Version classiqueVersion mobile

La traductologie dans tous ses états

 | 
Corinne Wecksteen
, 
Ahmed El Kaladi

Traduire les textes nobles, traduire les textes ignobles : une seule ou deux méthodes ? De Schleiermacher au XXIe siècle

Claude Bocquet

Texte intégral

1. La traduction littéraire est-elle la traduction noble ?

1Bien avant que ne naisse la traductologie, science qui étudie le phénomène du traduire dans la société par la méthode descriptive propre à toutes les sciences, de la nature ou de l’homme, fondées sur l’observation, la définition, l’induction et la déduction, comme l’a bien montré le colloque organisé par Michel Ballard en 2003 sous le titre « Qu’est-ce que la traductologie ? », on a souvent raisonné, sans le dire ou même souvent sans le remarquer, en envisageant comme objet d’observation la seule traduction des textes littéraires. On peut définir les textes littéraires, et cela d’une façon assez consensuelle, comme les textes qui sont le fruit de la créativité individuelle et artistique ou esthétique de l’homme. On ne s’est intéressé qu’ultérieurement, et marginalement, aux autres types de textes, qu’ils soient descriptifs de la réalité comme ceux des sciences, ou performatifs comme ceux des ordres, des lois ou des contrats. Bref, restons-en là car notre objectif n’est pas de créer une nouvelle et énième typicité des textes à traduire.

2Mais plus sournois est le jugement de valeur implicite, voire inconscient là encore, qui consiste à considérer que la traduction des textes littéraires est la seule traduction noble, parce que c’est son objet qui est noble, étant donné le caractère de créativité individuelle des textes traduits, à défaut que la traduction de ces textes participe directement elle-même de cette créativité. La traduction portant sur les autres textes ne serait pas noble parce que ces textes ne sont pas le fruit de la créativité individuelle et visent des objectifs présumés concrets et pratiques.

3Une double question se pose ici. Tout d’abord, les différents auteurs qui ont écrit sur la traduction au fil des temps, et jusqu’aux traductologues contemporains, considèrent-ils qu’il y a identité entre traduction littéraire et traduction noble ? Ensuite, seconde question parallèle, si la réponse est oui à la première, ont-ils de la sorte constitué deux réflexions distinctes sur les méthodes du traduire correspondant aux textes littéraires et donc nobles, d’une part, et aux textes qui ne le sont pas, d’autre part ?

4La question n’est certes pas nouvelle, tant s’en faut, mais elle reste iconoclaste parce qu’elle jette une lumière crue sur une question sournoise et latente et dépasse de loin la problématique, vraiment scientifique quant à elle et largement débattue, des types de discours en traduction, d’Edmond Cary à Katharina Reiss.

5Cette question fâche beaucoup de monde car elle poursuit chacun jusque dans le jardin secret de certitudes d’autant plus péremptoires qu’elles se fondent sur des habitudes de pensée injustifiables d’un point de vue logique, sur « l’expérience première placée avant et au-dessus de la critique » (Bachelard 1938 : 23), sur cet obstacle épistémologique que Bachelard appelait aussi la connaissance générale (Bachelard 1938 : 55) des évidences affirmées sans esprit critique par la répétition des habitudes de pensée acquises par chacun de l’école à l’Université.

6Contribuer un tout petit peu à épurer nos conceptions en la matière, c’est pratiquer une de ces catharsis nécessaires pour avancer dans la connaissance, surtout dans la période actuelle où semble naître un nouveau scepticisme : la traductologie serait en panne d’idées et tournerait en rond, dit-on quelquefois.

a) Schleiermacher

7Schleiermacher, le philosophe allemand, père de l’herméneutique et traducteur en allemand de toute l’œuvre de Platon, prononça en 1813 devant l’Académie royale de Berlin le très célèbre discours « Des différentes méthodes du traduire ». Il est réputé y avoir tranché la question définitivement et brutalement. Parlant de la traduction que nous qualifierions de pragmatique, il nous dit :

... dans ces domaines, la traduction est une activité quasiment mécanique qui, avec une connaissance moyenne des deux langues, peut être exercée par n’importe qui ; si l’on évite ce qui est manifestement faux, il y a ici peu de différence de qualité. (Schleiermacher 1999 : 39)

8Et il pense que c’est exactement le contraire pour tous les textes nobles des arts et des sciences.

9Or on remarquera que Schleiermacher, qui a été le traducteur allemand de toute la noble œuvre de Platon, ne s’est jamais sali les mains à traduire des textes commerciaux, textes dont à vrai dire il n’a manifestement aucune idée ; et on peut se demander bien évidemment s’il aurait dit la même chose dans l’hypothèse contraire. La grande majorité des traducteurs contemporains sourient certes de cette conception de Schleiermacher, dont le seul objectif semble être finalement d’opposer le travail noble, qui a bien sûr été le sien, au travail presque ignoble des autres traducteurs, qui doivent assurer la communication ordinaire et synchronique.

10Cela étant, on aura remarqué que si Schleiermacher oppose violemment traduction du noble et traduction de l’ignoble pour en conclure que les méthodes elles-mêmes doivent être radicalement différentes, purement mécanique dans un cas, raisonnée dans l’autre, il ne fait pas de la traduction littéraire la seule qui soit noble, et cela a pour conséquence qu’il applique la même méthode à la traduction littéraire et à la traduction scientifique... or il semble bien être le seul de cet avis. On peut se demander, une nouvelle fois, s’il a pris la peine pour poser une telle affirmation de se rapporter à l’observation de quelque phénomène que ce soit.

