Version classiqueVersion mobile

La traductologie dans tous ses états

 | 
Corinne Wecksteen
, 
Ahmed El Kaladi

Normes et subjectivité – réflexions sur les traductions anglaise et française de Ra’aytu Ramallah

Myriam Salama-Carr

Texte intégral

Introduction

1Les présentes réflexions s’inscrivent dans le cadre des études traductologiques centrées sur une problématique de l’intervention du traducteur dans des situations de conflit. La mise en regard d’un ouvrage de langue arabe, le récit autobiographique du poète et auteur palestinien Mourid Barghouti, Ra ’aytu Ramallah, et de ses traductions, que nous devons à l’écrivain Ahdaf Soueif, pour la version anglaise, et à Maha Billacois et Zeinab Zaza pour le texte français, nous servira à examiner comment les notions de norme et de subjectivité en traduction peuvent aider à cerner les choix des traducteurs.

1. Traduction et conflit

  • 1 Voir www.fit.ift.org/download:/hc.pressrelease_2006.pdf
  • 2 L’on pourra citer, à titre d’exemples le roman de Susan Glass, The Interpréter, de Leila Aboulela, (...)

2La médiatisation des conflits actuels, qui passe nécessairement par des opérations de traduction à un moment ou à un autre du processus d’information, a mis en exergue la fonction de traducteur et celle d’interprète. C’est ainsi que les événements du Il septembre 2001 auraient mis en relief l’inadéquation de la formation des interprètes et des traducteurs aux Etats-Unis, tandis que l’invasion de l’Irak a placé en première ligne l’intervention de traducteurs, qu’il s’agisse des révélations de traductrices comme Katharine Gun, en Grande-Bretagne, ou de Sybil Edmonds aux Etats-Unis, ou des dangers auxquels se trouvent exposés interprètes et traducteurs intervenant sur le terrain. Une situation que la Fédération internationale des Traducteurs a jugée suffisamment alarmante pour évoquer dans un communiqué de presse en 2006 le « sort tragique des traducteurs et interprètes irakiens travaillant avec les Forces américaines »1. Tour à tour victime, observateur « neutre » ou acteur engagé, le traducteur ou l’interprète inspire également romans et films2 où il semble de moins en moins travailler dans l’ombre, ou s’abriter derrière un code de neutralité lui interdisant tout engagement.

  • 3 « [...] I define the translation zone as a military zone, governed by the laws ofhostility and hosp (...)
  • 4 « There has probably never been a time when issues of nation, language and translation have been mo (...)
  • 5 Mona Baker Translation and Conflict : A Narrative Account.

3Mais qu’en est-il du discours des traductologues ? Deux recueils relativement récents, The Translation Zone de Emily Apter, et Nation, Language and the Ethics of Translation de Sandra Bermann et Michael Wood prennent les attaques de septembre 2001 contre New York comme point de départ pour débattre de la traduction. Emily Apter propose de définir la « zone de traduction » comme zone militaire3, tandis que Sandra Bermann rappelle l’importance que prend la traduction aujourd’hui4. Si ces deux recueils se situent plutôt dans le domaine de la littérature comparée et des « cultural studies », c’est vers les sciences sociales que se tourne Mona Baker pour appliquer le concept du « récit » (narrative) à l’étude du traducteur et de l’interprète5. Par ailleurs, le nombre de colloques récents centrés sur ce même thème témoigne de l’intérêt porté au traducteur « engagé » ou confronté aux situations de conflit, dans la réalité comme dans la fiction. Cet intérêt ne peut que renforcer la présence du traducteur dans les écrits traductologiques, et pousser les chercheurs à s’interroger sur la manière dont les modèles actuels aident à cerner les notions de neutralité et de choix éthiques et leur prise en compte en didactique de la traduction.

2. La présence du traducteur

  • 6 Jean Peeters, La médiation de l’étranger – une sociolinguistique de la traduction.

4Le fait que de nouvelles démarches et trajectoires de recherche s’inspirent de paradigmes des sciences sociales pour mieux cerner le rôle des traducteurs et des interprètes ne saurait faire oublier que la traductologie moderne déjà a redonné une première place au traducteur. Ce ne sont pas seulement les compétences linguistiques, cognitives et le savoir-faire du traducteur qui entrent en jeu mais ce sont également son bagage idéologique et sa subjectivité qui seront pris en compte. Qu’il s’agisse du médiateur assurant la communication dans une optique fonctionnelle telle que celle de la théorie interprétative, ou du manipulateur dont l’intervention n’est jamais neutre et ne doit pas être transparente comme nous le signalent les approches post-coloniales et dites « culturelles », le traducteur est au centre de la problématique de la traduction. Marianne Lederer souligne, par exemple, que « Le mérite de la Théorie Interprétative de la Traduction [...], sa grande nouveauté, a été de réintégrer l’homme auteur de la traduction dans les discours sur la traduction [...] » (Lederer 2005 : 92). L’on peut trouver un autre exemple dans l’étude de Jean Peeters qui s’inscrit dans la théorie de la médiation6, ou dans toute étude contrastive qui visera à observer « ces opérations que le traducteur a effectuées et qui constituent véritablement la traduction » (Ballard 2005 : 22).

