Version classiqueVersion mobile

La tierce main

 | 
Kristiina Taivalkoski-Shilov

I. Traductologie : trois notions fondamentales

Texte intégral

  • 1 Chesterman 1998 : 216-217.

1Le cadre théorique de cette étude est le paradigme historico-descriptif (descriptive translation studies, DTS) de la traductologie. Selon les théoriciens de cette approche, la traduction est avant tout un phénomène social : ce sont les normes sociales et culturelles, et non les contraintes linguistiques, qui influencent le plus le travail des traducteurs. Par conséquent, le point de départ de la recherche historico-descriptive n’est pas le texte de départ et les ‘pertes’ qu’il subit dans la traduction. Le plus souvent, une procédure historico-descriptive est rétrospective, axée sur le texte et la culture d’arrivée. Elle vise à savoir par exemple quelles normes régissaient le travail des traducteurs à une époque donnée, quelles institutions veillaient sur la publication des traductions, quel était le statut de la culture de départ dans la culture d’arrivée, et quel était l’état de la culture d’arrivée elle-même à ce moment. Epistémologiquement parlant, on cherche à expliquer les causes des phénomènes liés à la traduction1, surtout celles qui résident dans les cultures réceptrices.

  • 2 Traduction d’Antoine Berman (1995 : 51 et passim) de la terminologie de Gideon Toury.

2Dans ce qui suit, je présenterai trois notions du paradigme historico-descriptif qui s’avèrent essentielles du point de vue de mon étude : le polysystème, la manipulation et les nonnes « translationnelles »2. Cette introduction ne se veut pas uniquement théorique : pour ne pas perdre de vue l’aspect historique de cette étude, je traiterai ici également quelques études du XVIIIe siècle où l’on a appliqué la méthode historico-descriptive.

Le polysystème

  • 3 Pym 1998a : 115.
  • 4 Hermans 1999 : 114.

3La vision de la culture comme un « système de systèmes », un polysystème, est une théorie qui aide à comprendre comment la traduction est liée au fonctionnement de la vie littéraire en général, et à concevoir la façon dont les modes littéraires sont propagés d’une culture à une autre. C’est Itamar Even-Zohar qui a lancé le concept du polysystème dans la traductologie avec son fonctionnalisme dynamique basé sur le formalisme russe (Shklovskij, Tynianov, Jakobson etc.) et sur le structuralisme tchèque. Il est évident que sa théorie, qui inspire le paradigme historico-descriptif depuis les années 1970, a eu des opposants et des critiques, mais son utilité dans une étude historique est incontestable. Comme le dit Anthony Pym, qui oppose dans ce cas la théorie des systèmes à l’humanisme traditionnel, elle permet d’observer des ensembles au lieu des détails isolés3. En outre, Théo Hermans fait remarquer qu’elle ne se concentre pas sur l’étude de la littérature canonique mais a l’avantage de prendre en compte les sous-cultures marginales4. Par conséquent, cette théorie nous rappelle que tout se tient dans le domaine socio-historique ; les observations faites in vitro appartiennent aux autres sciences.

Le centre et la périphérie

4Itamar Even-Zohar considère un système socio-sémiotique, par exemple la littérature d’une culture donnée ou bien la littérature mondiale, comme un polysystème ouvert et dynamique dans lequel plusieurs sous-systèmes sont dans un état de rivalité perpétuelle :

  • 5 Even-Zohar 1997b : non paginé.

[A] socio-semiotic system can be conceived of as a heterogeneous, open structure, It is, therefore, very rarely a uni-system but is, necessarily, a polysystem--a multiple system, a system of various systems which intersect with each other and partly overlap, using concurrently different options, yet functioning as one structured whole, whose members are interdependent5.

  • 6 Even-Zohar 1990 : 13-17, 20-22 ; Even-Zohar 1997b : non paginé ; Even-Zohar 2000 : 42.
  • 7 La réalité n’est pourtant jamais aussi simple que la théorie. Selon A. Berman (1995 : 55) : « L’aff (...)
  • 8 Even-Zohar 1990 : 45-51 ; Even-Zohar 1997b : non paginé. La position de la traduction dans le polys (...)

5Le polysystème est composé de centre(s) et de périphérie(s) et il y a une concurrence continue entre les tendances innovatrices (modèles primaires) et conservatrices (modèles secondaires) du polysystème, ce qui contribue à son évolution : un système trop homogène ne peut pas persister longtemps. Dans une situation idéale, du point de vue de la longévité du polysystème, la périphérie nourrit le centre par de nouveaux éléments dynamiques6. Ce sont normalement les sous-cultures endogènes marginales qui servent de sources d’innovation au système central du polysystème littéraire. La stimulation peut également venir d’autres polysystèmes, directement ou à travers l’activité de traduction, lorsque les traductions bénéficient d’un statut central dans le polysystème littéraire. C’est que, dans le cas où les traductions en général (ou celles d’une certaine langue de départ, d’un certain genre littéraire) tiennent le centre du polysystème littéraire, les traducteurs sont plus libres d’introduire des éléments et des techniques étrangers à la littérature d’arrivée7. A contrario, si le sous-système ou les sous-systèmes de littérature traduite se trouve (nt) dans la périphérie du polysystème – ce qui semble être le plus souvent le cas – les traducteurs doivent se limiter aux modèles existant dans la culture d’arrivée en contribuant ainsi au maintien des tendances conservatrices8. Par conséquent, l’apport des traductions au polysystème littéraire d’une culture dépend des rapports de force de celui-là. Nous verrons pourtant au cours de cette étude que, même quand les traducteurs se servent de modèles secondaires dans leurs traductions, ils introduisent nolens volens des éléments étrangers à la culture d’arrivée.

Le répertoire

6Tous les sous-systèmes appartenant au polysystème agissent chacun selon leur ensemble de principes, de normes, de matériaux et de schèmes, ce qu’I. Even-Zohar appelle répertoire (repertoire) :

  • 9 Even-Zohar 1990 : 39. Ce terme peut aussi être compris dans un sens plus large, dénotant un ensembl (...)

“Repertoire” designates the aggregate of rules and materials which govern both the making and use of any given product. These rules and materials are thus indispensable for any procedure of production and consumption. [...].
Using traditional linguistic terms, a repertoire is thus a combination of “grammar” and “lexicon” of a given “language9”.

  • 10 Even-Zohar 1997b : non paginé ; Even-Zohar 2000 : 46-48 et passim.

7Dans le polysystème littéraire, ces répertoires renferment divers paradigmes de thèmes, de moyens stylistiques, de techniques narratives (de types de discours), de stratégies de lecture etc. qui forment la poétique de chaque sous-système. Le répertoire utilisé par le système central du polysystème littéraire y jouit d’une position canonique, les autres répertoires restant non canoniques et périphériques. Ce n’est pourtant pas toujours le ‘meilleur’ répertoire qui domine dans le polysystème. D’après I. Even-Zohar, la position d’un répertoire dans le polysystème dépend davantage de facteurs sociaux et culturels que de valeurs littéraires ‘éternelles’ ou ‘universelles’10.

  • 11 « Interculture » est un concept par lequel A. Pym décrit le cosmopolitisme des traducteurs : « I us (...)
  • 12 Pym 1998b : 359-361.
  • 13 Graeber 1996 : passim.

8Les individus appartiennent donc à des groupes sociaux différents selon les répertoires dont ils se servent. Or, certains maîtrisent plusieurs répertoires. Selon A. Pym, qui souligne l’interculturalité11 des traducteurs, ces derniers ont une expertise dans plusieurs répertoires et fonctionnent comme des agents d’échange entre les différentes cultures12. Et comme c’est le cas de nombre d’agents, ceux-ci peuvent être des « agents doubles » (W. Graeber, voir plus bas)13.

Le changement de paradigme et le rôle des traductions

  • 14 Even-Zohar 1990 : 46-47 ; Even-Zohar 1997b : non paginé.

