Version classiqueVersion mobile

La traductologie dans tous ses états

 | 
Corinne Wecksteen
, 
Ahmed El Kaladi

Traduire le Moyen Âge : François Villon en espagnol

Fernando Navarro Domínguez

Texte intégral

1. Introduction

1La traduction de la poésie n’est pas une tâche facile pour les traducteurs, mais cela devient encore plus complexe lorsqu’il s’agit de traduire un poète de renom universel tel que François Villon, poète du vieux Paris comme le nomme dans son œuvre Antonio de Obregón. Si nous procédons à une approximation globale des traductions et des commentaires que les traducteurs espagnols ont réalisés au sujet de la poésie de Villon, le premier point à souligner est 1 ’ importance que ces derniers ont accordée à la vie du poète, au contexte historique et au message poétique au détriment de la traduction de la forme. En effet, dans la majorité des cas, la forme a été laissée de côté au bénéfice de la traduction du fond. De plus, la relation entre la création poétique et les mouvements poétiques de l’époque y est à peine abordée.

2Le choix du texte source n’est en rien un problème insignifiant. Les traducteurs espagnols n’ont pas utilisé les mêmes textes (les mêmes mss.) ni les mêmes éditions critiques. Bien que l’édition critique la plus utilisée soit celle que A. Longnon publia en 1892 et que plus tard L. Foulet et A. Lanly révisèrent, offrant ainsi une nouvelle édition (19924), d’autres traducteurs ont préféré utiliser les éditions de L. Thuasne (1923) ou de C. Thiry (1991). En conséquence il est nécessaire de confronter les différentes éditions et de valoriser les dissemblances qui existent entre elles, afin de porter un jugement sur l’interprétation des poèmes concernés. Grâce aux résultats obtenus à partir de cet examen il sera possible d’établir une première évaluation critique des traductions. En ce qui concerne les onze ballades en « jargon » attribuées à Villon, aucun traducteur espagnol ne s’est risqué à les inclure dans son répertoire. Cependant tous, ou presque tous, ont traduit l’œuvre complète : Le Lais, composé à la fin de l’an 1456, Le Testament, écrit à la fin de l’an 1461 et les Poésies Diverses, d’un genre varié et difficiles à dater.

3Le traitement de la forme, dans la version espagnole de ces huitains villonesques, doit être objet de notre analyse. Traduire de la poésie c’est traduire la forme, et le faire correctement, c’est un vrai défi. Peu de traducteurs poètes ont réussi à conserver le message poétique dans sa totalité lorsqu’ils ont offert un poème bien construit. Que la traduction puisse être admise dans la langue et la culture d’arrivée, ou au moins qu’elle fonctionne comme un fragment d’écriture créative légitime, est vital pour celui qui entreprend le délicat travail d’offrir un nouveau visage poétique.

4Avant de commencer notre étude, arrêtons-nous sur quelques aspects méthodologiques. Sur quels critères devons-nous ou pouvons-nous analyser les traductions de textes médiévaux ? Je retiendrai deux propositions de mes lectures de publications sur le thème de l’évaluation et la critique des traductions : celle que nous offre Jean Delisle (2001) dans son article « L’évaluation des traductions par l’historien », et celle de David Connolly (2004) « Critica de la critica de la traduction literaria. Posibles criterios para la critica de las traducciones poéticas ». J’ai de plus enrichi ces deux propositions d’un apport personnel. En ce qui concerne la proposition de Delisle, l’auteur note que l’analyse philologique et l’analyse différentielle de la linguistique sont insuffisantes. Il faut également savoir si l’œuvre traduite a eu une historicité équivalente à celle de l’original, si la traduction a inventé sa propre poétique, et ceci en mettant l’accent sur le discours et non sur les problèmes de langue. Je pense qu’il n’est pas possible ou du moins pas souhaitable de sous-estimer le travail philologique lorsqu’il s’agit d’un texte médiéval. Cette recherche est nécessaire pour obtenir un bon produit car elle nous permettra d’établir un texte de référence qui soit le plus consensuel possible. Les traducteurs philologiques ont su apprécier cette donnée à sa juste valeur. En revanche, nous sommes d’accord sur les points suivants :

L’évaluation des traductions passées oblige à clairement distinguer les concepts d’historicité et d’historicisme. L’historicisme se définit comme « une réduction du sens aux conditions historiques de production d’un sens » (Meschonnic 1999 : 131). (Delisle 2001 : 215)
Lorsqu’il évalue une traduction, l’historien cherche à savoir si le traducteur a su préserver l’historicité du texte, non par une importation mimétique (le pseudo texte miroir) ou par transfusion de cette historicité dans son texte, mais par une réinvention créatrice, un travail d’écriture. (Delisle 2001 : 216)
L’historien examinera aussi la façon dont a été rendue l’altérité de l’œuvre originale et cherchera à savoir comment elle a été historicisée, si elle l’a été. Rythme, prosodie et oralité s’avèrent des concepts utiles pour procéder à cet examen. (Delisle 2001 : 220)

