Version classiqueVersion mobile

La tierce main

 | 
Kristiina Taivalkoski-Shilov

Glossaire terminologique. Abréviations et symboles utilisés

Texte intégral

ʻ....ʼ
signe typographique par lequel j’entends « ce qu’on appelle », « soi-disant », « prétendument » etc.

ø
symbole indiquant une addition (0 → x) ou une omission (x → Ø).

Acte de langage (speech act)
acte accompli (constatation, promesse, intimidation etc.) à l’aide du langage dans lequel dire est en même temps faire quelque chose.

Allocutaire
« celui à qui s’adresse un énoncé mais qui ne prend pas la parole » (Guillemin-Flescher 1981 : 406).

Belles infidèles
tradition traductive délibérément libre ; les traductions de cette tradition « se caractérisent d’abord par une certaine liberté vis à vis de la quantité de mots constituant le texte de départ, et puis par un certain goût de l’enjolivement au nom du “beau style” » (Ballard 1998c : 116).

Cibliste (target-oriented)
manière de rendre le texte de départ en privilégiant « les attentes linguistiques, stylistiques et socioculturelles » des lecteurs de la culture d’arrivée ; le but de cette stratégie est un texte d’arrivée idiomatique et « non dépaysante » (Terminologie de la traduction : s.v. « cibliste ») Ant. Sourcier, -ère.

Co-locuteur
« celui à qui on s’adresse dans une situation de locution et qui prendra ultérieurement lui-même la parole » (Guillemin-Flescher 1981 : 417).

Compositeur
typographe, celui qui compose un texte.

Compte rendu diégétique [CRD| (summary, less « purely » diegetic)
forme de discours sommaire indiquant le sujet de discussion (McHale 1978).

Conditionnel de citation
forme de discours utilisée surtout dans la presse qui permet le locuteur de rapporter un ouï-dire ou un « dit-on » (Rosier 1999) vers laquelle il marque une réserve.

Contexte
ensemble des circonstances dans lesquelles s’insère un acte de langage.

Cotexte
texte qui entoure un passage (un énoncé) dans un ouvrage et dont dépend sa signification.

CRD (voir Compte rendu diégétique).

DD (voir Discours direct).

DDL (voir Discours direct libre).

DI (voir Discours indirect).

Diégèse ou histoire
« le monde que propose et construit chaque récit : l’espace et le temps, les évènements, les actes, les paroles et les pensées des personnages » (Dictionnaire d’analyse du discours : s.v. « récit » [ « histoire ou diégèse (raconté) »]).

Diégétique (diegesis)
dans le discours rapporté : transposé, indirect, non-‘réaliste’, « narré ». Ant. Mimétique.

DIL (voir Discours indirect libre).

DIM (voir Discours indirect mimétique).

Discours citant (le dire)
discours encadrant qui rapporte l’énoncé cité.

Discours cité (le dit)
discours repris par le locuteur citant.

Discours direct [DD] (Style direct) (direct discourse)
forme de discours non transposée qui est censée répéter ’Verbatim’ les paroles du locuteur.

Discours direct libre [DDL] (free direct discourse)
forme de discours ; un discours direct sans indices syntactico-typographiques (guillemets, tiret, incise etc.).

Discours indirect [DI] (Style indirect) (indirect discourse, indirect content-paraphrase)
forme de discours ; une paraphrase de l’énoncé rapporté qui est subordonné à l’énoncé rapporteur ; contient une conjonction de subordination « que, si » (that, if) réelle ou sous-entendue.

Discours indirect libre [DIL] (Style indirect libre) (free indirect discourse)
forme de discours mixte et contextuelle où la voix du narrateur est mélangée à celle du personnage ; ne peut être précédé de verbe rapporteur.

Discours indirect mimétique [DIM] (indirect discourse, mimetic to some degree)
forme de discours mixte : un discours indirect contenant des indices de la « voix » du personnage (idiolecte, décalages déictiques, guillemets) (McHale 1978).

