Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologie de la traduction

 | 
Jean-Marc Gouanvic

Introduction. Problématique d’ensemble : pour une sociologie de la traduction

Texte intégral

1L’ambition première de cette étude est traductologique : il s’agit de tenter de penser la traduction des textes en des termes qui rendent compte des enjeux sociaux de cette pratique culturelle. Or, pour dégager ces enjeux, plusieurs conditions doivent être remplies, dont une nous importe par dessus tout : nous avons besoin d’une théorie sociale qui puisse intégrer la traduction dans l’ensemble des systèmes signifiants, en tenant compte du fait – ô combien banal – que la traduction est une pratique textuelle qui opère sur de l’interlingual.

  • 1 On trouvera des synthèses partielles récentes notamment dans le numéro de TTR « Orientations europé (...)
  • 2 Cf. Paul Kussmaul et Sonja Tirkonnen-Condit (1995). Il va sans dire que les chercheurs de ces pays (...)
  • 3 Cf. José Lambert et Hendrik van Gorp (1985) et, pour un exposé plus récent, José Lambert (1995), p. (...)
  • 4 Michael Cronin (1996), Translating Ireland. Translation, Languages, Culture. Cork, Cork University (...)

2Nous ne présenterons pas ici un état actuel des recherches en traductologie1, nous en tenant aux considérations susceptibles d’éclairer notre propos. De façon générale, on remarque que, depuis les années 1970, la traductologie s’est développée dans de multiples directions, avec des nœuds de recherche dans certaines institutions nationales ou régionales, constitués selon les intérêts particuliers et les traditions dominantes des régions et des pays en cause. C’est ainsi que, par exemple, les études psycholinguistiques apparaissent en position de force en Finlande et en Allemagne2, et les études sémiotiques en traductologie sont surtout le fait des Polysystémistes d’Israël (Gideon Toury, 1980 et 1995) et de Belgique (José Lambert)3. En 1996, Michael Cronin a publié en Irlande un ouvrage intéressant pour le contenu propre aussi bien que pour la méthode, qui traite de façon indissociable théorie et histoire de la traduction4.

  • 5 Après Roger Bell (1987), Basil Hatim et lan Mason (1990) reprennent cette distinction dont le lingu (...)
  • 6 « L’optique qui sous-tend ce livre [Discourse and the Translater] est celle de la traduction envisa (...)
  • 7 Voir notamment André Lefevere (1992), et son article, au milieu de nombreux autres, « Translation a (...)
  • 8 Cf. G. Toury (1995), p. 12-14.

3La multiplicité des démarches en traductologie est principalement due à des divisions qui existent en dehors d’elle, dans des disciplines connexes, la psycholinguistique et la sémiotique dans notre exemple, et qu’elle adapte selon ses exigences propres. On pourrait – en spéculant quelque peu – dessiner un tableau des recherches traductologiques existantes et possibles en les rapportant aux sciences sur lesquelles elles s’appuient et qui leur fournissent leurs fondements méthodologiques. Cependant n’y aurait-il pas une ou des manières de décrire les visées spécifiques des chercheurs en les référant cette fois directement à la traduction ? On a proposé de distinguer en traduction les recherches axées sur le processus et celles axées sur le produit5. Basil Hatim et Ian Mason donnent la primauté au processus6. Par contre, André Lefevere a placé toute son œuvre sous le signe de la traduction littéraire comme « produit7 », dans un cadre socio-historique, à côté des autres pratiques de manipulation des textes (réécriture, publication en anthologies, critique, etc.). À cette distinction binaire entre « processus » et « produit » s’ajoute un tiers terme, les études de traduction axées sur la « fonction8 ». G. Toury intègre ces trois éléments dans la perspective descriptive-explicative des DTS (Descriptive Translation Studies) :

The (prospective) systemic position & function of a translation determines its appropriate surface realization (= textual-linguistic make-up) [and] governs the strategies whereby a target text (or parts thereof) is derived from its original, and hence the relationships which hold them together, (p. 13)

  • 9 Voir Jean-René Ladmiral (1986).
  • 10 Cf. Pour la poétique II (1973) et surtout la deuxième partie, « Poétique de la traduction ».

4Une autre tentative de définir les enjeux traductologiques est celle qui consiste à établir un départ entre les traducteurs/les traductologues qui privilégient le texte (langue/culture) source et ceux qui donnent la primauté au texte (langue/culture) cible9. On pense bien entendu aux Polysystémistes, dont la théorie est expressément orientée vers la cible [target-oriented], quand la poétique de la traduction selon Henri Meschonnic10 serait tournée vers le texte source.

