Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de la traduction

 | 
Jean-Marc Gouanvic

Chapitre I. Brève histoire de la constitution de la science-fiction et rôle de la traduction : les modèles de la tradition et le poids social des traductions

Texte intégral

1La traductologie, telle que nous l’entendons, ne peut faire l’impasse sur la poétique sociale des productions culturelles traduites, en tant qu’appartenant à des configurations et à des classes spécifiques socialement senties et reçues. Bien plus, il nous semble tout simplement impossible de rendre compte de ce qui fait exister ces productions culturelles en traduction si l’on ne les analyse pas telles qu’elles ont collectivement émergé dans un espace social à un moment de son histoire. Ce bref chapitre sur la poétique et l’histoire de la science-fiction dans un ouvrage sur la traduction est donc loin d’être superflu. Nous allons voir brièvement en nous référant aux recherches récentes sur la science-fiction quelle est la topique du genre tel qu’il s’est actualisé aux États-Unis, sous deux angles, celui de sa poétique et celui de la sociologie de son institution.

  • 1 Hugo Gemsback (1884-1967) est le fils de Moritz Gemsbacher et de Bertha Dürlacher, tous deux origin (...)

2Le syntagme anglo-américain « Science Fiction » apparaît de façon pleinement assumée en 1929, dans l’éditorial du numéro de juin de Science Wonder Stories, sous la plume de son fondateur, Hugo Gemsback1, également fondateur du premier magazine de science-fiction, Amazing Stories. Quels sont donc les traits de la science-fiction américaine, ces traits qui lui ont donné cette capacité à se définir comme genre littéraire à part entière et cette puissance de pénétration (par la traduction) dans la plupart des sociétés occidentales industrialisées ?

  • 2 Voir notre ouvrage la Science-fiction française au XXe siècle (1900-1968) Essai de sociopoétique d’ (...)

3Depuis les années 1970, les recherches en théorie et histoire de la science-fiction ont connu un développement considérable et l’on dispose aujourd’hui d’analyses scientifiques du phénomène2. Ce sont les ouvrages de Leon Stover (anthropologie culturelle), David Ketterer (étude littéraire archétypique), Ignatius F. Clarke (historique du récit des guerres futures), Gérard Klein (sociologie), Darko Suvin (poétique et génologie), Robert Scholes (structuralisme historique), Boris Eizykman (post-freudisme), Marc Angenot (sémiotique), Gérard Cordesse (études empiriques). Au long de ce livre, nous nous référerons à ces auteurs à chaque fois que leurs réflexions seront propres à éclairer notre propos et à en délimiter les enjeux. Dans l’immédiat, nous nous en tiendrons à une présentation synthétique des idées de Darko Suvin, qui constituent un excellent point de départ pour réfléchir sur la science-fiction en tant que configuration générique.

1. La poétique sociale de la science-fiction

4Ce qui distingue la poétique de science-fiction de celle d’un récit réaliste, d’un récit fantastique ou encore d’un conte merveilleux, c’est la thématisation de ce que Darko Suvin appelle (en empruntant à Ernst Bloch) un novum. La science-fiction est ainsi définie par rapport aux autres genres littéraires :

La SF se distingue par la dominance ou l’hégémonie narratives d’un « novum » fictionnel (nouveauté, innovation) validé par la logique cognitive. (Suvin, 1979, p. 63 ; notre trad.)

  • 3 Selon Suvin, il y aurait deux récits structurants de la science-fiction moderne : l’Utopie (1516) d (...)

Dans le même ouvrage, Suvin établit une autre distinction, cette fois entre le « vrai » et le « faux » novum, en reconnaissant le premier par ses « qualités libératrices éthico-politiques » (ibid. p. 82 ; notre trad.)3.