9Il arrive que les systèmes centraux s’effondrent et soient remplacés par des systèmes périphériques qui deviennent, à leur tour, des systèmes canoniques dans le polysystème. D’après 1. Even-Zohar, un tel bouleversement résulte de la fossilisation du répertoire central qui, faute d’éléments novateurs extérieurs, ne peut plus répondre aux besoins changeants des consommateurs. La littérature traduite peut alors participer au changement de paradigme si elle a eu une position centrale, c.-à-d. influente, dans le polysystème14.

  • 15 Even-Zohar 1990 : 46-48, 80-81.
  • 16 Hermans 1999 : 109-110.

10Pour I. Even-Zohar, il y a trois circonstances majeures lors desquelles l’activité de traduction peut contribuer aux tendances innovatrices dans un polysystème littéraire. Premièrement, lorsque la culture d’arrivée est tellement jeune qu’elle a besoin de modèles. Deuxièmement, lorsqu’elle est « faible » (ayant un répertoire insuffisant) ou mondialement périphérique. Troisièmement, lorsqu’elle est dans une période de crise ou de vide d’inventivité ; les moyens du répertoire se sont automatisés, devenus trop prévisibles15. Dans ces trois cas, il y a une déficience dans le polysystème qui a besoin de l’interférence pour évoluer. T. Hermans note qu’il est préférable de considérer ces trois états déficitaires comme étant perçus de l’intérieur du système en question, et non comme des évaluations extérieures (péjoratives)16. Par conséquent, ce n’est pas le chercheur en traductologie qui décide a priori lequel des systèmes est jeune et lequel est en crise mais son rôle est d’abord de sonder le système en question, pour déterminer s’il y a des traces d’une crise. L’insuffisance est définie a posteriori.

  • 17 Even-Zohar 1990 : 53-58, 79, passage cité Even-Zohar 2001 : non paginé.

11I. Even-Zohar appelle système dépendant, par opposition au système indépendant, un système ayant besoin d’éléments extérieurs pour exister. Chaque polysystème peut devenir relativement dépendant ou indépendant, selon les circonstances historiques. Il y a des conditions favorables à l’interférence littéraire qu’I. Even- Zohar a voulu décrire par dix propositions de loi. Il est à noter qu’il ne les présente pas comme des lois absolues mais comme des possibilités d’observer les contacts interculturels. Dans l’esquisse la plus récente des lois de l’interférence, où il adapte ces lois (qui datent des années 1970) au domaine des études culturelles, il constate toujours : « As in the previous versions of this sketch [1978, 1990], what I desire to demonstrate is not some ultimate list of "laws, " but the very possibility of formulating and investigating such laws17. »

Dix propositions de loi de l’interférence littéraire

I. Les principes généraux de l’interférence

121. L’interférence est un phénomène intrinsèque de la littérature ; toutes les cultures littéraires connues se sont développées sous l’influence d’une autre, même celles dont on ne connaît pas actuellement les prédécesseurs.

132. L’interférence est généralement de nature unilatérale ; le plus souvent, les cultures ignorent celles qui les imitent.

  • 18 Even-Zohar 1990 : 59-63.

143. L’interférence littéraire n’implique pas nécessairement d’autres sortes d’interférence entre les deux cultures, surtout si elles sont éloignées géographiquement18.

II. Les conditions dans lesquelles apparaît l’interférence

154. S’il n’y a pas de conditions défavorables, par exemple pas de résistance dans la culture d’arrivée, le contact entre les cultures aboutira inévitablement à l’interférence.

165. Une culture devient source d’interférence par le prestige ; elle est choisie avant tout en regard du pouvoir culturel qui est plus important que le pouvoir politique ou économique.

176. Une culture devient source d’interférence par la domination ; les envahisseurs peuvent imposer leur langue et leur littérature aux peuples soumis.

  • 19 Even-Zohar 1990 : 63-69 ; Even-Zohar 2001 : non paginé (lois 2.2., 2.3. et 2.4).

187. L’interférence est causée par l’insuffisance du répertoire du système récepteur : on y recourt lorsqu’un système a besoin d’éléments qui n’y sont pas disponibles19.

  • 20 Hermans 1999 : 111.
  • 21 Sebnem Susam-Sarajeva 6.4.2000 : communication personnelle.

19Selon T. Hermans, il y a contradiction entre les lois cinq, six et sept : la culture imitée est-elle finalement adoptée par nécessité ou imposée20 ? Étant donné qu’il ne s’agit pas de lois mais de différentes façons d’observer l’interférence littéraire, je ne vois pas de contradiction dans la constatation que dans la plupart des cas, les répertoires sont adoptés volontairement, dans d’autres cas, imposés. Pourtant, Sebnem Susam-Sarajeva constate que l’opposition volontaire / imposé doit être relativisée. L’approche post-coloniale de la traductologie a mis en évidence que souvent les peuples colonisés qui choisirent ‘volontairement’ les répertoires de leurs envahisseurs y furent en réalité obligés. La question du libre arbitre devient alors problématique21.

III. Le comportement de l’interférence dans la culture d’arrivée

208. L’interférence ne touche pas au polysystème dans son ensemble, mais peut se propager d’un sous-système à l’autre. Elle peut tout d’abord entrer en contact avec un sous-système central ou périphérique qui naturalise le répertoire approprié avant de le transmettre aux autres sous-systèmes.

219. Le répertoire emprunté n’aura pas nécessairement dans la culture d’arrivée les mêmes fonctions qu’il a eues dans la culture de départ.

  • 22 Even-Zohar 1990 : 69-72.

2210. Dans le processus de l’interférence, les éléments appropriés tendent à être simplifiés, régularisés et schématisés. Par conséquent, la fonction multiple qu’un élément a eue dans la littérature de départ peut se réduire à une seule dans la littérature d’arrivée22.

  • 23 Toury 1995 : 268. A comparer avec ce qu’A. Berman (1985 : 71-81) appelle « tendances déformantes » (...)
  • 24 Cf. Taivalkoski 2000a.
  • 25 Hermans 1999 : 111.
  • 26 Even-Zohar 1990 : 72. Les caractères gras sont de moi.

23L’idée de la schématisation propre à l’interférence littéraire a été développée également par Gideon Toury qui propose une loi décrivant la simplification liée à la traduction : la loi de standardisation croissante (the law of growing standardization). Selon cette loi ou hypothèse, l’originalité d’un texte tend à diminuer dans la traduction : « in translation, textual relations obtaining in the original are often modified, sometimes to the point of being totally ignored, in favour of [more] habituai options offered by a target répertoire23. » J’ai testé dans ma thèse de troisième cycle cette hypothèse qui a été corroborée par mon analyse24. Selon 1. Even-Zohar, il est pourtant possible que des éléments simples soient rendus plus complexes dans le processus d’interférence. Là encore, T. Hermans25 trouve un paradoxe dans le raisonnement d’I. Even-Zohar, mais je soulignerais que ce dernier dit : « Obviously, simplified patterns of behavior are contmon, but we lack knowledge about the spécifie conditions which determine when they are preferred and when they are nor26. » Par conséquent, le fait de mentionner que les anti-standardisations existent ne « coupe pas l’herbe sous le pied » à la dixième loi d’interférence. Ne dit-on pas que l’exception confirme la règle ?

Une application dix-huitiémiste de la théorie du polysystème

  • 27 On pense notamment à la proscription du roman en France en 1737. À ce sujet, voir May, Georges (196 (...)
  • 28 D’où l’hypothèse de S. Yahalom : « [L]e placement de modèles secondaires dans le centre du système (...)
  • 29 Yahalom 1980 : 408-409 ; Yahalom 1981 : 144-150.

24Shelly Yahalom (1980, 1981) a appliqué la théorie initiale d’I. Even-Zohar à l’étude de la littérature française du XVIIIe siècle. Selon elle, l’anglomanie française de l’époque s’explique par l’état de crise, par le tarissement d’inventivité de la littérature française. Il est donc question d’une des conditions préalables à l’interférence littéraire que mentionne I. Even-Zohar (loi sept). La cause principale de cette crise fut l’austérité du système central du polysystème qui essayait de bannir du système littéraire les nouveaux genres comme le roman, considéré comme un danger moral27. Par conséquent, le système central du polysystème devenait de plus en plus prescriptif et exclusif, n’acceptant que des moyens stylistiques automatisés et des genres établis au XVIIe siècle, siècle glorieux dans l’histoire de la culture française28. En revanche, la périphérie du polysystème français, qui absorbait des éléments étrangers, s’étendait parce que la majorité des textes produits n’était pas compatible avec les normes draconiennes du centre29.

