Version classiqueVersion mobile

La traductologie dans tous ses états

 | 
Corinne Wecksteen
, 
Ahmed El Kaladi

Au-delà de l’écran des mots : Interculturalité et traduction

Ahmed El Kaladi

Texte intégral

Il n’est pas d’étranger en littérature. Georges Henein
La traduction constitue un paradigme pour tous les échanges, non seulement de langue à langue, mais aussi de culture à culture. Elle ouvre sur des universels concrets, et non pas du tout sur un universel abstrait, coupé de l’histoire. Paul Ricœur

1. Introduction

1Dans une étude précédente (El Kaladi 2005), nous nous sommes intéressé aux problèmes de traduction que pose la littérature issue de l’acculturation. Nous avions pris comme exemple d’illustration la traduction française de Midnight’s Children de Salman Rushdie. Dans notre conclusion, nous nous engagions à prolonger la même étude sur d’autres corpus afin de dégager des invariants de traduction pour ce type de littérature. Pour cette étude, notre choix, nullement arbitraire, s’est porté sur La nuit sacrée (1987) de Tahar Ben Jelloun et sa traduction en arabe (Laylato al Kadr 1993) et en anglais (The Sacred Night 2000). L’objectif de cette contribution est triple : 1) montrer que cette littérature a des spécificités que les études en traductologie prennent rarement en considération ; 2) montrer les points d’achoppement que constitue l’interculturalité pour la traduction ; 3) dégager quelques traits saillants qui résistent à la traduction et les raisons de leur intraduisibilité. Il est évident que ces trois objectifs ne peuvent être atteints sans revisiter la tâche du traducteur face à l’altérité.

2. Identité, culture et acculturation

2Selon Abou (1986) l’homme est « un animal constructeur de culture » (a culture building animal). Mais qu’est-ce qu’une culture ? Ou encore qu’est-ce qu’une identité culturelle ? La réponse à ces questions suppose l’examen de concepts très complexes comme nation, nationalité et ethnie. Abou, anthropologue culturel, répond aux deux questions de la manière suivante :

Une culture est « l’ensemble des manières de penser, d’agir et de sentir dans son triple rapport à la nature, à l’homme, à l’absolu », elle est « l’ensemble des modèles de comportement, de pensée et de sensibilité qui structurent les activités de l’homme dans son triple rapport à la nature, à la société, au transcendant ». (Abou, 1986 : 13)
L’identité culturelle ne se réfère pas à un dépôt culturel, mais à une culture vivante, non au résultat passé de la culture, mais à l’activité qui l’a produit et qui l’assume en le dépassant. À la limite elle se confond avec cette capacité d’intégration des différences qui fait la richesse et la grandeur de l’homme. (Abou, 1986 : 14)

  • 1 On ne rappellera pas ici les différents phénomènes qui se rapprochent de l’acculturation. Voir à ce (...)

3Ces deux définitions montrent à quel point la culture des Hommes est en constante mutation et que toute tentative de la figer est vouée à l’échec. C’est au sein de la société que l’on élabore son propre profil culturel. Pour Clyde Kluckhohn, cité par Abou, « chaque homme est semblable à tous les autres, semblable à quelques autres, semblable à nul autre » (Abou, 1986 : 30). Mais la culture et l’identité culturelle, n’en déplaise aux enragés de la pureté, s’enrichissent et évoluent au contact de l’Autre. De ce contact, malheureusement souvent douloureux (guerres, colonisation, déplacements de population...), résulte un certain nombre de phénomènes culturels. Celui qui nous intéresse au premier chef est l’acculturation. En anthropologie, le terme « acculturation » renvoie à « l’ensemble des phénomènes qui résultent d’un contact continu et direct entre des groupes d’individus de cultures différentes et qui entraînent des changements dans les modèles culturels initiaux de l’un ou des deux groupes » (Redfield et al, cités par Cuche 1996 : 54)1. Ce concept est à distinguer d’autres phénomènes tels que l’assimilation, la diffusion. L’assimilation, rarement atteinte, est selon les anthropologues américains, la phase ultime de l’acculturation. Elle suppose que la culture d’origine d’un groupe dominé soit totalement effacée pour être remplacée par celle du groupe dominant. Quant à la diffusion, elle ne nécessite pas un contact direct et continu entre des groupes.

4Les conséquences de l’acculturation sont diverses et complexes. Les anthropologues en retiennent trois : l’adoption, la combinaison et la réaction. L’adoption a lieu quand le groupe dominé accepte la culture de l’autre volontairement. La combinaison est un processus qui consiste à se forger une identité de synthèse, une sorte de configuration éclectique, que les individus adaptent selon la situation où ils se trouvent (travail, sphère privé, voyages). Enfin, la réaction donne lieu au rejet de la culture de l’autre, et la production d’une contre-culture.

3. Littérature maghrébine d’expression française

  • 2 On lira les mêmes observations chez Laroui, qui affirme dans L’idéologie arabe contemporaine qu’une (...)
  • 3 La revue Souffles a été interdite par le pouvoir marocain. On peut consulter les numéros de cette p (...)