5Darko Su vin par là ne reconnaît de pertinence qu’à la thématisation du socio-historique en science-fiction. Nous préférons nous référer au concept d’altérité, qui est plus englobant du fait qu’il prend en compte aussi bien la dimension bio-écologique que socio-historique de la thématisation. L’altérité bio-écologique s’exprime dans les récits de voyages spatiaux et de rencontres avec les entités extraterrestres. On peut penser aux romans – et aux films correspondants – Solaris, Rencontres du 3e type, Alien, etc. Le plus remarquable est Solaris de Stanislas Lem, où l’altérité est globale : les cosmonautes découvrent une planète-océan métamorphosable dont les lois physicochimiques sont radicalement différentes de celles sur lesquelles reposent les théories scientifiques admises dans l’univers terrestre référentiel. Pour saisir l’altérité de la planète-océan, les savants tentent par tâtonnements de construire une nouvelle science, la solaristique, et le récit se clôt sur le développement lent et incertain de cette science. Si Solaris est l’un des romans majeurs de la science-fiction moderne, c’est parce que la thématisation de l’altérité bio-écologique donne lieu à une réévaluation radicale des schèmes de pensée et des visions du monde, à un effet analogue à une rupture épistémologique.

6Quant à l’altérité socio-historique, elle se trouve théâtralisée en particulier dans les utopies, les uchronies, les voyages dans le temps et les anticipations. Ce sont par exemple The Time Machine de H.G. Wells, un film comme Blade Runner (d’après le roman Do Androids Dream of Electric Sheep ? de Philip Dick) ou le roman d’Ursula Le Guin The Dispossessed. Dans The Time Machine, par exemple, le voyage dans le temps est l’occasion d’une réflexion sur le devenir des sociétés humaines. Dans cette fable darwinienne, le voyageur du temps découvre que la bourgeoisie victorienne est destinée à être cannibalisée par le prolétariat et que le terme de l’évolution est la fin entropique et le retour au néant. Lorsqu’elle aborde les thématiques de l’altérité socio-historique, la science-fiction est principalement critique sociale et parfois exploration eschatologique, même si les « fins dernières » sont dans ce cas sécularisées. Quoi qu’il en soit, l’effet discursif demeure le même que dans les récits à caractère bio-écologique : il s’agit de mettre en scène la rupture, de susciter la mutation, d’évoquer la métamorphose.

2. Historique de la constitution du genre « science-fiction »

7Les récits mentionnés plus haut et présentés comme typiques de la poétique de la science-fiction moderne appartiennent à une exception près (The Time Machine de Wells) au genre tel qu’il a trouvé à s’actualiser après la Seconde Guerre mondiale. Cependant la coupure historique a eu lieu avant la guerre.

2.1 Le tournant des années 1920 aux États-Unis

8Il y a deux histoires de la science-fiction : celle qui précède la fin des années 1920 et celle qui suit cette période. Avant 1926, la science-fiction n’est pas reconnue comme genre littéraire. Les récits n’ont droit à l’existence qu’à la condition de rester diffus dans l’ensemble des productions culturelles. On ne peut donc pas encore parler de « science-fiction » stricto sensu, car cette désignation dénote l’homogénéité d’un champ et une existence unifiée qui n’aura lieu qu’après les années 1920. En réalité, la pléthore de termes pour cataloguer les textes qui en relèvent est un signe évident de cette dispersion et de cette dénégation : roman scientifique (Jules Verne), anticipation et fantaisie scientifique (H. G. Wells), merveilleux scientifique et roman d’hypothèse (Maurice Renard), roman fantastique (Jacques Spitz), même si ces auteurs écrivent bien de la science-fiction (leurs textes seront réédités sous l’étiquette « science-fiction » des décennies plus tard). Cette hésitation sur ce qui est en jeu dans ces récits est le signe d’une intense lutte de pouvoir pour l’imposition d’un type de texte comme le plus légitime. Entre les agents des littératures non mimétiques non (encore) constituées en des champs relativement autonomes, la lutte des classements est manifestement tout aussi âpre que dans les autres champs du pouvoir, et cette lutte ne manquera pas d’avoir des répercussions sur la traduction des textes, comme nous le verrons.

