Version classiqueVersion mobile

La traductologie dans tous ses états

 | 
Corinne Wecksteen
, 
Ahmed El Kaladi

Entre désir et contrainte

Lance Hewson

Texte intégral

1 Désirs de traduire : ces quelques mots, évocateurs, figurent dans un article consacré à l’unité de traduction que Michel Ballard a publié en 1993. Ils sont à l’origine de la réflexion que je propose de mener sur le désir et la contrainte dans le domaine de la traduction. Ils sont par ailleurs révélateurs de la démarche de recherche suivie par Michel Ballard, qui vise non seulement la scientificité et la rigueur, mais aussi la réhabilitation de la traduction en tant qu’enseignement universitaire et activité professionnelle. L’hommage que je rendrai à notre collègue s’inspire de cette facette moins connue, mais essentielle, de son œuvre.

  • 1 J’évoquerai plus bas l’article qu’a écrit Michel Ballard sur la créativité en traduction (1997), ai (...)

2Avant d’évoquer le désir ou le plaisir du traduire, il est nécessaire de donner à la contrainte la place qu’elle occupe mais ne mérite pas, c’est-à-dire celle, prépondérante, qu’on lui confère dans le discours traductologique. Ce dernier, en effet, choisit de ne pas s’attarder sur l’expérience fondamentalement jouissive de la traduction-écriture, faisant valoir que cette écriture n’est qu’une sorte de réécriture ou écriture seconde. Et on finit par ne plus voir que la traduction a vocation d’être un acte potentiellement créatif1. La contrainte et son homme des basses œuvres, l’équivalence, ont réussi à noyauter les écrits théoriques dans le domaine, au point que l’on finit par accepter un discours qui se présente comme un exercice de rigueur, mais qui traduit une vision idéologique dépassée de l’acte traductif. La traduction au vingt-et-unième siècle peut aspirer à une autre vocation.

  • 2 Andrew Chesterman, dans son ouvrage Memes of Translation, s’appuie en particulier sur les analyses (...)

3On peut difficilement nier que la traduction semble être, à première vue, l’exemple par excellence d’une activité aux contraintes multiples. Or, et nous sommes là en présence de l’un des paradoxes de la traduction, l’acte de traduire peut s’accomplir en-dehors des contraintes usuelles que l’on y associe. Il est à ce propos utile d’identifier les divers niveaux de contrainte que l’on évoque habituellement lorsqu’il est question de l’acte traductif. Il convient, bien entendu, de s’intéresser à une vision globale de la traduction, car il peut exister, en amont et en aval, un ensemble de paramètres susceptibles d’influer sur l’opération traduisante proprement dite. La traduction s’accomplit, en principe, grâce à l’existence d’un « avant » et d’un « après », le premier prenant la forme de la commande de traduction, le dernier s’incarnant dans la destination du texte traduit. La commande de traduction peut comporter des instructions précises qui sont autant de contraintes ; même en l’absence d’instructions, l’existence de la commande présuppose l’existence d’une intention de communication et d’un circuit de communication prédéfini (c’est-à-dire englobant l’« après », à savoir la nature du support de publication, le profil éventuellement identifié des lecteurs pressentis, l’usage prévu du texte cible...). Le circuit immédiat s’enrichit grâce aux agissements d’autres acteurs institutionnels, dont le rôle et l’importance ont été identifiés par André Lefevere dans son ouvrage Translation, Rewriting and the Manipulation of Literary Famé2. Pour Lefevere, la contrainte à ce niveau se manifeste sous la forme de « facteurs de contrôle », à savoir, d’une part, les acteurs principaux du système (« critiques, auteurs de revue, enseignants, traducteurs ») et, d’autre part, ce qu’il appelle le « patronage », c’est-à-dire les personnes ou les institutions pouvant encourager ou freiner les utilisations de la littérature (la lecture, l’écriture, la réécriture). Ces acteurs exercent à travers leurs prises de position une influence sur la traduction (que ce soit le processus ou le produit). Le traducteur, en somme, travaille à l’intérieur d’une double série de contraintes externes : en amont (les acteurs institutionnels, les conditions de la commande de traduction) et en aval (le support de publication, les lecteurs). Sa marge de manœuvre peut, par conséquent, s’avérer limitée.