  • 30 Yahalom 1980 : 409-414 ; Yahalom 1981 : 150-151.
  • 31 Yahalom 1981 : 153.

25Pour échapper à cette rigidité, la littérature romanesque française du XVIIIe siècle dut recourir à une « tactique de dissimulation », c’est à dire que les écrivains camouflaient leurs romans en textes « pseudo-non-littéraires » : en mémoires, en recueils de lettres, en manuels épistolaires et en relations de voyages ‘authentiques’ pour qu’ils puissent échapper à l’exclusion du polysystème littéraire30. Les traductions de la littérature romanesque anglaise jouèrent un rôle encore plus déterminant pendant cette période : non seulement le statut flou de la littérature traduite permettait aux éléments de la littérature anglaise de se propager dans le polysystème français, mais ce statut contribuait également à la circulation d’éléments de la littérature française périphérique vers le système central, ce qui finit par bouleverser le canon du polysystème. Par conséquent, le schéma d’I. Even-Zohar présenté ci-dessus serait une simplification : les éléments endogènes non canoniques peuvent également se propager par l’intermédiaire de la traduction31.

  • 32 Par conséquent, il arrivait aux traducteurs de romans anglais de donner des explications comme cell (...)
  • 33 Yahalom 1981 : 146-159.

26Selon S. Yahalom, les romans traduits de l’anglais pénétrèrent dans le système littéraire français par trois voies. En premier lieu, les traductions anglaises furent associées aux textes « pseudo-non-littéraires » mentionnés plus haut. Par conséquent, elles furent évaluées selon des normes culturelles comme des descriptions des « mœurs Angloises »32 et non selon des normes littéraires, ce qui les rendait plus acceptables aux yeux des autorités littéraires françaises. La deuxième voie fut le sous-système périphérique du roman français qui, parce qu’il était un genre littéraire jeune, avait besoin de modèles extérieurs. Troisièmement, les traductions de romans anglais auraient, grâce à la position canonique du roman dans le système littéraire anglais, également influencé le système canonique français de l’époque où régnaient le drame et la poésie épique. L’influence anglaise toucha donc plusieurs sous-systèmes à la fois. L’assimilation du répertoire anglais ne fut pourtant que partielle, conformément aux lois d’I. Even-Zohar décrivant le comportement de l’interférence dans la culture d’arrivée. Le système français n’absorba pas les modèles de la littérature anglaise dans leur intégralité, mais en isola quelques éléments et réduisit leurs fonctions. Comme les traducteurs omettaient une grande partie des éléments considérés comme « sans fonction » et traduisaient d’autres éléments sans leur contexte fonctionnel, le modèle textuel qui en résultait fut plus hétérogène et simplifié33.

Des limites de la théorie du polysystème

  • 34 Hermans 1999 : 103, 117-118.
  • 35 Pym 1998a : 121.
  • 36 Pym 1998a : 160-176.

27Selon T. Hermans, l’un des dangers des études comme celle de S. Yahalom et de l’approche polysystémique en général est qu’elles oublient l’individu. La théorie du polysystème conduit facilement le chercheur à des abstractions ; l’évolution littéraire semble donc un processus « en pilotage automatique », peu motivée par les intérêts des êtres humains ou des groupes. Et pourtant, ce ne sont pas les modes de comportement ou les répertoires qui sont en conflit mais les individus qui s’en servent. D’ailleurs, T. Hermans estime que les systèmes n’existent pas en réalité et que le (poly) système est uniquement un concept méthodologique qui aide le chercheur à comprendre le lien entre des faits différents34. D’après A. Pym, il y a vraiment des systèmes, mais il faut comprendre qu’ils résultent d’un besoin fort humain de créer des ensembles socio-culturels. Par conséquent, ce sont les êtres humains qui engendrent les systèmes, et non les dei ex machina : « The items don ’t hold together ; they are held together by people who in some way want to belong together35. » La conclusion que l’on peut tirer des commentaires de T. Hermans et d’A. Pym est qu’il faut prendre en compte l’influence des êtres humains réels, par exemple des traducteurs, dans la dynamique des polysystèmes. Ceux-ci ont des intérêts personnels, des activités parallèles, des contacts et des réseaux sociaux qui influencent non seulement leur propre travail mais celui des autres36.

  • 37 Hermans 1999 : 118-119.

28Selon T. Hermans, il y a également le risque de tomber dans le déterminisme en se servant de l’approche polysystémique. Ce risque provient de l’opposition binaire entre les modèles primaires (innovateurs) et les modèles secondaires (conservateurs) qui deviennent facilement des étiquettes rétrospectives, mises par le chercheur lui-même sur la base des données de l’histoire littéraire37. Comment donc éviter la subjectivité lorsqu’on utilise des épithètes comme « innovateur », terme ayant aujourd’hui une connotation positive ? Suis-je impartiale en disant qu’une épître de Boileau est plutôt réactionnaire tandis que Pamela est novateur au XVIIIe siècle ? Si l’on étudie la dénotation du mot « innovation », une interprétation neutre me semble pourtant possible :

  • 38 Petit Robert : s.v. « innovation ». Les caractères gras sont dans l’original mais soulignent mes pr (...)

INNOVATION n. f. – innovation 1297 ; lat. imp. innovatio’). ♦ Action d’innover. [...] ◇ Résultat de cette action, chose nouvelle. => changement, création, nouveau, nouveauté. [...]. Aimer, craindre les innovations. => inconnu, inédit. [...]. Innovations scientifiques, techniques. découverte, invention. CONTR. Archaïsme, routine, tradition38.

29Par conséquent, un modèle primaire ou innovateur est neuf aux yeux des individus appartenant à un groupe social. Le modèle a pu exister auparavant dans un autre (poly) système (culture, sous-culture, genre littéraire), mais il apparaît d’abord comme inédit dans la fonction qu’il a dans la culture en question.

  • 39 Hermans 1999 : 119.
  • 40 Lambert 1997 : 10-11.
  • 41 Hermans 1999 : 119.

30Les oppositions binaires constituent une autre faiblesse de la théorie du polysystème d’après T. Hermans. Elles empêchent le chercheur de faire une distinction entre son outil, bien organisé, et la réalité qui est souvent hybride et ambiguë : « The optical illusion is that the structuredness of the method produces the structuredness of the abject39. » José Lambert fait une remarque semblable et se demande s’il est possible d’organiser toutes les données culturelles selon des hiérarchies nettes. J. Lambert juge que dans l’approche polysystémique – qui pourrait profiter de la théorie du chaos – le rôle du chaos a été négligé au profit de la quête des universaux et des lois de la traduction40. D’après T. Hermans, l’un des points faibles du travail de S. Yahalom, par exemple, est qu’elle n’arrive pas à mettre le doigt sur ce qu’elle appelle « statut ambigu » ; elle est capable de le distinguer d’une position centrale ou périphérique, sans toutefois arriver à nous expliquer ce qu’était finalement ce statut41. Dans l’approche polysystémique, il serait donc préférable de passer des oppositions binaires à des concepts plus complexes. Cela est vrai, mais je suis d’avis que le plus grand défaut de la théorie du polysystème n’est point du tout sa clarté. Au contraire, c’est sa terminologie nébuleuse et polysémique, notamment l’opposition binaire « central / périphérique ». Comment mettre le doigt sur quoi que ce soit si les concepts ne sont pas clairs ? Il aurait été préférable de réserver l’épithète « central(e) » pour désigner uniquement le sous-système qui domine le polysystème, et d’autres épithètes pour décrire par exemple le rôle déterminant des traductions. Il en va de même du concept « répertoire » dont le sens ne cesse de devenir plus ambigu.

La manipulation

  • 42 A. Lefevere parle notamment des effets de la manipulation, disons non violente, mais cette notion p (...)

