ont grossi à partir de 1941 et 1943. On ne trouve plus guère d’analyse critique et argumentée sur le rôle des communistes : la plupart des manuels affirment désormais sans nuances que ceux-ci ne sont entrés en résistance qu’à partir du 22 juin 1941.

  • 10 Cf. document 4.

33Les manuels de Terminale invitent à une réflexion sur la mémoire. Celle-ci est présentée dans sa diversité, mettant l’accent sur la concurrence entre les mémoires communiste et gaulliste à travers l’exaltation du « parti des 75 000 fusillés » au lendemain de la guerre, et les commémorations officielles sous la Ve République (cérémonie du Mont Valérien, transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon, en présence du Général de Gaulle10). Les élèves sont invités à saisir la difficulté de prendre en compte, au lendemain de la Libération, des expériences aussi diverses que la déportation des résistants, longtemps privilégiée par rapport à celle des Juifs, la captivité des soldats vaincus de 1940, ou le STO.

  • 11 François Bédarida, Histoire, critique et responsabilité, Paris, éd. Complexe, 2003.

34D’où ces « troubles de la mémoire », dont l’étude permet de faire comprendre la différence entre mémoire et histoire. La mémoire relève de l’affectif, du sacré, d’où son caractère sélectif ; l’Histoire relève de la science, et consiste aussi à produire un discours critique sur la mémoire. Comme l’écrit François Bédarida, « La mémoire a pour objectif la fidélité, l’histoire la vérité »11.

35Les programmes de collège et de lycée font actuellement l’objet d’une réforme qui atteindra la classe de Première à la rentrée 2011 et la classe de Troisième à la rentrée 2012. Le schéma est à peu près identique : la France de 1940 à 1945 est détachée de la Seconde Guerre mondiale proprement dite, et fait l’objet d’un chapitre intitulé « effondrement et refondation républicaine », intégré dans une histoire politique en longue durée, couvrant l’ensemble du XXe siècle. On ne connaît pas encore précisément les futurs programmes de Terminale, où l’Histoire n’est plus qu’une matière optionnelle en série scientifique.

  • 12 Dominique Borne, Jean-Louis Nembrini, Jean-Pierre Rioux, Apprendre et enseigner la guerre d’Algéri (...)

36Les manuels d’histoire sont donc à la charnière de la mémoire et de l’histoire savante. L’Inspecteur général Dominique Borne rappelait il y a quelques années que la tâche des professeurs d’Histoire n’est pas de transmettre une mémoire, mais un savoir qui peut servir de cadre de référence à la mémoire12.

37Cet aperçu rapide et nécessairement réducteur nous montre un enseignement qui a pris en compte les inflexions de la mémoire et s’est peu à peu enrichi des débats historiographiques et des recherches des historiens stimulées à partir des années 70, et qui ont pu s’appuyer davantage sur les archives.

38L’image héroïque d’une Résistance quasi unanime, qui a dominé au cours des 25 années d’après guerre notamment dans les manuels de l’école primaire, a été peu à peu recadrée. Mais que la Résistance n’ait été que le fait d’une minorité ne donne que plus de valeur à l’engagement des résistants. Deux personnages sortent indemnes de ces évolutions : de Gaulle, plus que jamais auréolé de sa légitimité historique, par-delà les formes légales, et Jean Moulin, unificateur de la résistance et martyr, associé à la légitimité gaullienne et en même temps issu de la tradition républicaine. À ce titre, de Gaulle et Jean Moulin se complètent.

39Pour finir, Je dirai un mot sur les manuels d’Histoire en usage outre-manche. L’histoire contemporaine y est abordée au niveau du GCSE (General Certificate of Secondary Education) que les élèves passent au niveau de notre seconde. Il faut préciser tout de suite qu’au Royaume uni l’Histoire devient matière optionnelle à partir de l’équivalent de notre quatrième.

40De Gaulle chef de la France Libre et la Résistance française ne sont pratiquement pas évoqués ; l’appel du 18 juin n’est guère mentionné. Le Général n’est étudié qu’en tant que président de la Ve République : les manuels voient surtout en lui l’homme qui a voulu restaurer la grandeur de la France sans en avoir les moyens, qui s’est opposé à l’entrée de la Grande Bretagne dans la CEE, et qui a quitté l’OTAN. Les auteurs attribuent cette politique au ressentiment que de Gaulle éprouverait à l’égard des Alliés qui, pendant la guerre, ont refusé de le reconnaître comme un chef d’État. Comme l’écrit l’un d’entre eux, et je m’arrêterai là : « It is difficult to be neutral about de Gaulle » !

Document 4 : Les mémoires concurrentes
Manuel de Troisième, éditions magnard, 1999

Notes

1 Les illustrations qui suivent ont été reproduites avec l’aimable autorisation des éditeurs.

2 Olivier Wieviorka, La mémoire désunie, Paris, éd. du Seuil, 2010.

3 Ozouf et Leterrier, Histoire de France cours élémentaire, Paris, éditions Belin, 1963.

4 Martial Chaulanges, Histoire cours élémentaire, Paris, Delagrave, 1963.

5 Cf. document 1.

6 Cf. document 2.

7 Éliane Personne, Marc Ballot, Georges Marc, Histoire de France cours élémentaire, Paris, éd. Armand Colin, 1952.

8 Robert Paxton, La France de Vichy. 1940-1944, Paris, Seuil, 1973.

9 Cf. document 3.

10 Cf. document 4.

11 François Bédarida, Histoire, critique et responsabilité, Paris, éd. Complexe, 2003.

12 Dominique Borne, Jean-Louis Nembrini, Jean-Pierre Rioux, Apprendre et enseigner la guerre d’Algérie et le Maghreb contemporain, CRDP de Versailles, 2002.

Table des illustrations

Légende Document 1 : la vision unanimiste de la résistanceMartial Chaulanges, Histoire de France cours élémentaire, Paris, éditions Delagrave, 1963
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/625/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 811k
Légende Document 2 : De la résistance à la défaite allemandeMartial Chaulanges, Histoire de France cours élémentaire, Paris, éditions Delagrave, 1963
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/625/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 733k
Légende Document 3 : La France combattante aux côtés des alliésVincent Adoumié dir., Manuel de Troisième, Hachette, 2007
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/625/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Légende Document 4 : Les mémoires concurrentesManuel de Troisième, éditions magnard, 1999
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/625/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 642k

© Artois Presses Université, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540