Version classiqueVersion mobile

La tierce main

 | 
Kristiina Taivalkoski-Shilov

III. Quelques repères dans le contexte historique

Texte intégral

  • 1 Lautel 1998 ; Thomson 1999. Parmi les médiateurs les plus influents, on peut mentionner Pierre Des (...)
  • 2 France 1992 : 161-162 ; Niklaus 1970 : 147, 157.
  • 3 Malgré l’anglomanie, qui ne faisait que croître vers la fin du XVIIIe siècle, le goût des Français (...)
  • 4 Grieder 1985 : x, 33-63.

1Les progrès que connut l’Angleterre au XVIIIe siècle l’élevèrent au premier rang de la république européenne des Lettres. Pendant la période qui s’ensuivit, le rayonnement de la culture et de la philosophie anglaises introduisit les Lumières en France. Les médiateurs les plus importants dans ce processus furent d’abord les journalistes et les traducteurs huguenots exilés en Angleterre et en Hollande après la Révocation de l’Édit de Nantes (1685)1. D’autres propagandistes influents furent les intellectuels et les philosophes français comme Voltaire et Montesquieu qui passèrent quelques années outre-Manche et traitèrent de l’Angleterre dans leurs ouvrages2. On ne peut pas négliger non plus l’apport des voyageurs français qui décrivaient la vie britannique dans leurs lettres ou leurs récits de voyage, renforçant ainsi l’anglomanie3 caractéristique de l’époque4.

  • 5 Ballard 1998b : 20-21 ; Orf 1974 : 22, 172-181, 198-204 ; Wade 1971 : 17-19.

2Même si l’Angleterre avait éclipsé la France comme centre du polysystème littéraire européen, la France eut un rôle déterminant dans l’évolution des Lumières. Elle restera le pays par l’intermédiaire duquel la philosophie et la littérature anglaises se propageront partout en Europe. La raison en est l’universalité de la langue française. La maîtrise de l’anglais était encore rare, tandis que le français était parlé dans tous les salons d’Europe. C’est donc principalement dans leurs traductions françaises que sont passées en Europe la philosophie et la littérature anglaises, ainsi que les romans de Fielding (voir chapitre 4)5.

La Querelle des Anciens et des Modernes

  • 6 Selon M. Fumaroli (2001 : 7), la Querelle remontait à la Renaissance : « Les théologiens médiévaux (...)
  • 7 Voir Levine, Joseph M. (1991) The Battle of the Books. History and Literature in the Augustan Age. (...)
  • 8 Fumaroli 2001 : 13-18, 178-194 ; Zuber 1997 : 40.

3À la fin du XVIIe siècle, avait resurgi6 en Italie, en France et en Angleterre7 un débat entre les optimistes modernistes et les pessimistes traditionalistes, débat qui aura une grande influence sur la pensée traductive. Dans la France du XVIIe siècle, il était partiellement causé par l’hégémonie croissante de la langue française comme langue de la diplomatie (aux dépens de l’italien, de l’espagnol et du latin) et des sciences (aux dépens du latin), ce qui rendait la culture française prééminente aux yeux de quelques contemporains. Les Modernes admiraient les sciences naturelles et voulaient appliquer les critères scientifiques, la raison cartésienne, à l’évaluation des arts. Selon eux, l’humanité avait progressé depuis les temps anciens, puisque le savoir humain s’accumule au cours des siècles. A contrario, les Anciens n’appréciaient que les classiques de l’Antiquité gréco-romaine et expliquaient l’attitude de leurs adversaires par l’aliénation de la culture antique. Il s’ensuivit, dans le domaine esthétique, une opposition imitation / émulation vis-à-vis des classiques de l’Antiquité. Les Anciens estimaient que la littérature devait suivre les modèles de la littérature ancienne, tandis que les Modernes les plus extrémistes, loin de partager leur opinion, trouvaient les écrivains de l’Antiquité, tel Pindare ou Homère, bizarres, obscurs, voire barbares8.

  • 9 Fontenelle 1688/2001 : 295.
  • 10 Fumaroli 2001 : 18-24, 178-195 ; Hepp 1968 : 521-525, 539-548 ; Zuber 1997 : 211-212, 264, 272.

4La première phase de la querelle française eut lieu au sein de l’Académie française et opposa, entre autres, Charles Perrault et Bernard le Bovier de Fontenelle à Nicolas Boileau-Despréaux et à André Dacier. La polémique éclata en 1687 lorsque Perrault lut son poème Le Siècle de Louis le Grand au cours d’une séance de l’Académie française. Il y louait les réalisations scientifiques et artistiques du XVIIe siècle en faisant peu de cas de ceux de l’Antiquité. Le contre-argument des Anciens fut que Perrault, ne maîtrisant pas le grec par exemple, ne connaissait pas assez bien les Anciens pour les critiquer. La querelle s’étendit au domaine des sciences lorsque Fontenelle apporta son soutien à Perrault dans sa Digression sur les Anciens et les Modernes. Il y contestait la supériorité des Anciens en s’appuyant sur la biologie et sur la géographie de l’époque : cette supériorité supposée des Anciens aurait dû se baser sur une meilleure structure de leurs cerveaux qui auraient été alors « remplis de plus d’esprits animaux ». Or, comme il n’y avait pas de preuves que la nature eût été plus vigoureuse ou plus jeune dans les temps anciens, cela était peu probable. Les cerveaux des hommes, non plus que les arbres, ne s’étaient détériorés au cours des siècles9. Après l’intervention de Fontenelle, la querelle continua, comme le dit Marc Fumaroli, avec des passes d’armes sporadiques et s’éteignit en 1694. Elle ne ressuscita véritablement qu’une vingtaine d’années plus tard10.

  • 11 Cf. Létoublon, Françoise & Volpilhac-Auger, Catherine & Sangsue, Daniel (1999) éds. Homère en Franc (...)
  • 12 II est à remarquer que tous les traducteurs du XVIIIe siècle semblent avoir compris la fidélité aut (...)
  • 13 Fumaroli 2001 : 204, 208-209 ; Hepp 1968 : 629, 640-650.

