Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de la traduction

 | 
Jean-Marc Gouanvic

Chapitre VI. Les enjeux sociosémiotiques de la traduction de la science-fiction au Rayon Fantastique (Hachette-Gallimard)

Texte intégral

  • 1 Cf. le chapitre VIII, consacré à la traduction/adaptation dans la revue Galaxie. Quant à la collect (...)

1L’examen des traductions du « Rayon Fantastique » permet de dégager la « manière de traduire » dominante dans le champ français de science-fiction. La revue Fiction adoptera la même politique. Seules la collection « Anticipation » des éditions du Fleuve Noir et la revue Galaxie s’autoriseront des adaptations avec une assimilation parfois poussée des traits textuels exogènes1.

1. Le corpus de traductions

2Nous allons aborder la question de la traduction de la SF américaine en France d’un point de vue proprement sémiotique, en examinant quatre textes importants de la collection fondatrice, « Le Rayon Fantastique » coéditée par Hachette et Gallimard :

  • De James Morgan Walsh, les Corsaires du vide, traduction française de Vandals of the Void. Numéro 5 de la collection, 1951, publié par Hachette. Traduction d’Yves Gérard et Alex Grall. L’auteur est d’origine australienne et la première édition de Vandals of the void a été publiée à Londres par Publishers John Hamilton en 1931. Cependant, la traduction indique que l’original a été publié aux États-Unis. L’éditeur français a manifestement intérêt à dissimuler l’origine non américaine des auteurs de science-fiction traduits pour les rouler dans la déferlante américaine.
  • De Edwin Balmer et Philip Gordon Wylie, le Choc des mondes, traduction de When Worlds Collide. Numéro 9 de la collection, 1952, publié par Hachette. Traduction d’André Jager. L’original a été publié à New York par Frederick A. Stokes Co. en 1933, cl932.
  • De Eric Frank Russell, Guerre aux Invisibles, trad. française de Sinister Barrier. Numéro 10 de la coll., 1952, publié par Gallimard. Traduction de Renée et Jean Rosenthal. L’auteur est britannique. La première édition a été publiée en 1939 dans le magazine américain de John Campbell, Jr., Unknown Worlds ; la première édition en livre est britannique et date de 1943, mais elle est très écourtée (135 pages) ; la deuxième édition en livre est américaine et date de 1948 : elle reprend grosso modo la version publiée dans Unknown Worlds, mais avec des actualisations liées au fait que la Deuxième Guerre mondiale est achevée et qu’Hiroshima a eu lieu, ce que l’auteur intègre à son roman.
  • D’Isaac Asimov, les Cavernes d’acier, trad. française de The Caves of Steel. Numéro 41 de la coll., 1956, publié par Hachette. Traduction de Jacques Brécard. L’original a été publié en 1954 par l’éditeur américain Doubleday.

3Pourquoi avoir sélectionné ces quatre romans sur les quelque soixante qui ont été publiés entre 1951 et 1959 au Rayon Fantastique ? Ils sont représentatifs du travail des éditeurs et des directeurs littéraires, de l’origine diversifiée des auteurs, du travail des traducteurs, mais ils sont surtout représentatifs des problèmes qui se posent dans la traduction d’un genre littéraire comme la science-fiction.

2. La sémiotique de la science-fiction : paradigme absent et mots-fiction

4Selon Marc Angenot (1978), « [c]e qui caractérise sémiotiquement la science-fiction est d’être un discours fondé sur une syntagmatique intelligible mais des mirages paradigmatiques, des paradigmes absents » (75). Ce n’est pas dans l’existence ou l’inexistence de référents que se situe la différence générique entre le roman réaliste et la science-fiction : « Madame Bovary », « Monsieur Homais » ou « Yonville l’Abbaye » (Madame Bovary) n’existent pas plus que les planètes Hain, Urras ou Anarres (la science-fiction d’Ursula Le Guin). La « distanciation » intelligible (cognitive estrangement, D. Suvin) rend le récit de SF doublement conjectural, en tant que projet esthétique et en tant qu’objet de lecture : « le lecteur n’applique pas au récit des paradigmes préexistants dans le monde empirique, il présuppose une intelligibilité paradigmatique à la fois illusoire et nécessaire. L’activité cognitive du lecteur se déplace donc nécessairement de la succession syntagmatique à un ailleurs du discours (...) » (ibid.).

5Les mots forgés par la SF (que l’on désigne à tort du nom de néologismes et que M. Angenot propose d’appeler « mots-fiction ») sont les traits les plus immédiatement repérables de cette sémiotique de la distanciation sur quoi repose l’édifice conjectural de la fiction. Ces « mots-fictions » ne désignent pas tant le personnage ou l’événement de la conjecture que les types, les modèles, les normes, les institutions dont la totalité est donnée à conjecturer au lecteur.

3. Les mots-fiction dans les textes du corpus

6Si donc la SF tire son effet de sens du paradigme absent du fait qu’elle donne à conjecturer une lecture à partir des mirages syntagmatiques que sont ces mots-fiction, il est tentant de chercher à saisir ce qui est en jeu dans l’opération de traduction de la SF américaine en France en analysant la transformation que la traduction fait subir aux mots-fiction. Si la semiosis de SF est bien celle que décrit Marc Angenot, on devrait ainsi pouvoir dégager les contraintes et les déviations propres à la traduction de la SF à travers ses translèmes privilégiés que sont les mots-fiction traduits.

