Version classiqueVersion mobile

La tierce main

 | 
Kristiina Taivalkoski-Shilov

IV. Le corpus et ses contextes

Texte intégral

  • 1 Rosier 1999 : 106-107, 124.

1La quatrième partie de cette étude est le fruit de la recherche que j’ai effectuée afin d’être en mesure de mieux expliquer les résultats de l’analyse. Et ici, c’est le contexte – textuel et historique – qui joue un rôle déterminant. Comme cela a été maintes fois constaté au cours de cette étude (Even-Zohar, Toury, Lefevere, Hermans, Pym... McHale, Sternberg, Rosier...), il faut contextualiser les traductions et les formes de discours, tout d’abord pour les identifier, et à plus forte raison pour les interpréter. Répétons-le, encore une fois, avec L. Rosier : contextualiser, c’est étudier la relation entre le discours d’autrui et le cadre dans lequel il est situé. Il faut également expliquer les effets produits par les types de discours étudiés, non seulement les décrire1.

  • 2 Pym 1998a : 121, 160-176. Voir aussi chapitre 1.

2J’aborde le contexte des traductions de Fielding avec une triple approche. Je décris d’abord intégralement les trois textes de départ et les six textes d’arrivée, sachant que l’on ne peut tirer des conclusions sûres d’un texte qu’après l’avoir lu in extenso. Et cela surtout pour les traductions libres du XVIIIe siècle. En outre, étant convaincue, avec A. Pym2, de l’influence qu’ont les traducteurs dans la dynamique des polysystèmes, j’ai voulu étudier à fond la vie et les autres ouvrages des six traducteurs à qui j’ai affaire ici. Enfin, je présente la réception des six traductions de Fielding en France, afin de voir, à travers les réactions des contemporains, comment les traducteurs observaient les normes translationnelles et littéraires de leur temps.

Le corpus : principes de sélection

  • 3 J’ai écrit ce chapitre principalement à Helsinki et à Moscou. Les textes de départ de Desfontaines (...)

3Dans le sous-chapitre qui suit, ma description générale des ouvrages analysés se base sur le corpus suivant. Pour les traductions, j’utilise les mêmes textes de départ que dans l’analyse, c’est-à-dire les premières éditions de ces traductions (à l’exception de la traduction de Puisieux, voir infra). En revanche, pour les originaux, je me sers de la Wesleyan Edition of the Works of Henry Fielding – au lieu des éditions du XVIIIe siècle qui sont mes textes de départ dans l’analyse – pour des raisons purement pratiques3.

  • 4 Sauf le RP dont il n’y avait pas suffisamment d’occurrences dans Joseph Andrews.
  • 5 Joseph Andrews : livre I, chapitre iii, II, xiv, IV, xiv ; Tom Jones : I, iii, IX, ii, XVIII, xi ; (...)

4Dans l’analyse plus détaillée du chapitre 6, tous les textes datent du XVIIIe siècle et j’ai fait une recherche particulière pour repérer les textes de départ de certains de mes traducteurs (voir chapitre 5). Mes critères pour choisir les passages à analyser ont été qualitatifs et quantitatifs. Ce second corpus est bipartite. La première partie comprend des extraits des sept types de discours du continuum que j’ai élaboré au chapitre 2 (voir tableau 1). Il s’agit, de préférence, de 20 exemples (ou vingt unités de traduction) de chaque type de discours par roman4. Je les ai d’abord relevés dans les textes de départ. Ensuite, j’ai cherché les passages correspondants, pour autant qu’ils existent, dans les textes d’arrivée. Quant à la partie quantitative du corpus, elle consiste en trois chapitres des ouvrages analysés, dont je savais à l’avance seulement qu’ils contiennent du DR. Ces chapitres sont tirés du début, du milieu et de la fin de chaque texte5 – de départ ou d’arrivée – et j’en ai analysé les parties contenant du DR.

  • 6 Par exemple : Fielding : « She repeated these Lines with so strong an Emphasis, that she almost fri (...)

5Mon objectif dans l’analyse est d’observer les grandes lignes en négligeant ce qui est accessoire. Il s’ensuit que normalement je laisse sans commentaire les particularités (transformations sémantiques etc.) qui se trouvent dans les passages que je cite, mais qui n’ont pas de rapport avec mon argumentation. Le lecteur en repérera plusieurs dans mes exemples6. Je signale encore, au lecteur non habitué à lire le français ou l’anglais du XVIIIe ou du début du XIXe siècle, que je reproduis les passages cités tels qu’ils se trouvent dans les textes originaux, avec toutes les inconséquences dans l’orthographe ou dans la typographie.

Les ouvrages analysés

Joseph Andrews

Résumé de l’intrigue : Joseph Andrews, frère de Pamela Andrews, est valet de pied chez Sir Thomas Booby. Ce jeune homme est le préféré de Lady Booby. Elle l’amène à Londres et ne tarde pas à essayer de le séduire, le septième jour après la mort de son mari. La « vertu mâle » de Joseph reste pourtant intacte après deux tentatives de la dame et une attaque moins raffinée de la vieille servante de la maison, Mrs Slipslop. Chassé par sa maîtresse en colère, Joseph décide de retourner à la paroisse où est situé le château des Booby. Il pense y retrouver sa bien-aimée Fanny. Chemin faisant, il est maltraité par deux voleurs de grand chemin. Commencent les (més) aventures de Joseph Andrews au cours desquelles il traversera toutes les couches sociales. Il est bientôt accompagné d’Abraham Adams, le ministre de sa paroisse, et de Fanny elle-même qui avait quitté son emploi à la nouvelle que son amant avait été brutalisé. Les trois amis veulent rentrer, pour qu’Adams puisse marier Joseph et Fanny. Leur retour est pourtant retardé par plusieurs événements fâcheux et décevants. Ils arrivent enfin à la paroisse et Abraham Adams publie les premiers bans. Lady Booby, jalouse de Joseph, tente de miner le projet de mariage. Après la deuxième publication des bans arrive un vieux colporteur qui fait un récit qui semble empêcher le mariage pour de bon. Il s’avère que Fanny, qui passait pour une orpheline, est l’enfant perdue de la famille Andrews. Or, il y a un autre enfant perdu dans l’histoire. Joseph n’est finalement pas le frère de Pamela et de Fanny, mais le fils d’un aimable gentilhomme, Mr Wilson. Après la troisième publication des bans, Joseph Wilson peut épouser Fanny Andrews.

  • 7 Maurois 1946 : 12.
  • 8 Battestin 1967 : xv-xvi.
  • 9 « Now a comic Romance is a comic Epic-Poem in Prose ; differingfrom Comedy, as the serions Epie fro (...)

6La genèse de Joseph Andrews est bien connue. Henry Fielding, le plus célèbre des « anti-pamélistes »7, composa ce roman pour ridiculiser le roman à succès de Samuel Richardson, Pamela : or, Virtue Rewarded (1740). Fielding avait déjà raillé ce roman épistolaire dans son Shamela (1741)8. Joseph Andrews est donc un hypertexte (G. Genette) de Pamela, mais c’est aussi une œuvre indépendante avec des ambitions littéraires annoncées dans la préface de l’ouvrage. Ce roman est le premier essai de Fielding dans le genre de « l’épopée comique en prose »9 qui atteindra sa perfection dans Tom Jones.

  • 10 Alter 1968 : 50-51 ; Maurois 1946 : 14 ; Perl 1981 : 257-263.
  • 11 Goldberg 1969 : 27-72 ; Folkenflik 1974 : 168-174 ; Perl : 257-263.

7Joseph Andrews se compose de quatre livres divisés en chapitres (livre 1 : 18 chapitres, livre II : 17, livre III : 13 et livre IV : 16). Les trois premiers livres contiennent chacun un chapitre préliminaire traitant de littérature, tandis que le quatrième livre continue immédiatement l’intrigue qui y devient palpitante. L’ouvrage commence comme une parodie de Pamela, se développe en adaptation du roman picaresque et se termine par un dénouement artificiellement heureux. Fielding mêle ici, entre autres, traditions biblique et classique, roman picaresque et comédie10. Lorsqu’on parle des modèles littéraires de Fielding dans la composition de ses romans, on mentionne normalement Homère (dans Joseph Andrews et Tom Jones), Virgile (dans Amelia), la Bible, Shakespeare, Cervantes, Scarron, Lesage et Marivaux11. Fielding ne cache pas sa filiation littéraire et fait aussi des allusions directes et indirectes à ses prédécesseurs dans Joseph Andrews. Cela fait partie du jeu du narrateur.

  • 12 Booth 1952/ 1972 : 424-425.
  • 13 Perl 1981 : 251-253. Selon J.M. Perl, la narration de Joseph Andrews ne représente pas l’idéal rhét (...)
  • 14 Alter 1968 : 109, 129. Les thèmes les plus importants de Joseph Andrews sont la polarité entre la v (...)
  • 15 Alter 1968 : 108-109.

8La narration de Joseph Andrews est à la troisième personne. Le narrateur extradiégétique est extrêmement visible et s’immisce sans cesse dans l’histoire. En créant ce type de narrateur, Fielding lança une mode littéraire en Angleterre. Selon W.C. Booth, presque tous les auteurs anglais de l’époque, Sterne inclus, l’ont imité d’une façon ou d’une autre12. Le narrateur (quasiment) omniscient de Joseph Andrews est en fait le personnage principal de l’ouvrage. Il fait sentir sa présence par des interventions constantes et par des pastiches volontairement artificiels raillant le style épique néoclassique13. Le roman contient trois récits intradiégétiques. Le premier narrateur intradiégétique est une dame voyageant en carosse qui conte aux autres passagers les infortunes de la vaniteuse Leonora (livre II, chapitres iv et vi). Le deuxième narrateur est Mr Wilson, l’homme qui à la fin s’avère être le père de Joseph. Il raconte sa vie à Joseph et à Abraham Adams dans un très long chapitre qui résume et souligne les thèmes les plus importants du roman (livre III, iii)14. La narration y est naturellement à la première personne. Le troisième narrateur est Dicky Adams, le fils d’Abraham Adams, qui lit à haute voix une histoire concernant la mésentente conjugale (livre IV, x). Robert Alter fait remarquer qu’il y a un contraste stylistique entre les narrateurs extradiégétiques et intradiégétiques dans Joseph Andrews et dans Tom Jones. Le style des récits intradiégétiques est plus artificiel et même le DR y est moins naturel. Cela met en valeur la vivacité des parties où dominent les narrateurs extradiégétiques15.

  • 16 Par pluriscripturalisme, Hugh Amory entend les moyens stylistiques graphiques de la littérature cen (...)
  • 17 Alter 1968 : 30.
  • 18 Alter 1968 : 50-51.
  • 19 Alter 1968 : 51.
  • 20 Alter 1968 : 73-74, 79-80, 84, 90-94.

9Joseph Andrews est en fait un mélange de moyens stylistiques ‘mimétiques’ et ‘diégétiques’. Fielding combine dans cet ouvrage l’artificialité extrême et un certain réalisme. Les dissertations du narrateur sur la littérature, les appels au « Lecteur » et les pastiches rompent l’illusion de la mimesis, en même temps que la représentation sociolectale et le pluriscripturalisme16, par lequel on cherche à reproduire iconiquement quelques détails de la diégèse, servent d’effets de réel. L’écriture de Fielding est ironique par excellence et, comme le constate R. Alter, en lisant Fielding, le lecteur a l’impression que le narrateur lui joue des tours17. L’humour de Joseph Andrews se base principalement sur les fantaisies du narrateur extradiégétique. Fielding, ancien dramaturge, utilise aussi dans son premier roman plusieurs moyens comiques propres au théâtre : des dialogues comiques et des confusions de chambre la nuit18. Le style du DR varie autant que le reste chez Fielding. Non seulement il y a des transitions rapides entre les différents types de discours, mais aussi des écarts considérables dans le degré du ‘réalisme’ des répliques particulières19. Dans certains passages, les personnages s’expriment uniquement par des clichés romanesques, tandis que dans d’autres le dialecte est souligné par des italiques. Le langage des personnages est un indice important de leur caractère ; Fielding appuie la caractérisation des personnages sur le DR20.

Le Joseph Andrews de l’abbé Desfontaines

  • 21 R.-J. Orf (1974 : 42 et passim, 205) a utilisé l’édition Perlet des Œuvres complettes de M. Fieldin (...)

10Puisque la traduction de l’abbé Desfontaines a déjà été analysée d’un point de vue historico-descriptif par R.-J. Orf (1974) et par W. Graeber (1995), je m’appuierai ici aussi bien sur leurs études que sur ma propre lecture du texte. Il faut pourtant remarquer que ces deux chercheurs allemands, qui semblent ignorer qu’il existe deux versions de la traduction de l’abbé Desfontaines, avaient travaillé sur la version identique à celle d’Amsterdam21 (pour les différences entre les deux versions, voir plus bas).

  • 22 Graeber 1995a : 110 ; Orf 1974 : 53.
  • 23 Orf 1974 : 42-43. Desfontaines ajoute par exemple l’allusion suivante à Voltaire : « Pour Virgile i (...)
  • 24 Graeber 1995a : 73, 105-108, 109 ; Orf 1974 : 51.

11D’après R.-J. Orf et W. Graeber, la traduction de l’abbé Desfontaines étonne par son exactitude, vu les normes translationnelles de la France du milieu du XVIIIe siècle22. En effet, Desfontaines respecte la structure de l’original en divisant sa traduction en quatre livres et en autant de chapitres que Fielding. En outre, il rend aussi bien la préface de Joseph Andrews que les trois chapitres liminaires des livres I, II et III, même si de telles interruptions dans la narration de l’intrigue ne plaisaient guère aux lecteurs français de l’époque. Ici, il prend pourtant quelques libertés vis-à-vis des dissertations littéraires du narrateur ; il remplace, omet et ajoute quelques allusions selon ses propres opinions littéraires23. Une autre modification portant sur l’intertextualité de Joseph Andrews est l’éradication des éléments parodiques renvoyant à Pamela. Comme le constate W. Graeber, la traduction de Desfontaines n’est plus une parodie du roman de Richardson, que le traducteur avait d’ailleurs loué dans ses Observations. A contrario, comme Desfontaines avait rendu le style de Joseph Andrews plus pathétique, les lecteurs français contemporains ne comprenaient pas l’antagonisme fondamental entre les deux romans anglais. Pour eux, il n’existait que « le roman Anglois »24.

  • 25 Graeber 1995a : 100.
  • 26 Graeber 1995a : 87, 91, 93-95.
  • 27 Graeber 1995a : 81, 94 n40, 95, 97, 102. En général, les omissions de Desfontaines couvrent environ (...)

12La narration de la traduction de Desfontaines est grosso modo similaire à celle de l’original. Il a gardé les récits des trois narrateurs intradiégétiques, et d’après W. Graeber, le narrateur extradiégétique y fait presque autant d’interventions25. Selon les conventions littéraires françaises de l’époque, il les a pourtant raccourcies ou modifiées quelque peu. En premier lieu, Desfontaines remplace les litotes et l’ironie du narrateur par des hyperboles et par des explicitations. Le résultat de l’explicitation systématique de l’humour et du message moral de Joseph Andrews est que la lecture du texte d’arrivée demande moins de participation active de la part du lecteur. Cela change donc le lecteur implicite du texte26. En deuxième lieu, l’abbé raye nombre des pastiches du style néoclassique et autres fantaisies du narrateur extradiégétique, diminuant ainsi l’auto-ironie de celui-ci27. En voici une omission représentative :

  • 28 Graeber fait remarquer à propos de cette omission que l’allusion au caractère parodique de cette de (...)

Fielding: Now The Rake Hesperus had called for his Breeches, and having well rubbed his drowsy Eyes, prepared to dress himself for all Night; by whose Example his Brother Rakes on Earth likewise leave those Beds, in which they had slept away the Day. Now Thetis the good Housewife began to put on the Pot in order to regale the good Man Phœbus, after his daily Labours were over. In vulgar Language, it was in the Evening when Joseph attended his Lady’s Orders.
But as it becomes us to preserve the Character of this Lady, who is the Heroine of our Tale; and as we have naturally a wonderful Tenderness for that beautiful Part of the human Species, called the Fair Sex; [...]28 . (Fielding 1967: I, viii, 37-38. Les caractères gras sont de moi.)
Desfontaines: ø
Comme nous avons un fond de tendresse respectueuse pour cette charmante partie du genre humain, qu’on appelle le beau Sexe, & que d’ailleurs il est de notre devoir de conserver le caractère de Lady Booby sans tache, [...] (Desfontaines 1743a: I, viii, 44).

  • 29 Orf 1974 : 51-52. Voir aussi l’analyse.
  • 30 Graeber 1995a : 95-96.
  • 31 Graeber 1995a : 96.

Comme ces sortes d’omissions sont courantes dans la traduction de Desfontaines, le ton de l’original change. Le texte d’arrivée est stylistiquement plus homogène que le texte de départ et l’écriture ironique y manque presque totalement. Desfontaines ne joue pas non plus avec l’illusion de la mimesis. 11 n’y a pas de juxtaposition entre l’artificialité extrême et le réalisme dans son Joseph Andrews, d’autant plus qu’il a, à quelques exceptions près (Mrs Slipslop, quelques étrangers29), standardisé la représentation sociolectale de l’original30. La gladkopis ’ de Desfontaines a également une autre conséquence. Les personnages se dessinent moins par le DR que par les commentaires du narrateur, observe W. Graeber31. Il en va de même de quelques autres effets de réel de l’original. Au lieu de « montrer » (Booth 1961) le document suivant décrivant la triste situation financière d’Abraham Adams, de Joseph et de Fanny :

  • 32 Desfontaines 1743a : II, xiii, 282.

Le narrateur de la traduction nous « narre » (Booth 1961) que « pour payer les sept Schillings, il ne se trouva entre eux que six sols, qui n’en faisoient que la quatorziéme partie »32. On voit donc que pour Desfontaines, la textualité de l’original n’est pas une priorité. Ce traducteur, qui est plutôt fidèle par rapport aux usages de son temps, ne considère pas le style et les autres ‘détails’ du texte de départ comme des éléments qu’il faut conserver dans la traduction.

  • 33 « Je demande d’avance pardon au lecteur par raport à la scene que je suis obligé d’exposer, pour ne (...)
  • 34 Graeber 1995a : 81-91.

13Il faut mentionner encore une caractéristique de la traduction de Desfontaines : la modification consciente de quelques personnages dans le but de souligner la moralité du roman. Le traducteur a par exemple exagéré la bonté (Joseph), la méchanceté (Mrs Tow-Wouse, Parson Trulliber) ou le comique (Parson Adams, Mrs Slipslop) des personnages, pour rendre la traduction plus claire pour le lecteur français. Le personnage qui y subit le changement le plus spectaculaire est Lady Booby ; le traducteur remanie sa conduite et ajoute même une glose apologétique33 devant la fameuse scène de séduction, au cours de laquelle la dame dévoile sa poitrine à Joseph (I, v)34.

Les deux versions du Joseph Andrews de l ’abbé Desfontaines

  • 35 Orf 1974 : 19.
  • 36 Roberts 1922 : 725.
  • 37 Orf 1974 : 21-22 ; Roberts 1922 : 725.

14Commençons par quelques faits historiques. Selon R.-J. Orf, Desfontaines fit paraître lui-même la première édition de sa traduction avant la fin du mois de juillet 174335. Nous avons donc ici le traducteur et l’éditeur dans une même personne. L’année suivante, cette traduction fut révisée et publiée en Hollande par la « compagnie d’Amsterdam », un groupe de libraires néerlandais qui, d’après W. Roberts36 était spécialisé dans les éditions pirates de romans français. Ce qui rend l’édition d’Amsterdam particulièrement intéressante est que cette édition propagea la traduction de Desfontaines dans le reste de l’Europe. La plupart des retraductions dans d’autres langues européennes furent réalisées à partir de l’édition de 174437.

  • 38 Bléchet & Bots 1991 : 109 ; Berkvens-Stevelinck 1984 : 316-318.

15La comparaison entre les deux éditions révèle des différences fascinantes. L’auteur des révisions de l’édition d’Amsterdam m’est inconnu, et si Desfontaines n’avait pas d’alliés secrets à Amsterdam, elles n’ont rien à voir avec le traducteur. Je soupçonne qu’elles ont été faites par l’un des lecteurs savants ou des intermédiaires qui préparaient les rééditions des classiques de l’Antiquité et des textes français avant l’impression38. Une telle personne a dû comparer la traduction à l’original afin de rectifier les fautes de frappe et d’autres erreurs (en outre, la typographie est plus moderne dans l’édition d’Amsterdam).

  • 39 II y a, certes, une longue note de bas de page de la « Dame Angloise » où l’on mentionne le nom de (...)

16D’emblée, l’éditeur d’Amsterdam a ajouté au texte des notes de bas de page. Il y en a naturellement dans la première édition aussi, mais elles sont moins nombreuses et concernent surtout39 les unités monétaires, les unités de longueur et les allusions culturelles (toutes ces notes se trouvent également dans l’édition d’Amsterdam). Les notes supplémentaires de l’édition d’Amsterdam peuvent être auto-référentielles comme dans l’exemple suivant, qui se trouve à la table des chapitres. Il mettra en évidence que ce n’est pas Desfontaines qui parle ici :

Desfontaines 1743 : Chap. XVIII. Evénement, cause de la scene précédente (Desfontaines 1743a : Table des chapitres, livre premier).
Desfontaines 1744 : chap. * XVIII. Evènement, cause de la scène précédente.
* Mal marqué XIV. Dans notre Edition, comme dans celle de Paris qni [sic] nous a servi de copie. (Desfontaines 1744 : Table des chapitres, livre premier. Les caractères gras sont de moi.)

  • 40 R.-J. Orf (1974 : 47) et W. Graeber (1995a : 79) attribuent ces notes à Desfontaines lui-même, mais (...)
  • 41 Un commentateur anonyme de ma communication intitulée « Is there anybody in there ? Translators and (...)

D’autres notes40 ajoutées dans l’édition d’Amsterdam résument quelques passages supprimés par le traducteur et expliquent le motif des omissions, d’où ma conclusion que le réviseur a comparé l’édition de « Londres » (Paris) à l’original. (Et, peut-être le lecteur de l’édition d’Amsterdam est-il invité à suivre son exemple.)41 Loin de le critiquer, le réviseur approuve le traducteur d’omettre quelques passages ‘intraduisibles’ de Fielding :

Fielding : [...] and thus the poor Lady was tortured with Perplexity ; opposite Passions distracting and tearing her Mind different ways.
So I have seen, in the Hall of Westminster ; where Serjeant Bramble hath been retained on the right Side, and Serjeant Puzzle on the left, the Balance of Opinion (so equal were their Fees) alternately incline to either Scale. Now Bramble throws in an Argument, and Puzzle’s Scale strikes the Beam : again, Bramble shares the like Fate, overpowered by the Weight ofPuzzle. Here Bramble hits, there Puzzle strikes ; here one has you, there t ’other has you ; ’till at last all becomes one Scene of Confusion in the tortured Minds of the Hearers ; equal Wagers are laid on the Success, and neither Judge nor Jury can possibly make any thing of the Matter ; all Things are so enveloped by the careful Serjeants in Doubt and Obscurity.
Or as it happens in the Conscience, where Honour and Honesty’ pull one way, and a Bribe and Necessity’ another. – If it was only our present Business to make Similies, we would produce many more to this Purpose : but a Similie (as well as a Word) to the Wise. We shall therefore see a little after our Hero, for whom the Reader is doubtless in some pain. (Fielding 1967 : I, ix, 45.)
Desfontaines 1743 : [...] toutes ces passions s’entrechoquant tour à tour, conspiroient à déchirer le cœur de la Dame infortunée
ø
(Desfontaines 1743a : I, ix, 58).
Desfontaines 1744 : [...] toutes ces passions s’entre-choquant tour à tour, conspiroient à déchirer le cœur de la Dame infortunée*.
ø
* Le Traducteur a négligé de traduire ce qui commence par ces mots, So i have seen & c. jusqu’à la fin du Chapitre ; supposant avec raison que cela auroit aucun sel en François, à cause qu’il ne s’y agit que d’une comparaison de personnes uniquement connues à Londres. Le but de cette comparaison est visiblement de se moquer de certains Auteurs Anglois, qui se plaisent à faire des comparaisons sans goût & sans jugement. (Desfontaines 1744. I, ix, 55. Les caractères gras sont de moi.)

(On voit que l’éditeur hollandais a bien compris la fonction des fantaisies du narrateur de Fielding.) Il n’approuve pourtant pas toutes les solutions de Desfontaines dans ses notes de bas de page. Dans l’exemple suivant, il annonce que les alexandrins qu’il met à la place de la traduction de celui-ci rendent mieux la réplique de Joseph :

Fielding : They remained some time in silence ; and Groans and Sighs issued from them both, at length Joseph burst out into the following Soliloquy :
Yes, I will bear my Sorrows like a Man,
But I must also feel them as a Man.
I cannot but remember such things were,
And were most dear to me – (Fielding 1967 : III, xi, 267.)
Desfontaines 1743 : Les sanglots & les gémissemens recommencèrent de nouveau, tant de la part du Ministre que de Joseph. A la fin ce dernier s’écria :
« Oüi, je supporterai mes malheurs ; mais il faut au moins les sentir comme homme. « Je ne puis oublier ce que j’ai perdu, ni qu’elle me fut chere. » (Desfontaines 1743a : III, xi, 164-165.)
Desfontaines 1744 : Les sanglots & les gémissemens recommencèrent de nouveau, tant de la part du Ministre que de Joseph. A la fin ce dernier s’écria,
Si l’homme à des malheurs est exposé sans cesse
Il doit, en les sentant, les souffrir sans foiblesse.*
*Ces deux vers rendent le sens de ceux de l’original. (Desfontaines 1744 : III, xi, 151. Les caractères gras sont de moi.)

Stylistiquement parlant, il est vrai que l’alexandrin passe mieux ici, puisque Fielding fait allusion à Macbeth. La traduction de la première édition est pourtant plus proche du sens de l’original.

17D’autres allusions intertextuelles de Joseph Andrews ont également été modifiées dans l’édition d’Amsterdam. Pour commencer par le paratexte qui précède le premier chapitre de l’ouvrage, il y a déjà deux allusions importantes, omises de l’édition de « Londres » et restituées dans l’édition d’Amsterdam. La page de titre rétablit la référence de l’original à Don Quichotte :

Fielding : The History of the Adventures of Joseph Andrews, And of his Friend Mr. Abraham Adams. Written in Imitation of the Manner of Cervantes, Author of Don Quixote. (Fielding 1967 : page de titre.)
Desfontaines 1743 : Les Avantures de Joseph Andrews et du Ministre Abraham Adams (Desfontaines 1743a : page de titre).
Desfontaines 1744 : Avantures de Joseph Andrews, et de son ami Abraham Adams. Ecrites dans le goût des Avantures de Don-Quichotte. (Desfontaines 1744 : page de titre. Les caractères gras sont de moi.)

En outre, le nom de Pamela reapparait dans le titre du premier chapitre :

Fielding : Chapter I. Of writing Lives in general, and particularly of Pamela ; with a Word by the bye of Colley Cibber and others (Fielding 1967 : I, i, 17).
Desfontaines 1743 : chapitre I. Utilité de la Biographie (Desfontaines 1743a : I, i, 1).
Desfontaines 1744 : Chapitre I. Utilité de la Biographie. Remarques sur la Vie de Paméla, & sur quelques autres Vies de même espèce. (Desfontaines 1744 : I, i, 1.)

  • 42 Voir par exemple Graeber 1995a : 80, 105-108.
  • 43 « Composer un Roman dans le Goût des Avantures de Don-Quichotte, n’est pas une entreprise qui soit (...)

Ce qui est particulièrement piquant ici, c’est que les deux allusions que je viens de mentionner ont influencé les interprétations42 que l’on a faites de la traduction de Desfontaines. Par exemple, comme le lecteur le verra plus bas, l’allusion à Don Quichotte irrita par son audace un critique contemporain de la traduction43. C’est peut-être en anticipant de telles réactions que Desfontaines l’avait supprimée de sa propre édition.

18Il reste à signaler encore deux grandes modifications textuelles dans l’édition d’Amsterdam. Premièrement, l’épitaphe dédiée à « merry Andrew » dans l’original a été complètement modifiée et enrichie par une référence à Rabelais dans l’édition de 1744 :

Fielding :
Stay Traveller, for underneath this Pew
Lies fast asleep that merry Man Andrew ;
When the last Day’s great Sun shall gild the Skies,
Then he shall from his Tomb get up and rise.
Be merry while thou can ’st : for surely thou
Shall shortly be as sad as he is now. (Fielding 1967 : I, ii, 20.)
Desfontaines 1743 :
EPITAPHE.
En ce lieu dort fort doucement
Andreus, & durera le somme
Tant que Trompe du Jugement
Ne réveillera le Bon-homme. (Desfontaines 1743a : I, ii, 6.)
Desfontaines 1744 :
Passant, arrête, & regarde là-bas
Le Frère André, privé de tous ébats.
Gisant il est dedans la tombe noire.
Maître* François en son plaisant grimoire
Du Compagnon eut vanté les bons-mots.
Joyeux exploits, héroïques travaux.
Or il n’est plus, & de sa grotte obscure
Ne sortira, qu’alors que la Nature
Pâle & tremblante au jour du Jugement
N’osera voir l’éclat du Firmament ;
Et qu’un chacun, avec pleurs, chants funèbres,
Fermant les yeux cherchera les ténèbres.
A son exemple avec les bons vivans
Dans les plaisirs laisse écouler tes ans :
Ainsi qu’André mène joyeuze vie,
Ainsi que lui chasse mélancholie,
Puisque dans peu, comme lui, tu seras
Privé de joye, accablé du trépas.
*Rabelais. (Desfontaines 1744 : 1, ii, 6.)

  • 44 Battestin 2000 : article « Rabelais, François » ; Fielding 1974 : XIII, i, 686.

L’éditeur d’Amsterdam ne semble donc pas apprécier les dons de Desfontaines pour traduire les vers (voir aussi plus haut, l’allusion à Macbeth). L’allusion à Rabelais n’est finalement pas si déplacée, étant donné que Fielding lui-même mentionne « le maître François » dans ses écrits, par exemple dans Tom Jones (XIII, i)44.

19En second lieu, la chanson de Joseph (II, xii), qui manque complètement dans l’édition de 1743, figure dans celle de 1744 :

Fielding :
The SONG.
SAY, Chloe, where must the Swain stray
Who is by thy Beauties undone,
To wash their Remembrance away,
To what distant Lethe must run ?
The Wretch who is sentenc ’d to die,
May escape, and leave Justice behind ;
From his Country perhaps he may fly :
But O can he fly from his Mind !
O Rapture ! unthought of before,
To be thus of Chloe possest ;
Nor she, nor no Tyrant’s hard Power,
Her Image can tear from my Breast.
But felt not Narcissus more Joy,
With his Eyes he beheld his lov’d Charms ?
Yet what he beheld, the fond Boy
More eagerly wish ’d in his Arms.
How can it thy dear Image be,
Which fills thus my Bosom with Woe ?
Can aught bear Resemblance to thee,
Which Grief and not Joy can bestow ?
This Counterfeit snatch from my Heart,
Ye Pow ’rs, tho ’ with Torment I rave,
Tho ’ mortal will prove the fell Smart,
I then shall find rest in my Grave.
Ah ! see the dear Nymph o ’er the Plain
Comes smiling and tripping along,
A thousand Loves dance in her Train ;
The Graces around her all throng.
To meet her soft Zephyrus flies,
And wafts all the Sweets from the Flow ’rs ;
Ah Rogue ! whilst he kisses her Eyes,
More Sweets from her Breath he devours.
My Soul, whilst I gaze, is on fire,
But her Looks were so tender and kind ;
My Hope almost reach ’d my Desire,
And left lame Despair far behind.
Transported with Madness I flew,
And eagerly seiz ’d on my Bliss ;
Her Bosom but half she withdrew,
But half she refus ’d my fond Kiss.
Advances like these made me bold,
I whisper’d her, Love, – we’re alone,
The rest let Immortals unfold.
No Language can tell but their own.
Ah Chloe expiring, I cry’d,
How long I thy Cruelty bore ?
Ah ! Strephon, she blushing reply ’d,
You ne ’er was so pressing before.
(Fielding 1742 : II, xii, 253-254.)
Desfontaines 1743 : Ø
(Desfontaines 1743a : II, xii, 269).
Desfontaines 1744 :
Aimables yeux, charmans objets de mes alarmes.
Aimables yeux,
Recevez mes tristes adieux
Pour noyer leurs charmes :
Je n’ai que des larmes
Pour noyer & c.
Ruisseaux descendez des Cieux.
Aimables yeux & c.
Dans les lieux les plus sombres,
Près des noires ombres,
Dans les lieux & c.
Je veux étouffer mes feux.
Aimables yeux & c.
Cloris ma chère,
D’un affligé, d’un malheureux
Quelle rivière
Eteindra les feux ?
Ah ! si je pouvois m’en laver
Comme un cochon dans un bourbier !
Ou sous la goutière
M’en nettoyer.
(Desfontaines 1744 : II, xii, 252- 253.)

  • 45 Orf 1974 : 49.
  • 46 Une grande partie des rééditions de la traduction sont identiques à l’édition d’Amsterdam, voir tab (...)

R.-J. Orf45 analyse cette chanson dans sa description de la traduction de Desfontaines. Il estime que Joseph paraît moins cultivé dans la traduction de Desfontaines parce que le menuet qu’il chante est de loin moins élégant que la chanson originale. Il est vrai que le Joseph qu’ont appris à connaître la plupart des lecteurs européens francophones46 de l’époque, avait un style moins raffiné que le Joseph anglais. Pourtant il est probable que ce n’est pas le traducteur, mais le rééditeur, qui est responsable de cette modification du personnage de Joseph.

Le Joseph Andrews de M. Lunier

  • 47 A. Berman (1990), entre autres. Les retraductions de Lunier et de Davaux appartiennent peut-être à (...)
  • 48 La présence du traducteur, pour utiliser la terminologie de B. Folkart et de T. Hermans, la voix du (...)

20M. Lunier, qui parle sévèrement des devoirs du traducteur dans sa préface (voir plus bas), met vraiment en pratique ce qu’il prêche dans son Joseph Andrews. Comme celles de Davaux et de Puisieux, la retraduction de Lunier corrobore l’hypothèse selon laquelle les retraductions sont plus fidèles que les premières traductions.47 Sa traduction est quasiment intégrale et il n’y a pas d’additions, à l’exception des notes de bas de page48. La structure est la même que dans l’original et Lunier traduit – sans les fausser – la préface et les chapitres liminaires des livres I, II et III. Il rend littéralement les titres picaresques des chapitres et les détails de l’intrigue du texte de départ, tels les coups de poings et de pieds des nombreux combats du roman, que Desfontaines avait plutôt résumés dans sa traduction. Lunier rétablit aussi le lien parodique entre Joseph Andrews et Pamela.

21J’ai mentionné plus haut que Desfontaines avait omis de sa traduction la plupart des pastiches et avait réduit d’autres dissertations du narrateur. Cela n’est pas le cas de Lunier qui les rend d’une manière constante. Voici, à titre de comparaison, le passage concernant Hespéros que Desfontaines avait complètement supprimé de sa traduction (voir supra). En revanche, le retraducteur le remet en place :

Hespérus, le dieu des libertins, venoit d’appeler son valet de chambre, et, en se frottant les yeux, songeoit à s’habiller pour aller passer la nuit ; ses adorateurs, imitant son exemple, abandonnoient le lit dans lequel ils avoient dormi toute la journée ; Thétis, la bonne ménagère, préparoit le repas avec lequel elle avoit coutume de régaler le bon Phébus, lorsqu’il revenoit de ses travaux journaliers. En langage vulgaire, il étoit déjà nuit lorsque Joseph se rendit aux ordres de sa maîtresse. (Lunier 1807 : 1, viii, 57.)

  • 49 Desfontaines 1743a : III, vi, 102-103 ; Fielding 1742 : III, v [sic, vi], 91, 92 ; Lunier 1807 : II (...)

Lunier semble donc essayer de rendre son texte stylistiquement aussi riche que celui de Fielding. Nous allons également voir dans l’analyse qu’il imite Fielding dans la juxtaposition entre l’artificialité et le réalisme ; dans le cotexte d’un DD exceptionnellement ‘mimétique’, le narrateur rompt l’illusion de la mimesis en constatant qu’il n’avait ajouté « presque aucun ornement » aux paroles rapportées. Desfontaines, lui, laisse de côté cet aveu49.

  • 50 Fielding : « Upon which he [Parson Trulliber] said, “No, Sir, no, I should not have been so rude to (...)
  • 51 Lunier 1807 : II, xiii, 388.
  • 52 Lunier 1807 : II, xii, 368.
  • 53 Le tableau récapitulant le style de vie du jeune Wilson (III, iii), le poème raillant le pasteur Ad (...)

22La représentation sociolectale est également moins standardisée dans la traduction de Lunier, qui avait accusé Desfontaines d’avoir « mutilé et dénaturé » Fielding sur ce point. Les dialectes de Fielding lui ont pourtant parfois posé des problèmes insurmontables et c’est pourquoi il les rend par le langage familier ou par le langage neutre50 – corroborant ainsi, lui aussi, l’hypothèse d’Englund Dimitrova (voir chapitre 2). En ce qui concerne les autres effets de réel de l’original, à savoir le matériau qui y est ‘reproduit’ graphiquement, il est étonnant de constater que la traduction de Lunier manque autant d’iconicité que celle de son prédécesseur. Par exemple, le tableau indiquant la pénurie d’argent de la compagnie d’Adams est transformé en une phrase aussi dans la retraduction : « de sorte que pour payer sept schellings, il ne se trouvoit qu’un demi schelling dans la poche d’Adams, et rien dans celle des autres51. » Il en va de même de la chanson de Joseph (II, xii)52 et d’autres détails53 ‘collés’ dans le corps du texte de l’original. Ces détails arrivent bien dans l’histoire, mais au lieu d’être « montrés », ils sont « narrés » dans les deux traductions. Est-ce que Lunier, qui se servait incontestablement de la traduction de Desfontaines pour faciliter son travail (voir infra), a renoncé à traduire lui-même par exemple la chanson de Joseph parce qu’il la considérait comme accessoire dans l’ensemble du roman ?