11Mais alors que pensent aujourd’hui les traducteurs universitaires ?

b) Mounin, Cary, l’école allemande de Katharina Reiss et l’écho contemporain d’avant la traductologie

Mounin

12Si la position de Schleiermacher est claire et sans appel, la position des traducteurs et des traductologues contemporains ne peut être déduite qu’au coup par coup, et il faut bien souvent traquer les auteurs pour leur faire avouer leur vérité.

13Georges Mounin, qui dut écrire une thèse tardive, et sous la direction du grand linguiste André Martinet (Mounin : 1963), fut ainsi transformé, on le sait, en chantre d’une traduction relevant de la linguistique appliquée, à une époque où l’Université n’offrait aucune autre voie permettant d’aborder la traduction : il déclara ainsi croire à l’avènement de la machine à traduire (Mounin 1960 [1976] : 261-271), ce qui semble parfaitement logique dès lors qu’il analyse la traduction comme la mise en équation de deux phénomènes de langue. Or il fut amené en 1963 à émettre une importante réserve en écrivant un célèbre article « Pourquoi la traduction automatique exclut les textes littéraires » (Mounin 1963 [1976] : 121-138).

14Avec une merveilleuse naïveté (peut-être affectée ?), il nous montre que les textes littéraires sont pleins de connotations, alors que les autres n’en comportent aucune (Mounin 1963 [1976] : 137-138), ce qui rend la traduction inaccessible à la machine... À vrai dire, il semblait ainsi ne connaître guère mieux que Schleiermacher les textes pragmatiques.

15Bref, pour Mounin, la traduction littéraire restera à tout jamais humaine alors que la traduction vulgaire, c’est-à-dire tout le reste, se fera un jour à la machine. N’est-ce pas le plus parfait des critères de démarcation entre le noble et le non noble, même si Mounin s’appuie sur l’argument de la connotation, argument linguistique, et donc relevant de l’objectivité scientifique ?

16Mais ne serait-ce pas aussi chez lui le souvenir de la noblesse littéraire du temps où il écrivait « Les Belles Infidèles » (Mounin 1955 [1994]) sans avoir encore besoin de la linguistique.

Cary

17Dans « La traduction dans le monde moderne », Cary se fait le défenseur de la très célèbre théorie de la traduction qu’on a plus tard qualifiée de théorie communicative axée sur le produit de traduction envisagé. Il défend ainsi neuf types de traduction 1. la traduction littéraire, 2. la traduction poétique, 3. la traduction de livres pour enfants, 4. la traduction théâtrale, lyrique, et radiophonique, 5. la traduction cinématographique, 6. la traduction de presse, 7. la traduction technique, 8. la traduction commerciale, 9. la traduction officielle (militaire, diplomatique, administrative, judiciaire, etc.) (Cary 1956 : 65-143).

18On remarquera ici que le neuvième et dernier type est un ensemble extrêmement diffus construit sur un critère sociologico-fonctionnel, où l’on ne distingue qu’avec difficulté la typicité d’un discours unique. Cary n’envisage pas encore ce que sera la traduction juridique, domaine de pointe aujourd’hui (voir : La traduction juridique, 2002, colloque du Grejut (2000), ses 47 contributions et ses centaines de références), mais il faut bien dire que les critères de la traduction juridique d’aujourd’hui (mode descriptif, mode performatif et mode syllogistique (Bocquet 1994 : 19, 33, 39)) relèvent de critères linguistiques : Cary aurait eu de ce fait bien de la peine à les admettre.

19L’analyse de Cary semble donc beaucoup plus diversifiée et ne pas céder au manichéisme bipolaire habituel. Mais parlant de la machine à traduire, Cary écrit dans un article de 1957, au demeurant cité par Mounin :

Ce monstre... La machine ne pourra jamais traduire la poésie ou la belle littérature... (Mounin 1957 : 122-123)

20Cela va exactement dans le sens de Mounin, l’ami personnel et étemel adversaire scientifique de Cary. Mais Cary nous dit encore :

Lorsque, dans la conversation ou dans une étude, on fait allusion à la traduction en général, il y a de fortes chances pour que ce soit à la traduction littéraire que l’on pense et à elle seule. (Cary 1955 : 65)

21La formule de Cary résume particulièrement bien la réalité du non-dit qui sous-tend notre présente démarche.

22En somme, Cary, praticien de l’interprétation de conférence, n’est pas dupe, contrairement à certains de ses contemporains, de cette dérive qui consiste à construire toutes les théories de la traduction sur un secteur qui représente moins de vingt pour cent de sa pratique.

Katharina Reiss

23Katharina Reiss rejette les classifications de Mounin et de Cary, largement reprises en Allemagne par Kade ou Jumpelt (Reiss 2002 : 20-21), parce que

Non seulement ces travaux donnent une définition contestable des types de textes dont ils traitent, mais il faut prendre conscience du risque qu’il y a à extrapoler, c’est-à-dire à appliquer leurs constitutions à tous les types de textes. (Catherine Bocquet, préface à Katharina Reiss, p. 8)

24S’appuyant sur les travaux du linguiste Karl Bühler (Sprcichtheorie, 1934), qui distingue trois fonctions fondamentales du signe linguistique : 1 ’ information, l’expression et l’incitation, Katharina Reiss propose une classification fonctionnelle des textes à traduire, les textes à dominante informative (Reiss 2002 : 44), les textes à dominante expressive (Reiss 2002 : 48), les textes à dominante incitative (Reiss 2002 : 57).