5S’il est clair que la médiation linguistique et culturelle qu’effectue le traducteur est mise en exergue dans les travaux des traductologues d’aujourd’hui et que l’exigence implicite de neutralité est problématisée, il convient de rappeler qu’une certaine mise en garde figure déjà dans des travaux connus comme ceux d’Antoine Berman et d’Henri Meschonnic, même si l’on peut voir dans ces travaux une étude de l’éthique de la traduction plutôt qu’un examen de l’engagement politique et idéologique qui peut caractériser un certain projet de traduction (voir par exemple l’approche de Lawrence Venuti), ou entraîner une situation conflictuelle, ou faire intervenir éthique personnelle et déontologie, qui pourraient se contredire.

6En outre, toute perspective historique permet de voir combien le traducteur, de par sa médiation, rapproche les cultures comme il peut en renforcer la distance. Au cours des siècles, la traduction a créé et promu le dialogue, mais elle a aussi été source de conflits. Il ne faut pas oublier que ce recentrage sur le traducteur est dû de manière non négligeable aux travaux d’histoire de la traduction qui ont souligné l’intervention du traducteur (cf. en particulier Delisle et Woodworth 1995 ; Ballard 1992 ; Pym 1997), et, dans une approche s’inspirant des « cultural studies » et des études postcoloniales et féministes, aux perspectives dites « engagées ».

7Il est certain que l’accent mis sur le rôle interventionniste du traducteur, tour à tour facteur de résistance et maillon dans une chaîne de domination politique, culturelle ou idéologique, s’accommode mal de la métaphore courante utilisée lorsqu’on parle de traduction, celle de la passerelle, du traducteur « constructeur de ponts », ou encore du passeur. La métaphore tient toujours mais faut-il rappeler que les ponts servent aussi à séparer et que l’image du pont est omniprésente dans des conflits douloureusement proches dans l’espace et le temps. Que l’on pense au symbolisme du pont de Mostar en Croatie, ou au pont d’Allenby sur le Jourdain, qui sépare la Jordanie de la Cisjordanie.

8L’image du pont est d’ailleurs omniprésente dans l’ouvrage de Mourid Barghouti et fait l’objet du premier chapitre du récit qui débute ainsi : « La chaleur est torride sur le pont » (J’ai vu Ramallah, p. 11). Plus loin, l’auteur écrit en parlant du pont d’Allenby « Comment ce petit morceau de bois sombre a t-il pu bannir une nation entière de ses rêves ? Empêcher des générations entières de boire leur café dans des maisons qui leur appartenaient ? »

9Mais le pont d’Allenby sur le Jourdain, s’il représente le seul accès au pays de l’exilé, est aussi l’obstacle qui fait qu’il n’a plus droit de cité de l’autre côté de la rive. De même, la traduction peut séparer comme elle peut joindre, déformer et donc éloigner du texte d’origine. Des recherches récentes ont montré comment le traducteur pouvait faire le jeu de la désinformation, tout comme son apport pouvait aussi servir à résoudre des conflits.

3. Une étude de cas – les traductions française et anglaise de Ra ’aytu Ramallah

10Si l’ouvrage de Barghouti évite de tomber dans le manifeste politique, ou dans les déclarations, il n’en demeure pas moins qu’il est bel et bien ancré dans un conflit très présent qui a pour objet la Palestine. Ce conflit sous-tend la narration, en représente en fait le fil conducteur. L’exil est le fil de trame de l’ouvrage et l’étude de ses traductions française et anglaise permet de jauger en quelque sorte l’engagement du traducteur. L’ouvrage offre un terrain privilégié pour l’étude de marqueurs de subjectivité. On ne saurait oublier pourtant les variables qui vont obligatoirement infléchir les décisions prises, les plus importantes étant les conventions littéraires en matière de romans traduits en français et en anglais.

11Notre comparaison s’articule en fonction de deux catégories, qui sont les choix lexicaux et les ajouts d’information, ces derniers prenant la forme de notes de bas de page dans la traduction française (un total de 18 notes dont deux références bibliographiques), et de glossaire en annexe dans la version anglaise (contenant 22 entrées). Ancré dans un contexte à la fois particulier – le retour au pays de certains Palestiniens après les accords d’Oslo en 1996 – et plus vaste – l’exil qui portera l’auteur de Londres au Caire et à Budapest en passant par Paris – l’ouvrage inclut nombre de références culturelles et politiques.