5Les considérations ci-dessus permettent de fixer les idées à propos de la littérature maghrébine d’expression française. Issue de la colonisation, cette jeune littérature, à l’instar de toutes les productions postcoloniales, est le résultat d’un clivage culturel et identitaire. Au lendemain de l’indépendance, le diagnostic vital était sérieusement engagé. Comme le notait Albert Memmi dans Portrait du colonisé (1957 : 145)2 : « La littérature colonisée de langue française semble condamnée à mourir jeune. ». Cinquante ans après, cette littérature est non seulement toujours vivante, mais elle a su renouveler ses thèmes et a acquis ses lettres de noblesse. Et pourtant, son évolution a connu un certain nombre de critiques venant à la fois de l’intérieur et de l’extérieur. En effet, dès la fin des années soixante, des voix se sont élevées contre l’écriture dans la langue du colon. A. Laâbi en 1970, dans un article de la revue Souffles3, synthétise les critiques qu’essuyaient les écrivains maghrébins qui écrivaient en français :

On nous a dit, on nous dit souvent : « Nous ne comprenons pas pourquoi vous, jeunes écrivains conscients, militants pour une culture de libération, vous puissiez avoir écrit et écriviez toujours en français ». On nous a dit aussi : « Ce que vous écrivez en français ne peut pas enrichir la culture nationale et ne peut être que marginal ». On nous a laissé entendre parfois : « Vous êtes le produit du colonialisme et vous ne pouvez être que complices du néo-colonialisme ». (1970 : 34)

6Production militante à ses débuts, la littérature maghrébine en général et marocaine en particulier se donnait pour objectif de surmonter le bilinguisme, et d’élaborer un projet de libération nationale. Il est évident, qu’à l’époque, cet objectif ne pouvait s’accomplir que dans « les langues nationales et populaires ».

  • 4 Après 50 ans d’indépendance, le taux d’analphabétisme au Maroc n’a que faiblement régressé.

7Mais cette stratégie se heurtait à un écueil de taille. L’écrasante majorité des Maghrébins, après le départ des colons, était analphabète4. Les écrits, qu’ils soient en français ou en arabe classique, coupaient l’écrivain des « masses populaires ». Comme le note assez justement Laroui :

l’intellectuel, n’étant pas en contact avec la totalité de la société, voit la dialectique sociale de l’extérieur, c’est-à-dire abstraitement et peut alors recourir indifféremment à l’arabe classique ou à une langue étrangère puisque de toute façon, il s’adresse uniquement à lui-même ou à ses frères intellectuels. (1977 : 182)

  • 5 Il existe également au Maroc une littérature d’expression espagnole, car le nord et le Sahara Occid (...)
  • 6 Faute de place, on ne pourra pas passer en revue toutes les critiques adressées à cette littérature (...)
  • 7 On notera toutefois que pour la majorité des écrivains du Maghreb, le pays d’origine reste la seule (...)

8S’exprimer en français5, dans la langue du colon, posait problème et a longtemps été perçu comme une trahison et traité avec mépris6. Pourtant, il ne viendrait à l’idée de personne de mépriser Kafka parce qu’il écrivait en allemand et non pas en yiddish ou en tchèque. Il ne viendrait à l’idée de personne de reprocher à Oscar Wilde d’avoir écrit en anglais, au lieu du gaélique, en pleine période de domination britannique7.

  • 8 Nul ne peut prédire l’avenir de la langue française au Maroc. Avec le retour du fondamentalisme, ce (...)
  • 9 Voici la position de T. Ben Jelloun sur son site officiel www.taharbenjelloun.org : « Pourquoi ne l (...)

9Paradoxalement, si la langue française dressait un mur entre l’écrivain et le lectorat local, elle offrait en échange un visa lui permettant d’être lu par des Français et de devenir une référence littéraire. Les auteurs arabisants, eux, quel que soit leur talent, restaient tributaires d’une traduction pour accéder à un lectorat plus large. De nos jours, le débat à propos de la langue d’écriture semble (provisoirement ?) clos8. Pour l’écrivain maghrébin d’expression française, l’écriture dans une langue a priori étrangère et la biculture sont pleinement assumées9. Les écrivains endossent le statut de l’émigré effectuant des allers-retours entre les langues et les cultures. Il convient de préciser que le cas du Maroc est, à ce propos, très éloquent. Carrefour des langues et des cultures, la situation linguistique y est riche et variée. On y rencontre l’arabe classique, le marocain, trois langues berbères, le français, l’hébreu, et l’espagnol. Ce qui est indéniable dans les écrits marocains – et maghrébins – de langue française, c’est, d’abord, leur identité interculturelle. Plusieurs références travaillent dans ces textes, elles « agissent dans le sens d’une exploration des différentes couches sédimentées de la culture maghrébine (berbère, arabo-musulmane, judéo-chrétienne...). Ce ressourcement [...] fait découvrir ce continent culturel multiple enfoui dans l’inconscient de chaque maghrébin et dont l’occultation est souvent source de déséquilibre et d’atrophie ». (Alaoui, 1991 : 18)

  • 10 Dans les Caraïbes, le même phénomène a trouvé un nom : la Créolité. C’est l’agrégat des éléments cu (...)
  • 11 Cela étant dit, on remarquera que certains écrivains continuent de subir le même interrogatoire : E (...)

