Version classiqueVersion mobile

Portraits de traducteurs

 | 
Jean Delisle

Chapitre premier. Mikael Agricola, le grand cultivateur

Silja Saksa

Texte intégral

  • 1 Tous les extraits en finnois ont été traduits par l’auteur.

Entendra sûrement le finnois
Celui qui dans nos cœurs voit.
Mikael Agricola1

1Il était une fois, en Finlande, un traducteur dont le rayonnement ne dépassait guère les frontières de son pays natal. Ses mérites n’en étaient pas moins éclatants. Mikael Agricola (v. 1510-1557) – c’est son nom – est connu en tant que réformateur, évêque de Turku, père de la littérature et de la langue littéraire finnoises et, dans une moindre mesure, comme traducteur de la Bible. Tous ces titres résument les activités pour lesquelles il est l’objet d’une grande vénération. Celui de traducteur est rarement mentionné, toutefois. Pourtant, on n’hésite pas à reconnaître que, sans Agricola, la langue écrite finnoise, la littérature et peut-être même toute la culture finnophone, auraient connu un tout autre destin. Et pas forcément le meilleur. Or, c’est oublier que son œuvre se compose pour la plus grande part de traductions.

2Agricola signifie en latin « laboureur », « cultivateur ». Ce nom lui convient bien, car il fut le premier ouvrier à travailler la terre en friche de la culture littéraire finnoise et à y faire germer une culture originale. Le peuple finlandais était riche d’une longue tradition poétique orale. Une partie de cette tradition constitue l’épopée de la Finlande, connue dans le monde entier sous le nom de Kalevala. Depuis le xiiie siècle, le pays était gouverné par les Suédois dont la langue, très différente du finnois, s’était imposée comme langue officielle et culturelle. Le peuple se composait de gens frustes, illettrés. Sa langue était le finnois. Pourtant, les cérémonies du culte catholique se déroulaient principalement en latin, tandis que les affaires administratives et juridiques se réglaient soit en latin, soit en suédois. L’existence d’écrits en langue finnoise antérieurs à Agricola est toujours objet de controverse chez les spécialistes.

Statue de Mikael Agricola érigée près de la cathédrale de Turku, Finlande. 8.

Photo de Matti Landvik, 199

  • 2 Les faits relatifs à la biographie d’Agricola ont été tirés des sources citées dans la bibliographi (...)

3Mikael Agricola naît vers 15102. Son père est un paysan-pêcheur du nom d’Olavi. Il cultive ses terres dans la commune de Pernaja, non loin d’Helsinki, ville qui, à l’époque, n’est pas encore fondée. Le village natal d’Agricola, Torsby, est bilingue, mais ses habitants parlent plutôt le suédois. On ignore encore si la langue maternelle d’Agricola était le finnois ou le suédois. La question intrigue les chercheurs, car, dans ses travaux littéraires, Agricola manie ces deux langues avec une égale aisance. Il a une dizaine d’années lorsque ses parents l’envoient étudier dans une école de Viipuri (Viborg), en Carélie, bien qu’il soit leur fils unique. Viipuri est alors, mis à part Turku (Åbo), la capitale ecclésiastique et administrative du pays, la seule vraie ville de Finlande et certainement la plus internationale et la plus animée. Agricola dut être frappé d’émerveillement en y arrivant, lui qui sortait d’un hameau composé de cabanes de bois sans cheminées et perdu au cœur de la forêt. La ville grouillait de gens venus de tous les coins d’Europe et les langues les plus diverses s’y côtoyaient. Entre eux, les Vibourgeois parlaient un dialecte finnois très expressif. L’école du jeune Agricola avait bonne réputation. On y enseignait encore le trivium médiéval : grammaire latine, logique, rhétorique. Très doué, le jeune élève ne tarde pas à se faire remarquer. Lorsque son professeur de latin est nommé secrétaire de l’évêque de Turku, il lui demande de l’y accompagner afin de l’assister dans ses diverses tâches. Nous sommes en 1528. Agricola a alors 18 ans environ.

Sous l’invocation d’Érasme et de Luther

4Quelques années plus tard, Agricola devint à son tour secrétaire d’un évêque du nom de Martti Skytte. Cet ancien moine était attiré par l’humanisme biblique et les idées réformatrices, tout comme une bonne partie du clergé nordique. Toute la Scandinavie fut gagnée, en effet, au cours des premières décennies du xvie siècle, aux idées de l’humanisme biblique nourri notamment par Érasme, par Melanchthon (professeur de grec à Wittenberg) et par le théologien Martin Luther. On avait alors l’habitude d’envoyer de jeunes clercs des pays nordiques étudier en Allemagne, surtout à Wittenberg, où enseignaient Melanchthon et Luther. Ils en revenaient avec « une nouvelle sensibilité » et ouverts aux « sollicitations du Monde nouveau » (Jeannin et Clébert 1956 : 22). À la source de ce changement, il y avait l’esprit novateur de la Renaissance et une attitude critique à l’égard de l’Église catholique, à qui l’on reprochait de perpétuer l’enseignement scolastique, de mystifier le peuple et de fermer les yeux sur le relâchement des mœurs du clergé. Cette ouverture d’esprit « marque dans le Nord la fin du Moyen Âge » (ibid.).

5N’eussent été les rois qui favorisèrent la réforme des Églises nordiques, ces nouvelles idées n’auraient sûrement pas été si bien accueillies en Scandinavie et elles ne s’y seraient pas répandues aussi rapidement. Christian II, son successeur Christian III du Danemark et Gustave Vasa de Suède furent, en effet, très tôt gagnés aux idées de la Réforme. S’il est vrai qu’ils cherchaient à mettre la main sur les richesses de l’Église catholique, ils souhaitaient tout autant la purifier et mettre fin au rôle médiateur des clercs entre Dieu et le peuple. L’accès direct au message chrétien passait par la traduction de la Bible en langue vulgaire.

6Lorsque Mikael Agricola entra au service du chef de l’Église de Finlande, celle-ci était à mi-chemin entre le catholicisme et la Réforme. Elle n’était pas très vieille, puisqu’elle avait été fondée par les Suédois au xiiie siècle. Ceux-ci avaient baptisé plus ou moins de force les Finnois, très attachés à leur mythologie, peuplée de dieux vivant dans les forêts et les eaux. Chez les gens du peuple, ces dieux ont longtemps cohabité avec le Dieu et les saints de la foi catholique. Lorsqu’il accompagnait son évêque dans les paroisses, Agricola se familiarisait avec cette foi populaire, expérience qui le marqua profondément et qui lui sera ultérieurement très profitable. Au cours de ses premières années à Turku, il adhéra totalement à l’humanisme chrétien et au luthéranisme.

7Une des idées-forces de la réforme luthérienne était chère à Agricola : donner au peuple un accès direct à la parole de Dieu grâce à la traduction de la Bible, des prières et des cérémonies liturgiques (Juvelius 1928 : 85). Luther avait publié sa traduction du Nouveau Testament en 1524. Le Danemark et la Suède ne tardèrent pas à suivre son exemple : les réformés suédois achevèrent la traduction du Nouveau Testament dès 1526 et Christian Pedersen traduisit une partie du Nouveau Testament en danois en 1529. La Finlande mit plus de temps à se doter d’une Bible en finnois. Cela s’explique par le fait que le pays était considéré en Suède simplement comme « la région de l’Est ». En outre, son Église était plus pauvre que celle de Suède, et la langue finnoise peu connue et peu estimée dans la métropole. Aussi, l’ordonnance du Roi pour entamer la traduction des livres saints vers le finnois se faisait-elle attendre. L’évêque Martti Skytte avait dû se résigner à ce que les autorités civiles confisquent les biens de son Église. Il était resté néanmoins acquis à la Réforme. Toutefois, même sans disposer d’une traduction autorisée de la Bible, le clergé commença à prêcher en langue finnoise dans les paroisses. Il se vit obligé de traduire des fragments de la Bible. Ordonné prêtre en 1531, Agricola se mit lui aussi, pour les besoins de son ministère, à en traduire certains passages. C’est ainsi qu’a commencé sa carrière de traducteur. Il ne reste malheureusement pas de vestiges de ces « traductions jetables », qui étaient, en fait, plus ou moins des commentaires ou des explications des Saintes Écritures.

