Version classiqueVersion mobile

La tierce main

 | 
Kristiina Taivalkoski-Shilov

VI. Analyse et résultats

Texte intégral

1Il est temps de mettre en pratique ce qui a été développé dans les parties théorique et historique de cette étude. Dans ce qui suit, les types de discours qui appartiennent au continuum élaboré au chapitre 2 (voir tableau 1) seront traités séparément, à l’exception du discours direct libre qui ne fait pas partie de mon étude. Chaque type de discours sera décrit de façon sommaire avant la présentation des résultats de l’analyse translationnelle. Dans les exemples discutés, si le texte de départ ne précède pas le texte d’arrivée, il sera mis dans une note de bas de page, à titre indicatif. Pour ne pas perdre le fil de mon argumentation, je ne traiterai que rarement d’autres modifications que les glissements concernant le DR. Mes exemples seront nombreux, pour que le lecteur puisse juger aussi lui-même du travail des traducteurs. Je signale encore que tous les caractères gras sont de moi.

2Les résultats que j’ai tirés de l’analyse des deux corpus consacrés au DR, sont fort similaires : les traducteurs rendent le plus fidèlement le discours direct et le moins fidèlement le discours indirect mimétique et le discours indirect libre (voir les tableaux dans l’appendice). En outre, la traduction de Mme Riccoboni est marquée par une abondance d’omissions et d’additions. Cela n’est pourtant pas dû au DR de l’original, mais au fait que Mme Riccoboni ne rend, mutatis mutandis, que les événements centraux de l’intrigue du roman.

Le résumé paraliptique

  • 1 Pour la nature même et les autres fonctions du RP, voir Taivalkoski-Shilov (2002).

3Le type que j’avais ajouté au continuum de B. McHale est le résumé paraliptique (RP), moyen pour le narrateur de mentionner le discours du personnage, tout en refusant plus ou moins explicitement de le relater. Par ce refus, qui peut être purement rhétorique (le discours ‘omis’ peut suivre le commentaire du narrateur), le narrateur anticipe les réactions de son narrataire qu’il ne veut pas fatiguer par des répétitions. Le RP a également d’autres motifs dans les romans de Fielding : tantôt le narrateur craint de choquer « le Lecteur » par des obscénités lancées par le personnage, tantôt il prétend ne pas être capable de relater ce qui vient d’être dit1. Voici un exemple d’un RP causé par l’indécence des paroles du personnage, relevé dans l’Amelie de Philippe de Puisieux :

  • 2 Fielding : « He then ran to the Door, and called up two ill-looking Fellows, his Followers, whom, a (...)

Puisieux : Alors il [bailiff Bondum] courut à la porte, & appela deux drôles de mauvaise mine, de ses Recors. Dès qu’ils furent dans la chambre, il leur ordonna de saisir Booth, disant qu’il vouloit le conduire sur le champ à Newgate, & vomissant en même-tems une bordée d’injures que la dignité de l’histoire ne nous permet pas de répéter2. (Puisieux 1784 : VIII, x, 114.)

  • 3 Fielding : « [...] he [Squire Western] had learned Mr. Jones had taken that Rout (for Partridge, to (...)
  • 4 Il y a deux RP – et, partant, deux unités de traduction – dans ce passage.

4Les seconds traducteurs du corpus rendent scrupuleusement le RP. Davaux le rend toujours par le RP (je n’ai repéré qu’une omission3 de RP dans sa traduction entière), Puisieux et Lunier presque toujours. Desfontaines, qui est le plus fidèle des premiers traducteurs de Fielding, rend un peu moins des deux tiers de ce type par le RP, ses autres stratégies étant le glissement vers un type voisin (RD et CRD), l’omission et la transformation de paroles en actions. Parfois il arrive à Desfontaines de censurer les RP sans qu’il y ait un changement de type de discours, comme dans le deuxième RP de l’exemple suivant4. Ce RP, qui est en caractères gras, concerne aussi l’indécence des propos du personnage :

Fielding : Whilst they were on the Road, the lovely Fanny attracted the Eyes of all ; they endeavoured to outvie one another in Encomiums on her Beauty ; which the Reader will pardon my not relating, as they had not any thing new or uncommon in them : So must he likewise my not setting down the many curious Jests which were made on Adams, some of them declaring that Parson-hunting was the best Sport in the World : Others commending his standing at Bay, which they said he had done as well as any Badger ; with such like Merriment, which though it would ill become the Dignity of this History, afforded much Laughter and Diversion to the Squire, and his facetious Companions. (Fielding 1742 : III, v [sic, vi], 106.)
Desfontaines : Durant le chemin ils se mirent à vanter les agrémens de l’aimable Fanny. Le Lecteur m’excusera, si je ne lui rend point compte de tout ce qui se dit là-dessus, ni des badinages qu’Adams essuya en même tems. Quelques-uns dirent que jamais Taureau ne s’étoit mieux présenté au combat ; avec bien d’autres plaisanteries d’une pareille délicatesse, au grand contentement de Mylord, & ses imbecilles Compagnons. (Desfontaines 1743a : III, vi, 115.)
Lunier : Tandis qu’ils marchoient, l’aimable Fanny attiroit les regards de tout le monde, et chacun célébroit à l’envi ses charmes et sa fraîcheur. Nous ferons grâce à nos lecteurs de tous leurs propos galans, parce qu’en effet ils n’ont rien de neuf ni de piquant. Nous ne ferons pas mention non plus des excellentes plaisanteries dont Adams fut l’objet : quelques-uns disant que la chasse aux ministres étoit la plus agréable de toutes les chasses ; d’autres le louant de s’être défendu dans son sort, aussi bien qu’aucun sanglier ; et beaucoup d’autres facéties de cette espèce, qui, quoiqu’elles ne conviennent pas à la dignité de notre histoire, firent pourtant les délices de l’écuyer et de ses joyeux compagnons. (Lunier 1807 : III, vi, 155-156.)

Contrairement à son prédécesseur, Lunier traduit tous les détails frappants du RP en question. Il est vrai que Desfontaines ne rend pas mot à mot non plus le RP qui précède ce sacrilège. Mais ici la modification est inévitable, si l’on pense aux normes littéraires françaises de l’époque, qui soulignaient l’importance de l’ utile dulci et des bienséances. En outre, comme le traducteur était lui-même ecclésiastique de son état, sa complicité envers le clergé l’aura fait modifier un autre RP qui devient CRD dans sa traduction parce que l’élément essentiel du RP, le refus du narrateur, a été supprimé :

Fielding : “Yes, Sir, yes,” says Adams, “I have a Horse, but I have left him behind me. ’’“I am glad to hear you have one,” says Trulliber, “for I assure you. I don’t love to see Clergymen on foot ; it is not seemly nor suiting the Dignity of the Cloth.” Here Trulliber made a long Oration on the Dignity of the Cloth (or rather Gown) not much worth relating, till his Wife had spread the Table and set a Mess of Porridge on it for his Breakfast. (Fielding 1742 : II, xiv, 272.)
Desfontaines : « Pardonnez-moi, répondit Monsieur Adams ; j’en ai un que j’ai laissé derrière. J’en suis bien aise, reprit Trulliber ; car je n’aime point à voir les Ministres à pied. Il ne convient pas de déroger à sa dignité. »
Il continua à faire l’éloge du Sacerdoce, jusqu’à ce que sa femme eût aporté un potage pour leur déjeuné. (Desfontaines 1743a : II, xiv, 287.)

  • 5 Charles 1994 : 948-949.

5Pierre-Antoine de La Place rend moins de la moitié des RP par les RP, alors que ses omissions sont nombreuses : plus d’un tiers des RP. Cela n’est pas causé par l’antipathie du traducteur envers le RP (le lecteur se souviendra qu’il s’en sert aussi pour traduire Fielding...) mais par sa stratégie de traduction plus globale. Soucieux d’une part de ne traduire que l’essentiel du roman, et impatient d’autre part d’aboutir aux événements finaux de l’intrigue, notre traducteur a accéléré la narration des deux premiers tiers de Tom Jones au profit du dernier tiers5. Par conséquent, les omissions et les autres modifications des RP se situent principalement dans les dix premiers livres du roman. Dans les derniers livres, le narrateur de La Place a le temps de faire de pareilles dissertations :

Fielding : He had no sooner, therefore, received a full Liberty of speaking from Jones, than he entered upon a long Narrative concerning the Lady ; which, as it contained many Particulars highly to her Dishonour, we have too great a Tenderness for all Women of Condition to repeat ; we would cautiously avoid giving an Opportunity to the future Commentators of our Works, of making any malicious Application ; and of forcing us to be, against our Will, the Author of Scandal, which never entered into our Head (Fielding 1749 ; XV, ix, 265).
La Place : Dès qu’il [Nightingale] se vit les coudées franches, il entra dans un détail immense des faits & gestes de Lady Bellaston : détail, que le profond respect dû par tout Ecrivain poli aux femmes d’un certain rang nous empêcheroit de répéter, ne fût-ce que pour éviter les applications malignes des futurs Commentateurs d’un Ouvrage, bien plus fait pour instruire, que pour scandaliser notre prochain (La Place 1750 : XV, viii, 247-248).

  • 6 Je n’ai repéré que trois RP dans sa traduction, alors que l’original en contient 36.
  • 7 M.H. McMurran (2000 : 96-98) discute un tel glissement dans la traduction anglaise de La Vie de Mar (...)

6Mme Riccoboni ne respecte ni la structure, ni les types de discours d’Amelia. Elle omet presque tous les RP (plus des quatre cinquièmes) et ne rend qu’une occurrence de RP par un RP6. Il s’agit d’un cas où Miss Mathieu ne veut pas répéter à Fenton les conversations amoureuses qu’elle a eues jadis avec le perfide Summers [Hebbers]. Comme je l’ai plus d’une fois constaté, la perfidie des hommes est un thème récurrent dans l’œuvre romanesque de Mme Riccoboni, il en va de même dans son Amélie. La romancière semble avoir une réplique de prédilection qu’elle sème à tout vent. Dans la traduction d’Amelia, cette réplique se trouve dans un long passage en DD (dix pages !) qui remplace un passage en RP de l’original7. Donc curieusement dans ce passage, le discours du personnage qui se trouvait seulement au niveau de l’histoire dans l’original devient récit dans la traduction. La réplique fétiche de Madame est soulignée dans l’exemple suivant :

Fielding : ’Do ’st thou not yet know me ? ’ ’I do, Madam, indeed, ’ answered Booth, ’and I confess, that of all Women in the World you have the most Reason for what you said. ’
Here a long Dialogue ensued between the Gentleman and the Lady, whom, I suppose, I need not mention to have been Miss Mathews ; but as it consisted chiefly of violent Upbraidings on her Side, and Excuses on his, I despair of making it entertaining to the Reader, and shall therefore return to the Colonel, who having searched all the Rooms with the utmost Diligence, without finding the Woman he looked for, began to suspect that he had before fixed on the right Person, and that Amelia had denied herself to him, being pleased with her Paramour, whom he had discovered to be the noble Peer. (Fielding 1752 : X, ii, 27- 28.)
Riccoboni : [...] Miss Matheus eut le tems de l’accabler de reproches & d’injures, avant qu’il trouvât la force de lui répondre. Je l’avoue, dit-il enfin, ma conduite a dû vous déplaire ; mais vous avois-je promis d’en tenir une autre ? ignoriez-vous ma position, mes sentimens, mes devoirs... Eh, ne deviez-vous rien à mon amitié, interrompit-elle, à ma complaisance, à mes soins ? [...]. [...]...
[Fenton] Bon Dieu, avec quelle véhémence vous vous exprimez ; voulez-vous rassembler autour de nous une foule curieuse ? On s’arrête, on vous écoute. Que m’importe si on m’entend, reprit-elle ; & le voyant rattacher son masque, vous vous cachez en vain, Monsieur Fenton, cria-t-elle, je vous ferai connoître. Vous m’avez trahie, indignement trahie, je veux le dire, le répéter, l’apprendre à tout le monde. Monsieur Fenton tressailloit à chaque mot qu’elle prononçoit. (Riccoboni 1762 ; Troisième partie, 170, 173.)

Ici, l’acte de traduire se transforme en thérapie. L’ignoble personnage masculin, coupable du même crime que l’amant ingrat de la traductrice (le comte de Maillebois), sera dénoncé et puni. L’ Amélie de Mme Riccoboni décrit impitoyablement les efforts de M. Fenton pour se cacher (« le voyant rattacher son masque, vous vous cachez en vain, Monsieur Fenton, cria-t-elle »), sa lâcheté (« voulez-vous rassembler autour de nous une foule curieuse ? On s’arrête, on vous écoute ») et sa peur (« Monsieur Fenton tressailloit à chaque mot qu’elle prononçoit »). Le conflit des énonciations a atteint la diégèse du roman.

Le résumé diégétique

  • 8 Leech & Short 1981 : 323-324 ; Mamette 1998 : 117-118.
  • 9 McHale 1978 : 258. En principe, le RD ne doit pas contenir de mots. Je considère comme un RD la ‘ré (...)

7Le continuum de B. McHale contient deux variations du discours narrativisé de Genette, que G.N. Leech et M.H. Short appellent Rapport Narratif d’un Acte de langage8. Le premier en est le résumé diégétique (RD) qui annonce que l’énoncé a eu lieu, sans préciser le sujet ou la nature de la discussion9. Voici un exemple typique du RD, tiré de la traduction de Puisieux. Il est précédé d’un passage en DD aussi bien dans le texte d’arrivée que dans le texte de départ :

  • 10 Fielding : [Le cotexte est tiré de Fielding 1983 : VI, iv, 242.] « I can ’t answer what End she may (...)

Puisieux : Amelie n’eut rien à répliquer, & iis parlèrent d’autres choses pendant tout le reste de la promenade (Puisieux 1762 : VI, iv, 189)10

Nous savons donc que les personnages ont parlé, mais le sujet ne nous est pas communiqué par le narrateur.

  • 11 Les glissements de Puisieux dans cette catégorie sont de la nature suivante (ici RD → DI) : Fieldin (...)
  • 12 Son Amélie contient une centaine de RD.

8Selon l’analyse translationnelle, Lunier et Davaux (qui préservent presque tous les RD) ainsi que Puisieux (qui garde plus des quatre cinquièmes des RD)11 sont toujours aussi exacts dans la catégorie du RD. Même l’abbé Desfontaines traduit plus des deux tiers des RD sans glissements. Mme Riccoboni est fidèle à sa stratégie globale : une quasi-totalité d’omissions12. Seulement Pierre-Antoine de La Place fait exception ici : un tiers des RD rendus par le RD, omissions (presque la moitié des cas) et d’autres glissements (un cinquième des cas). Cela s’explique partiellement par le fait que les RD ne sont pas toujours aussi simples dans les romans de Fielding que dans l’exemple cité, notamment dans Tom Jones.

  • 13 Je ne suis pas la première à rapprocher le discours rapporté de la musique. Selon I. Génin (2001 : (...)

9Dans le RD complexe que je qualifierai de symphonique13, le narrateur, en annonçant l’acte de langage du personnage, disserte sur les aspects sonores de l’énonciation. L’information sur les propos du personnage reste aussi minimale, mais la façon dont on produit l’énoncé – il hurle, balbutie, chante, bégaye – est décrite avec éloquence. Et il arrive souvent aux narrateurs extra- ou intradiégétiques de Fielding d’utiliser dans ces RD des termes musicaux. Voici deux exemples de cas où les traducteurs jouent le jeu de Fielding. Le premier est tiré de l’Amelie de Puisieux et le second est de la main de Desfontaines :

Fielding : Amelia smiled, and Mrs. Bennet went on thus, ’O, Mrs. Booth, had you seen the Person of whom I am now speaking, you would not condemn the Suddenness of my Love. Nay, indeed, 1 had seen him there before, tho ’ this was the first Time I had ever heard the Music of his Voice. – O ! it was the sweetest that was ever heard. ’ (Fielding 1752 : VII, iv, 37.)
Puisieux : Amélie sourit, & Me. Bennet continua ainsi. O Madame Booth ! si vous aviez connu la personne dont je vous parle actuellement, vous ne condamneriez pas la précipitation de mon amour. Je l’avois déjà vu auparavant, mais c’étoit la première fois que je l’entendois ; jamais je n’avois rien ouï de si doux ni de si mélodieux que le son de sa voix. (Puisieux 1784 : VII, iv, 139.)

***

Fielding : – Adams was going to answer, when a most hideous uproar began in the Inn. Mrs. Tow-wouse, Mr. Tow-wouse, and Betty, all lifting up their Voices together : but Mrs. Tow-wouse’s Voice, like a Bass Viol in a Concert, was clearly and distinctly distinguished among the rest, and was heard to articulate the following Sounds. – “O you damn’d Villain, is this the Return to all the Care I have taken of your Family ?" (Fielding 1742 : I, xvi [sic, xvii], 123.)
Desfontaines : Bamabas [sic] alloit répondre, quand un bruit effroyable se fit entendre dans la Maison. Houspille, sa femme & Nanon crioient tous ensemble. Mais la voix de la Houspille, comme un fifre dans un concert, gagnoit le dessus, & on l’entendoit articuler ce qui suit. « Indigne coquin que tu es, est-ce ainsi que tu me payes les soins, que je prends de ta famille ? » (Desfontaines 1743 a : I, xvii, 132-133.)