25C’est là une manière radicale de rompre avec le dualisme du noble et du non noble. Mais il n’en reste pas moins que les textes à dominante expressive correspondent presque exactement aux textes qui chez d’autres sont les textes littéraires nobles. Mais si, chez Katharina Reiss, les textes littéraires ne sont pas définis comme les textes nobles, cela tient au fait que sa typologie est ternaire et non binaire comme la plupart des autres. On remarquera pourtant avec quelque amusement que, dans son grand livre de 1972, Katharina Reiss crée une sous-catégorie spéciale, celle des « romans de gare », à savoir les ouvrages de fiction mais qui n’ont pas la vraie noblesse du littéraire. Dans de tels livres, le récit brut et les faits matériels sont la seule chose qui intéresse le lecteur et la valeur esthétique de l’ouvrage est sans importance (Reiss 2000 : 53). Dès lors, ces romans de gare seraient des textes à dominante informative et non expressive. Katharina Reiss renoncera d’ailleurs plus tard à cette nuance.

c) Les aléas de la traduction dite technique

26La littérature traductologique dominante, surtout en France, de la fin de la guerre jusqu’à aujourd’hui, oppose implicitement ou explicitement la traduction littéraire, dont la plupart des traducteurs et traductologues sont issus de par leurs études universitaires de lettres, à ce que ces mêmes traducteurs et traductologues appellent la traduction technique (Durieux 1999 : 15) (de Dax 1997 : 505), mais la particularité de cette traduction, qualifiée par eux de technique, semble surtout tenir au fait qu’en bons littéraires ils en ignorent tout. Preuve en soit le fait qu’ils mettent dans cette catégorie des types de traduction complètement opposés, et surtout qui nécessitent des approches et des traitements complètement différents.

27Or on constatera là encore que Cary réservait au contraire le concept de traduction technique à la seule traduction des textes qui parlent de sciences exactes ou de l’usage technique de ces sciences et qu’il ne tombait pas ainsi dans la dérive bipolaire.

28À cet égard, Françoise de Dax va jusqu’à la conséquence extrême de cette conception dualiste en laissant entendre qu’il n’existe absolument rien entre la traduction littéraire et la traduction technique, lorsqu’elle écrit :

Traduction littéraire et traduction technique sont donc devenues des activités d’égale importance à l’aube du troisième millénaire. Il est de notre devoir, dans les instituts, de ne pas privilégier l’une au détriment de l’autre, (de Dax 1997 : 505-506)

29Christine Durieux, quant à elle, nous dit :

Souvent le texte technique est défini par opposition au texte littéraire ; ainsi se trouve regroupé sous cette étiquette « technique » tout ce qui n’est pas réputé littéraire, à vocation strictement esthétique [...] Aux fins du présent développement, la traduction technique s’entend comme la traduction de textes traitant de sujets qui relèvent de domaines scientifique, technologique, juridique, etc. bref, tout texte de portée utilitaire ayant un rôle à jouer dans la vie économique du pays (Durieux 1999 : 15).

30Nul ne saurait critiquer scientifiquement une définition, puisque nous savons depuis Aristote que toute définition est arbitraire par nature parce que posée a priori par le sujet, mais on doit constater qu’une telle définition de la traduction technique n’a aucune utilité pour mettre sur pied une méthode de traduction.

31Si, au contraire, l’on ne met dans la traduction technique, comme le faisait Cary et comme le fait dans son sillage l’Ecole de Genève, que la traduction des textes qui parlent de sciences exactes ou de l’usage technique de ces sciences, on a affaire d’un point de vue linguistique à un signifié qui devra être le même dans toutes les langues qui l’exprimeront. La description d’un moteur d’avion contient un signifié qui est exactement le même dans toutes les langues et ne peut varier au gré des cultures.

32La traduction des textes juridiques à l’extrême opposé a pour particularité de nécessiter une inflexion du signifié (Bocquet 1994 : 7) dans une phase intermédiaire entre le décodage du texte source et son réencodage dans la langue-cible pour tenir compte de la comparaison nécessaire d’institutions différentes (Bocquet 2000 : 16). La traduction juridique fait l’objet depuis quelques années d’un nombre impressionnant de publications, connues des spécialistes... de la traduction juridique, mais cette traduction spécialisée est souverainement ignorée de la plupart des autres traducteurs et traductologues, même si certains d’entre eux en parlent et, en bons littéraires, la traitent avec l’ignorance et le mépris qu’ils ont d’une façon toute générale à l’égard de la science juridique elle-même. Traduction technique, traduction juridique, voilà deux types de traduction à l’extrême opposé. Que peuvent-elles bien avoir en commun ? Ne pas être littéraires. C’est-à-dire, comme nous l’avons vu, ne pas être la traduction noble d’œuvres de création de l’esprit humain mais des textes qui ne font que décrire un phénomène (ce qui correspond d’ailleurs simplement à la définition du texte scientifique) à moins qu’ils ne participent au phénomène lui-même, comme c’est le cas pour les textes législatifs relevant du mode performatif.

33On remarquera enfin que s’il peut ainsi sembler abusif de parler de traduction technique dans ce sens fourre-tout, dont le seul élément commun est finalement une fois encore d’être des textes non nobles au sens des traducteurs littéraires, il est en revanche possible de parler de traduction littéraire parce que c’est là un concept qu’il est possible de définir précisément ; répétons-le, il s’agit de la traduction des œuvres de création de l’esprit (monde du sujet), ce qui l’oppose à la traduction des textes scientifiques (monde de l’objet). Une raison de plus pour rejeter la position de Schleiermacher, qui les réunit selon le seul critère qu’il connaissait : le caractère noble et le caractère non noble.