2.2 Les modèles fondateurs

9Que se passe-t-il aux États-Unis au début du XXe siècle et qui débouche sur la constitution de la science-fiction comme genre, quand rien de comparable n’émergeait dans la culture française à la même époque ? Le tableau 1 est une récapitulation des modèles et des agents en présence dans les deux espaces socio-culturels où se joue l’avenir du genre. Les modèles indiqués sont ceux dont le poids socioesthétique a imprimé à la science-fiction une forme qui s’est imposée comme dominante aux É.-U. et en France.

10Dans la constitution de la science-fiction en tant que genre spécifique, trois noms ressortent, dont les œuvres s’échelonnent sur un siècle : Edgar Allan Poe (dont The Narrative of Arthur Gordon Pym date de 1837), Jules Verne (en 1863 est publié Cinq semaines en ballon), traduit et publié en livre aux États-Unis dès 1873, et H.G. Wells, dont The Time Machine paraît en 1895.

TABLEAU 1. Généalogie de la constitution de la science-fiction comme genre et de son importation-traduction en France (années 1950) Les agents (auteurs, traducteurs, éditeurs)

ÉTATS-UNIS FRANCE
1837 : Edgar Poe 1852 : Poe traduit par Baudelaire
1863 : Jules Verne
1873 : Jules Verne publié en livre aux É.-U.
[G.-B. : 1887 : H.G. Wells]
[1895 : Wells traduit au Mercure de France]
[1915 : Detective Story :
Spécialisation du champ des magazines populaires]
1926 : Amazing Stories. Fondateur :
Hugo Gemsback, Luxembourgeois émigré aux É.-U. en 1905.
Autonomisation du champ de la « Science Fiction »
1930 : Astounding Stories
[Astounding Science Fiction à partir de 1938]
1935 : « Les Hypermondes » (Régis Messac)
1939 : Conquêtes (G.-H. Gallet)
[Années 1940 : Ellery Queen ’s Magazine] [1944 : Série noire (Gallimard)]
[1948 : Mystère-Magazine (M. Renault, Éditions Opta)]
1950 : Magazine of Fantasy and Science Fiction
1950 : Galaxy Science Fiction
1950 : « Science Fiction » (Stock) : 1 seul titre publié (Les Humanoïdes de Jack Williamson)
1951 : « Le Rayon Fantastique » (Hachette-Gallimard : G.-H. Gallet et M. Pilotin-Spriel)
1951 : « Anticipation » (Éditions Fleuve Noir)
1953 : Fiction (Éditions Opta)
1953 : Galaxie Science Fiction
1954 : « Présence du futur » (Éditions Denoël : Robert Kanters)

11D’autres types de récits exerceront une influence, par exemple ceux que l’on désignera plus tard du nom d’« heroic fantasy » et dont le paradigme apparaît en 1912 avec Under the Moons of Mars, d’Edgar Rice Burroughs. Aux États-Unis, comme en France, il existe des éditeurs spécialisés dans la littérature populaire et qui publient des magazines, dime novels et pulp-magazines, où paraissent des récits qui mêlent aventure, science et technologie ; ce sont notamment les Munsey magazines et des magazines d’ingénieurs tels que Modem Electrics et Electrical Expérimenter. Ces deux derniers sont d’une importance particulière, car c’est leur fondateur, Hugo Gemsback, qui prendra l’initiative en 1926 de créer Amazing Stories exclusivement consacré à la « scientifiction », étiquette supplantée par « science fiction » en 1929, comme on l’a vu. Entre temps, en 1915, était survenu un événement à l’origine de la vague de fond que connaîtront les magazines de science-fiction à partir d’Amazing Stories : la création du premier magazine spécialisé, Détective Story, qui ouvre l’ère de la spécialisation du marché des magazines.