31Si la notion du polysystème permet de voir comment la traduction est liée à la macrostructure de la culture, celle de la manipulation illustre la façon dont la traduction est régie par la société dans la vie pratique. Elle le fait en tenant compte du rôle des individus dans la société. Étant donné que cette notion a été développée au sein de l’approche historico-descriptive, qui cherche à étudier objectivement les phénomènes de la traduction, le terme manipulation n’a pas de connotation péjorative. Selon André Lefevere, la manipulation est nécessaire aux traducteurs pour qu’ils puissent exercer leur métier42. Il s’agit donc d’un fait humain, intrinséque de la traduction :

  • 43 Lefevere 1992 : 13.

Translators, to lay the old adage to rest once and for all, have to be traitors, but most of the time they don’t know it, and nearly all of the time they have no other choice, not as long as they remain within the boundaries of the culture that is theirs by birth or adoption – not, therefore, as long as they try to influence the evolution of that culture, which is an extremely logical thing for them to want to do43.

32Par le terme manipulation, A. Lefevere entend aussi bien le remaniement des textes (les moyens), que les manœuvres culturelles (la fin) réalisées à l’aide de celle-là.

La réécriture

  • 44 Le structuraliste tchèque, Anton Popovic, et le père du paradigme historico-descriptif, James Holme (...)
  • 45 Lefevere 1985 : 234 ; Lefevere 1992 : 9.
  • 46 Hermans 1985b : 11.
  • 47 Lefevere 1998 : 41-42. D’après lui : « Cultural capital is what makes you acceptable in your societ (...)

33Le point de départ d’A. Lefevere est que la traduction est une forme de réécriture (rewriting) (ou de métacommunication44) et qu’elle se prête facilement à la manipulation45. Comme une traduction est un texte dérivé tout en représentant l’original dans la culture d’arrivée, il est non seulement facile mais également efficace d’y insérer des traits ou des messages qui n’existaient pas dans l’original. Par la manipulation, l’auteur étranger apparaît comme un partisan de la cause (idéologie, moyen littéraire) promue par le traducteur. Selon T. Hermans, toute traduction est plus ou moins manipulée pour pouvoir atteindre un certain but dans la culture d’arrivée46. La traduction est un moyen d’importer des informations, des modes de comportement, du « capital culturel » dans la culture d’arrivée47, sans parler de l’interférence littéraire.

  • 48 Lefevere 1985 ; 219-220, 226 ; Lefevere 1992 : 12-13.

34Une autre caractéristique de la réécriture, constatée déjà à propos de la théorie du polysystème, est qu’elle est aussi vitale pour l’évolution des littératures que l’écriture « de première main ». A. Lefevere souligne que la littérature n’évolue pas toute seule (en « pilotage automatique »), mais qu’elle est également développée, ré-écrite par les traducteurs, les critiques, le corps enseignant... en un mot, les lettrés. Ceux-ci travaillent activement pour diriger l’évolution de la culture selon leurs idéaux esthétiques et idéologiques48.

Les professionnels de la réécriture

  • 49 Lefevere 1985 : 217, 226-227 ; Lefevere 1992 : 14-22.

35Deux éléments dans le système littéraire assurent que la littérature soit conforme à l’idéologie et à la poétique de la culture. Le premier élément de contrôle est composé des professionnels de la réécriture : traducteurs, éditeurs, critiques, journalistes, professeurs de littérature, anthologistes, historiographes... Ils dominent le système littéraire de l’intérieur et appuient leur pouvoir sur le patronage qui compose le second élément de contrôle (voir ci-dessous). La poétique du système dominant, ou pour reprendre les termes d’I. Even-Zohar, le répertoire du centre, est surtout leur domaine. Les critiques, les journalistes et les professeurs influents trient les genres et les ouvrages qui accèdent au canon littéraire. Les traducteurs, les éditeurs, les anthologistes manipulent les ouvrages qu’ils réécrivent (traduisent, éditent, rééditent) pour qu’ils soient acceptables dans leur culture, en filtrant des ouvrages les éléments dissonants, étranges ou démodés49.

  • 50 Lefevere 1985 : 217, 225-227 ; Lefevere 1992 : 14-22, 87-93.

36Un cas exemplaire de telle manipulation est la traduction notoirement libre de Ylliade réalisée par Houdar de La Motte en 1714 (voir aussi chapitre 3.). Selon A. Lefevere, le fait que l’épopée (et Homère) n’ait pas été à la mode dans la France classique explique pourquoi celui-ci, en traduisant l’Iliade, l’écourta de moitié, en accéléra la narration et en modifia (‘ennoblit’) les personnages et les coutumes. Ce traducteur jugeait l’ Iliade selon les critères du classicisme et de la tragédie, genre littéraire prédominant à l’époque. C’est que le genre dominant forme l’horizon d’attente des lecteurs que les traducteurs visent à satisfaire. Il est, bien sûr, possible à un traducteur de résister aux dogmes littéraires ou politiques du système dominant dans la culture d’arrivée et de traduire à son gré. Mais si une traduction ou une œuvre ‘inacceptable’ arrive à pénétrer dans le système littéraire (pensons à la littérature clandestine des philosophes français du XVIIIe siècle publiée hors de France), elle peut cependant être condamnée par les critiques, ignorée par les libraires et négligée par le corps enseignant50. Dans le cas de la France du XVIIIe siècle, les conséquences pouvaient être encore plus graves : l’auteur risquait la Bastille.

Le patronage

  • 51 « [T]he powers (persons, institutions) that can further or hinder the reading, writing, and rewriti (...)
  • 52 Weil 1986 : 67-79.
  • 53 Lefevere 1985 : 227-229 ; Lefevere 1992 : 15-19.

37Le patronage, second élément de contrôle du système littéraire, est plus intéressé par l’idéologie que par la poétique et dirige le système littéraire plutôt de l’extérieur, au travers des institutions comme les académies, les commissions de censure et les établissements scolaires, qui s’occupent de la distribution des livres. Selon la définition d’A. Lefevere, le patronage désigne les pouvoirs – institutions, personnages éminents – qui sont capables de favoriser ou d’entraver la lecture, l’écriture et la réécriture de la littérature51. Il peut s’agir de personnes (Lord Lyttleton, mécène de Fielding), de groupes de personnes (les approbateurs ou censeurs de romans52), de classes sociales (la bourgeoisie), de cours royales (Versailles), de maisons d’édition (A. Millar, éditeur de Fielding) ou de médias (Les Observations sur les Écrits Modernes, périodique de l’abbé Desfontaines). Ces autorités peuvent accorder leur protection aux artistes qui leur conviennent, et ils manœuvrent la littérature indirectement, par les droits d’impression, l’argent et la renommée. Dans une société libérale, les fonctions du patronage sont normalement différenciées : les uns veillent sur les thèmes et les valeurs de l’art, les autres financent les artistes, les troisièmes leur assurent une place dans l’élite. Sous un pouvoir absolu, tous ces éléments sont entre les mains d’un seul patron53. Et plus le pouvoir est concentré dans une culture, plus uniformément sont manipulés les ouvrages par la réécriture.

La manipulation d’un genre littéraire : une étude de cas dix-huitiémiste

  • 54 Dans une étude plus récente, H. van Gorp (1996 : 292-295) mentionne un autre cas de manipulation de (...)

38Hendrik van Gorp54 (1981, 1985) constate dans son étude que le roman picaresque espagnol s’hybrida en Europe au cours des XVIIe et XVIIIe siècles : les traducteurs français manipulaient ce genre dans des versions qui servaient ensuite de textes de départ à maintes traductions en d’autres langues européennes.

  • 55 VanGorp 1981 : 209-219 ; Van Gorp 1985 : 138, 147.