7Ce qui frappe tout d’abord, c’est la répartition très inégale des créations lexicales fictionnelles d’un récit à l’autre. Ainsi, dans Guerre aux Invisibles, elles sont rares, car l’histoire n’en a que très peu besoin. En effet, il s’agit du récit de l’investissement de l’espèce humaine par une entité invisible, les VITONS, qui se nourrit de l’énergie produite par l’agressivité humaine, comme les humains se nourrissent du lait de la vache. L’intérêt des Vitons est de créer des conflits et de les entretenir. Tout le livre est une critique sociale très forte de la politique, du journalisme jaune, des faux scientifiques, et un appel à la raison et à la tolérance contre « les glandes, les ventres et les portefeuilles ». Le récit se déroule à la fin du 20e siècle et pour créer la distance par rapport aux années 30, l’auteur remplace les automobiles traditionnelles par des « gyrocars » et des « auto-gyros », les avions sont des « stratosphere planes ». Le mot-fiction central à tout le récit est le terme Viton, pour désigner les Invisibles.

8When Worlds Collide est un autre roman-catastrophe dans lequel rares sont les mots-fiction au sens strict. La catastrophe vient de deux objets célestes, deux planètes qui se dirigent vers la Terre, Bellus et Zyra, et vont la percuter. De fait, seul Bellus heurte la Terre et une poignée d’êtres humains réussit à migrer sur Zyra et à la coloniser. Comme la plupart du temps dans les romans de catastrophe l’effet de paradigme absent repose sur très peu de mots-fiction, la catastrophe constituant à elle seule un dispositif narratif suffisant pour les besoins du récit. Les mots-fiction se réduisent au nom des deux planètes, à l’existence d’un astronef baptisé le Meteor et d’une League of the Last Days.

  • 2 Le terme est de Myra Edward Bames (1975).
  • 3 Il est intéressant de noter que Corsaires est exactement aux antipodes de la sémiotique et de la po (...)

9Par contre, dans Vandals of the Void, la distanciation fictionnelle s’opère par la mise en scène de trois espèces non humaines, les Martiens, les Vénusiens et les Mercuriens, et par le saupoudrage d’assez nombreux mots-fiction dans le texte. Dans ce récit d’aventures spatiales, l’auteur construit une science et une technologie astronautiques fondées sur des principes conjecturés dont il fournit les explications en notes ; par exemple, les voyages astronautiques ont été rendus possibles par la découverte du « Fitzgerald Contraction Principle » (en français « Principe de concentration de Fitzgerald »), ou cette explication sur la lentille sélective (« the look-out ‘eye’ ») inventée en 1933 par Lodz, ou encore cette autre information : « Les améliorations apportées par Leyton-Browne, en 1975, ne furent pas suffisantes pour donner une base commerciale à ces voyages interplanétaires (...). » Les mots-fiction qui donnent à conjecturer au lecteur la vie à l’époque du récit sont dans le genre : « Marsonite, a Martian ore which, when combined with cobalt Steel, yields the alloy from which the shell of most space-fliers is made nowadays » (note de l’auteur page 59). Des Book-machines, lus à l’aide de Sound insulators, les Ray tubes, Televox, Televox-Television machines, le Rolgar (combustible fossile faisant fonctionner les fusées interplanétaires) : tous ces exemples appartiennent au domaine des technolectes fictifs. Dans les Corsaires du vide, une autre catégorie de mots-fiction présente également de l’intérêt, ceux qui donnent à conjecturer non pas tant la techno-science et la vie quotidienne des humains à l’époque du récit que l’existence et la civilisation de formes de vie non humaines. L’essentiel de l’effet de paradigme absent repose sur l’évocation de Vénusiens et de Martiens (surtout de Martiens) plausibles, mis en scène avec simplicité et efficacité. La science-fiction réalise ici – même si c’est encore timidement – son potentiel poétique, dans cette spéculation non anthropocentrique d’entités autres envisagées d’un lieu culturel qui n’est pas exclusivement terrien. C’est alors que l’on voit apparaître dans le récit des mots d’un type particulier que l’on a déjà nommé « exolinguistique2 » et qui conjecturent des systèmes sémio-linguistiques non terriens ; ce sont notamment la désignation de la planète Mars Tlanan par les Martiens eux-mêmes, The Tlananians, ou la pilule martienne appelée Oxcta, qui joue un rôle important dans le récit (le héros sera sauvé par cette pilule antidote), ou encore l’équivalent du petit-déjeuner martien, le Nondal. Bien sûr, il y a une assimilation de la langue martienne à l’anglais dans Tlananian (par exemple), ce qui pourrait sembler marquer les limites des efforts de spéculation exolinguistique de l’auteur. En fait, dans l’optique du récit, cette assimilation s’impose dans l’ensemble des us et coutumes des humains par métissage avec les Martiens, comme cela est clairement exprimé : « Après tout, l’apparence, la voix, les manières des Martiens sont devenues celles de nombreux Terriens, par suite du mélange des races... » Et en effet l’auteur développe une intrigue sentimentale entre son héros terrien et une jolie Martienne (qui les sauvera d’ailleurs contre les Corsaires mercuriens), laquelle intrigue finit par un mariage3.