10Dans Tom Jones, les RD symphoniques peuvent faire allusion à la littérature classique ou à la culture anglaise. De tels cas sont naturellement difficiles à traduire en français, puisqu’ils produisent des hiatus culturels (culture bumps, Leppihalme 1997). En outre, l’aspect parodique de ces RD n’est pas toujours conforme au goût français délicat du dix-huitième siècle, qui appréciait la clarté, les bienséances et la vraisemblance. C’est ainsi que le passage suivant, relevé dans la traduction de Davaux, ne se trouve pas dans le Tom Jones de La Place, qui respecte les normes littéraires classiques :

Fielding : As a vast heard of Cows in a rich Farmer’s Yard, if, while they are milked, they hear their Calves at a Distance, lamenting the Robbery which is then committing, roar and bellow : So roared forth the Somersetshire Mob an Hallaloo, made up of almost as many Squawls, Screams, and other different Sounds, as there were Persons, or indeed Passions, among them : [...] (Fielding 1749 : IV, viii, 51).
Davaux : Si un nombreux troupeau de vaches dans la cour d’un riche fermier, entend au loin le cri des veaux, pendant qu’on est occupé à le traire, il fait connaître par ses beuglemens le regret d’en être séparé ; ainsi beuglait la populace du comté de Sommerset, et ce terrible concert était formé par autant de cris différens qu’il y avait de personnes animées de diverses passions [...] (Davaux 1796 : tome premier, IV, viii, 308).

  • 14 Journal littéraire 1797 : 69.

Le lecteur a déjà vu au chapitre 4 que la critique n’apprécia pas la traduction nouvelle de Davaux lors de sa parution. Je signale encore que c’est à propos de la scène où se situe le passage cité que le critique du Journal littéraire écrivit : « Fielding s’est beaucoup trop livré à ce genre [caricature] ; et cet écrivain, d’ailleurs si sensible, si délicat, si noble et si touchant, semble avoir eu trop de complaisance pour le goût de la populace14. » Selon d’aucuns, même vers la fin du XVIIIe siècle, la traduction de Davaux avec ses « terribles concerts » de la populace n’est toujours pas acceptable.

11Davaux a également rendu entièrement le plus long RD de Tom Jones, qui décrit l’accès de rage de la servante de Sophia, Honour. La soubrette vient d’apprendre que l’on a pris sa maîtresse pour la bien-aimée (Jenny Cameron) du jeune prétendant et sa réaction se fait entendre de loin :

Fielding : Just as Sophia arrived at the Conclusion of her Story, there arrived in the Room where the two Ladies were sitting, a Noise, not unlike, in Loudness, to that of a Pack of Hounds just left out from their Kennel ; nor, in Shrillness, to Cats when caterwauling ; or, to Screech-Owls ; or, indeed, more like (for what Animal can resemble a human Voice) to those Sounds, which, in the pleasant Mansions of that Gate, which seems to derive its name from a Duplicity of Tongues, issue from the Mouths, and sometimes from the Nostrils, of those River Nymphs, ycleped of old the Napaeae, or the Naïades ; in the vulgar Tongue translated Oyster-Wenches : For when, instead of the ancient Libations of Milk and Honey and Oil, the rich Distillation from the Juniper-Berry ; or, perhaps, from Malt, hath, by the early Devotion of their Votaries, been poured forth in great Abundance, should any daring Tongue, with unhallowed Licence profane, i.e., depreciate the delicate fat Milton Oyster, the Plaice sound and firm, the Flounder as much alive as when in the Water, the Shrimp as big as a Prawn, the fine Cod alive but a few Hours ago, or any other of the various Treasures, which those Water-Deities, who fish the Sea and Rivers, have committed to the Care of the Nymphs, the angry Naïades lift up their immortal Voices, and the profane Wretch is struck deaf for his Impiety.
Such was the Noise, which now burst from one of the Rooms below ; and soon the Thunder, which long had rattled at a Distance, began to approach nearer and nearer, ’till, having ascended by Degrees upstairs, it at last entered the Apartment where the Ladies were. In short, to drop all Metaphor and Figure, Mrs. Honour having scolded violently below Stairs, and continued the same all the Way up, came in to her Mistress in a most outrageous Passion, [...]. (Fielding 1749 : XI, viii, 160-161.)
Davaux : Précisément au moment où Sophie finissait son histoire, il parvint dans la chambre où les deux dames étaient assises, un bruit pareil à celui d’une meute des chiens qu’on lâche du chenil, et non moins aigu, que celui des chats quand ils font l’amour, ou comme le cri des chouettes, ou plus semblables enfin, (car, quel animal peut ressembler à la voix humaine), à ces sons qui sortent de la bouche et quelquefois du nez de ces belles Nymphes de rivières, descendantes des anciennes nayades, vulgairement nommée crieuses d’Huitres ; quantau-lieu des anciennes libations de lait, de miel et d’huile, la riche destination de bierre et peut-être d’eau-de-vie, a coulé en grande abondance par la dévotion matinale de ces fidèles sectatrices ; si quelque langue hardie osait déprécier l’huitre délicate et grasse ; la Plie ferme et fraiche ; le Carlet aussi vif que s’il était encore dans l’eau ; la Chevrette aussi forte qu’une Langouste ; la belle Morue qui vivait quelques heures auparavant ; enfin aucuns de ces trésors variés, que ces divinités de l’eau, qui pêchent dans la mer et dans les rivières, ont confiés aux soins de ces Nymphes. Ces nayades irritées élèvent leurs voix immortelles, et le malheureux profane est frappé de surdité pour son impiété.
Tel était le bruit qui sortait alors d’une des chambres d’en bas. Bientôt le tonnerre, qui depuis long-tems grondait dans le lointain, s’approcha plus près et plus près, jusqu’à ce qu’ayant monté par dégré l’escalier, il entra dans l’appartement où étaient les dames. En un mot, pour laisser-là toute métaphore et toute figure, mistriss Honor, après avoir crié violemment en bas, crié non moins violemment en haut, vint trouver sa maîtresse avec la colère la plus ardente, [...] (Davaux 1796 : tome troisième, II, viii, 178-180.)

Le RD sert ici aussi de moyen de peindre une diégèse en trois dimensions. Le narrateur décrit l’espace à l’aide du mouvement de la voix de Honour dans la maison. Dans la traduction de La Place, le même passage avait été traduit ainsi :

La Place : Au moment que Sophie achevoit la sienne [histoire], une rumeur terrible se fit tout-à-coup entendre dans la chambre au-dessous de celle où étoient les deux Voyageuses. Cette orage subit, après avoir grondé quelque tems au loin, s’approcha par dégrés, & toujours en grossissant, jusqu’à l’appartement des deux Dames, où il éclata enfin dans toute sa vigueur. Pour quitter la métaphore, Madame Honora, après avoir crié en bas comme une furie, & comme deux en montant l’escalier, arriva toute enflamée dans la chambre de sa maîtresse, [...]. (La Place 1750 : XI, vi, 258.)

Le RD est conservé partiellement (je compte ici trois unités de traduction en RD dont deux ont été omises par La Place), ainsi que la création d’un espace tridimensionnel. Mais les détails bas disparaissent. La raison en sera le ‘mauvais goût’ du passage ainsi que le désir de La Place de ne pas tuer l’intérêt du lecteur.

Le compte rendu diégétique

  • 15 McHale 1978 : 259.

12L’autre discours narrativisé de B. McHale, le compte rendu diégétique (CRD), diffère du type que je viens de présenter par le fait qu’il donne plus d’informations sur l’acte de langage. Il annonce également le sujet de la discussion15. Le CRD peut être tout à fait neutre et ne faire qu’avancer l’action :

  • 16 Fielding : « Adams asked him, if he had not seen a young Man on horse-back on the Road, (describing(...)

Lunier : Adams lui demanda « s’il n’avoit pas vu sur la route un jeune homme à cheval, qu’il lui dépeignit. »« Oui, dit le cocher : une dame de sa connoissance, qui est dans ma voiture, l’a dégagé lui et son cheval. Il seroit déjà ici, sans l’orage qui l’a obligé de chercher un abri quelque part. » (Lunier 1807 : II, iii, 221-222.)16

13Assez souvent, le CRD est pourtant péjoratif. Le narrateur, en mentionnant le discours (éloge, panégyrique, oraison, dissertation, histoire...) du personnage sur tel et tel sujet, fait entendre la nature ridicule des propos. Dans les romans de Fielding, ce type est fréquent et remarquablement ironique. Ce sont surtout les narrateurs extradiégétiques des trois romans qui s’en servent, pour créer une distanciation entre leurs « Lecteurs » et certains personnages. Ils révèlent les sujets sur lesquels ceux-ci veulent briller, leurs tics de langage, leurs motifs secrets... et l’ennui, l’amusement, ou l’incompréhension de leurs auditeurs :

  • 17 Le cotexte ajouté est tiré de Fielding 1974 : IV, xiv, 204.

Fielding : ‘What is the Matter, Sir ? I am sure it is impossible I should hurt you17. ’ And then holding forth the broken Arm, he began a long and very learned Lecture of Anatomy, in which simple and double Fractures were most accurately considered, and the several ways in which Jones might have broken his Arm were discussed, with proper Annotations, shewing how many of these would have been better, and how many worse than the present Case (Fielding 1749 : IV, xiv, 100).
Davaux : Quoi donc ! monsieur, lui dit-il [le chirurgien], certainement cela ne peut pas vous faire du mal ; et montrant le bras cassé, il se mit à faire un discours très-savant sur l’anatomie. Les fractures simples et les fractures compliquées furent traitées à fonds. Il discuta avec des remarques curieuses les différentes manières plus ou moins dangereuses, dont le bras aurait pu être cassé. (Davaux 1796 : tome premier, IV, xiv, 362-363.)

  • 18 Fielding : « Upon which Adams began to discourse on Platonic Love ; whence he made a quick Transiti (...)

Après ces deux CRD, le narrateur constate que les auditeurs ne furent pas édifiés par la harangue du chirurgien, étant donné qu’ils n’y comprenaient rien. Il est à noter que même les personnages sympathiques comme le pasteur Adams passent du coq à l’âne et font souvent des digressions soporifiques qui sont relatées par le CRD18.

  • 19 Voir aussi Mylne 1994 : 25-26.

14Le CRD peut également relater des conversations et ridiculiser les efforts des personnages voulant prendre le dessus dans la discussion19. Les deux exemples suivants présentent le cas typique de tels CRD, où l’un des locuteurs essaye de mettre sur le tapis le sujet qu’il veut traiter, alors que son co-locuteur s’efforce de l’éluder :

Fielding : He [Bellarmine] said, "he had a very high value for the young Lady, and would receive her with less than he would any other whatever ; but that even his Love to her made some Regard to worldly Matters necessary ; for it would be a most distracting Sight for him to see her, when he had the Honour to be her Husband, in less than a Coach and Six.” The old Gentleman answer’d, “Four will do, Four will do ; ˮ and then took a turn from Horses to Extravagance, and from Extravagance to Horses, till he came round to the Equipage again, whither he was no sooner arrived, than Bellarmine brought him back to the Point ; but all to no purpose, he made his Escape from that Subject in a Minute, till at last the Lover declared, "that in the present Situation of his Affairs it was impossible for him, though he loved Leonora more than tout le monde, to marry her without any Fortune. ’’ (Fielding 1742 : II, vi, 205-206.)
Desfontaines : Notre petit Maître [...] dit au pere : « Monsieur, j’estime infiniment votre charmante fille : je la prendrais avec une moindre dot que toute autre. Mais ma tendresse pour elle m’oblige d’avoir égard à nos communs intérêts ; car je mourrais de douleur, si j’avois l’honneur d’être son mari, de la voir réduite à un équipage moins magnifique que celui que j’ai à présent. Six chevaux sont absolument nécessaires. »
Quatre suffiroient, répondit le Vieillard. Quatre, quatre ; on s’en contentera. Il continua à parler de cheveaux, ensuite du luxe, puis il revint aux cheveaux, changeant à chaque instant de sujet, pour tâcher d’éluder les argumens du jeune Seigneur, qui à son tour faisoit tous ses efforts pour le faire toujours revenir à la dot. Mais voyant qu’il perdoit ses peines, cet Amant tendre & passionné à la fin déclara, que Leonore lui étoit mille fois plus chere que sa vie, qu’il lui sacrifierait tout ce qu’il avoit de plus précieux, qu’il l’adorait, que rien ne pouvoit le rendre heureux que sa main... mais qu’il lui étoit impossible de l’épouser sans dot. (Desfontaines 1743a : II, vi, 219- 221.)

***

Fielding : Amelia then put the Note in her Pocket ; and they entered into a Conversation, in which many civil Things were said on both Sides ; but what was chiefly worth Remark, was that Amelia had almost her Husband constantly in her Mouth, and the Colonel never mentioned him : the former seemed desirous to lay all Obligations, as much as possible, to the Account of her Husband ; and the latter endeavoured with the utmost Delicacy to insinuate that her Happiness was the main, and indeed only Point which he had in View. (Fielding 1752 : VIII, iv, 137-138.)
Puisieux : Amélie mit le billet dans sa poche, & ils entamèrent une conversation, qui fut assaisonnée de part & d’autre de mille politesses : ce qui mérite le plus d’être remarqué, c’est qu’Amélie avoit presque toujours le nom de son mari à la bouche, & que le Colonel n’en parla presque point. La première affectoit de rejetter autant qu’elle pouvoit toutes les obligations sur le compte de Booth ; & le Colonel tâchoit, avec la plus grande délicatesse, de faire entendre que son bonheur à elle étoit le principal & même l’unique but qu’il se proposoit, & de lui procurer un peu de tranquillité & d’aisance. (Puisieux 1784 : VIII, iv, 36-37.)

Dans le dernier des exemples cités – où le capitaine James essaie de charmer Amelia – la traduction de Puisieux contient un glissement léger (de non-DR vers le CRD, le soulignage est de moi) par rapport à l’original. C’est que le colonel James ne parle point du tout du capitain Booth dans le texte de départ. Les glissements de la sorte arrivent facilement sans que le traducteur s’en rende nécessairement compte.

  • 20 Il y a pourtant presque 300 CRD dans son Amélie.

15Les CRD ont été traduits avec la même logique que les autres formes de discours condensées. Davaux, Puisieux et Lunier sont les traducteurs les plus exacts (presque la totalité des CRD rendus par le CRD), tandis que Mme Riccoboni représente l’autre extrême20. La Place, qui rend fidèlement près des deux tiers de ce type, en supprime tout de même un quart, dans le but d’accélerer l’action du roman. Mais c’est l’abbé Desfontaines qui brille dans cette catégorie, pas tant par l’absence de glissements (les deux tiers des cas) mais par la qualité des CRD de sa traduction. Il a réussi à rendre l’humour de Fielding, en prenant quelques libertés vis-à-vis des tournures exactes du texte de départ. Comparons les versions de Desfontaines et de Lunier du même passage de Fielding, où un "Gentleman ’ plaisante sur la nudité de Joseph Andrews après que deux voleurs de grand chemin l’ont dépouillé même de ses vêtements. Laquelle des deux versions françaises amuse-t-elle le plus le lecteur ?

Fielding : As Wit is generally observed to love to reside in empty Pockets ; so the Gentleman, whose Ingenuity we have above remark’d, as soon as he had parted with his Money, began to grow wonderfully facetious. He made frequent Allusions to Adam and Eve, and said many excellent things on Figs and Fig-Leaves ; which perhaps gave more Offence to Joseph than to any other in the Company. (Fielding 1742 : 1, xi [sic, xii], 70.)
Desfontaines : Apollon & Plutus s’étant brouillés ensemble sur la fin du siecle d’or, on a toujours remarqué depuis ce tems-là que l’esprit ne brille jamais tant que quand la bourse est vuide. Notre Vieillard, qui étoit bel esprit, ayant perdu son argent, commençoit à donner un libre cours à la vivacité de son imagination. L’état d’innocence, la nudité de nos premiers parens, les feuilles de figuier, & tout ce qui pouvoit faire allusion à l’état dans lequel étoit Joseph, fut battu & rebattu avec une grande liberté d’expression. (Desfontaines 1743a : I, xii, 76-77.)
Lunier : De même que l’esprit se plaît généralement à résider dans les bourses vides, de même le vieillard, dont nous avons déjà eu occasion de remarquer l’humeur agréable, devint extrêmement amusant dès qu’il n’eut plus d’argent. La nudité de Joseph lui suggéra une quantité d’allusions piquantes à Adam et Eve, au figuier et aux feuilles de figuier, et d’autres excellentes plaisanteries qui déplurent peut-être plus à Joseph qu’à aucun autre de la compagnie. (Lunier 1807 : I, xii, 103-104.)

