Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la traduction

 | 
Jean-Marc Gouanvic

Chapitre V. Le parachutage de la science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950 : la traduction et ses modèles

Texte intégral

1La formation d’un champ français de science-fiction se traduit par une autonomisation de la problématique légitime pour le genre. Cette problématique reposant largement – mais non de façon exclusive – sur ce qui apparaît légitime dans l’espace culturel américain de l’époque, nous allons examiner comment l’institution littéraire (surtout les éditeurs) se positionne par rapport aux modèles de la tradition française. Les formules éditoriales (collections et revues spécialisées) ayant été importées, comment les éditeurs se négocient-ils une niche dans le champ français en voie de constitution ? Pour répondre à cette question, nous allons examiner les modèles socio-discursifs en présence.

Les modèles socio-discursifs en présence

  • 1 The War of the Worlds (1899) de H. G. Wells est l’un des héritiers les plus célèbres du récit de Ch (...)
  • 2 Cf. I. F. Clarke (1966), qui analyse l’émergence, le développement et l’extinction de ce type litté (...)

2Par « modèles socio-discursifs », nous entendons les classes de récits (hérités ou non des traditions nationales indigènes) qui, à travers des thématiques relativement homogènes, actualisent des positions dans l’espace social à une époque donnée. Ainsi, dans le champ des littératures populaires de l’Angleterre des années 1870, font florès des récits de guerres futures. Ces récits visent à galvaniser les forces nationales pour la préparation de la prochaine guerre et pour la victoire grâce aux innovations technologiques. Le paradigme en est The Battle of Dorking (1871) de George Chesney, qui sera traduit en de nombreuses langues et connaîtra de multiples imitations1. Ce modèle du récit des guerres futures tombera en désuétude à partir des années 1890 avec l’agglomération de thèmes hétérogènes au discours sur la défense de la nation, en particulier des intrigues sentimentales2.

3Pour ce qui est de la France des années 1950, il existe un certain nombre de modèles disponibles, indigènes ou étrangers, et nous allons maintenant examiner quels sont ceux que les agents d’importation de la SF américaine en France ont cherché à acclimater. Procédons chronologiquement, en commençant par les livres.

1. Les livres publiés dans les collections spécialisées nouvellement créées

4« Le Rayon Fantastique » chez Hachette-Gallimard en dépit de son nom n’a absolument rien à voir avec le fantastique : 95 % des récits sont de la science-fiction pure et dure, avec une dimension vraiment scientifique, conformément aux idées de Raymond Queneau et de Boris Vian sur la SF. Cette collection ne compte pas que des chefs-d’œuvre, mais l’ensemble demeure de très haute qualité (les éditions J’ai lu rééditeront presque tous ces titres dans les années 1970, ce qui est un signe de l’accession de cette collection au statut de pépinière de classiques). Pourquoi Fantastique, peut-on se demander ? Est-ce parce que Gallimard, qui appartient au circuit lettré, n’est pas d’emblée prêt à lier son nom à cette littérature qui soulève les passions, en dépit de la caution de Raymond Queneau ? Cela est possible. En réalité, il est probable que l’initiative de la création du Rayon Fantastique soit venue de Hachette et de Georges-Hilaire Gallet, dont on connaît la tentative pionnière de présenter la science-fiction américaine aux lecteurs français avant-guerre. Mais pourquoi Hachette aurait-elle opté pour « Fantastique », alors que cette maison n’a guère montré de timidités éditoriales en faisant l’acquisition de l’œuvre de Jules Verne et en fondant une collection de romans scientifiques intitulés « Collection du Prix Jules Verne » (1927- 1932) ? Hachette occupe depuis sa fondation une place à part dans l’institution culturelle française, celle d’éditeur pour la jeunesse (la Bibliothèque verte en est l’un des fleurons), d’éditeur de livres scolaires et d’éditeur de quelques grands auteurs étrangers : Dickens, George Eliot, Thomas Hardy pour la littérature anglaise, mais aussi les Russes Gogol, Pouchkine et Tourgueniev.