5Ces classements des discours sur la traduction ont – en principe – une fonction heuristique de différenciation, dans le dédale des positions multi-azimuts de la traductologie actuelle. Cependant, la fonction heuristique est indissociable de l’effet polémique qu’elle produit dans le même temps : sans que cela soit toujours délibéré, les classements ont pour conséquence de marginaliser ou tout bonnement d’exclure du jeu les concurrents directs dans le champ de la traductologie. Comme l’exprime Pierre Bourdieu (1984, p. 92), « [l]es systèmes de classements sont des produits sociaux et, à ce titre, sont des enjeux de lutte permanente ». Le système de classement binaire fondé sur la division entre la langue ou le texte source et la langue ou le texte cible fait avancer le débat scientifique, dans la mesure où il est précisément considéré pour ce qu’il est, à savoir un outil susceptible d’être critiqué de façon radicale aussi bien que dans le détail. Dans l’idée de son auteur, il est chargé de connotations positives/négatives : les « sourciers » ne sont pas sans analogies avec les « sorciers » et les « ciblistes » avec les « cibistes », adeptes de CB, de radio amateur. Sans qu’on en ait clairement conscience, cette dichotomie repose sur un présupposé mis en lumière par Jean-René Ladmiral (1986), le couple antagoniste du conservatisme et du modernisme. On devine aisément quel terme de l’alternative est mélioratif et lequel est péjoratif dans l’état du champ hic et nunc. Les classements qui « s’imposent » imposent par le fait même des catégories de perception et d’appréciation, excluant d’autres classements possibles. Aucun des classements n’est sans risque : nous verrons, par exemple, qu’en accordant trop d’importance aux transformations des textes traduits selon les normes des cultures cibles, on occulte les déterminants de la culture source dans la traduction.

6Les traductologues sont des agents qui luttent pour imposer les classements théoriques de la discipline et, par là même, la problématique légitime dans le champ de la traductologie. Quelle est la position du sociologue de la traduction dans ces conditions ?

Le privilège du sociologue, s’il y en a un, n’est pas de se tenir en survol au-dessus de ceux qu’il classe, mais de se savoir classé et de savoir à peu près où il se situe dans les classements. À ceux qui, croyant s’assurer ainsi une revanche, me demandent quels sont mes goûts en peinture ou en musique, je réponds – et ce n’est pas un jeu – : ceux qui correspondent à ma place dans le classement. Insérer le sujet de la science dans l’histoire et dans la société, ce n’est pas se condamner au relativisme ; c’est poser les conditions d’une connaissance critique des limites de la connaissance qui est la condition de la connaissance vraie. (P. Bourdieu, 1984, p. 72)

7La sociologie de la traduction débouche ainsi sur un exercice de double réflexivité par lequel le sociologue de la traduction s’inclut dans le jeu social en tant que sujet connaissant et objet de connaissance. Nous y reviendrons en Conclusion de cette étude.

*

8L’exigence sociale est devenue de plus en plus pressante dans la traductologie des années 1980 et 1990 sous l’impulsion de plusieurs courants de pensée : les études culturelles (S. Simon, 1994), la théorie du polysystème (G. Toury, 1980, 1995), la sociocritique des textes (A. Brisset, 1990), la théorie du scopos (de H. Vermeer, 1978 à C. Nord, 1991). Ces « écoles » ne mettent pas toujours l’accent sur les mêmes aspects, n’établissent pas les mêmes priorités dans les recherches sur la traduction, mais elles reposent toutes, à un degré ou à un autre, sur une « idée du social » inscrit dans le texte traduit.

9L’inscription du social dans le texte traduit, qu’est-ce à dire ? Et, en premier lieu, peut-on dire que le social est inscrit dans le texte traduit et, si oui, à quelles conditions ? Quel est le statut du social dans l’inscription ? La notion d’« inscription » renvoie à deux figures entremêlées, la métaphore empruntée à la géométrie, par laquelle une petite figure est inscrite dans une grande, et la métonymie instrumentale, qui renvoie à l’acte d’écrire et suppose une relation plus intime entre le social et le texte. Cela suffit-il pour rendre compte du mode d’être des productions écrites dans la société et de la société dans ces productions ? Pour répondre à cette question, nous avons besoin d’éclaircir ce qui est au principe de l’existence des textes et de leur traduction.