2.3. La mutation subculturelle : Amazing Stories (1926)

  • 4 L’expression « Conjectures romanesques rationnelles » est de Pierre Versins (1972, p. 5) qui désign (...)

12Avec Amazing Stories, Gemsback est à l’origine du regroupement des conjectures romanesques rationnelles4 jusqu’alors dispersées, du mouvement d’autonomisation de ce champ et de l’émergence de la science-fiction comme type littéraire sui generis.

TABLEAU 2. Le texte de science-fiction et sa mise en marché

TABLEAU 2. Le texte de science-fiction et sa mise en marché
  • 5 Il existe de nombreux indices du statut marginal de Poe par rapport au canon de la littérature amér (...)

13Après la mutation subculturelle opérée par Amazing Stories, la science-fiction devient un phénomène « aussi endémiquement américain que le Western » (Ketterer, 1974, p. x). Edgar Poe, dont l’influence sur le genre fut loin d’être négligeable, jouit d’une position en apparence paradoxale dans la culture américaine. Considéré comme un écrivain mineur dans le champ de la culture américaine haute5, il est présenté comme l’un des modèles importants dans le champ de la science-fiction. Il est vraisemblable que cette situation est due à la position extrêmement favorable qui est la sienne dans la culture française grâce à Baudelaire et qui s’est transmise dans le roman scientifique par l’intermédiaire de Jules Verne.

2.5. L’institution de la science-fiction

14Parler de genre littéraire à propos de la science-fiction, c’est dorénavant se référer à ce champ spécifique, à ses modèles socio-institutionnels, à la subculture de science-fiction, fort reconnaissable à son sociolecte ; c’est se référer à ses goûts, ses coutumes, ses comportements maniaques tout autant qu’à ses réalisations admirables. Le mode spécifique d’institutionnalisation (production, diffusion, consommation, consécration) du texte de science-fiction peut se schématiser comme dans le tableau 2.

15Deux remarques s’imposent sur la co-existence couramment vécue sur le mode conflictuel – des deux marchés. (1) La subculture de SF est le produit de la spécialisation professionnelle (et de l’autonomisation consécutive) du champ de la SF et non le produit d’une autogénération spontanée. (2) La subculture de SF a tendance à singer la culture lettrée (cf. les prix). Au sein de la subculture (le fandom), la même lutte (que dans le circuit lettré) a lieu pour l’occupation hégémonique du champ de la SF.

16Ce qui distingue la science-fiction américaine, c’est d’abord sa poétique. Les thèmes de la SF américaine reposent largement sur les savoirs scientifiques et techniques et manifestent un intérêt net pour l’extériorité, l’altérité, la mutation ; tourné vers le différent autre, son imaginaire est centrifuge. Ses topoï sont la généralité du changement, l’attrait pour l’altérité et les possibles métamorphoses.

17Ce qui la distingue ensuite, c’est sa position particulière sur le marché des biens symboliques. La SF américaine, c’est une subculture qui n’existe que par des structures éditoriales et institutionnelles autonomes : magazines, fanzines, prozines, newszines, collections spécialisées, conventions, prix littéraires, auteurs spécialisés en SF et public d’amateurs inconditionnels et exclusifs ayant ses rites, ses fétichismes (la collection, par ex.) et son jargon d’initiés.