  • 3 L’idéologie du traducteur est explorée par A. Lefevere dans le quatrième chapitre de son Translatio (...)

4L’acte traductif lui-même donne lieu à d’autres contraintes. Cet acte est le fruit de la rencontre entre un texte, qui se voit attribuer le statut de texte « source » ou « origine », et celui qui souhaite se l’approprier afin de le réécrire dans une deuxième langue. Le texte constitue lui-même une contrainte dont la nature (et l’interprétation) finit par nous échapper. Celui-ci est à la fois bavard et muet, car on ne saurait prévoir avec exactitude la lecture qu’en fera le traducteur. Cette lecture, comme le souligne Jean-Jacques Lecercle (1999, 31), n’en est jamais une interprétation « vraie », mais peut être une interprétation « juste ». Ce sont surtout une lecture et une interprétation qui se construisent dans la perspective de la traduction à venir (Hewson, 1993), la contrainte s’incarnant dans la vision prospective d’une translation vers la deuxième langue et sa culture. Il s’agit là, encore une fois, d’une contrainte double, s’appuyant sur une lecture qui est elle-même conditionnée par l’idéologie de traduction qui anime le traducteur3. La réécriture, en principe, ne saurait dépasser les limites de la traduction telles que le traducteur les perçoit ; elle est par ailleurs influencée par la vision, consciente ou inconsciente, de l’équivalence qui habite ce dernier. Cependant, nous verrons plus bas qu’il existe ce qu’il conviendra d’appeler une possibilité de dépassement.

  • 4 « ... l’une des expériences premières de tout traducteur n’est-elle pas que sa langue est comme dém (...)
  • 5 Je développe cette problématique dans un article à paraître intitulé « Source, cible, salade ».

5La langue cible est souvent vue comme la contrainte incontournable à la base de toute traduction. Le traducteur découvre très tôt l’apparente pauvreté de sa propre langue, évoquée entre autres par Antoine Berman4. Pauvreté va de pair avec rigidité, dans la mesure où l’on n’arrive pas à s’exprimer de la même manière. L’approche dite « sourcière » (Ladmiral) se heurte rapidement aux contraintes de la langue cible dont les rigidités et les préférences ne sont pas celles de la langue source. Même un aspect quasi mécanique, comme par exemple le marquage du genre, peut s’ériger en obstacle ou imposer des solutions que le traducteur eût préféré éviter. La contrainte prend aussi la forme de choix obligatoires, là où en langue source il n’y en a point : je pense par exemple aux deux formes en français pour traduire l’anglais « they ». D’une manière plus générale, le moule de la langue cible s’impose, même si l’on peut légitimement poser la question des limites du « correct », « admis », « normal », etc.5.

  • 6 Les exemples que je donne de contrainte zéro s’appuient sur des « traductions-rétrécissements » (He (...)

6On voit que la contrainte est partout présente. Pourtant, à partir d’exemples de contrainte zéro tirés d’un précédent article, aussi marginaux qu’ils soient6, on verra que la réalité de la contrainte n’est sans doute pas celle que l’on croit, et, partant, que la place que l’on peut réserver à une « traductologie jouissive » est plus importante.

