Version classiqueVersion mobile

Sociologie de la traduction

 | 
Jean-Marc Gouanvic

Chapitre III. Deux nouvelles tentatives sans lendemains avant la Seconde Guerre mondiale : Régis Messac et Georges-Hilaire Gallet

Texte intégral

1La science-fiction qui va se cristalliser de façon durable aux États-Unis est globalement porteuse des caractères socio-esthétiques qui vont contribuer à faire reconnaître cette production comme un genre spécifique. L’examen des œuvres de la période qui va de la fin des années 20 à l’immédiat après-guerre montre cependant que la science-fiction de cette époque est porteuse de valeurs qui subiront un aggiornamento radical à partir d’Hiroshima et dès le début de la guerre froide. Pour le sociologue Gérard Klein (1977, p. 27, et sqq.), la SF américaine a connu une période d’« optimisme et de foi dans le progrès scientifique » des années 30 jusqu’à la guerre froide, passant après la guerre par une phase de « scepticisme confiant ». La science-fiction des années 30 et 40 est celle qui envahira la société française en traduction à partir de 1950 sous l’impulsion du trio Vian, Pilotin, Queneau, comme on le constatera au chapitre suivant. Et c’est cette SF scientifico-technologique porteuse de changement social qui va intéresser Vian et Queneau, comme le montre l’analyse des articles qu’ils ont publiés, entre autres, dans les Temps modernes et dans Arts.

1. La traduction comme parcours géopolitique

1.1 La traduction au cœur de la science-fiction

2D’emblée – on l’a vu –, la science-fiction est placée sous le signe de la traduction, ce mot pris au sens de contact de cultures, en la personne d’Hugo Gemsback. Par ses origines européennes, il connaît bien « les Voyages extraordinaires » de Jules Verne et les anticipations d’H.G. Wells lorsqu’il fonde en 1911 le magazine d’ingénieurs Modem Electric, où il publiera des récits de vulgarisation scientifique. Les trois figures qui lui serviront de garants et de modèles en 1926 lorsqu’il fondera Amazing Stories (Verne, Wells et Poe) font que la science-fiction américaine est d’une certaine façon l’héritière de trois modèles culturels, américain, français et britannique, avec la ré interprétation très particulière que Gemsback et les auteurs américains des années 20 et 30 font subir à ces auteurs, choisissant de privilégier les récits d’optimisme technologique de Verne, retenant de Wells surtout le schéma de l’altérité extra-terrestre menaçante et de Poe l’épouvante gothique (que l’on retrouve aussi chez le Wells de The Time Machine, sous la forme de la « Chose » innommable émanant de l’océan).

3Née dans la vieille Europe, la proto-science-fiction de Verne et de Wells passe en Amérique par le truchement de l’agent Gemsback et subit une transformation radicale par la rencontre d’un nouveau public. Ce public peut être dit « nouveau » non pas seulement parce qu’il est américain, mais parce qu’il est constitué ni exclusivement d’adolescents comme pour Verne, ni du public lettré victorien comme dans le cas de Wells. Le genre en devenir est intériorisé et réinterprété par ce nouveau public américain, et cette réinterprétation\retraduction est l’occasion d’une mutation socio-esthétique qui devra attendre après la Seconde Guerre mondiale pour trouver un point de chute en France.

1.2 L’échec des tentatives de reconnaissance de la « science-fiction » avant 1920

4Cela étant, la question est la suivante : comment se fait-il que toutes les tentatives de faire reconnaître la science-fiction avant 1920 aient échoué en France ? Les récits existent, en grand nombre, parfois de la plume de noms célèbres, Léon Daudet, André Maurois, par exemple, parfois d’écrivains populaires au public fidèle. Le modèle imaginaire dominant en France, aussi bien au XIXe siècle que jusqu’à la moitié du XXe, est premièrement une peur panique à l’endroit de la science et de la technologie en tant que porteurs de changement social, deuxièmement la négation de toute altérité reconnue en tant que telle, troisièmement un recours répété aux canons de la culture haute. Ces caractéristiques discursives sont observables de façon inégale dans les récits. Par exemple, chez Verne, ce n’est pas la peur de la science qui est caractéristique – bien au contraire –, mais la négation de toute altérité, sous quelque forme que ce soit : chez Verne, pas d’extraterrestre, pas d’extériorité, pas de métamorphoses. Lorsque les auteurs comme Jean de La Hire, Gustave Le Rouge ou Léon Groc, aussi bien qu’André Maurois et Léon Daudet, mettent en scène l’altérité ou les possibles métamorphoses, c’est invariablement pour les nier in fine. Le schéma est presque entièrement centripète, là où la SF américaine s’efforce de penser l’autre, le différent, la mutation.