La traduction de Lunier est moins drôle ici parce que le narrateur rend le CRD trop explicite : « La nudité de Joseph lui suggéra... ». Il ne reste au lecteur plus rien à imaginer. Desfontaines, pour sa part, qui s’était familiarisé avec l’écriture ironique en rédigeant ses journaux et son Dictionnaire néologique, sait que le mot à mot provoque rarement le rire. Il en va de même du CRD suivant, où un personnage désagréable de Joseph Andrews raille le clergé :

Fielding : The Player, instead of retorting the Jest on the Poet, began to display his Talents on the same Subject. He repeated many Scraps of Wit out of Plays, reflecting on the whole Body of the Clergy, which were received with great Acclamations by all present. (Fielding 1742 : III, vi [sic, vii], 112.)
Desfontaines : Le Comédien, au lieu de lui rendre le change, se mit à étaler sa science, en répétant des morceaux de Comédie qu’il accommodoit au sujet, quand les traits ne paroissoient point assez piquans contre le Clergé : car c’étoit sur celà qu’il vouloit briller, à cause du Ministre : & il y réussit tellement qu’il se vit applaudi ce jour-là pour la première fois de sa vie (Desfontaines 1743a : III, vii, 120-121).
Lunier : Le comédien, au lieu de rétorquer l’argument contre le poète, déploya ses talens sur le même sujet : il répéta plusieurs tirades de comédies, en vers et en prose, dont le but étoit de tourner en ridicule tous les ecclésiastiques, et qui furent reçues avec acclamation de la part de tous ceux qui étoient présens (Lunier 1807 : III, vii, 164-165).

  • 21 Soupel 1990 : 31.

La réaction des auditeurs que Desfontaines exagère dans sa traduction accroît encore le persiflage du personnage risible. On peut, naturellement, désapprouver la « grande liberté d’expression » dont Desfontaines ne se prive pas dans sa traduction. Mais admettons pourtant qu’il y a « de la verve et du feu »21 dans son Joseph Andrews, contrairement à la version littérale de Lunier.

Le discours indirect

  • 22 Lips 1926 : 24-29.
  • 23 McHale 1978 : 259.

16On pourrait envisager une définition non-grammaticale du discours indirect (DI), sans pour autant nier, que le plus souvent le DI se compose d’un verbe introducteur transitif lié à l’énoncé par une conjonction de subordination, et que les temps, les modes, les adverbes et les pronoms y sont transposés22. Selon McHale, le narrateur fait dans le DI une paraphrase du contenu de l’énoncé du personnage, sans pour autant en imiter le style ou la forme23. En outre, le DI ne contient pas les marques typographiques du DD (guillemets, point d’interrogation, point d’exclamation...). Il élimine l’expressivité du discours cité, mais le discours citant, pour sa part, peut être riche en couleurs. Voici un tel exemple tiré de la traduction de Davaux :

  • 24 Fielding : « [...] when having received her Wages, away packed she Bag and Baggage, to the great Sa (...)

Davaux : [...] elle [Honor] reçut ses gages et emporta ses hardes au grand contentement de tout le monde, mais plus encore de Sophie qui lui donna rendez-vous assez près du château à l’heure redoutable des revenans, à minuit ; elle commença elle-même à préparer son départ (Davaux 1796 : tome second, II, ix, 198)24.

Il est clair que ce n’est pas le personnage – une jeune femme en difficulté avec son père, n’ayant pas l’intention de chercher des fantômes, mais de fuir la maison paternelle – qui parle de l’heure redoutable des revenants ici. C’est le narrateur qui aime bien rompre l’illusion de la mimesis par de pareils clichés littéraires.

  • 25 Son Amélie contient environ 280 DI.
  • 26 Toury 1995 : 57.

17Les résultats de l’analyse des DI sont quelque peu surprenants : il y a des glissements vers les types mixtes dans cette catégorie. Les tendances principales des traducteurs sont, là encore, les mêmes que pour les types décrits précédemment : Lunier, Davaux et Puisieux rendent plus des quatre cinquièmes des DI scrupuleusement, Desfontaines près des deux tiers, La Place la moitié, Mme Riccoboni pratiquement rien (elle omet et ajoute toujours autant)25. Mais le fait que Lunier transforme presque un sixième et Puisieux un dixième des DI en DIM est frappant, d’autant plus que les glissements vers la non-mixité devraient être la règle dans la traduction (voir chapitre 2). De plus, nous allons voir dans les catégories suivantes que les traducteurs ont plutôt tendance à diminuer l’hétérogénéité énonciative du DR. On ne s’attendrait donc pas à des glissements dans le sens inverse. Mais, comme le constate G. Toury à propos de la traduction, il serait irréaliste de supposer que les hommes soient absolument systématiques dans tous les domaines du comportement humain26.

18Avant de discuter les glissements exceptionnels vers la mixité, je présente ici trois cas représentatifs de la catégorie DI dans lesquels il n’y a pas de glissements. Le premier est tiré de Joseph Andrews et met en évidence que le narrateur de Fielding arrive à jouer autant avec le DI qu’avec les autres types de discours. Où est le DI que nous avons tendance à trouver si terne par rapport au DIL ? Les deux traductions françaises du passage en question sont aussi bien réussies. En revanche, le deuxième DI, relevé dans Tom Jones, montre un cas moins heureux, où le DI métaphorique devient tout à fait prosaïque dans la traduction de Davaux. Il s’agit de la bonne nouvelle que reçoit le philosophe Square concernant la ‘disponibilité’ de Molly Seagrim, amante infidèle de Tom Jones. Notons encore que ce passage manque dans la traduction de La Place. Le troisième cas, tiré encore de Joseph Andrews, est un DI typique de Fielding : ce n’est pas un verbe introducteur transitif, mais un nom qui est lié au discours cité par la conjonction de subordination « that ». Desfontaines rend ce nom par un verbe introducteur (« elle aprend... que »), Lunier imite Fielding (« la triste nouvelle que ») :

  • 27 Dans le texte de départ, ce DI est accompagné de guillemets dans la marge gauche. Cela est dû au fa (...)

Fielding : ‘‘No, thank you, Child, answered Adams, it shall not be so. [...]. This Disappointment may, perhaps, be intended for my Good. He concluded with a Verse out of Theocritus, which signifies no more than, that sometimes it rains and sometimes the Sun shines. (Fielding 1742 : II, ii, 138, 139.)27
Desfontaines : « Non, mon fils [...]. Ce mauvais succès m’arrive peut-être pour mon bien. Il finit son discours par un beau Vers de Théocrite, qui exprime cette Sentence admirable : Après la pluye le beau tems. (Desfontaines 1743a : II, ii, 146, 147.)
Lunier : « Non, je vous remercie, mon enfant, répondit Adams ; non, je ne le souffrirai pas. [...]. [C]e petit accident est peut-être pour mon bien. » Puis il termina par un vers de Théocrite, dont le sens est tout bonnement qu’après la pluie vient le beau temps. (Lunier 1807 : II, ii, 201.)

***

Fielding : But when the Philosopher heard a Day or two afterwards, that the Fortress of Virtue had already been subdued, he began to give a larger Scope to his Desires (Fielding 1749 : V, v, 148).
Davaux : Mais quand le philosophe, un ou deux jours après, eût appris que sa vertu n’était pas exacte [sic, corrigé dans l’errata p. 512 : intacte], il donna plus d’essor à ses désirs (Davaux 1796 : tome premier, V, v, 419).

***

Fielding : Leonora was waked in the Morning, from a Visionary Coach and Six, with the dismal Account, that Bellarmine was run through the Body by Horatio, that he lay languishing at an Inn. and the Surgeons had declared the Wound mortal (Fielding 1742 : II, iv, 181. Le soulignage est aussi de moi).
Desfontaines : A six heures du matin Leonore fut tirée des bras du sommeil, qui la régaloit en ce moment de la pleine joüissance d’un superbe équipage. Elle aprend à son réveil que Bellairmine avoit reçu d’Horace un grand coup d’épée au travers du corps ; qu’on l’avoit porté presqu’expirant dans une Hôtellerie, où les Chirurgiens l’ayant visité avoient dit que sa blessure étoit mortelle. (Desfontaines 1743a : II, iv, 191.)
Lunier : « Eléonore fut éveillée le lendemain matin, et tirée d’un songe agréable où elle se voyoit dans un équipage à six chevaux, par la triste nouvelle que Bellarmine avoit reçu un coup d’épée au travers du corps, qu’il étoit presque expirant dans son auberge, et que les chirurgiens avoient déclaré sa blessure mortelle (Lunier 1807 : II, iv, 262).

  • 28 R.-J. Orf (1974 : 50) fait également remarquer que Desfontaines traduit avec adresse les noms des p (...)

Dans le dernier cas cité, l’abbé Desfontaines fait preuve, encore une fois, de talents exceptionnels pour la traduction : il modifie ingénieusement le nom28 du personnage sournois (Bellarmine→ Bellairmine).

  • 29 Rosier 1999 : 233.
  • 30 Pour ce qui est de la ponctuation des cinq autres traductions, celle de l’abbé Desfontaines contien (...)
  • 31 N. Dejong (1998 : 289-291) signale que lorsque nous entrons dans le domaine de la typographie, la r (...)
  • 32 Mylne 1979 : 58.
  • 33 Le lecteur se souviendra que je n’ai pas réussi à repérer l’édition de Joseph Andrews dont s’est se (...)

19Lunier est celui des traducteurs de mon corpus qui recourt le plus souvent au DIM en traduisant le DI. La plupart de ces glissements se manifestent par la typographie, par les « guillemets baladeurs »29 que Fielding utilise lui-même abondamment dans le DIM et le DIL. Lunier est le seul30 traducteur (grâce à sa maison d’édition peut-être31 ?) qui reprend cet usage anglais, rare dans la littérature française32. Il lui arrive également de situer les guillemets dans des passages où ils ne figurent (probablement)33 pas dans l’original. Voici deux exemples de telles modifications qui amènent un glissement du DI vers le DIM :

Fielding : [Adams raconte : ] “Indeed, it looks like extreme Vanity in me, to affect being a Man of such Consequence, as to have so great an Interest in an Alderman : but others have thought so too, as manifestly appeared by the Rector, whose Curate I formerly was, sending for me on the Approach of an Election, and telling me if I expected to continue in his Cure, that I must bring my Nephew to vote for one Colonel Courtley, a Gentleman whom I had never heard Tidings of ‘till that Instant" (Fielding 1742 ; II, viii, 215).
Limier : « On m’accusera peut-être d’une excessive vanité, lorsque je dis que j’avois dans le monde une assez grande importance pour disposer du crédit d’un échevin ; mais d’autres en ont pensé de même, témoin le recteur dont j’étois le vicaire avant celui-ci, qui m’envoya chercher à la veille d’une élection, et me dit « que si je voulois conserver ma place, il falloit que je déterminasse mon neveu à voter pour un certain colonel Courtly, dont je n’avois jamais entendu parler auparavant » (Lunier 1807 : II, viii, 313).

***

Fielding : the Battle now raged with the most dreadful Violence, when lo the Huntsman, a Man of Years and Dignity, lifted his Voice, and called his Hounds from the Fight ; telling them, in a Language they understood, that it was in vain to contend longer ; for that Fate had decreed the Victory to their Enemies (Fielding 1742 : III, v [sic, vi], 102-103).
Lunier : Cependant l’on combattoit des deux côtés avec une fureur extrême, lorsque le piqueur, homme respectable par son âge, son rang et sa gravité, éleva la voix, et rappela ses chiens de la mêlée, en leur disant, dans un langage qu’ils entendoient à merveille, « que de plus longs efforts étoient désormais inutiles, parce que, tel était l’arrêt du destin, la victoire appartenoit à leurs ennemis » (Lunier 1807 : III, vi, 151).

  • 34 Mylne 1979 : 61.
  • 35 Fielding : Adams asked him, if he had not seen a young Man on horse-back on the Road, (describing J (...)
  • 36 Rosier 1999 : 237. Cependant, selon H. Amory, nous associons les guillemets davantage au DD que nos (...)

Si ces glissements ne sont pas causés par le compositeur de la maison d’édition, ou par le simple fait que le texte de départ utilisé par Lunier n’était pas conforme à la typographie des éditions autorisées de Joseph Andrews, qui ne contiennent pas de guillemets dans ces passages, le traducteur a peut-être ajouté les guillemets pour souligner que le locuteur est désagréable. Il s’agirait d’un moyen de distanciation à l’aide duquel Fielding lui-même, à la manière de Richardson, marque les discours des personnages ridicules34. D’autres guillemets ajoutés par le traducteur35 ne peuvent pourtant pas être motivés ainsi. Ces guillemets sont-ils là tout simplement pour donner un « effet de DD »36 ?

20La typographie cause également quelques glissements du DI en DIM dans les traductions de Puisieux et de Desfontaines. Or, comme je l’ai constaté au chapitre 5, nous pouvons être assez certains de leurs textes de départ, ce qui nous permet d’exclure toute spéculation à cet égard. Dans les passages en question, la transformation provient de la substitution d’un point d’interrogation à un point à la fin d’une phrase qui contient une question indirecte. Ce mélange typographique, assez courant dans la littérature française de l’époque, est caractéristique de Fielding et son absence peut être un trait pertinent qui marque le DI. Le premier des cas suivants est tiré d’Amelia et de la traduction de Puisieux. Le second vient de Joseph Andrews et il est intéressant de noter que la traduction de Desfontaines a éventuellement provoqué le glissement dans celle de Lunier :

Fielding : Amelia looking very stedfastly at her. said. ‘Is it possible, Madam, you should think such a Note as this would raise no Curiosity in me ? ’ She then gave her the Note, asking her if she did not know the Hand.
Mrs. Bennet appeared in the utmost Surprize and Confusion at this Instant. (Fielding 1752 : VI, ix, 259.)
Puisieux : Amelie la regardant fixement, lui dit : Est-il possible, Madame, qu’un billet tel que celui-là ne vous ait pas paru propre à exciter ma curiosité ? Ensuite elle lui montra le billet, en lui demandant si elle n’en connoissoit pas le caractère ?
Me. Bennet parut surprise & confuse au possible. (Puisieux 1762 : VI, ix, 231.)

***

Fielding : The Squire therefore having first called his Friends about him, as Guards for Safety of his Person, rode manfully up to the Combatants, and summoning all the Terror he was Master of, into his Countenance, demanded with an authoritative Voice of Joseph, what he meant by assaulting his Dogs in that manner. Joseph aswer’d with great Intrepidity, that they had first fallen on his Friend ; [...]. (Fielding 1742 : III, v [sic, vi], 103.)
Desfontaines : Il assembla donc ses amis autour de lui, pour lui servir d’escorte, & piqua des deux jusqu’à ce qu’il eût joint les combattans. Alors d’un ton de Maître, il demanda à Joseph, qui l’avoit rendu assez insolent pour maltraiter ses chiens à sa vue ? Joseph lui répondit avec respect, mais d’une voix assurée, que ses chiens ayant attaqué son ami, [...]. (Desfontaines 1743a : III, vi, 113.)
Lunier : L’écuyer ayant donc réuni ses amis autour de lui pour ne pas compromettre la sûreté de sa personne, s’avança hardiment vers les combattans ; et d’un ton qu’il s’efforça de rendre aussi menaçant qu’il lui fut possible, il demanda fièrement à Joseph pourquoi il maltraitoit ainsi ses chiens ? Joseph répondit avec beaucoup d’intrépidité, que ses chiens avoient été les agresseurs, qu’ils avoient les premiers attaqué son ami [...]. (Lunier 1807 : III, vi, 152-153.)

  • 37 Il y a, par ci par là, des glissements de la sorte dans la traduction de Puisieux, au moins dans l’ (...)
  • 38 Cela est conforme à l’hypothèse de S. Blum-Kulka (1986 : 19).

Le locuteur dont les paroles sont relatées par le DIM dans les deux traductions de Joseph Andrews est un personnage méchant qui avait auparavant observé sans sourciller la bataille entre ses chiens et un prêtre désarmé. En outre, il s’exprime avec véhémence, ce que les traductions françaises mettent plus en relief. Le DIM contribue donc ici à souligner non seulement l’attitude négative du narrateur envers le personnage, mais aussi le courroux (injustifié) de celui-ci ; le point d’interrogation donne plus d’immédiateté à sa réplique. Il en est de même de la traduction d’Amelia37 : la question importante posée par Amelia à son amie devient plus dramatique grâce au point d’interrogation. Il s’agira donc d’une certaine explicitation38 de la part des traducteurs.

Le discours indirect mimétique

  • 39 Rosier 1999 : 237.
  • 40 McHale 1978 : 259.
  • 41 Fielding 1752 : XII, ii, 219. Ce décalage temporel a été neutralisé dans la traduction de Puisieux  (...)
  • 42 Kuusi 2003 : 36-37.

