Version classiqueVersion mobile

La tierce main

 | 
Kristiina Taivalkoski-Shilov

V. Description de la méthode

Texte intégral

1Avant de passer à l’analyse elle-même, je présenterai ici la méthode que j’ai développée et utilisée dans ma recherche : 1. le choix des textes à étudier, 2. la création de l’unité de traduction et 3. la comparaison des textes. Ce dernier stade de l’analyse, la comparaison textuelle, permet de cerner les modifications – les glissements – qui se trouvent dans les traductions. Selon la définition de Kitty van Leuven-Zwart (1989 : 159), il y a un glissement dans la traduction s’il n’y a pas de relation synonymique entre les passages du texte de départ et le texte d’arrivée. Dans le contexte de cette étude, la relation synonymique implique que le texte de départ et le texte d’arrivée contiennent le même type de discours dans le passage à analyser. Un glissement est un changement de type de discours (par exemple DIL → DD), la transformation de paroles en actions (par exemple DIL → non-DR) ou d’actions en paroles (par exemple non-DR → DIL), ou bien une omission (par exemple DIL → Ø) ou une addition (par exemple Ø → DIL).

  • 1 Je n’ai pas suivi la méthode purement rétrospective de G. Toury, pas toujours très pratique, dans l (...)
  • 2 Toury 1995 : 70-86.

2L’ordre dans lequel je décrirai ma méthode – et dans lequel j’ai avancé en réalité – suit à peu près1 les principes que G. Toury propose dans l’étude des traductions2. Selon la méthode touryenne, on sonde la culture et le texte d’arrivée avant de mêler le texte de départ à l’analyse. Je parlerai donc d’abord du choix des textes d’arrivée du corpus, la culture d’arrivée ayant été traitée aux chapitres 3 et 4. Ensuite, je discuterai le repérage du texte de départ qui est la phase suivante dans la procédure de G. Toury. Après, il sera question de la définition de l’unité de traduction, démarche épineuse dans l’analyse des traductions libres. La méthode de Toury me semble particulièrement appropriée ici : l’unité de traduction n’est pas fixée a priori, mais elle est créé ad hoc pendant la comparaison du texte d’arrivée et du texte de départ. Enfin, je terminerai cette description méthodologique en donnant deux exemples de l’analyse traductionnelle.

Les textes d’arrivée

  • 3 Toury 1995 : 38.

3Le corpus de cette étude comprend six textes d’arrivée, parce qu’un seul ne suffit pas dans une étude où l’on observe la traduction en tant que phénomène social. Comme le dit G. Toury, on doit faire des comparaisons, sinon entre plusieurs textes d’arrivée, au moins en rapprochant ses propres résultats d’autres études menées sur le même sujet3. J’ai choisi les six traductions en question, parce que je voulais limiter mon étude à un seul écrivain et à une époque bien connue, le dix-huitième siècle français. Il existe déjà maintes études (Ballard & D’hulst 1996, D’hulst 1990, Graeber & Roche 1988, Graeber 1995a, Orf 1974, West 1932, Yahalom 1980/ 1981...) portant sur la traduction en France à cette époque. La recherche de base ayant déjà été faite dans ce domaine, j ’ai pu me concentrer sur des objets moins étudiés : les traducteurs inconnus comme Lunier, Davaux et Puisieux, la réception réservée à leurs traductions et, naturellement, le DR dans le contexte du dix-huitième siècle français.

  • 4 Les pages de titre des traductions de Desfontaines et de La Place prétendent qu’elles soient publié (...)
  • 5 II me semble qu’une telle erreur est arrivée à R.-J. Orf (1974) et à W. Graeber (1995a) lorsqu’ils (...)
  • 6 Selon G. Schiavi (1996 : 14 et passim), la structure communicative des traductions narratives est p (...)

4J’ai pris soin que les six textes d’arrivée du corpus soient tous des premières éditions, imprimées à Paris4. J’espère ainsi éviter de confondre les empreintes des traducteurs et de leurs premiers éditeurs avec celles laissées par les rééditeurs5. Si l’on veut éliminer autant que possible les traces d’autres personnes que le traducteur6 dans une analyse textuelle, il est préférable de choisir pour le texte d’arrivée une édition qui a paru lorsque le traducteur était encore vivant, et qui a été imprimée par le client originel du traducteur. Dans ce cas, le traducteur a eu au moins quelques possibilités d’influer sur l’impression de sa traduction. Cela est d’autant plus essentiel dans une étude concernant le dix-huitième siècle où les droits de l’auteur, sans parler des droits du traducteur, n’étaient pas encore fixés.