23Les personnages, pour leur part, restent les mêmes dans la traduction de Lunier. Il réussit surtout dans le personnage de Lady Booby qui est maintenant présentée au lecteur français dans la même lumière comique que chez Fielding. Par exemple, elle se console de la mort de son mari en jouant aux cartes avec ses amies, ce qu’elle ne faisait pas dans la traduction de Desfontaines. À comparer les deux traductions françaises :

Desfontaines : Pendant les six premiers jours elle fut invisible pour tous les amis de sa maison. Personne n’étoit admis dans sa chambre : la seule Slipslop la servoit avec le jeune Joseph, qui lui apportoit réguliérement son thé, & restoit dans sa chambre tandis qu’elle le prenoit. Il avoit ordre de ne point sortir de l’antichambre, & d’entrer toujours dès que Slipslop sortiroit pour quelque affaire, ou pour obéir aux ordres de Madame, qu’elle recevoit fréquemment. Il n’étoit pas à propos que Lady restât sêule dans la douloureuse situation où elle étoit. (Desfontaines 1743a : I, v, 21-22.)
Lunier : Pendant les six premiers jours, la pauvre dame ne voulut recevoir dans sa chambre que mademoiselle Slipslop, et trois autres femmes avec lesquelles elle s’occupoit à... faire une partie de cartes ; mais le septième, elle voulut que Joseph lui apportât son thé. (Lunier 1807 : I, v, 32-33.)

  • 54 Fielding 1967 : I, v, 29. Notons au passage que Lunier enlève de sa traduction l’allusion que fait (...)
  • 55 Orf 1974 : 48 ; Graeber 1995a : 103.

Le narrateur de Lunier souligne même, avec des points de suspension, la conduite scandaleuse de Lady Booby. Son attitude envers la légèreté de la dame est donc encore plus amusée que celle du narrateur de l’original, qui ne fait que constater les faits : « During the first six Days the poor Lady admitted none but Mrs. Slipslop and three Female Friends who made a Party at Cards : but on the seventh she ordered Joey, whom for a good Reason we shall hereafter call JOSEPH, to bring up her Tea-kettle54. » Le dialogue de séduction entre Lady Booby et Joseph, qui a lieu un peu plus tard dans le même chapitre, a également été rendu intégralement, avec tous les détails concernant la dénudation de la poitrine. Contrairement à son prédécesseur, qui avait probablement modifié le personnage de Lady Booby pour ne pas irriter la noblesse française55, Lunier n’a plus besoin de prendre autant en considération les réactions des lecteurs français.

Tom Jones

24Résumé de l’intrigue : Thomas Allworthy, rentré chez lui après un séjour à Londres, trouve au coucher un bébé dans son lit. Le généreux veuf décide de garder l’enfant et le confie aux soins de sa sœur Bridget. On découvre bientôt la mère de l’enfant trouvé, Jenny Jones, qui doit quitter la paroisse. Plus tard son père supposé, le maître d’école Partridge, sera puni et s’en ira lui aussi. Le petit Tom Jones sera élevé avec le fils que Bridget aura de son court mariage avec le capitaine Blifil. Dès l’enfance, les avis de leur entourage sont partagés sur les deux garçons. Bridget favorise le brave Tom qui est parfois trop indiscipliné, tandis que le politique Blifil plaît aux deux précepteurs de la famille, Thwackum et Square.

Lorsque Tom a environ 20 ans, l’accumulation de ses méfaits (libertinage avec Molly Seagrim, ivresse et bagarre), que Blifil sait présenter dans une lumière défavorable à Squire Allworthy, mène à son expulsion de la maison Allworthy. Bridget est morte quelque peu avant à Salisbury. L’un des motifs de la punition sévère de Tom est son amour interdit avec la charmante fille du voisin, Sophia Western. Le père de Sophia vient de promettre la main de Sophia à Blifil, contre la volonté de sa fille. Peu après le départ de Tom, Sophia s’enfuit du domicile paternel avec sa servante Honour. Bientôt, tout le monde est en chemin. Tom Jones, qui veut aller à la guerre avec son compagnon Partridge, rencontré par hasard. Sophia qui suit les traces de Tom et fuit son père. Squire Western qui poursuit sa fille. Leurs routes se croisent momentanément à l’auberge d’Upton où Tom est pris en flagrant délit d’infidélité avec Mrs Waters. La poursuite continue (cette fois-ci, c’est Tom qui court après Sophia) et enfin toutes les parties se retrouvent à Londres. Ici, les deux amoureux doivent subir des revers de fortune. Sophia est presque violée par un prétendant, puis tourmentée par son père et par sa tante et elle doit encore faire face aux infidélités de Tom avec Lady Bellaston. Tom n’arrive pas à trouver Sophia, est mis en prison pour ‘meurtre’ et apprend avoir commis l’inceste avec sa mère, Mrs Waters, en qui Partridge reconnaît l’ancienne Jenny Jones. Tout s’éclaire pourtant à la fin. La victime du ‘meurtre’, qui était lui-même l’agresseur, est restée vivante et Tom est libéré. Mrs Waters raconte à Squire Allworthy que la véritable mère de Tom Jones est feue Bridget Allworthy, le père étant un certain Summer, mort lui aussi. Elle révèle ainsi la perfidie de Blifil qui avait caché ce secret et avait tout le temps été l’ennemi de Tom. Blifil est donc mis à la porte. Tom Jones qui a déjà regagné le cœur de son oncle regagnera aussi celui de Sophia. Enfin, avec le consentement de Squire Western, Tom épouse sa Sophia.

  • 56 Alter 1968 : 138-139.
  • 57 Booth 1961/ 1983 : 216. Booth cite le passage suivant : « We are now, Reader, arrived at the last S (...)

25Dans Tom Jones, les éléments de l’épopée comique en prose, qui avaient déjà charmé le public dans Joseph Andrews, furent portés à la perfection56. On retrouve dans ce chef-d’œuvre le narrateur extradiégétique qui est encore plus spirituel et profond. On reconnaît le jeu avec les allusions littéraires, la richesse dans le DR et dans la représentation sociolectale et la juxtaposition de l’artificialité et du réalisme. Ici, il y a pourtant une évolution considérable dans la façon dont tous ces éléments fonctionnent. Par exemple, comme l’a fait remarquer W.C. Booth, les interventions du narrateur forment dans Tom Jones un ensemble dynamique, créant une intimité croissante entre le narrateur et son « Lecteur ». W.C. Booth observe que Fielding rend cela même explicite au chapitre liminaire du dernier livre où le narrateur fait ses adieux au lecteur. La relation entre le narrateur et le narrataire forme donc une « intrigue » supplémentaire dans l’ouvrage57.

  • 58 Crane 1950/ 1995 : 677-679. Cette perfection a aussi irrité les critiques dont Arnold Kettle, Edwin (...)
  • 59 Hilles 1968/ 1995 : 788-789.
  • 60 Alter 1968 : 139 (99-139).
  • 61 Voici la division des chapitres : livre 1 : 13 chapitres, II : 9, III : 10, IV : 14, V : 12, VI : 1 (...)
  • 62 La narration est à la première personne dans ces deux mises en abyme.
  • 63 Hilles 1968/ 1995 : 789-790.
  • 64 Alter 1968 : 110.
  • 65 Battestin 1968/ 1995 : 735, 737, 740. La prudence est le thème éthique central de Tom Jones (Ibid. (...)

26L’intrigue proprement dite de Tom Jones, la façon dont elle est combinée à la structure du gigantesque ouvrage, est depuis le XVIIIe siècle qualifiée d’une des plus élaborées de la littérature mondiale58. On note souvent la forme tripartite du roman, dont on pourrait faire un dessin symétrique. Frederick W. Hilles place les événements de Tom Jones dans le plan d’un palais palladien, constatant que sa stmcture reflète la même exactitude mathématique59. R. Alter, pour sa part, parle d’un « roman architectonique »60. Tom Jones se compose de 18 livres61, qui commencent tous par un chapitre métalittéraire. Dans les six premiers livres, l’action se déroule à Somerset. Tom et Sophia sont séparés au livre VI et ne se reverront qu’à Londres, au livre XIII, l’action des six derniers livres ayant lieu dans cette ville. Les livres VII-XII décrivent les aventures arrivées aux personnages en chemin vers Londres. Les événements de l’auberge d’Upton (livres IX et X) sont situés au milieu de cette partie, et partant, au milieu du roman. Signalons encore, avec F.W. Hilles, que les deux longues mises en abyme de Tom Jones, l’histoire de l’Homme de la Montagne (narrateur intradiégétique qui raconte sa vie à Tom, VIII, xi-xiv) et l’histoire de Mrs Fitzpatrick (narratrice intradiégétique qui raconte sa vie à Sophia, XI, iv, v et vii)62 se trouvent parallèlement aux deux côtés des aventures de l’auberge d’Upton63. Fielding situe ainsi au cœur de son roman ce qui en constitue l’apprentissage principal. Selon l’analyse de R. Alter, les deux mises en abyme de Tom Jones contrastent avec l’action principale de l’ouvrage. Les sorts des deux narrateurs intradiégétiques sont des avertissements à Tom et à Sophia de ce qui pourrait leur arriver s’ils étaient aveuglés par la mondanité64. Grâce à leur bonne nature et à leur prudence, les protagonistes de Tom Jones échapperont pourtant à un sort misérable. Chez la sage Sophia, cette prudence est innée, tandis que chez Tom, cela sera le résultat de rudes épreuves65.

Le Tom Jones de Pierre-Antoine de La Place

  • 66 Le texte d’arrivée de S. Charles (1994 : 936 n17) est l’édition Perlet des Œuvres complettes de M. (...)
  • 67 Le texte d’arrivée de W. Graeber (1995a : 130 n25) est l’édition d’Amsterdam de 1750.
  • 68 L’orthographe est plus moderne dans l’édition d’Amsterdam et elle contient moins de fautes de frapp (...)
  • 69 Histoire de Tom Jones, ou l’enfant trouvé, Traduction de l’Anglois, de M. Fielding, Par M.D.L.P., e (...)
  • 70 Graeber 1995a : 135-136. La Place (tome V, 302) cité par W. Graeber (Ibid. 136).

27Ma description de la traduction de La Place se basera sur les analyses de Shelly Charles (1994)66 et de W. Graeber (1995)67, ainsi que sur ma lecture comparative des deux premières éditions (1750 « Londres » et Amsterdam) de cette traduction. Cette fois-ci, il n’y a pourtant pas de différences importantes à signaler entre les éditions68. Il en va de même d’une troisième édition datant de 175069. Ce n’est que plus tard que La Place lui-même remaniera son Tom Jones. D’après W. Graeber, il a omis l’histoire de l’Homme de la Montagne (qui « n’a aucun trait au reste du Roman ») de la version qui a été publiée dans sa Collection de Romans et Contes, Imités de l’Anglois (1788)70.

  • 71 Graeber 1995a : 133.
  • 72 Il a traduit partiellement les chapitres XIII, i (Extrait d’invocation) et XVII, i (Introduction).
  • 73 Charles 1994 : 940, 948 ; Graeber 1995a : 133, 144-147. Selon S. Charles (Ibid. 948), le texte de d (...)
  • 74 Charles 1994 : 948-949.
  • 75 Charles 1994 : 951-954.
  • 76 Charles 1994 : 941. Le traductologue danois H. Gottlieb présente une hypothèse (1999/ 2004 : 22) in (...)
  • 77 Graeber 1995a : 151.

28Dans son Tom Jones, La Place respecte la répartition en dix-huit livres et la tripartition (Sommerset – aventures de chemin – Londres) de l’intrigue71. Il traduit également les récits des deux narrateurs intradiégétiques, l’Homme de la Montagne (VIII, x-xiii) et Mrs « Fitz-Patrick » (XI, iii, iv, vi). C’est pourtant un fait connu qu’il prit de grandes libertés dans sa traduction, par exemple en omettant presque72 tous les chapitres liminaires qui sont situés en tête de chaque livre. Au total, il a réduit le nombre des chapitres de 208 à 160 également en accélérant l’action, en résumant nombre de dialogues (de longs passages en DD rendus par le CRD, par le DI, par le RP...) et en supprimant la majorité des interventions du narrateur73. Cela touche surtout les douze premiers livres du roman, l’intrigue londonienne, plus mondaine, restant quasiment intacte74. La Place a également simplifié la caractérisation (les bons / les méchants) diminuant ainsi l’ambiguïté75, et aussi le réalisme de l’original. (Pour la transformation du rôle de Sophia dans sa traduction, voir infra.) Étant donné ces changements fondamentaux, le Tom Jones de La Place ne peut plus être appelé épopée comique en prose. Comme le dit S. Charles, il transforme dans sa traduction la « comédie humaine » qu’est l’original en roman sentimental76. W. Graeber, observant que la relation unique entre le narrateur et le « Lecteur » de l’original disparaît de la traduction, qualifie celle-ci de roman d’aventures77.

  • 78 Charles 1994 : 940-941 ; Graeber 1995a : 141-144.
  • 79 S. Charles analyse avec ingéniosité « cette entreprise d’appropriation » de La Place : « La confusi (...)

29Le style de Tom Jones a changé d’une façon notoire chez La Place. Primo, il a tendance à recourir à la gladkopis ’ : la représentation sociolectale a été standardisée. À l’exception du Squire Western et de Partridge, presque tous les personnages y perdent leurs idiolectes et commencent à se servir d’un style recherché78. Secundo, en supprimant une grande partie des interventions du narrateur extradiégétique, La Place a réduit les pastiches et les contemplations métalittéraires qui font essentiellement partie du jeu du narrateur de Fielding. Tertio, le traducteur s’insurge véritablement contre « l’auteur » dans cette traduction – sa voix se mêlant à celle du narrateur.79 Le texte s’annonce donc explicitement comme une traduction. En voici un exemple révélateur :

Fielding : The Shadows began now to descend larger from the high Mountains : The feather’d Creation had betaken themselves to their Rest. Now the highest Order of Mortals were sitting down to their Dinners, and the lowest Order to their Suppers. In a Word, the Clock struck five just as Mr. Jones took his Leave of Gloucester ; [...]. (Fielding 1974 : VIII, ix, 435.)
La Place : ø
Il étoit cinq heures sonnées, (dit l’Auteur Anglois, en stile beaucoup plus fleuri, ) lorsque nos deux Voyageurs sortirent de Glocestre ; [...] (La Place 1750 : VIII, viii, 45).

  • 80 Charles 1994 : 935-936, 957-958.
  • 81 « L’Auteur Anglois, après avoir conduit Tom Jones & Partridge jusqu’à Glocestre, sans aucune avantu (...)

La Place non seulement supprime le pastiche de l’original, mais ajoute son propre commentaire sur le style de l’auteur. Ce traducteur, devenu critique littéraire à l’exemple du narrateur de l’original80, annonce au lecteur français ce qu’il juge pertinent, c.-à-d. « digne d’être transmis à la postérité »81, et ce qu’il veut épargner au public. En effet, ces sortes de commentaires, que j’appelle interventions auctoriales, ne sont pas exceptionnelles dans la traduction de La Place :

L’Auteur Anglois, effrayé de la nouvelle carrière dans laquelle il introduit ses Héros, fait ici une invocation générale, en style gravement comique, mais dont le Traducteur a désespéré de faire passer à son gré toutes les grâces dans notre langue. Il laisse à des plumes plus exercées, & par conséquent plus hardies, l’honneur de tenter certaines entreprises qu’il reconnoît sincèrement au-dessus de ses forces. Plus occupé de l’intérêt qu’inspirent Jones & son amante, que des brillans détails dont leur Histoire est semée, il se flatte que les Lecteurs, affectés du même sentiment, lui pardonneront ce défaut d’exactitude, en faveur du plaisir de perdre moins souvent de vue des personnages que l’Auteur Anglois a rendus si dignes d’être aimés. Le Traducteur supprime donc la première partie de l’invocation, pour en crayonner peut-être hélas ! encore très-foiblement la seconde. (La Place 1750 : XIII, i, 1-2. Les caractères gras sont de moi.)
Je vous plains, lui dit Sophie en soupirant, & de toute mon ame !... mais aussi, que pouviez-vous attendre d’un tel mariage ? pourquoi épousiez-vous un Irlandois ?*
* Le préjugé des Anglois contre les Irlandois est assez connu Les gens sensés sçavent aussi combien il est injuste. (La Place 1750 : XI, v, 255-256, note page 256. Les caractères gras sont de moi.)
Le véridique Auteur de cette histoire, a fait un portrait en grand, & très-détaillé des charmes de la figure, du caractère, & des talens de notre Héroïne ; & moi, pour épargner à nos François, moins patients que nos voisins, l’ennui toujours inséparable des longueurs, je dirai tout simplement, Que Sophie était belle, & qui plus est aimable. (La Place 1750 : IV, i, 109. Les caractères gras sont de moi.)
O Génie ! s’écrie M. Fielding, ô toi précieux don du Ciel ! toi dont le secours seul nous rend capables de lutter contre le cours vulgaire des choses d’ici-bas [...] (La Place 1750 : XIII, i, 2. Les caractères gras sont de moi.)

Sa traduction contient même un chapitre intitulé Oit le Traducteur François parle seul (VIII, vii, 42-44) où ce dernier résume l’action. La présence discursive du traducteur est donc extrêment visible dans le Tom Jones de La Place.

  • 82 Berman 1990 : 5.
  • 83 Graeber (1995a : 137) mentionne aussi le cas suivant où le traducteur ne parle pas explicitement de (...)

30Si l’on cherche à tester l’hypothèse T ᑕ DR. que j’avais discutée au chapitre 2, on constate ici qu’au moins le traducteur en question semble être conscient du fait qu’il cite l’original en le traduisant (voir aussi le début de la glose apologétique de Desfontaines, plus haut). Il fait des commentaires sur ce qu’il est censé rapporter au lecteur français, n’étant pourtant pas toujours aussi coopératif que pourrait le souhaiter l’auteur originel. En effet, la traduction de La Place est parfois un exemple significatif de ce qu’A. Berman appelle « la résistance au traduire »82. La Place imite même le DR de Fielding dans ses stratégies de traduction. On trouve dans sa traduction non seulement des RP mais également, par exemple, du CRD, du DI et du DD (voir les exemples cités plus haut)83. Pourrait-on en conclure que non seulement T ᑕ DR, mais que parfois les stratégies de traduction ressemblent aux stratégies de la narration, à savoir aux différents types de discours ?

Le Tom Jones de Guillaume Davaux

  • 84 Celle de La Place, in-12, contient 1303 pages.
  • 85 Voir aussi Taivalkoski-Shilov 2003.
  • 86 Fielding : « Come thou, that hast inspired thy Aristophanes, thy Lucian, thy Cervantes, thy Rabelai (...)
  • 87 Il y a, naturellement, des notes du traducteur, qui sont neutres et explicatives : « Le profit qu’i (...)

31La taille énorme (2088 pages, in-8)84 du Tom Jones de Davaux annonce déjà que cette retraduction est à peu près intégrale85. Tous les chapitres liminaires, ainsi que les digressions du narrateur, ont été rétablis ici. Il n’empêche que Davaux omet parfois des allusions intertextuelles86 ou des détails faisant preuve du ‘mauvais goût’ dans le texte de départ. Ces omissions sont pourtant rares et touchent au maximum un paragraphe. Il n’y a pas d’additions non plus87. Pour illustrer les différences entre Davaux et La Place en tant que traducteurs de Tom Jones, voici sa propre version du pastiche que je viens de citer ci-dessus :

L’ombre commençait à descendre du haut des montagnes, les oiseaux allaient se livrer au repos, l’ordre le plus élevé des mortels commençait à dîner, et le plus bas à souper ; en un mot, cinq heures venaient de sonner, quand M. Jones partit de Gloucester ; [...]. (Davaux 1797 : tome second, livre troisième, ix, 346.)

  • 88 Davaux 1796 : vii-viii.

Dans la retraduction de Davaux, le traducteur n’intervient pas dans le texte. Le narrateur ressemble plus à celui de Fielding, même s’il est plus simple dans ses expressions. On verra plus bas que dans sa préface, Davaux parle positivement de ce narrateur (« J’ai rarement rencontré quelqu’un qui m’ait paru aussi aimable... »88) et que son but principal en tant que retraducteur est d’en restituer les dissertations. Davaux revivifie également « l’intrigue » supplémentaire de Tom Jones, la relation intime entre le narrateur extradiégétique et le « Lecteur ».

  • 89 « Le lecteur voudra bien se souvenir que dans le neuvième chapitre du septième livre [sic, tome sec (...)

32Il y a une modification assez conséquente dans la structure de la traduction de Davaux. Elle n’est pas répartie en dix-huit livres comme l’original, mais en quatre parties dans lesquelles la numérotation des livres repart toujours de un (tome premier : livre I-V, tome second : livre I-IV, tome troisième : livre I-IV, tome quatrième : livre I-V). La forme tripartite de Tom Jones, qui s’adapte à l’intrigue, disparaît donc de cette traduction. Cela est la source de quelques allusions métatextuelles erronées, lorsque le narrateur de Davaux parle du « chapitre neuvième du livre septième »89 qui existe seulement dans l’original. Le texte contient également des allusions métatextuelles qui tiennent compte de la nouvelle structure de la traduction. Qui a dicté ce changement structurel, le traducteur ou la maison d’édition ?

  • 90 Fielding : « ‘Indeed, Child, and so she [Molly] had, ’ says the Mother sobbing, ‘she hath brought a (...)

33En ce qui concerne le DR de Tom Jones, il arrive à Davaux aussi de se servir de la gladkopis’. A quelques exceptions près – les idiolectes de Squire Western, de Mme Western et de Partridge, l’argot des joueurs dans l’histoire de l’Homme de la Montagne, le roi des bohémiens, la lettre de Honour à Jones...– il est rare que Davaux rende par exemple les dialectes90 des personnages secondaires par un langage non conventionnel dans sa traduction. Comparées à celles de La Place, on ne peut pourtant pas qualifier de systématiques les standardisations de Davaux.

34Enfin, il est étonnant de constater que Davaux, traducteur représentant la nouvelle norme translationnelle, respecte partiellement les bienséances dans sa traduction. Il a constamment censuré les grossièretés qui prolifèrent dans le texte de départ. Même quelques détails qui ont trait à la sexualité, mais sont exprimés d’un ton neutre dans l’original ont été omis par ce traducteur. Cela faisant, il modifie la caractérisation des personnages de l’original. Ici, il censure les paroles de la ravissante et naturelle Sophia :

Fielding : ‘Sure, Madam, ’ said Sophia, ‘I told you he had used me in the rudest and vilest Manner.’ ‘Indeed, Child, ’ answered she [Mrs Western], ‘I never heard you, or did not understand you : – But what do you mean by this rude and vile Manner ? ’ ‘Indeed, Madam, ’ says Sophia, ‘I am almost ashamed to tell you. He caught me in his Arms, pulled me down upon the Settee, and thrust his Hand into my Bosom, and kissed it with such Violence, that I have the Mark upon my left Breast at this Moment. ’ (Fielding 1974 : XVII, iv, 889. Les caractères gras sont de moi.)
Davaux : – Je vous ai sûrement dit, madame, la manière grossière dont il m’a traitée.
– Je ne l’ai point entendu, mon enfant, ou je ne vous ai pas comprise : mais, que voulez-vous dire par cette manière grossière ? – De bonne-foi, madame, je rougis d’avoir à le répéter ; il m’a pris dans ses bras, m’a forcé de m’asseoir, et me saisissant d’une main audacieuse, il m’a laissé des marques de sa violence, que je porte encore. (Davaux 1796 : tome quatrième, IV, iv, 354-355. Les caractères gras sont de moi.)

  • 91 Fielding : « He [Western] then bespattered the Youth with Abondance of that Language, which passes (...)

Ce n’est pas seulement le DR, notamment les expressions les plus sulfureuses du Squire Western, qui est épuré par Davaux. Il supprime également du texte de départ les comparaisons ou les dissertations métalinguistiques91 non élégantes du narrateur extradiégétique. Cette modification générale est probablement due au public visé par Davaux. Il estimait (avec raison) que la plupart des lecteurs français n’étaient pas encore prêts à lire Fielding dans toute sa vigueur.

Amelia

35Résumé de l’intrigue : Le capitaine William Booth, réfugié à Londres à cause de ses dettes, est arrêté et mis en prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Il y rencontre une femme de sa connaissance, Miss Mathews, qui est accusée de meurtre. Elle a essayé de tuer son amant infidèle. Les deux codétenus, qui ne se sont pas vus depuis 8-9 ans, se racontent leurs histoires et finissent par avoir une liaison adultère ; Booth est marié avec Amelia dont il a trois enfants. Une semaine plus tard, Miss Mathews et Booth sont libérés, mais, à la grande déception de Miss Mathews, Amelia arrive en prison au moment de leur délivrance. Booth regrette amèrement avoir trompé la meilleure femme du monde et décide de rompre avec Miss Mathews. Les Booth restent à Londres avec leurs deux enfants les plus âgés. Commence une période très dure dans leur vie. Ils manquent d’argent, Booth cherche en vain à être nommé à un commandement et sera encore détenu deux fois à cause de ses dettes. Miss Mathews harcèle Booth et révèle dans une lettre leur secret à Amelia. Les amis de Booth lui causent aussi des ennuis : le vertueux docteur Harrison lui en veut à cause de ses imprudences financières, le belliqueux colonel Bath le provoque en duel, et le perfide colonel James le déteste en douce parce qu’il est aimé de Miss Mathews et d’Amelia. Et tout ce que fait ce père de famille irresponsable ne semble qu’empirer la situation des siens. Amelia lui pardonne tout : adultère, argent perdu au jeu, dîners manqués, jalousie injuste. Elle arrive aussi à échapper aux pièges que lui tendent un lord pervers et le colonel James, qui entendent la posséder en augmentant les difficultés de son mari. Enfin, grâce à la bonne volonté du docteur Harrison et à un coup de hasard, les affaires de Booth (devenu croyant au cours de sa dernière détention) s’arrangent. Il s’avère que la sœur d’Amelia avait falsifié le testament de sa mère et qu’en réalité Amelia est l’héritière de sa fortune. La sœur d’Amelia s’enfuit en France, après quoi les Booth retournent à la campagne avec leurs enfants et leurs meilleurs amis, les Atkinson.

  • 92 Pour la réception de ce roman, voir par exemple Paulson & Lockwood 1969/ 1995 et Battestin 1983 : 1 (...)
  • 93 Alter 1968 : 150. Selon G. Hautcœur (1998 : 86), le mariage est également le thème central de la no (...)
  • 94 Alter 1968 : 139, 145. Voici ce qu’en dit le narrateur à.’Amelia tout au début du roman : « The var (...)
  • 95 Au chapitre V, ii, que Fielding a malheureusement omis de la seconde édition d’Amelia.
  • 96 Alter 1968 : 148 ; Battestin 1983 : xv. On pense aussi à Moll Flanders et aux ouvrages de Swift.

36L’infortuné92 dernier roman de Fielding, Amelia, se base sur des ambitions littéraires très différentes de celles des deux précédents. Ayant atteint les limites du possible dans le domaine de l’épopée comique en prose, Fielding essaya de créer dans Amelia un nouveau genre romanesque que Grimm classera dans la catégorie du roman domestique. Le thème central du roman est le mariage, l’institution de base de la société pour Fielding93. Ici, l’action ne se termine pas, mais commence par le mariage des personnages principaux94. Il s’ensuit que l’intrigue â’Amelia est moins palpitante que celle des romans comiques de Fielding. Dans la production de Fielding, Amelia représente un pas (certes, hésitant) vers un réalisme plus sérieux. Fielding peint ici la vie ordinaire d’une famille démunie : dîners simples, promenades, conversations et disputes familiales, enfants malades95... Ces tableaux de la vie quotidienne, ainsi que la description de la prison de Newgate qui se trouve au début du roman (I, iii, iv, v) constituent les qualités â’Amelia et évoquent de loin en loin la littérature réaliste du XIXe siècle. En outre, dans cet ouvrage Fielding critique ouvertement le système judiciaire et la corruption de la société anglaise. C’est la raison pour laquelle on a dit que Amelia était l’un des premiers romans anglais contenant de la critique sociale96.

  • 97 La division des chapitres : livre 1 : 10 chapitres, II : 9, III : 12, IV : 9, V : 9 (10 dans la pre (...)
  • 98 Sherbum 1936/ 1962 : 148.
  • 99 Alter 1968 : 142 ; Sherbum 1936/ 1962 : 147.

37Le modèle de Fielding dans la composition à.’Amelia avait été l’Enéide de Virgile, fait qu’il met en évidence par des allusions fréquentes à Virgile. Comme l’Énéide, Amelia est aussi divisé en douze parties97. En outre, la liaison entre le capitaine Booth et Miss Mathews à la prison de Newgate ressemble à celle d’Énée et de Didon ; les deux héros racontent leurs histoires à leurs maîtresses98. Amelia est un ouvrage encore plus érudit que les deux épopées comiques en prose. Il est parsemé de citations en latin et en grec, souvent sans traduction, ce qui affaiblit le plaisir du lecteur ‘illettré’, ces citations étant centrales pour la compréhension du roman99. Elles jurent également avec le concept de roman domestique, puisque nombre de citations sont dans des répliques en DD qui semblent vraiment artificielles. Dans ce roman aussi, il y a donc une variation dans le degré de ‘réalisme’ du DR. La représentation sociolectale d’Amelia varie de l’argot des prisonniers de Newgate à l’éloquence hellénique du docteur Harrison.

  • 100 Alter 1968 : 158 ; Battestin 1983 : xv-xvi.
  • 101 Les narrateurs intradiégétiques sont Miss Mathews, William Booth et Mrs Bennet (plus tard Mrs Atkin (...)
  • 102 Alter 1968 : 173-174.
  • 103 Alter 1968 : 156, 176.

38La narration d’Amelia s’écarte de celle de Joseph Andrews et de Tom Jones. Il y a, certes, encore un narrateur extradiégétique qui narre à la troisième personne, mais celui-ci est moins visible et beaucoup plus sentimental que ses deux prédécesseurs. En premier lieu, il fait moins d’interventions (par exemple, les chapitres préliminaires manquent ici) et ne badine plus avec des pastiches. Lorsqu’il apparaît, c’est plutôt pour faire la morale, d’où la qualification de narrateur sermonnant (R. Alter, sermonic narrator)100. En outre, les narrateurs intradiégétiques101 prennent plus de place ici. Les deux récits du début du roman, les histoires de Miss Mathews (I, vii, viii, ix) et du capitaine Booth (II, i-viii, III, i-xii) forment presque le premier quart de l’ouvrage. Ces récits sont cruciaux pour l’ensemble du roman parce qu’ils font connaître graduellement les deux personnages et que leurs histoires sont directement liées à l’intrigue principale102. Enfin, la présence moins dominante du narrateur extradiégétique donne plus d’indépendance aux personnages, qui se dessinent par leur dialogue et par leurs actions. Dans son dernier roman, Fielding se sert du DR encore plus dans la caractérisation103.

L’Amélie de Mme Riccoboni

  • 104 Graeber 1995a : 260 n20.

39Dans ma description de l’Amélie de Mme Riccoboni, dont j’ai lu la première édition, je fais toujours confiance à l’étude de W. Graeber (1995), qui analyse cette traduction sur la base de l’édition des Libraires associés datant de 1763104. Je laisserai pourtant de côté les comparaisons entre les différentes éditions. Les divergences entre les éditions ne sont que des détails par rapport aux changements énormes que la traductrice a fait subir au texte de départ. Les unités de traduction doivent être de taille dans l’analyse de cette traduction.

  • 105 Graeber 1995a : 262-263.
  • 106 Graeber 1995a : 263.
  • 107 Graeber 1995a : 267, 269, 283-287, 292.
  • 108 Graeber 1995a : 264, 269 et passim.

40Comme le fait remarquer déjà Philippe de Puisieux dans sa note de traducteur, Mme Riccoboni a complètement restructuré Amelia dans sa traduction. Sans respecter la structure du roman en douze livres, elle en fait trois parties qui ne sont pas divisées en chapitres. Ainsi disparaissent les titres de chapitres qui sont souvent ironiquement métatextuels chez Fielding. La traductrice supprime aussi les allusions à la littérature de l’Antiquité : il n’y a pas de lien intertextuel entre sa traduction et l’Énéide105. Cela change naturellement le caractère de l’auteur implicite et du narrateur extradiégétique dans la traduction, sans parler du lecteur implicite. W. Graeber constate avec raison que Mme Riccoboni a étendu le lectorat potentiel du roman en le rendant moins intellectuel106. Son Amélie pourrait être qualifié de roman sentimental ayant un message féministe qu’elle a ajouté à l’original de Fielding107. En effet, on ne peut plus parler de roman domestique dans ce contexte, puisque la traductrice a supprimé tous les éléments de ce genre (les petites actions des enfants des Booth, les scènes de la vie quotidienne...) du texte d’arrivée. Au lieu de réalisme, par exemple dans le DR, elle offre au lecteur français du tragique et un pathétique « à faire fendre les rochers ». Selon W. Graeber, ses personnages principaux s’expriment par des déclamations comme dans une tragédie108.

  • 109 Outre Booth et Hebbers [Summers], les autres personnages rebaptisés par Mme Riccoboni, ennemie des (...)
  • 110 L’histoire de Miss Mathieu : Première partie : 25-83. L’histoire de M. Fenton : Première partie : 9 (...)
  • 111 Graeber 1995a : 263, 285, 293.

41L’intrigue A’Amelia a également été remaniée dans la traduction précipitée de Mme Riccoboni. Celle-ci accélère l’action en simplifiant ou en combinant les événements et se concentre uniquement sur l’intrigue principale. Cela est visible aussi dans la forme d’Amélie. Les récits de Miss Mathieu et de Booth alias M. Fenton109 y prennent les deux tiers de l’ouvrage entier110. C’est ainsi que la traductrice auto-thérapeute (voir plus bas) dépouille le roman des épisodes qui n’ont pas de rapport direct avec ce qui l’intéresse dans ce roman : la tragédie triangulaire entre Miss Mathieu, Fenton et Amélie111. Le thème principal de sa traduction n’est donc pas le mariage, mais les souffrances infligées aux femmes (aussi bien aux maîtresses qu’aux épouses) par l’infidélité des hommes, thème dominant dans sa propre production romanesque.

  • 112 Par exemple, Graeber (1995a : 270) mentionne les prisonniers de Newgate que la traductrice a suppri (...)
  • 113 Graeber 1995a : 274 n40.
  • 114 Riccoboni 1762 : Troisième partie, 87.

42La simplification de l’intrigue A’Amélie se répercute également sur les personnages du roman. Plusieurs personnages secondaires disparaissent totalement parce que la traductrice supprime les épisodes où ils font leur apparition112. L’économie de narration l’a amenée également à combiner deux personnages en transformant complètement leur caractère. La pétillante « Mistriss Atkinson » remplace dans sa traduction l’érudite Mrs Bennet/ Atkinson et la malhonnête Mrs Ellison113’. Mrs Atkinson qui cite les auteurs latins et grecs en langue originale dans le texte de départ dit dans le texte d’arrivée : « [C]omment peut-on lire l’histoire ! je défie un bon cœur de s’en amuser jamais. Que de meurtres ! de trahisons ! de brigandages ! pour un honnête homme qui s’y rencontre de tems-en-tems, on y trouve cent infâmes, dignes du dernier supplice114. » Pourquoi notre traductrice féministe a-t-elle métamorphosé ce personnage ? N’aimait-elle pas les femmes savantes ?

  • 115 La veuve Cary, l’époux de la sœur de Miss Mathieu, le frère de celle-ci, la fille du propriétaire d (...)
  • 116 Graeber 1995a : 265, 268, 280-281.
  • 117 Graeber 1995a : 272. Elle dit : « Craignez de m’irriter ; ce ne sera pas en attaquant vos jours que (...)

43Les personnages que Mme Riccoboni garde entièrement dans sa traduction sont tous modifiés d’une façon ou d’une autre. Les descriptions de quelques personnages secondaires115 sont amplifiées, explicitées ou falsifiées pour qu’ils passent mieux dans le monde dualiste (les hommes / les femmes) de la traduction. La traductrice modifie aussi les personnages principaux (Fenton devient plus affectueux, Amélie plus exemplaire)116 en rendant l’action plus dramatique. Par exemple, Miss Mathieu menace carrément Fenton de tuer Amélie117 alors que chez Fielding, elle le menace seulement de lui révéler leur secret. Cela rend la dame plus dangereuse et plus dominante que dans l’original où elle disparaît en fait peu à peu du centre de l’action après qu’elle et Booth sont libérés de Newgate. Et une fois que Booth apprend qu’Amelia est au courant de son adultère et qu’elle le lui a déjà pardonné (XII, ii), Miss Mathews devient complètement anodine, d’autant plus qu’elle deviendra laide. En revanche, dans la traduction de Mme Riccoboni, ce n’est qu’à la fin du roman que cette femme fatale cessera d’être dangeureuse : elle partira en France. Comparons les versions de Fielding et de Mme Riccoboni :

Fielding : Colonel James and his Lady, after living in a polite Manner for many Years together, at last agreed to live in as polite a Manner asunder. The Colonel hath kept Miss Mathews ever since, and is at length grown to doat on her (though now very disagreeable in her Person, and immensely fat) to such a Degree, that he submits to be treated by her in the most tyrannical Manner. (Fielding 1983 : XII, ix, 531.)
Riccoboni : Sir James, en songeant qu’une folle passion avoit pensé lui coûter la vie, ou la perte d’un véritable ami, renonça à Miss Matheus. Cette fille s’enflamma pour un jeune François, qui en débarrassa l’Angleterre en la conduisant à Paris, où elle s’accoutuma à laisser vivre les inconstans, & à changer comme eux. (Riccoboni 1762 : Troisième partie, 269-270. Les caractères gras sont de moi.)

L’Amelie de Philippe de Puisieux

  • 118 Quand j’amassais mon corpus à la BnF en été 1999, la seconde partie de la microfiche contenant la p (...)

44Dans la lecture de l’Amelie de Puisieux, j’ai malheureusement dû manquer à mes principes sacrés concernant l’étude des traductions du XVIIIe siècle : ne jamais utiliser comme texte d’arrivée que les premières éditions. Pour des raisons pratiques118, cela n’était pas possible, donc la description qui suit se base principalement sur ma lecture de l’édition Nouffer de Rodon (dans les Œuvres complexes de M. Fielding) datant de 1781. « Non omnia possumus omnes. »

  • 119 Rivara, à paraître : 3.
  • 120 Il traduit aussi le chapitre V, ii, Containing a Br ace of Doctors, and much physical Matter (Qui c (...)

45Comme le constate A. Rivara, la traduction de Philippe de Puisieux est un travail honnête par rapport à l’« outrageuse indépendance » de celle de Mme Riccoboni119. Il rétablit la structure de l’original dans sa traduction : la répartition en douze livres120, la description de la prison de Newgate du début du roman et tous les épisodes secondaires de l’intrigue. Il n’y a pas de glissement de genre non plus ; l’Amelie de Puisieux est véritablement un roman domestique. Le traducteur ne ment donc pas dans sa préface lorsqu’il annonce vouloir garder les faits ordinaires de l’original, comme le passage suivant, qui y « font beauté » :

  • 121 Ce passage manque complètement dans la traduction de Mme Riccoboni. Le même passage dans l’original (...)