8De la vie d’Agricola au début des années 1530, on sait peu de chose si ce n’est qu’il réussit, avec ses maigres revenus, à faire l’acquisition, en 1531, du sermonnaire latin de Luther et, l’année suivante, des Faits et dits mémorables de l’historien latin du Ier siècle, Valère Maxime, un des auteurs anciens les plus traduits au Moyen Âge. Le sermonnaire existe toujours. On peut y voir les annotations qu’Agricola y a ajoutées, le plus souvent en latin ou en suédois. Ces notes lui étaient utiles lorsqu’il préparait ses homélies. Par ce travail de nature philologique, Agricola dut attirer l’attention des hautes autorités ecclésiastiques de Turku, puisqu’on décida de l’envoyer parfaire ses études à Wittenberg, en Allemagne, afin qu’il puisse traduire la Bible en finnois.

Naissance d’un traducteur

9Agricola arrive à Wittenberg en 1536. La ville n’avait rien d’extraordinaire en soi. Mais depuis que Martin Luther avait cloué sur la porte de l’église ses 95 thèses contre le pape et la foi catholique, elle était devenue la capitale des protestants. Déjà prêtre, Agricola n’avait pas vraiment besoin de suivre les cours d’exégèse biblique que Luther donnait à l’université. Il préféra se consacrer à ce qu’il appelait les studia literaria, c’est-à-dire à l’étude des langues et des belles-lettres. Il se mit au grec et à l’allemand et peut-être aussi à l’hébreu. Les cours de lettres portaient sur la philosophie antique. Cette formation l’a bien préparé à s’imprégner de l’esprit de la Renaissance, à se libérer de la mentalité du Moyen Âge et à faire une plus large place aux langues vulgaires. C’est à Wittenberg qu’Agricola acquit la conviction qu’il fallait absolument traduire la Bible en finnois (Juvelius 1928 : 86).

10C’est là aussi qu’il entra en contact avec Luther et Melanchthon, son collaborateur. Qu’Agricola ait rencontré Luther en personne n’est attesté que par une source écrite assez vague. Il s’agit d’une lettre signée de la main de Luther qu’Agricola fit parvenir au roi de Suède afin d’obtenir l’autorisation de continuer ses activités de réformateur et de traducteur. Dans cette lettre, Luther dit d’Agricola : « Iuvenem sane, sed eruditione, ingenio et moribus excellentem » (« Il est jeune, certes, mais érudit, intelligent et se comporte d’une manière impeccable »). Il le recommande « ut probatum hominem » (« comme un honnête homme »). Aurait-il été si élogieux et aurait-il osé recommander auprès d’un monarque quelqu’un qu’il n’aurait pas connu personnellement ? Selon Tarkiainen et Tarkiainen, ces formules témoignent « d’une familiarité et d’une considération assez grandes » (Tarkiainen et Tarkiainen 1985 : 57). D’autres biographes d’Agricola, dont E. Juvelius (1928 : 86), accréditent cette thèse en rappelant que Luther avait l’habitude d’inviter des étudiants à dîner chez lui.

11C’est en Allemagne qu’Agricola entreprend son vaste programme de traduction. Dans une lettre adressée à Gustave Vasa, le 20 août 1537, il dit avoir commencé à traduire le Nouveau Testament. Mais l’argent lui manque pour qu’il puisse continuer son travail. Le roi ne lui ayant pas répondu, Agricola lui envoie une autre lettre un an plus tard. Eut-il plus de succès à sa deuxième tentative ? Toujours est-il qu’il put poursuivre ses études en Allemagne jusqu’en 1539, année où il rentra en Finlande avec le titre de maître ès lettres.

12Grâce à ce diplôme, Agricola put obtenir un poste de professeur à l’école de Turku, ce qui lui garantissait un revenu suffisant pour vivre décemment. Il eut droit, en outre, à une prébende correspondant à une partie du produit annuel d’une dizaine de fermes. Il recevait notamment 189 tonneaux de céréales, quatre de petits pois, un de bière et vingt-cinq charges de foin. Il bénéficiait en outre d’un logement gratuit situé à proximité de la cathédrale de Turku, juste en face de l’école où il enseignait. À cela venaient s’ajouter quelques privilèges pour compenser les dépenses occasionnées par la traduction et l’impression de ses œuvres. Malgré tout, la vie à Turku ne fut pas toujours facile.

13Il lui fallait partager son temps entre plusieurs activités et obligations, dont l’enseignement qui l’accaparait beaucoup et qu’il voyait comme une corvée (Tarkiainen et Tarkiainen 1985 : 82). Ses préférences allaient du côté des activités littéraires et surtout de la traduction, même si cela lui coûtait cher. Une grande partie de ses revenus passait, en effet, en achat de livres qui lui facilitaient la compréhension des textes qu’il traduisait et qui enrichissaient ses connaissances. Les dictionnaires n’existant pas encore, il lui fallait acquérir des textes parallèles, c’est-à-dire des exemplaires de la Bible en plusieurs langues (latin, grec, allemand, suédois), afin de pouvoir procéder à des recoupements. Il se procura, en outre, beaucoup de documents protestants en langue allemande et des travaux d’humanistes en latin et en allemand. Il lui fallait aussi prévoir les frais d’impression de ses œuvres. Sa grande générosité lui occasionnait aussi des dépenses : il accueillait à sa table mendiants, étudiants démunis et clercs qui venaient, parfois de très loin, lui rendre visite.

14En 1549, on lui retira son poste de professeur. Mais le proverbe : À quelque chose malheur est bon se vérifia une fois de plus : libéré de sa corvée d’enseignant, Agricola disposait de plus de temps pour s’adonner à ses travaux intellectuels. Il entreprit la traduction de certains textes de l’Ancien Testament. Son sens de l’éthique professionnelle lui dictait, cependant, de ne pas se contenter des versions grecque, latine, allemande et suédoise, mais de travailler directement à partir de l’hébreu. Mais on ignore s’il connaissait vraiment cette langue.

15L’amertume que ressentit Agricola lors de la perte de son principal gagne-pain fut adoucie par le fait qu’il se maria l’année même de son renvoi. Dès l’année suivante, un fils, Kristian, naquit de cette union. Ce fils marcha sur les traces de son père : comme lui, il s’engagea dans une carrière ecclésiastique. Il devint même évêque de Tallin, en Estonie. C’est à cette époque qu’Agricola fit l’acquisition d’une maison pour loger sa famille et poursuivre ses travaux de rédaction et de traduction d’œuvres religieuses.

  • 3 « The bishops of Finland had been national political leaders, too, during medieval times, and, afte (...)

16La « défaveur » dans laquelle était tenu Agricola auprès de ses compatriotes prit fin en 1554, année où il fut nommé ordinarius, c’est-à-dire évêque de Turku. Cette nomination prestigieuse fut quelque peu assombrie par le partage de la Finlande en deux diocèses, celui de Turku et celui de Viipuri. Le diocèse de Turku n’en couvrait pas moins la moitié du pays. C’était un vaste territoire qu’Agricola sillonna pour se rendre visiter toutes ses paroisses, même les plus éloignées. Le nouvel évêque n’avait pas toujours été du même avis que le roi sur certains points de doctrine et celui-ci le craignait même3. Aussi profitera-t-il de son nouveau statut pour instaurer en Finlande un protestantisme teinté de catholicisme.