39Les causes de la manipulation des traductions françaises résidaient dans la politique européenne de l’époque. La France était devenue le pays central du continent, ce qui se répercutait sur les mentalités françaises. H. van Gorp distingue entre trois phases successives dans les méthodes de traduction (la traduction littérale, la traduction libre, les belles infidèles), phases qui sont liées à la montée du prestige de la France en Europe : plus celui-ci croissait, moins fidèlement traduisait-on. L’hybridation du genre picaresque commença lors de la deuxième phase, vers 1620 lorsque le « roman régulier » français devint le modèle selon lequel les traducteurs français modifiaient les romans picaresques. Le code esthétique français exigeait une conclusion heureuse pour n’importe quelle histoire. Par conséquent, les traducteurs français transformèrent l’un des traits caractéristiques du roman picaresque, la fin ouverte qui souligne le thème de la désillusion, en dénouement heureux. Il s’ensuivit que la fin heureuse devint plus tard l’un des procédés typiques du roman d’aventures au XVIIIe siècle. L’autre manipulation fut le dépouillement de la critique sociale et des moralisations des romans picaresques, au profit des aventures romantiques des héros. Le nouveau picaro qui en résultait ressemblait plus à don Juan qu’à don Quichotte : c’est un grand charmeur qui arrive à la possession des biens matériaux par la voie du mariage. Les transformations génériques se répandaient ensuite des traductions aux littératures endogènes. Le produit de la manipulation entière fut un nouveau genre hybride, mêlant tradition picaresque et roman galant, dont le Gil Blas de Santillane de Lesage et le Roderick Random de Smollet55. Il semble que les deux premiers romans de Fielding appartiennent également à ce genre hybride.

Les normes translationnelles

  • 56 Toury 1995 : 54.

40La troisième notion à présenter ici, celle des normes translationnelles, est liée aux deux précédentes. Les trois concepts soulignent le fait que le traducteur est un être social qui dépend de son entourage et qui doit observer les lois et les règles de la société où il vit. Les conditions extra-linguistiques agissent sur le travail pratique des traducteurs. Cela explique pourquoi les traductions, voire d’un même texte de départ, peuvent différer considérablement selon les circonstances dans lesquelles elles ont été produites56.

  • 57 Chesterman 1997 : 55, 172 ; Chesterman 1999 : 91 ; Toury 1999 : 15, 19.

41La norme est une notion intersubjective du comportement ou produit correct que chaque membre d’un groupe a intériorisée pendant sa socialisation. Elle reflète les valeurs mutuelles de ce groupe et est observée par la majorité de ses membres. Comme on respecte généralement les normes, elles sont perceptibles à travers les coutumes et les habitudes. Bien qu’elles ne soient pas absolument impératives (car il existe toujours la possibilité de choisir) les individus qui n’obéissent pas aux normes s’exposent à la critique57.

  • 58 Chesterman 1999 : 90 ; Toury 1999 : 16.

42Les normes, en tant que concepts, sont également des outils du paradigme historico-descriptif (comme la manipulation et le polysystème). Ce sont des hypothèses explicatives à l’aide desquelles on interprète le comportement des traducteurs58.

Quatre valeurs derrière les normes translationnelles

  • 59 Cf. Georg H. von Wright (1968) An Essay in Deontic Logic and the General Theory of Action. (Acta Ph (...)
  • 60 Chesterman 1997 : 172, 178.
  • 61 Cf. Renate Bartsch (1987) Norms ofLanguage. London : Routledge.
  • 62 Chesterman 1997 : 55-56 ; Chesterman 1999 : 93.

43Pourquoi les normes existent-elles ? Quelle est leur raison d’être dans le comportement humain ? Selon Andrew Chesterman, qui s’appuie ici sur le philosophe G.H. von Wright59, les nonnes sont des instruments par lesquels on peut réaliser et promouvoir certaines valeurs. Les normes ne sont donc pas la fin mais les moyens. Cela veut dire que l’on peut sacrifier occasionnellement les normes au profit des valeurs : celles-ci sont primaires, celles-là secondaires60. L’autre fonction des normes, constatée par R. Bartsch61, est de nous faciliter la vie : le comportement des êtres humains devient plus prévisible et plus rationnel s’ils observent les normes. Grâce à elles, il nous est possible de faire confiance à autrui et de planifier nos actions. En outre, les normes nous informent sur ce que les autres attendent de nous, en tant que traducteurs par exemple62.

  • 63 Chesterman 1997 : 175, 186.

44D’après A. Chesterman, quatre valeurs éthiques priment dans la traduction : la clarté (clarity), la vérité (truth), la confiance (trust) et la compréhension (understanding). Ces valeurs n’influencent pas exclusivement la traduction, mais régissent aussi d’autres domaines de la communication et du comportement humain. La prédominance des quatre valeurs, qui soulignent des objectifs parfois alternatifs de la traduction, varie selon les circonstances. Les valeurs de clarté et de vérité concernent les relations entre les textes, tandis que celles de confiance et de compréhension sont liées aux relations entre les êtres humains63.

  • 64 Chesterman 1997 : 175-178.

45La valeur de clarté est axée sur les attentes du lecteur d’arrivée et sur la réception des traductions. Cette valeur pousse les traducteurs à être pertinents dans leurs stratégies ; il est essentiel que les lecteurs puissent dégager aisément les idées principales du texte. Chez les traducteurs des belles infidèles, c’était la valeur essentielle de la traduction64. En outre, les traducteurs libres du dix-huitième siècle, comme l’abbé Bitaubé dans le passage suivant, annoncent souvent dans leurs préfaces, que leur but était d’enlever les arbres qui dans l’original cachent la forêt :

  • 65 Bitaubé 1762 : 4, 13-14. Les caractères gras sont de moi.

J’avoue qu’au milieu de ce travail, j’étois si choqué des défauts d’Homere, que souvent la plume me tomboit des mains. [...]. On ne peut soutenir la longueur fatiguante de la plupart des discours de ses héros : ces discours font languir l’action, qui sans eux est très vive. En général il n’est peut-être pas possible de traduire deux vers d’Homere, sans y faire des retranchemens ; non seulement à cause de la différence de la langue, mais surtout vû les superfluités qui regnent dans la diction de ce poëte. C’est un arbre fertile dont il faut émonder les branches qui nuisent au tronc & consument une partie de la sève ; c’est ce que j’ai essayé de faire65.

46Les discours des personnages seraient donc superflus, « des branches qui nuisent au tronc » et qui font perdre du vue le fil de l’action. Nous y reviendrons.

  • 66 Chesterman 1997 : 178-179.

47La valeur de vérité pose comme idéal une relation vraie entre le texte de départ et le texte d’arrivée ; ce dernier doit représenter l’original d’une façon reconnaissable66. Il me semble que pour les traducteurs de l’époque postclassique, qui tendaient vers la réalisation de cette valeur, la beauté d’une traduction naissait précisément de sa ressemblance avec l’original – et pas des libertés prises par le traducteur. Pour reprendre les mots de Chéron, troisième traducteur français de Tom Jones :

  • 67 Chéron 1804 : xiv. Les caractères gras sont de moi.

Enfin, il n’est pas vrai qu’un ouvrage ancien ou étranger, d’un caractère vraiment original puisse jamais devenir rebutant parce qu’il aura été traduit avec exactitude. Au sortir des mains du traducteur, il sera, si l’on veut, comme un bel arbre dont l’automne aura un peu décoloré et même fait tomber quelques feuilles, mais dont le tronc majestueux et les rameaux élancés attireront encore nos regards et notre admiration, et auquel notre imagination saura rendre la belle verdure et le feuillage épais que le passage d’une saison à l’autre lui aura fait perdre67.

  • 68 Chesterman 1997 : 179-180.

48A. Chesterman souligne pourtant qu’il y a plusieurs manières acceptables de réaliser une relation vraie entre le texte de départ et le texte d’arrivée. Cette valeur n’est donc pas absolue, elle dépend de la situation et de ce que la culture d’arrivée considère comme vérité dans la traduction68.

  • 69 Chesterman 1997 : 180-183.