7La contrainte zéro existe à partir du moment où le traducteur décide de ne pas traduire l’intégralité du texte de départ. Il est question ici de textes qui se présentent comme des traductions et qui, pour le lecteur n’ayant pas accès à l’original, « sont » les textes qu’il croit lire. En effet, ce lecteur en langue cible n’a aucun moyen de savoir qu’il est en présence d’un texte mutilé. S’agissant de textes littéraires, et en l’absence d’une quelconque logique éditoriale qui dicterait une politique de « rétrécissement », force est de constater que selon toute vraisemblance, le traducteur est lui-même à l’origine de la décision de couper des passages, autrement dit, cette décision n’est le résultat ni d’une commande de traduction, ni d’une analyse des besoins de lecteurs supposés de la traduction. J’évoque dans la publication en question (Hewson, 2004) des exemples remarquables illustrant ce phénomène. Je ne reviendrai pas ici sur le caractère trompeur et malhonnête de ces « traductions », mais soulignerai uniquement l’importance – jusqu’à cinquante pour cent de l’original – des coupures. La contrainte zéro concerne non seulement l’amont et l’aval, mais aussi la langue cible elle-même : absence effective de langue cible équivaut à absence de contrainte.

8Si la décision de procéder à des coupures peut relever d’une décision « libre », celle de procéder à des ajouts ou à des manipulations se prête moins facilement à une généralisation en matière de contrainte. Je ne reviendrai pas ici sur le phénomène de l’explicitation, largement développé par des chercheurs tels que Blum-Kulka et Klaudy, et repris par Anthony Pym dans un article récent (2005). J’évoquerai en revanche une manipulation que l’on constate de temps en temps dans des traductions publiées, à savoir le choix de transformer du discours direct en discours indirect, ou vice-versa. Là aussi il y a lieu de penser qu’aucune instruction émanant du donneur d’ordre n’oblige à une telle manipulation, et, à moins de postuler l’existence d’une vision pessimiste du lecteur en langue cible (celui qui ne supporterait pas l’ennui du discours indirect par exemple...), on ne peut que conclure à une intervention libre du traducteur. Dans la première traduction vers l’anglais de La Peste, on découvre des manipulations de ce type (Hewson, 2004). L’exemple ci-après est tiré de la traduction « mutilée » du roman de Jane Austen, Emma, à laquelle je fais référence dans l’article cité ci-dessus. Il s’agit d’un passage où prédomine le discours indirect libre, avec une occurrence de discours indirect. L’héroïne et Mr Frank Churchill évoquent avec Mrs Weston la maison du vicaire :

She was particularly struck by his manner of considering Mr Elton’s house, which, as well as the church, he would go and look at, and would not join them in finding much fault with. No, he could not believe it a bad house ; not such a house as a man was to be pitied for having. If it were to be shared with the woman he loved, he could not think any man to be pitied for having that house. There must be ample room in it for every real comfort. The man must be a blockhead who wanted more.
Mrs Weston laughed, and said he did not know what he was talking about. Used only to a large house himself, and without ever thinking how many advantages and accommodations were attached to its size. he could be no judge of the privations inevitably belonging to a small one.
Elle fut particulièrement frappée du jugement qu’il porta sur la maison de M. Elton, dont on lui avait fait remarquer l’apparence modeste et le maigre confort. « Á mon avis, avait-il dit, l’homme appelé à y vivre avec la femme de son choix est un heureux mortel. La maison me paraît suffisamment grande pour tous les besoins raisonnables ; il faut être un sot pour ne pas s’en contenter. »
Mme Weston se mit à rire et répondit :
 – Vous êtes habitué vous-même à un grand train de vie et à une maison spacieuse ; vous avez joui inconsciemment de tous ces avantages et vous n’êtes pas à même de mesurer les inconvénients d’une installation restreinte.
Austen, 214-5 Saint-Segond, 122