5La Querelle d’Homère (1711-1717) termina la polémique, bien que la discussion ait continué tout au long du XVIIIe siècle11. Cette fois-ci, les protagonistes de la querelle étaient des traducteurs d’Homère, Anne Dacier et Houdar de la Motte. Leur norme initiale (Toury, voir chapitre 1) était naturellement guidée par leur position dans la querelle. Anne Dacier, qui faisait partie des Anciens, publia en 1711 une traduction fidèle12 de l’ Iliade qu’elle avait mis plusieurs années à élaborer. Dans la préface et dans ses notes accompagnant la traduction, elle défendait les qualités qu’elle trouvait dans Homère : la sagesse, la morale biblique et la beauté de son œuvre. Sa traduction suscita de l’intérêt en France et outre-Manche, faisant renaître la controverse13.

  • 14 Fumaroli 2001 : 209-210 ; Hepp 1968 : 661-688, 693-694.

6Les opposants à Mme Dacier, La Motte et l’abbé Terrasson, étaient Modernes. Selon eux, Homère était une lecture intolérable pour le lecteur contemporain parce que celui-là ne connaissait pas les idées de Descartes et qu’il était dépourvu de goût, de bon sens et de la notion des bienséances. Pour réparer ces défauts, La Motte fit une traduction alternative de l’Iliade (pâme en 1714), plus conforme au goût moderne. Il réduisit les 24 livres de l’original à 12 et parsema le texte d’additions et de changements14. La riposte de 614 pages de Mme Dacier, Des Causes de la Corruption du Goust, ne tarda pas à paraître :

  • 15 Dacier 1714 : 3-4.

La douleur de voir ce Poëte si indignement traité, m’a fait résoudre à le deffendre, quoyque cette sorte d’ouvrage soit très opposé à mon humeur, car je suis très paresseuse & tres pacifique, & le seul nom de guerre me fait peur ; mais le moyen de voir dans un si pitoyable estât ce qu’on aime, & de ne pas courir à son secours !
Jamais, Deïphobus ne fut si horriblement mutilé par Menelas & par Ulysse, qu’Homere l’est par M. de la Motte. Et il y a encore plus de sujet de s’ escrier en s’adressant à Homere : [...] Qui est-ce qui a pû se vanger de vous avec tant de cruauté ! Qui a osé vous traiter avec cette barbarie15 !

  • 16 En 1719, Anne Dacier vitupéra encore, dans ses Réflexions sur la Préface de Pope, la traduction ang (...)
  • 17 Selon une étude pilote que j’ai faite récemment (Taivalkoski-Shilov 2004), il y a une différence ne (...)
  • 18 Perrot d’Ablancourt (1606-1664), voir Zuber 1968/ 1995. L’appellation « belle infidelle » naquit qu (...)
  • 19 Lefevere 1992 : 87-93.

Nous voyons ici l’opposition entre deux valeurs de traduction, la clarté et la vérité. La Motte considérait la clarté comme la qualité la plus importante de la traduction, tandis que Mme Dacier soulignait l’importance de (ce qu’elle considérait comme)16 la relation vraie entre le texte de départ et le texte d’arrivée. La nonne translationnelle que représentait Mme Dacier, et qui remontait en France à la Renaissance, était périphérique à l’époque. La Motte obéissait à la norme de plus en plus dominante, celle de la traduction libre, qui continuait – mutatis mutandis17 – la tradition perrotiste18 du siècle précédent19 .

Brève histoire de la traduction littéraire en France au XVIIIe siècle

  • 20 Grieder 1985 : 65-73. Rien qu’entre les années 1741 et 1789, on répertoria en France 268 romans tra (...)
  • 21 France 1992 : 152 ; Graeber 1995a : 11 ; Graeber 1995b : 15-16.
  • 22 D’hulst 1990 : 10-11, 18 ; D’hulst 1993 : 92.
  • 23 En plus des romans anglais dont parle S. Yahalom (1980 et 1981), on peut mentionner la poésie et le (...)
  • 24 Niklaus 1970 : 145.

7La traduction était florissante en France au XVIIIe siècle. Les traductions de la littérature en langues vivantes, les retraductions des classiques de l’Antiquité, ainsi que les pseudo-traductions ‘de la littérature anglaise’20 proliféraient21. Les questions théoriques de la traduction intéressaient les intellectuels de l’époque. Par exemple, selon Lieven D’hulst, la traduction était un sujet permanent de débats entre les grammairiens (Beauzée) et les rhétoriciens (Batteux), ainsi qu’entre les rationalistes et les sensualistes22. En outre, le fait est connu, les écrivains français prenaient des modèles de la littérature traduite. Outre les traductions de la littérature anglaise (voir chapitre 1, l’étude de S. Yahalom)23, les Mille et Une Nuits (1704-1717) traduits par Antoine Galland contribuèrent, entre autres, à l’évolution de la littérature française en renforçant la vogue orientaliste24.

  • 25 Michel Ballard signale que l’âge classique n’est pas uniquement l’âge des « belles infidèles » (str (...)
  • 26 D’hulst 1990 : 19 ; West 1932 : 330-333, 345-355.
  • 27 Cela explique par exemple les métaphores jardinières du nettoyage et du triage que l’on relève dans (...)
  • 28 M.H. McMurran définit « l’intérêt » de la façon suivante : « La Place, like Prévost, wanted to main (...)
  • 29 McMurran 2000 : 87-89.

8Dans le domaine de la réflexion théorique sur la traduction, la discussion séculaire fidélité / élégance continuait25, la plupart des traductions restant libres. Les théoriciens des deux doctrines fondaient leurs règles de traduction sur deux conceptions différentes. La base de la traduction littérale était le cosmopolitisme et l’idée que la traduction enrichit la langue et la culture. En revanche, les partisans de la traduction libre croyaient à l’infaillibilité du goût français qu’ils voulaient surtout protéger de mauvaises influences26. D’après ces défenseurs de la traduction libre, comme la littérature étrangère correspondait rarement aux idéaux classiques français, elle devait être francisée dans le processus de traduction. Par conséquent, les normes opérationnelles (Toury) qu’observaient la majorité des traducteurs français de l’époque permettaient les omissions27, les modifications considérables et les additions. Selon Mary Helen McMurran, les stratégies de l’omission et de l’addition, qui n’étaient nullement contradictoires à l’époque puisque leur but était d’embellir le texte et d’en augmenter « l’intérêt », remontaient à deux exercices de la rhétorique classique, amplificatio et brevitas que l’on pratiquait dans les établissements scolaires depuis le Moyen Âge28. Ces exercices influaient non seulement sur la composition d’ouvrages originaux mais aussi sur la traduction29.