12Alors que les traductrices s’attachent à fournir un supplément d’information pour situer certaines références (par exemple l’auteur Ghassan Kanafani, le caricaturiste Naja al-c ali, tous deux symboles de la résistance palestinienne, tous deux assassinés, al-Manfalouti, auteur du XIXe siècle), certaines précisions relatives à la chanteuse Fayrouz, au lettré du Xe siècle al-TawiHidi, au poète palestinien Mahmoud Darwish, sont absentes du texte français. En revanche l’auteur Emile Habibi, qui fait l’objet d’une note dans la version française, ne figure pas dans le glossaire en anglais. Ces écarts, qui relèvent de la subjectivité des traductrices, ne sont pas révélateurs de tendances. Pourtant, la présentation même de ces explications, que dictent sans doute des contraintes éditoriales, permet de suggérer que l’on retrouve ici une tradition d’érudition plus orientaliste dans le texte français. Même si l’on peut s’étonner alors que des noms d’auteurs sans doute moins connus (le poète irakien Badr Shakir al-Sayyab, l’égyptienne Latifa al-Zayyat) ne fassent pas l’objet de notes explicatives.

13Mais c’est au niveau du lexique que les choix des traductrices nous rappellent que le récit de Mourid Barghouti relate en premier lieu l’expérience palestinienne de l’occupation et de l’exil. Et certains écarts peuvent s’expliquer par une interprétation différente de certains termes, comme c’est le cas dans l’exemple suivant, lorsque Barghouti relate un échange verbal sans animosité entre son oncle et un soldat israélien entre la Jordanie et Ramallah en Territoires Occupés. À la question du soldat de savoir depuis combien de temps les voyageurs sont mariés, l’oncle répond comme suit :

Texte arabe (p. 92)

Texte français (p. 112)

Texte anglais (p. 77)

Khamsin sanah yâ khawâjâ

Cinquante ans chef

Fifty years, khawaja.

14Comme nous le précise la traductrice anglaise, « khawaja » est un terme utilisé en s’adressant à un étranger non arabe. L’on pourrait reprocher à la traduction française de gommer ce rappel d’une situation absurde (l’étranger qui contrôle l’entrée au pays...), notamment lorsque l’accent du soldat en arabe est mis en relief.

15Ce souci de précision de la traduction anglaise par rapport au texte arabe et à la situation à laquelle il se rapporte se retrouve également dans les exemples suivants :

Texte arabe (p. 7)

Texte français (p. 13)

Texte anglais (p. 3)

Khârij al-waTan

À l’étranger

Outside “the homeland”

 

Texte arabe (p. 15)

Texte français (p. 23)

Texte anglais (p. 10)

Al-sulTah al-falastînyah

Les Palestiniens

The Palestinian Authority

 

Texte arabe (p. 59)

Texte français (p. 72)

Texte anglais (p. 49-50)

Al-naqâchât [...] fi maWuDüc al-câ’id walmuQîm

Les discussions [...] au sujet des rapatriés et des
Arabes israéliens

Discussions [...] on the question of the ‘résident’ and the ‘repatriated’

16Il est fort possible que les choix ci-dessus relèvent d’une volonté d’écriture plus fluide, plus naturelle de la part des traductrices vers le français, et non pas d’une volonté de neutraliser et de gommer la perte de statut et de patrie décrite par Mourid Barghouti, et il n’est pas mon propos de spéculer sur les prises de position des uns et des autres. Il n’en demeure pas moins que les écarts stylistiques observés entre les deux traductions concernent des concepts et termes à pertinence politique et idéologique.

17Le choix suivant retiendra particulièrement notre attention :

18Dans le livre de Barghouti, le narrateur rapporte les propos d’une voisine d’alors dont le mari était mort au cours de l’Intifada. Le verbe arabe utilisé est « ustushhida »– littéralement « est mort en martyr », aussi bien par le narrateur que dans le discours direct rapporté. Par ailleurs le terme « shahîd » intervient à plusieurs reprises dans le récit lorsque référence est faite aux victimes de l’occupation. Il est intéressant de noter que si la traduction anglaise nous donne effectivement « was martyred » (p. 114), Maha Billacois et Zeinab Zaza optent pour les expressions beaucoup plus neutres « a trouvé la mort » (p. 164), et « a été tué » (Ibid.). Ce choix de neutralisation, qui ne s’explique pas par un refus systématique d’utiliser le terme « martyr », puisque la version française inclut en fait plus d’une référence aux « martyrs », donne une impression plus forte de détachement, contrairement à l’engagement que l’on peut observer dans la traduction anglaise.