9Le passage illustre la façon dont Jane Austen varie la focalisation à l’intérieur d’un seul et même passage. La modalité « would » (ligne 3) dans « which, as well as the church, he would go and look at, and would not join them in finding much fault with » nous permet d’identifier le commentaire comme étant celui d’Emma ; nous assistons dans la foulée à la série de jugements émis cette fois-ci par Mr Churchill, le tout en discours indirect libre (« No, he could not believe it a bad house... »). Les traducteurs, P. et E. Saint-Segond, choisissent de gommer les commentaires attribués à Emma, éliminent une partie du discours indirect libre et transforment l’autre partie en discours direct (« Á mon avis, avait-il dit, l’homme appelé à y vivre avec la femme de son choix est un heureux mortel.... »). Quant au discours indirect (« Mrs Weston laughed, and said he did not know what he was talking about. »), il est lui aussi réécrit en discours direct. Ces multiples modifications ne relèvent d’aucune nécessité ; l’unique contrainte qui semble fonctionner dans ce passage – car le désir de reproduire l’essentiel du texte d’Austen fait clairement défaut-correspond au souci de produire la « bonne écriture en langue cible »...

  • 7 Michel Ballard (1997, 90) nous rappelle que « l’idéal conscient ou inconscient de l’équivalence est (...)

10Il convient désormais de s’interroger sur la « contrainte » de la langue cible. Tout traducteur, certes, respecte cette langue qui est la sienne, mais peut néanmoins se permettre de jouer avec elle, de l’explorer, voire de la « décentrer ». La traduction, en effet, n’est jamais figée dans un moule rigide ou prévisible, même si l’on sait que beaucoup de traductions aplatissent l’original et ne font pas preuve... d’originalité. Ce que l’on voit comme une contrainte est plutôt le résultat d’une vision étroite de la nature même de la traduction, vision qui assimile cette dernière à une pratique aussi littéraliste que possible7. Dans cette vision, la traduction est prise dans un double étau, celui de la forme du texte source, celui de la norme de la langue cible. Or, à condition de changer de paradigme et de voir la traduction comme une pratique de la paraphrase interlinguale, on pourrait arriver à une autre conception de la contrainte, où la langue cible serait aussi peu contraignante que celle d’un Joyce ou d’un Céline...

11La réécriture est bien entendu tributaire d’une autre contrainte dont l’identification peut s’avérer délicate. Il s’agit de l’idée que le traducteur se fait de l’équivalence, ou, plus vraisemblablement, des habitudes prises en la matière. Michel Ballard, dans l’article déjà cité (1993, 248), parle justement de « manières de traduire qui sont adoptées de façon consciente ou inconsciente par le traducteur ». Il arrive à tout traducteur de travailler de manière plus ou moins mécanique : c’est la rencontre avec de vraies difficultés qui peut déclencher un moment de « réveil », permettant au travail conscient de prendre le relais. Il y a lieu de penser que l’idée que l’on se fait de l’équivalence ne pourra résister à un examen approfondi, car cette idée est foncièrement généraliste et n’apporte aucune solution concrète aux difficultés rencontrées. À partir du moment où l’on prend conscience de l’emprise de cette exigence, qui n’en est pas vraiment une, et où l’on voit l’influence qu’elle exerce, on pourra se libérer de la fausse contrainte qu’elle représente afin de retrouver le vrai souci-et plaisir-de la réécriture. Il s’agit là, nous le verrons, de l’une des conditions du « dépassement », pierre angulaire d’une pratique traduisante plus stimulante.

  • 8 Antoine Berman évoque le désir de traduire dans le contexte de sa « visée métaphysique de la traduc (...)

12Revenons enfin une nouvelle fois aux contraintes en amont et en aval qui, quand elles existent, réduisent la marge de manœuvre du traducteur. Lorsqu’un éditeur impose des conditions (un texte aéré, des paragraphes courts, une syntaxe canonique...), le traducteur se voit obligé de s’y plier. Il y a cependant lieu de penser que de telles contraintes ne peuvent être que relatives, permettant, une fois de plus, une certaine liberté d’expression grâce aux jeux de la paraphrase. À vrai dire, même les situations les plus contraignantes ne le sont jamais complètement. Un espace de liberté, fût-il réduit, offre au traducteur l’occasion de faire un véritable travail de réécriture. C’est certainement dans cet espace que le traducteur découvrira ce qu’Antoine Berman appelait, lui aussi, le « désir de traduire »8.