  • 30 D’hulst 1990 : 48, 51-53, 122-123, 133-134 ; D’hulst 1996 : 93-94 ; France 1992 : 154, 163-166 ; Me (...)

9Un autre sujet de controverse traductologique était la traduction de la poésie que les uns (Mme Dacier, l’abbé Desfontaines, Silhouette, Pankoucke et Framery...) voulaient rendre en prose, les autres (Voltaire, Du Resnel, Delille...) en vers. Il y en avait aussi quelques-uns (Marmontel) qui laissaient la question ouverte. Enfin, certains, notamment Diderot dans sa Lettre sur les sourds et muets (1751), étaient persuadés de l’intraduisibilité du langage « hiéroglyphique » de la poésie. La traduction de la poésie en prose semble pourtant avoir été la norme dominante30.

  • 31 D’hulst 1990 : 103-106, 114, terme cité 104 ; Graeber 1996.
  • 32 Termes cités, D’hulst 1990 : 104.
  • 33 II arrivait aussi aux partisans de la traduction fidèle comme Batteux d’approuver ouvertement la ce (...)
  • 34 Une préface « libre » pouvait même cacher une traduction fidèle. M.H. McMurran (2000 : 103 n2) ment (...)

10Les questions pratiques concernant la traduction étaient discutées dans les préfaces de traducteurs. Or, ces professionnels de la réécriture ne disaient pas toujours la vérité sur la nature et sur le skopos de leurs traductions dans leurs préfaces, qui sont d’après L. D’hulst marquées par une « duplicité foncière »31 (voir aussi l’étude de Graeber, chapitre 1). Si l’on compare les « assertions préfacielles » et la « pratique traductrice » de ces traducteurs32, on voit que l’opposition traduction littérale / traduction libre mentionnée ci-dessus n’était pas absolue. Les traducteurs qui défendaient la fidélité scrupuleuse dans leurs préfaces censuraient en douce les vulgarités des textes de départ33. Leurs confrères qui déclaraient avoir éliminé de leurs traductions tous les détails non conformes au goût français ne l’avaient pas fait en réalité34 (voir aussi chapitre 4).

  • 35 D’hulst 1990 : 18-20 ; D’hulst 1993 : 92 ; D’hulst 1996 : 94.

11L’art de traduire était également développé dans les « Réflexions », « Observations » etc. plus théoriques, qui maintenaient pourtant une distance avec la pratique de la traduction et, partant, n’avaient pas une grande influence sur l’activité de traduction. Il faut signaler que « l’art » est un mot révélateur ici. Pour les contemporains, la traduction était plutôt un art, pas une science. L’une des questions fondamentales d’alors était de savoir si la traduction était une forme de la création artistique ou seulement un moyen de reproduction35.

  • 36 Charles 2000 : 23.
  • 37 McMurran 2000 : 89-90 ; West 1932 : 337-339. Prévost cité par McMurran (Ibid. 90).
  • 38 Charles 2000 : 19-22. S. Charles met en évidence dans son article que Prévost, en écrivain habile, (...)
  • 39 Schreurs 1978 : 221-223.

12La majeure partie de la littérature anglaise était francisée par les traducteurs français qui en modifiaient la structure, la typographie, le style, les procédés narratifs et même parfois le dénouement (pour citer deux cas célèbres : Oroonoko par La Place et Othello par Ducis)36. Assez souvent, la francisation impliquait la réduction importante du volume du texte de départ et une profonde remise en ordre. Ce que l’on supprimait des originaux était les descriptions, les réflexions du narrateur et les « conversations inutiles » (Prévost), dont on pensait qu’elles ralentissaient l’action et diminuaient l’intérêt37. Ainsi, par exemple l’abbé Prévost réécrivit les romans de Richardson de la même façon que La Motte avait traité l’Iliade. Dans sa traduction de Sir Charles Grandison (première partie 1755, seconde partie 1758) le roman est réduit à environ un quart. Le traducteur y avait également composé un dénouement complètement nouveau, ce qui passa inaperçu auprès des lecteurs contemporains38. Les premiers traducteurs de Tristram Shandy, Frénais (1776) et de Bonnay (1785), transformèrent, eux aussi, la structure de l’ouvrage pour y mettre plus de clarté et de vraisemblance. Selon l’analyse de Bernadette Schreurs, ils y diminuèrent les interventions du narrateur, supprimèrent les jeux typographiques et transformèrent complètement le « sens connotatif » et la « fonction métalinguistique » de l’ouvrage. En compensation, ils ajoutèrent des allusions à la littérature française et des traits sentimentalistes à l’ouvrage parodique39.

  • 40 D’hulst 1990 : 22-23 ; D’hulst 1997 : 395-396, 398 ; Graeber 1996 : 317 ; Konopik 1997 : 71-72, 79- (...)

13Au tournant du XVIIIe siècle, alors que davantage de personnes maîtrisaient l’anglais et que le préromantisme commençait à l’emporter sur le classicisme, la littéralité devenait peu à peu la norme dominante translationnelle. La plupart des traducteurs ne considéraient plus leur travail comme une activité artistique. Le concept romantique de l’auteur en tant que génie, introduit en France par les encyclopédistes, changea également le statut des textes de départ : le livre était devenu un objet artistique intangible. Paradoxalement, cette évolution n’aurait pas été possible sans le travail médiateur des premiers traducteurs français de la littérature anglaise. Ces traducteurs libres avaient, nolens volens, transformé les normes littéraires de la France classique40.

Du discours rapporté en France au XVIIIe siècle

  • 41 Rosier 1999 : 28-29. Beauzée écrit : « V. Règle. C’est un usage universel & fondé en raison, de met (...)
  • 42 Le passage qu’il discute provient de la version vulgate où la littéralité est acceptable. Dans une (...)
  • 43 « Il n’est aucun genre de narration où le discours direct ne soit en usage, & il y répand une grâce (...)

14Ce n’est pas seulement la pensée traductive qui a évolué en France au XVIIIe siècle. Le DR a aussi retenu l’attention des intellectuels et il est intéressant de constater que les mêmes personnes qui ont écrit sur la traduction, l’ont également fait au sujet du DR, notamment Beauzée et Marmontel. Beauzée analyse finement le discours direct au chapitre X, « De la Ponctuation », de sa grammaire41. En outre, dans son article de l’Encyclopédie « Traduction, version », le grammairien discute, en passant certes, la traduction d’un discours direct hébreu en latin et en français. Selon lui, ce DD serait plus naturel transcodé en DI dans ces deux dernières langues, mais l’acceptabilité du glissement dépend du statut du texte de départ42. Marmontel, qui rédigea l’article « Direct » pour l’Encyclopédie, cherchait à développer le DD conformément aux besoins de la pratique littéraire du dialogue. Il voulait alléger le DD français d’alors en remplaçant l’usage répété des incises par l’emploi de marques typographiques43.