Puisieux : Amelie en sortant le matin avoit laissé son mari gardien de ses enfans. Il avoit été occupé près d’une heure à cette agréable fonction, & il étoit alors assis par terre avec ces marmots, qui rodoient & jouoient autour de lui, lorsqu’on frappa un grand coup à la porte ; aussi-tôt un laquais montant l’escalier vint lui dire que sa femme s’étoit trouvée extrêmement mal, & qu’on l’avoit transportée chez une marchande de modes, nommée Madame Chenevix. Booth n’eut pas plutôt appris cette nouvelle, qui lui fut annoncée avec empressement, & une apparence de zèle, qu’il se leva brusquement, laissa ses enfans en pleurs à la nouvelle de la maladie de leur mere, & sous les soins de la servante ; & courut de toutes ses forces à l’endroit, ou plutôt vers le lieu désigné. (Puisieux 1781 : VIII, i, 247-248.)121

  • 122 Puisieux 1781 : IX, ix, 85. Les caractères gras sont de moi. Fielding : « [...] but the little Boy (...)
  • 123 Graeber 1995a : 275 ; Mylne 1994 : 139.

Les enfants des Booth, notamment le fils aîné, ont dans la traduction un rôle similaire à celui du texte de départ. En outre, ils parlent un langage qui les distingue des adultes du texte : « Le petit garçon [...] s’écria : mon papa, ces méchans hommes ont effrayé maman122. » La traduction de Puisieux est donc une rareté dans la littérature francophone de l’époque qui, selon W. Graeber et V. Mylne, négligeait les enfants comme thème romanesque. Selon V. Mylne, en lisant les romanciers français de l’époque, « on ne décèle aucun effort pour suggérer un langage spécifiquement enfantin123. »

  • 124 Rivara, à paraître : 13 n23, 15, 16 n27, 18.
  • 125 Par exemple : Fielding : « ‘He is Pimp in ordinary to my Lord – who keeps his Family [...] ’ » (Fie (...)

46Outre le langage enfantin, Puisieux cherche clairement à rendre les différences entre les autres idio- ou sociolectes de l’original. A. Rivara estime aussi que Puisieux sait rendre les différents registres de l’original. Il arrive pourtant à celui-ci de les ennoblir ou de censurer ce qu’il trouve bas124. Les bienséances ont donc limité partiellement le travail de ce traducteur aussi (par exemple, il traduit le mot « Pimp » par une expression moins rude, « mercure »125). Graeber, qui analyse brièvement la traduction de Puisieux (la trouvant exceptionnellement exacte), fait une remarque pareille. Selon lui, le traducteur omet les paroles les plus révoltantes d’une prisonnière de Newgate, Molly la Borgnesse. Ici, Graeber – qui ne dit pas clairement quelle édition de la traduction il a utilisée dans son analyse – mentionne le cas suivant :

Fielding : D – n your Eyes, I thought by your Look you had been a clever Fellow, and upon the snaffling Lay at least ; but D – n your Body and Eyes, I find you are some sneaking Budge Rascal. ’ She then launched forth a Volley of dreadful Oaths, interladed with some Language, not proper to be repeated here [...]. (Fielding 1983 : I, iii, 29.)

W. Graeber prétend que ce passage manque dans la traduction : « Die wörtliche Rede fehlt in der Übersetzung, de Puisieux begnügt sich hier mit der Umschreibung “elle vomit un tas d’injures” » etc. (Graeber 1995a : 296). Or, ce DD se trouve dans les éditions de 1762 et de 1781 :

Puisieux : [D]iable, dit-elle, à votre air je vous prenois pour un garçon dégourdi, ou du moins pour un hardi filou ; mais je vois que vous n’êtes que quelque méchant voleur de mouchoirs : ensuite elle vomit un tas d’injures, lardées de juremens, qui ne sont pas bons à répéter ici [...] » (Puisieux 1762 : 1, iii, 17 ; Puisieux 1781 : I, iii, 29. Les caractères gras sont de moi).

47Enfin, le lien intertextuel entre Amelia et l’Enéide, complètement effacé chez Mme Riccoboni, est rétabli dans la traduction de Puisieux. Ceci est assuré par la forme de la traduction, douze livres, ainsi que par la reproduction assez systématique des allusions latines – parfois traduites en français. Contrairement à Mme Riccoboni, Puisieux n’a pas modifié non plus les personnages qui arborent leur érudition dans le texte de départ. Par exemple, Mrs Bennet (plus tard Mrs Atkinson) est aussi savante et cite Virgile en latin à propos des seconds mariages :

Fielding : « ‘True, Sir, ’ says Mrs. Bennet, ‘and Virgil calls this a Violation of Chastity, and makes Dido speak of it with the utmost Detestation : Sed mihi vel Tellus optem prius ima dehiscat ;/ Vel Pater omnipotens adigat me Fulmine ad umbras, / Pallentes umbras Erebi, noctemque profundam, / Ante, pudor, quam te violo, aut tua Jura resolvo./ Ille meos, primum qui me sibi junxit, amores, / Ille habeat semper secum, servetque Sepulchre.’ She repeated these Lines with so strong an Emphasis, that she almost frightned Amelia out of her Wits [...]. » (Fielding 1983 : VI, vii, 258.)’
Puisieux : Il est vrai, monsieur, s’écria Me Bennet, & Virgile la qualifie de violation de la chasteté, & il en fait parler Didon avec la plus grande horreur.
Sed mihi vel tellus optem prius ima dehiscat, / Vel pater omnipotens adigat me fulmine ad umbras, / Pallentes umbras Erebi, noctemque profundam, / Ante, pudor, quam te violo, aut tua jura resolvo./ Ille meos, primum qui me sibi junxit, amores/ Ille habeat semper secum servetque sepulchro.
Elle répéta ces vers avec tant emphase, qu’Amelie en fut émerveillée, [...]. (Puisieux 1781 : V [sic, VI] vii, 141.)

  • 126 L’une des épigraphes est en latin (Horace, Odes, I, xiii, 17-18) et l’autre en grec (Sémonide de Sa (...)

Le lecteur implicite de la traduction de Puisieux est pourtant censé connaître seulement le latin. Il n’y a pas de grec dans ce texte, ni même dans l’épigraphe, étant donné que le traducteur a supprimé les deux épigraphes126 du texte de départ. Les citations grecques arrivent bien dans l’histoire, mais elles sont « narrées », pas « montrées » :

Fielding : ’Pray, Madam, ’ said the Doctor, ‘how do you like this Passage in the Speech of Hector to Andromache ?
– Εἰs οἶκον ί[οῦ]σα τὰ σαυτῆς ἔργα. κόμιζε,
* Ιστόν τ’ ηλακάτην τε, και άμφιлóλοισι κέλευε
’Έργον εποἶχεσθαι *.
*Go home and mind your own Business. Follow your Spinning, and keep your Maids to their Work. (Fielding 1983 : X, iv, 426-427.)
Puisieux : Madame, lui dit le Docteur, comment trouvez-vous ce passage du discours d’Hector à Andromaque ?
Allez à la maison, & songez à votre ménage. Suivez votre filanderie, & aidez à vos servantes à faire leurs ouvrages. (Puisieux 1781 : X, iv, 136.)

La traduction de Puisieux évite donc les plus grandes difficultés que pose le texte de départ au lecteur ‘inculte’. On pourrait dire aussi que sa traduction est un cas encore plus typique de roman domestique que l’original, puisque le narrateur y diminue l’importance des particularités (vulgarités, mélange de langues savantes) qui sont accessoires par rapport à l’essence du genre : les tableaux de la vie quotidienne.

48Pour conclure, il est intéressant de constater que toutes les traductions de mon corpus semblent corroborer l’hypothèse d’Englund Dimitrova selon laquelle les traducteurs ont tendance à rendre les sociolectes rares par des sociolectes plus répandus ou par un style neutre ou recherché. Les premiers traducteurs standardisent plus les sociolectes que les deuxièmes. Mais ceux-ci ne sont pas non plus exempts de ce phénomène lié à la traduction.

Les traducteurs

49Les auteurs des traductions de mon corpus se répartissent clairement en deux groupes, aussi bien par leur norme initiale que par leur caractère. Le premier groupe est constitué de ceux qui ont introduit les romans de Fielding en France, qui ont utilisé des stratégies plus ou moins ciblistes dans leurs traductions. Ces trois traducteurs, l’abbé Desfontaines, Pierre-Antoine de la Place et Mme Riccoboni, ont su profiter de l’anglomanie régnant dans la France du XVIIIe siècle. Ils ont eu du flair dans le domaine de la littérature, ce qui les a fait parvenir à la célébrité – pas seulement en tant que traducteurs. Ces personnes ont également un certain charme, puisque leurs noms ont attiré aussi bien les lecteurs contemporains que les biographes du XXe siècle. Cela expliquerait partiellement le succès plus durable de leurs traductions par rapport à celles de leurs successeurs. Le second groupe, celui des traducteurs sourciers – M. Lunier, Guillaume Davaux et Philippe de Puisieux – a été bien plus difficile à étudier parce que ceux-ci sont actuellement tombés dans l’oubli. Tout ce qui reste d’eux est quelque mention dans un dictionnaire de biographie et leur production. Ils ont été trop modestes, par exemple Puisieux a publié anonymement presque toutes ses traductions. Il s’ensuit que les deuxièmes traducteurs des romans de Fielding sont restés méconnus dans l’histoire de la traduction française.

Pierre-François Guyot, l’abbé Desfontaines (1685-1745)

  • 127 La Place 1782 : 10 ; Morris 196 : 49-84 ; Sgard 1999 : article 383 « Guyot Desfontaines, Pierre (16 (...)
  • 128 En effet, notre abbé aurait été un critique assez redoutable étant donné qu’un certain M. Bret comp (...)
  • 129 Balliu 1999 : 69-95.

50L’abbé Desfontaines – journaliste, homme de lettres et traducteur – est un personnage notoire du XVIIIe siècle. Il est souvent mentionné dans les écrits de ses contemporains et dans les études dix-huitiémistes, non seulement parce qu’il contribua de façon importante à l’évolution de la presse française et à la montée de l’anglomanie en France, mais aussi à cause de ses fameuses querelles (avec Voltaire, avec l’abbé Goumé, avec l’Académie française, avec Piron...)127. Ce critique que l’on a étiqueté comme belliqueux128 est le plus réputé des traducteurs de mon corpus. Il figure par exemple dans le Portraits de traducteurs de J. Delisle129.

  • 130 Morris 1961 : 21-37 ; Sgard 1999 : article 383 « Guyot Desfontaines, Pierre (1685- 1745) ». Selon S (...)

51Pierre-François Guyot naquit à Rouen le 25 juin 1685. Il passa son enfance dans sa ville natale et reçut une éducation classique au collège des Jésuites. À l’âge de quinze ans, il entra dans le corps des Jésuites. Il travaillera plus tard comme professeur de rhétorique dans les collèges de Rennes et de Bourges. Desfontaines quitta la compagnie des Jésuites en 1717, devint secrétaire du cardinal Bentivoglio, ensuite bibliothécaire chez l’abbé d’Auvergne. En 1724, l’abbé, qui approche de la quarantaine, tourne la page et devient journaliste : il accepte l’invitation de travailler au Journal des Savants. Le motif pour une offre d’emploi aussi glorieuse est le déclin de la popularité de l’hebdomadaire. En effet, Desfontaines est déjà connu pour sa plume. Il intéresse les lecteurs et réussira d’ailleurs à faire monter le tirage du Journal, devenu mensuel durant la période où il y travailla (1724-1727)130.

  • 131 Morris 1961 : 45-46, 187-199.
  • 132 Desfontaines 1728 : s.v. « écrevisse ».
  • 133 Desfontaines 1728 : s.v. « ventre ».

52Desfontaines remporte une autre victoire professionnelle vers l’âge de quarante ans avec son Dictionnaire néologique (1726), qui sera réédité plusieurs fois et qui est apprécié même à l’étranger131. Dans cet ouvrage amusant, Desfontaines attaque le « mauvais goût » de la littérature française de l’époque dans la tradition satirique propre à Lucien. Il est intéressant de constater que parmi les maladresses évidentes (« Un Poëte, docte naturaliste, nous apprend que lorsqu’une Ecrevisse se rompt une jambe, il s’en trouve une autre au passage, que la jambe d’une écrevisse est un magasin de jambes, que les jambes reviennent de par la nature132. ») et les bêtes noires du classicisme (« VENTRE. Le Critique crie au meurtre ! au vol ! & le feu sous le ventre aux Dieux Hospitaliers. [...] quel terrible langage ! »133) Desfontaines y ‘louange’ ironiquement aussi les décalages temporels :

  • 134 Desfontaines 1728 : s.v. « maintenant ». Les caractères gras sont de moi.

MAINTENANT. Cet adverbe joint à un prétérit fait un très-bon effet. Exemp. « Je sçai qu’autrefois à Tyr, & que maintenant à Carthage vous avez méprisé les recherches de bien des Rois134. » [Eneid. t. 2.p. 9.]

Or, comme je l’ai démontré dans la partie théorique (chapitre 2) ces sortes de décalages peuvent être des indices du DIM et du DIL. Desfontaines est un partisan rigoureux de la grammaticalité :

  • 135 Desfontaines 1728 : s.v. « prétérit indéfini ». Il y raille également l’incise : « il dit. Cette ex (...)

PRÉTÉRIT indéfini. Le Trad. de Virgile (Georg. p. 389) dit : « Saturne ne fut pas le seul à qui l’antiquité ait donné la faucille pour symbole. » Ait donné est ici pour donna : ou bien fut est mis pour est. Tout cela est bon135.

Nous avons donc trouvé un motif pour des glissements éventuels du DIM et du DIL dans sa traduction. Vu que Desfontaines considère ces sortes de mélanges comme erronnés ou de mauvais goût, il est même probable qu’il y aura des glissements dans ces catégories de l’analyse.

  • 136 Sgard 1999 : article 383 « Guyot Desfontaines, Pierre (1685-1745) ».
  • 137 Morris 1961 : 95- 147, 372.
  • 138 « Maladie singulière de la peau. On trouve dans un extrait des registres de la Société royale, la d (...)
  • 139 Momet 1910 : 479 ; Morris 1961 : 95- 147.
  • 140 Morris 1961 : 48-49, 72-73.

53Desfontaines fonda plus tard ses propres périodiques, le Nouvelliste du Parnasse, ou Reflexions sur les ouvrages nouveaux (1731-1732), les Observations sur les écrits modernes (1735-1743) et les Jugemens sur quelques ouvrages nouveaux (1744-1746). Il remplaça également l’abbé Prévost dans quelques numéros du Pour et contre en 1734136. Comme l’indiquent déjà les titres des revues de Desfontaines, celles-ci étaient spécialisées dans la critique des ouvrages contemporains. Desfontaines et ses collaborateurs – dont François Granet et Elie Fréron – y résument et jugent les ouvrages littéraires, historiques, médicaux, géographiques137... Il y a également des lettres envoyées par les lecteurs, des poèmes et parfois des nouvelles sensationnelles138. Les périodiques de Desfontaines se distinguaient des autres gazettes de l’époque, destinées aux érudits, par un nouveau type de journalisme adressé au lecteur moyen dans un but didactique. Aussi les « feuilles » de Desfontaines étaient-elles lues dans l’Europe entière. En France, Desfontaines semble avoir été le journaliste le plus couronné de succès de son temps, car ses périodiques figurent le plus souvent dans les catalogues des bibliothèques privées de l’époque139. Cependant, malgré ce succès auprès des lecteurs, les autorités suspendirent les périodiques de Desfontaines à cause des plaintes des auteurs qu’il avait critiqués avec trop de virulence140.

  • 141 On lui attribue parfois aussi la traduction de The Rape of the Lock (soit la traduction de 1728, so (...)
  • 142 Labriolle 1966 : 381 ; Morris 1961 : 200-205, 278.
  • 143 Mander 1995 : 193-194.
  • 144 Labriolle 1966 : 381, 383-384 ; Morris 1961 : 278-309. La traduction est intitulée : The travels of (...)
  • 145 Catalogue informatique de Harvard, HOLLIS.

54La traduction libre des Gulliver’s Travels marqua les débuts de l’abbé Desfontaines comme traducteur (1727)141. L’ouvrage lui avait été signalé probablement par son ami Francis Atterbury (mort en 1732), l’évêque de Rochester qui s’était exilé à Paris. Celui-ci lui procurait des nouveautés littéraires et influençait son goût en matière de la littérature anglaise. C’est que, faute d’avoir vraisemblablement jamais traversé la Manche, Desfontaines était en contact avec l’Angleterre par l’intermédiaire de ses amis et correspondants anglais, par exemple Thomas Carte142. Le succès de sa traduction fut tel (il y en aura des rééditions pendant un siècle et demi) que le traducteur composa lui-même une suite pour l’ouvrage de Swift : Le Nouveau Gulliver, ou Voyage de Jean Gulliver, fils du capitaine Gulliver (1730) soi-disant traduit de l’anglais. Cet ouvrage, qui se veut utile et agréable143, contient entre autres les aventures de Jean Gulliver sur l’île de Babilary, dominée par les femmes... La plupart des critiques traitèrent favorablement la pseudo-traduction. Elle eut trois éditions en 1730 et fut ‘re’traduite en anglais par J. Lockman en 1731144. Il existe également des traductions en allemand (1731), en russe (1791) et en portugais (1804) du Nouveau Gulliver145.

  • 146 Par exemple, il annonce avoir traduit de l’anglais les ouvrages suivants : Etat de la Médecine anci (...)
  • 147 Morris 1961 : 331-345.
  • 148 Léger 1996 : 89-96.
  • 149 Léger 1996 : 93.
  • 150 Battestin 2000 : article « Desfontaines, Pierre François Guyot ».
  • 151 « Épanchement de sérosité dans une cavité naturelle du corps (spécialt l’abdomen) ou entre les élém (...)
  • 152 Morris 1961 : 84.

55Desfontaines ne maîtrisait pas seulement l’anglais (et ne traduisait pas uniquement des ouvrages de fiction146). Selon Thelma Morris, il traduisit un ouvrage de l’italien et quelques-uns du latin, dont le plus important est le recueil la Nouvelle Traduction des Œuvres de Virgile, qu’il voulut rendre fidèlement, certes en prose. Son Virgile ‘fidèle’ parut la même année que son Joseph Andrews Tibre’, en 1743147. Cette inconstance dans la norme initiale du traducteur s’explique par son attitude différente vis-à-vis des auteurs anciens et des contemporains. Desfontaines ne songea pas à modifier le grand Virgile, tandis que Fielding, l’auteur de l’ouvrage à succès de l’année précédente, ne lui paraissait pas intouchable. Selon Benoit Léger, l’abbé Desfontaines concevait la notion de la fidélité du traducteur de façon complexe. Dans les traités de Desfontaines portant sur la traduction, la fidélité est associée aussi bien à l’attention portée au texte de départ qu’au respect pour le goût français. Desfontaines estimait que la fidélité au texte de départ ne concernait que les (ou quelques) traductions de la littérature ancienne. En revanche, dans la traduction de la littérature anglaise, le traducteur devait surtout respecter les normes du polysystème français148. Sa traduction de Joseph Andrews est pourtant assez fidèle, si on la compare aux autres traductions de l’époque. En outre, note B. Léger, cette traduction est moins libre que celle des Gulliver ’s Travels que Desfontaines avait réalisée seize ans auparavant, probablement parce que sa maîtrise de l’anglais avait évolué149. Il est clair aussi que Desfontaines appréciait le premier roman de Fielding et pour Martin C. Battestin, c’est lui qui a fait la première analyse profonde de Joseph Andrews150. L’abbé Desfontaines mourut d’hydropisie151 en décembre 1745. Il avait soixante ans152 . Contrairement à ce que certains prétendirent au dix-huitième siècle, ses contemporains ne l’oublièrent pas après sa mort. En 1757 l’abbé de La Porte fit publier en quatre tomes L’Esprit de l’abbé Desfontaines ou Réflexions sur différons genres de science et de littérature (À Londres, chez Clément), qui est un recueil de ses écrits.

  • 153 Ce titre est un peu différent dans la version d’Amsterdam (à partir de 1744) de la traduction : « L (...)
  • 154 Battestin 1967 : xxxvi ; Desfontaines 1743a : 333 ; Orf 1974 : 36-37.
  • 155 Desfontaines 1743a : 325, 326-328, 333. Passage cité 328.
  • 156 Desfontaines 1743a : 329-330.

56L’analyse de Joseph Andrews dont parle M.C. Battestin est l’épilogue du traducteur, qui accompagne déjà la première édition des Avantures de Joseph Andrews datant de 1743. 1l est intitulé « Lettre d’une Dame Angloise à Madame * * * Maîtresse des Comptes de Montpellier »153, car Desfontaines avait publié sa traduction sous le pseudonyme de « Dame Angloise ». Cet épilogue est beaucoup plus qu’un simple avis du traducteur. Desfontaines y fait un parallèle ingénieux entre les ouvrages qui représentent fidèlement la nature, tels que Joseph Andrews, et les tableaux des peintres hollandais que l’on admire même si les sujets en sont « des plus vils »154. Dans le champ de la littérature, il associe Joseph Andrews d’une part aux romans picaresques et, d’autre part, à l’art dramatique, puisque le sujet (les valets qui deviennent « objets de la complaisance & du tendre penchant » de leurs maîtresses) est souvent traité dans les pièces de théâtre155. Ses commentaires sur les personnages sont également perspicaces. Par exemple. Lady Booby est pour lui le « nœud » du roman, la Didon ou la Junon qui déclenche l’action. Son personnage préféré est clairement Abraham Adams156.

  • 157 Desfontaines 1743a : 327.
  • 158 Ducrocq 1975 : 581-582, 584.
  • 159 « Dans l’original, la Demoiselle Slipslop parle un jargon ridicule, estropiant beaucoup de mots, su (...)
  • 160 « [L]le mot que dit la Houspille contre sa servante [bitch], est des plus injurieux en Anglois, & o (...)

57Le DR de Joseph Andrews n’est pas oublié non plus. Desfontaines rappelle le passé de dramaturge de Fielding et constate qu’il a un grand talent pour les dialogues, ce qui est visible partout dans l’ouvrage157. En effet, comme le constate aussi Jean Ducrocq, l’expérience du théâtre de Fielding a influencé de façon positive le DR de ses romans ; non seulement les dialogues comiques sont conçus habilement, mais la variation entre les formes du DR (le « raccourci », c.-à-d. le discours narrativisé, le DIL et le DD) multiplie les points de vue selon lesquels le lecteur, tel un spectateur de théâtre, perçoit le monde fictionnel158. Desfontaines a donc été parmi les premiers à remarquer l’influence théâtrale dans les dialogues de Joseph Andrews. Il mentionne également quelques problèmes de traduction liés au DR : l’idiolecte de Slipslop159 et quelques expressions dans l’entretien de Mrs Tow-wouse (Mme Houspille) avec sa servante Betty (Nanon)160.

  • 161 Par exemple : « Venons maintenant aux faits curieux contenus dans votre Relation. A l’égard des mœu (...)

58L’épilogue de Desfontaines alias « la Dame » rappelle par son jeu des identités un autre paratexte fabriqué auparavant par notre traducteur : la « lettre du Docteur Ferruginer », qui est située à la fin du Nouveau Gulliver et qui avait soi-disant été envoyée à ‘Jean Gulliver’ par ce docteur. Celui-ci y explique les faits incroyables arrivés dans le récit, d’un point de vue ‘objectif161. Ici, Desfontaines ne change pas seulement de personnalité mais de sexe et de nationalité. Le renversement des perspectives donne un ton dialogique à quelques passages de l’épilogue :

  • 162 Desfontaines 1743a : 333.

Suivant les préjugés de votre pays [la France], il y a du bas dans Don Quichotte, dans votre Roman Comique de Scarron, dans Guzman d’Alfarache, dans Lazarille de Torme, dans votre Gilblas de Santillane. Suivant les préjugés du nôtre, il y a du guindé, du métaphysique, du froid, du plat, dans la plupart de vos Romans les plus à la mode à Paris162.

  • 163 Desfontaines 1743a : 325-326.
  • 164 Desfontaines 1743a : 349.
  • 165 On y explique même quelques passages du texte de départ qui ont été supprimés du texte d’arrivée. P (...)
  • 166 Desfontaines 1743a : 330, 333, 334.

Puisque le traducteur est ‘anglais’, l’Angleterre ne représente pas l’altérité dans cette préface de traducteur. Au lieu de se révolter contre les mœurs anglaises, ‘la Dame’ déplore l’imperfection des romans français163. L’image que semble vouloir imposer Desfontaines ici est celle d’un traducteur anglais (donc maîtrisant parfaitement la langue de départ) cosmopolite et parfaitement francophone, qui connaît assez bien le goût des Français pour ne pas rendre intégralement les passages les plus choquants de Joseph Andrews : « J’ai fait beaucoup de changemens dans ma traduction, parce que le long séjour que j’ai fait à S. Germain, à Paris, puis à Montpellier, m’a donné la connoissance du goût François164. » Malgré cette courtoisie envers le lecteur français et le respect pour la clarté, la valeur éthique translationnelle qui domine dans la lettre de ‘la Dame’ est la compréhension : 19 des 24 pages de l’épilogue contiennent des éclaircissements concernant les allusions culturelles (Colley Cibber, les Croniques de Baker, Benjamin Hoadley..) et les coutumes anglaises (Cudgel-play...) qui se trouvent dans Joseph Andrews165. En outre, le désir de faire connaître – et de justifier – les mœurs anglaises au travers de la traduction y est annoncé ouvertement166.

Jérôme [?] Lunier (1749-1807)

  • 167 Le passage cité est tiré d’Amelia traduit par Puisieux 1784 : X, ii, 274.
  • 168 Journal de Paris 205, Vendredi 24 juillet 1807 : 1450.
  • 169 Mercure de France 314, Samedi 25 juillet 1807 : 185.

59Les pistes sont bien brouillées sur M. Lunier, dont ni les contemporains ni les ouvrages de référence ne révèlent le prénom. Le deuxième traducteur français de Joseph Andrews n’aurait pourtant pas été un malheureux « que personne ne connoissoit »167 puisque le Journal de Paris du 24 juillet 1807 annonce sa mort sous la rubrique Nouvelles de Paris : « M. Lunier, auteur du Dictionnaire des Sciences et des Arts, est mort subitement, la semaine dernière, à l’âge de 58 ans168. » La même nouvelle se trouve dans le Mercure de France du 25 juillet 1807169.

  • 170 Archives biographiques françaises I, 682 : 378 ; Grente 1995 : article « Lunier ».
  • 171 Je remercie Mme V. Guitton, Attachée de Conservation du Patrimoine, à qui je dois ces informations. (...)
  • 172 Archives Municipales de Nantes : microfilm 2 Mi 167 : registre GG 447 ; microfilm 2 Mi 91 : registr (...)
  • 173 Quérard 1964 : article « Lunier () ».

60Lunier naquit à Nantes en 1749170. Selon les Archives Municipales de Nantes171, il pourrait s’agir de Jérôme Lugné, fils du menuisier Gaspard Lugné et de sa femme Marie Saillant. Ce couple, marié à Sainte-Croix le 25 mai 1747, eut au moins dix enfants. Leur deuxième fils Jérôme naquit et fut baptisé le 1er juillet 1749 à Saint-Nicolas172. C’est tout ce que j’ai réussi à tirer au clair sur l’enfance hypothétique de M. Lunier. D’après J.-M. Quérard, Lunier aurait été par la suite capitaine de corsaire de son état173 (d’où peut-être sa connaissance de l’Angleterre, dont il se vante dans sa préface de traducteur) avant de se consacrer aux lettres vers la fin de sa vie. Il avait publié, outre sa traduction de Joseph Andrews, le Dictionnaire des sciences et des arts mentionné dans sa notice nécrologique. Ce dernier ouvrage a probablement connu un succès considérable à l’époque, vu la façon dont il est ‘affiché’ dans cette notice. Il est amusant de constater les similitudes entre les deux premiers traducteurs français de Joseph Andrews : ils ont publié leur traduction de Fielding vers l’âge de 58 ans et chacun a rédigé un dictionnaire. Est-il significatif que celui de Desfontaines est parodique, celui de Lunier sérieux ?

61Le Dictionnaire des sciences et des arts (1805) est un ouvrage précis, bien fondé et savant. Toutes les entrées sont accompagnées d’une explication étymologique et parfois aussi d’anecdotes concernant l’histoire des termes en question :

  • 174 Lunier 1805 : s.v. « anagramme ».

ANAGRAMME, s.f. du grec άνά (ana), à part, un à un, et de γράμμά (Gramma), lettre, écrit, dérivé de γράφω (grapho), graver, écrire.
(Littérat.) Arrangement des lettres d’un mot, disposées de telle sorte qu’elles font un autre mot et un autre sens. On croit que les anciens s’appliquoient peu à ces bagatelles ; cependant Lycophron, qui vivoit du tems de Ptolomée-Philadelphe, environ deux cent quatre-vingts ans avant Jésus-Christ, avoit fait preuve de ses talens à cet égard, en trouvant du miel dans le nom de Ptolomée, pour marquer la douceur du caractère de ce prince.
Rabelais, Calvin et Daurat, passent pour avoir inventé ou donné cours à cette invention puérile.
L’abbé Catelan a imaginé en 1680, une espèce d’anagramme, qu’il appela anagramme mathématique, et par laquelle il trouva que les huit lettres de Louis XIV, faisoient vrai héros174.

  • 175 « CLITORIS, s.m. du grec χλεἰτορἰ (kleitoris), dérivé de χλείω (kleiô), fermer. (Anat.) Portion ext (...)

L’image que l’on garde de l’auteur est celle d’un philologue méticuleux à qui rien d’humain n’est étranger (les explications des termes anatomiques comprennent des entrées comme « clitoris »175). Dans la préface de son dictionnaire, Lunier dévoile d’autres traits de caractère : le désir de perfectionner les textes d’autrui, ainsi qu’un réalisme qui tire vers la mélancolie :

  • 176 Lunier 1805 : iii-iv. Les caractères gras sont de moi.

Mais quelque favorable que soit le moment qu’on a choisi pour publier ce nouveau Dictionnaire, quelque soin qu’on ait pris pour le mettre en état de remplacer tous ceux qui l’ont précédé, et suppléer à leur défaut d’instruction, on n’a pas la prétention de croire qu’il est plus à l’abri qu’eux de la destinée qui les attend tous ; et il faudra bien que, dans un certain nombre d’années, il cède la place à un nouveau venu, qui, profitant de ses lumières, et même de ses fautes, et se parant des nouvelles acquisitions faites dans les Sciences et dans les Arts, le reléguera dans un coin de bibliothèque, où lui-même ira le rejoindre un jour à son tour [...]176

Loin d’aspirer à l’immortalité, Lunier se considère comme un rouage remplaçable dans l’énorme mécanisme de la réécriture. Avant même que l’ouvrage ne soit sorti, l’auteur pense au sort qui attend la plupart des professionnels de la réécriture : l’oubli...

  • 177 Le Mercure de France, qui était à l’époque publié par la même maison d’édition, le Normant, annonce (...)

62Quant à son Joseph Andrews, qui sortit en février 1807177, Lunier a voulu que celui-ci soit un « nouveau venu » tel qu’il puisse reléguer pour de bon « dans un coin de bibliothèque » celui de l’abbé Desfontaines. Il affirme dans son « Avis de traducteur » que le motif pour lequel il a traduit Joseph Andrews est qu’il n’existe pas de traduction proprement dite du roman. Celle de son prédécesseur jure trop avec les normes qu’il veut observer dans la traduction :

  • 178 Lunier 1807 : 5. Les caractères gras sont de moi.

s’il est vrai qu’une traduction doive conserver les pensées, les expressions, les tours et les tons de l’original ; s’il ne doit pas être permis à un traducteur de ne rien ajouter, de rien retrancher, de rien changer à son auteur, il n’existeroit véritablement point de traduction de Joseph Andrews ; et, quels que soient d’ailleurs les défauts que l’on pourra reprocher à celle-ci, je serais déjà justifié d’avoir essayé de suppléer à celle de l’abbé Desfontaines, puisque cet écrivain, loin d’avoir respecté, dans la sienne, aucune des conditions dont je viens de parler, s’est au contraire rendu coupable de tous les genres d’infidélité [...]178 .

  • 179 Lunier 1807 : 6.
  • 180 Lunier 1807 : 6.
  • 181 Lunier 1807 : 6-11. Expression citée, 11.

Les principes de traduction de Lunier, qui ont été établis par Cicéron, par Marmontel et par l’abbé Dubos179, soulignent la fidélité envers le texte de départ, donc la valeur de vérité. Lunier remet sur le tapis également une autre question éthique de la traduction, qui concerne la valeur de confiance : les responsabilités du traducteur vis-à-vis de l’auteur et du lecteur. En accusant de « charlatanisme »180 les traducteurs libres qui avaient initié le public français à la littérature anglaise (dont Desfontaines, La Place et [sic !] Puisieux), il leur dénie rétrospectivement « l’ethos » du traducteur. Selon Lunier, ces derniers ont trahi aussi bien leur auteur que le public : les contraintes culturelles du classicisme, avec lesquelles un Desfontaines ou un « Laplace » justifient aux lecteurs leurs infidélités, ne sont que des prétextes. Il estime que les véritables motifs de ces traducteurs, qui avaient appris l’anglais « dans le cabinet », sont la paresse et l’incompétence181 :

  • 182 Lunier le lexicographe reparaît dans une note de bas de page : « (1) Ces deux mots, d’origine indie (...)
  • 183 Lunier 1807 : 8-10. Les caractères gras sont de moi.

Comment, en effet, Laplace, Puisieux [sic !], ou l’abbé Desfontaines, qui savoient médiocrement l’anglais, mais qui ignoraient absolument les mœurs et les usages de cette nation, auroient-ils pu traduire une infinité d’expressions vulgaires, de phrases proverbiales, de locutions particulières, qui se rapportoient à des objets tout-à-fait étrangers pour eux, et qu’on rencontre à chaque pas dans Tom-Jones dans Amélie et dans Joseph Andrews ? C’est parce que le premier ne s’étoit jamais trouvé, non plus que ses successeurs, à un repas de tortue, dans la ville de Bristol, qu’il a dédaigné parler de ce divin calibash et de ce délicieux calipee (1)182, qui pargent [sic] le goût et l’admiration des gastronomes de ce pays ; c’est faute d’avoir été au spectacle à Londres, que le dernier a supprimé une comparaison tirée des pantomimes anglaises, et de l’effet qu’elles produisent sur les laquais et les matelots, qui occupent ce que nous appelions autrefois le Paradis.
Pour traduire Fielding, il ne suffisoit donc pas d’avoir appris l’anglais dans les livres, il falloit encore avoir vécu avec les Anglais, et s’être familiarisé avec leurs usages ; il falloit, pour bien entendre le mot, avoir vu la chose qu’il signifie [...]183 .

Pour pouvoir écrire ainsi, sans perdre soi-même « l’ethos » du traducteur, il faut avoir goûté un plat de tortue à Bristol. Il faut avoir vu les réactions du public londonien au théâtre. Lunier exagère-t-il ici ou a-t-il vraiment séjourné en Angleterre ? Il est vrai que son Joseph Andrews témoigne d’une bonne maîtrise de l’anglais. Sa connaissance de la culture anglaise n’est pourtant pas sans lacunes puisqu’il commet une erreur assez grave dans une note explicative de sa traduction :

  • 184 Fielding 1967 : II, xiv, 162.
  • 185 Lunier 1807 : II, xiv, 390. Les caractères gras sont de moi.

Fielding : He was indeed one of the largest Men you should see, and could have acted the part of Sir John Falstaff without stuffing184 .
Lunier : Il [le vicaire Trulliber] étoit en effet un des hommes les plus puissans que j’aie jamais vus, et il auroit pu jouer le rôle de John Falstaff, (1) sans avoir besoin de se rembourrer.
(1) Dans la tragédie de Richard 111185.

  • 186 La Place 1745/ 1746 : Tome IV, 136.

Ce traducteur qui accuse Desfontaines de l’ignorance des mœurs anglaises ne connaît pas lui-même l’un des personnages les plus célèbres de Shakespeare. L’erreur de Lunier (ou, espérons-le, de son éditeur) est d’autant plus étonnante que The Merry Wives of Windsor à laquelle on fait probablement allusion ici (Falstaff n’apparaît pas uniquement dans cette comédie) avait été traduite en français déjà en 1745, par Pierre-Antoine de La Place. Dans cette traduction, Les Femmes de Bonne Humeur, ou les Commeres de Windsor, le personnage en question s’appelle Sir Jean Falstaf186. Il est également étrange que Lunier compte Puisieux parmi les traducteurs infidèles ; a-t-il vraiment lu l’Amelie de ce dernier ?

63Le DR de Fielding, dont il était question déjà à propos de la préface de Desfontaines, a inspiré le respect également chez Lunier. Il semble apprécier dans Fielding notamment son plurilinguisme. Cette qualité a selon lui pourtant complètement disparu de la traduction de son prédécesseur, ce qui a été l’une des raisons principales pour laquelle il a pris le parti de retraduire Joseph Andrews :

  • 187 Lunier 1807 : 11.

En publiant cette nouvelle traduction, j’ai dû rendre compte au public des motifs qui m’ont déterminé à l’entreprendre. Celle de l’abbé Desfontaines fourmille de contre-sens, et Fielding y est impitoyablement mutilé et dénaturé : les personnages tiennent tous le même langage ; les valets parlent comme leurs maîtres, les femmes de chambre comme leurs maîtresses ; et cependant personne n’a mieux entendu que Fielding l’art de varier son style, selon le temps, les personnes et les lieux187.

  • 188 Orf 1974 : 170.

Ce reproche, comme le constate R.-J. Orf, est pourtant exagéré188. En outre, Lunier n’est pas très correct envers son défunt prédécesseur en le blâmant ainsi, puisqu’il a profité « de ses lumières, et même de ses fautes » dans sa retraduction. Par exemple l’addition suivante, faite à la préface du Joseph Andrews de Lunier, révèle que ce dernier s’est servi de la traduction de Desfontaines pour faciliter son propre travail :

  • 189 Fielding 1967 : Préface, 9.
  • 190 Desfontaines 1743a : Préface, non paginée. Les caractères gras sont de moi.
  • 191 Lunier 1807 : Préface, xx. Les caractères gras sont de moi.

Fielding : The Poet carries this very far ;
None are for being what they are in Fault,
But for not being what they would be thought189 .
Desfontaines : Un de nos Poëtes dit : Personne n ’est coupable, pour être ce qu ’il est : mais on le devient en voulant paroître autre que ce que la nature nous a fait.*
* Non are, for being what shey [sic] are, in fault
But for not being what shey [sic] would be thought.
M. Despreaux dit aussi bien que le Poëte Anglois.
Chacun pris dans son air est agréable en soi,
Ce n’est que l’air d’autrui qui peut déplaire en moi190.
Lunier : Le poète a dit : Nul n ’est coupable pour être ce que la nature l’a fait, mais pour n ’être pas ce qu ’il veut paraître.
Despréaux a dit plus élégamment :
Chacun pris dans son air est agréable en soi ;
Ce n’est que l’air d’autrui qui peut déplaire en moi191.