Discours narrativisé
forme elliptique du discours rapporté : un discours « traité comme un événement parmi d’autres et assumé comme tel par le narrateur lui-même [...] » (Genette 1972 : 190). Syn. RNAL.

Discours rapporté [DR] (reported speech, represented/reported discourse etc.)
discours qui reproduit les paroles ou les pensées réelles ou imaginées d’un locuteur réel ou fictif, anthropomorphe ou non anthropomorphe, singulier ou collectif, écrit ou oral.

DR (voir Discours rapporté).

DTS (descriptive translation studies)
paradigme historico-descriptif de la traductologie qui explique les traductions par les faits sociaux, et qui cherche à être non-prescriptif.

Extradiégétique
dans la narration extradiégétique, le narrateur ne fait pas partie des personnages de la diégèse (Genette 1972). Ant. Intradiégétique.

Gladkopis’ (Γладκοпись, blandscript)
neutralisation et occultation partielle ou complète des sociolectes (argot, vernaculaire, dialecte...) du texte de départ.

Glissement (shift)
absence de relation synonymique entre les passages du texte de départ et le texte d’arrivée (Leuven-Zwart 1989).

Hypertexte
« texte dérivé d’un autre texte préexistant » (l’hypotexte) ; la relation hypertextuelle peut être implicite ou explicite (Genette 1982 : 12).

Intérêt
ensemble des qualités d’un ouvrage de fiction qui, au XVIIIe siècle, éveillent le désir du lecteur de poursuivre sa lecture jusqu’à la fin : « l’intérêt dans un ouvrage de littérature, naît du style, des incidens, des caractères, de la vraisemblance, & de l’enchaînement » (Encyclopédie : s.v. « intérêt (littéral.) »).

Intervention auctoriale
manifestation spéciale de la voix du traducteur dans le texte d’arrivée : l’appel au lecteur où le traducteur fait preuve d’irrespect envers l’auteur du texte de départ.

Locuteur
émetteur de paroles que le rapporteur cite dans le discours rapporté. Syn. Énonciateur rapporté.

Loi de standardisation croissante (Law of growing standardization)
hypothèse selon laquelle l’originalité d’un texte tend à diminuer dans la traduction (Toury 1995 : 268).

Manipulation
a) modification de l’image / du sens / du style du texte originel dans l’acte de la réécriture (les moyens).
b) modification des cultures à l’aide de la réécriture (la fin).

Mimétique (←mimesis)
dans le discours rapporté : ‘fidèle’, direct, ‘réaliste’, « montré ». Ant. diégétique.

Mise en abyme du discours rapporté
discours rapporté du troisième degré : discours rapporté dans le discours rapporté.
Mise en abyme, gen. : « Se dit d’une œuvre montrée à l’intérieur d’une autre qui en parle, lorsque les deux systèmes signifiants sont identiques : récit dans le récit, film dans le film, peinture représentée dans une peinture etc. » (Petit Robert : s.v. « abîme »).

Mixité du discours rapporté
mélange de critères distinctifs des formes de discours (par exemple mélange de la typographie du discours direct et des marques de subordination) (Rosier 1999).

Norme
notion intersubjective du comportement ou du produit correct que chaque membre d’un groupe social a intériorisée pendant sa socialisation et qui est observée par la majorité des membres du groupe en question.

Normes translationnelles
a) normes qui régissent le travail des traducteurs.
b) hypothèses explicatives avec lesquelles les chercheurs du paradigme historico-descriptif expliquent le comportement des traducteurs dans telles et telles conditions socio-culturelles.

Patronage
personnes, groupes de personnes, classes sociales, maisons d’édition, médias ou d’autres autorités qui contrôlent le système littéraire en accordant leur protection aux artistes qui sont conformes à l’idéologie de la société, et en défavorisant les artistes dissidents.

Plurilinguisme
« stylisation, habituellement parodique, du langage propre aux genres, aux professions et autres strates du langage » dans le roman (Bakhtine 1978 : 122-123).