  • 44 Mylne 1975 : 174 ; Mylne 1979 : 50-61 ; Rosier 1999 : 29-30.

15Marmontel a fait progresser le DD français aussi en faisant des expérimentations typographiques (par exemple l’emploi du tiret) dans ses propres contes et nouvelles. En effet, le tiret se généralisait en France vers la fin du siècle. Dans les années 1780, c’était, comme dans la littérature anglaise, le moyen le plus courant pour indiquer le changement de locuteur dans un dialogue44.

  • 45 Brunot 1933 : 2063 ; Lips 1926 : 130 ; Mylne 1979 : 44 ; Mylne 1994 : 58-59 ; Rosier 1999 : 26-27, (...)
  • 46 Mylne 1994 : 126-132.
  • 47 Brunot 1933 : 2063-2065 ; Coulet 1967 : 322-323 ; Mylne 1965 : 110, 134, 230 ; Mylne 1975 : 173-174 (...)

16L’intérêt qu’ont porté Beauzée et Marmontel au DD est symptomatique de la littérature française du XVIIIe siècle. Ce siècle est marqué par la prolifération du DD, ce qui distingue cette époque du XVIIe siècle qui avait privilégié le DI aussi bien dans le domaine de la théorie que dans la pratique littéraire45. Contrairement à la pratique romanesque du Grand Siècle, même les personnages bas s’expriment au DD dans les romans sérieux du XVIIIe siècle. Cependant, les écrivains (Marmontel, Rousseau) leur font parler un français correct46. Le foisonnement du DD aux dépens du DI dans la France du siècle des Lumières reflète en effet une évolution plus globale qui était en cours dans le genre romanesque. C’est un indice de l’effort des écrivains contemporains (Robert Chasles ou Challes, Marivaux et Crébillon fils au début du siècle... Restif de la Bretonne vers la fin du siècle) pour créer une écriture romanesque plus naturelle. Dans leurs ouvrages, le dialogue commence à avoir un rôle plus important et il contribue à la caractérisation47.

  • 48 Stewart 2001 : 174-179.
  • 49 Mylne 1975.
  • 50 Coulet 1967 : 377 ; Mylne 1975 : 181-182 ; Mylne 1994 : 133-134 ; Niklaus 1970 : 62.

17L’omniprésence du DD dans la France du XVIIIe siècle est visible aussi dans le flot de la narration à la première personne qui, comme le signale Philip Stewart, transforma partout le genre romanesque48. Dans ces multiples romans à la première personne – camouflés en recueils de lettres, en mémoires, en histoires, en relations de voyages ‘authentiques’ (S. Yahalom, voir chapitre 1) – la narration entière est en DD. Par exemple, un roman épistolaire est en fait un monologue ou un dialogue épistolaire où il existe encore du DR ‘en abyme’. Il y avait en France également un sous-genre de romans et de contes dialogués, consistant principalement en DD49. La représentation sociolectale dans ces dialogues variait du style formel ou neutre au style « poissard » de Vadé et de ses imitateurs. Les dialogues « poissards », dont voici un échantillon, singeaient le langage parlé vulgaire des Halles et les mœurs de la rue50 :

  • 51 Mylne 1975 : 182. Passage cité par V. Mylne, tiré de Délassemens nocturnes (Le Panier de maquereaux (...)

LA BLONDE
Comme t’es toute essouflée à force de pialler ; mais si j’n’avons pas de gueule, en guise d’ça j’ons des poings avec quoi j’te boucherons une fenêtre du visage51.

  • 52 Mylne 1965 : 230 ; Mylne 1994 : 130-134. L’un des plus célèbres dialogues pornographiques fut l’His (...)
  • 53 Mylne 1965 : 110 ; Coulet 1967 : 351.

La vulgarité dans la représentation sociolectale n’était donc pas l’apanage des Anglais. Néanmoins, un tel langage était plutôt marginal en France et touchait principalement les dialogues poissards ou pornographiques qui étaient dédaignés par les critiques52. On se rappelle aussi quel scandale avait fait la dispute trop ‘réaliste’ entre Mme Dutour et le cocher dans La Vie de Marianne de Marivaux. Comme le dit Henri Coulet à ce propos : « Ce qu’on admettait à la comédie, ou dans le roman burlesque, paraissait inadmissible dans un roman psychologique et sentimental ; réalisme et sérieux, malgré Chasles, passaient encore pour incompatibles, et une scène de la rue qui ne fût pas traitée sur le ton de la plaisanterie paraissait choquante53. »

  • 54 Stewart 2001 : 180. P. Stewart donne l’exemple suivant de ce que j’appelle le RP : « [I]ls se diren (...)
  • 55 Gallouët-Schutter 1995 : 227-228.

18Pour ce qui est des autres types de discours dont il sera question dans cette étude, tous existaient en France au XVIIIe siècle. Le résumé paraliptique apparaît déjà (et sans doute pas pour la première fois) dans le Roman Comique (1651- 1657) de Scarron54. Marivaux en fait un usage très habile dès ses œuvres de jeunesse, dont Pharsamon. Le narrateur de cet ouvrage, avec ses interventions constantes55, ressemble fort aux narrateurs de Joseph Andrews et de Tom Jones. Voici un RP de sa façon :

  • 56 Marivaux 1713/ 1737 : Cinquième partie, 232.

Je ne rapporterai point la conversation entière de ces quatre personnes, je ne trouve à mon gré rien de plus fatiguant que le récit d’une conversation, fût-elle la plus amusante ; & si je l’ai fait quelque fois, c’est que quelque fois je suis comme Homere, il s’assoupit de tems en tems & moi je dors [...]56.

  • 57 Coulet 1967 : 348.
  • 58 Voici un RP très dramatique qui provient de La Religieuse : « Une autre aujouta qu’à certaines priè (...)