17Par ailleurs, la Suède menait une guerre tenace contre la Russie. Lors de ses déplacements, Agricola avait pu constater les horreurs de cette guerre sanglante et dévastatrice, et il avait fait rapport à Gustave Vasa de ce qu’il avait vu. (Il eut plusieurs entretiens avec le roi durant sa vie, tant à Turku qu’à Stockholm.) Le roi prit l’initiative de déléguer à Moscou des émissaires chargés de négocier la paix avec le redoutable Ivan le Terrible. Ayant été choisi pour faire partie de cette délégation, Agricola partit pour Moscou en janvier 1557. Ce fut loin d’être un voyage d’agrément. Pendant les longs mois que dura cette expédition composée de 150 traîneaux, les délégués, dont faisait partie l’archevêque de Suède, Laurentius Petri, connurent mille et une péripéties. L’anecdote suivante mérite d’être rapportée, car elle est révélatrice de l’esprit du temps :

Au cours d’un banquet fastueux offert aux délégués et servi dans des plats en or, le tsar invita le patriarche de son Église à débattre de questions religieuses avec l’archevêque Petri. Il aurait aimé que le débat se déroule en allemand, mais le patriarche ne connaissait pas cette langue. On opta alors pour le grec, langue que le tsar, cette fois, ne comprenait pas. On fit donc mander un interprète. Celui-ci avait à peine prononcé quelques phrases qu’Agricola éclata de rire. Lorsque le tsar lui demanda, en russe, ce qui le faisait tant rire, l’évêque de Turku répondit que le pauvre interprète ne connaissait pas un traître mot de grec et qu’il racontait n’importe quoi. Ce qui était la vérité (Juvelius 1928 : 139).

En avril, la délégation prit le chemin du retour, rapportant avec elle un traité de paix. Malheureusement, le voyage fut fatal à Agricola qui succomba à la fatigue accumulée et sans doute au froid et au manque de commodités. Il s’éteignit le 9 avril 1557, près de Viborg, juste après avoir traversé la frontière du royaume suédo-finlandais. Il n’avait probablement pas cinquante ans.

Le traducteur à l’œuvre

  • 4 En fait, son désir ne s’exauça que trois ou quatre siècles plus tard ! Agricola était très en avanc (...)

18Le premier ouvrage que traduisit Agricola fut un Abécédaire (1543), suivi par un Bréviaire (1544). Ce furent en grande partie des œuvres de traduction réalisées à partir de l’allemand et, dans une moindre mesure, du suédois. Agricola y ajouta ses propres réflexions et commentaires. Son Nouveau Testament parut en 1548. Cet ordre de parution correspond aux préoccupations didactiques qui l’animaient. Il estimait, en effet, qu’il fallait d’abord familiariser le peuple avec les notions clés de la foi avant de lui donner accès aux Évangiles dans sa langue. Agricola caressait le souhait que le plus grand nombre possible de ses compatriotes puissent être alphabétisés, mais il ne vécut pas assez longtemps pour voir son désir exaucé4. La population vivait dans la pauvreté, et les durs labeurs qui étaient son lot ne favorisaient guère les travaux de l’esprit. Son Nouveau Testament imprimé, Agricola entreprend successivement de traduire des livres liturgiques du culte protestant, puis le Psautier de David (Weisut ja Ennustoxet) et Les Prophètes (Ne Prophetat. Haggai. SacharJa. Maleachi). Il a traduit presque le quart des livres de l’Ancien Testament. À cela viennent s’ajouter également des textes juridiques suédois.

19Tout ce qui précède la traduction du Nouveau Testament peut être considéré comme des « travaux préliminaires ». Mais ce travail préparatoire était néanmoins de qualité. « Il y a peu de pays où la littérature nationale est née d’une manière aussi représentative et avec autant de force que chez nous » (Juvelius 1928 : 97). Malgré une langue encore hésitante et une orthographe flottante, ces œuvres n’en constituent pas moins la pierre angulaire de l’histoire de la langue écrite finnoise.

20Agricola n’a pas eu, comme d’autres traducteurs au cours de l’histoire, à inventer un alphabet avant de commencer à traduire (Delisle et Woodsworth 1995 : 23-36). Il existait quelques rares documents écrits en langue finnoise dont les formes avaient été élaborées à partir du suédois. Mais les compatriotes d’Agricola étaient analphabètes, ce dont le traducteur était bien conscient. Lui-même n’avait pas fait ses études en finnois. Ses connaissances, il les avait acquises dans d’autres langues, dont le suédois. Par rapport au finnois, il était plus ou moins dans la même situation que ceux à qui il destinait son Abécédaire : il dut lui aussi apprendre à lire et à écrire cette langue.

L’Abécédaire (1543)

21Son Abécédaire (Abckiria), imprimé à 500 exemplaires, s’adressait surtout au clergé qui parlait suédois, latin et finnois, mais qui était incapable de lire et d’écrire cette dernière langue. Les clercs se mirent donc à l’« école du finnois » avant de pouvoir entreprendre leur immense tâche d’instruire le peuple analphabète. Outre un alphabet et des exemples de prononciation, Y Abécédaire renferme un petit catéchisme traduit d’après plusieurs sources, dont la Vulgate, le catéchisme de Luther et ceux de Melanchthon et du réformateur suédois Olaus Petri. Le latin, l’allemand et le suédois transparaissent dans les formes orthographiques qu’Agricola donna aux mots finnois. Cette orthographe est loin d’être phonétique. Elle aurait pu se calquer sur la prononciation, puisque le finnois écrit était encore à inventer. Comment expliquer qu’Agricola n’ait pas suivi cette voie ? Il se peut qu’il ait été lui-même trop attaché aux systèmes d’écriture qui lui étaient familiers. Peut-être aussi a-t-il voulu imiter l’orthographe des documents finnois existants, si primitive qu’elle fût. En guise d’expédient, il puisa aux diverses sources à sa disposition. Voyons quelques exemples de solutions orthographiques qu’il a retenues, certaines d’entre elles ayant fait l’objet de critiques ultérieurement.

22Le nom du père d’Agricola, dont la forme moderne est Olavi, s’écrit dans les documents anciens Olaui. Mais comment, sans instruments précis de mesure phonétique, déterminer s’il s’agit d’un ou ou d’un v ? Comment distinguer entre voyelles et semi-voyelles, voyelles fermées et ouvertes, consonnes géminées et simples, sourdes et sonores ? Dans les exemples qui suivent, nous donnons entre parenthèses la forme moderne :

voyelles et semi-voyelles : protection : tvurva (turva) ;
et : ia (ja) ;
consonnes géminées et simples : rompit : murssi (mursi) ;
lutin : tontu (tonttu) ;
voyelles fermées et ouvertes : coeur : sydhen (sydän) ;
resta : ijei (jäi) ;
consonnes sourdes et sonores : chapitre : lugu (luku) ;
évêque : bijspa (piispa).

23L’Abécédaire renferme un court poème reproduit du catéchisme de Melanchthon :

  • 5 « Cher fils, ce livre contient tous les commandements, les lois et la volonté suprême de Dieu. Lis- (...)
Melanchthon Agricola Version française
Quae sunt iussa Dei, Oppe nyt wanha, ia Apprenez, et le vieux
quae lex, quae summa noori. et le jeune, qui avez
voluntas, Joilla ombi sydhen le cœur frais, les com-
Chare puer, praesens toori. mandements de Dieu
cuncta libellus habet. Jumalan keskyt, ia et sa volonté, vous
Hunc lege, qui verae mielen. qui connaissez la
pietatis amore teneris, Jotca taidhat Somen langue finnoise. [...]
Coelestique cupis com- kielen.
placuisse patris5. [...] [...]

Ce poème, qu’Agricola traduit en rimes enchaînées afin d’en faciliter la mémorisation, est le tout premier poème rimé en langue finnoise. Les vers de la poésie folklorique sont fondés sur l’allitération. Les parties en prose de l’Abécédaire, le Credo, par exemple, sont rédigées dans une langue fortement teintée par les langues de départ, et cette influence est particulièrement visible sur le plan de la syntaxe. Agricola n’a pas toujours su, semble-t-il, s’affranchir des structures germaniques ou latines et a négligé le principe d’agglutination du finnois en optant pour des formes adverbiales, courantes dans les langues germaniques. Ainsi, il écrit : « uskoa Jumalan päälle » (« croire sur Dieu »), forme adverbo-prépositionnelle mutile en finnois, puisque cette langue a recours, normalement, à des suffixes. Quant à l’ordre des mots, il emprunte celui du latin, ce qui donne au texte finnois un ton lyrique, voire trop solennel (même pour un texte à caractère religieux) : « Luoja taivaan ja maan » vient du latin « Creatorem caeli et terrae », tandis qu’en finnois standard, on utilise l’ordre inverse : « Taivaan ja maan Luoja ».