10Les mots-fiction les plus nombreux se trouvent dans Caves of Steel d’Isaac Asimov. Dans ce roman policier de science-fiction, l’auteur saupoudre le texte de façon extrêmement habile d’indices syntagmatiques qui irradient dans le paradigme, tout en usant d’une procédure rhétorique fort efficace, le retard dans l’énonciation. Dans la science-fiction moderne, le récit s’installe d’emblée in medias res. Dès les premières pages, il est question par exemple des Medieval Times, des Outer Worlds, sans explication, ce qui oblige le lecteur à reconstituer de façon conjecturale la totalité que suggère le syntagme « Medieval Times », l’intelligibilité de sa lecture étant au prix de cette pseudo-reconstitution. Une liste complète des mots-fiction laisserait apparaître la dominance des technolectes fictifs, tels que Positironic Brain, Laws of Robotics, C\Fe Civilization, Spacetown, Spacers, non-Asenion robot, robotocist, Trimensic receiver, zymoveal, protoveg, Textron, Keratofiber, diamagnetic seam, cosmetokit, book-reels, zymologist, cerebroanalysis, hypo-silver, subetherics dancer. Beaucoup du plaisir de la lecture de science-fiction s’investit dans les conjectures que déclenche cette création lexicale. Ici l’intrigue policière est parfaitement intégrée à la science-fiction, puisqu’il s’agit de tirer au clair le meurtre du créateur des robots et un policier sans grade à qui on impose un robot détective est mandaté pour résoudre l’énigme. Le cadre général est celui de deux villes : l’une fermée et aseptisée est occupée par des hommes de l’espace très avancés à tous points de vue (Spacetown), l’autre est New York, ouverte à tous vents et à l’humanité ordinaire, pauvre, délinquante et pleine de préjugés à l’égard du progrès et des robots. Il serait trop long de détailler les nombreux fils de l’intrigue ; disons simplement que le meurtre a été perpétré par le chef de la police newyorkaise à la suite d’une erreur sur la personne (il croit tuer le dernier prototype du robot mis au point par le roboticien spacien, alors que c’est ce dernier, créateur du robot, qu’il assassine ; la méprise vient de ce que le roboticien avait fait le robot à son image...). Ce roman d’Asimov pose-t-il des problèmes de traduction dans le domaine des mots-fiction à caractère technique et exoculturel ?

4. La traduction des technolectes et des exolectes4 fictifs

  • 4 Nous proposons de nommer ainsi les mots-fiction qui renvoient à des systèmes exolinguistiques.
  • 5 Cf. sur ces questions les articles de Michel Ballard : « Le nom propre en traduction » (1993), et « (...)

11La traduction des technolectes fictifs ne pose que peu de problèmes : l’anglais et le français se servent largement des mêmes racines gréco-latines pour créer brachylogies et mots-valises. Dans Guerre aux Invisibles, « gyrocars » devient « gyrautos », le « stratosphère plane » devient le « stratoplane ». Il n’y a dans la traduction des technolectes de l’anglais au français que peu de déviations ou de distorsions qui influeraient sur la signifiance du texte traduit par rapport à celle de l’original, créant du « bruit » ou des « artefacts » traductifs. Dans les Corsaires du vide, la traduction des technolectes ne présente pas davantage de difficultés. Ni d’ailleurs les exolectes que sont les Tlanan, Oxcta, dans la mesure où l’auteur cherche à produire un estrangement maximal avec ces mots-fiction exolinguistiques. L’altérité exolinguistique radicale pour l’anglais n’est pas ici différente de celle du français, du fait que les deux vocables Tlanan et Oxcta appartiennent à un système linguistique tiers. Il en va quelque peu différemment du mot-fiction Viton (Guerre aux Invisibles) traduit – avec raison – par Viton en français. Le statut énonciatif de cet exolecte est particulier par rapport aux autres mots-fiction mentionnés, dans la mesure où rien dans le texte ne suggère qu’il appartienne au système linguistique des Invisibles, même sous une forme translittérée. C’est après une analyse comparative détaillée mettant en évidence l’effet d’étrangeté linguistique que produit le mot-fiction en anglais et en français que la traduction de Viton est possible. Il demeure que, dans un cadre de traduction (et non d’adaptation), il est rare que le traducteur traduise l’onomastique d’un texte d’un genre mimétique5. On voit qu’il en est de même de la traduction de textes non mimétiques du Rayon Fantastique, y compris lorsque le vocable à traduire est un exolecte (comme l’est Viton).