10On l’aura compris, l’identité culturelle de ces écrivains est le résultat d’une hybridation10, et toutes les dichotomies auxquelles on fait habituellement appel (passé/présent, orient/occident, modemité/tradition, identité/aliénation...) pour décrire cet état de fait semblent caduques. L’identité unidimensionnelle est chimérique. Elle est de facto synthétique11.

4. Interculturalité et traduction

11Nous aborderons l’interculturalité et les problèmes de traduction à partir du roman de Tahar Ben Jelloun, La nuit sacrée et sa traduction en arabe et en anglais. La traduction arabe, distribuée dans les pays arabes du Moyen-Orient, est une version piratée, éditée en Égypte et en Syrie. Le roman, prix Goncourt 1987, qui est la suite de l’Enfant du sable (1985), est l’histoire d’Ahmed, l’enfant des sables, qui a grandi. Il est devenu Zahra, une fille. La nuit sacrée est le récit de sa quête d’identité sexuelle et sociale et une réflexion sur la marginalité. Ahmed/Zahra devenu vieux/vieille prend à son tour la parole et livre sa propre version des événements. Le récit, comme emboîté dans le précédent, peut cependant se lire isolément. Roman à succès, il est traduit dans plusieurs langues. À ce propos, voici la position du romancier sur les traductions :

Mais que se passe-t-il quand mes livres sont traduits vers l’arabe ? Là, le problème se complique et en même temps ouvre des perspectives d’explication. L’arabe est la seule langue que je lis et écris en dehors du français, donc j’aime bien revoir la traduction de mes ouvrages, ce que je ne peux pas faire avec le japonais, le coréen ni l’anglais ou l’espagnol. Malheureusement, le système de la piraterie qui sévit dans un pays comme la Syrie où tous mes livres sont publiés dans une traduction médiocre sans jamais me contacter ni même m’en informer, fait que les seuls livres en arabe que je reconnais sont ceux publiés au Maroc chez Toubkal. (pp. cit.)

Quand je me relis en arabe, je découvre que finalement, il vaut mille fois mieux être traduit qu’écrire directement dans cette langue que je ne maîtrise pas. Pour moi le problème est fini : je n’écris pas en arabe par respect pour cette belle langue et parce que je ne me sens pas capable de donner tout ce que j’ai en moi en arabe. Il vaut mieux reconnaître cette réalité et cesser de se perdre dans des débats qui ne mènent nulle part. (pp. cit.)

12Au-delà de la question des droits d’auteur que posent les versions piratées, il est intéressant de noter le droit de regard qu’exige le romancier sur les traductions en arabe, langue qu’il maîtrise mais dans laquelle il ne peut pas écrire. Nous sommes ici en face d’une situation particulière. L’auteur renie les traductions arabes qu’il n’a pas pu relire, contrôler, et, le cas échéant, corriger. Il est en revanche désarmé face aux autres versions dans les langues qu’il ne parle pas. En d’autres termes, la traduction en arabe, par un traducteur marocain, serait-elle un retour du texte dans la langue dans laquelle il devait être écrit à l’origine ?

13Les traductions en arabe par les Syriens ou les Égyptiens sont médiocres parce que les traducteurs, bien qu’ils maîtrisent la langue arabe, n’ont aucune prise sur l’univers que décrit Tahar Ben Jelloun dans La nuit sacrée. De toute évidence, la traductrice égyptienne ne parle pas le dialecte marocain, n’a jamais visité Marrakech, et la Place Jemaa el Fna. Elle n’a jamais fréquenté un hammam marocain, ni bu un thé à la menthe et au chiba (feuilles d’absinthe). Elle ne sait pas non plus qu’une gare routière ne signifie pas « une gare de la route ». Elle confond la Chaouia (une région du Maroc) avec Chewaya (le barbecue).

1) Dans cette ville, la gare routière faisait face à la mer. (187) The bus station was opposite the sea (176)
Image 100000000000014C0000001E2BCC4D6196FF0191.jpg(226).

2) Je pris mon petit déjeuner à côté d’un routier de la Chaouia qui mangea une tête de mouton cuite à la vapeur, but une théière entière de thé à la menthe et à la chiba, puis rota plusieurs fois en remerciant Dieu et Marrakech de lui avoir servi un si bon repas matinal. (12)
/ ate breakfast next to a truckdriver from the Shawia, who was eating a steamed sheep ’s head and drinking a whole pot of mint and shiba tea. He belched repeatedly, thanking God and Marrakech for providing him such a good morning meal. (8)
Image 10000000000001C40000002088049A45BFA9676D.jpg(9)

  • 12 Nous nous inscrivons en faux contre l’affirmation de Chevalier pour qui est arabe « celui qui d’abo (...)

14Ces premiers exemples nous montrent que ceux qui pensent que la traduction en arabe d’un roman comme La nuit sacrée constituerait un retour du texte se trompent. Le fait de parler arabe12, notre corpus le prouve, ne suffit pas. La traduction d’un roman issu de l’hybridité, contrairement à celle d’un traité d’histoire ou de philosophie, pose un certain nombre de problèmes que les meilleurs dictionnaires ne peuvent résoudre. Comme le note Nida (2003), la langue et la culture sont indissociables :

Language is, ofcourse, an intégral part ofculture, defined simplistically as the totality ofbeliefs and practices of a society. (...) It is not strange, therefore, that most of the serious mistakes in translation are the resuit of not recognizing the intimate relations between language and culture. (2003: 193)

  • 13 Pour des raisons purement techniques, nous n’avons pas pu reproduire tous les exemples en arabe. No (...)