Les textes de départ

5Les textes de départ des six traducteurs se répartissent en deux groupes. Premièrement, il y a trois textes de départ – ceux de l’abbé Desfontaines, de Pierre-Antoine de La Place et de Philippe de Puisieux – que j’ai réussi à identifier avec une assez grande certitude. Comme il n’y avait pas trop d’éditions des originaux lors de la parution de ces trois traductions, il suffisait de faire une comparaison de textes pour savoir laquelle des éditions était la bonne. Voici le compte rendu de mon travail d’investigation.

  • 7 Battestin 2000 : 193.
  • 8 Orf 1974 : 18-19.

6On pense généralement que l’abbé Desfontaines fit sa traduction sur la base de la troisième édition de l’original, puisque cette information est, contrairement aux habitudes de l’époque, indiquée à la page de titre de la traduction. Selon les calculs de R.-J. Orf, cela est pourtant impossible. D’après M.C. Battestin, la troisième édition de Joseph Andrews fut publiée entre le 21 et le 28 mars 17437, alors que la traduction parut avant la fin du mois de juillet de la même année (fictivement publiée par A. Millar, aussi fictivement à Londres)8. En effet, si l’on compare les pages de titre de la troisième édition de l’original et de la traduction de Desfontaines, on note quelques décalages intéressants :

  • 9 A comparer avec la deuxième édition de l’original : The History of the Adventures of Joseph Andrews (...)

La troisième édition de l’original : The History of the Adventures of Joseph Andrews, And his Friend Mr. Abraham Adams. Written in Imitation of the Manner of Cervantes, Author of Don Quixote. By Henry Fielding, Esquire. The Third Edition, illustrated with Cuts. In two volumes. London ; Printed for A. Millar, opposite to Katharine Street, in the Strand. 1743. (Les caractères gras sont de moi.)9
La première édition de la traduction : Les Avantures de Joseph Andrews, et du ministre Abraham Adams. Publiées en Anglois, en 1742. Par M... Feilding [sic] ; et Traduites en François, à Londres, par une Dame Angloise, sur la troisième Edition. A Londres, Chez A. Millar, vis-à-vis l’Eglise de S. Clement, dans le Strand. 1743. (Les caractères gras sont de moi.)

  • 10 Battestin 1989 : 7-8.

La page de titre de Desfontaines mentionne le nom de Fielding (parfois écrit aussi Feilding10) que l’on vient d’indiquer pour la première fois dans la troisième édition de Joseph Andrews. Cependant, la façon dont on écrit ce nom dans la traduction laisse soupçonner que le traducteur n’a pas vu la page de titre de la troisième édition, d’autant plus qu’il ignore le changement d’adresse d’A. Millar (voir note 9).

  • 11 Il y a encore un troisième candidat pour le texte de départ de Desfontaines, suggéré par H. Amory ( (...)
  • 12 Battestin 2000 : 192-193.
  • 13 Par exemple : Fielding : « The Lawyer is not only alive, but hath been so these 4000 Years [...]. » (...)
  • 14 Desfontaines écrit dans la lettre du 6 juillet 1743 des ses Observations (tome XXXIII, 189-191) : « (...)
  • 15 Voir aussi Orf 1974 : 18-19.

7Il nous reste alors deux candidats officiels11 pour le texte de départ de Desfontaines : la première édition de Joseph Andrews qui sortit le 22 février et la deuxième édition datant du 10 juin 174212. La comparaison de quelques toponymes et de nombres qui avaient été modifiés dans la deuxième édition13 fait soupçonner que le texte de départ n’est pas la première édition. En outre, le fait que l’abbé Desfontaines fit référence à la deuxième édition quand il annonça la parution de Joseph Andrews dans ses Observations sur les écrits modernes14 a corroboré cette impression. Je pose donc comme hypothèse que le texte de départ de Desfontaines est la deuxième édition de Joseph Andrews15.

