Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de la traduction

 | 
Jean-Marc Gouanvic

Chapitre IV. La traduction et ses agents : Boris Vian, Raymond Queneau et Michel Pilotin

Texte intégral

  • 1 Cf. l’article de S. Breuil dans Les Lettres françaises, où la science-fiction est condamnée comme u (...)

1Il ne suffit pas que les œuvres soient considérées comme de la « littérature » par leurs auteurs pour qu’elles soient effectivement tenues pour telles dans un espace culturel. On l’a vu à propos des romans de Jules Verne, que les critiques du Mercure de France et de la NRF excluent du circuit lettré. Cette exclusion fondée sur le classement « littéraire/non-littéraire » présuppose une idée du « littéraire » reposant entièrement sur les goûts des agents (principalement les critiques) qui s’érigent en arbitres de la littérarité. Cependant, ces goûts ne doivent pas être seulement entendus au sens de simples préférences des arbitres des élégances littéraires, tel critique préférant telle œuvre de tel auteur, quand tel autre critique placerait telle œuvre d’un autre auteur plus haut dans son panthéon personnel. Le cas de Verne est significatif de ce que l’on constate dans la réception du genre de la science-fiction dans sa totalité. Comme Verne, la SF dans son ensemble fait l’objet d’un déni de littérature, au prétexte que la thématisation de la science dans une fiction romanesque ne serait pas littéraire, à moins d’être mis au service de la psychologie des personnages. La position du non-littéraire dans le classement est assumée par le scientifique (et ses applications techniques) : la littérature risquerait de se trouver dénaturée par un contact avec la science. Inversement, la science n’aurait que faire de l’imaginaire littéraire1 assimilé à la « folle du logis ». Au chapitre V, nous verrons quelles sont les positions des agents sur ces questions. Dans le présent chapitre, nous allons examiner comment la science-fiction américaine est prise en charge en matière de traduction et de critique par les agents qui sont à l’origine de la formation du champ français de SF et par quels discours ils s’efforcent de légitimer l’implantation du genre dans l’espace culturel français.

1. Les agents Vian, Pilotin et Queneau

  • 2 Dans la revue Arts (numéro du 29 octobre-4 novembre 1953), R. Queneau publie un article intitulé «  (...)
  • 3 Propos rapportés par Noël Arnaud (1966, p. 81). La revue Astounding Science Fiction marque un saut (...)
  • 4 John W. Campbell Jr. considère que la science-fiction de qualité commence seulement en 1945 avec Th (...)

2Immédiatement après la guerre, un groupe d’intellectuels en tête duquel se trouve Boris Vian découvre la science-fiction américaine2 . Vian avait parmi ses amis Michel Pilotin, amateur boulimique de science-fiction américaine. C’est ce même Pilotin qui allait publier plusieurs articles sur la SF américaine sous le pseudonyme de Stephen Spriel et diriger la co-édition de Gallimard avec Hachette au « Rayon Fantastique ». Pendant des mois, selon le témoignage de Claude Léon, un ami du groupe, ils lisent les romans six par six, « dans la fièvre et l’enthousiasme », dit-il et la revue des « aficionados » Astounding Science Fiction3 . Parmi les romans, il y a The Martian Chronicles de Ray Bradbury, Pebble in the Sky d’Isaac Asimov, The World of Null-A d’Alfred van Vogt, trois récits significatifs de la poétique de l’altérité qui distingue la SF américaine de la science-fiction pré-moderne4.

a) Les textes traduits par Boris Vian

3Quelles sont les œuvres traduites par Vian et les stratégies traductionnelles et métatraductionnelles (les commentaires et les critiques) mises en place par Vian, Pilotin et Queneau pour faire reconnaître la science-fiction américaine dans l’espace culturel français ?

  • 5 Dans sa livraison du 6 au 12 janvier 1952 (n° 280), France-Dimanche titre pour annoncer la publicat (...)

