Version classiqueVersion mobile

Portraits de traducteurs

 | 
Jean Delisle

Chapitre 2. Guillaume Bochetel et Lazare De Baïf, traducteurs conseillers de François Ier

Bruno Garnier

Texte intégral

  • 1 Cette œuvre, conservée au musée d’Hamptoncourt, en Grande-Bretagne, a été présentée à Paris en avri (...)

1Œuvre de Jean Clouet, L’Homme au Pétrarque reproduit à la page 34 représente un Français notable et lettré âgé de quarante ans vers 1540. Le portrait est anonyme, comme tant d’autres images de femmes et d’hommes de la première moitié du xvie siècle1. Nous y voyons l’archétype du haut fonctionnaire servant François Ier, ce roi père des lettres qui s’employa à défendre et à illustrer le royaume de France au moyen d’armes nouvelles : les belles-lettres et l’humanisme. Ce personnage sans nom donnera un visage unique aux deux traducteurs dont nous nous proposons de tracer le portrait, Guillaume Bochetel (?-1558) et Lazare de Baïf (1496-1547). Ces deux hommes, peu connus dans nos annales littéraires, ont plusieurs points communs : nés tous les deux à la fin du xve siècle, ils se sont voués au service du roi et ont nourri un vif intérêt pour les lettres. Mais c’est encore un autre point commun qui nous conduit à les rapprocher ici : la composition des toutes premières traductions françaises de tragédies grecques.

Les premières tragédies en langue française

2Guillaume Bochetel et Lazare de Baïf traduisirent Euripide et Sophocle à une époque où le genre tragique n’existait pas en français. L’entreprise était pour le moins téméraire.

  • 2 Érasme a traduit en latin Hécube et Iphigénie d’Euripide en 1506. François Tissard complète ce prem (...)
  • 3 Octavie et Hercule de Sénèque, traductions en vers français datant des années 1530-1550 ; une tradu (...)
  • 4 La troisième traduction imprimée d’une tragédie grecque au xvie siècle, l’Iphigénie à Aulis d’Eurip (...)

3Lazare de Baïf est l’auteur de la première traduction française de Sophocle (Électre 1537), qui est aussi la première tragédie jamais publiée en langue française. Longtemps, on lui a attribué également la traduction de l’Hécube d’Euripide (1544), avant qu’elle ne soit restituée à Guillaume Bochetel (Sturel 1910). Ces deux ouvrages ont permis aux lecteurs français non latinistes de découvrir un genre dramatique inconnu d’eux. Jusque-là, la survie du genre tragique en France était réservée aux lecteurs des tragédies latines de Sénèque et, depuis le début du xvie siècle, aux lecteurs des traductions latines de tragédies grecques dues à Érasme et à François Tissard2. Six autres tragédies traduites en français durant cette période sont restées manuscrites3. Avec ces deux premières tragédies imprimées en langue française, nous avons l’essentiel de la production jusqu’en 1550, et durant tout le xvie siècle, le nombre de tragédies grecques traduites et imprimées en France se compte sur les doigts d’une main4. C’est assez dire l’originalité de la démarche de nos deux traducteurs.

L’Homme au Pétrarque, par Jean Clouet, personnage anonyme.

A. Braun, Exposition des primitifs français, Paris, 1904, planche 32.

4On pourrait avancer qu’ils sous-estimaient, par méconnaissance, la difficulté de leur tâche. Leurs préfaces démentent cette hypothèse. La tragédie grecque est pour eux le genre littéraire le plus prestigieux et le plus difficile qui ait jamais existé. Guillaume Bochetel y voit, comme beaucoup de ses contemporains, une littérature d’essence supérieure, écrite pour les grands de ce monde.

Mais entre tous, il semble que les tragiques, ainsi qu’ils surpassent tous autres escrits en haulteur de style, grandeur d’argumens, et gravite des sentences : aussi ont ils plus amené de proffit aux hommes, d’autant qu’ils ont prins a instruire et enseigner les plus grans, et ceulx la que la fortune a plus haultement eslevez, comme princes et roys […] (v. annexe 2).

5Lazare de Baïf associe également la tragédie aux personnages de haut rang : « Tragédie est une Moralité composee de grandes calamitez, meurtres et adversitez survenues aux nobles et excellentz personnaiges » (« Diffinition de la tragédie », dans Sophocle 1537). Il est parfaitement conscient de l’ampleur de sa tâche, qu’il présente comme un véritable défi.

Au lecteur

La chose est certeine, lecteur,
S ans qu’aultre que moy te le die,
A bien translater, qu’ung auteur
R endre doibt par son estudie
E n tout son sens. La tragedie
D e Sophocle a sens fort subtil
E n grec, croy q’ung esprit gentil
B ien ne la tourna sans grand peine.
A bon sens, scaiches qu’il
Y F ault prudence bien certaine.
(Sophocle 1537)

6L’un et l’autre connaissaient donc et l’enjeu littéraire et la difficulté d’un tel projet. Écrivains amateurs, ils se sont tout de même attelés à la traduction poétique de la tragédie grecque en français, une tâche bientôt méprisée en France par les vrais poètes et par les hellénistes patentés, avec une consternante continuité de la Renaissance à nos jours. Leurs efforts constituent aujourd’hui encore, pour le lecteur curieux, un exemple rare d’inventions métriques et de recherches expressives en traduction. Jamais plus une telle entreprise n’a été tentée ensuite dans l’écriture dramatique en France. Ces deux conseillers de François Ier méritent bien quelque attention.

L’élévation sociale des secrétaires d’État

7Au premier abord, les activités officielles de Lazare de Baïf et de Guillaume Bochetel sont bien éloignées de la traduction littéraire. C’est l’ascension sociale par les alliances familiales qui semble avoir gouverné toute la vie de nos deux personnages.

  • 5 Testament établi devant Me Chapuzet, notaire, le 21 novembre 1551, cité par Jean Le Laboureur (1650 (...)
  • 6 Guillaume Bochetel avait acheté le fief de Breulhamenon à Jean de Courtois, seigneur de Bonnebuche (...)

8La palme revient à Guillaume Bochetel. À sa mort, il a pu acquérir assez de propriétés seigneuriales pour porter de nombreux titres, qui lui ont permis d’accéder à un rang de dignité en rapport avec ses fonctions. Le notaire devant lequel Guillaume Bochetel et Marie de Morvillier avaient établi leur testament, le 21 novembre 1551, le qualifiait de « noble homme et sage Maître Guillaume Bochetel, Chevalier, conseiller du Roy, Sieur de Sassy, de Breulhamenon, de Sainte Lizaine, de Mortomyer et de la Forest Taumier5 ». Plusieurs de ces seigneuries ont été achetées avec le produit des revenus de ses offices et des libéralités accordées par le roi en récompense des services rendus6. De toute évidence, Guillaume Bochetel avait amassé, à la fin de sa vie, une fortune considérable.

  • 7 L’inventaire du 8 novembre 1547 fait état de la contestation des droits du fils naturel que Lazare (...)

9De son côté, Lazare de Baïf a mené une brillante carrière diplomatique, qui l’a conduit à l’ambassade de Venise de 1529 à 1534. Mais il n’a pas laissé à sa descendance les mêmes richesses que Guillaume Bochetel. L’inventaire après son décès nous renseigne sur la teneur de l’héritage : le manoir des Pins et les meubles qu’il contenait7.

  • 8 Lettre à Nicolas Berthereau du 12 décembre 1528, au musée Condé dans Papiers de Condé, « lettres de (...)

10Leurs situations initiales diffèrent quelque peu : Lazare de Baïf était noble, Bochetel était né roturier. Jeune fonctionnaire, Bochetel avait conscience de la faiblesse relative de sa situation, se qualifiant ainsi au début de sa carrière : «. […] pouvre clerc que je suis ne merite que Mon seigneur me face response8. » Pourtant la naissance ne l’avait pas aussi désavantagé qu’il veut bien le dire. Son père, Bernardin Bochetel, maire de Bourges, était secrétaire royal et procureur du roi en Berry. Et depuis Jean Bochetel, bisaïeul de Guillaume, l’office de secrétaire du roi était dans la famille (Robin 1933 : 10-11). Guillaume Bochetel était donc destiné à exercer des fonctions importantes. Il fit mieux encore, en portant plus haut la charge héréditaire qu’il reçut.

  • 9 C’est Guillaume Bochetel lui-même qui le rappelle dans une lettre datée du 23 novembre 1527 adressé (...)
  • 10 Date établie d’après les indices recueillis par F. Decrue (1885 : 100).

11Le principal moteur de l’ascension de Guillaume Bochetel fut son aptitude à tirer parti des alliances qu’il contracta et qui, seules, pouvaient lui faire espérer agréger son nom à la noblesse. Son mariage avec Marie de Morvillier, vers 1520, lui permit tout d’abord d’approcher l’un des personnages les plus influents de l’entourage de François Ier : Florimond Robertet, secrétaire des finances et trésorier de France, qui avait épousé la cousine de la mère de Marie. Guillaume Bochetel fut quelque temps son greffier9. À la mort de Robertet, survenue en 152710, c’est en Anne de Montmorency, futur connétable de France, que Guillaume Bochetel place tous ses espoirs :

  • 11 Lettre à Anne de Montmorency, de Castelceriolo, le 5 août 1528, Musée Condé, série L, t. XII, f° 59

Monseigneur, lui écrit-il en 1528, je vous supplie tres humblement que servant en ce lieu et estant loing de vous vous ne me veuillez mectre en obly. Car monseigneur ma principalle et plus grande fiance gist en vous et suis bien asseuré que si ma pouvre fortune nest secourue par vostre moyen quant loccasion soffrera je seray bien, monseigneur, pour demourer pouvre toute ma vie11.

12Cet appel ne resta pas lettre morte. En 1529, Bochetel fut envoyé en Espagne pour une affaire d’État : le mariage de François Ier avec Éléonore d’Autriche, sœur aînée de Charles Quint. Ce mariage fut le tournant de sa carrière : il était devenu un familier de la future reine, il avait servi au premier rang le roi et la France. Pour marquer cet événement de son empreinte, le négociateur se fit même poète de Cour (Bochetel 1550d : 97-98).

  • 12 Lettre de Guillaume Bochetel à Anne de Montmorency du 1er avril 1530, Bibliothèque nationale de Fra (...)

13Une fois sa mission achevée, Bochetel ne songeait qu’à reprendre les relations de clientélisme qu’il entretenait avec son protecteur, Montmorency : « Sil vous plaisoit monseigneur durant ce temps la me commander aller devers vous iroye bien volontiers pour obeyr a tou ce qu’il vous plaisoit mordonner attendu aussi monseigneur que je ne voy pas que je puisse plus servir en aucune chose de pardeca estans les choses en lestat quelles sont graces à nostre seigneur12. » Il est chargé de la rédaction de deux plaquettes officielles mettant en lumière le faste des cérémonies du mariage royal (Bochetel 1530 et 1531).