19Bien que notre comparaison des deux traductions de Ra ’aytu Ramallah ne porte que sur un certain nombre d’exemples, elle nous permet de suggérer que la traduction de Ahdaf Soueif instaure une distance moindre entre le texte arabe et le lecteur de la version anglaise, entre la voix de l’auteur et celle de la traductrice, et fournit moins de repères au lecteur. Citons pour exemples l’utilisation du terme « al-fida’iyün » qu’Ahdaf Soueif traduit par « commandos », tandis que la traduction française maintient le terme « fedayin » et le situe dans son cadre historique avec la note suivante : « Nom donné aux combattants palestiniens dans les années soixante-dix » (p. 42). Un autre repère est fourni par le terme « Nakba 1948 » qui dans I saw Ramallah est rendu par « the disaster of 1948 », et en français par « le drame de 1948 » mais qui se voit également conservé à un moment donné dans le texte français « moi le Palestinien, le fils de la Nakba de 1948 » (p. 161) avec une note de bas de page : « Nakba en arabe, « La Catastrophe » : désigne la perte de la Palestine en 1948 ».

20Si l’on se situe ici dans le domaine des normes d’écriture et de traduction dans une tradition donnée, l’on peut arguer que les choix des traductrices, en matière d’explications à donner, s’effectuent en fonction de ces normes, même si des interventions plus subjectives ont lieu elles aussi. Mais un ensemble de choix fait que la traduction française paraît plus détachée et réussit peut-être moins bien à rendre le caractère universel de l’exil.

Conclusion

21La mise en regard des deux traductions fait apparaître des écarts qui ne sauraient s’expliquer par le seul critère de conventions et normes de traduction dans des espaces littéraires et linguistiques différents. Comme on a pu le remarquer, la subjectivité des traducteurs intervient également et permet d’expliquer des variations dans le souci d’explicitation, dans le choix de correspondances plus marquées ou au contraire plus neutres. Et s’il est parfois tentant d’attribuer un choix ou un autre à une position plus ou moins engagée par rapport à la cause palestinienne, il peut être tout aussi difficile d’attribuer ces choix à une prise de position idéologique plutôt qu’à la mise en œuvre de normes de traduction.

Bibliographie

Bibliographie

Aboulela, Leila, The Translatai ; Edinburgh, Polygon, 1999.

Apter, Emily, The Translation Zone, Princeton and Oxford, Princeton University Press, 2006.

Baker, Mona, Translation and Conflict, 2006.

Ballard, Michel, « Il n’est pas certain », 2005, p. 21-23 in Pour Dissiper le flou – Traduction – Traductologie. Textes réunis par Gina Abou Fadel et Henri Awaiss, Collection Sources-Cibles, École de Traducteurs et d’interprètes de Beyrouth, Université Saint-Joseph.
De Cicéron à Benjamin – Traducteurs, traductions, réflexions, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1992.

Barghouti, Mounir, Ra ’aytu Ramallah, Beyrouth, Liban, 1997. Traduction anglaise de Ahdaf Soueif, 2004 (2000), Isaw Ramallah, Londres, Bloomsbury. Traduction française de Maha Billacois et Zeinab Zaza, 2004, J’ai vu Ramallah, Éditions de l’Aube.

Berman, Antoine, L’épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984.

Damrosch, David, What is World Literature ?, Princeton, Princeton University Press, 2003.

Glass, Suzanne, The Interpréter, London, Arrow, 2000.

Le Carré, John, The Mission Song, London, Hodder & Stoughton, 2006.

Lederer, Marianne, « Défense et illustration de la théorie interprétative de la traduction », p. 89-139 in La Théorie Interprétative de la Traduction, in Fortunato Israël et Marianne Lederer (dir.), Paris, Caen, Lettres modernes Minard, 2005.

Meschonnic, Henri, Pour la Poétique, Paris, Gallimard, 1970.

Peeters, Jean, La médiation de l’étranger – une sociolinguistique de la traduction. Arras, Artois Presses Université, 1999.

Pym, Anthony, Method in Translation History, Manchester, St Jerome, 1997.

Salama-Carr, Myriam (ed.), sous presse, Translating and Interpreting Conflict, Amsterdam, New York, Rodopi.
sous presse, Translation and Conflict, vol. 17 (1), Social Semiotics, London and New York, Routledge.

Notes

1 Voir www.fit.ift.org/download:/hc.pressrelease_2006.pdf

2 L’on pourra citer, à titre d’exemples le roman de Susan Glass, The Interpréter, de Leila Aboulela, The Translater, et le dernier John Le Carré Mission Song, sans oublier le film de Sidney Pollack, The Interpréter.

3 « [...] I define the translation zone as a military zone, governed by the laws ofhostility and hospitality, by semantic transfers and treaties » (Apter 2006 : 9).

4 « There has probably never been a time when issues of nation, language and translation have been more important than they are today » (Bermann 2005 : 1).

5 Mona Baker Translation and Conflict : A Narrative Account.

6 Jean Peeters, La médiation de l’étranger – une sociolinguistique de la traduction.

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search