4L’auteur de l’Herbe rouge et de l’Automne à Pékin est l’un des tout premiers traducteurs de la science-fiction américaine dès 1951. Il traduit d’abord « le Labyrinthe » de Frank M. Robinson, pour les Temps modernes en 1951. Cette nouvelle accompagne le premier article de Vian et Pilotin sur la SF : « Un nouveau genre littéraire : la Science Fiction ». Puis ce sont quatre traductions-adaptations publiées dans France-Dimanche en 19525 : « les Vivisculpteurs » de Wallace West, « le Veldt dans la nursery » de Ray Bradbury, « Pas bêtes, les gars de Bételgeuse » de William Tenn et « Si vous étiez un Moklin » de Murray Leinster. Trois de ces quatre nouvelles se caractérisent par leur ton humoristique, que Vian accentue nettement dans son adaptation. En 1953 c’est la novella de Lewis Padgett « Tout smouales étaient les borogoves » dans le Mercure de France, la traduction de The World of Null-A pour « Le Rayon Fantastique » chez Hachette-Gallimard également en 1953 et sa suite The Pawns of Null-A en 1957 chez le même éditeur.

5Voici un résumé des intrigues des quatre nouvelles publiées dans France-Dimanche, pour capter l’esprit de ce qui est en jeu dans les traductions effectuées par Vian.

  • « Les Vivisculpteurs » est une histoire de résistance au vieillissement et de mise en échec de la mort. En 2400, les êtres humains sont capables de se régénérer, de filtrer leurs souvenirs, de réorienter leurs pulsions, ce qui a pour conséquence de rendre caduque l’idée qu’il existe une fatalité ou un destin.
  • Dans « le Veldt dans la nursery », la nursery est une pièce à la technologie ultraperfectionnée où les enfants peuvent faire surgir par simple suggestion mentale le monde imaginaire de leur choix. Mais ce qui intéresse surtout les enfants, ce sont les animaux féroces du veldt africain. Craignant pour l’équilibre mental de leur progéniture, les parents décident de fermer la nursery. Ne l’entendant pas ainsi, les enfants attirent leurs parents dans la nursery après y avoir fait surgir le veldt et les lions, et ils les y enferment, avec le résultat qu’on imagine.
  • « Pas bêtes, les gars de Bételgeuse » est, sur le mode humoristique, une critique – ambiguë – du colonialisme par une sorte de mundus inversus. Des escargots extraterrestres à la politesse tout orientale débarquent un jour sur Terre. Aussi ridicules qu’elles puissent paraître, ces créatures sont dotées d’une intelligence remarquable et d’une technologie avancée. Ainsi, elles possèdent le secret de la longévité : il suffit de se faire irradier tous les dix ans dans des revitaliseurs. Intéressés, les Terriens acceptent de vendre les éléments radioactifs purs de la Terre contre des revitaliseurs. Les escargots, satisfaits du marché, repartent d’où ils étaient venus. La Terre connaît une ère de bonheur, jusqu’au moment où les revitaliseurs tombent en panne, sans qu’il soit possible de les réparer, car on s’aperçoit qu’ils tirent leur énergie de la radioactivité. Il y a deux morales à cette histoire. L’une est politique et pragmatique (elle promeut les seuls intérêts nationaux) : « Rappelez-vous le chef indien qui vendit New-York pour deux caisses d’eau de feu ». La deuxième est idéaliste et euphorisante : devant l’adversité les nations de la Terre s’unissent, forment un gouvernement mondial et parviennent à fabriquer de la radioactivité artificielle.
  • « Si vous étiez un Moklin » se passe dans un comptoir commercial sur une planète lointaine, où les indigènes très pacifiques possèdent le pouvoir étrange d’imiter les Terriens par sympathie. Pour leur rendre hommage, les Moklins offrent aux humains leurs répliques exactes en de nombreux exemplaires. Ce cadeau en apparence flatteur est empoisonné : les répliques sont dotées des caractères dont les humains sont les plus fiers. Pour conserver leur supériorité sur les répliques, les Terriens n’ont d’autre solution que de quitter la planète.

b) Les stratégies d’implantation et de consécration

  • 6 Pierre Kast (1962, p. 20), « Boris Vian », préface à la réédition de l’Herbe rouge, l’Arrache-cœur, (...)

6Pourquoi Vian choisit-il de traduire ces textes ? Ils possèdent des caractères qui sont en apparence contradictoires : ce sont des récits légers et des critiques sociales acérées, que Vian a manifestement pris plaisir à traduire. Ainsi, Pierre Kast rappelle « quel plaisir extrême Boris Vian avait pris à traduire la plus violente des nouvelles de Ray Bradbury « le Veldt dans la nursery », consacrée avec une vengeresse allégresse au prétendu paradis de l’enfance6 ».