14La réussite de cette mission propulse Guillaume Bochetel au premier rang de la haute administration royale. Il reçoit, le 22 août 1530, une commission de secrétaire du roi signant aux finances et, le 28 août 1532, une autre, de secrétaire des finances du roi. Les missions diplomatiques se succèdent au fil des années (Manuscrits français de la BNF, Actes).

  • 13 « François, par la grâce de Dieu Roy de France, […] en pleine Assemblée desdits Freres chevaliers a (...)
  • 14 Manuscrits français de la BNF : 3125, 20457, 20555, 20641, 20976.

15Nous sommes à une époque où le monarque cherche à s’assurer la fidélité exclusive de certaines familles, dont les représentants sont choisis non seulement en raison de leur loyauté, mais aussi en raison de leur aptitude à interpréter et à accomplir la volonté royale. Certains ont mieux saisi leur chance que d’autres : Bochetel est un de ceux-là. En une dizaine d’années, il est devenu pratiquement indispensable à la Cour. Sa valeur était assez reconnue, au début des années 1540, pour l’affranchir de la destinée de ses anciens protecteurs : la disgrâce de Montmorency n’eut pas de conséquences néfastes sur la poursuite irrésistible de son ascension. Le 29 septembre 1542, François Ier le nomme greffier de l’ordre de Saint-Michel, ce qui revenait à faire de lui un chevalier, lui ouvrant ainsi les portes de la noblesse13. Même la mort du roi n’arrête pas sa progression. En dépit du renvoi de plusieurs hauts officiers de la maison du roi, Guillaume Bochetel et son gendre Jacques Bourdin demeurent les seuls secrétaires d’État maintenus et confirmés dans leurs fonctions après la mort de François Ier : Bochetel se voit attribuer une zone d’influence constituée de la Normandie, de la Picardie, des Flandres, de l’Écosse et de l’Angleterre14.

16Une brillante carrière, servie au départ par une charge héréditaire, et plus tard par un puissant réseau d’alliances, constitue donc l’aspect extérieur de la vie de Guillaume Bochetel. Mais l’image de l’homme, derrière la liste de ses hautes fonctions, reste floue. Qui était-il vraiment ? Certainement un homme attaché à la fortune des siens, fût-ce contre leur gré. Le mariage de l’une de ses filles, Jeanne, avec son ancien clerc Claude de Laubespine, en fournit une preuve inattendue. Alliance de grande valeur et pour le clan Bochetel et pour le sieur de Laubespine (Comparato 1970 : 112-113), cette union fut beaucoup moins heureuse pour l’épouse. Le 22 juillet 1552, la compagnie des pasteurs de Genève reçut de Jeanne la longue lettre exaltée d’une femme qui se plaignait d’un époux infidèle et violent :

Messieurs, au non de Dieu et Seigneur Jesus Christ vous plaise entendre la calamité d’ungne pauvrette femme crestienne estant soubs la subjection d’ung mari idollatre et persecuteur de crestiens non de ceste heure, mais ja plus de dix ans. [...] Sy trouvéz bon qu’elle laisse celui avecques lequel elle a esté minse par puissance de ses peres et freres, lesquels elle n’eust osé désobair (Registre de la compagnie des pasteurs 1964 : 138-140).

17Les réformateurs genevois refusent sans ménagement de délivrer Jeanne des liens du mariage que son père Guillaume Bochetel lui avait fait contracter. « Nous la prions, écrivent-ils sous la dictée de Calvin, de ne se point fascher si nostre advis n’est pas du tout conforme à son désir. [...] Or icy, il faut regarder au lien du mariage, qui est tel qu’une partie fidelle ne se peult separer de son bon gré d’avec sa partie qui lui sera infidelle. [...] Si après avoir esprouvé les choses susdictes, mesme que le mary la persecute a la mort, alors elle pourra user de la liberté que nostre Seigneur donne à tous les siens d’eviter la rage des loups ! » (Registre de la compagnie des pasteurs 1964 : 140-141)

  • 15 Pour plus de détails sur cette affaire, voir Eugénie Droz (1974 : 31-60).

18Les véritables raisons pour lesquelles la cité protestante ne voulut pas d’elle ont pourtant peu de rapport avec les liens sacrés du mariage : Sébastien de Laubespine, le frère du puissant mari de Jeanne, allait s’installer en novembre 1552 à Soleure comme ambassadeur du roi de France, et son successeur (le 10 octobre 1554) sera Bernardin Bochetel, le frère de la dame de Laubespine15. Elle apprit donc à se taire et elle continua à vivre à côté de ce mari qu’elle détestait, victime à la fois d’un imbroglio familial et d’une certaine ligne de conduite, fixée par son père Guillaume Bochetel : une forme de pragmatisme dont il avait fait une règle de conduite.

Devoir requiert ce qu’empesche desir :
Amour retient ce que raison pourchasse [...]
Et ce torment a dieu je vous viens dire
La larme a l’œil sans que ma bouche souvre.
(Bochetel 1550f : 102)

19Cet épisode confirme, indirectement sans doute, l’identification de la vie de Guillaume Bochetel avec la réussite sociale des siens. Nous n’en saurons pas davantage sur l’homme, à regret.

  • 16 Catalogue des Actes de François Ier, t. 7 p. 492, n° 26061 et p. 470, n° 25802 ; t. 3 p. 149, n° 81 (...)

20Du côté de Lazare de Baïf, le portraitiste serait encore plus démuni, s’il devait se contenter de dépouiller les lettres de missions et les actes du règne de François Ier. Ils nous donnent, comme c’était de cas de Bochetel, l’image d’un serviteur zélé et loyal du roi. La loyauté est d’ailleurs la qualité qui a motivé le choix de François Ier en sa faveur pour occuper la charge de maître de requêtes ordinaires de l’Hôtel du roi en 1537 : Lazare de Baïf succédait à René Ragueneau, qui venait d’être impliqué dans une affaire de faux et reconnu coupable ainsi que son clerc16. Il fallait, pour lui succéder, un homme qui fût digne d’une confiance à toute épreuve. Lazare de Baïf bénéficia du crédit de ses puissants protecteurs à la cour pour l’obtenir, mais il était également connu pour les services rendus à l’ambassade de Venise.

  • 17 Cinq lettres montrent Lazare de Baïf opérant dans ses nouvelles missions (cote : J 966, liasse 3, P (...)
  • 18 Catalogue des Actes de François Ier, t. 4, p. 181, n° 11833 (22/02/1540), et p. 203, n° 11394 (07/0 (...)
  • 19 Catalogue des Actes de François Ier, t. 4, p. 668, n° 114120.

21L’office de maître de requêtes auquel il accède le conduit à participer à l’unification administrative du royaume contre les hobereaux insoumis. Au cours de « chevauchées » à travers le pays, il est mandaté pour recueillir le produit de l’imposition et, s’il le faut, saisir les biens des personnes qui refusent de payer et les emprisonner17. En février 1541, il vérifie les titres des usages de la forêt de Blois et, le 7 mai de la même année, il les transmet au siège de la Table de Marbre18. En 1544, il procède à l’« aliénation, vente, et engagement des domaines, gabelles, aides et impositions en Languedoil19 ».

22Ce ne sont certainement pas ces tâches austères qui nous aideront à voir, derrière le haut fonctionnaire du roi, l’humaniste que Ronsard comparait à Guillaume Budé :

  • 20 Ronsard, « De feu Lazare de Baïf. A Calliope », cité par Guignard (1902 : 307-308).

A l’ignorance il eut guerre
L’excellence
De la France
Mourut en Budé première
Et encores
Morte est ores
Des Muses l’autre lumière20.

23Il y a fort heureusement, pour qui tente de percer la personnalité de Lazare de Baïf, un témoin privilégié : son fils Jean-Antoine, l’un des sept membres de la Pléiade. Ce fils nous présente un Lazare épris d’humanisme et frustré dans son amour des lettres par les missions que le roi lui confiait et qu’il ne pouvait refuser :

[...]           en Anjou se retire,
Dans sa maison des Pins, non guiere loin du Loir,
A qui Ronsard devait si grand nom faire avoir.
Le bon Lazare, là, non touché d’avarice,
Et moins d’ambition, suit la muse propice ;
Et rien moins ne pensoit que venir à la court,
Quand un courier expres à sa retraite court
Le sommer de la part du grand roy, qui le mande
Et le venir trouver sans refus luy commande.
Qu’ust il fait ? Devoit il au repos s’amuser
Ou vivoit si content ? Pouvoit il refuser
Son roy qui le mandait ? C’est un pauvre héritage
De cropir au sçavoir, sans le mettre en usage.
Il se range à son roy qui ne le renvoia
Mais l’ouït et cherit, et bien tost l’employa
(v. annexe 3).

24Faut-il croire Jean-Antoine, dans le portrait qu’il fait d’un père dédaigneux de la fortune et de l’ambition ? Le bon sens conseille de mettre cet avis à l’épreuve d’autres témoignages.

  • 21 Pour plus de détails, voir La Bouillerie (1893) : l’article porte sur le fief des Pins, propriété d (...)

25Les maisons parlent aussi quelquefois. Poussons la porte du manoir des Pins. A l’entrée, on peut y lire une maxime en caractères grecs, tirée d’Aristote : σπουδή βραδέως (« Hâte-toi lentement ») Le manteau de la cheminée monumentale qu’il fit tailler dans la pièce principale de son manoir est orné de deux médaillons dans le style antique, qui pourraient bien représenter de profil Lazare lui-même et sa compagne vénitienne aux cheveux longs, belle femme qu’on voit également au plafond, sculptée assez rudement dans le chêne d’une poutre, jouant de la mandoline : sans doute est-ce le visage de la mère de Jean-Antoine21. L’homme qui habitait là était pétri d’hellénisme et il ne dédaignait pas de le faire savoir à ses visiteurs.

  • 22 Lazare de Baïf le déclare lui-même dans la « Dédicace au roi » de son traité latin De navali (1537)

26Son amour du grec n’était pas étranger à sa fascination pour l’Italie, où il apprit, dans sa jeunesse, la langue de Sophocle et d’Euripide. La connaissance de cette langue prestigieuse, si rare en son temps et si déterminante pour l’avenir des siens, fut donnée à Lazare dès son premier séjour en Italie, vers 1514 : voyage enthousiaste entrepris par le jeune avocat au Parlement sur l’invitation de son ami Christophe de Longueuil. Lazare de Baïf, qui n’éprouvait que du dégoût pour les études juridiques, considérait déjà comme perdu le temps qu’il n’avait pas pu consacrer encore à Platon ou à Démosthène22. Il compta parmi les premiers élèves du collège du Quirinal, dirigé par Jean Lascaris et Marc Musurus (Legrand 1962). Ces deux maîtres ont pu inspirer à Lazare son intérêt pour la tragédie : c’est à Jean Lascaris qu’on doit la première édition des tragédies d’Euripide (Euripide [1494]), édition bientôt complétée par Marc Musurus (Euripide 1503), son disciple. C’est ce dernier qui apprit le grec à Lazare, si l’on se fie au témoignage de Jean-Antoine.