Ces sortes de bavardages qui interrompent l’action ne plaisaient guère aux contemporains de Marivaux et celui-ci en fut critiqué57. Le RP n’aurait pourtant pas été un type de discours démodé à l’époque, puisqu’il se prête également à l’expression du pathétique et peut même augmenter l’intérêt58.

19Le résumé et le compte rendu diégétiques, constituants essentiels de n’importe quel récit de n’importe quel temps, faisaient naturellement partie du répertoire littéraire d’alors. Parmi les cas neutres (style Il parla ou La conversation tomba sur l’amour), j’ai repéré chez les écrivains français de l’époque aussi des RD et des CRD nettement ironiques, comme dans les romans de Fielding. Voici un RD tiré des Lettres persanes et un CRD qui provient de La Nouvelle Hélotse :

  • 59 Montesquieu 1721 : lettre LI, 244. Ce passage n’est pas toujours dans la lettre LI dans les édition (...)
  • 60 Rousseau 1761 : lettre VI, 19.

Ce badinage, naturellement fait pour les toilettes, semble être venu à former le caractère general de la Nation : on badine au Conseil : on badine à la tête d’une Armée : on badine avec un Ambassadeur : [...]59.
Mais conviens aussi que la bonne femme [cette pauvre Chaillot] étoit peu prudente avec nous, qu’elle nous faisoit sans nécessité les confidences les plus indiscrètes, qu’elle nous entretenoit sans cesse des maximes de la galanterie, des avantures de sa jeunesse, du manége des amans ; & que pour nous garantir des pièges des hommes, si elle ne nous apprenoit pas à leur en tendre, elle nous instruisoit au moins de mille choses que de jeunes filles se passeroient bien de savoir60.

  • 61 Voici un CRD auquel succède un DIL : « [La veuve d’un Procureur] commere d’un bon esprit, qui vous (...)
  • 62 Battestin 2000 : article « Marivaux, Pierre Carlet de Chamblain de (1688-1763) ».

Naturellement, c’est encore Marivaux61 qui excelle dans l’usage comique des types de discours condensés. On peut se demander dans quelle mesure son usage du DR a influencé Fielding qui mentionne le romancier français dans Joseph Andrews et dans Tom Jones62.

20Le discours indirect, si répandu au XVIIe siècle, existait en France naturellement aussi au XVIIIe siècle. Cependant, l’effort de quelques écrivains pour rendre l’écriture romanesque plus vivante est visible aussi dans l’usage de ce type de discours qui avait été si figé au siècle précédent. Diderot s’en sert d’une façon fort ludique dans Jacques le Fataliste :

  • 63 Diderot 1795 : 63-64.

Et les voilà embarqués dans une querelle interminable sur les femmes, l’un prétendant qu’elles étaient bonnes, l’autre méchantes, et ils avaient tous deux raison : l’un sottes, l’autre pleines d’esprit, et ils avaient tous deux raison : l’un fausses, l’autre vraies, et ils avaient tous deux raison : l’un avares, l’autre libérales, et ils avaient tous deux raison : l’un belles, l’autre laides, et ils avaient tous deux raison : l’un bavardes, l’autre discrètes : l’un franches, l’autre dissimulées : l’un ignorantes, l’autre éclairées : l’un sages, l’autre libertines : l’un folles, l’autre sensées : l’un grandes, l’autre petites, et ils avaient tous deux raison63.

  • 64 Lips 1926 : 148-167.
  • 65 Mylne 1979 : 58 ; Mylne 1986 : 51.

21Enfin, comme le met en évidence M. Lips dans son étude64, la mixité du DR n’était pas un phénomène inouï dans la littérature française du XVIIIe siècle (ni avant, d’ailleurs). Les types de discours mixtes de mon continuum (voir chapitre 2, tableau 1), le discours indirect mimétique et le discours indirect libre, étaient utilisés par quelques écrivains, même si ces formes étaient moins répandues que dans la littérature anglaise65. Par exemple, Mme Riccoboni (avec Marivaux, Diderot, Sade) se sert du DIM dans ses romans épistolaires :

  • 66 Riccoboni 1759 : lettre XVI, 112-113.

Sir James a commencé par m’apprendre que l’unique motif de son voyage à Vinchester étoit... il a hésité... de trouver... de saisir... l’occasion... que le hasard lui offroit... enfin... de... de me rendre... un hommage... Il hésitoit encore : mais enhardi par mon profond silence, il a fait la peinture la plus vive, la plus animée de son ardeur, de ses peines, de son respect, de sa passion.... mon Dieu, de tout ce qu’il a voulu, ma chere, je ne l’interrompois point66 !

  • 67 Lips 1926 : 148-167.

M. Lips distingue le DIL chez l’abbé Prévost, Marivaux, Voltaire, Diderot, Rousseau et Marmontel67. J’ajouterai que Montesquieu et Crébillon fils s’en servent sporadiquement, Mme Riccoboni assez souvent. En outre, même Sade se sert du DIL, qui est ici combiné au présent historique :

  • 68 Sade 1788/ 1797 : 78-79.

Ils se lèvent de table : tiennent conseil : et le résultat est un ordre à Justine de se prêter sur le champ à satisfaire les désirs de chacun des quatre : ou de bonne grâce ou de force. Si elle se prostitue de bonne volonté, ils lui donneront chacun un écu pour la conduire où elle voudra : s’il leur faut employer la violence, la chose se fera de même : mais, pour que le secret soit gardé, ils la poignarderont après s’être satisfaits, et l’enterreront au pied d’un arbre68.

22Ce survol de quelques textes parallèles (Toury 1995) – qui sont, certes, de la main des écrivains français les plus innovateurs du XVIIIe siècle – nous a montré qu’aucun des types de discours dont il sera question dans l’analyse n’était inexistant en France, même au début du XVIIIe siècle. Par conséquent, leurs éventuelles standardisations dans la traduction doivent être expliquées par d’autres raisons que par leur absence totale dans la culture d’arrivée.

Notes

1 Lautel 1998 ; Thomson 1999. Parmi les médiateurs les plus influents, on peut mentionner Pierre Des Maizeaux, Thémiseul de Saint-Hyacinthe, Prosper Marchand, Pierre Coste (traducteur de Locke), le marquis d’Argens et Abel Boyer (en tant que lexicographe) (Lautel 1998 : 96-100 ; Thomson 1999 : 191-192, 203).