24Agricola ne se réclame d’aucun maître lorsqu’il traduit. Il applique ses propres critères pour effectuer ses choix linguistiques ou exégétiques et pour juger de l’interprétation à donner à ses sources. En cela, il est un « traducteur humaniste » (Tarkiainen et Tarkiainen 1985 : 151). Il manifeste un esprit ouvert et indépendant. On sait qu’il était par nature quelqu’un de calme et de modéré. Il aurait même été prudent et conservateur, estiment certains auteurs. Il n’est pas arrivé à se débarrasser totalement des traces de la foi catholique qui avait régné en Finlande pendant presque quatre cents ans. Dans son Abécédaire, il inclut, par exemple, une prière, Salutation d’un Ange, qui est, en fait, un Ave Maria, pourtant banni des rites luthériens. Conservateur ou pas, il sut se montrer sensible aux attentes de ses fidèles, dont beaucoup étaient restés attachés aux valeurs de l’Église catholique.

Le Bréviaire (1544)

25Le Bréviaire est un véritable ouvrage d’érudition. L’évêque Jaakko Gummerus, spécialiste de la vie et de l’œuvre d’Agricola, a démontré à quel point le sous-titre du livre en décrit bien le contenu : « compilation de plusieurs ouvrages » (« monesta... cokoonpoymettu »). Pour réaliser cette œuvre de traduction-rédaction, Agricola disposait d’une bonne vingtaine de bréviaires étrangers, œuvres d’humanistes, de catholiques aussi bien que de réformateurs. Il a même pu consulter un bréviaire français et un italien, en versions latines, toutefois.

26La préface révèle les qualités de son style et l’originalité de sa pensée. Il y exhorte à la prière et met en garde contre la paresse et l’insouciance. Le traducteur va même au-devant des critiques. Sa langue est imagée et vigoureuse. Elle n’est pas sans rappeler le style vif de Luther, mais la véhémence en moins. En voici un échantillon emprunté à Juvelius :

Poème d’Agricola Version française en prose
Ne sydämet ovat juuri kovat Durs sont ces cœurs qui ne
Kuin ei näistä rukoella tahtoo ; veulent pas dire ces [prières],
laiska ja riettais hän olla mahtaa. paresseux et lascif est bien celui-là.
Silloin taas herra hengens Mais le seigneur goûte son esprit
maistaa, lorsqu’il sent l’odeur des prières
koska hän pyhäins rukouksen de ses fidèles.
haistaa.

L’image des prières dont l’« odeur » monte jusqu’au Seigneur étonne un Finlandais d’aujourd’hui, tout comme l’image de Dieu qui « goûte » son (propre) esprit. Les métaphores créées par Agricola sont trop concrètes, trop fortes, pour des lecteurs contemporains, mais elles correspondaient à l’esprit de la Renaissance et à l’idéologie des réformateurs : donner au peuple des écrits religieux dans sa langue et adaptés à sa sensibilité. Ailleurs, pour traduire le « pain d’orge », Agricola emploie le mot finnois rieska, qui désigne le pain le plus commun et le plus primitif dans le folklore finlandais. Le peuple est représenté comme le « bétail » du Seigneur, et le mauvais prêtre est comparé plus ou moins à un « ogre ». Ces images fortes avaient le mérite d’être bien comprises par les gens frustes.

27Agricola consacre certains vers de sa préface à son travail de traducteur. Comme la plupart des traducteurs, il reconnaît que garder l’original intact est une tâche impossible. Il « reformule différemment », il « contracte, ajoute et supprime » des mots et des passages. Une traduction est, à ses yeux, « plus mince » que l’original. L’œuvre terminée reste toujours « inachevée ». Aux critiques, il dit en substance : « Avant de me critiquer, essayez vous-mêmes de traduire. Vous verrez que c’est loin d’être facile. »

28Le Bréviaire contient aussi un « calendrier », inspiré du calendrier suédois, qui précise les travaux à accomplir à chaque saison. Il renferme également vingt-neuf cantiques traduits en prose. Les clercs avaient l’habitude, lors des services religieux, de chanter des textes latins rédigés en prose, des extraits de la Bible, par exemple. Agricola leur offrit donc la possibilité de le faire en finnois. Quelques traductions sont rimées et ont été reprises presque intégralement dans les psautiers ultérieurs. Elles sont encore en usage de nos jours. Les versions en prose ont, elles aussi, largement servi aux auteurs des cantiques modernes. Enfin, le Bréviaire contient une partie « encyclopédique » à caractère plus ou moins scientifique. Agricola y traite, entre autres, de biologie, de médecine, d’astrologie, de psychologie et de folklore finlandais. Il a puisé cette matière dans divers ouvrages et a ajouté des informations de son cru.

29Par ailleurs, son attitude tolérante transparaît lorsqu’il donne des conseils concernant les pratiques à respecter durant le carême, lequel il est vrai, n’avait pas encore été banni par l’Église protestante. A l’égard des femmes, il est moderne en recommandant, tout comme Luther, que l’on fonde des écoles à leur intention. Il précise que ces institutions doivent tenir compte du contexte particulier de la Finlande, y compris de la langue qu’on y parle (Tarkiainen et Tarkiainen 1985 : 88). En somme, cet ouvrage rappelle les manuels rédigés à l’usage des prêtres catholiques au Moyen Age. Le Bréviaire d’Agricola constitue la toute première encyclopédie finlandaise (Juvelius 1928 : 101).

Le Nouveau Testament (1548) : œuvre maîtresse du traducteur

30Après s’être fait la main, pour ainsi dire, sur des livres de composition libre, Agricola s’attaque à un travail d’envergure qui exigera de lui une grande rigueur intellectuelle et beaucoup de discipline : la traduction du Nouveau Testament. Contrairement à Luther, Agricola n’a pas eu à se battre pour faire accepter son projet réformiste. Il ne risquait pas non plus d’être accusé d’hérésie en traduisant en finnois les Saintes Écritures. Il ne mettait donc pas sa vie en péril, comme ce fut le cas de plusieurs traducteurs de cette époque. Il n’a pas connu le destin tragique de l’Anglais William Tyndale qui périt sur le bûcher à Vilvorde (Belgique), en 1536, pour avoir traduit la Bible. La traduction du Nouveau Testament en finnois fut, au contraire, un travail appuyé par les autorités tant civiles qu’ecclésiastiques. En outre, il n’a pas eu à défendre sa manière de traduire, comme ce fut le cas pour saint Jérôme (De optimo genere interpretandi / De la meilleure manière de traduire) ou pour Luther (Sendbrief vom Dolmetschen / Épître sur la traduction et Summarien über die Psalmen und Ursachen des Dolmetschens / Défense de la traduction des Psaumes).

31Agricola indique dans sa préface que sa traduction a été faite « à moitié d’après le livre grec, à moitié d’après les livres latin, allemand et suédois ». Il ne faut certainement pas prendre cette affirmation au pied de la lettre. Les spécialistes ont fait la preuve que le traducteur s’est servi d’une version grecque, de la Vulgate, de la version latine d’Érasme, de la traduction allemande de Luther, du Nouveau Testament en suédois d’Olaus Petri et d’une version révisée de cette dernière traduction. Mais le traducteur n’a suivi aucune de ces versions servilement, et aucune n’avait à ses yeux plus d’autorité qu’une autre. Il a plutôt combiné des éléments de chacun de ces six livres. Ses choix sont personnels – dans la mesure où l’on peut être personnel en traduisant des textes sacrés –, et son empreinte est détectable dans sa traduction.