Ce mien père, angevin, gentilhome de race,
L’un des premiers Français qui les muses embrasse,
Dignorance ennemi, desireux de sçavoir,
Passant torrens et mons jusqu’à Rome alla voir
Musure, Candiot, qu’il ouït pour apprendre
Le grec des vieux auteurs et pour docte s’y rendre ;
Ou si bien travailla que, dedans quelques ans,
Il se fit admirer et des plus suffisans
(v. annexe 3).

27Lazare de Baïf avait donc appris le grec en Italie. C’était un savant. Il reste que l’opposition affichée par Jean-Antoine entre le père épris des lettres et le diplomate malheureusement contraint, par devoir d’obéissance, de servir le roi, est peu crédible, et nous ne la prendrons pas si promptement à notre compte.

28Car ni Lazare de Baïf ni Guillaume Bochetel n’étaient des écrivains. Lazare de Baïf prévient ses lecteurs qu’il a composé une traduction en vers, « nonobstant que ce ne soit [s]a profession de composer en ryme » (Sophocle [1529]), et Guillaume Bochetel annonce son « infirmité » et sa « foible puissance » à traduire une tragédie d’Euripide (Euripide 1544). Il faut entendre par là que le fondement de leur activité et le sens de leur vie étaient ailleurs. Ils traduisent, car en traduisant, ils participent à une œuvre qui englobe leurs fonctions officielles dans un objectif plus vaste. Traduire les Anciens est une modalité de l’action dans laquelle ils sont engagés au service du roi, et ce point commun, qu’ils partagent avec d’autres traducteurs conseillers de François Ier, est à lui seul responsable de bien des interférences entre leurs parcours en tant qu’hommes et en tant que traducteurs. En dépit de recherches approfondies, il nous a été impossible de mettre en évidence une relation personnelle entre les deux hommes, qui n’appartenaient pas aux mêmes milieux provinciaux. Ainsi, quoiqu’il soit probable que leurs fonctions auprès du roi leur aient donné l’occasion de se connaître, ce n’est pas à d’hypothétiques échanges directs entre eux deux qu’il faut attribuer la similitude de leurs choix de traduction et de leurs démarches professionnelles, mais bien plutôt au mouvement d’idées et aux aspirations sociales qui ont habité les esprits les plus ambitieux et les plus habiles de la haute administration royale sous le règne du roi père des lettres.

La quête d’une identité sociale et culturelle

  • 23 La reconstitution de la chronologie du séjour de Jacques Amyot à Bourges chez Bochetel de 1537 à 15 (...)

29Il est singulier que Lazare de Baïf et Guillaume Bochetel aient choisi pour précepteurs de leurs enfants les deux hellénistes les plus éminents de leur génération : pour la formation de Jean-Antoine de Baïf, Jean Dorat, futur principal du collège de Coqueret, où se formera la Pléiade, et Jacques Amyot, pour Bernardin et Jean Bochetel23.

  • 24 En 1528, Bochetel reçut l’ordre d’accompagner François de Bourbon pour l’expédition d’Italie, d’où (...)

30Le choix de Jacques Amyot n’émane pas d’un homme qui, comme Lazare de Baïf, avait lui-même fréquenté les professeurs hellènes en Italie et suivi leur enseignement. Bochetel, un homme frotté de latin par ses études juridiques, n’était pas helléniste et, quoiqu’il ait fait, lui aussi, le voyage d’Italie dans le cadre de ses charges, il n’eut probablement pas le loisir d’y apprendre le grec24. Le choix d’Amyot était motivé, dans son cas, par la volonté de donner à ses enfants une formation qu’il n’avait pas lui-même reçue, mais à laquelle il accordait, pour leur avenir, une grande importance.

  • 25 Le nom de Guillaume Bochetel revient à plusieurs reprises parmi les titulaires des charges de l’Uni (...)

31On sait que les notaires et secrétaires royaux ne recevaient, le plus souvent, aucune formation universitaire : leur compétence était plus technique que livresque, elle s’appliquait à la connaissance du droit et des institutions, et à l’éloquence (Jouanna 1989 : 392). Cependant les principaux acteurs de la carrière administrative et diplomatique prirent conscience que leur savoir professionnel ne constituait pas une culture commune, susceptible de les identifier à un degré de dignité sociale comparable à celui de la noblesse de robe, à laquelle ils prétendaient accéder eux-mêmes et faire accéder leur descendance. Sa proximité avec l’Université de Bourges contribua certainement à forger l’intérêt de Bochetel pour les lettres, car Jean de Morvillier, son beau-frère, en était chancelier25. C’est ce recteur qui fit nommer Amyot lecteur à l’Université de Bourges et c’est lui qui, tout naturellement, le recommanda à Bochetel comme précepteur de ses enfants (Aulotte 1965 : 136).

32L’importance accordée par Guillaume Bochetel et Lazare de Baïf à la formation de leurs enfants est une manifestation de la recherche de valeurs nouvelles fondées sur la lecture des anciens et les enseignements qu’on peut en tirer pour fonder l’identité nationale, contre les valeurs traditionnelles héritées des romans de la chevalerie.

  • 26 Citons Gilbert Bayard, Jean Breton, Antoine de Macault. Cf. Sylvie Charton-Le Clech (1993 : 267).
  • 27 Henri Estienne fut l’ami de Jean-Antoine, le fils de Lazare.

33Le mécénat est une autre manifestation de la même recherche. Un certain nombre de secrétaires royaux côtoyaient les milieux de l’édition. La signature des privilèges d’impression en était l’occasion principale. Ainsi voit-on revenir fréquemment le nom de Guillaume Bochetel, parmi d’autres, dans les privilèges26. Des liens personnels s’étaient tissés entre ces hauts personnages et les imprimeurs, participant ainsi à la constitution de réseaux d’échanges de services entre les membres des élites urbaines : Geoffroy Torry, éditeur parisien originaire du Berry, fréquentait Bochetel, qu’il publia, et Lazare de Baïf était lié à Robert Estienne et aux siens27. Les secrétaires royaux lisaient et offraient des manuscrits au roi, ils pouvaient grandement soutenir les idées et les auteurs qui avaient trouvé grâce à leurs yeux. Jacques Amyot, dans la dédicace de sa traduction française du traité de Plutarque De la loquacité, ne manque pas de remercier Guillaume Bochetel de son appui :

A maistre Guillaume Bouchetel conseiller du roi et secretaire des Finances, Jacques Amyot son humble serviteur salut.

Or est-il que dernierement en relisant les opuscules de Plutarque, je tombe sur ung petit traitté qu’il a escript De la loquacité et importunité ; [...] il me prist envie de le tourner en notre vulgaire, [...] esperant vous donner quelque petite occasion et matiere de récréer et reposer vostre entendement travaillé de grandes affaires, ainsy que requiert le devoir de mon obligation escrite aux papiers de vos bienfaicts (Amyot 1542).

Et François Habert voyait en Guillaume Bochetel le mécène de tous les poètes :

  • 28 François Habert, « Épître à M. Bouchetel », 1549, cité par Aulotte (1965 : 139).

[…] le bon Bochetel, Seigneur de Saci,
La fleur, le fruit, l’honneur des vertus et des Muses.
[…]                      le Mecenas insigne
De tous ceux qui aymoient poetiques douceurs28.

  • 29 Mélange de vers et prose, recettes, lettres, réunis par Jacques Thiboust (1550) ; on trouvera une é (...)

34Quelquefois, les mécènes prennent la plume à leur tour et taquinent la rime à l’instar des poètes qu’ils ont vocation à soutenir. Un exemple nous en est donné par un recueil manuscrit peu connu, constitué de pièces écrites en l’honneur et à l’initiative de Jacques Thiboust, seigneur de Quantilly29. Concours d’épigrammes, compétition poétique joyeuse de juristes professionnels, d’officiers royaux et d’étudiants de l’Université, le volume est aussi un florilège d’imitations et de traductions, une sorte d’exercice de style par l’imitation des Anciens. Les secrétaires d’État sont bien représentés parmi les auteurs de ce recueil : autour de Guillaume Bochetel, auteur d’un irrévérencieux « Hymne à Bacchus, à l’imitation de Virgile » (Bochetel 1550c), on trouve Victor Brodeau, de Tours, Claude de Bombelles, de Lavau, Jacques le Roy, de Saint-Florent-sur-Cher, et Jean Duthier, de Beauregard en Blésois. Sous des pseudonymes faciles à démasquer, ces personnages, chargés par ailleurs de fonctions si sérieuses, montrent la joie de créer en français ou en latin et ils manifestent leur adhésion aux thèmes et aux genres poétiques de leur temps : l’amour pétrarquisant, le maniérisme, dans des pièces courtes chères à Marot : le rondeau, la ballade, l’épigramme, mais aussi le sonnet. Les thèmes et les genres abordés s’opposent aux valeurs guerrières de la noblesse d’épée et aux formes épiques qui y étaient attachées.

Traduire pour le roi

35Mais l’écriture poétique n’est pas leur domaine de prédilection. Nombreux sont les secrétaires d’État à préférer traduire ou faire éditer des traductions : Jacques Colin, lecteur et secrétaire de François Ier, traduit Les Métamorphoses d’Ovide en 1530 et publie les traductions posthumes de Seyssel (Thucydide en 1527 et l’Histoire d’Eusèbe en 1532) ; Étienne Le Blanc, neveu de Budé, greffier au Parlement, lecteur du roi, traduit les Discours de Cicéron vers 1526-1530, qui seront publiés en 1541 (Chavy 1981 : 287).

36En fait, la traduction se trouvait insérée dans un contexte politique et idéologique exceptionnellement favorable. L’heure n’était pas aux spéculations théoriques. Il ne faut d’ailleurs pas attendre de Lazare de Baïf ou de Guillaume Bochetel des écrits théoriques bien pénétrants sur la traduction. Leurs préfaces regorgent de lieux communs tirés des auteurs latins, qui étaient aux prises avec les œuvres grecques, en leur temps (v. annexe 1 – Glanures). C’est seulement à la génération suivante qu’on s’est posé les grandes questions théoriques : Pourquoi et comment traduire ? Pourquoi ne pas plutôt imiter que traduire, ou même chercher à surpasser les Anciens si on le peut ? On sait que les réponses à ces questions générales tourneront rapidement au constat de l’impossibilité théorique de la traduction des poètes. Mais tout cela n’intéressait pas Lazare de Baïf et Guillaume Bochetel. Leur motivation de traducteur doit être rapportée, si étonnant que cela paraisse à nos yeux, à la construction de leur carrière administrative, à leur plan d’ascension sociale. Toute leur vie est gouvernée par l’action et non par la spéculation intellectuelle.