21Comme je l’ai esquissé dans la partie précédente, le discours indirect mimétique (DIM) est un discours indirect avec un « effet de DD »39. Le DIM diffère des deux autres types de discours indirects par le fait que d’une part, la voix du locuteur y est perceptible (à la différence du DI) et que d’autre part, il subit les mêmes lois syntaxiques que le DI (à la différence du DIL). Dans le DIM, le narrateur fait semblant de ‘reproduire’ partiellement le style de ‘l’énoncé originel’40. Par conséquent, ce type donne par instant au lecteur l’illusion que sa réalité et la diégèse se superposent : « Booth conceived some Displeasure at this Speech ; but he did not think proper to express more than a Pish. – And then ask’d the Bailiff what was the Meaning of the Noise they heard just now. ‘I know of no Noise, answer’d the Bailiff 41. » La mixité du DIM est perceptible à travers des indices qui sont tantôt grammaticaux (décalages temporels ou déictiques), tantôt stylistiques (termes bas, dialectaux ou étrangers mélangés dans le style neutre du narrateur), tantôt typographiques (guillemets, points d’interrogation etc., italiques, majuscules, caractères gras). Ils peuvent naturellement coexister. Dans ce cas-là, le traducteur a plus de chances de faire passer le DIM dans le texte d’arrivée. Comme le fait remarquer P. Kuusi à propos de la traduction du DIL (voir chapitre 2), lorsqu’il y a plusieurs sortes d’indices de la mixité dans le texte, elle ne disparaît pas nécessairement du texte d’arrivée, même si le nombre des indices diminue42.

22Le DIM prolifère dans les romans de Fielding et il semble avoir plusieurs fonctions – celles-ci pouvant également se cumuler. Premièrement, il peut indiquer que le personnage dont le narrateur simule le discours est ridicule, méchant ou en colère. En voici deux cas exemplaires. Le premier est tiré de Joseph Andrews et de ses deux traductions françaises. Le narrateur imite ici le jargon professionnel d’un personnage risible. Le chirurgien en question – c’est un corps de métier que Fielding raille souvent – exagère le danger dans lequel se trouve le héros, probablement pour tirer plus de gloire de l’avoir ‘sauvé’ plus tard. Les trois versions sont en DIM, même si celle de Desfontaines contient moins d’indices de la mixité. Il manque également une unité de traduction à sa traduction. Le DIM du second exemple vient de Tom Jones et souligne l’indignation du Squire Allworthy ; celui-ci sort de sa modération habituelle en utilisant un terme trivial. La Place transforme le DIM en DIL et omet l’appellation injurieuse, alors que Davaux reste dans le DIM :

Fielding : A DISPUTE arose on this Occasion concerning Evidence, not very necessary to be related here ; after which the Surgeon dress’d Mr. Joseph’s Head ; still persisting in the imminent Danger in which his Patient lay : but concluding with a very important Look, “that he began to have some hopes ; that he should send him a Sanative soporiferous Draught, and would see him in the Morning." (Fielding 1742 : 1, xiv [sic, xv], 93-94.)
Desfontaines : Une nouvelle dispute s’éleva sur la suffisance des indices, mais peu essentielle à notre sujet. Après quoi le Chirurgien pansa la tête de Joseph ; & persistant toujours à vouloir faire accroire qu’il couroit risque de la vie, il conclut en disant qu’il lui envoyeroit une potion sanative & somnifere, & que le lendemain il leveroit l’appareil. (Desfontaines 1743a : I, xv, 103.)
Lunier : Cette circonstance donna lieu à une assez longue discussion sur la théorie de la preuve, mais qui n’est pas d’une assez grande importance pour être rapportée ici. Après qu’elle eut été examinée à fond, le chirurgien pansa la tête de Joseph, toujours persistant dans l’opinion que son malade étoit dans le danger le plus imminent. Puis, après l’avoir observé avec un regard pénétrant et réfléchi, il dit d’un ton capable, « qu’il commençoit à avoir quelque lueur d’espérance, qu’il alloit lui envoyer une potion sanative et soporative, et qu’il reviendroit le voir le lendemain matin. » (Lunier 1807 : 1, xv, 136-137.)

***

  • 43 Le cotexte ajouté est tiré de Fielding 1974 : II, vi, 101.

Fielding : [...] the Messenger returning brought word, that Jenny was not to be found : For that she had left her Habitation a few Days before, in company with a recruiting Officer43.
Mr. Allworthy then declared, that the Evidence of such a Slut as she appeared to be, would have deserved no Credit ; [...]. (Fielding 1749 : II, vi, 124.)
La Place : Mais son voyage fut inutile : il rapporta, que cette fille depuis quelques jours avoit abandonné le lieu de sa retraite, pour suivre un Officier qui venoit d’y faire recruë. Cette nouvelle acheva de décider totalement le Juge : la déposition d’un pareil témoin pouvoit-elle être regrettée ! (La Place 1750 : II, ii, 63.)
Davaux : [...] l’exprès rapporte qu’on ne peut trouver Jenny, qui était partie depuis quelques jours avec un officier recruteur.
M. Allworthy déclara que le témoignage d’une pareille coquine (car il ne pouvait plus douter de sa mauvaise conduite) ne méritait pas grand crédit ; [...]. (Davaux 1796 : tome premier, II, vi, 150.)

Dans ce dernier exemple, le DIL a le même effet que le DIM. La différence majeure entre ces deux types est que le DIL est ambigu : le contexte est nécessaire pour indiquer que le passage est du DR.

  • 44 McDowell 1973 : 86-87. A. McDowell parle pourtant de DI ici, parce que la typologie de types de dis (...)

23La deuxième fonction du DIM chez Fielding est de tenir lieu d’équivalent du DD dans les dialogues. Dans ces cas, Fielding utilise systématiquement des guillemets, ce qui nous donne une sorte de DD indirect parce que c’est notamment l’immédiateté du DIM qui est pertinente dans ces cas. Tantôt le dialogue entier est relaté par le DIM. Tantôt le DIM est combiné au DD et peut révéler que l’un des locuteurs est soumis à l’autre, comme le fait remarquer A. McDowell. Les paroles du personnage qui mène la discussion (accuse, questionne, ordonne etc. l’autre) sont relatés par le DD, tandis que les réponses évasives de son co-locuteur sont en DIM44. L’exemple suivant provient de la traduction de Lunier. Il s’agit de l’entretien dans lequel M. Wilson met à l’épreuve le pasteur Adams pour s’assurer que celui-ci est vraiment prêtre :

Fielding : The Master of the House, notwithstanding the Simplicity which discover ’d itself in Adams, knew too much of the World to give a hasty Belief to Professions. He was not yet quite certain that Adams had any more of a Clergyman in him than his Cassock. To try him therefore further, he asked him, “if Mr. Pope had lately published any thing new ?” Adams answer’d, “he had heard great Commendations of that Poet, but that he had never read, nor knew any of his Works.” “Ho ! ho !” says the Gentleman to himself, “have I caught you ?” “What,” said he, “have you never seen his Homer ?” Adams answer’d, “he had never read any Translation of the Classicks.” “Why truly,” reply’d the Gentleman, “there is a Dignity in the Greek Language which I think no modern Tongue can reach.” “Do you understand Greek, Sir,” said Adams hastily. “A little, Sir,” answered the Gentleman. “Do you know, Sir, cry’d Adams, “where I can buy an Æschylus, an unlucky Misfortune lately happened to mine.” (Fielding 1742 : III, ii, 19-20.
Lunier : Malgré l’air de simplicité dont Adams accompagnoit son discours, le maître de la maison étoit trop homme du monde pour s’en rapporter entièrement à de simples protestations. Il n’étoit pas encore parfaitement certain qu’il eût d’un homme d’église, autre chose que la robe. Afin donc de s’en éclaircir davantage, il lui demanda « si M. Pope avoit dernièrement publié quelque chose de nouveau. » Adams répondit « qu’il avoit plusieurs fois entendu faire l’éloge de ce poète, mais qu’il n’avoit jamais lu aucun de ses ouvrages. » « Oh, oh, dit le maître de la maison en lui-même, je te tiens ! Puis, lui adressant la parole : « Comment, vous n’avez jamais lu son Homère ? » Adams répondit « qu’il n’avoit jamais lu aucune traduction des auteurs classiques. » « Il est vrai, dit le maître de la maison, qu’il y a dans la langue grecque une majesté que toutes les langues modernes ne sauroient égaler. »« Vous entendez donc le grec, monsieur, dit le vicaire avec quelque chaleur. » « Un peu, monsieur, répondit l’autre. » « En ce cas, lui dit Adams, vous allez avoir la bonté de me dire où je pourrai me procurer un Eschyle ; un malheureux accident m’a pemièrement [sic] privé du mien. » (Lunier 1807 : 111, ii, 29-30.)

La conversation entre les deux hommes commence par la question prudente de M. Wilson, relatée par le DIM. Lorsque celui-ci croit avoir demasqué son co-locuteur, sa réplique change en DD, alors que la réponse modeste d’Adams reste en DIM. Le moment où Wilson ne domine plus la discussion est marqué par le DD dans la réplique d’Adams (« Vous entendez donc le grec... »). Desfontaines rend ce même dialogue par l’opposition DI / DD. Il s’ensuit que la hiérarchie entre les locuteurs reste la même, mais que l’effet surprenant produit par la juxtaposition des DIM / DD guillemetés disparaît de sa traduction. La raison pour laquelle Desfontaines modifie souvent ce type de discours est que les indices du DIM, notamment les mélanges temporels, sont selon lui de mauvais ton (voir chapitre 4). Dans le corpus qualitatif, presque la moitié de ses glissements du DIM s’expliquent par des mélanges temporels et déictiques qui se trouvent dans le texte de départ.

  • 45 McHale 1994 : 202-204.

24La troisième fonction du DIM est clairement mimétique chez Fielding parce que le narrateur y ‘reproduit’ partiellement la voix du personnage. Ici, je voudrais rappeler, avec B. McHale, que la mimesis du DR ne se base pas sur la réalité crue, mais sur une présélection de discours stéréotypés – sociolectes, dialectes, jargons – qui doivent surtout ressembler à certains parlers du monde réel, pour faire vrai dans la fiction45. Le DIM est l’un des types de discours, avec le DIL et le DD, au travers desquels Fielding construit un monde fictionnel plurilingue et, partant, ‘réaliste’. Il le fait en donnant un sociolecte, un idiolecte à tous les personnages qui parlent dans ses ouvrages. Grâce à la pluralité des registres, les personnages de Fielding diffèrent les uns des autres. Les domestiques ne tiennent pas le même langage que leurs maîtres, les criminels parlent un argot que les honnêtes gens ne comprennent pas. La représentation sociolectale contribue aussi à la caractérisation : l’aubergiste apparaît comme aubergiste grâce à son sociolecte, le paysan ressemble à un paysan parce qu’il parle un patois, l’étranger se distingue par son mauvais anglais.

  • 46 Amory : communication personnelle 13.8.2001.

25C’est avec ce plurilinguisme de Fielding, qu’il tient de Shakespeare46, que les traducteurs français ont le plus de difficultés. Ils arrivent parfois à les résoudre dans la catégorie du DD. Mais dans le DIM, où la présence du narrateur est encore si visible, comment rendre de façon acceptable cette forme hybride en français ? Voici la solution la plus facile, utilisée par Desfontaines :

  • 47 À comparer avec la version de Lunier, en DI : « C’étoit maintenant le tour du maître de danse. S’ad (...)

Fielding : It was now the Dancing-Master’s Turn to exhibit his Talents ; he therefore addressing himself to Adams in broken English, told him, “He was a Man ver well made for de Dance, and he suppose by his Walk, dat he had learn of some great Master. He said it was ver pretty Quality in Clergyman to dance ;” and concluded with desiring him to dance a Minuet, telling him, “his Cassock would serve for Petticoats ; and that he would himself be his Partner.” (Fielding 1742 : III, vi [sic, vii], 112-113.)
Desfontaines : Le Maître à danser se mit sur les rangs à son tour, & dit au Ministre : fou l’être un homme pien fait per la dancire ; je fois à fotre marchire que fous havre pris d’un pien grand Maître. C’est fort cholie qualité pour un Ministre, de pien dancire. Il conclut son compliment en le priant de danser un menuet avec lui ; ajoutant que sa robe tiendroit lieu de cotillon47. (Desfontaines 1743a : III, vii, 121.)

  • 48 Poncharal 1998 : 184. Selon B. Poncharal (Ibid. 182-183), la traduction française suivante qui gard (...)

Celui-ci a donc transformé le DIM en DD. Selon B. Poncharal, c’est souvent la meilleure solution dans la traduction des « énoncés “hybrides” » étant donné que ceux-ci ne sont pas conformes à l’esprit de la langue française48. L’autre possibilité serait naturellement le DI (voir note 47), où l’on perdrait l’expressivité du discours cité.

  • 49 Son Amélie contient pourtant une quarantaine d’occurrences de DIM.
  • 50 Auerbach 1946/ 1992 : 392 ; Mylne 1994 : 128. Auerbach (Ibid. 392) cite la tripartition (tragédie, (...)
  • 51 Le prestige de la tragédie explique selon Lefevere (1992 : 87-92) les transformations que fit La Mo (...)

26En effet, le DIM, dans les trois fonctions mentionnées, semble avoir posé aux six traducteurs plus de problèmes que les types présentés auparavant. Desfontaines, qui surprend par son exactitude dans les autres catégories, vu les normes translationnelles de l’époque, modifie les trois quarts des DIM et ne rend qu’un cinquième de ce type sans glissements. La Place rend environ un quart des DIM par le DIM et Mme Riccoboni en omet les quatre cinquièmes49. Il est probable que par exemple si Desfontaines a modifié autant le DIM, c’est que ces sortes de mélanges étaient stylistiquement inacceptables – sauf dans les genres marginaux – en France à l’époque. L’essence du DIM, l’hybridité, jurait avec l’idéal de clarté, si essentiel dans la France classique qui cloisonnait les niveaux de style50. En outre, le DR des romans français de l’époque consistait principalement en DD et c’était le type de discours de la tragédie, genre canonique d’alors51. Cependant, même Davaux, Puisieux et Lunier traduisent le DIM moins fidèlement que les types non mixtes. Ils rendent environ les deux tiers des DIM sans glissements (à comparer avec les catégories précédentes : au moins les quatre cinquièmes sans glissements).

  • 52 Lunier (la majorité des glissements : DIM ⟶ DD), Davaux (la majorité des glissements DIM ➞ DI), Pui (...)

27Le traitement du DIM chez les premiers et les deuxièmes traducteurs de Fielding est quelque peu différent. Alors que surtout l’abbé Desfontaines, et aussi La Place (dans le corpus qualitatif) transcodent souvent le DIM en DD, les deuxièmes traducteurs tendent à préférer les formes indirectes, le DIM ou le DI qui s’écarte formellement moins du DIM que le DD52. Les trois cas suivants où Desfontaines et La Place rendent le DIM par le DD, tandis que Lunier, Davaux et Puisieux le gardent, illustrent bien l’écart entre les deux générations de traducteurs – ainsi que la grande indépendance de Mme Riccoboni par rapport à son texte de départ, car celle-ci a ici encore tout changé :

Fielding : Joseph had no sooner seated himself by the Kitchin-Fire, than Timotheus, observing his Livery, began to condole the loss of his late Master ; who was, he said, his very particular and intimate Acquaintance, with whom he had cracked many a merry Bottle, aye many a dozen in his Time. He then remarked, that all those Things were over now, all past, and just as if they had never been ; and concluded with an excellent Observation on the Certainty of Death, which his Wife said was indeed very true. (Fielding 1742 : I, x [sic, xi], 61.)
Desfontaines : Dès qu’il se fut placé auprès du feu dans la cuisine, Thimothée reconnut la livrée, & se mit à faire l’Oraison funèbre du feu Chevalier Booby, en disant qu’ils s’étoient enyvrés souvent ensemble. Mais, ajouta-t-il, toutes choses se passent comme le tems, & nous passerons aussi, puisqu’il faut que toute chair périsse. Hélas oui, mon mari, reprit la femme, puisque tu as été jeune & que tu ne l’es plus. (Desfontaines 1743a : I, xi, 67-68.)
Lunier : Il ne fut pas plutôt assis auprès du feu de la cuisine, que Timothée reconnoissant son livrée, se mit à faire de grandes lamentations sur la mort de son maître, qui, dit-il, étoit son intime et son meilleur ami, avec lequel il avoit vidé nombre de bouteilles de vin, et nombre de douzaines de bouteilles pendant sa vie. Cela le conduisit à cette triste réflexion, que ce temps-là étoit passé, entièrement passé, comme s’il n’avoit jamais existé : d’où il conclut qu’il n’y avoit au monde rien de plus sûr que la mort ; ce que sa femme appuya fortement, en disant que c’étoit une chose très-vraie. (Lunier 1807 : 1, xi, 91.)

***

  • 53 Le cotexte ajouté est tiré de Fielding 1974 : XVIII, vi, 938.