32Comme ce fut le cas avec d’autres traducteurs de la Bible de son époque, Agricola a travaillé en solitaire. De nos jours, la traduction de la Bible est généralement un travail collectif, l’œuvre de comités d’experts. Néanmoins, sa version a su franchir les siècles et est toujours considérée comme un monument prestigieux de la langue finnoise.

33Agricola a été très laconique sur sa méthode de traduction. Selon son propre aveu, il a traduit « tout simplement d’après les Écritures » et de la manière la « plus compréhensible » possible. Des études comparatives restent à faire pour déduire cette méthode de ses travaux. Nous tenterons d’en donner ici un bref aperçu.

34La langue écrite dont disposait le traducteur, nous l’avons dit, n’avait pas toute la richesse ni toute la souplesse qu’il aurait fallu pour accomplir une tâche aussi ambitieuse que celle de traduire le Nouveau Testament. Agricola a dû, par la force des choses, forger quantité de mots, parfois avec bonheur. La langue du Nouveau Testament lui a posé des problèmes épineux. Le finnois pouvait, certes, traduire certains mots spécialisés de la langue biblique, car, avant Agricola, on avait déjà mis en finnois des fragments des Écritures. Mais il restait de nombreuses lacunes à combler. Aussi est-ce par centaines que l’on compte les néologismes introduits par Agricola. En voici quelques-uns : spirituel, modèle, conscience, manne, encens, secte, lettre (de l’alphabet), pair, préfet, maudit, humain, violence, préface (Hakulinen 1960). Les créations lexicales empruntées au suédois, par contre, ne sont pas toujours très bien réussies, contrairement à celles issues du fond dialectal finnois. Il n’empêche que, dans l’ensemble, « les mérites d’Agricola en tant que forgeron de mots sont tout à fait remarquables » (Ojansuu cité dans Juvelius 1928 : 131).

35L’influence des langues étrangères dans le Nouveau Testament est « si évidente qu’on n’a même pas besoin de se reporter aux textes de départ pour les repérer » (Itkonen-Kaila 1994 : 1). La version d’Agricola est, en effet, émaillée d’interférences, de surtraductions, de structures inusitées et de nombreuses entorses à la syntaxe du finnois. Ne pouvant se référer à aucun modèle littéraire finnois, Agricola semble avoir abusé de la fameuse Fügsamkeit (souplesse) des langues, prônée par Goethe et les romantiques allemands. Voulait-il innover sur le plan lexical et syntaxique ? Toutes ses « innovations », en tout cas, n’ont pas subi l’épreuve du temps. C’est en vain, par exemple, qu’il a tenté d’introduire la voix passive sous l’influence des langues germaniques et romanes. Agricola l’employait partout où elle figurait dans les textes de départ – deux cents fois au total. « Comme les traducteurs finlandais auraient la vie facilitée si la voix passive s’était stabilisée dans la langue finnoise », reconnaît Itkonen-Kaila (1994 : 1). Mais les finnophones n’arrivent pas à penser « en passif ». Il n’est donc pas étonnant que cette forme n’ait pas réussi à faire son nid dans cette langue qui en aurait pourtant bien besoin. La voix active semble plus naturelle à un Finlandais. Dans l’Évangile de saint Matthieu (3, 6), Agricola écrit : « … ja he kastettiin häneltä… » pour traduire « … et ils furent baptisés par lui... ». En finnois moderne, cela se dit : « ... ja hän kastoi heidät... »

36Agricola n’a pas eu la main plus heureuse lorsqu’il a tenté de traduire les prépositions allemandes ou suédoises par des adverbes ou d’autres expressions analytiques, ce qui va à l’encontre de la démarche naturelle du finnois, langue agglutinante. Ainsi, Agricola écrit « uskoa Jumalan päälle » sur le modèle allemand « an Gott glauben » et suédois « tro Gud », alors qu’en finnois standard il convient d’écrire « uskoa Jumalaan ». En ce qui concerne les structures synthétiques, le finnois est plus proche du grec et du latin que de l’allemand et du suédois. Cette langue peut utiliser occasionnellement soit des tournures nominales et participiales ou encore la coordination et la subordination. Agricola a fait un abus de phrases condensées renfermant des nominalisations et des propositions participiales. Aux yeux d’un lecteur moderne, ces formulations sont difficiles à comprendre ou paraissent peu naturelles.

  • 6 Le 2 décembre 1552, il écrit dans une lettre adressée à son mécène suédois Georg Normann : « Ego au (...)

37Après avoir terminé sa grande œuvre de traduction, Agricola est bien conscient que son travail va lui attirer des critiques. Lui seul sait pourtant tout ce que lui a coûté ce travail titanesque, en temps, en énergie et en argent6. Il tente de prévenir les coups en justifiant l’utilité de son entreprise dans sa préface. Il rappelle que, pour la première fois, les Finlandais peuvent enfin avoir accès aux Saintes Écritures dans leur propre langue. Il s’en prend même au clergé qu’il accuse de mal connaître le latin et de ne pas avoir suivi l’exhortation de saint Paul, qui, dans la première épître aux Corinthiens (14, 1-25), dit qu’il faut parler au peuple non pas « en langues », mais d’une manière qui lui soit intelligible. Les prêtres ne pourront donc plus dissimuler leur paresse et prétexter ne pas connaître suffisamment les langues, car « le Nouveau Testament, écrit Agricola, est désormais interprété en toute simplicité d’après le texte, comme les apôtres évangélistes l’ont écrit ». Et le traducteur ajoute : « Il se peut que quelques mots paraissent étranges et déroutants au début, mais à la longue, à force de les entendre, ils deviendront doux à l’oreille. Que les critiques omniscients qui trouveront à redire à cette traduction se rappellent cette parole de saint Jérôme : "Simplex translatio potest errorem habere, non crimen" (1Une traduction peut contenir des fautes, mais jamais des crimes1). »

38Beaucoup de reproches lui furent effectivement adressés sur des points de détail. Ils étaient certes justifiés, mais, compte tenu de l’ampleur de la tâche, ils perdent de leur acuité. Agricola dit dans sa préface assumer l’entière responsabilité de son travail et il s’emploie à justifier ses choix et ses partis pris. Il affirme, par exemple, avoir essayé de créer un finnois standard, une langue nationale, et que, pour ce faire, il a privilégié le dialecte parlé à Turku et dans les environs parce que cette région, la plus ancienne du pays à être christianisée, était devenue le centre ecclésiastique et administratif de la Finlande.

39Le Nouveau Testament fut enfin imprimé en 1548, entièrement aux frais d’Agricola. On n’est pas sûr si le traducteur réussit à organiser une collecte dans les paroisses avant que le roi consente à lui verser une gratification. De toute façon, le manuscrit quitta Turku par la mer Baltique et arriva à Stockholm, la capitale du royaume, où se trouvait l’unique imprimerie de la Suède et de la Finlande. Heureusement, le navire n’a pas fait naufrage et n’a pas été attaqué non plus par des pirates. Le colophon est ainsi formulé : « Interprété à Turku, en Finlande, mais imprimé à Stockholm chez Amundi, Fils de Lauritza... » De magnifiques illustrations, dont certaines sont originales, ornent l’ouvrage.

40Des 500 exemplaires imprimés, moins d’une centaine sont parvenus jusqu’à nous. Le mieux conservé se trouve à la Bibliothèque nationale de France, à Paris. Il porte une dédicace à l’encre rouge de la main d’Agricola. Elle est rédigée dans le style orné, typique des dédicaces du xvie siècle. Un des grands admirateurs du traducteur de Turku, Martti Parvio, a écrit que « sa main se met à trembler » (Parvio 1968 : 23) chaque fois qu’il ouvre cette précieuse relique.