5Seuls Rosny et Renard auraient pu ouvrir la voie à un courant de SF comparable à celui qui se développera aux États-Unis. L’étalage de la culture bourgeoise et le mépris manifeste pour le « peuple » (cas de Renard) les coupent irrémédiablement du public naturel de ce genre, tout en ne parvenant pas à intéresser le public lettré à ces productions qui ne méritent pas d’être classées « littérature ».

2. Les tentatives de traduction de la SF américaine en France après 1930

2.1 Régis Messac et Georges-Hilaire Gallet

6De fait, entre 1928 et 1950, des agents français qui travaillent à l’implantation de la science-fiction américaine en France tenteront de faire reconnaître la « merveille des merveilles », la science-fiction. Ici, le parcours de Gemsback s’inverse. Régis Messac, lors de son séjour à l’université McGill de Montréal à la fin des années 20, découvre la science-fiction américaine et, de retour en France, tente de l’imposer. Ayant compris que la création de structures éditoriales autonomes conditionne toute l’entreprise d’implantation, il fonde en 1935 une maison d’édition à Issy-lès-Moulineaux, « la Fenêtre ouverte », et une collection spécialisée, « les Hypermondes ». Il traduit et publie la Guerre du lierre (recueil de trois récits, dont un, éponyme) de l’Américain David-Henry Keller, auteur de la première heure d’Amazing Stories, ainsi que deux romans satiriques de sa propre main. La collection ne connaîtra que ces trois titres. À la même époque, c’est-à-dire à partir de 1935, paraissent dans les illustrés Hurrah, Robinson et Aventure des traductions de bandes dessinées américaines de science-fiction : Buck Rogers, Brick Bradford et Flash Gordon. En bande dessinée, la pénétration de la science-fiction américaine sera considérable dans la France d’avant la guerre. Mais cette science-fiction destinée à un public très jeune est massivement celle des super-héros, tendance qui se confirmera après la guerre avec les Batman, Spiderman, Fantastic Four, Hulk, etc.

7Dans le domaine du roman et de la nouvelle, un autre essai d’implantation mérite d’être mentionné, celui qui a consisté à créer un magazine exclusivement de science-fiction, plutôt qu’une maison d’édition. Le maître d’œuvre est Georges-Hilaire Gallet. Tôt en contact avec le fandom américain de science-fiction, il lance en France un hebdomadaire intitulé Conquêtes un peu avant que n’éclate la guerre. Gallet confiera à Harry Warner Jr. (1969), le chroniqueur du fandom de science-fiction américain :

C’est la première tentative depuis longtemps de construire un champ de science-fiction en France. Il faut commencer lentement pour accoutumer son public à un climat tout à fait nouveau, (p. 161 ; notre trad.)

La guerre coupera court aux efforts de Gallet. Mais il reste que, selon lui, le public français n’était pas encore prêt pour la science-fiction.

8Donc, si l’on excepte la bande dessinée et la science-fiction super-héroïque, toutes les tentatives de traduction de la science-fiction américaine échouent, en dépit des efforts des agents Messac et Gallet. À partir de 1930, le parcours géopolitique des traditions et des modèles exportés change de sens comme les agents qui en sont les vecteurs. À l’inverse de Gemsback, qui exporte le roman scientifique vernien en Amérique, Messac et Gallet s’efforcent d’importer la nouvelle littérature en France. Mais importer la nouvelle littérature, c’est pour eux non seulement traduire des textes, mais importer les modèles éditoriaux de la subculture américaine.