15Il convient de préciser avant d’entamer l’examen de quelques exemples que nos deux traductions ne comportent aucun procédé paratextuel. Les deux traducteurs s’abstiennent de donner toute indication qui pourrait aider le lecteur à comprendre certaines situations. On pourrait regretter ce fait quand les relations interculturelles plaident pour une intervention du traducteur. Prenons, pour commencer, l’exemple suivant13 :

3) A la grande mosquée, je fus, bien sûr, désignée pour diriger la prière sur le mort. Je le fis avec une joie intérieure et un plaisir à peine dissimulés. Une femme prenait peu à peu sa revanche sur une société d’hommes sans grande consistance. En tout cas, c’était vrai pour les hommes de ma famille. En me prosternant, je ne pouvais m’empêcher de penser au désir bestial que mon corps – mis en valeur par cette position – susciterait en ces hommes s’ils savaient qu’ils priaient derrière une femme. Je ne parlerai pas ici de ceux qui manipulent leur membre dès qu’ils voient un derrière ainsi présenté, qu’il soit celui d’une femme ou celui d’une homme. Excusez cette remarque, elle correspond, hélas ! à la réalité... (36)

At the great mosque, of course, I was expected to lead the prayer for the dead. I did so with an inner joy and barely concealed pleasure. I was a woman gradually taking her revenge on a society of spineless men. At least that’s what the men in my family were. As I bent down low, I couldn ’t help thinking of the animal desire my body, especially in that position, would hâve aroused in those men if they had only known that they were praying behind a woman. Not to mention the ones who start playing with themselves the moment they see any rear end thus presented, male or female. (32)
Image 1000000000000223000000208D0E611A80A32F0F.jpg

(36)

16De quoi s’agit-il ? Dans ce passage, le personnage Ahmed/Zahra cache encore sa féminité. On lui demande de diriger « la prière sur le mort ». En Islam, seul un homme peut accomplir cette tâche. C’est une prière, contrairement à toutes les autres, où les personnes restent debout. La licence romanesque – n’oublions pas que la sexualité est un thème majeur du roman – autorise le narrateur à faire faire des prosternations à son personnage féminin (En me prosternant, je ne pouvais m’empêcher de penser au désir bestial que mon corps / As 1 bent down low, I couldn’t help thinking of the animal desire my body). Les traducteurs ne relèvent pas cette anomalie. Le traducteur en anglais censure/oublie le dernier passage (« Excusez cette remarque, elle correspond, hélas ! à la réalité »). On nous opposera le fait que le rôle du traducteur n’est pas de fournir des commentaires. C’est la position que semble défendre Venuti quand il évoque les annotations paratextuelles que le traducteur peut juger utiles pour restituer le contexte culturel et expliquer la signification culturelle d’une situation :

Toutefois, en faisant ces ajouts, le travail du traducteur cesse d’être de la traduction et devient commentaire. Qui plus est, non seulement la traduction revêt un caractère savant, pouvant restreindre l’effet immédiat que le texte étranger produit sur le lecteur étranger. (2006 : 20)

17On peut réfuter cet argument en faisant remarquer qu’en matière d’interculturalité, les lecteurs, s’ils ne possèdent pas des connaissances culturelles, risquent de tirer des conclusions différentes. Le lecteur arabo-musulman, pourrait ne pas saisir cet écart de l’auteur et même douter de la compétence du traducteur. Quant au lecteur anglophone, il risque tout simplement d’intégrer à son savoir qu’on se prosterne pendant la prière sur les morts chez les Musulmans.

18Le lecteur, sans une connaissance de l’histoire du Maroc, aura du mal à saisir entièrement le sens de ce passage :

4) Ils habitent à Gueliz. Le père est contrôleur civil dans l’administration coloniale. Il fréquente le pacha de la ville, le fameux Glaoui. (15)
They live in Gueliz. The father is a civil inspector in the colonial administration. He hangs oui with the local pasha, the famous Glawi (11)
Image 10000000000000630000001394F21FD7631CA54F.png
(12) Image 10000000000001E9000000145E3CFC4C1497E01D.png

où il est fait référence à une période de la présence française au Maroc. Gueliz était le quartier que les colons ont construit à Marrakech. Glaoui, de son vrai nom Thami El Glaoui, est effectivement un des plus célèbres pachas marocains. Il est surtout, dans l’imaginaire des Marocains, un des signataires d’une pétition exigeant le départ du Sultan Mohammed V.

19Le débat sur l’insertion de procédés paratextuels est toujours d’actualité. Tant qu’on n’aura pas la traduction avec une dose d’hypertextualité, il y aura toujours un manque et une frustration.