34Dès lors qu’on a une définition de la traduction littéraire, on pourrait bien sûr par un simple a contrario donner une définition de la traduction des autres bizarrement qualifiée de technique. C’est un simple procédé logique : traduction de tous les textes qui ne constituent pas le fruit d’une œuvre créatrice de l’esprit. Mais on s’aperçoit qu’on tourne alors en rond, une telle catégorie générale restant parfaitement inutile pour les traducteurs et les traductologues.

d) Le sort des Ecoles avec théorie de la traduction

35Celles des écoles qui ont établi leur propre théorie de la traduction (c’est le cas par exemple de l’ESIT) ne disent jamais l’avoir fait dans la perspective de la traduction des textes littéraires, et pourtant. Elles sont d’ailleurs de bonne foi car cela va de soi étant donné le parcours personnel de la plupart de leurs professeurs.

36Preuve en soit qu’elles en arrivent toutes, après quelques années ou quelques décennies, à créer un petit secteur, marginal et un peu honteux, où l’on enseigne ce qu’elles appellent, bien à tort et nous avons vu pourquoi, la fameuse traduction dite technique, pour assurer un avenir professionnel à leurs diplômés, parce que la traduction littéraire ne nourrit pas son homme, dit-on (mais à vrai dire cela tient peut-être simplement au fait que la création littéraire elle-même ne le nourrit guère mieux). Ces enseignements de traduction « technique » sont tournés vers la terminologie mécanique présumée, à tort mais cela rassure les littéraires, être la seule chose importante pour les textes non littéraires. Mais finalement ces écoles font l’impasse sur une question particulièrement grave : pourquoi leur théorie générale censée universelle ne marche-t-elle pas dans ces cas qu’ils appellent techniques ? Nous ne pouvons nous empêcher de penser que cela tient au fait que la théorie de ces écoles n’a jamais sérieusement envisagé autre chose que la traduction des textes littéraires.

37À cet égard Marianne Lederer, dans « La traduction aujourd’hui », se trahit dès les premières pages de son avant-propos. Elle affirme d’abord que la théorie communicative axée sur le processus considère que toutes les traductions sont de même nature et qu’il n’y a ainsi pas de traduction spécialisée.

La démarche de tout bon traducteur est fondamentalement la même quelles que soient les langues et quels que soient les textes en cause. (Lederer 1994 : 9)

38Mais par la suite elle ne cesse de parler d’œuvres et d’auteurs. Or ce ne sont guère des termes que l’on utilise naturellement à propos des auteurs de modes d’emploi, de fiches techniques ou d’arrêtés ministériels, lesquels textes ne sauraient être des œuvres (Lederer : 9-10), chacun en conviendra.

39Le paradoxe tient également à ce que la plupart des étudiants qui entrent à l’ESIT, ou dans n’importe quelle autre école universitaire de traduction d’ailleurs, envisagent, à tort ou à raison, une formation professionnelle pratique destinée à apprendre à traduire essentiellement des textes à usage commercial et donc pas du tout littéraire. Ceux des futurs étudiants universitaires qui envisagent au contraire de traduire des textes littéraires s’abstiennent, hélas, d’apprendre les techniques de la traduction et préfèrent se livrer immédiatement à une traduction inspirée et profonde, quitte à ignorer que Cicéron s’est déjà penché sur le sujet des méthodes de traduction et qu’il existe en la matière une littérature prodigieusement abondante. Ils préfèrent réinventer chaque matin ce que l’on sait depuis l’Antiquité.

e) Quelques avis issus de l’analyse littéraire

– Les traducteurs littéraires contemporains

40Auditeur quotidien de France Culture, j’ai toujours été surpris et amusé d’entendre jour après jour s’exprimer des traducteurs littéraires, qui font tous état de leur expérience comme leur ayant fait découvrir les grands problèmes profonds de la traduction, dont ils considèrent qu’ils n’ont encore jamais été théorisés sérieusement par personne. Certains de ces problèmes semblent pourtant avoir été soulevés et parfois résolus par Cicéron, par Dolet, par les traducteurs de Port-Royal ou par les traducteurs des Belles Infidèles. Ces traducteurs inspirés ignorent également bien sûr jusqu’à l’existence de la littérature traductologique et universitaire contemporaine. Pour eux, cela n’existe pas parce que cela ne doit pas exister et serait une injure à la littérature.

– À propos d’une contestation littéraire de la traductologie

41Un auteur qui signe EV de Paris, France, et dont on nous dit qu’il « travaille dans une maison d’édition parisienne », a publié dans la revue Meta Vol 40, n° 3 de 1995, des extraits d’une lettre qu’il a adressée à Alexis Nouss et dans laquelle il nie la pertinence de la traductologie (EV 1995 : 352-353).

42On y rencontre des phrases comme celle-ci :

Qu’est-ce que la traductologie ? Celle-ci se garde bien, somme toute, de nous dire de quoi elle parle passant sans cesse d’un plan à l’autre, sautillant ainsi allègrement du rapport herméneutique à une parole inspirée, à une impossibilité jamais démontrée quant au fond, de restituer un texte dans une langue autre que la sienne. (EV 1995 : 352)

43On aimerait d’autant plus avoir quelques notes de bas de page nous disant à quelles publications notre auteur fait allusion car nous ne reconnaissons aucun traductologue dans ce portrait. Au demeurant notre auteur, qui dit ne pas trouver chez les traductologues une définition de leur discipline, semble en avoir une vue bien à lui : la traductologie serait en quelque sorte le phénomène constitué par le cheminement du travail du traducteur. Il confond ainsi allègrement un phénomène et la discipline (ou science) qui étudie ce phénomène, et pour qui est justifié le suffixe de -logie. Il y a là une simple ignorance de la démarche épistémologique.