Polyphonie
pluralité des voix et des points de vue, sans hiérarchisation énonciative, dans un texte, ce qui est typique uniquement pour les ouvrages de Fédor Dostoïevski (Bakhtine) ; plus généralement, la multiplicité des voix au sein d’un seul énoncé.

Polysystème (polysystem)
système socio-sémiotique multiple, composé de plusieurs sous-systèmes concurrents et interdépendants.

Professionnels de la réécriture
traducteurs, éditeurs, critiques, journalistes, professeurs, anthologistes, historiographes etc. qui surveillent la poétique (le répertoire des moyens littéraires et la conception comment devrait être la littérature) dans une société donnée.

Rapporteur
celui qui relate les paroles d’un locuteur ; par exemple le narrateur qui rapporte les paroles d’un personnage. Syn. Énonciateur origine.

Rapport narratif d’un acte de langage [RNAL] (narrative report of speech acts [NRSA])
forme de discours indiquant seulement que l’acte de langage a eu lieu. Syn. DN.

RD (voir Résumé diégétique).

Réalème (realeme).
unité qui représente la réalité dans le répertoire d’une culture donnée.

Réécriture (rewriting)
concept d’ A. Lefevere désignant divers types de retraitement de texte : édition, réédition, critique littéraire, analyse de texte, publication de récueils de textes, modernisation, traduction etc.

Répertoire (répertoire)
a) ensemble des façons d’agir qui sont possibles au sein d’un groupe social
b) ensemble des règles et des matériaux qui gouvernent la création et la consommation d’un produit.
c) ensemble des éléments de présélection (principes, normes, thèmes, moyens stylistiques ou narratifs etc.) qui forment le fonds d’une littérature donnée.

Résumé diégétique [RD] (diegetic summary)
forme de discours mentionnant que l’acte de langage a eu lieu, mais qui en omet le contenu.

Résumé paraliptique [RP]
forme de discours où le narrateur refuse explicitement de relater les paroles du personnage.

Retraduction
« nouvelle traduction, dans une même langue, d’un texte déjà traduit, en entier ou en partie » (Gambier 1994 : 413).

RNAL (voir Rapport narratif d’un acte de langage)

RP (voir Résumé paraliptique).

Skopos
la fin ou l’objectif de la traduction ; selon la théorie du skopos (Vermeer), le texte d’arrivée est déterminé surtout par sa fonction dans la culture d’arrivée (Terminologie de la traduction : s.v. « théorie du skopos »).

Sociolecte
les « langages « illégitimes », incorrects, marqués » en opposition de la langue officielle d’une culture donnée : vernaculaire, patois, pidgin, créole, dialecte, argot etc. (Chapdelaine & Lane-Mercier 1994 : 8).

Sourcier, -ère (source-oriented)
manière de traduire le texte de départ en gardant l’aspect étranger dans le texte d’arrivée ; cette stratégie cherche à « faire découvrir au lecteur les formes originales du texte étranger » (Terminologie de la traduction : s.v. « sourcier, sourcière »). Ant. Cibliste.

Stratégie
« stratégie utilisée de façon cohérente par le traducteur en fonction de la visée adoptée pour la traduction d’un texte donné » (Terminologie de la traduction : s.v. « stratégie de traduction »).

Texte d’arrivée
« texte qui résulte de l’activité de la traduction » (Terminologie de la traduction : s.v. « texte d’arrivée »).

Texte de départ
« texte à partir duquel se fait la traduction » (Terminologie de la traduction : s.v. « texte de départ »).

Type de discours
forme dans laquelle le rapporteur (le plus souvent, le narrateur) relate le discours du locuteur (du personnage) ; par exemple le discours narrativisé, le discours direct etc. Syn. Forme de discours.

Voix
« faisceau de traits textuels qui donne l’impression de pouvoir être reconduit à un seul foyer d’énonciation » (Folkart 1996 : 127 n3).

© Artois Presses Université, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search