  • 16 Battestin 1974 : lii.
  • 17 II n’existait pas de contrefaçons proprement dites de Tom Jones avant 1767 parce que les éditions ‘ (...)
  • 18 Battestin 2000 : 194.
  • 19 La Place 1750 : ix. Les caractères gras sont de moi.
  • 20 Fielding 1974 : 1050-1055.
  • 21 Fielding 1974 : 1001, 1017-1018, 1038. Il y avait dans les deux premières éditions : « [Sophia] ’di (...)

8La première édition du Tom Jones de Pierre-Antoine de La Place parut en février 1750 (fictivement publiée par Jean Nourse, aussi fictivement à Londres...)16. J’ai eu deux candidats officiels17 pour son texte de départ : la première édition qui parut environ le 3 février 1749 et la deuxième édition, du 28 février 174918. C’est que La Place dit dans sa préface : « L’Histoire de Tom Jones est en 6 volumes, contenant 18 livres [...] »19 et que seulement les deux premières éditions de l’original étaient en six volumes, les suivantes sont en quatre20. Il y a également une note de bas de page révélatrice dans la traduction de La Place. Ce dernier y critique l’auteur d’une description qui n’a pas de sens. Il s’agit d’une faute de frappe qui ne se trouve que dans les deux premières éditions de Tom Jones. Le mot qui manque ici est « la neige »21 :

[...] la Dame [Sophia] ôta ses gants, & laissa voir des mains, * dont la blancheur & la beauté éblouirent la compagnie.
* L’Original dit.... deux mains qui renfermaient en elles toutes les propriétés, excepté celle de se fondre au feu. Faudroit-il parler ainsi, pour éviter le reproche de trop franciser les Traductions Angloises ? (La Place 1750 : X, ii, 160-161. Les caractères gras sont de moi.)

  • 22 Bowers 1974 : Ixiii-lxiv.
  • 23 La Place 1750 : XVIII, iv, 212, 213 ; Fielding 1974 : 1048.
  • 24 La Place 1750 : XIII, iii, 14-15 ; Fielding 1974 : 1042.
  • 25 La Place 1750 : IV, ii, 119 ; Fielding 1974 : 989.

J’ai encore fait une comparaison textuelle entre les deux premières éditions de Tom Jones et la traduction pour savoir de quelle édition s’est servi La Place. Les écarts entre ces deux éditions de l’original ne sont pas importants22. Il y a pourtant quelques différences dans les toponymes, les noms propres et les nombres. Ils tendent à être similaires dans la première édition et dans la traduction de La Place : Aldersgate (I édition et la traduction) vs. Aldersgate-street (II édition)23, la servante Etoff (I édition et la traduction) vs. Etaff (II édition)24, l’âge de Tom 19 ans (I édition et la traduction) vs. 20 ans (II édition)25. Mon hypothèse est donc que c’est la toute première édition (ou bien une édition ‘pirate’ de Dublin identique à celle-ci) qui est le texte de départ de La Place.

  • 26 Il y a également deux éditions publiées à Dublin en 1752 par G. Risk et alii et par J. Smith (Batte (...)
  • 27 Battestin 2000 : 191. La première édition â’Amelia est pourtant datée 1752 à la page de titre.
  • 28 Les chapitres en question sont : I, viii [sic, vii], I, ix [sic, viii], I, x [sic, ix] et I, xi [si (...)
  • 29 Fielding 1983 : 540.

9Le texte de départ de Philippe de Puisieux était facile à identifier, étant donné qu’il y a seulement une édition autorisée26 parue avant la publication de sa traduction : la première édition d’Amelia datant du 19 décembre 175127. Au surplus, notre traducteur méticuleux répète même les fautes d’imprimerie du texte de départ dans sa traduction. Les numéros erronnés des chapitres de la fin du premier livre28 qui se trouvent dans la première édition d’A. Millar sont répétés dans sa traduction. Il y a également un chapitre dans la première édition et dans la traduction (V, ii) Containing a Brace of Doctors, and much physical Matter (98-104) et Qui contient une consultation de médecine, & autre matière de même genre (88-93) qui fut omis dans la seconde édition de l’original, parue en 176229. Considérons donc l’énigme du texte de départ de Puisieux comme résolue.

