Version classiqueVersion mobile

La traductologie dans tous ses états

 | 
Corinne Wecksteen
, 
Ahmed El Kaladi

Eau de rose, Eau de vinaigre, itinéraire de « vrais amis », ou une écriture à quatre mains

Henri Awaiss et Jarjoura Hardane

Texte intégral

Rappel

  • 1 Awaiss, Henri et Hardane, Jarjoura, Eau de rose, Eau de vinaigre, Écrire, traduire, jouir, Beyrouth (...)

1A l’occasion du 25e anniversaire de l’Ecole de Traducteurs et d’interprètes de Beyrouth, Henri Awaiss et Jarjoura Hardane ont fait paraître Eau de rose, eau de vinaigre1, avec un sous-titre : Écrire, traduire, jouir. L’ouvrage est le fruit d’un acte d’écrire à quatre mains et d’un acte de traduire à quatre mains. L’aventure vécue par les deux « complices » met en lumière la possibilité de cheminer à deux, de changer constamment de casquette soit pour écrire à deux soit pour traduire aussi à deux. Il s’agit d’un parcours effectué par deux « vrais amis ». Ils gardent leur différence et leur autonomie ; ils rencontrent toutes les difficultés de l’écriture et de la traduction ; ils risquent parfois de déraper et de se comporter en « faux amis » ; mais ils réussissent à jouer la même symphonie et à éviter les fausses notes. La morale de l’histoire : on peut écrire à deux, et plus surprenant encore, on peut s’autotraduire et à deux. Pour tout dire, le couple fait bon ménage et les deux actes d’écrire et de traduire ne sont pas étrangers l’un à l’autre. Traduire devient ainsi un autre moment d’écrire.

Thématiques

  • 2 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 11
  • 3 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 11
  • 4 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 12
  • 5 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 12

2Dès la première page intitulée « Antichambre », le narrateur présente le livre comme un long texte fait de récit, de réflexion et d’histoire de vie. Aussi note-t-il que dès le début, le texte « se scinda en deux textes jumeaux : l’un écrit en français et l’autre en arabe. Mais son itinéraire se diversifia »2. Le premier chapitre, Divan du jasmin « fut écrit en arabe et par l’alchimie de la traduction il vira au français »3. Le deuxième chapitre, Divan du nénuphar « prit un autre chemin. Á partir d’une entente sur les idées, il fut écrit parallèlement et librement en français et en arabe »4. Quant au troisième chapitre, Divan du basilic « il fut le fruit d’une expérience originale : les deux auteurs utilisèrent la même plume et s’exprimèrent tantôt en arabe et tantôt en français »5.

3Dans les trois divans s’installent et s’entremêlent trois thématiques foncièrement différentes mais difficilement séparables : écrire, traduire, jouir.

  • 6 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 22

4Plusieurs modes d’écriture y défilent. Il est d’abord question de « l’écriture par le pouls et le sang. C’est l’écriture dont l’encre n’est autre que le sang qui coule dans les veines de l’auteur et dont le rythme n’est autre que le pouls de son cœur »6.

  • 7 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 22

5Il y a ensuite « l’écriture par les larmes. C’est le cri de lamentation ou l’expression d’une peine ou d’une grosse tristesse qui coule sur le papier comme un corbeau noir, comme le hennissement d’un cheval meurtri par la chute de son cavalier »7.

6Quant à l’écriture par le couteau, elle est aussi aiguisée qu’une lame. Elle ensanglante les yeux et les mains. Elle coupe et écorche par son double tranchant. Elle porte la violence qui monte des entrailles des déshérités, des opprimés et de toutes les victimes.

  • 8 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 24

7« Il y a aussi l’écriture par les crèmes et les sachets. Elle anesthésie et atténue la douleur, mais elle est loin de tenter ou de réussir une véritable guérison. Elle plonge le lecteur dans le malaise et la nausée »8.

  • 9 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 26.

8Quant à l’écriture par le thym et l’huile, c’est le patrimoine qui s’étale tout au long des pages. Et les gens de vibrer de nostalgie pour le temps révolu, pour l’appareil photo de Grigor « installé spécialement sur la place des martyrs, pour prendre en photo tel ou tel visiteur émerveillé par la capitale qui se désaltère par un verre de (jallab) servant d’apéritif à des (qatayef) aux noix et aux amandes ou à une galette à la (qnéfé) au fromage aussi appétissante que les lèvres de la bien-aimée »9.