20Un autre aspect qui mérite un examen est celui de la préservation de l’étrangeté. Ballard (2005 : 131) fait remarquer qu’il existe trois stratégies : « le report pur et simple, la standardisation, le report assorti d’une explicitation du sens ». Dans nos exemples, les traducteurs ont affaire à une double étrangeté. Les exemples suivants sont « étranges » même dans la langue française :

5) « Aucun chat ne fuit une maison où il y a mariage » (71) "No cat flees a house where there ’s a wedding" (65)

6) « L’entrée dans le hammam n’est pas comme sa sortie » (52) "It s a lot easier to enter the baths than to leave" (47)
Image 10000000000000DC0000001E75234641786340D3.jpg(54)
Image 10000000000000CE00000022ED1C8AD8BF90D62B.jpg(77)

7) C’est maintenant qu’on vient se débarrasser des crachats des hommes? (64)
À fine tinte to corne to get rid of male spit (58)

21Les deux premiers exemples sont des proverbes traduits non pas de l’arabe classique mais du dialecte marocain. On pourra toujours se référer au contexte et à la situation pour comprendre leur portée, mais le risque de commettre un contresens est toujours là, surtout si les traducteurs ne voient pas, pour paraphraser la formule des auteurs de l’Éloge de la créolité, que « sous le français (écrit), il y a du dialecte (oral) ». Malgré l’effort du traducteur anglais qui remplace hammam par the baths, l’énoncé dans la langue cible est incompréhensible pour un anglophone. Quant au troisième exemple, il s’agit d’une interpellation de la patronne du hammam au personnage principal qui vient d’avoir son premier rapport sexuel. La traduction littérale de la métaphore efface toute référence à l’acte sexuel.

22Dans notre corpus, les traducteurs réussissent, quelquefois, à « négocier » le passage du français à l’anglais ou à l’arabe en réaménageant la traduction. Eco, à qui nous devons la notion de négociation, l’explique ainsi :

Negotiation is a process by virtue of which, in order to get something, each party renounces something else, and at the end everybody feels satisfied since one cannot hâve everything.
In this kind of negotiation there may be many parties: on one side there is the original text, with its own rights, sometimes an author who daims right over the whole process, along with the cultural framework in which the original text is born; on the other side, there is the destination text, the cultural milieu in which it is expected to be read, and even the publishing industry, which can recommend different translation criteria, according to whether the translated text is to be put in an academic context or in a popular one. [...] A translater is the negotiator between those parties, whose explicit assent is not mandatory. (2003: 6)

23Les traducteurs ne sont pas des peseurs de mots ou de phrases, mais des peseurs de sens et de contenu. Il vaut mieux négocier la difficulté que de produire un texte inaccessible au lecteur :

8) Les laveurs, pressés comme d’habitude, bâclèrent la toilette du mort et se disputèrent ensuite avec mon oncle qui marchanda avec eux leur misérable salaire. (35)
The three people hiredto bathe the corpse were in the usual hurry. They skimped on the water and then got into an argument with my uncle. who tried to bargain over their wretched wages. (31)
Image 100000000000013B000000223E5B1297411E5CB3.jpg(35)

24Dans la tradition musulmane, la toilette du mort avant l’enterrement est un rite compliqué qui doit être accompli par des personnes pieuses. Ben Jelloun les appelle tout simplement « les laveurs ». Le traducteur anglais avec « The three people hired to bathe the corpse » négocie au mieux cette difficulté en passant par une glose. Quant à la version arabe, on y trouve « Al hanoutia », terme typiquement égyptien.

25Nous ferons la même remarque à propos de l’exemple ci-dessous :

9) Pendant que nous échangions ces pensées, le Consul hachait méthodiquement quelques feuilles sèches de kif sur une planche conçue à cet effet. Au début, je n’avais pas fait attention. Ses mains travaillaient sans hésitation, avec patience et métier. Il bourra une première pipe, l’alluma, tira une bouffée puis éjecta la petite braise. Il dit, comme s’il s’adressait à lui-même: « C’est bon », bourra une pipe et puis me la tendit:
– Je ne sais pas si vous aimez ça! Je crois qu’il est de bonne qualité (84)
As we talked, the Consul methodically chopped some dried marijuana leaves on a board designed for the purpose. I paid no attention at first. His hands moved with patience and skill. He filled a pipe, lit it, inhaled deeply, then tapped ont the as h. “Good” he said, as if talking to himself. He filled a second pipe and handed it to me. “I don ’t know ifyou ’ll like it,” he said “I think it ’s good quality (78)

même si le lecteur n’a pas accès à l’univers des fumeurs du Kif dans des petites pipes en terre cuite.