49L’idée dominante de la troisième valeur, la confiance, est que les traducteurs sont responsables vis-à-vis de leur entourage professionnel : l’auteur originel, la maison d’édition, les lecteurs, les autres traducteurs... Ils doivent agir de façon à ne pas perdre la confiance publique dont ils jouissent et s’ils sont des traducteurs débutants, ils cherchent à gagner « l’ethos » qui les autorise à travailler comme traducteurs69. Dans la France classique, si les traducteurs étaient influencés par cette valeur, la confiance qu’ils ne voulaient pas perdre était plutôt celle des lecteurs, qui n’attendaient pas une fidélité scrupuleuse des traductions. L’extrait suivant nous révèle pourtant une exception. La maison d’édition a probablement anticipé les attentes de lecteurs plus exigeants puisque l’on a jugé nécessaire d’ajouter une garantie de l’exactitude de la traduction. La raison en est peut être qu’il s’agit de l’Essai philosophique concernant l’entendement humain de Locke. Celui-ci assure dans un avertissement que le traducteur Pierre Coste avait corrigé sa traduction à l’aide de ses propres commentaires :

  • 70 Locke 1700 : non paginé. Les caractères gras sont de moi.

La netteté d’Esprit & la connaissance de la Langue Françoise, dont Mr. Coste a déjà donné au Public des preuves si visibles, pouvaient vous être un assez bon garant de l’excellence de son travail sur mon Essai, sans qu ’il fut nécessaire que vous m’en demandassiez mon sentiment. [...] [J]e puis dire à l’égard du point sur lequel vous souhaitez de savoir mon sentiment, c’est que Mr. Coste m’a lû cette Version d’un bout à l’autre avant que de vous l’envoyer, & que tous les endroits que j’ai remarqué s’éloigner de mes pensées, ont été ramenez au sens de l’Original, ce qui n’étoit pas facile dans des Notions aussi abstraites que le sont quelques-unes de mon Essai [...]. De sorte que je puis dire au Lecteur que je présume qu’il trouvera dans cet Ouvrage toutes les qualitez qu’on peut desirer dans une bonne Traduction 70.

  • 71 Chesterman 1997 : 183-186.

50Enfin, la valeur de compréhension tend vers l’élimination des malentendus linguistico-culturels et vers l’optimalisation de la communication. Les traducteurs chez qui cette valeur est dominante peuvent par exemple parsemer leur traduction de notes explicatives et en enlever des hiatus culturels (culture bump, Ritva Leppihahne 1997) : des caractéristiques – souvent des allusions culturelles – qui ne sont compréhensibles que dans la culture de départ. La valeur de compréhension se manifeste, non seulement dans la volonté d’expliciter ou d’omettre les étrangetés du texte de départ, mais également dans le désir de faire connaître les cultures différentes au travers de la traduction71. Selon des cosmopolites éclairés comme Mme de Staël-Holstein, la traduction est même un moyen de « faire du bien aux hommes » :

  • 72 De Staël-Holstein 1816/ 1844 : 294. Les caractères gras sont de moi.

Il n’y a pas de plus éminent service à rendre à la littérature, que de transporter d’une langue à l’autre les chefs-d’œuvre de l’esprit humain. Il existe si peu de productions du premier rang ; le génie, dans quelque genre que ce soit, est un phénomène tellement rare, que si chaque nation moderne en était réduite à ses propres trésors, elle serait toujours pauvre. D’ailleurs, la circulation des idées est, de tous les genres de commerce, celui dont les avantages sont les plus certains. [...].
La meilleure manière, j’en conviens, pour se passer des traductions, serait de savoir toutes les langues dans lesquelles les ouvrages des grands poëtes ont été composés ; le grec, le latin, l’italien, le français, l’anglais, l’espagnol, le portugais, l’allemand : mais un tel travail exige beaucoup de temps, beaucoup de secours, et jamais on ne peut se flatter que des connaissances si difficiles à acquérir soient universelles. Or, c’est à l’universel qu’il faut tendre, lorsqu’on veut faire du bien aux hommes72.

L’intériorisation des normes

  • 73 Chesterman 1999 : 95.
  • 74 Schäffner 1999b : 1-2, 5 ; Toury 1995 : 55, 63 ; Toury 1999 : 16, 25-27.

51Mon point de départ pour présenter la notion de normes translationnelles est l’aspirant traducteur et son apprentissage de ce qui est acceptable dans la culture d’arrivée. Le traducteur débutant peut devenir un professionnel de la réécriture seulement à travers un processus de socialisation. Sa traduction ne sera même pas publiée avant qu’elle ne remplisse quelques critères essentiels à son entourage professionnel (l’éditeur, le client). La socialisation d’un individu signifie qu’il intériorise les nonnes de sa communauté : les réactions d’autrui, les sanctions, le guident dans cette initiation. Au cours de sa professionnalisation, le traducteur débutant s’accoutume à éviter un comportement qui provoquerait des réactions négatives dans son entourage professionnel. Il assimile les stratégies – les façons de respecter les normes73 – qui y sont considérées comme admissibles. Cela faisant, il apprend ce qui passe pour une traduction correcte et devient un professionnel de la réécriture : la connaissance des normes translationnelles fait partie de la compétence du traducteur74 .

Le polysystème des normes translationnelles

  • 75 Toury 1995 : 62 ; Toury 1999 : 27-28
  • 76 Voir Chesterman 1997. A. Chesterman emprunte ce terme à la sociobiologie pour désigner des unités d (...)

52Selon Gideon Toury, qui partage le point de vue polysystémique d’I. Even-Zohar, insistant pourtant sur le rôle actif des individus dans la dynamique du polysystème, les normes translationnelles sont également de nature systémique. Elles naissent, s’épanouissent, déclinent, disparaissent et ressurgissent selon l’usage des professionnels de la réécriture75. Elles peuvent également persister, dirait A. Chesterman qui a introduit un aspect évolutionniste au paradigme historico-descriptif avec ses memes76. D’après Chesterman (1997), les meilleures idées, les stratégies, les conventions survivent au cours des siècles et finissent par devenir des normes.

  • 77 Toury 1995 : 61-64 ; Toury 1999 : 27-28.

53La nature systémique des normes translationnelles explique pourquoi les stratégies de traduction varient chez les traducteurs de la même époque. Comme tous les traducteurs n’observent pas les mêmes normes, il y a simultanément diverses méthodes de traduction dans une société. D’après G. Toury, on peut souvent distinguer trois normes coexistantes dans le polysystème de la traduction : la norme dominante (mainstream), la norme précédente (previous) et la norme nouvelle (new). Les deux dernières sont périphériques tandis que la majorité des traducteurs obéissent à la norme dominante. La norme précédente est l’ancienne norme dominante, qui tombe peu à peu en désuétude. La norme nouvelle deviendra dominante plus tard. Si elle ne le faisait pas, on ne pourrait pas parler de normes – qui se valident par leur usage répandu – mais d’idiosyncrasies. G. Toury souligne qu’il est nécessaire même dans une étude synchronique d’examiner diachroniquement les normes translationnelles77. Seule l’histoire peut nous dévoiler quelle stratégie de traduction était due à une norme et laquelle n’était qu’un caprice du traducteur.

  • 78 Toury 1995 : 57, 65. G. Toury, à propos des verbalisations des normes : « However, they always embo (...)
  • 79 Pym 1999 : 110-111.

54Les normes translationnelles gouvernent la traduction dans tous les domaines, même dans l’interprétation de conférence, avance G. Toury. Elles sont repérables dans les traductions elles-mêmes ou dans les sources dites extratextuelles – préfaces de traducteurs, discussions théoriques prescriptives – qui sont des verbalisations des normes. Il faut pourtant être prudent avec ces verbalisations parce qu’elles sont souvent intéressées et ne disent pas toute la vérité sur les normes78. Selon A. Pym, les sources extratextuelles sont utiles également lorsqu’on étudie comment dans les controverses traductionnelles les adversaires ont « négocié » les normes au cours de l’histoire. Elles peuvent nous fournir des informations sur les débats concernant la traduction et expliquer pourquoi les méthodes de traduction ont changé79.

Norme initiale, préliminaire, opérationnelle

  • 80 Toury 1995 : 56-58.