5D’autre part, nous avons pris en compte les suggestions de Connolly, qui peuvent se résumer en une série de règles : la première règle est d’essayer de deviner qui est le traducteur et de noter quelles explications il donne de la traduction qu’il propose ; la seconde est de voir si la traduction équivaut à la façon dont le poème original fonctionne, et ceci à tous les niveaux – linguistique et stylistique – ; la troisième est de consigner les pertes, si elles existent, aux niveaux sémantique, stylistique ou pragmatique ; et la quatrième est de voir si la traduction peut être admise dans la langue et dans la culture d’arrivée. Tout traducteur expérimenté sait que le résultat qu’il peut espérer a ses limites, et celles-ci ont à voir tant avec la capacité de la langue d’arrivée qu’avec l’habilité du traducteur.

6Notre étude s’articule de la façon suivante : tout d’abord une brève analyse des sources (mss., éditions critiques, divergences) puis une présentation de chaque traduction dans l’ordre chronologique de leur parution. Ceci permet de faire une étude de la personne du traducteur, du moment culturel espagnol où se publie la traduction et de l’importance de l’édition, du produit et de l’insertion de l’œuvre dans cette même culture.

2. Manuscrits, incunables, éditions critiques et traductions en français moderne

7Lorsqu’il s’agit de textes médiévaux, je pense qu’il faut faire un examen des sources pour décider quelle est l’option que l’on va choisir pour la traduction. Mais le fait d’examiner les éditions critiques et les variantes textuelles n’est pas tout, il est tout aussi intéressant de lire les traductions en français moderne. Le résultat de ces lectures devrait aider le traducteur à expliquer quelle voie il a choisie pour sa traduction. À titre d’exemple, je vais commenter les variantes textuelles que j’ai trouvées dans les traductions espagnoles entre ceux qui ont suivi les éditions de Thuasne et ceux qui ont opté pour les éditions de Longnon & Foulet & Lanly. J’utiliserai la ballade « Les regrets de la belle heaulmière ».

  • 1 « La canaille, la populace, les vilains ».
  • 2 « Truands, mendiants ».
  • 3 Une grive en espagnol se dit « un zorzal ». Le traducteur invente donc un adjectif pour « grivelées (...)
  • 4 « Des cuisses pleines de taches ou tachetées ».
  • 5 « Et qu’est ce qu’il me reste ? ».

8Les expressions « truandailles », « grivelées », « pour le mien », « j’en suis bien gras », entre autres, suscitent chez les traducteurs différentes interprétations. En ce qui concerne « truandailles », ceux qui suivent Thuasne pensent qu’il faut comprendre « la canalla, la chusma, los villanos »1, alors que ceux qui suivent Longnon pensent que ce mot doit se traduire par « truhance ou mendigos »2. En ce qui concerne « grivelées », Alvar, qui suit Thuasne mais qui a également consulté d’autres éditions critiques, pense qu’il s’agit d’un adjectif et qu’il évoque la couleur d’une grive, en conséquence « azorzalados »3, bien que le dictionnaire de la Real Academia Espanola précise « zorzaleño », alors que tous les autres traducteurs interprètent que les cuisses sont « lleno de motas »4 ou « moteados ». En ce qui concerne l’expression « J’en suis bien gras », ceux qui suivent Longnon pensent qu’il s’agit d’une expression ironique et qu’elle devrait être traduite par « qué me queda ? ¿y asi me luce el pelo ? »5, tandis que d’autres, par exemple Alvar, croient qu’il faut se contenter du sens propre et qu’il faut donc comprendre que la personne a beaucoup grossi. Et en ce qui concerne « pour le mien », l’interprétation oscille entre ceux qui pensent qu’elle se réfère au sexe (Alvar) et ceux qui pensent qu’elle se réfère aux richesses, à l’argent, etc., de la femme qui évoque sa vie passée.

  • 6 « Les lamentations, les plaintes, les regrets ».
  • 7 « Les parties féminines, le petit trou, le charme, la petite chose, le reste, le petit lapin et le (...)

9Il est tout aussi intéressant d’observer les variantes de traduction. Dans cette ballade, les traducteurs ont beaucoup réfléchi à la traduction du titre puisque pour « Les regrets » ils nous proposent « Las lamentaciones ou los lamentos », « Las quejas », « Las añoranzas »6. Et pour « heaulmière » ils ont créé un nouveau vocable « armera ». Selon l’époque où a été traduite l’œuvre, les traducteurs ont prêté plus ou moins d’attention à la traduction du mot « sadinet » qui signale le sexe féminin : « Las femeninas partes, el huequecito, el encanto, la cosita, lo demâs, el conejito » et « el sexo »7.