13La traduction est un exercice universitaire qui se pratique, souvent, dans des conditions déplorables. C’est contre des pratiques plus que douteuses que Michel Ballard se bat, depuis la publication de son premier manuel en 1980 jusqu’à l’achèvement du second tome de son Versus : la version réfléchie, paru en 2004. Dans son ouvrage de 1992, Le commentaire de traduction anglaise, l’on voit très clairement son souci de transformer la pratique de la traduction à l’université. Il y écrit notamment :

On fait généralement de la traduction en première année d’université ou dans d’autres institutions sans trop savoir pourquoi, parce que c’est là, au programme, qu’il faut le faire et montrer qu’on sait le faire. Est-ce intelligent ? Nous ne le croyons pas. C’est, à la limite, absurde. La traduction est une opération difficile, complexe, qui demande une bonne connaissance des deux langues et beaucoup de métier, de l’intelligence, du doigté. (1992, 6)

14Sa critique ne porte pas sur l’enseignement des langues dans le secondaire mais sur un enseignement de la traduction qui, en réalité, n’en est pas un. Il poursuit :

Ce qui nous semble plutôt critiquable, c’est l’espèce d’aveuglement général qui consiste à plonger des étudiants ayant des connaissances linguistiques insuffisantes, et n’ayant aucune idée de ce qu’est la traduction, dans l’accomplissement régulier (et régulièrement insatisfaisant) d’une pratique délicate. (1992, 6)

15Sa démarche consiste à sortir l’enseignement de la traduction des aléas d’une pratique qui consiste à afficher comme vérité les trouvailles de l’enseignant. Son objet est de promouvoir une véritable réflexion sur l’objet, ce qui nécessite l’acquisition d’une métalangue ainsi qu’une vision d’ensemble des progrès que l’étudiant est susceptible de faire. Nous assistons à un réel travail de réhabilitation de la traduction à l’université. On constate, par ailleurs, autre chose derrière cette volonté de transformer le cours de traduction, à savoir l’intention d’exercer une influence sur les perceptions plutôt figées de la traduction qui, jusqu’alors, faisaient d’elle une écriture seconde et, de ce fait, dévalorisée.

16 La traduction peut, certes, devenir un travail relativement mécanique où le plaisir est quasi absent. De même que le musicien peut ne voir dans son instrument que le moyen de gagner sa vie, le traducteur professionnel, accomplissant souvent un travail difficile et ce dans des conditions exigeantes, peut se laisser gagner par une lassitude certaine. Or, si l’on peut difficilement nier cet aspect de la traduction professionnelle, il est important de souligner l’aspect réellement jouissif et créatif de l’acte traductif. Pour Michel Ballard justement, la réécriture dans la deuxième langue est un moment privilégié qui permet au traducteur d’explorer et d’exploiter toutes les ressources de sa langue maternelle. Dans son article intitulé « Créativité et traduction » il dit notamment :

Ce que l’on a mis longtemps à accepter en traduction c’est le fait que la réécriture à l’aide d’une autre langue suppose des écarts ou des transformations qui font partie d’un acte de création qui se poursuit dans un autre matériau linguistique : une certaine différence (contrôlée) fait partie de la survie du texte. (1997, 86)

  • 9 Voir mon article intitulé « The Vexed Question of Creativity in Translation ».