  • 192 Il termine sa préface dramatiquement : « La règle exigerait que je fisse ici l’éloge de mon auteur (...)

Par conséquent, Lunier, qui cherche véritablement à être honnête envers Fielding192, oublie la sincérité quand il s’agit de son rival. Il exploite, sans le dire, quelques inventions de Desfontaines dans sa propre traduction en même temps qu’il désapprouve la morale de celui-ci dans son avis de traducteur... Nous avons ici, encore une fois, la preuve qu’il faut être prudent avec les préfaces de traducteurs. Elles sont souvent intéressées et ne disent pas toute la vérité sur le texte d’arrivée.

Pierre-Antoine de La Place (1707-1793)

  • 193 Cobb 1928 : 80-81 ; Graeber 1995a : 114.

64Le premier traducteur de Tom Jones, Pierre-Antoine de La Place, fut avec l’abbé Desfontaines l’un des importateurs influents de la littérature anglaise en France. Comme exemple significatif de son succès en tant que traducteur, on peut mentionner la publication de la Collection de Romans et Contes, Imités de l’Anglais [...] Par M. de La Place (1788), en huit volumes. L’expression « imités de Langlois » est révélatrice ici ; personne ne prétendait que les traductions de La Place soient fidèles et c’est pour cela que les lecteurs les aimaient193.

  • 194 Battestin 1989 : 3 ; Cobb 1928 : 11.
  • 195 Cobb 1928 : 11-13.
  • 196 La Biographie universelle dit de La Place : « Le traducteur connaissait d’ailleurs assez mal la lan (...)
  • 197 Cobb 1928 : 18-19, 26-27 ; Sgard 1999 : article 454 « La Place, Pierre de (1707- 1793) ».

65La Place naquit à Calais le premier mars en 1707, la même année que Henry Fielding, né le 22 avril194. À l’âge de sept ans, Pierre-Antoine fut envoyé par sa famille à Saint-Omer, au collège des Jésuites Anglois où il fera ses études entièrement en anglais. Cela laisse supposer que même s’il ne voyagea jamais en Angleterre, sa maîtrise de l’anglais était excellente195. Les mauvaises langues prétendent pourtant le contraire196. La Place quitta le collège à l’âge de dix-sept ans, persuadé qu’il deviendrait poète tragique. Le sort en décida pourtant autrement et il alla étudier le droit à Paris. Il fit son droit en 1733, l’année où il épousa en juillet mademoiselle Jeanne-Thérèse Martin. Le couple aura une fille. Selon Lillian Cobb, La Place ne vécut pas longtemps avec sa femme et il n’en parle jamais dans ses mémoires. L’étape suivante de sa vie fut un séjour à Arras, où il s’établit comme avocat vers le milieu des années 1730. Pendant cette période, il fut élu député des états d’Artois à la Cour, pour la bourgeoisie. On l’avait aussi nommé secrétaire perpétuel de la société littéraire d’Arras en 1737, poste qu’il quitta en 1745 pour pouvoir se consacrer à la traduction de la littérature anglaise. C’est également à cette date que La Place, bientôt quadragénaire, s’installa à Paris197.

  • 198 Graeber 1995b : 28.
  • 199 Les tomes I-IV du Théâtre Anglois comprennent Othello, Henry VI, Richard III, Hamlet, Macbeth, Cymb (...)
  • 200 Cobb 1928 : 37 ; La Place 1745/ 1746 : tome II, « Hamlet », l’acte I, scène xi, 116.

66La traduction du Théâtre Anglais (1745-1746) fut un début en deux sens. Pour La Place, elle marqua le commencement de sa carrière de traducteur, et pour la France de l’époque, c’était l’une des premières compilations de littérature moderne, qui contribuait à l’interférence culturelle (Even-Zohar, voir chapitre 1)198. Les premiers tomes contenaient – outre une préface de traducteur impressionnante où dominent les valeurs de compréhension et de clarté – un recueil de traductions de dix pièces de Shakespeare199 que La Place avait accommodées au goût français. Cela veut dire, par exemple, que le lieu de la mort du père de Hamlet est « une grotte obscure »200 et que Cléopâtre n’utilise plus un langage violent. En outre, La Place s’y sert du résumé dans des scènes dont les détails n’intéresseraient pas le lecteur français :

  • 201 Shakespeare 1604/ 1978 : Act II, Scene I, 293-294.
  • 202 La Place 1745/ 1746 : tome I, « Othello », l’acte II, scène viii, 58. (Chez Shakespeare, l’acte Il (...)

Shakespeare : Iago. That Cassio loves her, I do well believe it ;/ That she loves him, ‘tis apt and of great credit : / The Moor, howbeit that I endure him not, /Is of a constant, loving, noble nature, /And I dare think he’ll prove to Desdemona/ A most dear husband. Now, I do love her too ;/ Not out of absolute lust, though peradventure/I stand accountant for as great a sin, / But partly led to diet my revenge, / For that I do suspect the lusty Moor/ hath leap’d into my seat ; the thought whereof/ Doth, like a poisonous mineral, gnaw my inwards ;/ And nothing can or shall content my soul/ Till I am even’d with him, wife for wife, / Or failing so, yet that I put the Moor/ At least into a jealousy so strong/ That judgement cannot cure. Which thing to do, / If this poor trash of Venice, whom I trash/ For his quick hunting, stand the putting on, / I’ll have our Michael Cassio on the hip, / Abuse him to the Moor in the rank garb – /For I fear Cassio with my night-cap too – / Make the Moor thank me, love me and reward me, / For making him egregiously an ass/ And practising upon his peace and quiet/ Even to madness. ‘Tis here, but yet confused : / Knavery’s plain face is never seen till used. [Exit201.
La Place : SCÈNE VIII.
JAGO, seul.
Ce Monologue contient à peu près ce qu’on a déjà vû, dans celui du même personnage, à la fin du premier Acte. Il soupçonne que Cassio aime Desdemona ; il ignore si elle aime Cassio : mais peu lui importe, dès qu’il peut parvenir à rendre Othello jaloux, & perdre Cassio, dont il envie la place202.

  • 203 Cobb 1928 : 47-49.
  • 204 Cobb 1928 : 49 ; Graeber 1995b : 23.

On constate ici un glissement d’un monologue entier en DD vers le CRD et vers le récit du traducteur-narrateur. La Place utilisera cette stratégie plus tard aussi dans Tom Jones. Sa traduction obtint des critiques favorables dans les Mémoires de Trévoux et le Mercure de France203. L’abbé Desfontaines fut moins indulgent envers Shakespeare et envers le goût anglais dans ses Jugements sur quelques ouvrages nouveaux204 :

  • 205 Desfontaines 1745 : 16. Les caractères gras sont de moi.

Shakespeare non seulement sacrifie dans ses Pièces la bienséance, la vraisemblance & le bon sens, mais il est toujours noir, cruel & sanguinaire. Dans la même Tragédie la scène est ensanglantée plusieurs fois. On y poignarde, à la vue du spectateur, les personnages ausquels il s’intéresse le plus ; & ce qu’il y a de remarquable, est que les Auteurs modernes suivent encore cette affreuse méthode. Les Anglois aiment donc le sang sur le Théâtre205 .

  • 206 Desfontaines 1745 : 45. Le critique considère Othello comme la meilleure pièce de Shakespeare et en (...)
  • 207 Le Théâtre Anglois V-VIII (1747-1749) : Ben Jonson, Rowe, Otway, Dryden, Congreve, Hughes, Young, S (...)
  • 208 Cette citation non verbatim de Cicéron est la devise de la première partie du Théâtre Anglois.
  • 209 Cobb 1928 : 52-68.

Le critique remercie pourtant le traducteur de ce grand travail culturel et apprécie les suppressions que celui-ci a faites dans sa traduction206. Après Shakespeare, La Place traduisit d’autres dramaturges anglais notamment de la période d’après la Restauration207 avec la même méthode : « ... Non verbum reddere verbo208. » Grâce à ces traductions qui ne passaient pas inaperçues auprès des critiques La Place commençait à être connu comme traducteur. Le succès du Théâtre Anglois resta pourtant éphémère ; son Shakespeare fut supplanté quelques décennies plus tard par la traduction plus fidèle de Le Tourneur209.

  • 210 La Harpe 1799/ 1821 : 317. La Place, qui se considérait comme un disciple de Voltaire, écrivit lui- (...)
  • 211 Cobb 1928 : 69-78 ; Graeber 1995a : 114.
  • 212 Graeber 1995a : 116-118.
  • 213 L’Orpheline Angloise, ou Histoire de Charlotte Summers (1751), Thomas Kenbrook, histoire anglaise 1 (...)

67Tom Jones n’est pas le premier roman que La Place traduisit, mais c’est cette traduction, restée sans rivale jusqu’à la fin du siècle, qui a vraiment marqué sa carrière. Le critique littéraire La Harpe la considère comme le meilleur ouvrage de La Place210. Celui-ci avait auparavant rendu en français l’Oroonoko d’Aphra Behn, en apportant des changements importants même au dénouement du roman, ainsi que le David Simple de Sarah Fielding. Les deux traductions parurent en 1745211. Celle qu’il réalisa du roman de la sœur de Fielding est presque intégrale, quoique stylistiquement modifiée (allusions à Shakespeare rendues par des allusions à Voltaire...). Il faut signaler que, selon W. Graeber, La Place y transforme le DI en DD et en DIL. Parfois, il y a même des glissements du récit du narrateur envers le DIL212. Il apparaît donc que La Place a vraiment tendance à modifier le DR des textes qu’il traduit. Nous devons nous attendre à des glissements analogues dans sa traduction de Tom Jones. Après le chef-d’œuvre de Henry Fielding, La Place traduira de l’anglais encore quelques romans moins importants213.

  • 214 Cobb 1928 : 132, 138-142, 153-154 ; Sgard 1999 : article 454 « La Place, Pierre de (1707-1793) ».
  • 215 « de M.D.L.P.***/ Ci-gît, qui bravant les Caillettes, / Ennemi juré des Sornettes, / Fut moins à lu (...)
  • 216 Cobb 1928 : 154-179, 200, 206. On dit que La Place mourut de chagrin parce que son propriétaire l’a (...)

68Au cours des années 1760-1768, La Place se consacra uniquement au journalisme et ne publia pas de traductions. En février 1760, il fut nommé éditeur du Mercure de France, en récompense de services rendus à Mme de Pompadour ; il avait traduit en français sa biographie parue en anglais, puisque la marquise ne maîtrisait pas l’anglais. À la même époque, La Place publiait également la compilation Choix du Mercure avec l’abbé de La Porte. Sous sa direction, les deux périodiques devinrent encore plus des moyens de diffusion de l’anglomanie. La gestion de La Place fut pourtant critiquée. Il démissionna en 1768 lorsque l’entreprise fut commanditée par Lacombre214. Le reste de sa vie, La Place publia des traductions, quelques petits journaux et des ouvrages singuliers. Il écrivit par exemple huit tomes de Pièces intéressantes (1781-1790), qui comprennent des anecdotes historiques et des souvenirs. En 1782 sortit un autre ouvrage extraordinaire par La Place : un recueil d’épitaphes consacré à « ceux qui, dans tous les tems, ont acquis quelque célébrité par leurs vertus, ou qui se sont rendus fameux soit par leurs vices, soit par leurs ridicules »– y compris l’auteur lui-même215. La Place mourut le 10 mai 1793 à l’âge de 86 ans216.

  • 217 Desfontaines 1745 : 32 ; Sgard 1999 : article 454 « La Place, Pierre de (1707-1793) ».

69On dit souvent que La Place fut très roué217 et la préface de sa traduction de Tom Jones, intitulée « Traduction d’une Lettre écrite à M. FIELDING, Auteur de cet Ouvrage », laisse soupçonner que cela est vrai. Dès le début de sa lettre, le traducteur adresse des propos contradictoires à deux allocutaires, l’auteur du texte de départ et le lecteur du texte d’arrivée :

  • 218 La Place 1750 : vi. Les caractères gras sont de moi.

Je ne vous ai jamais vû, Monsieur, mais je vous aime ; je ne vous connois point, mais je vous admire : quels titres plus propres à se concilier la bienveillance de l’Auteur de Joseph Andrews *, et de VEnfant Trouvé ? Cette demiere production de votre plume m’a séduit au point qu’il ne m’a pas été possible de résister à la tentation de la traduire dans ma langue naturelle : [...].
* Ce petit Roman, qui n’étoit guéres susceptible d’une Traduction Françoise, a fait une grande fortune en Angleterre218 .

  • 219 « P.S. Pardonnez, de grâce, au style d’un François, qui depuis son enfance n’écrivit jamais dans vo (...)
  • 220 « Telle est, Monsieur, toute mon apologie, pour avoir osé, non pas changer, mais accommoder quelque (...)

Le corps du texte au ton idolâtrique est soi-disant adressé à Fielding. Il y a pourtant une note de bas de page, à l’attention du lecteur français, qui, telle une grimace révélant l’artifice d’un compliment prononcé à haute voix, dévoile la duplicité du traducteur. C’est donc avec circonspection qu’il faut lire cette lettre qui – ainsi veut-on le faire croire – a d’abord été écrite en anglais (on y a même ajouté un post-scriptum où le traducteur déplore l’état de son anglais219). La Place cherche à prendre pour dupes dans sa préface aussi bien l’auteur que le lecteur. Il cache à Fielding jusqu’à quel point il a changé le texte de départ220 dans sa traduction et impose au lecteur l’idée qu’il a véritablement écrit une lettre à l’auteur. Cette lettre est tout aussi fictive que celle de la ‘Dame Angloise’, elle est pourtant bien moins savante.

  • 221 Charles 1994 : 936 ; Orf 1974 : 76.

70Pour commencer son apologie concernant les modifications qu’il a faites dans Tom Jones, La Place discute le personnage de Sophia Western et révèle ainsi que la fameuse transformation de l’héroïne de Tom Jones221, qui influa sur la réception du roman en Europe, avait été une décision consciente. La Place prévoit dans sa lettre qu’en habillant « l’amante de Jones » conformément à la mode française, il lui assurera un succès plus durable en France :

  • 222 La Place 1750 : vii-viii.

Mais, vos plus aimables Angloises, dont l’intention n’est pas de traverser la France comme des Météores, celles en un mot qui ont dessein d’habiter quelque tems parmi nous, ne prennent elles pas l’ajustement François ? ne joignent-elles pas à leurs charmes naturels, toutes les grâces & les omemens, à la mode, d’une nation à qui chacune d’elles (quoiqu’elles en disent) est sécrettement flattée de plaire par toute sorte d’endroits222 ?

  • 223 0rf 1974 : 67, 75-78, 123, 127, 153, 157-158, 161.
  • 224 Desfontaines 1745 : 38-44.

Il est évident que La Place n’a pas tort de parler ainsi. Il faut franciser pour plaire aux lecteurs français de l’époque. Or, en réalité La Place n’a pas francisé Sophia, mais a considérablement diminué son rôle dans sa traduction. D’après R.-J. Orf, le résultat est que le Tom Jones de La Place est moins une histoire d’amour que le Tom Jones anglais223. Cette modification n’est pourtant pas causée par les nonnes translationnelles ou littéraires de l’époque, mais par une idiosyncrasie du traducteur : Pierre-Antoine de La Place n’aime pas l’amour. Comme l’a bien remarqué l’abbé Desfontaines224, La Place prêche contre cette passion dans sa préface du Théâtre Anglois :

  • 225 La Place 1745/ 1746 : ci, cil. Les caractères gras sont de moi.

C’est que l’amour, qui est peut-être la plus vive des passions pour ceux qui la ressentent, est presque toujours la plus froide pour ceux qui n’en sont que les témoins. [...]
S’il est envisagé de sens-froid, on ne le voit que comme une foiblesse, & un besoin de la nature, ou un égarement du cœur, & un désordre dans la vie civile. On auroit honte de donner son attention, ou son admiration, à ce sentiment si puéril & si commun, si l’on ne prenoit soin de le revêtir de tout ce qui peut le décorer225 .

  • 226 Cobb 1928 : 18 n2 ; Sgard 1999 : article 454 « La Place, Pierre de (1707-1793) ».
  • 227 La Place 1745/ 1746 : xcix-c.
  • 228 « Une fois échauffés par l’intérêt résultant d’une intrigue patétique & adroitement tissuë, ils [le (...)

La Place, qui, selon les cancans de son temps, vivait à Paris en célibataire hédoniste après avoir abandonné sa famille226, était-il devenu hostile à cette passion par déception ? Néanmoins, La Place a un motif littéraire pour s’élever contre l’amour : pour lui, ce sentiment ne suscite pas l’intérêt s’il est présenté dans un état heureux dans la fiction. Il estime que les sources véritables de l’intérêt sont l’admiration, la surprise, la crainte et l’horreur. L’amour doit, selon lui, être fortifié d’un dilemme, mis en action, pour pouvoir toucher le public227. C’est probablement pour cette raison que la longue description amoureuse de l’héroïne faite par le narrateur a été rayée du début de l’ouvrage. En revanche, La Place a traduit plus intégralement la fin de Tom Jones où la surprise, la crainte et l’horreur (sans parler de l’admiration) ne quittent jamais le lecteur. Étant donné que l’intérêt est quasiment sacré pour La Place, il n’est pas étonnant non plus qu’il ait omis les chapitres liminaires de Tom Jones. L’omission de ces « obstacles au plaisir » du lecteur est un point qu’il explique aussi dans sa lettre à Fielding, où domine la valeur translationnelle de clarté228.

71La préface de La Place dévoile enfin un autre motif éventuel, extrêmement prosaïque, pour les libertés qu’il a prises dans sa traduction. Il annonce qu’il a dû traduire Tom Jones à la hâte parce qu’il craignait ses concurrents hollandais qui auraient travaillé sur le même ouvrage :

  • 229 La Place 1750 : x.

La crainte qui me reste, si vous daignez m’excuser, naît du peu de tems que j’ai pû employer à un pareil Ouvrage. Il m’étoit absolument inconnu avant le 13 Juin dernier ; & le bruit se répandoit déjà que les Libraires de Hollande, toujours attentifs à leurs intérêts, en faisoient faire une Traduction précipitée. L’Ouvrage de M. Fielding m’avoit rendu trop ami de l’Auteur : cette nouvelle m’allarma. Je pris la plume, avec une ferme résolution de ne la quitter qu’après avoir mis mon entreprise à fin229 .

  • 230 La Place 1788 : 7 n2.
  • 231 Jacques Rollin ne voulut pas attendre la permission officielle de publier l’ouvrage et le présenta (...)
  • 232 Battestin 1974 : lii ; Battestin 1989 : 694.

Par conséquent, pour épargner une traduction hollandaise précipitée à son cher auteur, La Place a fait une traduction française précipitée... Plus tard, il prétendra dans une note de bas de page ajoutée à ladite préface de Tom Jones que sa traduction a été faite et imprimée en quatre mois230. Il est vrai que ces concurrents hollandais existaient et même que l’éditeur Jacques Rollin a dû avancer la publication de l’ouvrage231, mais quatre mois pour traduire un ouvrage de six volumes et pour l’imprimer en quatre volumes, cela paraît incroyable. Est-ce plutôt un prétexte pour balayer les critiques concernant l’infidélité de la traduction ? En théorie, La Place avait presque un an pour traduire et imprimer sa traduction (ce qui n’est pas beaucoup non plus, vu la difficulté et la longueur de l’original). La première édition de Tom Jones, qui est son texte de départ (voir chapitre 5), sortit au début de février 1749 à Londres, tandis que la traduction de La Place fut publiée en février 1750 à Paris232. On ne sait pourtant pas quand il a obtenu son exemplaire de l’original.

Guillaume Davaux, l’abbé Davaux ou le citoyen Davaux (1740-1822)

  • 233 Hamon 2000 : 105-106.
  • 234 Je suis reconnaissante à Mme Monique Samé, assistante qualifiée de conservation à la Bibliothèque M (...)
  • 235 http://catalogue.bnf.fr

72Guillaume Davaux (parfois d’Avaux) est connu actuellement surtout en tant que premier bibliothécaire de Grenoble (1773-1775). Il a préparé l’ouverture de la bibliothèque de Grenoble, fondée en 1772, en classant les milliers d’ouvrages de cet établissement’233. La traduction de Tom Jones est vraisemblablement sa seule publication. Les catalogues de la bibliothèque de Grenoble ne contiennent pas de documents écrits par lui234. En outre, les catalogues de la BnF ne signalent pas d’autres ouvrages de lui que la traduction de Tom Jones235.

  • 236 Dictionnaire de biographie française : articles « Davaux (Guillaume) » ; Hamon 2000 : 106.
  • 237 Jean-Baptiste Davaux (né à la Côte-Saint-André le 19 juillet 1742, mort à Paris le 22 février 1822) (...)
  • 238 Dictionnaire de biographie française : articles « Davaux (Guillaume) » et « Davaux (Jean-Baptiste)  (...)

73Guillaume Davaux naquit le premier mars 1740 à La Côte Saint-André. Son père, Gaspard Davaux, était receveur au grenier à sel et avait quinze enfants. Il réussit à leur donner une bonne éducation grâce à sa parenté : sa femme Louise Allibert était la belle-sœur de François Falquet de Planta236. On sait au moins que deux des fils de Gaspard Davaux eurent du succès dans leur carrière ; Guillaume devint précepteur des enfants de France et son frère cadet, Jean-Baptiste237, compositeur et musicien renommé. Guillaume fit sa scolarité à Lyon, au séminaire de Saint-Irénée. Après ses études de théologie, on lui confia la classe de rhétorique au collège de Grenoble en 1763. À cette époque, il s’occupait de littérature et composa quelques essais238.

  • 239 Hamon 2000 : 107.
  • 240 Le prince et la princesse de Guéménée menaient une vie somptueuse. Ils entretenaient des musiciens, (...)
  • 241 Pour le rôle du précepteur dans la vie éphémère de Louis XVII, voir Eckard (1817) Mémoires historiq (...)
  • 242 Dictionnaire de biographie française : articles « Davaux (Guillaume) » et « Davaux (Jean-Baptiste)  (...)

74En octobre 1775, à l’âge de 35 ans, Guillaume Davaux démissiona de son poste de bibliothécaire et quitta Grenoble. Grâce à son frère cadet, qui habitait à Paris depuis dix ans, il obtint le patronage d’un aristocrate renommé. Les frères Davaux entrèrent alors au service de la maison de Rohan. Le musicien Jean-Baptiste devint secrétaire des commandements du Prince de Guéménée et son frère aîné précepteur. Selon l’hypothèse de Paul Hamon, il s’occupait de l’enseignement d’un des fils du prince de Guéménée, ou bien des trois239. L’excellent pédagogue se fit vite remarquer par ses talents et son aimable caractère. La mère des trois princes de Guéménée, Victoire Amande de Rohan-Soubise (1743-1807240) était alors la gouvernante des Enfants de France. Elle présenta l’abbé Davaux à Louis XVI et à Marie-Antoinette, qui lui confièrent par la suite le préceptorat de leurs enfants. Depuis 1780, Davaux s’occupait donc de Madame Royale, Marie-Thérèse Charlotte de France, plus tard duchesse d’Angoulême (1778-1851) et des deux Dauphins, Louis-Joseph Xavier de France (1781-1789) et Louis-Charles de France241 (1785-1795)242.

  • 243 Hamon 2000 : 108.
  • 244 Dictionnaire de biographie française : articles « Davaux (Guillaume) » et « Davaux (Jean-Baptiste)  (...)

75La Révolution mit fin à tout cela. Vers l’âge de 50 ans, Davaux, qui a déjà vu mourir le premier Dauphin en juin, perd ses deux élèves et ses revenus, ainsi que l’abbaye de Sainte-Croix-de-Quimperlé dont il a été pourvu en 1785. Après 1792, il quitte définitivement la famille royale enfermée au Temple. Il se retire chez les Guéménée à Vigny dans le Val d’Oise243, s’intéresse à la botanique et dirige quelques sociétés religieuses et humanitaires, par exemple une société pour le soulagement et la délivrance des prisonniers. Il fera probablement sa traduction de Tom Jones dans les années 1790, toujours à Vigny. Dévoué à la famille des Bourbons, Davaux refuse toute fonction publique pendant les gouvernements qui suivent la Révolution. Son frère cadet travaille d’abord dans les bureaux du ministère de la guerre et sera ensuite nommé chef de division à la Chancellerie de la Légion d’honneur. Lorsqu’il prendra sa retraite à la Restauration, Jean-Baptiste sera nommé chevalier et aura une pension de 4000 francs244. Est-ce grâce à lui que son frère aîné ne fut pas persécuté par les autorités et qu’il réussit à publier sa traduction de Tom Jones, qui sortit en l’ An IV ?

  • 245 Dictionnaire de biographie française : article « Davaux (Guillaume) » ; Archives biographiques fran (...)

76La vieillesse de Guillaume Davaux fut glorieuse. Après la Restauration, il fut accueilli chaleureusement par la famille royale, qui témoigna de plusieurs façons sa gratitude envers l’ancien précepteur. Louis XVIII (1755- 1824) – toujours attentif aux souhaits de sa nièce, la duchesse d’Angoulême – nomma Davaux Chanoine honoraire de Saint-Denis. En outre, l’évêque de Soissons, M. de Villèle, lui donna le titre de vicaire général du diocèse de Soissons. Davaux avait également reçu de Louis XVIII une pension de 6000 francs. Il vécut jusqu’à l’âge de 82 ans et mourut à Paris le 10 novembre 1822, de « la goutte remontée dans la poitrine ». Son frère était mort neuf mois auparavant, à Paris lui aussi245.

  • 246 Davaux 1796 : v. Les caractères gras sont de moi.

77Lorsque Davaux publia sa traduction de Tom Jones, trois ans après la mort de La Place, le personnage de Tom Jones était déjà bien familier au public français et européen. Davaux pressentait qu’il n’y aurait pas vraiment de demande pour sa retraduction et commence sa courte préface avec une citation hypothétique décrivant la lassitude du lecteur français : « encore Tom Jones ! Il est si connu en roman, en comédie, en opéra-comique246. » Mais ensuite Davaux révèle pourquoi il est si nécessaire d’avoir encore un Tom Jones en français :

  • 247 Davaux 1796 : v-vi. Les caractères gras sont de moi.

[J]e crois cependant donner un ouvrage absolument nouveau. Vous connaissez Tom Jones, ami lecteur ; mais vous ne connaissez pas l’aimable philosophe Fielding, plus gai, plus sensible que Richardson, et peut-être aussi profond. Personne ne possède, plus que lui, ce que les anciens nommaient vis comica ; et c’est en riant qu’il porte le flambeau dans les plus profonds replis du cœur humain247.

  • 248 Il constate de Fielding (c’est-à-dire du narrateur extradiégétique de Tom Jones) : « J’ai rarement (...)

Davaux, qui apprécie dans Tom Jones notamment les interventions du narrateur extradiégétique alias « l’auteur »248, veut en restituer les digressions dans sa traduction. Sa tâche en tant que retraducteur est de rétablir le texte abrégé et altéré par son prédécesseur, de présenter l’ouvrage original sous une forme plus conforme à la réalité. Ainsi, cette retraduction, comme celle de Lunier, est-elle née d’un conflit des valeurs de traduction. Si, pour La Place, la clarté était la valeur primordiale, et si son but était de plaire aux lecteurs en ne détruisant pas l’intérêt de Tom Jones, Davaux semble promouvoir la valeur de vérité. Pour lui, ce qui est agréable dans sa traduction vient de sa ressemblance avec le sublime original. Comparé à Lunier, il est pourtant assez indulgent envers son prédécesseur dans sa préface :

  • 249 Davaux 1796 : vi-vii. Les caractères gras sont de moi.

[Les chapitres préliminaires] ont été totalement omis dans la traduction de Laplace qui, le premier, nous a fait connaître les romans anglais. Si depuis ils ont eu tant de succès, c’est à sa plume qu’ils en doivent les commencemens. Mais il a plutôt imité que traduit son auteur. Il trouvait les mœurs, qu’il peignait, trop anglaises, et il voulut les franciser. Je vais au contraire présenter à la fois Tom Jones anglais et Fielding249 .

Le passage cité montre aussi que le mot « imitation » a changé de connotation. Ce mot dans le titre d’une traduction par Pierre-Antoine de La Place était une recommandation aux yeux des lecteurs, qui voulaient que les traductions soient francisées. En revanche, pour Davaux et pour son lecteur implicite, qui représentent la nouvelle norme translationnelle, il est sous-entendu qu’on ne peut plus prendre au sérieux les imitations.

Marie-Jeanne Riccoboni (1713-1792)

  • 250 Grimm 1764/ 1878 : « 15 juin 1764 », 20.
  • 251 Flaux 1995 : 429-430, 433 n17 ; Piau 1984 : 369, 371,373 ttpassim.
  • 252 Biographie universelle : article « Riccoboni (Marie-Jeanne Laboras de Mézières, femme d’Antoine Fra (...)

78Mme Riccoboni fut l’un des romanciers les plus populaires de son temps en Europe. Cette ancienne actrice du Théâtre Italien tenait une place importante dans l’intelligentzia du siècle des Lumières : Diderot, Garrick et Hume comptaient parmi ses amis. Ses « petits romans »250 furent aussi bien dévorés par les lecteurs qu’appréciés des critiques. On peut également voir l’influence de son écriture et de ses thèmes, dans plusieurs ouvrages de l’époque dont les Liaisons dangereuses de Laclos (ouvrage que Mme Riccoboni elle-même trouvait immoral et pernicieux)251. Aussi, la Biographie universelle appelle-telle notre traductrice « l’une des dames les plus spirituelles de son siècle »252.

  • 253 Piau 1984 : 384.
  • 254 Crosby 1924 : 15-17 ; Nicholls 1976 : 11 ; Piau 1984 : 370.

79La vie mélodramatique de Mme Riccoboni a marqué son écriture et la façon dont les autres ont expliqué son œuvre. On ne saurait lire ses romans (et sa traduction d’Amelia) sans tenir compte de sa biographie, puisque l’écriture semble avoir été pour elle une sorte de thérapie. Dans ses ouvrages, elle revivait les moments douloureux de sa vie et « s’impliqu[ait] énormément dans ses héroïnes », selon Colette Piau253. Les infortunes de Marie-Jeanne commencèrent avant sa naissance lorsque son père, le quinquagénaire Christophe-Nicolas de Heurles, épousa la jeune bourgeoise Marie-Marguerite Dujac à Paris le 29 avril 1710. Le couple eut deux filles, Marie-Thérèse (née en 1711, morte probablement en bas-âge) et Marie-Jeanne (née à Paris le 25 octobre 1713). Cette dernière venait de naître lorsque fut révélé le crime du père : il était bigame. En effet, une vingtaine d’années auparavant, De Heurles avait épousé une veuve en province. En juin 1714, le mariage fut donc annulé et le coupable excommunié. Marie-Marguerite Dujac resta toute seule avec sa progéniture. Elle envoya Marie-Jeanne au couvent, où la fillette demeurera jusqu’à l’âge de quatorze ans, sans recevoir de formation proprement dite (à l’exception de la lecture, la jeune Marie-Jeanne empruntait des livres à une autre pensionnaire). Elle critiquera plus tard l’éducation donnée aux jeunes filles dans les couvents, qui contribuait à l’inégalité sexuelle : contrairement aux garçons, les filles devaient s’élever elles-mêmes254.

  • 255 Crosby 1924 : 17-20.
  • 256 Flaux 1995 : 425.
  • 257 Crosby 1924 : 21-27 ; Nicholls 1976 : 13.
  • 258 « Le PREMIER. Eh bien, cette femme, une des plus sensibles que la nature ait formée, a été une des (...)

80L’autre grande épreuve dans la vie de Marie-Jeanne fut son mariage avec Antoine-François Riccoboni, qu’elle contracta précipitamment pour échapper à une vie intolérable chez sa mère. Le mariage eut lieu le 7 juillet 1734. Cet homme, qui devait sauver la jeune mariée de la méchanceté de sa mère, s’avéra bientôt lui-même emporté, gaspilleur et volage. Antoine-François donna pourtant à sa femme un nom renommé et l’introduisit dans la famille du célèbre acteur et critique dramatique Louis-André ou Lélio Riccoboni (ca. 1677-1753). Antoine-François était lui-même acteur, dramaturge et théoricien du théâtre (L’Art du Théâtre, 1750)255 . Mireille Flaux fait remarquer que cet entourage a dû encourager Mme Riccoboni à devenir écrivain256. Peu après son mariage, Mme Riccoboni débuta comme actrice au Théâtre Italien où elle fera une longue carrière, jouant souvent le rôle de la « seconde amoureuse » dans les pièces de Marivaux257. Elle ne semble pas avoir été fort apte à ce métier, ni avoir aimé la profession de comédien. Diderot mentionne son amie comme exemple de mauvais acteur dans son Paradoxe sur le Comédien (par exemple Critique III)258.

81C’est au Théâtre Italien que Mme Riccoboni rencontra la personne la plus importante de sa vie, l’actrice Marie-Thérèse Biancolelli (née en 1723), qui devint sa meilleure amie. Les deux dames habitèrent ensemble après que les Riccoboni se furent séparés en 1755, et elles se retirèrent du théâtre la même année, en 1761. Marie-Thérèse aida son amie dans ses activités d’écrivain, par exemple dans la rédaction d’Amélie. Mme Riccoboni révèle dans sa préface de traducteur que sans Marie-Thérèse, elle n’aurait jamais terminé la traduction :

  • 259 Riccoboni 1762 : 3. Les italiques sont dans le texte.

Je parvins enfin à faire un gros amas de papier écrit, où je me perdis si bien, qu ’il me fut impossible d’en retrouver le fil.
Une personne plus patiente que moi, s’est occupée à le chercher ; a numéroté toutes les petites feuilles éparses dans mon secretaire ; & parmi le fatras de mes themes anglois, a recouvré la suite de ce singulier ouvrage. Elle m ’a conseillé de vous l’envoyer ; & le voilà259.

  • 260 Le Nouveau Théâtre Anglois contient les comédies suivantes : The Foundling, ou l’Enfant trouvé (par (...)
  • 261 Dans la préface, on parle de la traduction de La Place : « On ne traduira point de tragédies. Le th (...)
  • 262 Les expressions sont tirées d’une lettre de Mme Riccoboni à Garrick (Nicholls 1976 : lettre 42, 123 (...)
  • 263 Crosby 1924 : 39-43, 60-61, 169 ; Flaux 1995 : 427 ; Nicholls 1976 : 12, 23-24.

Les deux amies ont également traduit ensemble Le Nouveau Théâtre Anglais260, une sorte de continuation du Théâtre Anglois de La Place261, qui parut en 1769. Mme Riccoboni publia d’abord cette traduction libre anonymement parce qu’elle craignait que le « peuple traducteur » ne veuille lui « arracher les yeux »262, comme il était arrivé après la parution d’Amélie. Pourquoi Mme Riccoboni et son amie faisaient-elles de telles traductions ? L’une des raisons a dû être l’argent ; Marie-Jeanne était obligée de vivre partiellement de sa plume. Les deux anciennes actrices recevaient chacune une pension annuelle de 1000 livres du Théâtre Italien. Elles devaient pourtant s’occuper financièrement aussi bien de la mère (morte en 1769) que de l’ancien mari (mort en 1772) de Mme Riccoboni. Aussi, Mme Riccoboni était-elle obligée d’être très productive et de précipiter la composition de quelques-uns de ses ouvrages dont la traduction d’Amélie (voir plus bas, sa préface). La situation économique de Mme Riccoboni s’améliora considérablement en 1772 : grâce à la bienveillance de Mme Du Barry, elle obtint de Louis XV une pension annuelle de 2000 livres. Cette pension assura leur subsistance jusqu’à la chute de la monarchie. Mme Riccoboni vécut très mal les bouleversements politiques qui suivirent la Révolution. Marie-Thérèse enterra son amie en hiver 1792263.

  • 264 Crosby 1924 : 29-33 ; Flaux 1995 : 430-431 ; Nicholls 1976 : 12.
  • 265 Crosby 1924 : 36-37 ; Piau 1984 : 371, 386 n3.

82Négligée par son époux, Marie-Jeanne Riccoboni avait cherché l’amour dans une liaison extra-conjugale. L’aventure qu’elle eut avec Marie-Yves des Marest, comte de Maillebois (1712-1791) dans les années 1740 faillit la tuer, dit-on. Le comte de Maillebois – qui sera plus tard connu pour ses infidélités envers sa femme – abandonna son amante en 1745 afin de faire un brillant mariage avec la fille du Marquis d’Argenson. Mme Riccoboni ne se remit jamais de cette histoire. Selon E. Crosby, Diderot écrivit dans une lettre à Helvétius que, vingt ans après, les pleurs de Marie-Jeanne n’étaient toujours par taris. Elle se consolait par l’écriture et se purgeait de sa haine envers les hommes dans ses romans264. On peut voir l’empreinte de sa grande déception surtout dans son premier roman, la pseudo-traduction intitulée Lettres de Mistriss Fanni Butlerd, a Milord Charles Alfred de Caitombridge, Comte de Plisinte, Duc de Raflingth, Ecrites en 1735, Traduites de l’Anglais en 1756, Par Adélatde de Varançai (1757). Selon la légende, il s’agit d’un recueil de lettres authentiques que Mme Riccoboni avait écrites au comte de Maillebois265. Notons au passage que la romancière se sert du DIL dans ce roman épistolaire :

  • 266 Riccoboni 1757 : lettre non numérotée, 122-123. Les caractères gras sont de moi.

Ah ! que je suis de mauvaise humeur ! Ladi Charlotte qui sort d’ici, m’a impatientée, chagrinée : elle me soutient que ma façon de penser est ridicule, & que si j’aimois quelqu’un, j’en ferois une cruelle épreuve. Il faut maîtriser, maltraiter un Amant, pour l’enchaîner, pour le fixer, La bonté fait des ingrats ; la douceur, des tyrans ; & la bonne foi, des perfides. Mon cher Alfred, je suis effrayée de tout ce qu’elle m’a dit, d’autant plus qu’à force d’y penser, je trouve que l’expérience est pour elle, & j’en frémis266.

  • 267 Crosby 1924 : 37. Passage cité, Riccoboni 1757 : lettre non numérotée, 159.
  • 268 Flaux 1995 : 433.
  • 269 Flaux 1995 : 431. Les caractères gras sont de moi. Pour des analyses pointues des romans de Mme Ric (...)