3. Les traducteurs espagnols

Maria Nestor (1940)

10Cette traductrice affirme qu’elle est la première en Espagne à traduire Villon (p. 12). J’ignore qui est cette traductrice mais, à cause de la fin de la Guerre Civile, l’Espagne était plongée dans la misère et dans une certaine pauvreté culturelle l’année où fut publiée sa traduction. Il est donc surprenant de trouver cette traduction de Maria Néstor, en édition bilingue, publiée par Yunque (Barcelone), également réceptrice d’œuvres et d’auteurs étrangers (la même année cette maison d’édition catalane publie une traduction de Mallarmé réalisée par Xavier de Salas). Ceci nous amène à penser que c’est à Barcelone qu’apparut la première traduction non seulement de l’œuvre de Villon mais également d’autres poètes français.

  • 8 « Perruque, chevelure ».

11L’œuvre en question rassemble une brève biographie du poète et une sélection de poèmes (16 strophes du Lais, un peu plus de la moitié du Testament et sept poèmes des Poésies Diverses). L’édition critique utilisée par la traductrice est celle de A. Longnon (1911). À la fin de l’œuvre on trouve vingt-sept notes explicatives, certaines d’entre elles tirées par les cheveux comme par exemple la note n° 20, qui se réfère à la Ballade « La Belle Heaulmière », où la traductrice affirme que « heaulmière », vient de « heaulme » qui signifierait selon elle « peluca ou cabellera »8.

12La version qu’elle offre, « la plus proche possible de l’original », selon les mots de la traductrice, n’est pas une traduction poétique, mais une traduction littérale du texte. En revanche, le mérite qu’on ne peut lui retirer est d’offrir une première approximation de Villon au public espagnol, qui était à ce moment-là peu ami de la lecture, ayant en tête bien d’autres priorités.

Alfredo Darnell Gascon (1946)

13En 1946, un petit livre de traductions de Villon est publié à Séville. Elles sont réalisées par Alfredo Darnell et révisées par Miguel Romero Martinez. Ces onze ballades en édition bilingue appartiennent au Testament et aux Poésies Diverses. Il n’est pas précisé quelle a été l’édition critique utilisée. Les traductions présentent bien le message et sont d’une grande beauté. En effet, le rythme, souvent l’octosyllabe, et l’accentuation sont très travaillés. Il s’agit donc d’un livre de divulgation d’une grande beauté, possédant un ton très proche de celui de notre poésie médiévale espagnole. Il est en revanche dommage que l’œuvre ne donne pas d’indications sur l’auteur et son époque, car ceci en faciliterait beaucoup la compréhension.

Antonio de Obregón (1954)

14Cette très belle œuvre nous arrive de Buenos Aires. Il s’agit de la traduction des dix-sept Ballades que propose en édition bilingue Antonio de Obregón. Les textes en français, qui suivent l’édition de L. Foulet de 1945, se trouvent à la fin de l’œuvre. Il s’agit de traductions où non seulement sont respectés les strophes, mais aussi l’octosyllabe (ou parfois le décasyllabe ou d’autres types de mètres) et les accents. Au début de l’œuvre, le traducteur affirme qu’il a traduit en « vers libre, mais en conservant amoureusement le rythme, le naturel et le climat poétique qui ont servi à les créer » (p. 9). Il en est tout à fait ainsi. Les Argentins et les lecteurs hispanophones du monde entier ont pu, et peuvent toujours aujourd’hui, capter la grandeur d’un grand poète du vieux Paris, comme le nomme Obregón au travers de ce très beau livre et de ses traductions.

15Il s’agit de l’unique œuvre dans laquelle le contexte historique est mis en rapport de façon détaillée avec la vie du poète et les ambiances étudiantes et bohèmes de Paris. Chaque ballade est expliquée en fonction du moment de sa composition et chaque poème est justifié grâce à la vie du poète. Les poèmes traduits fonctionnent comme un fragment d’écriture créative légitime. La même année, l’œuvre fut éditée une seconde fois par la même maison d’édition, Espasa Calpe Argentina, et ce dans la célèbre collection Austral, ce qui montre bien le succès qu’obtint la publication dans le monde hispanique.

Mercedes Lloret Compte (1964/1977)

16Dix ans après l’édition argentine, une Catalane amoureuse de Villon va nous offrir une nouvelle traduction. Il s’agit d’une édition bilingue basée sur l’édition critique de L. Thuasne de 1923. Nous changeons d’édition et également de texte. La traduction de Lloret de 1964 propose douze ballades et trois rondeaux. La traductrice confesse qu’elle a traduit fidèlement le fond, mais elle fait aussi un effort pour nous offrir des octosyllabes et des ennéasy llabes. Elle aboutit ainsi dans certains poèmes à quelques bons résultats.

17À cette époque, grâce à une tolérance politique accrue et à une augmentation de la diffusion culturelle, l’Espagne se trouve dans un contexte social et culturel ouvert à de nouveaux courants. L’Espagne de l’après-guerre récupère peu à peu ses besoins vitaux de culture et la production éditoriale fait l’expérience d’une croissance importante. La traductrice doit posséder une formation universitaire et philologique, puisqu’elle propose un portrait de Villon et de son époque, succinct mais suffisamment documenté, ainsi que des notes explicatives assez érudites à la fin du livre. D’autre part, il est bien connu qu’à ce moment-là l’Université de Barcelone possède une bonne école de professeurs de philologie romane, de qualité scientifique. Il s’agit d’une édition de divulgation destinée au grand public, et réalisée par Trimer (Barcelone).