37C’est ainsi que la traduction de Sophocle et d’Euripide devient une réalisation utile aux contemporains, dans leurs actes sociaux et politiques. Le secrétaire du roi ou le diplomate qui traduit sait tirer du patrimoine antique cette part d’universalité qui peut être transposée avec profit ici et maintenant. Illusion sincère d’une continuité historique parfaite, de l’Antiquité à la Renaissance, ou volonté d’estomper les différences entre époques et entre civilisations pour faire de ce monde-ci l’héritier direct d’une Antiquité prestigieuse qu’on préfère au legs médiéval ? Quoi qu’il en soit, cette idée selon laquelle les œuvres de l’Antiquité comportent des enseignements utiles aux contemporains du traducteur tient lieu de caution théorique à la périlleuse entreprise de la traduction elle-même. Faute d’un modèle théorique qu’il se garde bien de chercher à définir, le traducteur s’en remet à l’universalité des destinées et du langage humains pour justifier sa démarche et donner tout au moins une base rationnelle à son travail. Dans la préface de la traduction de l’Hécube d’Euripide, Guillaume Bochetel prend François Ier à témoin de la ressemblance qu’il croit discerner entre la grandeur d’âme des héros de la tragédie grecque et la vertu inaltérable du roi de France dans les épreuves :

AU ROY MON SOUVERAIN SEIGNEUR
[...] ce ne sont que pleurs, captivitez, ruines et desolations de grans princes, et quelquefois des plus vertueux. Ce qui sert aux successeurs : a fin qu’en prosperite ils ne seslevent par trop, et provoquent malheur en abusant de leur fortune : et aussi en adversite n’ayent le cueur abaissé ne failly, a l’exemple de plusieurs vertueux princes, qui jamais pour quelque enuie que fortune ait porté a leur gloire, et pour quelque affliction qu’ils ayent soustenue, n’ont aucunement flechy : laissant preuve a la posterite que la vertu peult bien estre affligee, mais non vaincue : comme, Syre, on le peult veritablement et sans flaterie dire de vous. [...] Et depuis vous voyant, Syre, travaillé de maladie, pour vous donner quelque recreation, je prins la hardiesse de vous lire le commencement que j’en avoye tourné : que benignement vous ouistes, et me commandastes l’achever. Ce que j’ay faict, non tant pour l’asseurance que j’ay eue de le scavoir bien faire, congnoissant ma foible puissance : que pour le désir de vous obeir (Guillaume Bochetel, Prologue « Au roy », Euripide 1544).

38Quintessence de la littérature ancienne, la tragédie est faite pour donner aux rois et aux princes d’hier et d’aujourd’hui de sages leçons de prudence et de gouvernement. Traduire Euripide et Sophocle devient ainsi, par la magie d’un lieu commun, une cause nationale, et le traducteur, parce qu’il est un administrateur fidèle, un secrétaire zélé ou un diplomate loyal sert deux fois le roi, d’abord dans le cadre de ses charges, et ensuite par l’enseignement et la récréation que lui procure la traduction. Même le bouillant auteur de la Deffence et illustration de la langue françoise, par une étrange exception, épargne de ses sévères critiques la traduction d’œuvres poétiques composées à la demande des princes et des grands seigneurs :

Mais que diray-je d’aucuns, vrayment mieux dignes d’estre appellez traditeurs que traducteurs ? veu qu’ils trahissent ceux qu’ils entreprennent exposer, [...] et encore pour mieux se faire valoir, se prennent aux poëtes, genre d’auteurs certes auquel si je sçavois, ou vouloy traduire, je m’adresseroy aussi peu, à cause de ceste divinité d’invention, qu’ils ont plus que les autres, de cette grandeur de stile, magnificence de mots, gravité des sentences, audace et variété de figures, et mille autres lumieres de poësie : [...] Ce que je dy ne s’adresse pas à ceux qui, par le commandement des princes et grands seigneurs, traduisent les plus fameux poëtes grecs et latins : pource que l’obeissance qu’on doit à de tels personnages ne reçoit aucune excuse en cest endroit (Du Bellay 1549 : 16).

39Du Bellay ne peut pas condamner un ouvrage placé sous la loi du prince. Et c’est bien le cas des traductions de Lazare de Baïf et de Guillaume Bochetel : leur double statut de traducteur et de conseiller du roi crée une confusion qui est encore aggravée par les caractéristiques du genre tragique auquel ils s’intéressent : car la tragédie traduite à la demande du roi mêle les destinataires mythiques du genre (les rois et les grands de ce monde) au destinataire de la traduction française, qui en est aussi l’instigateur, François Ier, père des lettres. Cette supercherie désigne des hommes tels que Lazare de Baïf et Guillaume Bochetel pour accomplir cette tâche. C’est moins la qualité d’écrivain et la connaissance du grec qui fondent leur compétence de traducteur, que l’aptitude à extraire du matériau mythique la substance capable d’instruire et de récréer le monarque, en réponse à son « commandement ». Ruse de l’idéologie, l’enjeu culturel et politique de la traduction préserve les traducteurs conseillers du roi des flèches assassines des détracteurs de la traduction poétique, pour un temps tout au moins. Car cette immunité aura un prix, qui s’avérera coûteux, pour l’avenir de la traduction : le déplacement radical de son objet, de la littérature vers des enjeux politiques, la rangera bientôt du côté des écrits utiles, lui fermant les portes de la création artistique.

  • 30 « Oraison funèbre de François Ier », prononcée par Pierre Duchâtel, citée par Lefranc (1893 : 155).

40C’est bien en effet tout l’ordre social et politique du royaume qui se trouve symboliquement impliqué dans cette royale confiscation des modèles culturels. La relation de fidélité à l’auteur ancien, dont se réclament tant Lazare de Baïf que Guillaume Bochetel, est allégorique de la relation du traducteur vis-à-vis du roi : tous ces traducteurs, et les auteurs anciens qu’ils traduisent, deviennent sujets de ce « père » à qui ils doivent leur restauration : « Le feu Roy, peut-on lire dans l’oraison funèbre de François Ier, n’a pas seulement honoré les lettres magnifiquement en son royaume et dehors, mais les a édifiées et plantées en son peuple par sa largesse et libéralité, tant latines, grecques, et hébraïques30. » C’est évidemment la noblesse d’épée prompte à la dissidence qui est visée par cette identification du roi à la diffusion des lettres : il est attendu d’elle qu’elle s’approprie les enseignements que les Anciens, traduits en langue française, leur dispensent et qu’en apprenant l’obéissance au roi, suivant l’exemple des traducteurs fidèles, elle rejette les anciens fondements de son identité féodale : les romans de chevalerie. Jacques Colin, secrétaire du roi, l’exprime on ne peut plus clairement dans la préface de la traduction de Thucydide par Claude de Seyssel : « Le roi, voyant que la science des langues étrangeres n’estoit encore generalement epandue parmi la noblesse de son royaume, [a voulu que soit publiée cette traduction] affin que [...] l’on prenne et tourne les enseignements au profit de la chose publique et l’édification de soi-même. » Il s’agit bien de faire en sorte que les héros de l’Antiquité supplantent les « Tristans, Gitons, Lancelots et aultres, qui emplissent les papiers des songes » (Thucydide [1527]).

41Les traducteurs conseillers du roi, en même temps qu’ils construisent l’identité culturelle qui accompagne leur prétention à intégrer la noblesse de robe, détruisent le patrimoine médiéval qui fondait l’identité culturelle de la noblesse d’épée.

La confiance dans la possibilité de traduire

42Si ce cadre idéologique a favorisé un élan remarquable en faveur des auteurs anciens, le cadre méthodologique de la traduction des poètes reste donc implicite. De fait, ce n’est pas dans les préfaces de nos deux traducteurs qu’il faut chercher des informations sur leur méthode, mais dans la traduction elle-même, ou plus exactement dans la comparaison, pour Électre, entre l’état imprimé et l’état manuscrit de la traduction, et, pour Hécube, entre la traduction française et la traduction latine d’Érasme.

43La comparaison de l’état manuscrit de la traduction d’Électre avec sa version imprimée prouve la confrontation directe du traducteur avec le texte grec. Un exemple parmi beaucoup d’autres suffira à prouver que Lazare de Baïf savait assez bien le grec pour travailler sur le texte de Sophocle.

44Nous sommes à la fin du drame : Oreste presse Égisthe vers le palais où il va l’assassiner et il lui ordonne de passer le premier. Égisthe, orgueilleux, s’indigne qu’on l’imagine en train de fuir (grec φεύγω, vers 1503). Dans sa version manuscrite, Baïf traduisait cette expression par « Je ne te fuyrai point » (Sophocle [1529]). Mais dans la version imprimée, on trouve : « Point n’y contrediray » (Sophocle 1537). Lazare de Baïf, qui ne disposait d’aucune version latine de la tragédie de Sophocle, a donc opéré en deux temps : la version manuscrite représente, non une traduction littérale (puisqu’elle est versifiée), mais une première mise en forme, où se manifeste le souci de serrer l’original au plus près. Dans le prologue, Lazare de Baïf qualifiait son rôle de « simple truchement ».

45La version imprimée s’adresse à un large lectorat : il ne s’agit plus de restituer toutes les nuances de l’original, mais le mouvement général du texte, une fois atténuées les aspérités de Sophocle. La traduction, dans sa forme imprimée, est une œuvre de vulgarisation, tandis que la version manuscrite est le fruit d’une recherche d’expression française fidèle aux mots grecs.

46Ce qui retient l’attention du lecteur moderne, du point de vue méthodologique, c’est l’importance accordée par le traducteur du xvie siècle au respect des divisions métriques de son modèle. Nos traductions récentes masquent complètement la structure poétique de la tragédie grecque : dialogues et chants du chœur se confondent dans une prose uniforme où l’on chercherait en vain la transposition des voix si colorées de l’original. Lazare de Baïf s’efforce, avec une édition grecque pourtant mal assurée, de restituer l’extraordinaire variété des mètres grecs. Beaucoup de variations de rythme sont ainsi miraculeusement rendues. La lecture de deux extraits de la traduction d’Électre, placés en regard d’une traduction moderne, donnera une idée des contrastes métriques par lesquels le traducteur du xvie siècle a restitué la diversité des tons du texte grec ancien.

Électre

Électre

[...]

[...] que de fois vous m’aurez vue

Navez vous pas souvente foys

me frapper en pleine poitrine de

De mes grands coups ouy le son

coups qui me laissent en sang,

Quand ma poictrine ferissoys

[…]

Tous les matins par marrisson ?

Le Chœur

Le Chœur

Voyez ou sen va Mars

Voyez où il en est déjà, l’Arès qui

Qui souffle par ses ars

s’avance, respirant le meurtre

Le sang contentieux

implacable.

Et les chiens perilleux

Elles viennent à l’instant même

Qui sont inevitables

de pénétrer sous le toit de ce

Et du tout infuyables

palais ; elles sont sur la piste des

Vindicateurs dexces

traîtrises méchantes, les chiennes

Vont pour veoir le deces

à qui on n’échappe pas.

En la maison leans :

Ah ! il n’a plus longtemps à rester

Parquoy non plus long temps

en suspens dans l’air, le songe

Mon songe au croq sera.

entrevu dans mon cœur.