  • 10 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 27.

9Il y a aussi l’écriture par le pétrole. « C’est un climat de faste et d’apparat qui fait penser à ces voitures de grand luxe qui étalent leur prix inaccessible, leur longueur gigantesque et leur éclat éblouissant : sur leurs sièges somptueux s’appesantissent de gros ventres entourés de grosses chaînes en or auxquelles sont suspendues des montres témoignant d’une richesse sans bornes et dont le tic tac annonce moins l’écoulement du temps que la présence ou l’arrivée de leurs propriétaires »10.

  • 11 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 29.

10Quant à l’écriture par l’import et l’export, elle est le résultat de deux opérations commerciales prêtes à s’enclencher à la demande. C’est ainsi que les navires partent, à l’instar de ceux de Byblos et de Tyr, chargés d’histoires d’amour sur un fonds d’histoire ou de récits historiques. Mais ces bateaux ne rentrent jamais vides. « Ils participent à un mouvement commercial profondément ancré dans nos traditions n’épargnant même pas le bois de cèdre que nous vendons et commercialisons jusque dans les astres et les étoiles »11.

  • 12 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 31.

11L’écriture par le sexe, à travers les saveurs et les sensations osées qu’elle étale, permet à son auteur de se présenter comme un héros qui venge tous les hommes castrés et toutes les femmes frustrées. Et « quelle chance inespérée il aura, si un certain juge lui barre tous les chemins, interdit la lecture de son livre et ordonne d’en ramasser tous les exemplaires ! »12

12Quant à l’écriture par la répétition et l’écriture par les slogans, elles jouent le rôle d’un remède que les leaders prennent pour faire face aux maladies qui les rongent : l’amour du pouvoir, l’exploitation de toute réflexion et le déploiement de tous les efforts pour être toujours au premier rang.

13Dans cet étalage critique des différents genres d’écriture, les auteurs ne remettent pas en question la nécessité et la beauté de l’écriture et ne nient pas la paternité de leur livre. Mais ils essaient de proposer un rapport plus spontané avec la langue et un regard plus naturel sur l’écriture.

14Il y a autant d’écritures qu’il y a de langues. Et la tendance à l’autosuffisance et au repli peut aboutir à un cloisonnement hermétique. Un seul remède, aussi ancien que l’apparition des langues, pour contrer cette tendance : la traduction.

15Dans Eau de rose, Eau de vinaigre, la traduction est considérée comme une opération de médiation entre les langues, susceptible d’aider les hommes à vivre ensemble et à échapper à la malédiction de Babel.

  • 13 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 58-59.

16Le traducteur est donc un médiateur avant tout. Mais ce médiateur exceptionnel n’est pas seulement celui qui maîtrise parfaitement deux ou plusieurs langues lui permettant d’assurer la transmission des messages. « Dans son opération de médiation, il fait plus. Á l’instar d’un chef d’orchestre, il fait appel à tous les instruments de musique, fait jouer une partition inédite mais dans laquelle continue à vibrer le ton original de l’auteur »13.

  • 14 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 59.

17En jouant son rôle de médiation, le traducteur permet à ses lecteurs de partir en voyage vers des mondes qu’ils n’ont jamais connus. Il leur permet de réaliser que la vie n’est qu’une série de voyages. « Ils découvrent surtout que le voyage constitue pour le traducteur sa seule terre natale et son unique patrie et que son métier consiste à organiser continuellement des voyages, en vue de leur faire découvrir les richesses et les merveilles de l’univers »14.

18Mais le traducteur joue aussi le rôle du diplomate qui fait la course avec les militaires. Il ne cesse de construire de nouveaux ponts et d’ouvrir de nouvelles voies entre les hommes. Grâce à lui, les hommes découvrent qu’ils sont capables, en dépit de leurs faiblesses et de leurs dérapages, de trouver dans leurs différences, notamment linguistiques, des moyens d’embarquer vers de nouveaux rivages, pour découvrir de nouveaux pays et de nouvelles cultures.

  • 15 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 61.

19L’acte de traduire devient alors un acte de foi dans la capacité des hommes de sortir de leur propre monde, de voyager, d’aller ailleurs, et « dans leur capacité de gérer avec le même enthousiasme et la même habilité l’espace réduit de leur propre langue et l’espace illimité sur lequel s’ouvrent les multiples langues qu’ils ont la chance de découvrir et d’acquérir »15.