  • 30 Orf 1974 : 104.
  • 31 Fielding : – Let me beseech y ou, Sir, to do nothing by him in the present Height of your Anger. Co (...)

10Pour ce qui est du second groupe des textes de départ, j’ai dû faire des compromis, puisqu’il pose des problèmes assez difficiles à résoudre. Tout d’abord, il y a l’ Amélie de Mme Riccoboni qui est une traduction tellement libre qu’une comparaison textuelle ne nous aiderait pas à repérer le texte de départ (qui doit être soit celui de Puisieux, soit l’une des éditions de Dublin datant de 1752, voir note 26). R.-J. Orf soupçonne que Madame a utilisé comme texte de départ une édition de Dublin de 1752 (il ne mentionne pas laquelle), dont le second (ou le deuxième, Orf écrit « zweiter Band ») tome contient la date incorrecte 1742. C’est ainsi qu’il explique la date erronnée, « 1743 », dans l’édition des Libraires Associés d’Amélie (voir aussi tableau 3, chapitre 4)30. Je ne suis pas tout à fait convaincue par cette supposition. Par conséquent, comme il y a tout de même quelque probabilité (1 sur 3) que le texte de départ de Mme Riccoboni soit la première édition d’Amelia, j’ai utilisé cette édition comme le texte de départ des deux Amelie françaises. De toute façon, la traductrice ne respecte pas les détails du texte de Fielding. Le contraire est vrai de Lunier et de Davaux, mais il m’a été impossible d’identifier leurs textes de départ d’une manière satisfaisante, pour d’autres raisons. En premier lieu, lorsqu’ils ont réalisé leurs traductions, il y avait déjà une myriade d’éditions de Joseph Andrews et de Tom Jones, les unes imprimées à Londres, les autres à Dublin, quelques-unes même à Paris. En second lieu, nous avons vu au chapitre 4 qu’au moins Lunier s’est servi de la traduction de son prédécesseur pour faciliter son propre travail. Sa traduction a donc deux textes de départ, l’original de Fielding et la traduction de Desfontaines. La préface de Davaux met également en évidence que ce traducteur connaissait bien la traduction de La Place. En outre, il répète par exemple une faute de celui-ci dans sa traduction31. Il est donc probable que la traduction de Davaux a aussi deux textes de départ, ce qui complique l’identification de l’édition de l’original dont il s’est servie. C’est pourquoi j’utilise dans l’analyse seulement un texte de départ aussi pour les traductions de Joseph Andrews et de Tom Jones. Mes textes de départ sont donc la deuxième édition de Joseph Andrews (1742), la première édition de Tom Jones (1749) et la première édition d’Amelia (1752 [1751]). Les trois textes sont publiés par A. Millar.

L’unité de traduction

  • 32 Toury 1995 : 77-81.

11Comme je l’indique au chapitre 4, le corpus que j’étudie dans l’analyse consiste uniquement en passages de DR que j’ai sélectionnés selon des critères qualificatifs et quantitatifs. J’ai réparti ce corpus en unités de traduction de tailles différentes, selon les principes que propose G. Toury32. Une unité de traduction de mon analyse est composée de deux éléments qui se déterminent l’un l’autre. Elle consiste en un segment posant un problème dans le texte de départ et en un segment présentant une solution dans le texte d’arrivée. Citons un cas bien clair d’un problème et de sa solution. Il est tiré de Joseph Andrews (corpus qualitatif, DD) :

Fielding : He [Adams] said, "they were heartily welcome to his poor Cottage, ’’ and turning to Mr. Didapper, cried out, Non mea renidet in Domo Lacunar. The Beau answer’d, "He did not understand Welch ;” at which the Parson stared, and made no Reply. (Fielding 1742 : IV, ix, 241. Les caractères gras sont de moi.)
Desfontaines : [...] en leur disant qu’il étoit charmé de les voir dans sa pauvre chaumière : Non mea renidet in domo lacunar, s’écria-t’il, en s’adressant au Mylord, qui lui demanda si c’étoit du Gallois qu’il parloit ; il ajoûta que pour lui il n’y entendoit rien. Le bon homme le regarda, & ne répliqua point. (Desfontaines 1743a : IV, ix, 261. Les caractères gras sont de moi.)
Lunier : Il leur dit qu’ils étoient les bien venus dans sa pauvre chaumière ; puis se tournant vers M. Didaper, il s’écria : « Non mea renitet [sic] in domo lacunar. » Le petit-maître répondit qu’il n’entendoit pas le langage du pays de Galles ; sur quoi le ministre le regarda fixement, et puis se tut. (Lunier 1807 : IV, ix, 352. Les caractères gras sont de moi.)