5Quant à Gallimard, on se souviendra que cet éditeur avait, immédiatement avant la guerre, publié les romans de science-fiction de Jacques Spitz sous l’étiquette « romans fantastiques ». Au-delà de Spitz, Fantastique renvoie bien sûr à Mérimée et à Maupassant. La désignation de fantastique est donc ici sentie comme une contrainte par laquelle il faut passer pour publier de la science-fiction. Cette contrainte est encore forte dans le champ littéraire français après la guerre, comme l’atteste le titre de l’un des premiers essais français sur la science-fiction : Une succursale du fantastique nommée science-fiction, de Jacques Sternberg (1958a). L’auteur de cet essai dilue la science-fiction dans le grand ensemble du fantastique en ne lui reconnaissant pas de spécificité ; il est à noter que cette position est largement responsable de l’état de dispersion dans lequel ont été maintenus les romans de conjecture rationnelle avant Gemsback.

  • 3 Voir au point 2 l’usage fait par la revue Fiction du terme « Anticipation ».

6En 1951 également apparaît la collection « Anticipation » des éditions Fleuve Noir. Le nom de la collection renvoie à la tradition des romans populaires et non à la littérature lettrée comme le fantastique. Le représentant par excellence de l’anticipation est en France Albert Robida ; ses œuvres ont été publiées dans le circuit de la littérature populaire notamment sous forme de fascicules. Le titre « Anticipation » ne correspond guère aux thèmes abordés dans les livres qui sont surtout des aventures spatiales et extraterrestres sans que les auteurs tentent le moindrement d’anticiper sur un état à venir de la société ou même sur la conquête de l’espace3. Cette collection « de hall de gare » (comme la nomment ses détracteurs) est le visage honteux de la science-fiction, au point que la revue Fiction l’occultera pendant des décennies, ne lui accordant pas une ligne de compte rendu critique.

7« Présence du futur » des éditions Denoël est la collection intellectuelle et lettrée, celle qui profite du mouvement d’intérêt pour la SF tout en maintenant une distance respectable avec les auteurs que publie par exemple « Le Rayon Fantastique ». On ne s’autorise de la SF chez Denoël que les auteurs poétiques et nostalgiques comme Ray Bradbury, qui est le premier auteur de la collection, les auteurs fantastiques comme Lovecraft (c’est la collection où le fantastique lettré est le plus présent) et les auteurs du mainstream (c’est-à-dire du champ de la littérature « générale », non-SF) français comme Jean-Louis Curtis, lesquels sont dans la tradition de la conjecture rationnelle française d’avant la guerre. Ici, le titre connote faussement des récits anticipatifs, que la collection publie peu.

2. Les périodiques : la revue Fiction

  • 4 Cf. l’article que George Slusser (1989) a consacré à Fiction dans Science-Fiction Studies, où il fa (...)

