Version classiqueVersion mobile

La tierce main

 | 
Kristiina Taivalkoski-Shilov

Présentation de l’étude

Kristiina Taivalkoski-Shilov

À la mémoire de Hugh Amory

Texte intégral

  • 1 « On dit que M. [sic] de Sévigné comparaît les traducteurs à des domestiques qui vont faire un mess (...)
  • 2 Rodriguez 1990. L. Rodriguez décrit ainsi la fonction principale de Mercure, divinité de la traduct (...)

1Selon une maxime amusante de Mme de Sévigné (ou bien de Mme de La Fayette)1, les traducteurs sont comme des domestiques qui vont transmettre un message de la part de leur maître. Ce qui m’intéresse dans cette comparaison, ce n’est pas l’idée de la subordination des traducteurs à leurs auteurs, ni le reproche concernant leur infidélité (voir note 1), mais le fait que la spirituelle dame place ici l’acte de traduire « sous le signe de Mercure »2 comme le feront plus tard, avec beaucoup plus de sérieux, les traductologues de l’époque actuelle comme Barbara Folkart (1991) et Brian Mossop (1983, 1998). Rien de nouveau sous le soleil – n’ayons pas la prétention de penser que nous, les modernes, sommes les premiers à établir un rapprochement entre la traduction et la transmission des paroles.

  • 3 À l’instar de mes collègues étudiant le XVIIIe siècle en Angleterre, j’entends par XVIIIe siècle ce (...)

2Cette étude portera sur la traduction et sur le discours rapporté, dans le contexte du XVIIIe3 siècle français. Dans un premier temps, je m’intéresserai à l’hypothèse selon laquelle la traduction est une forme de discours rapporté. Mon but est d’étudier ce que l’élargissement de la perspective historique apporte à cette hypothèse. Les traductions datant du siècle des Lumières la corroborent-elles ou la démentent-elles ? En outre, l’analyse des traductions de nos ancêtres peut-elle même donner une nouvelle dimension à la traduction considérée comme un discours rapporté ? Dans un deuxième temps, j’observerai ce qu’il advient du discours rapporté lui-même dans la traduction littéraire, sujet souvent traité de nos jours dans le domaine de la traductologie. Il a été dit par exemple que les traducteurs de n’importe quelle langue semblent avoir tendance à rendre le discours indirect libre par le discours indirect ou par le discours direct. Voilà l’un des points concernant la traduction du discours rapporté que je vais examiner dans ce travail, à la lumière d’une autre hypothèse sur la traduction : la loi de standardisation croissante de Gideon Toury (1995). Mais le discours indirect libre n’est qu’une des multiples formes du discours rapporté. J’en distingue six autres dans les textes qui constituent mon corpus. On ne peut rien dire de définitif de la traduction des types de discours compliqués comme le discours indirect libre, sans avoir observé comment les traducteurs rendent les autres types de discours. Ainsi, en utilisant un continuum de sept types de discours, je pense être plus exhaustive qu’aucun de mes devanciers dans l’étude de la traduction du discours rapporté.

3Les textes de départ que j’ai choisis pour mon étude sont de Henry Fielding, l’écrivain le plus ingénieux que je connaisse dans l’usage du discours rapporté. C’est en fait lui qui a éveillé mon intérêt pour le discours rapporté – et ce sont ses traducteurs français du XVIIIe siècle, notamment l’abbé Desfontaines que j’avais déjà étudié dans deux travaux antérieurs, qui ont éveillé mon intérêt pour la traduction du discours rapporté. Mon corpus se compose des trois romans de Fielding : Joseph Andrews (1742), Tom Jones (1749) et Amelia (1752 [1751]). J’étudie chaque roman en le comparant à ses deux premières traductions françaises : Joseph Andrews par l’abbé Desfontaines (1743) et par M. Lunier (1807), Tom Jones par Pierre-Antoine de La Place (1750) et par Guillaume Davaux (1796) et Amelia par Mme Riccoboni (1762) et par Philippe de Puisieux (1762). Cela me permettra aussi de tester, au passage, le fondement de l’hypothèse d’Antoine Berman (1990), entre autres, qui estime que les retraductions sont plus fidèles que les premières traductions d’une œuvre.