Fielding : He [Partridge] concluded with saying, ’Now, Sir, I have told your Honour the whole Truth53 ; ’ And then he repeated a most solemn Protestation ‘That he was no more the Father of Jones than of the Pope of Rome ;’ and imprecated the most bitter Curses on his Head if he did not speak Truth (Fielding 1749 : XVIII, vi, 213).
La Place : Voilà la vérité, Monsieur, ajouta-t-il an finissant : M. Jones n’est ni ne fut jamais mon fils ; je vous le jure sur tout ce que je connois de plus sacré ! & puisse le Ciel me punir à vos yeux, si je vous en impose d’un seul mot ! (La Place 1750 : XVIII, v, 227.)
Davaux : A-présent, monsieur, j’ai dit à votre grandeur toute la vérité. Partridge protesta de nouveau qu’il n’était pas plus le père de Jones que du pape de Rome, et dévoua sa tête à toutes les malédictions, s’il en imposait là-dessus. (Davaux 1796 : tome quatrième, V, vi, 462-463.)

***

Fielding : ‘My dear Ladies, ’ cries Booth, ̔I beg you will not quarrel about me. ’ – ‘Not at all, ’ answered the Domino [Mrs. James], ‘since you are so indifferent, I resign my Pretensions with all my Heart. If you had not been the dullest Fellow upon Earth, I am convinced you must have discovered me. ’ – She then went off muttering to herself, that she was satisfied the Shepherdess was some wretched Creature whom no body knew.
The Shepherdess [Miss Mathews] overheard the Sarcasm, and answered it, by asking Booth what contemptible Wretch he had picked up. ‘Indeed, Madam, ’ said he, ‘you know as much of her as I do ; she is a masquerade Acquaintance like yoursel.f’ (F ielding 1752 : X, ii, 26.)
Riccoboni : Ma foi, Mesdames, leur dit-il, vous vous trompez toutes deux, ainsi permettez-moi de terminer votre dispute en vous laissant. Non, vous resterez, reprit la Marmote [Miss Matheus], On sçait assez que la fuite vous a tiré de plus d’un embarras ; mais vous n’en sortirez pas aisément cette nuit. Nouvelle preuve de votre méprise, s’écria la Bergere [Mistriss Tanger alias Mrs Trent], Vous parlez au plus vaillant Pasteur de la contrée..... Bonne & ennuyeuse Astrée, dit la Marmote, faites-moi le plaisir de vous taire & de vous retirer. Si on vous a prié de garder ce masque, je me charge de votre emploi. Cédez à mes désirs, ou craignez mon indiscrétion. Ce joli mouton se changeroit bien vite en loup pour vous, s’il sçavoit que vous cherchez à égarer sa brebis la plus chérie, & le plus puissant Seigneur de votre hameau ne vous défendrait pas de sa rage si vous lui étiez mieux connue. Un discours si piquant & si vrai, surprit Mistriss Tanger, la fit trembler & la rendit confuse, sans pouvoir deviner quelle femme le lui adressoit ; elle n’osa répliquer, & s’éloignant peu-à-peu, elle se perdit insensiblement dans la foule. (Riccoboni 1762 : Troisième partie, 167-168.)
Puisieux : Mes cheres Dames, s’écria Booth, je vous prie de ne pas vous quereller pour l’amour de moi..... Eh bien, répondit le Domino, puisque vous êtes si indifférent, j’abandonne mes prétentions de tout mon cœur. Si vous n’aviez pas été l’homme le plus sot de toute la terre, je suis sûre que vous m’auriez reconnue. Elle s’en alla en murmurant dans ses dents, que la bergere étoit sans doute quelque malheureuse créature que personne ne connoissoit.
La bergere entendit le propos, & y répondit, en demandant à Booth, quel méprisable Catin il avoit ramassée là. En vérité, Madame, dit-il, vous la connoissez aussi bien que moi ; c’est une rencontre de mascarade aussi bien que vous. (Puisieux 1784 : X, ii, 273-274.)

28Les deuxièmes traducteurs ont pu prendre plus de libertés vis-à-vis de la langue d’arrivée que leurs prédécesseurs, étant donné que les nonnes littéraires et les normes translationnelles étaient en train de changer en France. Les critiques des traductions de Lunier et de Davaux montrent pourtant que cette évolution a été lente (voir aussi l’opinion de B. Poncharal sur la traduction des « énoncés “hybrides” », note 48).

Le discours indirect libre

  • 54 Rosier 1999 : 74-77.
  • 55 Selon V. Mylne (1986 : 51), le DIL était rare dans la littérature française de l’époque. En outre, (...)
  • 56 F. Brunot constate qu’au XVIIIe siècle, le passé simple « se maintient comme temps purement narrati (...)

29Comme le fait remarquer L. Rosier, il y a toujours le danger de pécher par anachronisme lorsque l’on étudie le DIL, et les types mixtes en général, dans une perspective historique. Il est difficile de savoir comment des passages identifiés comme du DIL selon une définition actuelle, étaient perçus par nos ancêtres. En outre, nous, les lecteurs ultérieurs risquons de ‘repérer’ ou de ne pas reconnaître le DIL selon notre code de lecture moderne54. Cela est d’autant plus vrai du XVIIIe siècle, où l’usage du DIL n’était pas encore fixe en anglais, et encore moins en français55. Comment donc interpréter le cas suivant, tiré de Tom Jones, où le texte d’arrivée contient un passé simple dans le passage qui correspond au DIL du texte de départ ? Le passé simple est-il déjà impossible dans le DIL français au XVIIIe siècle56 ?

  • 57 Chez La Place, ce passage (abrégé) est en DD : « M. Blifil objectoit une promesse solemnelle faite (...)

Fielding : It was now debated whether Mr. Allworthy should be informed of the Death of his Sister : This the Doctor violently opposed ; in which, I believe, the whole College would agree with him : But Mr. Blifil said, he had received such positive and repeated Orders from his Uncle, never to keep any Secret from him, for Fear of the Disquietude which it might give him, that he durst not think of Disobedience, whatever might be the Consequence. He said, for his Part, considering the religious and philosophic Temper of his Uncle, he could not agree with the Doctor in his Apprehensions. He was therefore resolved to communicate it to him : For if his Uncle recovered (as he heartily prayed he misht) he knew he would never forgive an Endeavour to keep a Secret of this Kind from him.
The Physician was forced to submit to these Resolutions, [...]. (Fielding 1749 : V, viii, 185.)
Davaux : Il fut alors débattu si l’on informerait M. Allworthy de la mort de sa sœur. Le docteur s’y opposa violemment, et je crois que toute la faculté eût été de son avis ; mais M. Blifil dit qu’il avait reçu de son oncle des ordres si positifs et si répétés, de ne lui jamais rien cacher, par la considération du trouble que l’évènement pourrait lui causer, qu’il n’osait penser à lui désobéir, quelqu’en pussent être les conséquences. Connaissant la religion et la philosophie de son oncle, il ne pouvait partager les craintes du docteur ; il se résolut donc à lui annoncer la mort de sa mère ; car il était sûr, que si, comme il le demandait à dieu de tout son cœur, son oncle en revenait, il ne lui pâmerait (sic] jamais d’avoir voulu lui tenir secret un malheur de cette nature. Le docteur fut forcé de se soumettre à cette résolution, [...]57. (Davaux 1796 : tome premier, V, viii, 461-462.)

  • 58 Poncharal 1998 : 223.

Du point de vue actuel, le passage de l’imparfait au passé simple dans le texte d’arrivée semble produire un changement de plan d’énonciation. Cela n’influence pas seulement la phrase en caractères gras, mais la suite aussi (soulignée). Le passé simple paraît empêcher de conclure qu’il s’agit de DIL même après que l’on repasse du passé simple à l’imparfait. Par conséquent, la suite serait du dire du narrateur et celui-ci deviendrait, étrangement, avocat du personnage désagréable. Étant donné que rien dans le cotexte n’infirme cette interprétation – au contraire, le traducteur rend « these Resolutions » par « cette résolution » – j’ai classé l’unité de traduction en question comme un glissement du DIL en discours du narrateur (non-DR), d’autant plus que le traducteur se sert ailleurs dans le texte de l’imparfait dans de tels cas. En outre, il utilise l’imparfait dans les nombreux cas où il rend le DIL par le DIM. On ignore pourtant pourquoi le passé simple apparaît dans ce passage. Ce traducteur l’y a-t-il mis par négligence ? Mon corpus présente quelques cas semblables, à la différence du corpus étudié par B. Poncharal qui ne relève jamais le passé simple dans de tels énoncés58.

30Puisque le DIL est problématique dans un contexte historique, ma définition de ce type se veut étendue, même si j’en exclus le passé simple. Le DIL est une forme intermédiaire entre le DIM et le DD et qui peut contenir des indices des deux types. Le DIL n’est jamais précédé ni de verbe introducteur transitif ni de conjonction de subordination (même sous-entendue) : c’est le trait qui distingue le DIM du DIL. Ce dernier est syntaxiquement plus indépendant. Il y a dans le DIL moins de contrôle apparent du narrateur sur les paroles du personnage. Chez Fielding, le DIL peut pourtant apparaître au milieu de longues phrases et être entouré d’autres types de discours, souvent le DIM. Dans ces cas, l’effet du DIL est, disons, stéréophonique : la voix du personnage surgit du contrôle du narrateur et devient de plus en plus ‘audible’. Voici un exemple, tiré de Joseph Andrews, où le DIL apparaît au milieu d’une phrase :

  • 59 Dans l’exemple en question, je cite seulement le texte de départ parce que les deux traductions son (...)

Fielding : The Lawyer likewise made several very pretty Jests, without departing from his Profession. He said, "If Joseph and the Lady were alone, he would be the more capable of making a Conveyance to her, as his Affairs were not fettered with any Incumbrance ; he’d warrant, he soon suffered a Recovery by a Writ of Entry, which was the proper way to create Heirs in Tail ; that for his own part, he would engage to make so firm a Settlement in a Coach, that there should be no Danger of an Ejectment ; ˮ with an Inundation of the like Gibberish, which he continued to vent till the Coach arrived at an Inn, [...]59. (Fielding 1742 : I, xi [sic, xii], 70.)

  • 60 Cohn 1978/ 1983 : 112 ; Leech & Short 1981 : 332 ; McDowell 1973 : 84, et passim. (A. McDowell ne f (...)
  • 61 Cela correspond à ce qu’affirme G. Strauch (1974 : 57) : « [C]hez les romanciers anglais du XVIIIe  (...)

Mon corpus contient naturellement aussi des passages de DIL plus longs et syntaxiquement plus indépendants. Il faut pourtant avouer que, même si l’existence du DIL dans les romans de Fielding est incontestable60, l’usage qu’il en fait est sporadique et instable. On est loin du DIL de Jane Austen. Le DIL de Fielding diffère du DIL moderne également par le fait qu’il ne relate que rarement les pensées des personnages61.

31La fonction du DIL dans les romans de Fielding ressemble à celle du DIM. Assez souvent, il sert de moyen de distanciation lorsque les personnages sont méchants, ridicules ou menteurs. En voici un cas, tiré de Joseph Andrews et de ses deux traductions françaises. C’est l’un des rares cas de mon corpus, où les deux traducteurs rendent le DIL sans glissements. Le narrateur intradiégétique (M. Wilson) se sert de la figure du paradoxe dans la construction du DIL :

Fielding : I therefore resolved to quit the Scene, and presently retired to the Temple, where I took Chambers. [...]. Here I met with smart Fellows who drank with Lords they did not know, and intrigued with Women they never saw. (Fielding 1742 : III, iii, 36.)
Desfontaines : Je pris donc le parti de quitter le quartier, & de me retirer au Temple, où je loüai un appartement. [...]. Je rencontrai de jeunes gens, qui soupoient avec des Seigneurs, à qui ils n’avoient jamais parlé, & qui avoient des intrigues avec des femmes qu’ils n’avoient jamais vues. (Desfontaines 1743a : III, iii, 38.)
Lunier : Je me déterminai donc à abandonner le lieu de la scène, et je me retirai au Temple, où je pris un logement. [...]. Là, je vis des avantageux qui buvoient tous les jours avec des lords qu’ils n’avoient jamais vu de leur vie ; qui avoient des intrigues amoureuses avec des femmes auxquelles ils n’avoient jamais adressé la parole. (Lunier 1807 : III, iii, 54.)

32Le DIL peut également montrer l’empathie du narrateur vis-à-vis du personnage dont il rapporte les paroles, lorsque celui-ci est ému ou fâché. Dans le cas suivant, qui provient de Tom Jones, le DIL montre la véhémence avec laquelle le Squire Allworthy s’élève contre les propos blasphématoires du capitaine Blifil, père de Blifil. Les traductions du passage sont représentatives des tendances de La Place et de Davaux dans cette catégorie. La Place balaye le tout (quatre unités de traduction) par une phrase en CRD ; il s’agit du début du roman dont il a accéléré l’action. Davaux commence par le DIM et glisse dans le DIL :

Fielding : Mr. Allworthy aswered to all this and much more which the Captain had urged on this Subject, ‘That however guilty the Parents might be, the Children were certainly innocent. That as to the Texts he had quoted, the former of them was a particular Denunciation against the Jews for the Sin of Idolatry, of relinquishing and hating their heavenly King ; and the latter was parabolically spoken, and rather intended to denote the certain and necessary Consequences of Sin, than any express Judgement against it. But to represent the Almighty as avenging the Sins of the Guilty on the Innocent, was indecent, if not blasphemous, as it was to represent him acting against the first Principles of natural Justice, and against the original Notions of Right and Wrong, which he himself had implanted in our Minds ; by which we were to judge not only in all Matters which were not revealed, but even of the Truth of Revelation itself.’ (Fielding 1749 : II, ii, 86-87.)
La Place : Mais M. Alworthy, dont rien n’étoit capable d’ébranler les principes, (la charité en étoit la base) lui répondit si vertement sur cet article, que le Capitaine sentit qu’il falloit se taire, & renfermer dans son cœur des sentimens de jalousie qu’il n’avoit pû cacher (La Place 1750 : II, i, 52).
Davaux : M. Allworthy répondait à tous ces argumens avec d’autant plus de force, que le capitaine insistait davantage : que quelques coupables que pussent être les pères, les enfans étaient certainement innocens ; que quant aux textes qu’il citait, le premier était une condamnation particulière du peuple Juif, pour le péché d’idolâtrie, lorsqu’ils abandonnèrent leur chef céleste ; que le dernier était parabolique, et plutôt pour faire connaître les suites certaines et nécessaires du péché, qu’une sentence expresse contre lui ; que représenter le tout-puissant, vengeant sur l’innocent les fautes du coupable, était indécent et même blasphématoire, puisque c’était le supposer agir contre les premiers principes de la justice naturelle, et contre les notions primitives du bien et du mal qu’il avait sémé lui-même dans nos esprits, et par lesquelles nous pouvions juger non-seulement des vérités qui n’étaient point révélées, mais même de la vérité de la révélation. (Davaux 1796 : tome premier, II, ii, 108-109.)

La conjonction de subordination « que » transforme le début de la traduction de Davaux en DIM (l’idiolecte d’Allworthy est bien visible ici). Le changement du DIM en DIL arrive dans la proposition relative « qu’il avait sémé lui-même dans nos esprits... ».

33Le DIL apparaît également dans les passages où les personnages de Fielding racontent une histoire ou font un compte rendu à leur co-locuteur. Transcodé en DD, cela donnerait un long monologue. Le DIL est donc un moyen flexible d’éviter la monotonie du DD, non seulement dans les dialogues mais aussi dans les monologues. En voici un exemple, tiré de la traduction de Puisieux. Le narrateur intradiégétique (Mrs. Bennet/Atkinson) semble laisser le locuteur (feu M. Bennet) parler lui-même jusqu’à ce qu’elle reprenne la narration dans le second paragraphe avec le passé simple (« il se présenta »). Le même changement apparaît également dans le texte de départ, où l’on passe du pluperfect au prétérit :

Fielding : ‘He then told me the whole Affair. He had hitherto deferred paying a Visit to the Lord whom I mentioned to have been formerly his Fellow Collegiate, and was now his Neighbour, ‘till he could put himself in decent Rigging. He had now purchased a new Cassock, Hat and Wig, and went to pay his Respects to his old Acquaintance, who had received from him many Civilities and Assistances in his Learning at the University, and had promised to return them fourfould hereafter.
It was not without some Difficulty that Mr. Bennet got into the Antichamber. Here he waited, or, as the Phrase is, cooled his Heels for above an Hour, before he saw his Lordship ; nor had he seen him then, but by an Accident : For my Lord was going out, when he casually intercepted him in his Passage to his Chariot. He approached to Salutation with some Familiarity, tho’ with Respect, depending on his former Intimacy, when my Lord stepping short very gravely told him, he had not the Pleasure of knowing him. How ! my Lord, said he, can you have so soon forgot your old Acquaintance Tom Bennet ? ’ (Fielding 1752 : VII, v, 54-55.)
Puisieux : Il me raconta ensuite toute l’affaire. Il avoit différé jusqu’à ce jour à faire sa visite à son ancien camarade de classe, & maintenant son voisin, parce qu’il avoit voulu se présenter dans un habit décent. Il s’étoit acheté une soutane neuve, une perruque & un chapeau, & étoit allée [sic] rendre ses respects à ce Seigneur, qui avoit reçu autrefois de lui mille attentions, & même de petits secours dans ses études à l’Université.
Ce n’avoit pas été sans peine que M. Bennet avoit pénétré jusques dans l’anti-chambre ; il y avoit attendu plus d’une heure avant de voir ce Seigneur ; encore ne l’avoit-il vu alors que par hasard. Milord alloit sortir, quand il se présenta sur son passage. Il s’approcha donc pour le saluer avec un air de familiarité, quoiqu’avec des égards, comptant sur leur ancienne amitié. Mylord s’arrêtant tout-à-coup, lui dit gravement qu’il n’avoit pas le plaisir de le connoître. Comment, Mylord, dit-il, avez-vous oublié votre ancienne connoissance, Tom Bennet ? (Puisieux 1784 : VII, v, 158-159.)

