Version classiqueVersion mobile

La tierce main

 | 
Kristiina Taivalkoski-Shilov

Conclusion

Texte intégral

[M]adame de Sévigné compare les traducteurs à des domestiques qui vont faire un message de la part de leurs maîtres, et qui disent souvent le contraire de ce qu’on leur a ordonné. Je réponds à cela que j’ai tâché de faire ma commission le mieux possible, et que, comme les messagers d’Homère, je répète autant que je le puis dans une autre langue, les propres expressions de celui qui m’a envoyé. (Chéron, traducteur de Tom Jones, 1804 : xxix-xxx.)

  • 1 Ledoux 1964/ 1990 : XVIII, i, 410.

1Au chapitre liminaire du dix-huitième livre de Tom Jones, le narrateur fait ses adieux au « Lecteur », afin de se réconcilier avec celui-ci après des moments d’exaspération ou de fatigue qu’il a pu avoir au cours de la lecture, et afin de lui « souhaiter sincèrement tout le bien possible »1 pour l’avenir. Après un travail intensif de plusieurs années, j’aurais envie de l’imiter, même s’il ne s’agit pas d’un ouvrage de fiction. En fait, il n’est pas étonnant que les traducteurs imitent les auteurs qu’ils traduisent et deviennent eux-mêmes des traducteurs-narrateurs omniscients. Même nous, les chercheurs ‘objectifs’ en traductologie, ne pouvons éviter d’être influencés par les auteurs et les traducteurs que nous étudions. Puisque nous relatons les paroles d’autrui dans nos études, elles ne sont pas non plus exemptes de subjectivité ou de gauchissement de sens, caractéristiques immanentes du DR. Voilà une raison de plus pour ne pas jeter la pierre aux traducteurs, puisque nous, les traductologues, ne sommes pas non plus sans péché à cet égard.

T⊂DR

2Mon objectif dans cette étude était de tester l’hypothèse selon laquelle la traduction est une forme du discours rapporté. J’estime avoir mis en évidence qu’il en est ainsi. Selon ma définition, la traduction est du DR interlingual où le traducteur cite, l’un après l’autre, et avec une visée imitative globale, les fragments qui constituent selon lui les traits essentiels d’un texte, relativement au skopos du texte d’arrivée. Mon étude révèle même que les stratégies de traduction ont quelque ressemblance avec les différentes formes de DR qui, elles, remontent probablement à certaines figures de rhétorique. Traduire n’est finalement pas si loin de narrer ; dans quelques circonstances historico-culturelles, les traducteurs peuvent puiser dans les stratégies de la narration.

  • 2 Charles 2.6.2004 : communication personnelle.
  • 3 Dans le Clarisse de Prévost, édité par S. Charles, le traducteur se sert du CRD et du RP par exempl (...)

3Ainsi le contexte historique de cette étude – que j’ai étudié à fond – a-t-il donné une nouvelle dimension à la traduction vue comme un DR : puisque les normes translationnelles le permettent, les traducteurs libres de l’âge classique ne se privent pas de l’usage du RP ou d’autres formes du DR dans la traduction. Dans mon corpus, c’est Pierre-Antoine de La Place qui donne les meilleurs exemples de cette tendance des traducteurs à ‘narrer’ le texte de départ, qui est sous-jacente chez les traducteurs de nos jours. Il est à noter que le cas de La Place n’est pas unique en son genre. D’après S. Charles2, l’abbé Prévost aussi intervient souvent dans les textes qu’il traduit. En effet, en survolant sa traduction de Clarisse, j’ai remarqué qu’il se sert au moins du PR et du CRD comme stratégie de traduction3. Décidément, le rôle du DR semble déterminant dans la littérature du XVIIIe siècle. La relation entre la traduction, le DR et la création artistique semble tout au moins ambiguë. Comme le constatent L. D’hulst (1997 : 394) et S. Charles (2000 : 932), les traits discursifs propres à la traduction font partie du répertoire littéraire de l’époque : les traducteurs imitent les auteurs, et les auteurs (de pseudo-traductions) imitent les traducteurs, ces derniers étant à l’époque ordinairement aussi des auteurs... Quel « vertige de la citation » !

La tierce main

4L’autre question sur le DR et la traduction que j’ai cherché à élucider dans cette étude, était de savoir ce que l’on fait du DR lui-même dans la traduction littéraire. J’ai analysé le corpus des traductions de Fielding en me servant d’un continuum de sept types de discours, afin de voir si quelques types étaient plus difficiles à traduire que les autres. Effectivement, ce que l’on pouvait anticiper déjà à partir des études menées uniquement sur la traduction du DIL et du DDL, les types mixtes amènent plus de glissements que les autres types du continuum. Cela concerne aussi bien les traducteurs libres que les deuxièmes traducteurs qui cherchent à rendre scrupuleusement leur texte de départ.