12Tous les technolectes déjà mentionnés sont traduits sans difficulté : Spaciens pour Spacers, subéthérique pour subetherics, Spacetown demeure tel quel, Mondes extérieurs pour Outer Worlds, Textron pour Textron, Kératofîbre pour Keratofïber ; cependant zymoveal devient veau synthétique, C\Fe Civilization est rendu par la civilisation C\Fe, Roboticien est mis pour roboticist, les 3 Lois de la robotique pour The 3 Laws of robotics, cérébroanalyse pour cerebroanalysis, etc. Quant aux Medieval Times, c’est l’époque médiévale, c’est-à-dire le XXe siècle dans la sémiotique propre au texte. L’un des traits intéressants pour la traduction réside dans la mention des 3 Lois de la robotique. C’est l’un des cas les plus patents de l’édification d’un univers complet qui se déploiera d’un récit à l’autre et fonctionnera dans un continuum imaginaire cohérent. Le problème de la traduction des 3 Lois est que le récit où elles ont été énoncées pour la première fois (I, Robot) n’est pas encore traduit en français. Quoi qu’il en soit, le fait devient de plus en plus évident que le traducteur qui s’attaque à la traduction d’un ouvrage de science-fiction est confronté à l’œuvre de l’auteur et au-delà de cette œuvre à celle d’autres auteurs avec lesquels elle entre en résonnance. La traduction de la science-fiction américaine connaît donc une contrainte discursive grandissante à mesure que le genre s’autonomise : on ne peut plus traduire sans connaître la culture, le discours de ce genre littéraire, ses normes et même les polémiques qui secouent le champ de la science-fiction.

13À ce stade, une constatation s’impose. Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, ce ne sont pas véritablement les mots-fiction qui posent des problèmes de traduction. En ce qui concerne la science-fiction, paradoxalement, ce n’est pas ce qu’il y a de distanciation technologique dans les récits qui risque de subir les transformations les plus importantes : on aperçoit ainsi combien est grande la communauté des discours scientifiques et technologiques entre les cultures occidentales (États-Unis, Grande-Bretagne, France). En fait les vrais problèmes sont beaucoup plus généraux et dépassent largement la spécificité de la science-fiction.

5. L’importation de la culture canonique anglo-américaine

  • 6 Un fameux exemple du contraire est fourni par la traduction française de Robinson Crusoe (1719) de (...)

14David Ketterer (1974) note combien la SF américaine est habitée par la culture biblique. Sur les quatre récits ici analysés deux sont entièrement fondés sur un épisode biblique : dans le Choc des mondes, c’est l’Apocalypse de Jean, la Genèse, l’épisode de l’inscription sur le mur du temple de Jérusalem, Mané, Tékel, Pharès ; dans les Cavernes d’acier, il y a une profonde vénération de la Bible ; on lit par exemple : « La Bible contient de nombreux passages qui, convenablement interprétés, constituent une règle de vie ; et, aux yeux de beaucoup de gens, cette loi morale est celle qui peut le mieux permettre à l’humanité d’accéder au bonheur. » La traduction de la science-fiction américaine donne lieu à une importation massive de la culture biblique dans la société française. Or, que font les traducteurs lorsqu’ils se trouvent confrontés à des épisodes peu ou très peu connus du public français de culture catholique ? Pour eux la question ne se pose nullement : ils traduisent consciencieusement les références religieuses même lorsque c’est pour mettre à mal la religion catholique6, comme dans Guerre aux Invisibles. Par exemple : « They have made the confessional-box and the seance-room their centers of psychic camouflage ; the priest and the medium have been equally their allies in the devilish work of seeing that the blind masses stay blind » (147-148). La traduction française donne : « Ils ont fait des confessionnaux et des salles de spiritisme leurs centres de camouflage psychique ; et pour veiller à ce que les masses aveugles ne recouvrent pas la vue, ils se sont alliés à la fois le prêtre et le médium » (153). Sur les dizaines de romans examinés nous n’avons repéré strictement aucun cas de censure. Le mandat tacite des traducteurs est manifeste, même lorsque des charges vives sont portées contre la société cible, comme dans le Choc des mondes, où la France est l’objet d’une attaque extrêmement violente : Duquesne, le savant français présenté comme un modèle, est bavard et vantard, parfaitement grotesque ; et cocardier : il plante le drapeau français sur Zyra, drapeau que le savant américain arrache en lui faisant la leçon : « Nous ne représentons pas des nations ici, mais seulement un peuple. » La vision du monde ici exprimée est l’universalisme que le système culturel et politique anglo-américain (moyennant des variantes en ce qui concerne le régime, plus ou moins monarchique, plus ou moins républicain) prétend représenter sous sa forme optimale. Dans ce domaine, The Star Kings est assez représentatif du type de vision du monde en vogue chez nombre d’auteurs de science-fiction de l’époque. Le héros est un comptable qui n’aime pas son travail dans une compagnie d’assurance. Il entend l’appel d’un prince d’un empire galactique vivant à 200 000 ans de son présent. Le comptable est projeté dans l’avenir. Il découvre que la langue de l’avenir est dérivée de l’anglais du XXe siècle et que le régime qui maintient uni l’empire qui s’étend sur plusieurs galaxies est une monarchie parlementaire à l’anglaise : « le roi d’Angleterre constituait un lien moral mais sûr entre cinq ou six républiques dispersées sur la surface du globe » (p. 19). L’avenir du monde est clairement dicté : il sera scientifique, de culture anglaise et fondé sur une monarchie parlementaire pour administrer les empires galactiques à partir d’un centre de décision impérial.