7Ces traductions sont justifiées non par des nécessités économiques mais par des stratégies de diffusion, de légitimation et de consécration du genre. Et dans ces stratégies entrent des pratiques autres que spécifiquement traductionnelles. C’est le cas de l’article des Temps modernes, suivi de la traduction de la nouvelle de Frank M. Robinson. Cette nouvelle est une sorte d’illustration de l’essai de Vian-Spriel. La mise en relation étroite de la fiction avec le discours critique offre un modèle de lecture de l’une par l’autre. Or, l’analyse comparative des discours fictionnels en traduction et des discours critiques fait apparaître une remarquable cohérence des topoï.

Le topos du « genre nouveau »

8Les articles non seulement de Vian-Spriel, mais de Spriel et de Queneau, proclament que la science-fiction est un genre « nouveau » : c’est l’attaque préférée du trio, la démonstration consistant à dire en quoi il est nouveau. Ce qui le rend « nouveau », c’est d’abord qu’il opère la synthèse des deux cultures, la scientifique et la littéraire. Pour Vian, le lecteur idéal de science-fiction,

  • 7 Pierre Kast et Boris Vian (1958). C’est à la réédition de 1969 que nous renvoyons p. 28).

c’est le mathématicien, le physicien ou les gens très cultivés du modèle de Raymond Queneau, qui savent à la fois ce que l’on fait en littérature, ce que l’on fait en mathématiques, ce que l’on fait en physique. Ce sont les gens qui ne font pas un mur entre eux et une partie de la connaissance7.

  • 8 « Un robot-poète ne nous fait pas peur », Arts (10-16 avril 1953). Repris (notamment) dans le recue (...)

La science-fiction américaine met sous les yeux de l’homme moderne une image non spécialisée de lui-même que Vian n’hésite pas à rapprocher de celle de l’homme de la Renaissance. Vian, dans « Un robot-poète ne nous fait pas peur », écrit : « [On veut] faire de nous des travailleurs spécialisés [...]. Refusons [...]. Sachons tout. [...] L’avenir est à Pic de la Mirandole8. »

Le topos de la contestation des valeurs traditionnelles

  • 9 La Sémantique générale d’Alfred Korzybski n’est pas sans relation avec ce que l’on nomme communémen (...)

9Le second topos en ce qui touche la traduction de la science-fiction américaine est la contestation des valeurs traditionnelles. Nous avons déjà mentionné le plaisir pris par Vian à traduire « The Veldt » de Bradbury. C’est aussi pour son pouvoir rupturel que Vian choisit de traduire The World of Null-A. Ce roman est fondé sur les théories largement contestées d’Alfred Korzybski9. Pour Korzybski, d’une part notre langage reposerait sur le principe aristotélicien d’identité et de non-contradiction, d’autre part ce langage ne serait doté d’aucune nécessité absolue comme le montrerait (selon Korzybski) l’étude du langage mathématique. Pour l’auteur, une grande partie des maux dont souffre l’humanité proviendrait de l’inadéquation de notre langage avec les choses. Une telle théorie a l’avantage d’être grosse de potentialités pour l’écrivain de science-fiction, et les deux romans de van Vogt traduits par Vian réussissent à merveille à évoquer cette société d’êtres humains qui parviennent sur Vénus à vivre selon une logique non-aristotélicienne au terme d’une discipline toute mentale. La nouvelle de Lewis Padgett « Tout smouales étaient les borogoves » (dont le titre est une citation de Through the looking-glass de Lewis Carroll) entretient aussi avec les théories de Korzybski une relation privilégiée. Cette fois-ci, la Sémantique générale sert à redéfinir la démence et la normalité selon des critères non-aristotéliciens. Ces œuvres de van Vogt et de L. Padgett sont des exemples de la rupture épistémologique qui caractérise la SF américaine. Elles constituent une remise en question radicale des valeurs selon des paradigmes fictionnels non mimétiques.

L’« ivresse de la raison »

  • 10 Boris Vian et Stéphane [sic] Spriel (1951), p. 624.

10Enfin, Vian choisit la SF américaine pour la façon qu’elle a d’induire la lucidité du lecteur tout en gardant intact le plaisir de lecture : « La science-fiction double l’excitation affective d’une sorte d’ivresse de la raison de goût très spécial10. » Vian ne se fait pas l’apologiste d’une SF cérébrale : il craint l’esprit de sérieux par dessus tout et se garde bien de faire sortir la SF du circuit populaire.