 

(Sophocle 1537)

(Sophocle 1985 : 141 et 188)

47La traduction de l’Hécube se présente sous un jour différent. Le traducteur fait état, dans son épître dédicatoire « Au roy », du travail de traduction du grec en latin auquel se livraient ses enfants sous la férule de Jacques Amyot, ce qui a fait penser à une collaboration dans laquelle Amyot aurait donné à Bochetel une explication littérale du texte : « [...] mes enfants tant pour me faire apparoir du labeur de leur estude, que pour me donner plaisir et recreation m’apportoyent chascun jour la lecture qui leur estoit faite par leur précepteur de la tragedie d’Euripide denommee Hecuba : me la rendant mot a mot de Grec en Latin » (Euripide 1544). Cette circonstance accrédite l’hypothèse selon laquelle Bochetel ignorait le grec. En outre, Bochetel disposait d’une traduction latine, celle d’Érasme (Euripide 1506). Maints passages montrent que Bochetel traduit plutôt la version latine d’Érasme que le texte grec d’Euripide. Nous en choisissons un, particulièrement significatif. Ulysse vient chercher Polyxène, la fille d’Hécube, pour qu’elle soit sacrifiée sur le tombeau d’Achille. La vieille reine, alors captive des Grecs, lui rappelle qu’il avait été, durant la guerre, espion démasqué, réduit à la situation d’un esclave suppliant, à ses genoux, et qu’elle lui avait pourtant rendu la liberté. Le poète grec emploie le mot « esclave » (δούλος vers 249), qui brusquement inverse le statut des deux personnages, rabaissant le héros grec à la condition servile du captif et restituant à Hécube, par contrecoup, sa figure de reine de Troie. Le mot avait embarrassé Érasme, qui avait préféré rendre l’idée d’esclavage par la périphrase « esse in manu » :

Hecuba
Quid tum locutus, quum mihi in manu fores ? (Euripide 1506)
Que dis-tu alors, quand tu allais être dans ma main?

Bochetel traduit Érasme et ne rétablit pas le mot « esclave », qu’il juge étranger aux usages de son temps.

Hecuba
Mais que me disois tu estant en ma puissance ? (Euripide
1544)

48Comme dans la traduction d’Électre, les choix de Guillaume Bochetel sont motivés par la prise en compte d’un lectorat désireux de comprendre sans effort le texte traduit d’une langue étrangère et d’une époque lointaine.

49Mais c’est surtout, ici encore, à cause de la restitution de la macrostructure de la tragédie que le résultat de la collaboration Érasme-Amyot-Bochetel peut être considéré comme une réussite du genre. La traduction d’Hécube montre un usage audacieux de la versification française, pour révéler les parties constitutives de la tragédie ancienne à ses lecteurs, mais aussi à ses auditeurs : cette traduction, comme il est dit dans le prologue cité plus haut, a été lue à la cour, devant le roi, et ces lectures orales des manuscrits présentés au roi avant l’impression jouaient un rôle important dans les effets poétiques recherchés par leurs auteurs au moment de l’écriture. Que n’essaie-t-on d’entendre véritablement les traductions françaises modernes du théâtre grec ! Beaucoup ne résisteraient pas à une telle épreuve.

50Bochetel, comme Baïf, réserve l’alexandrin à la traduction des trimètres ïambiques, les vers des dialogues parlés, dans l’original grec. Mais il le maîtrise bien mieux que le traducteur d’Électre. On sait à quel avenir était promis ce vers sur les scènes françaises. C’est dans les stichomythies, où les effets d’échos et les subtiles variations de sonorités ont tant d’importance, que les alexandrins de Bochetel montrent toute leur valeur. Nous donnons un extrait de la traduction d’Hécube, dans lequel la reine de Troie, à qui Ulysse vient arracher Polyxène, demande à être sacrifiée avec sa fille.

Hecuba

Hécube

Au moins quant et ma fille a la

Alors, en même temps que ma

mort me mettez :

fille, au moins, vous autres,

La terre par ainsi du sang des

immolez-moi ; ainsi une double

deux costez

ration de sang humectera la terre

En sera doublement imbuee et

et le cadavre qui réclame de tels

arrousee,

honneurs.

Et l’ame de celuy qui vous l’a

demandee.

 

Ulysses

Ulysse

De ta fille il suffit : mort sur mort

C’est assez de tuer cette vierge ;

amasser

n’ajoutons pas à sa mort une

Ne convient, et vouldrions de

autre mort ; et plût au ciel même

ceste nous passer.

que la sienne ne nous fût pas

imposée !

 

Hecuba

Hécube

Il est force forcee qu’avec elle

Il faut absolument que je partage

perisse.

le trépas de ma fille.

 

Ulysses

Ulysse

Comment seigneur je n’ay qui

Il faut ? Je ne sache pas que j’aie à

commander le puisse.

recevoir des ordres.

 

Hecuba

Hécube

Comme le liarre fait, mon corps

Comme le lierre au chêne je me

joindray au sien.

cramponnerai à son corps.

 

Ulysses

Ulysse

Si plus sage que toy crois, tu n’en

Non pas, si tu en crois ceux qui

feras rien.

plus que toi sont raisonnables.

 

Hecuba

Hécube

Jamais je ne lairray la pucelle

De cette enfant, te dis-je, je ne

partir.

consentirai pas à me détacher.

 

Ulysses

Ulysse

Sans elle aussi ne puis de ce lieu

Eh bien, moi, je ne quitterai pas

departir.

cette place sans elle.

 

Polyxene

Polyxène

Mere entends a mes dicts : toy

Mère, écoute-moi ; toi, fils de

Ulysses aussi.

Laërte, sois indulgent à la juste

Je te prie Ulysses en ceste

exaltation d’une mère ; et toi, ô

angoisse icy

malheureuse, n’engage pas une

Une mere excuser justement

lutte avec ton maître.

indignee :
Et toy je te supplie, ô mere

(Euripide 1966 : 144-145)

infortunee

Encontre les plus forts ne vueilles

resister. [...]

(Euripide 1544)

51La forme versifiée n’est pas chez Sophocle et Euripide un ornement : c’est un élément constitutif de l’art lyrique grec. Les unités métriques s’accordent avec les notions de mesure et de démesure qui sont le ressort du drame. La meilleure prose détruit tout simplement la tragédie. Lazare de Baïf et Guillaume Bochetel avaient compris cela.

52Convenons qu’il y avait quelque chose d’expérimental dans l’entreprise de nos deux traducteurs français. Ils étaient pourtant animés d’une étonnante confiance dans la possibilité de traduire malgré la difficulté de la tâche. Grâce à cet état d’esprit, ils ont introduit en français des structures dramatiques qui ne devaient rien au théâtre de leur temps, hérité du Moyen Âge. La moralité, genre dramatique auquel Lazare de Baïf compare la tragédie, pour éclairer ses lecteurs, n’avait point de chœur ; elle comportait de nombreux personnages allégoriques, à des fins d’édification morale. La tragédie grecque présentait une structure dramatique complètement différente et une figuration poétique sans exemple dans la littérature théâtrale française de l’époque. Nos traducteurs travaillaient donc sans modèle, sans moule littéraire prédéterminé, sans cible préconçue. C’était une source de difficulté considérable. Ce fut aussi leur chance : force est de constater que le modèle de la dramaturgie classique française a fermé pour trois siècles cette voie aux traducteurs du théâtre étranger en France.

Conclusion

53François Ier avait beaucoup misé sur la traduction pour prendre part à sa glorification et modeler son image de monarque père des lettres et ami des artistes. On sait que la Pléiade, autour de Du Bellay et de Ronsard, ne tardera pas à renverser l’ordre des priorités au profit de la composition d’œuvres originales. Les traducteurs ne se recrutaient pas encore parmi les spécialistes des lettres, ni, plus généralement, parmi les professionnels de l’écrit savant ou poétique, mais parmi les conseillers les plus proches du roi. Leur loyauté lui était acquise par le pouvoir qu’il savait détenir sur le déroulement de leur carrière, en un temps où la corporation des secrétaires d’État veut conquérir ses titres de noblesse et assurer la fortune de sa descendance.

54À une époque de grande instabilité extérieure et intérieure, confier la glorification littéraire du monarque aux traducteurs, c’était s’assurer le concours d’hommes dont la culture et les fonctions étaient fondamentalement non aristocratiques. Il s’agit bien de s’appuyer sur une élite que tout oppose à la structure féodale pour tenter de séduire une partie de l’aristocratie. La traduction pouvait y parvenir mieux que toute autre forme d’écriture, en ce que, fidèle sujet de l’auteur qu’il traduit, le traducteur est nécessairement fidèle sujet du roi père des lettres.

55Ce contexte politique et idéologique a permis de voir fleurir quelques-unes des meilleures traductions françaises de tragédies grecques qui aient jamais été faites. On peut les créditer d’avoir préparé la naissance de la tragédie française, car elles ont favorisé auprès d’un lectorat non latiniste la prise de conscience de différences fondamentales entre le genre tragique et la moralité. Qui aurait pu prédire alors la fortune de la tragédie française ?

56La dernière traduction française d’une tragédie grecque au xvie siècle, Antigone, en 1572, est due au fils de Lazare de Baïf, Jean-Antoine. Écrite en souvenir de son père peut-être, elle est unique en son genre, dans la seconde moitié du siècle. Elle sera suivie d’un long silence de cent vingt ans sans traduction française de Sophocle, d’Euripide ou d’Eschyle, jusqu’aux traductions en prose d’Œdipe roi et d’Électre par André Dacier (1692), qui marquent le recul quasi définitif des ambitions littéraires de la traduction des tragiques grecs en français.

57Du tournant des années 1550, la traduction poétique aura beaucoup de mal à se relever, en France. Elle avait pourtant démontré avec succès son aptitude à introduire dans la littérature nationale des formes dramatiques sans rapport avec les usages de son temps. Ne pourrait-on pas s’en souvenir aujourd’hui ?

Bibliographie

Références

1. Sources

(Sont ici inventoriées les œuvres connues de Lazare de Baïf et de Guillaume Bochetel.)

a) Sources iconograghiques

BRAUN (1904), Exposition des primitifs français, Paris, planche 32.

MOREAU-NÉLATON, E. (1908), Crayons français du xvisiècle conservés au musée de Chantilly, Paris.

b) Sources manuscrites

AMYOT, Jacques (1542), « A maistre Guillaume Bouchetel conseiller du Roy et secretaire des finances, Jacques Amyot son humble serviteur », dans Plutarque, De la loquacité [traduit du grec par Jacques Amyot], Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrits français, nouvelle acquisition 10843.

SOPHOCLE ([1529]), Électre de Sophocle traduite en vers français, précédée d’un « Prologue au Roy », par Lazare de Baïf, Bibliothèque Saint Marc, Venise.

[BOCHETEL Guillaume] (c. 1550a), « Contrepetiz d’une dame a ung Seigneur du conseil par Monseigneur de Sacy », dans Mélange de vers et prose, recettes, lettres, réunis par Jacques Thiboust (cf infra), f° 149, r°.