4Je me sais redevable à une multitude de collègues qui m’ont aidée dans cette étude. Ma gratitude va avant tout au professeur Andrew Chesterman, mon directeur de recherche, qui a attendu avec patience l’achèvement de ma thèse et dont les commentaires ont toujours été immédiats, perspicaces et pleins de tact. Je suis également très reconnaissante à un autre lecteur attentif de ce travail : le professeur Michel Ballard, qui a accepté ma thèse comme publication chez Artois Presses Université, et qui a consacré une partie de ses vacances d’été à la relire. Je suis seule responsable des fautes qui restent et présente d’avance mes excuses au lecteur français ; malheureusement nous, les représentants de petites langues, ne pouvons nous passer de linguae francae dans l’écriture scientifique. Mes profonds remerciements vont aux collègues suivants qui m’ont été d’une grande utilité dans cette étude (1998- 2004) : M. Paavo Castrén, Mme Shelly Charles, Mme Annie Cointre, M. Lieven D’hulst, M. Yves Gambier, M. Enrico Garavelli, Mme Jacqueline Guillemin-Flescher, Mme Luciane Hakulinen, M. Philippe Hamon, Mme Mervi Helkkula, M. Jan Herman, M. Théo Hermans, M. Juhani Hannâ, M. Teemu Ikonen, M. José Lambert, Mme Meri Larjavaara, Mme Hélène Lattunen, M. Alain Lautel, Mme Ritva Leppihalme, Mme Pirkko Lilius, Mme Sophie Mamette, M. Roderick McConchie, M. Brian McHale, Mme Outi Merisalo, M. Kai Mikkonen, M. Brian Mossop, M. Henning Nølke, Mme Outi Paloposki, Mme Michèle Perret, M. Bruno Poncharal, M. Matti Rissanen, Mme Annie Rivara, Mme Laurence Rosier, M. Raphaël Salkie, Mme Şebnem Susam-Sarajeva, Mme Elina Suomela, Mme Ulla Tuomarla et M. Lawrence Venuti.

5Je n’aurais jamais pu réaliser cette étude sans la subvention de la fondation Emil Aaltonen, qui m’a permis de me concentrer sur ce travail pendant trois ans (1999-2002). En outre, mes nombreux voyages d’étude ont été financés par les bourses de la fondation Niilo Helander, du Chancelier de l’Université de Helsinki, du Centre de recherche MonAKO et du Département des langues romanes de l’Université de Helsinki. Je leur adresse mes remerciements. Je voudrais également exprimer ma reconnaissance au personnel de la salle U, de la salle X et de la Réserve de la Bibliothèque nationale de France, ainsi qu’à Mme Claire Bechu (Centre Historique des Archives Nationales), à Mme Danielle Benazzouz (Archives de Paris), à Mme V. Guitton (Archives Municipales de Nantes), à Mme Susan Halpert (Houghton/Université de Harvard), à Mme Sirkka Havu (Bibliothèque de l’Université de Helsinki), à Mme Annie Rosenkrantz (Archives départementales de Seine-et-Mame) et à Mme Monique Samé (Bibliothèque Municipale d’étude et d’information de Grenoble). Sans leur coopération, je n’aurais pas pu mener à bien la partie historique de mon étude.

6Enfin, je tiens à remercier ma famille du soutien irremplaçable qu’elle m’a apporté : mes parents Liisa et Raimo Taivalkoski, mon mari Andreï Shilov, mes frères Petri Taivalkoski et Jaakko Taivalkoski et mes belles-sœurs Marianne Decoster-Taivalkoski et Tea Taivalkoski. Vous m’avez toujours encouragée et avez supporté mes moments de découragement. Lorsque j’ai déposé ma thèse, j’attendais Milan, qui a maintenant deux ans. C’est grâce à lui que j’ai réussi à garder mon sang-froid lors des dernières semaines de rédaction.

7Pour terminer, ce travail est dédié à la mémoire de Hugh Amory, spécialiste renommé de Fielding, que j’avais rencontré par hasard à Houghton, la bibliothèque des livres rares à Harvard. Hugh Amory a relu les premières versions de mes chapitres et ses sévères critiques m’ont appris des choses très précieuses sur le XVIIIe siècle. Après sa mort, survenue le 21 novembre 2001, sa veuve Judith Amory m’a envoyé par la poste la dernière leçon – cette fois-ci de bienveillance – que j’allais recevoir de Hugh Amory. Le paquet contenait la première édition de la traduction de Tom Jones par Pierre-Antoine de La Place, datant de 1750 (Jean Nourse). J’espère que cette étude, telle que je la présente aujourd’hui, sera digne de la confiance qu’il m’avait témoignée.

Helsinki, le 10 novembre 2004

Notes

1 « On dit que M. [sic] de Sévigné comparaît les traducteurs à des domestiques qui vont faire un message de la part de leur maître, & qui disent souvent le contraire de ce qu’on leur a ordonné. Ils ont encore un autre défaut de domestiques, c’est de se croire aussi grands seigneurs que leurs maîtres, surtout quand ce maître est fort ancien & du premier rang. » (Encyclopédie article « traducteur ».) Selon D’hulst (1990 : 54 n49) cette citation est attribuée aussi à Mme La Fayette sous une forme un peu différente.

2 Rodriguez 1990. L. Rodriguez décrit ainsi la fonction principale de Mercure, divinité de la traduction : « Mercure aux pieds ailés est avant tout messager. C’est sa fonction primordiale, d’où dérivent les autres. Il transporte les paroles d’une divinité à une autre, ou des dieux aux terrestres. Son activité est celle de transmettre [...]. » (Ibid. 66.)

3 À l’instar de mes collègues étudiant le XVIIIe siècle en Angleterre, j’entends par XVIIIe siècle ce que l’on appelle the « long » eighteenth century, qui se situe environ entre les années 1660 et 1832. Les limites des siècles et des époques sont toujours discutables. Voir à ce sujet par exemple DeJean, Joan (2001) « Was the Eighteenth Century Long Only in England ? » Eighteenth-Century Fiction 13 : 2-3, 155-162.

© Artois Presses Université, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search