Il faut signaler que Puisieux est le seul traducteur dans la catégorie du DIL qui rend la plupart des DIL par le DIL (presque les trois quarts, en outre la moitié de ses glissements sont vers le DIM). Comment arrive-t-il à le faire ? Cela peut partiellement être dû au fait qu’Amelia est un roman moins ‘anglais’ que les deux précédents. Par conséquent, le DIL peut être moins compliqué à rendre parce qu’il sert moins de moyen de plurilinguisme dans ce roman. Cela ne veut pourtant pas dire que ce type ne pose aucun problème à Puisieux :

Fielding : The Justice at first differed in Opinion ; and said, ‘He had seen a Man stand in the Pillory about Perjury ; nay, he had known a Man in Goal for it too ; and how came he there, if he was not committed thither ?’ (Fielding 1752 : I, ii, 11.)
Puisieux : M. Trasher ne fut pas d’abord de cette opinion. & dit qu’il avoit vu mettre un homme au pilori pour parjure, & qu’il en avoit connu un autre en prison pour pareil crime ; or comment y seroit-il venu, si on ne l’y eût mis ? (Puisieux 1762 : 1, ii, 10.)

  • 62 V. Mylne, en étudiant la traduction de Clarissa par Prévost (1751), repère également de tels glisse (...)

Puisieux rend le premier DIL par le DIM et seulement le second par le DIL. Ici aussi, la conjonction de subordination « que »62 indique le glissement.

34Enfin, le DIL sert à augmenter le réalisme des romans de Fielding parce que, comme le DIM, il ‘reproduit’ partiellement les sociolectes et les idiolectes des personnages. Voici un cas significatif tiré des trois Joseph Andrews. Le narrateur montre l’ignorance de la servante Betty à travers ses paroles qui manquent de logique dans l’original et dans la traduction de Lunier. Desfontaines transcode le DIL en DD, ce qui lui est typique, Lunier garde le DIL :

Fielding : WHILE the Prisoner, by persisting in his Innocence, had almost (as there was no Evidence against him) brought over Barnabas, the Surgeon, Tow-wouse, and several others to his side ; Betty informed them, that they had over-looked a little Piece of Gold, which she had carried up to the Man in bed ; and which he offered to swear to amongst a Million, aye, amongst ten Thousand. (Fielding 1742 : I, xiii [sic, xiv], 91.)
Desfontaines : Cette question de Droit public continuoit de se traiter ainsi entre ces habiles Jurisconsultes, quand Nanon, qui vit que le Voleur, par ses protestations d’innocence, s’étoit attiré les suffrages de Bamabas, de Scalpell, & d’Houspille, qui avec plusieurs autres panchoient à lui rendre sa liberté, Nanon, dis-je, s’avisa de les faire ressouvenir de la Médaille d’or qu’elle avoit renduë au Malade, qui fera serment, dit-elle, qu’elle est à lui, & qui l’a déclaré avant que le Voleur fût foüillé, disant qu’il la reconnoîtroit, & qu’elle étoit attachée à un ruban. (Desfontaines 1743a : I, xiv, 100.)
Lunier : Tandis que le prisonnier, en persistant à soutenir son innocence, avoit amené de son côté, faute de preuves, Bamabas, le chirurgien, Tow-Wouse et plusieurs autres, Betty leur dit « qu’ils n’avoient pas fait attention à une petite pièce d’or, qu’elle avoit portée au blessé qui étoit là-haut, et qui offroit de la reconnoître entre un million d’autres, même entre dix mille, et de faire serment comme quoi elle lui appartenoit. » (Lunier 1807 : 1, xiv, 132-133.)

  • 63 Fielding : « [Abraham Adams dit : ] “I suppose you have sailed among the Cyclades, and passed the f (...)

On remarque également dans les exemples cités d’autres modifications, caractéristiques des deux traducteurs de Joseph Andrews. Desfontaines supprime la faute de mathématique de « Nanon » qui n’est pas la seule ‘erreur’ qu’il enlève de Joseph Andrews63. La cause en est la visée didactique du traducteur. Lunier ajoute ici encore les guillemets.

  • 64 Il y a presque soixante occurrences du DIL dans son Amélie.

35Quelques cas discutés supra auront déjà suggéré que les traducteurs rendent le DIL avec encore plus de gêne que le DIM. À l’exception de Puisieux, les fidèles deviennent infidèles : Lunier rend les deux cinquièmes des DIL par le DIL, Davaux seulement un tiers. Ces deux traducteurs ajoutent souvent la conjonction de subordination « que » aux passages en DIL. Cela donne soit le DI (Lunier : un quinzième des DIL, Davaux : un sixième) soit le DIM (Lunier : un tiers, Davaux : presque la moitié des cas ; ils tendent donc à garder la mixité de l’original). Il est étonnant de noter que La Place traduit le DIL plus fidèlement que son successeur : les deux cinquièmes sans glissements. Ses autres glissements sont principalement vers le CRD (un cinquième des cas), vers le DD (environ un sixième des cas) et des omissions (environ un sixième des DIL). Son inclination à accélérer la narration dans le début de Tom Jones est omniprésente, mais il semble pourtant maîtriser le DIL. L’abbé Desfontaines rend le DIL principalement par le DD (un tiers des cas) et par le DIM (environ un sixième des cas), la proportion des DIL→ DIL ne représentant qu’un sixième de la totalité des DIL. En ce qui concerne Mme Riccoboni, il n’y a pas de changements dans sa stratégie globale : trois quarts d’omissions, aucun DIL rendu par le DIL64.

  • 65 Voir aussi Taivalkoski-Shilov 2002b.

36Le fait que même les traducteurs qui cherchent à être fidèles ont beaucoup plus de glissements dans les catégories de DIM et de DIL semble corroborer l’hypothèse de Poncharal, selon laquelle des différences structurelles entre l’anglais et le français compliquent la traduction des discours mixtes65. En outre, nous avons vu dans ces catégories que les normes littéraires de la France classique – l’idéal de la clarté, la prédominance du DD, l’importance de « l’intérêt »– ont également causé quelques glissements, notamment chez Desfontaines et La Place. Enfin, la traduction extrêmement libre de Mme Riccoboni, qui utilise le DIM et le DIL dans ses propres romans épistolaires mais ne se soucie pas de les traduire chez Fielding, est un exemple significatif de la lutte œdipienne entre le traducteur et l’auteur du texte de départ. Ce sentiment d’émulation qui nous prend lorsque nous touchons au texte d’autrui, est toujours là, mais la limite que le traducteur ne peut pas dépasser dépend des normes translationnelles de l’époque.

Le discours direct

  • 66 Rosier 1999 : 238-240. En voici un exemple que j’emprunte à L. Rosier (1999 : 239, les caractères g (...)
  • 67 Rosier 1999 : 242.
  • 68 Le passage de Joseph Andrews que j’avais cité à ce propos au chapitre 2 (... « – It was a monosylla (...)

37Nous voilà arrivés au discours direct (DD), à la surface du système vocal de Fielding : la voix du personnage est le plus perceptible dans cette catégorie. Dans le DD, le narrateur ne résume ni ne transpose les paroles du personnage. Sa présence est visible à travers le verbum dicendi et les marques typographiques (guillemets, italiques, virgule, majuscules, tiret) par lesquelles il se démarque du discours du personnage. Le DD crée l’illusion de relater tel quel le discours cité, même s’il est toujours stylisé d’une façon ou d’une autre. Par conséquent le DD n’est pas la forme de discours la plus voisine de la réalité. Le cadre dans lequel il est situé peut révéler, par exemple, qu’il ne s’agit que d’un énoncé hypothétique ou que le locuteur citant n’est pas tout à fait fidèle à sa source66. C’est que les écrivains, bien conscients de la nature illusoire du DD, « participent, comme narrateurs ou comme auteurs, à la déconstruction ou à l’entretien du mirage d’un discours cité rapporté dans son intégralité, dans son intégrité67. » Le passage suivant, tiré de Joseph Andrews, est un bon exemple d’un tel désillusionnement (voir aussi chapitre 268) :

  • 69 Le cotexte ajouté est tiré de Fielding 1967 : III, vi, 235.

Fielding : ‘Are all the great Folks wicked then ?’says Fanny. ‘To be sure there are some Exceptions, ’ answered Joseph69. Some Gentlemen of our Cloth report charitable Actions done by their Lords and Masters, and I have heard Squire Pope, the great Poet, at my Lady’s Table, tell Stories of a Man that lived at a Place called Ross, and another at the Bath, one Al- Al- I forget his Name, but it is in the Book of Verses. [...]. – This was all of Mr. Joseph Andrews’s Speech which I could get hint to recollect, which I have delivered as near as was possible in his own Words, with a very small Embellishment. (Fielding 1742 : III, v [sic, vi], 91,92.)
Lunier : « J’ai ouï raconter à quelques messieurs de ma robe, des actions trés-chari tables de leurs maîtres ; et j’ai entendu l’écuyer Pope, le fameux poète, raconter, lorsqu’il dînoit chez miladi, de très-belles choses d’un homme qui demeuroit à Ross, et un autre qui demeurait à Bath, qu’on nomme Al...... Al....., j’ai oublié son nom ; mais on le trouve dans son livre de vers. [...]. »
Voilà tout ce que j’ai pu recueillir du discours de M. Joseph Andrews, que j’ai rendu, autant qu’il m’a été possible, tel qu’il l’a prononcé lui-même, sans presque aucun ornement de ma part. (Lunier 1807 : III, vi, 136-137.)

  • 70 Desfontaines : « “[...] car j’ai entendu quelques-uns des nôtres parler de la charité de leurs Maît (...)

La tromperie du DD est ouvertement déclarée par le narrateur, en même temps que le cotexte contient du DD qui imite la nature ‘imparfaite’ du discours réel (Joseph hésite en prononçant le nom du bienfaiteur célèbre Ralph Allen et finit par constater qu’il a oublié son nom). Nous avons donc ici la juxtaposition du réalisme et de l’artificialité du DD. Comme je l’ai constaté au chapitre 4, Desfontaines a omis cette juxtaposition de sa traduction70.

  • 71 Il y a environ 660 DD dans son Amélie.

38C’est dans l’étude de la traduction que l’on voit les différentes possibilités mimétiques du DD, dont ce corpus donne plusieurs exemples. J’ai dit tout au début de ce chapitre que les six traducteurs ont rendu le DD avec le moins de glissements. Desfontaines, Lunier, Davaux et Puisieux rendent plus des neuf dixièmes des DD par le DD. La Place, lui aussi, est assez intégral ici : il en rend presque les deux tiers par le DD, les glissements de ce traducteur, empressé de retrouver la fin de l’histoire, étant surtout des omissions (environ un quart). Mme Riccoboni se sert aussi abondamment du DD71 – de sa propre invention. Elle a omis quasiment toutes les répliques en DD, mais en a ajouté aussi dans sa traduction. Les statistiques ne disent pourtant pas tout de la fidélité des traducteurs dans cette catégorie. Comme je l’ai constaté au chapitre 2, à propos de la gladkopis’, dans la traduction le DD peut être vidé de son expressivité, tout en restant DD. Voici des cas exemplaires. Dans le premier, les traducteurs de Joseph Andrews simplifient le méli-mélo de plusieurs langues dans la réplique du voyageur, en le rendant entièrement en italien. Le deuxième exemple, tiré de Tom Jones, contient par exemple un jeu phonétique (Veather pour Father) difficile à rendre dans une autre langue. Davaux ne fait pas de glissements, mais ne traduit pas le dialecte de Mr. Western. La version de La Place, pas moins expressive, est en DIM. Le troisième exemple où les indices du jargon juridique diminuent dans le texte d’arrivée, vient uniquement de la traduction de Puisieux, étant donné que la scène ne se trouve pas dans l’ Amélie de Mme Riccoboni :

Fielding : Matters being now composed, the Company retired to their several Apartments, the two Gentlemen congratulating each other on the Success of their good Offices, in procuring a perfect Reconciliation between the contending Parties ; and the Traveller went to his Repast, crying, as the Italian Poet says,
Je voi very well, que tutta e pace,
“So send up Dinner, good Boniface. (Fielding 1742 : II, v, 195.)
Desfontaines : Tout étant tranquilisé, la Compagnie se sépara : les Praticiens se complimentèrent réciproquement sur la bonne action qu’ils venoient de faire en réconciliant Adams & l’Hôte. Mylord s’en fut de son côté, en disant ;
Andiamo, andiamo ; tutto è in pace. (Desfontaines 1743a : II. v, 207.)
Lunier : La paix étant maintenant rétablie, chacun se retira dans son appartement ; les deux cavaliers se félicitant l’un et l’autre d’avoir, par leurs bons offices, amené les parties contendantes à une entière et parfaite réconciliation. Le voyageur italien fut manger son dîner en chantant avec le poète, tutto e in pace. (Lunier 1807 : II, v, 284.)
Fielding : The Squire gave him a good Curse at his Departure ; and then turning to the Parson, he cried out, ‘I smoke it, I smoke it. Tom is certainly the Father of this Bastard.’ Zooks, Parson, you remember how he recommended the Veather o’her to me – d – n un, what a sly B – ch ‘tis. Ay, ay, as sure as Two-pence, Tom is the Feather of the Bastard. ’ (Fielding 1749 : IV, x, 70.)
La Place : Un long éclat de rire, de la part de M. Western, rendit le Ministre muet ; Sophie, rouge jusqu’au blanc des yeux, les tenoit fixés sur la table, & ne quitta cette attitude, que lorsque M. Western redoublant ses éclats, affirma par un très-gros juron, qu’il connoissoit le pere de l’Enfant ; qu’il venoit de boire avec lui, & ne lui en vouloit plus de mal. (La Place 1750 : IV, vi, 143.)
Davaux : L’écuyer lâcha un bon juron à son départ, et se tournant vers le ministre, il lui cria : j’ai la trace, j’ai la trace ; Tom est sûrement le père de l’enfant. Hein ! ministre, vous souvenez-vous comme il m’a recommandé le père de cette fille. Diable, comme il a l’arrêt ferme : oui, oui, je gage deux sous qu’il est le père de l’enfant. (Davaux 1796 : tome premier, IV, x, 330.)

***

Fielding : ‘Fy, Sir, ’ answered Murphy, ‘you know I hate all this ; but if the Lady will trust me with her Cause, I will do the best in my Power. Come, Madam, don’t be discouraged ; a Bit of Manslaughter and cold Iron, I hope, will be the worst : or perhaps we may come off better, with a Slice of Chance-Medley, or se Defendendo.’
‘I am very ignorant of the Law, Sir, ’ cries the Lady. (Fielding 1752 : I, xi [sic, x], 84.)
Puisieux : Fi donc, Monsieur, répondit Murphy ; vous sçavez que je n’aime pas les éloges ; mais si cette Dame me veut confier sa cause, je ferai de mon mieux. Allons, Madame, il ne faut pas perdre courage ; le pis qu’il en puisse arriver, c’est de ne pas réussir : j’espere que nous en sortirons à meilleur marché avec de l’argent & se defendendo.
J’ignore les loix absolument, Monsieur, s’écria la Dame. (Puisieux 1762 : I, xi [sic, x], 72.)

39À l’exception de la traduction de La Place, ces exemples ne contiennent pas de glissements entre types de discours. La nature des DD des textes d’arrivée est pourtant différente de celle des textes de départ. On constate une diminution du plurilinguisme parce que les jeux phonétiques, les expressions dialectales et une grande partie du jargon des tribunaux anglais disparaissent des textes d’arrivée.

  • 72 Les seules occasions où Desfontaines et La Place ne suppriment pas le plurilinguisme du DD, est lor (...)