20Mais en dépit de cet acte de foi, la société continue à jeter sur le traducteur et l’interprète un regard ambigu. D’un côté on a besoin de leurs services et de l’autre on se méfie d’eux, voire on les méprise. Ils sont souvent marginalisés et ils sombrent vite dans l’oubli.

21C’est que leur relation à l’auteur ou à l’orateur qu’ils traduisent ou interprètent est aussi ambiguë. Elle peut être parfois stimulante et favorise un climat de confiance, d’entente et de complicité. Mais il arrive aussi qu’elle soit tendue, voire conflictuelle. Et dans un cas comme dans l’autre, la traduction publiée porte sur sa couverture uniquement le nom et la photo de l’auteur. L’idée sous-jacente n’est pas difficile à dévoiler : le créateur, c’est l’auteur, alors que le traducteur n’est qu’un simple transmetteur.

  • 16 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 78.

22Or « la traduction et la créativité ne s’excluent pas »16. Auteur et traducteur gagneraient à travailler dans un climat de créativité et d’égalité. Le traducteur devient alors un autre auteur et l’acte de traduire devient un autre acte d’écrire.

23Pour que la créativité soit l’élément commun à l’écriture et à la traduction, l’auteur et le traducteur se doivent de vivre les deux actes comme un moment de spontanéité, de joie et de bonheur. C’est le sens du sous-titre proposé à l’ouvrage : Écrire, traduire, jouir. Et c’est le sens de l’exercice auquel les deux auteurs se livrent au troisième chapitre, Divan du basilic : ils font partager au lecteur dix moments de créativité où les deux langues n’ont presque plus de frontières, où l’écriture se mêle à la traduction et où le seul motif de l’exercice est uniquement la joie d’écrire et de traduire.

Problématiques

24Mais pour jouir de l’écriture et de la traduction, notre regard sur la langue, l’écriture et la traduction doit changer. Ce nouveau regard se dessine à travers les trois thématiques déjà décrites : écrire, traduire, jouir. Il s’appuie sur les choix amenés par trois problématiques développées tout au long de l’ouvrage : la langue et l’écriture, la langue et la traduction, la traductologie et les sciences humaines.

  • 17 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 13-14.

25Le premier choix est double. D’un côté, l’écriture est considérée comme une activité quotidienne telle que celles d’aller au travail, de boire un café, de prendre le déjeuner, de pleurer ou de rire. « L’écriture d’un texte et l’expression des idées et des sentiments sont aussi naturelles que le rythme de la respiration et de la marche et aussi spontanées que la fermeture et l’ouverture des yeux »17. Et par conséquent elle n’est pas réservée à la seule catégorie des écrivains.

  • 18 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 42.
  • 19 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 43.
  • 20 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 44.

26D’un autre côté, la langue qui peut servir à une pareille écriture est considérée, non comme une citadelle dans laquelle quelques privilégiés arrivent à entrer, mais comme « un instrument de musique »18 offrant à tout le monde ses multiples clés ou gammes parmi lesquelles il nous est donné de choisir. Mais pour découvrir ce bel instrument et comprendre son mode de fonctionnement, il nous faut apprendre à l’utiliser comme un instrument qui nous procure joie et bonheur ». Il est temps par conséquent que les enseignants de l’arabe « arrêtent de torturer les gens par la litanie de leurs règles et de leurs exemples et de les flageller par leurs remarques >>19 et leurs interdits. Que l’on cesse par ailleurs de se lamenter sur le sort de la langue. Non, il n’y a pas de crise de la langue. Celle-ci n’a ni régressé ni disparu. Elle « est en très bonne santé. Elle vous envoie ses salutations et vous prie de l’excuser et de lui pardonner d’avoir trompé votre vigilance et d’être sortie des tombeaux en marbre vers la lumière et le vent »20.

  • 21 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 40.

27Dans un pays comme le Liban, ce constat et ce choix ne concernent pas uniquement l’arabe. Et dès lors se pose la question de savoir si un bilingue ou un trilingue peut utiliser toutes les langues dont il dispose comme « un instrument de musique ». La réponse dans Eau de rose, eau de vinaigre n’est pas catégoriquement tranchée. D’abord, le ton est interrogatif : quel bilingue ou trilingue peut-il « prétendre à une maîtrise parfaite et équilibrée de l’une ou de l’autre ou de plusieurs autres »21 ?