44C’est sans doute cette confusion qui fait encore écrire à EV :

Ce qui est frappant avec la traductologie, c’est bien sa surdité même à l’égard de toute la réflexion engagée depuis des lustres par la littérature ou bien encore ses lunettes annexes – poétique, etc. –, réflexion qui vise, au contraire, à montrer que l’univers littéraire se bâtit sur la circulation – pas la circularité, comme le prétendent quelques derridiens de la deuxième génération – de la narrativité : de Frye et son grand Code à Borges ou Kundera, qui n’a pas dit combien des textes étaient universels, au-delà des langues, générant une koiné culturelle par des lectures qu’elle susciterait semblablement de Lisbonne à Prague, de Buenos Aires à Dublin [...]. (EV 1995 : 353)

« textes universels au-delà des langues », cela voudrait-il dire que la pensée littéraire est si supérieure qu’elle n’a besoin de langue ni pour se constituer ni pour se transmettre et peut ignorer jusqu’aux questions qu’elle semble poser ?

45Il s’agit manifestement d’une réflexion de nature purement littéraire, apparemment la seule décemment acceptable pour l’auteur, parce que cela lui semble ne souffrir d’aucune discussion.

46Cette fois la traduction littéraire a une noblesse telle qu’il est interdit de la décrire et que, finalement, elle n’existe pas parce qu’elle est inutile.

– Quelques réflexions de philologues de l’Antiquité

47J’ai dirigé en 2001 un mémoire de maîtrise consacré à diverses traductions de Juvénal (Lia Lambert : 2001) et en particulier celle d’Alain Golomb, qui inaugure une nouvelle orientation, que l’on pourrait qualifier de cibliste, pour la traduction des textes de l’Antiquité, orientation connue à l’âge classique, comme on sait, mais oubliée aujourd’hui pour ce genre de textes. Cet oubli est d’ailleurs assez facilement explicable par le fait qu’à l’époque classique les textes anciens étaient ressentis comme porteurs d’exemples moraux et de connaissances scientifiques supérieures à ceux des temps modernes : il s’agissait donc essentiellement de transmettre un sens. Ils n’ont plus aujourd’hui qu’une valeur esthétique, littéraire et historique : ils n’ont ainsi de valeur que par eux-mêmes et par leur forme, d’où le respect religieux de cette forme.

48Un juré, latiniste et philologue, qui ignorait au demeurant totalement les débats des XVIe et XVIIe siècles sur la traduction des textes de l’Antiquité, a affirmé péremptoirement que la traduction ne saurait en aucun cas être autre chose qu’un simple tuyau permettant de transmettre la beauté de l’antique. Le pire est que tout le monde pouvait être d’accord sur la métaphore du tuyau, bien qu’en l’espèce elle se fût voulue une formule essentiellement destinée à nier la traductologie. Mais, à vrai dire, elle ne permettait en rien d’avancer vers la définition de ce que doit être une bonne traduction des textes anciens. S’il s’agit de fournir une béquille juxta-linéaire qui facilite, par une correspondance mot à mot, le décodage à ceux qui ont appris le latin langue source, et que c’est ça le tuyau, l’entreprise est louable. Je suis moi-même depuis ma jeunesse un lecteur fidèle des textes de l’Antiquité grecque et latine, et j’ai bien souvent recours à ce type de document du style des éditions des Belles Lettres. Mais il ne s’agit pas à proprement parler d’une traduction, laquelle doit viser à remplacer le texte source pour ceux qui ne comprennent pas du tout la langue source : en quoi consisterait alors le fameux « tuyau » de communication dans cette seconde hypothèse ? Tenter de répondre à cette question, c’est rouvrir toute l’histoire des théories de la traduction, de l’Antiquité à nos jours, opposant les partisans du respect du sens aux partisans du respect de la forme de Cicéron aux Belles Infidèles, c’est-à-dire des centaines d’ouvrages et des milliers de pages.

49Bref, quoi qu’il en soit, mon philologue latiniste n’était prêt en aucun cas à entrer en matière sur un tel sujet, dont il apprenait au demeurant le fait scandaleux qu’il eût pu être abordé.

50Il y a bien ici, semble-t-il, une traduction littéraire qui serait noble, mais bizarrement on n’arrive même pas en pareil cas à se faire la plus petite idée de ce qu’est la traduction.

– Et la lecture de l’histoire de l’Académie française

51On doit à Michel Ballard d’avoir eu l’audace de rappeler dans sa contribution à un colloque que j’ai organisé en 1996 sur l’histoire et les théories de la traduction, que la première préoccupation, en tout cas implicite, de l’Académie française (Ballard 1997 : 211) au temps de sa fondation, et qui a largement justifié cette fondation, fut de parler de traduction (Ballard 1997 : 228), d’où sans doute le premier discours de réception qui fut celui de Bachet de Méziriac, intitulé « De la traduction » (Bachet de Méziriac 1635 [1998]). C’est un rôle que Michel Ballard qualifie de « rôle souvent ignoré et sous estimé » (Ballard 1997 : 212). Quel historien de la littérature admettrait aujourd’hui en effet une telle déchéance de l’image de l’Académie ? Nier ainsi la traduction, c’est là encore pousser à l’incandescence l’opposition entre l’activité ancillaire du traducteur et la noblesse infinie de la littérature.

2. Vérification du postulat dominant

52Nous avons mis en lumière, chez bien des théoriciens de la traduction et chez bien des traductologues, le non-dit selon lequel il existe, d’un côté, une traduction noble, qui se trouve être celle des textes littéraires et, de l’autre côté, une traduction qui ne l’est pas, celle de tous les autres textes, quelque nom qu’on lui donne. On a pu constater que le corollaire de tout cela est souvent le rejet de la traduction elle-même, dont le caractère nécessaire dérange parce qu’il semble contredire l’universalité des grandes œuvres.

53Nous avons également remarqué le fait que, pour beaucoup, la méthode pour traduire les textes non littéraires relève d’une question purement technique (mécanique pour Schleiermacher, à la machine pour Mounin, etc.).