18Treize ans plus tard, en 1977, Mercedes Lloret publie une nouvelle traduction, Poemas de François Villon, chez l’éditeur Plaza & Janés, toujours à Barcelone. Nous nous trouvons alors face à une œuvre très documentée et destinée à un public spécialisé. Parallèlement, nous nous trouvons également face à une vie culturelle et politique riche et très active, puisque la démocratie fut rétablie en Espagne en 1975, à la mort de Franco. Les facilités de publications avaient alors considérablement augmenté.

19L’ouvrage de Lloret réunit une étude documentée sur Villon, sur son œuvre (chapitres 1 et 2) et la traduction de son œuvre poétique complète. L’utilisation dans ses traductions de l’octosyllabe et de l’hendécasyllabe fait que ses poèmes sont d’une grande beauté. Il est curieux qu’au début de chacune des parties traduites Lloret ait jugé utile d’informer le lecteur du sujet des poèmes. Aucun autre traducteur espagnol ne le fait. D’autre part, la traductrice continue à baser ses traductions sur les textes de L. Thuasne (1923). Lloret termine son œuvre par une série de notes explicatives de chaque poème (p. 183-224).

Alberto de la Guerra Navares (1972)

20Avant qu’en 1977 Mercedes Lloret ne nous présente sa seconde traduction, Alberto de la Guerra nous proposa ses Baladas complétas. Cette nouvelle traduction fut publiée par le célèbre éditeur de Madrid, Visor de poesia. Le traducteur nous offre ici les traductions d’une sélection de Ballades dans lesquelles est privilégié le littéralisme. Cette traduction est accompagnée d’un prologue dans lequel il est question de la vie de Villon, de la thématique de sa poésie, de la poésie française, de la France au XVe siècle, etc. L’édition critique suivie est celle de A. Longnon, mais il n’en est pas précisé la date de publication. Les ballades ne sont pas traduites intégralement (voir « Las penas de la bella armera ») et le nombre de vers peut varier selon les strophes. L’éditeur Visor décida quelques années plus tard de publier à nouveau l’œuvre de Villon mais cette fois il choisit un autre traducteur : Gonzalo Suárez Gómez. Cette dernière version fut à nouveau publiée en 2005.

Federico Gorbea (1976/19843)

21Comme je l’ai déjà précisé un peu plus haut, les années de rétablissement démocratique en Espagne, les années soixante-dix, furent aussi dans de nombreux domaines les années de reprise culturelle. Ceci est la raison pour laquelle nous assistons à la publication à Barcelone d’une nouvelle traduction de Poesia completa, en édition bilingue, de Federico Gorbea, un an avant la publication de la traduction de Mercedes Lloret chez Plaza & Janés.

22Sur la quatrième de couverture on peut lire qu’il s’agit d’une traduction littérale car « la traduction est juste un élément d’aide à la compréhension du texte original, et, par conséquent, il s’agit d’une traduction littérale ». Dans le prologue, il est précisé que le traducteur a suivi l’édition critique de L. Thuasne, tout comme Mercedes Lloret avant lui. Bien que la troisième édition de cette traduction (1984) ait été révisée et corrigée par J. Herranz Masjuan, nous ne nous trouvons pas face à une bonne édition. En effet, il lui manque des informations, pourtant essentielles, sur le contexte historique et social de la France et sur la vie de Villon. D’autre part, il y a très peu de notes aidant à une meilleure compréhension de l’œuvre. Cependant, il faut reconnaître que le traducteur a fait un gros effort dans ces poèmes en ce qui concerne la composition du rythme, de l’octosyllabe et du ton en général. Ainsi, nous ne sommes pas face à une simple traduction littérale, le traducteur fait preuve en effet d’un certain penchant pour la recréation poétique.

Gonzalo Suarez Gomez (1979/2005)

23Professeur agrégé de français et poète, Suarez a écrit de nombreuses études sur la langue française et a aussi traduit des textes médiévaux en abondance : Paginasfrancesa, caudaloso répertoria, antologiade voces (Madrid : Esplendor 1956) Lecciones complétas de traduction (Madrid : Nueva Imprenta Radio 1934) ou encore Antologia de la lirica médiéval francesa (Madrid : Visor 1982). Il s’est également intéressé à Villon dans l’œuvre François Villon, el hombre y elpoeta publiée en 1974, chez l’éditeur Picaz (Barcelone). Quelques traductions de Suárez se trouvent dans cette dernière œuvre et aussi dans son Anthologie (1982).

24Nous nous trouvons face à une traduction de bonne facture de l’œuvre complète du poète. En effet, le traducteur y démontre ses capacités et aptitudes. De plus, la diffusion de l’œuvre a été réalisée par une maison d’édition spécialisée qui vient de relancer la traduction (2005). L’un des chapitres de l’œuvre est consacré à la chronologie de Villon, à l’image de Paris à cette époque, à un index des noms propres et à une bibliographie.