5Dans le corpus que j’ai étudié, les motifs de la diminution de l’hétérogénéité énonciative semblent être multiples. Chez Desfontaines et La Place, les nonnes littéraires expliquent la majorité des glissements. Desfontaines considère les mélanges déictiques et stylistiques comme inacceptables, tandis que pour La Place, l’intérêt est primordial dans Tom Jones ; il omet et résume aussi les types mixtes. En outre, Desfontaines et La Place rendent les types mixtes assez souvent par le DD, qui est, à l’époque, le type de discours à la mode. Chez Mme Riccoboni, les nombreux glissements s’expliquent principalement par son histoire personnelle ; piquée par le drame triangulaire entre Booth, Amelia et Miss Mathews, la traductrice s’est approprié l’ouvrage original et l’a fait sien, en négligeant complètement les détails, tel que le DR, du texte de départ. Enfin, chez Lunier, Davaux et Puisieux qui représentent différentes valeurs de traduction et, partant, différentes normes translationnelles, ce sont les différences structurelles entre l’anglais et le français qui ont causé les glissements. Ce sont les premiers traducteurs à respecter les détails de Fielding, mais comme le DIM ne semble pas tout à fait conforme à l’esprit de la langue française, et que les indices du DIL diffèrent dans les deux langues, ils ont nombre de glissements dans les catégories mixtes.

6Ces résultats m’amènent à conclure que la traduction des types mixtes constitue ce que Christiane Nord (1991 : 151) appelle « problème de traduction » (translation problem), à la différence des « difficultés de traduction » subjectives (translation difficulties) qui sont liées au niveau de compétence du traducteur : la traduction des types mixtes semble poser des problèmes à n’importe quel traducteur dans n’importe quelles conditions. Pourquoi ? Premièrement, parce que les langues diffèrent structurellement et stylistiquement les unes des autres ; ainsi les indices de la mixité d’une langue X ne correspondent-ils pas à ceux d’une langue Y. Le traducteur est obligé de modifier, de supprimer, d’ajouter ou de compenser plus tard. Deuxièmement, comme l’a mis en évidence Giuliana Schiavi (1996), la structure communicative des traductions est plus complexe que celle des originaux (voir chapitre 5, note 6). Les traductions portent l’empreinte du traducteur qui, nolens volens, tend à expliciter l’ambiguïté du texte de départ. Même si le traducteur est bien versé dans la narratologie et qu’il essaie de garder la multitude des voix de l’original, son texte a pourtant un autre narrateur, un autre narrataire, un autre lecteur – implicite et réel – que l’original. Il en va de même pour les auto-traductions : On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve.

La standardisation et la retraduction

7La diminution générale de l’hétérogénéité énonciative que j’ai observée dans le corpus semble corroborer l’hypothèse de G. Toury, selon laquelle la traduction tend à impliquer la standardisation du texte de départ. Tous ces traducteurs, bon gré mal gré, standardisent non seulement les types de discours mixtes, mais aussi la représentation sociolectale des originaux. Néanmoins, les trois retraducteurs standardisent moins les textes de départ que leurs prédécesseurs. Mon analyse corrobore donc l’autre hypothèse sur la traduction que j’avais testée dans cette étude, l’hypothèse selon laquelle les retraductions sont plus fidèles que les premières traductions d’une œuvre. Or, cette hypothèse semble être valable uniquement dans certaines conditions ; il arrive aussi que les retraductions soient plus libres que les premières traductions (Koskinen & Paloposki 2003).

8Le fait que les retraducteurs de Fielding standardisent moins les originaux que leurs prédécesseurs met en évidence qu’il est possible de lutter contre la standardisation. Les traducteurs littéraires de nos jours pourraient en fait profiter des études faites dans le domaine de la traductologie. En devenant conscients des tendances générales de la traduction, comme l’explicitation ou la diminution de l’hétérogénéité énonciative, ils pourraient créer des stratégies pour les éviter dans leurs propres traductions – s’ils le veulent.

Notes

1 Ledoux 1964/ 1990 : XVIII, i, 410.

2 Charles 2.6.2004 : communication personnelle.

3 Dans le Clarisse de Prévost, édité par S. Charles, le traducteur se sert du CRD et du RP par exemple dans les pages suivantes (tome II) : 28, 274, 367, 383-384, 406-407, 430, 442-443, 513, 551, 570, 583-584, 594-595, 606, 613, 632, 633, 660 (Richardson 1999).

© Artois Presses Université, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search