[BOCHETEL Guillaume] (c. 1550b), « Eglogue par G. de Sacy », dans Mélange de vers et prose, recettes, lettres, réunis par Jacques Thiboust, (cf. infra), fos 207-209.

[BOCHETEL Guillaume] (c. 1550c), « Hymne à Bacchus, A l’imitation de Virgile par Monseigneur de Sacy », dans Mélange de vers et prose, recettes, lettres, réunis par Jacques Thiboust (cf. infra), f° 287, r°.

Correspondance et actes de Guillaume Bochetel, secrétaire du roi :

Archives départementales du Cher, à Bourges et à Paris, Bibliothèque nationale de France, séries D1 et D2.

Papiers de Condé, « lettres de Bourges », Musée Condé, Chantilly.

Minutier central des notaires, Paris, Archives nationales.

Manuscrits français de la Bibliothèque nationale de France (Paris) :

Actes : 3005 (134), 3046 (73,99), 3124 (81), 3125, 3219 (53), 4712, Mélanges Colbert 13.

Ambassade en Angleterre : 17829, 23515, 23517.

Instructions : 2937 (103), 3880 (196), 3056 (141), 3125 (20), 5503 (72).

Lettres : 6611, 6616, 18153, 20134, 20457, 20505, 20555, 20641, 20976.

Registre des expéditions faites par G. Bochetel de 1545 à 1559 : 5127.

Correspondance et actes de Lazare de Baïf, ambassadeur puis maître des requêtes du roi :

Archives nationales, Paris, cote J 966, liasse 3 (cinq lettres adressées par Lazare de Baïf au chancelier du roi Antoine Dubourg).

Mélange de vers et prose, recettes, lettres, réunis par Jacques Thiboust (c. 1550), Paris, Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 1667.

Sophocle [1542], Antigone, traduction anonyme, sans date, attribuée à Calvy de La Fontaine, manuscrit de la Bibliothèque de Soissons (189B).

c) Sources imprimées

BAÏF, Jean-Antoine de (1881-1890), Œuvres complètes, publiées sous la direction de Ch. Marty-Laveaux, Paris, A. Lemerre.

BAÏF, Lazare de (1531), De re vestimentaria, Bâle, impr. Froben.

BAÏF, Lazare de (1537), De re navali libellus, in adolescentulorum bonarum literarum studiosorum favorem, Paris, impr. François Estienne.

BOCHETEL, Guillaume (1530), Le sacre et Coronnement de la Royne, Imprime par le Commandement du Roy nostre Sire, achevé d’imprimé le 16 mars 1530 par Geoffroy Tory de Bourges.

BOCHETEL, Guillaume (1531), Lentree de la Royne en sa ville et cite de Paris, Imprime par le Commandement du Roy nostre Sire, achevé d’imprimé le 26 avril 1531 par Geoffroy Tory de Bourges.

[BOCHETEL, Guillaume] (1550a), « Silve de Silvanius », dans Euripide, La tragedie d’Euripide nommee Hecuba..., p. 90-95, Paris, Impr. Robert Estienne.

[BOCHETEL, Guillaume] (1550b), « Epitaphe de Ma Dame Laure : apres celuy que feist le Roy », dans Euripide, La tragedie d’Euripide nommee Hecuba..., p. 95-97, Paris, Impr. Robert Estienne.

[BOCHETEL, Guillaume] (1550c), « Epitaphe de Messyre Hierome Fondule », dans Euripide, La tragedie d’Euripide nommee Hecuba..., p. 95, Paris, Impr. Robert Estienne.

[BOCHETEL, Guillaume] (1550d), « Ballade presentee a la Royne en Espaigne », dans Euripide, La tragedie d’Euripide nommee Hecuba..., p. 97-99, Paris, Impr. Robert Estienne.

[BOCHETEL, Guillaume] (1550e), « Ballade sur une elegie de Properce, commenceant Quicunque ille fuit, etc. », dans Euripide, La tragedie d’Euripide nommee Hecuba..., p. 99-100, Paris, Impr. Robert Estienne.

[BOCHETEL, Guillaume] (1550f), « Epigrammes : ʺADieuʺ, ʺAutre a Dieuʺ », dans Euripide, La tragedie d’Euripide nommee Hecuba..., p. 100-104, Paris, Impr. Robert Estienne.

BELLAY, Joachim du (1549), La Deffence et illustration de la langue françoise, Paris, Éd. Louis Humbert, 1930.

CAMUZAT DE TROYES, Nicolas (1619), Meslanges historiques ou recueil de plusieurs actes, traictez, lettres missives, et autres memoires qui peuvent servir en la deduction de l’histoire, depuis l’an 1390 jusques a l’an 1580, Troyes, Éd. Noël Moreau, 2e partie, p. 143-152.

Catalogue des Actes de François Ier, Paris, Bibliothèque nationale de France, t. 3 à 7.

CHAPPUYS, Claude (1542), Discourt de la court, présenté au Roy par M. Claude Chappuys, son libraire et varlet de chambre ordinaire, Paris, chez André Roffet.

EURIPIDE [1494], Médée, Hippolyte, Alceste, Andromaque, imprimé à Florence chez Laurent d’Alopa, Édition princeps due à Jean Lascaris, s. d.

EURIPIDE (1503), Dix-huit tragédies, imprimé à Venise, chez Alde, édition attribuée au Crétois Marc Musurus.

EURIPIDE (1506), Hecuba et Iphigenia in Aulide Erasmo interprete, Paris ex officina Ascensiana ad Idus Septembris MDVI (réédité en 1507 à Venise chez Alde, en 1518 à Florence chez Philippe Hœrens, en 1524 et en 1530 à Rotterdam avec le texte grec en regard).

EURIPIDE (1544, rééd. 1550 et 1560), La tragedie d’Euripide nommee Hecuba, traduicte en rhythme Françoise, dediee au Roy [par Guillaume Bochetel], Paris, Impr. Robert Estienne.

EURIPIDE (1966), Théâtre complet t. 2, Traduction, introduction et notes par Henri Berguin et Georges Duclos, Paris, Flammarion.

LA BOUILLERIE, S. de (1893), « Verron. Notes et documents », dans Revue historique et archéologique du Maine, t. 34, p. 148-165.

LE LABOUREUR, Jean (c. 1650), Histoire généalogique de la Maison des Bochetels, s. d., grand folio du xviie siècle.

OVIDE (1550), « La fable de Caunus et Biblis, suyvant Ovide en sa Metamorphose » [traduite par Guillaume Bochetel], dans Euripide, La tragedie d’Euripide nommee Hecuba..., p. 77-90, Paris, Impr. Robert Estienne.

PELLETIER DU MANS, Jacques (1555), « Des traduccions », Art Poëtique, Livre I, Slatkine reprints, Genève, 1971.

SAUVAGE, Denis (1555), « Prologue », Histoires de Paolo Giovo, traduction française de Denis Sauvage.

SOPHOCLE (1537), La Tragedie de Sophocles intitulée Electra, [...]. Ladicte Tragedie traduicte du grec dudit Sophocles en rythme Francoyse, ligne pour ligne et vers pour vers, en faveur et commodité des amateurs de l’une et l’autre langue [par Lazare de Baïf], Impr. Étienne Roffet, 1537.

SOPHOCLE (1985), Ajax, Œdipe roi, Électre, dans Sophocle, t. II, texte établi par Alphonse Dain, traduit par Paul Mazon, Paris, Les Belles Lettres.

THUCYDIDE (1527), « Préface », Histoire de Thucydide Athénien, traduit du grec par Jacques Colin, Paris, Impr. Josse Bade.

2. Études

AULOTTE, Robert (1965), « Chapitre V : le séjour d’Amyot à Bourges », dans Amyot et Plutarque : la tradition des Moralia au xvisiècle, Genève, Droz, p. 131-140.

BAGUENAULT DE PUCHESSE, Gustave (1869), Jean de Morvillier, évêque d’Orléans, garde des sceaux de France, 1506-1577, Paris et Genève, Slatkine reprints, 1977.

BOURRILLY, V.-L. (1913), « Lazare de Baïf, maître des requêtes », dans Mélanges offerts à Émile Picot, Paris, Librairie Damascène Morgand.

CHARTON-LE CLECH, Sylvie (1993), Chancellerie et culture au xvisiècle. Les notaires et secrétaires du roi de 1515 à 1547, Presse Universitaire du Mirail.

CHAVY, Paul (1981), « Les traductions humanistes au début de la Renaissance française : traductions médiévales, traductions modernes », dans Canadian Review of Comparative Literature / Revue canadienne de littérature comparée, printemps, p. 284-306.

COMPARATO, Vittor-Ivo (1970), « Guillaume Bochetel Secrétaire d’État (?-1558) », dans Roland Mousnier (dir.), Le Conseil du roi de Louis XII à la Révolution, Paris, PUF, p. 105-129.

DECRUE, F. (1885), Anne de Montmorency grand maître et connétable de France à la cour, aux armées et au conseil du roi François Ier, Paris, Armand Colin.

DROZ, Eugénie (1974), Chemins de l’hérésie. Textes et documents, Genève, Slatkine, p. 31-60.

GARNIER, Bruno (1999), Pour une poétique de la traduction : l’Hécube d’Euripide en France de la Renaissance à l’âge classique, Paris, L’Harmattan.

GUIGNARD, Dr (1901), « Les origines de la famille de Baïf », dans Revue de la Renaissance, organe international mensuel des Amis du xvisiècle et de la Pléiade, t. I, p. 194-199 (Genève, Slatkine reprints, 1968).

GUIGNARD, Dr (1902), « Lazare de Baïf », dans Revue de la Renaissance..., t. II, p. 293-308 (Genève, Slatkine reprints, 1968).

GUY, Henry (1968), Histoire de la poésie française au xvisiècle, (1re éd. 1926), Paris, Champion, Bibliothèque littéraire de la Renaissance, série 2.

JOUANNA, Arlette (1989), Le Devoir de révolte : la noblesse française et la gestation de l’État moderne, 1559-1661, Paris, Fayard, coll. « Les nouvelles études historiques ».

LEFRANC, Abel (1893), Histoire du Collège de France, Paris, Hachette.

LEGRAND, Émile (1962), Bibliographie hellénique des xve et xvisiècles, ou description raisonnée des ouvrages imprimés en grec par des Grecs au xve et xvisiècle, accompagnée de notices biographiques, tables chronologiques, notes, documents et index, (1re éd. 1885), Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose.

PINVERT, Lucien (1900), Lazare de Baïf 1496 (?)-1547, Paris, Albert Fonternoing (traduction de la thèse latine De Lazari Bayfii vita ac latinis operibus et de ejus amicis soutenue le 23 décembre 1898 à la Faculté des lettres de Nancy).

Registre de la compagnie des pasteurs (1964), Genève, Droz (et Paris, Champion, 1989), p. 138-141.

RIBAULT, J.-Y. (1965), « Communication sur les opuscules de Guillaume Bochetel », dans Cahiers d’archéologie et d’histoire du Berry, octobre 1965, n° 3, p. 4 sqq.