54En considérant les choses sous un autre aspect, moins négatif, on pourrait dire que cette forme de traduction se fonderait essentiellement sur un travail de documentation technique relative à la matière traitée, et à sa terminologie rigide, et échapperait aux critères de la culture.

55Au contraire, la traduction littéraire se fonderait exclusivement sur des critères esthétiques, serait inspirée et n’aurait pas besoin de documentation référentielle.

56Voilà qui reste à vérifier, ou à tout le moins à examiner.

a) La traduction non noble est-elle une traduction mécanique ?

Deux exemples classiques

– La traduction juridique

57Nous avons vu que, parmi les traductions non nobles, la traduction juridique fait l’objet de recherches et de publications particulièrement volumineuses. Les textes juridiques font partie de ceux que Katharina Reiss qualifie d’informatifs, mais peut-on pour autant en conclure que leur traduction a un aspect essentiellement mécanique au-delà de la documentation terminologique qu’ils requièrent ?

58Prenons ici un exemple. Au début du XXe siècle, la Suisse a décidé d’unifier son droit privé laissé jusqu’alors à la compétence des cantons et a adopté un code civil. Ce code fut pensé en allemand et traduit en français (avant de l’être également en italien) par un professeur de droit français de l’Université de Berne, Virgile Rossel, par ailleurs écrivain humaniste et critique littéraire (Dullion 1997 : 371 et Dullion 2005 : 230) très connu en son temps. Rossel estima que sa traduction, puisqu’elle n’était pas destinée à servir de simple document sur le droit étranger mais à devenir le droit applicable à toute la partie francophone du pays, devait s’intégrer dans le discours juridique français en tenant compte de la comparaison entre la culture juridique allemande du texte-source et la culture juridique française modèle de la traduction (Dullion 1997 : 375-376). C’est là un processus qu’a étudié l’une de mes étudiantes les plus brillantes, devenue aujourd’hui une collègue, au travers de quelques articles (Dullion 1997 et 2000) qui ont finalement débouché sur une thèse de doctorat présentée à l’Université de Louvain (Dullion 2005).

59Dans le texte français du code civil suisse ainsi réalisé par Virgile Rossel, les « écarts linguistiques » fondés sur cette référence comparée fourmillent.

60Au chapitre des capacités civiles par exemple, le texte allemand nous dit :

Mündig ist, wer das achtzehnte Lebensjahr vollendet hat,

littéralement :

Est majeur, celui qui a accompli sa dix-huitième année

Rossel en a fait :

La majorité est fixée à dix-huit ans révolus,

parce que la culture juridique allemande exprimée dans le BGB (code civil allemand de 1900) organise son discours autour de la personne, alors que le Code Napoléon envisage presque toujours l’institution. Cette traduction non mécanique n’a pourtant rien changé, on le voit, au contenu de la règle de droit.

61Un chapitre du droit de la famille du code civil suisse (dans sa version originale aujourd’hui révisée) s’intitulait « elterliche Gewalt », littéralement « autorité parentale ». Cette notion d’autorité parentale était alors inconnue du droit français. Rossel a donc traduit par « puissance paternelle », d’où le texte assez étrange de l’art. 274 d’alors :

Les père et mère exercent en commun la puissance paternelle pendant le mariage.

62Au livre du droit des successions, le Code Napoléon disait que les enfants (descendants au premier degré) « succèdent par égales portions et par tête » (art. 745 al. 2). La doctrine française avait relevé dès les premiers temps du code que la formule était redondante car « par égales portions » et « par tête » sont des synonymes. Le code civil suisse disait « zur gleichen Teilen », littéralement « par égale portion ». Rossel a traduit « par tête ».

63On pourrait multiplier les exemples. On s’aperçoit ainsi à chaque ligne que la traduction d’un texte juridique, si elle est bien faite, ne saurait être mécanique et linéaire. Elle doit être le reflet d’une pratique culturelle.

64Un jeune traducteur diplômé formé à Genève, mais qui, on l’aura compris, n’était pas des meilleurs, arrivant dans l’administration centrale suisse avec le préjugé des incompétents selon lequel la traduction des textes juridiques est avant tout quelque chose de précis, de linéaire et d’étranger à toute référence culturelle, fut extrêmement surpris de découvrir ce mode de traduction et il s’exprima par un « C’est donc tout à refaire ». Il rendait ainsi le plus bel hommage à Virgile Rossel et à tous les traducteurs compétents qui avaient travaillé avant lui.

– La traduction économique

65C’est là aussi une traduction dont on dit quelquefois qu’elle est des plus techniques et des plus terminologiques. J’ai enseigné la traduction économique d’allemand en français et d’italien en français pendant plus de vingt ans. J’ai dû constater semaine après semaine que le style de discours dans mes trois langues semblait ne rien avoir de commun, même quand les sujets abordés étaient exactement les mêmes. J’ai pu ainsi soulever, après d’autres il est vrai, dans un article paru à Luxembourg en 1991 (Bocquet 1992 : 271-284) et un autre paru à Poznan en 2000 (Bocquet 2000 : 21-27), la question des modèles de discours en traduction économique.

66L’explication est historique. Les premiers économistes français furent en effet des dilettantes, qui étudiaient l’économie comme un art libéral ; deux d’entre eux, parmi les plus illustres, ont laissé des traces définitives sur la pensée économique française tout comme sur son langage et sur sa phraséologie : François Quesnay (Quesnay 1888), au XVIIIe siècle, le père de l’Ecole des Physiocrates, et Clément Juglar (Juglar 1860) au XIXe siècle. L’un et l’autre étaient médecins. Ils ont écrit sur l’économie avec le langage et la phraséologie des médecins. Il est question chez eux du corps économique, organisme disposant de structures ; c’est là une sorte d’anatomie. Cet organisme est soumis à des flux coordonnés, à des mouvements de circulation ; c’est là une physiologie. Cet organisme et son fonctionnement sont quelquefois atteints de perturbations ; c’est là une pathologie. Le rôle de l’économiste est de soigner, de traiter ces perturbations. La phraséologie médicale a survécu jusqu’à aujourd’hui chez tous, je dis bien chez tous, les économistes français.