  • 33 Toury 1995 : 78-79.

Selon G. Toury, la taille, le style, l’existence même (additions, omissions) des deux segments qui composent une unité de traduction peut différer considérablement. Le critère essentiel pour établir une unité de traduction est que la solution du problème en question ne dépasse pas les limites du segment du texte d’arrivée33, que le traducteur n’ait pas par exemple compensé une omission par une autre stratégie ailleurs dans le texte.

12L’unité de traduction de mon analyse est un segment de DR, où le(s) locuteur(s) et le type de discours restent invariables. Par conséquent, le changement du locuteur (voir le premier exemple qui suit) et le changement du type de discours (voir le second exemple qui suit) marque la limite (ici indiquée par /) de l’unité de traduction :

Fielding : "How came she into my Room ?" cry’d Adams./ "How came you into hers ?" cry’d Joseph, in an Astonishment. (Fielding 1742 : IV, xiv, 285. Les caractères gras sont de moi.)
Lunier : « Comment se trouve-t-elle dans ma chambre, dit Adams ? »/ « Comment vous trouvez-vous dans la sienne, dit Joseph ? » (Lunier 1807 : IV, xiv, 415. Les caractères gras sont de moi.)
Fielding : Mrs. Miller then asked what was to be done with Blifil, [DI]/ ’for ‘indeed, says she, I cannot be easy while such a Villain is in my House.’ [DD] – Allworthy answered, [...]. (Fielding 1749 : XVIII, xi, 273.)
Davaux : Elle lui demanda ce qu’on ferait de Blifil ; [DI]/ car, dit-elle, je ne suis pas à mon aise, tant que j’ai ce méchant homme chez moi. [DD] – Allworthy lui répondit qu’il [...]. (Davaux 1796 : tome quatrième, V, xi, 528.)

Quelques précisions s’imposent encore. Dans les formes condensées de DR, où le sujet ou la nature de la discussion sont annoncés (le résumé paraliptique et le compte rendu diégétique), le changement de thème marque la limite de l’unité de traduction. Cela me permet d’analyser plus en détail les longs RP et CRD qui sont courants chez Fielding. Voici un exemple tiré de l’analyse du corpus consacré au CRD. Les numéros indiquent le nombre et la limite des unités de traduction, qui sont en caractères gras :

Texte de départ : It was then proposed to begin a general Conversation, 1) and the Exciseman opened on foreign Affairs : but a Word unluckily dropping from one of them 2) introduced a Dissertation on the Hardships suffered by the inferiour Clergy ; which after a long Duration, concluded with 3) bringing the three Volumes of Sermons on the Carpet. (Fielding 1742 : I, xv [sic, xvi], 109-110.) 1) [CRD] 2) [CRD] 3) [CRD]

Texte d’arrivée 1 : Cependant la conversation étant enfin devenue générale, 1) le Rat de cave se mit à parler d’affaire d’Etat. Ensuite un mot lâché par hazard 2) donna lieu à une dissertation sur les souffrances des Ecclésiastiques subalternes. Elle se conclut 3) de la part d’Adams, en mettant les trois volumes de ses Sermons sur le tapis. (Desfontaines 1743a ; I, xvi, 118-119.) 1) [CRD] 2) [CRD] 3) [CRD]

Texte d’arrivée 2 : Enfin, la conversation étant devenue générale, 1) le commis entama une question de politique ; mais un mot lâché malheureusement par l’un d’entr’eux, 2) la fit retomber sur les affaires ecclésiastiques, et amena une longue dissertation sur la condition excessivement malheureuse du bas clergé ; ce qui conduisit naturellement 3) le bon vicaire Adams à parler de ses trois volumes de sermons. (Lunier 1807 : I, xvi, 159-160.)