8Le paratexte de la revue Fiction est extrêmement révélateur de la position que la revue entend occuper dans le champ de la science-fiction. Son sous-titre est : « La revue de tous ceux qui s’intéressent à la fiction romanesque dans le domaine de l’étrange, du fantastique, du surnaturel, de l’anticipation scientifique ». Fiction d’emblée se situe dans la tradition française de mélange des genres non mimétiques, cette tradition même qui – encore une fois – a contribué à maintenir les conjectures romanesques rationnelles dans un état complet de dispersion autant aux États-Unis qu’en France. Fiction publie un peu de tout, notamment des auteurs français du circuit lettré, tel qu’André Maurois, et les textes de science-fiction américains modernes du Magazine of Fantasy and Science Fiction en traduction présentés sous l’étiquette de l’anticipation scientifique. Cette étiquette n’est pas indifférente : l’anticipation est la désignation générique dominante dans les conjectures rationnelles de tradition française. Elle fait l’objet d’un consensus très large dans l’espace social français, par la convergence de l’anticipation populaire à la Robida, des anticipations wellsiennes fort appréciées des lettrés et même par une lecture anticipative de Jules Verne, promu au rang de prophète du développement scientifique. Cette désignation est extrêmement opératoire dans la mesure où elle est fondée sur un topos hégémonique de la théâtralisation de l’histoire dans la littérature : il existe des lois de l’histoire qui ne sont pas différentes des lois de la nature et on peut prévoir l’avenir comme on peut prévoir les réactions des corps physiques et chimiques, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Cette conception positiviste de l’histoire est aussi celle de la science-fiction à l’américaine, à la différence près que les auteurs américains sont fascinés par les développements des merveilles scientifiques et technologiques et de leurs effets sociaux, quand les auteurs français ressentent une peur panique à l’égard de la science, ne la mettant en scène que pour en faire voir le visage déshumanisant et pour présenter l’histoire comme un enfer et la société future comme une fourmilière dans laquelle la liberté individuelle a disparu. Les modèles de cette idéologie hégémonique, ce sont Aldous Huxley (Brave New World) et George Orwell (1984), qui appartiennent au circuit lettré et refusent farouchement tout lien avec la science-fiction. Le refus militant de se trouver mêlé à la SF est l’indice d’un positionnement idéologique exclusif dans le champ de la littérature lettrée. Fiction peut assumer une position privilégiée de rassemblement de tendances traditionnellement antagonistes dans le champ des littératures non mimétiques, par une convergence exceptionnelle d’une part du Fantastique canonique à la française, de celui d’Edgar Poe revisité par Baudelaire et de la science-fiction américaine4. Seule la collection « Anticipation » des éditions Fleuve Noir est exclue de ce que Fiction estime acceptable dans le champ nouvellement constitué.

3. L’hétérogénéité des modèles discursifs : le ménage à trois Verne-Wells Poe

9L’analyse des modèles discursifs dans le genre SF permet de délimiter dans l’ensemble des textes publiés dans la culture française les modèles traductifs qui trouvent à s’actualiser. Si la SF américaine, on l’a vu, s’est constituée sur le modèle prédominant du roman scientifique vemien, mais également sur le conte étrange à la Poe et sur le modèle du roman de critique sociale d’H.G. Wells, ces trois modèles sont loin de faire bon ménage. Le ménage à trois est possible à condition que la suprématie de Verne soit incontestée, Wells jouant les seconds rôles et Poe ne recevant qu’une portion congrue de l’espace d’édition. Il demeure que la niche faite au conte étrange ou bizarre (« weird tale ») dès la constitution du genre est un précédent dont les imitateurs pourront se réclamer sans risquer d’être accusés de trahir le modèle fondateur.

4. Modèles discursifs antagonistes et choix de textes à (faire) traduire

  • 5 C’est ainsi que, dans les années 1980 et faisant suite au succès de films tels qu’Excahhur, la plup (...)
  • 6 On ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec le goût de l’équipe de la NRF pour la psycholo (...)

10L’intérêt d’une étude des modèles traductifs d’un genre nous paraît riche d’enseignements pragmatiques. Ainsi, l’auteur qui écrit de la SF, l’éditeur qui en publie, le traducteur qui en traduit bon gré mal gré situent leur activité par rapport aux positions possibles dans la tradition du genre telle qu’elle trouve à se réaliser dans le champ à l’époque en cause (contribuant ainsi à modeler le champ). L’éditeur français peut souhaiter faire traduire les récits et les auteurs américains qui sont les vecteurs de modèles socio-discursifs en vogue aux États-Unis. Cet éditeur français a devant lui une gamme de textes appartenant à des modèles socio-esthétiques extrêmement diversifiés, antagonistes même : (1) l’« heroic fantasy » à la Conan (de Howard), modèle des épopées fantastiques barbares, mélanges paranoïaques de force brutale et d’ésotérisme mystique5 ; (2) l’anti-utopie (ou dystopie) à la Huxley sur le thème notamment des dangers de la science et les risques de déshumanisation ; (3) l’utopie annonçant des lendemains qui chantent (État mondial, village planétaire, écologisme...) ; (4) les fictions psychologisantes : si la SF s’est constituée sur l’appel de la nouvelle frontière, celle de la conquête de l’espace cosmique, aujourd’hui le modèle dominant est celui qui prétend découvrir le seul espace qui compterait : l’espace intérieur6. Qu’il en ait conscience ou non, l’éditeur prend position sur la question de l’avenir social en choisissant ce qu’il fera traduire.