  • 7 Le héros est entraîné dans une « arnaque » montée par les caciques du commerce et de l’industrie av (...)

15La lecture assidue de la science-fiction américaine traduite dans les années 1950 (y compris les nouvelles de Galaxie) permet de repérer un autre trait répétitif des récits de cette période : l’omniprésence des activités marchandes comme principal moteur de la fiction. Ce sont par exemple Foundation d’Asimov, The Star Kings d’E. Hamilton, Vanguard to Neptune de J. M. Walsh. Seul Space Merchants de F. Pohl et C. M. Kombluth attaque de front cette idéologie mercantile en parodiant le discours publicitaire avec beaucoup d’efficacité7.

  • 8 Dans le Silence de la terre/Out of the Silent Planet, il est fait allusion aux bêtes éthérées de Ch (...)
  • 9 Dans When Worlds Collide, Tony explique à Ève la soudaineté de leur amour en citant Kipling : « Auc (...)
  • 10 Il arrive certes que le traducteur s’amuse manifestement à « adapter », comme Henriette Nizan dans (...)

16La traduction de cette SF présente une autre particularité : à côté des références à Wells (par exemple The War of the Worlds dans Vandals of the Void) ou à Mary Shelley, notamment, on trouve des références aux grands auteurs de la tradition, Chaucer8, Shakespeare, Melville et Kipling9, dont le rendu en français ne présente pas de difficulté, car ces auteurs sont bien connus grâce aux traductions françaises qui en ont été faites : la traduction de la SF américaine dépend donc de la traduction des grands écrivains de la tradition, sinon le traducteur peut être acculé à faire des adaptations qui l’éloignent de son mandat de traducteur10.

6. Le style des traductions

  • 11 Dans ce dernier roman, qui est une véritable anthologie des stéréotypes les plus éculés (manichéism (...)

17Jusqu’à maintenant, les libertés prises par les traducteurs semblent être minimes. Nous allons voir que leur intervention imprime parfois à l’original une tonalité, un style bien caractéristiques, les traits stylistiques de la littérature française générale. Il y a en premier lieu le choix du subjonctif imparfait là où on ne l’attendrait pourtant guère, par exemple dans des récits d’aventures spatiales juvéniles comme les Corsaires du vide ou la Curée des astres11. Il est vrai qu’en matière de style de romans pour la jeunesse, le modèle qui s’impose à la culture française est celui de Jules Verne, où des générations de jeunes garçons ont appris le français. Dans Sinister Barrier\Guerre aux Invisibles, l’effet de traduction en français est très net :

Ambulances, wheeled and winged, official or rush-converted, raced in, departed only to come again and again (p. 69).

Ce qui donne en français :

Des ambulances envoyées par les autorités ou équipées à la hâte par des particuliers, arrivaient sans cesse par la route ou par la voie des airs, et ne repartaient que pour revenir encore et encore (p. 76).

Même si tout n’est pas absolument traduit (le problème de la traduction de l’intégralité de l’énoncé ne se pose pas vraiment), on voit que les traducteurs choisissent l’explicitation, le délayage des signifiés, allongeant ainsi notablement la version française : la prose du texte anglais est d’une rythmique plus nerveuse, plus incisive, avec des allitérations en w et en r qui n’ont pas leur pendant dans la version française. On aperçoit que la traduction travaille sur les stéréotypes syntaxiques, lexicaux, rhétoriques, sociolectaux et généralement littéraires qui ont cours dans la culture réceptrice, ceux en l’occurrence qui jouissent d’un statut légitime dans les années 1950. Ainsi, le travail de la traduction s’inscrit dans des traditions discursives, littéraires, scientifiques, juridiques et administratives, car les technolectes et les sociolectes qui s’actualisent dans un texte littéraire peuvent être tout cela à la fois. Mais il est faux de prétendre que le français est incapable de produire de tels effets : les romans de la Série noire aussi bien que l’œuvre de Louis-Ferdinand Céline en sont pleins ; le fait que dans les années 1950 les traducteurs de la SF n’aient pas, de par leur position dans le champ de la « littérature lettrée » et dans le champ de SF en train de se faire, été en position d’opter pour la stylistique célinienne ou celle des auteurs de la Série noire – qui pourtant s’est actualisée avec brio dans les traductions-adaptations effectuées sous la houlette de Marcel Duhamel – n’est pas généralisable à l’ensemble des productions culturelles françaises, ni à la langue française. L’enseignement principal qui peut en être tiré est l’étanchéité entre genres et entre champs littéraires, jusqu’à ce que survienne un traducteur – comme Boris Vian – qui laisse tomber les habits du dimanche de la littérature « empesée » pour opter pour un style littéraire plus proche de l’oralité et des sociolectes populaires, comme on le verra au chapitre VII