Avant la parution du roman, la dernière lettre en fut publiée dans le Mercure de France de janvier 1757, comme pour mélanger davantage réalité et fiction. Elle contient un adieu à l’amant ingrat et une attaque rancunière contre les hommes, ces « Monstres féroces »267. M. Flaux analyse cette lettre ainsi : « L’écriture devient à la fois une dénonciation du coupable et une vengeance de la part de la victime. [...] Le roman devient la pièce d’un procès268. » C’est ainsi que Mme Riccoboni traitera aussi le capitaine Booth dans sa traduction d’Amelia. Ce personnage qui a eu la faiblesse de tromper son épouse et d’oublier ensuite sa maîtresse, sera jugé dans le tribunal privé de la traductrice. Celle-ci le punit par exemple en prolongeant ses supplices dans son dialogue avec Miss Matheus aux accusations de laquelle le narrateur donne libre cours dans la traduction. (A contrario, dans le texte de départ le narrateur balaie leur entretien par un résumé paraliptique, voir chapitre 6.) On peut donc appliquer aussi à la réécriture ce que M. Flaux dit de l’écriture romanesque à propos de Mme Riccoboni : « Écrire, c’est donner la parole à des personnages sur lesquels l’auteur projette ses déceptions, ses aspirations, ses inquiétudes et son indignation. Les modifications données au schéma initial de l’abandon traduisent le désir de remodeler le réel, et la volonté d’interpréter l’expérience vécue à la lumière de l’opposition des sexes269. » La traductrice ne choisit dans le roman de Fielding que les éléments qui évoquent son passé. Le lecteur ne voit plus babiller les enfants dans son Amélie, ni des époux discuter devant un dîner simple ; ces sortes de petits bonheurs ne font pas partie du monde de Mme Riccoboni où les sexes semblent toujours appartenir aux camps opposés.

  • 270 Crosby 1924 : 34-35 ; Piau 1984 : 370-372.
  • 271 Sgard 1999 : article 685 « Riccoboni, Marie Jeanne (1713-1792) ».
  • 272 Outre les Lettres de Fanni Butlerd et les Lettres de Milady Juliette Catesby, elle publia les roman (...)
  • 273 Crosby 1924 : 154-155 ; Flaux 1995 : 426, 430 ; Piau 1984 : 372.
  • 274 Grimm 1764/ 1878 : « 15 juin 1764 », 20.
  • 275 Nicholls 1976 : 15. Les romans de Mme Riccoboni furent également traduits en américain (Ibid. 15 n6 (...)

83La première production littéraire de Mme Riccoboni remontait à 1751, mais fut publiée après les Lettres de Mistriss Fanni Butlerd, en 1760-1761. Il s’agit d’une Suite de Marianne, écrite dans le style de Marivaux, que l’écrivain imité trouvait lui-même réussie270. Ces sortes de réécritures et de trompe-l’œil littéraires sont typiques pour Mme Riccoboni qui se spécialisa en romans épistolaires. Selon Suzanne Van Dijk, elle s’est essayée également au genre journalistique avec l’Abeille qui fut publié dans le Monde (1761) de Bastide et dans son Recueil de Pièces détachées (1765)271. Ses romans272 préféministes furent bien accueillis. Mme Riccoboni intéressait et touchait les lecteurs parce que son expérience donnait une grande véracité à ses ouvrages. Les critiques tels que Fréron, Grimm et La Harpe appréciaient son style273. Pour reprendre les paroles du critique de la Correspondance littéraire, « L’art de narrer avec beaucoup de concision et de rapidité, celui de semer dans son récit des réflexions fines et justes, beaucoup de finesse et de grâce dans le style, et un ton très-distingué : voilà les principales qualités de la plume de Mme Riccoboni274. » Le plus grand succès de Mme Riccoboni fut le roman Lettres de Milady Juliette Catesby à Milady Henriette Campley son amie, par Marie de *** (1759) qui fut traduit en anglais, en allemand, en italien, en suédois, en danois et en russe275. Il faut constater que l’ouvrage a toujours un certain charme. Même s’il s’agit d’un roman épistolier, le DR y est varié et intéressant. La romancière y fait l’usage du DIM (voir aussi chapitre 3), du DIL et d’autres moyens de la bivocalité qu’elle marque souvent par des italiques. Le passage suivant met en évidence que Mme Riccoboni est capable de jouer aussi avec la représentation sociolectale :

  • 276 Riccoboni 1759 : lettre XXXII, 177-178. Les italiques sont dans le texte.

La pauvre enfant m’a intéressée ; j’ai voulu tout savoir, & voici l’histoire de ma petite jardinière. C’est que Mosès... écoutez bien, ma chere, .. Mosès est un méchant avare ; il avoit accordé Tommy son petit-fils, avec Sara, qui aime Tommy comme ses deux yeux. La noce alloit se faire ; les habits étaient achetés ; les parens priés, les violons retenus ; & voilà qu’une Lettre venue d’Orford a fait changer Mosès. La sœur de Tommy est morte ; elle a laissé de l’argent à Tommy, & le vilain Mosès ne veut plus de Sara pour sa petite-fille, à moins qu’on augmente sa dot à proportion de l’héritage. La mere de Sara qui est fiere, s’est emportée, a tout rompu ; & comme elle est d’un naturel un peu vif, elle veut tordre le cou à Sara, si elle aime encore le petit-fils de cet arabe de Mosès ; & la pauvre Sara aura le cou tordu, voyez-vous, car elle l’aime toujours ; & l’honnête Tommy rompra son cœur aussi plutôt que de renoncer à Sara276.

  • 277 Riccoboni 1762 : 2-3. Les italiques sont dans le texte.
  • 278 Elle commente ainsi ces romans dans une liste de livres anglais qu’elle a envoyés à Garrick (Crosby (...)
  • 279 Le passage suivant a choqué maints dix-huitiémistes : « Il me paroît qu ’en effet cela peut compose (...)

La facilité de Mme Riccoboni dans le traitement du DR suggère que c’est elle, de tous les traducteurs de mon corpus, qui est le plus propre à rendre le DR de Fielding en français. Or, sa traduction fourmille de glissements, comme nous allons le voir dans l’analyse. Cette négligence de la microtextualité de l’original peut être expliquée macrotextuellement : la traductrice sous-estimait le texte de départ et, comme nous l’avons vu supra, en a altéré même les traits principaux. Nous avons ici un bon exemple du fait que l’homogénéisation énonciative provient parfois de la stratégie globale du traducteur, qui ne vise pas nécessairement à éradiquer la mixité du texte d’arrivée. (Ici, elle découle peut-être aussi du fait que la traductrice ne maîtrisait pas suffisamment bien l’anglais. Ne dit-elle pas dans sa préface d’Amélie : « En étudiant PAnglais, sans maître, sans principes, la grammaire & le dictionnaire près de moi, ne regardant ni l’un ni l’autre, me tuant la tête à deviner, j’ai traduit tout de travers (comme j’entendais) un Roman de M. Fielding277. ») Mme Riccoboni avait prisé Joseph Andrews (« Good ») et Tom Jones (« Pretty pretty ») mais elle a trouvé Amelia « Sa so ! »278. Elle croyait donc qu’elle pourrait traduire ce roman « tout de travers » sans que le public en soit fâché. Sa préface de traducteur montre de façon frappante279 que la traductrice ne prenait pas du tout au sérieux sa tâche en tant que traducteur d’Amelia ; on dirait que toutes les valeurs de traduction sont absentes de sa préface.

  • 280 Riccoboni 1765 : i-iv.

84La préface de Mme Riccoboni est encore une lettre comme celles de Desfontaines et de La Place. Elle est intitulée « Lettre à M. Humblot, libraire ». Ce n’est pas la seule lettre à Humblot qui tient lieu de préface dans les ouvrages de Madame. Il y a également une « Lettre de Madame Riccoboni à Monsieur Humblot »280 dans son Recueil de Pièces détachées. Dans les deux lettres, la romancière s’adresse à son éditeur et le ton est intime, comme si elles n’avaient pas été destinées à être imprimées. Elles révèlent que sa traduction d’Amelia et le Recueil sont des productions moins ambitieuses, avec lesquelles la romancière voulait contenter son éditeur qui attendait depuis longtemps ses romans. La façon dont Mme commence sa préface d’Amélie met en évidence que ce n’est pas par inclination mais par obligation qu’elle a voulu publier sa traduction de Fielding. Les italiques sont dans le texte et marquent la « voix » de la romancière, opposée à celle de l’éditeur ; l’écriture de la romancière est bivocale même dans ses préfaces :

  • 281 Riccoboni 1762 : 1-2. À comparer avec le début de la préface du Recueil de Pièces détachées : « Un (...)

En arrivant de la campagne, j ’apprens, Monsieur, que vous avez pris la peine de venir plusieurs fois chez moi. Je vous donne avis de mon retour. Je n’ai pourtant rien de nouveau à vous communiquer. Miss Jenny Glanville est précisément à ce même cahier où elle a commencé à me donner de l’humeur. Je crois avoir très-mal fait d’entreprendre deux volumes : l’étendue de mon esprit se borne sans doute à un ; car Milady Catesby ne m’a point causé d’embarras. Vous n’osez m ’appeller paresseuse ; mais ma lenteur vous révolte : A quoi bon, dites-vous, effacer, déchirer, copier sans cesse ? vous êtes trop difficile. J’imprimerai tout ce qui viendra de vous. Rien n’est plus honnête. Vous imprimerez, d’accord ; mais qui lira, je vous prie ? Ne doit-on rien au public ? [...] Cependant, comme je vous impatiente depuis deux ans, je voudrais trouver un moyen de vous contenter ; & pour y réussir, je vous propose une folie [sa traduction d’Amelia]281.

  • 282 Grimm 1765/ 1878 : « 1er mai 1765 », 275.
  • 283 Riccoboni 1762 : 4 ; Riccoboni 1765 : ii-iv.
  • 284 Riccoboni 1762 : 4.
  • 285 Riccoboni 1765 : iv.
  • 286 C’est également par ce motif qu’A. Kroitzsch explique la publication de la préface d’Amélie (Graebe (...)

Cette pression constante de publier explique donc pourquoi la romancière envoyait à son éditeur aussi des textes qui manquaient de finition. Par sa précipitation, elle n’a pas seulement « gâté » (Grimm) l’Amelia mais aussi son propre roman Histoire d’Ernestine dont le rédacteur de la Correspondance littéraire constate qu’il est « trop dépêché vers la fin », ce qui est dommage : « avec un peu plus de temps et de soin, Emestine aurait pu devenir le pendant de Juliette Catesby [...]282. » Mme Riccoboni en était consicente elle-même283 et c’est probalement pour cela que l’on a publié ces deux lettres en tête de ses ouvrages. En avouant elle-même avoir fait « une traduction très-infidelle du Roman de M. Fielding »284 et en regrettant les « espèces de fragmens »285 qu’elle publiait dans le Recueil, Mme Riccoboni se croyait à l’abri de la critique286.

Philippe-Florent de Puisieux (1713-1772)

  • 287 Grimm cité par Graeber 1995a : 236.
  • 288 De l’anglais : La grammaire géographique de Gordon (1748) ; La grammaire des sciences philosophique (...)
  • 289 Les voyageurs modernes (1760), Voyage en France, en Italie et aux îles de l’Archipel (1763) et Pari (...)
  • 290 La Femme n ’est pas inférieure à l’homme (1750) et La triomphe des dames (1751) où le traducteur se (...)
  • 291 Mme de Puisieux ou Madeleine d’Arsant fut un écrivain populaire de son vivant, même si les critique (...)
  • 292 Biographie universelle : article « Puisieux, Philippe-Florent de ».

85Philippe-Florent de Puisieux, avocat et homme de lettres, semble avoir été un traducteur professionnel dans le sens moderne du terme. Le fait que le critique Grimm le qualifie de « un de nos traducteurs à tant par feuille »287 annonce que, pour ses contemporains, Philippe de Puisieux passait pour un traducteur méthodique qui appréciait son propre travail et savait en tirer profit. La liste des traductions attribuées à Puisieux dessine l’image d’un traducteur polyvalent. Puisieux maîtrisait trois langues – l’anglais, le latin et l’italien – et il traduisait principalement des ouvrages scientifiques288, ainsi que des récits de voyage289 et des romans. On lui attribue aussi quelques traductions d’ouvrages féministes290 mais je les soupçonne être de la main de son épouse, l’écrivain féministe Madeleine de Puisieux (1720-1798)291. De son vivant, Philippe de Puisieux visait clairement à une « invisibilité du traducteur » (Venuti), ce qui explique pourquoi il ne fut jamais célèbre. Selon la Biographie universelle : « Il eut le bon esprit de s’attacher à ne faire passer dans notre langue que des productions utiles, et par-là mérita, non une réputation, qu’il paraît n’avoir point ambitionnée, puisqu’il n’a mis son nom à la tête d’aucun de ses ouvrages, mais l’estime et la reconnaissance de ses lecteurs292. »

  • 293 Les parents de Puisieux étaient Fleurant [Florent] Puisieux, maître mégissier et sa femme Marie-Ann (...)
  • 294 Je remercie Mesdames Claire Bechu (Conservateur en chef adjoint au directeur et chef du département (...)
  • 295 Biographie universelle : article « Puisieux, Philippe-Florent de ».
  • 296 Sgard 1999 : article 660 « Puisieux, Philippe Florent de (1713-1772) ».
  • 297 Biographie universelle : article « Puisieux, Philippe-Florent de ».

86Philippe-Florent de Puisieux naquit à Meaux le 27 novembre 1713 et fut baptisé le lendemain293. Le repère suivant de sa vie294 mentionné par les ouvrages de référence est qu’il fut avocat au Parlement de Paris avant de se lancer dans le métier de traducteur295. Il avait étudié le droit, probablement à Paris. Il changea de profession vers l’âge de 35 ans, puisque sa première traduction, La grammaire géographique de Patrick Gordon, date de 1748. Sa carrière de traducteur dura une vingtaine d’années pendant lesquelles il rendit en français environ vingt ouvrages. La dernière traduction (1769), les Expériences physiques et chimiques de Lewis parut trois ans avant sa mort. Puisieux était aussi journaliste. Entre 1764 et 1765, il fit partie des rédacteurs du Journal économique296. Il mourut à Paris en octobre 1772, à l’âge de 58 ans297.

  • 298 Archives biographiques françaises I, 860 : 386-390 ; http://catalogue.bnf.fr
  • 299 Par exemple dans les Caractères, II : 163 (1750-1751) : « Les amants ne s’ennuient jamais ensemble. (...)
  • 300 Silver 1994 : 191, 195-196, 198 et passim. Cf. aussi Laborde, Alice (1984) Diderot et madame de Pui (...)

87Notons au passage que Mme de Puisieux entreprit sa carrière d’écrivain parallèlement à son mari. Sa première publication date de 1749-1750 (Les Conseils à une amie) et les dernières de 1768 (par exemple Histoire de Mlle de Terville)298. Mme de Puisieux exprime des opinions fort défavorables299 au mariage dans sa production qui, d’après Marie-France Silver, a un côté autobiographique. On sait qu’elle eut une liaison amoureuse avec Diderot au milieu des années 1740300. Cela donne lieu de soupçonner que le mariage des Puisieux ne fut ni un mariage d’amour ni un mariage d’amitié.

  • 301 Graeber 1995a : 235-236. En France, Roderick Randorn fut longtemps attribué à Fielding et parut mêm (...)
  • 302 J’y ai repéré des DIM avec des points d’interrogation qu’il utilise aussi dans l’Amelie : « Quand j (...)

88Puisieux était spécialisé en traduction de « productions utiles », mais il traduisit également quelques romans anglais. Il rendit en français The Adventures of Roderick Randorn par Tobias Smollet (en 1761), Amelia (1762), The Life and Adventures of Joe Thompson par Edward Kimber (1762), The Life and Adventures of Peter Wilkins par Robert Paltock (1763), ainsi que deux ouvrages moins connus, Les Frères ou l’histoire de Miss Osmond (1766) et La Campagne (1767). Puisieux traduisit Roderick Randorn avec un autre traducteur, Philippe Hernandez. On a même prétendu qu’Hemandez en traduisit les cinq sixièmes301. En ce qui concerne les habitudes de Puisieux en tant que traducteur de romans, il semble avoir écarté l’usage des guillemets. Sa traduction de The Life and Adventures of Peter Wilkins (Les hommes volans ou les aventures de Pierre Wilkins) contient très peu de guillemets. Dans le premier tome302 , seulement le DD situé dans les lettres est guillemeté :

  • 303 Puisieux 1763 : iii, 27.

[...] j’en reçus peu de temps après cette réponse.
Mon fils pierre ;
„ Il y a quelque temps que votre mere est morte ; ce que vous „ demandez ne feroit que coûter sans être d’aucune utilité : un „ homme destiné à vivre de ses études ne sçauroit trop s’y occuper.
A cette nouvelle, le peu d’espérance qui me restoit, s’évanouit ; j’allai les larmes aux yeux la communiquer à mon Maître qui me vouloit du bien. Pierre, me dit-il, que signifie cette lettre ? Il y a du mistere là-dessous, quelque mauvais dessein caché303.

  • 304 Françoise Tilkin (1998 : 205) signale la même pratique typographique dans deux contes de Voltaire.
  • 305 Mylne 1979 : 61.

Il en va de même pour sa traduction d’Amelia ; à la différence de l’œuvre originale, seulement le DD épistolaire y est guillemeté. Cette façon de guillemeter uniquement le DD qui ‘existe’ sous une forme écrite304 n’était pas rare à l’époque dans la littérature française qui, selon V. Mylne, adopta la ponctuation moderne moins lentement que la littérature anglaise305.

89L’année 1762 où Puisieux publia son Amelie fut l’une des plus animées de sa carrière. Il fit imprimer alors au moins deux autres traductions : le Régime de Pythagore de Cocchi et La vie et les aventures de Joseph Thompson de Kimber. Il semble avoir apprécié particulièrement le roman de Fielding parce que, contrairement à sa politique « d’invisibilité du traducteur » habituelle, il accompagna cette traduction (certes, anonyme) d’une préface intitulée « Avertissement du traducteur ». Dès le début, le ton de la préface révèle que Philippe de Puisieux avait une mentalité de traducteur professionnel :

  • 306 Puisieux 1762 : v. Les caractères gras sont de moi.

Il y a plus d’un an que ma traduction d’Amelie est finie ; si elle a tardé jusqu’ici à paroître, c’est par la raison qu’on ne peut pas tout faire en même tems. J’avois deux Ouvrages sous presse, dont j’attendois la fin pour commencer celui-ci. J’étois sur le point de le faire, lorsque j’ai appris qu’on en alloit publier une autre : en effet j’en ai vû quelques jours après paroître une première partie306.

  • 307 Puisieux 1762 : xii.
  • 308 Puisieux 1762 : v-vii.

Le passage cité donne l’impression d’un traducteur méthodique, qui rendait ses manuscrits dans les meilleurs délais et qui veillait sur l’impression de ses textes. Puisieux semble également avoir été plutôt solidaire envers ses confrères. Il annonce vers la fin de sa préface qu’il aurait traduit Amelia bien avant, s’il n’avait pas cru que l’abbé Prévost ou La Place, qui étaient « en possession des ouvrages de Mr. Fielding », allaient le faire307. Il n’aurait pas non plus publié son Amelie achevé, si Mme Riccoboni n’avait pas fait tellement de tort à Fielding dans sa propre version308. Puisieux favorise donc les valeurs de vérité et de confiance dans la traduction.

  • 309 Puisieux 1762 : vi-vii.
  • 310 Il dit : « Persuadé par cette lecture que son livre & ma traduction n’ont presque rien de commun qu (...)

90L’image du professionnalisme et de la méticulosité de Puisieux se renforce par la suite, lorsqu’il explique en détail au lecteur pourquoi il a pris le parti d’imprimer une seconde Amelie la même année que sa rivale (dont il ne nie pas les mérites, Puisieux l’appelle « l’Auteur des Lettres de Milady Catesby »309). Le motif de Puisieux pour imprimer sa traduction est qu’il a lu la première partie de la traduction de Mme Riccoboni et que selon sa conception, le « livre »310 de celle-ci n’est pas une traduction. Aussi bien la préface que le texte de Mme Riccoboni ont piqué son éthique de traducteur :

  • 311 Puisieux 1762 : vi, x.

En lisant ce nouvel ouvrage j’ai vû à la tête une lettre que j’aurois prise volontiers pour un badinage. Me. Riccoboni y annonce que son Ouvrage n’est qu’une traduction informe & très-libre de différens morceaux de l’Amelie de Fielding, où elle a changé, retranché, ajouté, enfin qu’elle s’est appropriée en quelque sorte par les changemens qu’elle y a faits & les omemens dont elle l’a cru susceptible. La lecture de son livre m’a convaincu qu’elle disoit vrai, & qu’elle avoit réellement tenu parole. [...] Il ne falloit donc pas le donner comme une traduction311.

  • 312 Puisieux 1762 : x.
  • 313 Puisieux 1762 : ix-x.

Selon Puisieux, le plus grand dégât que Mme Riccoboni ait fait au roman de Fielding est de l’avoir transformé en « joli Roman François »312, omettant ainsi le naturel de l’original qui charme par sa description de la vie ordinaire313. C’est cette quotidienneté, rare dans la fiction, qu’il a lui-même tenté de conserver dans son Amélie :

  • 314 Puisieux 1762 : vii, ix. Les caractères gras sont de moi.

Mon unique objet est de présenter l’Amelie de Mr. Fielding au naturel, telle qu’il l’a composée, & dans le stile simple, qui me paroît le mieux convenir au récit de faits, par eux-mêmes fort ordinaires. [...] A la vérité plusieurs de ces aventures considérées en elles-mêmes, sont assez communes : cependant je pense qu’elles font beauté, & ajoutent encore au mérite du Roman314.

  • 315 Puisieux 1762 : xii.

Puisieux, traducteur d’avant-garde, compte donc parmi les partisans du roman domestique, comme le critique Grimm. Il estime qu’Amelie vaut autant que les autres romans de Fielding315 et, pour faire passer le talent de l’auteur dans sa langue, il n’a pas voulu ‘ennoblir’ le style du texte de départ.

La réception réservée aux traductions

  • 316 Orf 1974 : 19-20.

91Le clivage entre les traducteurs célèbres et les traducteurs méconnus que j’avais constaté au chapitre précédent est visible aussi dans la réception réservée à leurs traductions. Les premières traductions des trois romans ont fait beaucoup plus de bruit que les deuxièmes, partiellement parce que Desfontaines, La Place et Mme Riccoboni profitaient du patronage du système littéraire. Dans le cas de Desfontaines, on peut ajouter que, suivant le principe qu’on n’est jamais si bien servi que par soi-même, c’était le traducteur lui-même qui faisait de la publicité pour le Joseph Andrews de la « Dame Angloise » dans ses Observations316.

92Ce ne sont pas seulement les lecteurs contemporains des traductions qui semblent avoir négligé surtout les retraductions de Lunier et de Davaux, mais aussi les chercheurs qui traitent l’accueil de Fielding en France. J’ai dû faire une étude à part pour trouver des commentaires sur ces deux traductions. Dans ce qui suit, j’examinerai la réception des traductions à travers deux sources : en comparant le nombre des publications de chaque traduction jusqu’à 1830 environ, et en présentant pour chaque traduction une critique datant de l’époque. Il importe de regarder ces critiques contemporaines, parce qu’elles nous donnent une information directe sur l’horizon d’attente des lecteurs. Ce qui m’intéresse aussi dans ces critiques est de savoir si les contemporains portaient attention au DR de Fielding.

Les publications des six traductions jusqu’aux années 1830

  • 317 S. Charles (2003) critique, avec juste raison, l’article par Annie Cointre qui concerne la « Biblio (...)
  • 318 « I question mu ch, whether we may not by natural Means account for the Success of Knaves, the Cala (...)
  • 319 Je suis ici les conseils de feu Hugh Amory, qui avait lu la première version de ce chapitre (Amory  (...)
  • 320 Amory : communication personnelle 19.12.2000.

93Étant donné que les critiques que je citerai plus bas ne représentent pas nécessairement l’opinion du public sur les traductions en question, le nombre des éditions de chaque traduction peut être un indicateur plus objectif de leur succès. Or, comme le constate aussi S. Charles317, la prudence, vertu que Fielding recommande au lecteur dans Antelia318, est pourtant nécessaire lorsqu’on se met à faire des bibliographies des éditions ou encore des conclusions statistiques à partir de celles-ci. Hugh Amory m’a bien montré que l’on risque de classer des objets de valeur différente dans des catégories égales. C’est pourquoi je parlerai ici de « publications » au lieu d’« éditions », qui est un terme dangereux pour ceux qui ne sont pas spécialistes en histoire du livre. En outre, je limiterai ma liste de publications approximativement à l’année 1830, qui marque à peu près la fin de la période du tirage à la main319. Avant l’ère de la presse mécanique, le nombre des exemplaires d’une édition ne dépassait que rarement les 2000, alors que plus tard les tirages étaient considérablement plus larges. Il est donc inutile de comparer le nombre des éditions de Pierre-Antoine de la Place à celui d’un Defauconpret (traduction de Tom Jones 1835, rééditions 1938, 1948, 1953, 1967), puisque ce dernier, avec ses éditions moins nombreuses, a probablement eu plus de lecteurs au XXe siècle que n’en avait eu La Place au XVIIIe siècle320.

  • 321 Traducteurs de Joseph Andrews : Desfontaines (1743), Lunier (1807), Suzanne Nétillard & Paul Vigrou (...)
  • 322 Lautel 1996 : 141.
  • 323 Pour les traductions et les dramatisations italiennes de Tom Jones jusqu’en 1800, voir Amory 1981 : (...)
  • 324 Orf 1974 : 22, 172-181, 198-204.
  • 325 Voici par exemple comment le traducteur espagnol de Tom Jones, Ignacio de Ordejon (1796 : v-vi) jus (...)
  • 326 Amory 1987 : 38.
  • 327 Amory 1981 : 53, 58 ; Amory 1987 : 37-39.

94Fielding a eu une vingtaine de traducteurs français321 jusqu’à nos jours, dont les plus connus, et les plus réédités, sont l’abbé Desfontaines et Pierre-Antoine de Laplace322. Ils ont contribué de façon importante à la réception de Fielding dans le reste de l’Europe au XVIIIe siècle, parce que presque toutes les premières traductions européennes des deux romans ont été faites à partir de leurs traductions. Selon R.-J. Orf, le Joseph Andrews de l’abbé Desfontaines fut retraduit en allemand, en hollandais, en russe et en italien. Le Tom Jones de La Place servit de texte de départ aux traductions en allemand, en russe, en suédois, en italien323, en espagnol, en portugais, et en polonais. Quant à Amelia, la traduction de Mme Riccoboni fut rendue en italien, en allemand et en russe, tandis que celle de Puisieux fut traduite en espagnol324. La raison pour laquelle les premiers traducteurs européens de Fielding préféraient les traductions françaises aux originaux est l’universalité du goût325 français. La France avait bien été le système central du polysystème littéraire européen au siècle précédent, donc le répertoire français avait encore une influence sur le continent. Il ne faut pas oublier qu’on lisait aussi les traductions françaises telles quelles dans l’Europe entière. Par conséquent, le fait a été bien illustré par H. Amory326, c’est par la France que par exemple Tom Jones passa en Europe327.

  • 328 Par exemple, les bibliographies suivantes des traductions françaises de Fielding ne sont pas toujou (...)

95Les pages suivantes contiennent une liste des publications des Joseph Andrews de l’abbé Desfontaines et de M. Lunier datant de la période entre 1743 et 1834. Les publications que je n’ai pas vues moi-même sont dans des cases grises. Je n’y nomme que les cas plus ou moins sûrs, sans mentionner toutes les éditions possibles citées par les bibliographies328. Les publications que j’ai pu examiner moi-même sont dans des cases blanches. J’annonce sous la rubrique « bibliothèques » le lieu où je les ai étudiées. Par l’indication*** après l’année de parution, j’indique les publications du Joseph Andrews de l’abbé Desfontaines qui sont identiques à la version d’Amsterdam (1744) de cette traduction.

1. Les publications des Joseph Andrews de l’abbé Desfontaines et de M. Lunier 1743-1834

1. Les publications des Joseph Andrews de l’abbé Desfontaines et de M. Lunier 1743-1834
  • 329 Voici les bibliothèques où j’ai étudié et comparé les différentes versions des traductions : Beinec (...)

Note 329

  • 330 Serge Soupel justifie la publication de la traduction de Desfontaines en 1990 ainsi : « Desfontaine (...)
  • 331 Momet 1910 : 461.

Le fait est évident, c’est la traduction de l’abbé Desfontaines qui a eu le plus de lecteurs même après la parution de la traduction de M. Lunier. Qui plus est, il existe des rééditions de la traduction de l’abbé (identiques à la version originale de Paris) datant de 1946 et de 1990330 ! Le Joseph Andrews de Desfontaines semble avoir joui d’un succès passable dans la France du milieu du XVIIIe siècle, puisque, selon l’étude de D. Momet, elle se trouve assez souvent dans les catalogues des bibliothèques privées françaises de l’époque (1750-1780). Les statistiques de D. Mornet nous enseignent que Pamela (78 mentions) est le roman traduit de l’anglais qui se trouve le plus fréquemment dans ces 500 bibliothèques privées, mais que le Tom Jones de La Place (77) y tient la deuxième, et le Joseph Andrews de Desfontaines (40) la sixième place331.

96La deuxième liste, dans les pages suivantes, retrace la fortune des Tom Jones de Pierre-Antoine de La Place et de Guillaume Davaux entre 1750 et 1832. Là aussi, je distingue entre les publications que j’ai étudiées moi-même (en blanc) et celles qui sont signalées par d’autres sources (en gris).

2. Les publications des Tom Jones de Pierre-Antoine de La Place et de Guillaume Davaux 1750-1832

2. Les publications des Tom Jones de Pierre-Antoine de La Place et de Guillaume Davaux 1750-1832
  • 332 Charles 1994 : 933.
  • 333 Chéron 1804 : v, xxv et passim. Passage cité v.
  • 334 E.T. 1828 : i.

Cette liste, si imparfaite soit-elle, illustre assez bien le succès extraordinaire de la traduction de la Place comparée à celle de Davaux. La retraduction de Davaux aura en effet passée assez inaperçue, puisque le troisième traducteur français de Tom Jones, Louis-Claude Chéron de la Bruyère (1804), semble l’ignorer complètement332 : « Je n’intitule pas cette traduction, Traduction nouvelle, parce que, si peu de mérite qu’on veuille lui attribuer, je confesse de bonne foi que je n’en connais point d’autres. » (Il critique pourtant La Place dans sa préface333.) Au surplus, le quatrième traducteur anonyme de Tom Jones (1828), constate dans sa préface que « Lavaux » avait fait parler à Tom Jones « un français rempli de négligences »334.

  • 335 Berman 1995 : 57.

97Le Tom Jones de Davaux a donc vite été oublié, mais il en va de même de celui de La Place – aujourd’hui. Il me semble que la traduction de Francis Ledoux (1964, 1974, 1990) est devenue pour les lecteurs français le Tom Jones par excellence. Si l’on compare la fortune de La Place en tant que traducteur à celle de Desfontaines, il est intéressant de remarquer que son Tom Jones n’est plus réédité, tandis que le Joseph Andrews de Desfontaines persiste. La traduction de Desfontaines ressemble au moins par son succès à ce que Berman appelle une « grande traduction »335.

  • 336 Graeber & Roche 1988 : 53. Le catalogue informatique de la BnF, qui ne contient pas toutes les Œuvr (...)

98La troisième de mes listes se base sur les mêmes principes que les deux précédentes (cases blanches / cases grises, pas de prétention à la perfection etc.). Elle énumère les publications des Amelie de Mme Riccoboni et de Philippe de Puisieux parues entre 1762 et 1834. Cette fois-ci, la première traduction n’est plus aussi victorieuse par rapport à la deuxième traduction. Elles ont été de force égale excepté le fait que l’Amélie de Mme Riccoboni, qui a souvent été considéré comme son propre ouvrage, a été publié plusieurs fois dans ses Œuvres complètes 336. En revanche – fait remarquable – c’est seulement la traduction de Puisieux qui a été acceptée dans les Œuvres complètes de Fielding datant du XVIIIe et du XIXe siècle.

3. Les publications des Amelie de Mme Riccoboni et de Philippe de Puisieux 1762-1834

3. Les publications des Amelie de Mme Riccoboni et de Philippe de Puisieux 1762-1834
  • 337 Pour reprendre les mots du critique littéraire La Harpe : « Joseph Andrews appartient trop aux mœur (...)

Les trois listes que je viens de présenter révèlent aussi lequel des romans de Fielding a été le plus populaire en France entre le milieu du XVIIIe siècle et les années 1830 : Tom Jones. Les traductions de Joseph Andrews et d’Amelia semblent avoir eu un succès non négligeable, puisque l’on continuait à les publier régulièrement. Leur fortune est pourtant bien modeste par rapport à celle du chef-d’œuvre337 de Fielding.

Les critiques

Joseph Andrews

  • 338 Graeber 1995a : 77 ; Orf 1974 : 25-27, 139.
  • 339 Par exemple, Mme de Graffigny (citée par E. Showalter) en écrit : « Il n’y a nul interest ; c’est u (...)
  • 340 Showalter 2001 : 471.
  • 341 Desfontaines se plaint de l’incompréhension de « certaines personnes du beau monde » vis-à-vis de l (...)

99Comme le dit R.-J. Orf, le premier roman de Fielding n’a jamais joui de l’engouement dont les Français font preuve envers Tom Jones. L’une des raisons en est que les deux premières traductions du roman restaient trop ‘anglaises’, n’étaient donc pas assez fluides338. Cela est visible aussi dans les critiques que je présenterai ici et qui sont parues dans la Bibliothèque française (pour la traduction de Desfontaines) et dans le Mercure de France (pour la traduction de Lunier). Elles semblent taxer les traducteurs d’une fidélité trop poussée envers le texte de départ. Aux yeux des lecteurs contemporains, le Joseph Andrews de Desfontaines manquait d’intérêt339. De plus, certains lecteurs français n’appréciaient pas la moquerie de Pamela dans Joseph Andrews340, même si Desfontaines avait diminué la parodie explicite du roman épistolaire dans sa traduction. Étant donné la froideur de la réaction immédiate à Joseph Andrews en France, déplorée aussi par Desfontaines341, il est étonnant de constater qu’il y ait eu tant de publications de sa traduction. Tous les lecteurs ne partageaient donc pas l’opinion du critique que je citerai plus bas. Pour ce qui est de la traduction de Lunier, aussi bien le nombre des publications (une) que la recension de sa traduction impliquent que celle-ci n’a pas été une grande réussite.

La traduction de Desfontaines : Bibliothèque française 1744

  • 342 Orf 1974 : 37.
  • 343 Il n’est pourtant pas dupe du pseudonyme « Dame Angloise » : « [...] l’Auteur de la Lettre en quest (...)
  • 344 Article VII. « Lettre de Mr. l’Abbé N.** à Mr. D.B.** sur la nouvelle Traduction de Virgile par Mr. (...)

100D’après R.-J. Orf, la seule critique contemporaine de la traduction de Desfontaines qui ne soit pas de la main du traducteur lui-même, se trouve dans la Bibliothèque française datant de 1744342. Le critique ignore, ou fait semblant d’ignorer343, la véritable identité du traducteur. Cela serait essentiel en regard de l’objectivité de la critique. L’abbé Desfontaines avait beaucoup d’ennemis et une critique négative de sa traduction aurait pu être une attaque personnelle. Déjà le même tome de la Bibliothèque française où se trouve la critique de Joseph Andrews contient une diatribe de sa traduction de Virgile, par un certain abbé N.**. Elle a l’air d’être dirigée contre le traducteur lui-même, tellement elle est mordante344.

  • 345 Qui aurait pu écrire la critique ? Selon Sgard (1991 : article 162 « Bibliothèque française (1723-1 (...)
  • 346 Bibliothèque française 1744 : 206.
  • 347 « S’il étoit question de parler ici sérieusement, on pourroit fort bien demander à notre Traducteur (...)

101Le critique anonyme345 de la Bibliothèque française a rédigé son article en lisant l’édition d’Amsterdam (1744) de la traduction qui – à la différence de celle de Paris (voir supra) – garde à la page de titre la référence du texte de départ à Don Quichotte. Il semble trouver impertinente une telle allusion dans l’ouvrage qu’il appelle, d’un ton ironique, « ce Merveilleux Poëme Epique » et « un Roman de la façon de M. Fielding »346. Le message principal de sa critique est que l’auteur original ne devrait pas avoir une si bonne opinion de son ouvrage, ni la ‘traductrice’ suivre ses pas dans cet aveuglement. Il cite la lettre de la « Dame Angloise » dans plusieurs passages de son article, ne partageant pas du tout l’avis de celle-ci sur l’excellence de Joseph Andrews. La comparaison que fait la « Dame » entre la Genèse et Joseph Andrews lui paraît déplacée347. Il n’apprécie pas non plus ce qu’elle appelle l’art du dialogue de Fielding. Après avoir cité le dialogue entre Lady Booby et Joseph qui a lieu lors de la scène de séduction (I, v), il termine en constatant :

  • 348 Bibliothèque françoise 1744 : 215.

Après ce beau Dialogue, on nous dispensera, peut-être sans peine, d’en transcrire quelque autre. En tout cas, le Roman de Mr. F. en est assez plein, & le Lecteur peut y recourir, pour peu qu’il soit curieux de voir d’autres exemples de l’art merveilleux, qu’on attribue à Mr. F. pour le Dialogue348.

  • 349 Bibliothèque française 1744 : 205-206, 213-215.

Ici, c’est probablement le contenu et non la forme du DR que le critique trouve inacceptable. Bien que Desfontaines ait amélioré Lady Booby dans sa traduction, ce personnage avec son penchant amoureux pour un domestique paraissait risible et de mauvais goût aux lecteurs contemporains, comme au critique anonyme de la Bibliothèque françoise349. Desfontaines n’a donc pas assez amélioré le portrait de cette dame dans sa traduction.

102Un autre trait de Joseph Andrews qui a irrité ce critique est le badinage avec l’Amour (et peut-être aussi la misogynie du texte). La description que l’on y fait « d’une personne amoureuse » (Mrs Slipslop), semble le révolter :

  • 350 Bibliothèque françoise 1744 : 203-204 n (a

Aparament que l’Auteur suit la définition que l’on donne ici du Bel-Esprit Anglois [tout ce qui peint fidèlement la Nature], quand il fait le Tableau suivant, pour peindre une personne amoureuse. « De même qu’un Tygre affamé, qui a chassé longtems sa proye, & qui trouve sous sa griffe un innocent Agneau, s’élance avec fureur pour le dévorer ; de même qu’un Brochet vorace d’une taille énorme, qui voit au travers d’un cristal liquide un Carpillon ou un Goujon, ouvre un gueule affreuse pour l’engloutir ; ainsi l’amoureuse Slipslop étendoit ses bras ardens pour saisir le pauvre Joseph350. »

  • 351 McMurran 2000 : 91. Pour le concept d’intérêt, voir aussi glossaire.