26Il existe un autre problème qui tend à compliquer la tâche du traducteur de la littérature marocaine d’expression française. Il s’agit de la co-existence de registres différents, souvent dans les discours imagés :

10) Nez à nez avec lui, je ne regardais pas le ciel mais je déchiffrais les mots et dessins sur le mur. Je ne lui parlai pas. Je lisais à voix haute ce qu’il y avait sur le mur : « L’amour est un serpent qui glisse entre les cuisses »... « Les couilles sont des pommes tendres »... « Ma verge se lève avant le soleil » (76)

I stood face to face with him, not looking at the sky, but trying to decipher the words and drawings on the wall. I didn ’t speak to him. I read out loud what was written on the wall: “love is a snake slithering between thighs” “Balls are tender apples " “My cock rises before the sun" (71)

27En choisissant Balls et my cock, il donne au texte une meilleure harmonie que l’original. La traduction arabe se contente de reprendre des termes qu’on utilise pour décrire l’anatomie de l’homme. En revanche, dans l’exemple qui suit, les deux traducteurs commettent un contresens :

11) Je t’ai trouvé un homme, il est veuf mais encore bien baraqué. Ses outils sont impressionnants. Il cherchait une orpheline, une femme sans attaches, une femme seule au monde. (131)
l’ve found a man for you. A widower, but still in good shape. Impressive resources. He was looking for an orphan girl, an unattached woman, someone alone in the world. (122)
Image 100000000000016200000020A8EB8D81D2CB011C.jpg(102)

  • 14 Notre collègue C. Wecksteen nous signale qu’en anglais, on peut faire des jeux sur le mot tool. Ell (...)

28Il est évident que pour un Marocain Ses outils sont impressionnants renvoie au sexe masculin14.

29Enfin, nous ne saurions examiner les traductions de La nuit sacrée sans évoquer le problème de l’intertextualité, qui constitue un des traits marquants de la littérature marocaine d’expression française. Au-delà du titre du roman, qui renvoie à la révélation du coran au cours de la 27e nuit du ramadan, l’intertextualité joue un rôle essentiel dans La nuit sacrée. Elle prend des formes différentes allant de la simple citation à la parodie en passant par l’allusion. Si l’on admet qu’aucun texte ne peut s’écrire ex nihilo, que chaque texte est un intertexte, il faut admettre également que les relations intertextuelles peuvent rendre les textes opaques. L’exemple le plus flagrant est celui de la citation :

12) Nous sommes les enfants, les hôtes de la terre.
Nous sommes faits de terre et nous lui reviendrons.
Pour nous, terrestres, le bonheur ne dure guère,
Mais des nuits de bonheur effacent l’affliction (41)
We are the children, the guests of the earth
Of earth we are made, to earth we will return
Here on this earth, happiness lasts not
But nights of joy erase the pain (37)

30Ici Ben Jelloun traduit lui-même un poème d’Al-Ma’arri (973-1057), grand poète arabe auteur, entre autres, de Risalat al-Ghufran (Epître du pardon). Contrairement au traducteur anglais, la traductrice égyptienne ne fournit aucune traduction. Il eut été plus judicieux de citer l’original, surtout que l’auteur fait référence au livre plusieurs fois :

13) « Je suis Risalat al-Ghufran, Epître du pardon, un livre fondamental que peu de gens ont vraiment lu, j’ai été écrit en l’an 1033, et mon créateur est né à Ma’rat al Nu’man, en Syrie du Nord, dans la région d’Alep... Je suis un livre difficile où les morts dialoguent, où les comptes sont réglés à coups de diatribes poétiques, où le séjour au paradis est plus long que celui en enfer... » (98)
“I am Risalat al-Ghufran, the Epistle of Forgiveness, a most important book, which few have actually read. 1 was written in 1033, my creator was born in Ma ’rat al-Nu ’man; near Aleppo, in northern Syria. I am a difficult book, in which the dead converse, arguments are settled through poetic diatribes, and the sojourn in paradise is longer than the sojourn in hell.” (90)

31Mais à l’instar de Salman Rushdie, Ben Jelloun, probablement pour régler des comptes avec les fondamentalistes, cite des références littéraires dans le roman :

14) « C’est un sacrilège de s’identifier à une œuvre. Se prendre pour les Jours de Taha Hussein ou la Comédie humaine de Balzac, quel culot : Moi je ne suis qu’un lecteur, un pauvre lecteur du Coran... » (98)
It’s a sacrilege to call yourself a work of literature, to prétend to be Taha Hussein ’s Days or Balzac’ s La Comédie Humaine. What nerve! Myself, I’m just a poor reader of the Koran. (90)
15) Toute religion n’est-elle basée sur la culpabilité? Moi, j’ai renoncé, je suis une renoncée dans le sens mystique, un peu comme Al Hallaj. (83)
Isn’t every religion based on guill? I have renounced the world withdrawn from it in the mystical sense, rather like al Hallaj. (76)

32Si la traduction ne pose aucun problème, le sens d’intention de l’auteur pour un lecteur sans un « bagage culturel » demeure inaccessible. Prenons le renvoi à Al Hallaj, combien de lecteurs entreprendront des recherches pour découvrir que Mansour Al-Hallaj Hallaj (857/922) à Bagdad, était un grand mystique du soufisme, que sa poésie est considérée, encore aujourd’hui, comme une hérésie par de nombreux islamistes ? Là encore se pose la question de la nécessité d’annoter la traduction.