Les livres liturgiques (1549)

41Une fois le Nouveau Testament imprimé, Agricola se mit à traduire et à adapter des livres liturgiques de l’Église réformée. Luther avait gardé une bonne partie de la messe catholique lorsqu’il conçut sa Deutsche Messe, en 1526. L’Église suédoise avait suivi son exemple et elle instaura en 1531 une nouvelle messe qui se célébrait aussi en grande partie dans la langue du peuple. Il fallut attendre 1549 avant que la Finlande réformât ses pratiques liturgiques. Agricola fut une fois encore mis à contribution. Les livres qu’il adapta sont au nombre de trois : un livre de messe, un Manuel et une Passion du Christ.

42Depuis longtemps, les rites de la messe et de la communion comportaient des explications et des légendes en finnois pour ne pas trop ennuyer le peuple durant les longs offices qui se déroulaient en latin. Agricola avait en sa possession ces fragments lorsqu’il commença à rédiger ses instructions et son livre de messe. La messe n’allait pas être célébrée entièrement en finnois, mais, en réformateur modéré qu’il était, Agricola accepta le principe que l’on puisse varier les langues au cours des cérémonies. Il traduisit donc en finnois des parties de la messe et des cantiques, ce qui ne plut guère aux prêtres conservateurs.

43En Suède, la tâche de réformer les rites et le contenu des cérémonies religieuses avait été confiée au traducteur Olaus Petri, en 1529, comme nous l’avons dit. La Finlande, quant à elle, n’eut son nouveau Manuel que vingt ans plus tard. Ce livre remplaça le Manuale Aboense de l’Église catholique en usage depuis 1522 seulement. Les progrès rapides et pacifiques de la Réforme luthérienne en Finlande rendit ce changement obligatoire. Agricola fut invité à concevoir de nouvelles cérémonies en s’inspirant des ouvrages d’Olaus Pétri, de Luther et de son compatriote, Caspar Huberinus. On pense qu’Agricola aurait profité de traductions plus anciennes, par exemple, de courtes formules en finnois datant du Moyen Âge et que l’Église catholique avait jugé bon d’insérer dans ses cérémonies en langue latine. Ces passages servaient à expliquer aux parrains d’un enfant à baptiser ou aux futurs mariés le sens de la cérémonie. Depuis longtemps déjà, le clergé avait senti le besoin de disposer de ces textes en finnois. Un prêtre en avait produit une traduction, mais celle-ci n’avait pas été imprimée (Juvelius 1928 : 117). Le directeur de l’École de Turku, Tuomas Keijoi, aurait aussi traduit des textes du Manuel et Agricola s’en serait inspiré pour ses propres traductions, mais en les modifiant, car Keijoi était un traducteur aux tendances plus conservatrices que lui (Tarkiainen et Tarkiainen 1985 : 205). Quoi qu’il en soit, ce petit ouvrage fournit des renseignements utiles aux paroissiens. On y traite du mariage, du baptême, du rôle des parrains et de la mort, même de la mort de ceux qui allaient être « coupés » ou « pendus », comme dit Agricola.

44Le troisième ouvrage d’instruction traduit par Agricola, en 1549, fut une Passion du Christ (« Se meiden Herran Jesusen Christusen pina »). Luther avait voulu que la Passion fût conservée, sous une forme purifiée, dans l’Église réformée. On a longtemps cherché à savoir si la Passion d’Agricola avait été traduite d’après la Passion suédoise ou d’après plusieurs sources, ou encore si elle était une composition originale réalisée directement à partir de la traduction même des Évangiles. Simo Heininen a pu établir hors de tout doute que « la Peine de notre Seigneur Jésus-Christ » a été faite d’après la passion de Johann Bugenhagen, ami de Luther et professeur à Wittenberg (cité par Tarkiainen et Tarkiainen 1985 : 212-213).

Les Psaumes de David, ou l’épreuve de la traduction poétique (1551)

  • 7 Cent ans après la parution du Nouveau Testament, le Comité de traduction de la Bible ne fit pas la (...)

45Tout comme Martin Luther, Agricola estime que les Psaumes représentent la quintessence de la poésie biblique. Mais ils peuvent également servir à l’éducation religieuse et morale. Aussi ont-ils été traduits avant tout autre livre de l’Ancien Testament. Il avait déjà traduit quarante et un psaumes pour son Bréviaire. A-t-il eu de l’aide pour traduire les autres ? Il est difficile de le savoir. On sait cependant que des psaumes furent donnés à traduire comme exercices de langue aux écoliers de Turku sous la surveillance de leur directeur d’école, qu’on appelait à l’époque « recteur », Paavali Juusten. Celui-ci aurait été déçu de ne pas voir son nom figurer à côté de celui d’Agricola dans la version imprimée. Sans mentionner explicitement de noms, Agricola laisse entendre qu’il aurait eu des aides, puisqu’il dit dans le poème d’introduction aux psaumes : « Muistas sis Rucollesas heite, jotca Tulkizit Somexi neite » (« En faisant tes prières, n’oublie pas ceux qui les ont interprétées en finnois »). Tout au long du poème, il utilise le pluriel7.

46De toute façon, les Psaumes en finnois sont fortement marqués de l’empreinte d’Agricola. Le traducteur a profité de l’occasion pour corriger la traduction de ceux qu’il avait inclus dans son Bréviaire. C’est la preuve de son perfectionnisme et de son souci de l’exactitude. Sa nouvelle version est « plus claire et plus conforme à l’original » (Tarkiainen et Tarkiainen 1985 : 224). Mais ce qu’ils gagnent en précision, les psaumes le perdent en couleurs ; les images sont moins fortes, la langue adoucie par l’élimination de mots dialectaux. « Trembler » est remplacé dans le Bréviaire par « avoir peur » ; « froisser son nez » ; par « afficher son mépris » ; « hurler », par « crier » ; « béant », par « ouvert ». Agricola remplace aussi des mots très concrets, des onomatopées, par des formules plus neutres : « les bouches claquent de belles paroles » devient tout simplement « parlent ». Pourquoi ces modifications ? Changement de finalité de la traduction ? Pressions sociales ? Nouvelle stratégie stylistique ? Volonté du traducteur de s’effacer davantage par l’emploi d’un langage moins évocateur ?

  • 8 Tous ces exemples proviennent de Tarkiainen et Tarkiainen (1985 : 231). Les citations françaises so (...)

47Malgré ce travail de révision, il subsiste dans les Psaumes plusieurs fautes de traduction qui n’ont pas échappé aux comparatistes. Dans le psaume 2, par exemple, « le Seigneur se moque d’eux » est rendu par « le Seigneur crache sur eux ». Cette « perle », qu’on appelle « fleur de traduction » en finnois, est un faux ami : en allemand, spotten signifie « se moquer », tandis qu’en suédois spotta veut dire « cracher ». Là où le psaume 18 parle du « souffle exhalé de ton nez », la traduction finnoise évoque « l’exhalation et le ronflement des narines » de Dieu... De même, « la vase de grands fonds » du psaume 40 se transforme en « boue merdeuse », registre qui ne convient guère pour une poésie biblique8... Que ces erreurs soient imputables à Agricola, au recteur Paavali Juusten ou aux écoliers « sous-traitants », il n’en demeure pas moins qu’elles ont bel et bien été imprimées.

48Par ailleurs, l’inexistence des dictionnaires oblige Agricola à indiquer parfois en marge son ignorance de la signification de tel ou tel mot. Au sujet de kezia, il écrit en toute franchise : « Kezia ? J’ignore ce que ça signifie. Certains parlent de plante » (Tarkiainen et Tarkiainen 1985 : 232). Il connaît mieux les dieux païens de l’ancienne mythologie finlandaise. Dans sa préface des Psaumes, il donne une liste précise de ces dieux. Cet inventaire, le tout premier du genre imprimé en Scandinavie, se révèle une source d’information inestimable pour les chercheurs. Agricola y présente le dieu des eaux, Ahti (le Neptune finlandais), le dieu de la fertilité, Kekri, le dieu des forêts, Tapio, et beaucoup d’autres.