En fait, plusieurs critiques français des traductions de Fielding ont été irrités par les descriptions comiques des personnages amoureux. Le passage concernant Mrs Slipslop que je viens de citer dégoûtera plus tard le critique Petitot dans la traduction de Lunier. En outre, Clément, dans son jugement du Tom Jones de Davaux, censure le « ton demi-burlesque » qu’utilise le narrateur pour peindre le moment où Tom Jones tombe amoureux de Sophia. Ce style parodique a en effet de quoi refroidir l’intérêt du lecteur parce qu’il l’empêche de s’identifier aux personnages. Et pour les Français du XVIIIe siècle, l’intérêt était bien le mot-clé dans le contexte du roman351.

  • 352 Bibliothèque française 1744 : 202.
  • 353 Bibliothèque françoise 1744 : 203.
  • 354 Orf 1974 : 95-99. Passage de Diderot cité par Orf (Ibid. 99.)

103Enfin, l’intérêt, les bienséances et le bon goût ne sont pas les seules qualités dont Joseph Andrews serait dépourvu, si l’on en croit le critique de la Bibliothèque françoise : le roman manquerait également de vraisemblance et de clarté. Le critique ne croit pas que Joseph Andrews soit une peinture fidèle des mœurs angloises : « On n’a garde en France d’être si dupe sur le compte des Anglois352. » En outre, il trouve exaspérants les petitesses et les détails qui prolifèrent dans le texte353. La traduction de Desfontaines, qui omet pourtant nombre de détails, est donc résolument trop exacte. Or, d’après R.-J. Orf, ces détails, si dépréciés par ces premiers critiques français des traductions de Fielding, seront plus tard les éléments mêmes que l’on louera dans ses romans et dans la littérature anglaise. Pour les écrivains de l’avant-garde de la seconde moitié du siècle, un portrait ne devenait vrai que quand on y ajoutait – à l’exemple des romanciers anglais – « la verrue à la tempe, la coupure à la lèvre, [et] la marque de petite vérole à côté du nez » (Diderot)354.

La traduction de Lunier : Mercure de France 1808

  • 355 Orf 1974 : 171.
  • 356 II s’agit probablement de Claude-Bernard Petitot (1772-1825), qui fut philologue et traducteur lui- (...)

104Comme je l’ai dit plus haut, la réception réservée au Joseph Andrews de Lunier n’a pas été étudiée à fond. Par exemple, R.-J. Orf conclut seulement que sa traduction n’a pas pu supplanter celle de Desfontaines355. Il existe pourtant une critique de cette traduction, écrite par Petitot356, parue en 1808 dans le Mercure de France.

105Les commentaires que fait Petitot sur le traducteur lui-même montrent que les normes translationnelles sont en train de changer en France, bien que quelques règles du classicisme soient toujours en vigueur. D’une part, le critique semble apprécier le savoir-faire de Lunier, par rapport à celui de ses prédécesseurs :

  • 357 Petitot 1808 : 276.

Non-seulement M. Lunier paraît posséder à fond cette langue, mais on voit qu’il a étudié les mœurs du pays, qu’il s’est familiarisé avec les expressions proverbiales, et qu’aucune allusion n’a pu lui échapper. Ces dernières connaissances sont sur-tout nécessaires quand on traduit un romancier tel que Fielding. À l’exemple de Cervantes, cet auteur a peint toutes les classes de la société [...]. C’est donc avec raison qu’on a reproché à Laplace et à l’abbé Desfontaines, premiers traducteurs de Tom-Jones et de Joseph Andrews, d’avoir négligé l’étude de la langue vulgaire et des mœurs anglaises, et d’avoir souvent affaibli ou357 dénaturé les peintures de Fielding .

  • 358 Petitot 1808 : 276.
  • 359 Petitot 1808 : 277.

D’autre part, il reproche à Lunier d’être « tombé dans l’excès opposé »358 et de pécher contre les règles du goût, et parfois aussi contre l’esprit de la langue française. Petitot a relevé « quelques tournures éloignées du génie de la langue française » même s’il estime que le style de la traduction est naturel et drôle359.

  • 360 Petitot 1808 : 277.

106Du point de vue de Petitot, il y a un défaut assez grave dans la traduction de Lunier : celui-là n’épargne pas au lecteur français quelques descriptions « trop libres » de Joseph Andrews360. Le critique aurait par exemple préféré se passer de quelques-unes des tentatives de séduction de Lady Booby et de Mrs Slipslop, trop choquantes pour la délicatesse française. Et ce qui semble offenser le plus cette délicatesse est que les femmes oublient la modestie de leur sexe :

  • 361 Petitot 1808 : 280-281.

La passion de Lady Boobi [sic] est fort bien peinte ; mais on aurait désiré que le traducteur eût un peu adouci les avances qu’elle fait à ce jeune homme sept jours après la mort de son mari. Joseph, déjà fort embarrassé de résister à sa maîtresse, est assez malheureux pour avoir inspiré la même passion à Mlle Slipslop, femme de chambre de Milady. Les poursuites de cette vieille fille sont encore plus vives que celles de sa maîtresse ; et le traducteur, toujours fidèle, n’a pas adouci ce tableau trop dégoûtant pour qu’on puisse en citer quelques traits361.

L’attitude conservatrice du critique vis-à-vis du comportement des femmes est visible aussi dans le passage suivant, où Petitot explique la généalogie de Joseph Andrews :

  • 362 Petitot 1808 : 278. Les caractères gras sont de moi.

À cette époque, la Pamela de Richardson faisait beaucoup de bruit [...]. Fielding imagina de lui donner un frère aussi chaste qu’elle ; il l’exposa à des tentations fort dangereuses ; mais il eut soin que ces tentations ne vinssent point de l’objet aimé. Il sentit que la résistance de ce jeune homme aurait, dans ce dernier cas, peu de vraisemblance, et que d’ailleurs la personne dont il était épris n’inspirerait aucun intérêt si elle faisait des avances à son amant362.

  • 363 Petitot 1808 : 281.

Petitot cite également dans ce contexte la description de l’amoureuse Mrs Slipslop (« De même qu’un tigre altéré de sang... »), concluant : « Il paraît que la suppression ou du moins l’adoucissement de pareils passages n’aurait pas dû exciter les scrupules du traducteur363. » N’oublions pas que ce passage avait frappé aussi le critique de la Bibliothèque française dans la traduction de Desfontaines. Les badinages avec l’amour, les femmes qui « font des avances » et la raillerie des femmes en général seraient donc des traits particulièrement irritants pour l’esprit français galant, encore au début du XIXe siècle.

  • 364 Petitot 1808 : 284.
  • 365 Petitot 1808 : 281-284.

107On peut pourtant voir que le goût français est moins limité en 1808 que dans les années 1740. Desfontaines avait supprimé de sa traduction la comparaison, faite par le narrateur, entre les sentiments contradictoires qui tourmentent Lady Booby et la concurrence verbale entre les avocats Bramble et Puzzle (I, ix), de peur qu’elle ne puisse être comprise et, partant, goûtée en France. Selon Petitot, qui la cite intégralement dans la traduction de Lunier (« C’est ainsi que j’ai vu au palais de Westminster, l’avocat Bramble à droite et l’avocat Puzzle à gauche... »), cette digression est « très-piquante »364. Il apprécie également la scène « du faux brave » entre Adams et le vicaire Trulliber (II, xiv), et surtout la conversation entre deux hommes de loi qui ont des opinions opposées sur la même personne (II, iii), parce qu’elle montre comment l’intérêt ou la haine agissent sur les jugements des hommes365. C’est ce trait, la description de la nature humaine, qui lui plaît le plus dans Joseph Andrews :

  • 366 Petitot 1808 : 285.

Du reste, la traduction fidelle de ce roman qui, après Tom-Jones, tient la première place parmi les productions de l’auteur anglais, ne peut manquer d’être accueillie non-seulement par les amateurs de ce genre, mais par ceux qui cherchent à étudier au théâtre et dans le monde, les faiblesses et les travers des hommes366.

Malgré cette conclusion positive, la critique de Petitot révèle que la traduction de Lunier n’était pas complètement acceptable selon le goût français de l’époque, ce qui explique partiellement son manque de succès.

Tom Jones

  • 367 Orf 1974 : 55-58 et passim.
  • 368 Tom Jones, comédie lyrique en trois actes (1765 musique de A.D. Philidor, paroles de Poinsinet), To (...)
  • 369 Voici la réaction d’un lecteur renommé (Marmontel 1812 : 294), parvenu à la fin du roman : « Quel s (...)
  • 370 Orf 1974 : 67-68, 75-78, 127, 153, 160-161.
  • 371 Petitot 1808 : 278. Petitot dit aussi : « Joseph Andrews est très-inférieur à Tom-Jones. »

108Le succès de Tom Jones a été remarquable dès les débuts du roman en France367. Il en existe aussi plusieurs adaptations dramatiques françaises368. Comme cela a été constaté plus haut, c’est surtout la traduction de La Place qui a contribué au succès du roman. Pour les lecteurs européens de l’époque, elle avait plus d’intérêt que l’original, puisque le traducteur avait muselé le narrateur extradiégétique. R.-J. Orf affirme pourtant que l’intérêt de sa traduction naissait moins de l’histoire d’amour de Tom et de Sophia que de la rivalité entre Tom et Blifil, parce que le traducteur avait diminué le rôle de Sophia par des omissions369. Par conséquent, selon le chercheur allemand, Tom Jones est en France surtout l’histoire de Tom et de Blifil, une sorte d’histoire de Caïn et d’Abel renversée. Pour justifier cette assertion, il cite les commentateurs influents de Tom Jones du XVIIIe siècle, Fréron, La Harpe, Mme de Stael... qui traitent en effet tous le contraste moral entre les demi-frères370. J’ajouterai que même Petitot, le critique de la traduction de Lunier, évoque cette dichotomie371. Le critique littéraire La Harpe analyse l’opposition entre les deux fils de Bridget Allworthy de la façon suivante :

  • 372 La Harpe 1799/ 1821 : 271-272.

D’abord, l’idée première sur laquelle tout l’ouvrage est bâti, est en morale un trait de génie. Des deux principaux acteurs qui occupent la scène, l’un paraît toujours avoir tort ; l’autre, toujours raison ; et il se trouve à la fin que le premier est un honnête homme, et l’autre un fripon ; [...]. Ce contraste est l’histoire de la société, et l’on n’a jamais, dans un ouvrage d’imagination, développé un plus beau fonds de morale, ni donné une plus grande leçon372.

  • 373 Orf 1974 : 127, 153.

Selon R.-J. Orf, l’une des raisons pour laquelle la dichotomie Tom / Blifil a eu un si grand effet en France (par rapport à l’Angleterre et l’Allemagne) est que la littérature française contenait déjà, dans le personnage de Tartuffe, le modèle du « faux brave » que représente Blifil373.

  • 374 Orf 1974 : 55 ; Paulson & Lockwood 1969/ 1995 : 225-227.

109Passons aux critiques des traductions de La Place et de Davaux. La première parut dans le Mercure de France dès mars 1750 et fut traduite en anglais dans le Gentleman’s Magazine du même mois (1750)374. Le critique approuve la traduction de La Place, mais estime que ce dernier aurait dû franciser l’original encore davantage. En revanche, la recension de la traduction de Davaux, parue dans le Journal littéraire en 1797, n’est point enthousiaste ; elle taxe Davaux de fidélité démesurée. Ainsi, Davaux, avec ses une ou deux publications de Tom Jones, n’a-t-il guère eu plus de succès que Lunier en aura en son temps.

La traduction de La Place : Mercure de France 1750

  • 375 Cette critique est anonyme. L’auteur en pourrait être Pierre Rémond de Sainte-Albine qui fut le réd (...)

110On peut déjà sentir en lisant la critique élogieuse du Mercure de Franc375que Tom Jones, dans la traduction de La Place, sera dévoré par plusieurs générations de lecteurs :

  • 376 Mercure de France 1750 : 177. Le critique dit aussi : « Le caractère de Blifil, en opposition avec (...)

Depuis long-tems, on n’en a vû aucune [d’ingénieuses fictions] où les principaux personnages fussent plus aimables & plus intéressans, les personnages épisodiques mieux liés à l’action principale, les caractéres plus également soutenus, les incidens plus habilement préparés, & naissans plus naturellement les uns des autres376.

Pour le critique du Mercure de France, le fonds de l’ouvrage – les personnages et l’action – est excellent. Il a pourtant quelques reproches à faire au traducteur en considération du lecteur français.

  • 377 Mercure de France 1750 : 176-177. Selon J. Grieder, l’amour des Anglais pour la liberté est un thèm (...)

111Premièrement, il pense que La Place aurait dû expliquer au lecteur le comportement incompréhensible de quelques personnages du roman (Tom, Sophia), pour éviter les accusations et les malentendus des lecteurs. (On se souviendra que le critique de la Bibliothèque française considérait le personnage de Lady Booby comme inacceptable dans la traduction de Desfontaines. Les personnages de fiction semblent avoir été pris comme de vrais êtres humains à l’époque.) Pour réparer cette négligence de La Place, le critique essaie de motiver lui-même la conduite des personnages principaux du roman à l’aide de quelques stéréotypes qui ne se basent pas sur la réalité. D’après lui, les maintes infidélités de Tom Jones à Sophia deviennent plus compréhensibles si l’on tient compte du fait que les femmes anglaises tolèrent mieux les infidélités passagères de leurs amants que les femmes françaises. En outre, il justifie la désobéissance de Sophia à son père par l’amour excessif qu’ont les Anglais pour la liberté377.

  • 378 Mercure de France 1750 : 178.
  • 379 Mercure de France 1750 : 178-179.
  • 380 Graeber 1995a : 126 n13.

112La deuxième remarque du critique concerne l’intégralité de la traduction de La Place. Il estime que celui-ci n’a pas assez coupé dans l’original, puisqu’il y a des caractéristiques picaresques dans sa traduction. Il n’accepte pas les longs titres des chapitres qui ne seraient opportuns que dans un ouvrage destiné « uniquement à rejouir ». Cela n’est pas le cas de Tom Jones « dont l’objet principal est d’intéresser. » Il conseille donc à La Place de condenser encore plus le texte de départ dans la seconde édition de la traduction378. Autrement, il trouve le roman assez bien traduit malgré quelques négligences de style379. Notons que ces négligences de style seront relevées également par d’autres critiques français de la traduction de La Place. Selon l’opinion des puristes, son Tom Jones était écrit en mauvais français380.

113Il convient de mentionner également une observation du critique du Mercure de France, qui concerne le DR de Tom Jones. Il constate dans son article que l’idiolecte de Mr Fitzpatrick est devenu plus plat dans la traduction de la Place :

  • 381 Mercure de France 1750 : 179.

Il est bien difficile qu’un ouvrage d’agrément ne perde toujours quelque chose à être traduit. Par exemple, un personnage nommé Fits Patrick [sic], que M. Fielding introduit dans son Roman, & qui mêle continuellement dans ses discours la langue Irlandoise avec l’Angloise, a pour les Anglois un piquant qu’il n’a point pour nous381 .

On a donc remarqué dès le début en France que le plurilinguisme de Tom Jones disparaît dans la traduction de la Place. Et ce qui est important, c’est que le critique considère cela comme un défaut.

La traduction de Davaux : Journal littéraire 1797

  • 382 Cobb 1928 : 109-110.
  • 383 Sgard 1999 : article 179 « Clément, Jean Marie (1742-1812) ». Le critique en question peut être Clé (...)

114J’avais fait remarquer plus haut que R.-J. Orf traite sommairement la réception réservée à la traduction de Lunier. Il néglige également celle du Tom Jones de Davaux. L. Cobb382 mentionne pourtant la critique négative de la traduction, parue dans le Journal littéraire du 11 mai 1797. Le Journal littéraire en question est celui de Jean-Marie Clément (1742-1812), journaliste appelé l’« Inclément » à cause de son conservatisme dans le domaine de la littérature383. Ce qui suit est donc probablement un jugement exceptionnellement sévère de la traduction de Davaux.

  • 384 Journal littéraire 1797 : 65-66, passage cité 66.

115Au début de l’article, le critique ne cache pas qu’il préfère la traduction de La Place à celle de Davaux. D’après lui, le côté positif du Tom Jones de Davaux est pourtant qu’il permet au lecteur français de connaître l’auteur étranger avec « le caractère, les qualités et les défauts de son pays »384. Autrement dit, si l’on juge les traductions comme des productions littéraires, c’est celle de La Place qui l’emporte, mais si l’on les évalue selon des critères non littéraires, celle de Davaux peut avoir quelque mérite.

  • 385 « Le nouveau traducteur, qui a scrupuleusement rendu son original, n’a pas manqué de rétablir tous (...)

116Pour ce critique, c’est surtout le narrateur extradiégétique de l’original, rétabli par Davaux, qui irrite dans la traduction. Les chapitres liminaires restitués lui paraissent « fort étrangers à l’ouvrage », et il les aurait situés « à la suite de ces aventures », pour qu’ils ne refroidissent pas l’intérêt385. Ces préfaces, ainsi que les interventions sporadiques du narrateur (alias « l’auteur de Tom Jones ») dans le récit de l’action lui semblent des preuves du manque de talent de Fielding, ou bien de sa mauvaise foi envers le lecteur. Le passage suivant vaut la peine d’être cité dans son intégralité, tant qu’il révèle combien était essentiel le concept d’intérêt au XVIIIe siècle :

  • 386 Journal littéraire 1797 : 66-67. Les caractères gras sont de moi.

[S]i le vrai talent et l’art principal du romancier, doit être de ne pas faire languir l’intérêt, et d’entretenir l’illusion, en se faisant oublier pour nous occuper entièrement de ses personnages, l’auteur de Tom Jones a méconnu cet art, ou n’a pas voulu s’y soumettre, puisqu’il interrompt très-souvent son récit, pour se présenter lui-même sur la scène, nous communiquer ses pensées, et disserter avec son lecteur, lorsque nous voudrions courir à l’évènement. Plus l’action nous attache, plus les réflexions qui nous arrêtent doivent nous impatienter. [...] A la bonne heure, si elles venoient de loin en loin, dans un moment où l’action est tranquille, nous pourrions aussi l’écouter tranquillement, et cette distraction auroit de quoi nous plaire, pourvu qu’elle fût courte. Mais suspendre sans cesse notre attention, au milieu d’un récit touchant, dans un moment vif et passionné ; contrarier notre curiosité lorsque l’intérêt est pressant, lorsque l’action nous entraîne ; alors tout ce qui vient nous distraire de notre plaisir, nous cause une vive impatience ; et le causer le plus aimable nous devient importun et fâcheux, parce qu’il prend mal son temps. 386

  • 387 Ici, j’applique les idées de Peter Brooks (1984 : 52, 104, 111-112) qui dit à ce sujet : « The desi (...)

Le moment où « l’intérêt est pressant » est donc sacré. La Place avait bien vu cela en supprimant de sa traduction presque toutes ces digressions. Dans sa traduction le plaisir du lecteur – c’est à dire l’accomplissement graduel de son désir de parvenir à la fin du texte – ne souffrait pas des douches froides que pratique sciemment le narrateur de Tom Jones, lorsqu’il retarde le dénouement du roman par des obstacles à l’intrigue387.

  • 388 « La citadelle de Jones fut alors enlevée par surprise. Toutes ces considérations d’honneur et de p (...)
  • 389 Journal littéraire 1797 : 68. Les caractères gras sont de moi.
  • 390 Journal littéraire 1797 : 69-70.
  • 391 Journal littéraire 1797 : 69-70, passage cité 69.

117Le style de la traduction de Davaux, qui est conforme à celui d’original, ne plaît pas non plus à notre critique. Il se demande si les métaphores « triviales et soldatesques388, mêlées à un tableau gracieux » par lesquelles Fielding décrit l’instant où Tom Jones succombe définitivement au charme de Sophia peuvent être approuvées même en Angleterre. Il ajoute : « Ce ton demi-burlesque ne laisse pas de revenir fréquemment dans le cours de l’ouvrage, et ce mauvais ton, fait pour déplaire aux bons esprits de toutes les nations, aurait suffi pour décrier un livre dans le siècle de Louis XIV389. » Puisque le critique représente le goût du classicisme français du siècle précédent, il n’est pas étonnant qu’il désapprouve aussi les mœurs anglaises et les détails bas (par exemple le combat entre Molly Seagrim et Bess, armées d’os humains)390 de la traduction de Davaux. Selon lui, les auteurs anglais vont trop loin dans leur désir d’imiter fidèlement la nature. Le résultat n’est pas une copie fidèle de la nature, mais une caricature : « Fielding s’est beaucoup trop livré à ce genre ; et cet écrivain, d’ailleurs si sensible, si délicat, si noble et si touchant, semble avoir eu trop de complaisance pour le goût de la populace. La traduction nouvelle de Tom Jones offrira plusieurs exemples de cette manière angloise, que la Place avoit supprimés391. » Si l’opinion de la majorité des lecteurs français de l’époque était la même, on comprend pourquoi la traduction de Davaux a eu si peu de succès.

118La critique que je viens de discuter fait enfin comprendre que Tom Jones n’aurait jamais remporté un grand succès dans la France du XVIIIe siècle, ni en Europe d’ailleurs, dans une traduction aussi fidèle que celle de Davaux. Le critique du Journal littéraire ne nie pas l’excellence du ‘contenu’ de Tom Jones, ni la morale de la doctrine philosophique de Fielding. Les mauvaises surprises causées par l’omniprésence du narrateur dans la traduction de Davaux, ainsi que la « manière angloise » dont elle est empreinte l’ont pourtant empêché de jouir de la lecture de Tom Jones.

Amelia

  • 392 Orf 1974 : 86-94, 112.
  • 393 Journal Britannique, Lettre XXIII, 1.1.1752 et aussi Nouvelles Littéraires, Lettre XCI.
  • 394 Orf 1974 : 86.
  • 395 Maty 1752 : 140. Les caractères gras sont de moi.

119La fortune du troisième roman de Fielding a été plus heureuse en France qu’en Angleterre, constate R.-J. Orf. Alors que le style complètement nouveau d’Amelia déçut les attentes des lecteurs anglais, les Français écrivaient des commentaires enthousiastes d’Amelia une dizaine d’années avant la publication des traductions françaises392. Selon R.-J. Orf, le premier critique français qui mentionne Amelia est Pierre Clément (1707-1767) en janvier 1752393 . Le deuxième fut Mathieu Maty un mois plus tard dans le même périodique394. Maty y loue par exemple la « vérité dans les descriptions », la « finesse dans le dialogue » et la « variété dans les portraits »395. Le troisième critique mentionné par Orf est Grimm, qui écrit d’Amelia et des romans de Fielding de la façon suivante :

  • 396 Grimm 1753/ 1813 : 43,44.

Les Anglais ont une espèce de roman domestique qui est tout-à-fait inconnue aux Français. Je parle des romans d’un excellent auteur qu’ils ont aujourd’hui dans ce genre : c’est M. Fielding qui vient de donner un nouveau roman en anglais, sous le titre d’Amélie. [...] Il serait donc peut-être vrai de dire que les Français n’ont point de romans domestiques, et qu’ils n’ont point de comédie depuis Molière, parce qu’ils n’ont point de mœurs ; et en allant plus loin, qu’ils n’ont point de mœurs, parce qu’il n’y a que les peuples libres qui en396
aient .

Grimm a également apprécié la richesse de la représentation sociolectale chez Fielding, puisqu’il se plaint dans ce contexte de l’uniformité de la langue française :

  • 397 Grimm 1753/ 1813 : 44-45. Les caractères gras sont de moi.

Qu’on entre dans un cercle de quinze personnes [en France], qu’on y reste trois heures de suite, à peine pourra-t-on distinguer le sot d’avec l’homme d’esprit. Tout le monde a à peu près les mêmes propos, parle le même jargon ; tout le monde se ressemble, c’est-à-dire, que nous ne ressemblons proprement à rien : voilà pourquoi nous n’aurons jamais de romans domestiques397.

  • 398 L’accident qui détruit partiellement le nez d’Amelia devient seulement une grave maladie (passagère (...)

Étant donné ce respect des critiques français à l’égard d’Amelia, ainsi que le bouleversement des nonnes translationnelles qui venait de commencer en France, il n’est pas étonnant que la réception des traductions du dernier roman de Fielding diffère de celle de Joseph Andrews et de Tom Jones. Cette fois-ci, ce n’est pas automatiquement la belle, fluide Amélie (avec nez)398 qui l’emporte. Elle est plutôt de force égale avec la fidèle Amelie sans nez.

La traduction de Mme Riccoboni : Correspondance littéraire 1763

  • 399 Orf 1974 : 111.

120La critique en question est un dialogue entre « Moi » et « La Marquise », inclus dans la Correspondance littéraire de Grimm (15 février 1763). Selon Orf, Grimm utilisa cette forme pour ne pas attaquer directement la romancière qu il appréciait399.

  • 400 Grimm 1763/ 1878 : 226-230.

121Le sujet principal de la conversation est le roman Danger des liaisons, ou Mémoires de madame la baronne de Blémont (1763) par Mme la marquise de Saint-Aubin, que « Moi » cite comme un exemple de la mauvaise qualité des romans français. Ayant constaté que les Anglais (Richardson) excellent dans l’art de composer des romans, les interlocuteurs se mettent à discuter les deux traductions d’Amelia400.

  • 401 Grimm 1763/ 1878 : 231.
  • 402 Grimm 1763/ 1878 : 231.

122Le stratagème de Grimm est habile en effet : il traite la traduction de Puisieux, qu’il prèfere, de « mauvaise traduction littérale » et celle de Mme Riccoboni de « traduction libre et élégante ». Malgré ces épithètes dissimulatrices, le message de « Moi » est clair : « Je fais beaucoup de cas du talent de Mme Riccoboni et de sa manière d’écrire ; mais elle a gâté le roman d’Amélie », dit-il401. Il annonce également que si Mme Riccoboni continue à considérer Amelia comme un mauvais roman, il ne pourra plus se fier ni à son goût ni à son jugement. Il va jusqu’à lancer : « Milady Catesby est une jolie chose ; mais il y a vingt morceaux dans Amélie que j’aimerais mieux avoir faits que cinquante Milady Catesby402. »

  • 403 Orf 1974 : 112-113.

123Qu’est-ce que Mme Riccoboni a gâté exactement dans la traduction ? Tout d’abord le réalisme dans la description des personnages. D’après R.-J. Orf, les contemporains comme Grimm admiraient chez Fielding le fait que ses personnages (Tom Jones, William Booth) étaient imparfaits ; ils ressemblaient aux êtres humains403. Or, dans la traduction de Mme Riccoboni, ces personnages si humains de Fielding sont transformés en types artificiels qui prolifèrent dans les romans français de l’époque :

  • 404 Grimm 1763/ 1878 : 231. Les caractères gras sont de moi.

C’est que les personnages de ce roman [dans la traduction de Puisieux] ressemblent précisément aux hommes, tels que je les rencontre dans les rues, tels que je les vois dans le monde, et voilà ce qui me fait plaisir. Ils n’ont rien de ce vernis faux dont nous enluminons en France tous les personnages de nos romans et de nos pièces de théâtre. M. Booth n’est assurément pas un homme bien merveilleux ; mais il faut plus de véritable talent pour rendre la physionomie commune et vraie d’un dadais comme M. Booth que pour peindre des gens comme on n’en a jamais vu404.

En outre, ce qui est encore plus important du point de vue de mon étude, « Moi » déplore la destruction du DR d’Amelia dans la traduction de Mme Riccoboni :

  • 405 Grimm 1763/ 1878 : 231. Les caractères gras sont de moi.

Lisez, par exemple, la conversation du docteur Harrison avec le colonel James, sur le duel, que Mme Riccoboni a parfaitement gâtée dans son imitation. Lisez-la dans la mauvaise traduction littérale, et vous verrez la différence qu’il y a entre un homme de génie qui sait faire parler les personnages qu’il introduit et un dissertateur emphatique comme l’auteur de la Nouvelle Hélotse, qui fait un traité dogmatique sur le duel au lieu de nous en tracer les sentiments probables de ses personnages. C’est que Fielding, n’en déplaise à Mme Riccoboni, a du génie, et Jean-Jacques Rousseau n’est qu’un écrivain405 .

Dans la traduction de Mme Riccoboni, le DR devient un moyen du narrateur (de la traductrice) de propager ses propres idées sur les sujets que discutent les personnages, au lieu de servir à la caractérisation comme dans l’original.

  • 406 Charles 2000 : 21. Grimm cité par S. Charles. La traduction fidèle était par J.B. Monod, 1756, et l (...)

124En lisant cette critique sévère que fit Grimm de la traduction d’Amélie, il faut pourtant tenir compte du fait que le commentateur fait partie de l’avant-garde intellectuelle de l’époque et se distingue par son goût même des autres critiques littéraires de l’époque. Grimm était pour les traductions fidèles et avait juxtaposé de la même façon les deux traductions françaises du roman Sir Charles Grandison par Samuel Richardson dont il préférait la traduction fidèle « quoique barbare »406.

La traduction de Puisieux : L’Année littéraire 1762

  • 407 Orf 1974 : 107-111.
  • 408 Le directeur du journal était donc Fréron. Le critique pourrait également être Baculard d’Arnaud, M (...)
  • 409 L’Année littéraire 1762 : 147. Le critique dit : « Tous ces morceaux respirent cet Humour qu’on ne (...)
  • 410 L’Année littéraire 1762 : 174-175.

125La traduction de Puisieux a eu beaucoup plus d’influence en France que celle de Mme Riccoboni, avance R.-J. Orf dans son étude. Selon lui, les critiques que l’on fit des deux traductions, immédiatement après leur parution, préférèrent également celle de Puisieux à celle de Riccoboni407. La critique de la traduction de Puisieux dont il sera question ici parut dans L’Année littéraire d’Élie Fréron en 1762. Il s’agit encore une fois d’un article non signé408. Le ton du critique est approbateur, mais l’article contient pourtant des reproches concernant quelques images qui blessent la délicatesse française, par exemple la description de l’intérieur de la prison de Newgate409. Le critique accuse également le traducteur d’avoir rendu trop fidèlement les « longueurs insupportables », les « mauvaises plaisanteries » et les « détails déplacés » de l’original410. Cependant, quand il s’agit de mettre en parallèle les deux traductions rivales d’Amelia, c’est celle de Puisieux qui a plus de poids pour le critique :

  • 411 L’Année littéraire 1762 : 145, 146. Les caractères gras sont de moi.

Madame Riccoboni a déjà traduit, Monsieur, deux parties de ce Roman de Monsieur Fielding, qu’elle a rendues publiques. La version nouvelle que je vous annonce est complette. Le Traducteur, dans son Avertissement, en rendant justice aux talens de sa rivale, prouve qu’elle s’est écartée de son original. [...] [Le critique énumère les reproches de Puisieux envers Mme Riccoboni.] Je ne suivrai point notre Traducteur dans le tissu des reproches qu’il fait à Me Riccoboni. Ils me paroissent fondés. [...]411.

  • 412 L’Année littéraire 1762 : 175.

La dernière phrase de la citation est significative. Fielding semble être devenu un auteur intouchable en France. En outre, les critiques littéraires ne peuvent plus accepter les traductions où « pour employer l’esprit François, on perd totalement de vûe son modèle »412.

  • 413 « Sur ces entrefaites, un Officier Anglois nommé Bath, d’un caractère tout-à-fait original, grand c (...)

126La récension de L’Année littéraire est en grande partie un compte-rendu de l’intrigue de l’ouvrage. Cela était bien fréquent à l’époque, mais ici la méticulosité avec laquelle le critique, ému, résume toutes les petites circonstances de l’action révèle que la traduction de Puisieux l’a vraiment touché. On constate avec étonnement que l’un des personnages de la traduction de Puisieux l’a particulièrement charmé : le major Bath ! Ce personnage secondaire comique est décrit et cité longuement dans l’article413. Le critique semble apprécier la contradiction dans le caractère du personnage, qui est un fanatique des duels, mais chérit tendrement sa sœur lorsqu’elle est malade.

  • 414 L’Année littéraire 1762 : 149.
  • 415 L’Année littéraire 1762 : 162.
  • 416 L Année littéraire 1762 : 171.

127Quelques descriptions et scènes pathétiques du roman obtiennent également l’approbation du critique : l’aveu du meurtre de Miss Mathews à Booth, qu’il cite au début de l’article414, les remords qu’éprouve Booth après son adultère avec Miss Mathews415, le courage d’Amelie lorsque Booth lui raconte qu’il a tout perdu au jeu416 et surtout la fin de l’histoire de Mrs Bennet (qui n’existe pas du tout dans la traduction de Mme Riccoboni) où son mari, cocu et porteur de maladie vénérienne, meurt des suites d’un accès de colère lorsque la vérité lui a été révélée. Le critique écrit avec émotion :

  • 417 L’Année littéraire 1762 : 169.

C’est dans de tels morceaux. Monsieur, qu’on reconnoît cette énergie Angloise, qui quelquefois nous offre des images que notre délicatesse rejetteroit. Cependant ce tableau d’une si grande force est dans la nature la plus vraie. Me Bennet aux genoux de son mari lui raconte les moindres détails de sa déplorable aventure. Il se laisse attendrir, & pardonne. Ce malheureux époux, dans l’accès de sa fureur, s’étoit rompu un vaisseau ; il meurt quelque temps après417.

  • 418 Orf 1974 : 114-115.

L’appellation « énergie Angloise » est symptomatique ici. Amelia est pour les critiques français un roman aussi anglais que Tom Jones. Orf signale que les Français ne remarquaient pas la différence entre ces deux romans de Fielding418. Cela est visible dans la conclusion positive de Fréron :

  • 419 L’Année littéraire 1762 : 174.

Cet ouvrage de M. Fielding n’est pas indigne de la plume de cet illustre auteur. Amélie présente des traits du pinceau de Tom Jones ; des caractères variés, bien faits & bien dessinés ; une grande connoissance du monde & des hommes ; une critique fine, quelque fois forte & énergique ; des momens d’intérêt puisé dans la nature meme419 .

Pour conclure, notons que les six commentaires qui ont été présentés dans ce chapitre ne donnent pas seulement des indications sur la fortune de chaque traduction en France. On voit aussi que le DR Fielding n’est pas passé inaperçu par les contemporains. Quelques-uns des critiques mentionnés (Maty, le critique de l’Année littéraire, Grimm) signalent la fonction importante « des dialogues » dans les romans de Fielding. D’autres (par exemple le critique de la Bibliothèque française) les blâment. Enfin, certains critiques français ont remarqué dès le début l’appauvrissement de la représentation sociolectale des premières traductions de Fielding (critique du Mercure de France, 1750 et Petitot).

Notes

1 Rosier 1999 : 106-107, 124.

2 Pym 1998a : 121, 160-176. Voir aussi chapitre 1.

3 J’ai écrit ce chapitre principalement à Helsinki et à Moscou. Les textes de départ de Desfontaines et de Puisieux se trouvent à la BnF. J’ai étudié celui de La Place à Beinecke (Yale).

4 Sauf le RP dont il n’y avait pas suffisamment d’occurrences dans Joseph Andrews.

5 Joseph Andrews : livre I, chapitre iii, II, xiv, IV, xiv ; Tom Jones : I, iii, IX, ii, XVIII, xi ; Amelia : I, iii, VI, ix, XII, vii. (Je n’analyse pas, par exemple, le chapitre I, i dans les trois romans, puisque ces chapitres sont des préfaces où parle le narrateur.)

6 Par exemple : Fielding : « She repeated these Lines with so strong an Emphasis, that she almost frightned Amelia ont of her Hits [...] » (Fielding 1983 : VI, vii, 258). Puisieux : « Elle répéta ces vers avec tant emphase, qu’Amelie en fut émerveillée, [...] » (Puisieux 1781 : V [sic, VI], vii, 141).

7 Maurois 1946 : 12.

8 Battestin 1967 : xv-xvi.

9 « Now a comic Romance is a comic Epic-Poem in Prose ; differingfrom Comedy, as the serions Epie from Tragedy : its Action being more extended and comprehensive ; containing a much larger Circle of Incidents, and introducing a greater Variety of Characters. It differs from the serions Romance in its Fable and Action, in this ; that as in the one these are grave and solemn, so in the other they are light and ridiculous : it differs in its Characters, by introducing Persons of inferiour Rank, and consequently of inferiour Manners, whereas the grave Romance, sets the highest before us ; lastly in its Sentiments and Diction, by preserving the Ludicrous instead of the Sublime. » (Fielding 1967 : 4.)

10 Alter 1968 : 50-51 ; Maurois 1946 : 14 ; Perl 1981 : 257-263.

11 Goldberg 1969 : 27-72 ; Folkenflik 1974 : 168-174 ; Perl : 257-263.

12 Booth 1952/ 1972 : 424-425.

13 Perl 1981 : 251-253. Selon J.M. Perl, la narration de Joseph Andrews ne représente pas l’idéal rhétorique de Fielding (Ibid. : 254). Voir Hatfield, Glenn W. (1968) Henry’ Fielding and the Language of Irony. Chicago / London : The University of Chicago Press.

14 Alter 1968 : 109, 129. Les thèmes les plus importants de Joseph Andrews sont la polarité entre la ville et la campagne, la charité, c.-à-d. le vrai sens du mot « chrétien » et la différence entre les apparences et la réalité (Ibid. : 123-134). Pour les thèmes de Fielding, voir aussi Battestin (1959) The Moral Basis of Fielding’s Art : A Study of “Joseph Andrewsˮ. Middletown, CT : Wesleyan University Press, et Battestin (2000), chapitre « Thèmes and Topics », 221-248.

15 Alter 1968 : 108-109.

16 Par pluriscripturalisme, Hugh Amory entend les moyens stylistiques graphiques de la littérature censée être lue, que l’on ne peut pas utiliser au théâtre. Selon lui, Swift, Fielding et Richardson furent parmi les premiers à s’en servir dans la littérature anglaise : « Fielding and Richardson were among the first to give language a print dimension, by misspellings, variant type size and fonts, and mise-en-page. » (Amory 13.8.2001 : communication personnelle.)

17 Alter 1968 : 30.

18 Alter 1968 : 50-51.

19 Alter 1968 : 51.

20 Alter 1968 : 73-74, 79-80, 84, 90-94.

21 R.-J. Orf (1974 : 42 et passim, 205) a utilisé l’édition Perlet des Œuvres complettes de M. Fielding, 1797, et W. Graeber (1995a : 76 n19) celle d’Amsterdam de 1744.