1) [CRD] 2) [CRD] 3) [CRD]

Glissements : –

Il est en effet assez facile de diviser les types de discours condensés en unités de traduction, soit à raison du changement du locuteur (RD), soit à raison du changement du thème (RP, CRD).

13A contrario, comme la nature des formes indirectes (le discours indirect, le discours indirect mimétique, le discours indirect libre) et directe (le discours direct) de DR n’est pas la même, mes critères pour définir les unités de traduction doivent être un peu différents dans ces catégories. Ici, la limite de l’unité de traduction est marquée grosso modo par le changement de rhème, à l’exception des chansons et des lettres en discours direct – matériau ‘collé’ dans le corps du texte par le narrateur – qui sont considérées comme des entités, constituant une unité de traduction. Voici un exemple tiré de l’analyse du corpus consacré au DIL :

Texte de départ : ‘With this I peremptorily refused to comply. I told him, and I told him truly, that had I been possessed of the Indies at ourfîrst Marriage, he might hâve commanded it ail : 1) For it had been a constant Maxim with me, that where a Woman disposes of her Heart, she should always deposite her Fortune ;

2) but as he had been so kind, long ago, to restore the former into my Possession, I was resolved, likewise, to retain what little remained of the latter. 1) [DIL] 2) [DIL] ’I will not describe to you the Passion into which these Words [...] threw him [...]. (Fielding 1749 : XI, vii, 153-154.)

Texte d’arrivée 1 : ø (La Place 1750 : XI, v, 253.) 1) Ø 2) Ø

Texte d’arrivée 2 : Je le refusai en lui disant qu’au commencement de notre mariage, il aurait pû disposer de tout ce que je possédais ; 1) que je pensais qu’une femme en donnant son cœur, devait donner sa fortune ; 2) mais que comme il avait eu la bonté de me rendre le premier depuis long-tems, j’étais résolue de garder le peu qui me restait de l’autre. (Davaux 1796 : tome troisième, II, vii, 172.) 1) [DIM] 2) [DIM]

Glissements : La Place 1) DIL→ Ø 2) DIL→ Ø ; Davaux 1) DIL → DIM 2) DIL → DIM

  • 34 Toury 1995 : 80.

En examinant les deux exemples tirés de l’analyse, le lecteur remarquera que la comparaison qui permet de cerner les glissements dans le corpus se fait, comme le conseille G. Toury34, à l’aide des concepts intermédiaires. Ce que je compare en fait dans l’analyse, ce ne sont pas les unités de traduction en soi, mais les descriptions des types de discours de ces unités de traduction.

Notes

1 Je n’ai pas suivi la méthode purement rétrospective de G. Toury, pas toujours très pratique, dans la partie du corpus que j’ai amassé selon des critères qualificatifs. G. Toury recommande une étude rétrospective aussi dans l’analyse des éléments textuels isolés comme les métaphores, dans l’étude desquelles on procède traditionnellement du texte de départ (l’identification des métaphores) au texte d’arrivée (repérage des passages correspondants). Toury affirme que même ici, une étude rétrospective ferait ressortir davantage de stratégies de traduction. Il mentionne quatre stratégies que l’on peut distinguer à l’aide d’une étude prospective : 1) métaphore ⟶ même métaphore 2) métaphore ⟶ métaphore différente 3) métaphore ⟶ autre moyen stylistique 4) métaphore ➔ø. L’étude rétrospective nous donnerait deux stratégies de plus : 5) autre moyen stylistique ⟶ métaphore, 6) ø → métaphore. (Toury 1995 : 81-84.) Je me demande comment on arrive à repérer les stratégies 3 et 4 sans étudier le texte de départ avant le texte d’arrivée. Comme je ne suis pas persuadée de la pertinence de l’approche rétrospective dans tous les cas, j’ai emprunté la méthode prospective dans la sélection du corpus qualificatif. En me servant de livres de poche et de surligneurs de sept couleurs (une couleur par type de discours), j’ai d’abord analysé entièrement le DR dans les trois romans de Fielding. Ensuite, j’ai choisi 20 exemples [si possible] de chaque type de discours dans chaque texte. Après avoir enfin repéré les textes de départ de mes traducteurs, j’ai fait les modifications nécessaires dans le corpus, déjà saisi sur ordinateur.