Conclusion : Transformation et détournement discursifs par la traduction

  • 7 Cf. l’analyse sémiotique de cette question au chapitre VI.
  • 8 Il en va tout autrement d’une adaptation ; dans ce cas, les déplacements sont ceux que l’on observe (...)
  • 9 Bernard Blanc écrit : « D’autres, comme Norman Spinrad, font le même boulot [que l’auteur français (...)
  • 10 Philip K. Dick fut l’invité du Festival de science-fiction de Metz en 1977, dans le cadre duquel il (...)
  • 11 Cf. les essais de Jean Baudrillard sur la science-fiction parus dans Simulacres et simulation (1981 (...)
  • 12 Les traductions-adaptations tronquées, non signées, publiées dans Galaxie ne peuvent en aucune mani (...)

11Les différents textes sont extrêmement lourds de modèles discursifs antagonistes, et le choix de l’éditeur est déterminant lorsqu’il s’agit de décider de ce qui va être traduit. Il en résulte que les déplacements, manipulations, transformations que peut opérer une traduction sont souvent quantité négligeable dans la signifiance générale du texte traduit7 du fait que les modèles socio-discursifs sur lesquels reposent les « manières de traduire » constituent l’essence même de la fiction8. En traduction, les transformations discursives les plus radicales relèvent d’effets de réception dans les groupes sociaux cibles. On peut alors parler d’un véritable détournement – notion assez fréquemment utilisée par les traductologues pour désigner cette manipulation – de l’œuvre source. Alors, les modèles socio-esthétiques sont mis dans la société cible au service d’intérêts idéologiques sans relation avec ceux du texte dans la société source. C’est ainsi qu’un auteur américain comme Norman Spinrad a été adopté en France dans les années 70 par l’extrême-gauche post-soixante-huitarde9. Philip K. Dick a subi un autre type de manipulation, qui fait de lui un écrivain postmodeme et libertaire. Alors qu’aux États-Unis son œuvre ne trouvait qu’un écho assez mitigé (sauf auprès de l’équipe de Science-Fiction Studies), en France elle a connu un succès considérable10 jusqu’à être récupérée après coup par Jean Baudrillard11. Comment s’effectue cette manipulation ? Chaque cas est à examiner soigneusement (voir le chapitre VI). Cependant, disons dès maintenant que, contrairement à ce que Clem Robyns (1990) a trouvé en ce qui concerne la traduction de la Série noire, la traduction de la science-fiction n’a – en dépit de sa marginalité et de son éviction hors du cadre de la Littérature – été à notre connaissance jamais traitée sur le mode des Belles Infidèles12 et n’a que rarement été prise à la légère. La relation de la France de l’après-guerre avec les États-Unis apparaît sans commune mesure avec celle qu’entretient la culture française classique avec l’Antiquité gréco-romaine, du moins sous le rapport qui nous occupe ici, du genre de la science-fiction et de la littérature canonique réaliste.

Notes

1 The War of the Worlds (1899) de H. G. Wells est l’un des héritiers les plus célèbres du récit de Chesney.

2 Cf. I. F. Clarke (1966), qui analyse l’émergence, le développement et l’extinction de ce type littéraire de façon détaillée.