55Un autre triptyque de normes touche à la pratique même de la traduction. Primo, la norme initiale (initial norm) détermine l’engagement culturel du traducteur. G. Toury estime que, comme il y a certainement des différences linguistiques et culturelles entre le système de départ et celui d’arrivée, le traducteur doit faire un choix initial entre deux alternatives : l’acceptabilité dans la culture d’arrivée (ciblisme) ou la conformité avec le texte de départ (sourcisme). Cette dichotomie est une simplification délibérée de sa part pour des raisons méthodologiques. En réalité, les traducteurs cherchent souvent plutôt des compromis entre les contraintes des deux cultures, mais il est plus facile de les étudier à l’aide de cette opposition. En outre, G. Toury fait remarquer que, même dans les cas où les traducteurs ne s’engagent visiblement que dans l’une des deux cultures, il y a pourtant des inconséquences dues au facteur humain, car nous ne sommes jamais complètement systématiques dans nos actions80.

  • 81 Toury 1995 : 58.
  • 82 Hermans 1999 : 75-76.

56Secundo, il y a des normes préliminaires (preliminary norms) qui gouvernent la sélection du texte et de la langue de départ. Elles deviennent visibles dans les statistiques de traduction dont les proportions révèlent les pays d’origine et les types de textes préférés. Elles témoignent de l’acceptabilité ou de l’inacceptabilité des traductions indirectes, réalisées à partir de traductions intermédiaires. En outre, si quelques cultures, genres, écrivains, mouvements intellectuels brillent par leur absence dans les statistiques, les normes préliminaires les auraient filtrés de la culture d’arrivée81. Les normes préliminaires semblent donc avoir une fonction dans l’interférence littéraire ; l’importation ou le blocage des textes étrangers. T. Hermans ajoute aux normes préliminaires de G. Toury la sélection de la langue d’arrivée. Par conséquent, la décision du traducteur de rendre un texte vers sa langue maternelle ou vers une autre langue serait également influencée par les normes préliminaires82.

  • 83 Toury 1995 : 58-59.
  • 84 Voir Robyns 1990 et Robyns 1994 : 420-424. C. Robyns a relevé des transformations suivantes dans le (...)
  • 85 Hermans 1999 : 76 ; Toury 1995 : 59.
  • 86 Van Leuven-Zwart 1989 : 154.

57Tertio, lorsque les traducteurs se mettent à traduire, leurs choix sont guidés par les normes opérationnelles (operational norms). Ces normes agissent d’une part sur la reformulation du texte de départ et d’autre part sur l’écriture du texte d’arrivée. Elles déterminent l’acceptabilité des omissions, des additions et des changements pragmatiques, comme la réorganisation du texte83. Ces sortes de transformations étaient même recommandées à l’âge classique. Qui plus est, selon Clem Robyns, elles étaient toujours acceptables dans les traductions françaises de romans policiers anglo-américains dans les années 197084. Par conséquent, les grandes transformations du texte de départ ne dépendent pas seulement de l’époque mais aussi du genre littéraire ; certains genres sont en effet considérés comme moins sacrés que d’autres. Les normes opérationnelles pèsent également sur la structure du texte d’arrivée et dictent son lexique, son style et sa typographie85. Il s’ensuit que la récurrence de certaines structures, de certains moyens stylistiques et de niveaux de langue dans le texte d’arrivée aident à identifier la norme initiale et les normes opérationnelles selon lesquelles il a été composé86.

De la véracité des verbalisations de normes : les traducteurs comme « agents doubles » dans la France du XVIIIe siècle

58On ne devrait jamais observer les normes translationnelles isolément mais à travers plusieurs sources, peut-on conclure de l’étude de Wilhelm Graeber (1996). On ne saurait pas grand-chose de la norme initiale des traducteurs d’une certaine époque sans sonder leurs normes préliminaires et opérationnelles. W. Graeber signale qu’il y a une contradiction entre les déclarations et la pratique des traducteurs qui traduisaient les romans anglais en français au siècle des Lumières :

  • 87 Graeber 1996 : 307.

Ils opéraient comme agents doubles : en apparence, ils travaillaient pour leur patrie et leurs idées littéraires, ils affirmaient éliminer tout ce qui n’était pas conforme aux normes de leur pays. En réalité, ils minaient ces normes en s’adaptant de plus en plus à un public auquel la doctrine classique ne disait plus rien87.

  • 88 Graeber 1996 : 305-307.

59La critique des ouvrages originaux dans les préfaces des traducteurs aurait donc été partiellement une « tactique de dissimulation » (S. Yahalom) pour faire publier ces traductions dans un système littéraire rigoureux. Même s’ils prétendaient le faire, les traducteurs ne supprimaient pourtant pas toutes les caractéristiques anglaises des traductions. Leurs véritables objectifs se manifestent par les statistiques de traduction de l’époque et, partant, par les normes préliminaires. La vague des traductions de l’anglais implique qu’en réalité ces traducteurs, non contents du répertoire classique, agissaient consciemment pour dissoudre l’idéal classique en faveur du romantisme88. Ils étaient partagés entre deux forces opposées : les consommateurs de la littérature (leur source de revenus) dont les besoins avaient changé et le patronage qui – comme c’est souvent le cas – voulait maintenir le statu quo.

Notes

1 Chesterman 1998 : 216-217.

2 Traduction d’Antoine Berman (1995 : 51 et passim) de la terminologie de Gideon Toury.

3 Pym 1998a : 115.

4 Hermans 1999 : 114.

5 Even-Zohar 1997b : non paginé.

6 Even-Zohar 1990 : 13-17, 20-22 ; Even-Zohar 1997b : non paginé ; Even-Zohar 2000 : 42.

7 La réalité n’est pourtant jamais aussi simple que la théorie. Selon A. Berman (1995 : 55) : « L’affirmation selon laquelle, lorsque la littérature traduite occupe une position secondaire, le traducteur se soumet aux nonnes d’« acceptabilité », peut être occasionnellement vraie. Mais dans le cas de la France du XVIe siècle, on a une relation inverse : la traduction occupe clairement le centre du polysystème, ce qui n’empêche pas la plupart des traductions de cette époque d’aller dans la sens de l’acceptabilité ! »

8 Even-Zohar 1990 : 45-51 ; Even-Zohar 1997b : non paginé. La position de la traduction dans le polysystème littéraire se répercute directement sur les traductions et même sur la conception de ce qui peut être considérée comme une traduction. Ainsi I. Even-Zohar (1990 : 51), est-il d’avis que l’on ne devrait jamais définir ce qui est a priori une traduction sans d’abord sonder la culture d’arrivée ; c’est la culture d’arrivée qui donne à certains textes le statut de traduction.

9 Even-Zohar 1990 : 39. Ce terme peut aussi être compris dans un sens plus large, dénotant un ensemble de modes de vie : « The culture repertoire is the aggregate of options utilized by a group of people, and by the individual members of the group, for the organization of life » (Even-Zohar 1997a : 355).

10 Even-Zohar 1997b : non paginé ; Even-Zohar 2000 : 46-48 et passim.

11 « Interculture » est un concept par lequel A. Pym décrit le cosmopolitisme des traducteurs : « I use the term ‘interculture ’ to refer to beliefs and practices found in intersections and overlaps of cultures, where people combine something of two or more cultures at once » (Pym 1998a : 177).

12 Pym 1998b : 359-361.

13 Graeber 1996 : passim.

14 Even-Zohar 1990 : 46-47 ; Even-Zohar 1997b : non paginé.

15 Even-Zohar 1990 : 46-48, 80-81.

16 Hermans 1999 : 109-110.

17 Even-Zohar 1990 : 53-58, 79, passage cité Even-Zohar 2001 : non paginé.

18 Even-Zohar 1990 : 59-63.

19 Even-Zohar 1990 : 63-69 ; Even-Zohar 2001 : non paginé (lois 2.2., 2.3. et 2.4).

20 Hermans 1999 : 111.

21 Sebnem Susam-Sarajeva 6.4.2000 : communication personnelle.

22 Even-Zohar 1990 : 69-72.

23 Toury 1995 : 268. A comparer avec ce qu’A. Berman (1985 : 71-81) appelle « tendances déformantes » de la traduction.

24 Cf. Taivalkoski 2000a.

25 Hermans 1999 : 111.

26 Even-Zohar 1990 : 72. Les caractères gras sont de moi.

27 On pense notamment à la proscription du roman en France en 1737. À ce sujet, voir May, Georges (1963) Le dilemme du roman au XVIIIe siècle. Étude sur les rapports du roman et de la critique (1715-1761). New Haven / Paris : Yale University Press / Presses universitaires de France, et Weil 1986.