10Comme nous allons le voir dans les chapitres qui suivent, à l’origine de la traduction comme de toute production culturelle se trouve « la rencontre entre un habitus socialement constitué et une certaine position déjà instituée ou possible dans la division du travail de production culturelle [...] » (Bourdieu, 1984, p. 210). Le traducteur est l’agent privilégié par lequel passe la logique objective du système de pratiques, de dispositions et de structures permanentes et générales qui sont à l’œuvre dans toute traduction. Il est cependant loin d’être le seul dans l’entreprise de traduction. Production culturelle, la traduction ne trouve son efficace sociale que dans la logique d’un marché, c’est-à-dire lorsque la décision de traduire et le produit qui en résulte se trouvent légitimés par la réponse du public et par les différentes instances de consécration, écho critique, éventuellement prix et distinctions. Dans l’entreprise de traduction interviennent donc les mêmes agents que dans les autres productions culturelles, avec de surcroît des agents qui font circuler les genres et les discours par delà les frontières linguistiques et nationales.

  • 11 Il existe d’autres « sociologies de la traduction ». Ainsi, Michel Callon (1986) conçoit la traduct (...)
  • 12 Traduire l’Europe (Françoise Barret-Ducrocq, dir., 1992) est – à notre connaissance – le seul conte (...)

11Dans ce qui suit, il s’agira à partir de la traduction de la science-fiction, genre littéraire senti comme d’apparition récente, de co-penser le « modèle générique » et son mode d’insertion dans la société et de dégager la façon dont la traduction transforme et acclimate ce modèle d’origine étrangère. Un tel programme ne serait sans doute pas désavoué par les tenants des études culturelles, par les polysystémistes et par les sociocritiques. Il nous semble cependant difficile à réaliser par les seuls moyens fournis par ceux-ci, car il y manque une composante théorique centrale : une sociologie des productions symboliques11. Pour réaliser le programme que nous nous sommes tracé, nous ferons appel à la théorie de Pierre Bourdieu, laquelle nous paraît actuellement la plus apte à rendre compte des enjeux sociaux des productions symboliques. Pierre Bourdieu n’a pas construit sa théorie pour la traduction. Il reste qu’il n’a, dans ses écrits, jamais énoncé une quelconque restriction à caractère méthodologique ou présenté la traduction comme exigeant une étude à part. Au contraire, nous interprétons son intervention dans Traduire l’Europe12 comme le signe d’un intérêt réel pour la traduction. La présente étude peut donc être considérée comme une tentative pour lire sa théorie avec la traduction en tête.

***

  • 13 Les concepts théoriques élaborés par Pierre Bourdieu à partir du milieu des années 1960 trouvent de (...)

12Ainsi, nous inspirant des travaux de Pierre Bourdieu13, nous pouvons dire que les textes étrangers traduits et mis sur le marché entrent dans la logique du marché des biens culturels. Dans l’économie libérale occidentale (avec des variations locales entre l’ultra-libéralisme et le libéralisme teinté de dirigisme d’État), c’est la loi du marché, libre concurrence et « laisser-faire », qui régule la production, la diffusion et la consommation des biens culturels. L’éditeur soumis à la libre concurrence « cherche à imposer » dans le champ un nouveau producteur et un nouveau produit, vecteurs d’un nouveau système de goûts, et susceptibles d’entraîner un réagencement des hiérarchies de goûts en vigueur dans le champ.

13Mais peut-on dire que l’éditeur « cherche à imposer » un nouveau producteur et un nouveau produit ? En fait, l’investissement des agents dans la lutte pour occuper la meilleure position possible dans un champ s’opère non pas sur le mode de la stratégie délibérée, mais sur celui de l’ajustement au jeu qui se joue dans le champ (ce que Bourdieu nomme l’illusio, adhésion au jeu et sens du jeu) et qui, dans le même moment, institue le champ. Bourdieu l’exprime on ne peut plus clairement dans Leçon sur la leçon (1982) :

Le moteur – ce qu’on appelle parfois la motivation – n’est ni dans la fin matérielle ou symbolique de l’action, comme le veut le finalisme naïf, ni dans les contraintes du champ, comme le veut la vision mécaniste. Il est dans la relation entre l’habitus et le champ qui fait que l’habitus contribue à déterminer ce qui le détermine. (1982, p. 48) .