18Dans la traduction de la science-fiction, ce qui domine, c’est l’appropriation authentique et sérieusement accomplie, qui va jusqu’à un redécoupage des paragraphes avec mise en valeur des traits textuels signifiants pour rendre le texte original agréable (ou mieux : palatable) au public français. En fait, dans la traduction de ce type de récits, les normes stylistiques de traduction sont la vitesse (succession rapide des séquences), l’aventure et le mystère. Ici le style est bien plus au service de l’aventure, de l’action que de l’expressivité psychosociale telle qu’elle trouve à s’exprimer dans le réalisme psychologique. La traduction n’est ni relâchée ni marquée par des atticismes, en dépit des subjonctifs imparfaits. Cette tonalité est bien adaptée au projet du récit, qui est de mettre en lumière les mobiles des êtres humains en posant sur eux un regard cynique mais pénétrant. Globalement, la signifiance de l’original est parfaitement préservée dans un cas comme Guerre aux Invisibles.

7. L’effet-traduction

19Comment rendre compte de l’effet-traduction de la SF américaine à partir de ces quatre romans traduits ? Du point de vue des discours des textes à traduire, il apparaît que, même lorsque le texte à traduire entre en polémique avec les valeurs sociales de la société réceptrice, les traducteurs et les éditeurs n’interviennent pas : ils ne manipulent pas, ne transforment pas, ne censurent pas l’original. L’effet-traduction est ailleurs. Le traducteur se sent mandaté à effectuer un transfert aussi exact que possible de l’original et il ne se permet que rarement des « traductions-adaptation ». Cela ne va pas sans des conséquences importantes. Ainsi, dans le Choc des mondes, il n’est pas indifférent que toute l’intrigue ait lieu à New York et que la catastrophe dévaste le Stock Exchange. Sans adaptation du signifiant, il y a nécessairement un décalage dans le signifié en raison de la traduction. La charge dont est grosse la destruction de la Bourse de New York pour le lecteur américain est bien plus considérable que pour le lecteur français qui est en position de spectateur extérieur. Il en était de même dans la Guerre des mondes de H.G. Wells, où la destruction physique de l’Angleterre victorienne par les Martiens n’est sans doute pas entièrement éprouvée par le lecteur français. Tel est l’un des effets-traduction par excellence : l’auteur parle depuis un lieu et un temps (un espace culturel de sa propre société à un moment donné de son histoire) en s’adressant à un public défini (celui de cet espace culturel à ce moment historique précis) et c’est avec ce public qu’il rentre en résonnance. Dans la traduction s’opère nécessairement un décentrement par rapport aux temps et lieu qui s’incarnent dans le corps historique d’une langue donnée en tant qu’outil de médiation et de changement social dans un espace social donné. Cette signifiance liée à un lieu et à un temps est-elle exportable ? Je peux lire les Contes japonais de Rashomon et les apprécier, comme je peux lire la Guerre des mondes, mais quel est le rapport de ma lecture avec la culture japonaise traditionnelle ou l’Angleterre victorienne ? On aboutirait à une aporie, celle de l’impossibilité de toute traduction (problème classique mais dépassé), si l’on n’admettait pas d’emblée que la traduction est une pratique sociodiscursive et, à ce titre, qu’elle est un processus parmi d’autres dans les phénomènes de transmission et de transformation du sens dans les espaces socioculturels (spécifiés en champs) à des moments précis de leur histoire.

  • 12 Comme on le voit, nous prenons le concept de « décentrement » dans un sens quelque peu différent de (...)
  • 13 Dans cette catégorie, il faut certes ranger les pseudo-traductions, comme J’irai cracher sur vos to (...)

20L’effet de décentrement12 qui s’opère dans la lecture lorsqu’il n’y a pas « adaptation » est dans la logique de l’implantation-reconnaissance de la SF américaine en France. Le traducteur est l’agent privilégié de l’imposition d’un produit américain avec l’aura de dominance idéologique qui l’accompagne. En raison de cette dominance idéologique, le traducteur ne peut que répugner à une traduction-assimilation ; bien au contraire, le jeu consiste à maintenir coûte que coûte dans le texte traduit toutes les marques possibles de l’origine du texte. Cette traduction-dissimilation jouit d’une légitimité dans la demande du public, car, à partir de ce mouvement d’intérêt pour la SF américaine, le public français n’a juré que par la SF américaine. L’état de domination où se sont trouvés enfermés bon nombre d’auteurs français de science-fiction les a conduits à imiter les auteurs américains, allant jusqu’à déguiser leur identité sous des pseudonymes à consonnance américaine, mettant en scène des personnages censément américains dans un cadre américain13.

Conclusion : Les enjeux sociaux du parachutage de la science-fiction américaine en France

21La traduction a lieu après sélection des textes selon des intérêts qui – nous l’avons vu – peuvent varier, mais qui se caractérisent par l’anticipation du profit symbolique maximal qui leur est attaché. Les textes traduits sont mis au service des intérêts de la fraction de la culture cible qui fait d’eux un instrument propre à servir à l’occupation hégémonique du champ culturel. La traduction de la SF, comme de toute œuvre, joue ainsi sur deux tableaux à la fois et de façon circulaire : la sélection des textes à traduire s’opère certes sur la base des œuvres consacrées dans la culture source, mais seulement à condition que cette consécration soit reconnue comme légitime par la société cible, laquelle reconnaissance n’est obtenue que si la légitimité du texte sert les intérêts des agents de l’espace culturel cible. Au plan générique, l’effet de traduction est nettement mélioratif : la traduction des œuvres américaines présente une image flatteuse de la culture source pour la principale raison que sont surtout traduits les ouvrages dotés d’une légitimité dans la culture source.