67Dans les pays de langue allemande, la réflexion économique est apparue dans le milieu des juristes, plus particulièrement dans celui des juristes de l’Ecole historique allemande (Historische Schule). On rappellera en particulier l’œuvre de Wilhelm Roscher (1817-1894), Grundlagen der Nationalökonomie, et celle de Gustav Schmoller (1838-1917), Gnmdriß der Allgemeinen Volkswirtschaftslehre. Ce n’est que très lentement que la science économique a ensuite conquis son autonomie par rapport à la science du droit et, aujourd’hui encore, le phénomène économique est analysé en termes de normes, et les revues économiques allemandes analysent la situation économique par référence au respect des principes et des lois économiques. Il est bien évident que le langage, la terminologie de ce genre de textes sont essentiellement calqués sur ceux des praticiens du droit. En Italie, la source du langage économique est double. Les premiers ouvrages dont la terminologie et la phraséologie ont marqué la science économique étaient des traités de commerce et des livres de financiers lombards, fondateurs de la comptabilité moderne. Mais l’Italie a aussi subi la très forte influence des ouvrages français au ton médical, d’où la phraséologie des ouvrages économiques italiens actuels, où l’on mélange allègrement les références marchandes et comptables avec les références médicales.

68C’est dire que le traducteur des textes économiques doit systématiquement changer de registre. D’allemand en français, il passera du registre juridique au registre médical, d’italien en français du registre mercantilo-médical au registre médical pur et ainsi de suite.

69Rien n’est moins mécanique qu’une telle pratique.

b) Le littéraire inspiré sans références et la culture sans technique ?

70Nous avons vu que les textes non nobles, parce que non littéraires, ne peuvent être traduits mécaniquement sans références culturelles. Le traducteur des textes littéraires peut-il se contenter quant à lui d’un talent d’écrivain et se passer d’un pré-savoir concret, donc méprisable pour certains parce que qualifiable de technique ? Il n’y aurait donc pas de pré-savoir littéraire ?

71Cary semblait étrangement aller dans ce sens. En effet, parlant de traduction technique (au sens étroit chez lui, rappelons-le, et non au sens élargi actuel de tout ce qui n’est pas littéraire) il nous dit :

Située aux antipodes de la traduction littéraire. La notion d’art y passe à l’arrière plan. Ce qui compte par-dessus tout c’est l’exactitude irréprochable du vocabulaire (ne disons pas du langage), la documentation solide, la présentation correcte des questions traitées. (Cary 1956 : 119)

72Ce qui voudrait dire a contrario que la documentation n’est pas nécessaire en traduction littéraire et que l’inspiration esthétique suffit.

73Mais alors comment critiquer sérieusement la célèbre traduction du

to be or not to be, that is the question

de Voltaire par :

Demeure, il faut choisir, et passer à l’instant
De la vie à la mort et de l’être au néant,

si l’on ne connaît pas Corneille, ce qu’il représente pour le public du XVIIIe siècle et ce que pensait Voltaire lui-même des deux grands auteurs de tragédie du siècle précédent ?

74L’inspiration créatrice n’y suffit pas, parce que si la littérature est créative comme tous les arts et la science est purement descriptive, la critique littéraire est science et non art. La traduction est activité humaine, peut-être art, comme le pensait Cary, mais sa description est une science, celle qu’on appelle justement la traductologie, bien qu’on la nomme quelquefois encore traduction, admettant ainsi une polysémie entre un phénomène et la science qui le décrit.

3. Conclusion

75Chacun est libre de croire que les textes littéraires sont les seuls textes nobles parce que les seuls à exprimer la créativité artistique de l’homme. Mais il se trouve qu’un tel jugement de valeur ne nous fournit rien quant aux méthodes du traduire. Bien souvent des méthodes de traduction ont été fondées sur l’établissement d’une typicité des textes. Les seules de ces méthodes qui aient réussi à s’imposer au-delà d’une très brève période sont celles qui ont renoncé à jouer avec les notions de noble contre non noble, de mécanique contre réfléchi, parce qu’à l’évidence les textes non littéraires ne peuvent être traduits sans références à la mise en relation des cultures et les textes littéraires ne peuvent être traduits sans référence à un pré-savoir d’histoire et de critique littéraire. L’histoire et la critique littéraires en tant qu’elles observent et décrivent un phénomène relèvent de la science et non de la créativité esthétique, qui n’est que leur objet d’étude.

Bibliographie

Bibliographie

Bachelard, Gaston, La formation de l’esprit scientifique, Vrin, Paris, 1938.

Bachet de Méziriac, Claude-Gaspar, De la traduction, 1635, reprint, Introduction et bibliographie de Michel Ballard, Artois Presses Université, coll. Traductologie, Arras, 1998.

Ballard, Michel, « L’Académie française et la traduction », in L’histoire et les théories de la traduction, ASTTI, ETI, Berne Genève, 1997, p. 211-231.
Qu’est-ce que la traductologie ? Textes réunis par Michel Ballard, Artois Presses Université, coll. traductologie, Arras, 2006.