14Dans Choses dites (1987), le sociologue fait la critique de la notion de « stratégie » :

C’est encore un terme que je n’emploie pas sans hésitation. Il encourage le paralogisme fondamental, celui qui consiste à donner le modèle qui rend raison de la réalité pour constitutif de la réalité décrite, en oubliant le ‘tout se passe comme si’, qui définit le statut du discours théorique. [...] En fait, tout mon effort vise au contraire, avec la notion d’habitus, par exemple, à rendre compte du fait que les conduites (économiques ou autres) prennent la forme de séquences objectivement orientées par référence à une fin, sans être nécessairement le produit, ni d’une stratégie consciente, ni d’une détermination mécanique. Les agents tombent en quelque sorte sur la pratique qui est la leur plutôt qu’ils ne la choisissent dans un libre projet ou qu’ils n’y sont poussés par une contrainte mécanique. S’il en est ainsi, c’est que l’habitus, système de dispositions acquises dans la relation à un certain champ, devient efficient, opérant, lorsqu’il rencontre les conditions de son efficacité, c’est-à-dire des conditions identiques ou analogues à celles dont il est le produit. (1987, p. 127-128)

15Cela dit, l’œuvre traduite diffusée dans le champ littéraire est soumise à la même logique objective que l’œuvre indigène non traduite : le monopole de l’imposition des catégories de perception et d’appréciation légitimes. La décision de traduire tel texte de tel auteur étranger est prise par un éditeur en fonction de l’anticipation du profit maximal qu’il estime pouvoir en retirer. La traduction d’auteurs et d’œuvres qui ont « fait leurs preuves » dans le champ culturel source (œuvres consacrées par des prix ou par des chiffres de vente qui en font des best-sellers) constituent en général des placements sûrs. Mais ce type de profit est le propre des éditeurs positionnés comme industrie culturelle. Les éditeurs n’assumant pas cette position justifient leur place dans le champ par la logique de la découverte. Il en résulte que l’origine étrangère de l’œuvre est négociée diversement pour l’usage du champ culturel cible. On peut dégager deux pôles : (A) L’origine étrangère de l’œuvre est proclamée de façon ostentatoire dans le cas où l’œuvre jouit d’un capital symbolique élevé dans la culture source ou encore dans le cas où la culture source elle-même est globalement empreinte d’une forte aura de légitimité. Cette légitimité peut pousser l’effet d’ostentation jusqu’à la traduction fictive ou fausse traduction. (B) À l’opposé, l’origine étrangère du texte peut être dissimulée de diverses façons : naturalisation du prénom et/ou du nom de l’auteur ; remplacement du nom de l’auteur par celui du nom du traducteur, promu ainsi au rang d’auteur. Entre ces deux pôles sont distribuées les positions conférées au traduit dans le champ de la culture cible. Cependant, il reste à voir comment les champs culturels (littéraires ici) négocient le rapport à l’étranger et au nouveau dans la matérialité du texte. Nous nous attacherons à l’établir en effectuant une analyse différentielle des traductions et des textes sources. Les traductions d’auteurs contemporains ou anciens sont publiées, selon le cas, à côté ou à la place d’’auteurs indigènes jeunes ou déjà installés dans le champ littéraire. Quoi qu’il en soit, comme insiste Bourdieu (1992, p. 224), la lutte pour le pouvoir synchronise les temps discordants ; il n’y a plus dans le champ culturel cible des classiques ou des auteurs d’apparition récente, des auteurs traduits (classiques ou modernes dans la culture source) : tous les auteurs sont contemporains dans le champ littéraire cible du fait que leur existence dans le champ les reconnaît comme un enjeu de pouvoir.

*

  • 14 Pour lever toute équivoque, soulignons que nous n’employons le concept de genres littéraires que da (...)
  • 15 Voir Marc Angenot (1980).

16Sur ces bases méthodologiques, nous voulons rendre compte d’une dimension de la traduction, l’appartenance des textes traduits à des ensembles qui les subsument, les genres littéraires14, et qui leur confèrent leur existence socio-institutionnelle et leur efficace discursive, en concentrant notre attention sur la science-fiction américaine traduite en français. Ce cadre théorique est particulièrement approprié à l’étude traductologique du genre science-fiction, du fait que ce dernier est marginalisé, son statut institutionnel étant celui du paralittéraire. En effet, la science-fiction fait partie de ces genres non canoniques, « dominés », qui, dans nos sociétés, sont maintenus pour des raisons idéologiques en dehors de la clôture lettrée15.