22 Graeber 1995a : 110 ; Orf 1974 : 53.

23 Orf 1974 : 42-43. Desfontaines ajoute par exemple l’allusion suivante à Voltaire : « Pour Virgile il nous a donné l’Enéïde divisée en douze Livres par modestie, afin de faire voir qu’il ne prétendoit qu’à la moitié du mérite & de la gloire du Poëte Grec. Par la même raison, notre Milton dans le commencement n’alla que jusqu’à dix Chants ; mais enflé d’orgueil par les louanges que ses amis lui prodiguèrent, il s’égala dans la suite au Poète Romain. Ce n’est sans doute que pour se conformer à l’usage établi, que Voltaire, sur les pas des vrais Poëtes épiques, a partagé en dix beaux Chants son historique Henriade. » (Desfontaines 1743a : II, i, 144. Les caractères gras sont de moi.) À comparer avec l’original : « Virgil hath given us his Poem in twelve Books, an Argument of his Modesty ; for by that doubtless he would insinuate that he pretends to no more than half the Merit of the Greek : for the same Reason, our Milton went originally no farther than ten ; ‘till being pujfed up by the Praise of his Friends, he put himself on the same footing with the Roman Poet. » (Fielding 1967 : II, i, 92.) Après cela, il y a dans le texte de départ deux courts paragraphes (contenant par exemple cette comparaison ‘bienséante’« it becomes an Author generally to divide a Book, as it doth a Butcher to joint his Méat »...) que Desfontaines a omis de sa traduction.

24 Graeber 1995a : 73, 105-108, 109 ; Orf 1974 : 51.

25 Graeber 1995a : 100.

26 Graeber 1995a : 87, 91, 93-95.

27 Graeber 1995a : 81, 94 n40, 95, 97, 102. En général, les omissions de Desfontaines couvrent environ un quart du texte de départ. Les omissions varient de mots isolés à des paragraphes entiers, les plus amples étant de plus de 300 mots. La fonction des omissions est souvent de censurer l’original, moralement (jurons, langage vulgaire, scènes osées) ou stylistiquement (‘mauvais goût’).

28 Graeber fait remarquer à propos de cette omission que l’allusion au caractère parodique de cette description avait été omise aussi dans le titre du chapitre : Chapter VIII. In which, after some very fine H’riting, the History goes on, and relates the Interview between the Lady and Joseph [...]. Chapitre VIII. Ce qui se passe entre Lady Booby et Joseph [...]. Il constate que ces omissions dans les titres des chapitres rendent le ton de la traduction plus sérieux et diminuent le discours officieux entre l’auteur et le lecteur qui caractérise l’œuvre de Fielding. (Graeber 1995a : 81.)

29 Orf 1974 : 51-52. Voir aussi l’analyse.

30 Graeber 1995a : 95-96.

31 Graeber 1995a : 96.

32 Desfontaines 1743a : II, xiii, 282.

33 « Je demande d’avance pardon au lecteur par raport à la scene que je suis obligé d’exposer, pour ne point manquer aux loix de l’histoire, qui exige de ne rien omettre de ce qui est vrai dans le sujet qu’on traite. Le Chrétien le plus vertueux lit dans l’histoire du Peuple de Dieu, les caresses séduisantes de la femme de Putiphar, pour corrompre la vertu du chaste Joseph son domestique. Il lit cet endroit très-circonstancié, & il en est édifié. Pourquoi donc ne le seroit-on pas de ce que je vais raconter, puisque c’est précisément la même avanture ? La Dame Angloise doit paroître moins criminelle que la Dame Egyptienne, puisque pour se déclarer, elle a attendu qu’elle fut veuve, & libre, & qu’elle a sçu commander à ses désirs, non seulement tout le tems qu’elle a été liée par le mariage, mais encore les six premiers jours qui ont suivi sa liberté. » (Desfontaines 1743a : I, v, 22- 23.) Le traducteur explicite ici l’allusion discrète que fait Fielding à la Genèse dans l’original.

34 Graeber 1995a : 81-91.

35 Orf 1974 : 19.

36 Roberts 1922 : 725.

37 Orf 1974 : 21-22 ; Roberts 1922 : 725.

38 Bléchet & Bots 1991 : 109 ; Berkvens-Stevelinck 1984 : 316-318.

39 II y a, certes, une longue note de bas de page de la « Dame Angloise » où l’on mentionne le nom de l’abbé Desfontaines : « Le Telemaque de Monsieur de Fenelon me paroît autant mériter le titre de Poëme Epique, que TOdyssée d’Homere : * [...].
* M. l’Abbé Desfontaines est d’un sentiment différent dans quelque endroit de ses Observations, que je ne me rappelle pas, & M de Voltaire pense comme lui, dans son Essay sur la Poësie Epique. Mais je crois que l’un & l’autre se trompent [ !]. Le Telemaque est un vrai Poëme [...]. » (Desfontaines 1743a : Préface, non paginée. Les caractères gras sont de moi.) Est-ce pour faire croire que ce n’est pas Desfontaines qui a traduit l’ouvrage ?

40 R.-J. Orf (1974 : 47) et W. Graeber (1995a : 79) attribuent ces notes à Desfontaines lui-même, mais je suis persuadée qu’elles ont dû être écrites par quelqu’un d’autre.

41 Un commentateur anonyme de ma communication intitulée « Is there anybody in there ? Translators and Editors as Manipulators of a Literary Text. » (Congress in Eighteenth-Century Studies, Memory and Identity : Past and Présent, Toronto 19.– 21.10.2000) m’a fait remarquer qu’au XVIIIe siècle, les lecteurs voulant apprendre les langues lisaient souvent les traductions parallèlement avec les originaux. Par conséquent, « the explanatory notes by the editor of the 1744 Amsterdam édition of Desfontaines ’ translation of Joseph Andrews seem directed to persons following the translation in the original, and requiring notes signalling and explaining omitted passages. » L’éditeur d’Amsterdam n’explique pourtant qu’une fraction de la totalité des passages omis.

42 Voir par exemple Graeber 1995a : 80, 105-108.

43 « Composer un Roman dans le Goût des Avantures de Don-Quichotte, n’est pas une entreprise qui soit sans difficultés. Ce sera au Public à décider si M. Fielding y a réussi [...]. » (Bibliothèque française 1744 : 201.)

44 Battestin 2000 : article « Rabelais, François » ; Fielding 1974 : XIII, i, 686.

45 Orf 1974 : 49.

46 Une grande partie des rééditions de la traduction sont identiques à l’édition d’Amsterdam, voir tableau 1 (Les publications des Joseph Andrews de l’abbé Desfontaines et de M. Lunier 1743-1834) plus bas dans ce chapitre.

47 A. Berman (1990), entre autres. Les retraductions de Lunier et de Davaux appartiennent peut-être à la catégorie qu’A. Berman (1995 : 57) appelle « Courageuse introduction sans prétention littéraire » parce que l’on ne peut pas parler ici de grandes traductions qui puissent arrêter « pour longtemps le cycle des retraductions ».

48 La présence du traducteur, pour utiliser la terminologie de B. Folkart et de T. Hermans, la voix du traducteur, est assez perceptible dans ce texte. Il y a un grand nombre de notes et de parenthèses explicatives. Leur ton ressemble parfois à celui d’un narrateur supplémentaire : « [...] un troisième [de la compagnie] dit qu’il la [Fanny] croyoit de la famille de Turpin (1) : à quoi un quatrième, homme de génie, ajouta, en secouant la tête et en se battant les flancs, qu’il la croyoit plutôt alliée de Turpis ; ce qui fut suivi d’un éclat de rire universel.
(1) Fameux voleur, apparemment. » (Lunier 1807 : II, xi, 348. Les caractères gras sont de moi.)

49 Desfontaines 1743a : III, vi, 102-103 ; Fielding 1742 : III, v [sic, vi], 91, 92 ; Lunier 1807 : III, vi, 136-137.

50 Fielding : « Upon which he [Parson Trulliber] said, “No, Sir, no, I should not have been so rude to hâve taken it from you, if y ou had caal’d vurst ; but l’d hâve y ou know l’m a better Man than to suffer the best He in the Kingdom to drink before me in my own House, when /caale vurst.” » (Fielding 1742 : II, xiv, 273-274.) Lunier : « “Non, non, monsieur, dit celui-ci à Adams, je n’aurois certainement pas eu la malhonnêteté de l’arracher de vos mains, si je ne l’avois pas demandé le premier, mais il est bon que vous sachiez qu’un homme comme moi n’est pas fait pour souffrir que qui que ce soit dans le royaume, touche au pot de bière, lorsque je l’ai demandé avant lui”. » (Lunier 1807 : II, xiv, 398.)

51 Lunier 1807 : II, xiii, 388.

52 Lunier 1807 : II, xii, 368.

53 Le tableau récapitulant le style de vie du jeune Wilson (III, iii), le poème raillant le pasteur Adams (III, vii) et la citation que prononce le comédien lors de sa dispute avec le poète (III, x) manquent aussi bien dans la traduction de Desfontaines que dans celle de Lunier.

54 Fielding 1967 : I, v, 29. Notons au passage que Lunier enlève de sa traduction l’allusion que fait Fielding à la Genèse.

55 Orf 1974 : 48 ; Graeber 1995a : 103.

56 Alter 1968 : 138-139.

57 Booth 1961/ 1983 : 216. Booth cite le passage suivant : « We are now, Reader, arrived at the last Stage of our long Journey. As we hâve therefore travelled together through so many Pages, let us behave to one another like Fellow-Travellers in a Stage-Coach, who hâve passed several Days in the Company of each other ; and who, notwithstanding any Bickerings or little Animosities which may have occurred on the Road, generally make up at last, and mount, for the last Time, into their Vehicle with Chearfulness and Good-Humour [...]. » (Fielding 1974 : XVIII, i, 913.)

58 Crane 1950/ 1995 : 677-679. Cette perfection a aussi irrité les critiques dont Arnold Kettle, Edwin Muir et lan Watt (Hilles 1968/ 1995 : 787).

59 Hilles 1968/ 1995 : 788-789.

60 Alter 1968 : 139 (99-139).

61 Voici la division des chapitres : livre 1 : 13 chapitres, II : 9, III : 10, IV : 14, V : 12, VI : 14, VII : 15, VIII : 15, IX : 7, X : 9, XI : 10, XII : 14, XIII : 12, XIV : 10, XV : 12, XVI : 10, XVII : 9, XVIII : 13.

62 La narration est à la première personne dans ces deux mises en abyme.

63 Hilles 1968/ 1995 : 789-790.

64 Alter 1968 : 110.

65 Battestin 1968/ 1995 : 735, 737, 740. La prudence est le thème éthique central de Tom Jones (Ibid. 734).

66 Le texte d’arrivée de S. Charles (1994 : 936 n17) est l’édition Perlet des Œuvres complettes de M. Fielding, 1797.

67 Le texte d’arrivée de W. Graeber (1995a : 130 n25) est l’édition d’Amsterdam de 1750.

68 L’orthographe est plus moderne dans l’édition d’Amsterdam et elle contient moins de fautes de frappe. L’édition de « Londres » : « Ce que c’est, que de n’avoir pas assez lû Loke ! » (La Place 1750 : XI, v, 252). L’édition d’Amsterdam : « Ce que c’est que de n’avoir pas assez lu Locke ! » (XI, v, 171 in Histoire de Tom Jones, ou L’enfant trouvé, traduction de l’Anglois de M. Fielding. Par M.D.L.P. Enrichie d’Estampes dessinées, Par M. Gravelot. A Amsterdam 1750, aux dépens de la Compagnie).

69 Histoire de Tom Jones, ou l’enfant trouvé, Traduction de l’Anglois, de M. Fielding, Par M.D.L.P., enrichie d’estampes dessinées par M. Gravelot. A Dresde 1750. Chez George Conrad Walther, libraire du Roi.

70 Graeber 1995a : 135-136. La Place (tome V, 302) cité par W. Graeber (Ibid. 136).

71 Graeber 1995a : 133.

72 Il a traduit partiellement les chapitres XIII, i (Extrait d’invocation) et XVII, i (Introduction).

73 Charles 1994 : 940, 948 ; Graeber 1995a : 133, 144-147. Selon S. Charles (Ibid. 948), le texte de départ est réduit à peu près de 40 % dans la traduction de la Place.

74 Charles 1994 : 948-949.

75 Charles 1994 : 951-954.

76 Charles 1994 : 941. Le traductologue danois H. Gottlieb présente une hypothèse (1999/ 2004 : 22) intéressante concernant la standardisation du genre des ouvrages littéraires. Selon cette hypothèse de « l’effet centripète de la traduction » (centripetal effect in translation), les textes traduits tendent à perdre leur position excentrée dans le champ d’un genre littéraire : « Through the strategy of normalization, including explicitation, the translator moves the text away front its original and, literally speaking, often excentric position within its genre, pulling it into a position which is less extreme. In this way, both at a general level (the entire text) and at a more spécifie one (e.g. the individual sentence) ‘excentric’ originals are often sucked inward, toward the center of the genre in question. » (Gottlieb, Henrik (2004) Screen Translation. Seven studies in subtitling, dubbing and voice-over. Copenhagen : Center for Translation Studies, Department of English, University of Copenhagen.)

77 Graeber 1995a : 151.

78 Charles 1994 : 940-941 ; Graeber 1995a : 141-144.

79 S. Charles analyse avec ingéniosité « cette entreprise d’appropriation » de La Place : « La confusion entre auteur et traducteur est aussi l’effet d’un texte réflexif ; on sait que Fielding y intervient à tout propos en laissant constamment imaginer ce qu’aurait été sur chaque point une démarche différente de la sienne. Dans ce contexte rien ne ressemble plus à une parole auctoriale qu’une intervention du traducteur annonçant une accélération du rythme du récit, une coupure ou la suppression d’une inconvenance. » (Charles 1994 : 935.) Voir aussi Graeber 1995a : 135-137.

80 Charles 1994 : 935-936, 957-958.

81 « L’Auteur Anglois, après avoir conduit Tom Jones & Partridge jusqu’à Glocestre, sans aucune avanture digne d’être transmise à la postérité, les fait dîner dans une fameuse Auberge, dont l’Hôtesse aussi aimable que polie fait un très-honnête accueil à notre Héros, qui a même le plaisir de dîner avec elle. » (La Place 1750 : VIII, vii, 42. Les caractères gras sont de moi.)

82 Berman 1990 : 5.

83 Graeber (1995a : 137) mentionne aussi le cas suivant où le traducteur ne parle pas explicitement de l’auteur anglais, mais que je considère comme un RP : « J’épargne au Lecteur toutes les sentences, toutes les citations, toutes les maximes & les raisonnemens politiques dont Madame Western avoit fortifié divers endroits saillans de sa harangue. Je crois devoir aussi passer sous silence, & les réponses de Sophie, & les répliqués de la tante. » (La Place 1750 ; VII, ii, 272-273.)

84 Celle de La Place, in-12, contient 1303 pages.

85 Voir aussi Taivalkoski-Shilov 2003.

86 Fielding : « Come thou, that hast inspired thy Aristophanes, thy Lucian, thy Cervantes, thy Rabelais, thy Moliere, thy Shakespear, thy Swift, thy Marivaux, fill my Pages with Humour ; till Mankind leam the Good-Nature to laugh only at the Follies of others, and the Humility to grieve at their own » (Fielding 1974 : XIII, i, 686. Les caractères gras sont de moi). Davaux : « Viens, déesse d’Aristophanes, de Cervantes, de Rabelais, de Molière, de Shakespear, de Siwift [sic], viens animer mon ouvrage de ta gaité, jusqu’à ce que la race humaine apprenne à rire de la folie des autres et à s’affliger de la sienne » (Davaux 1796 : tome troisième, IV, i, 359). La Place (1750 : XIII, i, 3), qui avait traduit une partie de cette invocation, est plus tolérant (ou plus soigneux) et mentionne les noms de Lucien et de Marivaux parmi ces hommes de génie.

87 Il y a, naturellement, des notes du traducteur, qui sont neutres et explicatives : « Le profit qu’il retirait de son école ne lui eût pas procuré une grande aisance s’il n’y eut joint les offices de bedeau et de barbier ; et si M. Allworthy n’y eut ajouté une rente de dix livres (1), qu’il touchait tous les ans à Noël, ce qui le mettait en état de passer gaiement les fêtes.
(1) Ici et dans tout le reste de l’ouvrage, par livre, on doit entendre une livre sterling, qui vaut environ un louis. (Davaux 1796 : tome premier, II, iii, 112-113, note page 112. Les caractères gras sont de moi.)

88 Davaux 1796 : vii-viii.

89 « Le lecteur voudra bien se souvenir que dans le neuvième chapitre du septième livre [sic, tome second, II, ix] de notre histoire, nous avons laissé Sophie, après un long débat entre l’amour et le devoir, décidant la cause, comme il arrive, je crois d’ordinaire, en faveur du premier. » (Davaux 1796 : tome troisième, I, viii, 70.)

90 Fielding : « ‘Indeed, Child, and so she [Molly] had, ’ says the Mother sobbing, ‘she hath brought a Disgrace upon us ail. ‘She ’s the vurst of the Vamily that ever was a Whore. ’ » (Fielding 1749 : IV, ix, 60. Les caractères gras sont de moi.) Davaux : « – Oui, mes enfans, dit la mère en sanglotant ; elle nous a apporté à toutes son déshonneur ; elle est la première de la famille qui soit une coquine » (Davaux 1796 : tome premier, IV, ix, 319-320. Les caractères gras sont de moi.).

91 Fielding : « He [Western] then bespattered the Youth with Abondance of that Language, which passes between Country Gentlemen who embrace opposite Sides of the Question ; with frequent Applications to him to salute that Part which is generally introduced into ail Controversies, that arise among the lower Orders of the English Gentry, at Horse-races, Cock-matches, and other public Places. Allusion to this Part are likewise often made for the Sake of the Jest. And here, l believe, the Wit is generally misunderstood. In Reality, il lies in desiring another to kiss your A- for having just before threatened to kick his : For I have observed very accurately, that no one ever desires you to kick that which belongs to himself, nor offers to kiss this Part in another. » (Fielding 1974 : VI, ix, 302-303. Les caractères gras sont de moi.) Davaux : « Cet appel fut suivi d’un déluge d’injures très-familières aux gentilhommes campagnards qui sont de partis opposés » (Davaux 1796 : tome second, I, ix, 78).

92 Pour la réception de ce roman, voir par exemple Paulson & Lockwood 1969/ 1995 et Battestin 1983 : 1-1xi.

93 Alter 1968 : 150. Selon G. Hautcœur (1998 : 86), le mariage est également le thème central de la nouvelle espagnole du XVIIe siècle. Elle écrit : « [N]’étant plus contraint par le code des bienséances, le personnage se laisse conduire par une passion qui se trouve cette fois-ci aux prises avec la société et non plus avec les obstacles de la Fortune. Ainsi, le mariage, au lieu d’être la fin vers laquelle doit tendre le roman, apparaît dans la nouvelle comme un noyau problématique autour duquel se développe l’intrigue romanesque. Or, c’est bien là une des caractéristiques thématiques les plus remarquables de la nouvelle espagnole qui se noue autour du motif mariage avec adultères, mariages secrets, promesses de mariage non tenues... » (Hautcœur, Guiomar (1998) « Le classicisme français face à l’Espagne. » in Ballard 1998a, 79- 89.)

94 Alter 1968 : 139, 145. Voici ce qu’en dit le narrateur à.’Amelia tout au début du roman : « The various Accidents which befel a very worthy Couple, after their uniting in the State of Matrimony, will be the Subject of the following History » (Fielding 1983 : I, i, 15). L’un des thèmes importants du roman est aussi la prudence que Fielding appelle ici « Art of Life » (Ibid. 17). A l’exemple de Tom Jones, Bill Booth devra apprendre la prudence à force d’épreuves.

95 Au chapitre V, ii, que Fielding a malheureusement omis de la seconde édition d’Amelia.

96 Alter 1968 : 148 ; Battestin 1983 : xv. On pense aussi à Moll Flanders et aux ouvrages de Swift.

97 La division des chapitres : livre 1 : 10 chapitres, II : 9, III : 12, IV : 9, V : 9 (10 dans la première édition), VI : 9, VII : 10, VIII : 10, IX : 10, X : 9, XI : 9, XII : 9.

98 Sherbum 1936/ 1962 : 148.

99 Alter 1968 : 142 ; Sherbum 1936/ 1962 : 147.

100 Alter 1968 : 158 ; Battestin 1983 : xv-xvi.

101 Les narrateurs intradiégétiques sont Miss Mathews, William Booth et Mrs Bennet (plus tard Mrs Atkinson), qui racontent à la première personne. L’histoire avertissante de Mrs Bennet (VII, ii-ix) sauve Amelia des griffes de Mrs Ellison et du lord pervers.

102 Alter 1968 : 173-174.

103 Alter 1968 : 156, 176.

104 Graeber 1995a : 260 n20.

105 Graeber 1995a : 262-263.

106 Graeber 1995a : 263.

107 Graeber 1995a : 267, 269, 283-287, 292.

108 Graeber 1995a : 264, 269 et passim.

109 Outre Booth et Hebbers [Summers], les autres personnages rebaptisés par Mme Riccoboni, ennemie des monosyllabes, sont le colonel Bath (colonel Sir George Maderty) et le captain Trent (capitaine Tanger). En outre, elle donne un nom au lord pervers qui est anonyme dans l’original : mylord Mansel. (Graeber 1995a : 269, 273.)

110 L’histoire de Miss Mathieu : Première partie : 25-83. L’histoire de M. Fenton : Première partie : 93-175, Seconde partie : 8-197. (Riccoboni 1762.) Le troisième récit intradiégétique de l’original, l’histoire de Mrs Bennet, manque complètement dans la traduction.

111 Graeber 1995a : 263, 285, 293.

112 Par exemple, Graeber (1995a : 270) mentionne les prisonniers de Newgate que la traductrice a supprimés, avec la description de la prison de Newgate, du début du roman. J’ajouterai les personnages que Booth rencontre lorsqu’il est détenu pour la première fois chez le baillif (VIII, v et x) et le père et le fils qui ont une dispute savante sur la théologie avec le Dr Harrison (IX, viii, x).

113 Graeber 1995a : 274 n40.

114 Riccoboni 1762 : Troisième partie, 87.

115 La veuve Cary, l’époux de la sœur de Miss Mathieu, le frère de celle-ci, la fille du propriétaire de la maison où habite Miss Mathews, Sir George Maderty (Bath) et Mylord Mansel (Graeber 1995a : 270-274).

116 Graeber 1995a : 265, 268, 280-281.

117 Graeber 1995a : 272. Elle dit : « Craignez de m’irriter ; ce ne sera pas en attaquant vos jours que je me vengerai, j’adresserai plus sûrement mes coups, ils pénétreront dans votre cœur. Le supplice ou la mort ne m’effrayent point, vous le sçavez ; si je vous attends demain en vain, rappelez-vous Summers [Hebbers] & tremblez pour Amélie. » (Riccoboni 1762 : Troisième partie, 183.)

118 Quand j’amassais mon corpus à la BnF en été 1999, la seconde partie de la microfiche contenant la première édition (éd. Charpentier 1762, côte BnF : MICROFICHE M- 10128, 1-2) était disparue. Ne sachant pas que j’aurais peut-être pu obtenir l’exemplaire original à la Réserve, j’ai utilisé l’édition Cazin (1784) pour la seconde partie de mon corpus, et ai décidé de lire plus tard la traduction entière. L’occasion ne s’est présentée qu’en hiver 2001-2002 à Moscou, où la seule édition non lacunaire de la traduction est celle de 1781.

119 Rivara, à paraître : 3.

120 Il traduit aussi le chapitre V, ii, Containing a Br ace of Doctors, and much physical Matter (Qui contient une consultation de médecine, & autre matière de même genre) omis après la première édition d’Amelia, ce qui révèle que le texte de départ de Puisieux est la première édition (Puisieux 1762 : Vi, ii, 88-93).

121 Ce passage manque complètement dans la traduction de Mme Riccoboni. Le même passage dans l’original : Fielding : « When Amelia went out in the Morning, she left her Children to the Care of her Husband. In this amiable Office he had been engaged near an Hour ; and was at that very Time lying along on the Floor, and his little Things crawling andplaying about him, when a most violent Knock was heard at the Door ; and immediately a Footman running up Stairs, acquainted him, that his Lady was taken violently ill, and carried into Mrs. Chenevix’s Toy-shop. Booth no sooner heard this Account, which was delivered with great Appearance of Haste and Earnestness, than he leapt suddenly from the Floor ; and leaving his Children roaring at the News of their Mother ’s Illness, in strict Charge with his Maid, he ran as fast as his Legs could carry him to the Place ; or towards the Place rather [...]. » (Fielding 1983 : VIII, i, 308.)

122 Puisieux 1781 : IX, ix, 85. Les caractères gras sont de moi. Fielding : « [...] but the little Boy [...] cried – ‘Indeed, Papa, those naughty Men there hâve frighted my Mamma out ofher Wits’ » (Fielding 1983 : IX, ix, 397).

123 Graeber 1995a : 275 ; Mylne 1994 : 139.

124 Rivara, à paraître : 13 n23, 15, 16 n27, 18.

125 Par exemple : Fielding : « ‘He is Pimp in ordinary to my Lord – who keeps his Family [...] ’ » (Fielding 1983 : X, ix, 449). Puisieux : « Il est le mercure ordinaire de Milord... qui soutient sa famille [...] » (Puisieux 1781 : X, ix, 183).

126 L’une des épigraphes est en latin (Horace, Odes, I, xiii, 17-18) et l’autre en grec (Sémonide de Samos, lambiques, iii).

127 La Place 1782 : 10 ; Morris 196 : 49-84 ; Sgard 1999 : article 383 « Guyot Desfontaines, Pierre (1685-1745) ».

128 En effet, notre abbé aurait été un critique assez redoutable étant donné qu’un certain M. Bret composa l’épitaphe suivante peu après sa mort : « Lorsqu’au bas du Pinde on apprit ; Que desfontaine avoit cessé de vivre : Dieu merci ! dit un Bel-esprit, Je vais faire imprimer mon livre. » (La Place 1782 : 12.) L’épitaphe nous est communiquée par le traducteur de Tom Jones, Pierre-Antoine de La Place, qui parle avec respect de Desfontaines dans son recueil d’épitaphes (Ibid. 10-12).

129 Balliu 1999 : 69-95.

130 Morris 1961 : 21-37 ; Sgard 1999 : article 383 « Guyot Desfontaines, Pierre (1685- 1745) ». Selon Sgard, Desfontaines naquit le 22 juin. Je fais pourtant plus confiance à Morris, qui cite le certificat de baptême de Desfontaines dans son étude. On y dit que Pierre-François Guyot est né le 25 juin.

131 Morris 1961 : 45-46, 187-199.

132 Desfontaines 1728 : s.v. « écrevisse ».

133 Desfontaines 1728 : s.v. « ventre ».

134 Desfontaines 1728 : s.v. « maintenant ». Les caractères gras sont de moi.

135 Desfontaines 1728 : s.v. « prétérit indéfini ». Il y raille également l’incise : « il dit. Cette expression consacrée à la Poësie pour signifier, il parla ainsi, est très-belle, même en prose, car l’Auteur de VHist. Rom. s’en sert fort souvent » (Ibid. s.v. « il dit »).

136 Sgard 1999 : article 383 « Guyot Desfontaines, Pierre (1685-1745) ».

137 Morris 1961 : 95- 147, 372.

138 « Maladie singulière de la peau. On trouve dans un extrait des registres de la Société royale, la description d’une maladie plus surprenante encore [que l’hydropisie de l’ovaire], & plus rare. Un Laboureur de la Province de Suffolk, présenta à cette Société son fils, âgé d’environ quatorze ans, dont la peau (si on peut l’appeller ainsi) ressembloit à un gros foureau brun, fait d’écorce ridée ou de cuir chagriné ; elle étoit garnie de poils en quelques endroits, & couvroit exactement tout le corps, hors le visage, les plantes de pieds & les paumes des mains : ces parties paroissoient nuës, tandis que le reste étoit habillé. »... (Desfontaines 1741 : 177-178. Observations sur les Ecrits modernes. Tome XXVI.)

139 Momet 1910 : 479 ; Morris 1961 : 95- 147.

140 Morris 1961 : 48-49, 72-73.

141 On lui attribue parfois aussi la traduction de The Rape of the Lock (soit la traduction de 1728, soit celle de 1738). Voir à ce propos Voogd, Peter J. de (1989) « One More Key to the Lock : Belinda Translated. » J. Lachlan Mackenzie & Richard Todd, éds., In other words. Transcultural Studies in Philology, Translation, and Lexicology presented to Hans Heinrich Meier on the occasion of his sixty-fifth Birthday. Dordrecht : Foris Publications, 201-209.

142 Labriolle 1966 : 381 ; Morris 1961 : 200-205, 278.

143 Mander 1995 : 193-194.

144 Labriolle 1966 : 381, 383-384 ; Morris 1961 : 278-309. La traduction est intitulée : The travels of Mr. John Gulliver : son of Capt. Lemuel Gulliver / translated front the French, by J. Lockman. London : Printed for Sam. Harding, 1731. Cote dans la bibliothèque de Houghton : *EC7 L8126 73 Id (catalogue informatique de Harvard, HOLLIS).

145 Catalogue informatique de Harvard, HOLLIS.

146 Par exemple, il annonce avoir traduit de l’anglais les ouvrages suivants : Etat de la Médecine ancienne & moderne (1742) par M. Clifton, et le premier tome de l’Histoire du détrônement d’Alfonse VI (Desfontaines 1742 : 68-70. Observations sur les Ecrits modernes. Tome XXIX).

147 Morris 1961 : 331-345.

148 Léger 1996 : 89-96.

149 Léger 1996 : 93.

150 Battestin 2000 : article « Desfontaines, Pierre François Guyot ».

151 « Épanchement de sérosité dans une cavité naturelle du corps (spécialt l’abdomen) ou entre les éléments du tissu conjonctif. « le ventre gros d’un commencement d’hydropisie » (Zola). » (Petit Robert s.v. « hydropisie »).

152 Morris 1961 : 84.

153 Ce titre est un peu différent dans la version d’Amsterdam (à partir de 1744) de la traduction : « Lettre d’une Dame Angloise à Madame * * * Epouse de Mr. *** Maître des Comptes de Montpellier ».

154 Battestin 1967 : xxxvi ; Desfontaines 1743a : 333 ; Orf 1974 : 36-37.

155 Desfontaines 1743a : 325, 326-328, 333. Passage cité 328.

156 Desfontaines 1743a : 329-330.

157 Desfontaines 1743a : 327.

158 Ducrocq 1975 : 581-582, 584.

159 « Dans l’original, la Demoiselle Slipslop parle un jargon ridicule, estropiant beaucoup de mots, sur-tout les mots sçavans, dont elle affecte de se servir, sans en sçavoir bien la signification, & affectant de tems en tems un langage sublime, qui dans la bouche d’une soubrette est très comique. Il m’a fallu chercher des équivalens dans votre langue, pour rendre à peu près son langage impertinent » (Desfontaines 1743a : 334).

160 « [L]le mot que dit la Houspille contre sa servante [bitch], est des plus injurieux en Anglois, & on n’a osé l’écrire tout au long dans l’original. Cependant ce n’est rien en François, puisqu’il ne signifie que chienne, mot assez ordinaire dans votre langue. L’idée Angloise attachée à ce mot vous fera comprendre la raison des cris de Nanon, lorsqu’on le lui applique, & le sens de sa réponse. Il y a dans le texte, Je n’ai rien fait que de naturel. J’ai mis à la place : Je n’ai rien fait que d’humain, qui m’a paru mieux & plus intelligible pour un François. » (Desfontaines 1743a : 338-339.)

161 Par exemple : « Venons maintenant aux faits curieux contenus dans votre Relation. A l’égard des mœurs & des usages de votre Ile de Babilary, il n’y a personne qui ne sache, qu’il y a eu en differentes parties du Monde des Païs, où les femmes avoient un courage viril, & où les hommes au contraire étoient lâches et efféminés. » (Desfontaines 1730 : 171-172.) Les explications du ‘docteur Ferruginer’ sur la « Gynécocratie » de Babilary prennent onze pages.

162 Desfontaines 1743a : 333.

163 Desfontaines 1743a : 325-326.

164 Desfontaines 1743a : 349.

165 On y explique même quelques passages du texte de départ qui ont été supprimés du texte d’arrivée. Par exemple la proposition suivante : « Another whispered in her [Fanny’s] Ear, ‘if she had not provided herself a great Belly, he was at her service. ’ » (Fielding 1967 : II, xi, 145) manque totalement dans la traduction, mais le paratexte nous informe que : « Chez nous, lorsqu’une femme est condamnée à mort, on fait examiner par des Matrones, si elle n’est point enceinte : auquel cas on renvoie le supplice après l’accouchement. Mais on lui fait grâce ordinairement, lorsqu’elle a accouché. Aussi les femmes ou filles, qui s’attendent à être condamnées à mort, tâchent de se mettre en état d’avoir un enfant. Cela est naturel. Cet enfant à qui elles donnent la vie, la conserve à sa mère. » (Desfontaines 1743a : 341.)

166 Desfontaines 1743a : 330, 333, 334.

167 Le passage cité est tiré d’Amelia traduit par Puisieux 1784 : X, ii, 274.

168 Journal de Paris 205, Vendredi 24 juillet 1807 : 1450.

169 Mercure de France 314, Samedi 25 juillet 1807 : 185.

170 Archives biographiques françaises I, 682 : 378 ; Grente 1995 : article « Lunier ».

171 Je remercie Mme V. Guitton, Attachée de Conservation du Patrimoine, à qui je dois ces informations. Mme Guitton m’a fait parvenir la photocopie du mariage Lugné / Saillant ainsi que celles des baptêmes des trois premiers fils du couple, dont l’un est susceptible d’être mon M. Lunier. Elle constate dans sa lettre : « Cela ne reste bien sûr qu’une hypothèse, puisque l’orthographe n’est pas strictement exacte » (Guitton 27.9.2001 : communication personnelle). N’oublions pourtant pas que l’orthographe des noms n’était pas fixée au XVIIIe siècle. Par exemple le nom de famille Fielding variait avec Feilding à l’époque (Battestin 1989 : 7-8).

172 Archives Municipales de Nantes : microfilm 2 Mi 167 : registre GG 447 ; microfilm 2 Mi 91 : registre GG 251.

173 Quérard 1964 : article « Lunier () ».

174 Lunier 1805 : s.v. « anagramme ».

175 « CLITORIS, s.m. du grec χλεἰτορἰ (kleitoris), dérivé de χλείω (kleiô), fermer. (Anat.) Portion externe des parties naturelles de la femme, placée dans l’angle que les nymphes forment entre elles. Il paroît comme un petit gland, excepté qu’il n’est pas percé. Il a une érection de même que la verge de l’homme, à quoi il a quelque rapport, et passe pour être le principal siège du plaisir vénérien. » (Lunier 1805 : s.v. « clitoris ».)

176 Lunier 1805 : iii-iv. Les caractères gras sont de moi.

177 Le Mercure de France, qui était à l’époque publié par la même maison d’édition, le Normant, annonce sa parution ainsi : « On a mis en vente cette semaine, chez le Normant, une traduction de Joseph Andrews, roman de Fielding. Quatre vol. in-12. Prix 8 fr., et 10 fr. par la poste. » (Mercure de France 292, Samedi 21 février 1807 : 376.)

178 Lunier 1807 : 5. Les caractères gras sont de moi.

179 Lunier 1807 : 6.

180 Lunier 1807 : 6.

181 Lunier 1807 : 6-11. Expression citée, 11.

182 Lunier le lexicographe reparaît dans une note de bas de page : « (1) Ces deux mots, d’origine indienne, servent à désigner, l’un la partie solide, l’autre la partie liquide de la tortue : deux mets dont la prééminence, l’une au-dessus de l’autre, n’est pas encore bien constatée, malgré qu’elle soit, depuis deux siècles, l’objet d’une discussion gastrologique très-sérieuse entre les plus habiles gourmands de Londres, de Bristol et de la Jamaïque. » (Lunier 1807 : 9-10. Les caractères gras sont de moi.)

183 Lunier 1807 : 8-10. Les caractères gras sont de moi.

184 Fielding 1967 : II, xiv, 162.

185 Lunier 1807 : II, xiv, 390. Les caractères gras sont de moi.

186 La Place 1745/ 1746 : Tome IV, 136.

187 Lunier 1807 : 11.

188 Orf 1974 : 170.

189 Fielding 1967 : Préface, 9.

190 Desfontaines 1743a : Préface, non paginée. Les caractères gras sont de moi.

191 Lunier 1807 : Préface, xx. Les caractères gras sont de moi.

192 Il termine sa préface dramatiquement : « La règle exigerait que je fisse ici l’éloge de mon auteur [...] mais, outre que Fielding est assez connu pour n’avoir pas besoin de mon ministère, je craindrais qu’on ne m’accusât d’avoir voulu me cacher sous son égide, et d’avoir, ainsi, voulu le rendre complice d’une traduction dont les défauts ne peuvent rien diminuer de sa célébrité. » (Lunier 1807 : 11-12.)

193 Cobb 1928 : 80-81 ; Graeber 1995a : 114.

194 Battestin 1989 : 3 ; Cobb 1928 : 11.

195 Cobb 1928 : 11-13.

196 La Biographie universelle dit de La Place : « Le traducteur connaissait d’ailleurs assez mal la langue anglaise : par exemple, il traduit ce titre d’une comédie : Love’s last shift (ressource), par la dernière chemise de / ’amour. » (Ibid, article « La Place ».) Est-ce que l’on peut faire consciemment une faute aussi absurde ?

197 Cobb 1928 : 18-19, 26-27 ; Sgard 1999 : article 454 « La Place, Pierre de (1707- 1793) ».

198 Graeber 1995b : 28.

199 Les tomes I-IV du Théâtre Anglois comprennent Othello, Henry VI, Richard III, Hamlet, Macbeth, Cymbeline, Jules-Cesar, Antoine et Cleopatre, Timon, Femmes de Bonne Humeur, ou les Commeres de Windsor par Shakespeare et La Pucelle par Fletcher. En outre, les tomes III et IV du recueil contiennent des analyses et des sommaires de vingt-quatre pièces de Shakespeare non traduites. (La Place 1745/ 1746 : tomes I-IV.)

200 Cobb 1928 : 37 ; La Place 1745/ 1746 : tome II, « Hamlet », l’acte I, scène xi, 116.

201 Shakespeare 1604/ 1978 : Act II, Scene I, 293-294.

202 La Place 1745/ 1746 : tome I, « Othello », l’acte II, scène viii, 58. (Chez Shakespeare, l’acte Il contient trois scènes alors que dans la traduction, il est divisé en vingt scènes.)

203 Cobb 1928 : 47-49.

204 Cobb 1928 : 49 ; Graeber 1995b : 23.

205 Desfontaines 1745 : 16. Les caractères gras sont de moi.

206 Desfontaines 1745 : 45. Le critique considère Othello comme la meilleure pièce de Shakespeare et en fait un article à part (p. 265-287). Dans ce même article, il accuse Voltaire d’avoir plagié Shakespeare dans Zatre (Ibid. 286-287).

207 Le Théâtre Anglois V-VIII (1747-1749) : Ben Jonson, Rowe, Otway, Dryden, Congreve, Hughes, Young, Southeme, Addison et Steele (Cobb 1928 : 53).