49Même si nous avons toutes les raisons de croire que la traduction des Psaumes a été le travail de plusieurs mains, c’est Agricola qui en fut le principal maître d’œuvre et qui effectua toutes les démarches auprès des hautes instances en vue de la publication de l’œuvre. La permission d’imprimer le livre n’a pas tardé à lui être accordée. Le roi fut même honoré de voir son blason reproduit pour la première fois dans une traduction d’Agricola au verso de la page titre.

Les Prophètes (1551)

50L’année 1551 fut l’une des dernières où Agricola put se consacrer intensivement à la traduction. Des événements indépendants de sa volonté l’empêchèrent par la suite de réaliser son grand projet de traduire intégralement la Bible. Une suite de calamités s’abattit sur le royaume. En 1552, la récolte fut une perte totale et la famine sévit dans tout le pays. La même année, un violent incendie dévasta une grande partie de Turku. Trois ans plus tard éclata la grande guerre contre la Russie. En outre, à partir de 1554, année où Agricola fut nommé évêque de Turku, les obligations de sa nouvelle charge et les voyages épuisants qu’il devait faire dans son diocèse et à l’étranger ne lui laissaient pas beaucoup de répit.

51Avant de se taire, cependant, le traducteur eut le temps d’offrir aux Finlandais une autre tranche de la Bible. Au cours de l’été et de l’automne 1551, il acheva, en effet, la traduction de certains passages du Pentateuque, des livres de Josué, de Jérémie, d’Ézéchiel et de Daniel et de tous les prophètes mineurs. Son manuscrit comptait 350 pages. Le besoin de cette traduction se faisait pressant : le clergé et les paroissiens manquaient de documentation religieuse et de livres d’instruction. Faute de pouvoir traduire tout l’Ancien Testament, Agricola choisit les passages qu’il jugea les plus utiles et travailla vite. Il est possible qu’il ait pu compter sur l’aide d’un des clercs qui avait aussi étudié à Wittenberg. Mais son nom ne figure pas dans la version imprimée.

52Agricola traduisit donc uniquement les textes qui n’étaient pas « trop difficiles ni trop étranges » et qui en même temps constituaient, à ses yeux, la « moelle » de l’Ancien Testament. Mais ses choix, ses suppressions, ses modifications trahissent ses positions religieuses du point de vue dogmatique. Pour lui, la grâce divine est au cœur même de la religion. Il en fait l’éloge en la comparant au « soleil du printemps ». Il n’est pas aussi pessimiste que Luther et ne dénonce pas avec autant de vigueur la décadence des mœurs de son époque. Il refuse aussi de voir dans le chef de l’Église de Rome un antéchrist (Tarkiainen et Tarkiainen 1985 : 241-243). Les livres des Prophètes furent ses dernières traductions.

Conclusion

53Pour les Finlandais, Agricola est un personnage captivant, mais quelque peu mystérieux, difficile à cerner. On peut en tout cas lui attribuer les qualités que Luther reconnaissait aux bons traducteurs de la Bible : « La traduction n’est pas un art accessible à tous, comme le pensent les fidèles malavisés, car pour bien traduire, il faut un cœur juste, fervent, fidèle, diligent, pieux, chrétien, savant, talentueux et expérimenté » (cité dans Delisle et Woodsworth 1995 : 62).

54Après avoir peiné pendant une vingtaine d’années dans les champs littéraires de la Finlande, Agricola le « cultivateur » a laissé en héritage à ses compatriotes une Église réformée, une langue littéraire et une Bible presque complète en finnois. Le réformateur, le fondateur de la culture finnophone et le plus grand traducteur de Finlande mérite bien la vénération dont il est l’objet depuis plus de quatre cents ans. Des statues ont été érigées en son honneur à Viborg, à Turku, à Lahti et à Pernaja ; des églises, des rues, des places, des sociétés et des fondations portent son nom ; une journée, le 9 avril, lui est dédiée – Agricolan päivä ; des drapeaux sont hissés à sa mémoire. Le prix Agricola est décerné annuellement au meilleur traducteur littéraire de Finlande.

  • 9 « By translating Works that have enjoyed prestige, authority or simply wide distribution [...], the (...)

55Le traducteur de Turku a ouvert à ses concitoyens tout un univers de connaissances. Il a importé dans leur langue non seulement des mots nouveaux, mais aussi des notions nouvelles. Grâce à Agricola, le finnois a pu faire la preuve de sa capacité à exprimer des concepts religieux, des idées abstraites. Le réformateur se doublait d’un grand humaniste. À une époque où l’Europe vivait une explosion du savoir largement diffusé par l’imprimerie et les langues vernaculaires, Agricola contribua par son travail de traducteur à ce même rôle civilisateur dans son pays natal. Il fusionna, dans une certaine mesure, la langue finnoise avec les grandes langues de l’Europe. Il enrichit le finnois en « y transplantant les longues traditions des langues littéraires occidentales » (Alhoniemi 1995 : 2). À lui seul, Agricola a fait pour la Finlande ce que les poètes de la Pléiade et les traducteurs scientifiques de la Renaissance ont accompli pour la France9.

  • 10 Se dit d’un parti nationaliste de Finlande qui s’opposa, au xixe siècle, à l’influence suédoise.

56Le finnois est une langue assez particulière, mais elle a, comme toute autre langue, subi des influences étrangères. Agricola l’a pour ainsi dire révélée à elle-même. En étant le premier à lui faire subir l’« épreuve de l’étranger », il en a montré toute la souplesse. Il fallut attendre le xixe siècle pour que son exemple soit imité et que le finnois cherche de nouveau à s’affranchir de l’influence suédoise. L’apparition des partis « fennomanes10 » a contribué à donner un essor sans précédent à la littérature nationale. L’œuvre avant-gardiste, mais à caractère religieux, d’Agricola resta donc pendant presque trois siècles le seul phare de la civilisation finlandaise. Mis à part les chansons, les poèmes et les contes folkloriques, il n’existait pas d’autres genres littéraires que le genre religieux. Le roman et le théâtre dramatique ne firent leur apparition qu’au siècle dernier.

  • 11 Aleksis Kivi (pseudonyme de A. Stenvall) fut poète, romancier et auteur dramatique. Il connut le su (...)
  • 12 Quelques-uns des membres de ce comité ont même reconnu l’importance de l’activité traduisante d’Agr (...)

57La langue biblique forgée par Agricola a eu une influence incomparable sur les Finlandais. « Pendant la domination suédoise, l’influence de la Bible sur notre langue fut la même ou peut-être plus forte que celle de la télévision aujourd’hui », affirme le professeur Osmo Ikola (1992 : 51). L’œuvre du plus grand écrivain finlandais, Aleksis Kivi11 (1834-1872), est caractérisée par une forte empreinte de la langue biblique. La langue de tous les jours est aussi truffée de mots, d’expressions et de citations dont l’origine est à chercher dans l’œuvre d’Agricola. Sa traduction et ses autres œuvres littéraires ne furent donc pas de simples « travaux jetables », mais des paroles vivantes dont l’écho retentit encore dans le parler des Finlandais et dans leur littérature. La traduction la plus récente de la Bible, publiée en 1992, renferme des tournures héritées d’Agricola. Le comité de traduction a voulu conserver les formules chères et familières aux Finlandais, même si elles sont considérées comme mystiques, solennelles ou archaïques12.

58L’orthographe et la structure de la langue d’Agricola ont vieilli, naturellement, mais le contenu de ses traductions et la manière de penser la réalité restent valables encore de nos jours. Cela s’explique par le fait qu’Agricola a voulu donner au peuple une Bible rédigée dans une langue qui soit proche du langage quotidien. Ce faisant, il a produit une œuvre durable, capable de résister à l’épreuve du temps : l’âme des gens ne vieillit pas aussi vite que leur langue... Il en aurait été tout autrement si son public cible avait été celui des nobles et des aristocrates et s’il avait employé un style empesé, solennel et mystifiant. Le succès durable qu’il a obtenu en Finlande se compare à la réussite de Luther en Allemagne et à celle de Tyndale en Angleterre.