2. Les points de chute de la science-fiction : la naturalisation des structures éditoriales américaines

  • 11 Il n’est pas indifférent pour les traductologues que la fantasy soit sentie comme appartenant spéci (...)

11La traduction de la science-fiction américaine en tant que genre, c’est avant tout l’importation de structures institutionnelles (notamment éditoriales) homologues à celles qui existent dans la culture source. Sans ces structures, la traduction des textes n’a pas lieu. Or, ces structures institutionnelles ne sont pas innocentes : elles sont porteuses de modèles qui déterminent des positions sur le marché des biens symboliques. Le modèle gemsbackien de constitution du genre SF est celui qui a réussi, mais cette réussite a été chèrement payée par une marginalisation et une ghettoïsation de cette littérature d’une part et par une coupure par rapport à la tradition de l’utopie et du débat social d’autre part. La SF du ghetto s’est complètement coupée des courants utopiques, pourtant bien vivants avant elle, alors qu’elle faisait une place au bizarre, à l’étrange et à certaines formes du fantastique, comme la fantasy11. La fantasy et le fantastique, avec leurs modèles discursifs propres, ont toujours tendu à entrer en polémique avec la SF en flattant les tendances antiscientifiques et ésotériques d’une partie du lectorat de SF.

12Cela dit, voici quelques repères historiques, où apparaissent la manière française de naturaliser les structures institutionnelles d’origine américaine.

1950 : Pour la première fois l’expression « science fiction » apparaît en français sur la jaquette de la traduction du roman The Humanoids de Jack Williamson publiée chez Stock. Ce sera le seul titre de la collection.

1951 : Les éditeurs Hachette et Gallimard s’allient pour publier la collection « Le Rayon Fantastique », où sont traduits les grands classiques de la science-fiction américaine (et anglaise, dans la foulée) : en tout 61 traductions entre 1951 et 1958.

  • 12 Il s’agit de John Russell Fearn (1908-1960), connu des lecteurs de la collection « Anticipation » s (...)

1951 : Les éditions Fleuve Noir fondent la collection « Anticipation », qui publiera 150 titres entre 1951 et 1960. La place qui y est faite aux traductions est réduite : sur ces 150 titres, une trentaine de traductions-adaptations dont la plupart d’un auteur britannique sans influence sur le genre12.

  • 13 Pseudonyme collectif de Frederic Dannay et Manfred B. Lee.

1953 : Fondation de la revue Fiction, par Maurice Renault, publicitaire passionné de littérature policière. C’est pour publier une revue de littérature policière (Mystère-Magazine en 1948) qu’il avait fondé les éditions OPTA. Mystère-Magazine, l’édition française de l’Ellery Queen’s Magazine, connaîtra un succès foudroyant. Renault se laisse convaincre de publier une adaptation française du Magazine of Fantasy and Science Fiction, d’Ellery Queen13, même si Renault ne s’intéresse pas du tout à la science-fiction.

  • 14 Voir l’analyse détaillée de ces questions au chapitre VII.

1953 : Galaxie (1ère série) paraît aux éditions Nuit et Jour, éditeur du magazine populaire Radar. C’est l’édition française de Galaxy Science Fiction dont elle reprend le logo américain tel quel. Ici, pour ainsi dire tout est traduit du magazine américain, et avec beaucoup de désinvolture : les textes sont mutilés, raccourcis pour des raisons d’espace. Paradoxalement, ce travail de traduction peu soigné et tronqué est intéressant en ce qu’il correspond souvent à un effort pour vraiment adapter le texte à la culture cible. Le nom des héros est francisé et parfois même celui des auteurs14. Il reste que, vice rédhibitoire, la lecture est gênée par l’absence de contrôle de la qualité. De nombreuses nouvelles et huit romans américains ont été publiés entre 1953 et 1959, date de fin de la première série de Galaxie (France). La quasi-totalité des textes de cette première série sera rééditée entre 1973 et 1977 après (soi-disant) « retraduction complète » par la revue Marginal. Une deuxième série de Galaxie sera lancée en 1964 sur des bases éditoriales sérieuses proches de celle de Fiction.