RIBAULT, J.-Y. (1986), « Le séjour de Jacques Amyot à Bourges, 1534-1546 », dans Fortunes de Jacques Amyot, Actes du colloque international de Melun, 18-20 avril 1985, Paris, Nizet, p. 105-119.

ROBIN, P. (1933), « La compagnie des secrétaires du roi (1351-1791) », thèse, Paris, in 8.

SÉCHÉ, Léon (1899), « Les de Baïf et la Cour des Pins. Note sur la Pléiade », dans Revue Bleue. Revue politique et littéraire, juillet, p. 143 sqq.

STUREL, René (1910), « À propos d’un manuscrit du Musée Condé », dans Mélanges offerts à M. Émile Châtelain, 15 avril, p. 576 sqq.

STUREL, René (1913), « Essai sur les traductions du théâtre grec en français avant 1550 », dans Revue d’histoire littéraire de la France, t. XX, p. 269 sqq.

Annexes

Annexe 1. Glanures

Il nous a semblé utile d’associer les glanures issues des écrits de Lazare de Baïf et de Guillaume Bochetel à quelques extraits de préfaces tirés d’autres traducteurs de la même époque. Nous donnons ensuite intégralement en annexe 2 la dédicace de la traduction d’Hécube au roi, due à Guillaume Bochetel et, en annexe 3, le portrait de Lazare de Baïf par son fils Jean-Antoine.

La tragédie, une littérature pour les rois et les grands de ce monde

[…] Sophocles en a escrit six – vingt : entre elles est cette presente intitulee Electra, pour ce qu’elle y est introduicte et y parle tant bien et virilement que ung chacun sen peult donner merveille ; Euripides aussi et plusieurs aultres ont compose pareilles Tragedies. Et la grace dicelles a anciennement si bien regne, que les roys et princes se meloyent den composer, mesmement Dionysius Roy de Sicile et Herodes Roy des Perses et assez daultres.

Lazare de Baïf, « Diffinition de la tragédie » (Sophocle 1537)

Lire les poètes de l’antiquité pour y puiser d’utiles enseignements

Et comme l’on voit, la coustume des poètes, premiers aucteurs et inventeurs de la philosophie, a tousjours este de couvrir et cacher soubs le voile des fables, la verite des choses qu’ils vouloyent enseigner ; ou bien mesler le plaisir qu’on ha de leur ingenieuse fiction, avec bons et profitables documens. Et pource dit Horace que le poète apprend aux hommes a honnestement parler, instruit l’entendement de bons enseignements, reprend les vices, et loue la vertu.

Guillaume Bochetel, Prologue « Au roy » (Euripide 1544)

Persévérance du traducteur, Malgré la conscience qu’il a de sa faiblesse

[...] et me commandastes l’achever. Ce que j’ay faict, non tant pour l’asseurance que j’ay eue de le scavoir bien faire, congnoissant ma foible puissance : que pour le désir de vous obeir. Car trop plus m’a aidé l’efficace de vostre commandement, que ne m’a empesché la congnoissance de mon infirmité au parachevement de la traduction de ceste tragedie.

Guillaume Bochetel, Prologue « Au roy » (Euripide 1544)

J’ay esté induict et quasi contrainct d’employer ma hardiesse et ma force (si témérité et foiblesse doibvent estre ainsi appellées) pour te le traduire en vers françoys.

Manuscrit attribué à Calvy de La Fontaine (Sophocle [1542])

Traducteur – Simple truchement

Je ne suys que son simple truchement fidèle pour certain autant qu’il m’a été possible. [...] Et nonobstant que ce ne soit ma profession de composer en ryme, ce néantmoins pour donner quelque grâce à l’œuvre, et aussy en suyvant mon aucteur, j’ay observé les nombres de ses mestres autant qu’il m’a esté possible et j’ay adjouté rythme telle quelle

Lazare de Baïf (Sophocle [1529])

[...] ie n’y suis que simple trucheman, et que ie n’ay point entrepris d’espouser autrement sa cause [...], [mais j’ai traduit l’auteur] au plus près de ce qu’il est, selon les loix de vraye traduction : combien que je seusse assez que la voye de traduire en paraphrase, ou sous extrait du seul sens de l’Auteur, m’eust esté la plus – facile, sans m’assugetir à le rendre par la valeur de ses clauses et de ses propres mots.

Denis Sauvage (1555)

Traduction – Exercice de style

Laquelle pour la sublimite du style, et gravite des sentences que je y trouvay, il me prinst envie, Syre, de la mettre en nostre langue Françoise, seulement pour occuper ce peu de temps de repos a quelque honneste exercice.

Guillaume Bochetel, Prologue « Au roy » (Euripide 1544)

[...] il me prit l’envie de le [Plutarque] tourner en nostre vulgaire, pour exercer et limer mon stile en la langue françoyse, et le vous présenter, comme quelque chose de nouveau, ne l’ayant jamais veu en autre langue que la grecque.

Amyot, traduction manuscrite de Plutarque (1542)

Traduction – Récréation des grands personnages

Et depuis vous voyant, Syre, travaillé de maladie, pour vous donner quelque recreation, je prins la hardiesse de vous lire le commencement que j’en avoye tourné.

Guillaume Bochetel, Prologue « Au roy » (Euripide 1544)

[...] espérant vous donner quelque petite occasion et matière de récreer et reposer vostre entendement travaillé de grandes affaires [...].

Amyot, « A maistre Bouchetel »,

traduction manuscrite de Plutarque (1542)

Traduction – Travail sans gloire, au maigre salaire

[...] le service de celuy qui n’a en cest œuvre pretendu autre louange ny loyer, fors seulement de vous donner contentement et plaisir.

Guillaume Bochetel, Prologue « Au roy » (Euripide 1544)

Traduire est une besogne de plus grand travail que de louange.

(Pelletier 1555)

Annexe 2. Au Roy mon Souverain Seigneur

Gorgias Leontin homme de grand nom entre les anciens qui ont este celebrez par leurs lettres et scavoir, disoit que la tragedie est une tromperie et deception, par laquelle celuy qui trompe est plus juste que celuy qui ne trompe pas : et celuy qui est trompé, plus sage que celuy qui n’est point trompé. Chose qui semble contre raison, et touteffois est veritable. Car la tragedie nous trompe et déçoit en ce que bien souvent elle traicte argumens fabuleux si sagement controuvez, que nous cuidons qu’ils soient veritables. Or celuy qui trompe ung autre, et par ceste tromperie luy monstre et enseigne ce qu’il luy est proffitable ou nuysible, bon ou mauvais, honneste ou déshonneste, est sans doubte plus juste que celuy qui n’ha pouvoir ou vouloir de ce faire. Car il n’y a point d’acte plus vertueux ne tant convenable a l’homme, que de bien merir et proffiter a la communaulte des autres. D’autre part celuy a qui par la fiction de la tragedie demeure la congnoissance de vice et de vertu, et de bien et de mal, est beaucoup plus sage et advisé en tous ses affaires, que celuy qui pour n’avoir este si heureusement trompé, n’ha ceste cognoissance.

Et comme l’on voit, la coustume des poètes, premiers aucteurs et inventeurs de la philosophie, a tousjours este de couvrir et cacher soubs le voile des fables, la verite des choses qu’ils vouloyent enseigner ; ou bien mesler le plaisir qu’on ha de leur ingenieuse fiction, avec bons et profitables documens. Et pource dit Horace que le poète apprend aux hommes a honnestement parler, instruit l’entendement de bons enseignements, reprend les vices, et loue la vertu. Et oultre plus nous donne cognoissance de l’advenir par exemples du passé, et en adversite et affliction console notre esprit troublé. Mais entre tous, il semble que les tragicques, ainsi qu’ils surpassent tous autres escrits en haulteur de style, grandeur d’argumens, et gravite des sentences : aussi ont ils plus amené de proffit aux hommes, d’autant qu’ils ont prins a instruire et enseigner les plus grans, et ceulx la que la fortune a plus haultement eslevez, comme princes et roys, dont ils ont amené grand proffit a la posterite, laissant mesmement par escrit monumens de si grande utilite, comme l’instruction d’ung bon prince, laquelle se peult tirer des tragedies : car a ces fins ont elles este premierement inventees, pour remonstrer aux roys et grands seigneurs l’incertitude et lubrique instabilite des choses temporelles : a fin qu’ils n’ayent confiance qu’en la seule vertu. Ce qu’ils peuvent veoir et entendre par les grands inconveniens, miseres et calamitez qui autreffois sont advenues a ceulx qui ont este en fortune semblable : car ce sont les propres argumens des tragedies : comme monstra Euripide : lequel estant en Macedoine, le roy Archelaus pria d’escrire une tragedie de luy : et le poète luy refusa, priant aux dieux que jamais chose ne luy advint qui peust estre bon argument d’escrire une tragedie : pour ce que ce ne sont que pleurs, captivitez, ruines et desolations de grans princes, et quelquefois des plus vertueux. Ce qui sert aux successeurs : a fin qu’en prosperite ils ne seslevent par trop, et provoquent malheur en abusant de leur fortune : et aussi en adversite n’ayent le cueur abaissé ne failly, a l’exemple de plusieurs vertueux princes, qui jamais pour quelque enuie que fortune ait porté a leur gloire, et pour quelque affliction qu’ils ayent soustenue, n’ont aucunement flechy : laissant preuve a la posterite que la vertu peult bien estre affligee, mais non vaincue : comme, Syre, on le peult veritablement et sans flaterie dire de vous. Or il est, Syre, que quelques jours passez me retrouvant en ma petite maison, mes enfants tant pour me faire apparoir du labeur de leur estude, que pour me donner plaisir et recreation m’apportoyent chascun jour la lecture qui leur estoit faicte par leur precepteur de la tragedie d’Euripide, denommee Hecuba : me la rendant de mot a mot de Grec en Latin. Laquelle pour la sublimite du style, et gravite des sentences que je y trouvay, il me prinst envie, Syre, de la mettre en nostre langue Françoise, seulement pour occuper ce peu de temps de repos a quelque honneste exercice.

Et depuis vous voyant, Syre, travaillé de maladie, pour vous donner quelque recreation, je prins la hardiesse de vous lire le commencement que j’en avoye tourné : que benignement vous ouistes, et me commandastes l’achever. Ce que j’ay faict, non tant pour l’asseurance que j’ay eue de le scavoir bien faire, congnoissant ma foible puissance : que pour le désir de vous obeir. Car trop plus m’a aidé l’efficace de vostre commandement, que ne m’a empesché la congnoissance de mon infirmité au parachevement de la traduction de ceste tragedie. Laquelle, Syre, tres humblement je vous presente, en esperance que de vostre accoustumee bonte et benignite prendrez en gre le service de celuy qui n’a en cest œuvre pretendu autre louange ny loyer, fors seulement de vous donner contentement et plaisir.