  • 22 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 39.
  • 23 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 39.
  • 24 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 39.

28Ensuite, la place est donnée au doute : les habitants de cette région « sont dans un étemel voyage parmi les différentes langues. Ils essaient de ne pas mélanger le timbre de l’une avec celui de l’autre »22. Mais il n’est pas sûr qu’ils y parviennent toujours. Ils échappent difficilement aux interférences entre les langues en contact qu’ils utilisent. Il leur arrive même de « produire un mélange rare »23 qui risque de « leur couper la respiration »24.

  • 25 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 37
  • 26 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 40.

29Mais en fin de compte, le ton de la réponse est double. D’un côté il est pragmatique : le bilinguisme ou le plurilinguisme constituent bel et bien une réalité incontournable. Et de l’autre il est démocratique : toutes les langues concernées par le bilinguisme ou le plurilinguisme sont semblables et différentes ; et on ne peut pas les classer en « capables ou incapables d’exprimer les idées et les sentiments des hommes »25 ; l’utilisation « de l’une ou de l’autre par le bilingue ou le plurilingue n’obéit en définitive qu’au seul critère de la spontanéité et de la liberté d’expression, en réponse à des besoins réels de communication »26.

30Quoi qu’il en soit, il reste que le bilinguisme ou le plurilinguisme constituent la condition du deuxième choix amené par le cheminement de la deuxième problématique : la langue et la traduction. Il est résumé par une affirmation : l’acte de traduire est comme un autre moment de l’acte d’écrire. En effet, la maîtrise des langues concernées par l’acte de traduire est un préalable à la traduction. Cette maîtrise ne saurait être ni défaillante ni incomplète : elle se doit d’être parfaite, et le traducteur ou l’interprète se doit d’être avant tout un bilingue ou un plurilingue « équilibré ».

31Cependant, il ne suffit pas d’être bilingue ou plurilingue pour prétendre être traducteur, et à plus forte raison bon traducteur. Deux autres conditions, non moins importantes, sont requises. La première se situe au niveau de la relation que doit avoir le traducteur avec les langues qu’il maîtrise et utilise. Cette relation ne saurait être uniquement utilitaire et externe. Elle ne peut être qu’une relation personnalisée et intérieure. Tant que le traducteur ne vibre pas avec les textes qu’il traduit, de quelque domaine ou genre qu’ils soient, comme un musicien vibrerait avec l’instrument auquel il joue, il sera incapable de s’adonner avec enthousiasme à sa tâche et de participer par la traduction à l’acte d’écrire et d’innover.

32La deuxième condition se situe au niveau de l’acte de traduire lui-même. Bien que s’effectuant grâce à la maîtrise parfaite des deux langues en contact, la traduction exige d’autres compétences non moins importantes telles que l’analyse et l’interprétation dans la phase de compréhension du document à traduire, c’est-à-dire la saisie du message qui ne se réduit pas au seul constituant linguistique et qui se révèle à travers les autres constituants pragmatiques et contextuels. Quant à la phase d’expression, elle ne se réduit pas à une simple découverte des équivalences linguistiques et à une simple opération de transposition statique et automatique. Elle est surtout une opération de réécriture et de reformulation façonnée en fonction des données psychiques, sociologiques et artistiques du destinataire.

33Cette complexité des paramètres qui rentrent en jeu dans la traduction explique et justifie le troisième choix mis en lumière par l’étude de la troisième problématique posée dans Eau de rose, Eau de vinaigre : la traduction et les sciences humaines. Il repose sur le fait de considérer la traduction comme un domaine autonome.

  • 27 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 62-63.

34Il est vrai que la traduction a été longtemps convoitée, non seulement par la linguistique, mais encore par la philosophie, l’anthropologie ou la sociologie. Et lorsqu’elle revendiqua son droit à l’indépendance, certains refusèrent de le lui accorder. « D’autres acceptèrent, forcés, le principe d’écoles et d’instituts spécialisés en traduction. Mais pour eux, le rôle de ces nouvelles institutions devait se réduire à la formation des étudiants à la traduction de textes généraux et normaux. Quant aux textes poétiques, philosophiques ou médicaux, ils ne pouvaient être traduits que par les gens du métier, spécialistes connus et reconnus dans leur propre domaine »27.