1954 : Les éditions Denoël prennent position dans le champ de la science-fiction avec la collection « Présence du futur ».

De 1958 à 1963, paraîtra la revue Satellite. Elle éditera de nombreuses nouvelles et une quinzaine de romans traduits de l’américain, sans attaches éditoriales américaines (contrairement à Fiction et Galaxie).

3. L’implantation durable de la science-fiction (américaine) en France

  • 15 Les idées de John W. Campbell Jr. sur la science-fiction comme littérature entrent en polémique ave (...)

13Les activités traductives de Vian et métatraductives de Vian, Queneau et Pilotin entraînent une mutation brutale et profonde du secteur traditionnellement occupé par la littérature enfantine (et notamment par Jules Verne et ses avatars). Ces agents sont au cours des premières années à peu près les seuls à exercer une activité traductive aussi bien que métatraductive dans le domaine de la science-fiction. Ils s’inventent une position dans le champ en émergence en faisant preuve d’un sens aigu des enjeux discursifs et des conditions de légitimité en vigueur. C’est que leur habitus d’agent comporte des traits en homologie avec l’habitus des agents actifs dans le champ de SF américain. La fondation d’Astounding Science Fiction par John W. Campbell Jr. est un coup de barre donné à la science-fiction en tant que littérature15 fondée sur une documentation scientifique sérieuse, ce qui emporte l’adhésion des principaux agents de la science-fiction américaine importée dans l’espace culturel français.

  • 16 La citation se poursuit ainsi : « [L]e travail par lequel l’artiste fait son œuvre et se fait insép (...)

14On peut avancer l’hypothèse en interprétant la théorie bourdieusienne en termes traductifs que, si la « créativité » des auteurs américains (traduits et non traduits) est le produit de « la rencontre entre un habitus socialement constitué et une certaine position déjà instituée ou possible dans la division du travail de production culturelle16 » dans un espace social donné, alors les introducteurs de la science-fiction américaine dans l’espace culturel français s’en font les agents du fait qu’ils ont trouvé dans la production étrangère des conditions homologues à celles dont ils sont eux-mêmes le produit. Les agents d’implantation de la SF en France se découvrent une connivence avec la pratique des agents américains (auteurs et éditeurs) par la convergence d’habitus analogues, que Vian décrit avec précision lorsqu’il fait l’apologie de la science-fiction dans ses articles critiques (cf. les topoï dégagés dans le présent chapitre). Il n’existe dans l’espace culturel français rien qui ressemble à la science-fiction américaine, en quoi ils auraient pu s’investir, parce qu’il n’existe pas de champ où peuvent se déployer les œuvres porteuses de discours analogues à ceux de la SF américaine. Malgré cela, les conditions existent dans l’espace culturel français pour que Vian, Queneau et Pilotin s’enthousiasment pour cette littérature lue dans l’original et se l’approprient en lui donnant des points de chute éditoriaux, en la traduisant et en en faisant la promotion active.

15Le choix des récits à traduire, les points de chute institutionnels tant de ces traductions que du discours critique (les Nouvelles littéraires, les Temps modernes, Critique et l’Observateur) imposent la science-fiction moderne de façon irréversible, même si des opposants farouches expriment très tôt leur aversion pour le genre. Ce sont par exemple les prises de position des Michel Butor (qui parle de « la Crise de croissance de la science-fiction » en 1953 dans les Cahiers du Sud), Arthur Koestler (« Lorsque l’ennui naît de la fantaisie », Preuves, octobre 1953), S. Breuil (« Anticipation ou escroquerie à la science ? » dans les Lettres françaises, 21-28 juillet 1955), Charles Dobzynski (« Une machine à décerveler » également dans les Lettres françaises, 3-9 mai 1956), René Marill Albérès (« Faillite de la fiction scientifique », Combat, 21 novembre 1957), François Truffaut (« À bas la science-fiction », Arts, 16 avril 1958). Il reste que le mouvement d’agitation culturelle et de traduction de la science-fiction américaine de l’immédiat après-guerre a suscité un lectorat ouvert aux valeurs de cette science-fiction, quand les auteurs français – et c’est là l’un des drames permanents de ces auteurs, à deux ou trois exceptions près – sont restés prisonniers de modèles discursifs qui ont plus à voir avec les récits de la science-fiction pré-moderne.