28 D’où l’hypothèse de S. Yahalom : « [L]e placement de modèles secondaires dans le centre du système serait caractéristique d’une période post-prestigieuse » (Yahalom 1981 : 147).

29 Yahalom 1980 : 408-409 ; Yahalom 1981 : 144-150.

30 Yahalom 1980 : 409-414 ; Yahalom 1981 : 150-151.

31 Yahalom 1981 : 153.

32 Par conséquent, il arrivait aux traducteurs de romans anglais de donner des explications comme celle qui suit : « Le Vicaire Bamabas, qui boit de la bière dans un cabaret de sa Paroisse, vous scandalisera, si je vous laisse ignorer, que chez nous [en Angleterre] il est permis aux Ecclésiastiques d’aller au cabaret & d’y boire du ponche & de la bière, pourvu qu’ils ne s’enyvrent point » (Desfontaines 1743a : 335).

33 Yahalom 1981 : 146-159.

34 Hermans 1999 : 103, 117-118.

35 Pym 1998a : 121.

36 Pym 1998a : 160-176.

37 Hermans 1999 : 118-119.

38 Petit Robert : s.v. « innovation ». Les caractères gras sont dans l’original mais soulignent mes propos.

39 Hermans 1999 : 119.

40 Lambert 1997 : 10-11.

41 Hermans 1999 : 119.

42 A. Lefevere parle notamment des effets de la manipulation, disons non violente, mais cette notion peut également être comprise dans un sens plus large. Les études d’Eric Cheyfitz, Tejaswini Niranjana et Vicente L. Rafael témoignent que les colonisateurs européens de l’Amérique du Nord, de l’Inde et des Philippines (entre autres) ont ‘traduit’ l’étrangeté des peuples colonisés selon leurs propres intérêts. Ils ont ‘réécrit’ la littérature, les lois (parfois inexistantes) et les mentalités de ces peuples pour pouvoir les considérer comme inférieurs, les dominer, les exploiter ou au moins les convertir. (Pour une introduction, cf. Douglas Robinson (1997) Translation and Empire. Postcolonial Théories Explained. Manchester : St. Jerome Publishing.)

43 Lefevere 1992 : 13.

44 Le structuraliste tchèque, Anton Popovic, et le père du paradigme historico-descriptif, James Holmes, ont avant A. Lefevere parlé de la traduction en tant que « métacommunication ». Popovic entend par métacommunication tous les types du traitement (ou de la manipulation) du texte littéraire originel, faits par d’autres auteurs, par les lecteurs, par les critiques, par les traducteurs etc. Selon Popovic, le métatexte peut avoir une relation affirmative / polémique et déclarée / cachée vis-à-vis de son « prototexte ». Une traduction aurait un rapport affirmatif et déclaré avec son original. (Hermans 1999 : 25.)

45 Lefevere 1985 : 234 ; Lefevere 1992 : 9.

46 Hermans 1985b : 11.

47 Lefevere 1998 : 41-42. D’après lui : « Cultural capital is what makes you acceptable in your society at the end of the socialisation process known as éducation. [...] [Y]ou are expected to be able to participate in conversations on certain topics, ranging front Rembrandt to Philip Roth, from Watteau to Wittgenstein. » (Ibid. 42.) Le concept du capital culturel vient de P. Bourdieu.

48 Lefevere 1985 ; 219-220, 226 ; Lefevere 1992 : 12-13.

49 Lefevere 1985 : 217, 226-227 ; Lefevere 1992 : 14-22.

50 Lefevere 1985 : 217, 225-227 ; Lefevere 1992 : 14-22, 87-93.

51 « [T]he powers (persons, institutions) that can further or hinder the reading, writing, and rewriting ofliterature » (Lefevere 1992 : 15). Cette définition est en effet une réécriture de Lefevere 1985 : 227.

52 Weil 1986 : 67-79.

53 Lefevere 1985 : 227-229 ; Lefevere 1992 : 15-19.

54 Dans une étude plus récente, H. van Gorp (1996 : 292-295) mentionne un autre cas de manipulation de genre : la francisation du roman gothique anglais dans les traductions françaises datant de la fin du XVIIIe siècle (Hendrik van Gorp (1996) « Traductions, versions et extraits dans la Nouvelle Bibliothèque des Romans et la Bibliothèque Britannique (1796-1802) » in Ballard & D’hulst 1996, 291-304).

55 VanGorp 1981 : 209-219 ; Van Gorp 1985 : 138, 147.

56 Toury 1995 : 54.

57 Chesterman 1997 : 55, 172 ; Chesterman 1999 : 91 ; Toury 1999 : 15, 19.

58 Chesterman 1999 : 90 ; Toury 1999 : 16.

59 Cf. Georg H. von Wright (1968) An Essay in Deontic Logic and the General Theory of Action. (Acta Philosophica Fennica 21.) Amsterdam : North-Holland.

60 Chesterman 1997 : 172, 178.

61 Cf. Renate Bartsch (1987) Norms ofLanguage. London : Routledge.

62 Chesterman 1997 : 55-56 ; Chesterman 1999 : 93.

63 Chesterman 1997 : 175, 186.

64 Chesterman 1997 : 175-178.

65 Bitaubé 1762 : 4, 13-14. Les caractères gras sont de moi.

66 Chesterman 1997 : 178-179.

67 Chéron 1804 : xiv. Les caractères gras sont de moi.

68 Chesterman 1997 : 179-180.

69 Chesterman 1997 : 180-183.

70 Locke 1700 : non paginé. Les caractères gras sont de moi.

71 Chesterman 1997 : 183-186.

72 De Staël-Holstein 1816/ 1844 : 294. Les caractères gras sont de moi.

73 Chesterman 1999 : 95.

74 Schäffner 1999b : 1-2, 5 ; Toury 1995 : 55, 63 ; Toury 1999 : 16, 25-27.

75 Toury 1995 : 62 ; Toury 1999 : 27-28

76 Voir Chesterman 1997. A. Chesterman emprunte ce terme à la sociobiologie pour désigner des unités de transmission culturelle (idées, théories, stratégies, conventions) qui se propagent par l’intermédiaire de la traduction et par d’autres moyens d’une culture à autre. Le terme meme (mème), inventé par le sociobiologiste Richard Dawkins, rime délibérément avec le mot anglais gene (gène) parce que les deux unités fonctionnent de la même façon ; ce sont des éléments de reproduction – ou plus intéressamment des éléments d’imitation – dont les meilleurs survivent et les mauvais disparaissent au cours des siècles. (Chesterman 1997 : 5-7.)

77 Toury 1995 : 61-64 ; Toury 1999 : 27-28.

78 Toury 1995 : 57, 65. G. Toury, à propos des verbalisations des normes : « However, they always embody other interests too, particularly a des ire to control behavior – i.e. dictate norms (e.g. by culture planners) – or account for them in a conscious, systematic way (e.g. by scholars) » (Toury 1999 : 15).

79 Pym 1999 : 110-111.

80 Toury 1995 : 56-58.

81 Toury 1995 : 58.

82 Hermans 1999 : 75-76.

83 Toury 1995 : 58-59.

84 Voir Robyns 1990 et Robyns 1994 : 420-424. C. Robyns a relevé des transformations suivantes dans les traductions de romans policiers anglo-américains de la Série Noire (fin des années 1950 – début des années 1970) : modifications dans l’idéologie du texte, dépouillement des commentaires du narrateur qui ralentissent le déroulement des actions, censure des passages érotiques, omission du discours indirect libre, polarisation des oppositions entre les personnages bons et méchants. Vues ces stratégies, C. Robyns les appelle belles infidèles.

85 Hermans 1999 : 76 ; Toury 1995 : 59.

86 Van Leuven-Zwart 1989 : 154.

87 Graeber 1996 : 307.

88 Graeber 1996 : 305-307.

© Artois Presses Université, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search