2 France 1992 : 161-162 ; Niklaus 1970 : 147, 157.

3 Malgré l’anglomanie, qui ne faisait que croître vers la fin du XVIIIe siècle, le goût des Français (et des Européens) portait l’empreinte du classicisme. Selon l’opinion générale, les Anglais avaient de l’inventivité, mais ils étaient absolument dépourvus de raison, de clarté et de finesse d’esprit. Par exemple Voltaire estimait que Shakespeare avait composé quelques scènes sublimes, mais ne s’était soumis à aucune règle. En outre, des stéréotypes assez surprenants concernant les Anglais proliféraient en France. La description suivante par l’abbé Le Blanc (1745/ 1758 : 80) n’est pas unique en son genre : « Mais l’Anglois dont le caractère le porte toujours aux extrémités, ne sçait pas aussi bien s’accommoder des milieux que les autres Peuples. Ce n’est point à eux à juger, par le sentiment qu’ils ont de la liberté, de celui que l’Anglois en conçoit. On peut lui appliquer ce que Mr. Rousseau de Geneve a dit de l’homme sauvage. Comme un coursier indompté hérisse ses crins, frappe la terre du pied, & se débat impétueusement à la seule approche du mords, tandis qu’un cheval dressé souffre patiemment la verge & l’éperon : l’Anglois ne plie point sa tête au joug que la plupart des autres hommes portent sans murmure, & il préféré la plus orageuse liberté à un assujettissement tranquille. » (Le Blanc, Jean-Bernard (1745/ 1758) « Lettres d’un François sur les Anglois, par Mr l’abbé Le Blanc. Second extrait. » in Journal Encyclopédique, par une société de gens de lettres. Pour le 15 avril 1758. Tome III, deuxieme partie. À Liege, De l’imprimerie du Bureau du Journal, Ruë St. Thomas, 66-80.)

4 Grieder 1985 : x, 33-63.

5 Ballard 1998b : 20-21 ; Orf 1974 : 22, 172-181, 198-204 ; Wade 1971 : 17-19.

6 Selon M. Fumaroli (2001 : 7), la Querelle remontait à la Renaissance : « Les théologiens médiévaux ont fait divers usages de l’opposition entre “antiqui” et “modemi”. Mais la Querelle des Anciens et des Modernes proprement dite, qui connaît son point culminant en France au XVIIe et au XVIIIe siècle, commence avec la Renaissance, c’est-à-dire avec Pétrarque (1304-1374). »

7 Voir Levine, Joseph M. (1991) The Battle of the Books. History and Literature in the Augustan Age. Ithaca, New York : Comell University Press.

8 Fumaroli 2001 : 13-18, 178-194 ; Zuber 1997 : 40.

9 Fontenelle 1688/2001 : 295.

10 Fumaroli 2001 : 18-24, 178-195 ; Hepp 1968 : 521-525, 539-548 ; Zuber 1997 : 211-212, 264, 272.

11 Cf. Létoublon, Françoise & Volpilhac-Auger, Catherine & Sangsue, Daniel (1999) éds. Homère en France après la Querelle (1715-1900). Actes du colloque de Grenoble (23-25 octobre 1995). Paris : Honoré Champion.

12 II est à remarquer que tous les traducteurs du XVIIIe siècle semblent avoir compris la fidélité autrement que les traducteurs de nos jours ; on avait le droit de censurer les grossièretés du texte de départ, tout en prétendant à une fidélité scrupuleuse. Même Mme Dacier recourait parfois aux euphémismes en traduisant par exemple les descriptions anatomiques d’Homère. (Ballard 1995 : 175 ; Hepp 1968 : 651.) Voir aussi plus bas.

13 Fumaroli 2001 : 204, 208-209 ; Hepp 1968 : 629, 640-650.

14 Fumaroli 2001 : 209-210 ; Hepp 1968 : 661-688, 693-694.

15 Dacier 1714 : 3-4.

16 En 1719, Anne Dacier vitupéra encore, dans ses Réflexions sur la Préface de Pope, la traduction anglaise de l’Iliade par Alexander Pope (1715) dont elle avait lu la préface en traduction française. Pope y contestait l’opinion de Mme Dacier qu’Homère soit parfait. En outre, il y introduisit la conception romantique d’un Homère primitif dont la poésie ressemblait à un paradis sauvage. En revanche, Madame Dacier avait toujours souligné la régularité et la perfection de la poésie homérique ainsi que sa morale impeccable. (Hepp 1968 : 642-643.) On peut voir dans cet antagonisme l’opposition de la France classique et de l’Angleterre préromantique. La mort de Mme Dacier mit un terme à ce débat en 1720.

17 Selon une étude pilote que j’ai faite récemment (Taivalkoski-Shilov 2004), il y a une différence nette entre les belles infidèles du XVIIe siècle et les traductions libres du siècle suivant : les belles infidèles de mon corpus ne contenaient pas ce que j’appelle des interventions auctoriales (voir glossaire). En effet, comme le constate S. Charles (2000 : 19), les traductions les plus libres du XVIIIe siècle semblent « pousser à ses extrêmes limites la logique des ‘belles infidèles’. » Celles-ci gardent une attitude respectueuse envers le texte de départ, tandis que celles-là ressemblent plutôt aux « pastiches » (Charles 2000 : 22) par leurs stratégies de traduction.

18 Perrot d’Ablancourt (1606-1664), voir Zuber 1968/ 1995. L’appellation « belle infidelle » naquit quand Ménage compara la traduction du Lucien par Perrot d’Ablancourt à l’une des maîtresses qu’il avait eues dans sa jeunesse (Ballard 1995 : 147).

19 Lefevere 1992 : 87-93.

20 Grieder 1985 : 65-73. Rien qu’entre les années 1741 et 1789, on répertoria en France 268 romans traduits de l’anglais dont 46 étaient des pseudo-traductions (Grieder 1985 : 73).

21 France 1992 : 152 ; Graeber 1995a : 11 ; Graeber 1995b : 15-16.

22 D’hulst 1990 : 10-11, 18 ; D’hulst 1993 : 92.

23 En plus des romans anglais dont parle S. Yahalom (1980 et 1981), on peut mentionner la poésie et le drame anglais dont deux anthologies importantes virent le jour vers le milieu du XVIIIe siècle : Le Théâtre Anglais (1745-1749) traduit par Pierre-Antoine de La Place et l’Idée de la Poésie Anglaise (1749-1756) traduit par l’abbé Yart (Graeber 1995b : 16, 28-29).