3 Voir au point 2 l’usage fait par la revue Fiction du terme « Anticipation ».

4 Cf. l’article que George Slusser (1989) a consacré à Fiction dans Science-Fiction Studies, où il fait ressortir la créativité éditoriale de la revue de M. Renault et de ses proches collaborateurs, dont Jacques Bergier.

5 C’est ainsi que, dans les années 1980 et faisant suite au succès de films tels qu’Excahhur, la plupart des éditeurs français (sauf quelques-uns comme Robert Laffont sous l’influence de Gérard Klein, son directeur littéraire) se sont engouffrés dans la vogue de l’« heroic fantasy » américaine. Ce type de récits a, après quelques années, retrouvé sa médiocre place dans le champ de la science-fiction française.

6 On ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec le goût de l’équipe de la NRF pour la psychologie en littérature. Cela ne signifie pas pour autant que le traitement de la psychologie en science-fiction aurait trouvé grâce à ses yeux.

7 Cf. l’analyse sémiotique de cette question au chapitre VI.

8 Il en va tout autrement d’une adaptation ; dans ce cas, les déplacements sont ceux que l’on observe aussi dans la traduction intersémiotique (pour parler comme Roman Jakobson), qui n’est pas une traduction stricto sensu. En outre, il serait intéressant d’analyser un corpus de « traduction intersémiotique » où le changement de système sémiotique serait effectué à partir d’une œuvre source dans une langue étrangère (par exemple l’adaptation cinématographique en français d’un roman russe non encore traduit).

9 Bernard Blanc écrit : « D’autres, comme Norman Spinrad, font le même boulot [que l’auteur français Jean-Pierre Andrevon et que le magazine La Gueule ouverte] outre-Atlantique. Dans Jack Barron et l’éternité (Laffont) il montre comment la science sert les intérêts d’un milliardaire au détriment du peuple. A travers cette analyse sans fard de l’Amérique contemporaine perdue dans ses rêves mégalomanes l’auteur démonte une machination hautement symbolique. [...] Avec un langage volontairement ordurier (car, après les Black Panthers, Spinrad a compris que dans certains cas l’injure peut avoir puissance révolutionnaire) Jack Barron et l’éternité montre le vrai visage de la science dans notre société : moyen, littéralement, de sucer la substance des peuples au profit des Dracula au pouvoir » (1977, p. 178-179). L’œuvre étrangère traduite est clairement mise au service des intérêts du groupe d’extrême-gauche de la science-fiction française ; cependant le langage injurieux de l’auteur de science-fiction ne va pas de soi, puisqu’il faut convoquer les Black Panthers, dont la légitimité révolutionnaire semble inattaquable aux yeux du groupe, pour justifier ce langage « volontairement ordurier ».

10 Philip K. Dick fut l’invité du Festival de science-fiction de Metz en 1977, dans le cadre duquel il prononça une conférence que Jacques Goimard a publiée dans l’Année 1977-1978 de la science-fiction et du fantastique (J. Goimard, 1978). Dans sa présentation, J. Goimard écrit : « De tous les auteurs de science-fiction américains, Philip Dick est certainement le plus populaire en France : des romans comme le Maître du haut château et Docteur Bloodmoney (J’ai Lu) ont comblé l’attente d’une génération de lecteurs » (p. 127). Côté américain, Cari Freedman écrit dans Science-Fiction Studies : « When Philip K. Dick died in 1982, his career could not hâve been reckoned as precisely a failure, but neither was it, by the usual criteria, a roaring success » (C. Freedman, 1992, p. 145). Roger Bozzetto, quant à lui, parle d’une « love story » entre Dick et la France (1992, p. 153).

11 Cf. les essais de Jean Baudrillard sur la science-fiction parus dans Simulacres et simulation (1981).

12 Les traductions-adaptations tronquées, non signées, publiées dans Galaxie ne peuvent en aucune manière être assimilées aux Belles Infidèles. Cf. le chapitre VII, consacré aux traductions-adaptations publiées dans cette revue.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search