33Ben Jelloun fait appel également à la parodie comme forme d ’ intertextualité. C’est plus anecdotique mais ce procédé révèle toute la difficulté pour un lecteur, sans une double culture, de la déceler :

16) Ami, j’espère que cette lettre vous parviendra alors que vous êtes en bonne santé. Ici, comme vous le savez il ne me manque que la vue de votre visage. De mon attente à votre retour, l’étendue d’une mer bleue. Je vous baise les mains. (153)
Friend, I hope this letter finds you in good health. Here, as you know, ail I lack is the sight of yourface. Between my wait andyour return lies an expanse ofblue sea. Ikissyour hands. (145)

34La phrase Ici, comme vous le savez il ne me manque que la vue de votre visage, est une traduction de l’arabe d’une expression figée qui fait rire tous les Marocains. Elle est souvent utilisée au début des lettres par les personnes qui maîtrisent assez mal l’arabe classique. Elle est souvent reprise par les humoristes pour se moquer d’un certain style épistolaire. Aucun des deux traducteurs n’a vu la parodie. La traduction fidèle au niveau du lexique Here as you know, ail I lack is the sight of your face ne produit malheureusement aucun effet.

5. Pour ne pas conclure

35Cette étude nous a permis de mettre en évidence les problèmes que rencontre le traducteur, surtout quand il n’a pas la double appartenance culturelle de l’auteur, et la nécessité d’accompagner le texte de procédés paratextuels. Elle nous a permis également de mettre à l’épreuve les binarismes et la négociation en matière de traduction. Après l’Inde et le Maghreb, notre prochaine étude devrait porter sur l’Afrique noire afin de dégager des invariants pour la traduction interculturelle. Il serait également très intéressant de se pencher sur les écrits de la génération « issue de l’immigration ».

Bibliographie

Références bibliographiques

Abou, S., L’identité culturelle, Paris, Anthropos, 1986.

Alaoui, A., Identité culturelle du Maghreb, Rabat, Publications de la faculté des Lettres et des Sciences humaines, 1991.

Ballard, M., Versus : la version réfléchie. Repérage et paramètres, Gap, Ophrys, 2003.
« Les stratégies de traduction des désignateurs de référents culturels », in La traduction, contact de langues et de cultures (1), 2005, p. 125-152, Arras, Artois Presses Université.

Bassnett, S., Trivedi, H., Post-colonial Translation, London, Routledge, 1999.

Bastide, R., Le prochain et le lointain, Paris, l’Harmattan, 2000.

Bernabé, J., et al, Éloge de la créolité, Paris, Gallimard, 1989.

Chevalier, D, Les Arabes, du message à l’histoire, Paris, Fayard, 1995.

Cuche, D., La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La découverte, 1996.

Eco, U., Mouse or Rat ? Translation as Negociation, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 2003.

El Kaladi, A., « Acculturation et traduction », in La traduction, contact de langues et de cultures (1), Arras, Artois Presses Université, 2005, p. 153-168.

Gontard, M., Le Moi étrange, littérature marocaine de langue française, Paris, l’Harmattan, 1983.

Khatibi, A., Figures de l’étranger dans la littérature française, Paris, Denoël, 1987. Penser le Maghreb, Rabat, SMER, 1993.

Ladmiral, J. R., Lipiansky, E. M., La communication interculturelle, Paris, Armand Colin, 1989.

Lévi-Strauss, C., Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1973.

Liauzu, C., Race et civilisation, l’autre dans la culture occidentale, Paris, Syros, Alternatives, 1992.

Méjri, S. et al, Traduire la langue, traduire la culture, Paris, Maisonneuve et Larose, 2003.

Memmi, A., Portrait du colonisé, Paris, Gallimard, 1957.

Miquel, A., Les Arabes, l’Islam et l’Europe, Paris, Flammarion, 1991.

Pym, A., Pour une éthique du traducteur, Arras, Artois Presses Université, 1997.

Shayegan, D., Le regard mutilé, schizophrénie culturelle : pays traditionnels face à la modernité, Paris, Albin Michel, 1989.

Venuti, L., « Traduction, intertextualité, interprétation » in Traduire l’intertextualité, 2006, p. 17-42. Palimpsestes, 18, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Corpus

Ben Jelloun, Tahar, La nuit sacrée, Paris, Seuil, 1987.
The Sacred Night, traduction de Alan Sheridan, Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press, 2000.
Laylato al Kadr, (Image 1000000000000031000000140A4DB2F07E41537B.png) traduction de Zahira Al Bili, Madbouli, Le Caire, 1993.

Notes

1 On ne rappellera pas ici les différents phénomènes qui se rapprochent de l’acculturation. Voir à ce sujet Poirier (1972).

2 On lira les mêmes observations chez Laroui, qui affirme dans L’idéologie arabe contemporaine qu’une « grande partie de la littérature française-nord-africaine est transitoire, circonstancielle, peu expressive parce qu’elle se conçoit comme un rameau régionaliste d’une culture centrée ailleurs et qui seule l’approuve ou la désapprouve ». (1977 : 176)

3 La revue Souffles a été interdite par le pouvoir marocain. On peut consulter les numéros de cette publication sur : www.laabi.net

4 Après 50 ans d’indépendance, le taux d’analphabétisme au Maroc n’a que faiblement régressé.

5 Il existe également au Maroc une littérature d’expression espagnole, car le nord et le Sahara Occidental ont été occupés par l’Espagne. Aussi étrange que cela puisse paraître, pour l’écrivain marocain, l’Espagne n’est pas l’ancien pays dominateur. Probablement à cause de la présence arabe en Andalousie, les univers marocain et espagnol se complètent et se mêlent intimement.