24 Niklaus 1970 : 145.

25 Michel Ballard signale que l’âge classique n’est pas uniquement l’âge des « belles infidèles » (stratégie de traduction qui existe toujours, d’ailleurs, voir Robyns 1990 et Zuber 1968/ 1995 : 17), mais qu’il y avait également des partisans de la traduction fidèle. (Ballard 1995 : 150, 196-197.)

26 D’hulst 1990 : 19 ; West 1932 : 330-333, 345-355.

27 Cela explique par exemple les métaphores jardinières du nettoyage et du triage que l’on relève dans les préfaces de traducteur de l’époque. Si les traducteurs libres voulaient être fidèles, c’était surtout à « l’esprit » de l’ouvrage. Souvent ils annonçaient savoir mieux que l’auteur lui-même ce qui était essentiel dans le texte de départ. Pour reprendre les mots de Florian (1802 : 8), traducteur de Cervantes : « [...] les personnes tolérantes, qui n’exigent pas que tout traducteur se dépouille de son bon sens et de son goût, peuvent s’en rapporter à mon amour pour Cervantes de l’extrême attention que j’ai mise à ne retrancher de son ouvrage que ce qui n’aurait pas semblé digne de lui dans le mien » (Florian, Jean-Pierre Claris de (1802 [An X]) « Avertissement du traducteur. » Don Quichotte de la Manche, traduit de l’espagnol de Michel de Cervantes par Florian ; ouvrage posthume. Avec figures. Tome premier. (Œuvres de Florian) De l’imprimerie de Guilleminet. À Paris, chez Deterville, libraire, rue du Battoir, n° 16, 1-10).

28 M.H. McMurran définit « l’intérêt » de la façon suivante : « La Place, like Prévost, wanted to maintain the reader’s “interest”, and both imply that interest is a single force, a logic with a single motivation. But, in the context of translating Behn or Richardson, one also detects that “interest” is the affective identification brought to the text by the reader, created by the narrative’s drama, expressed in terms of passion and sentiment. » (Les caractères gras sont de moi.)

29 McMurran 2000 : 87-89.

30 D’hulst 1990 : 48, 51-53, 122-123, 133-134 ; D’hulst 1996 : 93-94 ; France 1992 : 154, 163-166 ; Mercier 1996 : 78.

31 D’hulst 1990 : 103-106, 114, terme cité 104 ; Graeber 1996.

32 Termes cités, D’hulst 1990 : 104.

33 II arrivait aussi aux partisans de la traduction fidèle comme Batteux d’approuver ouvertement la censure des mots triviaux dans leurs écrits sur la traduction (D’hulst 1990 : 31).

34 Une préface « libre » pouvait même cacher une traduction fidèle. M.H. McMurran (2000 : 103 n2) mentionne la préface de la traduction littérale de Robinson Crusoe par Thémiseul de Saint-Hyacinthe et par Justus Van Effen (1721) qui prétend que la traduction soit libre.

35 D’hulst 1990 : 18-20 ; D’hulst 1993 : 92 ; D’hulst 1996 : 94.

36 Charles 2000 : 23.

37 McMurran 2000 : 89-90 ; West 1932 : 337-339. Prévost cité par McMurran (Ibid. 90).

38 Charles 2000 : 19-22. S. Charles met en évidence dans son article que Prévost, en écrivain habile, avait également modifié la partie précédente de sa traduction pour préparer « la greffe de son dénouement original » (Ibid. 27-31, passage cité 31).

39 Schreurs 1978 : 221-223.

40 D’hulst 1990 : 22-23 ; D’hulst 1997 : 395-396, 398 ; Graeber 1996 : 317 ; Konopik 1997 : 71-72, 79-80 ; West 1932 : 353-355. Avec la généralisation de la traduction fidèle, la mode des pseudo-traductions commençait également à disparaître à l’époque romantique. En outre, les traducteurs faisaient de moins en moins d’interventions auctoriales dans les textes traduits (D’hulst 1997 : 398).

41 Rosier 1999 : 28-29. Beauzée écrit : « V. Règle. C’est un usage universel & fondé en raison, de mettre les deux points après qu’on a annoncé un discours direct que l’on va rapporter, soit qu’on le cite comme ayant été dit ou écrit, soit qu’on le propose comme pouvant être dit ou par un autre ou par soi-même. Ce discours tient, comme complément, à la proposition qui l’a annoncé ; & il y aurait une sorte d’inconséquence à l’en séparer par un Point simple, qui marquerait une indépendance entière : mais il en est pourtant très-distingué, puisqu’il n’appartient pas à celui qui le rapporte, ou qu’il ne lui appartient qu’historiquement ; & en effet il commence par une lettre capitale. Il est donc raisonnable de séparer le discours direct de l’annonce par la Ponctuation la plus forte au dessous du Point, c’est-à-dire, par les deux Points : pour une distinction plus marquée, on place encore des guillemets ( ») au commencement de toutes les lignes de ce discours direct, ou bien on y emploie un caractère différent. » (Beauzée 1767/ 1974 : II, 613.)

42 Le passage qu’il discute provient de la version vulgate où la littéralité est acceptable. Dans une traduction, on préférerait pourtant un DI : « Miserunt Judæi ab Jerosolimis sacerdote & levitas ad eam, ut interrogarent eum : tu quis es ? (Joan.j. 19.) Voilà des mots latins, mais point de latinité, parce que ce n’étoit point l’intention de l’auteur ; c’est l’hébraïsme tout pur qui perce d’une maniéré évidente dans cette interrogation directe, tu quis es : les latins auraient préféré le tour oblique quis ou quisnam esset ; mais l’intégrité du texte original serait compromise. Rendons cela en notre langue, en disant : les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres & des lévites, afin qu’ils l’interrogeassent : qui es-tu ? Nous aurons une version françoise du même texte ; adaptons le tour de notre langue à la même pensée, & disons : les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres & des lévites pour savoir de lui qui il étoit ; & nous aurons une traduction. » (Encyclopédie article « traduction, version ».)