40De telles standardisations sont courantes chez les premiers traducteurs de Fielding72 et plus rares chez les deuxièmes traducteurs. Par conséquent le clivage entre les deux générations de traducteurs, constaté dans les parties précédentes, est visible également dans celle du DD. C’est surtout Davaux qui respecte les fautes d’orthographe, les vulgarités et les accents étrangers qui se trouvent dans Tom Jones (ma lecture de sa traduction entière révèle pourtant qu’il standardise sporadiquement la représentation sociolectale de l’original). Il s’ensuit que son Tom Jones diffère considérablement de celui de La Place qui s’écarte moins du style des romans français du dix-huitième siècle. Les deux passages suivants du roman, rendus d’abord par La Place, ensuite par son successeur, mettent en évidence ces divergences stylistiques – ainsi que la courtoisie de La Place envers les lectrices de sa traduction ; il modifie le verdict du roi bohémien :

Fielding : His Egyptian Majesty then addressed himself to the Husband as follows, ‘Me be sorry to see any Gypsy dat have no more Honour dan to sell de Honour of his Wife for Money. If you had had de Love for your Wife, you would have prevented dis Matter, and not endeavour to make her de Whore dat you might discover her. Me do order dat you have no Money given you, for you deserve Punishment not Reward ; me do order derefore, dat you be de infamous Gypsy, and do wear Pair of Horns upon your Forehead for one Month, and dat your Wife be called de Whore, and pointed at all dat time : For you be de infamous Gypsy, but she be no less de infamous Whore. ’ (Fielding 1749 : XII, xii, 290-291.)
La Place : [...] Sa Majesté Bohémienne regardant le mari d’un œil sévére lui parla en ces termes : je suis fâché qu’un Bohémien ait assez peu d’honneur pour vendre celui de sa femme Si vous l’eussiez aimée, vous eussiez prévenu le crime que vous cherchiez à découvrir. J’ordonne donc, loin qu’on vous donne de l’argent, que votre lâcheté soit punie. Je vous condamne, infâme que vous êtes, à porter, pendant un mois, des cornes sur le front ; & votre femme, à vous les attacher publiqement aux yeux de la Nation assemblée. (La Place 1750 : XII, vi, 327-328.)
Davaux : L’égyptienne majesté s’adressant alors au mari : moi, dit-elle, être fâché de voir un bohémien, qui a pas plus d’honneur, que de vendre celui de sa femme pour de l’argent : Si vous avoir de l’amour pour votre femme, vous auriez prévenu cette affaire, et vous pas chercher à faire elle une débauchée, pour pouvoir la découvrir. Moi donne l’ordre que vous n’ayiez point d’argent donné à vous ; car vous mériter punition et point récompense. Moi donne l’ordre donc, que vous être un infâme bohémien et que vous porter une paire de cornes sur votre tête, pour un mois, et que votre femme être appelée la câlin et être montrée au doigt pendant tout ce tems. Car vous être un infâme bohêmien, mais elle, être pas moins une infâme bohémienne, (Davaux : tome troisième, III, xii, 328.)

***

Fielding : “I beg ure Onur not too menshon ani thing of what I haf sad, for I wish ure Onur all thee gud Luk in thee Wurld ; and I don’t cuestion butt thatt u wil haf Madam Sofia in the End ; butt ass to miself ure Onur nose I kant bee of ani farder Sarvis to u in that Matar, nou bein under thee Cumand off anuthar Parson, and nott mi one Mistres. I begg ure Onur to say nothing of what past, and belive me to be, Sir,
Ure Onur’s umble Sarvant,
To Cumand till Deth,
Honour Blackmore.” (Fielding 1749 : XV, x, 281-282.)
La Place : Daignez donc, je vous en supplie, Monsieur, garder le secret sur tout ce que j’ai pû vous dire. Je fais les vœux les plus ardens pour votre prospérité, & je ne doute pas que vous ne réussissiez enfin avec Madame Sophie. Mais, quant à moi, il ne m’est plus possible de vous rendre aucuns services, étant sous les ordres d’une autre personne, & point du tout maîtresse de suivre mon inclination. Je vous supplie, encore un coup, de ne rien dire du passé, & de me croire,
Monsieur,
Jusqu ’à la mort,
Votre très-humble Servante,
Honora Blackmore. (La Place : XV, ix, 261-262. Les italiques sont de La Place.)
Davaux : « Je pris votre oneur de ne parler de riain de ce que j’ai dit, car je souaite à votre oneur tout le boneur du monde, et je ne doute pas que vous n’ayez madame Sofie à la faim. Mais cant à moi votre oneur sait que je ne puis plus lui aitre d’aucun service dans caite afaire, étant à presen sous le comandeman d’une otre persone et pas ma maitraise. Je pris votre oneur de ne riain dire de ce qui sais passé, et de me croire,
Monsieur,
De votre oneur, lumble
servante à comandeman
jusqu’à la mor.
Honor Blackmore. » (Davaux : tome quatrième, II, x, 205. Les italiques sont de Davaux.)

  • 73 Mylne 1986 : 53 ; Mylne 1994 : 130-131. Elle dit à propos de Prévost qui avait aussi ‘corrigé’ quel (...)

41Les modifications de La Place se répercutent naturellement aussi sur la caractérisation des personnages ; Honour n’est-elle pas moins admirable dans la version de Davaux ? Le motif pour les standardisations de La Place est le genre (visé) de son Tom Jones, ainsi que l’horizon d’attente des lecteurs français. Le lecteur se souviendra que Marivaux, écrivain ingénieux dans l’usage du DR, se fit critiquer pour quelques vulgarités qui se trouvaient dans La Vie de Marianne (voir chapitre 3). En outre, selon V. Mylne, un roman sentimental ne pouvait pas contenir de fautes orthographe pour suggérer un parler vulgaire, même si ce style « poissard » en soi n’était pas banni de la littérature française (le genre burlesque ou comique)73. Les standardisations de Desfontaines auront également été causées par la question du genre de son Joseph Andrews dont il a voulu faire un roman didactique et sérieux.

  • 74 Fielding : « The Depusition of James Scout, Loyer, and Thomas Trotter, Yeoman, taken befor mee, on (...)

42Si l’on compare la traduction de Lunier à celle de Desfontaines, on remarque plusieurs divergences semblables. Lunier ne va pourtant pas aussi loin que Davaux dans sa fidélité envers Fielding. Autrement dit, il ne s’écarte pas autant du texte de son prédécesseur que Davaux.... Il ‘corrige’, par exemple les fautes d’orthographe de la déposition rédigée par James Scout, homme de loi74. La traduction de Puisieux contient, elle aussi, des vulgarités et des expressions argotiques qui gardent le ton de l’original, contrairement à l’ Amélie de Mme Riccoboni. Par exemple, il garde le ton interrogatif du langage enfantin dans sa traduction :

Fielding : – The Children presently accompanied their Mother’s Tears, and the Daughter cried- ’Why, will any body hurt poor Papa ? Hath he done any harm to any body ? ’ – ‘No, my dear Child, ’ said the Mother, ‘he is the best Man in the World, and therefore they hate him. ’ Upon which the Boy, who was extremely sensible at his Years, answered, ‘Nay Mamma, how can that be ? Have not you often told me, that if I was good, every body would love me ? ’ ‘All good People will, ’ answered she. ‘Why don’t they love Papa then ? ’ replied the Child, for I am sure he is very good.’ ‘So they do, my dear, ’ said the Mother, ‘but there are more bad People in the World, and they will hate you for your Goodness. ’ ‘Why then bad People, ’ cries the Child, ‘are loved by more than the Good.’ (Fielding 1752 : IV, iii, 33-34.)
Puisieux : Les enfans se mirent à pleurer avec leur mere, & la fille s’écria.... Pourquoi donc tout le monde fait-il du tort à mon papa ? Est-ce qu’il a fait du mal à quelqu’un ? Non, ma chere enfant, dit la mere ; c’est le meilleur des hommes : c’est pour cela qu’on le hait : surquoi le garçon, qui étoit extrêmement sensé pour son âge, répondit : Mais, maman, comment cela se peut-il ! ne m’avez-vous pas dit souvent, que si j’étois bon, chacun m’aimeroit ? Tous les honnêtes gens vous aimeront, répondit-elle. Pourquoi donc n’aiment-ils pas papa ? répliqua l’enfant ; je suis sûr qu’il est bon. Aussi l’aiment-ils, mon cher, dit la mere. Mais il y a dans le monde plus de méchans que de bons. & ils vous haïront pour votre bonté. Quoi ! les méchans sont donc aimés par plus de gens que les bons, s’écria l’enfant ? (Puisieux 1762 : IV, iii, 31.)

43Est-ce grâce à de tels détails que Grimm fut si charmé du roman domestique qu’est selon lui l’Amelia de Fielding ? Au moins le DR de Fielding semble-t-il être un élément important du genre domestique puisque Grimm le mentionne dans son jugement sur les deux traductions d’Amelia. Grimm, qui écrivit sur Amelia pour la première fois dès 1753, représente l’avant-garde des hommes de lettres dans la France du XVIIIe siècle. Il a fallu attendre presque dix ans pour qu’Amelia soit traduit en français. Et encore plusieurs décennies plus tard, les critiques blâmaient les traductions de Davaux et de Lunier pour leur fidélité excessive et leur manque de goût. Les empreintes du classicisme français ont mis du temps à disparaître.

Notes

1 Pour la nature même et les autres fonctions du RP, voir Taivalkoski-Shilov (2002).

2 Fielding : « He then ran to the Door, and called up two ill-looking Fellows, his Followers, whom, as soon as they entered the Room, he ordered to seize on Booth, declaring he would immediately carry him to Newgate ; at the same Time pouring out a vast Quantity of Abuse, below the Dignity of History to record » (Fielding 1752 : VIII, x, 205).

3 Fielding : « [...] he [Squire Western] had learned Mr. Jones had taken that Rout (for Partridge, to use the Squire ’s Expression, left every where a strong Scent behind him) and he doubted not in the least but Sophia travelled, or, as he phrased it, ran the same Way. He used indeed a very coarse Expression, which need not be here inserted ; as Fox-hunters, who alone would understand it, will easily suggest it to themselves. » (Fielding 1974 : X, ix, 565.) Davaux : « Ayant appris que M. Jones avait pris cette rou [sic] car Partridge, pour parler le langage de l’écuyer, laissait derrière lui un fumet un peu fort ; il ne doutait pas que Sophie n’eût suivie la même trace » (Davaux 1796 : tome troisième, I, ix, 95).

4 Il y a deux RP – et, partant, deux unités de traduction – dans ce passage.

5 Charles 1994 : 948-949.

6 Je n’ai repéré que trois RP dans sa traduction, alors que l’original en contient 36.

7 M.H. McMurran (2000 : 96-98) discute un tel glissement dans la traduction anglaise de La Vie de Marianne (par Mary Collier) datant des années 1740. Le RP suivant (que je reproduis dans son intégralité) devient un long DD dans la traduction : « Je ne vous rapporterai point tout ce qu’il me dit encore avant que nous ne partissions. J’abrège ; car je m’imagine que toutes ces minuties de mon bas-âge vous ennuyent, cela n’est pas fort intéressant, & il me tarde d’en venir à d’autres choses ; j’en ai beaucoup à dire, & il faut que je vous aime bien pour m’être mise en train de vous faire une histoire qui sera très-longue : je vais barbouiller bien du papier ; mais je ne veux pas songer à cela, il ne faut pas seulement que ma paresse le sçache : avançons toujours. » (Marivaux, Pierre Carlet de (1731-37/1781) La Vie de Marianne, ou les aventures de Madame la Comtesse de ***. À Paris, Chez les Libraires Associés. Première partie : 20-21. Les caractères gras sont de moi.) D’après M.H. McMurran, Collier se sert ici du DD pour rendre sa traduction plus vivante et pour souligner son message moral, ce qui était commun à l’époque. Chez Mme Riccoboni, le glissement RP ➞ DD est pourtant causé par un motif idiosyncratique : la haine qu’elle éprouve pour Fenton.

8 Leech & Short 1981 : 323-324 ; Mamette 1998 : 117-118.

9 McHale 1978 : 258. En principe, le RD ne doit pas contenir de mots. Je considère comme un RD la ‘réplique’ suivante, tirée du Grand Coup de Gyp (p. 308) par V. Mylne (1994 : 34) : « – ?...?...? ».

10 Fielding : [Le cotexte est tiré de Fielding 1983 : VI, iv, 242.] « I can ’t answer what End she may propose, ’ said Booth. ‘Sometimes one would be almost persuaded that there was a Pleasure in Lying itself. But this I am certain, that I would believe the honest Serjeant on his bare Word, sooner than I would fifty Mrs. Ellisons on Oath. I am convinced he would not hâve said what he did to me, without the strongest Encouragement ; and, I think, after what we hâve been both Witnesses to, it requires no great Confidence in his Veracity, to give him an unlimited Crédit with regard to the Lady ’s Behavior. ’ To this Amelia made no Reply ; and they discoursed of other Matters during the Remainder of a very pleasant Walk. » (Fielding 1752 : VI, iv, 210.)

11 Les glissements de Puisieux dans cette catégorie sont de la nature suivante (ici RD → DI) : Fielding : « Atkinson now waked likewise, and soon became sensible of the violent Agitations of his Wife. [...]. Atkinson then began to roar aloud ; upon which Booth, who lay under him, jumpt from his Bed, and ran up with the lighted Candie in his Hand. » (Fielding 1752 ; IX, vi, 264.) Puisieux : « Atkinson se réveilla aussi, & sentant cette violente agitation de sa femme [...]. Atkinson se mit alors à crier au secours. Booth, qui couchoit au-dessous de lui, sortit de son lit brusquement, & y courut avec une bougie à la main. (Puisieux 1784 : IX, vi, 180.)

12 Son Amélie contient une centaine de RD.

13 Je ne suis pas la première à rapprocher le discours rapporté de la musique. Selon I. Génin (2001 : 245) Lewis Mumford (1939) a comparé Moby-Dick à une symphonie (Génin, Isabelle (2001) « ‘Moi compris tout plein.’ Les voix exotiques dans Moby-Dick et ses traductions françaises. » in Ballard 2001, 245-263). Quelqu’un a-t-il jamais étudié le rapport entre la musique et le DR d’une période donnée ? Je pose comme hypothèse que le système du DR de Fielding a été influencé par la musique de l’époque. Son compositeur favori était Handel (Battestin 2000 : article « Handel, George Frideric 1685-1759) ».

14 Journal littéraire 1797 : 69.

15 McHale 1978 : 259.

16 Fielding : « Adams asked him, if he had not seen a young Man on horse-back on the Road, (describing Joseph.) Aye, said the Coachman, a Gentlewoman in my Coach that is his Acquaintance redeemed him and his Horse ; he would hâve been here before this time, had not the Storm driven him to shelter. » (Fielding 1742 : II, iii, 152.)

17 Le cotexte ajouté est tiré de Fielding 1974 : IV, xiv, 204.

18 Fielding : « Upon which Adams began to discourse on Platonic Love ; whence he made a quick Transition to the Joys in the next World, and concluded with strongly asserting that there was no such thing as Pleasure in this. At which Pamela and her Husband smiled on one another. » (Fielding 1742 : IV, xiii, 276.) Ces deux CRD ont été bien traduits par Desfontaines : « Adams saisit cette occasion, pour faire l’éloge de l’amour Platonique, d’où par un saut naturel, il passa aux joies du Paradis, en assurant qu’il n’y avoit point de vrais plaisirs sur la terre ; ce qu’il ne put persuader à Monsieur Booby, ni à sa femme » (Desfontaines 1743a : IV, xiii, 297). À comparer avec la traduction de Lunier : « Là-dessus Adams se mit à faire un discours en règle sur l’Amour platonique ; d’où, par une transition rapide, il passa aux joies de l’autre monde, et conclut en disant qu’il n’y avoit aucune espèce de plaisir sur la terre : sur quoi M. Booby et sa femme se regardèrent en riant » (Lunier 1807 : IV, xiii, 403).

19 Voir aussi Mylne 1994 : 25-26.

20 Il y a pourtant presque 300 CRD dans son Amélie.

21 Soupel 1990 : 31.

22 Lips 1926 : 24-29.

23 McHale 1978 : 259.

24 Fielding : « [...] when having received her Wages, away packed she Bag and Baggage, to the great Satisfaction of every one, but of none more than of* Sophia ; who, having appointed her Maid to meet her al a certain Place not far front the House, exactly at the dreadful and ghostly Hour of Twelve, began to préparé for her own Departure » (Fielding 1749 : VII, ix, 67). *Le cotexte ajouté est tiré de Fielding 1974 : VII, ix, 359.

25 Son Amélie contient environ 280 DI.

26 Toury 1995 : 57.

27 Dans le texte de départ, ce DI est accompagné de guillemets dans la marge gauche. Cela est dû au fait qu’il s’agit d’une citation et que le DI est précédé de DD.

28 R.-J. Orf (1974 : 50) fait également remarquer que Desfontaines traduit avec adresse les noms des personnages secondaires de Joseph Andrews. Il ne mentionne pourtant pas Bellairmine.

29 Rosier 1999 : 233.

30 Pour ce qui est de la ponctuation des cinq autres traductions, celle de l’abbé Desfontaines contient assez systématiquement des guillemets dans la marge gauche des passages en DD (aussi dans les lettres). Il n’y a que très exceptionnellement des guillemets dans le Tom Jones de La Place. Les italiques remplacent parfois la fonction des guillemets dans cette traduction. Celle de Davaux est riche en tirets pour indiquer le changement de locuteur dans les dialogues. Elle contient très peu de guillemets sauf dans les lettres, dont la marge gauche est guillemetée. Il en est de même de l’Amelie de Puisieux où le DD n’est pas marqué typographiquement sauf dans les lettres. J’y ai pourtant relevé une occurrence de DIM avec guillemets dans la marge gauche (Puisieux 1781 : VIII, vii, 299, ce même DIM est entre guillemets aussi dans l’original). Enfin, l’Amélie de Mme Riccoboni ne contient des guillemets que dans quelques lettres en DD.