2 Toury 1995 : 70-86.

3 Toury 1995 : 38.

4 Les pages de titre des traductions de Desfontaines et de La Place prétendent qu’elles soient publiées à Londres. Cela n’est pas vrai. On se souviendra aussi que la seconde partie de la traduction de Puisieux que j’ai utilisée dans l’analyse est de l’édition de 1784 (pour savoir pourquoi, voir chapitre 4).

5 II me semble qu’une telle erreur est arrivée à R.-J. Orf (1974) et à W. Graeber (1995a) lorsqu’ils ont analysé la traduction de Desfontaines sur la base de la version d’Amsterdam de cette traduction.

6 Selon G. Schiavi (1996 : 14 et passim), la structure communicative des traductions narratives est plus complexe que celle des textes originaux. La chercheuse italienne a modifié le diagramme classique de S. Chatman (1978) décrivant la communication narrative, pour qu’il passe mieux à la description des traductions (les additions de G. Schiavi sont en caractères gras) :
A.R. ǀ A.I. – [Nr – Ne – L.I. /traducteur réel] – T.I. – Nr – Ne – L.I. de la traduction L.R. (A.R. = auteur réel, A.I. = auteur implicite, Nr = narrateur, Ne = narrataire, L.I. = lecteur implicite, T.I. = traducteur implicite, L.R. = lecteur réel). (Chatman, Seymour (1978) Story and Discourse : Narrative Structure in Fiction and Film. Ithaca : Comell UP.) Ce diagramme est une amélioration importante dans l’analyse narratologique des textes traduits. Il prend compte des changements considérables touchant à la structure narrative des traductions, dus au changement de la langue et de la situation de référence. Le diagramme de G. Schiavi décrit pourtant les traductions telles qu’elles sont avant d’être publiées, il manque un facteur essentiel qui est responsable du texte en tant que produit imprimé. Ce facteur est l’éditeur, c.-à-d. la maison d’édition : l’éditeur, le lecteur des épreuves, le compositeur etc. G. Toury fait aussi remarquer que ce n’est pas normalement le traducteur qui met la dernière main à une traduction : « Even in the case of the most prestigious translatons, whose translational products may well hâve been tampered with least of ail, one can never be sure just how many hands were actually involved in the establishment of the translation as we have it [...] » (Toury 1995 : 183). Il estime pourtant que l’on ne devrait pas distinguer entre le traducteur et les autres producteurs du texte d’arrivée (Ibid. 183). Lorsque cela est possible, il est cependant plus juste envers le traducteur de le faire. Par exemple, l’étude de N. Dejong (1998) révèle que la typographie innovatrice du roman El Beso de la mujer araña de Manuel Puig (traduit par Albert Bensoussan, 1979) avait été simplifiée dans la traduction française. C’était la maison d’édition qui avait décidé de cette standardisation – contre la volonté du traducteur.

7 Battestin 2000 : 193.

8 Orf 1974 : 18-19.

9 A comparer avec la deuxième édition de l’original : The History of the Adventures of Joseph Andrews, And his Friend Mr. Abraham Adams. Written in Imitation of the Manner of Cervantes, Author of Don Quixote. The Second Edition : Revised and Corrected with Alterations and Additions by the Author. London : Printed for A. Millar, over-against St. Clement’s Church, in the Strand. 1742. (Les caractères gras sont de moi.)

10 Battestin 1989 : 7-8.

11 Il y a encore un troisième candidat pour le texte de départ de Desfontaines, suggéré par H. Amory (Amory : communication personnelle 5.2.2001). Le texte de départ de Desfontaines est éventuellement une édition pirate de Joseph Andrews, publiée en 1742 par Jacob Ilive et vendue par Daniel & Ann Lynch et par William Owen (Amory 1987 : 16 ; Battestin 1989 : 358-359). Cette édition pirate, disparue aujourd’hui, a pu être vendue comme ̔la troisième édition’ de l’original, mais elle a dû suivre textuellement la deuxième édition d’A. Millar (Amory : communication personnelle 5.2.2001). Par conséquent, même si cette contrefaçon perdue avait été le véritable texte de départ de Desfontaines, on peut utiliser la deuxième édition dans l’analyse.