43 « Il n’est aucun genre de narration où le discours direct ne soit en usage, & il y répand une grâce & une force qui n’appartient qu’à lui. Mais dans le dialogue pressé, il a un inconvénient auquel il serait aussi avantageux que facile de remédier ; c’est la répétition fatigante [sic] de ces façons de parler, lui dis-je, reprit-il, me répondit-elle, interruptions qui ralentissent la vivacité du dialogue, & rendent le style languissant où il devrait être le plus animé. [...] Le moyen le plus court & le plus sûr d’éviter en même temps les longueurs et l’équivoque, serait de convenir d’un caractère qui marquerait le changement d’interlocuteurs, & qui ne serait jamais employé qu’à cet usage. » (Encyclopédie article « Direct ; dans l’Histoire ».)

44 Mylne 1975 : 174 ; Mylne 1979 : 50-61 ; Rosier 1999 : 29-30.

45 Brunot 1933 : 2063 ; Lips 1926 : 130 ; Mylne 1979 : 44 ; Mylne 1994 : 58-59 ; Rosier 1999 : 26-27, 31-32.

46 Mylne 1994 : 126-132.

47 Brunot 1933 : 2063-2065 ; Coulet 1967 : 322-323 ; Mylne 1965 : 110, 134, 230 ; Mylne 1975 : 173-174 ; Niklaus 1970 : 336-337.

48 Stewart 2001 : 174-179.

49 Mylne 1975.

50 Coulet 1967 : 377 ; Mylne 1975 : 181-182 ; Mylne 1994 : 133-134 ; Niklaus 1970 : 62.

51 Mylne 1975 : 182. Passage cité par V. Mylne, tiré de Délassemens nocturnes (Le Panier de maquereaux disputé) 1765, p. 17.

52 Mylne 1965 : 230 ; Mylne 1994 : 130-134. L’un des plus célèbres dialogues pornographiques fut l’Histoire de Dom B..., portier des Chartreux attribué à Latouche (1740/ 1741) qui fut traduit aussi en anglais. Comme les dialogues poissards, cet ouvrage anticlérical contient du DD où le dialecte est marqué phonétiquement : [la sœur Monique raconte à Suzon] « Malgré son langage grossier, l’air d’ingénuité avec lequel Martin s’expliquait me charmait. – Hé bien, lui dis-je, mon cher ami, as-tu eu bien du plaisir ? – Oh pardi ! me répondit-il en m’embrassant, j’en ai tant eu que je sis prêt à recommencer si vous voulez. – Non, pas pour le présent, lui dis-je, peut-être s’apercevrait-on de quelque chose. Mais tu as la clef de l’église. Si tu veux venir demain à minuit, tiens la porte ouverte, je viendrai te trouver, entends-tu, Martin ? – Oh, morgué, me répondit-il, c’est bian dit, nous nous en donnerons à cœur joie, nous n’aurons pas d’espions à c’t’heure-là. » (« Histoire de Dom Bougre, portier des Chartreux. » in Michel Camus, éd. (1985) Œuvres anonymes du XVIIIe siècle (I) L ’Enfer de la Bibliothèque Nationale 3. Paris : Fayard, p. 78. Les caractères gras sont de moi.)

53 Mylne 1965 : 110 ; Coulet 1967 : 351.

54 Stewart 2001 : 180. P. Stewart donne l’exemple suivant de ce que j’appelle le RP : « [I]ls se dirent encore cent belles choses, que je ne vous dirai point, parce que je ne les sais pas et que je n’ai garde de vous en composer d’autres » (Passage cité par P. Stewart, tiré de Scarron (1973) Roman comique. Paris : Garnier, p. 27. Les caractères gras sont de moi).

55 Gallouët-Schutter 1995 : 227-228.

56 Marivaux 1713/ 1737 : Cinquième partie, 232.

57 Coulet 1967 : 348.

58 Voici un RP très dramatique qui provient de La Religieuse : « Une autre aujouta qu’à certaines prières je grinçais les dents, et que je frémissais dans l’église ; qu’à l’élévation du saint sacrement je me tordais les bras. Une autre que je foulais le Christ aux pieds et que ne portais pas mon rosaire (qu’on m’avait volé) ; que je proférais des blasphèmes que je n’ose vous répéter ; toutes, qu’il se passait quelque chose en moi qui n’était pas naturel, et qu’il fallait en donner avis au grand vicaire, ce qui fut fait. » (Diderot (1775/ 1880) La Religieuse. Édition nouvelle et tout à fait complète. Absolument conforme à l’édition originale de 1775. Paris : Librairie Anti-cléricale, p. 102. Les caractères gras sont de moi.)

59 Montesquieu 1721 : lettre LI, 244. Ce passage n’est pas toujours dans la lettre LI dans les éditions des Lettres persanes. Dans l’édition Gallimard 1973 (Folio classique), il se trouve dans la lettre LXIII.

60 Rousseau 1761 : lettre VI, 19.

61 Voici un CRD auquel succède un DIL : « [La veuve d’un Procureur] commere d’un bon esprit, qui vous prenoit d’abord en amitié, qui vous ouvroit son cœur, vous contoit ses affaires, vous demandoit les vôtres, & puis revenoit aux siennes, & puis à vous. Vous parloit de sa fille, car elle en avoit une ; vous apprenoit qu’elle avoit dix-huit ans, vous racontoit les accidens de son bas âge, ses maladies ; tomboit ensuite sur le chapitre de défunt son mari, en prenoit l’histoire du tems qu’il étoit garçon, & puis venoit à leurs amours, disoit ce qu’ils avoient duré, passoit de-là à leur mariage, ensuite au récit de la vie qu’ils avoient mené ensemble ; c’étoit le meilleur homme du monde ! très-appliqué à son Étude ; aussi avoit-il gagné du bien par sa sagesse & par son économie : Un peu jaloux de son naturel, & aussi parce qu’il l’aimoit beaucoup ; sujet à la gravelle ; Dieu sçait ce qu’il avoit souffert ! les soins qu’elle avoit eu de lui : enfin, il étoit mort bien chrétiennement. » (Marivaux, Pierre Carlet de (1734) Le Paysan parvenu, ou les mémoires de M***. À La Haye, Chez C. de Rogissart & Sœurs. Seconde partie, 41- 42. Les caractères gras sont de moi.)

62 Battestin 2000 : article « Marivaux, Pierre Carlet de Chamblain de (1688-1763) ».

63 Diderot 1795 : 63-64.

64 Lips 1926 : 148-167.

65 Mylne 1979 : 58 ; Mylne 1986 : 51.

66 Riccoboni 1759 : lettre XVI, 112-113.

67 Lips 1926 : 148-167.

68 Sade 1788/ 1797 : 78-79.

© Artois Presses Université, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search