31 N. Dejong (1998 : 289-291) signale que lorsque nous entrons dans le domaine de la typographie, la responsabilité du traducteur diminue et celle de la maison d’édition augmente. Parfois, celle-ci peut même imposer au texte des altérations typographiques que le traducteur n’aurait pas voulu accepter.

32 Mylne 1979 : 58.

33 Le lecteur se souviendra que je n’ai pas réussi à repérer l’édition de Joseph Andrews dont s’est servie Lunier (voir chapitre 5).

34 Mylne 1979 : 61.

35 Fielding : Adams asked him, if he had not seen a young Man on horse-back on the Road, (describing Joseph) (Fielding 1742 : II, iii, 152). Lunier : Adams lui demanda « s’il n’avoit pas vu sur la route un jeune homme à cheval, qu’il lui dépeignit » (Lunier 1807 : II, iii, 221).

36 Rosier 1999 : 237. Cependant, selon H. Amory, nous associons les guillemets davantage au DD que nos ancêtres : « On 18’th-century ponctuation, I think we may put too much weight on inverted commas (guillemets, etc.) as signals of direct discourse. Jane Austen even uses them in reporting thoughts, and their primary fonction (like their 18th-century équivalent of italicization) may be either linguistic, or to “underline " content of interest, even where no linguistic shift occurs. » (Amory : communication personnelle 13.8.2001. Les italiques sont d’Amory.) L’effet du DD des guillemets baladeurs serait donc un phénomène plutôt moderne.

37 Il y a, par ci par là, des glissements de la sorte dans la traduction de Puisieux, au moins dans l’édition de Nouffer de Rodon datant de 1781 : Fielding : « She [Miss Mathews] then put a Bank-Bill of 100 l. into Mr. Booth’s Hands, and asked him with a Smile, if he did not think she had Reason to be offended with so mue h Insolence. » (Fielding 1983 : IV, ii, 156.) Puisieux : « [...] alors elle lui mit un billet de cent livres sterlings entre les mains, & lui demanda en souriant, s’il croyoit qu’elle dût s’offenser d’une telle insolence ? (Puisieux 1781 : IV, ii, 270.) Fielding : « He [Booth] then turned to the Child, and asked her if she was certain of that Circumstance. » (Fielding 1983 : VI, iv, 244.) Puisieux : « Alors il retourna à la servante, & lui demanda encore si elle étoit sûre de cette circonstance ? » (Puisieux 1781 : VI, iv, 117.)

38 Cela est conforme à l’hypothèse de S. Blum-Kulka (1986 : 19).

39 Rosier 1999 : 237.

40 McHale 1978 : 259.

41 Fielding 1752 : XII, ii, 219. Ce décalage temporel a été neutralisé dans la traduction de Puisieux : « Booth fut un peu mécontent de ce langage ; mais il ne jugea pas à propos d’en faire le semblant. Il demanda au baillif ce que vouloit dire le bruit qu’ils venoient d’entendre un moment auparavant. Je ne sache pas qu’il y ait eu du bruit, répondit le baillif. » (Puisieux 1784 : XII, ii, 216-217.) Il y a donc un glissement DIM→ DI.

42 Kuusi 2003 : 36-37.

43 Le cotexte ajouté est tiré de Fielding 1974 : II, vi, 101.

44 McDowell 1973 : 86-87. A. McDowell parle pourtant de DI ici, parce que la typologie de types de discours qu’il utilise diffère de la mienne.

45 McHale 1994 : 202-204.

46 Amory : communication personnelle 13.8.2001.

47 À comparer avec la version de Lunier, en DI : « C’étoit maintenant le tour du maître de danse. S’adressant donc à Adams, il lui dit, en mauvais anglais, qu’il étoit merveilleusement taillé pour faire un bon danseur, et que rien qu’à son allure, il n’étoit pas difficile de s’apercevoir qu’il avoit appris d’un grand maître. Il ajouta que rien ne convenoit mieux à un ecclésiastique que de savoir bien danser ; et finit par l’engager à danser un menuet avec lui, en disant que sa soutane lui serviroit de jupon, et qu’il aurait l’honneur d’être son cavalier. » (Lunier 1807 : III, vii, 165.)

48 Poncharal 1998 : 184. Selon B. Poncharal (Ibid. 182-183), la traduction française suivante qui garde le DIM de l’original anglais contient des « maladresses patentes » : E. Waugh (1938) : « The young man ’s name was Eddy Littlejohn, but over dinner he said, look here, would they call him Ginger, everyone else did. So they began to call him Ginger, and he said wouldn ’t it be a good idea if they had another bottle of fizz, and Nina and Adam said yes, it would, so they had a magnum and got very friendly. » L. Chantemèle (1983) : « Le nom du jeune homme était Eddy Littlejohn, mais tout en dînant, il dit, écoutez voir, s’ils l’appelaient Carotte : tout le monde l’appelait comme ça. Alors ils se mirent à l’appeler Carotte, et il dit est-ce que ce ne serait pas une bonne idée s’ils prenaient une bouteille de champagne, et Nina et Adam dirent oui, c’en serait une, si bien qu’ils commandèrent un magnum et devinrent grands amis. » (Vile Bodies, 118, et Ces corps vils, 129 cités par Poncharal. Les caractères gras sont de Poncharal.) Si de tels mélanges ne sont toujours pas acceptables pour certains Français, comment les aurait-on tolérés au XVIIIe siècle français, connu pour son purisme linguistique ?

49 Son Amélie contient pourtant une quarantaine d’occurrences de DIM.

50 Auerbach 1946/ 1992 : 392 ; Mylne 1994 : 128. Auerbach (Ibid. 392) cite la tripartition (tragédie, comédie, farce) de Boileau concernant les niveaux de style. Selon cette tripartition, les personnages appartenant à une certaine classe sociale ne pouvaient franchir les limites de leur rang ; même dans une comédie les honnêtes gens pouvaient seulement « badiner noblement » parce que la bouffonnerie appartenait strictement au peuple. D’où mon hypothèse que le narrateur romanesque, image de l’auteur ou du traducteur ne pouvait pas mêler de propos vulgaires ou dialectaux dans son propre discours élégant.

51 Le prestige de la tragédie explique selon Lefevere (1992 : 87-92) les transformations que fit La Motte dans sa traduction de l’Iliade.

52 Lunier (la majorité des glissements : DIM ⟶ DD), Davaux (la majorité des glissements DIM ➞ DI), Puisieux (la majorité des glissements : DIM → DI).

53 Le cotexte ajouté est tiré de Fielding 1974 : XVIII, vi, 938.

54 Rosier 1999 : 74-77.

55 Selon V. Mylne (1986 : 51), le DIL était rare dans la littérature française de l’époque. En outre, ce type de discours était utilisé principalement pour rapporter les pensées (voir aussi chapitre 3).

56 F. Brunot constate qu’au XVIIIe siècle, le passé simple « se maintient comme temps purement narratif » (Brunot 1933 : 1784).

57 Chez La Place, ce passage (abrégé) est en DD : « M. Blifil objectoit une promesse solemnelle faite de sa part à son Oncle, de n’avoir jamais rien de caché pour lui, quelque chagrin que M. Alworthy dût en recevoir. Ce seroit, disoit-il, manquer essentiellement à ma promesse, & m’exposer à encourir la juste indignation de mon Oncle, au cas que le Ciel le guérisse, comme j’ose encore m’en flatter. La crainte d’un mal, quel qu’il soit, ne doit jamais faire cacher la vérité. » (La Place 1750 : V, v, 201.)

58 Poncharal 1998 : 223.

59 Dans l’exemple en question, je cite seulement le texte de départ parce que les deux traductions sont transcodées en CRD. Desfontaines : « Le Procureur eut son tour, & se servant de tous les termes du barreau, il les appliqua à tors & à travers au même sujet, riant à chaque mot, & le répétant trois ou quatre fois, afin d’engager les autres à faire de même. A la fin ils arrivèrent à une hôtellerie [...]. » (Desfontaines 1743a : I, xii, 77.) Lunier : « L’homme de loi voulut aussi s’amuser de la dame, et, sans sortir du langage de sa profession, il se distingua par une foule d’équivoques, de jeux de mots et de calembourgs, qui durèrent jusqu’au moment où la voiture s’arrêta devant l’auberge [...] » (Lunier 1807 : I, xii, 104).

60 Cohn 1978/ 1983 : 112 ; Leech & Short 1981 : 332 ; McDowell 1973 : 84, et passim. (A. McDowell ne fait pourtant pas de distinction entre le DIM et le DIL.)

61 Cela correspond à ce qu’affirme G. Strauch (1974 : 57) : « [C]hez les romanciers anglais du XVIIIe siècle, la proportion de reproductions de pensées sur le nombre total d’occurrences de style indirect libre est minime [...] ».

62 V. Mylne, en étudiant la traduction de Clarissa par Prévost (1751), repère également de tels glissements, causés par l’ajout de « que ». Elle explique ces glissements par des contraintes linguistiques. Prévost n’a pourtant pas complètement supprimé le DIL de sa traduction. (Mylne 1986 : 50-51, 57 ; Mylne 1994 : 24.)

63 Fielding : « [Abraham Adams dit : ] “I suppose you have sailed among the Cyclades, and passed the famous Streights which take their name from the unfortunate Helle, whose Fate is sweetly described by Apollonius Rhodius ; you have past the very Spot, I conceive, where Dædalus fell into that Sea, his waxen Wings being melted by the Sun ; [...]ˮ » (Fielding 1742 : II, xvii, 304). Desfontaines : « “Avez-vous vogué entre les Cyclades, & passé le détroit qui prend son nom de l’infortunée Helée, dont le sort est célébré par Appollinaire le Rhodien ? Avez-vous fendu les vagues, qui engloutirent le Fils de Dedale, quand il tomba dans la Mer, après que la chaleur du Soleil eut fondu la cire qui attachoit ses aîles ?” » (Desfontaines 1743a : II, xvii, 324-325.)

64 Il y a presque soixante occurrences du DIL dans son Amélie.

65 Voir aussi Taivalkoski-Shilov 2002b.

66 Rosier 1999 : 238-240. En voici un exemple que j’emprunte à L. Rosier (1999 : 239, les caractères gras sont de Rosier) : « Elle eut au bord des lèvres le mot qui peut-être eût jeté son frère en larmes dans ses bras : « Ton secours et ton refuge, n’est-ce pas moi ? » Mais elle ne les prononça pas : la pudeur des sentiments joue dans nos vies un rôle plus redoutable qu’aucun vice (François Mauriac, Les chemins de la mer : 213). »

67 Rosier 1999 : 242.

68 Le passage de Joseph Andrews que j’avais cité à ce propos au chapitre 2 (... « – It was a monosyllable, beginning with a B –, and indeed was the same, as if she had pronounced the Words, She Dog » etc.) a été traduit ainsi par les deux traducteurs français : Desfontaines : « “Sors de ma maison tout à l’heure, infame.” A ce mot elle en ajoûta un autre, qui est de toutes les injures la plus atroce, & que les femmes Angloises regardent comme très-outrageante. Ce mot piqua Nanon jusqu’au vif. “Je suis une fille, dit-elle, & non pas une Chienne, & si j’ai fait une faute, je ne suis pas la première. Faut-il pour cela m’injujurier [sic] de la sorte ? Comment, coquine, reprit Madame Houspille, tu oses me répondre, quand je t’ai vue de mes deux yeux ! Oüi, chienne, je fai vuë. Je ne puis supporter ce nom-là, s’écria Nanon, en pleurant. Si j’ai péché, n’est-ce pas assez que j’en réponde en l’autre monde ? Faut-il encore qu’une Maîtresse m’appelle C... Je n’ai rien fait que d’humain.” » (Desfontaines 1743a : I, xvii, 133-134.) Lunier : « “Ote-toi de mes yeux, coquine, CHIENNE (1). » Betty avoit jusqu’alors entendu avec patience tout ce que sa maîtresse lui avoit dit : elle n’avoit répondu que par des lamentations ; mais ce dernier mot la piqua au vif. « Je suis une femme comme vous, lui dit-elle, et je ne suis pas une chienne ; et si j’ai un peu manqué à l’honnêteté, je ne suis pas la première. Si j’ai fait une faute, ce n’est pas une raison, ajouta-t-elle en sanglottant, pour que l’on me traite ainsi ; mes su.... supérieurs ne va.... valent pas mieux que moi. »« Comment, insolente, dit madame Tow-Wouse, tu oses me répondre ! Ne t’ai-je pas prise sur le fait, dis donc, CHIENNE ? »« Je ne puis supporter ce mot, répondit Betty : si j’ai péché, c’est à moi à en répondre dans l’autre monde ; mais je n’ai rien fait qui ne soit naturel, et je sors à l’instant de chez vous ; je ne souffrirai pas qu’aucune maîtresse, en Angleterre, m’appelle CHIENNE. » (1) Injure insupportable pour une Anglaise de la classe commune. » (Lunier 1807 : I, xvii, 180-181.)

69 Le cotexte ajouté est tiré de Fielding 1967 : III, vi, 235.

70 Desfontaines : « “[...] car j’ai entendu quelques-uns des nôtres parler de la charité de leurs Maîtres, Monsieur Pope, le grand Poëte, disoit un jour à table chez nous, qu’il y avoit un homme qui demeuroit à Ross, & un autre à Bath, qui s’appelloit M... M... j’ai oublié son nom, mais il est tout au long dans son gros Livre de Vers.” [...]. » (Desfontaines 1743a : III, vi, 102-103.) le traducteur a omis le commentaire du narrateur qui suit ce DD.

71 Il y a environ 660 DD dans son Amélie.

72 Les seules occasions où Desfontaines et La Place ne suppriment pas le plurilinguisme du DD, est lorsqu’il s’agit de personnages comiques comme Slipslop, Squire Western, ou de personnages appartenant aux classes sociales inférieures. Ce seront de leurs répliques que sont venus en France les « détails bas », critiqués par les contemporains. Voici un exemple frappant tiré de Tom Jones : Fielding : « ‘There, says he, ’there is fine Business forwards now. The Hounds have changed at last, and when we imagined we had a Fox to deal with, Od-rat-it, it turns out to be a Badger at last. ’ ‘Pray, my good Neighbour, said Allworthy, ‘drop your Metaphors, and speak a little plainer. ’ ‘Why then, says the Squire, to tell you plainly, we have been ail this Time afraid of a Son of a Whore of a Bastard of Somebody’s, I don’t know who’s not I – And now here is a confounded Son of a Whore of a Lord, who may be a Bastard too for ought I know or care, for he shall never have a Daughter of mine by my Consent. They have beggared the Nation, but they shall never beggar me. My Land shall never be sent over to Hannover.’ » (Fielding 1749 : XVII, iii, 99.) La Place : « Eh bien, dit-il, voilà de belle besogne sur le tapis ! Nos chiens ont pris le change : nous comptions chasser un renard : c’est maintenant à un bléreau que nous avons à faire. De grâce, mon cher voisin, lui dit amicalement Alworthy, laissez la Métaphore, & parlez un peu plus clairement. Volontiers, dit Western ; sçachez donc, que le bâtard de quelqu’un, je ne sçais trop de qui, nous a bien tracassés..... & qu’aujourd’hui, un autre bâtard sans doute, car c’est un Lord, prétend avoir ma fille. Mais, au diantre, si j’y consens jamais ! ces beaux Messieurs ont assez ruiné la Nation : mes terres ne passeront jamais la mer, pour aller à Hanovre. (La Place 1750 : XVII. iii, 112-113.)

73 Mylne 1986 : 53 ; Mylne 1994 : 130-131. Elle dit à propos de Prévost qui avait aussi ‘corrigé’ quelques lettres erronneuses dans sa traduction de Clarissa : « Prévost travaillait pour un public qui attachait plus d’importance à la notion de genre que ne le faisaient les lecteurs anglais, et il avait à faire face à des critiques qui réagissaient avec une violence hargneuse à toute transgression des conventions. Est-il étonnant que pour faire accepter Clarissa par la bonne société, il ait concédé quelque peu au goût national ? » (Mylne 1986 : 53.)

74 Fielding : « The Depusition of James Scout, Loyer, and Thomas Trotter, Yeoman, taken befor mee, on of his Magesty ’s Justasses of the Piece for Zumersetshire etc. » (Fielding 1742 : IV, v, 194). Desfontaines : « Déposition de Thomas Manceau, Laboureur, faite devant moi, un des Commissaires du Roi pour la Province de Sommerset etc. » (Desfontaines 1743a : IV, v, 209). Lunier : « Dépositions de James Scout, homme de loi, et de Thomas Trotter, agriculteur, faites devant moi, l’un des juges de paix de Sa Majesté, pour le comté de Sommerset etc. » (Lunier 1807 : IV, v, 285).

© Artois Presses Université, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search