208 Cette citation non verbatim de Cicéron est la devise de la première partie du Théâtre Anglois.

209 Cobb 1928 : 52-68.

210 La Harpe 1799/ 1821 : 317. La Place, qui se considérait comme un disciple de Voltaire, écrivit lui-même quelques romans et pièces de théâtre qui connurent moins de succès que ses traductions (Cobb 1928 : 81-85, 115-131).

211 Cobb 1928 : 69-78 ; Graeber 1995a : 114.

212 Graeber 1995a : 116-118.

213 L’Orpheline Angloise, ou Histoire de Charlotte Summers (1751), Thomas Kenbrook, histoire anglaise 1754), les Erreurs de l’amour-propre, ou Mémoires de Milord D... (1754), Lydia ou Mémoires de Mylord D... (1772), les Deux Mentors (1784) et Le Vieux baron anglais (1787) (Cobb 1928 : 78-79, 205-207 ; Graeber 1995a : 183-197).

214 Cobb 1928 : 132, 138-142, 153-154 ; Sgard 1999 : article 454 « La Place, Pierre de (1707-1793) ».

215 « de M.D.L.P.***/ Ci-gît, qui bravant les Caillettes, / Ennemi juré des Sornettes, / Fut moins à lui qu’à ses amis : / Dont l’âme aussi franche qu’humaine, / S’ouvrit quelquefois au Mépris ;/ Mais n’accueillit jamais la Haine./ Par lui-même. » (La Place 1782 : 81.)

216 Cobb 1928 : 154-179, 200, 206. On dit que La Place mourut de chagrin parce que son propriétaire l’avait obligé à quitter l’appartement qu’il occupait depuis vingt ans. Il est décédé avant le déménagement. (Ibid. 200 n2.)

217 Desfontaines 1745 : 32 ; Sgard 1999 : article 454 « La Place, Pierre de (1707-1793) ».

218 La Place 1750 : vi. Les caractères gras sont de moi.

219 « P.S. Pardonnez, de grâce, au style d’un François, qui depuis son enfance n’écrivit jamais dans votre langue. Ce n’est point ma plume, c’est mon cœur qui vous parle. » (La Place 1750 : xi.)

220 « Telle est, Monsieur, toute mon apologie, pour avoir osé, non pas changer, mais accommoder quelques parties de votre Ouvrage au goût d’un peuple aux yeux duquel un choix des Pièces Dramatiques Angloises, & la Tragédie de Venise sauvée ajustée à notre Théâtre, ont eu le bonheur de plaire » (La Place 1750 : ix-x. Les caractères gras sont de moi).

221 Charles 1994 : 936 ; Orf 1974 : 76.

222 La Place 1750 : vii-viii.

223 0rf 1974 : 67, 75-78, 123, 127, 153, 157-158, 161.

224 Desfontaines 1745 : 38-44.

225 La Place 1745/ 1746 : ci, cil. Les caractères gras sont de moi.

226 Cobb 1928 : 18 n2 ; Sgard 1999 : article 454 « La Place, Pierre de (1707-1793) ».

227 La Place 1745/ 1746 : xcix-c.

228 « Une fois échauffés par l’intérêt résultant d’une intrigue patétique & adroitement tissuë, ils [les François] supportent impatiemment toute espece de digressions, de Dissertations *, ou de Traité de Morale, & regardent ces omemens, quelque beaux qu’ils soient, comme autant d’obstacles au plaisir dont ils sont empressés de jouir. » Ici, La Place ne s’exprime pas avec duplicité, car il parle positivement de ces préfaces dans sa note au lecteur français : « * [...] J’ai crû devoir supprimer ces morceaux, très-bons ailleurs, & dont on pourroit dans la suite former un petit volume détaché aussi instructif qu’amusant. » (La Place 1750 : viii-ix. Les caractères gras sont de moi.)

229 La Place 1750 : x.

230 La Place 1788 : 7 n2.

231 Jacques Rollin ne voulut pas attendre la permission officielle de publier l’ouvrage et le présenta en France soi-disant publié à Londres chez Jean Nourse, ce qui causa la suppression momentanée de l’ouvrage. On prétend souvent que Tom Jones fut interdit à cause de son immoralité, mais Digeon et Orf mettent en évidence qu’il s’agit d’un mythe. (Digeon 1927 : 529-531 ; Orf 1974 : 55-59.)

232 Battestin 1974 : lii ; Battestin 1989 : 694.

233 Hamon 2000 : 105-106.

234 Je suis reconnaissante à Mme Monique Samé, assistante qualifiée de conservation à la Bibliothèque Municipale d’étude et d’information de Grenoble, qui a vérifié que les catalogues de la bibliothèque ne contiennent pas de documents par Guillaume Davaux (Samé 15.12.2001 : communication personnelle). Mme Samé m’a également envoyé par la poste plusieurs documents qui m’ont été d’une grande utilité (Samé 14.12.2001 : communication personnelle).

235 http://catalogue.bnf.fr

236 Dictionnaire de biographie française : articles « Davaux (Guillaume) » ; Hamon 2000 : 106.

237 Jean-Baptiste Davaux (né à la Côte-Saint-André le 19 juillet 1742, mort à Paris le 22 février 1822) inventa un instrument qui est le précurseur du métronome (cf. ses lettres dans le Journal de Paris du 8 mai 1784 et dans le Journal encyclopédique de juin 1784). Il fut l’un des compositeurs favoris du public de son temps. (Dictionnaire de biographie française : article « Davaux (Jean-Baptiste) ».)

238 Dictionnaire de biographie française : articles « Davaux (Guillaume) » et « Davaux (Jean-Baptiste) » ; Archives biographiques françaises I, 283 : 352-369 (articles « Guillaume Davaux » et « Jean-Baptiste Davaux ») ; Hamon 2000 : 106.

239 Hamon 2000 : 107.

240 Le prince et la princesse de Guéménée menaient une vie somptueuse. Ils entretenaient des musiciens, des chanteurs, des comédiens et des danseuses dans leur hôtel. Leur banqueroute fit scandale en 1782 et ils durent démissionner de leurs charges à la cour. Madame de Guéménée remit alors sa charge héréditaire à Mme de Polignac. Les Guéménée quittèrent Paris à la Révolution. Madame de Guéménée revint à Paris au début du Consulat et y mourut le 20 septembre 1807. (Archives biographiques françaises I, 906, 170-171, 174 ; Hamon 2000 : 110 n9.)

241 Pour le rôle du précepteur dans la vie éphémère de Louis XVII, voir Eckard (1817) Mémoires historiques sur Louis XVII, Roi de France et de Navarre, avec notes et pièces justificatives, et ornés du portrait de Sa Majesté. Paris : H. Nicolle. Eckard utilise parfois l’orthographe d’Avaux pour Davaux (30 et passim).

242 Dictionnaire de biographie française : articles « Davaux (Guillaume) » et « Davaux (Jean-Baptiste) » ; Archives biographiques françaises I, 283 : 353-358 ; Hamon 2000 : 107-108 ; www.museelouisxvii.com. Louis XVI et Marie-Antoinette eurent un quatrième enfant, la princesse Sophie (1786-1787).

243 Hamon 2000 : 108.

244 Dictionnaire de biographie française : articles « Davaux (Guillaume) » et « Davaux (Jean-Baptiste) » ; Archives biographiques françaises I, 283 : 352-369.

245 Dictionnaire de biographie française : article « Davaux (Guillaume) » ; Archives biographiques françaises I, 283 : 352-369.

246 Davaux 1796 : v. Les caractères gras sont de moi.

247 Davaux 1796 : v-vi. Les caractères gras sont de moi.

248 Il constate de Fielding (c’est-à-dire du narrateur extradiégétique de Tom Jones) : « J’ai rarement rencontré quelqu’un qui m’ait paru aussi aimable, et j’espère, si j’ai rendu l’auteur comme je l’ai senti, que le lecteur le jugera comme moi, et me remerciera de le lui avoir fait connaître » (Davaux 1796 : vii-viii).

249 Davaux 1796 : vi-vii. Les caractères gras sont de moi.

250 Grimm 1764/ 1878 : « 15 juin 1764 », 20.

251 Flaux 1995 : 429-430, 433 n17 ; Piau 1984 : 369, 371,373 ttpassim.

252 Biographie universelle : article « Riccoboni (Marie-Jeanne Laboras de Mézières, femme d’Antoine François »). Son Amélie est mentionné dans l’article : « Les retranchements qu’elle avait fait éprouver au roman de Fielding excitèrent les plaintes des enthousiastes de la littérature anglaise. Grimm lui-même, l’un des plus grands admirateurs du talent de Mme. Riccoboni, ne put lui pardonner d’avoir gâté le roman d’Amélie. Cependant l’imitation qu’elle en a donnée se lit encore avec plaisir ; et la traduction complète de Puisieux est à-peu-près tombée dans l’oubli [vers 1824] ».

253 Piau 1984 : 384.

254 Crosby 1924 : 15-17 ; Nicholls 1976 : 11 ; Piau 1984 : 370.

255 Crosby 1924 : 17-20.

256 Flaux 1995 : 425.

257 Crosby 1924 : 21-27 ; Nicholls 1976 : 13.

258 « Le PREMIER. Eh bien, cette femme, une des plus sensibles que la nature ait formée, a été une des plus mauvaises actrices qui aient jamais paru sur la scène. Personne ne parle mieux de l’art, personne ne joue plus mal. Le second. J’ajouterai qu’elle en convient, et qu’il ne lui est jamais arrivé d’accuser les sifflets d’injustice. » (Diderot 1995 : 114.)

259 Riccoboni 1762 : 3. Les italiques sont dans le texte.

260 Le Nouveau Théâtre Anglois contient les comédies suivantes : The Foundling, ou l’Enfant trouvé (par E. Moore), The way to keep him, ou la Façon de le fixer (par Murphy), The deuce is in him, ou Il est possédé (anonyme), False Delicacy, ou la Fausse Délicatesse (par H. Kelly) et The jealous Wife, ou la Femme jalouse (par G. Colman). (Riccoboni 1786). Le nom de Mlle Biancolelli n’est pas indiqué dans les tomes contenant le Théâtre Anglois dans les Œuvres complettes de Mme Riccoboni, mais celle-ci écrivit à Garrick que sa compagne avait traduit les comédies qui sont ici en caractères gras (Nicholls 1976 : lettre 44, 128-129, lettre 50, 142 ; Riccoboni 1786 : i-iv).

261 Dans la préface, on parle de la traduction de La Place : « On ne traduira point de tragédies. Le théâtre de monsieur de la Place, a fait connoître une partie des anciennes ; & les modernes se sont extrêmement rapprochées des nôtres. [...] La traduction des premiers ouvrages de ce poëte [Shakespeare], nous révolta. Les françois frémirent en lisant Richard III ; tant de morts entassés dans Hamlet, nous firent penser, (un peu légèrement, à la vérité) que sur les bords de la Tamise, on se plaisoit à voir répandre le sang. Le tems a dissipé cette erreur, mais sans en effacer absolument la trace. » (Riccoboni 1786 : i, ii.)

262 Les expressions sont tirées d’une lettre de Mme Riccoboni à Garrick (Nicholls 1976 : lettre 42, 123).

263 Crosby 1924 : 39-43, 60-61, 169 ; Flaux 1995 : 427 ; Nicholls 1976 : 12, 23-24.

264 Crosby 1924 : 29-33 ; Flaux 1995 : 430-431 ; Nicholls 1976 : 12.

265 Crosby 1924 : 36-37 ; Piau 1984 : 371, 386 n3.

266 Riccoboni 1757 : lettre non numérotée, 122-123. Les caractères gras sont de moi.

267 Crosby 1924 : 37. Passage cité, Riccoboni 1757 : lettre non numérotée, 159.

268 Flaux 1995 : 433.

269 Flaux 1995 : 431. Les caractères gras sont de moi. Pour des analyses pointues des romans de Mme Riccoboni, voir les études de Joan Hinde Stewart, par exemple (1993) Gynographs. French Novels by Women of the Late Eighteenth Century. Lincoln/ London : University of Nebraska Press.

270 Crosby 1924 : 34-35 ; Piau 1984 : 370-372.

271 Sgard 1999 : article 685 « Riccoboni, Marie Jeanne (1713-1792) ».

272 Outre les Lettres de Fanni Butlerd et les Lettres de Milady Juliette Catesby, elle publia les romans suivants : Histoire de M. le Marquis de Cressy, traduite de l’anglais par Mme de *** (1758), Histoire de Miss Jenny, écrite et envoyée par elle à Milady Comtesse de Roscommond, ambassadrice de l’Angleterre à la cour de Danemark (1764), Histoire d’Ernestine (1765), Lettres d’Adélatde de Dammartin, comtesse de Sancerre à M. le Comte de Nanci son ami (1767) et Lettres d’Elisabeth- Sophie de Vallière à Louise Hortense de Canteleu (1772), Lettres de Mylord Rivers à Sir Charles Cardigan entremêlées d’une partie de ses correspondances à Londres pendant son séjour en France (1777). (Crosby 1924 : 175-178.)

273 Crosby 1924 : 154-155 ; Flaux 1995 : 426, 430 ; Piau 1984 : 372.

274 Grimm 1764/ 1878 : « 15 juin 1764 », 20.

275 Nicholls 1976 : 15. Les romans de Mme Riccoboni furent également traduits en américain (Ibid. 15 n6).

276 Riccoboni 1759 : lettre XXXII, 177-178. Les italiques sont dans le texte.

277 Riccoboni 1762 : 2-3. Les italiques sont dans le texte.

278 Elle commente ainsi ces romans dans une liste de livres anglais qu’elle a envoyés à Garrick (Crosby 1924 : 172). Dans une autre lettre à Garrick, elle écrit à propos de Fielding : « Ce que vous appeliez humour n’est pas rendu par le mot goût ; Fielding, Swift ont ce humour, mais rarement du goût. » (Nicholls 1976 : lettre 36, 103).

279 Le passage suivant a choqué maints dix-huitiémistes : « Il me paroît qu ’en effet cela peut composer une traduction très-infidelle du Roman de M. Fielding. Je le trouve mauvais, je vous en avertis ; & probablement tous les Traducteurs l’ont jugé tel, puisqu ’ils l’ont négligé. Mais imprimez toujours ; cela deviendra ce que cela pourra. Si le Livre déplaît, tant pis pour l’ Auteur Anglois ; nous dirons que cela est traduit à la lettre. Si on le lit ; nous nous vanterons de l’art infini avec lequel nous avons ajouté, retranché, corrigé, embelli notre original. » (Riccoboni 1762 : 3-4. Les caractères gras sont de moi.)

280 Riccoboni 1765 : i-iv.

281 Riccoboni 1762 : 1-2. À comparer avec le début de la préface du Recueil de Pièces détachées : « Un Libraire est un homme étonnant ! de bonne foi Monsieur Humblot, croyez- vous que je puisse écrire précisément quand il vaut plait d’imprimer. On vous demande si je travaille, on vous tourmente, on vous interroge ? c’est vous seul, qui vous tourmentez ; cela n ’intéresse que vous. Non assurément, mes lettres ne sont pas faites, elles ne sont pas même avancées. Vous me pressez en vain ; je ne veux point fixer un tems [...]. » (Riccoboni 1765 : i-ii. Les italiques sont dans le texte.)

282 Grimm 1765/ 1878 : « 1er mai 1765 », 275.

283 Riccoboni 1762 : 4 ; Riccoboni 1765 : ii-iv.

284 Riccoboni 1762 : 4.

285 Riccoboni 1765 : iv.

286 C’est également par ce motif qu’A. Kroitzsch explique la publication de la préface d’Amélie (Graeber 1995a : 262).

287 Grimm cité par Graeber 1995a : 236.

288 De l’anglais : La grammaire géographique de Gordon (1748) ; La grammaire des sciences philosophiques (1749) et Les Éléments des sciences et des arts littéraires (1756) de Martin ; Le Calendrier des jardiniers (1750) et Nouvelles observations physiques et pratiques sur le jardinage (1756) de Bradley ; L’Histoire navale de l’Angleterre de Lediard (1751) ; La géographie générale de Varenius (revue par Newton et augmenté par Jurin, 1755) ; Les Expériences physiques et chimiques sur plusieurs matières relatives au commerce et aux arts de Lewis (1769). Du latin : Les Consultations de médecine (1754- 1755) et Les Observations physiques et chimiques (1754) de Hoffmann (le jeune) ; les Avis et préceptes de médecine de Mead (1758). De l’italien : Régime de Pythagore de Cocchi (1762) et le Recueil de pièces de médecine et de physique de Cocchi et aliorum (1763). (Archives biographiques françaises I, 860 : 386-389 ; Biographie universelle : article « Puisieux, Philippe-Florent de » ; http://catalogue.bnf.fr).

289 Les voyageurs modernes (1760), Voyage en France, en Italie et aux îles de l’Archipel (1763) et Paris artistique et monumental en 1750 (1881) de Maihows.

290 La Femme n ’est pas inférieure à l’homme (1750) et La triomphe des dames (1751) où le traducteur se sert du pseudonyme Miledi P***. L’édition de 1750 (Londres) de l’ouvrage Femme n’est pas inférieure à l’homme contient une note, écrite à la main, annonçant que la traduction est faite soit par de Puisieux, soit par sa femme.

291 Mme de Puisieux ou Madeleine d’Arsant fut un écrivain populaire de son vivant, même si les critiques (Palissot et l’abbé Sabatier) la considéraient comme un écrivain médiocre. Ses meilleurs ouvrages sont les Conseils à une Amie et Les Caractères. Les Conseils à une Amie contiennent des principes d’éducation pour les jeunes femmes. (Archives biographiques françaises I, 860 : 389-390.)

292 Biographie universelle : article « Puisieux, Philippe-Florent de ».

293 Les parents de Puisieux étaient Fleurant [Florent] Puisieux, maître mégissier et sa femme Marie-Anne Jannest (Archives de Seine-et-Marne : SMF4411). Je suis très reconnaissante à Mme Annie Rosenkrantz (Sous-Directeur des Archives départementales de Seine-et-Marne), qui m’a envoyé la copie de l’acte de baptême de Philippe de Puisieux et d’autres documents utiles (Rosenkrantz : communication personnelle : 18.4.2002).

294 Je remercie Mesdames Claire Bechu (Conservateur en chef adjoint au directeur et chef du département de la communication des documents au Centre Historique des Archives Nationales) et Danielle Benazzouz (documentaliste aux Archives de Paris) qui ont essayé de me trouver des renseignements complémentaires sur la vie de Philippe de Puisieux, malheureusement sans succès.

295 Biographie universelle : article « Puisieux, Philippe-Florent de ».

296 Sgard 1999 : article 660 « Puisieux, Philippe Florent de (1713-1772) ».

297 Biographie universelle : article « Puisieux, Philippe-Florent de ».

298 Archives biographiques françaises I, 860 : 386-390 ; http://catalogue.bnf.fr

299 Par exemple dans les Caractères, II : 163 (1750-1751) : « Les amants ne s’ennuient jamais ensemble. Il faut laisser aux maris cet excès de politesse : ils sont sans conséquence ; il n’est permis qu’à l’hymen d’introduire la lassitude et l’ennui » (cité par Silver 1994 : 196.)

300 Silver 1994 : 191, 195-196, 198 et passim. Cf. aussi Laborde, Alice (1984) Diderot et madame de Puisieux. Saratoga, Calif. : Anima Libri.

301 Graeber 1995a : 235-236. En France, Roderick Randorn fut longtemps attribué à Fielding et parut même dans les Œuvres complètes françaises de ce dernier.

302 J’y ai repéré des DIM avec des points d’interrogation qu’il utilise aussi dans l’Amelie : « Quand je la vis dans le bois à un jour plus naturel & plus vrai que la lumière de ma lampe, je la priai de me dire de quelle étoffe de soie ou autre son habit étoit fait ? Elle sourit. & me demanda si celui que je portais sous ma jaquette n’étoit pas de même ? Non vraiment, lui répondis-je, je n’ai autre chose sous mes habits que ma peau. » (Puisieux 1763 : xv, 237-238.)

303 Puisieux 1763 : iii, 27.

304 Françoise Tilkin (1998 : 205) signale la même pratique typographique dans deux contes de Voltaire.

305 Mylne 1979 : 61.

306 Puisieux 1762 : v. Les caractères gras sont de moi.

307 Puisieux 1762 : xii.

308 Puisieux 1762 : v-vii.

309 Puisieux 1762 : vi-vii.

310 Il dit : « Persuadé par cette lecture que son livre & ma traduction n’ont presque rien de commun que le titre, j’ai cru devoir changer de résolution, & faire paraître mon Ouvrage » (Puisieux 1762 : vi. Les caractères gra sont de moi).

311 Puisieux 1762 : vi, x.

312 Puisieux 1762 : x.

313 Puisieux 1762 : ix-x.

314 Puisieux 1762 : vii, ix. Les caractères gras sont de moi.

315 Puisieux 1762 : xii.

316 Orf 1974 : 19-20.

317 S. Charles (2003) critique, avec juste raison, l’article par Annie Cointre qui concerne la « Bibliographie commentée des traductions de roman au XVIIIe siècle », lancée par le Centre d’Études de la Traduction de Metz. Selon Charles (2003 : 133) : « La présentation de cette entreprise ambitieuse soulève cependant plusieurs questions, aussi bien sur le protocole de constitution de ladite bibliographie que sur les catégories utilisées pour son interprétation. Comment comprendre le graphique représentant les « auteurs les plus traduits » ? A-t-on tenu compte, pour établir, du nombre de traductions concurrentes ? du nombre ou de la proportion des œuvres traduites ? du nombre de rééditions ? d’un ensemble de critères ? L’article classe mais ne précise pas. Quant aux « romans les plus traduits », on comprend que ce sont en réalité les romans les plus souvent réédités ou les plus imités (notion aux frontières problématiques). On notera que les statistiques ne tiennent pas compte du rapport nécessaire entre la place chronologique d’un texte dans le siècle et sa position dans le palmarès des succès. L’auteur s’étonne ainsi que Les Mystères d’Udolphe n’ait pas eu plus d’éditions au XVIIIe siècle que Fanny Hill. Or, la traduction du premier date de 1797, celle du dernier de 1751... »

318 « I question mu ch, whether we may not by natural Means account for the Success of Knaves, the Calamities of Fools, with ail the Miseries in which Men of Sense sometimes involve themselves by quitting the Directions of Prudence, and following the blind Guidance of a predominant Passion ; in short, for ail the ordinary Phenomena which are imputed to Fortune ; whom, perhaps, Men accuse with no less Absurdity in Life, than a bad Player complains ofill Luckatthe Game ofChess. » (Fielding 1983 : 1, i, 16.)

319 Je suis ici les conseils de feu Hugh Amory, qui avait lu la première version de ce chapitre (Amory : communication personnelle 19.12.2000).

320 Amory : communication personnelle 19.12.2000.

321 Traducteurs de Joseph Andrews : Desfontaines (1743), Lunier (1807), Suzanne Nétillard & Paul Vigroux (1955), Francis Ledoux (Bibliothèque de la Pléiade, 1964). Traducteurs de Tom Jones : La Place (1750), Davaux (1796), Louis Claude Chéron de la Bruyère (1804), E.T. (1828), Henri de La Bédoyère (1833), Defauconpret (1835), Léon de Wailly (1841), Francis Ledoux (Bibliothèque de la Pléiade, 1964). Traducteurs d’Amelia : Mme Riccoboni (1762), Puisieux (1762), Pierre Daix & Anne Villelaur (1955). D’autres ouvrages de Fielding ont également été traduits en français, par exemple Jonathan Wild, A Journey from this World to the Next et The Journal of a Voyage to Lisbon.

322 Lautel 1996 : 141.

323 Pour les traductions et les dramatisations italiennes de Tom Jones jusqu’en 1800, voir Amory 1981 : 64-65.

324 Orf 1974 : 22, 172-181, 198-204.

325 Voici par exemple comment le traducteur espagnol de Tom Jones, Ignacio de Ordejon (1796 : v-vi) justifie son choix du texte de départ (la traduction de La Place) : « M. de la Place traduxo el Tom Jones al fronces habiendo suprimido ciertos discursos preliminares à coda libro en forma de disertacion sobre qualquiera punto de literatura ó de moral, siempre instructivos y agradables, pero que no hacian mucho al caso, con lo que dexô la novela con todas sus gracias y mas acomodada al gusto nuestro. Esta traduccion de M. de la Place es la que se présenta al pùblico en castellano. habiendo empleado todo el estudio y arbitrios posibles para darle con la mayor perfection una obra de que no debe carecer. » (Ordejon, Ignacio de (1796) « Prólogo. » Tom Jones ô el Expósito. Obra escrita en inglés por M. Henrique Fielding. Traducida del fronces por D. Ignacio de Ordejon. Madrid, en la itnprenta de D. Benito Gano, i-vi.)

326 Amory 1987 : 38.

327 Amory 1981 : 53, 58 ; Amory 1987 : 37-39.

328 Par exemple, les bibliographies suivantes des traductions françaises de Fielding ne sont pas toujours fiables : Cross, Wilbur L. (1918) The History of Henry Fielding. New Haven : Yale University Press. Tome 3 ; Rochedieu, Charles A. (1948) Bibliography of French Translations of English Works 1700-1800. Chicago, Illinois : The University of Chicago Press ; la « Base de données bibliographiques des traductions en français de romans anglais du XVIIIe siècle » (http://www.lettres.univ-metz.fr/UFR/centre/reche_f.htm).

329 Voici les bibliothèques où j’ai étudié et comparé les différentes versions des traductions : Beinecke = Bibliothèque des livres rares de l’université d’Yale, BnF = Bibliothèque nationale de France, Helsinki = Bibliothèque des livres rares de l’université de Helsinki, Houghton = Bibliothèque des livres rares de l’université de Harvard, Moscou 1 = Musée du livre, Moscou 2 = Bibliothèque des livres rares (Bibliothèque des littératures étrangères), Stockholm = Bibliothèque royale.

330 Serge Soupel justifie la publication de la traduction de Desfontaines en 1990 ainsi : « Desfontaines, autant que Prévost pour Richardson, s’efforce avec succès d’aboutir à toutes les consonances souhaitables entre le public français et le texte qu’il lui livre. Pour atteindre ce but, il gomme inévitablement quelques fractions de ce qui fait la raison d’être de Joseph Andrews : sa préoccupation polémique en particulier. Amputé de la sorte, le roman qui est, en revanche, embelli par une bonne économie de la narration et des dialogues restitués, ne rivalise pas avec l’original parce qu’il a perdu quelques-unes de ses ambiguïtés et ambivalences. Un tribut est payé, comme il se doit, à la fameuse et supposée clarté française. Cette clarté (ou ce brillant) ajoutée transforme un texte comique mais très réfléchi en un divertissement plus étincelant que didactique. Il y a dans tout ce brillant beaucoup de la verve et du feu de l’Angleterre et des personnages de Fielding, père parmi les pères du roman anglais : ce qui est opportun, ce qui est essentiel. » (Soupel 1990 : 31.)

331 Momet 1910 : 461.

332 Charles 1994 : 933.

333 Chéron 1804 : v, xxv et passim. Passage cité v.

334 E.T. 1828 : i.

335 Berman 1995 : 57.

336 Graeber & Roche 1988 : 53. Le catalogue informatique de la BnF, qui ne contient pas toutes les Œuvres complètes de Mme Riccoboni, mentionne sa traduction A’Amelia dans les OC suivantes : 1780, 1786, 1792, 1818, 1826 et 1835 (www.bnf.fr).

337 Pour reprendre les mots du critique littéraire La Harpe : « Joseph Andrews appartient trop aux mœurs anglaises pour plaire aux étrangers autant qu’aux nationaux ; mais pour moi, le premier roman du monde, c’est Tom-Jones » (La Harpe 1799/ 1821 : 271. Les caractères gras sont de moi).

338 Graeber 1995a : 77 ; Orf 1974 : 25-27, 139.

339 Par exemple, Mme de Graffigny (citée par E. Showalter) en écrit : « Il n’y a nul interest ; c’est une gallerie de tableaux flamants, c’est-a-dire de basses representation, [sic] » Elle aimera pourtant plus tard Tom Jones. (Showalter 2001 : 471.)

340 Showalter 2001 : 471.

341 Desfontaines se plaint de l’incompréhension de « certaines personnes du beau monde » vis-à-vis de la traduction de la « Dame Angloise » déjà en août 1743. Il mentionne les traits de Joseph Andrews qui ne semblent pas plaire aux dames françaises : les « mœurs Angloises », le manque d’intérêt, la misogynie (le personnage honteux de Lady Booby, l’allusion que fait le narrateur de la traduction aux femmes légères de l’histoire, la Matrone d’Ephése et à la femme de Putiphar). (Desfontaines 1743b : 314-316.)

342 Orf 1974 : 37.

343 Il n’est pourtant pas dupe du pseudonyme « Dame Angloise » : « [...] l’Auteur de la Lettre en question, que ce soit une Dame Angloise, ou quelqu’autre Personnage, paroit assez prévenu en faveur du Bel-Esprit Anglois, & très peu content du goût François en fait de Romans [...] » (Bibliothèquefrançaise 1744 : 204. Les caractères gras sont de moi.).

344 Article VII. « Lettre de Mr. l’Abbé N.** à Mr. D.B.** sur la nouvelle Traduction de Virgile par Mr. l’Abbé Des Fontaines. » 141-149. Cette lettre n’a pourtant pas été rédigée par un journaliste du périodique et l’éditeur propose de publier la réponse de Desfontaines au cas où il voudrait riposter.

345 Qui aurait pu écrire la critique ? Selon Sgard (1991 : article 162 « Bibliothèque française (1723-1746) », le fondateur, les directeurs successifs et les collaborateurs réguliers de la Bibliothèque française (1723-1746) furent les personnes suivantes : Denis-François Camusat, Jean-Jacques Bel, François Granet (ami et collaborateur de Desfontaines), Claude-Pierre Goujet, Henri du Sauzet. De 1730 à 1746, le responsable du journal fut Du Sauzet qui fit faire les critiques littéraires par ses correspondants parisiens, d’abord par Granet, ensuite par Goujet.

346 Bibliothèque française 1744 : 206.

347 « S’il étoit question de parler ici sérieusement, on pourroit fort bien demander à notre Traducteur fémelle, [...] si elle croit que ce qui est très excellent dans un Livre infiniment respectable, ne pourroit pas devenir, par application, ou autrement, très mauvais & très profane dans un Roman de la façon de M. Fielding ? » (Bibliothèque française 1744 : 206.)

348 Bibliothèque françoise 1744 : 215.

349 Bibliothèque française 1744 : 205-206, 213-215.

350 Bibliothèque françoise 1744 : 203-204 n (a

351 McMurran 2000 : 91. Pour le concept d’intérêt, voir aussi glossaire.

352 Bibliothèque française 1744 : 202.

353 Bibliothèque françoise 1744 : 203.

354 Orf 1974 : 95-99. Passage de Diderot cité par Orf (Ibid. 99.)

355 Orf 1974 : 171.

356 II s’agit probablement de Claude-Bernard Petitot (1772-1825), qui fut philologue et traducteur lui-même (Grente 1972 : 245. Dictionnaire des lettres françaises. Le dix-neuvième siècle, L-Z. Paris : Librairie Arthème Fayard).

357 Petitot 1808 : 276.

358 Petitot 1808 : 276.

359 Petitot 1808 : 277.

360 Petitot 1808 : 277.

361 Petitot 1808 : 280-281.

362 Petitot 1808 : 278. Les caractères gras sont de moi.

363 Petitot 1808 : 281.

364 Petitot 1808 : 284.

365 Petitot 1808 : 281-284.

366 Petitot 1808 : 285.

367 Orf 1974 : 55-58 et passim.

368 Tom Jones, comédie lyrique en trois actes (1765 musique de A.D. Philidor, paroles de Poinsinet), Tom Jones à Londres, comédie en cinq actes en vers (1782 par Desforges), Tom Jones et Fellamar, comédie en cinq actes en vers (1787 par Desforges, il s’agit de la suite de Tom Jones à Londres), Tom Jones, comédie (s.d.), Le portrait de Fielding, comédie en un acte, mêlée de vaudevilles (1800 citoyens Ségur jeune, Desfaucheret etDesprès). (Digeon 1923 : 303-304.)

369 Voici la réaction d’un lecteur renommé (Marmontel 1812 : 294), parvenu à la fin du roman : « Quel soulagement on éprouve, lorsque cet odieux Bliftl est démasqué, & que l’aimable & vertueux Jones est connu & rentré en grâce ! » (Marmontel, Jean François (1812) « Essai sur les Romans, Considérés du côté Moral. » Les Incas, ou la Destruction de l’empire du Pérou. Tome II. s.l., 231 -324.)

370 Orf 1974 : 67-68, 75-78, 127, 153, 160-161.

371 Petitot 1808 : 278. Petitot dit aussi : « Joseph Andrews est très-inférieur à Tom-Jones. »

372 La Harpe 1799/ 1821 : 271-272.

373 Orf 1974 : 127, 153.

374 Orf 1974 : 55 ; Paulson & Lockwood 1969/ 1995 : 225-227.

375 Cette critique est anonyme. L’auteur en pourrait être Pierre Rémond de Sainte-Albine qui fut le rédacteur principal du Mercure de France entre septembre 1748 et juin 1750 (Sgard 1991 : article 924 « Mercure de France 1 (1724-1778) »).

376 Mercure de France 1750 : 177. Le critique dit aussi : « Le caractère de Blifil, en opposition avec celui de l’Enfant Trouvé, offre un merveilleux contraste, & est traité avec un art singulier. » (Ibid. 177), ce qui semble corroborer l’hypothèse d’Orf que la traduction de La Place a contribué à l’accentuation de la dichotomie Jones / Blifil.

377 Mercure de France 1750 : 176-177. Selon J. Grieder, l’amour des Anglais pour la liberté est un thème récurrent dans les lettres ou les récits de voyage écrits par les Français qui visitèrent l’Angleterre à l’époque. Ils notent aussi que les femmes anglaises sont plus indépendantes que les Françaises. (Grieder 1985 : 48, 58.)

378 Mercure de France 1750 : 178.

379 Mercure de France 1750 : 178-179.

380 Graeber 1995a : 126 n13.

381 Mercure de France 1750 : 179.

382 Cobb 1928 : 109-110.

383 Sgard 1999 : article 179 « Clément, Jean Marie (1742-1812) ». Le critique en question peut être Clément lui-même, Fontanes ou Deschamps (Ibid.).

384 Journal littéraire 1797 : 65-66, passage cité 66.

385 « Le nouveau traducteur, qui a scrupuleusement rendu son original, n’a pas manqué de rétablir tous les prologues que Fielding avoit mis à la tête de chacun des livres de son roman. Ces chapitres préliminaires roulent sur différens sujets, et sont, pour la plupart, fort étrangers à l’ouvrage. » (Journal littéraire 1797 : 70-71.)

386 Journal littéraire 1797 : 66-67. Les caractères gras sont de moi.

387 Ici, j’applique les idées de Peter Brooks (1984 : 52, 104, 111-112) qui dit à ce sujet : « The desire of the text (the desire of reading) is hence desire for the end, but desire for the end reached only through the at least minimally complicated détour, the intentional déviance, in tension, which is the plot of narrative. » (Ibid. : 104. Les caractères gras sont de moi).

388 « La citadelle de Jones fut alors enlevée par surprise. Toutes ces considérations d’honneur et de prudence, que notre héros avait náguères posté avec une tactique si profonde, comme autant de vedettes pour garde de son cœur, désertèrent leur poste, et le dieu d’amour en prit possession en triomphe. » (Davaux 1796 : tome premier, V, iv, 408.)

389 Journal littéraire 1797 : 68. Les caractères gras sont de moi.

390 Journal littéraire 1797 : 69-70.

391 Journal littéraire 1797 : 69-70, passage cité 69.

392 Orf 1974 : 86-94, 112.

393 Journal Britannique, Lettre XXIII, 1.1.1752 et aussi Nouvelles Littéraires, Lettre XCI.

394 Orf 1974 : 86.

395 Maty 1752 : 140. Les caractères gras sont de moi.

396 Grimm 1753/ 1813 : 43,44.

397 Grimm 1753/ 1813 : 44-45. Les caractères gras sont de moi.

398 L’accident qui détruit partiellement le nez d’Amelia devient seulement une grave maladie (passagère) dans la traduction de Mme Riccoboni. Puisieux traduit fidèlement l’incident du nez.

399 Orf 1974 : 111.

400 Grimm 1763/ 1878 : 226-230.

401 Grimm 1763/ 1878 : 231.

402 Grimm 1763/ 1878 : 231.

403 Orf 1974 : 112-113.

404 Grimm 1763/ 1878 : 231. Les caractères gras sont de moi.

405 Grimm 1763/ 1878 : 231. Les caractères gras sont de moi.

406 Charles 2000 : 21. Grimm cité par S. Charles. La traduction fidèle était par J.B. Monod, 1756, et la traduction libre par l’abbé Prévost 1755 et 1758 (Ibid. 19-21).

407 Orf 1974 : 107-111.

408 Le directeur du journal était donc Fréron. Le critique pourrait également être Baculard d’Arnaud, Macmahon ou Garrick (Sgard 1991 : article 118 « L’année littéraire (1754-1776) »).

409 L’Année littéraire 1762 : 147. Le critique dit : « Tous ces morceaux respirent cet Humour qu’on ne peut guères exprimer en notre langue. »

410 L’Année littéraire 1762 : 174-175.

411 L’Année littéraire 1762 : 145, 146. Les caractères gras sont de moi.

412 L’Année littéraire 1762 : 175.

413 « Sur ces entrefaites, un Officier Anglois nommé Bath, d’un caractère tout-à-fait original, grand conteur de guerres, de sièges, de batailles, toujours le principal héros de ses histoires, vient loger à Montpellier dans la même maison qu’Amélie. Le Major Bath, malgré ses folies, avoit un fond de probité & d’humanité ; il aimoit tendrement sa sœur qui vivoit avec lui. [...] J’ai mis cette conversation singulière [entre Booth et Bath, sur l’amour fraternel] sous vos yeux, afin que vous ayez une idée de ce caractère qui doit mériter des éloges à son auteur. » (L’Année littéraire 1762 : 157, 160.)

414 L’Année littéraire 1762 : 149.

415 L’Année littéraire 1762 : 162.

416 L Année littéraire 1762 : 171.

417 L’Année littéraire 1762 : 169.

418 Orf 1974 : 114-115.

419 L’Année littéraire 1762 : 174.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/5858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre 1. Les publications des Joseph Andrews de l’abbé Desfontaines et de M. Lunier 1743-1834
Légende Note 329
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/5858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre 2. Les publications des Tom Jones de Pierre-Antoine de La Place et de Guillaume Davaux 1750-1832
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/5858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Titre 3. Les publications des Amelie de Mme Riccoboni et de Philippe de Puisieux 1762-1834
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/5858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/5858/img-5.png
Fichier image/png, 230k

© Artois Presses Université, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search