  • 16 Sur le mécanicisme et le finalisme, voir P. Bourdieu (1982), p. 48.

17La sociologie bourdieusienne appliquée à la traduction est de celles qui permettent le mieux d’analyser le phénomène de la traduction dans tous ses états, en amont et en aval du texte traduit aussi bien que dans la pratique de la traduction. Avec ses concepts de champ, d’agent, d’habitus, d’illusio tels qu’il les définit, Pierre Bourdieu éclaire ce qui est au principe des productions symboliques dans nos sociétés en évitant l’écueil de la pensée manichéenne16 :

La notion de champ permet de dépasser l’opposition entre lecture interne et analyse externe sans rien perdre des acquis et des exigences de ces deux approches, traditionnellement perçues comme inconciliables. Conservant ce qui est inscrit dans la notion d’intertextualité, c’est-à-dire le fait que l’espace des œuvres se présente à chaque moment comme un champ de prises de position qui ne peuvent être comprises que relationnellement, en tant que systèmes d’écarts différentiels, on peut poser l’hypothèse (confirmée par l’analyse empirique) d’une homologie entre l’espace des œuvres définies dans leur contenu proprement symbolique, et en particulier dans leur forme, et l’espace des positions dans le champ de production [...]. (1992, p. 288-289)

18C’est en redistribuant quelque peu les cartes traductologiques que nous allons aborder la traduction de la science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950-1960. En premier lieu, nous verrons comment la science-fiction américaine est apparue dans les années 1920 et quelle fut cette poétique sociale qui l’a imposée comme un genre spécifique.

19Dans un deuxième chapitre, nous examinerons quelle fut la réception des traductions françaises de l’auteur anglais H.G. Wells au Mercure de France et à la Nouvelle Revue Française au début du XXe siècle. Ce chapitre sur la traduction de l’un des pères de la science-fiction dans les deux grandes revues littéraires françaises de l’époque nous permettra de nous faire une idée précise de l’intérêt que suscitent les thématiques de science-fiction avant la lettre chez Wells, mais également chez les Français Jules Verne, Maurice Renard et le Franco-belge Rosny Aîné.

20Puis (Chapitre III), nous passerons en revue les premières tentatives d’implanter la science-fiction américaine en France, dans les années 1930. Ces tentatives ne furent pas couronnées de succès et il fallut attendre l’après-guerre pour que l’on assiste à l’importation massive de la SF américaine (Chapitre IV). Cette importation fut, elle, pleinement réussie et nous verrons quels en furent les modèles institutionnels (revues et collections spécialisées en particulier) et les modèles discursifs (les catégories de récits) qui s’imposèrent dans le champ de la science-fiction en formation.

21Le « parachutage » de la science-fiction américaine réussit grâce à l’investissement d’agents dotés d’une forte légitimité culturelle, le trio Boris Vian, Raymond Queneau et Michel Pilotin. C’est Boris Vian qui est le premier à s’investir dans la traduction : les Temps modernes, France-Dimanche, le Mercure de France et la collection de science-fiction, « Le Rayon Fantastique », de Hachette-Gallimard publient les textes qu’il traduit ou adapte, ce qui, à partir de 1951, contribue à créer le mouvement d’entraînement que nous examinerons dans ses détails.

22Le chapitre VI présente une analyse sémiotique de quelques romans traduits par différents traducteurs et publiés au « Rayon Fantastique », du double point de vue de la spécificité du genre et de l’appartenance des récits à la culture anglo-saxonne (et non pas seulement américaine). Nous analysons au chapitre suivant les deux romans traduits par Boris Vian de l’auteur canado-américain Alfred E. van Vogt, The World of Null-A et The Pawns of Null-A. Le chapitre VII est consacré aux traductions-adaptations de la revue Galaxie (1ère série), qui comportent des traits tout à fait singuliers liés à l’assimilation de l’onomastique étrangère traditionnellement intouchée dans les traductions.

23Ayant analysé dans le détail les traits traductifs de l’importation de la science-fiction américaine tant sous l’angle sociosémiotique interne que sous l’angle de la sociologie de l’institution, nous serons en mesure de dégager les enjeux sociaux de la traduction de ce genre à l’époque de son émergence dans l’espace culturel français. Nous terminerons cet essai en nous efforçant d’opérer un retour réflexif sur la position que nous avons assumée dans la présente étude et dans le champ traductologique en émergence en cette fin des années 1990.