12 Battestin 2000 : 192-193.

13 Par exemple : Fielding : « The Lawyer is not only alive, but hath been so these 4000 Years [...]. » Dans la première édition, il y a « 5000 ». (Fielding 1967 : III, i, 189, 374.) Desfontaines : « L’homme de Loi n’est pas seulement vivant, mais il vit depuis 4000. ans [...] » (Desfontaines 1743a : III, i, 7).

14 Desfontaines écrit dans la lettre du 6 juillet 1743 des ses Observations (tome XXXIII, 189-191) : « Il a paru en Angleterre l’été dernier un Ouvrage, que les Anglois mettent au-dessus de tous les Romans qui ont jamais existé, ou du moins qu’ils égalent aux Avantures de D. Quichotte & au Roman comique de Scarron. Il est intitulé : The History of the adventures of Joseph Andrews, and his Friend M. Abraham Adams, Written in imitation of the manner of Cervantes. London 1742, in – 12. 2 vol. » (p. 189. Les caractères gras sont de moi.)

15 Voir aussi Orf 1974 : 18-19.

16 Battestin 1974 : lii.

17 II n’existait pas de contrefaçons proprement dites de Tom Jones avant 1767 parce que les éditions ‘pirates’ de Dublin (chez J. Smith, 1749) de Tom Jones furent probablement publiées avec l’accord tacite d’A. Millar. Ces éditions sont des copies des éditions de Londres. (Amory 1987 : 16-17, 41.)

18 Battestin 2000 : 194.

19 La Place 1750 : ix. Les caractères gras sont de moi.

20 Fielding 1974 : 1050-1055.

21 Fielding 1974 : 1001, 1017-1018, 1038. Il y avait dans les deux premières éditions : « [Sophia] ’displayed two hands, which had every Property in them, except that of melting, to the Fire’ » (Fielding 1974 : 1017). Cela a été corrigée : « [Sophia] displayed to the Fire two Hands, which had every Property of Snow in them, except that of melting » (Fielding 1974 : X, iii, 536).

22 Bowers 1974 : Ixiii-lxiv.

23 La Place 1750 : XVIII, iv, 212, 213 ; Fielding 1974 : 1048.

24 La Place 1750 : XIII, iii, 14-15 ; Fielding 1974 : 1042.

25 La Place 1750 : IV, ii, 119 ; Fielding 1974 : 989.

26 Il y a également deux éditions publiées à Dublin en 1752 par G. Risk et alii et par J. Smith (Battestin 1983 : 1 w4). L’édition ‘pirate’ publiée par J. Smith a pu être identique à la première édition d’A. Millar, parce que l’éditeur dublinois semble avoir eu un commerce continu avec l’éditeur de Fielding (Amory 1987 : 16-17).

27 Battestin 2000 : 191. La première édition â’Amelia est pourtant datée 1752 à la page de titre.

28 Les chapitres en question sont : I, viii [sic, vii], I, ix [sic, viii], I, x [sic, ix] et I, xi [sic, x] (Fielding 1983 : 544-545 ; Puisieux 1762 : passim.)

29 Fielding 1983 : 540.

30 Orf 1974 : 104.

31 Fielding : – Let me beseech y ou, Sir, to do nothing by him in the present Height of your Anger. Consider, my dear Uncle, I was not myself condemned unheard. ’(Fielding 1974 : XVIII, xi, 966.) La Place : Permettez que je vous supplie, Monsieur, de laisser calmer votre colere avant que de rien prononcer contre lui... Et songez, mon cher oncle, que je fus condamné moi-même sans être entendu ! (La Place 1750 : XVIII, x, 297-298.) Davaux : Je vous supplie de ne rien décider dans le premier feu de votre colère. Considérez, mon cher oncle, que j’ai moi-même été condamné sans être entendu. (Davaux 1796 : tome quatrième, V, xi, 527.)

32 Toury 1995 : 77-81.

33 Toury 1995 : 78-79.

34 Toury 1995 : 80.

© Artois Presses Université, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search