3. Conclusion

18Du point de vue de la traduction, l’émergence de la SF comme genre est fondamentale. Ce ne sont plus tant un auteur ou un récit qui font l’objet d’une traduction dans un espace culturel (comme ce fut le cas de Poe traduit par Baudelaire) que des types de récits dont la spécificité est rapportée à la culture nationale d’origine. La traduction prend ici la forme d’un parcours géopolitique transnational et « migratoire » de ces types, réglé par les intérêts de groupes sociaux des sociétés source et cible. Dire qu’il s’agit d’un parcours, cela ne renvoie pas plus à un mouvement centripète qu’à un mouvement centrifuge ; le trajet suivi par les textes et les agents est polycentrique, et leur circulation obéit à des déterminations qui ne relèvent exclusivement ni des sociétés source ni des sociétés cible. Dans le cas de la constitution du genre science-fiction, le parcours des agents (auteurs, traducteurs, éditeurs) est tel qu’il ne suffit pas de la penser en termes centrés sur la culture cible, comme on a trop eu tendance à le faire en traductologie. Ainsi, par exemple, Hugo Gemsback est un Luxembourgeois immigré aux États-Unis en 1904 à l’âge de 19 ans. Quant aux modèles d’Amazing Stories, ce sont, on l’a vu, Jules Verne, H.G. Wells, Edgar Poe. Or, l’un des grands modèles de Verne est Poe : Verne a consacré un article à ce dernier et son Sphinx des glaces est une suite des Aventures d’Arthur Gordon Pym de Poe. Si derrière Verne il y a Poe, c’est un Poe revisité par Baudelaire et si le roman scientifique vernien lui-même est réinterprété selon les intérêts de la société américaine, l’agent de cette réinterprétation est un émigrant luxembourgeois éduqué en Europe. On voit combien il serait réducteur de faire de la science-fiction une simple interprétation, transformation et appropriation américaine du modèle vernien.

19Avant d’aborder les tentatives infructueuses d’importation de la science-fiction en France dans les années 1930, nous allons examiner la réception des traductions d’H. G. Wells dans le Mercure de France et à la Nouvelle Revue Française. Nous serons ainsi à même d’interpréter l’extraordinaire engouement pour Wells – l’un des modèles de la science-fiction américaine – dans le champ littéraire français canonique du début du siècle, quand les auteurs français Jules Verne, Rosny Aîné et Maurice Renard ne suscitent guère l’enthousiasme des critiques du Mercure et de la NRF.

Notes

1 Hugo Gemsback (1884-1967) est le fils de Moritz Gemsbacher et de Bertha Dürlacher, tous deux originaires de Baden-Baden et immigrés à Luxembourg en 1883. Le jeune Hugo a été formé aux mathématiques et aux sciences au Technikum de Bingen sur le Rhin qu’il fréquente de 1900 à 1903. Lorsqu’il émigre aux États-Unis en 1904, il a déjà inventé « the most powerful dry cell batteiy in the world », qu’il vendra à Packard Motor Car Co. Parmi ses innovations techniques, le premier « home radio set ». Ses réalisations dans les domaines techniques et dans celui de l’édition ne se comptent plus. Voir Paul Lesch et Jean-Claude Muller (1989). Mes remerciements à Frank Wilhelm pour m’avoir indiqué cet article fouillé sur H. Gemsback.

2 Voir notre ouvrage la Science-fiction française au XXe siècle (1900-1968) Essai de sociopoétique d’un genre en émergence (1994), où est présenté un « État présent des recherches en science-fiction » (p. 7-25).

3 Selon Suvin, il y aurait deux récits structurants de la science-fiction moderne : l’Utopie (1516) de Thomas More et la Machine à explorer le temps (1895) de H.-G. Wells. Cette thèse structuraliste génétique peut rendre compte de ce qui se passe dans une partie de la science-fiction du XXe siècle, mais elle nous semble insuffisante pour aborder des pans entiers de la production de ce siècle et de la façon dont le genre s’est effectivement constitué en tant que genre.

4 L’expression « Conjectures romanesques rationnelles » est de Pierre Versins (1972, p. 5) qui désigne ainsi les récits non réalistes tels que les Utopies, les Uchronies et les Voyages extraordinaires antérieurs au courant américain de science-fiction.

5 Il existe de nombreux indices du statut marginal de Poe par rapport au canon de la littérature américaine. L’un des plus significatifs est son absence des panoramas littéraires du XIXe siècle américain, par exemple, de l’étude classique de F. O. Matthiessen (1941).

Table des illustrations

Titre TABLEAU 2. Le texte de science-fiction et sa mise en marché
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/6091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.