Notes

1 On trouvera des synthèses partielles récentes notamment dans le numéro de TTR « Orientations européennes en traductologie » dirigé par Yves Gambier (1995) ainsi que dans « la Traduction dans les pays germanophones : état actuel (1996) de la recherche », Nadja Grbič et Michaela Wolf (1996).

2 Cf. Paul Kussmaul et Sonja Tirkonnen-Condit (1995). Il va sans dire que les chercheurs de ces pays ne travaillent pas exclusivement sur ces sujets. Nous pensons, par exemple, à la théorie du scopos, particulièrement représentée par les chercheurs allemands (voir n. 1 ci-dessus).

3 Cf. José Lambert et Hendrik van Gorp (1985) et, pour un exposé plus récent, José Lambert (1995), p. 105-152 ; comporte une bibliographie fournie sur la théorie du polysystème.

4 Michael Cronin (1996), Translating Ireland. Translation, Languages, Culture. Cork, Cork University Press.

5 Après Roger Bell (1987), Basil Hatim et lan Mason (1990) reprennent cette distinction dont le linguiste H.G. Widdowson (Explorations in Applied Linguistics. Oxford, Oxford University Press, 1979) s’est fait le défenseur.

6 « L’optique qui sous-tend ce livre [Discourse and the Translater] est celle de la traduction envisagée comme processus [process], impliquant la négociation du sens entre les producteurs et les récepteurs des textes » (1990, p. 3 ; notre trad.).

7 Voir notamment André Lefevere (1992), et son article, au milieu de nombreux autres, « Translation and Comparative Literature : The Search for the Center » (1991).

8 Cf. G. Toury (1995), p. 12-14.

9 Voir Jean-René Ladmiral (1986).

10 Cf. Pour la poétique II (1973) et surtout la deuxième partie, « Poétique de la traduction ».

11 Il existe d’autres « sociologies de la traduction ». Ainsi, Michel Callon (1986) conçoit la traduction comme un processus qui, dans le contexte de ses recherches sur l’acclimatation des coquilles Saint-Jacques japonaises dans la baie de St-Brieuc, « amène tous les acteurs concernés, au terme de métamorphoses et de transformations variées, à passer par les trois chercheurs et leur programme d’étude et de développement » (p. 204) ; les acteurs concernés sont « les marins-pêcheurs, les coquilles et la communauté scientifique », lesquels sont « traduits » par les chercheurs. La notion de traduction est ici utilisée comme un « répertoire » pour rendre compte de processus de déplacements et de transformations de faits de nature et de faits de culture. Cette conception ne tient pas compte de la spécificité discursive des systèmes sémiotiques et de leur autonomie relative instituée sous la forme de champs, ce qui constitue une entrave insurmontable à l’analyse des phénomènes de traduction en matière de productions symboliques.

12 Traduire l’Europe (Françoise Barret-Ducrocq, dir., 1992) est – à notre connaissance – le seul contexte où P. Bourdieu s’exprime sur la traduction. Il y parle brièvement de la traduction de ses œuvres en anglais en présence de l’un de ses traducteurs, Richard Nice. En outre, il reprend une idée qu’il a déjà énoncée, à propos de la traduction de Heidegger en français : « [...] les philosophes français ont lu [Heidegger] de manière déshistoricisée, parce qu’ils ne sentaient pas le contexte politique des moindres mots de son lexique [...] » (p. 202).

13 Les concepts théoriques élaborés par Pierre Bourdieu à partir du milieu des années 1960 trouvent des formulations diverses de livre en livre et selon les objets d’étude. Dans le domaine des productions artistiques, on se référera minimalement aux ouvrages suivants (la reformulation la plus récente se trouve dans Méditations pascaliennes, 1997) : capital symbolique et marché des biens symboliques (1971, p. 49-126 ; 1997, p. 283-288), habitus (1979, p. 189-195 ; 1997, p. 170-175 et 256-259), champ (1992, p. 321-326 ; 1997, p. 119-123), illusio (1992, p. 455-458 ; 1997, p. 162-164).

14 Pour lever toute équivoque, soulignons que nous n’employons le concept de genres littéraires que dans le sens de configurations socio-esthétiques dotées d’une poétique et de potentialités discursives propres qui trouvent ou non à se réaliser à une époque et dans une société données.

15 Voir Marc Angenot (1980).

16 Sur le mécanicisme et le finalisme, voir P. Bourdieu (1982), p. 48.

© Artois Presses Université, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.