  • 17 Avec de notables exceptions, notamment Georges Mounin (« Poésie ou science-fiction ? », Les Temps m (...)
  • 18 Le champ français spécifique de science-fiction s’est constitué très tôt de façon reconnaissable, a (...)

16Ainsi, la science-fiction est vite ghettoïsée dans un champ subculturel autonome en France comme elle l’a été aux États-Unis. Les condamnations dont il a fait l’objet de la part des intellectuels17 et des journalistes de divers horizons n’ont d’autre effet sur son implantation que de conforter ses zélateurs dans la nécessité de constituer la science-fiction en un sous-champ spécifique18.

Annexes

Appendice. Les textes de science-fiction traduits par Boris Vian

Frank M. Robinson, « The Labyrinth » : « Le Labyrinthe », traduit par B.V., Les Temps Modernes, n° 72, octobre 1951, p. 628-646.

Wallace West, « Sculptors of Life » : « Les Vivisculpteurs », adapté par B.V., France-Dimanche, n° 286, semaine du 17 au 23 février 1952, p. 13 et (suite et fin) p. 12.

Ray Bradbury, « The Veldt », The Illustrated man, New York, 1951. Adapté par B.V., « Le Veldt dans la nursery », France-Dimanche, n° 288, semaine du 2 au 8 mars 1952, p. 6.

William Tenn, « Betelgeuse Bridge », Galaxy Science Fiction, vol. II, n° 1, avril 1951, p. 62-69. Adapté par B.V., « Pas bêtes, les gars de Bételgeuse », France-Dimanche, n° 289, semaine du 9 au 15 mars 1952, p. 10.

Murray Leinster, « If you was a Moklin », Galaxy Science Fiction, vol. II, n° 6, septembre 1951, p. 84-195. Adapté par B.V., « Si vous étiez un Moklin », France-Dimanche, n° 292, semaine du 30 mars au 5 avril 1952, p. 9.

Lewis Padgett [pseudonyme collectif de Henry Kuttner et Catherine L. Moore], « Mimsy were the Borogoves », New York, 1952. Traduit par B.V., « Tout smouales étaient les borogoves », Mercure de France, 1er juin 1953. Rééd. dans Univers de la science-fiction. Paris, Club des libraires de France, 1957, p. 283- 328, et dans Les 20 meilleurs récits de science-fiction (choisis et présentés par Hubert Juin). Verviers, éd. Gérard, Bibliothèque Marabout, 1964, p. 363-411.

Alfred E. van Vogt, The World of Ā (New York, 1948). Traduit par B.V., Le Monde des Ā, Paris, Gallimard, « Le Rayon Fantastique », 1953.

Alfred E. van Vogt, The Pawns of Null-A (New York, 1956). Traduit par B.V., Les Aventures de Ā, Paris, Gallimard, « Le Rayon Fantastique », 1957.

Notes

1 Cf. l’article de S. Breuil dans Les Lettres françaises, où la science-fiction est condamnée comme une « escroquerie à la science » (1955).

2 Dans la revue Arts (numéro du 29 octobre-4 novembre 1953), R. Queneau publie un article intitulé « La Science-fiction vaincra », où il fait état des activités science-fictives du groupe. Ils fondent un club des Savanturiers (qui deviendra ensuite la Société d’Hyperthétique) dont font partie, entre autres, Gaston Bachelard, Jacques Audiberti, Pierre Kast, Michel Pilotin, Boris Vian, Raymond Queneau. Le club se réunissait au bar La Reliure pour y boire, écrit Queneau, des « galaxies, coquetelles d’une belle couleur bleue de l’invention de Boris Vian ».

3 Propos rapportés par Noël Arnaud (1966, p. 81). La revue Astounding Science Fiction marque un saut qualitatif par rapport à Amazing Stories : sous la houlette de John W. Campbell Jr. à partir de septembre 1937, Astounding publiera bon nombre des auteurs appréciés de Vian et de ses amis.

4 John W. Campbell Jr. considère que la science-fiction de qualité commence seulement en 1945 avec The World of Null-A d’A.E. van Vogt, que Vian offrira de traduire à Gallimard (voir N. Arnaud, 1966, p. 85).

5 Dans sa livraison du 6 au 12 janvier 1952 (n° 280), France-Dimanche titre pour annoncer la publication d’une série de nouvelles américaines (au total onze, dont les quatre adaptations effectuées par Vian) : « Français, Attention ! Voici la “science-fiction” » (p. 1 et 11).