25En ce qui concerne l’édition critique suivie, le traducteur n’en cite pas une explicitement mais mentionne tout de même qu’il a consulté celles de Longnon (1982), de Thuasne (1967) et de Mary (1957). D’autre part, le traducteur précise qu’au niveau de la traduction il ne rendra pas simplement compte du fond mais aussi de la forme. Et il en est tout à fait ainsi, le traducteur a fait un effort en ce qui concerne la construction des strophes de huit vers, et dans la composition du rythme fondé principalement sur des vers de dix ou douze syllabes.

Carlos Alvar (1980/1995)

26Cette traduction est le point de départ d’une nouvelle étape dans la façon de traiter les textes médiévaux. Les années quatre-vingt sont une période de grande production universitaire de textes et de traductions médiévales. Le traducteur Carlos Alvar est maître de conférences de Littératures Romanes à l’Université de Alcala de Henares. Ainsi, nous nous trouvons face à une traduction philologique de grande envergure.

27Cette traduction fut publiée pour la première fois chez Alianza Editorial, à Madrid, en 1980. Il s’agit d’une grande maison d’édition ayant une large diffusion. Cette même traduction fut à nouveau publiée en 1983, cette fois chez Orbis, puis en 1992 chez Origen, puis finalement en 1995 chez RB A.

28La nouveauté d’une traduction destinée en premier lieu au grand public se trouve surtout dans le portrait de présentation qu’Alvar dresse de l’auteur : « Villon est plus connu grâce aux versions musicales de Brassens et de Ferré que pour la lecture de son œuvre ». « Villon vit à l’intérieur des traditions littéraires de son époque... chez lui nous trouvons le cri désespéré d’un poète qui veut vivre mais qui chaque fois qu’il se penche vers la vie plonge en réalité dans les ténèbres ». Le prologue en espagnol qui précède les traductions propose une réflexion fraîche et attrayante sur l’œuvre du poète.

29Le traducteur raisonne également sur son produit. « La plus grande difficulté de la traduction réside dans la langue. Il est difficile de récupérer dans la traduction les registres de langue nombreux et riches » (p. 17). « J’ai essayé de réaliser une traduction la plus proche possible du texte original... Lorsque l’on traduit, je pense qu’il ne faut pas aller au-delà de ce que le poète lui-même est allé... j’essaie de traduire vers par vers et en conservant le même ordre que dans l’original... » (p. 17). D’autre part, le traducteur se permet de censurer les traductions antérieures : « Les traductions espagnoles – dont l’une est très récente – sont peu nombreuses et toutes d’une qualité douteuse : parfois les vers difficiles sont restés dans l’encrier » (p. 17). En ce qui concerne le choix de l’édition critique, le traducteur a suivi celle de L. Thuasne (1923/1967) et pour les passages les plus obscurs celle de A. Lanly (1978). D’autre part, les notes regroupées à la fin des traductions sont intéressantes.

Roberto Ruiz Capellàn (1981)

30Cette autre traduction philologique a été réalisée par Capellán, maître de conférences à l’Université de Valladolid. Le texte original suivi est celui de Longnon et Foulet (édition de 1968 chez Champion). Il s’agit d’une édition bilingue agrémentée de multiples notes de bas de page. La traduction est précédée d’une chronologie et d’une brève biographie du poète où il est question de l’œuvre, de son auteur et de sa postérité. Cette édition est complétée par une bibliographie. La maison d’édition Bosch de Barcelone est responsable de la publication de ces textes bilingues, dans une collection intitulée « Erasmo textos bilingues », dirigée par Alain Verjat, maître de conférences à l’Université de Barcelone.

31Nous nous trouvons face à une édition philologique de l’œuvre de Villon et à une traduction qui, selon les paroles du traducteur, « prétend défaire plus d’un dommage perpétré à l’encontre du poète du XV siècle, qui, malheureusement, n’a pas eu l’honneur que quelqu’un s’occupe sérieusement de lui en Espagne » (p. 11). Le traducteur précise « nous nous sentons plus sûrs en tant que philologue qu’en tant que faiseur de vers... Nous offrons en échange une fidélité linguistique, et une certaine littéralité chaque fois que cela a été possible... Malgré cette littéralité, et parfois même à cause d’elle, notre traduction est parsemée de rimes et est animée d’un certain rythme » (p. 11). Lorsqu’un traducteur est si explicite, tout commentaire est inutile.

Juan Victoria (1985)

32Avec Juan Victorio, nous revenons aux grandes maisons d’édition espagnoles. En effet, l’éditeur madrilène Câtedra publia en 1985 une nouvelle traduction de Villon dans la collection Letras Universales. La traduction est précédée d’une riche introduction dans laquelle le lecteur trouvera les indications essentielles pour comprendre le message de l’auteur : vie et œuvre, le lecteur et l’époque, la poésie lyrique au XVe siècle en France et en Espagne, et finalement une sélection bibliographique.