  • 14 Il s’agit de traits non pertinents dans la sémiotique de la science-fiction. Ainsi, par exemple dan (...)

22La traduction de la science-fiction américaine est, en bout de course, d’une fonctionnalité remarquable. Elle s’effectue sur la base d’une mythification de la culture américaine, que renforcent les modèles traductifs dominants de la culture française – ces modèles qui contribuent à la rendre agréable au public français. Pour cela, nul besoin de s’autoriser une manipulation des textes-source. Cette traduction est bel et bien dissimilatrice du fait qu’elle tend par un effet pervers à survaloriser des traits banals14 dans des récits de SF en les rendant exotiques pour le public français dont l’idéologie repose sur la conviction que l’avenir psycho-social se trouve dans l’américanisation de la société française. On peut donc voir la traduction de la SF américaine comme productrice d’une vision du monde dominée par un attrait ambigu pour les valeurs canoniques américaines (Ancien Testament, auteurs américains du circuit lettré) ainsi que pour les transformations techno-scientifiques sur lesquelles s’édifie une part de l’hégémonie culturelle américaine.

  • 15 Dans « Pierre Kast et Boris Vian s’entretiennent de la science-fiction », Vian remarque : « C’est u (...)
  • 16 Les débats politiques qui agitent la société américaine de l’après-guerre tendent à s’imposer dans (...)

23Par la traduction des productions textuelles américaines (dont la science-fiction), l’espace culturel français s’ouvre aux problématiques de développement américaines après l’euphorie de l’après-guerre. Les années 1940 et 1950 sont florissantes pour la science-fiction américaine, en dépit – à moins que ce ne soit à cause – de la Guerre froide et de la chasse aux sorcières menée par le sénateur McCarthy. Pour la gauche démocrate, la SF représenta un espace culturel relativement à l’abri de la vindicte maccarthyste, comme n’a pas manqué de le remarquer Boris Vian15. Lorsque les USA élisent John Fitzgerald Kennedy en 1961, le fantasme d’hégémonie militaire semble chose du passé (on verra qu’il n’en fut rien avec l’escalade de la guerre du Vietnam). « USA » signifierait dorénavant « Unlimited Salvation for All », aussi bien dans les affaires intérieures qu’extérieures, le Peace Corps prenant le pas sur les Marines. Certains intellectuels de gauche tel David Riesman, professeur en sciences sociales à Harvard et démocrate, partagèrent l’idéal du « Community Development » appliqué au développement social et à l’intégration raciale ainsi qu’au partage de la richesse des États-Unis à l’échelle internationale, en « Amermonde »16.

  • 17 Par contre, parmi les œuvres des auteurs mentionnés, celle d’Ursula K. Le Guin constitue une réussi (...)

24Dans le champ de la science-fiction américaine des années 1950, l’universalité du développement à l’américaine est peu remise en question, sinon dans des romans comme The Space Merchants de Pohl et Kombluth ou encore dans les récits de la série des Décontaminateurs de planètes de Robert Sheckley. La situation allait évoluer dans le courant des années 1960, avec l’émergence d’auteurs comme Philip K. Dick, Ursula K. Le Guin, Norman Spinrad, Harlan Ellison, qui élevèrent leur voix discordante dans la science-fiction américaine, et cela au risque de demeurer en-deça du succès public auquel ils auraient été en droit d’attendre17.

Notes

1 Cf. le chapitre VIII, consacré à la traduction/adaptation dans la revue Galaxie. Quant à la collection « Présence du futur » de Denoël, elle présente, selon les textes, des traits qui relèvent de la traduction « dissimilatrice » aussi bien qu’« assimilatrice ».

2 Le terme est de Myra Edward Bames (1975).

3 Il est intéressant de noter que Corsaires est exactement aux antipodes de la sémiotique et de la poétique de la science-fiction, tout comme l’est le Validais du titre anglais. Ici, les traducteurs ont opté pour la même stratégie discursive, en renvoyant le lecteur à l’image du roman d’aventures, quoique les Corsaires paraissent bien anodins à côté des « Vandals ». Les traducteurs ont reculé devant « les Vandales du vide », ce qui aurait pourtant maintenu l’allitération en V, préférant l’isotopie vaisseau de mer-vaisseau spatial, extrêmement courante dans ce type de récit en français.

4 Nous proposons de nommer ainsi les mots-fiction qui renvoient à des systèmes exolinguistiques.

5 Cf. sur ces questions les articles de Michel Ballard : « Le nom propre en traduction » (1993), et « La traduction du nom propre comme négociation », à paraître dans Palimpsestes (sous presse).