Bocquet, Claude, Pour une méthode de traduction juridique, Editions CB, Lausanne, 1994.
« Phraséologie et traduction dans les langues de spécialité », Terminologie et traduction, 2-3, Luxembourg, 1992, p. 271-284.
« Traduction spécialisée : choix théorique et choix pragmatique. L’exemple de la traduction juridique dans l’aire francophone » in Parallèles, Cahiers de l’Ecole de Traduction et d’interprétation n° 18, Université de Genève, Mélanges en l’honneur d’Américo Ferrari, Genève, 1996, p. 67-76.
« La notion de modèle de discours appliquée à la traduction », in Studia romanica Posnaniensia XXV/XXVI, Poznan, 2000, p. 21-27.

Cary. Edmond, La traduction dans le monde moderne, publication de l’École d’interprètes de l’Université de Genève, Georg, Genève, 1956.
Comment faut-il traduire ?, Presses Universitaires de Lille, Lille, 1985.

De Dax, Françoise, « De la traduction générale à la traduction technique : une différence dans l’approche du lexique » in L’histoire et les théories de la traduction, ASTTI, ETI, Berne. Genève, 1997, p. 505-514.

Dullion, Valérie, « Lorsque traduire c’est écrire une page d’histoire : la version française du Code civil suisse dans l’unification juridique de la Confédération », in L’histoire et les théories de la traduction, ASTTI, ETI, Berne Genève, 1997, p. 371-388.
« Produire un texte officiel ou donner accès au droit étranger ; les fonctions de la traduction des lois », in La traduction juridique, Histoire, théorie(s) et pratique ASTTI, ETI, Berne, 2000.
Droit comparé et législation plurilingue face à la traduction : les codes civils allemand et suisse en français (1897-1914), thèse présentée à la Faculté de philosophie et lettres pour l’obtention du doctorat en linguistique. Université catholique de Louvain, Louvain-la Neuve, 2005.

Durieux, Christine, Fondement didactique de la traduction technique, Didier Erudition, Paris, 1988.
« Didactique de la traduction technique : Démarche méthodo-logique », in Louis Truffaut (dir.), La traduction professionnelle : Former et perfectionner. Propositions pour un débat. Institut Etienne Dolet, Lausanne, 1999.

E.V.. « Qu’est-ce que la traductologie ? », Meta, vol. 40, n. 3, p. 352-353

Federov, A. V., Introduction à la théorie de la traduction, 2e édition refondue, Institut des littératures en langues étrangères, Moscou, 1953.

Juglar, Clément (1819-1905), Les crises commerciales et leur retour périodique en France, en Angleterre et aux Etats-Unis, Paris, 1860.

Ladmiral, Jean-René, Théorèmes pour la traduction, Bibliothèque Payot, Paris, 1979, réédition, Gallimard, Paris, coll. « tel », 1994.
« La traduction », in Langage, Didier, Larousse, Paris, 1972, p. 1-63.
« Sourciers et ciblistes », in : Traducere Navem, Festschrift für Katharina Reiß zum 70. Geburtstag, studia translatologica ser. A vol. 3, Tampere Finnland 1993, p. 287-300.
« De la linguistique à la littérature, la traduction » in Le Signe et la lettre, hommage à Michel Arrivé, L’Harmattan, Paris, 2002, p. 337-347.
« Les 4 âges de la traductologie – Réflexion sur une diachronie de la théorie de la traduction », in L’histoire et les théories de la traduction, ASTTI, ETI, Berne, Genève, 1997, p. 11-42.

Lambert, Lia, La résurrection de Juvénal. Traduire le latin aujourd’hui, mémoire de l’ETI, Université de Genève, Genève, 2001.

Lederer, Marianne, La traduction aujourd’hui. Le modèle interprétatif, Hachette, Paris, coll. références, 1994.

Mounin, Georges, Clefs pour la linguistique, Seghers, Paris, 1968.
Linguistique et traduction, Dessart et Mardaga, Bruxelles, coll. Psychologie et sciences humaines, 1976 [recueil d’articles avec notamment « Les traductrices électroniques », T Arc n° 12 III, 1960, p. 261-271 et « Pourquoi la traduction automatique exclut les textes littéraires » inédit, 1963, p. 121-138].
La machine à traduire : histoire des problèmes linguistiques, Mouton, La Haye, 1963.
Les problèmes théoriques de la traduction, préface de Dominique Aury, coll. « tel » Gallimard, Paris, 1963.
Les Belles Infidèles, Cahier du Sud, Paris, 1955 [reprint Presses Universitaires de Lille, Lille, 1994],

Nida, Eugene, Toward a Science of Translating, J. Brill, Leiden, 1964.

Nida, Eugene, Taber, Charles, The Theory and Practice of Translation, J. Brill, Leiden, 1969.

Quesnay, François, (1694-1774), Œuvres économiques et politiques, éditées par A. Onken, 1888.

Reiss, Katharina, La critique des traductions, ses possibilités et ses limites. Catégories et critères pour une évaluation pertinente des traductions, traduit de l’allemand par Catherine Bocquet, Artois Presses Université, Arras, coll. « Traductologie », 2002.

Schleiermacher, Friedrich Daniel Ernst, Über die verschiedenen Methoden des Übersetzens (1813), [Des différentes méthodes du traduire], texte original allemand et traduction française d’Antoine Berman, Éditions du Seuil, Paris, coll. Points : Essais 402, 1999.

Taber, Charles, Nida, Eugene, La Traduction : théorie et méthode, trad. de Jean-Claude Margot, Jean-Marc Babut, Charles Bouton et Christiane Dieterlé, Alliance biblique, Londres, 1971.

La traduction juridique, Histoire, théories et pratique, ETI, ASTTI, Actes du colloque du GREJUT, Université de Genève, Berne, Genève, 2000.

Auteur

Université de Genève

© Artois Presses Université, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search