33Le traducteur utilise comme source l’édition critique de Longnon et Foulet (édition de 1982). D’autre part, le traducteur renonce, tout comme ses prédécesseurs, à inclure dans son œuvre les ballades en argot de Villon car il n’en existe pas d’équivalent dans les lettres espagnoles. Il traduit en vers, conserve le rythme mais pas la rime. A partir des vers français ayant entre 8 et Il syllabes, Victorio compose des vers ayant entre 12 et 14 syllabes, qu’il divise en deux hémistiches pour des questions de rythme. Victorio ne souhaite pas une traduction archéologique et ne multiplie donc pas les notes explicatives (p. 26-27).

José Maria Álvarez (2001)

34Originaire de Carthagène, Álvarez est poète, traducteur et critique littéraire. Dans le prologue de sa traduction il note qu’il a été parcouru un long chemin dans la traduction de l’œuvre de Villon. Il offre d’autre part une riche bibliographie commentée des éditions françaises de l’œuvre du poète ainsi que des traductions faites en castillan. Il s’agit d’une édition bilingue, agrémentée d’une brève présentation de l’auteur et de son époque.

35En ce qui concerne sa traduction, Álvarez a suivi l’édition critique de Claude Thiry car selon lui elle « respecte l’original se permettant seulement une légère liberté en ce qui concerne les signes diacritiques » (p. 39). Le traducteur préfère sacrifier le mètre plutôt que ce que, selon lui, Villon a voulu dire. De nombreuses citations ornent l’œuvre. De plus, l’édition, diffusée en Espagne et en Argentine, est luxueuse : un beau papier et une belle reliure.

Manuel Martinez Forega (2002)

36Forega est traducteur de poésie et de théâtre. À la dernière page de son livre, il est dit qu’il a traduit Molière, Paul Valéry et la poésie de André P. de Mandiargues, ainsi que quelques poètes tchèques. L’unique texte traduit ici et présenté en édition bilingue est Le Lais. Soulignons que le traducteur présente seulement 40 strophes et non 41 comme la majorité des traducteurs. Forega cite (p. 59) l’édition critique de Longnon et Foulet, mais il ne fait ici aucun commentaire sur l’objectif de sa traduction.

37La maison d’édition qui a publié cette traduction est une structure locale peu connue : Lola Editorial (Zaragoza). Le contenu de ce petit livre se résume à quarante strophes de huit vers, 42 notes explicatives et une brève liste des œuvres consultées. Les vers sont d’une longueur inégale, la rime est inexistante et le rythme est très affaibli. Le traducteur a privilégié ici une traduction littérale du texte.

4. Conclusions

38Si nous jugeons les éléments externes aux traductions, c’est-à-dire le contexte social et historique dans lequel elles sont réalisées, on peut remarquer que Villon est connu du public espagnol à travers des traductions achevées immédiatement après la Guerre Civile, en 1940. Il s’agit de deux traductions, l’une publiée à Barcelone et l’autre à Séville, présentant toutes deux une partie de l’œuvre du poète et qui, en cette année de la Victoire, supposèrent un effort intellectuel et économique incontestable.

39L’unique traduction, plus que partielle, datant des années cinquante fut publiée à Buenos Aires. Il s’agit, comme nous l’avons dit, d’une œuvre qui conjugue la vie et l’œuvre du poète ainsi que l’histoire de France avec la traduction de quelques ballades. Il faut attendre le premier élan économique du régime de Franco, dans les années soixante et soixante-dix, pour trouver de nouvelles traductions : ce sont les éditions bilingues de Mercedes Lloret, d’Alberto de la Guerra, de Federico Gorbea et de Gonzalo Suárez Gómez, ces deux dernières traductions ayant été publiées pendant la période démocratique.

40Les traductions publiées en édition non bilingue, chez Alianza Editorial et chez Câtedra, dans le Madrid des années quatre-vingt, sont celles qui ont atteint un plus large public, plus nombreux et plus hétérogène. Il s’agit de deux éditions différentes, celle d’Alvar est plutôt du genre philologique et celle de Câtedra, qui est l’œuvre d’un traducteur professionnel, conjugue la science avec le rythme tout comme Alvar. Ces deux traductions ont été rééditées chez d’autres éditeurs. À ces traductions il faudrait ajouter celle de Roberto Ruiz Capellán, également philologique, mais qui n’est pourtant pas exempte de qualité poétique. Dans les trois cas nous nous trouvons face à des traductions créatives.

41Nous arrivons ainsi au XXIe siècle, avec les deux dernières traductions qui ne nous apportent rien de nouveau par rapport aux autres éditions. Dans le cas d’Álvarez, nous sommes face à une édition luxueuse des œuvres complètes du poète et dans le cas de Martinez, nous avons affaire à une édition partielle : Le Lais.

42Il faut souligner que l’œuvre de Villon commença à être publiée chez des éditeurs peu ou pas du tout connus sur le marché espagnol mais que plus tard elle réussit tout de même à atteindre le public grâce à de grandes maisons d’édition : Espasa-Calpe, Câtedra et Alianza Editorial.