6 Pierre Kast (1962, p. 20), « Boris Vian », préface à la réédition de l’Herbe rouge, l’Arrache-cœur, les Lurettes fourrées.

7 Pierre Kast et Boris Vian (1958). C’est à la réédition de 1969 que nous renvoyons p. 28).

8 « Un robot-poète ne nous fait pas peur », Arts (10-16 avril 1953). Repris (notamment) dans le recueil Cantilènes en gelée (1970), p. 225.

9 La Sémantique générale d’Alfred Korzybski n’est pas sans relation avec ce que l’on nomme communément l’« Hypothèse Sapir/Whorf », selon laquelle « le langage est avant tout une classification et une réorganisation opérées sur le flux ininterrompu de l’expérience sensible, classification et réorganisation qui ont pour résultat une ordonnance particulière du monde » (B. L. Whorf, cité par Georges Mounin, Problèmes théoriques de la traduction, 1963, p. 46). Cette conception, parfois désignée sous le nom d’hypothèse « de Sapir, Korzybski et Whorf » (Mounin, ibid., p. 46, n. 2), est critiquée par Roman Jakobson dans « On Linguistic Aspects of Translation » (1966 [1ère éd. : 1959]).

10 Boris Vian et Stéphane [sic] Spriel (1951), p. 624.

11 Il n’est pas indifférent pour les traductologues que la fantasy soit sentie comme appartenant spécifiquement à la culture anglo-américaine, au point où aucune traduction française n’existe encore pour ce terme en 1998, même si d’assez nombreuses auteures francophones écrivent des récits de ce type. Tout se passe comme si le raccrochage (par la graphie) à un modèle anglo-américain constituait une plus-value dans le champ et devait, à ce titre, être préservée. On a ici un effet tout à fait analogue à celui de l’importation du xénisme Science Fiction, quoique à une moindre échelle.

12 Il s’agit de John Russell Fearn (1908-1960), connu des lecteurs de la collection « Anticipation » sous les pseudonymes de Vargo Statten, Volsted Gridban [également le pseudonyme d’E. C. Tubb] et Vector Magroon.

13 Pseudonyme collectif de Frederic Dannay et Manfred B. Lee.

14 Voir l’analyse détaillée de ces questions au chapitre VII.

15 Les idées de John W. Campbell Jr. sur la science-fiction comme littérature entrent en polémique avec celles d’Hugo Gemsback, pour qui la forme littéraire n’importait pas autant que le caractère vraiment scientifique des thématiques et de la documentation.

16 La citation se poursuit ainsi : « [L]e travail par lequel l’artiste fait son œuvre et se fait inséparablement, comme artiste (et, lorsque cela fait partie de la demande du champ, comme artiste original, singulier) peut être décrit comme la relation dialectique entre son poste qui, souvent, lui préexiste et lui survit [...] et son habitus qui le prédispose plus ou moins totalement à occuper ce poste ou – ce qui peut être un des préréquisits [sic] inscrits dans le poste – à le transformer plus ou moins complètement. » (Bourdieu, 1984, p. 210-211)

17 Avec de notables exceptions, notamment Georges Mounin (« Poésie ou science-fiction ? », Les Temps modernes, nov. 1955), Henri Lefebvre (« Vers un romantisme révolutionnaire », NRF, octobre 1957, où l’auteur fait preuve d’un bel enthousiasme à l’endroit des arts et des lettres préoccupés de l’avenir), Maurice Blanchot (« Le Bon usage de la science-fiction », NRF, 1er janvier 1959).

18 Le champ français spécifique de science-fiction s’est constitué très tôt de façon reconnaissable, au début des années 1950. L’un des meilleurs signes en est l’article du sociologue Robert Escarpit publié dans Le Monde : « Le “science-fiction” est-il un genre littéraire ? » (31 août 1954). On y lit notamment à propos de la revue Fiction : « La revue comporte des chroniques de livres et de films. Elles sont intelligentes et bien écrites, mais, selon la formule américaine, leur but un peu trop évident est de créer un mouvement d’idées – et par là un public spécialisé – autour du science fiction. Cela les conduit à un ton inutilement agressif de “défense” du science fiction et à une attitude doctrinale qui risquent de scléroser le genre » (p. 12).

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.