59L’auteur de ces lignes habite la ville où vécut Agricola. Pour se rendre à son travail, elle passe devant la statue du traducteur qui se dresse à côté de la cathédrale. Le sol qu’elle foule et les dalles sur lesquelles elle marche recouvrent les vestiges des sites où – il est permis de le penser – a germé la culture finnophone : École ecclésiastique, maison d’Agricola, etc. Avant de franchir le seuil du Centre de formation de traducteurs où elle enseigne, il lui arrive souvent de jeter un regard en direction de la statue. La vue du traducteur, immobile et figé dans le bronze, déclenche immanquablement une foule de réminiscences d’un passé si lointain et pourtant si proche...

Bibliographie

Références

Études

ALHONIEMI, Alho (1995), « Suomi eurooppalaistunut vuosituhansia », dans Turun Sanomat, 10 janvier, p. 2.

ANTTILA, Aarne (1926), Johdatus uuden ajan kirjallisuuden valtavirtauksiin, Helsinki, Wemer Söderström, 503 p.

BALLARD, Michel (1992), De Cicéron à Benjamin, Lille, Presses Universitaires de Lille, 299 p.

BERMAN, Antoine (1984), L’Épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 311 p.

DELISLE, Jean et Judith WOODSWORTH (1995) (dir.), Les Traducteurs dans l’histoire, Ottawa / Paris, Les Presses de l’Université d’Ottawa / UNESCO, 348 p.

HAKULINEN, Lauri (1960), Handbuch der finnischen Sprache, Wiesbaden, Otto Harrassovitz, 303 p.

HARVIAINEN, Tapani, Simo HEININEN et Aarre HUHTALA (1990), Opi nyt vanha ja nuori. Mikael Agricola ja nykyaika, Helsinki, Otava, 202 p.

HEININEN, Simo (1992), « Mikael Agricolasta vuoden 1642 Raamattuun », dans Biblia 350, Suomalainen Raamattu ja suomalainen kulttuuri, Helsinki, SKS, 93 p.

IKOLA, Osmo (1992), « Raamatun vaikutus kirjasuomeen », dans Biblia 350, Suomalainen Raamattu ja suomalainen kulttuuri, Helsinki, SKS, 90 p.

ITKONEN-KAILA, Marja (1994), « Miten Mikael Agricola käänsi Raamattua ? », dans Kääntäjä-Oversättaren, n° 10, Helsinki, p. 1-2.

JEANNIN, Pierre et Jean-Paul CLÉBERT (1956), Histoire des pays Scandinaves, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », n° 704, 128 p.

JUTIKKALA, E. et J. PIRINEN (1996), A History of Finland, traduit par P. Sjöblom, Helsinki, Werner Söderström, 485 p.

JUVELIUS, Einar W. (1928), Suomen kansan aikakirjat. Osa 2 (1521-1617), Helsinki, Ota va, 669 p.

LAITINEN, Arto (dir.) (1984), Sana palaa lähteelleen, Pieksämäki, Kirjapaja, 154 p.

LAITINEN, Kai (1981), Suomen kirjallisuuden historia, Helsinki, Otava, 679 p.

LAMBERT, José (1993), « History, historiography and the discipline. A programme », dans Yves Gambier et Jorma Tommola (dir.), Translation and Knowledge, Scandinavian Symposium on Translation Theory, Turku, Grafia Oy, p. 3-25.

LEHIKOINEN, Laila et Silva KIURU (1991), Kirjasuomen kehitys, Helsinki, HY/Suomen kielen laitos, 193 p.

LEHTONEN, Mikko (1996), Merkitysten maailma, Tampere, Vastapaino, 255 p.

PARVIO, Martti (1968), « Mikael Agricola ja hänen Uusi Testamenttinsa », dans Sananjalka, Suo-malaisen Kirjallisuuden Seuran vuosikirja, n° 10, Helsinki, 231 p.

QVALE, Per (1997), « The voice of the originator and the voice of the translator », dans Käääntäjä-Översättaren, n° 6, Helsinki, p. 1 et 3.

TARKIAINEN, Viljo et Kari TARKIAINEN (1985), Mikael Agricola. Suomen uskonpuhdistaja, Helsinki, Otava, 352 p.

Traduction œcuménique de la Bible (1982), 2e éd., Paris, Alliance Biblique universelle / Le Cerf, 1863 p.

VAN HOOF, Henri (1986), Petite Histoire de la traduction en Occident, Louvainla-Neuve, Cabay, 106 p.

WOODSWORTH, Judith (1996), « Language, translation and the promotion of national identity », dans Target, vol. 8, n° 2, p. 211-238.

Notes

1 Tous les extraits en finnois ont été traduits par l’auteur.

2 Les faits relatifs à la biographie d’Agricola ont été tirés des sources citées dans la bibliographie. Nous avons omis de faire mention des sources dans le cas de données non controversées. En revanche, le nom des auteurs est indiqué chaque fois que sont rapportées des opinions divergentes ou personnelles.

3 « The bishops of Finland had been national political leaders, too, during medieval times, and, after Skytte’s death, King Gustavus apparently feared the rise of Agricola, who was considered heir apparent to the bishop’s chair, to such a position of influence » (Jutikkala et Pirinen 1996 : 111).

4 En fait, son désir ne s’exauça que trois ou quatre siècles plus tard ! Agricola était très en avance sur son temps. Il avait une pensée très moderne.

5 « Cher fils, ce livre contient tous les commandements, les lois et la volonté suprême de Dieu. Lis-le, toi qui aimes la piété véritable et qui veux complaire à Dieu. »

6 Le 2 décembre 1552, il écrit dans une lettre adressée à son mécène suédois Georg Normann : « Ego autem, tametsi multo iam tempore hoc saxum voluens, videar ad fabulam Sisyphi... » (« Mais moi, roulant pendant longtemps ce rocher, je ressemble à ce Sisyphe mythique... »)

7 Cent ans après la parution du Nouveau Testament, le Comité de traduction de la Bible ne fit pas la moindre allusion à Agricola et à ses mérites, même si ses membres ont largement utilisé son travail...

8 Tous ces exemples proviennent de Tarkiainen et Tarkiainen (1985 : 231). Les citations françaises sont tirées de la Traduction œcuménique de la Bible (TOB).

9 « By translating Works that have enjoyed prestige, authority or simply wide distribution [...], the translator confers credibility on the target language text and the target language itself. [...] Translation is a means of strengthening the minority language and culture, of helping to ensure its survival, and hence of promoting national identity » (Woodsworth 1996 : 235).

10 Se dit d’un parti nationaliste de Finlande qui s’opposa, au xixe siècle, à l’influence suédoise.

11 Aleksis Kivi (pseudonyme de A. Stenvall) fut poète, romancier et auteur dramatique. Il connut le succès en 1860 avec sa tragédie en vers Kullervo, inspirée du Kalevala. En 1864, il publie une comédie, Les Cordonniers de la lande, dans laquelle il décrit avec humour les mœurs du peuple. Il est aussi l’auteur d’un drame, Léa (1869), et du roman Les Sept Frères (1870). Il mourut deux ans après avoir sombré dans la folie.

12 Quelques-uns des membres de ce comité ont même reconnu l’importance de l’activité traduisante d’Agricola : « Agricola fut, avant tout, le traducteur de la Bible, mais de toutes les études [qui lui sont consacrées], trop peu portent justement sur ses traductions » (Harviainen, Heininen et Huhtala 1990 : 15).

Table des illustrations

Légende Statue de Mikael Agricola érigée près de la cathédrale de Turku, Finlande. 8.
Crédits Photo de Matti Landvik, 199
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6221/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

Auteur

Centre de traduction et d’interprétation, Université de Turku (Finlande)
Est maître ès lettres (philologie romane). Ancienne traductrice freelance, elle enseigne aujourd’hui au Centre de formation de traducteurs de l’Université de Turku (Finlande). Elle assure les cours de traduction français-finnois, et ses spécialités sont la traduction médicale et littéraire ainsi que la théorie et l’histoire de la traduction.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search