6 Un fameux exemple du contraire est fourni par la traduction française de Robinson Crusoe (1719) de Daniel Defoe. Dans sa traduction de 1836 – qui fait par ailleurs autorité (elle a été reprise dans l’édition de la Pléiade sous le titre de Vie et aventures de Robinson Crusoe) –, Petrus Borel omet par deux fois de traduire des références critiques à la religion catholique (Daniel Defoe/Petrus Borel, trad., 1972, p. 282 et 298).

7 Le héros est entraîné dans une « arnaque » montée par les caciques du commerce et de l’industrie avec le soutien actif du gouvernement : il s’agit de donner aux Américains à rêver à la colonisation de Vénus, alors que Vénus est un enfer inhabitable. Le traducteur (Planète à gogos, traduction de Jean Rosenthal) traduit de façon exceptionnelle des mots-fiction publicitaires (« cigarettes Mégogosses » pour « Kiddiebutt cigarettes », p. 4 ; le « Surcafé » pour « The Coffiest », p. 5, etc.). Il adapte aussi les références culturelles lorsque la compréhension est en cause : « Paul Pry » est rendu par « Tartufe » et « John Jacob Astor » par Lyautey. On trouve dans Galaxie une critique comparable du mercantilisme (cf. les récits à suivre sur le thème des Décontaminateurs de planètes, par Robert Sheckley).

8 Dans le Silence de la terre/Out of the Silent Planet, il est fait allusion aux bêtes éthérées de Chaucer et au platonicien du XIIe siècle, Bernardin Silvestris.

9 Dans When Worlds Collide, Tony explique à Ève la soudaineté de leur amour en citant Kipling : « Aucun bonheur n’est plus grand que celui ravi dans l’ombre du glaive » [la catastrophe naturelle les a saisis, ce qui les a brusquement révélés l’un à l’autre].

10 Il arrive certes que le traducteur s’amuse manifestement à « adapter », comme Henriette Nizan dans la traduction de The Last Spaceship/Le dernier Astronef, qui parodie Baudelaire. À la vue du spectacle que lui offre la planète visitée, le narrateur s’exclame : « Tout n’était que beauté, calme et dignité » (p. 216).

11 Dans ce dernier roman, qui est une véritable anthologie des stéréotypes les plus éculés (manichéisme, sexisme, sentimentalisme hollywoodien, puritanisme, scientisme, etc.), on trouve sous la plume du traducteur M. Bertin : « Quelques instants plus tard, Crane suggérait qu’ils prissent des notes [...] » (p. 150) [le héros savant milliardaire est amoureux de la « vraie femme » (sic, p. 150) qui lui sert d’assistante et à laquelle il dicte des notes.]

12 Comme on le voit, nous prenons le concept de « décentrement » dans un sens quelque peu différent de son emploi par Meschonnic (1973, p. 308).

13 Dans cette catégorie, il faut certes ranger les pseudo-traductions, comme J’irai cracher sur vos tombes ou Et on tuera tous les affreux de Vian-Sullivan, avec la différence considérable dans le cas de Vian qu’il s’agit de pastiches de romans américains bien plus que des imitations formulaïques de ces romans.

14 Il s’agit de traits non pertinents dans la sémiotique de la science-fiction. Ainsi, par exemple dans Beyond This Horizon/L’Enfant de la science de Robert Heinlein, on s’adonne au « sport vénérable qui consiste à dissoudre dans l’alcool les problèmes du monde » (p. 65).

15 Dans « Pierre Kast et Boris Vian s’entretiennent de la science-fiction », Vian remarque : « C’est un moyen extrêmement commode de s’exprimer en Amérique que de transposer [une situation] sur la planète X, alors qu’on n’oserait pas imaginer dans un monde américain les problèmes qui se posent sur cette planète X, et qui feraient qualifier leurs auteurs de communistes, au moins de cryptos, s’ils les exposaient franchement. »

16 Les débats politiques qui agitent la société américaine de l’après-guerre tendent à s’imposer dans divers champs culturels (littéraire, anthropologique...), l’ordre du jour en vigueur dans le champ politique surdéterminant l’espace culturel. On le voit clairement dans le roman anthropologique d’Elenore Smith Bowen (pseudonyme de Laura Bohannan) Return to Laughter (1ere éd. : 1954), qui conte sur le mode ironique les difficultés d’une jeune anthropologue à s’intégrer pour la première fois à la société où elle s’efforce de mener ses recherches, sa propre culture étant un écran dans cet effort d’intégration. Mes remerciements à l’anthropologue Fernand Filion pour avoir attiré mon attention sur l’avant-propos assez désabusé de David Riesman dans la réédition de 1964 de Return to laughter.

17 Par contre, parmi les œuvres des auteurs mentionnés, celle d’Ursula K. Le Guin constitue une réussite exceptionnelle, par l’ampleur de sa perspective anthropologique (cf. The Left Hand of Darkness, 1969) et par sa capacité à rencontrer un large public de lecteurs et à le fidéliser. Pour Gérard Klein (1977), le trait le plus significatif de l’œuvre de Le Guin est qu’elle ne confond pas « le sort de son groupe social avec celui de la civilisation, de l’humanité, voire de l’avenir entier » (p. 49).

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.