35Ensuite, les réflexions et les notions évoluèrent et les termes les exprimant se retrouvèrent dans des textes spécialisés témoignant de la constitution d’une nouvelle discipline. Ce mouvement eut pour résultat davantage de précision, de clarification et d’affinement. Il parvint à montrer une fois pour toutes que la traduction représentait un métier autonome, exigeait une formation spécialisée offerte par des écoles ayant leurs programmes et leurs cursus spécifiques et constituait un objet d’étude spécifique pour une discipline nouvelle et autonome : la traductologie.

  • 28 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 67.

36Et voilà enfin « la jeune république de la traduction qui peut fêter son indépendance le jour même de la fête de Saint-Jérôme, patron des traducteurs. La voilà qui s’adresse à ses citoyens, dans une campagne de réhabilitation, et proclame solennellement : soyez fiers d’être traducteur ou interprète »28.

37Autour d’un bassin d’eau dans un jardin devant la façade d’une maison coiffée de tuiles rouges sous les regards discrets de trois arcades et de deux fenêtres en parfaite harmonie, le soir quand la fatigue s’allonge sur un divan souvent bercé par quelques oiseaux troubadours, hommes femmes et enfants se rassemblent et se racontent leurs journées. C’est là à cette heure où coulent le café à la cardamome, le thé à la menthe, les citronnades, les grenadines, c’est là à cette heure précise que s’envolent les rêves, alors le bassin d’eau devient rivière, fleuve et mer, les langues se délient, tout devient jouissance et les mots n’ont plus qu’à se reposer sur du papier pour traduire les profondeurs d’une pensée restée suspendue entre feuille et terre tout comme cet ouvrage d’eau suspendu entre rose et vinaigre.

Extrait du divan du basilic – 5

38Elle était là, sous le grand projecteur, la révérence à peine terminée. Son imprésario lui demanda si elle n’avait pas aperçu le rideau rouge, si elle n’avait pas senti le public venu par centaines l’applaudir se retirer de la salle. Elle le regarda, s’essuya le front à l’aide de la serviette trempée qu’il lui tendait et ne dit mot. Elle regagna sa loge, se mit à regarder dans la glace illuminée, se concentra sur son visage et sur ses yeux et revit le déroulement de ce qu’elle venait de vivre : à peine sur scène, la lumière colorée l’avait enveloppée, ne la lâchait plus, collait à ses mouvements et à ses pas. Ses habits de danse s’effaçaient dans son corps, dans ses mains, dans ses pas, dans son envol. Elle devenait violon, oud, piano, « tabla », triangle, flûte, « kanoun ». Ses deux mains se rapprochaient et se faisaient la cour, ou bien s’affrontaient, se séparaient et dessinaient chacune un ciel d’automne ou un coucher de printemps. Sa taille, ô les jarres de lait et de miel, les paniers de cerises et les encriers de chine ! La scène n’était plus scène. La salle n’était plus salle. Lustre de mille et une couleurs ! « Sourayya » de mille et une étoiles !

39Elle s’abandonna, sur le divan, à des notes comme écrites par des oiseaux perchés sur les fils soutenus par des poteaux électriques disposés en parallèle et à intervalles réguliers sur un chemin sans fin.

*

Notes

1 Awaiss, Henri et Hardane, Jarjoura, Eau de rose, Eau de vinaigre, Écrire, traduire, jouir, Beyrouth, Collection Sources-Cibles, École de Traducteurs et d’interprètes de Beyrouth, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Saint-Joseph, 2005.

2 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 11

3 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 11

4 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 12

5 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 12

6 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 22

7 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 22

8 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 24

9 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 26.

10 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 27.

11 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 29.

12 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 31.

13 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 58-59.

14 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 59.

15 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 61.

16 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 78.

17 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 13-14.

18 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 42.

19 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 43.

20 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 44.

21 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 40.

22 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 39.

23 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 39.

24 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 39.

25 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 37

26 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 40.

27 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 62-63.

28 Eau de rose, Eau de vinaigre... p. 67.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/apu/docannexe/image/5703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

Auteurs

Directeur de l’École de Traducteurs et d’interprètes de Beyrouth depuis 1996 et Jarjoura Hardane, directeur de cette même École de 1981 à 1989, dirigent la collection Sources-Cibles.

École de Traducteurs et d’interprètes de Beyrouth, Université Saint-Joseph

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search