17C’est sans doute la raison pour laquelle Michel Ballard parle d’« écriture » dans la deuxième langue et de la « constitution d’un texte qui a ses propres lois » (1997, 88). Le traducteur travaille, certes, à la reformulation d’un déjà-dit, mais le résultat de ce travail est un nouveau texte dont l’originalité est garantie par l’impossibilité relative de la mission entreprise ; du fait de l’échec programmé de la traduction littérale ou littéraliste, l’exploration des possibilités de la langue cible devient la règle. Le travail créatif du traducteur se situe là, dans la nécessaire reformulation dans sa propre langue d’un texte qu’il est appelé à transformer selon ses capacités9. L’apprentissage de la traduction peut, sans nier l’existence de contraintes, s’articuler autour du plaisir de travailler sa langue et, dans un deuxième temps, se transformer par anticipation de la tâche à accomplir. La contrainte, finalement, n’est autre chose que l’élément qui, en déclenchant le dépassement, permet la création. Et la tâche, pour impossible qu’elle paraisse, peut porter en elle le désir de son achèvement.

Bibliographie

Bibliographie

Ballard, Michel, La Traduction de l’anglais. Lille : Presses Universitaires de Lille, 1980.
Le Commentaire de traduction anglaise. Paris : Nathan, 1992.
« Créativité et traduction », Target 9 : 1, 1997, p. 85-110.
Versus : la Version réfléchie. Volume 1, repérages et paramètres. Paris : Ophrys, 2003.
Versus : la version réfléchie. Volume 2, des signes aux textes. Paris : Ophrys, 2004.

Berman, Antoine, L’Épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique. Paris : Gallimard, 1984.

Chevalier, Jean-Claude, et Delport, Marie-France, L’Horlogerie de Saint Jérôme. Paris : L’Harmattan, 1995.

Hewson, Lance, « Images du lecteur », Palimpsestes 9, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1993, p. 151-64.
« L’adaptation larvée : trois cas de figure », Palimpsestes 16, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 105-116.
« The Vexed Question of Creativity in Translation », in Traduire ou Vouloir garder un peu de la poussière d’or..., Palimpsestes hors série, 2006, p. 53-63.

Lecercle, Jean-Jacques, Interprétation as Pragmatics. Londres : Macmillan, 1999.

Lefevere, André, Translation, Rewriting & the Manipulation of Literary Famé. Londres & New York : Routledge, 1992.

Pym, Anthony, « Explaining explicitation », http://www.tinet.org/-apym/on-line/explicitation_web.pdf, 2005.

Austen, Jane. Emma. Harmondsworth, Penguin, 1970.
traduit par de Saint-Segond P. & E., Paris, Christian Bourgois, 1979.

Notes

1 J’évoquerai plus bas l’article qu’a écrit Michel Ballard sur la créativité en traduction (1997), ainsi que ma propre contribution à ce sujet.

2 Andrew Chesterman, dans son ouvrage Memes of Translation, s’appuie en particulier sur les analyses d’A. Lefevere pour développer sa réflexion sur les normes et les contraintes.

3 L’idéologie du traducteur est explorée par A. Lefevere dans le quatrième chapitre de son Translation, Rewriting and the Manipulation of Literary Famé.

4 « ... l’une des expériences premières de tout traducteur n’est-elle pas que sa langue est comme démunie, pauvre face à la richesse langagière de l’œuvre étrangère ? » (1984, 22).

5 Je développe cette problématique dans un article à paraître intitulé « Source, cible, salade ».

6 Les exemples que je donne de contrainte zéro s’appuient sur des « traductions-rétrécissements » (Hewson, 2004). Le pourcentage de traductions de ce type est sans doute peu élevé eu égard à la masse de littérature en traduction ; cela dit, le phénomène n’est pas aussi marginal qu’on aurait tendance à le croire.

7 Michel Ballard (1997, 90) nous rappelle que « l’idéal conscient ou inconscient de l’équivalence est le littéralisme ». Chevalier et Delport (1995, 163) ironisent sur la mauvaise presse que connaît la traduction littérale.

8 Antoine Berman évoque le désir de traduire dans le contexte de sa « visée métaphysique de la traduction » (1984, 21).

9 Voir mon article intitulé « The Vexed Question of Creativity in Translation ».

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search