43Le deuxième point à souligner est la diversité des sources auxquelles les traducteurs se sont abreuvés. L’un des groupes a choisi l’édition critique de Thuasne (Lloret, Gorbea), un second groupe a préféré l’édition de Longnon et Foulet, complétée par Lanly (Néstor, Obregón, Guerra, Ruiz Capellán, Victorio), puis d’autres ont examiné plusieurs éditions (Alvar a consulté Thuasne et Lanly ; Suárez a utilisé Longon, Thuasne et Mary), enfin, ceux qui optent pour celle de Thiry sont les moins nombreux (Álvarez). Cette diversité oblige les traducteurs à choisir des interprétations différentes, surtout en ce qui concerne le lexique.

44Un troisième aspect à souligner est l’origine et la formation des traducteurs. Qui sont-ils ? Certains sont des traducteurs professionnels (Gorbea, Victorio, Lloret, Martinez, etc.), d’autres sont des traducteurs philologues et des professeurs d’université (Alvar, Ruiz Capellân) et un autre finalement traducteur et professeur (Suárez). Cette diversité de formation chez le traducteur implique une sensibilité spéciale au moment de poser le problème de la traduction d’un texte poétique et des textes complémentaires qui les illustrent. Lorsque le traducteur explique sa traduction, et la majorité l’a fait, le critique se sent soulagé dans son analyse car il est ainsi plus facile de vérifier les intentions de chacun.

45Le quatrième aspect est le produit. Jusqu’où a-t-il été possible d’aller dans la version de ces huitains villoniens rimés ? Le traducteur a-t-il réussi à trouver le ton, le rythme, etc., ou a-t-il privilégié la littéralité, c’est-à-dire la traduction de tout le message allongeant à l’excès les vers ? Disons, tout d’abord, que presque tous les traducteurs ont privilégié le fond, le message, et même parfois l’ont embelli, et ce toujours au détriment de la forme. Mais il faut aussi souligner que quelques traducteurs (Alvar, Lloret, Ruiz Capellân et Victorio) se sont battus pour trouver un rythme, un huitain, un vers entre huit et douze syllabes, ou encore une rime interne. Cette créativité est plus évidente chez les professeurs d’université et chez certains traducteurs poètes que chez d’autres traducteurs. Cependant, dans la bataille qu’ont menée les traducteurs pour transmettre tout le message de Villon, la forme poétique à laquelle ils sont parvenus est loin des belles compositions lyriques espagnoles datant de la même époque : les couplets satiriques de la Panadera, de Mingo Revulgo ou du Provincial, sans même mentionner les descriptions des Serranas de l’archiprêtre de Hita ou le Marqués de Santillana.

46Enfin, soulignons que le poète du vieux Paris a été un homme très étudié en Espagne. De plus, il a été reçu dans la culture espagnole à travers deux grandes œuvres : celle de Rafael Oliver Bertrand (1950) professeur à l’Université de Barcelone et celle d’Antonio de Obregón (1954), très célèbre, publiée à Buenos Aires. Dans les universités espagnoles, les départements de Philologie Romane et de Philologie Française ont été les berceaux de recherches sur la littérature médiévale européenne et ont réalisé des études de qualité sur Villon et sur de nombreux autres poètes. Pour des raisons d’espace, il m’est impossible de rendre compte ici de ces travaux.

Bibliographie

Bibliographie

Les Manuscrits et les incunables

D’après les renseignements offerts par André Lanly (1992) et Jean-Claude Mühlethaler (2004), les manuscrits les plus importants sont les suivants :

Ms. A. Ms 3523 de la bibliothèque de l’Arsenal de Paris. Fin XVe siècle. Œuvres de Villon : Le Testament, la Ballade de Fortune, et le Lais, avec des lacunes : absence de la Ballade en vieil langue françois, de l’envoi des Contredicts de F Gontier et de la Ballade de bonne doctrine.

Ms. B. Ms. 1161 de la BNF. Postérieur à 1464. Le Lais avec des lacunes (omission du huitain XXIII) et des changements dans l’ordre des strophes.

Ms. C. Ms. 20041 de la BNF (Ms. dit de Coislin). Deuxième moitié du XVe siècle.

Ms. F. Ms. Vu. 22 de la Bibliothèque Royale de Stockholm. Ms. Fauchet. Postérieur à 1477. Textes de Villon : Ballade des femmes de Paris, Ballade de la Grosse Margot, Ballades des langues ennuyeuses, cinq ballades en jargon, le Lais, le Testament.

Le grand Testament et le petit. Son codicille. Le jargon et ses ballades. Imprimé par Pierre Levet, à Paris, en 1489. Il s’agit de la première édition imprimée, appelée couramment L’Imprimé.