2.2 Le parcours géopolitique décisif de la traduction : le tournant de la Seconde Guerre mondiale

9Avec l’entrée en guerre de l’Amérique, s’effectue le troisième parcours géopolitique de la traduction de la science-fiction américaine, celui des soldats américains libérateurs de Paris. Ces soldats sont les agents privilégiés de la culture américaine nouvelle qui s’exprime notamment dans la science-fiction, le roman de la série noire (lequel sera aussi traduit massivement chez Gallimard) et dans le jazz. Ce qui avait eu tant de mal à s’exprimer avant la guerre soudain envahit la France sous l’impulsion de l’équipe de choc Vian-Queneau-Pilotin. Le phénomène ne tardera pas à s’étendre à plusieurs autres pays d’Europe.

10À quoi les succès (aux États-Unis à partir des années 20 et en France à partir de 1950) et les échecs (en France avant 1950) de l’implantation et de la traduction de ce genre littéraire sont-ils dus ? Leon Stover, dans la Science-fiction américaine : Essai d’anthropologie culturelle (1972) note qu’après la Première Guerre mondiale la société américaine connaît une accélération de l’industrialisation de la recherche scientifique. C’est alors que s’implante la R. & D., la Research and Development. L’émergence de la SF américaine a historiquement correspondu à la montée de la fraction technicienne de la classe moyenne américaine. La constitution et le succès du genre SF sont étroitement liés à l’apparition de cette nouvelle catégorie sociale de culture technico-scientifique qui cherche à s’investir dans une littérature susceptible de représenter sa vision du monde et d’en faire la promotion.

3. Traduire les textes, traduire les modèles institutionnels

  • 1 Loin de nous l’idée de minimiser l’opposition – parfois farouche – aux « valeurs américaines » que (...)

11Traduire cette littérature dans une autre société avec quelque chance de succès auprès du public suppose une catégorie sociale dont les intérêts et les aspirations seraient homologues à ceux de la culture source américaine et suppose aussi que le public potentiel soit effectivement atteint. L’échec total des efforts de Renard au début du siècle, de Messac et de Gallet, après l’émergence de la SF américaine, tient essentiellement à l’absence dans l’espace culturel français avant 1939-1945 d’un public qui aurait intériorisé les valeurs du changement social et l’attrait pour l’altérité qui s’expriment à travers la SF américaine. Par contre, ce qui paraissait impossible avant la guerre semble emporter un assentiment assez large dès après la guerre : le mouvement d’intérêt pour la SF dénote sinon encore une mutation profonde de la société française, du moins un appel au changement qui prend la forme d’une ouverture aux valeurs de l’Amérique triomphante, celle de Yalta, du plan Marshall et de l’OTAN1.

12Avec R. Queneau, M. Pilotin et B. Vian, le genre SF ne pouvait pas trouver meilleurs agents. La caution littéraire et scientifique de Raymond Queneau, directeur littéraire et principal responsable du secteur des traductions aux éditions Gallimard, additionnée à la caution technico-scientifique de Boris Vian, ingénieur de Centrale aux multiples talents, a donné de la SF américaine la meilleure image possible tant aux littéraires qu’aux scientifiques. Ils renouent avec le phantasme de leurs prédécesseurs qui s’étaient sans succès efforcés, comme Maurice Renard, de co-penser littérature et science.

13La traduction de la SF en France s’est faite de façon sélective, et cela à deux niveaux : le choix des textes à traduire et le traitement traductif des textes choisis. La science-fiction américaine a connu un essor si considérable qu’il n’était pas envisageable de traduire tous les textes publiés dans les pulp-magazines, les magazines et les collections spécialisées, textes de qualité très inégale. Cela a pour conséquence d’offrir du genre en traduction une image fort avantageuse puisque, en principe, ce sont les textes jugés les plus « compétents » et représentatifs ou ceux qui connaissent la meilleure réception dans l’espace culturel source qui sont traduits. L’autre type de sélectivité est lié au traitement traductif des textes source. Nous consacrerons à cette question une partie des chapitres VI, VII et VIII.

Notes

1 Loin de nous l’idée de minimiser l’opposition – parfois farouche – aux « valeurs américaines » que l’on constate dans certains groupes de l’espace culturel français immédiatement après la guerre. Les débats sur l’américanisation de la société française s’instaurent dès avant la guerre et on en trouve un écho dans les magazines et revues littéraires des années 1950 sur le thème de la science-fiction (cf. la conclusion du chapitre IV).

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search