6 Faute de place, on ne pourra pas passer en revue toutes les critiques adressées à cette littérature. À propos de mépris, Rachid Boudjedra note : « Parfois, cependant, nous méritons ce mépris, et certains écrivains maghrébins de langue française y ont largement contribué. Ils ont fait et font encore dans l’image « Fatma-palmier-ciel-bleu-à-la fontaine... » (FIS de la haine, 1992 : 25).

7 On notera toutefois que pour la majorité des écrivains du Maghreb, le pays d’origine reste la seule inspiration. Même Ben Jelloun, prix Goncourt, n’a pas écrit de roman qui parle de la France, où il vit depuis plus de 30 ans.

8 Nul ne peut prédire l’avenir de la langue française au Maroc. Avec le retour du fondamentalisme, cette langue peut paraître non seulement la langue de l’ancien colon mais aussi celle des mécréants.

9 Voici la position de T. Ben Jelloun sur son site officiel www.taharbenjelloun.org : « Pourquoi ne l’ai-je pas fait en arabe ? Parce que je ne maîtrisais pas cette langue au point d’en faire ma langue de création. Comme tous les gens de ma génération j’ai eu une formation bilingue. Très vite la langue de l’étranger a pris le dessus sur la langue de la mère. Au départ j’en faisais un jeu, je voulais prouver que j’étais capable de briller dans la langue du colon, mais c’était en même temps la langue de Voltaire, de Montaigne, de Genet, de Rimbaud etc. j’ai oublié le colon et je me suis plongé dans les œuvres de ces grands génies de la langue française. À aucun moment je n’ai eu le sentiment que je m’égarais, que je trahissais ma patrie, ma culture d’origine. Au contraire, je me suis senti fier, car pour moi, jamais je n’ai douté de mon arabité, de ma marocanité, je n’ai jamais senti que je m’éloignais de mes racines. »

10 Dans les Caraïbes, le même phénomène a trouvé un nom : la Créolité. C’est l’agrégat des éléments culturels et civilisationnels venus d’ailleurs (européens, africains), que l’Histoire a réunis sur la même terre. La créolité est une annihilation de la fausse universalité, et de la pureté. En réhabilitant la tradition orale, longtemps délaissée au profit de l’écrit, et en opposant une fin de non-recevoir à la négritude, les auteurs de l’Éloge de la créolité peuvent affirmer que « nous sommes Parole sous l’écriture ».

11 Cela étant dit, on remarquera que certains écrivains continuent de subir le même interrogatoire : Etes-vous un écrivain arabe ou français ? Voici la réponse de Tahar Ben Jelloun : « Suis-je un écrivain arabe ? Cette question, ce n’est pas moi qui me la pose. Ceux qui me demandent si je suis un écrivain arabe ne sont pas toujours malintentionnés. Ils ont raison de vouloir savoir où me classer, où me ranger. En général, ceux qui vous posent des questions à propos de votre identité sont de la police ou de la gendarmerie. L’identité n’est pas simple à établir. Établir une identité c’est établir une adéquation entre le nom, le prénom et celui qui les porte. Mais en littérature, l’identité peut être trompeuse surtout quand on définit un écrivain par la langue qu’il parle et dans laquelle il écrit, la langue de la mère et du pays natal.

12 Nous nous inscrivons en faux contre l’affirmation de Chevalier pour qui est arabe « celui qui d’abord parle l’arabe. Cette langue a été sacralisée par la révélation coranique. Elle en garde la puissance spirituelle, l’extraordinaire élan poétique et la force missionnaire. Au XXe siècle, elle a été adaptée à la modernité par les nouveaux modes d’éducation et de transmission idéologique... Elle est garante de la permanence islamique, de l’immédiateté du message divin... Elle est mémoire grâce à la conscience qu’elle apporte à l’individu pour exprimer son identité par référence à un groupe agnatique, et par la possibilité de sublimer cette limite sociale au sein d’une religion universaliste » (Chevalier, 1995 : 51). Cette définition enferme des peuples dans une religion, l’Islam. Elle exclut tous ceux qui parlent arabe et qui ne sont pas musulmans (les chrétiens palestiniens, syriens et irakiens). Pour nous, « être arabe » est une abstraction. Il n’y a que des Marocains, Algériens, Tunisiens...

13 Pour des raisons purement techniques, nous n’avons pas pu reproduire tous les exemples en arabe. Nous nous contenterons des passages « incriminés ».

14 Notre collègue C. Wecksteen nous signale qu’en anglais, on peut faire des jeux sur le mot tool. Elle nous a communiqué l’exemple suivant : un personnage féminin plantureux du film Diamonds are forever, Plenty O’Toole, devant laquelle Bond ne peut s’empêcher de dire : « Named after your father, I trust ». « Plenty O’Toole » renvoie (avec une légère modification orthographique) à « plenty of tool », où « tool » signifie « pénis ». La réplique de Bond fait donc référence, non seulement au patronyme du père, mais aussi au fait que ce dernier devait être « bien monté ». Dans la version doublée en français, le personnage féminin a pour nom « Abondance Delaqueue ».

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search