Les éditions critiques

Quant aux éditions critiques, les plus importantes employées par les traducteurs espagnols sont les suivantes :

Villon, François, (1892/19924) Œuvres complètes, publiées d’après les manuscrits et les plus anciennes éditions. Auguste Longnon, Paris : Lemerre ; En 1911, publiée à Paris par Champion : CFMA. Revue par Lucien Foulet en 1914, 1923, 1932 et par André Lanly en 1992.
L. Thuasne, 3 volumes, publiée à Paris par Picard. Appareil philologique précieux, 1923.
Le Testament Villon, Le Lais Villon et Poèmes variés, 1974/1985. Index des mots, index des noms propres, index analytique. Édition de Rychner, Jean & Henry, Albert. Genève : Droz. Deux vols de commentaires. La base est le Ms C.
Poésies complètes. Édition et annotations de Claude Thiry. Publiée à Paris, Livre de Poche, Lettres Gothiques, 1991.

Les traductions en français moderne

En ce qui concerne les traductions en français moderne, les trois suivantes seraient à consulter :

Villon, François, Poésies. Édition et traduction de Jean Dufoumet. Paris : GF-Flammarion, 1984/1992.
Œuvres. Traduction, édition bilingue, 2 vols. Paris : Champion, 1978/1992.
Lais, Testament, Poésies Diverses, 2004. Édition bilingue, publication, traduction, présentation et notes par Jean-Claude Mühlethaler. Avec Ballades en Jargon, édition bilingue, publication, traduction, présentation et notes par Eric Hicks. Paris : Champion Classiques.

Les traductions espagnoles

Villon, François, François Villon. Sélection y traduction de Maria Héctor. Barcelona : Editorial Yunque, Poetas Franceses. 1. Poesia en la mano. Edition bilingue, 1940.
Baladas. Traductión de Alfredo Damell Gascou, revisada por Miguel Romero Martinez. Sevilla : Libreria Hispalense, 1946.

De Obregón, Antonio, Villon, poeta del viejo Paris. Buenos Aires : Espasa Calpe Argentina S.A. Contiene la traduction de diecisiete poemas y algunos fragmentos de Les Lais y Le Testament, 1954.

Villon, François, Baladas y rondós. Versión de Mercedes Lloret Compte. Barcelona : Editorial Trimer, 1964.
Baladas complétas. Traduction, prólogo y notas de Alberto de la Guerra Navares. Madrid : Visor y Alberto Corazón, 1972.
Poesia compléta. Edition bilingüe. Barcelona : Ediciones 29, Libres Rio Nuevo. Traductor Federico Gorbea, 1976/1984.
Poesias complétas. Introducción y version de Gonzalo Suárez Gómez. Madrid : Visor/Alberto Corazón Editer, 1979/2005. En 1974 Gonzalo Suárez publica su obra François Villon. El hombrey elpoeta. Barcelona : Ediciones Picazo, libro que contiene algunas traducciones. En 1982 en la editorial Visor de Madrid publica una Antologia de la lirica médiéval francesa, antologia que contiene quince poemas de Villon.
(1980) Poesia. Prólogo, notas y traducción de Carlos Alvar. Madrid : Alianza Editorial. La traducción ha vuelto a ser publicada en 1983 en Ediciones Orbis de Barcelona ; en 1992 en Editorial Origen de Barcelona ; en 1995 en RB A Editores S.A. de Barcelona.
Obras (El Legado, El Testamento, Poesias diversas), 1981. Edición del texto original, versión castellana, introducción, notas e índice de nombres propios por Roberto Ruiz Capellân. Barcelona : Bosch, Casa Editorial S.A.
Poesia. Traductor Juan Victorio. Madrid : Cátedra, 1985. En 1996 Ediciones Atalaya de Barcelona publica de nuevo la traducción.
El Legado y El Testamento. Traducción, introducción y notas de José Maria Alvarez. Madrid-B. Aires-Valencia : Editorial Pre-Textos, 2001.
El Legado. Versión de Manuel Martínez Forega. Edición bilingüe. Zaragoza : Lola Editorial, 2002.

La critique de traduction ; études en espagnol sur François Villon

Delisle, Jean « L’évaluation des traductions par l’historien ». Meta XLVI, 2, 2001, p. 209- 226.

Connolly, David, « Crítica de la critica de la traducción literaria. Posibles criterios para la critica de traducciones poéticas ». Grupo de Investigación Traducción, literatura y sociedad : Ética y politica de la traducción literaria. Málaga : Miguel Gómez Pena Editores, 2004, p. 61-74.

Olivar Bertrand, Rafael, François Villon (Vida, obra y época). Barcelona : Luis Miracle, 1950.

Suârez Gômez, Gonzalo, François Villon, el hombre y el poeta. Barcelona : Picazo,

Notes

1 « La canaille, la populace, les vilains ».

2 « Truands, mendiants ».

3 Une grive en espagnol se dit « un zorzal ». Le traducteur invente donc un adjectif pour « grivelées ».

4 « Des cuisses pleines de taches ou tachetées ».

5 « Et qu’est ce qu’il me reste ? ».

6 « Les lamentations, les plaintes, les regrets ».

7 « Les parties féminines, le petit trou, le charme, la petite chose, le reste, le petit lapin et le sexe ».

8 « Perruque, chevelure ».

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search