(Euripide 1544)

Annexe 3. Ode au roi Charles (Extrait)

Sire, grâces à Dieu, je nasqui fils d’un père
Serviteur bien aimé du roy vostre granpère,
De ce grand roy François à qui seul nous devons
Tout cela que d’humain et gentil nous avons
Des livres du vieil tems ; mais à vous debonaire
Qui les entretenez dun loier ordinaire
Nous les devons encor ; luy père et createur.
Et vous, serez nomé des arts conservateur.

Ce mien père, angevin, gentilhome de race,
L’un des premiers Français qui les muses embrasse,
Dignorance ennemi, desireux de sçavoir,
Passant torrens et mons jusqu’à Rome alla voir
Musure, Candiot, qu’il ouït pour apprendre
Le grec des vieux auteurs et pour docte s’y rendre ;
Ou si bien travailla que, dedans quelques ans,
Il se fit admirer et des plus suffisans.
Docte il revint en France, et, comme il ne désire,
Rien tant que le sçavoir, en Anjou se retire
Dans sa maison des Pins, non guiere loin du Loir,
A qui Ronsard devait si grand nom faire avoir.
Le bon Lazare, là, non touché d’avarice,
Et moins d’ambition, suit la muse propice ;
Et rien moins ne pensoit que venir à la court,
Quand un courier expres à sa retraite court
Le sommer de la part du grand roy, qui le mande
Et le venir trouver sans refus luy commande.
Qu’ust il fait ? Devoit il au repos s’amuser
Ou vivoit si content ? Pouvoit il refuser
Son roy qui le mandait ? C’est un pauvre héritage
De cropir au sçavoir, sans le mettre en usage.
Il se range à son roy qui ne le renvoia
Mais l’ouït et cherit, et bien tost l’employa.
L’emploie embassadeur aux seigneurs de Venise
Afin que, né de luy, sur les fons Saint-Moïse
Je fusse battizé. Des noms de mes parreins,
Justinian et Rinçon, tenant mes faibles reins,
Jan Antoine nomé, qui de telle naissance
Parti deça les mons dès ma flouëte enfance,
Par le soin de tel père aux lettres bien instruit,
Pour la France devoy rapporter quelque fruit.

Jean-Antoine de Baïf (1881-1890)

Notes

1 Cette œuvre, conservée au musée d’Hamptoncourt, en Grande-Bretagne, a été présentée à Paris en avril 1904 dans le cadre d’une exposition intitulée « Les Primitifs français ». Le cliché que nous avons reproduit ici est tiré du catalogue de Braun (1904), consultable au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France, sous la cote Aa143, t. II, in-folio, planche n° 32. Certains détails de la physionomie de ce personnage, qui rapprochent cette toile des Deux Ambassadeurs, œuvre attribuée à Hans Holbein, ont fait penser qu’il s’agissait peut-être de Claude d’Urfé, sieur de Châteauneuf, bibliophile, ambassadeur au Concile de Trente en 1547. L’hypothèse a été avancée par E. Moreau-Nélaton, mais elle semble douteuse (Moreau-Nélaton 1908). La toile des Deux Ambassadeurs est exposée à la National Gallery de Londres.

2 Érasme a traduit en latin Hécube et Iphigénie d’Euripide en 1506. François Tissard complète ce premier travail sur Euripide avec la traduction latine de Médée, d’Hippolyte et d’Alceste en 1507.

3 Octavie et Hercule de Sénèque, traductions en vers français datant des années 1530-1550 ; une traduction des Suppliantes d’Euripide, en vers français, composée entre 1536 et 1547 ; Antigone de Sophocle, vers 1542, Iphigénie à Aulis d’Euripide, vers 1545, et Les Troyennes d’Euripide, vers 1550. L’Antigone est attribuée à Calvy de La Fontaine, l’Iphigénie à Aulis et Les Troyennes sont attribuées à Jacques Amyot. La traduction française manuscrite des Suppliantes, dont le volume était aux armes du dauphin Henri, futur Henri II, a été vendue 40 000 francs à l’Hôtel Drouot à Paris, vendredi 4 novembre 1938, et elle n’a jamais reparu depuis cette date.

4 La troisième traduction imprimée d’une tragédie grecque au xvie siècle, l’Iphigénie à Aulis d’Euripide, est due à Thomas Sébillet et date de 1549. Elle repose sur des fondements théoriques bien différents des deux traductions de Baïf et de Bochetel. Prétexte à la composition de pièces à formes fixes chères à Marot, elle ne manifeste pas d’effort de restitution poétique des structures de l’original grec. Enfin, la quatrième et dernière tragédie grecque à avoir fait l’objet d’une traduction française imprimée au xvie siècle est Antigone de Sophocle, due à Jean-Antoine de Baïf, le fils de Lazare (1572). Pour plus de détails sur ces diverses traductions et sur les traductions de tragédies grecques postérieures, voir Bruno Garnier (1999).

5 Testament établi devant Me Chapuzet, notaire, le 21 novembre 1551, cité par Jean Le Laboureur (1650).

6 Guillaume Bochetel avait acheté le fief de Breulhamenon à Jean de Courtois, seigneur de Bonnebuche (« Lettre de réception de foi du 29 juin 1539 », Archives nationales, Pièce 1479, f° 250 r°), et la châtellenie de La Forêt-Taumier à Claude de Vulcob en 1543. Il se rendit propriétaire d’une autre seigneurie, non mentionnée dans le testament, celle de Pondy, achetée à Charles de La Rochefoucauld (Archives départementales du Cher, E 1163, f°s 93 r° 95 v°, 10 mars 1548), comprenant les droits de la justice haute, moyenne et basse.

7 L’inventaire du 8 novembre 1547 fait état de la contestation des droits du fils naturel que Lazare avait eu d’une liaison avec une Vénitienne alors qu’il était ambassadeur. Document cité par S. de La Bouillerie (1893).

8 Lettre à Nicolas Berthereau du 12 décembre 1528, au musée Condé dans Papiers de Condé, « lettres de Bourges », t. IV, f° 301.

9 C’est Guillaume Bochetel lui-même qui le rappelle dans une lettre datée du 23 novembre 1527 adressée à Anne de Montmorency, connétable de France, citée par F. Decrue (1885 : 100).

10 Date établie d’après les indices recueillis par F. Decrue (1885 : 100).

11 Lettre à Anne de Montmorency, de Castelceriolo, le 5 août 1528, Musée Condé, série L, t. XII, f° 59.

12 Lettre de Guillaume Bochetel à Anne de Montmorency du 1er avril 1530, Bibliothèque nationale de France, manuscrit français 3005, f° 134 r°.

13 « François, par la grâce de Dieu Roy de France, […] en pleine Assemblée desdits Freres chevaliers a esté par Nous et iceux Freres éleu audit Estat et Office nostre amé et feal Secretaire de nos Finances Maistre Guillaume Bochetel […] en considération des bons, grands, vertueux, agreables et tresrecommandables services qu’il nous a par cy-devant, faits et fait encore ordinairement et chacun jour ez expeditions de nos principaux et plus secrets affaires et autrement en plusieurs et maintes manieres » (cité par Le Laboureur, c. 1650).

14 Manuscrits français de la BNF : 3125, 20457, 20555, 20641, 20976.

15 Pour plus de détails sur cette affaire, voir Eugénie Droz (1974 : 31-60).

16 Catalogue des Actes de François Ier, t. 7 p. 492, n° 26061 et p. 470, n° 25802 ; t. 3 p. 149, n° 8172 (29/10/1535) et p. 168-169, n° 8272 (29/01/1536).

17 Cinq lettres montrent Lazare de Baïf opérant dans ses nouvelles missions (cote : J 966, liasse 3, Paris, Archives nationales).

18 Catalogue des Actes de François Ier, t. 4, p. 181, n° 11833 (22/02/1540), et p. 203, n° 11394 (07/05/1541).

19 Catalogue des Actes de François Ier, t. 4, p. 668, n° 114120.

20 Ronsard, « De feu Lazare de Baïf. A Calliope », cité par Guignard (1902 : 307-308).

21 Pour plus de détails, voir La Bouillerie (1893) : l’article porte sur le fief des Pins, propriété des Baïf, situé actuellement sur le territoire de la commune de Verron, près de La Flèche. Voir également, sur le même sujet, l’article de Léon Séché (1899).

22 Lazare de Baïf le déclare lui-même dans la « Dédicace au roi » de son traité latin De navali (1537).

23 La reconstitution de la chronologie du séjour de Jacques Amyot à Bourges chez Bochetel de 1537 à 1543 oblige à écarter de son enseignement Guillaume et Jacques, alors trop âgés. Restent donc Bernardin et Jean, et peut-être les filles de Guillaume Bochetel (Ribault 1986).

24 En 1528, Bochetel reçut l’ordre d’accompagner François de Bourbon pour l’expédition d’Italie, d’où il écrivit à Berthereau, secrétaire de Montmorency, de Bologne, le 23 juillet : Bibliothèque nationale de France, manuscrits français 3046, f° 73 r°.

25 Le nom de Guillaume Bochetel revient à plusieurs reprises parmi les titulaires des charges de l’Université de Bourges. Cf. « Dénombrement des docteurs, régents, officiers et suppôts en jouissance d’exemption », 1555, Archives départementales du Cher, Série D2.

26 Citons Gilbert Bayard, Jean Breton, Antoine de Macault. Cf. Sylvie Charton-Le Clech (1993 : 267).

27 Henri Estienne fut l’ami de Jean-Antoine, le fils de Lazare.

28 François Habert, « Épître à M. Bouchetel », 1549, cité par Aulotte (1965 : 139).

29 Mélange de vers et prose, recettes, lettres, réunis par Jacques Thiboust (1550) ; on trouvera une étude approfondie de ce recueil dans Charton-Le Clech (1993 : 291 sqq.).

30 « Oraison funèbre de François Ier », prononcée par Pierre Duchâtel, citée par Lefranc (1893 : 155).

Table des illustrations

Légende L’Homme au Pétrarque, par Jean Clouet, personnage anonyme.
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

Auteur

Maître de conférences, Institut universitaire de formation des maîtres, Académie de Corse (France)
Est titulaire d’un doctorat de l’Université de Paris-Sorbonne et maître de conférences de langue et littérature françaises, à l’Institut universitaire de formation des maîtres de Corse. Diplômé de l’Institut d’études grecques (Paris IV), il s’est orienté ensuite vers la littérature comparée, et il s’intéresse tout particulièrement à la traduction et à l’adaptation de la tragédie grecque en français, de la Renaissance à nos jours, ainsi qu’aux travaux de traduction et d’adaptation réalisés en France aux xvie et xviie siècles. Il est l’auteur de Pour une poétique de la traduction : l’Hécube d’Euripide en France de la Renaissance à l’âge classique (L’Harmattan, 1999) et de plusieurs articles, dont « Grandeur et vicissitudes d’un exercice périlleux : la traduction, le seul mode de lecture qui se réalise dans l’écriture », dans le Bulletin de l’Association des professeurs de lettres (1996) et « La traduction dans l’enseignement des langues anciennes : les mots contre le sens ? », dans Jean Delisle et Hannelore Lee-Jahnke (dir.), Enseignement de la traduction et traduction dans l’enseignement (Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1998).

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search